Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Attentat de Damiens

 | 
Pierre Rétat

L'interprétation : catégories de la conscience sociale et historique

11. La doctrine meurtrière

Texte intégral

« C’est cependant une pensée salutaire à inspirer aux princes, que de leur persuader que, s’ils oppriment leurs peuples en se rendant insupportables par l’excès de leurs vices et l’infamie de leur conduite, ils vivent à telle condition qu’on peut non seulement à bon droit les mettre à mort, mais qu’il y a de la gloire et de l’héroïsme à le faire. »
MARIANA, De Rege (1599), 1. I, ch. VI.

1« Ce sont ces coquins de jésuites ! » s’exclame un brigadier des gardes du corps : telle aurait été la première réaction — et la première conclusion — formulée aussitôt après l’attentat de Damiens (Mme Campan, p. 376). A vrai dire, la situation politique et religieuse, en ces jours d’un rude hiver, se présentait de façon trop confuse et trop tendue pour que le coup porté au roi pût donner lieu à une explication unique, nette, indiscutable, cependant que du « vingtième » supplémentaire ne cessait de renaître la colère populaire (voir Voltaire, Précis, p. 1526). Il y avait trop de mécontents, trop d’instigateurs possibles : le coupable pouvait être n’importe qui. Sans doute cette confusion ajouta-t-elle au désarroi causé par l’énormité de l’événement. Seize ou dix-sept ans plus tard, dans ses Mémoires pour Catherine II, Diderot revoit encore cette véritable panique :

Je me souviens très bien qu’à l’aventure de la veille des Rois nous avions tous l’air effarouchés, comme si nous étions au moment de la chute d’une comète sur notre globe. » (éd. Club Français du Livre des O.C., X, 593-594).

2On comprend la hâte des autorités à accréditer la thèse de l’acte commis par un « monstre » isolé. De bons esprits ont eux aussi affirmé, soit sur le moment, soit à loisir dans leurs Mémoires, qu’ils ne croyaient pas à une conspiration. Ce « monstre abominable » a agi seul, estiment le président de Brosses et le président Hénault, le second se refusant à impliquer « la religion » dans l’affaire : « Ce n’était ni Ravaillac, ni Jacques Clément », écrit-il (Mém., p. 243 ; voir de Brosses, Lettres, p. 271). D’autres témoignages et notamment les nouvelles des gazettes montrent en revanche qu’on cherchait plutôt à déceler dans l’attentat la responsabilité d’un des partis antagonistes. Selon Dufort, « les Parlements, d’après les uns, y jouaient un grand rôle ; d’après les autres, c’étaient les jésuites » (I, 179). Sa formule, sans être fausse, déforme doublement la vision. D’une part, quand il ne mentionne pas les jansénistes, Dufort paraît les assimiler aux parlementaires, que nous avons appris à distinguer des troupes du jansénisme : le milieu gallican des gens de robe a sa spécificité (voir Van Kley, The Jansenists, p. 22, 25, 37, 43, 45, 54, nuançant Bluche, Magistrats, p. 242-269). D’autre part, le balancement symétrique de la phrase présente l’image d’une opinion également partagée, ce qui ne paraît guère correspondre à la réalité, du moins à Paris. Certes, il est malaisé de mesurer avec rigueur l’état des esprits en janvier 1757 et durant ces mois d’intense excitation. Certes, parmi les anagrammes qui circulent alors, il s’en trouve pour incriminer derrière « Robert François Damiens » une « trame de robins françois » (Lemoine, p. 21). Certes, le mobile du criminel fait naître des hypothèses de toute sorte (voir ci-dessus). Néanmoins, ce que nous savons des réactions suscitées par la nouvelle laisse peu de doute sur l’ampleur de l’hostilité qui se déchaîna sans délai contre les jésuites et qui ne suscita guère de protestations.

3Rares en effet sont ceux qui, comme Voltaire, dirigent leurs premiers soupçons vers d’autres responsables. Le comte d’Argenson, qui lui envoie une relation de l’attentat dès le lendemain, se contente de dire que « cet assassin est un fanatique qui se persuade de mériter le ciel par cette action » (Best. D 7114). Pour ce ministre, Damiens se trouve certes dans l’espace mental du « fanatisme » ; mais il lui fallait en outre appartenir au genre « furieux » pour aller jusqu’à ce crime ; et surtout, lui seul « se persuade » d’agir. Quant à Voltaire, dès la première nouvelle, il juge « cet exécrable fou animé de l’esprit des convulsionnaires de Saint-Médard » (D 7121 : 15/01), et il commente de même les informations suivantes : « C’est un chien qui a gagné la rage de quelques chiens convulsionnaires et jansénistes qui aboyaient au hasard. Les jésuites triomphent de voir les rois assassinés par d’autres que par eux et par les jacobins » (D 7126 : 18/01). Deux jours plus tard, alors qu’il a déjà reçu « cinquante relations de cette abominable entreprise », il incline à incriminer au Parlement « quelques chiens des enquêtes » (D 7130). Le coupable, un enragé, évoque l’image d’un misérable errant qui s’est trouvé « au hasard » en contact avec des porteurs du venin, tous victimes — victimes redoutables — de ce que dans l’imaginaire philosophique on nomme la « contagion sacrée ». Epidémie n’est pas complot. Epidémie ? non pas ; épizootie : notre espèce a ses chiens comme elle a ses tigres, ses singes, ses poulardes... Voltaire, lui, ne veut pas hurler avec les loups. Il ne se hâtera pas de gober sans vergogne les jésuites, que ses amis ont tôt fait de lui offrir comme proie. Et pourtant d’Alembert, l’informant des dernières attaques de ces Pères contre les philosophes, contre Voltaire lui-même, lui montre là « l’ouvrage des anciens maîtres de François Damiens, des précepteurs de Chatel et de Ravaillac, des confrères du martyr Guignard, du martyr Oldcorne, du martyr Campion, etc... », c’est-à-dire des spécialistes du complot et du régicide en France et en Angleterre ; sur quoi il invite Voltaire à écrire sur le nouvel attentat (D 7132 : 23/01). Sans développer ici l’étude des jugements que leur ancien élève a portés sur les jésuites, retenons ceci : il les a jadis ménagés, puis âprement combattus ; il leur a — on vient de le voir — très volontiers imputé d’anciens crimes ; il a affirmé leur responsabilité comme théoriciens du régicide avec et après d’autres (Précis, p. 1534-1535) ; mais ni dans ses ouvrages historiques, ni même dans les versions successives de Candide, il n’a présenté les Pères comme responsables directs de l’attentat de Damiens. Au seul point de vue esthétique, combien il eût été satisfaisant de relier ce chapitre parisien du roman à la thématique du jésuite, sur le thème de la violence criminelle ! Même en 1761, grande année chez les « mangeurs de jésuites », il n’en a rien fait (voir éd. Pomeau et Thacker). Deux ans plus tard, malgré les sollicitations de Damilaville, il refuse encore de lancer une telle accusation :

« Vous devez vous apercevoir que je n’ai pas ménagé les jésuites ; mais je soulèverais la postérité en leur faveur si je les accusais d’un crime dont toute l’Europe et Damiens les ont justifiés. »

4Il veut accomplir son « devoir d’historien » (D 11061 : 02/03/[63]) ; il tient Balance égale (OC, Μ., XXIV, 337-340).

5Ce n’était pas une tâche aisée que de résister à l’opinion dominante ; l’éloignement de Paris a peut-être préservé Voltaire de cette contagion-là. Car la méfiance ou la haine que suscitait la Compagnie de Jésus n’apparaît pas seulement dans la réaction immédiate du brigadier des gardes. Damiens, qu’il eût été ou non marqué par quelque influence jésuitique — ce qui reste douteux —, avait réveillé une animosité entretenue par nombre d’auteurs au long de deux siècles. Aussi convient-il de marquer les étapes qui conduisent de la flambée de colère en 1757 jusqu’à l’expulsion hors de France, et même vers la suppression de la « Société » le 21 juillet 1773. On verra, avant même l’attentat contre le roi de Portugal, le coup de canif de Damiens replacé dans « la tradition meurtrière » des jésuites ; un mandement épiscopal, un traité de théologie intempestif, puis un recueil d’Assertions des présumés coupables y pourvurent, avec l’inlassable collaboration des Nouvelles Ecclésiastiques, cependant que les Mémoires de Trévoux semblaient tout ignorer de la controverse ainsi déchaînée. Les jésuites tardèrent, semble-t-il, à comprendre que l’événement du 5 janvier 1757 était devenu pour leurs adversaires un élément de la vaste conspiration qu’on leur prêtait, et dont l’enjeu n’était rien de moins que la domination de l’univers.

La rumeur

6Faut-il accorder crédit à ce document ? les jésuites de Versailles auraient reçu en décembre 1756 un billet ainsi rédigé :

  • 1 Cité sans référence par Gillette Ziegler (Les Coulisses de Versailles. Louis XV et sa cour, Jullia (...)

« Vous, mes Révérends Pères, qui avez su faire périr Henri III et Henri IV, n’aurez-vous pas quelque Jacques Clément ou quelque Ravaillac pour nous défaire de Louis et de sa putain ? »1

7Ce qu’attestent du moins divers contemporains, c’est qu’une fois connu le séjour de Damiens dans une maison des jésuites, l’hostilité à leur encontre prend très vite ampleur et vigueur. Toujours prêt à accueillir de semblables nouvelles, le marquis d’Argenson note le 9 janvier : « On ne peut ôter de la tête de personne que cet attentat n’ait été suggéré, et on l’impute aux jésuites » ; et comme le P. Patouillet s’est fait voler sa malle et qu’« il est d’une inquiétude et d’une agitation extraordinaire », « on conjecture encore qu’il y aurait là quelques sujets de soupçon sur l’attentat de P. Damiens », le jésuite devant trembler qu’on ne fasse des découvertes dans ses papiers (IX, 387-388). Un peu plus tard, il ajoute : « Le parti moliniste est honni partout » (IX, 388 : 10/01), puis raconte que « plus de trente enfants pensionnaires » ont été retirés du collège Louis-le-Grand « de peur que cette maison ne soit saccagée et brûlée un de ces jours » ; et encore : « Il y a quelques jours qu’un jésuite pensa être déchiré par le peuple au marché des Quinze-Vingts » (IX, 389 : 14/01). D’autres observateurs recueillent des informations concordantes (Robbé, Lettres, p. 18 : 13/01). « De Paris, le 18 janvier », la GC mentionne « un déluge de pièces, d’écrits et de vers séditieux [...]. On en affiche partout », et elle précise :

« Les jésuites en souffrent particulièrement. On a trouvé affichés aux portes de leurs collèges en gros caractères les mots suivants : Voisins, délogez, si vous ne voulez pas être brûlés. Ces Pères ont demandé qu’on leur donnât des gardes, surtout pour la nuit, ce qui sans doute leur sera accordé. » (25/01)

8Le manuscrit 954 de la Bibliothèque de Carpentras offre des exemples de poésies qui fleurissent alors. Dans les Vers sur les affaires présentes, à des attaques contre Argenson et l’archevêque de Paris, « prélat fanatique » (p. 5), succède cette interpellation :

« Détestable Société,
Serpent que notre sein ranime,
Dont le poignard ensanglanté
Ne se repaît que de crimes ;
Le meilleur de nos rois a tombé sous tes coups » (p. 6).

