Version classiqueVersion mobile

L'Attentat de Damiens

 | 
Pierre Rétat

Documents inédits

Texte intégral

1Nous ne publions ici que quelques textes manuscrits qui nous ont paru particulièrement curieux. Nous avons écarté, par exemple, les odes, dont le style est en général très convenu.

2Pour simplifier les références, nous désignerons les manuscrits de la façon suivante :

BN : BN f. fr. 10479.

C : Carpentras 954.

M : Mazarine 2853.

S : ms Shackleton.

Anagrammes de Damiens

  1. monstre d’Escobar finira (S, p. 99 ; BN, fol. 529 ; C, p. 409)

  2. 0 franc damné brisé roti (BN, fol. 529)

  3. trame de robins françois (J. Lemoine, Sous Louis le Bien-aimé. Correspondance..., p. 21).

Centuries de Nostradamus

1. Prophétie de Nostradamus sur l’assassin du Roy

  • 1 La famille des Poissons dont est Mme Pompadour
  • 2 La suppression des Enquêtes du Parlement, et les Démissions données par les autres chambres.
  • 3 La suppression des Enquêtes du Parlement, et les Démissions données par les autres chambres.
  • 4 Le poignard de Damien. no Saint Damien est jumeau de Saint Cosme. (BN, fol. 529, daté de janvier 17 (...)

Roy trop aimé de la gente Aquatique1
Quand les Roujets auront quitté leur peau2
Crains le Sauveur du Menestrel antique3
Et le poignard du Médecin Jumeau4

3Le texte de C, p. 409, Centuries de Nostradamus sur l’assassinat du roy Loüys XV 1757, n’offre que des variantes minimes (leurs peaux pour leur peau ; gemeau pour Jumeau) ; l’explication de 3° vers est également omise.

4En revanche, S, p. 100, offre un texte assez différent, et propose un décryptage complet :

1. Louis 15

2. L’amante madame de Pompadour

3. poissons 4 Conseillers au parlement

5. Rendant leurs provisions

6. Le Dauphin

7. Arrion qui jouoit du luth et qui se trouva sur le dos d’un Dauphin s’ettant jetté dans la mer.

2. Centuries de Nostradamus sur le même [Damiens]

Quand senateurs par maints et maints simptômes
Des Chartres vieilles abominera Rome,
L’amy de Cosme issu de l’Artois,
Trembler fera le Roy des Gaulois.

5(BN, fol. 539 ; variantes de M, fol. 79 : senateur, de chartre vieille).

3.

1. Les parlements

2. Le clergé

3. L’archevesque de Paris

4. Les Rivières de Seine et de Marne

5. Damien

6. Jour de l’assassinat

7. Louis XV

(S, p. 101).

Epigramme

Un traître a consommé le plus noir des forfaits
Sa main a d’un seul coup blessé tous les français.
(M, fol. 82 v°)

6Vers adressés au Parlement de Paris, au sujet de l’horrible attentat commis le 5 janvier 1757 sur la personne de Sa Majesté Louis 15

Ce funeste couteau qui causa tant d’allarmes
En perçant le meilleur des Rois,
A percé tous les cœurs des françois,
Et c’est par des torrents de larmes,
Qu’on a payé dans tout paris
Chaque goutte du sang du bien-aimé Louis.

Auguste Parlement, pour consoler la France,
Fais bien tôt éclater une juste vengeance,
Arme toi de ton glaive, et montre à l’univers,
Qu’à l’exemple du Dieu, qui lance le tonnerre,
Quand l’Averne a vômi des monstres sur la terre,
Tu sçais les replonger pour jamais aux Enfers.
(M, fol. 83 r°).

Enigme proposée par Damiens à ses juges

7Dans un Interrogatoire subi par Damiens, il s’est avisé sur les représentations vives que lui faisoit le 1er Président, de lui dire la vérité, de luy proposer l’énigme suivante.

8M. le président voulez-vous tout sçavoir. Joignez ensemble les cinq doigts de votre main droite, présentés-les en haut et en pointe ; mettez votre chapeau dessus et faites lui faire trois tours.

9On regarda d’abord cette proposition comme une pasquinade, mais examen fait et après consultation de gens éclairés il a été fait l’explication suivante.

101er… Les cinq doigts de la main droite joints ensemble et en pointe par en haut, représentent le Parlement uni et piqué contre le clergé.

