Version classiqueVersion mobile

Masculin / Féminin dans la poésie et les poétiques du xixe siècle

 | 
Christine Planté

Femmes poètes : positions et réception

La réception critique de la poésie féminine dans les petites revues littéraires du tournant du siècle

L’exemple de La Plume (1889-1905)

Hélène Millot

Texte intégral

  • 1 Ernest Raynaud, « Les Samedis de La Plume », La Plume, 15 avril 1903, p. 425-440.

1Contrairement aux grandes revues (Revue des deux mondes, Revue bleue) et aux grands journaux d’abonnés (Le Temps, Les Débats), antichambres de l’Académie qui pratiquent une critique institutionnelle et enregistrent donc avec retard et réticence les variations et mutations littéraires et esthétiques, les petites revues du tournant du siècle – appelées aussi « revues de jeunes » – sont à l’affût de la nouveauté : c’est en leur sein que s’élabore la nouvelle poésie, et c’est dans leurs pages qu’on enregistre et qu’on discute l’évolution du mouvement littéraire. La spécificité de leur position dans le champ littéraire incite à examiner comment elles ont accueilli cette nouveauté que constitue l’émergence de la poésie féminine aux alentours de 1900, ou du moins sa soudaine visibilité. La prolifération de ces petites revues (plus de 300 pour la période 1885-1914) ne permettant pas une étude exhaustive de cette réception dans le cadre d’un article, le corpus ici analysé se limitera à La Plume, qui est, avec le Mercure de France, L’Ermitage et la Revue blanche, l’une des plus importantes et des plus significatives des années 1890-1905, période qui voit précisément, avant même l’émergence de la poésie féminine, l’élaboration de son horizon d’attente. Contrairement à d’autres revues similaires, La Plume se caractérise par une formule éditoriale bien équilibrée (elle publie indifféremment des vers et de la prose, ses rubriques critiques sont souvent assez développées et sont confiées à de jeunes critiques influents, elle comporte une tribune libre qui accueille les débats et les polémiques du moment), et elle offre l’avantage de ne pas être l’émanation d’une école particulière, se contentant de suivre fidèlement l’évolution de la jeune littérature. « Trait d’union de toutes les feuilles d’avant-garde dispersées1 » selon Ernest Raynaud, qui la définit comme « révolutionnaire » mais « bonne fille » et ne pratiquant pas l’exclusion, elle peut être considérée comme un bon observatoire du mouvement littéraire au tournant du siècle.

  • 2 Léo Trézenic, Lutèce, 15 février 1885.
  • 3 Henri Heltey, Lutèce, 23 juin 1886 : « Autant nous sommes impitoyables, ici [...], pour la platitu (...)
  • 4 Titre d’un article du 14 septembre 1884, qui porte, non sur les femmes auteurs, mais sur celles qu (...)

2Il est toutefois nécessaire de jeter préalablement un bref coup d’œil sur d’autres petites revues, pour voir dans quel contexte s’opère à La Plume la réception de la poésie féminine. Force est de reconnaître qu’avant 1890 la poésie féminine n’y a pas d’existence critique, et qu’on n’y voit guère s’ébaucher d’horizon d’attente : ainsi Lutèce, l’une des plus intéressantes petites revues des années 1880, bien que donnant un compte rendu tout à fait honnête des Poésies philosophiques de Louise Ackermann2 et reconnaissant le talent de Rachilde qui vient de publier Monsieur Vénus3, fait généralement preuve de la misogynie la plus brutale, renvoyant les femmes « à la cuisine4 » et n’hésitant pas à déclarer :

  • 5 L.-G. Mostrailles, Lutèce, Ier mai 1886.

Parler d’un livre signé par une femme n’offre pas le moindre intérêt. Si, par hasard, l’œuvre est lisible, sûrement c’est que la femme n’y a rien introduit d’elle. Si, comme c’est le plus grand cas, l’élucubration est odieusement nulle, la femme n’y a souvent pas contribué davantage, et il devient encore plus oiseux de s’y arrêter5.

  • 6 Jean de Tinan, Le Centaure, 10 juillet 1896.

