Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Études saint-simoniennes

 | 
Philippe Régnier

Documents inédits

Dominique Tajan-Rogé, « Je suis un enfant perdu du saint-simonisme... » (brouillon inédit, archives privées)

Texte intégral

1Apôtre obscur et sans grade, le musicien Dominique Tajan-Rogé fut néanmoins de l'élite qui, après avoir quitté Ménilmontant pour entrer en prolétariat à Lyon, tenta ensuite l'aventure de l'Orient. Mais telle était la distance entre son utopie à lui et la France embourgeoisée de Louis-Philippe, que son exil dura dix-huit ans : passé d'Égypte en Russie, comme Suzanne Voilquin, il ne rentra qu'au bruit de la révolution de 1848, pour trouver Paris ensanglanté par le coup d'État bonapartiste et en repartir pour un nouvel exil, à Londres cette fois, puis aux États-Unis, toujours comme Suzanne Voilquin. Son retour définitif se fit en 1857. Fidèle à lui-même, il renoua alors avec ses amis en Saint-Simon pour travailler, par la pratique, au changement social. C'est ainsi qu'avec l'internationaliste Charles Lemonnier, un ancien du groupe du Midi, et son propre gendre, Henri Brisson, futur président, radical, de la Chambre des députés sous la Troisième République, il fonda la Première Union de Crédit mutuel.

2C'était en 1864, l'année de la mort d'Enfantin.

3C'est ce dernier événement qui déclenche l'écriture de Tajan-Rogé.

4Car pour lui, le Père a été aussi bien un grand maître à rêver que, si Ton peut dire, un grand désillusionniste : il sait lui devoir le moteur de sa vie, sa foi que la musique et le mouvement social, un jour, confondront leurs rythmes, mais il lui garde rancune, aussi, d'avoir sonné le retour à la normale, d'avoir troqué le costume haut en couleurs de l'apostolat contre l'habit noir de la bourgeoisie, et enfin, mais peut-être surtout – cela, il se retient à peine de le lui crier en public-, d'avoir séduit et désespéré Clorinde, sa femme restée sa compagne, la fondatrice des Femmes de la Mère, émancipée du lien conjugal pour le meilleur et pour le pire.

5L'« avant-propos » à la première personne ici publié aurait dû introduire un récit autobiographique dont il ne nous a été conservé que le « préambule », soit les extraits d'un journal intime relatifs à la révolution de 1848. L'évocation du mauvais rôle joué par le général La Moricière pendant les journées de Juin (pour ne rien dire de ses campagnes algériennes) y sert de porte par où, du présent, refaire irruption dans le passé. En 1833, en effet, c'est le même personnage, encore simple capitaine, qui dirigeait l'« église » d'Alger lorsque Tajan-Rogé y arriva en mission de propagande.

6Mais le récit initial paraît avoir été abandonné en route, et son « avant-propos » aussi, du même coup.

7C'est que Tajan-Rogé n'était pas homme à exalter son « Je » jusqu'à en faire le héros d'une geste socialiste. Pour lui, qui fut le violoncelliste d'Enfantin et celui du tsar, le message et la musique importent bien plus que l'instrument et que l'instrumentiste. Aussi bien les souvenirs de Tajan-Rogé paraissent-ils (en 1876) sans nom d'auteur, et sous le titre de « Mémoires d'un piano ». Le narrateur supposé en est en effet ce piano portable que le fabricant Chavan, à Lyon, avait confectionné « tout exprès » pour les Compagnons de la Femme, et dont il leur avait fait don pour qu'il accompagnât en Orient leur quête de la Mère. L'instrument voyageur dédie son livre

aux Travailleurs salariés de tous les Pays ;

Aux Femmes de toutes les contrées de la terre et de chaque condition, qu'elles soient ouvrières, sultanes, duchesses ou paysannes ;

A la Jeunesse militante de 1876.

8La comparaison avec le système d'énonciation de l'« avant-propos » de 1864 fait ressortir l'intérêt spécifique de ce brouillon, dont des fragments passeront disséminés dans le livre et qui, en quelques pages, constitue un exceptionnel résumé.

