Version classiqueVersion mobile

Masculin / Féminin dans la poésie et les poétiques du xixe siècle

 | 
Christine Planté

Du côté des romanciers

« Au commencement était la femme » : de la poésie à la poétique chez Maupassant

Mariane Bury

Texte intégral

  • 1 Citons notamment les ouvrages de Lorraine Gaudefroy-Demombynes, La Femme dans l’œuvre de Maupassan (...)
  • 2 Louis Forestier, « Guy de Maupassant et la poésie », dans Le Lieu et la Formule, hommage à Marc Eg (...)
  • 3 Voir sur ce point Mariane Bury, La Poétique de Maupassant, Sedes, 1994, p. 722.
  • 4 Nous utiliserons comme édition de référence celle des Œuvres complètes que Pascal Pia a dirigées p (...)

1Nombreux sont les ouvrages et les articles qui se sont attachés à l’étude de la femme dans l’œuvre en prose de Guy de Maupassant1. En revanche, la place de la femme dans la poésie du même auteur n’a pas connu la même fortune. Malgré l’insistance de Louis Forestier sur l’importance de ces vers2, le terrain poétique reste peu défriché. Or la femme occupe, dans l’histoire même de la poésie, le rang privilégié que l’on sait, notamment bien sûr à travers la figure hautement emblématique de la Muse inspiratrice. D’où l’intérêt d’observer le devenir de cette figure sous la plume d’un auteur connu pour être viscéralement prosaïque, au propre comme au figuré. Il s’agit moins de savoir de quel statut jouit la femme en tant que telle dans la poésie de Maupassant (ce qui nous entraînerait vers des considérations psychologiques et sociologiques étrangères à notre propos), que de montrer comment la femme est liée, chez ce futur maître du récit réaliste, à une interrogation fondamentale sur l’objet de la littérature. Si lutter contre l’emprise du féminin revient à se débarrasser d’un lieu commun fondateur dégradé en stéréotype, l’interrogation sur la femme devient alors un élément déterminant dans l’élaboration d’une poétique qui admet comme présupposé le renoncement à l’idéal sous toutes ses formes3. Nous allons essayer de le montrer en nous penchant sur ce volume publié en 1880 chez Charpentier et intitulé Des vers. Lorsqu’il publie, peu avant, « Boule de suif » dans Les Soirées de Médan, Maupassant espère que cette nouvelle procurera une bonne publicité à son recueil, et grâce aux encouragements prodigués par deux maîtres, Flaubert et Zola, il place très haut cette poésie nouvelle. Des vers4 propose en effet, nous allons le voir, dans un ensemble assez disparate, une tentative de renouvellement de l’inspiration (sinon de la forme) poétique, centrée sur la place de la femme dans la poésie.

Dépoétisation du féminin

  • 5 « Les poètes français du XVIe siècle », dans Chroniques, préface d’Hubert Juin, LTGE, 10/18, 3 vol (...)

2« Au commencement était la femme » : dans la perspective adoptée par Maupassant, il est impossible de penser la poésie sans poser la question de cette présence primitive, principe de beauté à l’origine de l’art et particulièrement de cette branche spéciale de la littérature nommée poésie. Or, son premier travail consiste à tenter une dépoétisation des rapports avec la femme, dans la mesure où la tradition poétique s’est écartée d’un modèle premier, charnel, plastique et simple, au profit d’un abâtardissement et d’un affadissement sentimental. Maupassant compte faire disparaître l’auréole poétique qui a progressivement entouré la femme afin de la montrer telle qu’elle est, de la célébrer comme elle le mérite et non pour obéir à une conception stéréotypée. Les nombreuses chroniques de Maupassant consacrées à la poésie, avant comme après 1880, dénoncent sans relâche, dans la poésie, la part des lieux communs dégradés en stéréotypes. Le 17 juin 1877, il publie dans La Nation un article consacré aux poètes français du XVIe siècle, à propos de la réédition chez Lemerre du grand livre de Sainte-Beuve. Maupassant suspecte le critique d’un enthousiasme excessif, et qu’il ne partage pas, pour ces poètes dont il présente un tableau réducteur en indiquant que le plus grand reproche que l’on puisse leur faire est « d’avoir cru que la poésie se trouvait dans certaines choses à l’exclusion de toutes les autres, ainsi le printemps, la rosée, les fleurs, le soleil, la lune et les étoiles5 ». Plus grave encore, ces poètes ont mis les éléments de la nature au service de la femme, uniquement « pour faire des comparaisons aux dames ». Autrement dit, ils se contentaient de briller, de faire de l’esprit sans chercher une véritable et profonde inspiration. Maupassant constate à ce propos l’influence néfaste de la femme qui, loin d’être créatrice, donna lieu à ce qu’il nomme des « fadeurs sentimentales ». La célébration de la femme n’a dans ces conditions plus rien à voir avec l’art, vu qu’elle devient une fin, alors qu’elle ne devrait rester qu’un moyen, un intercesseur entre l’art et l’artiste. À cette occasion, Maupassant cite des vers de Louis Bouilhet, le poète rouennais ami de Flaubert, auteur du recueil Festons et Astragales d’où est tiré l’extrait suivant – le poème est intitulé justement « À une femme » :

  • 6 Ibid., p. 36.

