Version classiqueVersion mobile

Études saint-simoniennes

 | 
Philippe Régnier

L'Égypte contemporaine dans le Magasin pittoresque entre 1833 et 1870

Les silences d'Édouard Charton, saint-simonien républicain

Marie-Laure Aurenche

Texte intégral

1Le schisme survenu en novembre 1831 entre Enfantin et Bazard a entraîné une rupture brutale et irréversible au sein de la Famille saint-simonienne.

2Les uns, les fidèles, ont accompagné le « Père » (c'est-à-dire Enfantin) d'abord dans sa retraite de Ménilmontant, ensuite sur le terrain qu'il s'est choisi à sa sortie de prison, en Égypte.

  • 1 C'est à l'intérieur de la Société pour l’instruction élémentaire et de la Société de la morale chr (...)

3Les autres, les dissidents, refusant de suivre les nouvelles orientations religieuses prônées par Enfantin, sont restés attachés aux principes énoncés dans l'Exposition de la doctrine (1829-1830). Plus intellectuels que mystiques, à la différence de Barrault et de ses Compagnons de la Femme, ils se sont regroupés autour d'Hippolyte Carnot et de Jean Reynaud pour défendre leurs idées dans la Revue encyclopédique. Plus soucieux de progrès intellectuel et moral que de progrès matériel, à la différence d'Enfantin, et désireux de participer à l'entreprise d'instruction et d'éducation populaires que Guizot mit en place en 18331, ils se sont consacrés à la diffusion des connaissances, en lançant successivement le Magasin pittoresque à deux sous et l'Encyclopédie pittoresque à deux sous, devenue, l'année suivante, l'Encyclopédie nouvelle.

4Ce sont eux que l'on peut qualifier de saint-simoniens républicains, par opposition aux enfantiniens.

5Or, si les archives rassemblées à la bibliothèque de l'Arsenal permettent aux historiens de suivre pas à pas l'aventure de Ménilmontant et l'expédition d'Égypte, elles ne contiennent presqu'aucun document relatif au devenir des dissidents qui, par le fait, ne sont connus qu'en fonction de leur carrière politique (Hippolyte Carnot et Hippolyte Fortoul), de leur activité littéraire (Sainte-Beuve, Jean Reynaud, Charles Didier, Emile Souvestre) ou, en plus de ces facteurs, du rôle qu'ils ont joué dans l'histoire de la presse (Edouard Charton et Pierre Leroux) : leur expérience saint-simonienne, oubliée, minimisée ou occultée, est considérée comme une erreur de jeunesse. Par la suite, si des monographies ont été consacrées à la plupart d'entre eux, aucune étude d'ensemble n'a paru sur le saint-simonisme républicain.

6Quels furent, dans les années postérieures au schisme et à Ménilmontant, les rapports entre les enfantiniens partis en Égypte et les républicains lancés dans l'aventure de la presse populaire ? La lecture du Magasin pittoresque, créé en février 1833, précisément à l'époque des premiers départs en Orient, donne des indications à la fois sur cette question sensible et importante du débat politique français des années 1830 et, à travers le point de vue qu'elle offre, sur l'idéologie spécifique du recueil.

Le Magasin pittoresque d'Édouard Charton

  • 2 Alexandre Lachevardière avait déjà, en 1824, financé le lancement du Globe, où il avait connu Pier (...)
  • 3 Article liminaire, Magasin pittoresque (désormais MP) 1833, p. 1 : « ces relations, ces lectures, (...)

7C'est à l'instigation d'un imprimeur audacieux2 et en s'appuyant sur leur position dans la presse savante après le rachat de la Revue encyclopédique, que les saint-simoniens républicains lancent à l'imitation d'un recueil anglais, le Penny Magazine, une revue populaire illustrée, le Magasin pittoresque à deux sous : il faut offrir au grand nombre, « cette éducation générale que les classes de la société riches en loisirs doivent à des relations habituelles avec des hommes distingués, à des lectures variées, choisies, et aux souvenirs de voyage3 ».

8Économiquement, le calcul est de séduire un public plus large que celui de la Revue encyclopédique par une parution hebdomadaire, qui fragmente davantage le coût, et dont le caractère illustré est inédit. Pour la première fois en France, un journal bon marché à grand tirage offre sur la page de titre comme dans ses pages intérieures, des gravures sur bois imprimées avec le texte. C'est la porte ouverte au pittoresque, annoncé par le titre du recueil et bientôt répandu dans toutes les publications à grand tirage.

  • 4 La famille d'Édouard Charton a conservé un épais dossier inédit de notes, réflexions morales et br (...)
  • 5 M.-L. Aurenche, Édouard Charton et l'Invention du Magasin pittoresque, chap. i et ii.
  • 6 Le texte des « Mémoires d'un prédicateur saint-simonien » (22 pages) a paru dans la Revue encyclop (...)

9L'exploitation du pittoresque, venu d'Outre-Manche, est l'idée de l'un des créateurs du recueil, Édouard Charton (1807-1890). Celui-ci, entraîné presque malgré lui dans l'aventure, est resté le rédacteur en chef du Magasin pittoresque de 1833 à 1883. Les documents autobio-graphiques4 révèlent ses origines provinciales, son éducation rousseauiste à Sens auprès d'un père déiste et républicain et d'une mère à la vertu stoïcienne, ses années d'études au collège royal de sa ville natale et son départ à Paris en 1823 pour y passer son baccalauréat. Au terme de sa vie, Édouard Charton évoque, non sans émotion, sa découverte de la vie intellectuelle, artistique et sociale de la capitale et son engagement dans deux importantes sociétés philanthropiques (la Société pour l'instruction élémentaire et la Société pour la morale chrétienne5). Ses papiers personnels révèlent encore sa conversion à la religion saint-simonienne, en 1829, à la suite d'Hippolyte Carnot et de Jean Reynaud. Π en devient vite un prédicateur et un missionnaire ardent. Sur sa rupture avec Enfantin, lors du schisme entre Enfantin et Bazard en novembre 1831, et la grave crise morale qui l'accabla ensuite, il a lui-même publié aussitôt un article très éclairant et définitif6.

10C'est riche de ces expériences diverses et de ses 27 ans, qu'Édouard Charton s'est engagé dans l'entreprise de sa vie, le Magasin pittoresque.

L'Égypte dans le Magasin pittoresque

11L'intérêt que l'Europe porte à l'Orient en général tout au long du xixe siècle trouve une illustration dans le Magasin pittoresque : 10 % des articles y sont consacrés entre 1833 et 1870, soit une vingtaine par an, avec des pointes de 16 % (1838) et de 18 % (1840) lors de la seconde guerre de Syrie, et de 18 % à 15 % (1855-1858) lors de la guerre de Crimée.

  • 7 Près de vingt ans ont été nécessaires pour publier la colossale Description de l'Égypte (1809-1828 (...)

12On sait que, depuis l'expédition de Bonaparte en 1799, l'Égypte est un sujet à la mode en France : La Description de l'Égypte a ouvert de nouveaux horizons sur la mystérieuse civilisation des pharaons et sur l'exotisme de l'Orient musulman7. Aussi le Magasin pittoresque consacre-t-il plus de 130 articles à l'Égypte de 1833 à 1870.

13L'évolution des relations politiques franco-égyptiennes détermine aussi la place que l'Égypte occupe dans le recueil : les liens très étroits du vice-roi Méhémet-Ali avec les gouvernements de la monarchie de Juillet, flattant l'orgueil national, contribuent à nourrir l'intérêt pour le pays des pharaons : on compte plus de 80 articles sur l'Égypte pendant les dix-huit premières années du recueil (1833-1851). En revanche, dans les dix-huit années suivantes (1852-1870), sous le Second Empire, alors que les successeurs de Méhémet-Ali se détachent de la France pour se tourner vers l'Angleterre, le nombre des articles sur l'Égypte tombe à 40.

14À y regarder de plus près, il apparaît que, d'une période à l'autre, le nombre des articles sur l'Égypte ancienne ne diminue que de 28 à 20, alors que celui des articles concernant l'Égypte contemporaine passe de 50 à 20. C'est dire l'attention particulière que le Magasin pittoresque réserve à l'Égypte contemporaine pendant toute la durée du règne de Louis-Philippe et jusque sous la Seconde République.

  • 8 C'est précisément dans l'article consacré à l'installation de l'obélisque de Luxor sur la place de (...)

15Je ne retiendrai pas ici tous les sujets traités par le recueil, qui répond vraiment avec l'exemple de l'Égypte à sa vocation encyclopédique. Après avoir inventorié les 130 articles selon le classement adopté dans La Description de l'Égypte, je laisserai de côté l'Antiquité (travaux de Champollion et fouilles scientifiques de Mariette), l'architecture et l'urbanisme musulmans (mosquées, palais et fontaines) ainsi que l'histoire naturelle (papyrus et lotus, crocodile et malaptérure électrique du Nil), pour ne retenir que les articles d'actualité8. C'est là en effet que se concentrent les indications les plus pertinentes pour apprécier l'idéologie du recueil.

16La lecture des volumes du Magasin pittoresque de 1833 à 1870, suggère de ce point de vue plusieurs questions : depuis Paris, quel bilan les saint-simoniens républicains retirent-ils de l'expédition (1833-1836) et de la coopération (jusqu'en 1851) des saint-simoniens enfantiniens ? quel jugement portent-ils sur l'œuvre du vice-roi Méhémet-Ali, qui se targue d'emprunter à la civilisation européenne les moyens de moderniser son pays ? quel avenir, enfin, le recueil républicain assigne-t-il au peuple égyptien lui-même ?

De l'expédition de Bonaparte à la mission d'enfantin

17Un premier constat est révélateur : dans les années 1833-1840, si le Magasin ne consacre pas moins de huit articles à l'expédition de Bonaparte en Égypte (1799-1802), on ne trouve pas la moindre ligne pour évoquer l'entreprise philanthropique d'Enfantin (1833-1836). La différence d'échelle entre les deux événements ne justifie pas ce silence absolu.