9Dans l'ébauche, le sujet, en effet, ne s'est pas encore installé derrière le piano. L'horizon d'attente n'en est pas encore l'Association internationale des travailleurs, ni le mouvement des femmes, ni la jeune génération. Tajan-Rogé s'y adresse directement à Enfantin, le Père mort, et il ne le tutoie une dernière fois que pour mieux l'enterrer. Moins que l'optimisme de principe d'un militant irréductible, c'est son amertume qui parle dans le bilan d'une vie sacrifiée. En regard du Père entré dans l'éternité au Père-Lachaise, « l'enfant perdu du saint-simonisme », comme il se décrit lui-même, réclame sa part d'histoire au présent. Il le fait sur le mode performatif, en prenant la plume, la tombe à peine refermée, pour écrire non pas son histoire, mais bien l'histoire d'un nous dont il ne veut surtout pas se dissocier.

10Publier ce manuscrit inédit et mal écrit, ce n'est certes pas suggérer qu'il serait plus véridique ou plus satisfaisant que le livre publié du vivant et sous l'autorité de l'auteur. Mais c'est, en marge des archives quasi officielles et quelque peu triomphantes constituées par Enfantin à l'Arsenal, donner à lire, dans le mouvement même de ses repentirs et de ses rajouts, avant qu'elle ne se fige, une mémoire tourmentée, acerbe, par en bas, de ce que fut la réalité de l'aventure pour un vaincu du saint-simonisme et un vaincu de la société. Un vaincu fier de sa défaite et prêt, ainsi qu'il l'écrit, à « recommencer, mais sous une autre forme ».

11Il n'est pas indifférent non plus que Tajan-Rogé ait été un artiste romantique, mineur certes, mais non dépourvu de liens avec quelques-uns des plus grands compositeurs de sa génération. Si, quant à lui, il n'a pas d'œuvre, ce qu'il raconte constitue une expérience d'art vécu, d'art total, d'art populaire. À constater la lucidité avec laquelle, en Russie, le musicien débusque, sous la propagande, moderniste déjà, le sort fait aux plus pauvres, on se dira sans doute que l'homme élu par Enfantin pour faire chanter son socialisme industrialiste n'était pas destiné à devenir un artiste officiel.

12C'est, me semble-t-il, cette distance, pour ne pas dire cette dissidence, qui, aujourd'hui, fait le prix du témoignage de Tajan-Rogé.

13Afin que ce brouillon conserve son expressivité de brouillon, la transcription en respecte la graphie, d'ailleurs le plus souvent correcte. Les ratures sont reproduites par des caractères barrés. Ajouts et surcharges sont indiqués par des soufflets. La combinaison des ratures et des soufflets indique bien sûr que l'auteur a remplacé la formulation raturée par la leçon non raturée. Ce qui est souligné dans l'original demeure tel plutôt que de prendre l'aspect imprimé d'italiques.

14Je prends la liberté de remercier nommément Mme Jacqueline Spinga, qui m'a communiqué le manuscrit, autorisé et aidé à le reproduire. Grâce à son sens tout républicain et passablement saint-simonien aussi de l'intérêt public, nous concevons désormais un peu mieux dans quelle mesure, et par quelles fines capillarités, sous la rupture apparente, s'opéra une continuation généalogique et idéologique du saint-simonisme par la Troisième République : si l'arrière-petite-fille d'Henri Brisson n'était venue de son propre mouvement à l'Arsenal pour y confier le reliquat des papiers naguère échus à son aïeul, les habitués des lieux auraient peut-être, contre toute justice et toute ressemblance, persisté à prendre pour Tune des multiples images d'Enfantin le très haut portrait qui domine le Père en sombre habit bourgeois d'administrateur du Paris-Lyon-Méditerranée, et qui n'est autre que le spectre de... Tajan-Rogé, en « costume des artistes » écarlate et bleu ; les chercheurs ne pourraient pas se mettre sur la piste de la franc-maçonnerie dans la transmission de l'héritage saint-simonien, via par exemple les liens noués entre Tajan-Rogé, Alexandre Massol et Brisson, leur cadet ; et plus personne ne saurait comment, par une nuit de janvier 1884 – le rapport du commissaire de police consigne tous les détails – un vieillard de quatre-vingt-trois ans, leur ami commun, l'ancien curé Jean Terson, naguère un magnifique propagandiste, se jeta dans la Seine pour en finir avec les souffrances de la maladie, les bras entravés par une « assez grosse corde ». Autant de matériaux à première vue anecdotiques, mais qui, rassemblés dans des archives publiques, enrichissent la recherche sur le saint-simonisme.