Je déteste surtout le barde à l’œil humide
Qui regarde une étoile en murmurant un nom,
Et pour qui la nature immense serait vide
S’il ne portait en croupe ou Lisette ou Ninon6 [...]

  • 7 Ibid.
  • 8 Chronique parue dans Le Gaulois, 28 juillet 1882, dans Chroniques, éd. citée, vol. 2, p. 103.
  • 9 Chronique parue dans Gil Blas, 18 juillet 1882, dans Chroniques, éd. citée, vol. 2, p. 94.

3Maupassant apprécie particulièrement ce poème qui remet la femme à sa place dans la nature. Son propre effort va consister à rendre la nature à elle-même et la femme à la nature, loin des complications sentimentales qui déforment son image. La femme des poètes est une illusion, une pure construction de l’esprit sans rapport avec la réalité. Pour appuyer son propos, Maupassant cite l’un de ses poètes favoris, Baudelaire, et sa « merveilleuse Charogne7 » Il montre par cet exemple que la poésie ne réside pas dans les choses mais dans le « cerveau » du créateur. Le choix de ce poème ne saurait nous laisser indifférent : il s’agit d’un poème volontairement répugnant et déplaisant pour la femme. Il faut donc en finir avec la « théorie séculaire des choses poétiques » (« Les Bas-Fonds8 »), et admettre l’idée d’un élargissement de l’inspiration. Maupassant est persuadé que ce dernier doit passer par une plus grande fidélité au réel, au caractère concret de l’expérience humaine : « S’il est simple d’aimer les femmes et de le leur prouver par les moyens connus, pourquoi serait-il défendu de parler de cela sans détours et sans feintes ? » (« Discours académique9 »).

4Dans Des vers, le poème intitulé « Une conquête » illustre bien ce point de vue, puisqu’il met en scène d’un côté la femme idéale née des rêveries du poète, de l’autre la femme réelle, sans aucun rapport avec elle. Ce poème développe le thème de la rencontre amoureuse d’une manière particulièrement ironique. Le jeune poète rencontre une beauté dont il fait sa Dame : aussitôt, tout un imaginaire héroïque antique, puis médiéval, s’empare de son cerveau et la « femme divine », la « merveille », accapare ses rêveries :

  • 10 Dans Des vers, p. 247.

Ses rêves étaient sots à dormir tout debout ;
Il bâtissait sans fin de grandes aventures.
Lorsque l’âme est naïve et qu’un sang jeune bout,
Notre espoir se nourrit aux folles impostures10.

  • 11 Ibid., p. 250.

5L’évocation de ces impostures fait irrésistiblement songer aux lectures d’Emma Bovary. Au premier rang de ces impostures figure l’image idéalisée de la femme. Or, la seconde rencontre lui révèle la femme réelle, amie des canotiers, buveuse d’absinthe et passablement triviale : « Çà, tu me prenais donc, nigaud, pour une Sainte11 ? » La morale de cette anecdote versifiée consiste à souligner la sagesse du jeune homme qui, sa stupeur passée, accepte la femme comme maîtresse :

  • 12 Ibid., p. 251.

Poète au cœur naïf il cherchait une perle ;
Trouvant un bijoux faux, il le prit et fit bien.
J’approuve le bon sens de cet adage ancien :
Quand on n’a pas de grive, il faut manger un merle12.

  • 13 Chronique parue dans Gil Blas, 22 mai 1883, dans Chroniques, éd. citée, vol. 2, p. 210 et 212.
  • 14 Chronique parue dans Le Gaulois, 23 février 1884, dans Chroniques, éd. citée, vol. 2, p. 354.
  • 15 Chronique parue dans Gil Blas, 6 juillet 1886, dans Chroniques, éd. citée, vol. 3, p. 279-280.