3Il est vrai que Lutèce cultive l’esprit potache et ne ménage pas davantage la moitié masculine de l’espèce, mais d’autres petites revues, plus sages et plus convenables, tiennent le même discours, bien que sur un ton souvent plus méprisant que résolument agressif. Ainsi Rodolphe Darzens, rendant compte en 1886 dans La Pléiade d’un recueil de poèmes dû à une femme, écrit-il : « Je ne la dissuaderai pas de continuer à faire des vers, puisque cela peut lui être une personnelle satisfaction ; mais je doute qu’elle ait jamais une note originale », après avoir déclaré abruptement : « Il n’a pas été donné aux femmes d’être novatrices en art. » Même Marceline Desbordes-Valmore ne trouve pas grâce aux yeux de nombre de ces jeunes critiques qui, tel Jean de Tinan, qualifient ses vers de « chialements [...] luctueux », lui reprochant d’avoir « sangloté autour des moindres petits détails de ménage, tandis qu’elle frôlait avec une incompréhension admirable de grands événements et de grandes figures », et d’avoir laissé des « pages idylliques ou élégiaques comme il en traîne, pas bien inférieures, par rames, dans tous les sous-mains de sous-chefs de bureaux6 ». Parce qu’elle apparaît comme une anti-Desbordes-Valmore, parce qu’elle ne verse pas dans le lyrisme sentimental qui semble alors indissociable de l’écriture féminine – et donc peut-être parce qu’elle n’est perçue ni comme poète, ni même comme une vraie femme, seule Rachilde bénéficie assez régulièrement de comptes rendus élogieux, mais d’où l’a priori réticent n’est pas exclu :

  • 7 Louis Lormel, L’Art littéraire, janvier 1894.

Le nom, même connu, d’une femme de lettres sur la couverture d’un livre, même joli, nous inspire toujours une crainte de lire. En ce sens, Mme Rachilde n’est pas du tout femme de lettres. Je n’ai trouvé, fanée parmi ces pages, aucune pensée sentimentale7.

4S’il fallait une autre preuve, quantifiable celle-là, de l’inexistence critique de la poésie féminine jusqu’au milieu des années 1890, il suffirait de mentionner deux enquêtes réalisées par La Plume en août 1894 et février 1896 auprès des poètes : sur les 189 poètes interrogés en 1894, on ne compte que trois femmes (Tola Dorian, Marie Krysinska, Pauline Savari), et sur les 169 poètes interrogés en 1896 pas davantage (Tola Dorian, Rachilde, Viviane de Brocélyande) – ce qui ne signifie pas que les femmes constituent alors effectivement moins de 2 % des poètes, mais qu’elles ne sont visibles qu’à hauteur de ce pourcentage.

La position de La Plume avant 1897

  • 8 Victor Joze, La Plume, 15 septembre 1895.

5On le voit avec ces deux enquêtes, La Plume partage les préjugés communs quant à la place des femmes poètes dans le champ littéraire de l’époque : pour elle, « la plupart des œuvres de femmes poètes portent une marque évidente de faiblesse et d’infériorité cérébrale. C’est presque toujours toquard, pour parler vulgairement8 », mais elle fait, elle aussi, une exception pour Rachilde, que visiblement nul n’arrive à classer et qui suscite des articles filandreux et embarrassés, où l’on s’efforce péniblement de définir en quoi elle est ou n’est pas femme, et en quoi réside la spécificité de l’écriture féminine, que Louis Dumur définit comme perverse :

L’homme transforme, mais ne déforme pas. La femme déforme. La perversion de l’homme est consciente. L’homme voit les choses et lorsqu’il est artiste, c’est dans son cerveau que s’opère la transposition des impressions reçues en impressions qu’il faut rendre. [...] L’homme ne pervertit pas, il idéalise.

La femme, au contraire, ignore qu’elle déforme. Elle s’imagine voir le monde tel qu’il est. Ses impressions sont faussées elle ne sait comment. Il semble que les impressions se faussent en dehors d’elle, qu’elle les reçoit déjà fausses. Elle ne s’aperçoit pas qu’elles sont fausses. Elle croit que c’est comme ça. Et c’est, en effet, comme ça, puisqu’elle sent ainsi. Mais sent-elle ? Il est peu probable qu’elle sente. J’inclinerais à croire que la femme ne fait que s’imaginer sentante.

  • 9 Louis Dumur, La Plume, 15 mai 1893.

Il en résulte que la femme est aussi incapable d’idéaliser que de percevoir la réalité. Car c’est justement parce qu’il perçoit d’abord la réalité que l’homme, pour faire œuvre d’art, la transforme, l’élève à l’état d’idée. S’en suit-il que la femme ne puisse pas faire œuvre d’art ? Nullement, mais son art, à la fois primitif et extravagant, sera essentiellement différent de celui de l’homme. Et c’est cet art, spécial à la femme, que je voudrais encadrer de ce mot : perversité9.

6Que la femme soit « aussi incapable d’idéaliser que de percevoir la réalité » signifie qu’elle est aussi peu faite pour le roman réaliste ou naturaliste que pour la poésie, telle du moins qu’elle se définit alors dans l’esthétique symboliste : elle se trouve donc, de fait, exclue du paysage littéraire du moment. Mais on peut lire aussi dans ces lignes quelque chose comme l’ébauche de l’horizon d’attente d’une écriture féminine, qui échapperait au conflit naturalisme/symbolisme, et qui, en se définissant comme « primitive et extravagante », échapperait aussi à la fatalité naturelle et quasi biologique du lyrisme sentimental illustré par l’œuvre de Desbordes-Valmore.