15Ph. R.

Annexes

AVANT-PROPOS

Je suis un enfant perdu du saint-simonisme, et, si les évènements, certains cas prévus ou imprévus, quelque survivant resté sympathique à mon souvenir juge opportun ou utile de publier un jour les pages qui vont suivre, le lecteur — si j'en ai jamais un — ne manquera pas de dire que j'en suis <aussi> l'enfant terrible.

Ce jugement, je l'accepte d'avance, je « lirai même que je> l'accepte même avec gratitude <et déférence>. À chacun selon ses œuvres son <mérite> et ou son <dé>mérite propre1 : que <ce> soit là, dans l'avenir, l'unique éloge ou l'unique blâme des vivants et des morts !

N'ayant été ni orateur, <ni banquier, ni sénateur>, ni écrivain, encore moins économiste — tant s'en faut ! — mon nom, à juste titre, est resté complètement inconnu du public. Force m'est donc de me présenter moi-même si je tiens à me faire mieux comprendre. Quelques mots y suffiront.

Je ne fus qu'un modeste artiste, homme de cœur, d'enthousiasme et d'intuition qui <à partir de 1830,> mit son art et toute sa personne au service de la doctrine saint-simonienne. Lorsqu'elle avait son centre [fo i] d'action (1830-32) rue Monsigny, j'amenai aux soirées qu'on y donnait alors pour tâcher d'attirer et d'amadouer la bourgeoisie quelques artistes ; je citerai entr'autres : Liszt, Hiller, Delsarte, une jeune chanteuse morte prématurément, et, je crois bien aussi, Mendelsshon-Bartholdy2.

Plus tard, à Ménilmontant, je montai et dirigeai les chants et les hymnes de Félicien David au fur et à mesure qu'il les composait. Tâche rude, ardue, ayant à faire chanter en chœur <de quatre parties> des organisations musicales indifférentes ou même rebelles aux beautés de ce grand art. Et, certes, je n'ai pas oublié qu'il s'en trouvait parmi nous plus d'une de cet acabit. Mais je leur pardonne de tout cœur.

Bientôt, <Massol et moi nous> je parti<me>s pour Lyon. <Deux ouvriers, Dumolard et Casimir, nous avaient été adjoints. Ce fut là le premier départ, la première escouade des apôtres travailleurs.> Avec un grand nombre de mes camarades, j'ye gagnais ma vie <dans cette ville> — gagner sa vie, quel mot en retard ! — J'ye gagnai donc ma vie en servant comme manœuvre aux appointements de quarante sous par jour. Je tournais une roue ou je taraudais. Quel taraudage, et quelle roue !.. Le tout au plus juste prix. <Il fallait voir l'ébahissement du patron, de sa femme et des ouvriers lorsque, tournant toujours ma roue, quelque dame en chapeau et à schal venait me faire visite ! Inutile de dire que, tous, nous portions un costume spécial, chacun de nous ayant son nom inscrit sur sa poitrine, afin qu'on sut bien, au besoin, à qui s'en prendre.> Ce fut C'était là le beau, le grand temps de la propagande populaire. Nous ne quittions pas l'ouvrier ; nous mangions de compagnie dans ses gargottes, et couchions, pour ainsi parler, avec lui. Les dimanches et jours <fériés> de fêtes, oh ! c'était bien autre chose ! Nous donnions aux prolétaires, aux pauvres canuts, aux femmes et [f° II] aux enfants des fêtes qui réunissaient jusqu'à quatre mille personnes. Que de fois je suis monté sur une table ou un toneau un violon à la main — notons que j'en jouais un peu moins bien que l'aveugle du coin — pour les faire danser. Le brave Machereau, le peintre Machereau, me faisait le second. Après la contredanse ou la valse, venaient nos chants en chœur. Après les chœurs, les discours et la propagande dans les groupes. C'est là que j'ai appris tout ce que l'art renferme en lui de grandeurs et de véritable puissance.

Certains soirs, nous quittions nos sabots dans l'antichambre de Madame Montgolfier, de Madame Didier ou d'autres personnes <— notons que, suivant les conseils de Michel Chevalier,> Arlès-Dufour se tenait prudemment à l'écart de ce genre de propagande3 — et nous préparions quelque soirée ou matinée solennelle en vue du préfet et d'autres sommités lyonnaises.