6Autrement dit, le bijou faux vaut la perle. Il n’est pas indifférent de noter que c’est l’immersion dans la nature qui suscite le retour au bon sens. Perdu dans sa rêverie idéaliste, le jeune poète restait seul, enfermé chez lui, fermant sa porte aux amis. Après avoir accepté l’idée d’une promenade, il s’ouvre à la splendeur bienfaisante de la nature qui l’invite à un amour bien réel, non fantasmé. Dans une chronique intitulée « L’Amour des poètes », Maupassant reviendra sur cette idée que les poètes imaginent une « sorte d’amour idéal », sans jamais aimer une vraie femme : ils en font un être mystérieux, féerique, une sorte de mirage, « cette forme flottante aux contours de corps humain qu’est toujours la femme des poètes13 ». En bref, une femme privée de chair. Et de citer « Les Caresses », extrait des Solitudes de Sully Prudhomme, pour conclure comme lui à « l’impossible union des âmes par les corps ». Le poète se trouve dans l’incapacité de réussir cette problématique rencontre des âmes. Voilà pourquoi, dans l’optique de Maupassant, il doit s’en tenir à la rencontre des corps. Victime de l’illusion nommée poésie, mensonge de l’idéal, le poète passe à côté d’une « vie vraie14 » (« Causerie triste ») : celle-là justement que Maupassant entend faire entrer en poésie. Cette critique revient régulièrement sous sa plume et j’en donnerai pour exemple son jugement sur Loti (« L’amour dans les livres et dans la vie »). Par sa détermination d’idéaliser, Loti gâche ses livres. Il abuse en effet, selon Maupassant, du « procédé de poétisation » qui ne procure pas l’impression du réel. Au lieu de voir des hommes et des femmes, on voit « des choses vues par un poète rêveur », ce qui, chez Maupassant, est quasiment un pléonasme. D’où la faiblesse de ses effets, compte tenu du fait qu’« aucune poétisation n’a la force saisissante de la vérité15 ». Poétiser revient à affaiblir : on comprend mieux par ce détour pourquoi Maupassant part en quête d’une nouvelle inspiration poétique.

  • 16 « Lettre-préface », Des vers, éd. citée, p. 234.

7Dans son recueil Des vers, 13 poèmes sur 19 parlent de la femme et de l’amour (je laisse de côté l’« Histoire du vieux temps », saynette en vers qui a cependant pour sujet l’amour impossible). Deux grandes pièces notamment sont consacrées à la femme, à l’ouverture et à la clôture du recueil, « Le Mur » et « Vénus rustique ». Au centre, figurent deux autres grandes pièces, « Au bord de l’eau » et « La Dernière Escapade ». Un peu moins longs, « Une conquête » et « Fin d’amour ». Y figurent des motifs centrés sur la présence féminine, comme la rencontre amoureuse et l’éveil du désir (où la nature se trouve intimement associée à l’évocation d’un attachement charnel à la femme), l’adultère, la rupture. L’amour occupe une place prédominante selon une nette bipolarité : d’un côté, il est lié au plaisir, au bonheur sensuel, au plein épanouissement de l’être, de l’autre à l’incommunicabilité, à l’impossible union des âmes, à l’éphémère, à la mort. Les femmes appartiennent au siècle, quels que soient leur classe sociale et leur statut : mondaine, bourgeoise aperçue au jardin des Tuileries, canotière, lavandière, jeune fille, femme mariée, maîtresse. Si une Vénus apparaît, c’est une Vénus « rustique », solide paysanne qui déchaîne les ardeurs des mâles. La peinture de l’amour est si tranquillement débarrassée de toute considération morale que Maupassant risqua d’être poursuivi par le parquet d’Étampes pour la publication en revue de son poème « Au bord de l’eau », d’ailleurs intitulé dans cette version « Une fille ». L’intervention de Flaubert, sous la forme d’une lettre publiée, coupa court à tout velléité de procès. J’extrais de cette lettre, qui figure en préface au recueil dès la première édition des vers, cette interrogation de Flaubert : « Où donc est le crime de prêcher le culte de la femme16 ? » Mais de quel culte s’agit-il en vérité ? Nous allons le voir, il s’agit d’un culte voué à son corps.

Mort de la Muse

8Ce culte de la femme exclut d’abord la Muse, comme si Maupassant refusait de reconnaître à la femme le statut d’inspiratrice, ou plus exactement comme s’il ne pouvait se satisfaire de ce caractère d’abstraction, d’intellectualité, propre à toute figure allégorique. L’esprit ni l’âme ne doivent subir l’emprise du féminin. Tout se passe comme si Maupassant s’était guéri de l’influence profonde exercée sur lui par Musset dans sa jeunesse, Musset qu’il nommera avec désinvolture dans son roman Fort comme la mort, le « poète des tout jeunes gens ». Un poème de jeunesse non publié par Maupassant et justement intitulé « Les Nuits de Musset », dont la facture relève du plagiat, nous permet de mesurer la distance prise ensuite par rapport aux modèles romantiques :

  • 17 Ce poème inédit a été publié dans Maupassant inédit, icon, et doc. commentés par Jacques Bienvenu, (...)

