Version classiqueVersion mobile

Masculin / Féminin dans la poésie et les poétiques du xixe siècle

 | 
Christine Planté

Hommes et femmes poètes

Les débuts d’Élisa Mercœur et d’Émile

Souvestre dans le Lycée armoricain

Bärbel Plötner

Texte intégral

  • 1 Daniel Geoffroy, Élisa Mercœur, Nantaise romantique, Cholet, Hérault éditions, 1990.

1Élisa Mercœur, un des noms les plus en vue du romantisme breton, est née le 24 juin 1809 à Nantes, comme Mme Dufrénoy, Constance de Salm-Dyck et Mélanie Waldor. Dès ses débuts de poète, à seize ans, ses contemporains la surnomment, par allusion à Delphine Gay, la Delphine nantaise. Mais à peine certains ont-ils pu croire à la révélation d’un grand talent qu’Élisa meurt, à Paris, le 7 janvier 1835. Cette fin confère une couleur tragique à son destin, que la conscience régionale voulut emblématique, et dont l’évocation allait désormais toujours s’accompagner du rappel de cette mort précoce. Mais les discours hagiographiques n’empêchèrent, par la suite, ni la méconnaissance ni l’oubli. Il faut attendre 1990 pour lire sous la plume de Daniel Geoffroy une biographie détaillée de la poétesse permettant de la resituer dans son époque1. On insistera ici sur ses débuts, présentés en parallèle avec ceux d’Émile Souvestre, pour envisager le poids des déterminations sociales et sexuelles dans les choix de carrière, et la réception, de jeunes poètes provinciaux aux alentours de 1830.

Origine et formation

  • 2 Ibid., p. 15-24. Gabriel Lepetit, La Vie d’Élisa Mercœur, Muse romantique nantaise, Nantes, Lepetit (...)

2Le fait était connu des contemporains, et fut retenu de la postérité, Élisa a été élevée par une mère célibataire. Recueillie après abandon à l’Hospice des enfants trouvés de Nantes, elle reçut un numéro, fut enregistrée à l’état civil où on lui attribua le nom de Mercœur, puis placée en nourrice. Deux ans plus tard, sa mère, chassée par sa famille petite-bourgeoise, récupéra la fillette et s’installa avec elle à Nantes, reportant sur elle toutes ses ambitions. Adélaïde Aumand, brodeuse de son état, ne semble avoir jamais révélé l’identité du père, mais il est probable qu’Élisa était la fille adultérine de maître François-Judé Barré, avoué près du Tribunal de première instance, riche bourgeois de bonne réputation. Pour prix de son silence, Mlle Aumand reçut une modeste compensation financière2. L’enfant fut élevée dans la religion chrétienne, apprit tôt à lire et bénéficia de l’enseignement d’un ami de sa mère, rentier employé à la mairie. Sous l’effet de la mode romantique, l’adolescente versifiait en autodidacte dès sa seizième année.

  • 3 Voir Anthony Craig Lister, L’Œuvre en prose d’Émile Souvestre, Rennes, Université de Haute-Bretagne (...)

3Souvestre vint au monde le 15 avril 1806 à Morlaix, son père était conducteur aux Ponts et Chaussées. Enfant rêveur, avide de lecture, il passe précocement pour un conteur plein d’imagination. Malgré ses origines modestes, il peut fréquenter une école publique, et est en 1818 inscrit comme élève du gouvernement au Collège royal de Pontivy. Malgré les discriminations sociales dont il y souffre, une discipline marquée par les origines militaires de l’établissement, et la pesanteur de l’instruction catholique, il s’acharne à réussir, trouvant refuge dans les lettres3, et l’amitié de son condisciple Ange Guépin, fils d’un révolutionnaire breton connu. Une petite comédie écrite alors mérite d’être signalée, non pour sa valeur littéraire (elle est composée dans un style assez plat), mais pour l’incident scolaire qu’elle relate en tournant la médiocrité des professeurs en ridicule. Après la saisie de cette pièce, et de chansons anticléricales et anti-royalistes, Souvestre, renvoyé du collège en 1823, ne peut entrer à l’École polytechnique. Après le décès de son père, il s’inscrit en 1824 à la faculté de droit à Rennes tout en écrivant des poèmes et, malgré ses faibles moyens, poursuit des études pour se procurer un gagne-pain, en attendant de pouvoir vivre de sa plume.

Débuts au Lycée armoricain

  • 4 Imprimeur de la préfecture (Nantes compte alors une soixantaine d’imprimeurs pour 8 000 habitants), (...)
  • 5 Cf. Émile Souvestre, « Notice sur Édouard de Richer », Revue de Paris, t. 42, juin 1837, p. 40-49.

4Émile Souvestre et Élisa Mercœur débutent tous deux, à un an d’intervalle, au Lycée armoricain. Ce mensuel, qui parut de 1823 à 1831, venait d’être lancé par l’imprimeur libéral Camille Mellinet4. Il faisait l’orgueil des bourgeois nantais qui rêvaient de provoquer par la presse un réveil régional et de démentir la réputation d’arriération de la Bretagne, se voulait apolitique, littéraire, philosophique et artistique, et entendait se faire l’écho des nouveautés scientifiques. Sans insister ici sur la crise d’identité des intellectuels bretons alors partagés entre une culture populaire dévalorisée, l’exaltation des origines celto-bretonnes et une éducation classique, il faut signaler que leur malaise s’aggrave sous la Restauration, lorsque les romantiques partent en Bretagne à la recherche d’une culture moyenâgeuse encore intacte. Toutes sensibilités politiques confondues, les élites régionales revendiquent à la fois l’acceptation d’un passé singulier et la reconnaissance d’une Bretagne de l’ère industrielle. Se faisant leur porte-parole, le Lycée armoricain réunit « les intelligences les plus actives de l’Ouest » et réussit à attirer les regards parisiens sur une province où ils découvrent qu’on pense, et qu’il existe même une littérature5.

  • 6 Voir une lettre de Souvestre à Mellinet du 20 septembre 1824 (Antoine-Charles et Yves-Antoine Schwe (...)
  • 7 Jacques Vier, « Le romantisme en Bretagne : dans le sillage des maîtres. La poésie », dans Jean Bal (...)