Un jour, nous venions de chanter un chœur intitulé : Tout est mort dans lequel se trouvaient ces paroles : N'aimons que le peuple, il n'est pas aimé4. Le préfet (Gasparin, je crois5,) après les compliments d'usage nous dit : « Mais, Messieurs, vous prétendez que le peuple n'est pas aimé, vous avez tort ; je vous affirme que nous l'aimons beaucoup. — Oui, Mr le préfet, répondis répliquai-je cyniquement : le peuple est aimé comme le berger aime son troupeau, pour sa chair et sa laine. »

De Lyon nous allâmes près de Dijon. Sur le domaine du père de notre ami Ravet, nous arrachions [fo iii] les mauvaises herbes, nous sarclions, &c. On nous apportait aux champs, non la soupe, mais les gaudes, les choux et le lard. De six lieues à la ronde les paysans accouraient pour voir les saint-simoniens, entendre leurs chants, écouter leur parole. On causait, <on prêchait>, on dansait, on se mêlait et se confondait jusqu'à une heure avancée de la soirée. Quelle propagande fût la nôtre ! Mais aussi quel zèle, quel enthousiasme, quelle ardeur, quelle abnégation ! ! <Et c'est nous, nous... qui devions plus tard nous voir... dépopularisés, déshonorés ! – suivons.>

Bientôt après, nous étions à Marseille. Emile Barrault et ses hommes allaient partir pour l'Orient. L'Occident et l'Orient devaient, en nos personnes, se donner, à bord deu <brick> La Clorinde. une dernière étreinte en attendant l'heure prochaine, pensions-nous alors, de la communion universelle

<………………………..>

Marseille—Marseille nous fit une réception splendide et triomphale. Toujours le sac au dos et à pied,> Nnous regagnâmes Lyon, nous les occidentaux, à travers des fortunes et des revers, des joies et des douleurs, des aventures et des péripéties de plus d'une sorte. (Une brochure a été publiée là-dessus ; elle a pour titre : Mission du midi, 1833).

Nous entreprîmes une nouvelle mission dans l'Est de la France, (autre brochure.)

Un peu plus tard, nous étions à Genève. Rappellerai-je que les compatriotes de Calvin voulurent, nous j comme ceux de Tarascon et de Beaucaire, nous jeter à l'eau ? Les fenêtres étaient ouvertes, les manches déjà retroussées, les bras en avant pour nous [fo IV] saisir... Machereau leur avait dit cette triste vérité : « Vous vous croyez républicains, non, vous ne l'n'êtes pas de vrais républicains. Chez vous, le bourgeois vit à part de l'ouvrier ; l'ouvrier lui-même gagnant cinq francs par jour, traitera de haut et ne se mêlera pas à son frère qui n'aura qu'un salaire de trois francs. » Ceci se passait en 1833. Auguste Colin et moi nous adressâmes une lettre aux deux principaux journaux de Genève. J'ignore, même à cette heure, si elle fut jamais insérée.

Une lettre que je reçus de Barrault me mandait d'envoyer en Orient quatre ou cinq de mes compagnons auxquels je devais en adjoindre deux ou trois autres à mon choix. J'avais à préparer, <à assurer ce voyage> ce départ et à l'escorter <les partants> jusqu'à son <leur> embarquement1. C'est ce qui nous fit quitter Genève pour regagner Lyon et puis Marseille.

Me voici seul cette fois. Heureusement que je retrouve <à Marseille même> mon frère et mon ami Massol. <Toujours> Ensemble, <Massol et moi> nous retournons à Paris où une terrible besogne m'attendait. J'avais à y préparer ce que nous appelions les [f° V] joies futures du travailleur, la glorification du travail ayant tout d'abord pour objet le barrage du Nil en voie d'exécution et, bientôt, le percement de l'isthme de Suez déjà à l'étude par ceux qui nous avaient précédés en Egypte.

En moins d'un an, aidé par Yvon Villarceau, j'avais formé au sein de ce que nous appelions alorsla famille de Paris, composée en grande partie <d'ouvriers,> de prolétaires, j'avais formé, dis-je, un orchestre <formé> composé de quarante musiciens (instruments de bois et de cuivre,) et un ensemble de soixante chanteurs (hommes et femmes).