112e… La forme du chapeau qui est sur les cinq doigts, est ce même clergé qui couvre et obscurcit le Parlement.

123e… Les trois cornes du chapeau sont les Jésuites qui font mouvoir toute la machine.

134e… Et les trois tours du chapeau sur les doigts sont les trois assassinats qu’ils ont fait commettre malgré la vigilance du Parlement.

14(BN, fol. 539 v° ; texte très proche dans M, fol. 80 r°)

Sonnet sur la mort du parricide du Roi

De soufre et de bitume un feu bleuâtre et lent
dévore sous nos yeux, monstre, ta main perfide ;
de ta chair arrachée on voit remplir le vuide
d’un plomb dont on a fait un fluide brulant ;

De ton corps déchiré chaque quartier se fend,
tirés par des chevaux qu’à pas tardif on guide ;
tu finis par la flamme à te détruire avide,
et tes cendres dans l’air volent au gré du vent :

Si pour toi seul cruel, d’un œil d’indifférence,
les françois à loisir contemplent ta souffrance,
écoute la raison de tant d’inimitié ;

du malheur de louïs chacun se fait justice ;
ses bontés n’ayant pû réprimer ta malice,
tes tourmens ne sauroient exciter la pitié.
(ms Avignon 1266, Œuvres mêlées de l’abbé Valette, fol. 149)

Extrema vox Damiani

Cum, distractus equis Damianus, corpore rupto,
Viveret admirans se superesse sibi,
Risit, et hoc dixit: similis tibi, Curia, nunc sum;
Restat inane caput, caetera truncus iners.
(BN, fol. 545, 548 ; C, p. 410).

Epitaphe de Robert françois damien

  • 5 Grand pays de l’amérique méridional ou les jésuites y ont des peuplades d’indiens appelles doctrine (...)

Le paraguay5, si j’échappois,
le paradis, si j’en mourrois,
m’étoient promis par les jésuites,
fiés vous à ces chatemites,
avec leur passeport en enfer me voila
côte à côte de loyola.

Bruits du Siècle ou clameurs d’un patriote

Des grands sans âmes, un clergé fanatique,
D’affreux vautours mangeant un Corps étique,
Un triste Roy, dont la teste est à prix,
La foy, les mœurs en proye aux beaux Esprits,
D’un vieux Sénat le squelette perfide
N’osant creuser un complot parricide.
O ma Patrie, ô France ! Tes malheurs,
Des Anglois même, arracheroient des pleurs.
(BN, fol. 562)

15Variantes du texte retranscrit par Collé, Journal, II, 80 : v. 2, rongeant un peuple ; v. 3, la vie ; v. 8, De l’Anglais ; v. 3 et 4 inversés.

Prédiction au roi Loüys XV

ou il n’y a ni foy, ni loyauté
ny sainteté, ny droit, ny probité,
ny justice, ny paix, ny liberté
ne peut longtemps durer la royauté
(C, p. 409-410).

Chanson sur l’air de la Prise de Bergopzoom sur le malheur arrivé au Roy le 5 janvier 1757

N’est-il pas vrai Cousin Michaud, bis
Que j’avons eu fièrement chaud !
Quand le messager s’en vint nous dire
Ce qu’avoit fait le Roy notre bon sire.

Qu’eux monstre échapé de l’Enfer !
Qu’eux vray bâtard de Lucifer !
Put faire une chose si noire,
Que j’ons peine encore à la croire.

Dans le moment qu’on me l’eut dit,
Je restis comme un étourdi
Tout roide, ou la peste me tuë
Ny plus ny moins qu’une statuë.

Drès que notre femme l’apprend
Vla queuque chose qui l’y prend,
Elle en eut le Diable m’emporte
Pendant trois jours la gueule morte.

J’en sommes, et c’est grâce au Seigneur
Maintenant quitte pour la peur ;
C’est l’effet d’une providence
Qui veille toujours sur la France.

Qu’on nous livre ce scelerat
Qui, graces au Ciel, n’a pris qu’un rat,
Dans la colère qui m’enflamme,
Morbieu je l’y grugerois l’ame.

Sauf respect à Monsieur Charlot
Je l’y baillerois bien son lot
D’un grand goût ; je montrerois comme
Je vous habillerois mon homme.