Et Musset a chanté l’amour et ses abîmes,
Le feu de Prométhée en son âme avait lui,
Et quand nous relisons ces quatre nuits sublimes,
Nous voudrions souffrir et chanter comme lui17.

  • 18 Des vers, éd. citée, p. 242.

9Ces nuits sublimes marquées par la présence de la Muse vont déserter une poésie qui tourne le dos à l’idéalisation. Si le poète est victime d’un mirage poétique, il faut dissiper ces brumes qui lui troublent l’esprit, et commencer par se passer de tout arrière plan symbolique. Dans Des vers, quelques majuscules rappellent la polarisation évidente sur le féminin (Elle, Beauté, Chimère, Vénus), mais celle-ci s’accompagne d’une défiance fondamentale par peur d’accroître un pouvoir féminin déjà exorbitant. L’attitude de l’homme poète devient la « fureur d’esclave en révolte18 » évoquée dans « Le Mur » face à cette toute puissance effective de la femme.

  • 19 On se reportera sur ce point au livre de Micheline Besnard-Coursodon, Étude thématique et structur (...)

10Cette défiance plonge ses racines dans la Bible, plus précisément dans une lecture des Proverbes et de L’Ecclésiaste. Dans le premier livre, il est explicitement question de la femme adultère, dont il faut se garder parce qu’elle est à la fin « amère comme l’absinthe, acérée comme un glaive à double tranchant » (V, 4). Mais dans L’Ecclésiaste, le point de vue adopté paraît plus général ; Salomon parle de la femme sans préciser explicitement qu’il s’agit de la femme adultère : « Et je trouve la femme plus amère que la mort, parce qu’elle est un piège, et son cœur est un filet, et ses bras sont des liens » (VII, 27). Outre que le piège apparaît comme un motif central chez Maupassant19, renforcé par la conception schopenhauerienne du piège de l’amour (la femme trompe l’homme pour garantir la reproduction de l’espèce), on trouve une trace de cette amertume dans le poème « Désirs ». Le poète y exprime le désir de cueillir l’amour sur son passage comme on cueille des fruits, avec un don-juanisme assumé et revendiqué :

J’adorerais surtout les rencontres des rues
Ces ardeurs de la chair que déchaîne un regard

11Toutefois, la chute est révélatrice d’une désillusion :

  • 20 Des vers, éd. citée, p. 272.

Il faut dans ces fruits-là ne mettre que la dent :
On trouverait au fond une saveur amère20

12Face à l’Autre, au continent féminin tellement étranger, l’inquiétude et la curiosité à l’œuvre dans des poèmes comme « Découverte » ou « Promenade à seize ans », attise cet attrait du mystère. Mais elles se muent ensuite en une désillusion de l’âme naïve. Rappelons les derniers vers de « Découverte » :

  • 21 Ibid., p. 266.

Pourquoi laisser mon rêve et ma gaieté
En regardant cette fillette blonde ?
Pourquoi Colomb fut-il si tourmenté
Quand, dans la brume, il entrevit un monde21 ?

  • 22 Ibid., p. 290.

13Il se peut qu’une expérience personnelle ait été à l’origine d’un tel changement, mais tel n’est pas notre propos. La poésie de Maupassant insiste sur les abîmes qui séparent le masculin du féminin. C’est très net dans « Fin d’amour », qui relate une scène de rupture. Alors que la nature printanière célèbre l’union des germes et des animaux, l’homme et la femme se séparent, l’homme prétendant qu’il n’y peut rien et s’appuyant sur la réalité de la vie – l’amour de l’homme est nécessairement éphémère-, la femme pleurant et refusant ce caractère inéluctable du réel : « Amour, l’homme est trop bas pour jamais te comprendre22 ! » L’incompatibilité des sexes vient donc, dans cette perspective, de cette « bassesse » de l’homme, c’est-à-dire de son attachement à la nature et à ses impératifs, et de cette pseudo-grandeur de la femme, qui provient du fait que, civilisée, elle est devenue un être de convention, prisonnière des mensonges de l’idéal. La force de l’homme, du poète et du créateur consiste ainsi à refuser ces mensonges. Maupassant soutient la gageure d’une poésie du réel, qui deviendra, après l’abandon de la forme versifiée, une poétique du réel.

14Véritable poésie de la chair, la poésie de Maupassant offre au lecteur un cas tout à fait intéressant et original de pur matérialisme poétique. Il exalte dans ses vers les impératifs du corps et la puissance du désir physique,

  • 23 Ibid., p. 241.

Cet étrange tourment où nous jette une femme
Lorsque fermente en nous la fièvre du désir23. (« Le Mur »)

  • 24 Ibid., p. 244.
  • 25 Louis Desprez, L’Évolution naturaliste, Tresse, 1884, p. 308.

