Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Attentat de Damiens

 | 
Pierre Rétat

Conclusion

Texte intégral

La communication de l’événement

1On apprécie difficilement l’importance relative, l’influence, l’audience et l’impact des différents vecteurs de l’information. Il paraît pourtant évident qu’en 1757 la presse joue déjà un rôle essentiel dans la production, la communication et l’interprétation de l’événement. Nous avons vu comme les gazettes sont sollicitées par les villes, les corps et toutes les communautés de la nation qui tentent d’y faire insérer des « relations ». La presse est donc le lieu privilégié d’un échange de messages valorisés qui cherchent à acquérir, par cette médiation, un surcroît d’efficacité, à prêter à ceux qui les émettent un surcroît de notoriété, à leur assurer une reconnaissance sociale. Lorsque les milieux du pouvoir essaient d’imposer l’idée de la folie de Damiens, le duc de Croÿ suggère de mettre les gazetiers en campagne, seul moyen selon lui d’agir efficacement sur l’opinion. Et c’est en janvier 1757 qu’un jésuite, professeur de rhétorique au collège de Belsunce à Marseille, prononce un discours public De nuntiis publicis, vulgo gazulis, où il dénonce les méfaits de la mauvaise presse, représentée naturellement par les Nouvelles ecclésiastiques, mais aussi par la gazette d’Utrecht et celle d’Amsterdam, ennemie « du vrai, de la Religion et de la France » (NE, 22/05). Dans les conflits politiques et religieux de l’époque, la presse commence à s’imposer comme puissant moteur de l’opinion : créant un effet de similitude obsédante à partir du jeu d’adjectifs interchangeables qui relie étroitement dans les esprits le « crime abominable », le « détestable parricide » commis par le « monstre », au « livre abominable » de Busembaum, à la « détestable », « abominable » ou « monstrueuse » « doctrine », les jansénistes font de la reproduction du passé, de la série des régicides inspirés par les jésuites, un moyen efficace de propagande contre leurs adversaires. Pour qui voudrait étudier les procédés de propagande avant l’essor de la grande presse politique sous la Révolution ou au XIXe siècle, une étude des Nouvelles ecclésiastiques entre 1757 et 1763 offre un terrain de choix.

  • 1 Voir Barbier, VI, 450 ; Croÿ, I, 382. Malesherbes, un peu plus tard, consacre un long mémoire à la (...)
  • 2 Le Dictionnaire des journaux, actuellement en cours d’élaboration sous la direction de J. Sgard, l (...)

2Les témoignages que nous avons relevés, au début de l’année 1757, sur la lecture des gazettes semblent attester la forte implantation de celles d’Utrecht et d’Amsterdam, à côté de la gazette de France1. Leur libre circulation en France leur impose une prudence que nous avons pu constater, mais elle prouve aussi que la presse n’y est pas aussi rigoureusement surveillée qu’on pourrait le croire. L’opinion pro-parlementaire peut s’y exprimer, et il est significatif que la réédition des pamphlets de Grosley en 1760 monte un « récit historique » de l’attentat et du procès de Damiens en reprenant les textes de la Gazette d’Amsterdam. La diffusion et l’audience des deux grandes gazettes hollandaises paraît donc dominer celle des autres : nous n’avons pu trouver aucun exemplaire de la Gazette de Leyde en France pour 1757, celles de La Haye ou de Berne pour la même année sont demeurées totalement introuvables2.

  • 3 Nouvelles intéressantes au sujet de l’attentat commis le 3 septembre 1758..., Treizième suite, p.  (...)

3D’une façon générale, l’impact de la presse d’information et même de la très officielle Gazette de France semble considérable. Le cas même de Damiens, grand lecteur de la Gazette, nous l’a prouvé (voir chap. 8). Interrogé sur la manière dont on parlait, hors de France, des affaires du temps, il répond « que tout le monde en sortant s’accostait par troupe en lisant la Gazette de France, et parlait de ces affaires » (29 janv., PO, p. 147 a). Un périodique de circonstance publié en 1759 à l’occasion de l’attentat contre le roi de Portugal nous livre cette remarque : « Est-ce que vous lisez les gazettes, mon Père ? à Paris il n’est pas jusqu’aux Savetiers qui ne les dévorent : cette érudition que les Sçavans méprisent, est plus nécessaire que vous ne pensez »3.

