Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Études saint-simoniennes

 | 
Philippe Régnier

Documents inédits

Photographies de Charles Lambert bey, Louis Jourdan, Maxime Du Camp et Prosper Enfantin (Fonds Maxime Du Camp, Bibliothèque de l'Institut, ms. 3 751)

Texte intégral

  • 1 M. Du Camp, Égypte, Nubie, Palestine et Syrie, dessins photographiques recueillis pendant les anné (...)

1Pour immortaliser ses amis saint-simoniens et s'immortaliser lui-même en leur compagnie, Du Camp, l'inséparable de Flaubert, pourrait bien avoir utilisé le même matériel qui lui avait servi à composer l'album des « dessins photographiques » de leur fameux voyage en Orient1. Mais il peut aussi avoir recouru aux services d'un homme de l'art. Car aucune signature n'indique le ou les auteurs des clichés.

2Ces portraits individuels et de groupe étaient en tout cas, d'après les annotations autographes qu'on peut y lire, destinés à illustrer ses Souvenirs littéraires (1882-1883). Ils demeurèrent inutilisés, sans que l'on en sache le motif, et la partie du texte qui aurait dû en bénéficier n'y fait aucune allusion.

  • 2 G. Flaubert, Voyage en Égypte, édition intégrale du manuscrit original établie et présentée par Pi (...)

3Les chapitres vii (« En voyage ») et surtout xix (« Les saint-simoniens ») des Souvenirs nous renseignent toutefois amplement sur les circonstances des relations de Du Camp avec le groupe enfantinien : elles débutèrent en Égypte chez Lambert, lors du séjour que Du Camp fit au Caire avec Flaubert, après une « première visite » effectuée, précise le journal de ce dernier, le samedi 29 décembre 18492 ; elles reprirent à Paris dès le retour en France de Lambert, donc à partir de 1851, et perdurèrent au moins jusqu'à la mort des deux principaux interlocuteurs de Du Camp, Lambert et Enfantin, soit en 1864 (Jourdan leur survivant jusqu'en 1881, mais en Algérie, où il se replia à une date indéterminée). Sans compter les discussions approfondies sur l'art et sur la littérature dont il fait état, ces relations eurent pour Du Camp valeur à la fois de thérapeutique psychologique et de séminaire de métaphysique. Elles sont à coup sûr un moment déterminant de sa maturité personnelle et intellectuelle.

4Le seul des quatre personnages à n'être pas mentionné dans les études qu'on vient de lire est Louis Jourdan. Toulonnais d'origine, c'est un saint-simonien déclaré dès 1833, qui participa aux côtés d'Eichthal à la renaissance de la Grèce sous Coletti avant de s'installer en Algérie, à Alger même, où il assura le gîte et le couvert à Urbain, Eichthal et Enfantin, successivement. Jourdan fut un disciple, un ami et un mari héroïque dans un drame réel qu'on hésite à qualifier de saint-simonien ou de bourgeois : Enfantin, à Alger, devint l'amant d'Hortense, sa femme, et, le fils spirituel se sacrifiant au père spirituel, la liaison s'institua, avec des hauts et des bas au gré des déplacements physiques et amoureux d'Enfantin, jusqu'à l'extrême fin des années 1850. Ajoutant le titre de collaborateur dévoué et efficace à ses trois titres antérieurs à la reconnaissance d'Enfantin, Jourdan occupa une place stratégique, comme rédacteur à tout faire, dans les deux entreprises de presse que ce dernier lança pour tenter de reconquérir une hégémonie, l'une, L'Algérie (déc. 1843-juil. 1846), sous la monarchie de Juillet, l'autre, Le Crédit (nov. 1848-vers août 1850), sous la Seconde République. Le Second Empire venu, il devint un des piliers du Siècle, où ses compétences en matière religieuse le spécialisaient dans les polémiques anticléricales.

  • 3 Souvenirs..., 1883, t. 2, p. 117.
  • 4 Fonds Enfantin, Icono 3. Image reproduite (d'après un ouvrage de H. d'Allemagne) dans Ph. Régnier, (...)
  • 5 Cette photographie a servi de modèle à un portrait au crayon, au verso du cadre duquel elle se tro (...)

5La coprésence à l'image de Jourdan, qui n'est jamais allé en Égypte, exclut que les clichés datent du séjour au Caire. À l'autre extrémité, la période de rédaction des Souvenirs, autour de 1880, est impossible, compte tenu, bien sûr, du décès de Lambert en 1864. Reste la période 1851-1863. L'aspect de Lambert et de ses acolytes suggère plutôt le début des années 1850. Car même si Enfantin était de huit ans l'aîné de Lambert et, au dire de Du Camp, « paraissait plus vieux que son âge3 », le contraste qu'il forme ici avec le fidèle « serpent » (surnom acquis en Égypte) incite à penser que son portrait à lui est plus tardif que la série des autres : bien postérieur à l'année au cours de laquelle Du Camp lui fut présenté, 1853, ou même à l'année où il se fit peindre par Pérignon, au sommet de sa puissance d'administrateur de la Compagnie Paris-Lyon-Méditerranée, 18574. Cette conjecture est étayée par la comparaison avec une autre photographie conservée à l'Arsenal : elle montre Lambert à un âge manifestement plus avancé et dont il accuse la fatigue au moins autant qu'Enfantin ici5.

6Telles qu'elles sont, ces images, uniques et inédites, témoignent de la ferveur des activités néo-saint-simoniennes animées par Lambert sous le Second Empire, en étroite association avec Enfantin.