9D’autres Vers sur l’attentat, dont nous retrouvons maintes traces, visent encore les jésuites :

« Funeste Enthousiasme, odieux Fanatisme,
Trop monstrueux enfant de l’erreur et du schisme,
Avide d’attenter sur les jours de nos rois,
Tu trouve encore accès dans le cœur d’un François ! »

10Ce « schisme » qui a fait couler « Le sang des deux HENRY, si cher à la Patrie », désigne à l’évidence le molinisme dans le vocabulaire janséniste (ms 954, p. 1).

11Témoignage du climat qui s’est installé dans Paris, une lettre d’un jésuite de la maison professe, rue Saint-Antoine, datée du 6 janvier, confirme les nouvelles données par la GC du 25 et du 28 sur la violence de ces attaques et sur l’inquiétude des Pères : « Hier, on afficha un papier à notre porte qui marquait que c’était de chez nous que partait le coup », écrit-il (à l’abbé de Muy, AB, XVI, 427). Il lui « paraît évident » que Damiens est « un convulsionnaire », mais il ne croit pas qu’« on en cherchera la preuve », bien que le Nouveau Testament « de Quesnel » trouvé sur lui en soit déjà une (XVI, 430). Et il ne peut que constater l’excitation populaire qui le retient au coin du feu par

« la crainte d’être appelé Ravaillac dans les rues, ou peut-être traité comme tel par quelque populace ameutée, car [...] on affecte, à Paris, de dire partout et de persuader au peuple que le coup affreux que vous savez est venu des jésuites » (XVI, 435).

12Les rumeurs persistantes trouvent accueil « même dans les meilleures maisons », précise l’Histoire de Robert-François Damiens (p. 44-45), ouvrage que les NE du 7 août soupçonnent d’être inspiré par les jésuites. Et les NE, dès qu’elles se sont occupées de l’attentat avec leur retard habituel sur les événements, ont mis en relief la vigoureuse réaction d’un gentilhomme lyonnais face à deux jésuites. Ces derniers dénonçant « un coup du Parlement » dans l’attentat, M. de Rostain leur réplique « qu’eux seuls méritaient un tel reproche et un semblable soupçon » (27/02). Le gazetier janséniste va désormais s’employer à nourrir le soupçon.

Le procès

13Cependant l’instruction du procès se poursuit, et les échos qui en parviennent entretiennent les commentaires (voir ci-dessus : « Le procès et la crise politique »). La publication des PO, que « le public attendait avec beaucoup d’impatience », vise à satisfaire un besoin général de clarification, comme l’indique le JE du 15 juin : « Les bruits infâmes et destitués de tout fondement qui ont couru pendant quelque temps ont déterminé la Cour à permettre l’impression du procès de ce scélérat » (p. 145). Quelles que fussent les circonstances et les arrière-pensées lors de cette publication, les jésuites demeurent assez bien en cour pour que l’un d’eux, le P. Charles de Neuville, prêche de nouveau le carême devant le roi (CA, 11/03). Quant aux juges de Damiens, ils n’ont pas négligé d’informer sur les liaisons possibles du « parricide » avec ses anciens maîtres : s’ils se voient reprocher de ne pas avoir fait toutes les vérifications et confrontations nécessaires — nous reviendrons sur ce point —, du moins plusieurs questions qu’ils posent et reposent à Damiens montrent qu’on attend de lui des réponses propres à rendre suspecte la Société. Cet homme qui « ne savait pas ou presque pas lire ou écrire » (PO, p. 30a), on l’interroge le 18 janvier sur « ce qu’il entend par la doctrine des jésuites » (p. 144 : no 290), et « s’il n’a pas lu quelque livre » où elle est exposée (p. 145a : no 310). Le même jour, un échange est particulièrement net :

« Interrogé s’il n’a jamais entendu enseigner qu’il y ait aucun cas où il soit permis d’attenter à la vie de son souverain. A dit qu’il ne croit pas que personne ait jamais osé enseigner une doctrine pareille » (p. 146a : no 319).

14Le 17 mars, l’interrogatoire porte encore avec insistance sur le même point. Comme il a dit qu’il supposait, « peut-être faussement », que « la religion ne s’opposait pas » à son acte, on le presse d’admettre qu’il a été victime d’un endoctrinement contre nature :

« A lui remontré qu’un sentiment si barbare ne peut lui être venu naturellement ; [...] qu’il faut donc que quelqu’un [...] lui ait persuadé que la religion permet d’attenter à la vie des souverains dans certains cas ; qu’il ait à nous déclarer quels sont ceux qui lui ont appris une doctrine si pernicieuse, et par quel moyen on lui a fait entendre qu’elle s’accordait avec la religion. A dit qu’on ne lui a jamais enseigné une pareille doctrine, et qu’il n’a rien à répondre de plus. » (p. 330b : no  20).

15Et ses juges vont renouveler ce genre de questions le 26 (p. 379b : no 153 ; p. 380-381 : no 162-165), ainsi que le 28 mars (p. 402, 403a). Ce jour-là, une fois enfoncé le quatrième coin, il maintient ses dénégations quand ils lui demandent « si on lui a donné des livres qui lui eussent persuadé ces mauvais principes » (p. 404b). Les juges de Damiens étaient beaucoup plus savants que lui ! et d’aucuns, à lire ces PO, et à penser qu’elles étaient « entre les mains de tout le monde », se sont demandé comme madame de *** écrivant le 6 juin à M. de Mopinot ;

« Convient-il de faire connaître à un peuple accablé par le poids de la misère que la mort de son souverain peut le rendre heureux ? Quelles suites ne doit-on pas craindre du mépris et même de la haine que peuvent inspirer de tels discours ? » (Lemoine, p. 39 ; voir p. 43).

16Ces réflexions étaient, il est vrai, motivées par les réponses de Damiens touchant aux « malheurs du peuple » et à la « mauvaise conduite du roi » (p. 39) ; mais « toutes ces réponses n’annoncent-elles pas que ce scélérat était convaincu qu’il est des cas où l’on peut et l’on doit même tuer le roi ; et cela doit-il se mettre sous les yeux du public ? » (p. 43). Nous percevons ici la même sorte d’inquiétude que dans les interrogatoires des juges : un discours juridique, un discours théologique ne sauraient sans risque sortir du cercle des initiés ; le peuple, tout malheureux qu’il est, ne peut devenir dangereux qu’une fois enseigné, renseigné ; il est par lui-même innocent sinon inoffensif.

17Or le dicours sur les « cas où l’on peut et l’on doit même tuer le roi », qui d’autre était présumé le tenir en 1757 sinon les jésuites ? Tout fut fait pour associer leur seul nom à « une doctrine si pernicieuse ».

Grosley

  • 2 Envoyé du pape auprès des missionnaires jésuites de Chine, il avait vigoureusement pris parti cont (...)

18Dans une brochure anonyme datée du 5 mars qui circule bientôt, les Réflexions de Grosley, la Société est présentée comme un foyer de suspects particulièrement digne de l’attention des juges. Grosley rappelle le rôle néfaste des jésuites dans la Ligue (p. 8-9), l’apologie que firent le P. Guignard puis le P. Jouvenci des attentats contre Henri IV (p. 10), et il pose les questions fondamentales : « Mais ont-ils jamais abandonné cette doctrine meurtrière ? Ne la suivent-ils pas dans la pratique, lorsque l’occasion le leur paraît exiger ? » (p. 11). Il les accuse d’avoir « fait mourir à Macao le cardinal de Tournon, commissaire du Saint-Siège »2, et souligne qu’ils restent soupçonnés de « la mort tragique de M. de Rastignac, évêque de Tours » (p. 11) — les NE les ayant en effet accusés d’empoisonnement (16/04/56) —. Quant à l’affaire Damiens, Grosley reconnaît qu’il n’y a contre eux que des présomptions et non des « preuves de fait », puis il déclare habilement : « Je ne les crois pas coupables de l’assassinat du roi ; mais je crains qu’ils ne le soient » (p. 13). Aussi réclame-t-il que l’on use d’une procédure publique et que l’on fasse « des recherches exactes » pour déterminer s’ils sont « les instigateurs de l’attentat » (p. 20). Sans attendre les résultats, il offre la liste des mesures à prendre contre la Société au cas où les soupçons se trouveraient confirmés. Et, pour conclure sur une comparaison qui vaut raison, il présente les négligences qu’il déplore dans la procédure comme « un dernier trait de conformité » avec les circonstances des attentats contre Henri III et Henri IV (p. 24). Sans prétendre trancher sur le fait, notons qu’au moment même où ces Réflexions se répandaient dans le public, le JE louait chaleureusement le prince de Conti qui, présidant aux investigations et aux interrogatoires, révélait « la plus grande connaissance des lois », et entrait « dans les plus petits détails » afin de découvrir des complices (15/03, p. 165).

19Ce sont sans doute ces allégations désobligeantes pour les juges de Damiens qui entraînèrent la « brûlure » des Réflexions, de la Déclaration de guerre et de la Lettre d’un Patriote (JE, 15/04, p. 161). Grosley, dans cette Lettre, accusait plus nettement encore « quelques-uns des rapporteurs et des autres juges » de protéger les jésuites contre les risques d’une découverte redoutable pour eux, écartant « tout ce qui pourrait conduire à acquérir la preuve juridique » des « faits les plus notoires à Paris » (p. 36-37). Car les jésuites étaient présentés comme « plus que suspects » (p. 36), et le parallèle s’imposait « vraisemblablement » entre le « monstre vomi par l’Enfer » et « une conjuration encore plus monstrueuse » (p. 31), la « monstrueuse Société » au sujet de laquelle Grosley affirmait : « Ce qui est le plus effroyable, et qui doit faire trembler les souverains sur leurs trônes [...], c’est que c’est par principe qu’elle a appris aux sujets à tuer leurs rois » (p. 46). Autre rencontre : Damiens « est né à Arras qui est la Genève des Jésuites » (p. 50). A cette ville vouée à l’exécration, le Troyen Grosley pouvait opposer sa ville natale, modèle de la résistance aux jésuites. N’avait-il pas donné en cette année 1757 des Mémoires pour servir à l’histoire des RR. PP. jésuites, où il dénonçait leurs menées pour parvenir à imposer à Troyes un de leurs collèges ? Il y publiait un Discours du magistrat Pithou qui exposait en 1611 leur « doctrine abominable ». Qu’enseignent donc ces Pères ? ils attribuent au pape

« une puissance abusive qu’ils étendent sur le temporel des rois et princes chrétiens, et conséquemment sur leur propre vie : car ils enseignent qu’il a puissance de déposer les rois et exempter leurs sujets du serment de fidélité qu’ils leur doivent naturellement ; d’où il résulte qu’un prince excommunié peut être méritoirement tué ».

