Version classiqueVersion mobile

Études saint-simoniennes

 | 
Philippe Régnier

Entre la Bretagne et Paris, la genèse saint-simonienne d’un romancier républicain : Émile Souvestre au tournant de 1830

Bärbel Plötner

Texte intégral

  • 1 Causeries historiques et littéraires du xixe siècle, éd. (posthume] par A[dah] Beau [fille cadette (...)

La doctrine saint-simonienne, [...] un peu confuse et mélangée d’erreurs et de vérités, a permis d’utiliser plusieurs de ses ruines1.
Émile Souvestre.

1Bien connu en son temps, jusqu’à l’étranger, comme un important écrivain de second rang, Émile Souvestre (1806-1854) ne l’est plus guère, aujourd’hui, qu’en Bretagne, où son nom continue à être mis en avant pour rehausser l’image culturelle de sa région natale, certains de ses écrits étant même encore parfois repris dans des anthologies.

2On peut néanmoins s’assurer facilement de la fortune passée de l’œuvre de Souvestre.

3Un coup d’œil sur la liste des titres et rééditions enregistrés sous son nom au catalogue des Imprimés de la Bibliothèque nationale de France ne laisse pas de doute sur l’existence d’un public dont l’ampleur et la fidélité ont seules pu soutenir une production aussi féconde sur un peu plus de deux décennies : treize pages d’affilée, 125 notices, dont 44 pour les recueils de nouvelles (y compris Le Foyer breton), 30 pour les pièces de théâtre, 21 pour les romans, 2 pour la poésie – le reste se répartissant entre essais, cours de littérature et activité éditoriale. Encore ce recensement ne comprend-il pas la littérature journalistique, si l’on peut dire, dispersée en abondance dans la presse régionale et nationale et qui ne contribua pas peu à façonner l’image de l’écrivain. Quant à la légitimité sociale de Souvestre, elle est attestée de la manière la plus officielle par deux initiatives de l’Académie française : en 1851, sur proposition de Victor Hugo, le couronnement du Philosophe sous les toits ; et, en 1854, le prix Lambert, décerné pour l’ensemble de l’œuvre, tous genres compris, en récompense de sa valeur édifiante.

  • 2 Le récit de Souvestre publié dans Magasin pittoresque en 1848, anonymement il est vrai, avait été (...)
  • 3 Börsenblatt des deutschen Buchhandels, no 31, 6 février 1926.

4On doit aussi observer que Souvestre fut tôt et beaucoup traduit en italien, en anglais et en allemand. Très populaire en Suisse, en particulier dans les milieux protestants, il trouva également un terrain favorable en Allemagne. C’est de quoi on peut voir un indice dans une supercherie qui défraya la chronique littéraire allemande. Deux ans après la mort du romancier breton, dans une revue, un personnage au début de sa célébrité, le romancier naturaliste Gustav Freytag, publia en effet sous sa propre signature et en se contentant presque de n’en changer que le titre et les noms propres, la traduction libre qu’il avait faite d’Un secret de médecin2. C’est en 1925-1926 que l’usurpation fut découverte et fit scandale, lorsqu’à Leipzig, les éditions Seemann republièrent le texte sans davantage mentionner le nom de son véritable auteur3. Maintes rééditions françaises de Souvestre avaient entre temps continué à circuler outre-Rhin, et jusqu’en 1914, il n’y était guère de collection destinée à l’apprentissage du français, pour collégiens ou pour autodidactes, où il n’eût pas sa large part, avec, à l’appui, glossaire et notice biographique.

5En France même, les rééditions, fréquentes, du Philosophe sous les toits et de plusieurs recueils de nouvelles ne prirent fin qu’au début du xxe siècle. Seuls Le Foyer breton et les Récits de la muse populaire paraissent avoir survécu au-delà, au titre du régionalisme.

6L’objet de cet article n’est pas d’expliquer ce banal phénomène de désuétude, dans lequel entrent en ligne de compte non seulement l’orientation folklorisante, devenue, en dehors de la Bretagne, un facteur de moindre intérêt après avoir au contraire été, au xixe siècle, un puissant motif de curiosité, mais aussi et surtout la prédominance de préoccupations moralisatrices et religieuses passées de mode, ainsi qu’un style sans grande originalité ni recherche, assez adapté, toutefois, aux exigences propres des publications populaires.

7Il s’agit plutôt de mettre en évidence de manière aussi détaillée que possible les réseaux sociaux et les éléments d’idéologie saint-simoniens qui ont initialement informé et durablement porté la carrière d’un homme de lettres peut-être aussi représentative de la première moitié du xixe siècle que les trajectoires d’exception, mieux connues, des auteurs canoniques. Dans la mesure, précisément, où ils ont été occultés, non par hasard, croyons-nous, mais pour façonner – ce détail s’accumulant avec les autres – une représentation aseptisée de Souvestre et de son siècle, leur redécouverte a une certaine importance pour l’identification des vecteurs du saint-simonisme et l’évaluation de ses effets sur le discours social. À maints égards du reste, les débuts de Souvestre, tels qu’on parvient à les reconstituer, ont le charme d’un roman vrai qu’on dirait écrit par Balzac, mais en plus moral et en moins pessimiste, car, de la Bretagne à Paris, de la poésie au journalisme, puis au roman, les « illusions » formées au contact des cercles romantiques, républicains et saint-simoniens par ce jeune « grand homme de province » se refusent à la capitulation.

8N’ayant jamais appartenu au noyau dirigeant parisien, Souvestre reçoit le saint-simonisme de l’extérieur, à travers l’épaisseur des distances de toutes natures qui s’interposent entre les provinces de l’Ouest et la capitale, via également de multiples médiations sociales et relais individuels. C’est de même qu’il le répercute dans son activité d’homme de lettres.

  • 4 La seule étude globale un peu récente est la thèse de doctorat en lettres d’Anthony Craig Lister : (...)

9Ainsi son exemple, ou plutôt ce cas méconnu du seul romancier de sa génération à s’être véritablement engagé dans le saint-simonisme, aide-t-il à mieux cerner ce que cette idéologie put concrètement représenter pour les années 1820-1830 et devenir pour les décennies suivantes4.

De Morlaix à Paris et retour : les apprentissages

  • 5 Voir la notice Souvestre rédigée par son ami Guillaume Lejean dans la Biographie bretonne de Prosp (...)
  • 6 Voir le dossier manuscrit du Centre généalogique du Finistère (BM Morlaix, Pi 35158), qui contredi (...)
  • 7 Voir Louis Élégoët, Les Juloded. Grandeur et décadence d’une caste paysanne en Basse-Bretagne, Pre (...)
  • 8 Le grade d’ingénieur est attesté dans plusieurs actes d’état civil. Les papiers d’inscription de S (...)
  • 9 Voir Yannic Rome, 250 ans de franc-maçonnerie en Bretagne, Le Faouët, Liv’éditions 1997. Le fichie (...)
  • 10 Voir É. Souvestre, « Brest à deux époques », Revue des deux mondes, 1836, livr. du 15 juin.

10La biographie de Souvestre est en elle-même un enjeu d’histoire bretonne5. Aussi convient-il de noter que, contrairement à une légende inventée pour renforcer son coefficient de celticité, Souvestre, né à Morlaix, ne descendait pas d’Irlandais ayant fui l’invasion de Cromwell6. Seule la branche paternelle est bretonne. Marchand-tanneur, son grand-père appartient à une caste paysanne dont l’aisance est toute relative7. Architecte à l’origine, son père était lors de sa naissance ingénieur des Ponts-et-Chaussées8, ce qui, malgré un frère prêtre peut laisser supposer des sympathies pour les Lumières, voire pour la franc-maçonnerie9. Selon Souvestre, il aurait bien accueilli la Révolution et sauvé des vies sous la Terreur10. La famille, certes, résidait à Morlaix, sur l’actuel quai de Tréguier. Mais l’ascendance maternelle non-bretonne et l’appartenance à un milieu de moyenne bourgeoisie urbaine indiquent que si l’oreille de Souvestre était formée au breton, s’il le comprenait et peut-être même le parlait pour communiquer avec les gens du peuple ou avec Tunique domestique de ses parents, ce n’était ni sa langue maternelle ni sa langue d’usage.

  • 11 Voir É. Souvestre, Barnabé Crux, nouvelle citée d’après sa réédition dans Les Ombrages, Lévy, 1859 (...)
  • 12 Lettre du proviseur au recteur d’académie du 27 mai 1823 citée d’après Émile Corgne, « Dans un col (...)
  • 13 Voir Guy Frambourg, Un philanthrope et démocrate nantais, le DrGuépin (1805-1873). Étude de l’acti (...)
  • 14 Pour la situation générale des libraires en Bretagne voir les chapitres dûs à Patricia Sorel et à (...)

11Envoyé au Collège royal de Pontivy, c’est là que Souvestre se lia d’amitié avec un autre brillant élève, Ange Guépin, lui aussi un futur républicain saint-simonien. Par réaction anticléricale, tous deux, à l’en croire, penchaient déjà vers « un libéralisme radical [et étaient] athées en revenant de confesse11 », à tel point qu’en 1823, le futur moraliste se serait fait renvoyer pour avoir écrit une « chanson contre la religion, une chanson contre le gouvernement [et] plusieurs pièces de la dernière obscénité12 ». C’en était fini de l’espoir paternel de le pousser à Polytechnique. De son côté, Guépin, reçu au concours, fut finalement rayé de la liste en raison du républicanisme de sa famille13. Pareilles circonstances avaient de quoi exacerber l’hostilité des deux jeunes gens contre la Restauration. De retour à Morlaix pour une année, Souvestre put y fréquenter l’imprimerie-librairie d’Alexandre Ledan, la seule, dans les années 1820, à éditer à gros tirages, sous forme de feuilles volantes, quantité d’anciens gwerz et chansons bretonnes14.

  • 15 Voir Jacques Vier, « Le romantisme en Bretagne : dans le sillage des maîtres. La poésie », dans Je (...)
  • 16 « L’Aveu », Lycée armoricain, t. 4,1824, p. 453-454. Sur les corrections de l’éditeur acceptées pa (...)
  • 17 Héritier de l’imprimerie Malassis, Mellinet fut en Bretagne le premier à utiliser une presse mécan (...)

12Ayant entamé des études de droit à Rennes en 1824, Souvestre y rejoignit un cénacle estudiantin romantique que fréquentaient aussi les poètes Edouard Turquéty et Évariste Boulay-Paty15. C’est dans le Lycée armoricain qu’il eut son premier poème publié16. Cette revue avait été lancée un an plus tôt par un jeune et audacieux imprimeur-libraire – un David Séchard nantais –, Camille Mellinet17. Ouverte à des collaborateurs d’opinions diverses mais partageant le même souci de défendre la langue et la réputation de la Bretagne, elle fut un foyer de militantisme régional remarqué :

  • 18 É. Souvestre, « Notice sur Édouard Richer », Revue de Paris, t. 42,1837, p. 40-49. Dans toutes les (...)

On eût dit qu’un rendez-vous avait été donné aux intelligences les plus actives de l’Ouest ; elles se rencontrèrent dans la lice qui venait de leur être ouverte, et apprirent à se connaître. Il y eut partout une sorte d’éveil des esprits, qui multiplia les essors, et presque tous les Bretons qui depuis sont sortis de la foule, débutèrent alors dans le Lycée. La province, jusqu’alors indifférente, s’émut de ces tendances et s’y intéressa. Un grand homme de la capitale tourna son binocle vers la Bretagne et annonça qu’il venait de découvrir qu’on y pensait. Un autre, plus attentif, s’assura que cette nouvelle Écosse avait déjà une littérature, et baptisa Nantes du nom d’Édimbourg de la France. C’était Nantes en effet qui avait donné l’impulsion et qui l’entretenait au moyen du Lycée18.

  • 19 Le poème « Le Phare ou La Tour du Four » parut dans les Annales de la société académique de Nantes(...)
  • 20 « Le Fossoyeur », Lycée armoricain, t. 8,1826, p. 163-166.
  • 21 Événements survenus respectivement en 1823 et 1826. Car contrairement à ce qui est parfois écrit, (...)