5La stratégie de Mellinet vise avant tout à déceler de nouveaux talents, et sa revue, où se fit publier le jeune Victor Hugo, offre un cadre enviable aux provinciaux débutants qui peuvent s’y lancer aux côtés des célébrités régionales, voire trouver un lectorat dans la capitale (dès la fondation du Globe libéral, un échange entre les deux revues est mis en place). En 1824, Mellinet demande à Souvestre de la prose et des vers, et fait paraître « L’Aveu » après quelques remaniements6. Dans le petit cénacle rennais où « jeunes patriciens et plébéiens s’entendaient à merveille7 », Souvestre s’est lié d’amitié avec des poètes de son âge, dont Évariste Boulay-Paty et Édouard Turquéty. Entichés de Byron, ils rêvent de gloire littéraire, détestent le provincialisme et publient régulièrement dans le Lycée armoricain.

  • 8 Geoffroy, op. cit., p. 71-73.

6Ils peuvent y découvrir, dans le numéro d’octobre 1825, le poème « Dors, mon ami » d’Élisa Mercœur. La légende biographique veut qu’elle se soit un jour présentée seule chez Mellinet, en le priant d’insérer dans le Journal de Nantes, feuille des royalistes, quelques strophes sur le passage d’une actrice au théâtre de Nantes. Elle aurait ensuite insisté pour lui soumettre ce poème qui, publié un mois plus tard, suscite l’étonnement. Il est à noter qu’elle fait irruption sur la scène littéraire peu après la mort d’un père présumé qui ne lui avait rien laissé de sa fortune. Mère et fille s’étaient vues contraintes à changer d’appartement8, et leur recherche du succès littéraire apparaît donc d’abord comme dictée par la volonté d’échapper à la misère. Mellinet était connu pour aimer à jouer le rôle du maître-imprimeur de Péronne auprès de Béranger, et ce fin observateur de la presse parisienne, lecteur de la Muse française, responsable de la diffusion du Globe dans l’Ouest, avait sans doute parié, devant la vogue de Desbordes-Valmore, sur la découverte d’une adolescente qui introduirait dans son éventail de poètes bretons une touche féminine originale. L’âge d’Élisa Mercœur, son sexe, ses origines nantaises firent en effet immédiatement événement dans la ville. Un abonné du Lycée, resté anonyme, s’émerveille :

  • 9 Vers soumis à l’éditeur du Lycée, cités par la mère d’Élisa dans l’édition intitulée Élisa Mercœur,(...)

Nantes aussi voit naître sa Delphine ;
Muse Élisa, j’ai lu tes charmants vers9.

  • 10 Geoffroy, op. cit., p. 83.

7« Muse », le mot était lâché. La débutante, persévérant dans sa vocation, place encore plusieurs poèmes avant décembre 1825, et en 1826 bien plus régulièrement que ses jeunes confrères de sexe masculin, au point que certains se demandent si son nom ne cache pas le pseudonyme d’un homme10.

  • 11 Geoffroy op. cit., p. 67-70 d’après les manuscrits inédits confiés aux archives de l’Académie nanta (...)
  • 12 Cf. t. 6, 1825, p. 104-105. Le premier prix n’étant pas décerné, Souvestre reçut une médaille d’enc (...)
  • 13 Les médailles respectives de 1825 et 1826 valaient 150, voire 200 francs.
  • 14 À la différence d’Élisa, Souvestre présente aussi de la prose et une comédie.

8Sur les conseils de Mellinet, Élisa et les étudiants rennais entrent en lice pour les prix de la Société académique de la Loire-Inférieure en 1825 et 1826. Leurs sujets – le phare du Four nouvellement construit près du Croisic, et le Combat des Trente – visent à illustrer l’entrée de la Bretagne dans la modernité, et la gloire de ses anciens chevaliers. Les pièces fournies par Élisa, qui a probablement mal saisi l’enjeu, n’obtiennent que des mentions honorables. L’évocation d’un ouragan près du phare est jugée trop sombre et faible de style, quant à son poème sur le combat, le jury en approuve le plan, mais déplore un manque d’haleine dans la mise en œuvre11. En revanche, Boulay-Paty est primé pour sa présentation du « Combat des Trente », et Souvestre pour « Le Phare ou la Tour du Four », complainte d’une veuve éplorée remerciant « la main généreuse » qui, avec le phare du Four, place le salut des marins à l’endroit même où a péri son mari. D’abord inséré dans les Annales de la Société en 1825, ce poème célébrant le progrès industriel fut repris dans le Lycée12. À la faveur de ce concours, dont le prix n’était pas négligeable13, apparaît donc une rivalité entre Mercœur et Souvestre, tous deux pauvres et soucieux de se distinguer par leur plume14. Les humiliations sociales qu’ils ont subies, du fait de sa naissance illégitime pour Mercœur, par l’impossibilité de se consacrer pleinement à la littérature pour Souvestre, aiguisent chez tous deux le besoin de reconnaissance.

  • 15 L’Indépendant. Journal de Lyon, des départemens, de Paris et de l’étranger, feuille de 4 pages, cré (...)
  • 16 Mangin, Richer et Mercœur furent admis à la création de l’Académie, voir L’Indépendant, no 125, 18 (...)
  • 17 L’Indépendant, no 150, 14 décembre 1826.
  • 18 « Des femmes poètes. Mlle Élisa Mercœur », L’Indépendant, no 177, 15 février 1827 ; article repris (...)

9En octobre 1826, Élisa marque un point, avec sa nomination à l’Académie provinciale qui vient de naître. Les Lyonnais, regroupés autour de L’Indépendant15 d’Alphonse Rastoul et de Charles Durand, souhaitent, comme les Bretons, empêcher la capitale d'« engloutir tout l’or des provinces », et s’affranchir du joug d’une centralisation intellectuelle pour être jugés indépendamment des coteries parisiennes. L’Académie, ouverte aux penseurs des départements français et étrangers sous la devise d'« Union et tolérance », présidée par Chateaubriand et Nodier, et bientôt célèbre, accueille immédiatement les femmes, dont le droit à l’émancipation, intellectuelle du moins, a été longuement débattu dans L’Indépendant : Marceline Debordes-Valmore, Delphine Gay, Amable Tastu font partie des académiciens, et parmi les membres correspondants figurent Sophie Gay, la Lyonnaise Félicie d’Ayzac et Élisa Mercœur. Manifestement, Élisa doit cet honneur au Lycée armoricain et à ses soutiens bretons ; elle se retrouve aux côtés d’Édouard de Richer et de Mellinet ainsi que de Victor Mangin, rédacteur républicain du journal nantais L’Ami de la Charte16 Tandis que maints nominés de l’Académie provinciale lui communiquent leurs idées d’émancipation régionale, Élisa leur offre son poème « La Pensée », et un billet insignifiant réclamant leur indulgence pour ses débuts17. À propos de ces vers, Rastoul souligne le caractère vague et rêveur qui distingue Élisa parmi ses consœurs et la rapproche de la poésie anglaise18, et immédiatement republiés en Bretagne, ces éloges augmentent aussi le prestige du Lycée armoricain où Mlle Mercœur signe désormais de son titre académique.

