Version classiqueVersion mobile

Masculin / Féminin dans la poésie et les poétiques du xixe siècle

 | 
Christine Planté

Questions de genre

Dans un Littré classique, les genres sont-ils la propriété qu’ont les noms de représenter en langue les sexes et – dans certaines – leur absence ?

Jacques-Philippe Saint-Gérand

Texte intégral

1Face aux formes sémiologiques de représentation – supposément universelles – du partage de l’opposition animé/vs/non animé, que sont les constituants du triplet masculin, féminin et neutre, le seul couple masculin/féminin expose la réponse linguistique réductrice que les langues romanes ont donnée en apparence au problème plus général de la catégorisation grammaticale des formes sémiologiques identifiées d’une langue. En l’occurrence des formes vectrices du nom. Or, l’on sait qu’un des principes fondateurs de toute sémiologie est celui de l’arbitraire du lien conventionnel par lequel sont associées une forme signifiante et une forme signifiée. En vertu de ce principe, l’attribution du genre aux noms devrait donc être purement et totalement détachée de tout affect extérieur, de toute connotation adventice. Ce qui – lorsqu’on touche à des objets ancrés dans l’imaginaire du sexe – ne saurait se concevoir en absolue transparence. Et l’on sait l’importance que le XIXe siècle – par l’intermédiaire de ses essais sur le langage, de ses grammaires et de ses dictionnaires, voire de ses rhétoriques et poétiques – puis le XXe siècle ont dévolue aux considérations annexes développées à partir des observations faites sur ce matériau de la langue.

Dictionnairique

2L’article Genre dans le Dictionnaire de Littré présente dix sous-rubriques, parmi lesquelles la neuvième seulement est consacrée au fait grammatical. Après être parti des éléments de la taxonomie linéenne :

1° Caractère commun à diverses espèces ; ce qui comprend plusieurs espèces. Sous le genre être vivant, il y a deux espèces comprises, l’animal et le végétal.
2° Terme d’histoire naturelle. Assemblage de corps organiques ou inorganiques qui constituent des espèces [...]

  • 1 M.-B.-O.-L.-G.-M. Le Goarant de Tromelin, 1781-1871, un de ces produits de la Révolution française (...)

3le lexicographe attire immédiatement l’attention sur la dimension linguistique du phénomène en soulignant que la question du genre est une question nomothétique et en invoquant l’autorité d’un autre lexicographe1 :

Dans le système de Linné, les classes se divisent en ordres, les ordres en genres et les genres en espèces. Toute plante a deux noms, celui du genre et celui de l’espèce. La plante vulgairement nommée millefeuille, et qui fait partie du genre achillée, est appelée par les botanistes achillée mille-feuille, ce dernier mot servant de nom spécifique, le goarant.

4Il en dégage la valeur générale et commune du terme :

3° Par extension, genre prend, dans le langage ordinaire, le sens d’espèce, de famille, d’ordre, de classe. Il y a divers genres d’animaux, de plantes.

5Et, en extension, les différentes acceptions enregistrées par l’usage :

4° Sorte, manière. [...]
5° Mode, goût.

6Avant d’en arriver à la notion esthétique et littéraire, si nettement liée à une très classique conception massive et holistique du style :

6° Terme de littérature et de beaux-arts. Le style de l’auteur ; la manière de l’artiste. Son genre est simple, élégant. Ce tableau est dans le genre du Corrège. Comme le genre d’exécution que doit employer tout artiste dépend de l’objet qu’il traite, comme le genre de Poussin n’est plus celui de Teniers, ni l’architecture d’un temple celle d’une maison commune, ni la musique d’un opéra-tragédie celle d’un opéra bouffon, aussi chaque genre d’écrire a son style propre en prose et en vers, volt. Dict. phil. Genre. [...] Genres de style ; les anciens en reconnaissaient trois, le sublime, le simple et le tempéré.

7Ce n’est qu’ensuite que Littré – actualisant la distinction du genre et des espèces – expose les diverses formes susceptibles d’être empruntées par les genres ; le lexicographe reprend ici une sorte d’esthétique générale embrassant littérature, peinture, poétique et musique :

7° Espèce de composition littéraire ; partie, subdivision dans les beaux-arts.

8La valeur proprement sémiologique du vocable n’est introduite qu’au terme de ce parcours. Envisagée tout d’abord comme un trait constitutif du pouvoir représentationnel des noms, la notion est rapidement réduite à n’être que l’expression d’une capacité discriminante, qui oppose rapidement des valeurs positives et négatives :

9° Terme de grammaire. Propriété qu’ont les noms de représenter les sexes, et, dans certaines langues, l’absence de sexe. Le genre masculin. Le genre féminin. Le genre neutre, celui qui n’appartient ni au mâle ni à la femelle. Les langues romanes ont supprimé le genre neutre qui appartenait au latin et qui en effet ne répondait plus à aucune distinction effective entre mâle et femelle. On appelle genre ce qui distingue un nom d’avec un autre, conformément à la différence que la nature a mise entre les deux sexes ; ainsi, selon cette idée, nous avons deux genres en grammaire : le masculin, comme quand nous disons le soleil ; et le féminin, comme quand nous disons la lune, d’olivet, Ess. gramm. ch. I, § 1.
Genre commun, se dit quelquefois du genre des mots qui ont une même terminaison pour le masculin et le féminin. Poëte est un substantif du genre commun ; sage est adjectif du genre commun.
Adjectif des deux genres, adjectif qui n’a qu’une seule terminaison pour le masculin et le féminin.
Fig. On ne sait de quel genre il est, s’il est mâle ou femelle, se dit d’un homme très caché, dont on ne connaît pas les sentiments.

9Nous retrouvons ici – bien ancrée dans la tradition grammaticale donnant des arguments aux sentiments épilinguistiques des locuteurs naïfs – une explication fondée en raison sur la nature même des choses, et qui, par les exemples invoqués – le soleil et la lune – paraît prétendre à une puissance de justification cosmogonique. Si nous nous reportons aux trois articles du dictionnaire chargés de préciser le détail de ce contenu, nous trouvons nettement explicitée cette relation au sexe naturel. Il s’agit maintenant de comprendre le sens de cette relation ainsi que les modalités figuratives ou représentationnelles de son application.

10Le métalangage grammatical fait remonter la première attestation de masculin comme terme désignant le genre d’un nom au milieu du XVIe siècle [Estienne, 1550], et comme terme de versification à la fin du XVIIe siècle [Furetière, 1690]. La description du masculin chez Littré peut bien déjà faire appel à des citations qui soulignent la fragilité du partage de ces qualités en un seul être biologique :

masculin, ine (ma-sku-lin, li-n'), adj. 1° Qui appartient, qui a rapport au mâle. Le sexe masculin. Succession, ligne masculine. [...] Il ne se doutait pas que dans cette femme si frêle en apparence, si timide, résidât ce courage plus que masculin, cette sorte d’intrépidité délirante, qui se manifeste parfois comme une crise nerveuse chez les êtres les plus faibles, G. sand, Indiana, ρ. 26ο.

11Il n’en reste pas moins que l’observation de cette qualité chez une personne de sexe opposé est immédiatement caractérisée en termes de défaut et comme l’expression d’une forme de péjoration :

2° En mauvaise part, qui a un caractère d’homme, en parlant d’une femme. Comment Mme Clive-Hart, jeune mariée, très-effrontée, très-emportée, très-masculine, très-méchante, s’était emparée de son esprit, volt. Jenni, 4.

