Version classiqueVersion mobile

Le Partage des savoirs xviiie-xixe siècles

 | 
Lise Andries

Introduction

Lise Andries

Texte intégral

1Les textes qui suivent sont le point d'aboutissement de séances de séminaire qui se sont déroulées pendant environ une année, de 2000 à 2001, dans les équipes xviiie et xixe siècles du laboratoire LIRE. Le projet était de réunir à la fois des spécialistes de la littérature, ce que nous étions dans une large majorité, des historiens des idées et des historiens des sciences, afin de nous interroger sur les interactions diverses et jeux d’influence qui avaient pu exister entre discours littéraires et discours scientifiques dans la France des xviiie et xixe siècles. La délimitation chronologique nous semblait avoir un sens : jamais les hommes de lettres ne s’étaient autant rapprochés des savants qu’au siècle des Lumières, jamais la tentation de transmettre le savoir et de mettre au point une véritable pédagogie des connaissances ne s’était exprimée avec autant d’ampleur qu’au xviiie et au xixe siècles.

2Nous avons choisi les années 1750, date de publication des premiers tomes de l'Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, comme le point d’origine de notre propos. Nous avons étudié ensuite la période qui se déroule des années 1750 à 1848, à la fois pour des raisons thématiques et bibliographiques. Sur le plan thématique, il nous semblait en effet que l’unité de cette période venait de son adhésion au grand rêve encyclopédique, de sa foi en l’homme et en sa perfectibilité, la Révolution apportant des réflexions originales et radicalement novatrices dans le domaine de la pédagogie et de la transmission des savoirs. Quant aux études françaises concernant la diffusion des connaissances, elles s’intéressaient surtout à la seconde partie du xixe siècle (voir la bibliographie en fin d'ouvrage). Or il nous semblait nécessaire de montrer que les phénomènes de vulgarisation concernent aussi les périodes antérieures et trouvent leur source dans des textes parfois très anciens datant des débuts de l’imprimerie. Bien que la question n’ait pas été évoquée de manière détaillée dans les contributions qui suivent, on pourrait mentionner en particulier le rôle joué par les livres de secrets de métiers dès la Renaissance un peu partout en Europe, les recueils de remèdes manuscrits et imprimés qui circulèrent en France au xviie siècle et les traités scientifiques à diffusion plus restreinte s’adressant au public spécialisé comme le Cours de Chymie de Nicolas Lémery, publié en 1675 et réédité régulièrement pendant plus de cinquante ans. Il est vrai que le terme même de vulgarisation n’apparaît que tardivement : pour Littré, vulgariser est encore un néologisme en 1881.

  • 1 En France, on passe de 27 dictionnaires entre 1690 et 1699 à 78 entre 1750 et 1759 puis à 269 entr (...)

3Après la publication des premiers tomes de l'Encyclopédie, toute une série de dictionnaires voit le jour, dictionnaires portatifs de santé, Dictionnaire de chimie de Macquer en 1 766, encyclopédies des arts et métiers, dont le but est d’ouvrir le public mondain aux sciences1. C’est aussi le moment où les cabinets de curiosités, bientôt remplacés par des cabinets d'histoire naturelle plus sérieux et plus scientifiques se multiplient, où les dames du monde possèdent éprouvettes et microscope. Voltaire écrit en 1737 les Éléments de la philosophie de Newton et Mme du Châtelet une Dissertation sur la nature et la propagation du feu, qui ne l’empêchera pas d’écrire un peu plus tard un Discours sur le bonheur. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, les gens du monde s’intéressent en vrac à la sidérurgie, à la médecine, à l’élevage et à l’agriculture, aux plantes et aux animaux, à la distillation des liqueurs, à l’urbanisme, à l’horlogerie et à l’optique. On collectionne les outils et les instruments de physique, on se précipite dans les jardins du Palais-Royal pour voir les figures de cire de Curtius. La science devient un lien de sociabilité, la science est à la mode.

  • 2 Voir sur ces questions Nicole et Jean Dhombres, Naissance d'un nouveau pouvoir : sciences et savan (...)
  • 3 Discours prononcé devant l’académie de Bordeaux, 15 novembre 1725. Texte cité par Nicole Jacques C (...)