13Indice, parmi d’autres, de prédispositions idéologiques captées dans l’air du temps et que le saint-simonisme se chargerait de structurer, un prix de la Société académique de Nantes et de la Loire-Inférieure distingua Souvestre, en décembre 1825, pour un poème associant la foi industrialiste à des préoccupations sociales, sur fond, toutefois, d’angoisse romantique devant la mort. Par la bouche d’une jeune veuve de marin éplorée, il y célébrait en effet un phare érigé au large des côtes bretonnes pour prévenir les naufrages19. La même peur morbide ressurgit dans une autre pièce, où la parole est cette fois confiée à... un fossoyeur : celui-ci inspire la crainte de Dieu à des amoureux en leur contant l’exemple de fiançailles brisées par la mort20. Faut-il y voir un début de retour à l’idée religieuse ? Le fait est que le jeune homme était alors gravement affecté par le décès de son père et par la disparition en mer, précisément, de son frère aîné, marié et père d’un jeune enfant21, ce qui l’instituait lui-même le tuteur de sa propre mère.

  • 22 Souvestre affirme qu’après avoir passé deux ans à Rennes, il serait parti pour Paris en 1826 (voir (...)
  • 23 Expérience transposée dans Riche et Pauvre (1836), dont le héros est un jeune juriste. Cf. les réf (...)
  • 24 Souvestre rapporte les faits dans l’introduction des Derniers Bretons (réf. supra n. 22). C’est la (...)

14Bien que Souvestre figure dès 1827 en qualité de licencié en droit au tableau de l’ordre des avocats de la Cour royale de Nantes, toutes les sources confirment que sa première expérience parisienne occupa la période comprise entre l’automne 1826 et l’été 182822. Les motifs n’en avaient rien d’original : parfaire sa formation de juriste, et tenter une carrière dans les Lettres, le tout dans une perspective philanthropique. C’est ainsi qu’à l’École de droit, le jeune Breton s’intéressa aux rapports entre la pauvreté, la violence et le crime23 – un thème qui nourrira ses fictions. Parallèlement, il fit accepter au Théâtre français son premier drame en vers, Le Siège de Missolonghi, consacré au combat de libération du peuple grec contre la domination ottomane. Ce qui aurait pu être un brillant succès tourna cependant à la mésaventure, car la censure, attentive à ménager la Sublime Porte, interdit la pièce. Réautorisée par le ministère Martignac, elle fut mise en scène, mais à nouveau interdite de représentation, définitivement cette fois. Le philhellénisme militant des libéraux et des romantiques n’y fit rien, pas plus que l’appui de deux Bretons plus avancés dans la carrière des Lettres, Alexandre Duval et Paul-François Dubois. Souvestre, qui, pour un débutant, se montrait fier et intransigeant, refusa d’emblée la moindre altération de son texte, comme il refusa plus tard de laisser Scribe apposer sa signature à côté de la sienne à l’affiche d’un vaudeville qu’il avait écrit seul, et qui, du coup, demeura dans ses cartons. En proie à un « dégoût universel », se sentant le représentant de la « dure et chaste race de la vieille Armorique », il en conçut une vive amertume contre ses interlocuteurs, une « aristocratie d’intelligence » selon lui comparable aux aristocraties du sang et de la fortune24. Aussi bien ne se priva-t-il pas ultérieurement, dans ses nombreuses pièces jouées à Paris et en province, de dénoncer les milieux parisiens du théâtre.

  • 25 Au moment où, parmi les Bretons de Paris qui participaient aux banquets républicains, germa l’idée (...)
  • 26 Informations puisées dans une lettre inédite de Guépin à Mellinet : « J’aime mieux vous parler d’É (...)
  • 27 Voir J.-J. Goblot, La Jeune France libérale. Le Globe..., p. 31. Contrairement à Guépin, qui s’aff (...)

15Dans ces démêlés, l’amitié avec Guépin, retrouvé étudiant de médecine à Paris, et les fréquentations de ce dernier, qu’il lui fit partager, eurent un rôle déterminant pour catalyser les convictions de Souvestre et pour favoriser son entrée dans la presse nationale. Fermement républicain, Guépin s’était lié à plusieurs anciens affiliés de la Charbonnerie française, originaires de l’Ouest, dont certains commençaient à s’intéresser de près aux idées de Saint-Simon. C’est par l’intermédiaire de son ami qu’en 1827, Souvestre rencontra Dubois, ainsi que Pierre Leroux, l’un et l’autre anciens élèves du lycée de Rennes, les fondateurs et les principaux animateurs de ce journal libéral, pro-romantique, tourné à la fois vers la province et vers l’étranger qu’était alors Le Globe25. Ange confia Émile à leurs aînés afin qu’ils soutiennent son Missolonghi, et il se mit en rapport dans le même but avec Mellinet, le premier éditeur de Souvestre, qui, depuis sa création en 1824, se trouvait être aussi le responsable dans l’Ouest de la distribution du Globe. La boucle était bouclée26. Selon un mécanisme sociologique des relations Paris-province que représente fréquemment la Comédie humaine, l’appartenance bretonne favorisa ainsi l’intégration sociale et politico-idéologique de Souvestre dans la capitale. Dubois figura un moment parmi les connaissances les plus intimes de Souvestre, et il l’introduisit auprès d’autres globistes, voire, peut-être, dans le réseau des Amis de l’Armorique, la loge exclusivement bretonne du Grand-Orient à Paris27.

  • 28 Voir Élie Sorlin, La Vie politique en province. Étude sur Grégoire Bordillon, suivi d’un choix de (...)
  • 29 Installé à Angers dans les années 1830, Rey appartint quelque temps au réseau saint-simonien de l’ (...)

16Faute de sources, on ne peut déterminer jusqu’à quel point, pendant ce même séjour parisien, Souvestre put être associé aux contacts de Guépin avec Bazard et Buchez. Il n’est cependant pas concevable qu’il n’ait pas suivi de près le lancement du Producteur, en octobre 1826, et qu’il ne l’ait pas feuilleté, notamment lors des passes d’armes de Bazard avec le plus littéraire des ténors du libéralisme, Benjamin Constant. Il fut certainement aussi informé de la tenue, sinon du contenu, des séances de l’exposition de la doctrine saint-simonienne par le même Bazard, bien que la série n’en ait débuté qu’après son retour en Bretagne, en décembre 1828. Il y a lieu de conjecturer également que Souvestre put aussi fréquenter à Paris l’Angevin Grégoire Bordillon, qui sera proche de lui dans les années 1830 et qui est pareillement un littérateur saint-simonien de tendance républicaine. Celui-ci suivait alors les cours de Jouffroy en compagnie de Guépin et de Carnot28, mais nous ignorons si Souvestre y assista également. Nous ne savons pas non plus si Joseph Rey compta parmi les rencontres de 1828. Collaborateur du Producteur, fréquentant Hippolyte Carnot et Michel Chevalier, Rey, à la fin des années 1820, fut celui qui intéressa à Owen Guépin et Bordillon, avant d’assister à l’« exposition de la doctrine » à laquelle il finit par adhérer. Nous observons en tout cas, que Souvestre devint dès son retour en Bretagne un adepte aussi fervent que Rey de la méthode universelle de Jacotot29.

17Ce qui est en toute hypothèse frappant, c’est que pour Souvestre aussi bien que pour Guépin, les idées auxquelles ils pouvaient s’initier dans la capitale devaient naturellement trouver leur terrain d’application dans leur région d’origine. Réciproquement, le sous-développement breton était l’objet privilégié de leurs réflexions.

  • 30 Le fait de s’occuper de « sciences, agriculture, industrie, commerce, jurisprudence, littérature e (...)
  • 31 Guépin était un lecteur assidu des Annales de Roville (voir sa lettre à Mellinet du 21 nov. 1826 é (...)

18Nous en trouvons témoignage dans la correspondance de Guépin avec Mellinet – une relation dont, par exception, c’est Guépin qui était redevable à son ami, et non l’inverse. À l’automne 1826, l’imprimeur nantais compléta son arsenal en fondant, à côté du Lycée armoricain, un journal tri-hebdomadaire explicitement intitulé Le Breton, destiné à inciter la région à se charger elle-même de son avenir en se tournant vers l’industrie et en modernisant son agriculture30. Il lui fallut pour cela le soutien de la diaspora bretonne de Paris, seule à même de lui fournir, dans la jeune génération, des collaborateurs de qualité qui fussent informés des idées nouvelles. Guépin félicita Mellinet, s’abonna et se mit à la tâche pour traiter d’association universelle et de réforme industrielle dans une perspective régionale. À ses yeux, la priorité du Breton devait être de pousser à l’instruction agricole et à la création d’exploitations modernes. C’est ainsi qu’on le voit, dans un des premiers numéros, faire l’éloge de Louis Rousseau, le fondateur de la Société rurale de Lannévez, dans le Léon, en la comparant à la ferme-modèle de Roville, point de référence de l’agronomie contemporaine et, entre autres, des saint-simoniens31. Guépin allait jusqu’à imaginer d’attirer en Bretagne une colonie issue du Quartier latin, en particulier de son émigration bretonne. Il s’agissait, disait-il, de « réunir sur le même bien le plus grand nombre possible d’hommes laborieux et patriotes ». Or, inévitablement, Souvestre est impliqué au premier chef dans le projet, d’allure d’ailleurs moins saint-simonienne qu’owénienne ou fouriériste, du moins à la date à laquelle l’évoque Guépin :

  • 32 Lettre de Guépin à Mellinet, s. d. [fin 1826/début 1827], BM Nantes, ms. no 857, Français 693, f° (...)

Il paraît, Monsieur [i. e. Mellinet], qu’Émile vous a communiqué en poète le projet dont je lui ai fait part. Un élève de l’école polytechnique très lié avec Souvestre et moi a le dessein de se fixer à la campagne, j’ai aussi le dessein de m’y fixer. Devay, le jeune homme qui habite [Roville ?] compte aussi se fixer en Bretagne. Émile ne se refuserait pas à venir un jour demeurer avec nous ; enfin j’aurais encore un de mes proches qui est marié. Croyez-vous qu’il soit possible d’acheter en commun une terre qui nous convienne pour la partager ensuite proportionnellement aux mises particulières et croyez-vous qu’il soit impossible de donner de l’éducation à de jeunes ouvriers32 ?

  • 33 À partir de 1830, cet agronome alsacien, ancien élève de Roville, dirigea une ferme-modèle située (...)

19Sans doute l’utopie de Souvestre n’entra-t-elle pas en pratique, à la différence de l’utopie de Rousseau, avec ses lais de mer gagnés à Keremma, ou de l’utopie de Jules Rieffel, avec ses arpents labourés à Grandjouan33. Mais que Souvestre se soit plu à l’envisager atteste de sa part un état d’esprit qui va bien au-delà du simple républicanisme.

20C’est là un motif supplémentaire de critiquer les interprétations exclusives de la dimension politique qui sont habituellement données du retour de Souvestre en Bretagne en 1828. On ne peut se satisfaire pleinement ni de la version familiale, qui met en avant la nécessité de secourir sa famille sur place, ni de la version esthétique. À l’une s’oppose le fait que le naufrage du frère aîné était déjà un événement ancien, et à l’autre, malgré les affirmations rétrospectives de Souvestre lui-même, le fait que son retour ne pouvait pas correspondre à un rejet du désespoir et de l’immoralité romantiques, étant donné qu’il n’y avait guère plus sacrifié à Paris qu’auparavant en Bretagne. S’il est vraisemblable en effet que, faute de vivre de sa plume, Souvestre ne pouvait plus longtemps rester à la charge des siens, il est tout aussi vraisemblable que le déracinement lui pesait et que ses déceptions parisiennes lui suggéraient de venir se retremper dans ses sources, là où ses nouvelles idées littéraires et sociales trouveraient un champ d’action moins délétère.

Juillet à Nantes : le réseau saint-simonien de l’Ouest

  • 34 Voir la lettre de Souvestre à Turquéty du 3 mars 1828 citée par Finistère (réf. supra n. 12, p. 17 (...)
  • 35 Voir Les Derniers Bretons, éd. 1835-1836, t. 1, p. viii-xvi.