  • 3 Mariana (1536-1624) avait publié en 1598 le De Rege et regis institutione, Bellarmin (1542-1621) e (...)

20Pithou déclare « que sur ces motifs [...], la cour de Parlement a fait brûler le livre de Mariana, jésuite, et fait supprimer le livre du cardinal Bellarmin », ouvrages « faisant ouverture à tous les furieux d’imiter les exemples funestes et horribles de Clément, Ravaillac et autres semblables pestes de la société humaine » (p. 37-38)3. Même dans ses travaux d’érudition locale, Grosley n’oubliait pas ses ennemis de prédilection ; la petite histoire rejoignait la grande et l’éclairait...

21De tels textes, et le rappel qu’on y trouvait des accusations, des condamnations dont avaient déjà fait l’objet les jésuites en France et en Angleterre lors de la Conspiration des Poudres (p. 47 ; Mém. pour servir, p. 25), toute cette campagne traduisait l’opinion des milieux gallicans et jansénistes ; elle fournissait aussi des aliments à la rumeur en lui donnant ses bases historiques et théoriques. Le soupçon existait, et Grosley demandait « plus que » cela.

22Si le JE mentionne la condamnation des trois brochures, ainsi que la découverte de l’imprimerie clandestine qui les a fabriqués au faubourg Saint-Marceau (15/04, p. 161-162), l’information n’évoque pas le contenu polémique de ces textes. D’une manière générale, en cette année toute proche encore des débuts du journal, Pierre Rousseau semble observer les débats autour de Damiens avec une prudence frileuse. Nous le voyons saluer le mandement de l’archevêque de Paris comme « un chef-d’œuvre d’éloquence apostolique » (01/04, p. 163) et manifester ce besoin de « quiétude théorique » qu’a excellement discerné Jacques Wagner chez un admirateur pondéré des Lumières (Dict, des Journalistes, p. 323a). Grimm, au contraire, fait siennes les Réflexions de Grosley sur la doctrine jésuite du régicide : « Il est fâcheux pour ces Pères d’avoir toujours laissé quelques nuages sur leurs principes à cet égard », écrit-il en mars (CL, III, 357). Quant aux NE, elles assurent une solide publicité à la brochure de Grosley : elles annoncent ces « Réflexions bien justes et bien sensées » le 20 mars, recommandent de ne pas se contenter d’en lire l’extrait (p. 49a), et elles consacrent à cet extrait la majeure partie des quatre pages de la feuille, le 3 avril (p. 57a - 59a). Dès ce jour est avancé un argument qui sera maintes fois repris dans la même feuille et par les auteurs jansénistes :

« Ce qui serait ailleurs le crime d’un particulier devient chez les jésuites un crime commun dont ils sont tous, ou les auteurs, ou les complices, ou du moins les panégyristes » ;

23car « c’est un corps dont tous les membres sont unis avec un concert qui tient du prodige » (p. 57b).

Les Nouvelles Ecclésiastiques. Fitz-James

24Désormais, les NE assurent la meilleure diffusion à toutes les nouvelles, à tous les ouvrages où de semblables attaques peuvent trouver un aliment, notamment lorsqu’est mise en cause la « doctrine abominable ». Tel est le cas pour la Lettre d’un Solitaire, réponse au mandement de Christophe de Beaumont en date du 1er mars. Cette Lettre, du « 28 mars 1757 », proteste d’abord contre « le profond silence » où sont trop longtemps demeurés les prélats, « silence qui semblait concerté entre eux » ; et elle s’achève en regrettant avec douleur, le jour même de l’exécution de Damiens, que subsistent les périls « par l’impunité des auteurs principaux du crime ». Le Solitaire évoque une vision qui l’a « toujours frappé malgré [lui] », quoiqu’il fût rebelle aux enchantements de la magie ; il l’a lue « dans l’Espion turc, éd. de 1715, tome 4, Lettre 87, page 353 » :

« On dit que la reine Catherine avait beaucoup de commerce avec les sorciers, qui lui faisaient voir dans un miroir enchanté ceux qui régneraient en France à l’avenir. Elle vit d’abord Henri IV, ensuite Louis XIII, après lui Louis XIV, et enfin une troupe de jésuites, qui devaient abolir la monarchie pour gouverner eux-mêmes. »

25L’essentiel de ces douze pages reste une attaque en règle contre les évêques qui, comme l’archevêque de Paris, se laissent gouverner par ces Pères, leurs conseillers, sans tenir compte des leçons du passé :

« Le Prélat nous observe savamment qu’on voit des monstres dans les plus belles contrées de la terre.
Hé depuis quand la France est-elle sujette à voir sortir de son sein de pareils monstres ? Il ne faut pas remonter au-delà de 1555. C’est-à-dire à l’époque funeste de la naissance d’une secte qui a introduit dans le monde une doctrine abominable sur le parricide des rois, et qui compte entre ses saints et ses martyrs ceux qui ont été punis en France comme en Angleterre pour l’avoir enseignée et mise en pratique » (p. 4-5).

26Les NE reproduisent cette réplique (17/04, p. 66), dont elles font de nouveau usage lorsque l’évêque de Boulogne, François de Partz de Pressy, répète presque terme pour terme dans son mandement la formule de Beaumont (22/05, p. 85). Or un nouveau mandement venait d’apporter à la thèse janséniste une précieuse caution.

  • 4 Premier aumônier en 1742, il se rendit célèbre lors de la maladie du roi à Metz en refusant les sa (...)
  • 5 Cet exemple de la soumission au pouvoir temporel quel qu’il fût avait été aussitôt donné par l’arc (...)

27En effet, jusqu’alors, la rumeur entretenait le soupçon ; et les brochures avaient mis en lumière l’ampleur de l’enjeu et donné sa rationalité à l’acte monstrueux ; l’événement s’inscrivait comme un élément dans la politique et la doctrine jésuitiques touchant aux relations fondamentales du temporel et du spirituel. Mais l’explication théorique et historique de ce régicide n’était encore formulée que par des brochures anonymes et clandestines. Or voici qu’un évêque, fils du maréchal de Berwick, duc et pair de France, le premier aumônier du roi, y ajoutait son autorité : le 21 mars, François de Fitz-James, évêque de Soissons4, reprend en termes voilés mais sans équivoque les mêmes accusations contre « les flatteurs de la cour de Rome ». Qui est coupable de l’attentat ? où trouve-t-on sa source ? Remontons jusqu’à ceux qui ont osé « autoriser la révolte des sujets contre leur souverain » en enseignant que « l’Eglise pût avoir aucun pouvoir direct ou indirect sur le temporel ». Alors que les chrétiens persécutés ne se rebellaient pas contre les empereurs persécuteurs5, on expose

« toutes ces doctrines abominables, enfantées dans cette lie des siècles par des auteurs sacrilèges qui n’ont pas rougi de permettre aux sujets, sous prétexte de l’intérêt de la religion ou du bien public, d’attenter à la vie de leurs souverains, les oints du Seigneur ; doctrine monstrueuse et diabolique, dont ce royaume a eu la douleur plus d’une fois de ressentir les détestables effets ».

28Aussi Fitz-James invite-t-il ses ouailles à prier pour que Dieu « purge entièrement son Eglise » de tels poisons et « éclaire [...] ces Ecoles » où l’on soutient, sinon « ouvertement » ces thèses, du moins « des principes d’où les conséquences les plus affreuses suivent assez naturellement » (éd. Soissons, P. Courtois, 1757, p. 10-11).

  • 6 « Jamais mandement n’a eu un succès comme celui-là. On l’a crié dans les rues : « Le beau mandemen (...)

29Le mandement de l’évêque de Soissons eut un retentissement que prouvent les reproductions qui en furent multipliées et les extraits et mentions qu’en firent gazettes et journaux. Dans la CL, Grimm lui fait excellent accueil. Il déploie son éloquence contre les religieux régicides et, mêlant cordeliers et jésuites, il affirme que « le gouvernement devrait exterminer tous ceux dont la doctrine est suspecte à cet égard »..., ce qui révèle chez lui une curieuse conception de la justice comme de la politique. Il s’appuie, dans cette diatribe contre l’« abominable doctrine », à la fois sur l’Essai sur les Mœurs et sur le mandement, dont il souligne l’extraordinaire succès (CL, 05 : III, 372-373)6. De fait, chacun doit reconnaître l’importance de l’événement : une brochure anonyme imprimée à Avignon pour répliquer à ce « mandement singulier » écrit « en dépit du bon sens » : la Lettre d’un vieux curé à un jeune docteur (voir p. 1-2), admet que c’est une exceptionnelle réussite de librairie ; l’ouvrage

« a été réimprimé depuis à Paris aux frais de la petite Eglise, et de ce qu’on appelle la Boîte à Perrette. Dix mille exemplaires ont fait gémir la presse d’un libraire alerte et âpre au gain. C’est Hérissant. Il le fait distribuer dans toutes les provinces [...]. On l’a réimprimé en Hollande. On en a déjà fait une seconde édition à Genève où Pictet en tire avantage pour la Réforme » (p. 11).

30La GU signale effectivement une édition à Utrecht chez Van der Weyde (21/06 ; 28/06). En outre, des copies manuscrites circulent pour répondre à l’attente du public (voir Bibliographie : Mandements). Une lettre du 24 juin en témoigne :

« Ce n’est qu’avec beaucoup de recherches que je suis parvenu à avoir un des mandements de Mgr de Soissons avec laquelle permission d’en tirer la copie ci-jointe que je vous envoie. » (in ms Epernay 144, coll. Bertin du Rocheret, 1757).

31Parmi de nombreuses mentions dans la presse (GB, 15/04, GU, 22/04 ; GL, 03/05 ; etc...), le MHP mérite d’être remarqué pour la longueur de son extrait (7360 signes, dont 5890 de citations) : dans son commentaire élogieux, il affirme que de tous les mandements consacrés à l’attentat, « il n’y en a point eu qu’on ait lu avec plus d’empressement et de satisfaction (05, 646 ; voir p. 646-652). Malgré les protestations qu’il soulève, le texte n’est pas condamné, si grande est l’approbation recueillie (BPR, Le Paige 548, ms 39). Le CA ayant réagi contre le mandement (19/04), les NE du 22 mai, à la rubrique de Marseille, lui répliquent avec vigueur et suggèrent un rapprochement avec le discours latin contre les gazettes qu’a prononcé le professeur de rhétorique du collège de Belsunce, discours où seule la feuille de Morenas a été épargnée (p. 87-88). Quant à elles, les NE ont attiré l’attention des lecteurs sur ce mandement avec une rapidité tout à fait inhabituelle. Mention en est faite dès le 17 avril, sans retard sur les gazettes ; le journaliste qui l’extrait lui a donné la priorité absolue : « Au moment précis que nous finissions l’extrait qu’on vient de lire, on nous a communiqué un mandement de M. de Soissons du 21 mars », écrit-il (p. 66) ; il en cite les passages les plus marquants pour montrer, les ressources de la typographie aidant, « avec quelle énergie » sont dénoncées « ces doctrines abominables » (p. 67) ; et l’attaque contre « L’ÉCOLE » — au singulier et en capitales —, contre « L’ÉCOLE fatale », va désormais servir comme un véritable slogan (22/05, 85 ; 09/10, 167 ; 16/10, 170).