  • 4 Cette étude paraîtra dans les actes du Premier Congrès Français des Sciences et de l’Information e (...)

4Il convenait donc d’abord, pour reconstituer la production et la diffusion des nouvelles sur l’événement, de réunir et d’analyser les récits de presse (voir chap. 1). Nous avons déjà présenté ailleurs, à propos de l’attentat de Damiens, un premier essai de synthèse sur la communication de l’événement dans les gazettes du XVIIIe siècle4.

5A côté de la presse, d’autres circuits restent toutefois encore très actifs. Des formes plus anciennes de la communication non seulement subsistent, mais jouent un rôle primordial de complément d’information. En possession d’un monopole théorique, la Gazette de France (de même que le Mercure) impose une censure sévère : aucune allusion n’y est faite à l’instruction, au procès, ni à la personnalité de Damiens jusqu’à la courte relation du supplice ; les deux termes étroitement associés de l’attentat et de l’expiation y laissent seuls leur trace, et le drame, dans la pureté formelle de son déroulement prévu, est réduit à un scénario abrégé ; au même moment, le conflit parlementaire, la résistance générale aux mesures fiscales, l’agitation qu’elles provoquent, y sont superbement ignorés. Si les gazettes étrangères ne sont pas tenues d’obéir à cette loi du silence, d’autres censures, plus subtiles, s’y exercent, qui tendent à exclure totalement l’acte de Damiens du contexte politique où il intervient (voir chap. 3). Il paraît d’autre part évident que la circulation de ces gazettes reste limitée, même si le privilège des fermiers des postes la rend assez libre en France. La seule gazette qui exprime ouvertement et violemment l’opinion d’un parti, les Nouvelles ecclésiastiques, paraît clandestinement et dans des conditions aléatoires, et les jansénistes s’intéressent beaucoup plus à la campagne qui les oppose aux jésuites et au clergé constitutionnaire qu’à l’affaire Damiens elle-même.

6Ces contraintes, qui tiennent au service et à la diffusion de la presse, à la censure des organes officiels, nécessitent donc le recours à d’autres modes de communication plus anciens : pièces imprimées occasionnelles, libelles, pamphlets, poésies pro-parlementaires et jansénistes, textes de remontrances, « relations » de l’attentat, de la vie et du supplice de Damiens (l’« extraordinaire », forme archaïque de la communication, prouve qu’en certaines occasions les gazettes ne remplissent pas leur fonction ; il atteint un autre public, ou un public plus large), mais aussi textes manuscrits, correspondances, recueils de pièces clandestines, de chansons... L’abondance des copies manuscrites de textes imprimés prouve combien est encore insuffisante et précaire la circulation des nouvelles et des opinions dans une société cultivée pourtant circonscrite. Les estampes enfin (en ce temps où l’image de presse n’existe pas), généralement interdites, semblent d’après des témoignages des archives de la librairie (voir chap. 6) circuler en assez grand nombre, et offrent au public, en instantanés dramatiques et en scènes symboliques, la vision de la figure du régicide, de sa prison, de ses interrogatoires et de sa mort.

7Une autre communication de l’événement, généralisée, immédiate, c’est celle qui se fait par la parole, dans l’ensemble du corps social et dans ses profondeurs. Il faut se résigner à ignorer presque tout de cette oralité qui nous échappe, et qui n’émerge qu’à travers le discours périphérique, à peine articulé, des « rumeurs » et des « bruits » auxquels font allusion les gazettes et les correspondances privées, ou à travers les « mauvais propos » recueillis par les archives de la police.