Une Muse de département

  • 19 À la proposition de Mellinet et Luminais, Souvestre devint membre correspondant en août 1828, résid (...)
  • 20 Annonce no 6 782 du Journal de Nantes, parue en avril 1826, Geoffroy, op. cit., p. 75·
  • 21 Le rédacteur de L’Indépendant (no 147, 7 décembre 1826) souligne que l’émancipation des régions lie (...)
  • 22 Dufrénoy, Desbordes-Valmore, D. Gay sont déjà connues, Tastu fait paraître son premier recueil. Cf. (...)
  • 23 C’est en revanche l’engagement politique des femmes que demande aussi Souvestre dès 1830.

10Première de son sexe, elle est admise à la Société polymathique du Morbihan, puis à la Société académique de la Loire-Inférieure (en mai 1827), ce que Mellinet n’obtient pour Souvestre que l’année suivante19. Élisa Mercœur, qui, pour échapper au métier de brodeuse, cherche d’autres activités rémunérées (elle publie une annonce dans le Journal de Nantes offrant des cours particuliers de français, anglais, géographie et mythologie20, et se met à traduire de l’anglais), jouit à cette époque de la sympathie des élites bretonnes. En novembre 1826, Mellinet crée le journal libéral Le Breton, « frère cadet » de L’Indépendant21, et s’assure la collaboration de Souvestre et de Guépin, qui militent tous deux pour (’émancipation régionale tout en séjournant à Paris. Devant la vogue controversée des femmes poètes22, Le Breton adopte une position mesurée et incite les femmes à s’adonner aux arts et aux lettres sans se mêler de philosophie et de politique23 :

  • 24 Cité par Geoffroy, op. cit., p. 79. Outre É. Mercœur, le LyA publie en 1826 un compte rendu des ess (...)

Nous croyons que, dans l’ordre de la création, la femme a été destinée à plus noble rôle et nous ne nous plaindrons jamais de la voir cultiver les arts et les lettres. Qu’elle expose donc au salon, qu’elle fasse applaudir sa musique sur nos théâtres, qu’elle imprime ses pensées. Femmes, enseignez-nous en vers enchanteurs des consolations de la terre, célébrez vos joies et vos amours, entraînez-nous dans vos douces rêveries24.

  • 25 LyA, t. 7, 1826, p. 171-172 ; et Poésies, seconde édition augmentée de nouvelles pièces, Crapelet, (...)

11Les poèmes d’Élisa correspondent à cette attente. Imitatrice de Chénier, Lamartine et Desbordes-Valmore, elle sait prendre l’air du temps, avec « Le Chant du Barde Ecossais » ou « Childe-Harold, Imitation de Lord Byron »25 Quoi que l’on pense du personnage de composition virginal et désespéré auquel elle s’identifie peu à peu comme sujet lyrique, on doit lui reconnaître une certaine aisance dans le maniement du lexique, des clichés et tournures à la mode, dans des vers fluides et harmonieux conformes au goût dominant du temps.

  • 26 L’affaire conclue donne une recette de 2 700 F plus une centaine d’exemplaires d’auteur au lieu de (...)
  • 27 Cf. la lettre de Chateaubriand (18 juillet 1827) et les propos de Lamartine (9 octobre 1827) évoqua (...)

12En 1827, Mellinet lui propose, avec l’appui d’une souscription académique, un contrat (renégocié après intervention de sa mère)26 pour un recueil de poésies. Il rassemble les pièces publiées dans le Lycée et d’autres productions antérieures à juin 1827, avec une introduction de l’imprimeur. Le poème d’ouverture dédié « À Chateaubriand », auquel Élisa envoie un exemplaire, lui vaut de la part de l’écrivain une lettre d’éloges polis, aussitôt reproduite dans la presse nantaise, à côté d’une appréciation flatteuse de Lamartine, émise en privé – et contestée plus tard27. Dans Le Lycée armoricain, Ludovic Chapplain, républicain et futur gérant de la Revue de l’Ouest, reconnaît aux élégies et odes du recueil la grâce des « accords doux et légers » des premières œuvres, mais davantage d’expressivité et des « accents plus mâles ». Il classe l’auteur dans la catégorie des femmes de lettres parvenues à une « émancipation complète », et ayant réussi à abolir « la ligne de démarcation qui avait séparé les sexes ». Jouant de l’opposition Paris/province, il cherche à combattre les préjugés de ses concitoyens :

  • 28 « Poésies de Mlle Élisa Mercœur », LyA, t. 10, 1828, p. 136-142.

Elle veut [...] quoiqu’elle ait le malheur d’être à la fois femme, poète et provinciale, essayer de faire oublier ces torts très graves aux yeux des lecteurs parisiens, amener ses compatriotes à agréer un recueil de poésies ; en un mot, obtenir un succès littéraire dans sa ville natale28.

13Le succès escompté se produit, et Le Breton constate qu’il était grand temps qu’une des leurs revendique dans sa région le statut de femme poète :

  • 29 Le Breton, 21 juillet 1827.

Mlle Élisa Mercœur est la seule Bretonne qui ait osé se dire poète dans sa propre province et se présenter un volume à la main aux regards de ses compatriotes stupéfaits. Un seul auteur féminin avec un petit recueil !... Ce n’est pas trop, surtout lorsque plusieurs centaines de ses semblables peuvent en ce moment, au sein de la capitale, être impunément poètes, philosophes, savantes, auteurs dramatiques ou tout simplement fabriquantes de romans29.

  • 30 Citée par Geoffroy, op. cit., p. 83.
  • 31 Cf. Œuvres complètes, t. 1, p. CCXIX.
  • 32 Pour mieux se faire entendre, Élisa envoie ce poème à D. Gay.