4Mais ces nouvelles curiosités à l’égard de la science s’accompagnent d’une véritable mutation du rapport au savoir et d'une transformation de la nature même de ce savoir. On a souvent souligné l’alliance à cette époque de la recherche théorique et de ses applications, des sciences et des « Arts », de l’esprit philosophique et de l’utilitarisme. Les planches de l'Encyclopédie, inspirées elles-mêmes pour une part de la Description des arts et métiers rédigée par l’Académie des sciences, en sont un exemple. Plus tard la fondation de l’École polytechnique en 1794 et la création du Conservatoire des arts et métiers en 1796 consacreront le rapprochement du savant et de l'ingénieur2. La science ne répond plus seulement à un désir de savoir. Elle devient le moyen pour l’homme de construire une société meilleure, de mieux cultiver la terre, d’explorer le monde, de bâtir des villes, de mieux se soigner et se nourrir. Montesquieu soulignait déjà en 1725 que « Ce qui rend les découvertes de ce siècle si admirables, ce ne sont point des vérités simples qu’on a trouvées, mais des méthodes pour les trouver. [... ] Ce n'est pas une pierre pour l'édifice, mais les instruments et les machines pour le bâtir tout entier3. » Voilà qui permet de comprendre par exemple pourquoi d’Argental, ambassadeur de Parme auprès de la Cour de France, envoie au duc de Parme, chaque semaine pendant une vingtaine d'années, un bulletin manuscrit rendant compte méticuleusement à la fois des découvertes scientifiques et des recettes les plus humbles, depuis la description de l’envol des premières montgolfières jusqu’à la recette de fabrication du pain de pommes de terre contre la disette. Comme le montre Anna Mandich dans sa contribution, il en va de la responsabilité et du devoir du prince de transmettre des connaissances qui peuvent améliorer le sort de son peuple.

5Les correspondances privées sont un des supports de la diffusion. La presse en est un autre. On assiste après 1750 à une multiplication extraordinaire des articles scientifiques dans les journaux, du Journal des savants au Mercure de France. Mais Denis Reynaud observe ici que les philosophes restent dans l’ensemble à l’écart du grand développement de la presse au xviiie siècle. Les articles scientifiques sont écrits par des hommes qui se situent encore en dehors de la République des Lettres. Ce sont des « publicistes », des « folliculaires » méprisés par les écrivains. Seuls quelques auteurs comme Marivaux et l’abbé Prévost se sont lancés dans l’aventure dans les années 1730, en fondant des journaux auxquels ils s’identifient et qu’ils rédigent entièrement. Il faut aussi souligner que c’est dans la seconde moitié du xviiie siècle qu’apparaît en France une littérature enfantine : des écrivains comme Berquin ou comme Mme de Genlis, préceptrice des enfants du duc de Chartres, publient des ouvrages qui s’adressent explicitement aux enfants et Mme Leprince de Beaumont fait paraître un Magasin des adolescentes qui peut être considéré comme l'un des premiers recueils de nouvelles morales à l’usage des enfants. Marie-Emmanuelle Plagnol montre, dans son étude sur les Veillées du château de Mme de Genlis, que cette littérature a contribué elle aussi à la vulgarisation des connaissances, dans des domaines aussi variés que la géographie, l’histoire naturelle, la botanique ou les expériences de physique.

  • 4 Voir aussi B. Bensaude-Vincent et C. Blondel, Des savants face à l'occulte 1870-1940, Paris, Éditi (...)