8La recherche de la communication de l’événement, si l’on veut rendre compte de l’ensemble de ses moyens et de ses manifestations, doit donc opérer dans un milieu complexe, sur des plans de profondeur variable. Cette difficulté de méthode n’est pas propre à notre objet : la couverture de l’actualité par les moyens modernes de communication, la rapidité de leurs réactions, l’abondance et la multiplicité de leurs messages en font des révélateurs d’une tout autre amplitude et d’une tout autre nature que les gazettes anciennes. Mais cette amplitude ne doit pas faire illusion : une étude de presse ou de messages télévisés ne peut, elle non plus, rendre compte de l’ensemble de la réaction sociale. Nous aussi avons nos occasionnels, nos « placards » ; combien de tracts, d’affiches, de textes d’inscriptions murales subsisteront ? Tout ou presque tout disparaît de l’oralité naturelle ou téléphonique, malgré les interviews et les enregistrements d’écoutes.

9Ce serait une chimère de vouloir saisir dans sa totalité la communication sociale de l’événement. Du moins faut-il, avec la conscience des limites inhérentes à toute tentative de saisie, assurer l’emprise documentaire la plus diversifiée, la plus complète possible.

L’absorption sociale de l’événement

10Le coup de « canif » porté par Damiens à Louis XV le 5 janvier 1757, à cinq heures trois quarts du soir, c’est d’abord une blessure et un traumatisme : l’effusion du sang royal offre le spectacle intolérable de la souveraineté bafouée, de l’Etat ébranlé, de la sacralité monarchique violée. Le coup atteint, à travers le corps royal, le corps entier de la nation, il déclenche des réactions intenses d’angoisse et de culpabilité ; non seulement il signale l’irruption d’une violence incroyable, mais il libère une malédiction liée à l’impureté capitale et à la faute. Tous les témoignages contemporains attestent cet ébranlement de la psyché collective, la conscience immédiate d’une épreuve et d’un vacillement des valeurs fondatrices. Le scandale est d’autant plus vivement ressenti qu’il éclate dans un siècle de « raison », et que la victime en est le « bien-aimé » : déraison monstrueuse, refus d’amour, l’attentat paraît une régression brutale dans le temps, il entraîne un effet d’aliénation et d’affolement ; les Français du XVIIIe siècle sont plongés un moment dans un cauchemar, ils se croient revenus aux plus sombres heures d’une histoire qu’ils croyaient révolue.

11Toutes les conduites, tous les discours que déclenche l’événement sont l’effet de cette première onde de choc, même si la blessure se révèle bénigne, et si l’« allégresse » peut rapidement succéder aux « alarmes ». Et c’est sur cette limite, mais nécessairement au-delà, que les instances de la parole vont dire l’événement, le narrer, le commenter, et véritablement le produire, lui donner sa figure et son sens.

12L’analyse des discours montre qu’ils agissent comme autant de réseaux jetés sur l’événement et qui le captent. Il doit offrir prise, ou il serait blanc absolu, sidération pure. L’emprise du discours est la condition de son existence, de sa réalité de fait social et de langage. Tout notre propos a consisté à repérer les formes et les catégories de perception et d’interprétation de l’événement, les systèmes qui l’absorbent et l’assimilent, mais aussi les failles des systèmes, les trouées secrètes où se laisse entrevoir le nefandum primordial réveillé par le crime, ce qui ne doit ni se dire, ni même se penser.