L’habiller ? c’est comme un lapin
L’escorchant avec le grapin,
De sa carcasse déchirée,
Mille chiens feroient la Curée.

Consolons-nous donc, mes amis,
Et nargue de nos Ennemis.
Le Roy pourra de nôtre patte
Leur ficher encore la grate.

De Louis petit serviteur,
Je m’appelle va de bon cœur ;
Chantons, buvons, faisons ripaille
En attendant que l’on bataille.
(BN, fol. 544).

Exécution de robert françois Damiens le lundy 28 mars 1757 en place de grève

16Huit ou dix jours avant l’execution de Robert François Damiens atteint et convaincu du parricide par luy commis sur la personne du roy (Louis 15) le 5 janvier 1757 on fit dans l’enceinte de la greve (fermée par des pieux très forts, formez avec des bois de charpente et des planches finissant en pointes de pique hauttes de 4 pieds ou environ) une barrière tres solide dont l’entrée oblongue a deux battants faisoit face au quay Pelletier.

17Cette enceinte estoit bornée par l’hostel de ville, de la largeur de laquelle elle estoit, et se terminoit du costé de la rue de la Vannerie vers les deux tiers de la place, laissant libre l’arcade de l’hostel de ville et le petit passage du St esprit, ainsy que cette eglize. Au milieu de cette enceinte on avait fait un trou profond de 7 a 8 pieds quarré, on y avait mis une charpente composée de six gros pieux ou pouthres de 8 a 10 pouces en quarré fondée dans le fond par un massif de moellons et chevillez ensemble par des traverses de la mesme force. On avait pozé sur cette bâtisse des planches de 4 pouces d’épaisseur pour former une table denviron 7 pouces de long sur 4 de large, qui devoit servir au supplice de Damiens, et cette table n’estoit pas elevée de terre de plus de 3 pieds.

18L’exécuteur de Paris avoit fait venir de differentes villes du royaume nombre de ses confreres pour l’ayder dans une execution, dont on n’avoit heureusement point eu d’exemple, depuis celle du parricide Ravaillac faitte en greve le 27 may 1610, 13 jours apres l’attentat par luy commis sur henry 4.

19Le proces ayant esté fait a robert françois Damiens au parlement, suffisamment remply des princes et pairs, il fut jugé le samedy 26 mars apres midy c’est a dire depuis cinq heures du soir jusqu’à sept et demye que les princes, les pairs, et les conseillers qui s’estoient rendus au palais des sept heures du matin, n’avoient pris pour toutte nourriture que du caffé au lait avec des petits pains

20L’execution ayant esté ordonnée pour le lundy suivant 28. Cette nouvelle se rependit aussitost dans le public dont une partie passa la nuit du dimanche au lundy appuyée sur la barrière de l’enceinte.

21Comme il avait esté agité quelle sorte de question on feroit subir a ce scelerat on avoit fait venir d’avignon le questionnaire avec une machine appellée le Diamant. C’est une espece de table en forme de pupitre a 4 faces terminé en pointe de diamant ; avec des poulies attachées aux planches. Le coupable suspendu au dessous des épaules et des reins, pieds et mains liées, est descendu perpendiculairement et on le place le coccix (croupion) sur cette pointe en forme de diamant sur laquelle porte tout le corps ; on assure que c’est un tourment inexprimable et qu’il n’y a point de criminel exposé a une pareille torture qui ne soit forcé de parler, et que l’on n’en meurt jamais ; on n’a pas cependant jugé a propos d’uzer de cette question ; le questionnaire qui avait esté appelé a grands fraix, a esté renvoyé avec sa machine, laquelle a esté assez longtemps deposée chez Mr Foubert chirurgien du parlement.

22Des le dimanche 27 veille de l’execution, l’on avoit publié dans Paris, qu’apres la question ordinaire et extraordinaire des brodequins qu’il auroit le lendemain lundy a 5 heures du matin, on le sortiroit de la conciergerie vers les 9 heures, pour aller faire amende honorable et estre ensuitte conduit a la greve.