Le Massacre des Amazones (La Plume, novembre 1897-octobre 1898)

  • 10 Soit 19 articles formant 12 chapitres et abordant 60 à 70 auteurs, dont environ 25 % de femmes poè (...)
  • 11 « La première punition de ces jalouses du génie des hommes a été de perdre le leur... La seconde a (...)

7Le Ier novembre 1897, Han Ryner inaugure à La Plume une série d’articles exclusivement consacrée aux femmes auteurs, prosatrices ou poètes, qui s’achèvera le Ier octobre 189810. Le titre de cette série, Le Massacre des Amazones, tout comme la citation des Bas-Bleus de Barbey d’Aurevilly qui lui sert d’épigraphe11, annoncent l’éreintement systématique, et les premières phrases du premier article font office de déclaration programmatique plus qu’explicite :

  • 12 Han Ryner, La Plume, Ier novembre 1897.

Qu’est exactement l’ennemi que je vais combattre ? [...] Je le saurai mieux après la guerre. J’aurai cherché souvent le point où il faut frapper pour tuer Aux soirs de bataille, je me reposerai à disséquer quelques cadavres12.

8On ne s’attardera pas outre mesure sur la misogynie affichée de cette série d’articles, qui va de la familiarité condescendante et méprisante à la muflerie la plus abjecte, et qui ne voit dans les femmes qui écrivent que des petites filles sottes et bavardes, des folles bonnes pour la Salpêtrière, ou des animaux divers – oies qui se prennent pour des cygnes, brebis bêlantes, ou lapines prolifiques : ce massacre, férocement jubilatoire, porte bien son nom. On ne soulignera pas non plus ce qui relève du discours convenu, à savoir qu’une femme qui écrit n’est plus une femme, sans être pour autant un homme, et qu’elle ne peut donc être qu’une monstruosité. Qu’un critique éreinte les femmes qui ont la prétention d’écrire n’a alors rien de particulièrement étonnant, mais l’ampleur, la durée, et la violence de cet éreintement peuvent être lues comme le signe d’une émergence et d’un début de visibilité de l’écriture féminine qui, à l’évidence, commence à poser problème.

  • 13 Il faut bien entendu rappeler ici que c’est précisément à la fin de l’année 1897 que La Fronde est (...)
  • 14 La Plume, Ier mars 1898.
  • 15 La Plume, Ier janvier 1898.
  • 16 Titre d’un chapitre qui s’étend sur quatre livraisons.
  • 17 Han Ryner n’omet jamais de mentionner ces lauriers, avec un respect manifestement ironique.

9Au-delà de la mercuriale misogyne, c’est bien en effet à un éreintement littéraire que se livre Han Ryner13 : banalité des images, absence d’imagination, pauvreté de la pensée, pédantisme, maîtrise approximative de la langue (incorrections, impropriétés, imprécision des termes, pléonasmes, galimatias), tels sont les défauts qu’il ne manque pas de relever, citations à l’appui, mais il critique tout aussi sévèrement les prétentions littéraires : « byzantinisme cliquetant des allitérations » chez Hélène Vacaresco14, ou « mots choisis pour leur étrangeté », « phrases tordues en poses impossibles » et « litanies interminables, hérissées de majuscules, colliers dénoués de verroteries grossières, aux formes bizarres, mal arrondies » chez Tola Dorian15. Il faut toutefois noter que le reproche le plus fréquent – et c’est en cela que la critique des petites revues, si acerbe soit-elle, diffère fondamentalement de la critique institutionnelle – porte sur l’académisme de l’écriture féminine : ces femmes poètes, dont beaucoup sont « fille, femme ou veuve16 » de poètes consacrés, ne sont que des imitatrices du Parnasse, leur poésie est vieillotte, moisie, rance, aucune n’est capable d’innover, et il n’est pas étonnant que leurs œuvres soient fréquemment couronnées par l’Académie17.

  • 18 Mme Daudet a droit le 15 janvier 1898 à un article particulièrement élogieux. Le fait qu’Han Ryner (...)

10Il faut toutefois apporter quelques correctifs à cet éreintement systématique : il arrive qu’ici ou là Han Ryner décerne, certes le plus souvent à contrecœur, quelques éloges18 ; par ailleurs, il a beau stigmatiser les femmes qui ont la prétention d’écrire, il n’en espère pas moins l’avènement d’une « vraie littérature féminine », et ce, dès le premier article :

  • 19 Han Ryner entend par là les hommes qui écrivent « comme des femmes » : Catulle Mendès, Marcel Prév (...)
  • 20 La Plume, Ier novembre 1897.