15Le coup de foudre littéraire devient dans cette optique un « Coup de soleil » (c’est le titre d’un poème), et la furie du désir sexuel aboutit à la mort de la femme, victime d’une étreinte trop violente. Le coup de foudre sentimental s’exprime en des termes qui transposent la violence de l’amour sur le plan physiologique, ou plutôt qui l’y ramènent. La femme n’intervient pas dans la rencontre, pur objet, pure victime d’une pulsion irrépressible. Rendu fou de désir, l’homme s’adonne à ses délires fantasmatiques : « Nous allions par le ciel, corps à corps, face à face24 ». Cette envolée charnelle vers le soleil semble renvoyer à une espèce d’amour primitif et mimer l’attraction de la chair. Louis Desprez, dans l’ouvrage qu’il consacra en 1884 aux écrivains naturalistes, L’Évolution naturaliste, souligne parmi les qualités majeures du poète Guy de Maupassant son « sens de la passion matérielle25 » et voit très justement en lui le « poète de la bestialité amoureuse ». Rappelons ces vers d’« Au bord de l’eau », racontant l’histoire de deux jeunes gens qui s’épuisent et meurent à force de faire l’amour :

  • 26 Des vers, éd. citée, p. 257.

Quel est donc et d’où vient ce ferment qui remue
Les entrailles de l’homme à l’heure de l’amour26 ?

16Ferment, nécessité biologique qui rend l’homme et la femme esclaves de leurs sens, le désir ne mord pas l’âme. Le seul lien qui attache l’homme à la femme est de nature sexuelle. Ce n’est pas le visage ou les yeux de la dame qui hantent l’amant, mais « la senteur de sa peau » :

  • 27 Ibid., p. 258.

Ainsi que deux forçats rivés aux mêmes fers
Un lien nous tenait, l’affinité des chairs27.

17Aucun envol vers les régions de l’idéal n’accompagne cet amour bien terrestre. Maupassant veut étreindre la réalité en poésie, comme le jeune homme étreint sa maîtresse :

Les lignes de son corps fermaient mon horizon,
Mon espoir se bornait aux nœuds de sa ceinture.

18Atteints par une sorte d’obsession physique, en proie à des « crises de baisers », les deux amants vont vers la mort :

  • 28 Patrick Labarthe me suggère à juste titre qu’il y a là une réminiscence du poème « Duellum » des F (...)

Mon ardeur s’exaspère et ma force s’abat
Dans cet accouplement mortel comme un combat28.

19Surtout, de la relation amoureuse sont exclues, comme les complications sentimentales, les paroles : « Nous ne parlons jamais. » Parler reviendrait à entrer dans le mensonge, puisqu’aucune communication ne paraît possible entre les sexes. Seuls les sens se comprennent, et le langage n’intervient que pour faire mentir le corps. La femme doit rester une « Vénus rustique », qui répand, comme une « fleur humaine », un « grand parfum d’amour ». Produit de la nature, l’amour charnel est seul réel. C’est si vrai que l’amour ne peut survivre à la décrépitude des corps. Dans « La Dernière Escapade », deux vieillards réchauffés par le soleil désirent revoir le banc témoin de leurs premières rencontres :

  • 29 Des vers, éd. citée, p. 278. Tel est le sort de ceux qui ne sont pas morts d’amour...

Ils ont senti, brûlés de chaleurs d’épidermes,
Tout leur corps tressaillir et leurs mains se presser,
Et se sont regardés comme pour s’embrasser !
Mais au lieu des fronts clairs et des jeunes visages
Apparus à travers l’éloignement des âges
Et qui les emplissaient de ces désirs éteints,
L’une tout contre l’autre, étaient deux vieilles faces
Se souriant avec de hideuses grimaces29 !

20Pris par l’angoisse de la mort, affolés par l’épouvante qui l’accompagne, les deux vieillards ne tardent pas à mourir. Se met en œuvre ici une conception matérialiste de l’amour. L’image charnelle de la femme ne peut inspirer qu’une poésie de la matière.

Une Vénus rustique

  • 30 L’Évolution naturaliste, op. cit., p. 310.

21Cette tentative d’élaboration d’une poésie de la matière en fait véritablement une poésie naturaliste, au sens propre. Louis Desprez déplorait d’ailleurs que Maupassant ait « sacrifié si complètement la poésie au roman », parce qu’il considérait qu’il était né « pour devenir le poète naturaliste30 » que les contemporains attendaient.

  • 31 « Les Poètes contemporains », paru dans Le Messager de l’Europe en 1878 puis dans Le Voltaire en 1 (...)
  • 32 « Guy de Maupassant. Des vers », dans « Mélanges critiques », Œuvres complètes, t. XII, éd. citée, (...)
  • 33 Ibid., p. 617.
  • 34 Sur l’eau, éd. par Jacques Dupont, Gallimard, « Folio classique », 1993, p. 60.
  • 35 Ibid., p. 619.