23Cette nouvelle avoit esté tellement regardée comme certaine que bien des gens estoient venuz passer la nuit dans les chambres qu’ils avoient loüées dans la crainte de n’y pouvoir parvenir le lendemain. Par parentheze le cordonnier de ma femme avait loué la sienne qui avoit trois croisées 300 # avec la liberté de pouvoir encore placer derriere sur des tables 12 ou 15 personnes. Comme lon m’avoit promis une place au Saint Esprit dans la greve, je m’y rendis a 7 heures du matin et je trouvay en effet une grande partie des fenetres des chambres de la greve desja remplies de spectateurs et de spectatrices. Je fus placé par Me la superieure de cette maison a une fenetre du 1° etage presqu’audessus du petit passage par ou l’on va a une des portes de St Jean et j’eus pour compagnons de curiosité trois Mrs dont deux estoient freres d’un fermier général, et l’autre estoit leur amy, je joignis mes petites provisions de bouche aux leurs, et vers lheure de midy, nous dinames ensemble de bon appetit. On nous assura quelques moments apres, que Damiens dans la question qui avoit esté vive et longue, avoit fait venir plusieurs personnes detenües dans les prisons, que lon ne scavoit s’il les avoit chargées de complicité, et quil estoit actuellement entre les mains de Mr Gueret curé de St Paul et de Mr de Marsilly docteur de Sorbonne. Ce qu’il y a de certain, c’est que Damiens ne sortit de la conciergerie que vers les deux heures apres midy, qu’il fut conduit bien escorté a Nostre Dame ou il fit amande honorable, et qu’il n’arriva qu’a trois heures et un quart a la greve ou il estoit attendu avec grande impatience ; on pretend que ce scelerat ayant dit depuis quelques jours qu’un particulier nommé Gautier maistre d’hostel de Mr Lemaître marquis de La Ferrière qui demeure rue des Massons luy avoit dit (on assure il y a 2 ans) qu’un autre particulier qui n’avoit pu faire parvenir un placet a sa majesté, lui avoit raconté s’estre placé a Versailles dans un coridor obscur ou il avoit attendu le roy, lui avoit donné son placet, et que le roy avoit eu peur en se voyant seul avec luy dans cet endroit ; que ce Mr Gautier avoit adjouté que dans ce moment ce particulier auroit du assassiner le roy, a quoi luy Damiens auroit répondu que sil avoit esté a la place de ce particulier il n’auroit pas manqué son coup. Sur cette declaration Mr Gautier a esté arresté et conduit a la conciergerie ou Damiens a ce que lon dit luy a soutenu a la question que sa declaration a son egard contenoit vérité, que les juges n’estant pas bien persuadez de cette vérité avoient fait conduire Mr Gautier a l’hostel de ville et avoient fait prier Mr le maître de la Ferrière de s’y trouver et que c’estoit par leur ordre que l’on y avoit apporté Damiens. Ce récit meritte cependant confirmation.

24Revenons a Damiens. Il estoit en chemise assis dans le fond du tombereau, et avoit devant luy Mrs Gueret et de Marsilly quand ces deux messieurs furent descendus, un des executeurs qui estoient au nombre de 16, enleverent Damiens dans une couverture de laine qui l’envelopoit depuis la ceinture jusqu’aux pieds, et tout garotté qu’il estoit de couroyes de cuir, ils le porterent a l’hostel de ville precedez par les deux confesseurs. Il y entra a trois heures un quart. Il y fut une heure entiere, fut rapporté de la mesme façon, et placé d’abord a terre, pres de la table sur laquelle il devoit subir son supplice, du costé de la rue du Mouton. Ce fut alors qu’ayant esté mis sur son seant nous le vîmes assez distinctement surtout moy qui m’estoit muny d’une bonne lunette d’approche. Il me parut un homme fort et robuste, et avoit un air ferme, brun de visage, cheveux courts, crépus, bruns, et vers l’extrémité tirant sur le roux, la barbe assez épaisse, le regard hardy, effronté, jettant la vue sur ceux qui l’environnoient, et n’ayant nullement l’air humilié, ny repentant.