21La pensée du retour s’exprime dès mars 1828 au moins34. Les années 1828-1831 vont être les années les plus saint-simoniennes de Souvestre. Dans la seconde partie des années 1830, une fois retombée sa foi saint-simonienne et le saint-simonisme lui-même effacé du paysage, il racontera après coup dans Les Derniers Bretons qu’il attendait du retour en Bretagne une « convalescence morale », qu’il espérait trouver dans l’amour et le service de sa région natale « une sorte de religion » à même d’apporter « plus d’ordre dans [ses] recherches, plus de philosophie dans [ses] déductions35 ». En vérité, ce vocabulaire et ces formules typiques de la doctrine masquent (et avouent) la nature saint-simonienne de sa démarche militante entre 1828 et 1831. Paradoxalement, alors même que Souvestre quittait Paris dans la période précise où se fondaient le dogme et le mouvement saint-simoniens, tout se passe comme s’il trouvait enfin peu à peu son unité psychologique et son utilité sociale dans le militantisme tel que le concevaient et le structuraient ensemble Bazard et Enfantin, dans un grand élan de synthèse entre République et christianisme. Pendant près de trois ans, Souvestre, en somme, s’identifia peu à peu à cette figure du prêtre-artiste, à la fois conducteur d’hommes et producteur de poésie, dont Barrault, un autre candidat à ces deux gloires mêlées, montra éloquemment dans son fameux appel Aux Artistes (mars 1830) qu’elle constitue l’idéal humain du saint-simonisme. Mais on devine aussi, à lire les aveux consignés dans la préface des Derniers Bretons, que la foi bretonne a par la suite eu la fonction compensatrice d’une foi de substitution à la foi saint-simonienne.

  • 36 Voir Le Lycée armoricain, t. 12, 1828, p. 443-444.
  • 37 Mellinet diffusait Le Globe dans son entourage depuis 1826, et les rédacteurs du Lycée armoricain (...)

22Profitant de l’introduction de Mellinet à la préfecture et à la mairie de Nantes, c’est dans cette ville, qui partage avec Rennes le statut moral, sinon administratif, de capitale bretonne, que Souvestre et Guépin, décidément inséparables en leur jeunesse, vinrent se réinsérer. La municipalité créa en effet pour le second, docteur en médecine et titulaire d’un prix de chimie, les cours de « chimie et économie industrielle » dont il avait rêvé. Souvestre quant à lui figurait déjà à l’ordre des avocats à la Cour royale nantaise et parmi les plus jeunes correspondants de la Société académique de la Loire-Inférieure, où il avait été reçu au cours de l’été 1828, grâce encore à Mellinet, son secrétaire général36. N’ayant jamais cessé de contribuer aux périodiques de Mellinet, qui l’engagea comme commis de librairie, il écrivit aussi dans les Annales de cette académie. Il put ainsi gagner sa vie tout en se familiarisant avec le monde de l’imprimerie et de l’édition. Ce fut donc une expérience plus enrichissante que les tâches ordinairement dévolues à un simple commis et sur lesquelles s’apitoient ses biographes. Parmi ces tâches figuraient en particulier l’échange de bons procédés avec Le Globe libéral, dont on peut présumer que la conversion du journal au saint-simonisme ne les interrompit pas37.

23En pratique, en effet, à Nantes comme à Paris, le mouvement républicain fournit au saint-simonisme les cadres idéologiques de sa réception. Groupés autour du journal de Victor Mangin, L’Ami de la Charte, les républicains nantais furent un appui décisif.

  • 38 Voir les lettres de Guépin à Mellinet des 16 et 26 janvier 1827 (BM Nantes, ms. no 857, Français 6 (...)

24C’est en commun avec Ludovic Chapplin, bibliothécaire municipal, et René Marie Luminais, propriétaire agriculteur, qui avait déjà soutenu son admission à l’académie nantaise, que Souvestre mit en œuvre une idée germée à Paris dans le cercle de Guépin et approuvée par toute une série de banquets républicains. Il s’agissait de créer une maison d’édition bretonne destinée à publier en français des ouvrages bon marché à l’intention des populations des campagnes qui, tout en sachant lire, s’en tenaient encore aux recueils de cantiques ou aux missels en breton. L’objectif était de mettre la population au fait de l’actualité artistique, scientifique et technique, la priorité étant toutefois donnée à l’agriculture. Financée par des associés actionnaires, la librairie, comme on disait à l’époque, devait publier en priorité les auteurs de la région afin de faire contrepoids au monopole des éditeurs parisiens. Seuls devaient être retenus des titres « utiles » vendus à prix coûtant. La librairie se doterait en outre d’un cabinet de lecture pour faciliter l’accès aux principales feuilles de la presse régionale et nationale. Pour ce projet, Guépin avait dès 1827 sollicité le soutien de Dubois et mis à contribution ses amis étudiants, à raison de cinq francs par personne et en escomptant au moins cent volontaires38.

  • 39 Revue de l’Ouest, no 1,28 janvier 1829. Une trentaine de numéros sont conservés à la BnF sous la c (...)
  • 40 Ibid., no 12,15 avril 1829.
  • 41 Voir par ex., en 1829, « Lettres sur Paris » (28 janvier) ; « Poésies » (24 juin) ; « Poésie à Mme(...)

25Après avoir dirigé à Morlaix même une première et éphémère « Librairie industrielle » qui n’a pas laissé de traces mais dont le nom connotait déjà des arrière-pensées saint-simoniennes, Souvestre parvint à ses fins à Nantes avec l’aide de ses deux associés de la ville. A partir de janvier 1829, une seconde entreprise créée sous la même raison sociale mit sous presse la première série hebdomadaire de la Revue de l’Ouest, sous-titrée Journal de la Librairie industrielle de Nantes, signée sous le trait par Chapplin et imprimée chez Mellinet et Forest. En tant que directeur de la Librairie industrielle, Souvestre se donnai t pour objectif l’édition de « tous les ouvrages réellement utiles, de toutes les nouvelles découvertes précieuses pour les arts et les industries ». Π déclarait rechercher « la propagation des lumières en livrant au plus bas prix possible tous les ouvrages élémentaires39 ». Un local, orné du buste de Francklin, dont la Librairie rééditait les textes philanthropiques, ouvrit en mars au no 12 de la Place du commerce, à proximité de la Rue neuve des Capucins, où Souvestre emménagea peu de temps après. Les principaux rédacteurs de la Revue, dont Mangin et Hippolyte Lucas, l’angliciste du Globe libéral, assurèrent sa tonalité républicaine, son ouverture aux utopies sociales. Guépin y annonça notamment les Lettres sur le système de la coopération mutuelle (1828) de Joseph Rey, point de départ de la propagation du système oweniste en France40. Les articles de Souvestre, eux, contiennent en germe l’éventail de ses thèmes favoris ultérieurs quant au relèvement de la Bretagne et au traitement de la pauvreté. Ses notes sur l’histoire et sur la poésie populaire bretonnes occupent à peu près autant de place que ses propres poèmes et récits littéraires41.

  • 42 Nous connaissons des musiques de Fournerat et de Pauline Duchambge, femme compositeur parisienne e (...)
  • 43 Compte rendu dans le Lycée armoricain, t. 14, 1829, p. 121. Voir aussi Ch. de Commequiers, « Poési (...)

26Dans le domaine de la poésie, un fait marquant fait réfléchir sur la conception de la littérature qui commençait à se former chez lui. Au cours de l’été 1829, Souvestre édita dans sa propre librairie, sous le titre Trois femmes poètes inconnues, un recueil de poèmes en réalité issus de sa propre plume, mais présentés comme l’œuvre de trois jeunes muses ayant souhaité l’anonymat. Sans égaler la facture ou l’imagination d’une Marceline Desbordes-Valmore ou d’une Delphine Gay, ses vers se situaient dans le même registre, supposé essentiellement féminin, de simplicité, de pureté et de fraîcheur. La première des « trois femmes » est une jeune fille qui parle à son ange gardien, la seconde, guère plus âgée, une femme auteur maltraitée par un éditeur parisien et que Souvestre, au contraire, prétend éditer avec fidélité, et la troisième une sorte de Werther en jupons aux prises avec un amour impossible. Globalement, le recueil constituait un camouflet à peine déguisé à l’adresse de la rivale de Souvestre, la « Delphine nantaise », Élisa Mercœur, ainsi défiée sur son propre terrain. Mais au-delà de la compétition entre deux jeunes auteurs de la même province semblablement reconnus chez eux et à Paris, l’intention du poète masculin était probablement de capter l’engouement croissant pour les femmes poètes et de tendre à une forme de poésie réputée plus naturelle aux femmes : plus orale, plus proche du chant. Certaines pièces, du reste, furent mises en musique et chantées en concert42. Signe d’un certain succès, une seconde édition, augmentée, parut en 1830 chez Mellinet, sous le titre Rêves poétiques. Un exemplaire en fut adressé à DesbordesValmore. Selon Guépin, chargé d’en assurer la promotion dans les périodiques de Mellinet, ces pièces devaient beaucoup de leur charme au « cachet des lieux où elles furent composées », loin du « tumulte de la capitale » : il les caractérise comme avant tout « simples, naïves, provinciales », en soulignant avec une pointe de provocation l’acception positive de cette dernière épithète43.

  • 44 Guépin, « Poésies de M. Émile Souvestre », Lycée armoricain/Revue de l’Ouest, t. 15, 1830, p. 60-6 (...)

27Cette argumentation rejoint la topique commune à certains libéraux (notamment ceux du premier Globe), aux républicains et aux saint-simoniens, mais plus particulièrement encore développée par ces derniers, en faveur d’une poésie ayant fonction de stimuler le peuple au travail et au progrès, de lui offrir des satisfactions esthétiques tout en le ralliant à une perspective d’avenir. Guépin fait ainsi valoir la possibilité de récupérer les « idéalités mensongères » colportées par les traditions populaires pour leur faire propager des « idées d’avenir44 ». Or cette voie est précisément celle qu’emprunte Souvestre lorsqu’il s’essaie à exploiter l’histoire et la culture de la nation bretonne dans « Le Retour de Duguesclin », un poème publié par le Lycée armoricain, qui, non content de célébrer un héros doublement national, mêle à ses propres vers des éléments d’une ancienne gwerz. Contrairement cependant à ce qu’on attendrait au vu de son éloge précédemment évoqué des phares, Souvestre, même dans sa période la plus saint-simonienne, n’exalta que très rarement l’ère industrielle et ses machines. Un exemple peut en être relevé en août 1829, à propos d’un « Bateau à vapeur de l’Erdre » :

  • 45 Daté du 6 août 1829, le poème parut dans la presse, fut repris dans le recueil de 1830, Rêves poét (...)

Sous nos pieds mugissait un sourd volcan de flammes,
Et la barque voguait sans voiles et sans rames45.

28Mais il est vrai que sont assez rares, en fait, les poètes d’obédience saint-simonienne, si stricte soit-elle, qui suivent les recommandations du Producteur sur ce point.

  • 46 Voir Jacques Rancière, Le Maître ignorant, Fayard, 1987.
  • 47 « Méthode de Jacotot, langue allemande », Lycée armoricain, t. 15, 1830, p. 124-130.

29Sur le plan plus pratique de l’instruction du peuple et en particulier des filles, Souvestre, à Nantes, se porta presque plus en avant que les saint-simoniens de Paris à même époque. En 1829 en effet, avec des capitaux fournis par Luminais, et associé à un certain Alexis Papot, un disciple d’Auguste Comte (lequel, malgré sa scission, n’était pas absolument extérieur à la constellation saint-simonienne), il ouvrit une école de filles au sein de la pension Ducamp, rue Racine. Lui se chargeait du français, et Papot des mathématiques. Avant Guizot, les filles, on le sait, étaient encore exclues de l’enseignement public, et les républicains aussi bien que les saint-simoniens faisaient de leur instruction la première étape de leur émancipation et de leur accès à l’égalité. La méthode retenue fut celle de « l’enseignement universel » du philanthrope anglais Jacotot, dont l’idée novatrice consistait à s’appuyer sur un texte unique, mais d’un contenu d’informations et d’idées assez riche, pour que les élèves pussent s’en servir afin de construire de manière autonome non seulement leur apprentissage de la lecture et de l’écriture, mais une vision unifiée de l’histoire, de la géographie, des sciences naturelles et de la morale46. Cette pédagogie, soutenue par une philosophie déiste et quasi panthéiste (dans l’univers, tout est dans tout) avait des adeptes passionnés jusque dans l’entourage de Guépin et de Souvestre, notamment en la personne de Rey, mais aussi du swedenborgien Louis François de Tollenare, un négociant également professeur d’histoire-géographie, qui introduisit à Nantes le métier à tisser Cartwright et la nacelle volante et que nous retrouverons dans le groupe saint-simonien nantais en 183147. Comme texte de support, Souvestre fixa son dévolu sur le Télémaque de Fénelon, pour des raisons tenant à la fois aux finalités pédagogiques et édifiantes de l’œuvre, à ses sympathies pour les Lumières et à ses vertus de modèle littéraire. Un fascicule de Souvestre dédié à Luminais et rédigé par Souvestre à l’intention des « Bretons pères de famille » vantait la méthode Jacotot en des termes quasi mystiques. L’avant-propos, dû à Guépin, mettait l’accent sur son aptitude à libérer les ressources intellectuelles des classes vouées au travail manuel :

  • 48 Résumé de la méthode de M. Jacotot, Nantes, Mellinet, 1829. La Revue de l’Ouest du 7 octobre annon (...)