14À la même époque, les rares vers, de facture lamartinienne, publiés par Souvestre passent presque inaperçus ; il y exalte l’amour, l’amitié, la beauté de la nature, mais chante aussi les peines de l’aveugle et du mendiant. Aussi l’ascension d’Élisa Mercœur finit-elle par susciter sa jalousie, et dans une critique envoyée en 1826 à Mellinet – qui se garde de la publier – Souvestre juge ses vers trop peu romantiques, puis se moque de sa réaction outragée dans une lettre à Turquéty30. Entre temps, elle a été introduite chez des notabilités et dans les petits salons nantais. Dès l’été 1827, on accourt chez elle pour s’arracher son recueil. Selon le récit, partial, de sa mère, Souvestre serait lui aussi venu pendant ses vacances, et reparti sans mot dire31. Il devait en tout cas vivre comme une humiliation personnelle le succès de cette femme poète, qui publiait « Le Songe ou les Thermopyles32 » au moment où lui-même tentait en vain sa chance au théâtre avec « Le siège de Missolonghi ».

Des choix opposés

  • 33 Le 5 septembre 1927 c’est Hugo qui la félicite pour son recueil, voir Geoffroy, op. cit., p. 98.
  • 34 Geoffroy, op. cit., p. 102-118.

15Leurs choix idéologiques respectifs allaient encore creuser la distance. Monté à Paris en 1826, le futur avocat voit son premier drame, résolument engagé pour la cause grecque, interdit par la censure qui voulait ménager la Sublime Porte, puis autorisé par Martignac, et de nouveau censuré au Théâtre-Français. Au cours de ce combat, Souvestre se forge des amitiés et des convictions décisives. Avec Guépin, il se rapproche du Globe libéral et adhère au saint-simonisme. Abhorrant la vie mondaine de la capitale, bardé d’idéaux d’émancipation sociale et régionale, Souvestre revient en Bretagne au moment où Élisa Mercœur la quitte. Sans revenus réguliers, malgré la vente satisfaisante de son recueil, elle s’obstine à vouloir vivre de sa poésie, et pour cela sollicite l’appui moral de célébrités littéraires parisiennes33, recherchant aussi une aide financière à la préfecture de Nantes. Les esprits libéraux ne commencent à s’indigner qu’après son apparition lors d’une soirée mondaine en présence du nouveau député monarchiste de la Loire-Atlantique, le comte de Ses maisons. Lors de la visite de la duchesse de Berry à Nantes, en juin 1828, Élisa tient un rôle central dans la mise en scène de festivités officielles34 – peu goûtées des libéraux et des républicains. Ayant écrit sur commande sa première poésie de circonstance pour Son Altesse Royale, elle la récite en sa présence, assiste au grand bal, mais se voit ensuite mise à l’écart d’une autre cérémonie. Il n’est pas certain qu’elle ait d’ailleurs saisi tout l’enjeu politique du passage de la duchesse, ni les conseils de ceux qui lui suggèrent alors de choisir son camp.

  • 35 Boulay-Paty avait sollicité la présence d’Élisa lors de l’accueil de la duchesse de Berry. Voir aus (...)

16Plusieurs lettres à Boulay-Paty, devenu son ami et confident, montrent qu’elle songe dès l’été à quitter Nantes, où elle interprète une série d’événements comme le fruit de cabales dirigées contre elles : le vol d’une jolie somme obtenue de la duchesse de Berry est relié à ses yeux à la perte des sympathies d’une bonne partie des Nantais – pauvres, envieux ou indignés ; l’invocation par certains de son statut de poétesse pour refuser de l’engager comme professeur viendrait de ses origines obscures ; la demande en mariage d’un homme âgé, ami de sa mère qui les accompagnait lors de leurs sorties publiques et avait rassemblé les souscriptions pour le recueil d’Élisa, ne contribue qu’aux rumeurs d’immoralité35. Se révoltant à l’idée d’un tel mariage, craignant de perdre son indépendance en échange de cette protection masculine, Élisa se hâte de fuir sa ville pour l’anonymat de la capitale, – mais avec l’espoir d’y trouver la célébrité. La gloire, fréquemment évoquée dans ses poèmes, lui paraît désormais la seule voie d’affranchissement.

  • 36 Dans une lettre à son mari du 6 décembre 1832, Debordes-Valmore la juge très commune, dépourvue de (...)
  • 37 « Bisson » [tiré à part chez Mellinet, 1827], LyA, t. 11, 1828, p. 306-307, « La Gloire » [poème en (...)
  • 38 Émile Deschamps, Le Voleur, 22 août 1828.
  • 39 Lui avançant 200 F, il arrête la pension à 300 F par an.

17Probablement mal conseillée par sa mère36, elle s’éloigne ainsi de ceux-là même qui défendent la cause des femmes et l’émancipation culturelle régionale. Elle passe outre aux avertissements de Mellinet, qui tente de la retenir en Bretagne et de l’orienter vers l’enseignement, tout en la mettant en garde contre les impitoyables coteries littéraires parisiennes, elle qui, depuis son recueil, n’a composé que deux poèmes37. Mais elle a reçu un encouragement de la presse parisienne38, une demande de poèmes pour l’Almanach des Muses et, avec l’appui du préfet et d’autres proches de la Cour, la promesse d’un soutien financier. Martignac finit en effet par lui accorder une pension sur les fonds de la Loire-Atlantique à compter de janvier 182939, ce qui la décide à monter avec sa mère, dès la fin d’octobre 1828, à Paris où elle croit pouvoir subvenir à leurs besoins.

18Au même moment, Souvestre s’installe, comme son ami médecin Guépin, à Nantes, employé par Mellinet en tant que commis-libraire capable d’assumer des tâches journalistiques. Il est déterminé à conjuguer ambitions littéraires et engagement pour la cause sociale et régionale – une telle position étant évidemment inaccessible aux femmes. Avant la fin de l’année, il insère quatre fois ses vers dans le Lycée. Connaissant les difficultés rencontrées par les poètes, Mellinet ne se lasse pas de leur promettre en Bretagne un soutien exceptionnel :

  • 40 Camille Mellinet, « Compte rendu des travaux de la Société académique », LyA, t. 12, 1828, p. 443. (...)