  • 7 Les conditions dans lesquelles fut imprimé en 1757, par les frères de Tournes, l’ouvrage présenté (...)

32Durant l’année 1757, les NE vont encore signaler au sujet des jésuites divers faits qu’elles jugent révélateurs. Alors que les dominicains d’Agen ont demandé une messe d’actions de grâces, les jésuites de la ville se sont récusés ; ce qui a conduit l’évêque, Chabannes, à leur dire : « Je vous entends ; vous attendez que Damiens soit exécuté, afin de célébrer une messe pour lui, et peut-être en son honneur » (10/07, p. 116). A Paris, pour leur grande tragédie annuelle, les Pères ont choisi de faire représenter le 3 août « Catilina et sa Conjuration » : trait d’« impudence » manifeste chez des gens suspects (25/09, p. 157) ! Mais une découverte inespérée allait bientôt repousser dans l’oubli ces peccadilles. L’ennemi n’avait-il pas commis l’erreur fatale : abattre ses cartes ? tout permettait de le croire, ou de le faire croire7...

Les Nouvelles Ecclésiastiques. Busembaum

33Les jésuites se sont démasqués. C’est ainsi qu’on interprète aussitôt la découverte d’une réédition toute fraîche, à Lyon chez les frères de Tournes, du traité de Théologie morale du P. Busembaum, s.j., revu et augmenté par le P. Lacroix, s.j. L’avocat général du Parlement de Toulouse, Malaret de Fonbeausard, requiert contre ce livre le 9 septembre. Il remarque que la réédition est passée inaperçue ; mais, ajoute-t-il, « il semble qu’on se soit empressé d’en multiplier les éditions dans ce dernier temps, comme si l’on eût formé le projet d’encourager les âmes timides aux forfaits, et d’étouffer dans leur cœur le germe des remords ». En particulier, « on s’y efforce d’ébranler la fidélité que les sujets doivent à leur souverain ; on y attaque même l’indépendance de leur couronne, et la sûreté de la personne sacrée de nos rois ». Publier de tels ouvrages est « toujours coupable », « mais l’affectation de les renouveler est encore plus criminelle » (Arrêt de la cour, p. 1-2). Et l’avocat général s’écrie en péroraison :

« Quelle année pour reproduire un livre qui renferme une doctrine si détestable et si dangereuse par ses conséquences ! »

34Il conclut au « crime de lèse-majesté » (p. 5). Le livre sera condamné au feu.

35« Quelle année... ! » vont répétant les NE qui mettent en relief réquisitoire et condamnation dans la feuille du 9 octobre tout entière consacrée à cette seule affaire, et qui l’entretiennent (16/10, 170 ; 06/11, 182). Le rapprochement est aussitôt souligné avec « l’ÉCOLE dont a parlé M. de Soissons » « l’ÉCOLE où les Lacroix et les Busembaum ont appris leur théologie » (09/10, 167). Surtout, on rappelle que « les livres de Jean Mariana, Bellarmin, Suarez, Sanctarellus », jésuites cités par Lacroix, ont déjà été condamnés au feu par le Parlement de Paris (p. 167a).

36A partir d’octobre, les NE accumulent les témoignages sur la diffusion de l’ouvrage en France et dans le monde. Elle souhaitent une enquête à Lyon (p. 168b). Dès le 16, elles annoncent qu’après « PLUS DE CINQUANTE » rééditions depuis 1688, celle de 1729 à Lyon a été louée sans réserves par les MT d’août de la même année : « traité COMPLET », « réponses courtes et DÉCISIVES », nouvelle édition qui « MÉRITE LA PRÉFÉRENCE sur toutes les autres » ; et 22 jésuites travaillaient alors au journal ! Qu’importe le désaveu des thèses condamnables par quatre supérieurs jésuites de Toulouse ! (voir aussi GA, 07/10). « Dans l’histoire de cet abominable livre on trouve les jésuites partout ; et à les entendre, ils n’y sont pour rien ! » (p. 169-170). Le 6 novembre, un correspondant fait savoir qu’« il y a environ vingt ans », les frères de Tournes écoulaient à Lyon « le fameux Busembaum du P. Lacroix » ; et nous trouvons en effet une édition de 1740. Il précise : « Nous chargeons ces ballots sur le Rhône ; ils vont à la mer, et de là aux Indes, où l’on n’a point d’autre théologie » (p. 181a). Détail important : le Parlement de Toulouse a été alerté grâce à « un archevêque de Languedoc » qui avait découvert le Busembaum « dans son séminaire » (p. 181b). Puis, on apprend de Marseille que le livre s’y débite pour 36 ou 48 livres selon la qualité du papier ; les jésuites du lieu prétendent que c’est un janséniste, ou un oratorien, qui est responsable de l’impression (23/12, 207). A Lyon, l’intendant en a fait cesser la vente (p. 208).

  • 8 Il faut retenir encore l’approbation donnée au livre par Zaccaria, dans l’Hist. litt. de l’Italie (...)

37En 1758, la quête continue. Un correspondant a découvert dans l’Histoire littéraire de la ville de Lyon, du P. de Colonia, au chapitre XX, que l’édition de 1729 est due au P. François de Montauzan : nouveau nom dans la liste, nouvelle preuve de la solidarité qui unit les jésuites (02/01/58, p. 6). Et le grand vicaire d’Albi ne constate-t-il pas que le Busembaum reste en usage au séminaire des jésuites de cette ville ? L’archevêque, La Rochefoucauld, y met bon ordre, quoiqu’il soit trop indulgent pour les Pères (09/01/58, 9). Restons-en là...8. Mais la tête a tourné au journaliste devant « la multitude effrayante d’éditions qui se sont faites de ce monstrueux ouvrage » (02/01/58, 6).

38Entre temps, le Parlement de Bordeaux a aussi condamné le Busembaum (GA, 14/10) et celui de Paris condamne à la fois le livre et des extraits destinés à en révéler la nocivité (GA, 16/12 ; 20/12). Ces extraits, Propositions condamnées et condamnables, inaugurent une phase nouvelle dans la campagne de dénonciation des « coupables ».

La « tradition meurtrière »

  • 9 Hors du domaine janséniste ou gallican, un exemple resté alors inédit a été relevé et commenté par (...)

39Un pas a été franchi dès que l’acte de Damiens s’est trouvé relié, non plus tellement avec un hypothétique complot où il y aurait eu des complices à découvrir, mais avec une doctrine enseignée dans la Société de Jésus. Damiens peut bien figurer encore comme un exécutant isolé, irresponsable. L’intention criminelle est désormais attribuée de façon diffuse mais précise à une communauté dont le rôle ne cessera d’être majoré, cependant que Damiens devient pur objet de référence, parmi d’autres. Et en 1758, l’affaire de Portugal lui enlève encore un peu de présence, quoiqu’il ne disparaisse jamais entièrement de la scène, fût-ce par des allusions que les contemporains saisissaient sans doute plus agilement que nous9.

40Ainsi, comme l’a voulu Grosley, comme le montre l’enquête sur le Busembaum, la présomption d’une conspiration permanente s’établit. Elle conduit de Jacques Clément à Damiens et aux jésuites du Portugal après lui. A défaut de révélations incontestables, à défaut de preuves, jansénistes, gallicans et parlementaires « éclairés » se lancent dans une quête rétrograde de l’information. Le terme en est la publication des Assertions.

  • 10 L’événement est célébré par une planche gravée, avec deux médaillons en tête, « dont l’un représen (...)

41Mais dès avant le 5 janvier 1757, une large part de cette prospection rétrospective a été accomplie. Tout un corpus d’arrêts des Parlements, de citations, de matériaux divers est rassemblé en quelques collections où il suffira de puiser. Ainsi va-t-on aboutir à la constitution d’un recueil officiel : les Extraits des Assertions dangereuses et pernicieuses en tout genre que les soi-disant jésuites ont, dans tous les temps et persévéramment, soutenues, enseignées et publiées dans leurs livres, avec l’approbation de leurs supérieurs et généraux, publiés en 1762. En quelques mois, l’activité du Parlement de Paris s’est déployée à cette fin. Le 6 août 1761, le Busembaum et d’autres ouvrages sont condamnés au feu10. La collation générale du recueil est décidée par un arrêt du 31. Le 4 septembre, des pièces, surtout celles qui touchent au régicide, sont présentées au roi par le premier président. L’ensemble a été rassemblé et vérifié par les commissaires avant le 15 décembre, et le 8 janvier les chambres statuent sur leur rapport. Il en résulte un in-4° de 542 pages ; encore prétend-on ne donner que des Extraits parmi les Assertions des Pères, laissant à penser que le dossier eût pu être aisément grossi. La dernière partie comprend 98 pages, soit près d’un cinquième du total pour le seul chapitre XVIII, « Lèse-majesté et régicide » : équilibrant le chapitre II, « Probabilisme », c’est le point culminant de ce parcours dans les abominations. La Théologie morale de Busembaum y figure (p. 534-536, et passim dans les ch. précédents) non pas à la date d’origine : 1645, ni à celle de 1669 où elle a été adoptée comme manuel dans les séminaires des jésuites, ni à celle de 1716 où Lacroix l’augmente, mais toujours à la date « fatale » de 1757, signal sans ambiguïté. Suivent les textes d’approbation de l’ouvrage : MT d’août 1729, Histoire de Colonia (1730), Apologie du P. Lacroix et Histoire littéraire de l’Italie par Zaccaria (1749-1750), et autres mentions par Fegeli (1750), par le P. de Dessus-le-Pont qui le loua dans une mission (11 et 12/58) et fut pour cela condamné au bannissement par le présidial de Nantes. Même, avant le finale portugais, la copie du jugement du Parlement de Rouen qui excluait du collège de cette ville le frère Mamaki, rappelle son crime : avoir donné aux élèves de Troisième pour thème de versification la formule « Felix crimen desinit esse crimen », formule « pernicieuse, séditieuse, détestable, capable d’induire aux plus grands attentats » (p. 539).

42L’abbé Picot croyait que les avocats généraux de Rennes, Aix et Paris — La Chalotais, Ripert de Monclar et Joly de Fleury — avaient établi dans la maison bénédictine des Blancs-Manteaux « un atelier de jansénistes afin de faire des recherches et les compilations dont ils avaient besoin pour leur plan d’attaque » (Mém. pour servir à l’hist. eccl. pendant le dix-huitième siècle, II, 409). Or rien ne prouve l’existence d’une telle organisation, que Dale Van Kley juge « too absurd to merit serious consideration » (The Jansenists, p. 182, n. 67). Etait-il vraiment nécessaire de mobiliser tant d’énergies pour constituer ce dossier ? A la vérité, le travail de 1761-1762 n’est que la phase finale. Par les NE, par les références qu’elles offrent, nous pouvons remonter de proche en proche jusqu’aux temps de Ravaillac et de la Ligue.

