Version classiqueVersion mobile

Études saint-simoniennes

 | 
Philippe Régnier

L'économie politique saint-simonienne et les élites techniques de l'Égypte moderne

Ghislaine Alleaume

Texte intégral

1La diffusion des idées saint-simoniennes a suivi en Égypte des itinéraires paradoxaux. Les grands thèmes de la prédication qui précéda, en France, le départ de la Mission d'Égypte (l'avènement de la Femme, l'union mystique de l'Orient et de l'Occident, etc.) ont longtemps focalisé l'attention des historiens, par l'originalité de leur contenu comme de leur expression. Ce sont eux qui ont servi à évaluer l'écho que pouvait avoir, dans les sociétés orientales, la propagande des compagnons d'Enfantin. Force, alors, était de conclure que le séjour égyptien des saint-simoniens était resté une aventure sans lendemain. Au mieux pouvait-on, au prix de quelques anachronismes, rattacher à cette première expérience initiatique tous les mouvements qui, à l'extrême fin du xixe siècle, se réclamaient à un niveau ou à un autre des idéaux du socialisme français.

2En réalité, l'influence du saint-simonisme en Égypte ne s'est pas exercée là où on l'attendait. Elle a été beaucoup plus considérable qu'on ne le dit généralement, mais au sein d'un milieu très particulier d'ingénieurs et de techniciens. Elle a peu marqué les systèmes idéologiques ou politiques, mais a durablement conditionné l'analyse des conduites économiques et sociales. Pour en évaluer la portée, il faut en retracer d'abord le cheminement, à travers les hommes et les écrits qui l'ont véhiculée.

Les vecteurs de l'influence saint-simonienne

Les hommes

3En dépit du lyrisme de leurs déclarations, l'influence directe des chefs de file du mouvement saint-simonien, à commencer par Enfantin, a été relativement réduite : les quelques conférences données par les uns ou les autres, à Alexandrie ou au Caire, ne la faisaient guère sortir de la petite communauté française d'Égypte. Elle seule, du reste, pouvait être sensible aux aspects les plus révolutionnaires de leur comportement ou de leur doctrine.

4Leur action collective, sur le chantier du Barrage, a été trop courte pour avoir un impact véritable. Linant, qui avait la direction des travaux, fut le seul à en bénéficier vraiment. L'expérience, au demeurant, ne les mettait encore en contact qu'avec des segments assez étroits de l'administration égyptienne. La réalité des décisions appartenait à d'autres, y compris pour les questions sur lesquelles ils eussent aimé intervenir (l'organisation de la main d'œuvre, par exemple). Bien peu purent alors passer contrat avec le Gouvernement égyptien. Pour les autorités locales, les compagnons de la Mission d'Orient ne formaient, dans leur immense majorité, qu'une troupe de « voyageurs » (musâfir), si peu suspecte que l'on ne se donnait pas même la peine de la surveiller vraiment.

  • 1 Bruneau est mal connu, de même que l'École d'artillerie qu'il dirige seul à partir de 1838. Elle f (...)
  • 2 Perron est mieux connu, mais surtout pour ses travaux d'orientaliste. En revanche, l'École de méde (...)
  • 3 De façon indirecte, par l'intermédiaire de Mukhtâr en 1835 ; puis de façon directe, grâce à la con (...)

5Les seuls militants qui ont pu exercer une influence durable sur leurs interlocuteurs égyptiens sont donc ceux qui ont choisi de rester en Égypte au-delà de 1835. Ils sont peu nombreux, mais en revanche ils sont tous placés dans des postes d'enseignement et trois d'entre eux, qui font en Égypte les carrières les plus longues, sont à la tête d'établissements majeurs : Bruneau dirige l'École d'artillerie1, Perron celle de médecine2 et Lambert l'École d'ingénieurs. Car l'instruction publique est, dans un premier temps, le champ d'action privilégié des saint-simoniens. Dès 1835, ils sont directement impliqués dans la réforme qui arrache le réseau des écoles modernes à la tutelle de la Guerre. Ils favorisent alors la création d'une institution nouvelle, la Direction des Écoles et des Travaux publics (Dîwân al-madâris wa-l-ashghâl al-handasiyya), dont ils gardent le contrôle, de façon directe ou indirecte, par leurs alliés ou leurs disciples, durant plus de quinze ans3.

6C'est au sein de cet organisme que s'exerce surtout leur action. Ils réussissent à le doter de compétences assez vastes pour couvrir l'ensemble de leurs projets. Dès 1840, le Dîwân al-Madâris a le contrôle de tous les secteurs neufs ou réformés de l'appareil d'État. Il a, bien sûr, autorité sur l'ensemble du système scolaire (à l'exception de l'École d'État-major) et sur ses satellites : comme les fermes-modèles et les haras, qui relèvent de l'École vétérinaire ; les services de Santé qui relèvent de l'École de médecine ; ou l'Imprimerie nationale et le Journal officiel, liés au Bureau de traduction. Mais d'autres administrations en dépendent aussi, qui ne doivent leur rattachement à l'Instruction publique qu'aux liens qui unissent leurs directeurs aux saint-simoniens : c'est le cas du service des Irrigations, organisé en 1834 par Linant de Bellefonds sur le modèle du corps des Ponts et Chaussées français ; et de la Direction des Vapeurs, confiée en 1846 à ` Abd al-Rahmân Rushdî.

7Dès lors, le milieu susceptible de subir l'influence des saint-simoniens, par l'enseignement ou la formation professionnelle, est celui des élèves des écoles modernes et des services réformés de l'État. Au sein du système scolaire, ce sont les filières techniques qui sont le plus directement visées : de 1838 à 1850, avec Adham, qui cumule la direction du Génie et de l'Armement avec celle des Écoles et des Travaux publics, Bruneau à l'Artillerie et Lambert à Polytechnique, Linant aux Irrigations et Rushdî à l'Industrie, les saint-simoniens ont le contrôle direct de l'ensemble des institutions qui forment ou emploient les ingénieurs. L'abandon provisoire des grands projets qui les avaient conduits sur les bords du Nil, et qui restent si présents dans leur discours, les a sans doute conduits à opter pour une stratégie plus discrète et plus modeste, mais qui pouvait à terme se montrer efficace : œuvrer à la formation de ces « industriels » dont ils faisaient les principaux artisans de la rénovation sociale.

  • 4 « Rapport de Charles Lambert au vice-roi d'Égypte sur l'École polytechnique de Boulac », Bibliothè (...)
  • 5 Même si l'expression équivalente est absente de l'usage turc ou arabe du temps, il ne fait aucun d (...)
  • 6 Pour plus de détails sur la réforme de 1837 et l'action de Lambert à l'École polytechnique, voir m (...)

8Charles Lambert sera le seul à le dire, de façon explicite, dans le Rapport par lequel il propose de faire de l'ancienne école d'ingénieurs une « École polytechnique industrielle4 ». Π est, d'ailleurs, sans conteste le personnage central du petit groupe engagé dans cette prise de pouvoir occulte. Et c'est par lui surtout que se prolonge en Égypte l'action du saint-simonisme. Son influence s'exerce à la fois au niveau institutionnel et personnel. Il est le rédacteur de la plupart des projets saint-simoniens, et de tous ceux qui concernent directement le milieu sur lequel lui et ses amis se proposent d'agir. La réforme de 1837, qui s'applique à l'ensemble des écoles de l'État, organise, pour la première fois de son histoire, le système scolaire égyptien en un cursus cohérent et hiérarchisé, du primaire au supérieur. En ce sens, elle marque bien la naissance de l'Instruction publique5. L'allongement de la durée des études et l'abaissement corollaire de l'âge de la scolarisation, le contrôle établi sur chaque niveau et la sélection croissante dont il s'accompagne, permettent d'augmenter rapidement le niveau des formations dispensées. Car la réforme s'accompagne de programmes (également rédigés par Lambert) d'autant plus ambitieux que, selon un schéma imité de l'œuvre scolaire de la Révolution française, Lambert reconstruit le cursus de haut en bas, de l'École polytechnique vers les écoles de province. La rupture est aussitôt consommée avec les écoles turques qui avaient jusque-là servi de modèles, ou même avec celles créées, dans les années vingt, par la Mission militaire française6.

9Les références pédagogiques qui sont alors adoptées marqueront durablement l'action future des ministres égyptiens de l'Instruction publique, dont beaucoup (`Alî Mubârak, Mahmûd al-Falakî, Ismâ`îl Mustafâ, `Abd al-Rahmân Rushdî) ont d'ailleurs été ses disciples ou ses élèves. Il faut attendre l'occupation britannique et l'arrivée au pouvoir de Douglas Dunlop (1890) pour les voir remis en cause avec un radicalisme croissant. La réforme de Lambert, d'autre part, s'accomplit au moment où le système scolaire égyptien atteint son apogée : durant son mandat à l'École polytechnique, Lambert forme 800 ingénieurs, dont 500 pour les services civils, soit les deux tiers de tous les ingénieurs formés entre 1820 et 1920. La liquidation du système éducatif sous le règne de Sa'îd, en perturbant le renouvellement démographique des effectifs, oblige en outre ces générations nombreuses à rester en service jusqu'à la fin des années quatre-vingt. C'est à elles, en conséquence, que l'Égypte doit l'essentiel de ses transformations géographiques et économiques. Et c'est ce qui explique la relative longévité, attestée également dans les Travaux publics, des références intellectuelles comme des choix techniques.