18D'autant qu'en se privant d'évoquer les faits et gestes moins glorieux, mais pacifiques et industrialistes du groupe enfantinien, le Magasin se trouve réduit à faire chorus avec la propagande du régime de Louis-Philippe. Car, dans sa volonté de réconcilier tous les Français sous sa propre houlette, de rétablir un consensus national autour de sa politique patriote, ce dernier déploie de spectaculaires efforts pour réhabiliter l'épopée napoléonienne. Le recueil républicain de Charton s'inscrit, de fait, dans cette politique de Louis-Philippe, puisqu'il consacre en particulier des articles aux inaugurations des œuvres d'art commémoratives de l'expédition de Bonaparte en Égypte (bas-relief de l'Arc de Triomphe de l'Étoile, plafond peint du Louvre, statue de Kléber à Strasbourg).

  • 9 « Extrait d'un rapport de Bonaparte sur la bataille des Pyramides », MP, 1833, p. 291.
  • 10 « Expédition de Bonaparte. Commission et Institut d'Égypte », MP, 1836, p. 354.

19Les mêmes articles offrent au Magasin l'occasion de rappeler les projets stratégiques de Bonaparte en Égypte. Celui-ci, comme le journal de Charton s'emploie à le souligner par des citations insistantes, se proposait d'une part de libérer le peuple égyptien du joug ottoman, mais pour le soumettre à l'influence de la France (« la République ne peut avoir une colonie plus à sa portée et plus riche que l'Égypte9 ») et, d'autre part, d'éliminer l'Angleterre de la route des Indes (« l'Égypte était le véritable point intermédiaire entre l'Europe et l'Inde, et c'est là qu'il fallait s'établir pour ruiner l'Angleterre ; de là on devait dominer à jamais la Méditerrannée, en faire, suivant une de ses expressions un lac français10 »).

  • 11 Ibid.

20Le programme scientifique et économique de Bonaparte est ensuite présenté : la Commission, c'est-à-dire les savants qui accompagnèrent l'expédition, fut « chargée, à la suite et sous la protection de nos armées, d'explorer et d'étudier l'Égypte dans l'intérêt de la science et des arts11 ». Il ne s'agissait pas de parcourir le pays seulement pour le décrire, mais pour trouver les moyens de le moderniser.

21Les objectifs de l'Institut d'Égypte sont repris dans l'article, d'après les termes mêmes de l'Avertissement de La Description de l'Égypte (qui date de 1809) :

  • 12 Ibid.

les uns devaient s'occuper à faire une description exacte du pays, à en dresser la carte la plus détaillée ; les autres étaient chargés d'en étudier les ruines ; et de fournir de nouvelles lumières à l'histoire ; ceux-ci avaient à examiner les productions, à faire les observations utiles à la physique, à l'astronomie, à l'histoire naturelle ; ceux-là enfin devaient rechercher les améliorations qu'on pourrait apporter à l'existence des habitants par des machines, par des canaux, des travaux sur le Nil12.

22La reproduction du tableau de Léon Cogniet Expédition de Bonaparte en Égypte, exécuté pour un plafond du Louvre, qui figure en première page de la livraison, illustre, au sens propre, ce vaste programme (ill. 1). On voit, au premier plan du tableau, les savants et les artistes se livrant à leurs travaux : l'un note sur un registre les explications d'un Égyptien, un autre fait transporter une momie à deux jeunes garçons, un troisième donne des ordres à un fellah accroupi par terre ; à l'arrière du tableau, sous un dais et au-dessus d'eux comme pour les protéger, Bonaparte et ses officiers qui l'entourent. Pour les lecteurs du recueil, telle est l'image qu'ils reçoivent de la France à l'œuvre en Égypte. Il est facile d'imaginer que, pour Enfantin et ceux qui l'ont suivi en Égypte, comme aux yeux de tous ceux qui ont pu s'intéresser, ne serait-ce que par curiosité, à leur tentative, la comparaison est cruelle et sans appel.

23D'autant plus que cet article paraît en novembre 1836, à l'époque même du triste et discret retour d'Enfantin en France (il a quitté Alexandrie le 31 octobre). On ne peut cependant que souligner a posteriori la coïncidence des dates, sans pouvoir apporter la preuve d'une intention délibérée des rédacteurs du recueil de glorifier l'un pour mieux déprécier l'autre. C'est que telle est, en règle générale, la manière de signifier du Magasin.

  • 13 Ph. Régnier, Les Saint-Simoniens en Égypte, éd. Amin Fakhry Abdelnour, Le Caire, 1989, p. 61-70 et (...)

24De plus, en énumérant les projets de l'Institut d'Égypte et en particulier le dernier (« rechercher les améliorations qu'on pourrait apporter à l'existence des habitants par des machines, par des canaux, des travaux sur le Nil »), le Magasin montre encore, avec le même air de ne pas y toucher, que la seconde expédition, celle d'Enfantin, n'a rien inventé de nouveau. Plus encore, il semblerait qu'elle n'ait rien accompli : pas un mot sur les tentatives des saint-simoniens d'améliorer les conditions de travail des fellahs réquisitionnés pour construire le barrage du Nil et assurer la formation technique de « l'armée industrielle » de l'Égypte ; pas un mot sur leurs projets de création d'un système d'instruction publique inspiré du modèle français (écoles primaires, préparatoires et supérieures) ; pas un mot sur les efforts courageux de ceux qui sont restés en Égypte après le départ d'Enfantin pour faire évoluer la médecine, l'agriculture ou le sort des femmes13. Les savants de l'expédition de Bonaparte sont souvent désignés par leur nom, comme d'autres coopérants français de Méhémet-Ali, mais les missionnaires saint-simoniens ne sont jamais nommés dans le recueil d'Édouard Charton.

III. 1. « Musée du Louvre. – Expédition de Bonaparte en Égypte, plafond peint par Léon Cogniet. », MP, 1836, p. 353.

25Douterait-on que cette censure ou, à tout le moins, cette neutralité de façade ne soient en profondeur mal intentionnées, que des écrits publics et intimes attestent la vivacité et la persistance des sentiments anti-enfantiniens de Charton. Dès l'époque du schisme, celui-ci a violemment exprimé son ressentiment à l'égard d'Enfantin dans ses Mémoires d'un prédicateur saint-simonien, lui reprochant d'avoir dénaturé « l'ancienne doctrine », d'avoir provoqué la scission entre les membres et d'avoir ainsi détruit l'idéal de sa jeunesse :

si vous saviez de quels accès de misanthropie j'ai été dévoré : voir ainsi déchirer, salir mon bel avenir, mon beau ciel,

  • 14 Lettre à É. Souvestre, 19 décembre 1831, Archives privées Versailles.

26écrit-il en décembre 1831 à Émile Souvestre14.

27La correspondance de sa vie tout entière apporte aussi la preuve que la blessure ne s'est jamais complètement fermée et qu'il ne désarme pas. Ainsi, dans une lettre à sa femme datée de 1846, consigne-t-il une marque supplémentaire, parmi d'autres, de son refus d'une réconciliation :

  • 15 Lettre à Hortense, 14 juillet 1846, Archives privées Versailles.

D'Eichthal vient encore de m'écrire pour m'inviter à aller dîner chez lui avec Enfantin demain mercredi. Mais je refuse15.

28D'autres lettres échangées avec J. Reynaud abondent en allusions plus ou moins ironiques sur les projets d'Enfantin après le retour d'Égypte :

  • 16 Jean Reynaud, lettre à M. Édouard Charton, 1er août 1849, Correspondance familière, Motteroz, 1886 (...)

le P. Enfantin est toujours un peu comme Esaü, disposé à vendre son droit pour un plat de lentilles16.

  • 17 Lettres à Gustave d'Eichthal, années 1875-1880, bibliothèque Thiers, Institut de France. Je prépar (...)

29Dans les dernières années de sa vie enfin, toujours préoccupé de laisser à la postérité une vision juste du mouvement saint-simonien, c'est à son fidèle ami Gustave d'Eichthal, dont la brouille avec Enfantin est notoire, que Charton demande d'en écrire la véritable histoire17.

  • 18 « Musée du Louvre. Salon de 1834. Sculpture de la prise d'Alexandrie en Égypte, par M. Chaponnière (...)
  • 19 « Mort de Kléber », MP, 1846, p. 36-37.
  • 20 « Statue de Kléber à Strasbourg », MP, 1840, p. 193-194.

30S'il est, dans le siècle, pour le Magasin, des figures de la paternité, ce n'est donc certainement pas du côté d'Enfantin et des siens qu'il les recherche, mais bien plutôt du côté de Bonaparte et, plus encore, de manière tendancieusement significative, du côté du général républicain Kléber. Trois articles, en effet, lui sont consacrés : le premier pour rappeler qu'en août 1799, « Bonaparte laissa le commandement de l'armée d'Égypte à Kléber [et que] le nouveau général en chef se distingua par des prodiges de valeur et par la sagesse de son administration18 » ; le second pour affirmer que son assassinat le 14 juin 1800 par un musulman fanatique fut « un crime qui nous fit perdre l'Égypte19 » ; et le troisième, le jour de l'inauguration de la statue de Kléber à Strasbourg en 1840, pour présenter une image idéale du « père la Violette », grâce à un dialogue entre les vétérans de l'armée d'Égypte, les Égyptiens20.

  • 21 Les nombreux témoignages parus en France à cette époque sur l'œuvre de Méhémet-Ali occultent entiè (...)

31Dans tous ces articles il ne s'agit pas seulement d'idéaliser l'expédition des soldats et des savants de la République, embarqués dans l'aventure de gré ou de force par un général ambitieux, mais aussi, par la même occasion et de manière insidieuse, d'écraser sous la comparaison l'entreprise de leurs épigones saint-simoniens, en participant de la sorte à l'attitude générale de la presse contemporaine, impatiente de les voir disparaître pour de bon du paysage idéologique21.

Le témoignage des missionnaires saint-simoniens à leur retour d'Égypte

32Le silence observé par le Magasin sur l'aventure égyptienne des enfantiniens ne l'empêche cependant pas d'avoir recours à leur témoignage après leur retour en France. L'anonymat, de règle pour l'ensemble des articles, facilite, là encore, leur radiation en tant que tels, mais un certain nombre d'identifications, on va le voir, sont possibles.

  • 22 Je remercie Ph. Régnier qui a bien voulu me communiquer les références de ces articles parus dans (...)
  • 23 Dans Le Temps, les « Lettres sur l'Égypte » signées « Mme S. V. » ou « Mme Suzanne V. S. » ne font (...)