Que l’émancipation intellectuelle se répande des classes ouvrières dans les campagnes, que le peuple cesse d’écouter et de répéter pour regarder par lui-même et chercher car tout est là-dedans. Un temps viendra, [...] où l’enseignement universel [...] deviendra l’enseignement unique de toutes les nations, car l’esprit d’examen doit croître avec la civilisation, et la méthode n’est autre chose que cet esprit appliqué à tout. [...] Nous ne comprenons pas encore tout ce que l’activité régulière et soutenue de l’intelligence sur un objet peut produire ; et peut-être n’y a-t-il entre l’ouvrier qui fabrique dix mille têtes d’épingles par jour et Euler trouvant un logarithme en quelques minutes que la différence des habitudes. Il faudrait que cette idée se répandît dans le peuple, car elle seule pourra hâter son instruction48.

  • 49 « Les penseurs inconnus », Revue de Paris, 1836, p. 247-253. C’est de 1839 que date la préface réd (...)
  • 50 Voir les lettres des 14 et 24 mai 1830 adressées à Guépin par Dubois (citées par Frambourg, Un phi (...)

30La trace de telles spéculations sur l’intelligence ouvrière peut être suivie dans l’apologie ultérieure par Souvestre de l’ouvrier saint-simonien Gauny49, et il va sans dire qu’elles fondent, dans la Revue encyclopédique, la revendication par les amis saint-simoniens de Souvestre, dès le tout début des années 1830, d’une représentation parlementaire spéciale de la classe ouvrière, de même qu’elles imprègnent la théorie et la pratique de la poésie ouvrière, remarquables et remarquées, que les enfantiniens encouragent autour de Vinçard et de la Ruche populaire. Mais pour en rester à l’engagement pédagogique de Souvestre lui-même, il va jusqu’à la vulgarisation de leçons morales extrapolées du Télémaque par la publication de « compositions » prétendument écrites par ses élèves, selon une démarche qui n’est pas sans rappeler sa manière, déjà évoquée, de se substituer aux femmes poètes réelles. Les Étrennes nantaises le signalent en 1830 comme « professeur de littératures française et latine, de langues française et italienne ». Elles font aussi état d’une expérience de deux ans dans « l’enseignement selon la méthode Jacotot », qu’il dispensait à son domicile, désormais le siège de l’école fondée avec Papot. Mais l’enseignement universel étant devenu un objet de railleries, Souvestre finit par y renoncer. Pour autant, après la révolution de 1830, son école paraît avoir bénéficié de la sollicitude de Dubois, nommé inspecteur général de l’Université. Celui-ci, tout en se gardant de trancher entre les laïques (partisans de l’enseignement mutuel entre élèves de niveaux et d’âges différents) et les catholiques (plus favorables à l’enseignement simultané par un maître), partageait bien évidemment le souci de Souvestre d’ouvrir l’école aux Lumières et de réduire le taux d’échec de l’alphabétisation particulièrement élevé dans des régions allophones comme leur province à tous deux, la Bretagne50.

  • 51 Ibid., p. 67-74. Voir aussi Henry-René d’Allemagne, Les Saint-Simoniens. 1827-1837, Gründ, 1930, p (...)
  • 52 Voir Frambourg, Un philanthrope et démocrate nantais..., p. 73.

31En comparaison de celle de Guépin, l’attitude de Souvestre pendant les événements de Juillet à Nantes n’a toutefois guère laissé de souvenirs. Il faut se contenter de l’imaginer comme toujours aux côtés et un peu en retrait de son ami, celui-ci occupant le devant de la scène et servant de lien entre le chef de file des républicains, l’industriel Michel Rocher, l’équipe de l’Ami de la Charte, le rédacteur du Breton Claude Gabriel Simon, les démocrates libéraux et les francs-maçons, tel Achille Grignon-Dumoulin, blessé lors d’une fusillade. Si nous savons que Guépin se tenait informé de la situation parisienne, entre autres par Devay, ce polytechnicien très lié à Souvestre dès 1826-1828, et que sa ligne de conduite, soutien à la Charte excepté, était assez fidèle aux consignes de Bazard et d’Enfantin (sympathie pour les mobiles du soulèvement, mais abstention de toute violence), nous ignorons par exemple si Souvestre fut même en contact avec Dugied, Duveyrier ou Lechevalier, envoyés, eux, en Loire-Inférieure pour des raisons électorales51. Le seul indice que nous ayons de son attitude pratique est la part qu’il prit dans la souscription pour un monument à la mémoire des morts tombés à Nantes pour la révolution de Juillet52. Pour le reste, nous en sommes réduits à supposer que Juillet le rapprocha du saint-simonisme, ainsi que ce fut le cas pour son ami, l’avocat et poète Paul Delasalle, qui, raconte-t-il bien des années plus tard, s’était laissé « séduire » sur-le-champ par sa radicalité :

  • 53 « Paul Delasalle », dans Émile Souvestre et Prosper Saint-Germain éds, Mosaïque de l’Ouest, t. 3,1 (...)

L’élan de Juillet ne s’était point arrêté à la démolition de la vieille dynastie : le monde des idées allait être remué aussi hardiment que celui des faits. Une doctrine longtemps obscure s’était mise aussi à dépouiller la société de ses plus vieux principes et à élever des barricades contre tout ce qu’on avait jusqu’alors respecté. Bazard et Enfantin commandaient cette guerre entreprise au nom des deux plus saintes aspirations du génie moderne : l’association universelle et la répartition selon les œuvres. Notre ami fût vivement saisi par les proclamations saint-simoniennes. La grandeur de l’entreprise, l’éloquence des missionnaires, le vague et la mysticité des formes, tout devait séduire cette imagination jeune et flottante53.

  • 54 Lettre à Marc Séguin du 28 août 1830, citée d’après Touchard, Aux origines du catholicisme social. (...)
  • 55 Hippolyte Carnot, Sur le saint-simonisme. Lecture faite à l’Académie des sciences morales et polit (...)

32De ce mouvement de ralliements individuels témoigne aussi l’évolution de Rousseau qui, suscitant l’émoi de la hiérarchie catholique, envisageait alors de transformer sa société rurale de Lannévez en une « association industrielle, philosophique et religieuse54 ». Que Souvestre ait pu lui aussi être considéré, dès ce moment, comme un membre de facto, la preuve en est apportée par le témoignage d’Hippolyte Carnot, qui était alors l’un des membres du « Collège » et qui devint en 1848 le ministre de l’Instruction publique du gouvernement provisoire de la Deuxième République. Ce dernier mentionne en effet la fréquente présence de Souvestre, à Paris, aux soirées de la rue Monsigny, soit aux fêtes de propagande données au siège du Globe, une fois le quotidien libéral passé au saint-simonisme et ses locaux transformés en résidence commune (et communautaire) des dirigeants de ce mouvement. Sans indiquer de dates précises, le fils de Lazare Carnot – l’Organisateur de la victoire-, rapporte que ce ne fut pas « en simple curieux » qu’y venaient, entre autres, « le docteur Guépin, de Nantes, Bordillon, d’Angers, [...] Émile Souvestre (le romancier moraliste)55 ».

  • 56 Voir le rapport sur la fondation de la Société industrielle au Lycée armoricain/Revue de l’Ouest, (...)
  • 57 É. Souvestre, « Nantes », Revue des deux mondes, livraison du 1er janvier 1837, p. 53-74.
  • 58 Guillaume François Plihon, membre de la Société académique de Nantes, était professeur d’anglais. (...)
  • 59 Ce mode de fonctionnement fut reproduit à l’École d’apprentis qui compléta l’Athénée en 1832. Voir (...)

33Parmi les initiatives notables de ce groupe de sympathisants de l’Ouest figure la fondation en octobre 1830 par Mellinet, Billault, Le Sant et Guépin de la Société industrielle nantaise56, calquée sur la Société industrielle de Mulhouse, également l’archétype de celle d’Angers, créée par Bordillon au printemps précédent. Souvestre s’y intéressa particulièrement57. En cela fort proche de la volonté saint-simonienne d’améliorer le sort moral, physique et intellectuel de la classe la plus nombreuse et la plus pauvre, elle se proposait d’organiser « l’éducation, la fonction et la retraite » des plus démunis. Afin que les enfants pauvres puissent aller à l’école primaire, des cours furent spécialement organisés à leur intention, assortis de secours pour compenser la perte de revenus qui en résultait pour leurs parents, et dans l’espoir de les voir ensuite entrer en apprentissage ou accéder au « Collège industriel », voire au Collège royal. Ledit « Collège industriel », initialement appelé un « Athénée », était lui-même l’aboutissement d’un projet soutenu, dès 1831 par Guépin, Simon, Tollenare, Plihon58 et Souvestre – autant d’adeptes ou de sympathisants saint-simoniens. Chargé d’offrir aux enfants du peuple un enseignement gratuit (il était financé par des citoyens aisés), cette institution à mi-chemin de l’école élémentaire et du collège, comptait Souvestre parmi ses professeurs, tous bénévoles59.

  • 60 Cité d’après le programme initialement prévu pour l’Athénée de Nantes (voir Blanlœil, De l’Institu (...)

34Le jeune avocat-enseignant s’y porta volontaire pour donner des cours d’« Histoire de la littérature française à partir du xviie siècle [et] sur la modification de la littérature, à chaque époque, expression de l’époque elle-même60 ». C’est également ce lieu commun de la critique littéraire libérale, répandu par l’ancien Globe que l’on trouve sous sa plume à cette période, mais enchâssé dans la philosophie saint-simonienne de l’histoire, tel que Barrault l’avait adapté dans Aux Artistes et tel donc que le nouveau Globe le resservait à ses abonnés :

  • 61 « Un poète », Lycée armoricain/Revue de l’Ouest, [livraison de la Revue de l’Ouest] t. 15, 1830, p (...)

L’esprit d’un siècle n’est jamais que le résultat de sa situation ; la nôtre, en changeant, changera bientôt nos goûts, et, quel que soit notre avenir, heureux ou misérable, libres ou esclaves, nous retournerons à la poésie pour célébrer nos prospérités ou pour consoler nos peines. Pour que l’homme arrive jusqu’au génie et le comprenne, il faut que quelque grande infortune ou quelque grand bonheur ait placé son âme plus haut que la vie vulgaire, et, en cela les peuples ressemblent aux hommes. Les époques transitoires comme la nôtre, placées entre deux situations extrêmes, n’ont rien qui élève les cœurs ni qui les pousse vers la poésie ; le demi-bonheur n’exalte pas plus que la demi-souffrance : il faut pour que cette divine langue soit parlée, aimée et sentie, la félicité du règne des Médicis, ou les douleurs de la captivité de Babylone. Un temps viendra, sans doute, où le culte de la poésie renaîtra dans notre patrie : peut-être, alors, recherchera-t-on, dans les époques tumultueuses et confuses du passé, si quelque rossignol n’a pas chanté sans être entendu61.

  • 62 « Le poète et l’homme utile », Lycée armoricain/Revue de l’Ouest, t. 15, 1830 [partie de la Revue] (...)
  • 63 Voir par ex. son compte rendu des Odes nationales de Boulay-Paty, Lycée armoricain/Revue de l’Oues (...)
  • 64 Opinion prêtée par le narrateur au personnage saint-simonien qu’est Barnabé Crux (réf. supra n. 11 (...)
  • 65 « Prospectus », Revue de l’Ouest, t. 1, 1831, p. 5. Entre septembre et novembre 1831, trois livrai (...)
  • 66 Voir la lettre de Carnot à Guépin du 21 juin 1831 : « C’est avec grand plaisir que la Revue accept (...)
  • 67 Ayant accouché d’Alexis-Émile, le 9 mai 1831, Cécile Souvestre, née Ballot-Beaupré, décéda le 29 d (...)