  • 7 Sur ces conversions, voir le livre de Philippe Régnier, Les Saint-Simoniens en Égypte, Le Caire, 1 (...)

10C'est également à Lambert que sont dues les deux seules conversions dûment attestées d'intellectuels égyptiens au saint-simonisme : Ibrâhîm Adham et `Abd al-Rahmân Rushdî, deux personnalités remarquables, à la fois par la profondeur et la durée de leur engagement idéologique et par l'ampleur de leur action politique et économique au sein des institutions égyptiennes7. Le premier est un ingénieur turc, formé dans les écoles de Sélim III et installé en Égypte dès 1815.Il est l'un des plus proches compagnons de Muhammad'Alî, et c'est par lui que Lambert peut faire passer sa réforme de l'enseignement en 1837. Il reste au service du gouvernement égyptien, dans des postes centraux (Direction de l'Armement, des Écoles ou du Commerce extérieur) jusqu'au début du règne d'Ismâ`îl. Établi à Istanbul dans les dernières années de sa vie (il meurt en 1875), il poursuit une carrière politique marquée, notamment, par son adhésion au Grand-Orient de France. `Abd al-Rahmân Rushdî, lui, est un ingénieur mécanicien formé en France, peut-être à l'École des arts et métiers de Cluny, et qui fait en Égypte une carrière industrielle. Il joue un rôle décisif dans le développement des transports internationaux, mais il est aussi, à la fin des années quatre-vingt, un ministre de l'Instruction publique particulièrement actif, puisqu'on lui doit l'institution du baccalauréat, la création du diplôme d'ingénieur et une réforme de l'université d'al-Azhar. Lui aussi reste lié aux saint-simoniens, et singulièrement à Charles Lambert, jusqu'à la fin de sa vie.

11Autour de ce noyau de militants actifs et de saint-simoniens véritables, se forme, dès 1835, un réseau qui rassemble les membres des premières missions scolaires, revenus d'Europe au moment même où la Mission d'Orient s'installe au Caire. Ce réseau fonctionne comme un groupe de pression efficace au sein de la haute administration égyptienne jusqu'en 1850. Les hommes qui le composent sont, pour les saint-simoniens, des alliés ou des relais plus que des disciples véritables. Mais dans tous les cas, ils offrent à leurs stratégies des appuis indispensables. Dans ce groupe, deux figures se distinguent : celles d'Artin et de Rifâ`a. Le premier est, de 1830 à 1844, le secrétaire particulier de Muhammad `Alî et l'un de ses plus proches collaborateurs. C'est lui qui est chargé, dans les années trente, d'examiner et de traduire pour le souverain les textes proposés par les saint-simoniens. Et il est son représentant direct dans les assemblées (maglis) qui sont créées pour chaque affaire importante, la Commission des Barrages en 1834 ou le Comité consultatif des Écoles (Maglis shûrâ al-madâris, le « Conseil supérieur de l'Instruction publique » des sources françaises) institué par la réforme de 1837. En 1844, d'autre part, il prend la Direction du commerce extérieur (Dîwân al-Tigâra) et, à ce titre, est le premier négociateur des projets ferroviaires par lesquels les saint-simoniens (Adham et Rushdî, qui lui succèdent en 1850) entendent prendre le contrôle de l'Overland Road (la Route des Indes par l'intérieur de l'Égypte, organisée en 1839). Rifâ`a, ancien imam de la mission scolaire, est, lui aussi, toujours membre des commissions qui ont à juger des projets saint-simoniens. Mais surtout, il est, comme on le verra plus loin, le principal adaptateur de l'enseignement de Charles Lambert, auquel il apporte la caution de sa formation de théologien.

12Enfin, la diffusion des idées saint-simoniennes au sein des élites égyptiennes est encore relayée par un troisième cercle où devraient figurer les élèves et collaborateurs de Charles Lambert, tous ceux, du moins, qui ont eu à connaître directement de ses projets ou ont été les traducteurs de ses enseignements. L'inventaire en est beaucoup plus difficile à faire. Les archives de l'Arsenal livrent les noms d'un certain nombre d'entre eux, mais sans qu'il soit possible de connaître vraiment la nature des liens qui les unissent à Lambert. Le système d'encadrement mis au point à l'École polytechnique peut cependant aider à faire une première sélection. S'inspirant du modèle de l'école française, Lambert avait installé à l'école de Bûlâq un fort dispositif d'encadrement des élèves. À chaque promotion, on sélectionnait les meilleurs éléments pour en faire des moniteurs (« chefs de brigade » en France ; « chefs de chambrée », odabashî en Égypte) chargés d'aider leurs camarades dans leurs révisions ou leurs devoirs. À l'issue de leurs études (trois ans), ils devenaient « répétiteurs » (mu`âwin) et assuraient les travaux pratiques le temps d'une nouvelle promotion. Ils enseignaient ensuite, durant encore trois ans, en qualité de professeurs (mu`allim) avant d'être versés dans les corps techniques de l'État (Irrigations, Urbanisme, etc.). Certains passèrent ainsi neuf ans à l'École polytechnique, au contact direct de Lambert.

  • 8 Voir sur ce point le témoignage de l'intéressé dans l'autobiographie qu'il insère dans son Encyclo (...)

13C'est le cas de Mahmûd pacha al-Falakî, auteur de nombreux travaux scientifiques et futur ministre de l'Instruction et des Travaux Publics. Pour le coup, on peut supposer qu'entre les deux hommes existaient certaines affinités, puisque Lambert avait désigné Falakî pour lui succéder à la direction de l'Observatoire. Il en va de même de plusieurs ingénieurs, comme Ibrâhîm Sâlim ou Shâfi î Ya`qûb, qui quittent l'École polytechnique pour le chantier de l'Isthme de Suez à l'époque où il est encore sous la direction de Linant de Bellefonds et où, en conséquence, il est encore un peu une affaire saint-simonienne. Mais surtout, c'est cet itinéraire que Lambert espérait faire suivre à 'Alî Mubârak, qu'il avait choisi pour être son assistant, et auquel il tenait assez pour exercer sur lui, au moment de son départ en France, des pressions très vives8. En dépit de quelques péripéties, 'Alî Mubârak sera bel et bien le successeur de Lambert à la direction de l'École polytechnique (1850), comme il sera, plus tard, celui de Linant à la tête du corps des ingénieurs (1862). Dans les deux cas, il est le premier Égyptien à gérer les institutions créées par les saint-simoniens au début des années trente. À ce titre seul, il mériterait d'être considéré comme leur principal héritier. Cette filiation, en outre, n'est pas qu'institutionnelle. Au moment où `Alî Mubârak est porté à la direction de l'École polytechnique, Lambert écrit à Enfantin :

On a nommé un jeune Égyptien de mes élèves. Cela ne sortira pas de ma famille intellectuelle.

14De fait, en trente ans d'une carrière politique particulièrement brillante, et au fil d'une œuvre littéraire considérable, `Alî Mubârak montrera à quel point il est resté fidèle aux enseignements de son maître.

Les livres

15De la pensée saint-simonienne, bien peu de choses pouvaient être connues de façon directe par les Égyptiens. Les œuvres de Saint-Simon n'ont été traduites ou commentées, de façon partielle, que bien plus tard : en 1833, rien ne pouvait porter en Égypte l'écho des débats qui agitaient le petit monde des socialistes français. Plus tard, en revanche, et du fait des réseaux évoqués plus haut, deux entreprises purent offrir au public égyptien un premier contact avec des éléments de la doctrine.

  • 9 Madâris, I, 70, lettre de Muhammad `Alî à Mukhtâr, du 10 dhû al-qa`da 1252/16 février 1837.

16En 1837, paraît en turc et sous la plume de Abd al-Rahmân Rushdî, un ouvrage intitulé Aide-mémoire à l'usage des gouvernants sur les classes des nations [Tezkeret ül-hükkâmfî tabaqât ül-umem]. En dépit de son titre, inspiré des nombreux écrits sur le despotisme éclairé publiés en Turquie au xviiie siècle, c'est la traduction de Orient et Occident, qui rassemble divers articles de Barrault et forme, en quelque sorte, le manifeste des Compagnons de la Femme. Enfantin, dans sa correspondance, signalait déjà, comme le signe du succès de la Mission, que la traduction avait été faite à la demande de Muhammad `Alî. Le fait est confirmé par les archives égyptiennes, qui révèlent en outre que le pacha a exigé d'en prendre connaissance avant d'en autoriser l'impression9. Il faut croire qu'il n'y trouva rien de si scandaleux, puisque l'ouvrage est tiré à 1000 exemplaires sur les presses de l'Imprimerie nationale de Bûlâq. Ce haut patronage lui assure une diffusion relativement importante : à l'époque, toutes les publications officielles étaient distribuées d'office aux Écoles et aux services publics. Tous les fonctionnaires turcophones, en conséquence, pouvaient y avoir accès. Ce texte, malheureusement, est passé inaperçu et n'a fait encore l'objet d'aucune étude. On ne sait donc pas s'il s'agit d'une traduction intégrale (dans ce cas, comment Rushdî s'y est-il pris pour annoncer la venue, en Orient, de la Femme-Messie ?) ; ou d'une adaptation recomposée (et alors, quels sont les éléments retenus et ceux qu'on a préféré expurger ?).

  • 10 Dans le premier numéro publié sous sa responsabilité (no 623, du 1er rabî II 1258/12 mai 1842), Ri (...)
  • 11 Ibrâhîm Abduh, Ta'rikh al-Waqâ'i` al-misriyya, Le Caire, 1948, cite, par exemple, quelques extrait (...)