33Plusieurs autres périodiques, dont deux quotidiens, Le Siècle et Le Temps, ont en effet publié, entre 1836 et 1840, des témoignages directs et signés sur l'expédition d'Enfantin22. Suzanne Voilquin a inséré « XII Lettres sur l'Égypte » dans Le Siècle, du 16 février 1837 au 30 novembre 1837, qui sont à l'origine de la publication de ses souvenirs23. Ces lettres racontent son expérience médicale en Égypte auprès des médecins Dussap et Delung, ses tentatives pour former des sages-femmes égyptiennes. Pourtant, alors que le Magasin semble particulièrement sensible à la condition misérable des femmes fellahs épuisées par leurs grossesses précoces, aucun article sur l'état sanitaire des classes pauvres ne fait écho à ceux de S. Voilquin, sans doute trop féministe, trop libérée sexuellement et trop marquée comme enfantinienne pour avoir sa place dans un journal « pour tous » ! De même, aucune mention n'est faite des projets pédagogiques, il est vrai avortés, de Clorinde Rogé (dont la liaison avec Soliman-Sève avait fait scandale dans les milieux français du Caire), pour instruire les femmes dont le Magasin pittoresque déplorait justement qu'elles fussent « absolument illettrées » et maintenues dans un état d'infériorité inacceptable.

  • 24 Ph. Régnier, Les Saint-Simoniens en Égypte (1833-1851), Le Caire, 1989, p. 122-124.

34Plusieurs articles d'Auguste Colin parus dans Le Temps, de novembre 1837 à janvier 1838, et dans la Revue des deux mondes, de janvier 1838 à janvier 1839, développent des propositions d'inspiration saint-simonienne et fouriériste à la fois en matière d'économie orientale24 : relations commerciales entre l'Europe et l'Orient, transport des marchandises en Méditerrannée, droits de douane pour ces échanges internationaux, etc. Aucune trace non plus dans le périodique d'Édouard Charton.

  • 25 MP, 1837, p. 42.
  • 26 MP, 1838, p. 35.
  • 27 MP, 1837, p. 7.
  • 28 « Une cérémonie religieuse au Caire », MP, 1837, p. 171.
  • 29 « Une fête de Mahomet », MP, 1838, p. 242-249.
  • 30 « La chasse en Égypte », MP, 1837, p. 166 et 198.

35Rien ne permet d'affirmer que les articles sur les domestiques25, les bourriquiers26, ou les écoles primaires27 sont de la plume de Colin, d'Urbain ou de Granal, qui ont écrit tous les trois sur les mêmes sujets dans Le Temps à leur retour d'Égypte. Quant aux articles sur les cérémonies religieuses, si le premier28 est présenté comme le récit du consul anglais William Lane, l'auteur du second29 n'a pas pu être identifié malgré l'indication donnée : extrait d'une lettre du Caire. En revanche, le récit de chasse présenté comme un souvenir personnel30, a paru ensuite sous le même titre dans Le Temps le 14 novembre 1837, signé de Granal, qui avait succédé à Urbain dans ce journal, après le départ de celui-ci en Algérie. Voilà bien Charton pris en flagrant délit de recours à une plume enfantinienne. Il est vrai que sans cette republication signée, l'anonymat, et le caractère anodin du sujet n'auraient rien laissé deviner de ce reste de solidarité avec un ancien coreligionnaire en Saint-Simon. Besoin de copie ou acte de générosité envers un militant en mal de subsides à son retour, aucun document ne permet d'expliquer cette concession. Mais le fait est là.

  • 31 À cette date où Charton devient seul rédacteur en chef, après le départ d'Euryale Cazeaux, il dres (...)

36L'autre piste sûre est donc celle de « Tom Urbain », le dernier nommé dans la liste des rédacteurs du Magasin pittoresque parue dans la postface du volume V, à la date du 31 décembre 183731. On ne sait pas non plus comment Urbain a pu trouver grâce auprès d'Édouard Charton ; la seule certitude est qu'ils se sont rencontrés au Temps, où Charton tenait la chronique théâtrale.

37Dans ce quotidien, Urbain a écrit six articles, du 5 juillet au 4 octobre 1836, à propos du harem, des femmes coptes, arméniennes et juives, puis des esclaves blanches et noires, enfin des femmes fellahs. Seul le dernier article a été repris dans le recueil de Charton. Dans le texte du Temps, on ne peut manquer de relever tous les traits érotiques qu'Urbain s'est complu à souligner :

  • 32 « Les femmes fellahs », Le Temps, 4 octobre 1836.

si ce n'est pas par l'exquise délicatesse de son esprit qu'elle peut séduire les hommes, elle [i.e. la femme fellah] sait captiver leur amour par l'ingénieuse adresse de sa démarche, qui laisse deviner toutes les perfections de sa beauté, par ses mouvements pleins d'une molle volupté, par ses œillades brûlantes [...] à voir avec quel art elle porte ses guenilles on soupçonne l'usage qu'elle saurait faire d'une parure plus riche32...

38Mais dans le Magasin, après une introduction générale sur la condition de la femme du peuple égyptienne, le portrait physique qui rend compte de sa vie laborieuse a perdu tout caractère érotique :

  • 33 « La femme fellah », MP, 1838, p. 182-183.

la fellah a une noble et majestueuse désinvolture ; elle se drape harmonieusement d'une tunique et d'un voile de toile bleue, d'où s'échappent ses bras nus ; son teint est brun comme la terre qui la porte ; sa démarche est balancée comme le palmier auprès duquel elle passe : la fellah est belle de sa force et de ses labeurs. Sans doute, il y a quelque chose en elle d'un peu mâle ; cependant par ses habitudes, d'industrie et d'activité, en contractant quelque chose de l'énergie de l'homme, la fellah a su conserver toute la grâce de son sexe33.

  • 34 Expédition de Bonaparte en Égypte, MP, 1836, p. 353.

39Dans la suite de l'article, les ciseaux de Charton ont supprimé la longue comparaison établie par Urbain dans Le Temps avec la femme européenne, ainsi que tous les aspects négatifs du caractère imputé à l'Égyptienne (jalousie, inconstance et passivité). En revanche, le Magasin présente – tiré d'une autre source inconnue – un développement sur la femme fellah venue travailler en ville, où elle est dite jouir d'une dignité et d'une liberté plus grandes qu'à la campagne. Enfin, l'article renvoie au tableau de Cogniet déjà cité (ill. 1) qui ne représente que des hommes, sauf sur la droite, une femme en train d'apporter de l'eau aux membres de l'expédition34 : n'était-ce pas, pour le peintre comme pour le rédacteur en chef du recueil, la même volonté de montrer la femme orientale au travail et non pas alanguie sur son divan ?

40Parmi les témoignages des saint-simoniens revenus d'Égypte, seuls trouvent donc grâce aux yeux du rédacteur du Magasin pittoresque, ceux qui servent le caractère soit édifiant, soit pittoresque du journal.

  • 35 « Administration de l'Égypte en 1836 » : Méhémet-Ali, « le plus grand homme du siècle après Napolé (...)

41Ce n'est pas tout. Après avoir rappelé que c'est la première expédition française qui avait ouvert à l'Égypte la voie du progrès et avoir refusé à Enfantin et à ses compagnons le rôle de continuateurs, c'est le vice-roi Méhémet-Ali que le Magasin pittoresque s'attache à investir du rôle d'héritier direct et légitime de Bonaparte35.

Méhémet-Ali, le réformateur de l'Égypte

  • 36 « Méhémet-Ali, vice-roi d'Égypte », MP, 1837, p. 26. Le portrait du vice-roi, exécuté par Wattier, (...)
  • 37 « Mahmoud-bey gouverneur de Beirout. Mission égyptienne à Paris », MP, 1840, p. 390.

42De 1836 à 1840, le Magasin pittoresque présente en effet plusieurs articles sur Méhémet-Ali, dont l'un est accompagné d'un portrait (ill. 2), pour rappeler ses choix politiques36, la création de la Mission égyptienne à Paris37 et son admiration pour l'Europe :

III. 2. « Méhémet-Ali, vice-roi d'Égypte. », MP, 1839, p. 405.

  • 38 « Méhémed-Ali », MP, 1839, p. 405-406.

Méhémet-Ali eut le courage de vaincre son orgueil de musulman et d'emprunter à la civilisation des chrétiens ce qui manquait à l'Égypte38.

43Enfin, un article sur le palais d'Ibrahim-Pacha célèbre les talents agronomiques de l'invincible stratège :

  • 39 « Le palais d'Ibrahim-Pacha », MP, 1840, p. 65.

il est beau de voir la main qui est condamnée à faucher les hommes comme de l'herbe, semer la terre et se mettre, pour ainsi dire, au service de l'agriculture, cette bienfaisante nourricière des peuples39.

  • 40 « Mahmoud-bey gouverneur de Beirout. Mission égyptienne à Paris », MP, 1840, p. 390.

44Une fois de plus, les seuls Français cités dans le journal, sont ceux de la première expédition restés au service du vice-roi pour l'assister dans sa politique de réformes, tel l'inamovible Jomard, le grand homme de l'Institut d'Égypte, qui reçut en France les jeunes Égyptiens de la Mission égyptienne à Paris et qui, malgré les changements de régime, continue à être un intermédiaire inévitable40. Sont également nommés ceux qui se trouvaient en Égypte avant l'arrivée des saint-simoniens et qui les ont, pour la plupart, accueillis et aidés :

à côté du nom de Soliman-Pacha, viennent se placer ceux de Clot-bey, Cerisy bey, Resson bey, Linan, Dussap, Jumel, Abro et tant d'autres.

45Soliman-Pacha, en particulier, a droit à une mention particulière :

  • 41 « Méhémet-Ali », MP, 1839, p. 405-406.

grâce à l'audace, à l'adresse et à la persévérance de cet ancien officier de Napoléon, la France peut revendiquer l'honneur d'avoir doté l'Égypte d'une armée et d'un général41.

  • 42 « Alexandrie », MP, 1840, p. 405.

46Son portrait figure dans le journal, à côté de celui d'Ibrahim-Pacha. Le nom de M. de Cerisy, « celui qui est à la marine égyptienne ce que Soliman-Sève est à l'infanterie » est cité, lui aussi, dans un article consacré à la ville d'Alexandrie42.