6Il n’est donc pas surprenant que la science devienne bientôt le sujet vers lequel converge toute création intellectuelle, y compris romanesque. On pense ici à Sade et à son intérêt pour la vulcanologie et pour la vivisection dans l'Histoire de Juliette, ou à Révéroni Saint-Cyr dans Pauliska ou la Perversité moderne qui place son héroïne entre les mains d'un savant fou cherchant à produire et mesurer le fluide amoureux. À propos de la rencontre amoureuse associée à une véritable théorie concernant la chimie des sentiments, il existe aussi de fort belles pages dans Les Affinités électives de Goethe. Reconnaissons que le romancier, quand il s’intéresse à la science, privilégie souvent les domaines qui sont à la marge du discours scientifique, une marge déjà considérée comme telle par les contemporains. Cette tendance se développera surtout au xixe siècle : tout se passe en effet comme si les romanciers ne pouvaient plus ignorer la prédominance du discours scientifique, qui restait encore partiellement masquée au siècle précédent parce qu’elle était prise en charge par le discours philosophique. Du vaste système d’interprétation du savoir que proposait l'Encyclopédie, on est passé à la délimitation de champs spécialisés du savoir, à l'émergence de disciplines scientifiques au sens moderne du terme. Balzac, dans ses premiers écrits, s’intéresse donc à la physiologie puis à la médecine et à l’agronomie, et les hommes de lettres seront nombreux au xixe siècle à considérer la science comme un terreau indispensable de la création. Mais il faut admettre que c’est l'alchimie, le mesmérisme, la phrénologie qui passionnent les romanciers. Il s’agit souvent davantage pour les écrivains de rêver la science et de l'ouvrir sur l’imaginaire que de rivaliser avec le discours savant. Plus tard, la question sera de savoir comment rendre compte de l’invisible et du fantomatique en peinture et en littérature4. Des ectoplasmes, des vampires dans La Fiancée de Corinthe de Théophile Gautier, des momies et d'autres formes fugitives traverseront l’espace romanesque. La raison en est sans aucun doute le fait que ces sciences ou pseudo-sciences se prêtent davantage au discours narratif, à sa part de délire et à ses incertitudes. Dans La Recherche de l'Absolu, étudiée ici par Claire Barel-Moisan, c’est précisément la nature en partie irrationnelle de la quête qui donne son épaisseur humaine et sa dimension énigmatique à Balthazar Claës, et fournit au récit ses rebondissements. Pour qu’il y ait intrigue, il faut une part de déraison. Les ingénieurs et les polytechniciens qui hantent les romans de Balzac jusqu’à l’obsession, du Médecin de campagne au Curé de village, font rarement de grands héros de romans, tout au plus des personnages secondaires.

7On ne peut séparer de la production romanesque de cette époque la question de la diffusion des savoirs. Beaucoup d’écrivains utilisent d’ailleurs eux-mêmes des ouvrages de vulgarisation technique et scientifique pour donner sa légitimité au discours littéraire quand il jouxte la science. L’exemple le plus éclatant est celui de Flaubert dans Bouvard et Pécuchet : comme le rappelle Stéphanie Dord-Crouslé, Flaubert lit, pour écrire Bouvard et Pécuchet, les Manuels Roret, une collection d’ouvrages pratiques qui fut publiée de 1822 à 1939 ; ses deux personnages lisent donc eux aussi les Manuels Roret, donnant au roman une structure en miroir où sont décrits des individus qui se regardent en train de lire et d’écrire leur propre destin. Michelet, dans La Sorcière, cite également les encyclopédies médicales et botaniques dont il s’est servi, et l’on sait quels ouvrages de chimie a lu Balzac pour La Recherche de l'Absolu.

  • 5 Abbé Nollet, Programme ou Idée générale d’un cours de physique expérimentale, Paris, P. G. Lemerci (...)

8Cependant si l’on tente de tracer une évolution de la vulgarisation des connaissances du xviiie au xixe siècle, il faut distinguer plusieurs grandes étapes : au xviiie siècle, la vulgarisation scientifique s’adresse essentiellement au public mondain. Il s’agit de populariser la science au sens ancien du terme, c’est-à-dire de la rendre aimable et « populaire » aux yeux de l’honnête homme. Des vulgarisateurs comme Nollet5 ou l’abbé Pluche, auteur du Spectacle de la nature ou Entretiens sur les particularités de l'histoire naturelle qui ont paru les plus propres à rendre les jeunes gens curieux et à leur former l'esprit, s’adressent aux jeunes gens de l’aristocratie qui veulent avoir quelques notions d’histoire naturelle. Fontenelle, dans ses Entretiens sur la pluralité des mondes publiés en 1686, tentait déjà d’expliquer l’astronomie en faisant dialoguer un savant et une femme du monde. Sous le frontispice de la première édition, on trouve cette légende : « La marquise demande à son ami au cours d’une promenade nocturne : apprenez-moi vos étoiles », et Fontenelle déclare dans son introduction : « Je ne demande à mes lectrices que le degré d’application qu'il faut donner à la Princesse de Clèves. » Au xviiie siècle, la vulgarisation scientifique doit donc respecter le bon ton et la bienséance en conformité avec le public restreint auquel elle est destinée : les hommes et plus encore les jeunes gens et les femmes du monde. Un autre élément important de cette littérature est qu’elle tente en général de concilier Lumières et interprétation religieuse du monde. C’est ce qu’Andreas Gipper étudie dans son article sur la « physico-théologie ». L’abbé Pluche en particulier explique le progrès scientifique en fonction des Écritures et cherche à démontrer que les phénomènes naturels apportent surtout la preuve de la grandeur, de la bonté et de la toute-puissance de Dieu. Anne-Marie Mercier-Faivre montre également, à propos du Monde primitif, que les mythologies antiques aussi bien que la Bible sont considérées par Court de Gébelin comme les principales clés d’interprétation du monde moderne.