25Les deux confesseurs mirent alors un genoux en terre pour l’exorter à la mort. Il paroissoit les ecouter, et ne les pas rebutter ; pendant ce temps, les executeurs lui developerent les jambes que lon dit qu’il avoit entourées de linges, apparament par rapport a la question des brodequins quon luy avoit donnée fortement. On luy osta sa culotte qui estoit rouge, onlui accommoda sa chemise, de sorte qu’il estoit presque nud. Ensuitte on l’enleva de terre, et on le placa sur l’echafaut ou la table destinée a son supplice, la face tournée du costé de l’hostel de ville, ou Mrs les presidents de Maupeou et Môlé, et les deux rapporteurs estoient arrivez. Il y avoit plus de deux heures. On luy mit alors un cercle ou bande de fer sur l’estomac audessous des bras fait a peu près comme la passe d’un billard, dont les extremités entroient pardessous la table et y estoient vissées avec de forts ecrous ; sur le milieu de la table estoit un ecrou ou lon fit entrer et visser deux autres bandes ou cercles de fer, qui passoient par dessus les epaules et contenoient ce scelerat de façon qu’il n’avoit que le mouvement de la teste de libre. Un second grand cercle pareil au premier, luy embrassoit le ventre, a quoy se joignoit a lautre une bande de fer placée à l’entredeux des cuisses, et fixé le tout sous la table par fortes visses, de sorte que le corps ne pouvoit avancer ny reculer dans le tirage de chevaux. Ensuite on luy attacha fortement les bras et les jambes sur la table en forme de croix de St André, les cordes passant par des trous faits dans cette table, alors apres la derniere lecture de son arrest, l’éxécuteur commençant le supplice de ce parricide, luy soustint la main droite avec une tenaille au-dessus du feu de souffre avec lequel elle luy fut bruslée au point d’en faire tomber les chairs. Quoiqu’avec ma lunette d’approche je visse distinctement le feu je ne pus discerner le couteau qu’il devoit avoir attaché dans la main, mais lon entendit tres bien les cris affreux qu’il jettoit et je vis aux mouvemens violens de sa teste a quel point pouvait aller sa douleur. Ce n’etoit cependant la que le prelude de celles qu’il avoit a souffrir ; quand on luy eut rattaché la main sur la table, un des boureaux avec une tenaille, faitte comme celle des seruriers, mais dont le manche pouvoit avoir deux pieds, commença a le tenailler a la mammelle droitte, et apres luy avoir arraché un morceau de chair considérable, un autre y versa avec une grande cuillere de fer du plomb fondu meslé avec de l’huile, du souffre, de la cire et de la poix resine bouillante ; cette cruelle operation fut continuée du costé droit aux bras cuisses et jambes, et ce monstre poussa alors des cris proportionnés aux maux qu’on luy faisoit si justement souffrir ; les boureaux ayant alors passé du costé gauche c’est a dire de celuy de la rue du Mouton ou j’estois, je remarquay bien plus distinctement ce terrible supplice ; avec la tenaille tres aigue je vis le boureau luiy enlever un morceau considérable de la mammelle le sang en couler et s’arrester dans le moment par le plomb fondu que l’on y versa et la playe devenir toutte noire. Cette operation se fit du costé gauche sur tous ses membres, comme on l’avoit faitte du costé droit ; ce malheureux poussoit au ciel des cris furieux, secoüoit la teste avec une extreme violence, et je voyois le bout de ses pieds quoique ses jambes fussent fortement attachées sur la table, s’agiter ainsy que tout son corps avec des mouvements convulsifs qui faisoient horreur ; mais nulle pitié, n’ayant vu personne pleindre son sort.

26Ce supplice finy, les deux confesseurs qui n’avoient point abondonné Damiens dans ses souffrances s’approcherent de luy pour le consoler et luy firent plusieurs fois baizer le crucifix.

27Pendant ce temps on luy destacha de dessus la table les pieds et les mains, et les executeurs le lierent et garoterent avec des cordes qu’ils attacherent aux palonniers des quatre chevaux destinez a le demembrer ; on en avoit amené six qui estoient de jeunes et forts chevaux que l’on assure avoir cousté et avoir esté payez par le domaine 4800 #. Ils estoient harnachez d’un collier neuf comme le sont ordinairement les chevaux de charoy, et lon en avoit fourny six, afin que si l’un des quatre ne faisoit pas son devoir, les deux autres pussent suppleer ; on avoit lu aupparavant que lorsque le perfide ravaillac subit le mesme supplice, on avoit esté obligé d’accepter le cheval d’un particulier qui l’avoit offert pour remplacer un de ceux qui ne tiroit pas bien.