12De sorte que l’explication de l’acception grammaticale – reproduisant cette dérive anti-naturelle – assouplit la position de principe par l’observation d’un processus analogique, introduisant une latitude explicative entre le continu du monde et le discontinu de la langue :

3° Terme de grammaire. Noms masculins, noms désignant les êtres qui sont masculins par nature ou par assimilation. [...] Genre masculin, le genre de ces noms. [...]. Substantivement. Le masculin, le genre masculin. [...] On dit dans le même sens : le est l’article masculin ; il est le pronom masculin.

13L’application de la distinction à la technique de la versification fournit l’occasion de définir la rime masculine par la négative et la privation d’une marque graphico-phonétique :

4° Terme de versification. Terminaison, rime masculine, celle d’un mot qui ne finit pas par un e muet. [...] Vers masculin, vers terminé par une rime masculine. Métastase n’a presque point d’airs dont les deux parties ne se reposent sur un vers masculin, marmontel, Élém. litt. Œuv. t. VIII, p. 460, dans pougens.

14Il est symptomatique ici que la rime masculine soit caractérisée comme étant celle qui ne répond pas aux critères de définition de la rime féminine. On pourrait presque entrevoir ici par anachronisme une intuition de ce que la distinction privative peut servir de marque formelle à l’expression d’une différence de nature sémantique.

15La description du féminin, pour sa part, se fonde sur un constat de nature physiologique, certainement attendu de la part d’un médecin comme Littré, mais rapidement mis au service de l’étai des représentations anciennes de cette dépendance et d’une dévalorisation déjà impliquée dans les marques caractéristiques du masculin :

féminin, ine (fé-mi-nin, ni-n'), adj. 1° Qui appartient au sexe caractérisé physiologiquement par l’ovaire chez les animaux et chez les plantes. Sexe féminin. 2° Qui appartient aux femmes ou leur est propre. Voyant les défauts du féminin ouvrage [de la femme], regnier, Sat. VII. [...] 3° Qui tient de la femme. Cet homme a un visage féminin.

16Ce n’est que dans le Supplément de ce dictionnaire, qu’un exemple permet de nuancer de quelque positivité le stéréotype dont se nourrissent les discours du XIXe siècle :

S. m. Le féminin, ce qui est propre aux femmes. C’est un visage exquis, trèsrégulier, du plus pur ovale, avec des yeux d’un brun foncé et respirant toutes les suavités de l’éternel féminin, H. blaze de bury, Rev. des Deux-Mondes, 15 mars 1877, p. 249.

17Le métalangage grammatical connaît depuis longtemps l’usage du terme « féminin » pour désigner le genre grammatical marqué : introduit une première fois vers le milieu du XIIe siècle [Pierre Hélie, 1165], le terme refait son apparition à la fin du XIVe siècle dans une des innombrables versions du Donat françois. Dans l’ouvrage de Littré, le passage au domaine de la sémiologie substitue au processus assimilatif envisagé pour le masculin une procédure simplement conventionnelle, indiquant que le genre est ici attribué de manière arbitraire à des objets ne justifiant pas de la possession des caractères d’une nature intrinsèque spécifique. Le féminin – quoique marqué – y est donc envisagé comme défaut global de caractérisation :

4° Terme de grammaire. Noms féminins, noms qui représentent les êtres femelles, ou ceux qui sont considérés comme tels. Genre féminin, genre attribué à ces noms. Adjectif féminin, pronom féminin, celui qui a la forme affectée à ce genre. Terminaison féminine, celle que forme l’e muet. Dans le même sens, vers féminin, rime féminine. S. m. Le féminin, le genre féminin. Bon fait bonne au féminin. Le féminin réel, le féminin attribué à ce qui est véritablement femelle ; le féminin de convention, le féminin attribué à des objets qui, par eux-mêmes, n’ont aucun genre.

18Quant au terme indifférent, « neutre », sa définition permet de compléter les informations délivrées par les deux précédentes notices. On notera tout spécialement que l’ordre de présentation des faits inverse ici totalement celui qui était suivi auparavant. Au lieu de commencer par des considérations sur les objets du monde vivant, le lexicographe – naturellement conscient des limites de ce mode d’exposition des faits – met au premier plan la dimension sémiologique du phénomène, effective dans le métalangage grammatical depuis le XIVe siècle, comme on peut le voir à travers les descriptions de Palsgrave [1530], Scaliger [1540], Ramus [1572], et même Port-Royal [1660], Restaut [1730], Girard [1747] :

neutre (neu-tr'), adj. qui signifie littéralement ni l’un ni l’autre, et qui prend selon les cas les significations particulières qui suivent.
1° Terme de grammaire. Qui n’est ni masculin, ni féminin. Le genre neutre. Un mot neutre. Ce est souvent substantif, c’est le hoc des Latins ; alors, quoi qu’en disent nos grammairiens, ce est du genre neutre, dumars. Œuv. t. IV, p. 296.
S. m{...] Le neutre existe en grec et en latin, il n’existe ni en français, ni en italien, ni en espagnol.
2° Verbes neutres, en grammaire latine, ceux qui n’étaient ni actifs, ni passifs. [...] Il y a des mots qui marquent de simples propriétés ou manières d’être, de simples situations, et même des actions, mais qui n’ont point de patient ou d’objet qui en soit le terme ; c’est ce qu’on appelle le sens neutre ; neutre veut dire ni l’un ni l’autre, c’est-à-dire ni actif, ni passif, dumars. Œuv. t. III, p. 202.
Verbe neutre passif, nom donné en grammaire latine aux verbes tels que audeo, soleo [...] Un verbe neutre passif n’est autre chose qu’un verbe neutre qui, pour former ses prétérits, se sert de l’auxiliaire être, Opusc. lang. franç. p. 329, dans pougens. De ces verbes neutres passifs il y en a qui sont toujours joints avec le pronom personnel me, te, se, comme se repentir, se souvenir, ib. p. 328.

19Une telle caractérisation donne à comprendre la valeur doublement exclusive du « neutre », terme susceptible d’immédiate récupération dans les autres sphères de l’activité humaine, tant politique, que polémologique, et diplomatique :

3° Fig. Qui ne prend point parti entre des contendants, soit États, soit particuliers. On demande que, neutre en ces dissensions, Je laisse aller le sort de vos deux nations, corn. Sophon. I, 4. [...]
S. m. pl. Les neutres, les États qui ne prennent point parti dans une guerre entre deux ou plusieurs puissances. La navigation des neutres. Droit des neutres [...]
4° Lieu, territoire neutre, lieu, territoire appartenant à un État neutre, ou dans lequel on convient d’établir la neutralité.

20Dérivant progressivement vers les objets de la science, lorsqu’est envisagé le domaine de la biologie tant végétale qu’animale, la notion de neutre est alors rapportée à des faits de nature sexuelle :

5° Terme de botanique. Fleur neutre, fleur chez laquelle les organes sexuels avortent constamment. Terme de zoologie. Il se dit d’insectes (les abeilles ouvrières, par exemple) qui n’ont pas de sexe, qui ne peuvent s’accoupler, ni se reproduire ; ce sont des femelles dont les organes sexuels n’ont reçu aucun développement, en raison du mode particulier de nourriture auquel elles ont été soumises à l’état de larves.