47Dans l'histoire de l'Égypte, Méhémet-Ali a représenté, aux yeux de Charton et de ses rédacteurs, le grand homme susceptible de sortir son peuple de la sujétion du sultan et des traditions ancestrales, et de le conduire sur la voie du progrès social, intellectuel et moral. Tel avait été aussi, à leur départ, le rêve d'Enfantin et de ses compagnons. C'eût pu être un motif d'oublier les rancunes et de saluer leur entreprise. On n'a vu qu'il n'en est rien.

48L'appréciation enthousiaste du Magasin sur la politique du vice-roi se fonde plutôt sur trois témoignages postérieurs, dont les auteurs inspiraient alors toute confiance à Édouard Charton, comme à la France entière.

  • 43 Au terme d'un grand périple en Orient, il fut reçu en Égypte par son ancien compagnon d'armes, l'e (...)
  • 44 Caldavène et Breuvery, L’Égypte et la Turquie de 1829 à 1836, Paris, de Bertrand, 1836. On peut ra (...)
  • 45 « Méhémet-Ali, vice-roi d'Égypte », MP, 1837, p. 26.
  • 46 Clot-Bey, Aperçu général sur l’Egypte, Paris, Fortin, 1840.

49Il ne fait aucun doute que les articles parus sous les titres « Armée égyptienne en 1836 » et « Administration civile de l'Égypte en 1836 » font référence au témoignage inédit du maréchal Marmont, compagnon de Bonaparte en 1799 et revenu en Égypte trente-six ans plus tard43. De la même façon, l'ouvrage de Caldavène et de Breuvery44, paru en 1836, loué dans un article du Temps paru le 30 juin 1836 et signé X. R., a pu servir à la rédaction du premier portrait de Méhémet-Ali45. Enfin, parce que son auteur, fixé en Égypte depuis quinze ans, a travaillé avec le concours de Jomard, Mengin, Linant de Bellefonds et de Cerisy, l'ouvrage apologétique de Clot-Bey46 sur Méhémet-Ali a probablement servi à la rédaction des cinq articles de 1840 sur le vice-roi.

50Après 1840, pourtant, Méhémet-Ali ne fait plus l'objet d'aucun article dans le Magasin pittoresque, alors que son règne dure encore neuf ans : son échec politique dans la crise de 1840 et son état de santé – il est atteint de sénilité – le relèguent désormais au fond de son palais. Aussi les témoignages rapportés d'Égypte par les Occidentaux sont-ils d'abord moins élogieux, pour devenir ensuite tout à fait défavorables.

51Indirectement, les articles du Magasin consacrés en 1847 aux conditions de vie des fellahs, confirment ce brutal revirement et constatent l'échec de Méhémet-Ali. Après l'épidémie de peste en 1835, le vice-roi avait fait construire des villages :

  • 47 « Les classes pauvres en Égypte. II. Habitations, ameublement des fellahs », MP, 1847, p. 83-84.

mais hélas ! les fellahs ne pourront acheter ces belles demeures dont le pacha prétendra sans doute avoir un prix exagéré. Ceux qui ne connaîtront pas le fond des choses admireront le vice-roi aux pensées régénératrices, et se récrieront sur la perversité du fellah qu'il faut forcer à être heureux. [... ] Il n'y aura de changé que la place de plusieurs millions de piastres, aujourd'hui disséminées en très petites sommes sous la langue des fellahs, et alors rassemblées dans le trésor de Méhémet-Ali47.

52Dans le dernier article consacré aux nouveaux procédés de mise en valeur du sol, les fellahs, toujours menacés du fouet et accablés d'impôts, paraissent souvent condamnés à abandonner leur terre et à fuir vers le désert, où les Bédouins les utilisent comme esclaves :

  • 48 « Les classes pauvres en Égypte. IV. Procédés agricoles », MP, 1847, p. 248.

Ceux qui ont émigré en Syrie n'ont pas été plus heureux, et les vindicatives exécutions du cruel Ibrahim ont trop bien appris aux fellahs de l'Égypte, que même au delà des frontières du pachalik, ils se trouveront à la portée du bras de Méhémet-Ali48.

  • 49 E. de Salles, Pérégrinations en Orient, ou voyage pittoresque, historique et politique en Égypte, (...)

53Plusieurs ouvrages49, parus à cette époque, jugent sévèrement la politique intérieure du vice-roi, en prenant le contre-pied de l'ouvrage flatteur de Clot-Bey.

54On retiendra ici plus particulièrement les témoignages de deux Français qui, ayant séjourné en Égypte dans les dernières années de Méhémet-Ali, pouvaient porter un regard éclairé sur l'ensemble de son règne : il s'agit de Hamont et de Prisse d'Avesnes. P. N. Hamont, en particulier, collaborateur de Clot-Bey et directeur de l'école vétérinaire d'Abouzabel, déclare :

  • 50 P. N. Hamont, L’Egypte sous Méhémet-Ali, 1843, cité par J. M. Carré, Voyageurs et écrivains frança (...)

je me suis trompé... L'Égypte n'offre que désolation et misère. L'Égypte moderne n'est qu'une façade prétentieuse dressée par un despote, derrière laquelle un peuple avili croupit dans la misère50.

  • 51 Il ne figure pas, en effet, dans la liste – qui n'avait rien d'officiel – des saint-simoniens en É (...)
  • 52 On lit dans le Voyage d'Orient d'Ismayl Urbain, (édition, notes et postface par Philippe Régnier, (...)

55La collaboration d'Émile Prisse d'Avesnes au Magasin mérite une mention spéciale. Il n'est pas publiquement suspect de compromission avec les saint-simoniens51, ce qui suffisait à le rendre crédible aux yeux de Charton. Cependant, il résidait en Égypte depuis 1827, et il avait accueilli les saint-simoniens à leur arrivée au Caire et partagé leur expérience orientale, en particulier avec Urbain à l'école de Damiette52.

  • 53 « Le trochilus », MP, 1845, p. 336.
  • 54 Dewachter, Un Avesnois : l'égyptologue Prisse d’Avesnes (1807-1877), Avesnes, 1988.
  • 55 « Les classes pauvres en Égypte. I. Types, physionomies, caractère des fellahs », MP, 1847, p. 42- (...)
  • 56 H. Cammas et A. Lefèvre, La Vallée du Nil, 1866.

56Sa participation au Magasin pittoresque débuta en 1845, à son retour en France. Édouard Charton a trouvé dans « l'artiste français qui a longtemps habité l'Égypte53 » un collaborateur exceptionnel. En effet, ayant séjourné en Égypte pendant près de quinze ans, Prisse d'Avesnes y avait appris l'arabe et s'intéressait à la fois à l'Égypte ancienne et à l'Égypte moderne. Il n'y a pas lieu de retracer ici sa carrière, déjà présentée grâce à tous les documents inédits rassemblés au musée d'Avesnes54. L'important est de remarquer avec quelle rapidité et quelle efficacité Charton s'est assuré son concours. La série des quatre articles sur « Les classes pauvres en Égypte » a paru dans le Magasin en 184755, soit l'année précédant la parution de L'Égypte moderne, chez Didot en 1848, sous les initiales « MM. H. et P. ». L'anonymat des auteurs, sans doute destiné à les protéger, eux et leurs relations, des contrecoups prévisibles de leurs critiques, a été rapidement percé. Ils ne sont autres que les personnages précédemment nommés : Hamont, le successeur de Clot-Bey à l'école vétérinaire d'Abouzabel, et Prisse, dont les dessins étaient déjà signés dans les articles du Magasin. Les lecteurs du Magasin ont donc lu ce reportage « en exclusivité », comme d'ailleurs en 1865 l'article sur les femmes fellahs, qui a précédé d'un an la parution de La Vallée du Nil56.

57Hamont et Prisse auraient d'ailleurs pu, au moins, mentionner les efforts des saint-simoniens pour transformer l'Égypte et les positions de premier plan acquises par quelques-uns d'entre eux (Lambert, Bruneau, Perron) et leurs alliés égyptiens (Adham, Abdel Rahmann...). Ils s'en abstiennent également, probablement pour ne pas gêner l'action de ceux qui sont restés et de leurs amis sur place, mais sans doute aussi pour ne pas rompre le silence général dans un organe de presse particulièrement déterminé à s'y tenir.

Le peuple égyptien, ou l'échec d'une marche vers l'âge d'or57

  • 57 « L'âge d'or du genre humain n'est pas derrière nous, il est au-devant » (Saint-Simon, De la relig (...)

58Mais pour les rédacteurs républicains du Magasin pittoresque, l'image de l'Egypte ne saurait se réduire à celle de son souverain. L'espoir qu'avaient fait naître les réformes amorcées sous son règne devait laisser des traces tangibles jusque dans les couches les plus humbles de la population. C'est ce que cherchent à montrer de nombreux articles dont la tonalité reflète la même évolution que celle qui a été mise en évidence à propos de Méhémet-Ali.

59Il s'agit d'abord de démontrer dans quel avilissement le peuple égyptien se trouvait à l'arrivée de Bonaparte en 1799. L'armée française avait découvert avec stupeur le triste état des paysans égyptiens (ill. 3) :

  • 58 « Extrait d'un rapport sur la bataille des Pyramides », MP, 1833, p. 291.

leurs maisons sont pitoyables. Il est difficile de voir une terre plus fertile, et un peuple plus misérable, plus ignorant et plus abruti. Ils préfèrent un bouton de nos soldats à un écu de six francs ; dans les villages, ils ne connaissent pas même une paire de ciseaux. Leurs maisons sont d'un peu de boue. Ils n'ont pour tout meuble qu'une natte de paille et deux ou trois pots de terre. Ils mangent et consomment en général fort peu de chose. Ils ne connaissent point l'usage des moulins ; de sorte que nous avons bivouaqué sur des tas immenses de blé, sans pouvoir avoir de farine. Nous ne nous nourrissions que de légumes et de bestiaux. Le peu de grains qu'ils convertissent en farine, ils le font avec des pierres ; et dans quelques gros villages, il y a des moulins que font tourner des bœufs58.

60En revanche, le tableau du peuple égyptien sous le règne de Méhémet-Ali, évolue à l'image du portrait de son vice-roi : à partir de 1836, le recueil donne la vision heureuse d'un peuple promis à un bel avenir, mais après 1840, les descriptions comme les illustrations redeviennent de plus en plus sombres et pitoyables.

61Le premier article consacré au peuple égyptien en 1837 constate l'efficacité des écoles coraniques où les enfants pauvres reçoivent gratuitement l'instruction :

  • 59 « Les écoles primaires en Égypte », MP, 1837, p. 7.

on rencontre au Caire plus de quatre cents écoles publiques ; aussi les habitants savent-ils tous généralement lire59.