Eunuques et amazones, bas-bleus et chaussettes roses19, je les hais également, parce qu’ils contribuent également à tuer une moitié des lettres françaises, à empêcher l’expression de tout un sexe, à priver notre époque d’une vraie littérature féminine20.

  • 21 « La femme est également incapable d’ordonner un livre et de créer un caractère. Les œuvres fémini (...)
  • 22 L’ouvrage de référence en la matière restant celui de Michel Décaudin, La Crise des valeurs symbol (...)

11Cette « vraie littérature féminine » devant s’exprimer, selon lui, plutôt dans la poésie ou les formes brèves de la prose (conte, nouvelle, prose poétique) que dans le roman, la composition romanesque exigeant, toujours selon lui, des qualités plus viriles21. Mais surtout, les critiques qu’il formule et les arguments qu’il emploie, si marqués soient-ils par le discours convenu touchant l’écriture féminine, commencent à dessiner un horizon d’attente, qui lui-même s’inscrit dans l’évolution littéraire générale du moment, dont on rappellera ici très brièvement les principales lignes22.

  • 23 La mise en parallèle des articles nécrologiques (Verlaine meurt en janvier 1896, Mallarmé en septe (...)
  • 24 C’est le numéro du Ier novembre 1897, celui-là même où Han Ryner débute le Massacre des Amazones.
  • 25 Il donne à La Plume trois articles importants (Ier janvier, 15 janvier, Ier mars 1898), où il retr (...)
  • 26 Auteur du manifeste naturiste publié le 10 janvier 1897 dans Le Figaro.

12Depuis le début des années 1890 en effet, et surtout depuis les années 18951896, on assiste dans les petites revues (et particulièrement à La Plume) à une remise en cause ouverte et violente de la poésie symboliste, et plus précisément au rejet de Mallarmé, dont la poésie est perçue comme affectée, abstraite et hermétique, au profit de Verlaine, dont on souligne la simplicité, la fraîcheur et la candeur23. L’année 1897-1898 est l’année du Naturisme, qui aspire à une poésie plus simple, plus humaine, plus attentive à la vie et à la nature – aspiration dont La Plume se fait largement l’écho en consacrant un numéro spécial au nouveau mouvement24, en accueillant dans ses pages les débats et polémiques, et en promouvant un naturisme non dogmatique, plus proche de l’esthétique de poètes jadis symbolistes, mais qui ont évolué vers une poésie moins abstraite et moins affectée (tels Viélé-Griffin, Stuart Merrill ou Adolphe Retté – qui est alors l’un des principaux rédacteurs de La Plume, celui qui influence le plus directement ses choix esthétiques25), que du petit clan groupé autour de Maurice Le Blond et Saint-Georges de Bouhélier26, dont le sectarisme et le dogmatisme se heurtent à un refus général des écoles et des affrontements qu’elles suscitent.

13Simplicité, sincérité, naturel, humanité, émotion, absence de pose et de prétention : les qualités que La Plume attend en 1897-1898 de la jeune poésie post-symboliste sont celles-là même qu’on attribue volontiers à l’écriture féminine, celles qu’au même moment et dans la même revue le Massacre des Amazones définit « en creux » – et de fait, lorsque la poésie féminine va émerger à l’orée du siècle avec Anna de Noailles, Renée Vivien, Lucie Delarue-Mardrus et Marie Dauguet, l’horizon d’attente qu’elle va venir remplir n’est pas celui de la poésie féminine, c’est celui de la poésie tout court, celui que n’ont rempli qu’imparfaitement les jeunes poètes naturistes. Mais cette convergence objective n’est à aucun moment soulignée, ni même pressentie, ce qui contribuera à faire de l’émergence de la poésie féminine une « divine surprise ».

  • 27 « Le nombre des écrivains a doublé, parce qu’un sexe tout entier s’est mis soudainement et résolum (...)
  • 28 « On ne pouvait pas émanciper la femme sans lui donner le droit de l’écriture ; ou plutôt, du mome (...)