On l’a dit bien des fois, notre siècle n’est point le siècle de la poésie, et c’est surtout en province que cette assertion trouve de l’écho. La prévention jette de la défaveur sur toutes les productions poëtiques du sol : c’est un travers, c’est presque une calamité que de faire des vers. [...] Mais quand une véritable vocation entraîne de jeunes talents dans la carrière, loin de songer à les arrêter, aidons-les à atteindre leur but. C’est en partageant cette opinion que vous avez encouragé les brillants essais de Mlle Mercœur et que, plus récemment, vous avez accueilli les productions offertes par M. Souvestre40.

  • 41 Cette première série de la RdO est créée comme « journal » de la Librairie industrielle par Ludovic (...)
  • 42 LC. [Ludovic Chapplain], « Poésies de Mlle Élisa Mercœur », RdO, no 1, 14 janvier 1829, p. 2.

19Conscient de l’intérêt des élites régionales pour leurs penseurs, provisoirement guéri de Paris, Souvestre se lance dans son œuvre sociale, régionale et éducative, avec la direction d’une Librairie industrielle, maison d’édition fondée en mars 1829. Elle publie la Revue de l’Ouest41, où il signe maints articles sur le relèvement de la région, comptes rendus d’ouvrages et poèmes, dont l’un dédié « À Mlle Delphine Gay ». Dans le premier numéro de cette feuille, Chapplin rappelle encore le talent d’Élisa42, mais ses protecteurs nantais délaissent ensuite celle qui veut voler de ses propres ailes.

  • 43 Sur ces difficultés, voir les témoignages de Turquéty qui publie en 1829 chez Delangle les Esquisse (...)
  • 44 Geoffroy, op. cit., p. 135-165.
  • 45 Ibid., p. 151-153. Geoffroy soupçonne la jalousie de Sophie et D. Gay à l’origine de ce démenti. No (...)
  • 46 Le fondateur de La Muse française, à cette époque, bibliothécaire du Roi.

20Elle rencontre d’abord à Paris une courte période de notoriété. Une seconde édition de ses poèmes lui est proposée par l’imprimeur du Roi et, augmentée de six pièces, paraît en 1829 chez Crapelet à une époque où pourtant d’autres poètes trouvent difficilement éditeur43. L’octroi d’une pension par Charles X conforte sa situation, elle est reçue aux dimanches littéraires du docteur Alibert, où elle rencontre Desbordes-Valmore et Mélanie Waldor, les meilleurs salons s’ouvrent à elle, notamment celui de Mme Récamier, Nodier l’accueille aux soirées de l’Arsenal. Aidée de surcroît par les poètes bretons de passage à Paris (Boulay-Paty, Hippolyte Lucas), elle croise désormais nombre de célébrités44. Mais c’est alors que Lamartine juge bon de démentir son compliment, publié dans l’édition Crapelet d’après une citation du Breton de 182745. Sans s’arrêter aux détails de cet incident, on peut en conclure que les coteries parisiennes s’occupent alors d’Élisa Mercœur, ne serait-ce que pour la rejeter. Sous l’influence de Soumet46 elle promet d’entreprendre une tragédie et de se vouer désormais au théâtre plutôt qu’à la poésie.

  • 47 Cf. Ange Guépin, « Trois femmes poètes inconnues » [LyA, t. 14, 1829, p. 118-124] et le même sur le (...)
  • 48 D. Gay a aussi publié un « Malheur d’être laide » dans son recueil de 1826.
  • 49 Sa réception via Mellinet est rapporté dans les Œuvres complètes, t. 1, p. CXIX.

21Quant à Souvestre, il publie toujours des poèmes dans la Revue de l’Ouest et tente en 1829 de récupérer à son profit la vogue dont bénéficient les Muses, allant chercher sa rivale sur son propre terrain. Il fait éditer par sa propre Librairie industrielle un recueil sous le titre de Trois femmes poètes inconnues. La préface, dans un camouflet à peine déguisé à l’adresse d’Élisa Mercœur, insiste sur l’anonymat commandé par la modestie convenable au sexe, et Souvestre y prétend avoir transcrit les poèmes qu’il aurait entendus, dans une association fréquente entre féminité, poéticité et oralité. Dans ses comptes rendus, Guépin souligne le cachet simple, naïf et « provincial » de ces vers, tout en développant, comme bon nombre de libéraux du Globe, de républicains et de saint-simoniens, l’idée d’une poésie qui encouragerait le peuple au travail, tout en lui offrant des satisfactions esthétiques et en le ralliant à une perspective de progrès et d’avenir47. Grâce à ce recueil de Muses anonymes – où l’on perçoit nettement les modèles empruntés à des femmes poètes alors célèbres, ainsi quand, en réplique au poème de D. Gay « Le bonheur d’être belle », il publie « Le malheur d’être laide48 » –, Souvestre a pu entrer en correspondance avec Marceline Desbordes-Valmore. Il a fait parvenir l’ouvrage à Élisa, qui se serait indignée du « larcin » fait à ses consœurs anonymes49. Mais a-t-elle vraiment perçu les références et les intentions du volume ? On peut en douter.

22En vérité, elle était confrontée à des difficultés bien plus graves. Sa pension réduite, une lecture de son drame « Boabdil » chez Mme Récamier annulée suite à l’avènement du ministère Polignac, les prétentions de poèmes comme « La Gloire » et « Le Dôme des Invalides » attaquées par le Globe, qui remet ouvertement l’auteur à sa place :

  • 50 L’article, cité par Geoffroy, op. cit., p. 169, est signé G. pour Eugène Géruzez.

Il ne faut pas que Mlle Mercœur se méprenne sur la nature de son talent ; c’est le talent d’une jeune fille, gracieux et pur, mais sans énergie ; sa lyre ne veut pas être tendue [...] Qu’elle songe au style, sans lequel, poète ou prosateur, on ne va jamais loin ; qu’elle évite l’incorrection et ces lignes de prose qu’elle laisse trop souvent se traîner à côté de ses plus beaux vers [...] alors Mlle Mercœur méritera une partie des éloges qu’elle a déjà reçus, et prendra place entre les femmes-poètes, au-dessous de Mlle Gay et bien loin de Mme Tastu50.

  • 51 Je n’insiste pas ici sur la réduction, la suppression, puis la restitution partielle de sa pension.

23elle mise néanmoins toujours sur la protection de Charles X, quand la révolution de 1830 lui coupe les vivres51.

  • 52 Voir le second compte rendu de Guépin, cf. supra, note 50.