21L’exemple allégué ici revêt par surcroît des valeurs connotatives à forte prégnance sociale : lié à un défaut de capacité et à une imperfection physiologique dans le règne végétal, ainsi qu’à une aliénation asservissante dans le règne animal, le terme « neutre » à valeur prioritairement asexuée renvoie à une vision du monde qui attribue la toute puissance au principe masculin. Ainsi se constitue en sous-main une sémiologie de l’univers lisible en termes de cas, dans laquelle l’assiette de l’actant sujet, l’homme, agent par excellence de tout procès, recueille intégralement l’ergativité essentielle de ses divers acteurs, qui – en corollaire – prive le principe féminin de toute possibilité réelle d’action et réaction, puisque celui-ci est alors envisagé comme objet, et le plus souvent comme simple patient. Appliqué au domaine des sciences expérimentales, le terme en vient à désigner l’absence de principe actif :

6° Terme de physique. Corps neutres [...] Ligne neutre[...].
7° Terme de chimie. Sel neutre

22Parasynonyme d’« annuler », le verbe « neutraliser » a d’ailleurs rapidement signifié dès l’épisode révolutionnaire : empêcher d’agir, rendre inoffensif... Au-delà du Littré, on connaît bien depuis 1939 – et notamment les Principes de phonologie du prince Troubetzkoy – la valeur proprement technique que la linguistique a conférée à ce verbe, puis au substantif qui en est dérivé – neutralisation. Il faut attendre le Supplément pour noter l’extension la plus large de ce phénomène d’indifférenciation, susceptible dès lors de s’appliquer aux domaines noétiques les plus divers :

8° Qui n’est ni bon ni mauvais. [...] les choses que les hommes désirent sont d’une nature neutre ; l’esprit de celui qui les possède... leur donne la forme qu’il lui plaît, malh. Lexique, éd. L. Lalanne.

23Le parcours ainsi esquissé par le lexicographe dément certainement les prétentions à la rigueur scientifique affichées par Littré sous la double influence de sa formation en médecine expérimentale et des acquis de la linguistique historique et comparée développée en Allemagne à partir des frères Grimm. Mais on sait que les dictionnaires se trouvent toujours pris entre deux systèmes de forces : celui des conceptions épistémologiques de leurs rédacteurs, et celui de l’idéologie des sociétés dont les discours producteurs de valeurs sémantiques locales se trouvent fragmentés en une multitude d’items lexicaux alphabétiquement ordonnés en dehors de toute efficace énonciative. On ne s’étonnera donc pas de cette apparente contradiction, que la Préface tentait par avance de désamorcer.

Stéréotypes

24Les idées reçues d’un siècle, les clichés institutionnalisés par une société se reflètent dans sa langue et par là s’y perpétuent, non seulement par la pratique du langage, mais souvent aussi par l’usage quelque peu pervers de théories linguistiques qui les cautionnent dans l’ordre des représentations du lexique, et les légitiment dans celui de leur articulation en énoncés progressivement gagnés par la sclérose des syntagmes figés, et d’une phraséologie pétrifiée. Tenter de briser ce cercle qui tient à la matière sémiologique même du langage, constitue une entreprise délicate. La règle, notamment au XIXe siècle, est donc plutôt de suivre la tradition, et – si celle-ci se révèle le plus souvent d’un insupportable machisme – de trouver les arguments les plus inattendus pour justifier au nom de la conformation de l’instrument verbal une telle configuration des discours. Si les classicistes du XIXe siècle invoquent l’Antiquité et la grande figure d’Aristote, c’est plutôt pour perpétuer le cliché selon lequel la matière est à la recherche de la forme comme la femelle recherche le mâle...

  • 2 Journal des jeunes personnes, 1833, vol. 2, p. 101-106.

25S’il faut attendre le dernier tiers du siècle pour voir promulguer des lois et des décrets réglementant l’instruction supérieure des jeunes filles et des femmes, la vulgarisation de l’enseignement grammatical n’en passe pas moins par un certain nombre d’ouvrages de langue à destination d’un lectorat féminin, ou dont les auteurs sont du beau sexe (on trouvera en annexe quelques titres d’ouvrages significatifs sur la langue, antérieurs à 1840). Témoin de ces préoccupations d’une époque marquée par un certain nombre de travaux révélant un intérêt pour la question du ou des genres du substantif français, Emile Deschamps (1791-1871), un des fondateurs en 1824 de La Muse française, adepte de l’école romantique, consacre en 1833 dans le Journal des jeunes personnes un article à la « Philosophie grammaticale appliquée à l’étude des arts chez les femmes2 ». Usant dès l’incipit d’une ironie convenue pour complimenter ses jeunes lectrices sur la maîtrise de la langue dont elles font preuve, principalement dans les exercices épistolaires, il en vient à des considérations mi-empiriques, micritiques sur la langue et le langage. Il attire ainsi l’attention sur ce qu’il nomme les « leçons de sagesse et de philosophie pratique » de la grammaire. Observant à cet égard que lorsque « la langue se tait, elle a ses raisons pour se taire ; [et que] c’est à nous de prendre cet enseignement silencieux, cette protestation négative », le critique s’attache à la question de ce que nous appellerions aujourd’hui les dissymétries lexicales du français, notamment sous les espèces du genre des substantifs. Il décide en conséquence d’interroger le « silence du dictionnaire » pour dire le « pourquoi philosophique de ces lacunes » de la langue.

26Un principe général est aussitôt mis en avant, celui du génie de la langue française :

[...] Les mots qui manquent [...] sont en général des réticences d’une raison et d’une justesse exquises, dont notre langue surtout a le secret, des exemples de sage économie et non des marques de pauvreté [...] L’absence du mot enseigne l’inanité ou l’absurdité [de la chose]

  • 3 M. Decaudin, La Crise des valeurs symbolistes, Toulouse, Privat, 1960, p. 155.

27Dans cette optique, Deschamps examine certains mots du français, qualifiés d’« irréguliers ». Plus particulièrement ceux qui ne prennent pas la marque du féminin comme il est morphologiquement de règle : poète, auteur, écrivain, peintre, sculpteur, architecte, compositeur, littérateur, etc. – formes épicènes – dont les dérivés au féminin sont soit ridicules, soit inexistants : peintresse, architectesse ou poétesse... quoique la langue reconnaisse les formes prophétesse ou prêtresse, et qu’elle dispose de chanteuse, danseuse, et d’actrice, lectrice, face aux impossibles autrice, sculptrice, compositeuse ou littérateuse. La question devient alors celle de la justification du recours à la périphrase : une femme auteur, une femme peintre, une femme poète. Michel Decaudin avait jadis justement rappelé3 que Louise Gagneur – en 1891 – demanderait officiellement à l’Académie française la création de féminins correspondant à écrivain, auteur, littérateur, prosateur, ingénieur...

28À partir de là, le raisonnement devient révélateur des tensions culturelles travaillant le matériau sémiologique du langage, qui demeurent sous-jacentes aux distorsions manifestées en discours. Le critique prend tout d’abord en considération l’argument esthétique bien connu de l’harmonie et de l’euphonie des vocables de la langue française pour souligner le fait que la dissymétrie observée ne saurait être imputée à une quelconque incapacité morpho-structurelle :

[...] il est par trop facile de s’enrichir d’un féminin au moyen d’une désinence en e muet pour que cette accusation ait rien de sérieux.

  • 4 Elle sera inventée officiellement en 1883 par Michel Bréal.
  • 5 Paul Ackermann (1812-1846), le « nègre » lexicographe de Charles Nodier, parle d’Idéologie dans la (...)
  • 6 C’est le terme employé par P.-A. Lemare dans son Cours de langue française en 9 parties, dont 3 no (...)

29Reste donc à se retourner vers le contenu des mots. Il serait anachronique de parler de sémantique, puisque la discipline n’existe pas alors en tant que telle4, mais au moins pouvons-nous risquer les termes d'Idéologie lexicale ou de Lexiologie5, voire de Lexigraphie relative6, pour caractériser l’entreprise :

Remontons au sens [...], comme à la cause première, si nous voulons nous rendre compte de cette lacune.