17Quelques années plus tard, Rifâ`a prend la direction du Journal officiel, créé en 1818 et qui n'avait été jusque-là qu'une feuille purement administrative. Il lui donne aussitôt une orientation nouvelle, qu'exprime assez bien le sous-titre : « Journal d'informations administratives, intérieures et extérieures, industrielles et commerciales, scientifiques et littéraires10 ». Pour avoir plus d'autonomie, il sépare les deux éditions turque et arabe. Dans la seconde, il crée un grand nombre de rubriques nouvelles, allant jusqu'à faire paraître des morceaux choisis de la littérature arabe ancienne (les Mille et une Nuits ou Ibn Khaldûn). Surtout, il sélectionne assez régulièrement des articles parus dans la presse française, et notamment dans le Journal des Débats, qui est alors l'un des principaux organes d'expression des saint-simoniens. Il passe peut-être là quelques écrits théoriques ou doctrinaux. Mais le repérage n'en a pas encore été fait. La seule étude à ce jour disponible sur l'histoire du Journal officiel11 en donne quelques exemples qui montrent à la fois que les choix de Rifâ`a étaient très éclectiques, et qu'ils gardaient toujours quelque lien avec les problèmes débattus au sein des divers courants du libéralisme social.

18Même si l'histoire des idées a, dans ce domaine, encore bien des pistes à courir et des découvertes à faire, l'inventaire, on le voit, est vite dressé des ouvrages susceptibles de porter les idées saint-simoniennes à la connaissance du public égyptien. L'enseignement, en revanche, par la production de manuels ou de documents de cours, allait assurer une plus large diffusion, si ce n'est de la doctrine en tant que telle, du moins des débats techniques et économiques dont elle s'accompagnait.

L'enseignement de Charles Lambert à l'école d'ingénieurs

19Dans les programmes qu'il avait rédigés en 1837 pour l'École polytechnique, Lambert s'était attribué trois enseignements principaux :

  • le cours d'économie industrielle ;
  • le cours de minéralogie, de géologie et d'exploitation des mines ;
  • et le cours d'histoire naturelle et d'hygiène, qui comptait trois sections, respectivement consacrées à la zoologie, à la botanique et à l'hygiène industrielle.
  • 12 Ce fut, dans un premier temps, `Abd al-Rahmân Rushdî, et c'est peut-être dans ces circonstances qu (...)

20En dépit de sa bonne volonté et de ses efforts, il ne sut jamais assez l'arabe pour pouvoir enseigner dans cette langue. Il avait donc besoin d'un répétiteur bilingue, qui traduisait les leçons pour les élèves12. Le problème, du reste, se posait dans toutes les disciplines, si ce n'est au niveau des maîtres (Lambert était le seul étranger), du moins pour les manuels. C'est à cette fin qu'avait été créé, en 1836, un Bureau de traduction (Qalam al-targama), placé sous la direction de Rifâ`a. Il se doublait d'une École des Langues chargée de la formation des traducteurs, et fut remarquablement efficace, puisqu'il réussit, en moins de dix ans, à traduire et éditer près de 70 % des manuels inscrits au programme de la réforme de 1837 : la rapidité de l'arabisation a certainement été un des facteurs des succès pédagogiques de Lambert.

21Malgré tout, on n'avait pas le temps de tout traduire, ni de tout imprimer, et bien des manuels restèrent à jamais à l'état de brouillons. Dans toutes les disciplines, il existait des documents de cours préparés à l'avance, au fur et à mesure des leçons. Ils étaient traduits par les élèves des Langues, auxquels ils servaient de bancs d'essai, et polygraphiés (par dictée simultanée à plusieurs copistes) pour être distribués dans les classes. C'est par ces documents que commençait toujours la traduction des manuels, et c'est dans cet état que restèrent ceux que l'on n'eut pas le temps d'achever. Ce fut le cas de la plupart des ouvrages inscrits au programme des cours de Lambert, trop spécialisés pour recevoir une priorité éditoriale. En revanche, il restait dans les archives de l'École tous les documents de cours préparés pour lui. Et c'est ainsi qu'il put passer d'assez larges extraits de son enseignement, bien plus tard, dans les œuvres de Rifâ`a ou de `Alî Mubârak. L'un et l'autre étaient des militants convaincus de l'enseignement moderne et d'inlassables pédagogues. Lorsque l'avènement d'Ismâ`îl les ramena au pouvoir, après la longue récession des règnes de `Abbâs et de Sa'îd, ils eurent à cœur de reprendre tout ce qui pouvait l'être de la grande entreprise commencée quelque trente ans plus tôt.

22Pour des raisons qui restent obscures, on renonça à traduire in extenso les titres laissés pour compte. Nos deux écrivains prirent le parti d'intégrer les leçons de Lambert dans des œuvres de leur cru. Voulaient-ils éviter d'afficher trop ouvertement des références que l'entourage européen du Khédive pouvait juger trop subversives ? Ou optèrent-ils simplement pour la facilité, en ne retenant que les fragments disponibles, sans se donner la peine de les compléter ? Il est impossible de le savoir. Mais un tel choix explique l'éparpillement dans des livres très divers et des situations souvent paradoxales, de l'enseignement de Lambert. Tentons un rapide inventaire.

  • 13 La Minéralogie de Brard (1833), la Géologie populaire de Boubée (1841-1842) et le Manuel géologiqu (...)
  • 14 `Alam al-dîn, 4 vol., Le Caire, impr. al-Mahrûsa, 1882. Sur cette œuvre, voir Anouar Louca, Voyage (...)

23Le cours d'économie industrielle, qui représentait le plus gros de l'enseignement de Lambert, mérite un traitement particulier. Il est très largement traduit par Rifâ`a dans le Manâhig, étudié en détail plus loin ; mais il est aussi entièrement recomposé, au point de pouvoir passer pour un traité original et, à ce titre, offre le meilleur exemple d'intégration dans la littérature arabe des idées saint-simoniennes. Le cours de minéralogie et de géologie, qui commençait à la deuxième année d'études, s'appuyait sur cinq manuels (deux de minéralogie et trois de géologie), dont trois ont été traduits par Rifâ`a ou ses élèves et imprimés avant 184313. Il a, en conséquence, suscité peu de reprises. Quelques leçons, pourtant, sur les pierres précieuses ou la formation des roches, ont peut-être inspiré certaines des « causeries » (musâmarât) qui composent le gros roman didactique de `Alî Mubârak, publié en 188214.

  • 15 `Alî Mubârak semble s'être surtout intéressé aux leçons les plus pratiques, consacrées à « l'histo (...)

24Le `Alam al-dîn, du reste, pourrait devoir beaucoup à ces fragments retrouvés des travaux de l'Ecole des Langues. Peut-être même l'existence de ces textes épars, dans des disciplines variées, a-t-elle suggéré à `Alî Mubârak l'idée de rassembler, sous une trame narrative assez mince, un recueil de leçons de choses et de pages choisies. L'incohérence apparente de l'ouvrage tiendrait alors non pas au goût de l'auteur pour un encyclopédisme brouillon, mais à la nature de sa documentation. Le cours d'histoire naturelle (deuxième année d'études), avec ses deux sections de botanique et de zoologie industrielles, pourrait également avoir fourni aux protagonistes du roman certains de leurs discours ou de leurs récits15.

  • 16 Tarîq al-higâ'fi ta`lîm al-lugha a-`arabiyya, Le Caire, impr. Wâdî al-Nîl, 1868. Cet ouvrage a eu (...)
  • 17 D'après le témoignage de Hékékyân. Voir `Abd al-Rahîm Mustafa, « Hekekyan Papers », dans P. M. Hol (...)
  • 18 Il n'est connu que par un texte de présentation générale, trop court pour donner des détails sur l (...)

25Les deux cours que Lambert assurait en troisième année (l'exploitation des mines qui faisait suite à la géologie, et l'hygiène industrielle qui faisait suite à l'histoire naturelle) ont de leur côté alimenté un autre ouvrage du même auteur. Publié en 1868, le Tarîq al-higâ ´16 se voulait une méthode complète d'apprentissage de la lecture et de l'écriture, qui puisait aux sources de la pédagogie la plus moderne. Une longue préface en explique les principaux acquis et permet d'identifier des modèles qui, une fois de plus, ne sont pas nommés. Les principes pédagogiques que Alî Mubârak s'efforçait de promouvoir, sont ceux de l'enseignement mutuel popularisés en Europe par les écoles lancastériennes. Jomard s'en était fait, en France, le défenseur et s'en était inspiré pour sa loi de 1843 sur l'enseignement primaire, dont on peut se demander si elle n'a pas, à son tour, influencé celle de `Ali Mubârak en 1867. En Égypte, le débat était également ancien. Un premier projet d'école lancastérienne, présenté en 1834 par des missionnaires anglais, avait été rejeté. Mais en 1844, Adham et Rushdî, avaient proposé l'institution d'un collège établi « sur le modèle des meilleures écoles anglaises17 », qui donnera le jour, assez indirectement, à l'École Mubtadayân. Dans ce cas, les références au modèle lancastérien étaient relativement explicites. Elles le sont moins dans le projet « d'écoles civiles » rédigé par Adham et Rifâ`a et remis à Ibrâhîm quelques années plus tard18. Mais on peut se demander, en raison de la personnalité des deux signataires, si cette dernière tentative ne visait pas à généraliser à l'ensemble de l'enseignement primaire les méthodes mises au point dans le réseau étroit des écoles de l'État. C'est à cela que prétend, en tout cas, la loi promulguée près de vingt ans plus tard par Alî Mubârak. Et c'est ce qui explique que le ministre de l'Instruction Publique se soit donné la peine de rédiger un manuel aussi élémentaire, en principe destiné aux élèves du primaire, et dont le premier volume n'était qu'un simple abécédaire : le Tarîq al-higâ' est, à sa manière, une œuvre militante.