Mon ex ami, Henri Reber, <aujourd'hui membre de l'Institut,> avait <même> écrit pour cette circonstance et en vue du but que nous poursuivions une fort belle partition ayant pour titre : À l'Orient !2

Mais hélas ! si, dans une vaste salle, cette œuvre fût exécutée à Paris, elle ne put jamais l'être hélas ! en Egypte... Enfantin savait très-bien depuis longtemps déjà que les fonds manquant à Méhémet-Aly, et la peste survenant <d'ailleurs> en surplus — tous ces grandioses projets étaient mis à néant pour bien longtemps peut-être... Mais il avait un intérêt tout personnel à poursuivre à mon égard et, par conséquent, à mettre en jeu ses ténébreuses voies diplomatiques, ce en quoi il [f° VI] se montra toujours très fort aussi expert qu'un Talleyrand, un Loyola ou un Machiavel. Voilà pourquoi il me laissait, exténué, à cette besogne stérile et sans issue6.

Pauvre Enfantin, je te l'ai déclaré en Egypte : si trop souvent tu t'es trompé sur la valeur et le caractère des hommes dont tu étais le chef, je puis bien le répéter ici à présent que tu viens de mourir : tu ne m'as jamais connu. Mais laissons tout cela, ça pourrait devenir trop personnel. Qu'importe d'ailleurs au public !

À mon tour, je partis m'acheminai enfin pour vers l'Égypte en compagnie de Massol. Je la quittai après avoir doté l'Ecole de cavalerie de Giseh d'une musique militaire. Là aussi, Yvon Villarceau <me> fût mon aide <d'un grand secours>. Il succéda pour quelque temps à ma direction. Il fit bien de l'abandonner <peu après> : l'Observatoire de Paris lui convenait beaucoup mieux

De la Syrie, <me rendant à Constantinople où je devais retrouver mon autre frère, le pur, le noble Jules Toché>, je gagnai l'ile de Chypre, où je fus pris par qui me gratifia de dses fièvres. Lorsque je fis mon entrée dans à Stamboul, j'étais mourant. Dans cette ville, partagée en deux villes <cités> complètement étrangères l'une à l'autre, je fis du professorat pendant deux ans sans jamais oublier ce qui ne nuisait en rien à la propagande, <bien au contraires>. J'y donnai deux concerts avant mon départ <pour la Russie> ; j'allai aussi en donner un à Smyrne.

C'est l'ambassade russe de Constantinople qui me poussa à Saint-Pétersbourg. « Après dix ans de service, me disaient ces Messieurs, vous aurez une pension. » La pension me décida. Que faire ! Je n'avais pas de fortune ; j'avais pris en dégout le juste-milieu et en [f° vu] horreur le régime bourgeois du roi Louis-Philippe. Retrouver <à Paris> des places qu'on a abandonnées et se refaire une clientelle, c'est chose bien difficile sinon impossible à un artiste. Je partis donc pour Pétersbourg faisant. <Je fis> cette fois un sérieux appel à mon violoncelle, remontant des <d'importants> morceaux de concert et lui demandant (au violoncelle) de nous conduire, ma femme et moi, jusqu'à la jeune capitale de toutes les Russies en passant par les principautés Moldo-Valaques.

Pendant deux mois — nous habitions alors le village de Bebeck sur le Bosphore — je m'imposai la tâche de travailler au moins huit heures par jour : j'allai jusqu'à dix, jusqu'à douze, et, une fois, jusqu'à quatorze heures. Par jour Ceux qui sont du métier, ou simplement amateurs, pourront seuls dire ce que sont quatorze heures de travail sur un instrument de musique.

Armé et bien éperonné, le brave violoncelle me fut fidèle jusqu'au bout, Le Notre voyage dura sept mois et demi. Parti avec cinq cents francs (le pyroscaphe payé), je ne quittais pas une ville—Galatz, Bukarest, Yassi, Odessa, Kicheneff, Kieff — sans avoir mes cinq cent francs en caisse (les cinq sous en progrès du Juif-errant.) À mon arrivée à Pétersbourg, j'avais toujours les cinq cent francs bénis ou à peu près.