  • 6 Mercier, « Livres élémentaires », Mon bonnet de nuit, tome I, 1784, p. 190.

9Tout change à la Révolution. La vulgarisation des connaissances se transforme très vite en quelque chose de radicalement différent parce qu’elle devient l’élément essentiel d’une pédagogie qui s’adresse à tous, qui prend un caractère laïc et se détache de tout contexte religieux. Il ne s’agit plus d’écrire pour quelques amateurs éclairés et pour une société choisie, mais d’éduquer le peuple tout entier afin qu’il soit capable de remplir ses nouvelles responsabilités de citoyen. Il est vrai que de telles réflexions étaient déjà en germe chez certains philosophes des Lumières : si d'Alembert et Voltaire considéraient qu’il fallait limiter l’accès au savoir et qu’il était dangereux de trop instruire le peuple, Diderot défendait au contraire des conceptions plus généreuses et Louis-Sébastien Mercier, comme le rappelle Florence Lotterie, était favorable à l’idée de répandre l’instruction le plus largement possible : « Il faut que tout homme aujourd’hui sache lire, écrire et compter, afin de pouvoir communiquer avec le siècle », déclare-t-il dans le chapitre intitulé « Livres élémentaires » de Mon bonnet de nuit6. Pour lui, l’homme de lettres doit jouer un rôle central dans ce domaine : c’est à lui de guider le peuple, de l’instruire et, tout en l’instruisant, de lui inculquer les principes de la morale.

  • 7 Voir Catherine Kinzler, Condorcet : l’instruction publique et ta naissance du citoyen, Paris, Syco (...)

10Mais c’est Condorcet qui, en 1791, dans ses Mémoires sur l’instruction publique7, développe la pensée la plus originale et la plus novatrice dans le domaine de la pédagogie. Dans ces cinq Mémoires, il jette en effet les bases institutionnelles de ce que devrait être un enseignement primaire, laïc et obligatoire pour tous. Jules Ferry, près d’un siècle plus tard, lui rendra d’ailleurs hommage. Pour Condorcet, les enseignants doivent constituer un corps indépendant, financé par l’État et dissocié de toute croyance religieuse ou doctrine politique. Les écoles seront ouvertes aux filles comme aux garçons et donneront aux sciences, notamment aux mathématiques, une place prééminente. Les révolutionnaires préféreront pourtant suivre après 1792 d’autres conceptions de l’éducation comme celles de Le Peletier de Saint-Fargeau puis de l’abbé Grégoire, ainsi que le rappelle Bärbel Plötner dans son article : Le Peletier de Saint-Fargeau voulait éduquer les enfants français comme de petits Spartiates, les enfermer dans des internats financés par l’État et en faire davantage des soldats de la République et de véritables petits gardes rouges, que des hommes instruits. C’est que l’attitude des révolutionnaires à l’égard des savants et du monde intellectuel est ambivalente. Imprégnés à la fois d’une méfiance pour les savants venus des académies de l’Ancien Régime et d’un rousseauisme diffus inspiré par le Discours sur les sciences et les arts, qui associe au progrès des sciences le déclin et la corruption des civilisations, certains révolutionnaires proches de Robespierre se caractérisent par une sorte d’anti-intellectualisme qui les conduit à adopter les théories de Le Peletier de Saint-Fargeau.

  • 8 Voir Dominique Julia, Les Trois Couleurs du tableau noir : la Révolution, Paris, Belin, 1981, et A (...)