13On voit se développer dans l’ensemble des discours qui se tiennent de l’attentat au supplice un extraordinaire retour de l’identique. Damiens est immédiatement intégré dans la série des régicides qui l’ont précédé ; certaines estampes mettent visuellement en scène cette visite du présent par le passé, cette compénétration des temps et des types. Le lieu d’emprisonnement, le procès, l’arrêt de condamnation, le supplice, tout est prévu et programmé ; il suffit de répéter, et les gazettes n’ont qu’à disposer et alimenter une attente, supputer des délais, et peuvent même anticiper la scène réelle du supplice, simple actualisation d’un arrêt déjà prêt (voir chap. 3 et 10). Le rituel répétitif se perpétue également dans les soupçons et les accusations contre les jésuites, dont l’expulsion quelques années après l’attentat reproduira celle de 1594, obtenue par le Parlement après l’attentat de Châtel. Dans le déploiement de toutes ces expressions, l’événement est intégré dans le champ narratif des récits de presse (voir chap. 1), dans les codes iconographiques des estampes qui les illustrent (chap. 2), dans les codes textuels du « poème », de l’ode, du drame bourgeois ou même du vaudeville (chap. 5), dans des catégories interprétatives, fanatisme, folie, complot, qu’on essaie successivement ou que l’on combine (chap. 8), dans les traditions polémiques de la controverse politico-religieuse (chap. 11), dans des traditions doctrinales (la politique tirée de l’Ecriture Sainte, chap. 5), enfin dans le système de la célébration et de la fête monarchique et des relations qui les publient (chap. 4).

14Tous ces phénomènes sont de l’ordre de la mémoire. Si l’on admet que récits, images et discours se fondent sur des représentations, on s’aperçoit que l’événement est, dans la mémoire sociale, un accident remarquable capable de mobiliser ces représentations. Il n’y aurait pas d’événement s’il n’y avait des représentations à réactualiser ou à répéter, c’est-à-dire si les sociétés n’étaient productrices, gardiennes et gestionnaires d’un dictionnaire et d’une syntaxe des représentations que les accidents prévisibles ou imprévus contribuent à confirmer ou tentent de déranger. L’événement permet de vérifier ou de mettre à l’épreuve les règles de cette grammaire et, s’il a un tel pouvoir, c’est peut-être parce qu’il a un rôle essentiel dans la constitution de ce dictionnaire. Le fait de pouvoir reconnaître, dès l’arrivée de telle ou telle occurrence, le retour immédiat ou la transposition (l’inversion ou la transformation) de représentations déjà existantes est un acte de mémoire. L’événement est donc à la fois ce stéréotype et ce caractère inédit qui contribuent à élaborer et à modifier un indispensable dictionnaire de mémoire. Si bien que l’étude du ou des événements devrait pouvoir se prolonger en une anthropologie critique des référents de mémoire et des processus mémoriels. C’est par les modes de la mémoire que les représentations collectives s’organisent en stratégies.

15Nous remarquons que dans le cas qui nous occupe la mémoire est aisément parvenue à fabriquer une victime en s’acharnant par des moyens multiples sur un corps et sur un nom. Mémoire affamée d’une victime. Mémoire qui se met à vivre, trouve son souffle et se donne corps au travers d’un corps « travaillé » dont elle s’empare et d’un nom « célébré » dont elle retentit. Mémoire sacrificielle. Ce mode de mémoire réfère les chaînes de représentation à quelque sacrifice fondateur, à l’idée d’un supplice qui à la fois efface et inaugure. Il semble simuler le modèle des rites judéo-chrétiens.

16La dénonciation du coupable et son supplice permettent de restaurer la souveraineté blessée, de « réactiver le pouvoir » (M. Foucault, Surveiller et punir, p. 52-53), mais ce n’est là, en l’occurrence, qu’un des aspects, le plus frappant, de cette réactivation. L’éminence de la parole royale tente de se restaurer dans la déclaration contre les livres interdits (conséquence directe de l’attentat, voir chap. 6), elle éclate dans les paroles du roi que rapportent les récits de l’attentat, dans sa bienveillance réaffirmée aux députés des corps du royaume implorant la réconciliation, dans la parole fondatrice et magique qu’on demande à Louis XV pour rebaptiser Amiens, ville au nom maudit (chap. 9). Mais la restauration du pouvoir, c’est plus encore cet échange spontané, confiant, de regard et d’amour que les gazettes et les textes officiels ne cessent de mettre en scène entre le bien-aimé et ses sujets, à l’occasion des cérémonies d’actions de grâce et des fêtes qui se célèbrent dans tout le royaume (voir chap. 4 et 5). 1757 renvoie à 1744, à la maladie de Metz et à son heureux dénouement : monarchie, non de la terreur, mais du sourire et de l’adoration. La presse joue ici, avec un grand nombre de textes occasionnels, un rôle essentiel de représentation spectaculaire, de milieu de communication imaginaire entre le roi et la nation : totalisant les images valorisées de la réaction à l’événement, elle symbolise la structure politique et la société telles qu’il est entendu qu’elles doivent fonctionner. On voit donc se dessiner nettement, à l’occasion d’un événement qui touche à l’essence monarchique, une stratégie sociale et textuelle complexe, multiforme, destinée à en tirer le plus grand bénéfice possible.