  • 19 Tariq al-higâ', vol. II, p. 42-44 et p. 63-64. Ces chapitres évoquent une autre œuvre de `Alî Mubâ (...)
  • 20 Ibid., vol. II, p. 51-53.
  • 21 Voir mon article « Politiques urbaines et contrôle de l'entreprise. Une loi inédite de Alî Mubârak (...)
  • 22 Voir par exemple son argumentation en faveur du projet de percement de l'axe Bâb al-Futûh-Ataba au (...)
  • 23 Texte français dans Recueil de documents officiels, 1883, p. 1115-1119 (arrêté du 27 octobre 1883) (...)

26C'est dans le second volume, recueil de lectures sur des sujets divers, que `Alî Mubârak intégra de nouveaux fragments des cours de Lambert. Il fit l'essentiel de ses emprunts au cours d'hygiène industrielle, dont il retint surtout les deux dernières sections (annexe I). L'une était consacrée à l'étude des effets du milieu sur l'homme et devait donner aux futurs ingénieurs toutes les connaissances qui leur seraient nécessaires pour l'organisation du travail industriel et la gestion de la main d'œuvre : elle a donné au Tarîq des leçons sur l'alimentation des travailleurs ou les lois de l'ergonomie19. L'autre portait sur l'application de ces principes à l'hygiène publique et s'attachait en conséquence à l'étude des règles d'urbanisme et d'assainissement, ou à la construction des édifices publics, et notamment de tous ceux destinés à l'encadrement social ou sanitaire de la population (hôpitaux et hospices, cités ouvrières, prisons, cimetières, jardins publics, etc.)· Elle a également fourni au Tarîq plusieurs de ses chapitres20. Mais elle a surtout directement influencé l'action de `Alî Mubârak au ministère des Travaux publics. Sa loi de 1868 sur les corporations du bâtiment, avec les amendements qu'elle apporte aux règles d'urbanisme21, les projets d'haussmannisation du Caire, qu'il s'efforce de promouvoir dans les mêmes années22, et plus encore sa loi de 1883 sur les logements ouvriers23, apparaissent comme autant de mises en pratique de préceptes appris auprès de Lambert à l'École polytechnique.

  • 24 Voir sur ce point les remarques de Delanoue, ouvr. cité, vol. II, p. 526, à propos des leçons sur (...)
  • 25 Manâhig al-albâb al-misriyya fi mabâhig at-âdàb al-`asriyya, lre éd.,à Bûlâq, 1869. Nouvelle éditi (...)

27Un tel système de traduction par fragments a bien évidemment ses limites : tronquées et segmentées, les idées saint-simoniennes perdent leur identité, leur spécificité et leur unité. Les récepteurs, d'autre part, sont condamnés à les recevoir de façon passive : dans la mesure où les théories qui leur sont enseignées ne sont pas présentées comme un système particulier, mais comme le « savoir moderne » en matière d'économie ou de gestion politique, ils n'ont aucune possibilité de les soumettre à une analyse critique. Coupés du corps de doctrine qui leur a donné naissance, les fragments qui leur sont soumis apparaissent comme de simples recettes à appliquer de façon littérale. Il en résulte parfois de redoutables décalages entre la rhétorique scolaire et les réalités égyptiennes24. En revanche, il passe au total une assez grande partie de l'enseignement de Charles Lambert auprès d'un public scolaire large, qui compte surtout des ingénieurs pour l'économie politique, mais s'étend aussi, par les manuels de lecture, à l'ensemble du milieu estudiantin. À ce seul titre, et en dépit des insuffisances de la méthode, le saint-simonisme était assuré de rencontrer en Égypte une certaine audience. Elle s'accroît encore avec le Manâhig de Rifâ`a, plus original et plus indépendant du cursus, et qui, pour cette raison, s'adresse à tout le public lettré du dernier quart du siècle25.

Le cours d'économie industrielle et le Manâhig de Rifâ`a al-Tahtâwî

  • 26 Jean-Baptiste Say (Lyon, 1767-Paris, 1832) est le principal vulgarisateur en France des idées d'Ad (...)
  • 27 Adolphe Blanqui (Nice, 1798-Paris, 1854) succède à J.-B. Say à la chaire d'économie politique du C (...)

28Le cours d'économie industrielle était inscrit au programme de la troisième année d'étude de la « section centrale » de l'École d'ingénieurs, qui formait « l'École polytechnique » à proprement parler. Il était suivi, en conséquence, par tous les élèves, indépendamment des spécialisations futures que leur donneraient les deux écoles d'application des « Mines » et des « Ponts ». Il s'appuyait sur deux manuels, dont la lecture était obligatoire : le Traité d'économie politique de Jean-Baptiste Say26 et le Cours d'économie industrielle d'Adolphe Blanqui27. Ce dernier existait en deux versions, qui figuraient l'une et l'autre à la bibliothèque de l'École. La première était celle, très volumineuse, de l'édition originale publiée en fascicules par le Conservatoire national des arts et métiers. C'était celle qu'utilisait Lambert pour la préparation de ses cours. Des élèves, en revanche, on n'exigeait qu'une bonne connaissance de la version courte qui en formait le résumé.

29L'enseignement proposé aux jeunes ingénieurs égyptiens puisait donc aux meilleurs théoriciens de l'économie libérale. Lambert, en outre, en faisait une lecture sensiblement infléchie par le saint-simonisme. Il avait divisé son cours en deux parties d'égale importance, comptant chacune dix-huit leçons (annexe II). C'est la première, d'orientation plus théorique, qui nous intéresse surtout ici. Elle comptait trois sections et organisait l'apprentissage du général au particulier, selon le schéma dominant de l'enseignement français. Les premières leçons étaient consacrées à la théorie générale de l'industrie et examinaient successivement le travail et la valeur qu'il donne à ses produits, l'association et ses effets sur les diverses branches des arts industriels, les instruments de la production et des échanges. On en venait ensuite à l'organisation interne des entreprises, pour étudier la gestion du travail et de la main d'œuvre, les formes juridiques et financières des sociétés, le choix des sites industriels, la comptabilité et la distribution des profits. Les leçons de la dernière section traitaient de ce que l'on appellerait aujourd'hui l'environnement social et politique de la production : développement technologique et éducation ; démographie et hygiène sociale ; institutions politiques et législation financière ou commerciale venaient compléter la formation industrielle des ingénieurs. Sur les trente-deux titres que comptaient ces dix-huit leçons, vingt ont été traduits en partie ou en totalité dans le Manâhig, qui reprend ainsi environ 60 % de la section du cours consacrée à la théorie.

30La seconde partie du programme, consacrée à la « vérification des principes de l'économie industrielle par les faits de l'histoire et de la statistique », est moins novatrice. Le niveau de formation générale de ses élèves contraignait Lambert à s'en tenir, pour l'histoire, à des notions très générales et, pour la statistique, à donner de son enseignement une version très égyptianisée. Par là même, il était nécessairement dépendant de la documentation disponible en Égypte. Sur le premier point, il devait s'en remettre à Rifâ`a, auteur de tous les manuels d'histoire et de géographie en usage dans les classes primaires ou préparatoires. Les leçons d'histoire du Cours d'économie industrielle qui passent dans le Manâhig (chapitres II, III et IV du livre II et i, ii et iv du livre III) ressemblent tant à d'autres œuvres de Rifâ`a, qu'il est bien difficile de déterminer dans quel sens s'est fait l'échange.

  • 28 Voir Shayyal, Ta´rîkh harakat al-targama, Le Caire, Dâr al-Fikr al-`Arabî, 1951, p. 44-46, pour le (...)
  • 29 Rifâ`a n'hésite pas à intégrer au texte des passages de son cru, comme le récit autobiographique d (...)

31Pour la statistique, Lambert puisa une partie de ses informations dans la Description de l'Égypte : les « documents qui constatent la situation des principales branches de la production en Égypte » sont probablement extraits des Mémoires sur l'agriculture le commerce et l'industrie rédigés par Girard et les membres du Comité des sciences et des arts. Mais il put utiliser également un ouvrage de propagande compilé à la demande de Muhammad `Ali dans les années trente par deux publicistes français en exil au Caire : pour la rédaction de ce « Verger de la civilisation » (Rawdat al-`umrân), tous les services de l'État avaient été mobilisés et tenus de fournir à Luppert et à Sorel les informations statistiques dont ils avaient besoin28. Au fur et à mesure de son avancement, l'ouvrage avait été traduit en arabe par Rifâ`a et en turc par Kânî bey. Muhammad `Alî espérait en effet faire passer les textes arabe et turc pour la version originale, et le texte français pour la traduction, afin de promouvoir en Europe l'image d'une Égypte résolument engagée sur la voie du progrès et de la modernité. Pour diverses raisons, l'entreprise fut un échec : en arabe ou en turc, le livre semble bien n'avoir jamais été imprimé. En français, en revanche, il donna naissance à l'Aperçu général sur l'Égypte, de Clot-Bey qui, à l'exception de quelques notations sur l'École de médecine ou les services de santé, doit bien peu, en réalité, aux talents littéraires du médecin marseillais. Et dans cette nouvelle version, il fut de nouveau traduit en arabe. Si bien qu'il est difficile, pour ces leçons consacrées à l'état des arts et de l'industrie en Égypte, de déterminer ce que le Manâhig doit à Lambert et ce qu'il doit à Rifâ`a29. Mais, quoi qu'il en soit, un tiers au moins des leçons inscrites au programme de cette partie du cours de Lambert est repris dans le Manâhig.