43Ce sont les NE, on l’a vu, qui diffusent les informations sur les approbateurs du Busembaum. Ce sont elles aussi qui signalent les affaires Mamaki et de Dessus-le-Pont (17/04/59, p. 67 ; 28/08/59, p. 141). Elles ont attiré l’attention sur les sources dont s’autorise Lacroix (09/10/57). De même, dans la critique de la Lettre d’un vieux curé, elles ajoutent d’autres noms, et l’on voit apparaître l’idée d’un catalogue à dresser :

« Quelle liste effrayante ne pourrait-on pas donner de ceux de leurs auteurs qui enseignent une doctrine meurtrière ? Leur Père Casnedi, par exemple [...]. On reproche au prélat d’attribuer à tout un corps les OPINIONS odieuses de QUELQUES PARTICULIERS. Mais ces prétendus particuliers, le corps les a-t-il punis ? Leur Père Jouvenci, au contraire [...], n’a-t-il pas fait l’apologie d’un Père Guignard [...] ? » (16/10/57, p. 171).

44La feuille du 6 novembre, qui incrimine encore Jouvenci pour son Histoire de la Compagnie de Jésus, rappelle qu’un Recueil de pièces — Barbier l’attribue à Petitpied — prouvait en 1713 que « d’année en année » les jésuites ont enseigné la rébellion et le « parricide des rois » : « Tout le second volume est plein de preuves de ce même fait, puisées dans les sources, et plusieurs dans les arrêts du Parlement, ou dans ses registres » (06/11/57, p.181-182). Le journaliste rappelle également le mot de l’abbé Pucelle sur la doctrine jésuite du régicide : « C’est LE PÉCHÉ ORIGINEL DE LA SOCIÉTÉ », et il ajoute aux noms des coupables ceux des PP. Pichon et Berruyer (p. 182a).

45Mais de tels recueils et des listes de jésuites coupables, nous en trouvons déjà lors du débat qui suit l’assassinat de Henri IV. Le texte le plus mémorable est l’Anti-Cotton (ou Coton), réponse à une Lettre déclaratoire de la doctrine des Pères jésuites adressée par l’ancien confesseur de Henri IV à la reine, en 1610. L’Anti-Cotton déclarait les jésuites coupables de « parricide », citant au ch. III une dizaine de théoriciens du régicide dans la Société (voir tableau ci-dessous). Peu après, un pamphlet d’origine sans doute protestante, L’Assassinat du roi, ou Maximes du Vieil de la Montagne vaticane et de ses moines assassins (1614), reprenait ces accusations. Or ces textes sont connus au XVIIIe siècle, le premier surtout : l’Anti-Cotton a des rééditions en 1733, 1736, 1738, 1744, et encore en 1745 avec le second (voir Bibliographie). Prosper Marchand, qui a procuré deux de ces rééditions, y renvoie à l’article « Anti-Cotton » de son Dictionnaire historique paru en 1758. Et n’oublions pas que Voltaire, tout en critiquant cette thèse des jésuites régicides aux côtés de Ravaillac, avait contribué à sa diffusion avec sa Dissertation sur la mort de Henri IV jointe à la Henriade à partir de 1745 (Complete Works, II, 339-346).

46Une autre source importante est l’arrêt du Parlement du 22/12/1610 avec le réquisitoire que prononça l’avocat général Servin. Lorsque l’abbé Coudrette et Le Paige donnent en 1761 leur Histoire [...] de la Compagnie de Jésus, ils y ont puisé entre autres leurs informations sur Scribanius, Emmanuel Sa, Sanchez (II, 33-34), sur Mariana, Bellarmin, Becan, Suares (II, 10, 38-53), sur Eudémon Jean (II, 172, note), et Sanctarel (II, 170, 182). Ils ont usé également du Recueil de Petitpied, pour ses Sentiments des jésuites pernicieux aux souverains (II, 172, n.).

47Il importe de souligner la probable influence d’un recueil manuscrit (AN, ms MM 648) intitulé « La Tradition meurtrière », concernant l’histoire des XVIe et XVIIe siècles. Ce ms qui paraît dater de la fin du XVIIe siècle a été examiné par J.-Cl. Bonnet. 11 contient 226 pages, puis 14 p. vierges et ensuite « La Mort de Henry le Grand descouverte à Naples en l’année 1608 par Pierre du Jardin » (paginée 241-274) : c’est, « copié sur l’original imprimé en 1619 », le Manifeste de cet auteur. Quant à « la Tradition meurtrière », c’est une série de notes d’inégales valeur et longueur, où figurent une foule d’auteurs jésuites. Petitpied en a-t-il fait usage ? Les Assertions en sont fort proches (voir Tableau) jusqu’à 1652, date où l’énumération s’arrête... sur Busembaum (p. 198).

48Entre ce recueil et l’enquête qui rebondit en 1757, il est encore d’autres relais possibles. Jean Buvat signale la diffusion d’une brochure en juillet 1717 :

« Le 15, la Sorbonne fit une conclusion contre la doctrine de l’assassinat des rois, que les jésuites avaient soutenue avant et depuis la mort funeste du roi Henri IV. On en imprima plus de deux mille exemplaires qui furent bientôt distribués » (Journal, I, 292).

49Relevons encore une Réponse à l’apologie (du P. de Gennes) par M***, en 1727, et en 1755 la Juste idée que l’on doit se former des jésuites, d’attribution incertaine.

  • 11 Le Catal. Hist. France (V) et Van Kley offrent une vaste bibliographie. La section « Controverse s (...)

50Rechercher l’exhaustivité face à la littérature polémique allant de l’attentat de Damiens à la suppression, ou à l’expulsion des jésuites serait une entreprise bibliographique intéressante. Tel n’est pas notre propos11. L’abondance d’ouvrages où il est débattu de la « doctrine meurtrière », et où sont mentionnés Damiens ou Busembaum, est redoutable sans se révéler profitable, tant ils se ressemblent. N’en retenons que les noms incriminés dans les Assertions, et les arguments avancés.

51Trois textes émergent de la masse, pourtant, grâce à une ampleur et une précision remarquables. On a déjà eu un aperçu des informations recueillies par Coudrette et Le Paige dans leur Histoire générale, « belle et importante histoire en 4 tomes » (NE, 10/12/60, p. 214-215). Mais l’Abrégé chronologique de Tailhié (deux éd. en 1760) n’est pas moins précis et abondant, avec quelques variantes dans sa liste ; il insiste avec plus de vigueur sur les responsabilités des jésuites français — « Cartouche avait été élevé au collège de Louis-le-Grand », dit-il (p. 97-98) — et sur la liaison entre l’attentat de Damiens et l’édition du Busembaum (p. 104-106) ; il cherche à justifier enfin l’accusation de régicide en exposant le motif qui a pu déterminer la Société, et reprend la formule de Grosley à l’occasion d’un raccourci historique :

LA “LISTE EFFRAYANTE”

LA “LISTE EFFRAYANTE”

(+) signale des références allusives, ou indirectement liées au régicide. L’ordre est chronologique selon l’interprétation adoptée dans les Ass.

« Louis XV aujourd’hui régnant impose-t-il silence à une Bulle précieuse aux jésuites par plus d’un endroit [...], qu’il part d’Arras (la Genève des jésuites) un monstre qui vient venger dans le sang de notre auguste monarque l’affront fait à la Bulle et aux jésuites » (p. 109).

52Cependant, le plus proche des Assertions par son caractère et par sa date est le Compte rendu de La Chalotais, complété par l’arrêt du 23/12/61. Il est assez connu pour que suffisent les remarques suivantes : la formule « doctrine meurtrière » y représente un véritable leitmotiv (par ex. : p. 151 et 155, par deux fois ; p. 186) ; Damiens, dont le nom n’est nulle part cité, reste associé à l’affaire du Busembaum réédité, « et dans quelles circonstances ! » (p. 82) ; un argument est ici exploité à fond pour que soit « bannie ou dissoute » la Société : elle a pu — c’est un comble — « inspirer de la crainte au plus courageux des Français, Henri IV » (p. 175)..., allusion à l’indulgence « fatale » dont ce roi fit preuve à son égard après les tentatives de régicide de Barrière en 1593 et de Jean Chatel en 1594. Enfin, ce Compte rendu et l’arrêt de Rennes apportent un catalogue de jésuites favorables au « régicide » qui correspond presque à celui des Assertions, tout en incriminant deux Français, Richeome et Vallée, omis par le Parlement de Paris.

53Le tableau ci-dessus rend plus visible l’accumulation de l’information.

Chefs d’accusation

  • 12 Les Annales forment un ensemble de 5 v. in-4°. Dans une courte brochure, Les Jésuites assassins, l (...)

54Quelles que fussent les faiblesses décelables dans l’énumération hétéroclite de ces « auteurs » — et les évêques favorables aux jésuites, principaux destinataires, s’empressèrent de les dénoncer —, la quantité était impressionnante. C’était un « fait », comme la présence de confesseurs jésuites au côté de tel et tel régicide ou conspirateur, bien que sur ce point les interrogatoires de Damiens orientés vers le P. de La Tour eussent été décevants (PO, 46, no 15 ; 90, 202, 210). Autre « fait » : le Busembaum de 1757 comblait symboliquement le vide laissé dans la biographie de Damiens entre ses années chez les Pères et son crime. Et dans l’arrière-fond, les histoires jansénistes de la Société, les listes chronologiques emplissaient la durée entre les attentats. Tout était plein de la « tradition meurtrière ». Quelques effets stylistiques aidant, complot, menace apparaissaient « toujours et partout », comme dans le grand texte récapitulatif des NE (09/01/61) que cite R. Taveneaux (Jansénisme et politique, p. 197-198). « Tout le monde sait, toutes les bouches l’annoncent, et tous les échos le répètent », écrit Tailhé au sujet de la culpabilité des jésuites (Abrégé, p. 108). Jusque dans les titres-fleuves de leurs ouvrages, les polémistes occupent tout le terrain d’une histoire de deux siècles « dans toutes les parties du monde », avec les « stratagèmes, friponneries, conjurations, (...), meurtres de rois, etc... commis par les Ignatiens » (voir Bibliographie, Dénonciation ; et Gazaignes, Annales)12. La démonstration par accumulation des « criminels desseins », des « attentats » et des « doctrines meurtrières » — au pluriel, ici — rendait « non seulement croyables, mais certains tous ceux dont leur énorme crédit et la frayeur des princes [avaient] soustrait la preuve » (NE, 09/01/61, p. 8).