35De même Souvestre partageait-il l’opinion, héritée de l’économie politique et soutenue par Le Producteur, selon laquelle l’art se doit d’être utile, ou plutôt, corrigera Enfantin en 1832, social. Dans un fragment de roman publié en 1830, on voit en effet l’homme de lettres breton s’efforcer de faire admettre ce point de vue matérialiste à ses confrères. Souvestre y fait dialoguer un poète et « un homme utile », le premier parlant exclusivement âme, liberté, gloire et éternité, sans se soucier de la misère sociale, et le second se flattant à l’inverse d’avoir introduit au pays la culture de la pomme de terre, étape selon lui indispensable avant que le peuple rassassié ne puisse s’élever d’une conception utilitariste de la nature comme terre nourricière à la contemplation de ses beautés poétiques62. À lire cependant les regrets que l’ancien rival d’Élisa Mercœur exprime d’autre part devant le désintérêt du grand nombre pour la poésie63, il y a lieu de penser que la tension de ce dialogue quelque peu caricatural reflétait un certain mal-être de son auteur. Aussi bien, lorsque Mellinet lui confia la direction d’une Revue de l’Ouest restructurée, inaugura-t-il ses fonctions en s’essayant à la synthèse d’un « Prospectus » en forme de poème à la gloire du peuple de Juillet, dont l’héroïsme avait tranché la question de la liberté si longtemps discutée en vain par les démocrates. Sans illusions sur les suites, mais sans aller, comme certains de ses amis saint-simoniens, paraît-il, jusqu’à qualifier la révolution de « sublime bêtise » pour laquelle les uns se seraient « brûlé les pattes » afin que d’autres en « mang[eassent] les marrons64 », Souvestre crut le moment venu pour l’artiste de reprendre ses propres « travaux, [son] luth longtemps abandonnés65 ». Ce n’est cependant pas cette nostalgie de la poésie qui explique qu’au printemps de 1831, malgré les sollicitations de Carnot, il n’ait pas participé dès l’origine à la grande entreprise politico-journalistique de ses amis républicains saint-simoniens, la reprise et la transformation de la Revue encyclopédique en un organe de presse destiné à propulser à la Chambre des députés ses nouveaux propriétaires et animateurs66. C’est plus probablement la douleur éprouvée à la mort en couches de sa première femme, épousée un an plus tôt, et suivie dans la tombe par le nouveau-né. Marceline Desbordes-Valmore lui en présenta ses condoléances par un poème – un signe parmi d’autres de la persistance de ses liens avec le monde des lettres de la capitale67.

  • 68 Le Globe, 28 septembre 1831.
  • 69 Les réunions se tinrent les 16 et 17 septembre à Brest, et le 28 à Lorient. Le Globe consacre deux (...)
  • 70 Voir deux lettres de Rigaud publiées dans Le Globe du 9 novembre, et les nouvelles données par l’É (...)
  • 71 Une partie en a été livrée par le gendre de Charton, Paul Laffitte dans la Revue de Paris (mars-av (...)
  • 72 Lettre s. d. [octobre 1831], Revue de Paris, mars-avril 1911, p. 399.
  • 73 Lettre de Charton à Souvestre du mois de mai 1832, ibid., p. 411.
  • 74 « Mœurs du Léonais. Souvenirs du Finistère », Revue encyclopédique, t. LV, livr. de juillet, août (...)

36L’évaluation du saint-simonisme de Souvestre passe par la prise en compte des formes plus complexes que revêtait en province, et singulièrement dans l’Ouest, l’appartenance à la mouvance dirigée depuis le centre parisien. À Paris, l’appartenance se traduisait et se mesurait par une position publique dans l’un des « degrés » de la hiérarchie. Il en allait un peu de même à Lyon et surtout dans le Midi, où l’ancienneté de l’implantation et les responsabilités acceptées par Rességuier, un ancien correspondant du Producteur, avaient permis la fondation d’une « Église » dont la localisation erra, selon les périodes, entre Montpellier et Toulouse via Castelnaudary. Mais l’Ouest, faute de « chef », demeurait inorganisé. Dans ces conditions, les sympathies de Souvestre ne pouvaient prendre forme régulière et déclarée. Contrairement, on l’a vu, à la tradition historiographique qui date plutôt l’engagement de Souvestre de son amitié avec Charton, nouée en 1831 seulement, les indices déjà rassemblés en font remonter les prémices à 1828-1829 et montrent des relations de facto de plus en plus intenses à partir de Juillet. C’est pourquoi il ne figure pas sur la liste nominative dressée par d’Eichthal en juin 1831, ni sur aucune autre par la suite, même s’il est clair que, vu de Paris, il est depuis longtemps un point d’appui repéré. Il faut attendre la « mission de l’Ouest », annoncée par Le Globe dès mai 1831, pour le voir solidement amarré au réseau par le biais, précisément, de la relation personnelle et féconde avec Charton qui en résulta pour lui jusqu’à la fin de ses jours. Dès leur arrivée en Bretagne, les missionnaires désignés, Charton et Rigaud, auraient constaté avec étonnement que « cette province, qu’on se plaît à regarder comme arriérée, était très disposée à recevoir nos enseignements, et [que] l’heure était venue de jeter là aussi les germes de notre foi68 ». De passage à Rennes et à Landerneau en septembre, ils n’y auraient eu que des contacts privés, avant les réunions publiques attestées à Brest et à Lorient, le même mois69. Partis pour Nantes le 30, les deux hommes y donnèrent une prédication le 12 octobre et terminèrent leur périple à La Rochelle et à Rochefort fin octobre-début novembre70. Si nous ne disposons pas de lettres de Souvestre à Charton, mais uniquement de celles de ce dernier à son futur collaborateur du Magasin pittoresque71, celles-ci nous apprennent que la rencontre se fit en voyage, dans « la voiture de Rennes72 », où Souvestre avait pris place pour accueillir les missionnaires. Sans doute était-il chargé de couvrir leurs déplacements pour le compte de Mellinet. C’est du moins ce qu’on peut soupçonner en considérant l’implantation géographique des différentes villes visitées et le fait que Souvestre reçut Charton à titre privé chez lui, à Morlaix73. Un récit touristique et ethnographique paru dans la Revue encyclopédique de 1832 et co-signé de leurs deux noms porte témoignage que ce fut l’occasion pour Souvestre d’attirer l’attention de son hôte sur les mœurs bretonnes74.

  • 75 Bi-hebdomadaire (il s’intercalait entre les jours de parution du Brestois), Le Finistère, pour les (...)
  • 76 Sur cette « Église » et sa consécration au nom du « Collège » par Edmond Talabot, voir Charles Pel (...)
  • 77 Voir Jean-Yves Guiomar éd., Correspondance Guillaume Lejean-Charles Alexandre, deux républicains b (...)
  • 78 Le Finistère en 1836, illustrations par Saint-Germain et al. [dont E. Guieyesse), Brest, Corne fil (...)
  • 79 Voir les lettres inédites de Charton à Cazeaux du 30 septembre et à Barrault du 27 octobre 1831 (r (...)
  • 80 Dédicace portée en tête du Voyage... (réf. supra n. 78 et supra n. 131).

37Il suffit en fait de suivre les étapes de la mission dans la presse régionale pour comprendre par quels canaux le saint-simonisme pénétra alors Souvestre et les relais d’opinion républicains de Bretagne, auprès desquels son rôle s’en trouva sensiblement renforcé. Ainsi les Rennais, s’ils ne bénéficièrent d’aucune prédication, furent tenus informés par L’Auxiliaire breton à partir du 19 septembre, date à laquelle le journal de l’imprimeur-éditeur libéral Alphonse-Edmond Marteville reprit l’annonce brestoise de la première séance publique. Or Marteville embaucha ultérieurement Souvestre pour un Keepsake breton, en 1832, et pour sa Revue de Bretagne en 1833. À Brest même, où la séance en question avait eu lieu le 13 septembre, c’est le journal républicain Le Finistère qui l’avait annoncée75. Or Souvestre, six mois plus tard, devait en prendre la rédaction en chef. Dans le petit groupe de néophytes brestois qui se constitua alors autour du chirurgien de la marine Charles Pellarin, futur apôtre de Ménilmontant, se remarquent plusieurs personnes qui contribueront à la conversion de Rousseau, bientôt l’éphémère fondateur, avec Pellarin, de l’« Église » brestoise, avant qu’il ne passe au fouriérisme, comme lui et avec lui, au moment où Souvestre s’établit à Brest. Rousseau, à cette époque, envisagea même de faire entrer son domaine dans la propriété collective des saint-simoniens76. Quant à ces autres néophytes de Brest, ce sont le docteur Auguste Penquer, président de la Société de secours mutuels et sa femme, poétesse, ainsi que le peintre paysagiste lorientais Pierre-Eugène Guieysse, alors dans la marine, dont on sait qu’il fut également très lié à Guépin77. Guieysse collabora à la Revue de Bretagne et réalisa à la demande de Souvestre quelques illustrations pour Le Finistère en 183678. À quoi il n’est pas inutile d’ajouter que parmi les abonnés brestois du Globe signalés par Charton en 183179, figurent les noms de Faure et d’Aristide Dauvin, qui réapparaissent lorsque Souvestre projettera d’ouvrir un établissement scolaire à Brest. Enfin, selon Pellarin, son collègue Maingon aurait partagé ses transports pour le saint-simonisme au moment de la fondation de l’Église brestoise. Or Maingon se trouve lui aussi appartenir au système personnel de Souvestre, comme en témoigne une dédicace de Cambry « À mon ami Auguste Maignon [sic], chirurgien de la marine80 ». Bien qu’on ignore si notre journaliste assista ou non aux prédications de Charton à Brest, s’il fut ou non présent à Lorient et même s’il fit acte formel d’adhésion à l’Eglise de Brest, le tissu serré de ces relations ne laisse pas de doutes sur son implication.

  • 81 Voir Le Breton du 13 octobre et M.-L. Aurenche, Édouard Charton..., p. 120.
  • 82 Voir le feuilleton du Breton du 15 octobre, intégralement repris par Le Globe du 18.
  • 83 Voir « Du saint-simonisme », L’Ami de la Charte, 16 octobre 1831 (analyse dans M.-L. Aurenche, Édo (...)
  • 84 Voir Philippe Le Pichon et Alain Supiot, « De l’observation de la ville comme corps social », dans (...)
  • 85 Voir M.-L. Aurenche, Édouard Charton..., t. 2, annexe IIΙ/V (d’après des papiers inédits de Charto (...)

38À Nantes, l’arrivée des propagandistes, préparée par Le Breton du 5 octobre, coïncidait avec les derniers assauts de la campagne des élections municipales et l’émotion produite dans l’ensemble du pays par l’insurrection des canuts lyonnais. La municipalité sortante fut tentée d’interdire la séance publique, prévue pour le 12 octobre et précédée par un « enseignement particulier », au prétexte du scandale causé par le port du costume et de possibles désordres81. La réunion, qui eut lieu dans la salle du Jeu de paume, rue du Calvaire, fit événement en réunissant un millier « de dames, d’hommes des classes élevées et d’ouvriers ». En affectant de ne juger « que le mérite littéraire et philosophique » de la performance de Charton, Le Breton y consacra néanmoins son feuilleton du samedi82. L’article conclut certes prudemment sur l’avis, au demeurant fondé, que les Nantais n’auraient pas attendu les saint-simoniens pour se préoccuper des classes inférieures et agir en leur faveur, mais l’auteur anonyme, qu’il s’agisse de Souvestre, de Guépin ou de Simon, le rédacteur en chef du Breton, dissimule mal son inclination. Au total, à l’exception de L’Ami de la Charte et de son responsable Mangin, un républicain franc-maçon, à qui le saint-simonisme apparut une utopie de nature trop subversive pour ne pas déstabiliser la Charte et amener à terme la fin de toute religion83, la visite de Charton et de Rigaud renforça le groupe nantais de façon décisive. Souvestre, Guépin et Simon furent rejoints par le docteur Eugène Bonamy84, ainsi que par l’avocat René Toulmouche, Pitre Athenas (futur enfantinien), le journaliste Ernest Ménard, tous des connaissances personnelles de Souvestre. On sait aussi que Charton fut abordé par les swedenborgistes nantais et que leurs entretiens le comblèrent85. C’est en ces circonstances que se rallia probablement Tollenare, l’un d’entre eux, déjà mentionné pour son attachement à l’« enseignement universel », dont Souvestre n’évoque pas fortuitement les « résultats » à Nantes, dans un article du Breton du 14 octobre. Il y a par ailleurs fort à parier que la présence de Charton et de Rigaud n’est pas étrangère à la tenue, le 16 suivant, d’une assemblée générale de la Société industrielle. Avec, pour finir, l’élection au conseil municipal, quatre jours plus tard, de Mellinet, Le Sant et Billault, le moins qu’on puisse dire est que le saint-simonisme avait le vent en poupe à Nantes à l’automne de 1831.

  • 86 « Du saint-simonisme », Revue de l’Ouest, t. 1, 1831, p. 61-67.
  • 87 Revue encyclopédique, t. LII, nov. 1831, p. 496 (sous la signature de Saint-Chéron, le gendre de B (...)