  • 30 Ou plutôt au sentiment religieux, sans égard aux détails de la doctrine ou du dogme.
  • 31 Adham avait, au témoignage de Lambert, strictement la même position intellectuelle : voir Régnier, (...)

32L'ouvrage, pour autant, ne suit pas servilement son modèle : il suffit de comparer les deux tables des matières pour voir à quel point le traducteur impose sa logique à l'exposé. La technique de traduction par fragments pouvait, certes, pousser Rifâ`a à recomposer entièrement le cours de Charles Lambert (annexe III). Mais les ajustements qu'il apporte à l'original relèvent aussi d'une volonté d'intégrer dans la langue arabe et dans la religion musulmane les idées qu'il traduisait. Et la place que le saint-simonisme enfantinien faisait à la religion30, tenue pour le meilleur moyen de mobiliser les forces sociales, l'encourageait naturellement à postuler que les préceptes de l'économie politique moderne pouvaient se trouver déjà dans l'islam ou y venir, pour peu que l'on donnât un sens nouveau à certaines notions ou institutions31.

33L'introduction livre la clef de sa démarche. Il existe, explique Rifâ`a, deux moyens d'atteindre la civilisation spirituelle (tamaddun) et matérielle (`umrân). Le premier est « le contrôle des mœurs par les préceptes de la morale religieuse et des vertus humaines » (tahdhîb al-akhlâq bil-âdâb al-dîniyya wa-l-fadâ´il al-insâniyya), « car la religion est l'assise la plus solide qui se puisse trouver pour le bon ordre et la bonne marche de la vie d'ici-bas » ; le second, ce sont les « intérêts sociaux » (al-manâfi` al-`umûmiyya), qui apportent à l'ensemble de la société (gam`iyya) l'opulence et la richesse, le bien-être des corps et la paix des âmes, et qui l'éloignent de l'état premier de nature.

34Ces deux moyens d'atteindre la civilisation fondent deux morales : la morale religieuse (âdâb al-sharî`a), qui dicte à chacun ses obligations ; et la morale politique (âdâb al-siyâsa), qui commande la prospérité du monde. Elles relèvent l'une et l'autre de la justice (`adl), garante de la légitimité de l'autorité (salâmat al-sultân) et de la civilisation du royaume (`imârat al-buldân). Car la civilisation est par essence à la fois spirituelle (ma`nawî) : c'est la civilisation des mœurs, des usages et des conduites sociales (wa-huivwa al-tamaddun fî al-akhlâq wa-l-`awâ´id wal-âdâb), et matérielle (maddî) : c'est le progrès des intérêts sociaux que sont l'agriculture, le commerce et l'industrie manufacturière (wahuwwa al-taqaddum fi al-manâfi'al-'umûmiyya ka-l-zirâ`a wa-l-tigâra wal-sinâ`a). D'où la nécessaire coopération des autorités morales (arbâb al-akhlâq wa-l-âdâb) et des industriels que sont, en langage saint-simonien, « les gens d'économie, de finances et d'administration » (arbâb al-iqtisâd wa-l-amwâl wa-l-idâra).

35Les deux premiers livres du Manâhig, qui reprennent la part la plus théorique de l'enseignement de Charles Lambert, sont construits selon cette lecture duelle. Toutes les notions que le traducteur se propose de vulgariser auprès du public égyptien, même les plus techniques, sont systématiquement rapportées à la fois aux catégories de la morale musulmane et à celles de l'économie politique. Une construction aussi élaborée n'est possible qu'au prix d'un double travail, sur les concepts et sur la langue. On en retiendra deux exemples, particulièrement révélateurs.

36Le premier est celui de la manfa`a (pl. manâfi`), notion centrale, puisqu'elle occupe l'essentiel des deux premiers livres du Manâhig. La traduction adoptée ici (« intérêts sociaux ») ne fait aucun doute. Au début du Livre II, Rifâ`a écrit en effet :

Ce que nous avons défini comme les intérêts sociaux (manâfi` `umûmiyya), s'appelle en français l'industrie (industriya)

37c'est-à-dire

le progrès de l'ingéniosité et de l'habilité [...] l'art par lequel l'homme se rend maître de la matière créée pour lui par Dieu Très-Haut.

  • 32 Ce qui oblige Rifâ`a a, pour éviter toute contusion avec l'industrie manufacturière (sinâ` a) a op (...)

38L'expression est probablement empruntée à Saint-Simon (« la vie sociale n'est que l'organisation des intérêts sociaux »), de même que l'équivalence entre les « intérêts sociaux » et « l'industrie » au sens saint-simonien du terme32. En lui donnant manfa`a pour équivalent arabe, Rifâ`a choisit de réactiver une ancienne notion du droit musulman qui lui permet, en jouant alternativement du singulier et du pluriel, de poursuivre sa double lecture, musulmane et saint-simonienne, des faits de l'économie politique.

39« En droit musulman, écrit-il (Livre I, chapitre I), la manfa`a désigne l'ensemble des actions entreprises en direction de l'intérêt général, en faveur de l'ensemble de la société » : ce sont les fondations pieuses, les legs, les donations volontaires, etc. « En économie domestique » (tadbîr al-manzil), elle désigne toutes les actions d'édilité, « tout ce qui est fait dans l'intérêt propre d'un village, d'une ville ou d'un royaume ». En ce sens, les intérêts sociaux (manâfi`) relèvent bien de la politique.

40Le chapitre consacré à la division du travail offre une autre illustration du même procédé. Lorsqu'il fait du travail le fondement de la société civile (Livre I, chapitre ii), selon une définition directement reprise du cours de Charles Lambert, Rifâ`a utilise tout naturellement le singulier `amal. Il en va de même lorsqu'il analyse la division du travail et la redistribution de son produit entre les différentes classes de producteurs. Mais lorsqu'il en vient à évoquer l'opposition entre productifs et improductifs, il met le terme au pluriel (a`mal), faisant résonner dans l'esprit de son lecteur musulman l'autre valeur que le mot prend alors (« œuvres ») et qui le ramène aux catégories de la morale : les deux couples de contraires se superposent pour signifier que les travaux productifs sont œuvres pies et les travaux improductifs œuvres impies.

  • 33 Al-Murshid al-amîn li-l-banât wa-l-banîn, 1re édition, Le Caire, imprimerie des Écoles, 1289/1872  (...)

41L'opération vient en prélude à une longue et virulente condamnation de la paresse et de l'oisiveté. C'est l'un des passages où se fait le plus directement sentir l'inflexion saint-simonienne donnée par Charles Lambert aux théories de l'économie libérale. Et l'un de ceux où l'adhésion de Rifâ`a à ses idées semble la plus grande. Le thème, du reste, apparaît encore dans une autre de ces œuvres, un « Traité d'éducation à l'usage des filles et des garçons33 », également écrit pour les écoles égyptiennes, et publié dans les mêmes années que le Manâhig. Pour l'heure, Rifâ`a mobilise à l'appui de sa démonstration aussi bien les exempla musulmans (hadîth) que les lois promulguées en France en 1848 pour lutter contre le chômage.

  • 34 Page 269 de la nouvelle édition.
  • 35 Ibid., p. 281.

42La morale musulmane vient donc cautionner l'engagement militant en faveur de l'industrie : Rifâ`a va jusqu'à écrire que « de nombreux versets du Coran ou récits sur le Prophète prouvent que la coopération (ta`âwun) aux intérêts sociaux est conforme à la sharî`a34 ». Ainsi islamisé et légitimé, le saint-simonisme peut apporter une définition nouvelle aux vertus morales prônées par l'islam. À commencer par la première, la charité (sadaqa), qui relève de la manfa'a, précédemment redéfinie, et qui prend généralement la forme de fondations pieuses (waqf)35. De tout temps, explique Rifâ`a, ces actions individuelles se sont faites au profit des malades ou des indigents, des orphelins ou des vieillards, des enfants abandonnés, des simples et des fous, des aveugles ou des infirmes. Et tout cela, naturellement, est fort louable. Mais « l'aumône doit aller, dans les pays civilisés, à ceux qui en ont réellement besoin ». Et les temps modernes ont fait naître d'autres demandes : il faut combattre l'usure, aider les négociants qui font faillite, secourir les travailleurs privés d'emploi. Autant de choses que l'État ne peut faire seul et qui dépassent le niveau de l'initiative personnelle. Pour prendre en charge ces nouveaux besoins, la sadaqa doit donc revêtir des formes nouvelles, celles de sociétés de secours mutuels (gam`iyyât ta`âwuniyya) ou de bienfaisance (khayriyya), qui viendront compléter les œuvres individuelles de la tradition musulmane.