30Une telle postulation place immédiatement le raisonnement dans une perspective téléologique, et l’objectif devient alors de démontrer que cette dissymétrie n’est pas fortuite, mais qu’elle s’inscrit dans un projet plus général et répond finalement à un conditionnement naturel de la langue et du monde :

c’est précisément lorsqu’il s’agit d’exprimer une femme qui compose de la musique, de la peinture, de l’architecture, de la poésie, de la sculpture ou de la littérature, que la langue est tout à coup frappée de mutisme et d’impuissance !... Ce n’est point un hasard, mais un fait-exprès de la grammaire française, la plus judicieuse, la plus intellectuelle, la plus philosophique des grammaires.

31Par l’intermédiaire de la législation grammaticale assurant la répartition des genres du substantif, et ne permettant pas que certains rôles sémantiques puissent être morphologiquement constitués et exprimés en français, Deschamps en vient donc à légitimer une stricte répartition des rôles fonctionnels de l’homme et de la femme dans la société : à l’homme échoit la suprématie du don créateur, et à la femme, le seul talent dans l’exécution. Cette dernière est même limitée à exprimer ses aptitudes dans le cadre restreint de ce que le critique appelle « les arts mimiques » :

Aussi voyez comme les mots de chanteuse, cantatrice, danseuse, tragédienne, comédienne, actrice, etc., etc., se pressent dans le vocabulaire ! Notre langue est toujours raisonnable et logique.

32Le principe répartiteur fondé sur ces caractères rationnels donne ainsi naissance à des formes d’explication analogiques par lesquelles se justifient superficiellement les types d’activités pratiquées par la femme, notamment dans le domaine des arts. On est là dans l’ordre des faits annexes, voire subalternes, susceptibles de caractériser une essence, mais Deschamps a fait choix de cette option interprétative. La beauté est donc à la femme ce que la pensée est à l’homme. A preuve, les Bayadères et les Alméhs d’Orient qui font du charme le principe de leur action et érigent leur forme d’art en séduction généralisée. De même, dans les arts graphiques et picturaux, la femme doit-elle se contenter de copier des figures angéliques et des fleurs.

33La conclusion de ce petit développement souligne et exalte les qualités de grâce propres aux « jeunes personnes », dont la présence est par ailleurs nécessaire aux « arts d’agrément ». S’appuyant sur le dictionnaire et les ouvrages de langue française, Deschamps interdit en conséquence aux jeunes personnes du sexe « l’exercice des arts d’invention » ; mais, conformément à une longue tradition bourgeoise dans laquelle le principe féminin a toujours été de nature et fonction ornementales, il recommande aussi pour les jeunes filles une éducation artistique sérieuse, incluant la composition, l’harmonie, les grands auteurs, afin qu’elles puissent « [s']initier aux mystères et aux difficultés des arts ». La justification est ici encore totalement dictée par un fantasme idéologique enté par force sur le constat d’une nécessité : la création masculine a besoin d’un public averti que les femmes peuvent lui offrir. Bien évidemment, de nombreuses exceptions, à l’époque même de Deschamps, contredisent une telle représentation ; mais le critique les écarte d’un revers de plume : et, pour être qualifiées de « brillantes exceptions », Mmes de Staël ou de Girardin, ne sont pas plus rationnelles à ses yeux « qu’une femme command[ant] des armées et {faisant] la guerre »...

34De tels développements sont monnaie courante à cette époque, lors même que la mythologisation romantique voit volontiers dans la femme une ange – comme Vigny en revendique l’originalité pour Éloa – aux qualités supérieures. Mais ce qui fait le prix de l’argumentation de Deschamps, c’est le fait qu’il s’appuie sur ce fondement réputé indiscutable qu’est la forme de la langue, puisque celle-ci reproduit en quelque sorte un ordre du monde voulu par le Dieu organisateur.

Idéologie grammaticale

  • 7 Ch.-P. Girault-Duvivier, Grammaire des grammaires, ou Analyse raisonnée des meilleurs traités sur (...)

35La Grammaire des grammaires de Girault-Duvivier7, reprenant globalement le développement du Dictionnaire de l’Académie de 1798, note simplement :

Les hommes ayant remarqué dans l’espèce humaine une différence sensible, qui est celle des deux sexes, ont jugé à propos d’admettre deux Genres dans les noms Substantifs, le masculin et le féminin : le masculin appartient aux hommes et aux animaux mâles, et le féminin aux femmes et aux animaux femelles. Quelquefois ils ont donné des noms différents aux mâles et aux femelles, comme l’homme et la femme ; le bélier et la brebis ; le sanglier et la laie ; le bouc et la chèvre [...] ; etc. D’autres fois ils se sont contentés de les distinguer en leur donnant une terminaison différente, comme tigre, tigresse ; ours, ourse [...] Souvent aussi ils se sont servis du même mot, soit masc., soit fém., pour exprimer le mâle ou la femelle, comme le corbeau ; le crabe ; le crapaud ; l’écureuil [...] ; la baleine ; la bécasse ; la corneille [...].
Par imitation, quelquefois à cause de l’étymologie, ou bien encore sans motif réel, ils ont donné le Genre masculin ou le Genre féminin aux autres Substantifs, quoiqu’ils n’aient aucun rapport avec l’un ou l’autre sexe : acrostiche, centime, amadou, éclair, épiderme, entr’actes, épisode, légume, monticule, ont été mis au rang des noms masculins ; et anagramme, antichambre, épée, fibre, onglée, ouïe, au rang de ceux qui sont féminins. [t. I, p. 94-95]

36Lorsque le grammairien veut donner des principes qui se voudraient intangibles, il est obligé d’avouer :

Cette distribution de genres, faite sans motifs, sans plan et sans système, s’oppose à ce que l’on donne des règles générales et précises par le moyen desquelles on puisse, dans toutes les occasions, distinguer, au seul aspect d’un Substantif, de quel genre il est. [p. 119]

37Il ne lui reste plus alors qu’à recourir lui-même au sens ; critère dans l’application duquel s’observe la même dissymétrie : Sont donc Masculins, les noms désignant :

  • Des objets mâles : cheval, éléphant, Alexandre ;
  • Des objets qu’on a coutume de se figurer comme mâles : génie, centaure ;
  • Des jours, des mois, des saisons ;
  • Les éléments de la nomenclature décimale ;
  • Des métaux et demi-métaux ;
  • Des arbres, arbustes, arbrisseaux ;
  • Des vents ;
  • Des montagnes, à l’exception des Alpes, Pyrénées, Vosges, Cordillères ;
  • Des villes en général, sauf ceux composés de l’article féminin, et cas de personnification ;
  • Des états, empires, royaumes, pourvu que leur terminaison ne soit pas un e muet ;
  • Des infinitifs, adjectifs, prépositions, ainsi que toutes les phrases substantifiées par accident ;
  • Des langages et idiomes ;

38Et Féminins, les noms s’appliquant à :

  • Des objets femelles ;
  • Des vertus et qualités.

39Pour tenter d’apporter au problème une apparence d’explication rationnelle, Pierre-Alexandre Lemare invoque une forme de répartition des genres fondée sur l’observation de caractères phonétiques :

  • 8 P.-A. Lemare, Cours de langue française en 9 parties, dont 3 nouvelles, 1835, t. I, § 876 et 883-8 (...)