22Dans un article publié dès 1878, Zola saluait aussi la vérité du tableau dans « Au bord de l’eau », et invitait la poésie à s’engager dans la voie du réel : « Qui ne comprend que la réalité apporte aux poètes une poésie nouvelle31 ? » Plus tard, dans Le Voltaire du 25 mai 1880, il consacre un article aux vers de Maupassant, « un homme sensitif, un passionné qui se donne tout entier32 ». La façon dont Maupassant célèbre la femme constitue pour Zola la nouveauté et l’intérêt principal de ces vers : « C’est un amant de vingt-cinq ans, dans toute la flamme de ses désirs, chantant la femme comme il l’aime, avec sa virilité. Et cette grande poussée charnelle suffit pour donner à son recueil une humanité profonde. » Fidèle à la nature, païen philosophiquement matérialiste, Maupassant se trouve donc plus proche de l’homme réel. « C’est un mâle », ajoute Zola, ne pouvant trouver de plus beau compliment. Et il ajoute que « l’haleine charnelle » de ces vers « solides », leur confère un cachet de naturel (« rien n’y est factice ») inédit : « c’est le cri humain33 », sans convention, sans ruses du sentiment. Cette bestialité de l’homme, Maupassant la considère comme un élément premier et essentiel de la nature humaine que l’homme ne devrait jamais perdre de vue : « Faut-il être aveugle et saoûl de fierté stupide », rappelle-t-il dans Sur l’eau, « pour se croire autre chose qu’une bête à peine supérieure aux autres34 ! » Le traitement du féminin dans ses vers participe de cette conception de l’humanité. Zola termine son article en évoquant la « Vénus rustique » : « Voilà un poète qui, sans chercher l’étrangeté, trouve du coup une note originale, parce qu’il se donne avec toute sa chair35. » Chair du poète, chair de la femme, convoquées contre les déformations idéalisantes du littéraire.

23Attardons nous un peu sur cette « Vénus rustique » qui clôt le recueil et exprime le lien entre la femme, la nature, l’amour et la beauté. Le poète commence par cette affirmation : « Les dieux sont éternels », qui pourrait faire songer au retour d’une transcendance dans cet univers terrestre. En fait, il s’agit de l’éternelle beauté et de l’éternel désir, incarnés dans l’éternelle Vénus, « l’Être absolu ». Mais cette déesse anadyomène, Maupassant revoit sa légende sous la forme du fait divers :

  • 36 Des vers, éd. citée, p. 296.

Une petite enfant gisait, abandonnée,
Toute nue, et jetée en proie au flot amer,
Au flot qui monte et noie ; à moins qu’elle fût née
De l’Éternel baiser du sable et de la mer36.

24Cette seconde hypothèse, qui joue à rappeler le mythe de la naissance de Vénus, ne se substitue pas à la première, plus vraisemblable. Le monde où grandit la fillette, recueillie par un pêcheur, est un monde paysan. Devenue jeune fille, elle déchaîne par la splendeur de ses formes les ardeurs de tous les mâles de la contrée :

  • 37 Ibid., p. 302.

Elle s’abandonnait sans résistance, née
Pour cette œuvre charnelle, et le jour ou la nuit,
Sans jamais un soupir de bonheur ou d’ennui,
Acceptait leurs baisers comme une destinée37.

  • 38 La Vie errante, éd. des Œuvres complètes, p. 403, 404, 405. C’est le symbole de la femme qui n’est (...)

25On trouve ici l’idée chère à Maupassant que la femme a été créée pour le plaisir. Le poème insiste longuement sur la beauté toute-puissante de ce corps de femme. Elle finit assassinée par un vieux berger satanique qui possède la Ruse, tandis qu’elle détient la Beauté. Maupassant tente d’élaborer une mythologie matérialiste en créant cette déesse rustique symbole de la chair. On risquerait presque à ce propos l’expression de « symbolisme matérialiste », comme nous y invite d’ailleurs un autre texte de Maupassant, plus tardif, le chapitre « La Sicile » de son récit de voyage La Vie errante (1890), rédigé et paru sous forme de chronique dès 1886. Il s’y attarde sur la description d’une statue, celle de la Vénus de Syracuse, qui « est une femme » et en même temps « le symbole de la chair ». Cette beauté « puissante, saine et simple » n’a pas de tête ( !), ce qui rend le symbole encore plus complet : « C’est un corps de femme qui exprime toute la poésie réelle de la caresse38. » Voilà qui permet de comprendre le sens du sacré chez Maupassant, et pourquoi la femme est divine, « non parce qu’elle exprime une pensée, mais seulement parce qu’elle est belle ». Ainsi l’art naît de cette beauté originelle de la femme, directement issue de la nature.