24Pendant ce temps, Mellinet publie en 1830 les Rêves poétiques, recueil signé par Souvestre, qui recueille, outre ses vers parus au Lycée et ceux publiés anonymes en 1829, une vingtaine de nouveaux poèmes, dont certains furent chantés publiquement. La réception bretonne est enthousiaste52. Tandis que ses anciens soutiens nantais orientent leurs sympathies vers les idées libérales, républicaines ou saint-simoniennes, Élisa Mercœur y demeure indifférente, voire hostile. Investi dans l’émancipation régionale (il multiplie les articles sur la culture bretonne), l’instruction populaire (il co-dirige après Juillet une école de filles) et le journalisme provincial, Souvestre, adepte déclaré du saint-simonisme, affirme sa foi au progrès dans sa poésie (« Bateau à vapeur de l’Erdre ») et ses critiques littéraires, mais conserve son amitié aussi bien à Boulay-Paty, favorable aux Trois Glorieuses, qu’à Turquéty, demeuré hostile.

  • 53 Geoffroy, op. cit., p. 231. Le projet des « Italiennes » demeure inachevé.
  • 54 Girard Fulgace (éd.), Keepsake breton : au profit des pauvres, Rennes, Marteville, 1832, p. 58 et 9 (...)
  • 55 Voir Urbain Canel, Adolphe Guyot éds, « La Comtesse de Villequier », Heures du Soir, livre des femm (...)
  • 56 Geoffroy, op. cit., p. 219-230.
  • 57 C’est le titre initial du roman L’Échelle des femmes [Renduel, 1834] réédité chez Charpentier en 18 (...)
  • 58 Il y peint un jeune auteur brisé par les coteries parisiennes, qui se donne la mort, allusion au su (...)

25La fin d’Élisa Mercœur, à Paris, est connue. A de rares exceptions près53, quelques vers de circonstance pour Louis-Philippe et ses ministres, elle ne compose plus de poèmes. Signalons toutefois sa présence, à côté de Souvestre et de son épouse, dans un Keepsake breton54. La seconde partie de la courte carrière d’Élisa sort de notre propos. Faute de réussir à être jouée au Français, elle est contrainte de se rabattre sur la prose, mais n’a, malgré la publication de quelques nouvelles55, ni la force, ni le temps de se faire un nom comme romancière, quoique sous contrat chez Charpentier pour un premier roman intitulé Quatre amours, annoncé dès février 1833 dans la Revue de Paris56. Devenue plus consciente des difficultés propres à son sexe, à sa position sociale et à la revendication d’un statut de poète, elle s’en prend, dans le Journal des femmes de Fanny Richomme et de Mme Souvestre, aux hommes qui abusent des femmes sans être sanctionnés par la société. L’année même où Souvestre expose, dans son premier roman Quatre souffrances57, une analyse perspicace de la condition féminine aux différents niveaux de l’échelle sociale58, malade de tuberculose, elle s’affaiblit et meurt, en janvier 1835, dans un relatif dénuement, assistée cependant d’un médecin grâce au soutien de quelques fidèles.

  • 59 Μ. A. de Montferrand éd., Fleurs sur une tombe, Armand Aubrée, 1836, 427 p. Parmi les participation (...)

26La nouvelle de ce décès ranime un instant l’attention du monde littéraire, mais seuls quelques écrivains, dont Chateaubriand et Ballanche, suivent son cercueil jusqu’au Père-Lachaise, et déposent « une fleur sur sa tombe » en participant à un recueil de poèmes publié en son honneur, ainsi qu’à la souscription lancée pour la publication de ses Œuvres complètes. Bien qu’elles lui aient manifesté peu de sollicitude de son vivant, ses consœurs (Babois, d’Hautpoul, Ségalas, Tastu, Ulliac-Trémadeure ou Waldor) participent au deuil59. Plusieurs poètes populaires en feront une martyre (Élise Moreau, Marie Carpantier, Théodore Lebreton). Desbordes-Valmore exprime sa compassion à leur commun éditeur Charpentier :

  • 60 Lettre du 11 mars 1835 publiée dans le Mercure de France du 15 avril 1921. Je remercie C. Planté de (...)

On a trompé cette chère fille par de grossières flatteries qui lui ont coûté la vie ; car vous savez si une femme peut vivre de sa plume. Les déceptions qui l’attendaient à Paris, avec une ambition ardente et une santé frêle, ont brisé son talent et son existence. Je l’ai pleurée sincèrement et amèrement : car je l’ai vue déjà beaucoup souffrir une fois chez M. Alibert, sans pouvoir lui prouver que mon intérêt silencieux était réel et profond60.

  • 61 « Élisa Mercœur », Annales de la Société royale académique de Nantes et du département de la Loire (...)
  • 62 Cf. Jules Claretie, Élisa Mercœur, H. de la Morvonnais, [et al.]., Bachelin-Delrenne, 1864, p. 1-11 (...)

27Les Souvestre n’eurent apparemment pas un mot pour elle. À leurs divergences politiques et au souvenir des affrontements passés, s’ajoutait le refus d’ériger en martyre celle qui avait été victime de l’ambition, en dissimulant les véritables causes de sa promotion, puis de sa chute. En Bretagne, Mellinet lui consacra une longue notice nécrologique où il construisait la légende d’une poétesse tuée par la capitale. Élisa était, à l’en croire, le type même de « ces jeunes filles dont on a exalté l’âme au lieu de les guider, et qui, se faisant une vie en dehors du monde, une vie dont la réalité est impossible, s’en prennent à la société, et, de déception en déception [...] se tue[nt] sous leurs propres erreurs61. » La parution en 1843 des Œuvres complètes introduites par une notice biographique de sa mère qui signe « Veuve Mercœur », achève de fixer pour longtemps l’image pieuse62 d’une vie placée sous le signe de l’élégie.

Notes

1 Daniel Geoffroy, Élisa Mercœur, Nantaise romantique, Cholet, Hérault éditions, 1990.

2 Ibid., p. 15-24. Gabriel Lepetit, La Vie d’Élisa Mercœur, Muse romantique nantaise, Nantes, Lepetit, 1986, affirme que la paternité d’É. Mercœur ne fut jamais mise en doute dans la famille Barré, se référant à des témoignages oraux d’un descendant des Barré, et à des mémoires manuscrits d’Adelaïde Auman, également consultés par D. Geoffroy.