On verra qu’en général tous les substantifs sont masculins ou féminins, selon qu’ils sont masculiformes ou féminiformes, c’est à dire terminés par un son plein, ou par un e muet. [...] La forme du substantif indique donc ordinairement son genre. L’e muet final est le signe du genre féminin ; son absence annonce ordinairement le masculin. D’où la division des substantifs en féminiformes et en masculiformes.
À moins d’exceptions précédemment énoncées, tout substantif masculiforme est masculin.
À moins d’exceptions précédemment exprimées, tout substantif féminiforme est féminin8.

40Son invocation d’une pétition de principe tautologique rappelle les explications des médecins moliéresques...

41Dans ces conditions, l’explicitation des difficultés de la notion de Genre, et de son application, relève d’une stratégie autotélique et s’inscrit dans un dispositif épistémologique totalement circulaire, ayant pour seule fin l’achèvement de la démonstration. Mais, finalement, peu en prise sur le réel des données de la langue, à quelque niveau que cette dernière soit envisagée : forme manifeste des discours attestés ou force contraignante régulant cette forme même. Victor-Augustin Vanier est probablement le plus pragmatique de ces grammairiens, qui note :

  • 9 V.-A. Vanier, Dictionnaire grammatical, critique et philosophique de la langue française, Brunot-L (...)

En grammaire, on ne reconnaît que deux genres, les mâles et les femelles. Les premiers forment le genre masculin, et les femelles le genre féminin. On dit substantivement, le masculin, le féminin. Le genre est ce qu’il y a de plus difficile et de plus fastidieux à connaître dans la pratique d’une langue, attendu que, par l’habitude de classification, les hommes ont classé parmi les noms, des mots signes d’individus, qui n’ont par eux-mêmes aucun sexe, comme ciel, terre, maison, village ; de sorte que ce qui est masculin dans une langue, est souvent féminin dans une autre. Cette confusion devient plus grande encore dans les langues qui admettent un troisième genre appelé neutre, on ne sait trop pourquoi ; car cela veut dire qu’il n’est ni l’un ni l’autre. Y a-t-il une raison, par exemple, pourquoi ciel est neutre en latin, caelum au singulier, et pourquoi il est masculin au pluriel, caeli les cieux. Cicéron, avec toute son éloquence, répondrait comme Horace : sic volet usus, ainsi le veut l’usage ; ce qui fait dire au philosophe, et à tout être qui a du sens, que l’usage n’est qu’un sot quand il n’est pas fondé sur la raison. Encore, si on avait fait du genre neutre la collection de toutes les choses qui n’ont pas de genre proprement dit, tout le monde aurait compris cela. Mais pourquoi ciel est-il du masculin, et terre du féminin, chez nous ? Pourquoi couteau, canif, sabre, sont-ils masculins ? et pourquoi faucille, serpette, binette, sont-ils féminins ? Certes, il a bien fallu qu’il y eût une raison qui déterminât les hommes à en agir ainsi, car il n’y a rien de fait sans motif. Mais où est ce motif ? Cela est si loin de nous, qu’il ne nous en reste aucune trace. Il n’y a donc que l’habitude qu’il en faut prendre, et pour y parvenir qu’avons-nous ? La pratique9.

42Il fait intervenir un principe de nature historique – le rapport de motivation morphologique fondé sur l’étymologie – et l’observation d’affinités entre le genre et le nombre qu’il appartiendra à des linguistes du XXe siècle de théoriser. En relativisant la possibilité de donner une explication rationnelle universellement applicable, il est donc moins timoré que nombre de ses contemporains purent le croire ; il fait montre – au contraire – d’une louable attention à des faits dont la corrélation n’était pas encore compréhensible en termes de sémiologie générale.

  • 10 De Crappelet, 1844. L’ouvrage sera réédité par Bréal en 1869 [chez Franck] et 1879 [chez Vieweg]. (...)

43En 1844, enfin, Henri Weil soutient et publie sa fameuse thèse : De l’ordre des mots dans les langues anciennes comparées aux langues modernes. Question de grammaire générale10, ouvrage important à plus d’un titre. Le titre expose clairement une conception nouvelle de la grammaire, non plus « générale » au sens où les métaphysiciens français et allemands du XVIIIe siècle plaçaient dans cette ambition le moyen de parvenir à l’idéal d’un universel a priori, mais bien soucieuse de rassembler a posteriori des principes actifs observés dans le plus grand nombre possible de langues comparées. C’est dans ce cadre que Weil développe sa conception de l’ordre des mots fondé sur une analogie : les constructions de la syntaxe peuvent être considérés comme mise en scène énonciative de la pensée. Dans la dernière section de son travail, traitant de l’accentuation descendante, Weil observe que les périodes oratoires peuvent s’interrompre en un mouvement ample et harmonieux, ou de manière abrupte et par une accentuation âpre. Il propose la terminologie suivante :

  • 11 Loc. cit. p. 86.

Je voudrais donner à ces deux espèces de périodes les noms de périodes à terminaison masculine et périodes à terminaison féminine. Car elles font un effet assez analogue à celui des rimes masculines et féminines. Il est vrai que cette terminologie doit son origine à ce que la plupart des adjectifs sont accentués sur la finale au masculin, et au féminin sur la pénultième. Au seizième siècle l’e muet était appelé e féminin. Cependant on sent, de même que dans ces périodes, qu’il y a quelque chose de plus mâle, de plus vigoureux dans les rimes masculines, quelque chose de plus doux, de plus amolli dans les rimes féminines. Ne pourrait-on pas trouver une expression symbolique de ces nuances dans la formation même des genres de l’adjectif ? La langue française, en affaiblissant la désinence latine a, et en retranchant la voyelle (ensuite aussi la consonne) de us, n’y aurait-elle pas été déterminée par un sentiment confus de ces nuances ? Bon, divin, généreux – bonne, divine, généreuse. Rien qu’à entendre prononcer ces formes, quand même on n’en connaîtrait pas la signification, on sent je ne sais quoi de mâle dans cette prononciation qui s’élance et puis s’arrête brusquement ; cette chute, au contraire, qui radoucit le mouvement, a un caractère plus mou, je dirais presque, plus efféminé. Les vers antiques offrent aussi des analogies dans les diverses césures qu’on a appelées masculines et féminines11.

44Semblables remarques, quelle que soit l’ambition du projet scientifique, attestent de la quasi impossibilité de détacher encore fait de construction et faits d’expressivité au milieu du XIXe siècle.

Langue et Linguistique

45Les grammairiens et linguistes français de la fin du XIXe et du début du XXe siècle récupèrent ces observations éparses pour les intégrer en des théories générales organisées, sur la base des connaissances élaborées par la grammaire historique et comparée, la psychologie ou une linguistique pré-structurale. Ces observations pourront être reprises par les poéticiens des années 1890-1950, et non des moindres, Paul Valéry en tête. Je ne retiendrai ici que l’exemple des Mots à la pensée. Essai de grammaire de la langue française de Jacques Damourette et Edouard Pichon [d’Artrey, 1911-1927].

46Le volumineux ouvrage de Damourette et Pichon se signale par son ambition d’appliquer aux mécanismes de la langue française les résultats de la grammaire comparée envisagés sous leur aspect sémantique, puisque le sens est le résultat de l’expression d’une pensée. Pour ce faire, les grammairiens ont choisi l’analyse de la forme intérieure de la langue, rendue perceptible dans et par les catégories morphologiques et syntactiques. D’où l’énoncé contestable mais célèbre :

La richesse d’une langue en formes grammaticales est toujours l’image de sa richesse de pensée. Tous les cas historiques où l’on connaît deux formes montrent, pour ces deux formes, deux nuances de sens. Il serait donc gratuit de prétendre que des langues aient pu posséder pendant un long temps une surabondance de formes absolument synonymes [13 § 6].