14Significatif à cet égard est l’article que La Plume publie le 15 avril 1901 sous le titre « Le Féminisme littéraire » – article de Gustave Kahn, jadis poète symboliste théoricien du vers libre, mais qui, comme nombre de ses amis, a par la suite évolué, et qui tient alors dans la revue la critique des romans (Stuart Merrill assurant celle des poèmes) : il montre que, bien que l’attente se fasse plus pressante et que l’horizon se précise, les critiques les plus avisés n’ont pas pressenti cette émergence, et, accessoirement, que les préjugés n’ont pas encore disparu. Après avoir déploré la surproduction littéraire, l’attribuant à l’envahissement de la littérature par les femmes27 (tout en reconnaissant la légitimité de cette prise de plume28) Gustave Kahn regrette qu’elles n’apportent rien de neuf, et qu’elles se contentent d’imiter. Mais, loin de s’en tenir à ces déplorations coutumières, il formule un appel d’offre explicite :

Il serait bon que la littérature féminine nous donnât quelque chose d’un peu exceptionnel, et qui ne pût être attribué indifféremment soit à un homme travaillant dans les nuances un peu grises, ou à une femme faisant sa grosse voix. Il y a bien Marceline Desbordes-Valmore ; mais dans le Panthéon féminin elle est bien seule, et elle n’a pas dans le courant contemporain d’émule sérieuse ni de miroir fidèle.

15Ce « quelque chose d’un peu exceptionnel » existe pourtant déjà : Lucie Delarue-Mardrus et Renée Vivien ont publié leur premier recueil l’année précédente, mais cette jeune poésie féminine n’est pas encore véritablement visible, même aux yeux d’un critique aussi attentif et aussi informé que Gustave Kahn. Tout va se jouer au cours des mois qui suivent.

L’article de Stuart Merrill (La Plume, 1er janvier 1903)

  • 29 À titre de comparaison, la critique des romans en compte à peine 3.

16Quelques mois après Lucie Delarue-Mardrus et Renée Vivien, Anna de Noailles publie en 1901 son premier recueil ; en 1902, Marie Dauguet fait elle aussi paraître son premier volume, tandis que Lucie Delarue-Mardrus, Renée Vivien, et Anna de Noailles en sont déjà à leur deuxième : la poésie féminine a désormais une existence, et une existence visible, dont témoigne exemplairement l’article que Stuart Merrill donne à La Plume le Ier janvier 1903. Cet article, qui ne se veut pas un article de fond mais un simple compte rendu d’une demi-douzaine de volumes de vers dûs à des femmes poètes, occupe toutefois 16 des 64 pages de la livraison29, en les citant très largement. Les recueils dont Stuart Merrill rend compte sont les suivants : A travers le voile de Marie Dauguet, Ferveur de Lucie Delarue-Mardrus, L’Ombre des jours d’Anna de Noailles, Le Sourire de Joconde de Jeanne Perdriel-Vaissière, La Guirlande des jours de Sybil O’Santry, Études et préludes et Cendres et poussières de Renée Vivien.

  • 30 Depuis 1894. Son nom n’apparaîtra au sommaire qu’à la fin de l’année 1902, et elle ne recueillera (...)
  • 31 Lucie Delarue-Mardrus aux éditions de la Revue blanche, Jeanne Perdriel-Vaissière aux éditions de (...)

17On remarquera tout d’abord que, à l’exception de Sybil O’Santry qui n’a pas laissé de trace ineffaçable dans l’histoire de la littérature, toutes sont des représentantes éminentes de la poésie féminine – ne manque à ce Panthéon féminin que Gérard d’Houville, qui publie anonymement ses poèmes à la Revue des deux mondes30. On notera également que, sur ces six femmes poètes, deux seulement sont publiées chez un éditeur institutionnel (Renée Vivien chez Lemerre, Anna de Noailles chez Calmann-Lévy), les autres étant accueillies dans le secteur parallèle que constituent les jeunes maisons d’édition filiales des revues31.

18Ce que Stuart Merrill apprécie dans leur œuvre, c’est la simplicité, la sincérité, la sensibilité, l’amour de la nature et de la vie (qualités éminemment naturistes), ainsi que la douceur, la bonté et la compassion (qualités éminemment féminines), mais aussi la force, la santé et l’absence de mièvrerie. Il souligne surtout qu’elles ont une écriture bien à elles, c’est-à-dire qu’elles ne sont nullement des imitatrices – principal reproche qui était jusqu’alors adressé à l’écriture des femmes —, et que dans cette écriture s’entendent à la fois une parole de femme et une parole de poète. De fait, le discours de Stuart Merrill maintient un équilibre entre la reconnaissance d’une spécificité de l’écriture féminine, et le constat que le peuple des poètes n’est plus unisexué : ces femmes poètes sont certes femmes, mais elles sont aussi poètes à part entière. Le premier paragraphe de l’article mérite d’être cité intégralement :

  • 32 Stuart Merrill, La Plume, Ier janvier 1903.