62La méthode pédagogique de ces écoles qui utilisent le bruit et l'agitation des élèves au lieu de les réprimer, serait en effet plus efficace sur les enfants égyptiens que celle des écoles européennes :

  • 60 Ibid.

il semble que le bruit et le mouvement soient nécessaires aux enfants égyptiens pour apprendre, car dans toutes les écoles organisées par les Européens, où les écoliers sont assis sur des bancs et devant des tables, et où ils sont obligés d'écouter en silence l'enseignement que le professeur fait pour tous, la moitié des élèves s'endort, et l'autre moitié, croisant ses jambes sur le banc, s'ennuie, rit et cause60.

63L'article va ainsi jusqu'à mettre en cause les méthodes pédagogiques de telle ou telle mission européenne.

64Dans le même esprit de complaisance a priori pour les spécificités égyptiennes, le Magasin fait du petit peuple du Caire un portrait bienveillant dans cinq articles consacrés aux domestiques, bourriquiers et bateleurs : débrouillards et intelligents, ils savent, souligne-t-il, se montrer utiles aux étrangers qui ne connaissent ni la langue ni les moeurs de l'Égypte. Dans la hiérarchie sociale, les bourriquiers en particulier seraient d'un niveau supérieur aux fellahs. Aussi est-ce prioritairement à eux, est-il expliqué, que Méhémet-Ali promet l'instruction supérieure :

III. 3. « Un fellah. – Dessin de M. Prisse. », MP, 1847, p. 44.

  • 61 « Les bourriquiers d'Égypte », MP, 1838, p. 36.

quand Méhémet-Ali voulut peupler ses écoles, c'est parmi les bourriquiers qu'il fit la presse ; on les prit à leurs baudets, au milieu des rues et des carrefours pour les placer dans des écoles élémentaires, puis des écoles de mathématiques ou de médecine ; plusieurs deviendront peut-être des hommes distingués61.

  • 62 « La femme fellah », MP, 1838, p. 182.

65On le voit à cette approbation fascinée des méthodes brutales du vice-roi, à mi-chemin de l'indépendantisme nationaliste et du socialisme autoritaire, autant le Magasin censure l'évocation des déviations enfantiniennes, autant il se plaît à évoquer la perspective d'une Égypte suivant le chemin des progrès espérés par Saint-Simon et le groupe républicain de ses disciples qui s'étaient rassemblés autour de la Revue encyclopédique en 1832. Ainsi même retrouve-t-on dans le discours du Magasin des propos en faveur de l'émancipation des femmes, dès lors qu'elle s'accomplit dans le sens d'une plus grande adéquation à la morale conjugale. Par exemple, est-il observé, les femmes « venues en ville pour se livrer aux travaux de la domesticité, au menu trafic des bazards et des rues », et mariées à des artisans, des ouvriers, des soldats, auraient une situation économique moins misérable qu'à la campagne et jouiraient d'une plus grande liberté que les femmes enfermées dans les harems62.

  • 63 « Agriculture en Égypte », MP, 1841, p. 20.
  • 64 « Irrigation dans les pays orientaux », MP, 1842, p. 115.

66Cependant l'échec des réformes agricoles, dénoncé par les témoignages de tous ceux – saint-simoniens ou non – qui l'ont constaté sur place, est déjà reconnu dans les articles de 1841 et 1842, où le recueil signale, même si c'est de la façon la plus neutre, la routine de la culture du blé ou de l'irrigation (« on sème, on coupe63... »), inchangée depuis les techniques inventées dans la plus haute antiquité et que représentent les bas-reliefs et peintures de l'Égypte ancienne. Dans le cycle du blé, comme pour l'irrigation (système du levier à contrepoids, le chadouf ; système de la roue chargée de godets, la sakieh), tout repose encore sur l'abondance, la patience et le fatalisme d'une main d'œuvre proche de l'état de servage (ill. 4-5)64.

III. 4. « Chadouf des Égyptiens modernes. », MP, 1842, p. 116.

III. 5. « Sackieh des Égyptiens modernes. », MP, 1842, p. 117.

  • 65 On peut souligner, à propos de cette série d'articles, le décalage qui apparaît entre le texte et (...)
  • 66 C'étaient les objectifs de la Société pour l’instruction élémentaire et de la Société de la morale (...)

67Aussi bien en 1847, la série des quatre articles déjà cités de Prisse d'Avesnes et Hamont (une dizaine de pages illustrées de huit gravures) présente-t-elle un tableau très sombre des conditions de vie des fellahs et de l'état de l'agriculture en Égypte à la fin du règne de Méhémet-Ali65. C'est pour Charton l'occasion de dénoncer la misère des classes défavorisées et de chercher les moyens d'améliorer leur sort66. À mots couverts, l'expression de cette préoccupation socialisante est bien évidemment destinée à faire réfléchir du même coup sur la situation française.

68Il n'est pas indifférent que le témoignage accusateur de Hamont et de Prisse d'Avesnes soit paru en France à la veille de la révolution de 1848 :

  • 67 « Les classes pauvres en Égypte. I. Types, physionomies, caractère des fellahs », MP, 1847, p. 42.

nous ne traçons point un portrait idéal ; la plus triste réalité nous a servi de modèle, et on ne doit pas s'étonner de nous trouver en désaccord avec les images flatteuses sorties du pinceau des voyageurs optimistes67.

69Il y aurait même, déchantent-ils, aussi déçus par la révolution de Méhémet-Ali que par 1789 et 1830, un recul par rapport à l'ère pharaonique. Les fellahs, qui, relèvent-ils, rappellent « les figures sculptées sur les plus anciens monuments » seraient devenus « une classe d'hommes exploités sous le joug turc ». Les femmes, rapportent-ils, sont flétries à 25 ans « par les fatigues de la maternité et les souffrances d'une situation misérable », et les enfants « qui survivent à une effrayante mortalité », sont rachitiques et d'une malpropreté repoussante. L'état des vêtements (précisément nommés en arabe) serait un indice sûr de cette misère absolue :

  • 68 Ibid.

ni caleçon, ni souliers, ni robe de coton bleu, ni robe de laine brune, mais seulement quelques haillons qui les garantissent imparfaitement des ardeurs du soleil et du contact de l'humidité68.

70Le régime alimentaire, poursuivent Hamont et Prisse, manque de protéines, l'eau du Nil est insalubre, seuls le café et le tabac apportent un peu de vigueur artificielle à la population (ill. 6).

III. 6. « Habitation et meubles fellahs. – Dessin de M. Prisse. », MP, 1847, p. 45.

71Car l'homme n'a aucune énergie :

  • 69 Ibid.

le fellah ne travaille plus que menacé ou même frappé par les agents de l'autorité publique69.

72Sur la femme, soumise et dévouée à son mari, retombent toutes les charges domestiques. Si ce dernier est victime du fisc, il ne lui reste plus qu'à vendre tout ce qu'elle a pour le faire sortir de prison. Quant à l'habitat de ces malheureux, déjà évoqué d'un point de vue politique, il offrirait les pires conditions pour la santé : eaux sales stagnantes et cimetières autour des maisons. Le manque d'hygiène, l'absence de précautions sanitaires, les pratiques superstitieuses en guise de soins médicaux, aucun de ces facteurs négatifs classiques, à plusieurs reprises soulignés, n'échappe au bilan dressé par le spécialiste occidental qu'est Hamont :

  • 70 « Les classes pauvres en Égypte. Π. Habitations, ameublement des fellahs », MP, 1847, p. 84.

rien ne donne mieux la mesure de l'état d'abjection où l'agriculteur est réduit dans ce pays que cette absence de tout soin hygiénique70.

  • 71 Ibid., p. 83-85.

73Le regard du médecin se double en effet de celui de l'ethnologue pour décrire l'arriération de l'habitat et des modes de vie du fellah. Le texte et les dessins montrent avec quels matériaux rudimentaires (boue, paille de doura, tronc et feuilles de dattier) le fellah construit sa maison ; dans quelle promiscuité et quel manque d'aération celle-ci abrite hommes, bêtes et provisions ; de quel pauvre ameublement (une petite armoire en forme de ruche, dessinée aussi par Prisse d'Avesnes) la grande masse des sujets de Méhémet-Ali dispose pour serrer ses objets précieux ; et quelle utilisation ingénieuse elle est réduite à faire du seul dattier pour tous ses objets ménagers (nattes, couffes, balais, éponges, cordes71).

  • 72 « Les classes pauvres en Égypte. ΙII. Procédés agricoles, instruments aratoires, labours, engrais  (...)

74Les deux derniers articles consacrés aux techniques agricoles confirment la vision initiale du fellah prisonnier de ses pratiques séculaires et incapable d'en changer : les cultures (céréales, plantes fourragères et légumineuses) sont tributaires des trois saisons du Nil ; les instruments aratoires datent de l'Antiquité, et l'araire, qui assure un labourage peu profond, est préféré aux nouvelles charrues, importées de France par Ibrahim-Pacha. Le poids des habitudes antiques est si lourd que, sitôt les charrues françaises cassées par un usage maladroit, les anciens araires sont remis en usage, alors que, dans la ferme modèle de l'école d'agriculture de Choubra, les résultats positifs des cultures expérimentales ont montré la supériorité des charrues d'importation72.

75Ainsi le bilan est-il sévère à l'égard du fellah lui-même, pour dénoncer sa paresse, sa routine et son refus des réformes. Le Magasin note qu'« à l'annonce de tout nouveau projet, qui demande l'emploi des Européens pour réussir, on déclare le pacha frappé d'aliénation mentale » ; que l'importation ou la méthode « est tournée en plaisanterie avec une malice vraiment décourageante [à telle enseigne que] s'il peut dépendre des fellahs de faire manquer l'entreprise, ils la détruiront, fût-ce à leurs risques et périls ». Mais l'auteur de ces lignes ne s'en tient pas à cette mise en accusation un peu étonnante d'un peuple tenu dans un esclavage immémorial. Comme on l'a vu plus haut, il accable encore davantage le gouvernement qui, sans aucun souci de changer les mentalités, a voulu tirer un profit maximal et immédiat des techniques importées par une politique d'exploitation sans réinvestissements :

  • 73 Ibid., p. 248.

il ne cherche pas à rentabiliser les innovations productives, il rançonne la population par des impôts accablants73.