43Et pour montrer comment on peut mobiliser les vieilles institutions de l'islam au profit d'interventions nouvelles, Rifâ`a donne en exemple la fondation récente de Khalîl effendi, Agha noir (chef des eunuques) de la Vélidé pacha (la mère du Khédive Ismâ'îl). Ce personnage richissime et influent avait créé, non loin de la mosquée d'al-Husayn (un des sanctuaires les plus vénérés du Caire), une école pour les orphelins, à laquelle il avait affecté un capital considérable ; et une tâkiya (sorte de couvent) destinée aux eunuques que l'abolition progressive de l'esclavage et la disparition des grands harems avaient privés de leur emploi. En unissant les deux formes de la charité, l'ancienne et la nouvelle, la double fondation de Khalîl Agha opérait bien ce passage de la charité de proximité à la philanthropie sociale que Rifâ`a appelait de ses vœux. Elle avait en outre le mérite de contribuer à une réforme majeure – la disparition de l'esclavage domestique – appréhendée, pour une fois, non dans ses aspects moraux, mais dans ses implications économiques et sociales les plus concrètes.

44Elle montrait enfin comment la société civile pouvait, en s'appuyant sur les cadres intellectuels et institutionnels que lui donnait l'islam, relayer l'action de réforme de l'État. Et que l'exemple vînt d'un esclave apportait plus de force à la démonstration. La conclusion du Manâhig, revient sur le thème en l'intégrant dans une analyse des forces sociales qui panache, une fois encore, les catégories politiques de la tradition musulmane et celles de l'économie sociale. Les « détenteurs de l'autorité » (wulât al-umûr) et les docteurs de la Loi (`ulamâ'), qui forment ensemble la khâssa de la politique musulmane, doivent encore, comme par le passé, encadrer la masse (`âmma) des classes laborieuses (« les travailleurs de l'agriculture, du commerce et de l'industrie manufacturière »). Mais ils reçoivent une définition plus explicite. Le premier groupe ne peut plus se réduire à ceux qui exercent le commandement politique ou militaire (al-umarâ') ou, selon une définition plus marquée par la théologie, aux combattants qui assurent la défense du Dâr al-Islâm (al-mugâhidûn) : il faut l'entendre comme comprenant désormais tous ceux que leur formation, leurs fonctions et leur richesse désignent pour assurer l'encadrement administratif, social ou économique de la population. À commencer, bien sûr, par ces serviteurs entarbouchés de l'État et, plus généralement, toutes ces élites nouvelles que les écoles modernes ont formées. C'est en ce sens que le cas de Khalîl Agha, esclave porté au pouvoir par l'instruction, est exemplaire.

  • 36 Car les Khitat ont d'abord pris la forme d'une enquête d'économie sociale, réalisée à partir de 18 (...)

45Les docteurs de la Loi, de leur côté, n'ont plus seulement pour fonction de conseiller le Prince, pour que sa conduite et son gouvernement restent conformes aux exigences de la sharî`a. Ils se partagent en trois classes, auxquelles sont dévolues des missions spécifiques : la conduite spirituelle pour ceux qui choisissent les voies de l'ascèse et de la dévotion Culamâ’al-haqîqa) ; la production du droit et l'exercice des fonctions judiciaires pour ceux qui privilégient les sciences de la Loi Culamâ'al-shar`iyya) ; le savoir et l'enseignement, y compris des disciplines profanes, pour ceux qui préfèrent les voies de la science ou de la « sagesse » Culamâ'al-hikma). Les uns et les autres exercent leur magistère sur l'ensemble de la société, qu'ils doivent conduire sur la voie du progrès et de la prospérité. Entre ces deux groupes, Rifâ`a place la foule anonyme des travailleurs, réduits à leur état de sujets dont on attend seulement qu'ils connaissent leurs droits et leurs devoirs. Il en vient ainsi à une théorie des autorités sociales, proche de celle d'un Frédéric Le Play, mais construite sur une argumentation endogène. C'est la même représentation de la société égyptienne que `Alî Mubârak donne à voir dans ses Khitat, au point que la description des communautés villageoises y apparaît comme une simple illustration par l'enquête des analyses fondées en théorie par Rifâ`a36.

46Dans ce domaine, le Manâhig va très au-delà de l'enseignement de Charles Lambert. En mettant au service de sa recherche de théologien et de moraliste ce qu'il retient du saint-simonisme – quelques concepts choisis pour leur valeur instrumentale et soumis à une recomposition dialectique –, Rifâ`a nous offre un bel exemple d'intégration dynamique d'une culture scientifique importée. Et c'est sans doute à ce trait qu'il doit d'avoir une postérité double et contradictoire.

La postérité du Manâhig

  • 37 Voir sur ce point Khitat, XVIII, p. 127-135.

47Sur bien des points, Rifâ`a fut entendu par l'ensemble de la classe politique égyptienne. Ce fut le cas, d'abord, des ingénieurs et techniciens qui eurent, à l'École polytechnique, la primeur de l'enseignement de Lambert. Il n'est pas étonnant, en conséquence, de voir `Alî Mubârak reprendre les propositions de Linant en faveur de la mécanisation et du transfert à l'entreprise des travaux d'irrigation (pompage et curage) ou militer, conjointement avec Ahmad Nadâ, en faveur du « rachat de la prestation » (abolition de la corvée) : c'était simplement appliquer à l'agriculture les analyses du cours d'économie industrielle sur la division du travail et la gestion de la main d'œuvre. La loi promulguée par `Abd al-Rahmân Rushdî à l'occasion d'une réforme de l'université d'al-Azhar (inscription des étudiants et contrôle de l'assiduité), qui interdit aux `ulamâ 'd'exercer des métiers manuels, est également inspirée par le paragraphe du Manahig consacré à la rétribution des « productifs indirects » que sont les Docteurs de la Loi, les juges ou les enseignants. Et l'histoire du Canal de Suez montrerait d'autres exemples de la survivance au sein de la haute administration égyptienne et jusqu'à la fin des années quatre-vingt, d'un parti favorable aux thèses saint-simoniennes du tracé indirect (canaux navigables et chemins de fer) et violemment hostile à Ferdinand de Lesseps37.

48L'instauration du double contrôle, la faillite de l'État et l'occupation étrangère, en provoquant le transfert à la société civile des programmes de réforme assumés jusque-là par l'État, donnent au Manâhig un public plus large. Les analyses de Rifâ`a sortent du cercle étroit des techniciens pour être reprises par l'ensemble des élites politiques et économiques. Il en est ainsi, par exemple, de son invitation à mettre les vieilles institutions de l'islam au service d'interventions nouvelles. `Alî Mubârak avait été le premier, dès le règne d'Ismâ`îl, à appuyer sur les waqf ses projets scolaires ou urbanistiques. Avec l'occupation britannique, une telle attitude n'est plus possible, et la puissance publique n'a plus guère d'initiative en la matière. À titre privé, en revanche, les fondations caritatives se multiplient et se diversifient : et, à partir de 1890, elles apparaissent de plus en plus souvent comme un instrument de résistance à l'aliénation coloniale. C'est le cas de ces waqf institués pour permettre le rachat des terres hypothéquées (généralement au profit des banques européennes) et les constituer elles-mêmes en waqf pour financer d'autres opérations similaires. En 1910, le mouvement a pris tant d'ampleur que les Anglais, inquiets de voir ainsi gelée une part croissante de la richesse foncière de l'Égypte, devront se résoudre à les faire invalider par les autorités musulmanes.

49Les sociétés de secours mutuels, d'entraide ou de bienfaisance se multiplient, elles aussi, dans les mêmes années. C'est à un vocabulaire clairement hérité du Manâhig que se réfèrent, par exemple, les fondateurs de la « Ligue de secours aux pauvres musulmans patriotes » (Lignat i'ânat fuqarâ` al-muslimîn al-wataniyyîn), créée en 1892. Lorsque lui est accordé le haut patronage du Khédive, ce projet militant change un peu de nature, et la société prend le nom plus anodin de Société islamique de bienfaisance (al-Gam`îyya al-khayriyya al-islâmiyya). Sous cet aspect un peu édulcoré, elle reste toutefois un bel exemple de la définition nouvelle de la charité à laquelle Rifâ`a aspirait. Elle est aussi très représentative des formes nouvelles de sociabilité qui se développent au sein de mouvements associatifs particulièrement actifs. À la veille de la première guerre mondiale, les sociétés de ce genre sont très nombreuses et couvrent tous les milieux, tous les domaines d'activité et toutes les communautés. Les plus anciennes ont été formées à l'initiative de fonctionnaires, d'industriels, de négociants ou de rentiers. Au lendemain de la guerre, elles sont surtout le produit des divers courants du réformisme musulman.

  • 38 Page 250 de la nouvelle édition.
  • 39 Voir par exemple l'article qu'il publie, dans le Journal officiel, le 19 octobre 1880, à l'occasio (...)
  • 40 Voir sur ce point le témoignage de Sayyid Uways, « Sur la naissance des sociétés religieuses extré (...)

50Car, par sa démarche intellectuelle, Rifâ'a pouvait aussi faire des disciples dans leurs rangs. N'écrivait-il pas dans le Manâhig que « la vraie religion (al-dîn al-sahîh) est celle qui peut servir de pivot à l'œuvre de réforme (ta'dîl) et de redressement (tagrîh)38 » ? Muhammad `Abdûh ne s'y était pas trompé, qui lui emprunta bien des arguments pour fonder ses fatwa en faveur de la création des banques ou des assurances maritimes. Et il avait été parmi les premiers à participer à la fondation des sociétés de secours ou de bienfaisance39. Il n'est donc pas étonnant que les premières sociétés islamiques se soient assigné pour mission l'encadrement social et la réforme morale des classes laborieuses40.

51Mais ce second versant de la postérité de Rifâ`a a pour conséquence paradoxale que, vers 1930, les lointains héritiers de l'économie politique qu'il a contribué à vulgariser pourront se recruter aussi bien chez les industriels du parti libéral constitutionnel que parmi les militants des Frères musulmans.