47Sur cette base, ils développent leur thèse fondamentale : les langues obéissent à des mécanismes formels qui autorisent la répartition spécifique à chaque langue d’un contenu sémantique d’expérience propre à chaque univers culturel. Pour expliciter ce processus sémiologique, les grammairiens ont recours au concept de Répartitoire, qui recouvre l’ensemble des « modes de classement grammaticaux existant dans la pensée des parleurs d’une langue donnée à une époque donnée » [93]. Parmi ces répartitoires figurent le nombre, la voix, la personne et bien entendu le genre. Chaque répartitoire se laisse décomposer en physes, qui sont la représentation des systèmes d’opposition actifs en chacun d’eux. Dans le répartitoire du genre, le masculin et le féminin sont les physes caractéristiques du français. Afin de regrouper l’explication des modes d’être en discours de ces physes, Damourette et Pichon ont eu recours à un concept intermédiaire, qui est celui de sexuisemblance, par lequel se justifie la double organisation morphologique et sémantique du système répartiteur.

48Concernant l’organisation morphologique, Damourette et Pichon se livrent à d’intéressantes analyses sur des formes féminines de substantifs obtenues par dérivation [313 § 274], et anciennement employées mais qui n’ont pas été conservées en langue standard : Amatrice [Amyot et J.-J. Rousseau], Autrice [Mercure de France, Juin 1726], Peintresse [Calvin, J.-J. Rousseau], Professeuse [Voltaire], Vainqueresse [R. Garnier], Médecine [Ancien théâtre français du XVe siècle]. Mais la conclusion est beaucoup moins souple que ne le laisseraient supposer ces développements :

Toutes les espèces substantielles conçues par le français dans le monde nominal sont, une fois pour toutes, classées dans une des deux physes du répartitoire. Leur sexuisemblance leur est inhérente, et ne varie jamais. La table, la bouillotte, la mort, la lune, n’apparaissent à un Français que comme de sexuisemblance féminine, et ne peuvent, dans les contes fantastiques ou les allégories être personnifiées que sous forme d’êtres femelles. De même, l’encrier, l’assassinat, le problème, le sucre, l’estomac sont fixés dans la sexuisemblance masculine [347 § 295].

49C’est sur le plan sémantique, que nos grammairiens nomment en leur terminologie : sémiématique, que leur raisonnement devient le plus significatif. En effet, après avoir rappelé que

l’imagination nationale a été jusqu’à ne plus concevoir de substances nominales que contenant en elles-mêmes une analogie avec l’un des deux sexes ; de sorte que la sexuisemblance arrive à être un mode de classification générale de ces substances [355 § 302],

50Damourette et Pichon en viennent à poser la question fondamentale :

Quelle est la loi qui préside à la répartition des substantifs nominaux entre les deux physes du répartitoire ? [ibid.]

  • 12 Celui-ci, en particulier, développe en 1888, dans Origine et philosophie du langage ou Principes d (...)
  • 13 Pour plus de détail sur cette conception de la linguistique, voir Piet Desmet, La Linguistique nat (...)

51Pour répondre à ce challenge, qui dépasse de loin les conditions d’une description, il leur faut recourir à des arguments en quelque sorte métaphysiques qui sortent des limites de la grammaire comparée et historique. Ils vont donc se livrer à une critique serrée des thèses des néo-grammairiens allemands, notamment de Brugmann, se servir pour une petite part des travaux de Michel Bréal, et pour une part plus importante des résultats obtenus par la linguistique naturaliste de Paul Regnaud12, Raoul de la Grasserie et Lucien Adam13. On peut résumer ainsi leur argumentation : 1° Damourette et Pichon s’opposent à l’idée que la sexuisemblance serait le résultat d’un « simple accident phonétique » comme le soutiennent les néo-grammairiens allemands [358 § 303], car le phénomène d’irradiation sémantique qui doit être à l’oeuvre derrière les effets de contamination phonétique ne leur paraît pas plausible.

522° Avec l’appui de Bréal, ils remontent curieusement à Beauzée et aux grammairiens philosophes qui voyaient dans le genre une nécessité de classement des substances inhérentes à l’esprit humain [359 § 304} basée sur un principe mental analogique. Mais on verra ultérieurement que ce retour à l’idéologie n’est pas fortuit.

533° Poursuivant leur critique, ils contestent donc le fait que l’histoire de la langue puisse donner – comme le soutenait alors Nyrop – une explication du principe de répartitoire de la sexuisemblance :

Partir du latin est, en l’espèce – écrivent-ils – se placer à une époque bien commode pour donner de la sexuisemblance française une explication historique sans pourtant résoudre ni même aborder le véritable problème psychologique que pose le « genre » tant en latin qu’en français. [...] Rappelonsnous d’ailleurs qu’il n’a pas suffi au français d’avoir reçu du latin le genre, mais qu’il lui a fallu de plus, et cela exige un bien plus grand effort, le conserver et le transformer pour en faire, par l’élimination du neutre, le répartitoire actuel de sexuisemblance [360 § 304].

54Leur objectif est donc bien de rendre compte de la nature actuelle et du rôle actuel du répartitoire de sexuisemblance dans le français actuel. En termes de langue.

554° Nos grammairiens en viennent ainsi à récuser toute tentative d’explication d’un fait de parole qui ferait abstraction de sa valeur d’idée :

Le problème essentiel, le problème sémantique – affirment-ils – est de savoir ce qu’est pour le psychisme du locuteur français la sexuisemblance, pourquoi son langage comporte du masculin et du féminin, et ne comporte pas d’autre classement général des substances prises en soi [361 § 306}.

56La valeur actuelle et vivante du répartitoire doit seule constituer le centre d’intérêt et d’interrogation des chercheurs. Pour accréditer l’idée selon laquelle cette valeur n’est pas forcément aisée à découvrir, à la suite des observations de l’anthropologue et linguiste américaniste Lucien Adam, Damourette et Pichon invoquent les exemples de langues non indo-européennes, comme le hongrois, qui, ne possédant pas de répartitoire de genre, ne peut pas faire rentrer la notion des sexes naturels dans le système des marques de la langue ; l’iroquois, qui distingue le genre andrique, comprenant hommes et dieux, et le genre métandrique, affecté aux femmes, aux animaux mâles et femelles et aux choses, et bien d’autres. L’énumération de ces diverses répartitions prouve que « la conception des genres n’est pas accidentelle, mais inhérente à une grande quantité de groupes mentaux humains ». Et il est hors de doute que ces répartitoires doivent posséder une valeur significative ancienne [364 § 306].

575° Mais cette considération ne doit pas faire négliger de s’interroger sur « le sentiment actuellement vivant [qui] anime le répartitoire de sexuisemblance du français ». Et c’est ici que Damourette et Pichon sont obligés d’introduire le terme ultime de l’analogie fondamentale qu’ils avaient antérieurement détectée par l’intuition et dissimulée sous le pudique voile d’un substantif féminin... Les grammairiens rappellent que la base de classification des substances que tout locuteur met en place est essentiellement son propre ego, ou l’ego d’êtres qu’il suppose semblables à lui-même ; à quoi il oppose les autres groupes « par une sorte d’inférence sur leur psychisme. Pour concevoir les êtres du monde – écrivent-ils – il leur imagine une âme ou une manière d’âme ». De là, l’importance et même la prépotence du caractère affectif sur le caractère intellectuel dans la constitution du répartitoire :

La répartition des substantifs français en masculins et féminins nous indique que le critère que le locuteur adopte pour classer les substances en semblables à lui et dissemblables à lui, c’est son propre sexe. L’importance du sexe dans les relations entre les êtres humains est telle qu’une pareille répartition n’est pas pour nous étonner [364 § 307].