Voici des poésies de femmes. On peut en parler sans ironie dédaigneuse ni galanterie humiliante. Les femmes, dans l’art d’écrire, sont devenues les égales des hommes. Plusieurs de celles dont j’aurai le périlleux honneur de critiquer les œuvres se sont même placées au premier rang de la pléiade des poètes qui illustrent l’aurore de ce siècle. Ce dont je les loue surtout, c’est d’avoir su, tout en devenant artistes, rester femmes, d’avoir exprimé ce qui est en elles de plus fuyant et de plus insaisissable, ce quelque chose d’amoureux et de maternel, de sensuel et de chaste, de tendrement vergogneux et de follement impudique, qui échappe si complètement à l’homme. Il y a dans ces livres des frissons et des murmures, des larmes dans le sourire et des rires dans les sanglots, des demi-teintes et des demi-mots. Verlaine les eût aimés comme il aima les vers de la douce Marceline Desbordes-Valmore, comme il devait aimer, aux heures farouches de sa vie, ceux de la désolée Louise Ackermann. Nous voici loin, on le voit, de ces Muses de keepsake, des Louise Colet, des Amable Tastu et des Anaïs Ségalas32.

  • 33 On peut souligner cette expression quasi oxymorique, qui montre à quel point le regard porté sur l (...)
  • 34 J’en veux pour preuve supplémentaire un autre article de Stuart Merrill (La Plume, Ier juin 1903), (...)
  • 35 Notons que la poésie verlainienne est alors reconnue comme relevant d’une sensibilité quasi fémini (...)

19Ce qui importe, ce n’est pas tant qu’on soit passé en quelques années de l’éreintement systématique à l’éloge, c’est le discours qui est tenu, ce sont les termes qui sont employés. On aurait envie, ici, de tout souligner : d’abord, que Stuart Merrill ne parle pas de la femme, mais de certaines femmes, et donc qu’il ne cède pas à une interprétation a priori biologisante de l’écriture féminine ; ensuite, qu’il les considère comme des poètes à part entière, dont « on peut parler sans ironie dédaigneuse ni galanterie humiliante33 » ; enfin, que, loin de les considérer comme toquardes, il les met au premier rang de la jeune poésie : ces femmes poètes ne constituent pas une catégorie à part de la littérature, elles sont partie prenante dans le mouvement général de rénovation esthétique34. Il faudrait aussi souligner les références que Stuart Merrill mobilise, et qui permettent d’inscrire cette jeune poésie féminine dans le mouvement littéraire, tout en lui gardant sa spécificité : Verlaine, figure fédératrice de la poésie du moment, perçu comme un anti-Mallarmé qui permet de faire le lien entre symbolisme et naturisme, et dont l’assomption critique fait partie de la constitution de l’horizon d’attente de la poésie du tournant du siècle – horizon d’attente de la jeune poésie, et aussi horizon d’attente de l’expression féminine35 ; Marceline Desbordes-Valmore, qui incarne le lyrisme sentimental, versant traditionnel de l’écriture féminine, c’est-à-dire l’éternel féminin ; et Louise Ackermann, anti-Desbordes-Valmore qui, comme Rachilde (bien que pour de tout autres raisons), bénéficie souvent d’un traitement de faveur dans les petites revues, et à travers qui on reconnaît aux femmes une aptitude à penser, et pas seulement à sentir.

20Après cet article, capital, de Stuart Merrill, La Plume ne consacrera plus d’étude de fond à la poésie des femmes, mais cela ne signifie pas que la revue se désintéresse du sujet, et encore moins qu’à ses yeux cette poésie féminine n’a été qu’une mode passagère. Elle continue à rendre compte des recueils qui paraissent, et elle publie des vers de femmes poètes (en particulier de Marie Dauguet), mais elle commence à péricliter dans le courant de l’été 1903, perdant progressivement de son identité et de son influence avant de disparaître le 15 juillet 1905. Surtout, on peut considérer que l’existence et la visibilité des femmes poètes (en tant que poètes à part entière) sont désormais acquises, et qu’il n’est par conséquent nullement nécessaire de consacrer des articles spécifiques à ce qui, désormais, n’est plus perçu comme un phénomène : l’in-différence, au sens propre du terme, témoigne d’une banalisation qui est elle-même, de fait, reconnaissance.

  • 36 Il n’est peut-être pas superflu de rappeler ici que Maurras n’est pas un critique littéraire, et q (...)