55En regard de ces « faits », la solidité de l’argumentation imposait quelques contraintes. D’abord, il était impensable de distinguer entre « régicide » et « tyrannicide » (voir DTC, « Tyrannicide »). Le P. Bernard, génovéfain, avait soupiré dès le lendemain de l’attentat, en prêchant le jour des Rois : « Un Titus était destiné à éprouver le sort des Nérons ? » (CA, 28/01/57, p. 35). Mais cette distinction brouillait les cartes. Les jansénistes affichaient une exemplaire soumission à toute autorité, invoquant la parole de saint Paul : « Non est potestas nisi a Deo ». C’est ce que rappelle à l’archevêque de Paris l’auteur de la Lettre d’un solitaire (p. 9-10) : le prélat ayant parlé dans son mandement de l’« autorité légitime », on suppose qu’il puisse contester le cas échéant la légitimité de l’autorité royale (voir aussi NE, 17/04/57, p. 66). De même, l’évêque de Soissons vante la résignation des premiers chrétiens persécutés, et ce n’est que dans un Avis de décembre 1761 qu’il introduit quelques nuances : il y admet que « les auteurs qui ont enseigné le régicide et le tyrannicide ne se sont pas tous portés aux derniers excès », mais ne concède rien sur l’essentiel (p. 26).

56Cela établi, on veut ignorer que des thèses identiques à celles des jésuites ont été soutenues par des théologiens d’autres « écoles ». Un dominicain, le P. Dufour, proteste, dans sa Lettre d’un théologien, contre l’assimilation calomnieuse de la « doctrine meurtrière » de ces Pères à la théorie thomiste du « tyrannicide » (voir Bibliographie, et DTC, « Tyrannicide », 1991-1993).

57En troisième lieu, il est nécessaire de considérer toute thèse d’un jésuite comme la doctrine de toute sa Société. Quelques voix s’élèvent pour réduire la responsabilité des Pères français, en somme peu nombreux dans la « liste effrayante ». Mais l’amalgame est justifié par la solidarité qui unit tous les jésuites, et par leur discipline. Les NE ont aussitôt mis en valeur cet argument. Divers ouvrages analysent les structures de « l’Institut » dans cette optique : ainsi l’abbé Coudrette lie étroitement la doctrine du régicide — « le péché originel de la Société » — à cette organisation qui impose l’uniformité des pensées sous l’autorité « despotique » du général (Idée générale des vices, p. 8, et passim).

58Car, en même temps, la doctrine du régicide est présentée comme la simple conséquence de la thèse soutenant l’autorité suprême des papes au temporel et au spirituel : « C’est cette doctrine qui a enfanté les Barrière, les Chatel, les Guignard, les Oldecorn, les Ravaillac, les Damiens, les Alexandre, les Mathos, les Malagrida et les duc d’Aveiro, monstres horribles et inconnus de l’Eglise avant la naissance des jésuites » (Tailhé, Abrégé, p. 69-70).

59Finalement, le général gouverne une troupe formée à employer tous les moyens, ruse et terreur — épouvantant, dit-on, les plus braves —, afin de parvenir à « la monarchie universelle ». Est-ce au profit du pape ? n’est-ce pas plutôt au bénéfice de la Société elle-même ? C’est l’avis de Coudrette et Le Paige, quand à la fin de leur Histoire ils en viennent au « onzième et dernier chef » de leur accusation :

« La Société, pour déterminer la multitude des Etats à se ranger sous sa domination, et pour parvenir ainsi à la monarchie universelle, 1° amorce les grands et les amateurs du siècle, par une doctrine adoucie, une morale commode, des principes amis des passions ; 2° se rend formidable pour quiconque ne la favorise pas, et ne consent pas à subir son joug. Elle s’est formé des maximes qui la mettent en état de faire trembler les têtes même couronnées » (IV, 159).

60La figure de Damiens paraît bien oubliée dans cette fresque peignant l’action multiforme, permanente et universelle de l’armée jésuitique. Oui, Damiens n’est qu’un pion. Il ne vaut que par le Busembaum, ou par sa ville natale, « Arras, la Genève des jésuites » : une date, un lieu. Ce qui compte, ce sont les 30 000 séducteurs » dénombrés par les NE, « allant de concert au même but » (02/01/59, p. 3-4). La Chalotais, qui connaît mieux leur nombre exact, frémit et fait frémir :

« (Rien) ne peut renverser un projet formé par un général des jésuites, si sur vingt mille hommes il sait choisir seulement dix fanatiques de bonne foi, dont la tête lui soit connue, et dont la main lui soit assurée.
S’il a des affiliés, des associés inconnus dans les familles (et on n’en saurait douter, quoiqu’il soit difficile de le constater), de quelle conséquence ne seraient point de pareilles associations ?
J’éloigne les applications. Mais que n’eût pas donné Cromwell pour avoir de si grands avantages [...] ? (CR, p. 171).

61Le geste noble de l’avocat général « éloigne les applications » Mais le soupçon du grand complot s’infiltre jusque dans la vie quotidienne des familles. En 1761-1762, la guerre n’apporte qu’inquiétudes, des faits divers deviennent des affaires où l’on parle de « révolutions funestes » et de jésuites criminels ou provoquant à la révolte (Lemoine, p. 345, 383, 434 ; Arrêts contre La Chaux, contre Ringuet). Dans ces circonstances, tout paraît possible aux jésuites, ennemi omniprésent.

62Déjà, quand le comte de Caylus avait appris les nouvelles du Portugal, il était si bien convaincu de cette toute-puissance qu’il écrivait : « L’Eglise offensée et surtout les jésuites blessés, je ne donnerais pas grand argent de ce pauvre diable de roi » (Corr., I, 217). Les rois vivent, les jésuites vont quitter leurs collèges, se laisser expulser, se soumettre enfin à la suppression de la Société par Clément XIV. Tout au plus les accusera-t-on par habitude d’avoir empoisonné ce pape (sur ces événements, voir Pastor, Geschichte der Päpste, XIV, I et II).

Les jésuites sur la défensive

  • 13 Relevons l’effet de prolifération produit par ces pluriels : d’une part l’espèce « jésuite régicid (...)
  • 14 La Société, dit l’auteur, offre des avantages ; et à coup sûr, telle qu’elle est avec ses défauts, (...)

63Mais n’ont-ils pas mérité leur défaite ? n’avaient-ils pas contribué à se rendre suspects par une défense insuffisante ou maladroite ? C’est ce que prétend Diderot dans l’article « Jésuite13 » de l’Encyclopédie. Eux et leurs amis, ils ne sont pourtant pas restés « sans voix » sous les coups reçus. Dès juin 1757, on l’a vu, la Lettre d’un vieux curé avait aussitôt répliqué au mandement de l’évêque de Soissons, lui reprochant de dénoncer les Pères à l’opinion comme « des monstres dans l’Eglise et dans l’Etat », et feignant de croire qu’il était bien le seul ! Le duc et pair se voyait blâmé d’être loué « dans ces infâmes gazettes, rhapsodies d’erreurs et d’impostures » et de se mettre en évidence par dépit de n’être point cardinal (p. 10-11). Cependant, après cet éclat, on avait laissé les assaillants aller bon train sans leur répliquer. L’Histoire de Robert-François Damiens, à supposer avec les NE que les jésuites l’aient inspirée — et il y a là un problème difficile à résoudre —, faisait la part belle à l’accusation14. Après les années 1758-1759 qui ressemblent à une veillée d’armes, les jansénistes et leurs alliés multiplient les coups. En 1760, rien ne contre-balance la réédition des pamphlets de Grosley, l’Abrégé de Tailhié et l’Histoire de Coudrette et Le Paige, continuée et rééditée en 1761 ; cette année-là, paraissent entre beaucoup d’autres titres, l’idée générale de Coudrette et une versification due à l’un des principaux journalistes des NE, l’abbé Guidi : les 43 pages de La France au Parlement, éloge auquel répond enfin le Coup d’œil du P. Griffet sur l’arrêt du Parlement de Paris du 6 août, sorti dès septembre. C’est là qu’est examinée avec soin la théorie du « tyrannicide », selon les distinctions traditionnelles entre « tyran d’usurpation » et « tyran d’administration » : le premier seul peut tomber justement sous le coup d’une révolte armée ; et encore y faut-il des conditions la réduisant à un moindre mal. Griffet rappelle que dès 1414, « plus de cent vingt ans avant l’établissement de la Société des jésuites », le concile de Constance avait dû condamner la « doctrine meurtrière » de théologiens « plus audacieux et plus répréhensibles » (p. 100-101) ; en outre, il offre une liste de docteurs de Sorbonne, de franciscains, de dominicains, etc., dont plusieurs ont pris leurs garanties dans l’autorité de saint Thomas d’Aquin (p. 102-103 et n. b). Cette mise en cause du « Docteur angélique » pour soutenir les auteurs d’une « doctrine diabolique » (Mandement... Soissons, p. 11 ; NE, 17/04/57, p. 67a) relance d’ailleurs la controverse (voir Bibliographie : Dufour contre Griffet, Bon répliquant à Dufour).

64Mais c’est surtout pour répondre aux Assertions que les apologies vont se multiplier quand il est trop tard, en 1763-1765 ; et l’on trouve encore des Raisons prétendues invincibles en 1773 pour tenter de repousser l’ultime menace : l’acceptation par le pape de la suppression de la Société, qu’exigent les monarchies catholiques. Cependant, l’année 1762 est marquée par deux Appels à la Raison et par des efforts d’un nouveau style, dans cette littérature aussi répétitive que celle de l’adversaire : l’emploi de l’ironie. Tout le monde a tort, déclare le P. Abrassevin qui se cache derrière le Jugement impartial d’une dame philosophe ; elle fait une proposition originale en ces temps peu glorieux :

« Qu’on envoie donc les jésuites dans nos armées. Leur doctrine meurtrière va nous rendre la victoire et la paix. Elle a fait tant de mal dans les livres ; que ne fera-t-elle pas dans les camps ? [...] ô mon siècle ! ô ma patrie ! Félicitez-vous de ce qu’enfin les femmes se sont avisées de penser » (p. 58).

  • 15 Un pamphlétaire anti-jésuite use aussi de l’ironie dans une Apparition du cardinal Bellarmin au Pè (...)

65De même, un Nouveau Catéchisme, qui expose l’Anti-jésuitisme [...] par demandes et réponses vise à faire éclater l’absurdité des accusations en les portant à l’extrême15. D’autre part, à l’intention d’un vaste public, un Précis en 23 pages d’une impression grossière énumère dix chefs d’accusation et les réponses à y opposer. Le deuxième, sur « l’abominable doctrine du tyrannicide, qu’on veut faire passer pour la doctrine des jésuites », reçoit neuf réponses qui sont un honnête résumé des centaines et milliers de pages consacrées au sujet (p. 3-4). « Le prix est de deux sols » (p. 23) : quelques bouchées de pain.