3 Voir Anthony Craig Lister, L’Œuvre en prose d’Émile Souvestre, Rennes, Université de Haute-Bretagne, thèse de doctorat, 1973-1974, p. 6-10.

4 Imprimeur de la préfecture (Nantes compte alors une soixantaine d’imprimeurs pour 8 000 habitants), cet entrepreneur audacieux édite des journaux de tendances différentes, beaucoup d’ouvrages, et jouit d’une grande notoriété régionale.

5 Cf. Émile Souvestre, « Notice sur Édouard de Richer », Revue de Paris, t. 42, juin 1837, p. 40-49.

6 Voir une lettre de Souvestre à Mellinet du 20 septembre 1824 (Antoine-Charles et Yves-Antoine Schwerer éds, « Une correspondance d’Émile Souvestre à Camille Mellinet », Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d’Ille-et-Vilaine 1988, p. 139-174) ; « L’Aveu », Lycée armoricain, t. 4, 1824, p. 433-454.

7 Jacques Vier, « Le romantisme en Bretagne : dans le sillage des maîtres. La poésie », dans Jean Balcou et Yves Le Gallo éds, Histoire littéraire et culturelle bretonne, Paris/Genève, 1987, t. 2, p. 98. Souvestre entretient une correspondance avec Turquéty, lui offre des poèmes et une étude parue dans la Revue de Paris (t. 1, janv. 1839, p. 197-202). Voir aussi Frédéric Saulnier, La Vie d’un poète. Édouard Turquéty, Paris/Nantes, 1885. Il cite aussi souvent Boulay-Paty, et écrit un compte rendu des Odes nationales (Lycée armoricain/Revue de l’Ouest, [désormais LyA/RdO] t. 16, 1830, p. 514-532).

8 Geoffroy, op. cit., p. 71-73.

9 Vers soumis à l’éditeur du Lycée, cités par la mère d’Élisa dans l’édition intitulée Élisa Mercœur, Œuvres complètes, précédées de mémoires et notices sur la vie de l’auteur, écrits par sa mère ; ornées d’un [...] portrait, par A. Deveria, et de trois fac-similés [...] d’Élisa Mercœur, [...] de Chateaubriand et de Martignac, Madame Veuve Mercœur, s. d. [1843], t. 1, p. CXI (désormais Œuvres complètes).

10 Geoffroy, op. cit., p. 83.

11 Geoffroy op. cit., p. 67-70 d’après les manuscrits inédits confiés aux archives de l’Académie nantaise.

12 Cf. t. 6, 1825, p. 104-105. Le premier prix n’étant pas décerné, Souvestre reçut une médaille d’encouragement, le 10 décembre 1825. Voir Catherine Blanlœil, De l’Institut départemental à la Société académique de Nantes et de la Loire-Inférieure : Une société savante de province au XIXe siècle, Nantes, thèse de doctorat 1992, t. 2, p. 129-131 ; t. 3, p. 439.

13 Les médailles respectives de 1825 et 1826 valaient 150, voire 200 francs.

14 À la différence d’Élisa, Souvestre présente aussi de la prose et une comédie.

15 L’Indépendant. Journal de Lyon, des départemens, de Paris et de l’étranger, feuille de 4 pages, crée le 28 décembre 1825 à Lyon chez Millon et Ayné frères, rédacteur : Alp[honse Rastoul], parution : 3 fois/semaine, dès la création de l’Académie provinciale intitulé Journal de la France provinciale.

16 Mangin, Richer et Mercœur furent admis à la création de l’Académie, voir L’Indépendant, no 125, 18 octobre 1826, Mellinet en novembre, voir ibid. no 141, 24 novembre 1826.

17 L’Indépendant, no 150, 14 décembre 1826.

18 « Des femmes poètes. Mlle Élisa Mercœur », L’Indépendant, no 177, 15 février 1827 ; article repris par Le Breton le 24 février 1827. Deux autres articles de Rastoul (L’Indépendant, no 129, 27 octobre 1826 et no 130, 29 octobre 1826) présentaient les Poésies d’A. Tastu, Paris/Lyon, Dupont/Ayné frères, 1826.

19 À la proposition de Mellinet et Luminais, Souvestre devint membre correspondant en août 1828, résident en 1831 et correspondant dès son départ pour Brest. Voir Blanlœil, ibid. Pour l’admission d’É. Mercœur, cf. Œuvres complètes, t. 1, p. CXIICXXIII.

20 Annonce no 6 782 du Journal de Nantes, parue en avril 1826, Geoffroy, op. cit., p. 75·

21 Le rédacteur de L’Indépendant (no 147, 7 décembre 1826) souligne que l’émancipation des régions lie son journal au Breton, au Lycée armoricain et au Kaléidoscope bordelais.

22 Dufrénoy, Desbordes-Valmore, D. Gay sont déjà connues, Tastu fait paraître son premier recueil. Cf. Christine Planté dir., Femmes poètes du XIXe siècle. Une anthologie, Presses universitaires de Lyon, 1998.

23 C’est en revanche l’engagement politique des femmes que demande aussi Souvestre dès 1830.

24 Cité par Geoffroy, op. cit., p. 79. Outre É. Mercœur, le LyA publie en 1826 un compte rendu des essais poétiques de D. Gay et de l’ouvrage Les Jeunes Industriels de Maria Edgeworth, trad. Louise Belloc, ainsi que de la prose de S[ophie] U[lliac] « Dudrézène ».

25 LyA, t. 7, 1826, p. 171-172 ; et Poésies, seconde édition augmentée de nouvelles pièces, Crapelet, 1829, 228 p.

26 L’affaire conclue donne une recette de 2 700 F plus une centaine d’exemplaires d’auteur au lieu de 1 200 F d’abord proposés par Mellinet, cf. Œuvres complètes, t. 1, p. CXXIV-CXXVII.

27 Cf. la lettre de Chateaubriand (18 juillet 1827) et les propos de Lamartine (9 octobre 1827) évoquant la « petite fille qui nous effacera tous tant que nous sommes », reproduits dans l’édition de 1829.

28 « Poésies de Mlle Élisa Mercœur », LyA, t. 10, 1828, p. 136-142.