21Il suffit, pour s’en assurer, de mettre en regard deux ouvrages publiés à quelques mois d’intervalle : celui de Charles Maurras, Le Romantisme féminin, paru en 1905, et celui d’Ernest Gaubert et Georges Casella, La Nouvelle Littérature (1895-1905), publié en 1906, qui consacre une large place à la jeune poésie féminine. Les titres eux-mêmes sont explicites : alors que Maurras renvoie les femmes poètes à un ghetto sexué, à un gynécée dont elles ne peuvent biologiquement pas sortir, les rattachant en outre à un mouvement littéraire moribond, sinon déjà cadavérique (et pour lequel, on le sait, il n’éprouve aucune sympathie36) Gaubert et Casella les incluent, en tant que poètes à part entière, dans cette nouvelle littérature des années 1895-1905 : elles sont, à leurs yeux, des représentantes significatives de la rénovation esthétique du début du siècle. Il n’est peut-être pas inutile de signaler ici qu’Ernest Gaubert est l’un de ces jeunes critiques de petites revues et qu’il a officié en 1905 à La Plume, revue qui n’avait nullement pour vocation la promotion de l’écriture féminine mais qui, parce qu’elle était en phase avec l’évolution littéraire et attentive à la nouveauté, a su reconnaître dans cette écriture l’expression de la modernité.

Notes

1 Ernest Raynaud, « Les Samedis de La Plume », La Plume, 15 avril 1903, p. 425-440.

2 Léo Trézenic, Lutèce, 15 février 1885.

3 Henri Heltey, Lutèce, 23 juin 1886 : « Autant nous sommes impitoyables, ici [...], pour la platitude et la vulgarité de bleu des bas dits littéraires, tire-bouchonnés autour de leurs mollets plats, autant nous aimons [...] à saluer le talent partout où il se trouve. Même chez une femme. » On appréciera ce « même chez une femme », ainsi que la déclaration qui précède : « Je l’accorde, c’est monstrueux qu’une femme soit originale. C’est une telle exception qu’on est en droit de voir là un cas pathologique »...

4 Titre d’un article du 14 septembre 1884, qui porte, non sur les femmes auteurs, mais sur celles qui ont la prétention de faire des études universitaires.

5 L.-G. Mostrailles, Lutèce, Ier mai 1886.

6 Jean de Tinan, Le Centaure, 10 juillet 1896.

7 Louis Lormel, L’Art littéraire, janvier 1894.

8 Victor Joze, La Plume, 15 septembre 1895.

9 Louis Dumur, La Plume, 15 mai 1893.

10 Soit 19 articles formant 12 chapitres et abordant 60 à 70 auteurs, dont environ 25 % de femmes poètes. L’ensemble représente environ 70 pages, avec une typographie serrée sur deux colonnes : c’est, quantitativement, la plus importante étude qu’une revue ait consacrée au sujet.

11 « La première punition de ces jalouses du génie des hommes a été de perdre le leur... La seconde a été de n’avoir plus le moindre droit aux ménagements respectueux qu’on doit à la femme. Vous entendez, Mesdames ? Quand on a osé se faire amazone, on ne doit pas craindre les massacres sur le Thermodon ».

12 Han Ryner, La Plume, Ier novembre 1897.

13 Il faut bien entendu rappeler ici que c’est précisément à la fin de l’année 1897 que La Fronde est fondée, et que l’éreintement littéraire peut parfois servir de masque à une résistance face à l’émergence du féminisme. Tout n’est pas si simple cependant : les avant-gardes littéraires du tournant du siècle ont souvent des opinions avancées en matière politique, sociale et morale, et la misogynie outrancière du Massacre des Amazones ne peut être mise au compte d’un conservatisme étriqué et bourgeois. Han Ryner lui-même, qui se définit comme anarchiste, n’hésite pas à se proclamer féministe (Ier octobre 1898) en dépit de la misogynie qu’il affiche, et les pages qu’il consacre à Séverine (15 juillet 1898) et aux femmes de La Fronde (Ier octobre 1898) sont parmi les moins violentes et les moins misogynes de la série : il leur reproche surtout de ne pas associer leur lutte pour l’égalité des droits entre hommes et femmes à une lutte pour l’égalité sociale.

14 La Plume, Ier mars 1898.

15 La Plume, Ier janvier 1898.

16 Titre d’un chapitre qui s’étend sur quatre livraisons.

17 Han Ryner n’omet jamais de mentionner ces lauriers, avec un respect manifestement ironique.

18 Mme Daudet a droit le 15 janvier 1898 à un article particulièrement élogieux. Le fait qu’Han Ryner soit un familier de la famille Daudet n’est sans doute pas étranger au traitement de faveur dont bénéficie Mme Daudet – qui, notons-le, n’est pas répertoriée au chapitre « Fille, femme ou veuve »...

19 Han Ryner entend par là les hommes qui écrivent « comme des femmes » : Catulle Mendès, Marcel Prévost, Jules Bois, René Maizeroy.