58Damourette et Pichon reconnaissent bien par là une prégnance forte de la métaphore :

La métaphore – écrivent-ils – est essentielle au langage. C’est par elle que l’univers, au lieu de demeurer pour nous un immense passif centré sur notre unique réalité, s’est peuplé d’activités indépendantes, dont la nôtre n’est qu’une au milieu d’autres. Le langage est un fait de psychisme social. Et, comme nous l’avons dit aux § 274 et 275, la métaphore du sexe prend une telle importance qu’elle paraît conférer à elle seule une individualité substantielle particulière aux substantifs qu’elle touche. Princesse est, en vérité, un vocable différent de prince [366 § 307].

59Il est fort inattendu mais très touchant que des grammairiens – pour expliquer les mécanismes d’une langue et justifier leurs modes d’explication mêmes – aient recours au poétique du langage. C’est ce que font Damourette et Pichon lorsqu’ils en arrivent à la conclusion de leur entreprise, et placent la valeur actuelle et vivante de la sexuisemblance au cœur d’un dispositif d’échanges interlocutifs. (Psychanalyste lui-même, Damourette, contemporain de Freud, ne paraît pas avoir été directement et profondément influencé par ce dernier, dans une sorte d’indifférence à ce qui a été développé à l’extérieur du territoire français.) Il y aurait toute une étude à mener sur les formes d’expression employées par nos grammairiens pour référer à cette configuration de tensions hétérogènes, sémiologiques, affectives, voire érotiques, subsumées dans l’extumescence imprévue d’une poétique du langage :

Dans le rapport de parole entre le locuteur et l’allocutaire, c’est la question de sexe qui, comme dans tous les autres rapports sociaux, est primordiale pour les interlocuteurs. Mais dans notre civilisation essentiellement amoureuse de la métaphore, mode d’expression vivant et fécond, toutes les choses du monde extérieur apparaissent comme susceptibles de passer au locutif ou à l’allocutif, de devenir des personnes. C’est cette personnalité qu’exprime la sexuisemblance, en rangeant les choses en deux compartiments que le locuteur conçoit respectivement l’un comme contenant ce qui est semblable à lui, l’autre ce qui en est dissemblable. La sexuisemblance du substantif nominal est donc la transposabilité dans le monde intérieur (personnalité) dont jouissent les éléments du monde extérieur [367 § 308]

60Si la sexuisemblance peut être rapprochée d’un mécanisme plus transpositeur que répartiteur, ou qui, plus exactement, répartit les substances en en transposant les natures, et en personnifiant les choses, la question se pose alors de découvrir les raisons pour lesquelles la langue place chaque chose sous la métaphore masculine ou sous la métaphore féminine. La réponse est elle-même non scientifique, totalement poétique, au sens où Baudelaire – s’élevant au-dessus des considérations techniques sur les parties du discours habituelles – voyait en la grammaire une forme supérieure de poésie de la pensée :

Dans une langue assez intelligente pour avoir réduit au minimum, dans ses modes d’expression, les brumes de la locutoriété, la sexuisemblance représente la part nécessaire du sentiment poétique et esthétique, voire religieux. Elle fait revêtir à ce sentiment une forme sous laquelle il ne peut plus nuire aux précisions intellectuelles, mais qui en même temps l’introduit à chaque instant dans le langage, qu’il anime et qu’il vivifie. Sans revenir le moins du monde à la locutoriété initiale, elle prête du moins aux diverses parties du monde délocuté les qualités de vie qui ne se rencontrent de façon directe que dans les deux termes (locuteur et allocutaire) de cette locutoriété [367-368 § 308].

61Grammairiens médecins physiologistes et psychiatres, Damourette et Pichon restituent ainsi à la notion de sexuisemblance toute la part de complexité analogique qui rend fructueux le concept de répartitoire. On pourrait croire ainsi avoir bouclé le parcours ouvert par notre question liminaire. Mais, nos grammairiens épris de rigueur et attachés à leur projet explicatif, soucieux d’élaborer un métalangage justificatif qui leur a souvent valu incompréhension et ironie, fréquemment saisis par le besoin d’alléguer des exemples oraux ou écrits de la vie quotidienne, doivent finalement reconnaître que leur démonstration fait encore place à – et peut-être même se fonde sur – des approximations épilinguistiques pour saisir l’écart existant toujours, en langage, entre le signe et la chose. Espace dans lequel se déploient les plans corrélés des associations impressives et des similarités expressives :

C’est la notion de sexe, dont l’importance est primordiale et singulière dans la vie humaine, que représente métaphoriquement, à notre avis, la notion grammaticale de sexuisemblance. Jusqu’à quel point, pourtant, y a-t-il superposition d’une idée à l’autre dans notre langue ? Ou, pour être plus clairs, comment tous les êtres sexués se répartissent-ils actuellement dans les cadres sexuisemblantiels ?

Pour juger la question, il faut d’abord se pénétrer de cette notion que la sexuisemblance n’étant pas une notion scientifique, mais intuitive et poétique, n’a pas pour base la notion scientifique de sexe, dans toute son extension biologique, mais bien uniquement les réactions impressives différentes provoquées par l’un ou l’autre sexe. Ce sont donc avant tout les sexes de l’espèce humaine qui sont le point de départ de la métaphore sexuisemblantielle. [Mais] [...] comme dans tout ce qui touche à la sexuisemblance, nous nous trouvons désormais ici sur le terrain de l’imagination et de la hardiesse littéraire [419, 421 § 338].

62Ce qui est bien reverser l’essentiel des poétiques non du côté du faire résultant en un objet matériel tangible susceptible d’être formellement analysé, mais du désir qui ne peut que conduire à l’expression de tensions asymptotiques jamais satisfaites, et, en tant que telles, déceptives sous l’aspect de leur analyse.

63À l’issue de cette évocation des complexités sémiologiques et discursives de la notion de genre en français, il convient de revenir à notre propos initial et à notre titre. Il semble que la dynamique génératrice de l’opposition du masculin et du féminin soit bien la résultante d’un éréthisme sexuel inscrit de nature par le désir dans ce que Jean-Claude Milner nommait autrefois l’amour de la langue. Hugo résume avec une magistrale ironie cette érotique de la langue, cette opposition du masculin et du féminin, en quoi il est difficile de ne pas voir incessamment réinscrits, le dualisme manichéen de nos structures mentales d’Occident en leur phase post-révolutionnaire, et comme la naturelle expression d’un panthéisme débridé :

  • 14 V. Hugo, « Boîte aux lettres », Océan, Œuvres poétiques complètes, éditeur J.-J. Pauvert, 1961, p. (...)

Ève, Adam, flux, reflux, blanc et noir, bien et mal,
L’hiver et le printemps, l’esprit et l’animal,
Jour et nuit, tout cela n’est qu’un tas d’antithèses.
Et puis, l’air plein d’oiseaux et le bois plein de fraises,
Les nids, les eaux, les prés, l’épi d’or, le lac bleu,
Sont un libertinage énorme du bon Dieu.
Tout ce flot d’êtres vit, fait l’amour, et se baise.
Le globe effrontément montre son ventre obèse ;
Vénus rit toute nue à la vitre du soir ;
Ô mer, cache ce sein que je ne saurais voir !
La rose ouverte a l’air de chercher aventure.
Veuillot rougit. Mets donc une guimpe, ô Nature14 !