17Car c’est un bénéfice, ou un rendement que l’événement doit finalement produire. Rendement politique, doctrinal, affectif, puisqu’il permet d’espérer un surplus d’obéissance et d’amour de la part des sujets (un instant présumés coupables et suspects d’avoir trahi leur souverain), de réaffirmer hautement la sacralité monarchique et le rapport immédiat du roi à un Dieu qui le protège, et de manifester le mérite des corps, des communautés, de tous les bons Français qui ont si intensément exprimé leur consternation, puis leurs effusions d’allégresse. Nous avons vu avec quelle pudeur ambiguë le pouvoir a refusé d’exercer son autorité prescriptive : en laissant toute liberté à la spontanéité du sentiment, il permet au bien de jaillir naturellement du mal, de le racheter et de l’annuler (voir chap. 5).

18Toutes les réécritures de l’événement, jusqu’à nos jours, ne visent elles aussi qu’à l’exploiter dans des champs narratifs, idéologiques, épistémologiques renouvelés, à chercher un rendement possible (voir chap. 12-14). Ainsi reproduits, l’acte et la personnalité de Damiens répondent à des enjeux polémiques, démonstratifs, fantasmatiques qui diffèrent entièrement de ceux qui ont présidé à la première saisie de l’événement. Mais la saisie répond toujours à un enjeu qu’il s’agit de préserver et de multiplier. L’attentat dégage en 1757, au moins dans la plupart des discours qui l’ont pris en charge, une énorme valeur ajoutée, à mettre au compte de la structure et des représentations politiques et sociales dominantes.

L’exclu de l’événement

19Le discours ne paraît assurer son emprise sur l’événement que pour se répéter, et la société n’en subir l’atteinte que pour se livrer à des rites prévus et à des réparations efficaces. Un processus infaillible d’absorption programmée se déroule à travers la redondance des messages et des textes et les effets de la mémoire.

20Il semble toutefois que cette forme de mémoire trouve de quelque façon sa limite. Non que lui manquent le matériel lexical ou les outils grammaticaux, mais que se déclare en ses régions périphériques ou centrales une sorte d’inaptitude à articuler et comme un refus de parole. Ainsi de la « rumeur », parfois utilisée ou manipulée, mais jamais vraiment recueillie, sans doute parce qu’elle est ce frisson parlé de l’événement qui résiste à toute saisie, et, dans l’événement, ce niveau de parole qui défie l’archive, que la gazette le plus souvent disqualifie et censure, que l’histoire, d’habitude, méprise (voir chap. 1). Stratégie d’une mémoire qui fait que sont invalidés et tus des énoncés mobiles, fugitifs mais aussi récurrents et où opèrent les schèmes de l’imaginaire, au profit d’autres déclarations « fondées » et sérieuses, et cela afin de donner à l’événement un visage. L’événement est une forme-sens qui n’est pas toute donnée d’avance mais qui se produit selon des lois d’intégration et d’exclusion, selon des procédures d’accueil et de rejet. Absente et refusée cette idée que le geste de Damiens pouvait être une demande de communication avec le roi, une demande d’audience impulsive et nécessaire, et qu’il pouvait y être question d’inaugurer une relation directe et authentique entre le roi et ses sujets par un ou des messages qui ne parvenaient pas encore à s’articuler, que le geste de Damiens serait le signe, la preuve à la fois de la nécessité de cette articulation et de son impossibilité (voir chap. 8). L’événement proviendrait du fait que quelque chose n’arrive pas à s’articuler entre le roi et ses sujets : une relation bloquée, une communication, tenue pour impossible ou sacrilège, par laquelle la parole libre des sujets viendrait naturellement et spontanément jusqu’au roi, et tenterait de se confondre avec sa propre parole. Une telle proposition ne s’entend pas dans le flot de discours et de récits que produit l’événement en 1757. 11 y a dans la mémoire de l’événement quelque chose qui fait qu’il ne doit pas ou ne peut pas se dire en totalité. Cette mémoire présente des contraintes et des résistances structurelles qui interdisent que se forment dans l’événement certaines propositions et empêchent leur formulation. Mémoire autocensurante.