76L'enthousiasme de la révolution de 1848 accentue la tonalité accusatrice d'un autre article paru en 1849 sur les conditions de vie du peuple égyptien. Selon le commentaire, le dessin de Karl Girardet intitulé Un quartier pauvre dans un faubourg du Caire « est un trait énergique ajouté à notre peinture de la dégradation où gémit une grande partie du peuple égyptien sous le despotisme turc ». Quant au texte qui l'accompagne, il vante les promesses généreuses apportées par les deux révolutions françaises de 1789 et 1848, et il célèbre la mission civilisatrice d'une France républicaine, confusément porteuse des traits de l'ex-fille aînée de l'Église, néo-chrétienne, pour ne pas dire saint-simonienne selon l'orthodoxie du Nouveau christianisme :

  • 74 « Habitations des pauvres en Égypte », MP, 1849, p. 160.

espérons que le temps viendra où la morale du christianisme affranchira cette race malheureuse. C'est à la France surtout qu'il appartient de hâter le jour de la délivrance : nous avons montré ailleurs que ses traditions et ses intérêts mêmes lui imposent particulièrement ce devoir74.

77La mission, si l'on peut dire, que la République n'a pas accomplie, le Magasin, seize ans plus tard, ne désespère pas qu'une autorité réformatrice indéterminée la mène à bien un jour. En 1865, en effet, un article du journal revient à la charge à propos de la condition des femmes en Égypte. On ne peut qu'être frappé, sur la gravure qui accompagne l'article, par l'expression d'ennui de la femme réduite à l'inaction au fond d'un palais du Caire (ill. 7). Après avoir dénoncé la législation inégale et le conservatisme religieux qui maintiennent le deuxième sexe dans cet état d'infériorité, l'article présente des solutions hypothétiques, exprimées avec toutes les ressources de la rhétorique, au futur, à l'impératif et au subjonctif :

  • 75 « Les femmes fellahs », MP, 1865, p. 57.

la femme fellah se relèvera-t-elle de l'humiliante infériorité où la retiennent les lois religieuses et les mœurs du pays ? Peut-être plus aisément que la femme riche qui engraisse dans l'oisiveté du harem. Ouvrez les mosquées aux femmes et elles reconquerront leur dignité morale ; interdisez les unions précoces et une grande cause de la polygamie, de vieillesse prématurée, aura disparu pour toujours. Mais tant que la femme ne sera pas devant la religion et la loi l'égale de l'homme, tant qu'elle ne sera pas seule maîtresse du foyer domestique, elle végétera dans le servage et l'abjection. Hélas ! on ne peut dire encore que l'heure de la réhabilitation soit proche pour les femmes de l'Orient75.

  • 76 Voir en particulier le point de vue défendu par Charton en 1830 sur l'émancipation de la femme et (...)

78La pitié et l'espoir qui s'exprimaient dans les articles de 1833 à 1849 laissent définitivement la place au désenchantement et au pessimisme. Mais le Magasin, sur le tard, retrouve ici des accents et des mots du féminisme commun, avant le schisme, à tous les saint-simoniens76.

79En fin de compte, le bilan de l'Égypte moderne vu par le Magasin n'est guère encourageant. Les témoignages de 1799 (rapport de Bonaparte), de 1838 (articles d'Urbain), de 1847-1849 (enquête de Hamont et de Prisse d'Avesnes) et de 1865 (voyage de Commas et Lefevre), offrent certes des images contrastées des conditions de vie du peuple égyptien. Mais, après avoir dénoncé l'avilissement du peuple (premiers rapports de la Commission d'Égypte, expériences et efforts de l'expédition saint-simonienne), le Magasin constate que les divers coopérants français, y compris les missionnaires saint-simoniens, dont il ne parle pas, n'ont pas réussi à transformer les conditions de vie économiques et sociales du peuple égyptien ou, pour employer la formule moins anachronique de Saint-Simon, à « améliorer le sort physique, moral et intellectuel de la classe la plus nombreuse et la plus pauvre ». Dès 1847, le diagnostic est posé. Méhémet-Ali n'aura fait que perpétuer le despotisme ancestral :

III. 7. « Une femme du Caire. », MP, 1851, p. 56.

  • 77 MP, 1847, p. 46.

contre les maux qui les accablent, les fellahs n'ont qu'un seul refuge, la résignation musulmane77.

80Et après 1851, comme si le triomphe du despotisme en France même interdisait désormais à Édouard Charton toute prise de position politique, pour l'Égypte comme pour la France, le Magasin pittoresque abandonne lui aussi le peuple égyptien à son triste destin. Ce constat d'échec de la marche de l'Égypte vers le progrès se mesure aux thèmes des articles parus dans le recueil entre 1851 et 1870. Le Magasin en a conscience : le temps des réformateurs – égyptiens ou européens – soucieux d'améliorer les conditions de vie des fellahs est révolu pour longtemps. Voici l'heure, au contraire, des capitalistes qui, à la suite de quelques-uns des leurs, les dénommés Enfantin, Arlès-Dufour et Talabot, attendent du canal de Suez l'avenir du commerce international.

Le percement du canal de Suez

81Le plaisir évident pris par les rédacteurs du Magasin pour évoquer l'événement de l'érection de l'obélisque de Louqsor à Paris en 1836, pouvait laisser supposer que le recueil offrirait la même « couverture » à un événement d'une dimension et d'un symbolisme bien supérieurs et de portée bien plus universelle : le percement du Canal des deux mers qui, d'après le Grand dictionnaire universel de Pierre Larousse, « a entraîné une révolution dans la vie économique du monde ».

82Le dossier « Suez » du Magasin est pourtant d'une minceur extrême : de 1833 à 1870, le Magasin pittoresque ne consacre que trois articles à Suez.

83Le premier, en 1838, oppose le triste état actuel de la ville de Suez au rôle stratégique que le percement du canal lui offrirait :

  • 78 « Suez », MP, 1838, p. 330.

alors le plus grand commerce du monde se ferait par Suez qui deviendrait la clé de l'Inde78.

84L'auteur ne résiste tout de même pas à un certain enthousiasme pour montrer la rentabilité financière de l'opération : « Le canal serait donc payé plus de sept fois en une année. »

  • 79 « L'isthme de Suez », MP, 1858, p. 400. C'est en 1856 que F. de Lesseps a obtenu le firman du vice (...)

85Il faut attendre vingt ans plus tard, pour qu'une étude technique précise sur l'isthme de Suez présente, carte à l'appui, la fissure d'une vingtaine de kilomètres environ qui sépare l'Afrique de l'Asie, entre Suez et Péluse, sur cent-vingt kilomètres. Il s'agit d'informer le lecteur « des travaux considérables qui, en dépit de résistances fâcheuses, doivent être exécutés dans un avenir plus ou moins rapproché79 ».

86Dans les deux articles de 1838 et 1858 en outre, c'est en vain qu'on chercherait une seule référence précise aux projets français successifs ou une seule mention du nom des ingénieurs, banquiers et diplomates qui ont permis la réalisation du chantier.

87L'incompréhensible silence du Magasin sur un sujet aussi pittoresque et sur une cause touchant à ce jour au progrès de l'humanité ne s'expliquerait-il pas encore par des raisons personnelles d'ordre idéologique ? La grande ambition d'Enfantin, inspirée par l'exemple de Bonaparte, avait été précisément le percement de l'isthme. En son nom, Henri Fournel l'avait publiquement annoncé en 1833,

  • 80 Lettre à A*** datée du 5 septembre 1833, citée par Ph. Régnier, Les Saint-Simoniens en Égypte, p.  (...)

parcourir le désert qui sépare les deux mers, compléter les études faites pendant la campagne d'Égypte, fixer le monde sur le meilleur mode à adopter pour établir la communication de Suez à la Méditerranée, et par là mettre en contact l'Inde avec l'Europe, tel est, le programme sommaire de notre expédition80.

  • 81 « Lettres sur l'Égypte », Revue des deux mondes, janvier 1838.

88En 1838, de manière plus publique encore, dans sa série d'articles sur l'Égypte donnés à la Revue des deux mondes, Auguste Colin s'était chargé d'attirer à nouveau l'attention sur l'intérêt de cette grande idée napoléonienne81.

89Le Magasin ne dit rien non plus de la création de la Société d'Études du canal de Suez en 1846, société internationale par actions lancée par Enfantin, Arlès-Dufour et les frères Talabot avec de puissants et renommés partenaires étrangers, rejointe bientôt par Ferdinand de Lesseps. Que ce dernier, par la suite, trahisse les intérêts des saint-simoniens pour réaliser leurs plans avec l'appui du vice-roi Saïd, ne lui vaut pas plus d'attention de la part de Charton... D'autres raisons, devine-t-on, non moins fortes et du même ordre, toutes proportions gardées, ont dû motiver ce dédain pour le nouveau Christophe Colomb !

90Mais elles sont différentes : dans la mesure où l'affaire est désormais officiellement soutenue par Napoléon III et où, le jour de l'inauguration du canal, l'impératrice Eugénie en personne présidait la cérémonie, Édouard Charton ne pouvait compromettre ses convictions républicaines en célébrant dans le « cher Magasin » le héros d'une grande victoire industrielle du Second Empire.

  • 82 « Suez au xvie siècle. Le Routier de Jean de Castro », MP, 1870, p. 370.
  • 83 « Le tour du monde en trois mois », MP, 1870, p. 108. Le roman de Jules Verne paraîtra en 1874.
  • 84 Dans le Magasin, miroir de son rédacteur en chef, on relève bien d'autres silences d'Édouard Chart (...)

91Comme, dans les années 1869 et 1870, il ne peut tenir complètement sous le boisseau un exploit technique, à juste titre considéré par les contemporains comme un « de ces grands événements de l'art de la science ou de l'industrie » (voir supra n. 8), le Magasin pittoresque finit par utiliser les détours les plus incongrus pour en traiter le moins possible. C'est ainsi qu'il se saisit du prétexte de l'évocation du récit de son voyage en Orient par le Portugais Jean de Castro, sous la Renaissance, pour reconnaître que la ville de Suez est promise à un brillant avenir (ill. 8)82 ! Il est vrai que Charton en personne rédige un article... de 5 lignes, accompagné d'un itinéraire de voyage, pour annoncer que, « grâce au percement de l'isthme de Suez, on peut, en partant de Paris, faire désormais le tour du monde en moins de trois mois83 ». Quelles contorsions pour n'en pas parler tout en en parlant ! Preuve supplémentaire que les sujets dont le Magasin pittoresque ne dit rien (l'expédition saint-simonienne en 1833-1836 et la réalisation du canal de Suez en 1869) sont ceux-là mêmes qui sont les plus brûlants pour son rédacteur en chef. Silence éloquent : quand Édouard Charton ne peut pas dire ce qu'il pense, il se tait84...