Annexes

Annexe I. Le programme du cours d'hygiène industrielle

D'après le manuscrit autographe de Charles Lambert, conservé dans le fonds Enfantin de la bibliothèque de l'Arsenal à Paris.

Ce cours a pour objet d'indiquer aux élèves les connaissances qui leur seront nécessaires :

1°) pour distinguer les qualités physiques qui rendent certains hommes plus ou moins propres à quelques travaux et reconnaître dans toutes les circonstances où ces hommes se trouveront placés ce qui peut nuire à leur santé et ce qu'il faut faire pour la conserver.

2°) pour réunir dans les édifices publics et particuliers qu'ils pourront avoir à construire, ou dont ils se serviront, toutes les conditions de salubrité que l'on est en droit de réclamer aujourd'hui et dont l'expérience a démontré l'utilité.

Ce cours se divise en trois parties :

1°) étude de l'homme.

2°) étude des choses qui agissent sur l'homme.

3°) application de ces connaissances à l'hygiène publique.

Première partie

1°) notions d'anatomie.

2°) différences que présente l'homme suivant les âges, les sexes, les races, la constitution, le tempérament, les habitudes qu'il peut contracter.

Deuxième partie

Action de différents gaz sur l'homme ; du froid et de la chaleur ; de la sécheresse et de l'humidité ; de la lumière et de l'obscurité ; de l'électricité et des autres météores ; de toutes les professions qu'il exerce dans les sociétés modernes.

Action des vêtements suivant leur nature et leur forme ; des lits et autres appareils de repos ; des bains et de tous les moyens de propreté.

Action des aliments végétaux et animaux ; des boissons.

Action des exercices variés et différents mouvements que l'on peut imprimer au corps ; du sommeil et de la veille.

Action de la transpiration et autres sécrétions ; suivant leur abondance, leur rareté, leur suppression.

Action des facultés intellectuelles.

Troisième partie

Influence que peuvent avoir sur la salubrité d'un pays sa hauteur au-dessus de la mer ; ses rapports avec les pays qui l'entourent ; sa configuration extérieure ; sa composition interne ou sa géologie ; son exposition ; les modifications que l'homme ou la nature y apportent.

Emplacement et détails de l'habitation particulière ; emplacement et détail des habitations agglomérées ou des villes ; direction et largeur des rues, propreté générale ; eau potable, eau destinée au lavage ; égouts ; latrines ; voirier à boue ; voirier pour les matières fécales ; hôpitaux généraux et spéciaux ; prisons ; cimetières ; promenades publiques ; temples ; abattoirs ; chantiers d'équarrissage ; ateliers insalubres, etc.

Annexe II. Le programme du cours d'économie industrielle à l'École d'ingénieurs de Bûlâq

D’après le manuscrit autographe de Charles Lambert, conservé dans le fonds Enfantin de la bibliothèque de l’Arsenal à Paris. On a mis en italiques les titres des leçons qui sont reprises, en totalité ou en partie, par le Manâhig de Rifâ`a al-Tahtâwî.

Première partie : 18 leçons

Éléments de théorie générale de l'industrie : le travail, fondement de la société civilede la division du travailde la valeur des chosesde l’association et de ses effetsindustrie agricoleindustrie manufacturièreindustrie commercialedes instruments de la productiondes échanges — de la monnaie — de la consommation.

Régime intérieur de la société industrielle : des ouvriers, de la main d’œuvre et des salairesdu travail par les machinesassociation — aperçu des divers modes de sociétés industrielles — du choix de l'emplacement et du mode d'exploitation des établissements d'industrie — idée générale de la comptabilité industrielle — des faillites — comment la valeur des produits se distribue entre toutes les classes de producteurs.

Influences extérieures qui agissent sur l'industrie : de la civilisation en général, de son caractère, de sa tendance et de ses résultatsdes découvertes et des progrès scientifiquesde l’instruction populaire — de la population et des lois générales qui la régissent — des habitudes sociales — des institutions politiquesdes dépenses publiques — des impôts — du crédit public et privé — des moyens de transport et de circulation — des douanes — des prohibitions — des droits d'entrée et de sortie et des primes — des traités de commerce.

Deuxième partie : 18 leçons

Vérification des principes de l'économie industrielle par les faits de l'histoire et de la statistique.

Histoire : point de vue général de l'histoire de l'industrie — aperçu du régime industriel des peuples de l'Antiquité — du Moyen Âge — des corps de métier — progrès des classes laborieuses — des principales découvertes qui ont influé sur l’industrie — progrès de l'économie politique — développement progressif des principales industries notamment en France et en Angleterre — aperçu de ce développement en Égypte.

Statistique : Tableaux comparatifs de la situation industrielle des principales nations, de leur population, de leurs produits, de leurs consommations et de leurs échanges — des forces industrielles de l'Égypte et de leur distribution sur le territoiredocuments qui constatent la situation des principales branches de la production en Égypte, notamment celle de l'industrie métallurgique, de la fabrication des tissus, des savons, des produits chimiques, des machines, des consommations et des débouchés au dedans et au dehors — état actuel des voies de communication — des importations et des exportations.

Annexe III. La table des matières du Manâhig

Introduction : De ce pays et de ce qu'en disent les gens de science

Livre I : Des intérêts sociaux et de ce qui s'y rapporte

Chapitre i : de ce que l'on appelle les intérêts sociaux et de leur rapport avec la civilisation.

Chapitre ii : du travail, fondement de la société civile, et de son application à l'agriculture.

Chapitre iii : de la division du travail (ou des œuvres) en travaux productifs ou improductifs, capables ou non de dégager des surplus.

Chapitre iv . éloge de l'activité et du travail, condamnation de l'oisiveté et de la paresse.

Livre II : De la division des intérêts sociaux en trois classes : industrie agricole, industrie commerciale, industrie manufacturière

Chapitre i : de la définition des intérêts sociaux au sens ordinaire de l'industrie.

Chapitre ii  : de l'industrie dans l'Antiquité.

Chapitre iii : des voyages d'exploration et de leur influence sur les progrès de l'industrie.

Chapitre iv : des Phéniciens.

Livre III : de l'industrie dans l'Égypte ancienne

Chapitre i : de l'avancement de l'Égypte et de sa richesse.

Chapitre ii : de l'avancement des sciences en Égypte.

Chapitre iii : de ce que le meilleur moyen de l'avancement de la patrie sur les voies de l'industrie, c'est le libre commerce avec les nations étrangères.

Chapitre iv : de la conquête de l'Égypte par Alexandre et de son influence sur le développement de l'industrie.

Livre IV : du retour de l'industrie en Égypte sous le règne de son régénérateur

Chapitre i : biographie de Muhammad `Alî.

Chapitre ii  : de son intérêt pour l'industrie.

Chapitre iii : de son œuvre en faveur de l'industrie.

Chapitre iv : le voyage de Muhammad `Alî au Soudan.

Livre V : des réformes en Égypte

Chapitre i : de l'avancement de l'Égypte dans ce siècle.

Chapitre ii : de quelques remarques relatives à l'Égypte, d'après ce qu'en ont dit ceux qui l'ont visitée et des moyens qu'il faut employer pour la faire progresser sur la voie de la civilisation.

Chapitre iii : de l'état d'avancement de l'industrie en Égypte.

Chapitre iv : du soin que le Prince doit avoir de ses États et de ses sujets.

Conclusion : de ce que la patrie est en droit d'attendre de ses fils

— des détenteurs de l'autorité ;

— des ulémas, des juges et des gens de religion ;

— des militaires ;

— des travailleurs de l'agriculture, du commerce et de l'industrie manufacturière.

Notes

1 Bruneau est mal connu, de même que l'École d'artillerie qu'il dirige seul à partir de 1838. Elle formait des ingénieurs militaires et entretenait des liens étroits avec l'Ecole polytechnique d'une part (similitude de certains enseignements), et les services de l'Armement, dirigés par Adham, d'autre part.

2 Perron est mieux connu, mais surtout pour ses travaux d'orientaliste. En revanche, l'École de médecine n'a pas encore été étudiée avec toute l'attention qu'elle mérite. Perron en prend la direction au moment où elle change de vocation : elle avait jusque-là formé des officiers destinés aux services de santé de l'armée ; elle va désormais produire des médecins destinés aux services de santé créés dans les provinces au lendemain des Tanzimât. Les médecins sont alors mis au service d'une politique de santé publique (contrôle des inhumations, enregistrement des naissances et des décès, vaccination antivariolique, etc.), dominée par les théories hygiénistes du début du xixe siècle et dont on trouve également des échos chez les ingénieurs.

3 De façon indirecte, par l'intermédiaire de Mukhtâr en 1835 ; puis de façon directe, grâce à la conversion d'Adham, de 1838 à 1850. `Alî Mubârak, qui lui succède, est un élève de Lambert et sa réforme des « écoles regroupées » n'est que la reprise du plan d'attente préparé par Lambert en 1847, en prévision de la grande réorganisation qu'il devait soumettre à l'approbation d'Ibrâhîm.

4 « Rapport de Charles Lambert au vice-roi d'Égypte sur l'École polytechnique de Boulac », Bibliothèque de l'Arsenal, Fonds Enfantin, Papiers Lambert, ms. 7746/2.