11Tout au long de la Révolution, la question pédagogique reste cependant un débat essentiel, car l’enjeu est considérable : il s’agit de rien moins que de former un homme nouveau et l’enfant est en première ligne dans ce projet politique. Dès 1791, l’Assemblée législative crée un Comité d’instruction publique dans lequel siègent Louis-Sébastien Mercier, Condorcet et l’abbé Grégoire. Un concours est organisé la même année par les jacobins pour récompenser l’ouvrage qui saura expliquer le plus clairement la nouvelle Constitution aux « habitants des campagnes ». C’est l'Almanach du père Gérard de Collot d’Herbois qui remporte le prix. En pluviôse an II, en pleine Terreur, un autre concours vise à distinguer les meilleurs manuels scolaires qui devront être utilisés par les instituteurs de la République. Selon la Déclaration des droits de l’homme de 1793, « L’instruction est le besoin de tous. La société doit favoriser de tout son pouvoir le progrès de la raison publique et mettre l’instruction à la portée de tous les citoyens. » Mais, comme le rappelle Antoine Prost, « la Révolution n’a pas les moyens de sa politique8. » La guerre aux frontières, la guerre civile à l'intérieur du pays, les difficultés financières et économiques du gouvernement empêchent que soit menée une véritable politique scolaire. Aucune mesure ne tut donc vraiment prise pour réorganiser les écoles et les collèges après la suppression des congrégations enseignantes en 1792 et il fallut attendre au moins un demi-siècle pour retrouver le niveau d’alphabétisation et d’instruction atteint à la fin de l’Ancien Régime.

  • 9 Voir Nicole et Jean Dhombres, op. cit.
  • 10 Voir Jacques Noiray, « Figures du savant », Romantisme, no 100, 1998, p. 143-158.

12Pourtant d’autres orientations se dessinent à cette époque qui auront des conséquences importantes sur la période moderne et sur la transmission des connaissances au xixe siècle. C’est pendant la Révolution que se construit la figure du « savant-citoyen9 » qui jouera au xixe siècle un rôle social majeur et deviendra même, à l’image de Pasteur, un bienfaiteur de l’humanité. Cette figure hantera toute la littérature du siècle, des médecins de campagne de Balzac aux brillants scientifiques des romans d’anticipation de Jules Verne10. C’est aussi à ce moment que s’imposent la primauté des sciences sur les belles-lettres et la mainmise des scientifiques sur l’éducation. Le 25 octobre 1795, l’Institut est créé, transformant les savants en fonctionnaires au service de la République. On est loin désormais de l’académicien des sciences pensionné par le Roi et confiné dans sa tour d’ivoire. À la fois les savants entrent en politique – Monge devient par exemple ministre de la Marine – et ils ont le devoir de transmettre leur science auprès du plus grand nombre : Laplace, Berthollet et Lagrange donnent des cours à l’École normale de l'an III qui forme les futurs instituteurs. La Révolution a donc créé une rupture parce qu’elle a montré que l’utopie pédagogique rêvée par certains philosophes des Lumières comme Diderot était réalisable.

13Le début du xixe siècle marque une nouvelle étape dans l'histoire de la vulgarisation. Les grands principes mis en place pendant la Révolution commencent en effet à porter leurs fruits, en dehors du cadre institutionnel et scolaire, cependant, parce que le Premier Empire puis la Restauration s’intéressent moins à l’enseignement primaire destinés à tous qu’à l’organisation des lycées et à l'instruction des enfants de notables. La vulgarisation scientifique tente pour la première fois d’atteindre un public de masse, qu’il s’agisse d’éditeurs et d’entreprises de presse spécialisés, de spectacles forains tels les fantasmagories de Robertson ou les lanternes magiques que montrent les colporteurs, et dans un genre plus sérieux, des cours du soir et des conférences publiques comme celles de François Arago en astronomie, qui attirent des foules immenses à l'Observatoire de Paris. La presse en particulier se renouvelle profondément après le début des années 1830. Émile de Girardin fonde le Journal des connaissances utiles et Édouard Charton lance en 1833 le Magasin pittoresque, un magasine illustré hebdomadaire qui se place dans la lignée des encyclopédistes des Lumières mais se veut une « Encyclopédie à deux sous ». Édouard Charton, comme le soulignent Marie-Laure Aurenche et Gilles Adam, sait s'entourer d’une équipe de rédacteurs parfaitement bien informés de toutes les nouvelles scientifiques, artistiques, historiques et littéraires.