28Lorsque les 4 membres de Damiens furent solidement attachez aux cordes qui tenoient aux palonniers, 4 vallets de boureaux prirent chacun un cheval par la bride et les deux qui estoient attelez aux jambes commencerent a tirer lun a droite, l’autre a gauche, et ramenerent chaque jambe contre les epaules, mais malgrez les coups de foüets, ils ne firent qu’écarteler le malheureux par le bas sans le disjoindre et les chevaux qui tenoient aux bras de ce parricide firent la mesme chose sans pouvoir les emporter.

29M. Morand le plus celebre chirurgien de Paris avoit dit depuis longtemps, qu’il ne conçevait pas comment le corps d’un homme aussy remply de muscles et de nerfs qu’il l’est, pourroit estre demembré, et partagé en quatre, par des chevaux, et que suivant l’anatomie, seurement on ne pouvoit en venir a bout ; il estoit present a l’execution et dans l’enceinte avec Mr Guerin chirurgien des mousquetaires, et Mr Foubert chirurgien du parlement, auquel on assure que lon avoit fait donner caution (pour ainsi dire) pour son principal garçon qui n’a pas quitté Damiens dans la conciergerie depuis le moment qu’il y est entré jusqu’au jour de son execution.

30Je ne fus donc pas surpris que les chevaux se rebutassent, et que malgrez les coups de foüets dont on les accabloit, ils ne pussent operer le demembrement ; on en changea un du costé de la jambe gauche celuy qui prit sa place n’opera pas mieux, et l’on fut obligé d’atteler deux chevaux a chaque jambe, de sorte que le parricide fut tiré non a quatre, mais a six chevaux ; avec aussi peu de succes qu’auparavant ; il y en eut mesme un qui s’abbatit ; le scelerat Damiens souffrit plus de 60 tirades, qu’il soutint en redoublant ses cris et ses agitations de teste, enfin il y avoit sans exagerer pres d’une heure qu’il estoit tiré sans estre demembré, lorsque suivant l’avis des trois chirurgiens cydessus nommez l’executeur de Paris s’adressa au commis du greffe, et aux deux huissiers qui estoient dans l’enceinte pour les prier d’aller demander a Mr le premier présidant, Mr le président Molé, et aux deux rapporteurs Mrs Pasquier et Severt, la permission de couper les chairs des cuisses et bras du patient ; sans quoy les 6 chevaux ne viendroient jamais a bout de le disjoindre. On vint luy en apporter la permission et alors l’executeur de Paris et un de ses confreres avec des couteaux aiguisez ordinaires1, entamerent jusqu’aux os les chairs qui estoient depuis les aisnes jusqu’aux reins, et separerent ainsy tous les muscles et les nerfs. Pendant cette terrible et cruelle operation Damiens estoit dans une agitation extraordinaire ; on luy voyait distinctement remüer la teste avec fureur, et on l’entendoit pousser des cris horribles ; alors les chairs estant separées, on fouetta vivement les 4 chevaux attachez a ses pieds, non pas en retournant vers la teste de ce malheureux, mais en tirant droit vers l’hostel de ville et apres cinq ou six secousses, ils emporterent les jambes et les cuisses ; des cet instant je ne vis plus aucun mouvement dans la teste de Damiens. Cependant on m’a assuré qu’il n’estoit pas mort encore ; les executeurs alors couperent de mesme les chairs des bras, a la jonction des epaules, et les chevaux a la quatrieme tirade les separerent du corps ; et lon pretend que ce ne fut qu’a la disjonction du dernier bras que Damiens rendit l’ame. Aussitost on detacha les 4 membres des palonniers ; on les jetta sur un bucher, on devissa les visses qui par le moyen des ecrous contenoient le tronc et la teste, avec les bandes de fer cidessus descriptes ; deux executeurs le porterent sur le bucher que l’on recouvrit de paille, de fagots, et de bois auquel on mit le feu ; nous en avions vu arriver sept charetes y compris les fagots et paches pour arranger le bois et pour en composer des crocs pour retourner le corps et les membres de ce scelerat qui ne furent entièrement consumez que bien avant dans la nuit.

31La durée entiere du supplice de Damiens a commencer du bruslement de sa main droitte, a esté de plus d’une heure et demie et na finy qu’a six heures trois quarts.

32On ignore si ce malheureux est mort bien repentant de ses crimes et il n’y a guere d’apparence puisqu’il n’a point revelé ses complices, quoique bien certainement il en eut ; on dit pourtant qu’il s’adressoit a dieu et a la vierge dans ses plus vives souffrances.