66Nous voyons ainsi que devant l’attaque relancée en 1757, les défenseurs ont été lents à réagir, mais que l’ampleur de leurs moyens est difficile à méconnaître. Les noms de Griffet, de Cerutti, de Grou sont d’ailleurs ceux d’estimables auteurs de la Société, et celui de Grou lui fait honneur en notre XXe siècle. De plus, il faut tenir compte des appuis dont jouissaient les jésuites parmi les évêques de France, solide sauvegarde, pouvait-on penser. Les NE savent viser juste lorsqu’elles se déchaînent contre tel ou tel mandement. En décembre 1761, interrogés par le roi sur les jésuites, 45 évêques sur 51 se déclarent leurs fermes soutiens ; Fitz-James est le seul à manifester un Avis contraire (« Avertissement »). Ce n’est certes pas par déférence que le Parlement expédie à chaque évêque un exemplaire des Assertions, provoquant d’ailleurs de vives protestations sur le fond, pour s’être mêlé de théologie (voir Guénet). La lutte entre le Parlement et l’archevêque de Paris trouve là une nouvelle occasion.

67Dans la presse périodique, un allié travaillait pour la Société : le CA. Dès les premières nouvelles de l’attentat, il a mis les jésuites hors de cause : simple « garçon de salle » dans leur collège, Damiens en a été « chassé pour quelques friponneries » ; cet épisode est dilué parmi « cent conditions dans Paris » (25/01) : aucune attache, donc, chez cet instable. En outre, les informations défavorables sont omises ou minimisées : l’affaire du Busembaum n’apparaît qu’au travers de la protestation que publient les supérieurs des jésuites pour proclamer leur soumission au roi et répudier l’ouvrage, tout en obtenant la condamnation des Propositions condamnées et condamnables (20/12). Et dans la récapitulation annuelle de 1757, le CA proteste contre une campagne que nous connaissons bien, attribuant à Damiens « des instigateurs et des complices », « la malignité » ayant « persisté dans ses soupçons, ou plutôt, ce qui est pire encore, dans le soin d’en donner d’autres » (03/01/58).

68Mais les jésuites n’avaient-ils pas leur propre journal pour se défendre ?

Relation de la crise de mutisme et de la disparition du jésuite Berthier

69A parcourir l’ensemble des MT depuis 1757 jusqu’aux derniers articles rédigés sous la responsabilité du P. Berthier, en mai 1762 (Sommervogel, Essai historique, in Table méthodique, p. XCIII-XCIV), on pourrait croire que cette énorme affaire n’a pas existé, que rien ne menace la Société, et que les journalistes jésuites ne sont pas incessamment provoqués par des attaques directes de l’ennemi. Le nom de Damiens peut demeurer absent de l’index des MT. C’est seulement en avril 1757, à l’occasion d’un éloge funèbre de Fontenelle, que l’attentat est mentionné en quelques lignes, la plupart dans une note. « M. de Fontenelle est mort peu de jours après le funeste événement du 5 janvier*. Il a pu en être instruit ». Suivent six vers latins qui instaurent un parallèle entre la mort du philosophe et la blessure du roi, et évoquent la crainte que le premier dut partager avec toute la France. La note précise la position générale de la rédaction, une fois pour toutes et conformément au mot d’ordre de silence :

« Sur cette terrible catastrophe qui a mis toute la France en pleurs, nous pourrions rassembler beaucoup de pièces tant en prose qu’en vers, qui nous ont été communiquées. Mais le souvenir d’un si détestable forfait nous trouble encore, et il serait à souhaiter qu’on pût en soustraire la connaissance aux races futures. Déplorons les malheurs de notre siècle ; apprenons à penser sur cet objet en citoyens et en chrétiens. La Patrie et l’Evangile, voilà nos maîtres. » (p. 947)

  • 16 On peut jouer avec le texte du compte rendu consacré aux Institutes de Muyart de Vouglans. Le crim (...)

70Au reste, durant l’année 1757, dans les Nouvelles Littéraires ou par les extraits, des occasions se sont présentées de revenir sur l’attentat, sur les débats qu’il suscite. Aucune n’est mise à profit. Ainsi une Histoire des Conjurations, conspirations et révolutions célèbres ne donne lieu qu’à une réflexion sur le sens de ces trois termes (07/57, p. 1712-1714). Dans les comptes rendus de l’Histoire de France du P. Daniel, le règne de Henri IV reçoit de vives louanges, mais ni sa mort, ni celle de Henri III ne provoque le moindre commentaire ; tout au plus voit-on que « le récit des attentats de la Ligue, ou plutôt de quelques-uns de ses chefs les plus séditieux, sur des citoyens revêtus des premières magistratures » fait l’objet d’une réflexion embarrassée qui tourne à la plate évidence : « Il était apparemment plus aisé d’être érudit qu’excellent citoyen dans des temps aussi orageux » (12/57, p. 2983)16. Ce n’est qu’un an plus tard, à la fin de 1758, qu’une attaque de l’abbé Guyot contre Cromwell dans son Panégyrique de saint Louis fournit enfin une citation propre à réveiller d’encore proches échos, et à renouveler indirectement une profession de loyalisme :

« Qu’il se soit trouvé dans un Etat un homme qui, sous le voile de la religion, ait ourdi la trame la plus perfide ; que son zèle hypocrite ait prévalu contre les rois jusqu’à saper leur autorité et leur faire perdre à la fois la vie et la majesté [...], la honte de ces crimes est aussi étrangère à la religion que ces désordres le furent à ses maximes » (12/58, p. 3021).

71En 1759 et 1760, on cherche en vain une référence, une allusion à la polémique en cours. Le journal continue à exercer sa fonction hors de cette actualité-là, alors que des ouvrages historiques fournissent occasion à dénoncer par exemple la perfidie des Anglais. Assurément, l’actualité politique, militaire, judiciaire n’est pas ici à sa place, mais bien la théologie morale, la réflexion politique, l’histoire, qu’exploitent à satiété les auteurs adverses, et les évêques dans leurs mandements. Or, rien. Cette extraordinaire sérénité — ou cette circonspection persévérante — ne trouve un terme qu’en décembre 1761 ; à la fin du volume, imprimées en petits caractères, de longues « Observations sur le système des PP. Hardouin et Berruyer » attaquent un des auteurs de la Société — le second — que les NE entre autres dénonçaient pour leur « doctrine meurtrière » : il avait fait l’éloge du massacre du roi Eglon par Aod (Hist, du peuple de Dieu, 1728, p. 230 ; voir NE, 06/11/57, p. 182a ; Assertions, p. 522). Mais là encore, nulle mention de cette accusation précise. L’essentiel des critiques porte sur les erreurs et « hypothèses frivoles » des deux commentateurs de la Bible et des Pères de l’Eglise (p. 3014-3023). Le point important est ailleurs : dans l’insistance avec laquelle les MT se désolidarisent d’eux, et rappellent admonestations et condamnations dont la Société, les MT eux-mêmes ont frappé ces encombrants confrères (p. 3012). Quand on connaît la thèse adverse sur la communauté de pensée qui doit unir tous les jésuites, cette insistance prend tout son relief, quoiqu’elle se manifeste en marge du grand débat. Ce débat n’aura jamais été effleuré dans les MT au long de ces cinq années cruciales. En avril 1762, alors que la menace de suppression se précise, les MT ne s’occupent pas des Assertions, ils publient la lettre d’un lecteur « sur les participes français ».

  • 17 Ces articles concernent en particulier Cromwell et la Ligue : 11/1711, p. 1877 ; 07/14, 1183 ; 02/ (...)

72En cette année 1762, c’est dans un petit livre que va paraître la défense des MT, attaqués depuis cinq ans déjà pour leur approbation du Busembaum en août 1729. Les Jésuites justifiés par leurs propres auteurs sur la doctrine meurtrière, non sans dire que cette approbation concernait « la méthode et la clarté » d’un ouvrage d’ailleurs exempt jusqu’alors de toute condamnation, apportent neuf références à des textes des MT qui disculpent le journal : « n’expriment-ils pas avec assez de clarté la conviction où les journalistes sont à l’égard de l’indépendance des rois, et la juste horreur qu’ils ont toujours eu pour les maximes détestables de la Doctrine meurtrière ? » (p. 78-79)17. Que ne l’avaient-ils eux-mêmes dit plus tôt ? Mais les aurait-on crus ?

73« Vive le roi ! ses ennemis sont détruits » : tel est, lorsqu’elle apprend l’expulsion des jésuites, le commentaire d’une femme qui fut apparemment sans préjugés (Lemoine, p. 411 : 14/08/62). Au moment de l’attentat de Damiens et durant son procès, sa correspondance ne laissait percer aucune animosité contre ces Pères ; cela est notable, sinon exceptionnel. Or en octobre 1758, sans y prendre garde, elle remodèle son jugement :

« L’assassinat du roi de Portugal a rappelé aux bons Français celui du roi. Les jésuites portent encore le faix de ce nouveau crime, ils sont en horreur, il n’y a que quelques personnes de la cour qui les soutiennent, peut-être pour leur ruine et celle de la France. On a remarqué que depuis deux ans, le nombre de leurs écoliers est diminué de moitié » (p. 257 : 29/10/58 ; mots soulignés par nous, rien n’ayant été dit qui les justifiât).

74Et voici qu’en 1762, elle s’exclame comme si une guerre venait d’être gagnée. La Compagnie de Jésus, c’est l’ennemi intérieur. Comme Damiens a été écartelé, elle va être dispersée. Comme son nom est anéanti, les Pères ne seront plus que des « ci-devant »...

  • 18 Trois importants ouvrages de synthèse analysent les circonstances et les causes de la ruine des jé (...)

75Ce témoignage marque bien les étapes historiques de la lutte. Il importait d’en faire apparaître les multiples moments, et en particulier à travers les NE. Leur rôle était connu. Mais sans doute convenait-il de mettre l’accent sur l’obsession du jésuite régicide comme élément primordial dans la ruine de la Compagnie de Jésus. Obnubilés par l’interminable querelle théologico-judiciaire des billets de confession, fixés sur la politique de Pombal à Lisbonne et au Paraguay, frappés enfin par l’aspect économique et financier du procès La Valette, les historiens ont rarement pris garde à la fonction remplie par l’attentat de Damiens dans la lutte contre les jésuites de France. Sans doute, le scrupule du chercheur l’empêche-t-il de retenir une accusation sans preuve, une interprétation obsessionnelle18. Mais nous pouvons tenir pour évident que l’attentat de Damiens, aussitôt exploité selon un schéma explicatif pré-établi, n’a cessé de hanter les esprits tout au long de la polémique qui aboutit à la déroute des jésuites.

76Ainsi se règle un très ancien contentieux. De même que le Parlement et Damiens « revivent » le procès et le supplice de Ravaillac, de même renaissent les antagonismes du temps de la Ligue. Tout est d’avance enregistré, catalogué, jugé. On ressort les dossiers, ils sont bientôt rafraîchis. L’immense mémoire collective des Parlements, celle des NE et de leurs lecteurs se met en branle. L’attirance pour le déjà connu — vertige et confort — joue pleinement son rôle dans le cas de la « doctrine meurtrière » et de sa « pratique », jusqu’à l’expulsion des jésuites elle-même, rituel renouvelé de l’expulsion obtenue par le Parlement de Paris après l’attentat manqué de Jean Châtel en 1594. On avance les yeux fixés sur le passé ; et des historiens méticuleux rappellent la vision de Catherine de Médicis, ou encore la Prophétie de sainte Hildegarde (Coudrette et Le Paige, Hist. générale, IV, 230-232 ; Mystères les plus secrets, p. V).