39Quant à ses effets sur Souvestre en particulier, la mission de l’Ouest l’amena à une quasi profession de foi dans sa Revue de l’Ouest. Sous le titre sans ambiguïté de « Du saint-simonisme », et sur six pages, il s’y livra à une exposition sommaire de la doctrine à l’intention des Bretons, du principe de l’association générale en vue de l’amélioration du plus grand nombre à la recherche de la paix universelle en passant par la théorie de l’alternance des époques organiques et des époques critiques, les dangers du commerce régi par la concurrence et de la politique procédant par jeu de bascule entre partis, ou encore le remplacement d’un système de pouvoir fondé sur les hasards de la naissance et du cens par une hiérarchie selon la capacité, à des fins de charité et de régénération sociales86. L’article était assez clair pour qu’à Paris, la Revue encyclopédique lui rendît hommage en signalant publiquement et nommément le rédacteur en chef de la Revue de l’Ouest comme un poète méconnu et un adepte déclaré des idées saint-simoniennes87.

De Nantes à Brest : l’affirmation des choix idéologiques et littéraires

  • 88 Religion saint-simonienne. Discussions morales, politiques et religieuses qui ont amené la séparat (...)
  • 89 Voir Frambourg, Un philanthrope et démocrate nantais..., p. 87-88.

40Nouveau télescopage entre le temps de Paris et le temps de l’Ouest : alors, déjà, que Souvestre avait malencontreusement quitté Paris en 1828 au moment précis où s’enclenchait le grand travail de synthèse de l’exposition de la doctrine, il se trouve qu’il adopta et professa cette doctrine en novembre 1831, au moment précis où elle explosait du fait de désaccords fondamentaux qui entraînèrent le départ, en ordre dispersé, de l’ensemble de l’aile républicaine, de Bazard et son cercle d’intimes au groupe de la Revue encyclopédique : Carnot, Reynaud, Charton et Leroux. À l’abri cependant, au fond de sa Bretagne, des turbulences provoquées tantôt par les écarts utopiques d’Enfantin (Ménilmontant, la quête de la Femme en Orient, l’expédition industrielle en Égypte...), tantôt par la répression gouvernementale (les interdictions de réunion et les procès), Souvestre accusa moins brutalement le choc du schisme que son « frère » Charton (ainsi qu’il l’appelait désormais). Sur le coup, ce dernier supplia les deux Nantais de venir le voir à Paris et, Souvestre ne s’étant pas déplacé, il lui envoya les ouvrages des dissidents, dont la mise au point de Bazard88. La correspondance de Charton nous apprend que Souvestre s’opposa dès le début à la réorientation enfantinienne, malgré les efforts de séduction déployés par Chevalier. Guépin, en revanche, finit par pencher du côté enfantinien, tout en se rapprochant des luttes républicaines pour le droit d’association et la liberté de la presse89. La double chance de Souvestre dans cette mauvaise passe fut de trouver de nouveaux débouchés littéraires dans et par le groupe ascendant de la Revue encyclopédique tout en épousant, en mai 1832, sa seconde femme, Angélique Anne Papot, dite « Nanine », la sœur de son associé du même nom. Celle-ci se révéla une femme de lettres parfaitement à même de l’aider à rédiger ses romans et de partager ses vues sur l’émancipation de son sexe.

  • 90 Voir le compte rendu paru dans le numéro du 17 mars 1832. Buchez, qui sera président de l’Assemblé (...)

41L’appui trouvé par Souvestre dans la relance du républicanisme saint-simonien vérifia son efficacité, pour commencer, dans la publicité donnée par L’Européen de Buchez à son manifeste esthétique, paru chez Mellinet en 1832, Des arts comme puissance gouvernementale, et de la nouvelle constitution à donner aux théâtres90. Contre Casimir Périer et son raidissement conservateur, Souvestre rappelait l’orthodoxie de Saint-Simon : le rôle des arts dans le progrès de l’humanité ; la responsabilité du gouvernement dans l’amélioration des classes inférieures ; la nécessité d’en passer par des « actions industrielles et morales » mobilisant l’industrie, les sciences et les arts réunis... Sans craindre la trivialité, il s’appliquait ensuite à remontrer aux gouvernants issus de 1830 qu’ils devaient leur pouvoir au peuple, lequel avait puisé son éducation politique aux marges des arts « suant le libéralisme » : journaux, vaudevilles, chansons de Béranger, « caricatures de l’étalagiste ». Selon lui, c’était une nécessité de l’ordre social que de « poétiser le plus grand nombre », de faire succéder au théâtre antique et à la messe catholique des arts qui réinsufflent à la société la « morale primitive », invariable, intemporelle, fondamentale : « l’association et l’amour réciproque », pierres d’angle de la « vie nouvelle ». C’est de quoi Souvestre – innovant en ceci par rapport à Barrault – déduisait une politique culturelle avant la lettre, dans un esprit spécifiquement républicain. À budget constant, il proposait ainsi, en échange de la suppression des subventions à l’Académie royale de France à Rome (l’actuelle École de Rome), qui était restée insensible aux idées nouvelles, la création d’écoles de musique et de dessin gratuites, assortie de prix décernés par l’État aux meilleurs élèves et aux professeurs les plus talentueux. Mais convaincu que les théâtres constituaient un véritable instrument de pouvoir, au même titre que la presse, Souvestre leur donnait la priorité. Afin de moraliser l’ensemble de la nation, il plaidait pour que fût pris en compte le fait que les plus riches préféraient l’opéra, la bourgeoisie moyenne le vaudeville et les prolétaires le genre nouveau du drame (Richard Arlington, Anthony...). Pour Paris, cela justifiait à ses yeux le maintien du soutien à l’opéra, mais non la concurrence entre le Grand Opéra et l’Opéra comique, jugée trop coûteuse, pas plus que le statut privilégié du Théâtre français et de l’Odéon : les encouragements financiers de l’État seraient fonction de l’efficacité moralisatrice. Quant à la province, où « la comédie était souvent assez bien jouée, le vaudeville d’une manière supportable et l’opéra détestablement », la réforme souvestrienne n’y aurait développé que le drame et le vaudeville, des troupes d’opéra itinérantes devant être créées pour porter ce genre tour à tour à Lyon, Bordeaux ou Nantes, afin de ne pas laisser les élites à l’écart de la moralisation générale. En conclusion, la brochure, estimant, peut-être prématurément, qu’après Juillet, la liberté était définitivement entrée dans les mœurs et dans les lois, osait déclarer quelque peu dépassé le modèle d’« un chant de liberté » comme la Marseillaise, auquel demeuraient pourtant attachés bon nombre de républicains. Elle se plaisait plutôt à esquisser, pour les scènes et pour la poésie de l’avenir, un schéma idéologique conçu pour mobiliser les esprits contre la misère. C’est ainsi que, renouvelant à sa manière les combats de l’ancien Globe libéral en faveur du drame romantique, et s’inspirant à vrai dire plus nettement encore de la critique littéraire du Globe saint-simonien d’avant Enfantin, elle préconisait une réforme socialiste de l’esthétique contemporaine :

  • 91 Ouvr. cité, passim, en part. p. 23-25.

Laissons donc là les lieux communs libéraux épuisés depuis cent ans, et entrons dans une nouvelle voie plus neuve et plus intéressante désormais. Appelons les compositeurs et les arrangeurs de poèmes à leur mission nouvelle de moralisateurs des hautes classes de la société. Qu’ils prêtent leur génie aux grandes vérités morales [...] Qu’ils nous peignent l’homme social dans ses misères, dans ses égarements : la jeune fille du peuple, pure d’abord, joyeuse, charmante, [... ] puis bientôt arrachée à cette heureuse insouciance, échangeant sa vie d’oiseau des champs contre des enivrements passagers et trompeurs, [...] puis s’étourdissant emportée dans les tourbillons du monde, voyant s’étouffer lentement, plaisirs, illusions, beauté et arrivant enfin, courbée sous les ennuis et repentirs, à la porte d’un hospice ou d’une maison de correction, [ayant glissé sur une] pente toujours plus rapide et sur laquelle elle ne peut plus se retourner. [...] debout devant le suicide et le néant91 !

  • 92 Voir la Revue encyclopédique de juil.-sept. 1832, p. 188-216.
  • 93 « De l’éducation publique », Revue encyclopédique de janv.-mars 1832, p. 109-117.
  • 94 « Les tableaux parlants », cité d’après la reparution dans la Revue de Paris, t. 49, janvier 1838, (...)

42Il faut croire que ces considérations traduisaient bien une sensibilité répandue, car la Revue encyclopédique, elle, reprit purement et simplement l’intégralité du texte dans ses propres pages, sans même en modifier le titre92, non sans avoir auparavant accueilli, outre le récit breton co-signé avec Charton et qui a déjà été évoqué, un article sur « L’Éducation publique » signé « É. Souvestre, maître d’école à Nantes93 ». Sur cette lancée, Charton se chargea en décembre 1832 de placer (à L’Artiste) une nouvelle de son correspondant intitulée « Les tableaux parlants ». Ce conte fantastique, allusivement anti-enfantinien, retrace l’histoire d’un peintre confronté au portrait d’un ami qui se met à lui parler de vive voix d’« un monde meilleur où la vie ne trompe pas ». Stupéfait, l’artiste se précipite au Louvre pour écouter les tableaux des maîtres de toutes les époques et de toutes les écoles. Témoin de cette « lutte bizarre entre la terre et le ciel, [de] l’éternel débat de Dieu et Satan », il est saisi d’un profond malaise, qui n’est pas sans évoquer le psychodrame à travers lequel s’était joué le débat quasi théologique entre le bel Enfantin, le tenant d’une sensualité païenne, et l’austère Bazard, taxé de chrétien par son vainqueur : « Toutes les émotions, tous les instincts réveillés à la fois s’entrechoquaient douloureusement ; [il] se sentait en même temps païen et catholique. » Au terme de l’aventure, le narrateur note avec satisfaction que le peintre ne prend pas sa folie pour du génie, qu’il abandonne le pinceau et cherche désormais son bonheur, comme le Christ l’avait recommandé, avec un cœur simple94.

43Ainsi Souvestre voyait-il enfin s’entrouvrir les portes de la presse parisienne et commençait-il à trouver matière à fiction dans l’expérience idéologique quelque peu cruelle et déchirante du saint-simonisme. Mais sur le front de l’Ouest, il devait simultanément faire face à des difficultés matérielles aggravées, sinon entraînées, par l’incompréhension croissante des libéraux devant son évolution.

  • 95 Charton prit des nouvelles de Nanine auprès de Guépin (lettre inédite du 8 juillet 1832, Arch. dép (...)
  • 96 Il lui annonce l’envoi des « leçons de Lechevalier » dans une lettre de juillet 1832 (Revue de Par (...)
  • 97 Jusqu’à la dispersion de Ménilmontant, les Nantais, groupés autour d’Athenas (Guépin, Bonamy, Simo (...)
  • 98 Lettre de Souvestre à Mellinet du 4 novembre 1832 (cité d’après Schwerer, réf. supra n. 16, p. 152 (...)

44À Nantes en effet, Mellinet avait repris en mains la direction de la Revue de l’Ouest, en la ramenant sous l’ancien titre de Lycée armoricain, avant de l’interrompre définitivement fin 1831. Le discrédit de l’enseignement universel avait par ailleurs déterminé Souvestre à céder sa part de leur école à son beau-frère Papot. De Morlaix où il s’était replié au printemps 1832, mais où son épouse avait contracté le choléra, y réchappant de peu95, il gagna Brest. L’« Église » s’y portait mal. De l’enfantinisme, plusieurs étaient passés au fouriérisme pendant l’été de 1832. D’ailleurs, Charton lui-même, à Paris, ne se montrait pas insensible au prosélytisme phalanstérien du dissident Jules Lechevalier et il en tint Souvestre informé96. Il s’efforçait néanmoins de désolidariser Guépin d’Enfantin et de le ramener à l’ancienne doctrine97. De son côté, en froid avec Guépin98, Souvestre louvoyait. Un article du Breton, assumé à la première personne avec un certain orgueil, définit sa position – une formule assez originale, riche d’intéressantes contradictions, puisqu’expurgée de l’immoralisme d’Enfantin, mais paraphrasant ses enseignements et empreinte de son schéma de pensée féministe :

  • 99 « Politique à l’usage des femmes », Le Breton, 24 juillet 1832. L’article, y lit-on, est repris de (...)