  • 11 Voir Bruno Béguet, « Lectures de vulgarisation scientifique au xixe siècle » dans La Science popul (...)
  • 12 Voir Jacques Rancière, La Nuit des prolétaires, Paris, Fayard, 1981.

14Le xixe siècle est aussi la grande période des collections en tous genres destinées aussi bien aux familles qu'au public populaire et aux enfants. Dans ce domaine, les collections à caractère scientifique comme la Bibliothèque des merveilles créée en 1864 par Édouard Charton, jouent un rôle tout particulier : considéré comme la bonne lecture par excellence11, le livre de vulgarisation scientifique devient alors le moyen de guider et de contrôler le lectorat populaire. Car le désir d’instruire le peuple s’accompagne souvent de la volonté de l’éduquer et de le moraliser. Des éditeurs comme Charton sont issus de la mouvance saint-simonienne et des sociétés philanthropiques du début du xixe siècle qui luttent pour une émancipation des classes populaires dans une perspective à la fois laïque et républicaine. Or ce sont les sociétés philanthropiques telle la Société pour l'instruction élémentaire fondée en 1815 qui reprennent par exemple l’initiative révolutionnaire des concours destinés à récompenser les meilleurs manuels élémentaires. Contre les « mauvaises lectures » religieuses, contre la Bibliothèque bleue, les almanachs et plus généralement contre les différentes formes de la littérature d’évasion, Charton et ses amis veulent proposer au peuple une morale en action, des règles de vie et un idéal de justice politique. Ils publient des ouvrages donnant la primauté aux sciences, à la géographie, à l’histoire naturelle et à l'histoire et placent sur le devant de la scène les autodidactes venus des élites artisanes et ouvrières12. Toutes ces initiatives posent évidemment la question de savoir quelles couches sociales ont été véritablement touchées et quelles ont été les conditions de l’appropriation et de la transmission de ces savoirs.

15Dans la seconde moitié du xixe siècle apparaît une nouvelle génération de vulgarisateurs et de pédagogues qui appartient à la même famille d’esprits. Littré, Larousse, Renan, Jules Ferry, Michelet sont tous libres-penseurs, républicains et laïcs. Cette époque est l’âge d’or de la vulgarisation scientifique et voit paraître de grands vulgarisateurs comme Camille Flammarion et Louis Figuier, l’éditeur et le rédacteur de L'Année scientifique de 1857 à 1894. Mais il n’y pas de rupture avec la première partie du siècle. Le fait que Camille Flammarion écrive une Astronomie populaire est significatif : ce livre reprend le titre de l’ouvrage publié vingt ans plus tôt par François Arago et La pluralité des mondes habités, premier des ouvrages publiés par Camille Flammarion est, quant à lui, une référence à l’ouvrage de Fontenelle. C’est d’ailleurs à cause de ce livre que Flammarion est exclu de l’Observatoire de Paris. L’astronome Le Verrier le rejette en effet de cette digne institution en lui disant : « Monsieur, vous n’êtes pas savant mais poète. »

16Lorsque Camille Flammarion écrit dans son introduction à L'Astronomie populaire : « Les planètes sont descendues à notre portée. Les ombres de la nuit s’évanouissent peu à peu, la clarté se fait dans les âmes », on peut se demander, en effet, s’il s’exprime en tant que savant ou s’il fait de la littérature. Mais l’un des thèmes de nos recherches a été précisément d’étudier dans quelle mesure on assiste aux xviiie et xixe siècles à la progressive appropriation du langage scientifique par le littéraire, et du langage littéraire par le scientifique. Les deux mouvements coexistent, de fait. On trouve d’un côté des ouvrages scientifiques qui recourent à certaines formes rhétoriques et se réclament de la littérature : Gilles Denis montre qu’au tournant des xviiie et xixe siècles, le naturaliste allemand Alexandre de Humboldt fait à la fois l’éloge de la métaphore comme un moyen de rendre compte avec plus d’exactitude de l’harmonie d’un paysage, et cite dans ses récits de voyage scientifiques des pages de Bernardin de Saint-Pierre et de Chateaubriand qu’il considère comme des maîtres de la description de la nature. D’un autre côté, les romanciers tentent, surtout au xixe siècle, de faire intervenir le discours scientifique dans la trame narrative. La question qui se pose alors est celle de l’esthétique du roman dans son rapport au savoir. Stéphanie Dord-Crouslé souligne que Flaubert, lorsqu’il prend des notes sur les manuels Roret pour préparer le manuscrit de Bouvard et Pécuchet, procède à partir de ces ouvrages techniques à une lecture partiale et littéraire plutôt que scientifique, qui l’aide à organiser la future progression du récit : il transforme par exemple en boudoir le pavillon de jardin du Manuel de l'architecte des jardins, et en sofa le fauteuil gothique, donnant une coloration érotique à un texte qui en est tout à fait dépourvu. Par ailleurs Claire Barel-Moisan remarque que, dans La Recherche de l'Absolu, Balzac a souvent recours aux métaphores pour réduire l’hétérogénéité du discours de la chimie par rapport à l’écriture du récit. Il évoque par exemple les « mains électrisantes » de Mme Claës ou « les rayonnements de son âme pure comme un diamant ».