  • 19 Grou met en relief le cas des théologiens étrangers les plus hardis, mais il les disculpe aussi (R (...)

77Les antagonismes de la Ligue sont ravivés, et notamment l’opposition entre les « bons Français » et... le parti de l’étranger. Le patriotisme se mêle étroitement au loyalisme monarchique dans la littérature gallicane et janséniste qui dénonce la conspiration préparant une « monarchie universelle ». Quant aux jésuites, ils vont, dans leurs répliques, insister sur la distinction à faire entre les théologiens français et les partisans excessifs du tyrannicide, jésuites espagnols, italiens ou allemands (Griffet, Coup d’œil, p. 103, n.(a) ; Observ. sur l’arrêt du Parlement de Provence, p. 283 ; Réponse à un libelle, p. 21-22)19.

78Car les jésuites ont répliqué. Car ils se sont défendus avec vigueur. Avec retard, il est vrai, et peut-être en raison de la politique trop prudente du pape (Pastor, XVI, I, 665-666). Ont-ils minimisé le danger couru ? Ils étaient depuis si longtemps en butte aux mêmes attaques ! Depuis 1748, ils avaient abandonné leur Supplément des Nouvelles Ecclésiastiques et la polémique directe. Ont-ils jugé la dignité des MT incompatible avec cette guerre de harcèlement ? L’ennemi, demeuré longtemps maître de la manœuvre, a su imposer l’amalgame Damiens — Busembaum — Société de Jésus.

79Cependant, parmi les chrétiens déchirés, rares furent ceux qui osèrent maintenir le droit légitime à la révolte contre le « tyran ». Jean-Jacques Rousseau pouvait à bon droit écrire durant ces années : « Le christianisme ne prêche que servitude et dépendance. Son esprit est trop favorable à la tyrannie pour qu’elle n’en profite pas toujours » (Contrat social, IV, 8 : OC, Gallimard, III, 467).

Notes

1 Cité sans référence par Gillette Ziegler (Les Coulisses de Versailles. Louis XV et sa cour, Julliard, 1965, épigraphe du ch. XIX : « Le canif de Damiens »).

2 Envoyé du pape auprès des missionnaires jésuites de Chine, il avait vigoureusement pris parti contre eux dans la querelle des rites. Condamné par l’empereur, il était mort en prison à Macao.

3 Mariana (1536-1624) avait publié en 1598 le De Rege et regis institutione, Bellarmin (1542-1621) en 1596 les Disputationes (trad. : Controverses). — Sur leurs thèses et sur celles des autres théologiens qui ont traité du « Tyrannicide », voir cet article dans le Dictionnaire de Théologie Catholique.

4 Premier aumônier en 1742, il se rendit célèbre lors de la maladie du roi à Metz en refusant les sacrements tant que la maîtresse en place, la duchesse de Chateauroux, n’aurait pas été renvoyé.

5 Cet exemple de la soumission au pouvoir temporel quel qu’il fût avait été aussitôt donné par l’archiprêtre de Saint-Séverin, dans le sermon du2e dimanche après l’Epiphanie (Lb38 730).

6 « Jamais mandement n’a eu un succès comme celui-là. On l’a crié dans les rues : « Le beau mandement de monseigneur l’évêque de Soissons ! » On dit que les jésuites en sont singulièrement blessés ». (CL, III, 373).

7 Les conditions dans lesquelles fut imprimé en 1757, par les frères de Tournes, l’ouvrage présenté ci-dessous ont fait l’objet d’un examen attentif qu’exposent — tardivement — les apologistes de la Société (voir Griffet, Coup d’œil, p. 99 ; Préjugés légitimes, II, 31 ; Grou, Réponse, III, p. LXII-LXIII).

8 Il faut retenir encore l’approbation donnée au livre par Zaccaria, dans l’Hist. litt. de l’Italie (Venise, 1750), dénoncée le 03/04/58 (voir Tableau ci-dessous) ; etc. Les NE ne cessent d’exploiter la concomitance entre cette réédition et l’« exécrable attentat ». L’année 1757 est l’« année fatale » ; on rappelle « l’édition fatale du Busembaum dans une année si critique » (02/01/58, 5a ; 7b ; 21/08/58, 139b ; 02/01/59, 3-4 ; etc.). Des précautions sont réclamées contre les jésuites chargés de prêcher et confesser les gardes françaises à Saint-Omer : ne sont-ils pas des « confrères de Busembaum » ? (16/01/60 ; voir aussi 22/10/60).

9 Hors du domaine janséniste ou gallican, un exemple resté alors inédit a été relevé et commenté par Michel Launay chez Jean-Jacques Rousseau (JJR, écrivain politique, Cannes, C.E.L. ; Grenoble, A.C.E.R., 1971, p. 402). Voir d’autres allusions plus tardives chez Helvétius, De l’Homme, section VII, ch. IX et X ; etc.

10 L’événement est célébré par une planche gravée, avec deux médaillons en tête, « dont l’un représente les livres des jésuites, brûlés par la main du bourreau, avec cette devise : Impietatis ultrix justitia, combustis libris, VI die augusti 1761 ; et l’autre des écoliers quittant leur collège, avec cette devise : Errorum fautores evitat, perversis tandem deletis scholis, 1761 » (Catal. Hist. France, V, 348). — L’arrêt édité obtient un grand succès (Lemoine, p. 354-355).
Sur les conditions dans lesquelles est décidée et constituée la collation des Extraits des Assertions, voir Van Kley, Jansenists, p. 180-181 ; et les hypothèses faites par les apologistes jésuites (par ex. : Lettre à l’auteur de l’article « Jésuite », p. 11-14) proposent d’autres « sources » encore pour les « libelles » des « laboratoires » dont ont tiré parti les magistrats.

11 Le Catal. Hist. France (V) et Van Kley offrent une vaste bibliographie. La section « Controverse sur le régicide », ci-dessous, en donne une partie, et de rares compléments.

12 Les Annales forment un ensemble de 5 v. in-4°. Dans une courte brochure, Les Jésuites assassins, l’auteur ne peut donner que des aperçus, car « l’histoire de leurs attentats célèbres, sur la personne de trente potentats, composerait un volume immense » (p. 3). Si Damiens n’y est pas nommé, un « peut-être en France » nous ramène au « soupçon » à son sujet (p. 4).

13 Relevons l’effet de prolifération produit par ces pluriels : d’une part l’espèce « jésuite régicide » est désignée par tous les individus qu’elle dénote, d’autre part chaque individu devient le représentant d’une espèce. — Dans la Lettre à l’auteur de l’article « Jésuite », un défenseur de la Société rétorquera en 1766 : « Prétend-on écrire dans un siècle d’imbéciles, ou persuader les extravagances à force de les répéter ? » (p. 128).

14 La Société, dit l’auteur, offre des avantages ; et à coup sûr, telle qu’elle est avec ses défauts, mieux valait, les jésuites une fois admis en France, les laisser vivre en paix pour éviter leurs cabales (p. 56-57). Ces réflexions viennent-elles de prudence ou de chantage ? L’auteur parle comme le ferait un Voltaire chrétien. Il refuse de faire des jésuites les instigateurs du crime de Ravaillac (p. 48-53) ; mais il voit dans leur Société une « milice pontificale répandue, comme en garnison, dans toute la chrétienté » où elle « a fait répandre des fleuves de sang », a « renversé des trônes », et « fait blasphémer contre l’Eglise de Jésus-Christ » (p. 55-56).

15 Un pamphlétaire anti-jésuite use aussi de l’ironie dans une Apparition du cardinal Bellarmin au Père général des jésuites, dont Caylus connaît une édition en janvier 1761 (Corr., I, 226 et n. 3), avec une gravure. Bellarmin y reproche aux jésuites portugais leur maladresse : « Ah ! plût au Ciel qu’on se fût comporté à Lisbonne comme à Paris, où l’on croit bonnement que dans l’attentat sur le prince il n’y eut que Damiens de coupable (...). Jusqu’à présent l’univers n’avait eu que de simples soupçons de nos assassinats des deux Henri, et on doutait encore que Clément et Ravaillac aient été nos agents » (éd. 1763, p. 19-21). Désormais, tout est clair, tout est « ruiné » (p. 21). — Voir aussi les chansons, comme l’Apologie des RR. PP. jésuites, sur l’Air des Pendus.

16 On peut jouer avec le texte du compte rendu consacré aux Institutes de Muyart de Vouglans. Le crime de lèse-majesté y est mentionné sans commentaires ; puis le journaliste, se forçant à admirer « l’amour du bien public qui a soutenu la patience de l’auteur au milieu de tant de forfaits » veut espérer qu’« il a détourné la tête pour ne pas voir tous ces objets sinistres ». Par référence avec la note d’avril sur l’attentat, cette formule s’offre, tentante, à l’interprétation ; mais faut-il à tout prix supposer la projection ? (12/57, p. 3025-3026).

17 Ces articles concernent en particulier Cromwell et la Ligue : 11/1711, p. 1877 ; 07/14, 1183 ; 02/27, 336-337 ; 11/32, 2065 ; 07/35, 1292 ; 01/36, 41-43 ; 04/36 612 02/41, 349 ; 08/48, 1545.

18 Trois importants ouvrages de synthèse analysent les circonstances et les causes de la ruine des jésuites : l’Histoire du catholicisme en France (III, 39-42) de Latreille et Rémond, la Nouvelle Hist. de l’Eglise (IV, 107-117) avec L.-J. Rogier, l’Hist. de l’Eglise (IV, 65-66) de Bihlmeyer et Tüchle ; aucun ne tient compte de l’accusation portant sur la « doctrine meurtrière » et sur les « régicides » français. Seul Pastor en avait brièvement fait état (Geschichte der Päpste, XVI, I, 608-609).

19 Grou met en relief le cas des théologiens étrangers les plus hardis, mais il les disculpe aussi (Réponse, I, 461). — Sans doute y eut-il de la provocation dans le titre de la Lettre d’un cosmopolite, présentée par l’éditeur « Romain Constant », autant dire « Ultramontain incorrigible ». — Des Réflexions impartiales d’un Français papiste et royaliste semblent, à la mort de l’évêque de Soissons, mettre quelque affectation à nommer son « précepteur » Swenton, « le Docteur Hibernois » (Irlandais) qui rédigeait les mandements de Fitz-James, disait-on (p. 154, note). Déjà la Lettre d’un vieux curé incriminait cet « Hibernois » (p. 7-8).

Table des illustrations

Titre LA “LISTE EFFRAYANTE”
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/626/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende (+) signale des références allusives, ou indirectement liées au régicide. L’ordre est chronologique selon l’interprétation adoptée dans les Ass.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/626/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k

© Presses universitaires de Lyon, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site