Massol, <malade,> nous avait précédemment quittés à Galatz, lui retournant à Paris en passant par Orsova [fo viii] et Vienne.

<Le Pruth franchi, à partir de Skoulane7, A partir de ce moment, c'en était fait ! Les hommes, des journaux de notre bord>, [membre de phrase raturé de manière à le rendre illisible] les livres, les milieux où <avaient pu> s'exerçaienter <hautement> notre vie, et, ce qui d'un mot contient tout, la liberté, cela et bien d'autres choses encore allait nous manquer à ma courageuse compagne et à moi. Encore vivants, nous nous enterrions désormais avec notre passé et nos souvenirs...

Pourtant, j'avais en perspective une large compensation. N'allai-je pas envisager de près et pouvoir étudier quelque peu l'état, la physionomie de l'Empereur Nicolas et de son peuple ?

Une autre surprise en trois relais m'était, en outre, réservée.

La première fut la rencontre que je fis <à Pétersbourg> dans les salons de notre ambassadrice, d'un saint-simonien de la rue Monsigny. Celui-là avait énormément progressé, me disait-il sans rire, en dégustant une glace au café. Il en était déjà... à la somme de St Thomas ; il regrettait de plus que le Bon Dieu, dans dont la sagesse <était> infinie, n'eut pas ordonné le monde dans <d'après> une combinaison exclusivement mâle...

Ce saint-simonien <de nouvelle espèce> s'appelait Chéruel. Il a fini par où il aurait dû commencer : il s'est fait capucin ou curé, ce qui est tout un pour moi.

Ma seconde surprise fût l'arrivée à Pétersbourg de Suzanne Voilquin que j'avais laissée en Égypte3 [fo ix]. Je prenais terre quelques fois auprès d'elle, mais, sur certains points, nous ne parlions déjà plus <tout-à-fait> la même langue.

Ma troisième surprise enfin fut celle de Charles Duveyrier. Venu pour une affaire d'industrie, mais cachant <soigneusement> son jeu sous le masque d'un pur touriste littérateur, le littérateur et le touriste se virent enlevés par les gentilshommes jusqu'à en perdre haleine. Ce n'étaient que dîners, truffes, champagne, promenades, spectacles et concerts. Aussi trouvait-il tout admirable et charmant en Russie. « Mais, malheureux, lui dis-je un jour, de quel œil regardez-vous, retournez donc votre lunette et considérez un peu cette masse innombrable de moujiks, tous ces pauvres serfs avec leurs superstitions, leur ignorance, leurs misères, leur crasse et leur humilité... » — « Bah ! Bah ! tout cela s'arrangera avec le temps ; au reste, je vous retrouve bien tel que je vous ai connu, vous n'êtes jamais content, » me répondit cet ancien membre du collège saint-simonien, <cet ex-apôtre de Ménilmontant...>

De tels propos, les lettres que nous recevions de France, lettres timides, il est vrai, me faisaient bien pressentir l'état moral et intellectuel dans lequel devaient être tombés graduellement la plupart des nôtres, et, très-particulièrement, celui qui fut notre chef. Mais ce n'étaient toujours là que des impressions fugitives : je n'y pouvais consentir au fond ; je m'obstinais, malgré tout, à ne le vouloir pas croire, tant cela me paraissait impossible... [fo x] C'est dans de telles conjonctures <alors que ma fille et on mère étaient loin de moi> que l'éclat de la Révolution de Février 1848 vint me frapper de son éblouissement, <J'étais seul alors. Prêt à tout quitter,> j'attendais le réveil des nôtres, <j'attendais un signal ;> j'attendais encore, j'attendais toujours : ce fût en vain. À partir de cette heure solennelle mes yeux commencèrent à s'ouvrir. Il était temps.

Je pensais n'avoir que quelques mots à dire, et voici que j'ai écrit plusieurs pages. Décidément, je suis moins pauvre en faits et <même> en idées que je ne le craignais au début <de cet avant propos> Quoi encore ? car il faut bien en finir ! Presque sans m'en douter, je me trouve avoir fait ici une sorte de confession générale : c'est qu'il importait apparemment aux besoins de ma cause.