17Tout se passe en fait comme si la métaphore était le procédé stylistique par excellence qui permettait de résoudre l’irréductibilité entre science et littérature et d’établir une passerelle entre les deux types de discours. Revendiquée par Humboldt, utilisée par Balzac, celle-ci peut aussi s’introduire subrepticement dans des discours de savoir qui s’ouvrent à leur insu vers l’imaginaire : Jean-Christophe Abramovici relève ici la dimension fantasmatique des traités médicaux du xviiie siècle et des illustrations qui les accompagnent quand il s’agit de décrire le corps féminin. Bachelard, dans La Formation de l'esprit scientifique, insistait sur la nécessité de débarrasser le langage scientifique des images et des métaphores. Le discours sur la science y est-il parvenu ? On peut en douter.

  • 13 Essai sur le perfectionnement des beaux-arts par les sciences exactes ou Calcul et hypothèse sur l (...)

18Il faudrait également réinterroger le fameux divorce entre littérature et sciences, entre fable et expérimentation, que Michel Foucault évoque dans Les Mots et les Choses et qu’il situe au xviie siècle. Il existe en effet au xviiie siècle une littérature de vulgarisation qui réintroduit les fables dans l’explication du monde et des phénomènes de la nature. Il en est ainsi du Monde primitif dans lequel Court de Gébelin s’inspire de la vieille règle de l’analogie et décrit un monde couvert de hiéroglyphes où tout existe en miroir comme dans les almanachs populaires, les livres de secrets et les herbiers de la Renaissance. Selon une démarche similaire, Révéroni Saint-Cyr publie en 1803 un Essai sur le perfectionnement des beaux-arts par les sciences exactes ou Calcul et hypothèse sur la poésie, la peinture et la musique où il cherche à concilier les mythologies antiques et les progrès de la science, de la chimie et de la physique : « Le feu divin, ce feu sacré des Vestales, n’était sans doute qu’un pressentiment de l’existence du fluide électrique13 », écrit-il dans cet essai.

  • 14 Cité dans J. Noiray, Le Romancier et la Machine, Paris, José Corti, 1981.