Je ferai aussi moi mon appel aux femmes, quoique je ne sois point loi vivante, quoique je n’aie point à mes côtés le fauteuil désert qui attend la prêtresse libre. N’importe, mon appel n’a pas le but de constituer une morale nouvelle ; je ne dirai pas à l’humanité de faire le vide dans sa conscience en attendant son nouvel évangile ; j’invite tout simplement la femme à la vie actuelle, au mouvement social qui s’opère sous nos yeux. [...] J’appelle enfin la femme à s’occuper de politique99 !

  • 100 Ibid. La dernière formule paraphrase un propos de Saint-Simon rapporté par O. Rodrigues et fréquem (...)

45Concrètement, Souvestre y conjurait les femmes, « dernières artistes du dix-neuvième siècle et seules poètes », d’oublier les bals et de sortir de leurs cuisines pour changer la politique. Loin des querelles partisanes des hommes, de leur immoralité et de leurs pratiques diffamatoires, faisait-il valoir, les femmes n’ignoreraient pas la moitié féminine de l’humanité. Grâce à leur sensibilité, elles sauraient sortir du cercle étroit de la politique au masculin (« les discussions de code et les escarmouches du budget ») et imposer la prise en compte prioritaire des classes souffrantes. Par leur intégration, en bref, l’« être social » serait enfin « complet », à la fois masculin et féminin100.

  • 101 « Funérailles saint-simoniennes », Le Breton, 24 juillet 1832 (article anonyme, débutant ainsi : « (...)
  • 102 E[ugène] B[onamy], « Le peuple doit être représenté », ibid., 27 septembre 1832. L’auteur regrette (...)
  • 103 Voir son article au Supplément du Breton du 13 septembre 1832.
  • 104 Voir sa lettre à Mellinet du 4 novembre 1832 (Schwerer, réf. supra n. 16, p. 152-154). Sans se pro (...)

46De tels propos, passablement enfantiniens, répétons-le, étaient, faut-il croire, acceptables par Mellinet, l’éditeur et le copropriétaire du Breton. Sans doute aussi souhaite-t-il ne fâcher personne parmi ses abonnés divisés. Passant par-dessus les querelles de chapelle, le journal, dont Simon demeura le rédacteur, relata en détail les funérailles de Talabot, mort du choléra à Ménilmontant, puis dénonça les poursuites judiciaires intentées par le gouvernement contre Enfantin et ses apôtres101. Ainsi y découvre-t-on, à l’occasion d’un plaidoyer d’esprit républicain en faveur d’une réelle représentation du peuple à la Chambre, une invite à l’action commune entre les organes respectifs des diverses fractions saint-simoniennes, « Le Globe, L’Européen, La Réforme industrielle et la Revue encyclopédique102 ». Mais à un plan plus général, Souvestre, dont le républicanisme était moins intransigeant que celui de Guépin, ne se privait pas de considérer le gouvernement en place comme l’« incarnation de l’individualisme, du calme, du doux farniente ». Pour lui, le juste milieu se réduisait à un « état végétatif », lâche et irresponsable devant le sort collectif103. C’est là sans doute que se creusa la divergence avec Mellinet. Au jour le jour, celui-ci imposait à Simon, le rédacteur en chef, une ligne de plus en plus libérale, qui finit par devenir insupportable à Souvestre. Tout en se défendant d’ingratitude et en le priant de lui conserver son amitié personnelle, il quitta Mellinet et Le Breton104 pour prendre la rédaction en chef du Finistère pendant près d’un an, entre l’automne 1832 et l’été 1833.

  • 105 Sur environ 70 numéros qui ont dû être publiés, 17 seulement sont conservés, dont 8 sous la respon (...)
  • 106 Le Gall, son prédécesseur, l’avait qualifié de jeune auteur brillant, possédant « tout ce qui cons (...)
  • 107 « Les journalistes en province », texte qui n’a pas encore pu être daté, cité d’après sa reprise d (...)
  • 108 N° du 15 mars 1833. Le Brestois ne se montrait guère plus tendre avec les fouriéristes, dont certa (...)
  • 109 Ibid., 9 novembre 1832.
  • 110 Entre autres mesures d’intérêt régional, Souvestre recommanda l’ouverture de mines de charbon, la (...)
  • 111 Pour les démêlées de Rousseau avec la sous-préfecture, voir Touchard, Aux origines du catholicisme (...)

47L’anonymat de la plupart des articles du Finistère et les lacunes de sa conservation dans les collections existantes ne facilitent pas la recherche de ses contributions105. Arrivé avec, au moins, une réputation de poète106, Souvestre devait en repartir désabusé, affirmant après coup que la « direction d’un journal de département » était la plus intolérable de toutes les misères qui peuvent atteindre un honnête homme, au point que le « sort du journaliste chargé de faire aboyer un de ces roquets provinciaux » méritait la plus grande compassion107. Dans une situation nationale de répression gouvernementale et dans une conjoncture régionale dominée par l’équipée de la duchesse de Berry (débarquée clandestinement à Nantes en juin 1832 pour fomenter une insurrection royaliste), le fait est qu’il eut affaire à une vive campagne de la feuille conservatrice, Le Brestois. Pratiquant l’amalgame entre tous les disciples de Saint-Simon, Le Brestois se fit par exemple un plaisir de reprendre une satire du Figaro qui leur assimilait l’obscure bande romantique des « badouillards » et les accusait de porter « l’esprit d’association [...] jusque dans [leurs] amours » au point de mettre leurs femmes en commun comme leurs marmites108. À juste titre accusé de diriger une équipe d’« amis du pauvre, [de] tuteurs de ceux qui ne possèdent rien109 », Souvestre n’en développa pas moins au quotidien et avec fermeté les principaux thèmes d’une politique clairement saint-simonienne. Au nom de la « religion du progrès et de l’industrie », il modula avec constance ses trois thèmes majeurs : l’essor de l’industrie et de l’agriculture, l’amélioration des voies de communication et l’avancement de l’instruction publique, sans oublier la proposition d’instaurer, à l’exemple de Nantes, un salon brestois annuel des beaux-arts et des nouveautés agricoles et industrielles110. À l’inverse du Brestois, qui traitait les fermiers de Keremma de « vagabonds » et de « mendiants valides », il dialogua publiquement avec Rousseau dans les colonnes de son journal, sans égard au fait que l’ancien chef de l’Église de Brest était passé depuis peu au fouriérisme et n’était d’autre part guère en odeur de sainteté à la sous-préfecture. Un renfort inattendu et involontaire les aida à relancer le débat sur « la grande et la petite culture ». Sans les connaître et au titre de la philanthropie, le ministre d’Argout songeait en effet alors à apporter son soutien à une prolifération de ce genre de colonies agricoles dont, par la suite, plusieurs fictions de Souvestre, notamment Les Réprouvés et les Élus (1845), s’efforcèrent de populariser l’idée111.

  • 112 Si l’on se fonde sur les numéros conservés du Finistère, sa démission se situe entre le 23 mai et (...)
  • 113 Voir Le Breton des 5 mars, 4 juillet, 17 septembre, 1er, 17 et 29 décembre 1833.
  • 114 Voir la Revue de Bretagne, t. 1, janvier-juin 1833, p. 11-18 (article sur le « Choléra en Basse-Br (...)

48Devant les obstacles politiques posés sur sa route, Souvestre se décida en 1833 à revenir à l’enseignement112. Mais comme on peut s’en douter, parmi les projets de collège déposés auprès de la commission municipale brestoise chargée de les examiner, le sien n’eut pas la préférence et il accepta en fin de compte d’être, toujours à Brest, professeur de rhétorique dans le collège libre de Faure (l’ancien abonné du Globe rencontré plus haut). Pour autant, il ne se retira pas du journalisme. Sa collaboration au Breton ne s’était d’ailleurs pas interrompue et il la continua113. Mais le fait nouveau et significatif en ce domaine est la création, en cette année 1833, de la Revue de Bretagne, chez Marteville, à Rennes. Dans cet organe qui prône « l’éclectisme littéraire », aux côtés d’Armand de la Durantais, le principal responsable, et de Louis Dufihol, se rencontrent les signatures de Souvestre114 et de sa femme, ainsi que celles des poètes croisés au tout début de notre personnage : Turquéty, proche de Lamennais, Lucas, ainsi que Boulay-Paty, Desbordes-Valmore, Brizeux, la plupart républicains, y compris le saint-simonien Guieysse. L’originalité et la qualité des articles de Souvestre sur sa province dans cette revue provinciale contribuèrent beaucoup à lui donner accès sur le même sujet, comme on le verra, à la très parisienne et très prestigieuse Revue des deux mondes.

  • 115 Voir Guépin, Explications sur la religion saint-simonienne, 1833.
  • 116 Réunion de l’Ouest. Procès verbaux des séances des 9 et 10 avril 1833, Angers, Lesourd 1833 ; Guio (...)
  • 117 « L’Abbé Grégoire et les congrès scientifiques », La Mosaïque de l’Ouest, t. 3, 1846-1847, p. 195- (...)

49Par ailleurs et surtout, 1833 fut pour Souvestre et plus encore pour Guépin, l’année de la « Réunion de l’Ouest ». En train de revenir à l’ancienne doctrine, ce dernier, du même coup, se rapprochait de lui115. Après avoir appelé en vain pendant deux ans de suite à une grande association de l’Ouest, de la Bretagne à la Normandie, Guépin était en effet parvenu à rassembler à Nantes, du 7 au 10 avril 1833, une cinquantaine de délégués des départements de cette partie de la France. En présence de Carnot, venu au nom de la Revue encyclopédique, et de Félix de Lamaillauderie, envoyé en mission par Enfantin pour trouver les hommes et les fonds nécessaires pour son expédition en Égypte, les congressistes, avant de constituer un comité central permanent, travaillèrent en « comités des arts, de la science et des industries » – une répartition trinaire symptomatique de la prédominance de l’inspiration saint-simonienne. Rien qu’aux noms des délégués de Brest, Nantes, Rennes et Angers, on a la confirmation d’une forte alliance de saint-simonisme et de républicanisme. Ainsi, sous la direction du peintre rennais Toulmouche (le frère de l’avocat déjà nommé), et à côté de Hawke, de Bordillon aîné et du journaliste Freslon, le comité des artistes comprenait un quatrième saint-simonien, Simon, venu de Nantes avec Mellinet et avec Roche, le chef de file des républicains de cette ville. Guépin, président du comité de la science, était assisté par Carnot, par le saint-simonien Desvaux, directeur du jardin botanique d’Angers, et par Eugène Bonamy, dont le frère Auguste se retrouva dans le comité des industriels, dirigé par l’historien Armand Duchâtellier, avec cinq autres saint-simoniens, Athenas, Bordillon jeune, Tollenare, Guieysse et l’imprimeur angevin Lesourd. Tout en réclamant la liberté de la presse et l’émancipation des femmes, la « réunion » préconisait une organisation de la France par grands territoires artistiques, industriels et scientifiques. C’était une façon de couper l’herbe sous le pied à l’adversaire auquel la gauche de l’Ouest avait à faire front directement, à cette droite légitimiste dont les chefs parisiens tentaient de « faire de l’Ouest vendéen et breton une machine de guerre contre l’évolution politique et sociale de la France » (J.-Y. Guiomar)116. Mais du côté des congressistes, les divergences d’appréciation sur les résultats de la « Réunion de l’Ouest » ne tardèrent guère à se creuser : au grand dam de L’Ami de la Charte, qui ne comprenait l’association que dans un sens politique et polémique, Le Breton, lui, voulait la concevoir essentiellement comme un pas supplémentaire vers la civilisation, autrement dit comme un progrès pacifique dans les trois domaines visés. Et du côté du libéralisme triomphant, Guizot en vint à encourager Arcisse de Caumont, le fondateur de l’Association normande, qui, dans les années quarante, devait jouer un rôle décisif au sein de l’Association bretonne, à organiser à son tour des « congrès scientifiques » régionaux. Pour Souvestre en tout cas, l’expérience fut marquante, comme en témoigne rétrospectivement l’article de Delasalle, ancien saint-simonien de Caen, qu’il publia dans la Mosaïque de l’Ouest, une revue qu’il édita dans les années 1840117. Il y trouva, outre une confirmation de l’importance de la question bretonne, maints sujets de réflexion sur la pratique politique dominante telle qu’elle allait sous Louis-Philippe, et la distance qui se creusait entre elle et ses propres aspirations utopiques – ce que, dans une lettre à Guépin de 1834, il appelait son « christianisme politique », son être « stsimonien [sic] » :

  • 118 Lettre à Guépin du 29 juin 1834 (BM Nantes, ms. 2940, fo 266).