7À travers une gestuelle aussi tendre que les visages sont graves, elles donnent aussi à voir, dans les paires et dans le trio artistement mis en scène, une forme d'amitié virile qui fut le ciment affectif du saint-simonisme. Serait-ce solliciter les documents que d'observer une certaine dynamique dans la succession de Jourdan et de Du Camp auprès de Lambert ? quelque chose comme l'image animée de la dialectique relationnelle qui fonde les théories enfantiniennes de l'art social et de la vie éternelle ? La pose inspirée et la longue barbe du vieil Enfantin lui-même, en ministre d'un improbable temple à l'antique (décor factice de photographe ou élément de réalité restant à identifier ?), le montrent revenu pour la postérité à l'habitus adéquat à son rôle de prophète. Il n'est pas jusqu'à l'effigie féminine en médaillon (clin d'oeil à la Femme-Messie ?) qui ne contribue à le statufier vivant. Une autre épreuve de cette photographie d'Enfantin vieux existe dans un album ayant appartenu à Gustave d'Eichthal (Bibliothèque de l'Arsenal, ms. 14410(24)).

  • 6 Souvenirs littéraires, p. 118.

8Tout en revendiquant publiquement des fréquentations saint-simoniennes qui étaient demeurées d'ordre quasi privé pendant sa carrière de directeur de la Revue de Paris, les Souvenirs de Du Camp nient une quelconque « enrégimentation » et citent avec ostentation une reconnaissance d'indépendance de la part d'Enfantin en personne : « tu seras toujours notre enfant, mais tu ne seras jamais notre disciple6. » Mais la symbolique de ses enlacements photographiés avec Jourdan et Lambert restitue avec plus de fidélité le degré d'adhésion et même d'imprégnation qui fut le sien au plus fort de sa foi. Outre ce qu'indique plus haut Sarga Moussa à propos des Mémoires d'un suicidé, une autre preuve en est que, dans sa correspondance saint-simonienne léguée à la bibliothèque de l'Institut, loin de formuler des réserves, comme dans les Souvenirs, sur les idées économiques et sociales de ses amis, il déclare nettement partager leurs thèses sur la réforme de la propriété, au même titre que l'ensemble de leur système. C'est en des termes dépourvus d'ambiguïté qu'il s'y offre à être « un disciple », justement, et bien plus encore :

  • 7 Du Camp à Lambert, 24 avril 1854, Bibliothèque de l'Institut, ms. 3765/19.

je porte en moi les germes des idées que nos conversations du Caire et de Paris ont longuement développées ; avant même de vous connaître, j'étais un adepte, maintenant je suis un disciple et je ne doute pas de pouvoir devenir apôtre7.

  • 8 Lettres de Lambert du 9 février 1856 et s. d., ms. 3765/24 et 31-32.

9Dans ces mêmes lettres, soigneusement sélectionnées, archivées et confiées par l'intéressé au saint des saints de la République des Lettres, quai Conti, on apprend de surcroît que sa « profession de foi » versifiée, intitulée « aux poètes », fut fréquemment récitée dans les réunions de la « famille de Paris », notamment par le poète ouvrier Boissy, à qui l'on réclamait, pour la fin, « du maxime8 » [sic].

10Ph. R.

Charles Lambert bey

Charles Lambert bey – Louis Jourdan

Charles Lambert bey – Maxime Du Camp

Charles Lambert bey – Maxime Du Camp – Louis Jourdan

Notes

1 M. Du Camp, Égypte, Nubie, Palestine et Syrie, dessins photographiques recueillis pendant les années 1849-1850 et 1851, Paris, 1852, 2 vol. in-folio. Du fait de la substitution, appliquée à cette région pour la première fois, de la technique du daguerréotype à celle du dessin, ce reportage, effectué au titre de l'archéologie pour le compte du ministère de l'Instruction publique, constituait une première au plan scientifique comme au plan artistique.

2 G. Flaubert, Voyage en Égypte, édition intégrale du manuscrit original établie et présentée par Pierre-Marc de Biasi, Paris, Grasset, 1991, p. 235.

3 Souvenirs..., 1883, t. 2, p. 117.

4 Fonds Enfantin, Icono 3. Image reproduite (d'après un ouvrage de H. d'Allemagne) dans Ph. Régnier, Les Saint-Simoniens en Égypte (1833-1851), Le Caire, BUE-A. F. Abdelnour, 1989, p. 143.

5 Cette photographie a servi de modèle à un portrait au crayon, au verso du cadre duquel elle se trouve collée (Fonds Enfantin, Icono 54), ainsi qu'au vitrail de la chapelle de Lambert au cimetière Montparnasse (reproduit dans Ph. Régnier, Les Saint-Simoniens en Égypte..., p. 109).

6 Souvenirs littéraires, p. 118.

7 Du Camp à Lambert, 24 avril 1854, Bibliothèque de l'Institut, ms. 3765/19.

8 Lettres de Lambert du 9 février 1856 et s. d., ms. 3765/24 et 31-32.

Table des illustrations

Légende Charles Lambert bey
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/6227/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Légende Louis Jourdan
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/6227/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Légende Charles Lambert bey – Louis Jourdan
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/6227/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Légende Charles Lambert bey – Maxime Du Camp
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/6227/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Légende Charles Lambert bey – Maxime Du Camp – Louis Jourdan
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/6227/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Légende Prosper Enfantin
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/6227/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 519k

© Presses universitaires de Lyon, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540