33On ne peut trop loüer le zele et la patience de Mrs Gueret et Marsilly, qui n’ont point abandonné ce miserable que dans les moments du tirage ou il y auroit eu pour eux du danger d’estre blessez par les chevaux ; le premier c’estadire Mr le curé de St Paul fondoit en larmes a ce que l’on m’a assuré en l’exortant a la patience et a la mort.

34Il y a une remarque a faire sur cette execution, c’est que vue la difficulté selon Mr Morand de demembrer un homme avec quatre chevaux, il y a tout lieu de croire que ceux qui pour de pareils crimes, ont subi le mesme supplice, ont eu les chairs des quatre membres separez ou avec un petit couperet de boucher, ou avec des couteaux faits expres, et cependant aucun de ceux qui ont fait mention de la punition de ces scelerats, n’a dit que cela ait esté ainsy executé, ce qui n’a guere pu se faire autrement.

35(Archives Nationales, AD, III, 8).

Le 28 mars 1757. Relation faite par un spectateur du supplice de Damiens

36Damiens arriva dans un tombereau matelassé a 3 heures et demie à la Greve avec beaucoup de fermeté et de résignation, baisant le crucifix, accompagné de Mr Gueret Curé de St Paul et de Mr de Marsilly Docteur de Sorbonne : en entrant dans l’enceinte de la palissade ou se devoit faire l’éxécution il jetta un coup d’œuil sur la Table ou il devoit être attaché.

37Il fut porté sur le champ à l’hôtel de ville dans un espece de hamac où il a resté 3 quarts d’heures.

38Il en fut descendu après et resta 3 quarts d’heures assisté de ses confesseurs assis par terre sur son hamac a côté de la Table de son exécution, pendant qu’on faisoit fondre le plomb, l’huile, la Poix et la Raisine dans une Chaudiére : un Boureau qui le soutenoit, lui donna deux fois du vin à boire.

39Ensuite on le dépouilla tout nud, sa chemise seulement attachée autour des parties honteuses, quand il se vit dépouillé il considéra avec attention son Corps. Aussitôt on l’étendit sur la Table de son supplice qui êtoit êlevée de terre environ de deux pieds en dirigeant ses quatre Membres vers les encoignures et en lui mettant des ferrements aux deux extremités du Corps pour contenir Le Tronc, lesquels ferrements êtoient arrêtés en dessus par une Clef à visse, et audessous de La Table avec des Ecroux ; ce qui ne fut pas long. Il avoit un Traversin de Paille sous La Tête et pendant qu’on lui attachoit les pieds il se couvroit les yeux des deux mains et ne les leva que pour se gratter la Tête.

40On lui étendit la main droite dans laquelle on avoit attaché le Couteau avec lequel il avoit assassiné le Roi sur une Casserolle de soufre où elle êtoit assujettie, ensuite on mit le feu au soufre, il remua beaucoup la main en jettant les hauts cris et le couteau tomba par terre. Le feu de la Casserolle s’êtant par accident communiqué à son traversin de Paille, on le lui otta de peur que le feu ne prit à ses cheveux ; au moyen dequoi il demeura le reste du Suplice la Tête apuyée sur la Table.

41Il fut après tenaillé aux bras, aux Cuisses et sur les Mammelles avec de simples Tenailles dont les Pinces êtoient larges, ce qui lui fit de médiocres ouvertures ; puis on lui versa avec de longues Culieres sur ses Plaix, Le Plomb, l’huile, La Poix et la raisine fondue ensemble, à l’exception des Mammelles. On mit tant à lui bruler la main qu’à le Tenailler et à verser la matiére ardente sur ses Plaies 10 minutes, pendant qu’on lui versoit les matiéres sur ses plais il jettoit des cris affreux, et il y avoit un mouvement convulsif extraordinaire dans tous ses membres. Il parut moins souffrir pendant le Tenaillement.

42Cette première partie de son supplice exécutée, on lui détacha les quatre Membres des encoignures de la Table sur laquelle il êtoit couché pour attacher au dessus de toutes les articulations de ses jambes et de ses bras les Cordes que les chevaux devoient tirer, ce qui dura 20 minutes ; dans cet interval il jetta d’aussi grands cris que quand on lui versoit les matieres sur les plais, il souffroit d’autant plus que les Ligatures qu’on lui faisoit êtoient sur ses plais toutes rescentes. Il saisit même un boureau d’une main par sa veste et on eut de la peine à le faire lacher prise.