  • 39 Romans, éd. de Louis Forestier, Gallimard, « Pléiade », 1987, p. 540.
  • 40 « Le Baiser », dans Contes et nouvelles, éd. de Louis Forestier, « Pléiade », vol. I, 1980, p. 633

26Mais on touche là à l’originalité et aux limites de cette approche du féminin dans une poésie matérialiste. La légende du « mort d’amour, avec sa lavandière » (« Au bord de l’eau »), constitue un cas intéressant mais difficilement exploitable à l’infini. Peut-on aller beaucoup plus loin ? Surtout lorsque ce renouvellement de l’inspiration n’aboutit pas à un renouveau formel ? Après ce volume, Maupassant renonce à la forme versifiée, pour retrouver en prose le triple motif du bain sensuel dans la nature, de la chair féminine et d’une poésie charnelle du désir. La poésie en vers fait l’objet d’un traitement ironique. On songe par exemple à l’exaltation de Brétigny qui, dans Mont-Oriol, récite deux strophes de l’« Hymne à la beauté » de Baudelaire, face à une Christiane étonnée, « ne comprenant pas bien quelle chose extraordinaire pouvait contenir cette poésie39 ». Dépité, le héros renonce à faire goûter un tel poète à une femme, essentiellement intuitive et incapable de saisir la subtilité d’une telle inspiration. On songe aussi à une nouvelle intitulée « Le Baiser » (1882), où une vieille tante avisée donne des conseils à sa nièce en matière de caresses et de baisers. Citant le second poème des Intimités de François Coppée, elle en extrait ce vers qu’elle va dépoétiser : « Oh ! les premiers baisers à travers la voilette40 ! » Les vers sont charmants, mais déforment la réalité. Et la tante d’expliquer qu’il fait froid dehors, que la femme a couru pour aller au rendez-vous, que la voilette mouillée de son souffle a déteint : l’amant « se précipite et colle ses lèvres ardentes à cette vapeur de poumons liquéfiée ». Il ne goûte donc pas aux lèvres, mais « à la teinture de cette dentelle trempée d’haleine froide ». Le vers renvoie à la seule convention poétique, loin des réalités du corps.

27Maupassant a donc, dans ses vers, dit tout ce qu’il avait à dire de la femme, insistant sur le bonheur du corps, sur les misères de l’âme, dépoétisant sans relâche le féminin et la relation amoureuse au profit d’une approche plus fidèle de la réalité prosaïque de l’amour. L’exaltation lyrique de la matière chantant la toute puissance des sens renvoie à une perception brute et directe de la beauté. La poésie de Maupassant est ainsi particulièrement intéressante pour mesurer avec quel degré de conscience un futur maître de la prose naturaliste peut nourrir une réflexion sur les liens étroits qui unissent la poésie, la nature et la femme. Fortement et diversement influencé par Musset et Baudelaire, mais aussi par Bouilhet et Sully Prudhomme, Maupassant tente dans ses vers de lutter contre l’attraction première et fatale, celle qu’exerce le pôle féminin, source d’inspiration certes, et de plaisir, mais aussi de doute, d’inquiétude, d’angoisse. Le principe féminin, principe vital et destructeur, se manifeste selon les lois d’un dualisme fondamental, qui entraîne le poète (et l’homme) à subir le fléau du désir tout en le poussant à l’exaltation érotique du sexe. Selon une telle vision, la poésie se trouve précipitée dans une impasse : le passage à la prose peut se comprendre dès lors comme une tentative du masculin de s’affirmer (notamment par le traitement ironique) contre l’emprise d’un féminin tout puissant. La mise à mort de la Vénus rustique témoigne d’une lutte dont l’enjeu n’est autre que le choix d’une écriture volontairement, mais nostalgiquement, anti-idéaliste, où s’affirme sur le mode du dépit et dans le registre ironique la triple disparition « littéraire » de l’éternel féminin, de l’amour, et de la poésie.

Notes

1 Citons notamment les ouvrages de Lorraine Gaudefroy-Demombynes, La Femme dans l’œuvre de Maupassant, Mercure de France, 1943, et de Mary Donaldson-Evans, A Woman’s Revenge, French Forum, 1986 ; on trouvera une série d’articles intéressants dans la section « Maupassant et les questions féminines » du colloque de Fécamp de mai 1993, Maupassant et l’écriture, dir. Louis Forestier, Nathan, 1993, p. 63-126. Il faut lire aussi, entre autres, l’article de Chantal Jennings, « La dualité de Maupassant : son attitude envers la femme », Revue des sciences humaines, oct.-déc. 1970, p. 559-578.