À présent qu'on <,en bloc> [sic] connaît, mon passé, le lieu où je me trouve, le long séjour que je vais y faire ; maintenant que je viens de mettre à nu les dispositions de mon cœur et de mon esprit, que l'on comprendra que si j'ai écrit en tête de ces pages : Je suis un enfant perdu du saint-simonisme, je crois <— on le verra par la suite —> avoir <acquis> le droit de dire à mbon tour <escient> : j'en suis aussi l'enfant terrible.

L'enfant terrible est resté, oui ; mais l'enfant perdu s'est retrouvé et se retrouve de lui-même chaque jour davantage. Aujourd'hui il se sait, il il [fo xi] se sent complètement émancipé.

Si j'ai souffert, cela n'intéresse que moi ; si même je le laisse trop percer, je prie qu'on me le pardonne : c'est chose plus ou moins inhérente à la nature humaine. J'ai fait — et pourquoi ne pas le dire, aujourd'hui que vient de se fermer une tombe ? — il faut croire que nous avons fait pour le mieux, étant donné la date, l'époque où s'accomplissait notre apostolat. Qu'il profite du moins à ceux qui voudront nous succéder.

Quant à moi, je n'ai rien à retirer, rien à effacer de mon passé. Je n'éprouve plus qu'un regret hélas ! c'est de ne pouvoir le recommencer, mais sous une autre forme. En définitive, mieux vaut errer se tromper en agissant que rester <à peu près> inerte <comme la tortue dans sa carapace.> À d'autres <donc> la suite de nos efforts ; à d'autres de savoir mieux aimer et servir la cause du Peuple et des femmes. Vienne l'heure où, maîtres et émancipés, ils pourront <laisser> mettre à l'écart les auxiliaires et sauront se passer de toute espèce d'intermédiaires ! (Paris, 5 septembre 1864, jour où nous sommes allés enterrer Enfantin. Peu d'anciens saint-simoniens ; cortège assez nombreux, mais absence totale de peuple... et ce n'était que justice.)

Notes

1 Tajan-Rogé déforme la formule exacte de la justice saint-simonienne (« à chacun selon sa capacité, à chaque capacité selon ses œuvres »).

2 Cette version complète celle de la première biographe de Liszt, Lina Ramann, qui attribue ce rôle d'introducteur exclusivement à Barrault, ainsi que les informations recueillies par R. Locke dans sa thèse (Les Saint-Simoniens et la Musique, Liège, Mardaga, 1992, p. 156 et suiv.).

3 Figure montante du négoce de la soie, Arlès-Dufour était déjà un notable lyonnais. Son attitude foncièrement favorable aux lois du marché et son activité dans les coulisses du conflit de novembre 1831 entre les canuts et les fabricants sont étudiées par J. Canton-Débat dans sa thèse (Canton-Débat Jacques, Un homme d'affaires lyonnais : Arlès-Dufour (1797-1872), thèse, Université Lumière-Lyon 2,2000). En 1864, la dénonciation de Michel Chevalier et de l'influence que, directeur du Globe, il aurait exercée en 1831 sur cet intime d'Enfantin, vise la sommité de l'économie politique et le proche conseiller de Napoléon III qu'il est alors devenu.

4 Paroles de Duveyrier, musique de Félicien David (voir Locke, ouvr. cité, p. 388-389).

5 Gasparin est en effet le nom du préfet commis à la surveillance de Lyon après la première insurrection des canuts.

6 En clair, Tajan-Rogé soupçonne Enfantin d'avoir utilisé le prétexte de l'orchestre à former pour le tenir à l'écart de l'Égypte et y flirter plus commodément avec Clorinde.

7 Localité de Bessarabie, à la frontière de l'actuelle Roumanie et de la Russie, au bord de cet affluent du Danube.

Notes de fin

1 Trente ans après, un billet <de 50 frs> souscrit par moi me fût présenté à Paris par le riche Mr Chateauneuf, ex saint-simonien de Marseille. En allant acquitter cet effet, avec Massol pour témoin, j'eus bien soin de faire constater sur l'endos que j'avais complètement oublié, cet engagement pris par moi en faveur d'une cause qui nous avait été commune. — Ceci était la parfaite vérité : je l'avais oublié.

2 Gravée par le produit d'une souscription.

3 Cette dame a publié plus tard un livre intitulé : Souvenir d'une fille du peuple, ou la saint-simonienne en Egypte 1834.3. 1836 Paris Sauzet libraire.

© Presses universitaires de Lyon, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site