21Cette censure apparaît jusque dans le mode de transmission de l’événement à travers la presse. La gazette s’intéresse essentiellement à ce qui est déjà médiatisé, elle abandonne l’accident originel mais raffole de ses échos. Cette mise en scène des échos fait écran entre l’événement premier et les multiples voix d’un public, d’une nation. Dans les gazettes, l’événement paraît à la fois coupé de sa source (ses raisons et ses causes) et des réactions propres à chacun des sujets. Il se présente comme une redondance d’échos déployée entre ces deux lisières ou ces deux coupures. Il n’est présent que dans un immense intervalle où il est manipulable. Il établit son domaine entre deux occultations, celle des raisons de l’accident et celle de l’énonciation propre des sujets. Intéressante et curieuse pédagogie, en l’occurrence, qui n’interroge guère l’événement sur ses causes et ne le comprend pas dans ses raisons, mais se trouve stimulée d’un foisonnement d’échos multipliés en récits, anecdotes, relations et discours. S’il s’agit bien là d’un capital événement d’histoire, de quoi les hommes se trouvent-ils instruits par les gazettes ? Rien ne leur est dit de la complexité des rapports sociaux dans lesquels ils se trouvent impliqués. Rien non plus qui puisse toucher la conscience d’un sujet politique autonome. Ainsi, à travers ces événements-là, l’histoire n’enseignerait pas, mais elle développerait des scènes. La leçon ne serait-elle que dans le spectacle, suite d’événements et d’échos proposés à des sujets passifs qui écoutent et regardent ? Serait-ce un avatar essentiel de la rhétorique ancienne que l’on retrouve quotidiennement dans les médias de notre temps où le plaire, la volupté du spectacle (ici le noir plaisir d’un supplice contemplé), anéantit l’instruire, et où chaque annonce ou série est une habile façon de paralyser la conscience sociale et historique ?

22La parole qui compose et exploite ainsi l’événement l’exorcise, elle en refoule les virtualités inquiétantes, elle tend à abolir le message d’un refus d’amour sacrilège (ou d’une folle demande d’amour) qui laisserait paraître, au plus profond de la conscience sociale, au-delà du mécontentement politique, de toutes les raisons explicites de l’acte, la tentation sinistre de « toucher » le roi. C’est pourquoi s’exprime partout le souhait d’une intermittence de mémoire, d’une amnésie qu’on sait impossible. La loi officielle du silence tente de la favoriser. On ruse avec l’histoire, fidèle enregistreuse d’un « forfait gravé en caractères de sang » : du moins sera-t-il compensé par le rachat de la « douleur » d’un peuple, de ses actions de grâce et de l’expiation, et ainsi réduit à une quasi inexistence, comme oublié. L’interprétation des mobiles de Damiens les réduira également au pur hasard, à l’aberration d’un égaré, d’un « monstre » qui n’appartient ni à son siècle ni à sa nation, ni même à l’humanité. L’opposition parlementaire et janséniste qui tient à situer l’attentat dans la crise politique et religieuse du moment, n’utilise Damiens que comme un pion dans une partie qui se joue depuis fort longtemps : la thèse du complot jésuitique sort elle aussi, toute prête à accueillir l’événement, de l’arsenal des catégories historiques. Damiens est l’impur, l’isolé, celui dont personne ne peut vouloir, et dont la monstration finale, sur la place de Grève, attestera une dernière fois la solitude.