92De 1833 à 1872, en somme, la statistique et l'examen du contenu des articles du Magasin pittoresque consacrés à l'Égypte contemporaine montrent que la ligne éditoriale du rédacteur en chef n'a pas changé : le ressentiment irréductible d'Édouard Charton pour le Père Enfantin n'a d'égal que son intransigeance à l'égard de l'usurpateur Napoléon III. L'absence monumentale, en particulier, de tout article sur le percement et l'inauguration du canal de Suez, permet d'imaginer quels sentiments il devait éprouver pour Ferdinand de Lesseps, lequel, à ses yeux, cumulait, selon toute vraisemblance, les torts d'être à la fois l'héritier du premier et l'homme de main du second.

93On constate aussi que le recueil est tributaire des conjonctures politiques et des infléchissements de l'opinion. Ce sont les déceptions des relations franco-égyptiennes qui reportent l'intérêt de l'Égypte contemporaine vers l'Égypte ancienne.

  • 85 L'ouvrage du Palestinien Edward Saïd (Orientalism, paru aux États-Unis en 1978) présente, dans sa (...)

94Au fil des années 1840, l'image française de l'Égypte rentre dans le cours de sa temporalité longue et recolle à son mythe, tel qu'il se développe depuis le xviiie siècle au moins, et tel que le refaçonne pour le xixe la vogue plus englobante de recherches et de littérature orientalistes dont Eward Saïd a définitivement montré la volonté de puissance mal déguisée85. Avec d'autres, le Magasin pittoresque participe à cette idéalisation idéologique de l'Égypte ancienne qui occulte l'Égypte réelle : il n'y est plus question de l'état politique, économique ou social de l'Égypte, mais exclusivement de la naissance de l'archéologie scientifique (fouilles de Mariette dans le Sérapéum de Memphis), de la mode des voyages en Orient (récits de voyage et tableaux orientalistes) et de la curiosité des Parisiens pour l'Égypte (ouverture de la Galerie égyptienne au Louvre en 1850 et reconstitution d'une mosquée, d'un caravansérail et d'un temple égyptien à l'Exposition universelle en 1867 – ill. 9). Pour illustrer tous ces sujets, de nombreuses gravures, exécutées par les plus grands dessinateurs du recueil, livrent à ses lecteurs une Égypte imaginaire, une Égypte à l'usage des Européens.

III. 8. « Suez au seizième siècle. – D'après Le Routier de Jean de Castro. », MP, 1870, p. 372.

95Ainsi, sans que son rédacteur ait jamais renié ses convictions personnelles, le Magasin pittoresque a-t-il finalement cédé à la mode du temps, qui ne considérait plus l'Égypte contemporaine comme une terre de mission, ni comme le lieu d'un âge d'or à venir, selon le mot de Saint-Simon, mais comme une utopie définitivement perdue dans le passé.

III. 9. « Exposition universelle de 1867. – Vue intérieure du temple égyptien. Dessin de Lancelot. MP, 1867, p. 365.

Notes

1 C'est à l'intérieur de la Société pour l’instruction élémentaire et de la Société de la morale chrétienne, sous la Restauration, que Charton et Carnot ont pu apprécier l'idéal philanthropique de Guizot.

2 Alexandre Lachevardière avait déjà, en 1824, financé le lancement du Globe, où il avait connu Pierre Leroux. Si aucun indice ne permet d'affirmer qu'il ait eu une participation dans la Revue encyclopédique avant son rachat par H. Carnot en 1831, il est sûr qu'il a poussé Enfantin à racheter Le Globe après la révolution de 1830. Il connaissait donc bien les jeunes saint-simoniens qui avaient travaillé avec lui à la fabrication du journal. En 1833, il était désireux de rentabiliser l'achat d'une presse à grand tirage qu'il venait d'acheter en Angleterre (voir M.-L. Aurenche, Édouard Charton et l'invention du Magasin pittoresque, chap. IV, à paraître en 2002, Paris, Champion).

3 Article liminaire, Magasin pittoresque (désormais MP) 1833, p. 1 : « ces relations, ces lectures, ces voyages, interdits au grand nombre, notre recueil aura pour but constant de chercher à en tenir lieu. »

4 La famille d'Édouard Charton a conservé un épais dossier inédit de notes, réflexions morales et brouillons rédigés à la fin de sa vie (Archives privées, Saint-Jean-de-Luz) en vue d'un récit autobiographique, qui fut publié de son vivant chez Hachette, sous le titre Le Tableau de Cébès. Souvenirs de mon arrivée à Paris, 1882, in-8°, 222 pages.

5 M.-L. Aurenche, Édouard Charton et l'Invention du Magasin pittoresque, chap. i et ii.

6 Le texte des « Mémoires d'un prédicateur saint-simonien » (22 pages) a paru dans la Revue encyclopédique en janvier 1832, avant d'être publié la même année chez Capelle. Nos références renvoient à l'édition posthume de 1896, chez Chamerot et Renouard.

7 Près de vingt ans ont été nécessaires pour publier la colossale Description de l'Égypte (1809-1828) : 8 volumes de 900 pages chacun (in folio), 10 volumes de planches (format jésus ou grand jésus) et 1 carte topographique. En 1999, l'exposition « Il y a 200 ans, les savants en Egypte », présentée au Muséum national d'Histoire naturelle, a célébré le bicentenaire de l'expédition de Bonaparte et le résultat de leurs travaux, la Description de l'Égypte. La même année, les résultats du colloque qui avait eu lieu à Paris en 1998, L'Expédition d'Égypte, une entreprise des Lumières (1798-1801), ont été publiés par Patrice Bret, aux éditions Technique et Documentation.

8 C'est précisément dans l'article consacré à l'installation de l'obélisque de Luxor sur la place de la Concorde, le 25 octobre 1836, qu'Édouard Charton définit la ligne rédactionnelle du recueil : « tout en poursuivant son but d'instruction générale, indépendante des temps et des lieux, le Magasin pittoresque n'a jamais négligé aucune occasion de consigner dans ses colonnes les faits les plus saillants qui se passent en France et sous nos yeux. Si donc il vise, dans le choix et la rédaction de ses articles, à former un livre de durée, susceptible pendant longtemps d'être consulté avec fruit, il tient aussi à pouvoir être considéré chaque année comme une sorte de revue contemporaine destinée à conserver la mémoire de ces grands événements de l'art, de la science ou de l'industrie dont chacun doit se servir pour jalonner sa vie et classer ses souvenirs » (« Transport en France et érection de l'obélisque de Luxor », MP, 1837, p. 3-5). L'expression « revue contemporaine » est soulignée dans le texte.

9 « Extrait d'un rapport de Bonaparte sur la bataille des Pyramides », MP, 1833, p. 291.

10 « Expédition de Bonaparte. Commission et Institut d'Égypte », MP, 1836, p. 354.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Ph. Régnier, Les Saint-Simoniens en Égypte, éd. Amin Fakhry Abdelnour, Le Caire, 1989, p. 61-70 et 85-106.

14 Lettre à É. Souvestre, 19 décembre 1831, Archives privées Versailles.

15 Lettre à Hortense, 14 juillet 1846, Archives privées Versailles.

16 Jean Reynaud, lettre à M. Édouard Charton, 1er août 1849, Correspondance familière, Motteroz, 1886, p. 258.

17 Lettres à Gustave d'Eichthal, années 1875-1880, bibliothèque Thiers, Institut de France. Je prépare la publication de l'ensemble de la correspondance inédite d'Édouard Charton.

18 « Musée du Louvre. Salon de 1834. Sculpture de la prise d'Alexandrie en Égypte, par M. Chaponnière », MP, 1834, p. 171-172.

19 « Mort de Kléber », MP, 1846, p. 36-37.

20 « Statue de Kléber à Strasbourg », MP, 1840, p. 193-194.

21 Les nombreux témoignages parus en France à cette époque sur l'œuvre de Méhémet-Ali occultent entièrement le rôle des saint-simoniens. Voir Marion Bonnecaze, L'Égypte au miroir français, mémoire de maîtrise, Université La Sorbonne Paris 1, 1995.

22 Je remercie Ph. Régnier qui a bien voulu me communiquer les références de ces articles parus dans ces deux journaux, après le retour d'Égypte.

23 Dans Le Temps, les « Lettres sur l'Égypte » signées « Mme S. V. » ou « Mme Suzanne V. S. » ne font aucune référence précise aux saint-simoniens ni à leurs travaux en Égypte. Au contraire, en 1866, l'appartenance de l'auteur au mouvement saint-simonien apparaît dans le titre même de son récit autobiographique, Souvenirs d'une jeune fille du peuple, ou la Saint-Simonienne en Egypte, éd. or. Paris, 1866.

24 Ph. Régnier, Les Saint-Simoniens en Égypte (1833-1851), Le Caire, 1989, p. 122-124.

25 MP, 1837, p. 42.

26 MP, 1838, p. 35.

27 MP, 1837, p. 7.

28 « Une cérémonie religieuse au Caire », MP, 1837, p. 171.

29 « Une fête de Mahomet », MP, 1838, p. 242-249.

30 « La chasse en Égypte », MP, 1837, p. 166 et 198.

31 À cette date où Charton devient seul rédacteur en chef, après le départ d'Euryale Cazeaux, il dresse la liste de ses collaborateurs dans l'ordre chronologique de leur participation (voir M.-L. Aurenche, Édouard Charton et l’invention du Magasin pittoresque, chap. vii). « Tom Urbain » est le pseudonyme de Thomas Urbain, devenu, depuis sa conversion à l'islam en Égypte, Ismaÿl Urbain.

32 « Les femmes fellahs », Le Temps, 4 octobre 1836.

33 « La femme fellah », MP, 1838, p. 182-183.