5 Même si l'expression équivalente est absente de l'usage turc ou arabe du temps, il ne fait aucun doute que Lambert le voyait ainsi ; et Rifâ`a, qui traduit son enseignement dans le Manâhig, emploie bien al-tarbiyya al-`umûmiyya pour rendre le français Instruction publique.

6 Pour plus de détails sur la réforme de 1837 et l'action de Lambert à l'École polytechnique, voir ma thèse Les Ingénieurs et la politique des Travaux publics en Égypte au xixe siècle (1820-1920).

7 Sur ces conversions, voir le livre de Philippe Régnier, Les Saint-Simoniens en Égypte, Le Caire, 1989.

8 Voir sur ce point le témoignage de l'intéressé dans l'autobiographie qu'il insère dans son Encyclopédie historique, Al-Khitat al-gadîda, IX, 42.

9 Madâris, I, 70, lettre de Muhammad `Alî à Mukhtâr, du 10 dhû al-qa`da 1252/16 février 1837.

10 Dans le premier numéro publié sous sa responsabilité (no 623, du 1er rabî II 1258/12 mai 1842), Rifâ`a écrit en « prologue » (tamhîd) un long article sur la politique (bûlîtîqâ), qui analyse les quatre formes de gouvernement que sont la démocratie, l'aristocratie, la monarchie et les systèmes mixtes, pour conclure par un appel en faveur du développement de la presse et de l'opinion publique ; cet article n'a malheureusement pas été réédité.

11 Ibrâhîm Abduh, Ta'rikh al-Waqâ'i` al-misriyya, Le Caire, 1948, cite, par exemple, quelques extraits d'un article consacré au traitement des aliénés par la musique et le chant (p. 55).

12 Ce fut, dans un premier temps, `Abd al-Rahmân Rushdî, et c'est peut-être dans ces circonstances que Lambert le gagna à ses idées.

13 La Minéralogie de Brard (1833), la Géologie populaire de Boubée (1841-1842) et le Manuel géologique de Labêche (1843).

14 `Alam al-dîn, 4 vol., Le Caire, impr. al-Mahrûsa, 1882. Sur cette œuvre, voir Anouar Louca, Voyageurs et écrivains égyptiens en France au xixe siècle, Paris, Didier, 1970, p. 84-100.

15 `Alî Mubârak semble s'être surtout intéressé aux leçons les plus pratiques, consacrées à « l'histoire des végétaux et des animaux employés dans les arts ». Ce goût pour les réalités les plus quotidiennes a déjà été relevé par Gilbert Delanoue, Politiques et moralistes musulmans dans l’Égypte du xixe siècle, Le Caire, IFAO, 1982, vol. II, p. 529-531.

16 Tarîq al-higâ'fi ta`lîm al-lugha a-`arabiyya, Le Caire, impr. Wâdî al-Nîl, 1868. Cet ouvrage a eu un large succès scolaire : en l'espace d'une dizaine d'années, il a été réédité assez souvent pour que le tirage global dépasse les quinze mille exemplaires. Mubarak, Khitat, VIII, 24, sous la biographie de Sâlih Magdî, élève de Rifâ'a qui collabora à sa rédaction.

17 D'après le témoignage de Hékékyân. Voir `Abd al-Rahîm Mustafa, « Hekekyan Papers », dans P. M. Holt éd., Political and Social Change in Modem Egypt, London, Oxford University Press, 1968, p. 68-75.

18 Il n'est connu que par un texte de présentation générale, trop court pour donner des détails sur l'organisation des écoles que l'on se proposait de créer. Voir Jacques Tagher, « La création d'écoles populaires en Égypte, d'après un projet de Rifaa Rafée », Cahiers d’Histoire égyptienne, Le Caire, I, 2, p. 186-191.

19 Tariq al-higâ', vol. II, p. 42-44 et p. 63-64. Ces chapitres évoquent une autre œuvre de `Alî Mubârak, Tanwîr al-afhâm fi taghadhdhî at-agsâm, sur la nutrition, qui pourrait également être en partie reprise du cours d'hygiène industrielle.

20 Ibid., vol. II, p. 51-53.

21 Voir mon article « Politiques urbaines et contrôle de l'entreprise. Une loi inédite de Alî Mubârak sur les corporations du Bâtiment », Annales islamologiques, XXI, 1985, p. 147-188.

22 Voir par exemple son argumentation en faveur du projet de percement de l'axe Bâb al-Futûh-Ataba au Caire en 1884.

23 Texte français dans Recueil de documents officiels, 1883, p. 1115-1119 (arrêté du 27 octobre 1883). Le texte de loi s'accompagnait d'un projet de création d'une cité ouvrière à l'emplacement de l'ancienne Salpêtrière, au Caire.

24 Voir sur ce point les remarques de Delanoue, ouvr. cité, vol. II, p. 526, à propos des leçons sur l'alimentation ouvrière. Les mêmes critiques s'appliquent aussi à une séance de travaux pratiques du cours d'exploitation des mines, sur la prévention des coups de grisou, également reprise dans le Tariq al-higâ', vol. II, p. 64.

25 Manâhig al-albâb al-misriyya fi mabâhig at-âdàb al-`asriyya, lre éd.,à Bûlâq, 1869. Nouvelle édition par Muhammad Imara, dans les Œuvres complètes (al-A`mal al-kâmila), I, p. 249-585.

26 Jean-Baptiste Say (Lyon, 1767-Paris, 1832) est le principal vulgarisateur en France des idées d'Adam Smith, premier théoricien de l'économie libérale (De la richesse des nations, 1788). Son Traité d’économie politique. Simple exposition de la manière dont se forment, se distribuent et se consomment les richesses, publié en 1803 et réédité en 1816 dans une version corrigée par l'auteur, est considéré comme un classique de la théorie libérale. Say y ajoute cependant des développements originaux, notamment le principe de l'utilité, fondement de la valeur du travail, dont on peut retrouver des échos dans le Manâhig. J.-B. Say enseigne successivement à l'Athénée (1816), au Conservatoire des Arts et Métiers (1821) et au Collège de France. Ses cours sont édités sous la forme d'un Cours complet d’économie politique pratique, publié en 1828-1830.

27 Adolphe Blanqui (Nice, 1798-Paris, 1854) succède à J.-B. Say à la chaire d'économie politique du CAM en 1833. Il est considéré comme le chef de file de l'économie libérale moderne. Outre le Cours d’économie politique, on lui doit un Résumé de l’histoire du commerce et de l’industrie (1826), peut-être utilisé par Lambert pour la deuxième partie de son cours ; une Histoire de l’économie politique en Europe (1837), et surtout Les Classes ouvrières en France (1848), première grande enquête sur la condition ouvrière.

28 Voir Shayyal, Ta´rîkh harakat al-targama, Le Caire, Dâr al-Fikr al-`Arabî, 1951, p. 44-46, pour les traducteurs ; Madâris, I, 78 du 12 dhû al-qa`da 1252, pour la version turque ; et Daftar qirârât Shûrâ al-madâris, no 2001, séance du 20 dhû al-higga 1251, pour l'identification des auteurs véritables.

29 Rifâ`a n'hésite pas à intégrer au texte des passages de son cru, comme le récit autobiographique de son exil au Soudan ; ou des traductions techniques faites par lui en d'autres circonstances, comme le rapport d'expertise de Charles Lambert sur les mines d'or du Fazogl, remis à Muhammad `A1î en 1839.

30 Ou plutôt au sentiment religieux, sans égard aux détails de la doctrine ou du dogme.

31 Adham avait, au témoignage de Lambert, strictement la même position intellectuelle : voir Régnier, ouvr. cité, p. 101.

32 Ce qui oblige Rifâ`a a, pour éviter toute contusion avec l'industrie manufacturière (sinâ` a) a opter pour la simple transcription du terme français : industriya.

33 Al-Murshid al-amîn li-l-banât wa-l-banîn, 1re édition, Le Caire, imprimerie des Écoles, 1289/1872 ; nouvelle édition, Muhammad Imara, dans les Œuvres complètes (al-A`mâl al-kâmila), II, p. 269-767.

34 Page 269 de la nouvelle édition.

35 Ibid., p. 281.

36 Car les Khitat ont d'abord pris la forme d'une enquête d'économie sociale, réalisée à partir de 1875 à la demande de `Alî Mubârak par les ingénieurs de l'Irrigation. Sur ce point, voir ma thèse déjà citée, et l'édition des Khitat, en préparation à l'IFAO.

37 Voir sur ce point Khitat, XVIII, p. 127-135.

38 Page 250 de la nouvelle édition.

39 Voir par exemple l'article qu'il publie, dans le Journal officiel, le 19 octobre 1880, à l'occasion de la création de la Société islamique de bienfaisance à Alexandrie et de la Société al-Maqâsid de bienfaisance au Caire. Ta'rîkh al-Ustâdh al-imâm Muhammad Abduh, II, p. 49-52.Il est également l'un des fondateurs de la Société Islamique de bienfaisance, évoquée plus haut.

40 Voir sur ce point le témoignage de Sayyid Uways, « Sur la naissance des sociétés religieuses extrémistes », dans D'un Orient l'autre, II, p. 423-440. Il était lui-même membre de la « Société de la Loi divine pour l'entraide de ceux qui œuvrent conformément au Livre Saint et à la Tradition Muhammadienne », fondée en 1912.

Auteur

Historienne de l'Égypte moderne, directrice de recherche au CNRS, directrice du Centre d'études et de documentation économiques, juridiques et sociales, Le Caire (MAE-CNRS). Prépare une biographie de Muhammad 'Alî.

© Presses universitaires de Lyon, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search