2 Louis Forestier, « Guy de Maupassant et la poésie », dans Le Lieu et la Formule, hommage à Marc Egeldinger, La Baconnière, Payot, 1978, p. 137-151, et « La meilleure garce : observations sur Des vers de Maupassant », Revue Dix-Neuf/Vingt, rédacteur en chef Michel Crouzet, n° spéc., oct. 98, p. 25-41. Une édition critique des Vers et autres poèmes est parue en 2001, textes établis et annotés par Emmanuel Vincent, Presses de l’université de Rouen.

3 Voir sur ce point Mariane Bury, La Poétique de Maupassant, Sedes, 1994, p. 722.

4 Nous utiliserons comme édition de référence celle des Œuvres complètes que Pascal Pia a dirigées pour Albin Michel et Maurice Gonon, éditeur d’art, vol. consacré à Notre cœur, Des vers, Autres poèmes, sans date.

5 « Les poètes français du XVIe siècle », dans Chroniques, préface d’Hubert Juin, LTGE, 10/18, 3 vol., vol. I, 1980, p. 35.

6 Ibid., p. 36.

7 Ibid.

8 Chronique parue dans Le Gaulois, 28 juillet 1882, dans Chroniques, éd. citée, vol. 2, p. 103.

9 Chronique parue dans Gil Blas, 18 juillet 1882, dans Chroniques, éd. citée, vol. 2, p. 94.

10 Dans Des vers, p. 247.

11 Ibid., p. 250.

12 Ibid., p. 251.

13 Chronique parue dans Gil Blas, 22 mai 1883, dans Chroniques, éd. citée, vol. 2, p. 210 et 212.

14 Chronique parue dans Le Gaulois, 23 février 1884, dans Chroniques, éd. citée, vol. 2, p. 354.

15 Chronique parue dans Gil Blas, 6 juillet 1886, dans Chroniques, éd. citée, vol. 3, p. 279-280.

16 « Lettre-préface », Des vers, éd. citée, p. 234.

17 Ce poème inédit a été publié dans Maupassant inédit, icon, et doc. commentés par Jacques Bienvenu, Édisud, 1993.

18 Des vers, éd. citée, p. 242.

19 On se reportera sur ce point au livre de Micheline Besnard-Coursodon, Étude thématique et structurale de l'œuvre de Maupassant, Le Piège, Nizet, 1973.

20 Des vers, éd. citée, p. 272.

21 Ibid., p. 266.

22 Ibid., p. 290.

23 Ibid., p. 241.

24 Ibid., p. 244.

25 Louis Desprez, L’Évolution naturaliste, Tresse, 1884, p. 308.

26 Des vers, éd. citée, p. 257.

27 Ibid., p. 258.

28 Patrick Labarthe me suggère à juste titre qu’il y a là une réminiscence du poème « Duellum » des Fleurs du Mal, et de son âpre combat d’amour. Baudelaire est un des poètes favoris de Maupassant. On trouve cette influence baudelairienne dans l’œuvre à de nombreuses reprises ; voir sur ce sujet l’article d’Annarosa Poli, « Le côté baudelairien de Maupassant », dans Europe, juin 1969, p. 122.

29 Des vers, éd. citée, p. 278. Tel est le sort de ceux qui ne sont pas morts d’amour...

30 L’Évolution naturaliste, op. cit., p. 310.

31 « Les Poètes contemporains », paru dans Le Messager de l’Europe en 1878 puis dans Le Voltaire en 1879, publié dans Œuvres complètes, dir. par Henri Mitterand, Cercle du livre précieux, 1969, t. XII, p. 385.

32 « Guy de Maupassant. Des vers », dans « Mélanges critiques », Œuvres complètes, t. XII, éd. citée, p. 615.

33 Ibid., p. 617.

34 Sur l’eau, éd. par Jacques Dupont, Gallimard, « Folio classique », 1993, p. 60.

35 Ibid., p. 619.

36 Des vers, éd. citée, p. 296.

37 Ibid., p. 302.

38 La Vie errante, éd. des Œuvres complètes, p. 403, 404, 405. C’est le symbole de la femme qui n’est pas idéalisée p. 402.

39 Romans, éd. de Louis Forestier, Gallimard, « Pléiade », 1987, p. 540.

40 « Le Baiser », dans Contes et nouvelles, éd. de Louis Forestier, « Pléiade », vol. I, 1980, p. 633.

Auteur

Maître de conférences à l’université de Paris 4 et habilitée à diriger des recherches. Auteur de la Poétique de Maupassant (Sedes, 1994) et du commentaire d’Une vie (Foliothèque, 1995), elle a édité les Récits fantastiques de Maupassant pour la collection du Livre de Poche « classique » (2000). Ses travaux portent actuellement sur le discours critique au xixe siècle.

© Presses universitaires de Lyon, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search