64S’il fallait donc résumer ici d’un modèle la réflexion du XIXe siècle français sur les genres du masculin et du féminin pour en apprécier l’incidence sur les poétiques développées alors, on pourrait proposer un forme de stratification dynamique faisant apparaître des évolutions et des déplacements :

  1. dans l’ordre du continu référentiel et extralinguistique, un glissement progressif du désir reconnu dans les pratiques sociales. Translation qui fait passer du XVIIIe siècle distinguant soigneusement entre mâle-masculin et femelle-féminin, à un XIXe siècle dans lequel – comme en témoignent dans des registres différents les anges ambigu[ë]s des poésies du romantisme, l’hermaphrodite maldororien de Lautréamont et les individus du « troisième sexe » de Balzac – se délite peu à peu cette bipartition classificatoire.
  2. dans l’ordre du discontinu linguistique, et des formes lexicales à finalité distinctive, une dérive corollaire des commentaires sur le genre des substantifs. D’où la nécessité d’inventer les catégories tautologiques du masculiforme et du féminiforme, qui permettront d’évacuer avec toute la rigueur de la langue légale les objets de discours incapables d’être rangés naturellement sous l’un de ces deux aspects, et – ultérieurement – celle de la sexuisemblance des substantifs.

65À défaut de la restitution en français d’un neutre mental, objectif et sémiologique, des listes d’exemples de mots ayant double genre [aigle, pamplemousse, phalène], et/ou valeurs spécifiques selon le genre et le nombre [amour, délice et orgue], prennent dès lors possession dans les grammaires normatives de cette zone de recouvrement des distributions, et légitiment la progressive acceptation du tiers restant, que les poétiques versifiées traitent pour leur part sous la distinction « formelle » des rimes masculines, féminines et homosexuelles, que certains débaptiseront ou rebaptiseront aujourd’hui, pudiquement et à contresens du mouvement général, isosexuelles.

66Dans la perspective d’une langue régularisée par la grammaire et les dictionnaires, langue miroir des sociétés et échos de leurs discours au XIXe siècle, langue soutenue par l’édifice du savoir de cette langue et légalisée même par cela, c’est ainsi que le traitement formel d’un problème linguistique de représentation, certainement non neutre en soi, a pu donner naissance à un modèle transgressif. Lentement adopté par la suite comme modèle général de tolérance sociale, c’est ce modèle langagier qui sera progressivement chargé d’assumer la sémiologisation en discours des impossibles à dire de jadis devenus naguère – révérence à Verlaine, aux zutistes et autres méchants bonshommes ! – des possibles à dire... et à vivre, sans délit... hormis, bien entendu, dans le Littré classique et... hygiéniste !

Notes

1 M.-B.-O.-L.-G.-M. Le Goarant de Tromelin, 1781-1871, un de ces produits de la Révolution française formé par l’École polytechique et l’Idéologie. Auteur de Nouvelle orthologie française, 1832, 2 vol. ; Nouveau dictionnaire critique de la langue française, 1858, il est considéré comme l’un des tenants de la rationalisation des mécanismes de la langue française, ce qui l’a souvent conduit à adopter des positions dont les philologues et historiens de la langue ultérieurs eurent toute facilité de dénoncer les excès.

2 Journal des jeunes personnes, 1833, vol. 2, p. 101-106.

3 M. Decaudin, La Crise des valeurs symbolistes, Toulouse, Privat, 1960, p. 155.

4 Elle sera inventée officiellement en 1883 par Michel Bréal.

5 Paul Ackermann (1812-1846), le « nègre » lexicographe de Charles Nodier, parle d’Idéologie dans la dernière livraison du Journal de la langue française et des langues en général, 1840, III, p. 108. Tandis que l’ex-ecclésiastique belge Honoré Chavée publie en 1843-1844 un Essai d’étymologie philosophique, puis en 1849 une Lexicologie indo européenne.

6 C’est le terme employé par P.-A. Lemare dans son Cours de langue française en 9 parties, dont 3 nouvelles, 1835, t. I, § 827828.

7 Ch.-P. Girault-Duvivier, Grammaire des grammaires, ou Analyse raisonnée des meilleurs traités sur la langue française, 9e édition, A. Cotelle, Libraire-Éditeur, 1811, p. 119.

8 P.-A. Lemare, Cours de langue française en 9 parties, dont 3 nouvelles, 1835, t. I, § 876 et 883-884.

9 V.-A. Vanier, Dictionnaire grammatical, critique et philosophique de la langue française, Brunot-Labbe, Delalain, Dupont, Janet et Cotel, Libraires, 1836, p. 301-302.

10 De Crappelet, 1844. L’ouvrage sera réédité par Bréal en 1869 [chez Franck] et 1879 [chez Vieweg]. Il est actuellement disponible dans une réédition de l’édition de 1879, augmentée d’une présentation de Simone Delesalle, Didier Érudition, 1991. Notons que Weil était originellement un jeune linguiste juif allemand, exilé en France depuis 1842, pour ne pouvoir accéder à des emplois universitaires dans son pays d’origine en raison de sa confession.

11 Loc. cit. p. 86.

12 Celui-ci, en particulier, développe en 1888, dans Origine et philosophie du langage ou Principes de linguistique indo-européenne, Librairie Fischbacher, l’hypothèse selon laquelle les « substantifs sont tous d’anciens adjectifs dont le genre a été fixé, au moins très souvent, par celui du substantif ou du pronom avec lequel ils étaient le plus fréquemment en accord avant qu’ils fussent substantifs eux-mêmes. C’est ainsi qu’en latin l’ancien adjectif patria, féminin de patrius, patrium, a gardé ce genre probablement à cause de terra ou de res, (terra patria), mot avec lequel on le construisait d’abord et qu’on a sous-entendu ensuite » (p. 268). Ce qu’on pourrait appeler le syndrome de la lettre circulaire... Et il ajoute même : « Il est vraisemblable que ce procédé remonte à des temps très anciens et qu’il a contribué pour une bonne part aux anomalies que présente souvent dans les substantifs le rapport du genre et du sens » (p. 269).

13 Pour plus de détail sur cette conception de la linguistique, voir Piet Desmet, La Linguistique naturaliste en France (1867-1922) ; Nature, origine et évolution du langage, Peeters, Orbis Supplémenta, tome VI, Leuven, 1996.

14 V. Hugo, « Boîte aux lettres », Océan, Œuvres poétiques complètes, éditeur J.-J. Pauvert, 1961, p. 1 576 a.

Auteur

Professeur de sciences du langage (linguistique et stylistique françaises) à l’université Biaise Pascal Clermont-Ferrand 2, en délégation au laboratoire l’Analyses et Traitements informatiques du Lexique français, UMR 7118 CNRS-Nancy 2. Spécialiste d’histoire de la langue française et d’historiographie de la linguistique, il a orienté ses recherches vers la lexicographie et la métalexicographie historiques du français. Il a publié en France et à l’étranger de nombreux articles de stylistique littéraire, d’histoire de la langue et d’historiographie de la linguistique française ; Alfred de Vigny (P.U. Nancy, 1994 [1978]) ; Morales du style (Toulouse, Presses du Mirait, 1993), ainsi que plusieurs recueils dévolus à l’histoire de la langue française et de la linguistique. Il a rédigé le chapitre traitant du xixe siècle dans la Nouvelle histoire de la langue française (Jacques Chaurand dir., Le Seuil, 1999). Il est le créateur du site internet « Langue du xixe siècle » (http://www.chass.utoronto.ca/epc/langueXIX : importante documentation concernant le Grand Dictionnaire universel du xixe siècle de Pierre Larousse et les orientations de son informatisation).

© Presses universitaires de Lyon, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search