29 Le Breton, 21 juillet 1827.

30 Citée par Geoffroy, op. cit., p. 83.

31 Cf. Œuvres complètes, t. 1, p. CCXIX.

32 Pour mieux se faire entendre, Élisa envoie ce poème à D. Gay.

33 Le 5 septembre 1927 c’est Hugo qui la félicite pour son recueil, voir Geoffroy, op. cit., p. 98.

34 Geoffroy, op. cit., p. 102-118.

35 Boulay-Paty avait sollicité la présence d’Élisa lors de l’accueil de la duchesse de Berry. Voir aussi les allusion à un vieillard avide dans « Boabdil », drame d’É. Mercœur, cf. Geoffroy, op. cit., p. 119-130.

36 Dans une lettre à son mari du 6 décembre 1832, Debordes-Valmore la juge très commune, dépourvue de bon sens et nuisible, voir Lettres à Prosper Valmore, La Sirène, 1912, t. 1, p. 37.

37 « Bisson » [tiré à part chez Mellinet, 1827], LyA, t. 11, 1828, p. 306-307, « La Gloire » [poème envoyé à Martignac et à Chateaubriand], LyA, t. 12, 1828, p. 107-111.

38 Émile Deschamps, Le Voleur, 22 août 1828.

39 Lui avançant 200 F, il arrête la pension à 300 F par an.

40 Camille Mellinet, « Compte rendu des travaux de la Société académique », LyA, t. 12, 1828, p. 443. Il annonce le départ d’É. Mercœur pour Paris avec une pension de Martignac. La même année, Constance de Salm devient membre correspondant de la Société.

41 Cette première série de la RdO est créée comme « journal » de la Librairie industrielle par Ludovic Chapplin en janvier 1829, une année avant de paraître conjointement au LyA. En automne 1831, elle remplace le LyA sous la direction de Souvestre et disparaît fin 1831.

42 LC. [Ludovic Chapplain], « Poésies de Mlle Élisa Mercœur », RdO, no 1, 14 janvier 1829, p. 2.

43 Sur ces difficultés, voir les témoignages de Turquéty qui publie en 1829 chez Delangle les Esquisses poétiques, cf. Geoffroy, op. cit., p. 141 et Saulnier, op. cit., p. 68, 85. L’édition de Crapelet se vend dans des cercles mondains. É. Mercœur dispose alors de 300 F de pension sur la cassette du Roi et de 1 200 F accordés par Martignac.

44 Geoffroy, op. cit., p. 135-165.

45 Ibid., p. 151-153. Geoffroy soupçonne la jalousie de Sophie et D. Gay à l’origine de ce démenti. Nodier croit Élisa innocemment dupe d’une flatterie inventée par un jeune auteur...

46 Le fondateur de La Muse française, à cette époque, bibliothécaire du Roi.

47 Cf. Ange Guépin, « Trois femmes poètes inconnues » [LyA, t. 14, 1829, p. 118-124] et le même sur les « Poésies de M. Émile Souvestre » [LyA/RdO, t. 15, 1830, p. 60-64], éloge de la seconde édition du recueil augmentée et cette fois signée.

48 D. Gay a aussi publié un « Malheur d’être laide » dans son recueil de 1826.

49 Sa réception via Mellinet est rapporté dans les Œuvres complètes, t. 1, p. CXIX.

50 L’article, cité par Geoffroy, op. cit., p. 169, est signé G. pour Eugène Géruzez.

51 Je n’insiste pas ici sur la réduction, la suppression, puis la restitution partielle de sa pension.

52 Voir le second compte rendu de Guépin, cf. supra, note 50.

53 Geoffroy, op. cit., p. 231. Le projet des « Italiennes » demeure inachevé.

54 Girard Fulgace (éd.), Keepsake breton : au profit des pauvres, Rennes, Marteville, 1832, p. 58 et 90 insère deux poèmes des « Italiennes », projet inachevé et souvent faussement daté.

55 Voir Urbain Canel, Adolphe Guyot éds, « La Comtesse de Villequier », Heures du Soir, livre des femmes, t. I, 1833.

56 Geoffroy, op. cit., p. 219-230.

57 C’est le titre initial du roman L’Échelle des femmes [Renduel, 1834] réédité chez Charpentier en 1835, qui publie aussi dans le Conteur de la prose d’É. Mercœur.

58 Il y peint un jeune auteur brisé par les coteries parisiennes, qui se donne la mort, allusion au suicide de Victor Escousse et Auguste Lebras, qui frappa les esprits début 1832 et affecta beaucoup É. Mercœur (Geoffroy, op. cit., p. 206).

59 Μ. A. de Montferrand éd., Fleurs sur une tombe, Armand Aubrée, 1836, 427 p. Parmi les participations masculines, notons celles de Ballanche, Boulay-Paty, Deschamps, Charles Forster (auquel Élisa avait destiné un poème de soutien de la Pologne), Lamartine, Sainte-Beuve et Soumet.

60 Lettre du 11 mars 1835 publiée dans le Mercure de France du 15 avril 1921. Je remercie C. Planté de cette indication.

61 « Élisa Mercœur », Annales de la Société royale académique de Nantes et du département de la Loire Inférieure, t. 6, 1835, p. 109-135.

62 Cf. Jules Claretie, Élisa Mercœur, H. de la Morvonnais, [et al.]., Bachelin-Delrenne, 1864, p. 1-11 ; Adolphe Orain, « Galerie des poètes bretons », Revue de Bretagne et de Vendée, t. 10, oct. 1866, p. 279-283 ; Ad. Van Bever, Les Poètes du terroir du XVe au XXe siècle, Delagrave, s. d., t. 1, p. 397-399 ; G. Viau et Dominique Caillé, « Une gloire nantaise. Élisa Mercœur », Revue littéraire de Nantes, oct.-nov. 1887, p. 193-203, 216-222 ; Les Femmes poètes bretonnes, [éd. par] Le Cte de Saint-Jean [Mme Eugène Riom], Nantes, Société des bibliophiles bretons [...], 1892, p. 96-110.

Auteur

Chargée de recherche au CNRS à l’UMR 5611-LIRE. Elle travaille sur l’histoire littéraire bretonne au xixe siècle et sur les frères Grimm. Elle a co-édité la Correspondance entre Jacob Grimm et Théodore Hérsart de la Villemarqué (Kassel, 1991), ainsi que BreizhBretagne. Zwischen keltischem Erbe und französischer Gegenwart (Kassel, 1993). Elle prépare un ouvrage sur Émile Souvestre.

© Presses universitaires de Lyon, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search