19Quant à la littérature proprement dite, elle ignore le plus souvent la rupture épistémologique entre les mots et les choses et s’éloigne plus encore de l’orthodoxie du discours savant. Ce qui intéresse les écrivains quand ils parlent des sciences, ce sont souvent davantage les savoirs mythiques et les sciences imaginaires que les savoirs réels, les marges, les dérives, et les bizarreries du discours scientifique. On peut penser aux romans gothiques, aux Contes d’Hoffmann et au Frankenstein de Mary Shelley qui est l’enfant monstrueux des automates du xviiie siècle. Philippe Régnier montre que dans La Sorcière, publiée en 1862, Michelet s’intéresse à ces aspects de la science et fait se rencontrer vieux savoirs et modernité. En se demandant : « La science pourra-t-elle jamais se passer de la sorcière ? », Michelet se situe finalement assez loin de l’Encyclopédie et témoigne de nouvelles attitudes par rapport au savoir. Le grand rêve encyclopédique né dans les années 1750 est sans doute en train de s’effriter. Bien qu’on assiste alors à un essor sans précédent de la littérature de vulgarisation scientifique, on entre après la révolution manquée de 1848 dans une période de désenchantement où l’esprit de système hérité des Lumières cède la place à la prolifération des objets de savoir. La grande fresque des découvertes scientifiques est racontée partout dans des dialogues, des anecdotes, et des historiettes qui se rapprochent de l’oralité parce qu’il s’agit d’instruire en l’amusant un large public constitué de lecteurs populaires, de femmes et d’enfants. La science devient un jeu, un jeu d’enfant précisément. Les domaines de prédilection de la vulgarisation sont à cette époque l’histoire, la géographie, les sciences naturelles et l’astronomie, peut-être parce que ces différents domaines, en s’ouvrant sur des espaces et des temps étrangers, se prêtent plus que d’autres à un désir de réenchantement du monde. En même temps, les écrivains célèbrent la science comme un spectacle et décrivent l’étourdissante accumulation d’objets qui accompagne le siècle. Dans une lettre de 1860, Zola écrit ainsi à J. B. Baille : « La littérature a dû compter avec les halles, les palais des Expositions universelles, les boulevards, les grands magasins, les enseignes, les usines, les mines, les télégraphes14 ». Le point d’aboutissement de tout cela est Bouvard et Pécuchet qui est la mise en roman de ce fatras d'objets et de savoirs éparpillés. Dans ce roman, on est loin de l’enthousiasme du début du siècle pour la pédagogie, et de la manière dont on encourageait les autodidactes parce qu’ils paraissaient se situer à l’avant-garde de l’émancipation des esprits. Bouvard et Pécuchet est le triste bilan du mauvais usage de la science vulgarisée. D’ailleurs que dit le Dictionnaire des idées reçues à propos des savants ? « Les blaguer ».

Notes

1 En France, on passe de 27 dictionnaires entre 1690 et 1699 à 78 entre 1750 et 1759 puis à 269 entre 1820 et 1829. Voir Pierre Rétat, « L'âge des dictionnaires », Histoire de l’édition française, R. Chartier et H. J. Martin éd., Paris, Fayard, 1990-1991, tome II.

2 Voir sur ces questions Nicole et Jean Dhombres, Naissance d'un nouveau pouvoir : sciences et savants en France 1793-1824, Paris, Payot, 1989.

3 Discours prononcé devant l’académie de Bordeaux, 15 novembre 1725. Texte cité par Nicole Jacques Chaquin dans son avant-propos à Curiosité et libido sciendi, Fontenay-aux-Roses, Éditions de l’ENS, 1999, volume I, p. 19.

4 Voir aussi B. Bensaude-Vincent et C. Blondel, Des savants face à l'occulte 1870-1940, Paris, Éditions La Découverte, 2002.

5 Abbé Nollet, Programme ou Idée générale d’un cours de physique expérimentale, Paris, P. G. Lemercier, 1738 et Leçons de physique expérimentale, Paris, 1743-1748.

6 Mercier, « Livres élémentaires », Mon bonnet de nuit, tome I, 1784, p. 190.

7 Voir Catherine Kinzler, Condorcet : l’instruction publique et ta naissance du citoyen, Paris, Sycomore, 1984.

8 Voir Dominique Julia, Les Trois Couleurs du tableau noir : la Révolution, Paris, Belin, 1981, et Antoine Prost, Histoire de l’enseignement en France 1800-1967, Paris, Armand Colin, 1968.

9 Voir Nicole et Jean Dhombres, op. cit.

10 Voir Jacques Noiray, « Figures du savant », Romantisme, no 100, 1998, p. 143-158.

11 Voir Bruno Béguet, « Lectures de vulgarisation scientifique au xixe siècle » dans La Science populaire dans la presse et l'édition xixe-xxe siècles, A. Rasmussen et B. Bensaude-Vincent éd., Paris, Presses du CNRS, 1997.

12 Voir Jacques Rancière, La Nuit des prolétaires, Paris, Fayard, 1981.

13 Essai sur le perfectionnement des beaux-arts par les sciences exactes ou Calcul et hypothèse sur la poésie, la peinture et la musique, Paris, Ch. Pougens, 1803, p. 25.

14 Cité dans J. Noiray, Le Romancier et la Machine, Paris, José Corti, 1981.

Auteur

Directeur de recherche au CNRS, membre du LIRE. Spécialité : la littérature populaire en France du xviie au xixe siècle. A publié La Bibliothèque bleue au xviiie siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 1989 et Le Grand Livre des secrets : le colportage en France aux xviie et xviiie siècles, Paris, Imago, 1994.

© Presses universitaires de Lyon, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search