34 Expédition de Bonaparte en Égypte, MP, 1836, p. 353.

35 « Administration de l'Égypte en 1836 » : Méhémet-Ali, « le plus grand homme du siècle après Napoléon », MP, 1836, p. 350.

36 « Méhémet-Ali, vice-roi d'Égypte », MP, 1837, p. 26. Le portrait du vice-roi, exécuté par Wattier, le dessinateur du Magasin, représente le vice-roi vêtu à l'ancienne avec le turban, et non pas à l'occidentale en costume nizan, comme pour le maintenir dans sa spécificité orientale. Quant aux traits de son visage, ils n'ont pas la bonhomie rassurante du portrait qui accompagne l'ouvrage de Clot-Bey ; l'absence de sourire, le front soucieux, les yeux qui regardent au loin semblent symboliser les ambitions du souverain qui osa défier le sultan et fit trembler l'Europe.

37 « Mahmoud-bey gouverneur de Beirout. Mission égyptienne à Paris », MP, 1840, p. 390.

38 « Méhémed-Ali », MP, 1839, p. 405-406.

39 « Le palais d'Ibrahim-Pacha », MP, 1840, p. 65.

40 « Mahmoud-bey gouverneur de Beirout. Mission égyptienne à Paris », MP, 1840, p. 390.

41 « Méhémet-Ali », MP, 1839, p. 405-406.

42 « Alexandrie », MP, 1840, p. 405.

43 Au terme d'un grand périple en Orient, il fut reçu en Égypte par son ancien compagnon d'armes, l'ex-colonel Sève et y demeura d'octobre 1834 à janvier 1835. Son récit de voyage parut sous le titre Voyage du maréchal Marmont, duc de Raguse en Hongrie, en Transylvanie, dans la Russie méridionale, en Crimée et sur les bords de la mer d’Azoff, à Constantinople, dans quelques parties de l’Asie Mineure, en Syrie, en Palestine et en Égypte, Paris, Ladvocat, 1837.

44 Caldavène et Breuvery, L’Égypte et la Turquie de 1829 à 1836, Paris, de Bertrand, 1836. On peut rappeler ici que Caldavène a aussi écrit avec Barrault un essai historique sur l'Orient : Deux années de l’histoire d'Orient (1839-1840), Delloye, 1840.

45 « Méhémet-Ali, vice-roi d'Égypte », MP, 1837, p. 26.

46 Clot-Bey, Aperçu général sur l’Egypte, Paris, Fortin, 1840.

47 « Les classes pauvres en Égypte. II. Habitations, ameublement des fellahs », MP, 1847, p. 83-84.

48 « Les classes pauvres en Égypte. IV. Procédés agricoles », MP, 1847, p. 248.

49 E. de Salles, Pérégrinations en Orient, ou voyage pittoresque, historique et politique en Égypte, Nubie, Syrie, Turquie, Grèce, en 1837-1839, 1840 ; N. Hamont, L'Égypte sous Méhémet-Ali, 1843 ; V. Schlœcher, L'Égypte en 1845, 1845 ; H. Gisquet, L'Égypte, les Turcs et les Arabes, 1848.

50 P. N. Hamont, L’Egypte sous Méhémet-Ali, 1843, cité par J. M. Carré, Voyageurs et écrivains français en Égypte, Le Caire, IFAO, 1932, p. 290.

51 Il ne figure pas, en effet, dans la liste – qui n'avait rien d'officiel – des saint-simoniens en Égypte, établie par Enfantin, le 27 novembre 1846, à l'occasion de la fondation de la Société d'études du canal de Suez.

52 On lit dans le Voyage d'Orient d'Ismayl Urbain, (édition, notes et postface par Philippe Régnier, l'Harmattan, 1993), p. 54 : « [Prisse] nous offrit sa maison avec beaucoup de grâce ».

53 « Le trochilus », MP, 1845, p. 336.

54 Dewachter, Un Avesnois : l'égyptologue Prisse d’Avesnes (1807-1877), Avesnes, 1988.

55 « Les classes pauvres en Égypte. I. Types, physionomies, caractère des fellahs », MP, 1847, p. 42-46 ; « II. Habitations, ameublement des fellahs », p. 83-85 ; « III. Procédés agricoles, instruments aratoires, labours, engrais », p. 142-144 ; « IV. Procédés agricoles », p. 247-248.

56 H. Cammas et A. Lefèvre, La Vallée du Nil, 1866.

57 « L'âge d'or du genre humain n'est pas derrière nous, il est au-devant » (Saint-Simon, De la religion et de la société européenne, éd. or. 1814, p. 112 – citation reprise par Léon Halévy dans l'introduction des Opinions littéraires, philosophiques et industrielles, 1825). En 1830-1831, les prédications saint-simoniennes, et celles d'Édouard Charton en particulier, ont largement développé l'idée que les peuples sont en marche vers un avenir meilleur.

58 « Extrait d'un rapport sur la bataille des Pyramides », MP, 1833, p. 291.

59 « Les écoles primaires en Égypte », MP, 1837, p. 7.

60 Ibid.

61 « Les bourriquiers d'Égypte », MP, 1838, p. 36.

62 « La femme fellah », MP, 1838, p. 182.

63 « Agriculture en Égypte », MP, 1841, p. 20.

64 « Irrigation dans les pays orientaux », MP, 1842, p. 115.

65 On peut souligner, à propos de cette série d'articles, le décalage qui apparaît entre le texte et l'image : les dessins choisis par Charton dans l'album de Prisse offrent une vision pittoresque du peuple égyptien, qui ne correspond guère à la description réaliste de son auteur. Dans le Magasin, lecture pour tous, les gravures doivent exciter la curiosité du lecteur et former son goût artistique, mais non pas heurter sa sensibilité.

66 C'étaient les objectifs de la Société pour l’instruction élémentaire et de la Société de la morale chrétienne dans lesquelles Édouard Charton avait formé son idéal philanthropique. À la Société de la morale chrétienne, dont le siège se trouvait précisément dans l'immeuble de la rue Taranne où il habitait, il avait travaillé avec H. Carnot dans les Comités de bienfaisance qui tentaient d'améliorer le sort de la population misérable de Paris.

67 « Les classes pauvres en Égypte. I. Types, physionomies, caractère des fellahs », MP, 1847, p. 42.

68 Ibid.

69 Ibid.

70 « Les classes pauvres en Égypte. Π. Habitations, ameublement des fellahs », MP, 1847, p. 84.

71 Ibid., p. 83-85.

72 « Les classes pauvres en Égypte. ΙII. Procédés agricoles, instruments aratoires, labours, engrais », MP, 1847, p. 142-144 et IV « Procédés agricoles », p. 247-248. H. Cammas et A. Lefèvre, La Vallée du Nil, 1866.

73 Ibid., p. 248.

74 « Habitations des pauvres en Égypte », MP, 1849, p. 160.

75 « Les femmes fellahs », MP, 1865, p. 57.

76 Voir en particulier le point de vue défendu par Charton en 1830 sur l'émancipation de la femme et son droit au travail, dans l'article « Fragment. Du mariage », Lettres sur Paris, par MM. G. T. Doin et É. Charton, Crapelet, 1830.

77 MP, 1847, p. 46.

78 « Suez », MP, 1838, p. 330.

79 « L'isthme de Suez », MP, 1858, p. 400. C'est en 1856 que F. de Lesseps a obtenu le firman du vice-roi Saïd ; les travaux commencés en 1859 ont été achevés en 1869. La longueur du canal est de 162 km de Port-Saïd à Suez, sa largeur varie de 70 à 100 m et sa profondeur est de 8,5 m.

80 Lettre à A*** datée du 5 septembre 1833, citée par Ph. Régnier, Les Saint-Simoniens en Égypte, p. 33.

81 « Lettres sur l'Égypte », Revue des deux mondes, janvier 1838.

82 « Suez au xvie siècle. Le Routier de Jean de Castro », MP, 1870, p. 370.

83 « Le tour du monde en trois mois », MP, 1870, p. 108. Le roman de Jules Verne paraîtra en 1874.

84 Dans le Magasin, miroir de son rédacteur en chef, on relève bien d'autres silences d'Édouard Charton sur des sujets qui lui tiennent particulièrement à cœur, tels la religion, la violence ou la peine de mort.

85 L'ouvrage du Palestinien Edward Saïd (Orientalism, paru aux États-Unis en 1978) présente, dans sa traduction française L'orientalisme. L'Orient créé par l'Occident, Seuil, 1980, un sous-titre tout à fait explicite. La réédition de ce livre, quinze ans plus tard, est assortie d'une longue postface où l'auteur reprend et élargit sa conception des rapports entre l'Orient et l'Occident. D'un point de vue plus serein, le Canadien Thierry Hensch a développé, quant à lui, la thèse que l'Orient n'existait pas avant de devenir au xviiie siècle, « l'un des plus grands fantasmes jamais inventés par l'Europe » (L’Orient imaginaire, Éditions de Minuit, 1988). En 1984, l'exposition Égyptomania. L'Égypte dans l'art occidental (1730-1930), présentée au Musée du Louvre à Paris, a restitué l'image que les voyageurs et les artistes européens ont transmise de l'Égypte, ainsi que les mythes et les symboles qui en sont issus.

Table des illustrations

Légende III. 1. « Musée du Louvre. – Expédition de Bonaparte en Égypte, plafond peint par Léon Cogniet. », MP, 1836, p. 353.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/6209/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende III. 2. « Méhémet-Ali, vice-roi d'Égypte. », MP, 1839, p. 405.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/6209/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Légende III. 3. « Un fellah. – Dessin de M. Prisse. », MP, 1847, p. 44.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/6209/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Légende III. 4. « Chadouf des Égyptiens modernes. », MP, 1842, p. 116.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/6209/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende III. 5. « Sackieh des Égyptiens modernes. », MP, 1842, p. 117.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/6209/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende III. 6. « Habitation et meubles fellahs. – Dessin de M. Prisse. », MP, 1847, p. 45.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/6209/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende III. 7. « Une femme du Caire. », MP, 1851, p. 56.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/6209/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Légende III. 8. « Suez au seizième siècle. – D'après Le Routier de Jean de Castro. », MP, 1870, p. 372.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/6209/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Légende III. 9. « Exposition universelle de 1867. – Vue intérieure du temple égyptien. Dessin de Lancelot. MP, 1867, p. 365.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/6209/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 325k

© Presses universitaires de Lyon, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search