43Ensuite on fit tirer les quatre Chevaux légérement et on les arrêta sur le champ et le Greffier s’approcha pour scavoir de lui s’il avoit quelque chose à déclarer. Il répondit mais il n’y avoit que ceux qui êtoient proches qui pouvoient l’entendre. On assura qu’il n’a rien déclaré. Le Boureau tira sa Montre et lut son ordre a ses Camarades et au bout de Cinq minutes on lui donna encore une légére secousse ; en faisant tirer les chevaux, il crioit pendant toutes ces secousses. On cessa pour laisser aborder les Confesseurs qui chantérent le Salvé et l’exhorterent ; ce qui dura 8 minutes.

44Apres on fit tirer les Chevaux avec violence et en faisant rebrousser ceux qui êtoient aux jambes du côté de la Tête afin de déboëter plus promtement les Os. Mais ils se rebuterent tellement qu’ils ne voulurent plus tirer, on fut obligé d’en ajouter deux de plus aux Jambes, et malgré les efforts des six Chevaux on ne put jamais venir à bout de l’écarteler. Le tiraillement des chevaux dura 28 minutes. Les Boureaux qui êtoient près d’une vingtaine avoient perdu la Tête, il n’y en avoit qu’un qui eut un foüet, les autres se servoient de houssines de fagots pour exciter leurs chevaux, Le Greffier et un éxempt de Robe courte les gronderent beaucoup à différentes fois, pendant tout ce temps le patient jettoit des cris affreux.

45Enfin il vint un ordre de ses Juges pour diviser ses Membres. Le Boureau qui n’avoit pas prévu le cas n’avoit rien pour cela. Mr Fouber Chirurgien de la Conciergerie lui prêta deux Bistouris : il en donna un à l’un de ses Camarades et garda l’autre.

46Alors les Confesseurs qui pendant l’éxécution avoient exhorté Damiens à différentes fois, s’approcherent de lui pour la dernière et après que le Curé de St Paul lui eut fait baiser Le Crucifix on fit de nouveau tirer les Chevaux.

47Pendant ce tems les deux Boureaux qui avoient les Bistouris lui divisérent les Membres ce qui ne dura que 4 minutes ; il cria moins pendant cet intervale, mais il êtoit très attentif à chaque membre qu’on lui coupoit il les voyoit partir en les suivant des yeux, il expira au dernier bras coupé qui êtoit le bras gauche la Tête retourné vers celui qui le Lui coupoit et son tronc resta sur la Table dans le même êtat qu’il y avoit êté assujetti. On remarqua après La division de ses membres qu’il êtoit resté très peu de sang sur La Table.

48Le Curé de St Paul après La Division des Membres s’êtant encore approché, Le Boureau lui dit qu’il êtoit mort, il se retira sur le champ avec l’autre Confesseur Et Messieurs du Parlement partirent de l’hôtel de ville aussitôt que le feu fut mis au Bucher sur lequel on avoit jetté ses Membres et son Tronc. Il n’y eut que le Greffier qui resta pour terminer le Procès verbal d’éxécution.

49Pendant toute cette exécution ou Damiens souffrit des douleurs horribles, il montra une grande fermeté et ne profera pas un seul jurement.

50(Lettres et autres pièces sur l’Assassinat de Louis XV. Année 1757. BM Troyes, RR 479, p. 239-245).

Notes de fin

1 La famille des Poissons dont est Mme Pompadour

2 La suppression des Enquêtes du Parlement, et les Démissions données par les autres chambres.

3 La suppression des Enquêtes du Parlement, et les Démissions données par les autres chambres.

4 Le poignard de Damien. no Saint Damien est jumeau de Saint Cosme. (BN, fol. 529, daté de janvier 1757).

5 Grand pays de l’amérique méridional ou les jésuites y ont des peuplades d’indiens appelles doctrines qui sont des bourgades de plusieurs milliers d’indiens que ces bons peres ont civilisés en les rassemblant dans les forêts, et sur les montagnes. Ils leur ont appris tous les métiers nécessaires à la vie, de même qu’à servir dieu sans désobliger le diable.
(C, p. 409.)

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/647/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/647/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© Presses universitaires de Lyon, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search