23Obsessionnellement, mystérieusement présent pendant tout le cours du procès, objet de commentaires inlassables, d’avide curiosité, de soins attentifs, il reste bien pourtant l’absent de l’événement. « Inconcevable », il est dépossédé de sa parole et de toute signification positive. L’accident initial, le coup de canif dans le flanc du roi, c’est la part sombre, impensable, de l’événement, dont on repousse la vue par des cris d’horreur, et que les estampes ne représentent jamais réellement. Seuls quelques textes d’affiches, les « mauvais propos » recueillis par la police, font émerger d’un imaginaire refoulé les pulsions qui donnent à l’acte sa signification, dans les marges de la société où se fantasme la violence anti-monarchique. L’inconscient de l’événement, l’impensable, ne surgit au jour que dans le jet bref et saccadé de l’écriture d’affiche, dans les rêves de ceux qui révèlent des « complots », des dénonciateurs, des mythomanes, des mauvais sujets qu’on enferme à la Bastille ou à Bicêtre.

24Le discours massif d’une société doit nier cette part de folie redoutablement signifiante. La « folie » de Damiens, ce dénouement commode qui résout tous les problèmes d’interprétation, n’est que l’envers ou la substitution de cette autre folie, qui seule pouvait faire de l’événement autre chose que le retour du même et la célébration d’un rite.

25Lieu de toutes les projections de la mémoire d’une société, l’événement en permet l’observation clinique. La blessure du roi, traumatisme qui affecte les fondements du corps du royaume, provoque un sursaut, une prolifération de discours destinés à combler la brèche, à réparer la faute. Elle déclenche les processus archaïques d’exclusion et de sacrifice, mais aussi la mise en scène renouvelée de l’unité nationale et monarchique, la célébration du corps sauvé du royaume, les exploitations tactiques au profit des partis qui se combattent. L’événement révèle, malgré les conflits politiques et religieux qui déchirent le royaume, une structure monarchique solide et apparemment inébranlable. En mars 1757, lorsque les cendres de Damiens sont jetées au vent, tout va rentrer dans l’ordre à l’intérieur. Mais des signes à peine perceptibles prouvent que si le roi et le royaume ont été rapidement guéris, une violence sourde, une demande tragique de communication fermentent au fond de l’imaginaire social. Mobilisant toutes les forces de résistance de la société, l’événement, investi et maîtrisé par elles, leur communique un nouveau ressort, exalte par le défi qu’il leur porte leurs facultés d’assimilation, et dégage finalement un extraordinaire profit idéologique. Mais la voix, le message étouffés de l’autre, de l’étranger qui fait irruption dans le corps social, profèrent un instant (l’instant éblouissant, indicible de l’événement même) la menace intime de mort qui l’habite et le travaille.

Notes

1 Voir Barbier, VI, 450 ; Croÿ, I, 382. Malesherbes, un peu plus tard, consacre un long mémoire à la meilleure façon de contrôler ces deux gazettes « qui allument le feu dans le royaume » : il faudrait supprimer le privilège de leur débit qui appartient aux fermiers généraux des postes, et les réimprimer après censure (BN, 22134, fol. 354 et suiv., cité dans P. Grosclaude, Malesherbes témoin et interprète de son temps, p. 73).

2 Le Dictionnaire des journaux, actuellement en cours d’élaboration sous la direction de J. Sgard, localisera les collections éparses et permettra aux chercheurs une documentation plus rapide et plus facile.

3 Nouvelles intéressantes au sujet de l’attentat commis le 3 septembre 1758..., Treizième suite, p. 7.

4 Cette étude paraîtra dans les actes du Premier Congrès Français des Sciences et de l’Information et de la Communication, Compiègne 21-23 avril 1978.

© Presses universitaires de Lyon, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site