20 La Plume, Ier novembre 1897.

21 « La femme est également incapable d’ordonner un livre et de créer un caractère. Les œuvres féminines de quelque valeur sont courtes, ou expriment dans un désordre de conversation des choses vues, ou disent l’âme de l’auteur. Dès que l’œuvre exige une vue d’ensemble, un effort de synthèse, la femme y est inégale. Pour employer des mots allemands, peut-être la femme est-elle destinée à dépasser l’homme dans l’art subjectif ; l’art objectif lui restera sans doute éternellement fermé. Elle aura d’autres Sapho et d’autres Desbordes-Valmore. Elle n’aura jamais un Sophocle ou un Balzac » (La Plume, 15 avril 1898).

22 L’ouvrage de référence en la matière restant celui de Michel Décaudin, La Crise des valeurs symbolistes, Slatkine, 1981 [Privat, 1960].

23 La mise en parallèle des articles nécrologiques (Verlaine meurt en janvier 1896, Mallarmé en septembre 1898) est à cet égard particulièrement éclairante.

24 C’est le numéro du Ier novembre 1897, celui-là même où Han Ryner débute le Massacre des Amazones.

25 Il donne à La Plume trois articles importants (Ier janvier, 15 janvier, Ier mars 1898), où il retrace son évolution personnelle et définit par là même la position de la revue par rapport au mouvement littéraire.

26 Auteur du manifeste naturiste publié le 10 janvier 1897 dans Le Figaro.

27 « Le nombre des écrivains a doublé, parce qu’un sexe tout entier s’est mis soudainement et résolument à écrire. »

28 « On ne pouvait pas émanciper la femme sans lui donner le droit de l’écriture ; ou plutôt, du moment qu’elle arrivait à s’émanciper, elle ne pouvait négliger de s’approprier le droit à l’écriture, symbole de pensée indépendante. »

29 À titre de comparaison, la critique des romans en compte à peine 3.

30 Depuis 1894. Son nom n’apparaîtra au sommaire qu’à la fin de l’année 1902, et elle ne recueillera ses vers en volume qu’en 1931.

31 Lucie Delarue-Mardrus aux éditions de la Revue blanche, Jeanne Perdriel-Vaissière aux éditions de La Plume, Sybil O’Santry aux éditions du Mercure de France, Marie Dauguet chez Vanier, qui était précédemment l’éditeur de Lutèce (elle publiera son deuxième recueil en 1904 aux éditions du Mercure de France). L’un des phénomènes éditoriaux les plus intéressants du tournant du siècle est l’apparition de ces petites maisons d’édition liées aux revues de jeunes, qui publient ce que l’édition classique refuse : rappelons ici que ce sont les éditions de La Vogue qui ont publié en 1886 les Illuminations de Rimbaud.

32 Stuart Merrill, La Plume, Ier janvier 1903.

33 On peut souligner cette expression quasi oxymorique, qui montre à quel point le regard porté sur les femmes auteurs a pu évoluer – du moins dans les petites revues, car cette galanterie humiliante est encore loin d’être absente de la critique institutionnelle.

34 J’en veux pour preuve supplémentaire un autre article de Stuart Merrill (La Plume, Ier juin 1903), consacré à André Mary, et qui s’achève sur cette phrase : « M. André Mary prend place, dès ses débuts, parmi ces beaux poètes de la Nature, MM. Francis Jammes, Adolphe Retté, Henri Degron, Hugues Lapaire, et Mmes Dauguet, Delarue-Mardrus et de Noailles ». Certes, l’énumération sépare les hommes des femmes, certes, les femmes sont nommées après les hommes, certes, elles sont un peu moins nombreuses que les hommes – mais à quoi bon chicaner : elles sont là, et bien là, et moins en tant que femmes qu’en tant que « poètes de la Nature », et donc poètes à part entière.

35 Notons que la poésie verlainienne est alors reconnue comme relevant d’une sensibilité quasi féminine.

36 Il n’est peut-être pas superflu de rappeler ici que Maurras n’est pas un critique littéraire, et que, lorsqu’il s’intéresse à la littérature, c’est toujours pour l’instrumentaliser à des fins idéologiques : il instrumentalise ici la poésie féminine, comme il a instrumentalisé quelques années plus tôt la sortie du symbolisme avec la création de l’École romane de Moréas.

Auteur

Chargée de recherches au CNRS à l’UMR 5611-LIRE. Ses recherches portent sur littérature, idéologies et représentations fin xixe ; littérature, critique et théories littéraires fin xixe-début xxe. Elle a édité Figures contemporaines. Ceux d’aujourd’hui, ceux de demain, de Bernard Lazare (Grenoble, Ellug, 2002) et co-dirigé avec Corinne Saminadayar-Perrin, 1848, une révolution du discours (Saint-Etienne, Éditions des cahiers intempestifs, « lieux littéraires », 2001).

© Presses universitaires de Lyon, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search