Je me travaille à être modéré, à ne pas trop m’aigriser contre les faits de politique et cela, parce que je sais fort bien tout ce qu’il y a de vice dans ces discussions ; mais malgré moi je me surprends dans des accès de colère contre l’infâme mauvaise foi du pouvoir ! mon Dieu que ces hommes sont vieux, mon Dieu qu’il sont lâches, mon Dieu que le roi est faux et étroit et insensé. — Et malgré tout, il faut aller ainsi, aller avec la légalité, j’en suis persuadé ; mais c’est difficile ce christianisme politique, cette abnégation de toute indignation ! Il y a des heures où l’on serait révolutionnaire si l’on ne serrait sa tête à deux mains. —Aussi j’ai besoin de me lancer dans un mysticisme politique d’avenir. Je suis obligé de me mettre à part des affaires du jour, de sortir du présent pour ne pas me heurter aux réalités. Il y a en moi deux êtres ; l’être de raison qui penche entre le stsimonien et le martyre et l’être de chair qui vacille entre le Courrier français et Carrel118.

50L’année suivante, en vue du congrès organisé à Poitiers par Caumont, mais où, cette fois, les plus déterminés au progrès furent en minorité, Souvestre s’obstina donc dans son « mysticisme ». C’est pour le lui faire partager qu’il rédigea à l’intention de Guépin, qui devait participer au rassemblement, un mémoire (non conservé) sur l’émancipation de la femme par l’instruction. La comparaison de ses lettres avant et après ce congrès montre à la fois sa prudence tactique et la profondeur de son attachement à ce thème si vigoureusement agité par Enfantin, mais dont on mesure aussi, à le lire, qu’il était partagé bien au-delà des rangs enfantiniens :

[avant] Je doute très fort que le congrès soit composé d’une majorité assez dégagée de préjugés pour qu’il soit bon de le lire [i. e. le mémoire]. D’après le compte rendu du congrès de Caen, je dois croire que la masse sera bien intentionnée mais arriérée, surtout sous le rapport de la morale. Or, il serait dangereux, dans un tel état de choses de jeter au milieu de la discussion des éléments de discorde, en soulevant la question de l’affranchissement de la femme.

Tu sais combien de répugnances s’élèvent contre cette doctrine, le stsimonisme a coulé à cause d’elle. Or, il est important de ne pas troubler les congrès à leur naissance, en voulant aller trop vite [et en risquant de provoquer] un effarouchement pour les bien intentionnés. Je crois donc que la lecture de mon mémoire est à remettre [...] Il y a d’autant plus lieu de craindre que la lecture de mon appel ne satisfasse pas qu’il est peu développé [et] qu’il indique une réalisation actuelle non appuyée sur le gouvernement. À Caen ils ont procédé par vœux adressés au pouvoir, ils procèdent de même à Poitiers. Il est inutile d’y parler de l’émancipation des femmes car on ne peut certes, avec bon sens, adresser à ceux qui nous régissent une demande à cet égard. Ils riraient et c’est tout. D’ailleurs, il y aurait danger à appeler l’attention du ministre sur l’instruction des femmes ; la seule chance qu’il y ait pour celles-ci vient précisément de ce qu’elles ont été laissées en dehors de l’université. Si elles y entraient [...] tout serait perdu. [...] J’ai donné à ma demande une forme de réalisation actuelle car je ne vois pas trop le but du congrès, si les idées restent dans les idées et ne passent point dans les choses. Il me semble qu’il faut convenir des efforts à tenter, les coordonner et leur donner de l’unité.
Je crains qu’en cela encore je n’ai point fait ce que vous aurez fait pour la plupart ; toutes ses raisons réunies me font penser que l’émancipation des femmes n’est pas encore mûre pour le congrès.

  • 119 Lettre à Guépin des 29 août et 23 novembre 1834 (BM Nantes, ms. 2940, fos 282 et 358).

[après] Votre congrès a été ce que je prévoyais, ce que seront tous vos congrès. Comment voulez-vous que là où tout le monde entre, le médiocre et l’arriéré n’entre pas en majorité ?
Vous ferez quelque bien sans doute, parce que toutes les fois qu’il y a réunion d’hommes l’esprit de Dieu est avec eux, comme dit St. Paul [...] ; il s’agit de savoir si en vous réunissant, vous petit nombre d’hommes de progrès, [...] en coordonnant vos pensées, en vous distribuant vos rôles, comme les stsimoniens, vous ne formeriez pas un bataillon bien plus redoutable et qui ferait bien plus facilement sa trame dans le monde. Là bas au congrès, vous tombez comme une goutte d’acide dans une barrique d’eau. Votre pointe est émoussée et bien que la constitution chimique de la masse du liquide ait subi quelque modification à l’apparence, au goût il est resté le même, aussi plat et aussi insignifiant119.

  • 120 Pour son premier roman, Souvestre avait d’abord songé au sujet exclusivement social et bien moins (...)

51Sans doute, à la manière saint-simonienne en effet, Souvestre songeait-il à une telle répartition des rôles et à ce type de modifications idéologiques lorsqu’il entreprit son premier roman et décida de le consacrer à « l’échelle des femmes » (c’est le titre)120. Ce sujet offrait en effet la possibilité à la fois d’attirer l’attention sur la condition féminine en elle-même et celle de symboliser les vices de l’organisation sociale à travers les sorts comparés des quatre principaux types sociaux féminins, en remontant de la « femme du peuple » à « la grande dame » par les échelons intermédiaires de la « grisette » et de la « bourgeoise » :

  • 121 Lettre à Guépin du 2 juin 1834 lui demandant un compte rendu pour L’Ami de la Charte. L’édition or (...)

J’ai démontré que, grâce à l’interdiction jetée sur les capacités féminines et à l’ilotisme dans lequel la loi et l’usage ont placé cette moitié du genre humain, la supériorité était pour la femme de notre époque, une infirmité sociale. J’ai fait voir comment ces êtres recevaient le contre-coup de toutes nos fautes, de toutes nos passions, sans pouvoir agir elles-mêmes ; je les ai montrées aptes à la souffrance seulement, non à l’intelligence, semblables à ces morceaux de cuir que l’on place entre les parties d’une machine pour adoucir le choc en usant sur les frottements, misérables coussinets qui ne sont rien dans le système général et qui cependant, reçoivent tous les froissements. Cette pensée dont les corollaires sont immenses était une pensée stsimonienne et maintenant c’est une pensée sociale. Je l’ai développé aussi complètement que possible et dans un drame que je crois touchant et terrible121.

52C’est dans le quartier insalubre du port de Brest que le lecteur rencontre la « femme du peuple ». Il découvre ainsi le sombre tableau d’une double exposition à la pauvreté et à l’ignorance, lesquelles constituent selon lui les composantes d’une fatalité sociale de la déchéance qui conduit de la misère au crime. Critique sévère d’une « justice bourgeoise, joyeuse, bien nourrie, chargée de venger la morale publique aux appointements de trois mille francs par an », l’auteur revendique un système plus équitable et des droits aussi fondamentaux que le divorce. L’intrigue préfigure un scénario dont L’Assommoir héritera après bien d’autres, et elle se termine plus mal encore. Il vaut la peine de la résumer :

La « femme du peuple » est l’épouse d’un maçon. Abruti par son travail, celui-ci est devenu insensible à l’amour et à la poésie, pendant que sa femme enfante dans la douleur et vieillit prématurément, écrasée de corvées. Un jour, l’ouvrier perd son travail, sans avoir pu se défendre, faute du droit d’association. Il sombre dans l’alcoolisme. Réduite à lui disputer le pain qu’elle donne à leurs enfants, accusée par son mari de la précarité qui s’installe, elle subit aussi physiquement le mâle qui l’engrosse et la bat. Quand le chômeur en arrive à des actes criminels reconnus comme tels par la société, il est condamné aux travaux forcés. Mais la loi ne libère la femme qu’en cas de veuvage. Sans droit au divorce, elle est donc irrémédiablement perdue. Devenue dépendante d’un entrepreneur qui déshonore sa fille, l’héroïne se réfugie à la campagne, mais elle y tombe aux mains d’une bande d’assassins, parmi lesquels son mari, évadé du bagne, qui la contraint à un meurtre. Jugée, elle est condamnée à mort. Bien que d’autres femmes se rassemblent devant l’échafaud, émues devant l’innocence du petit enfant de la meurtrière elles ne peuvent rien pour la condamnée qui baise le crucifix avant d’être exécutée.

53L’histoire de « La Grisette », elle, retrace le sort d’une couturière rennaise abandonnée par son amant, un étudiant en médecine. Il ne la retrouve qu’après sa mort, sous la forme du cadavre offert à son scalpel. Intrigue qu’on perçoit aujourd’hui comme banale, mais qui ne l’était peut-être pas encore autant dans le roman au début des années 1830, ce second tableau attire l’attention sur les maladies du corps qu’engendrent la détresse morale, les horreurs de l’hospice et l’indifférence hypocrite de ceux qui se déchargent sur la seule médecine de la responsabilité de guérir des maux engendrés en dernière analyse par une causalité sociale. Néanmoins, bien sûr, partisan d’une politique de santé publique, le personnage qui assiste l’héroïne pendant son agonie, se révolte contre Dieu, coupable, dit-il, de telles injustices, puisqu’il n’a pas donné à la justice des hommes son pouvoir de distinguer entre l’innocence et la noirceur. Le corps de la couturière, conclut le narrateur, n’aura servi qu’aux plaisirs et à l’instruction professionnelle de ce carabin aux apparences enviables, qui, l’ayant exploitée jusqu’à l’os, finit par la jeter à la fosse commune. Quant à l’auteur, il pousse la défense de la cause des femmes jusqu’à prêter à la grisette le regret de n’être pas née garçon. L’intrigue, à nouveau, est une démonstration sans faille :

Élevée au couvent, le cœur et l’esprit remplis de rêves et de poésie, la couturière résiste aux avances prosaïques d’un maçon. Mais elle se laisse aller à une chaste idylle avec l’étudiant en médecine quelle entrevoit d’une fenêtre à l’autre, comme dans une chanson de Béranger. Le maçon jaloux accuse la vierge d’avoir fauté. Se trouvant dès lors perdue de réputation aux yeux des honnêtes gens, elle cède par amour au jeune bourgeois, entre en concubinage et se voit mise au ban de la société. Obstinée dans cette lutte inégale, elle assume ses sentiments et sa condition modeste, et elle refuse l’argent que la mère de son amant lui propose pour la dédommager de l’enfant illégitime qu’elle porte. Le futur médecin se dérobe et lui préfère un mariage arrangé entre bourgeois. Après avoir donné la vie à un fils, la couturière décède à l’hospice et son cadavre échoue au cours d’autopsie fréquenté par le carabin.

54L’étude de « La bourgeoise » se situe à Nantes et conte les ravages de l’asservissement au commerce sur des âmes féminines au contraire faites pour le culte des beautés artistiques. Ce troisième tableau s’en prend au mercantilisme et à une classe qui sont les cibles favorites non pas seulement des saint-simoniens (réserve étant faite que pour eux le négoce est partie intégrante de la production), mais aussi des fouriéristes et, plus généralement, des satiristes d’après 1830, sous les espèces caricaturales de l’épicier. La thèse de Souvestre est que la bourgeoise pourrait s’élever au-dessus de l’étroitesse de son univers pour peu que les hommes lui concèdent le droit à l’instruction et à l’amour. A travers le type de la femme bourgeoise, l’intrigue s’en prend évidemment à la société bourgeoise :

  • 122 Ouvr. cité, éd. Lévy, 1857, p. 174-176.

Sitôt qu’elle sait écrire et calculer, la « bourgeoise », privée d’enfance, est employée au comptoir de son père, jeune fille, elle s’éprend unilatéralement de son cousin plus instruit et lit secrètement des livres qu’elle lui emprunte. Entrant peu à peu dans son univers, elle vit dans l’espoir de se rendre digne de lui. Lors d’une sortie à la campagne, les âmes des deux jeunes gens communient momentanément. Mais le jeune homme retombe dans l’indifférence, devient sarcastique, puis hostile et méprisant lorsqu’il la voit contrainte à un mariage de convenance, résignée à son devoir et à sa souffrance, réduite en somme elle-même à l’état de marchandise. Il s’apprête à monter à Paris pour se faire poète. Mais forte de son statut de femme mariée, elle ose enfin s’exprimer et prouve sa capacité intellectuelle : « Nous, gens de commerce, vous pensez que nous sentons rien. [...] Je n’osais pas toujours vous répondre mais je vous écoutais en silence [...] comme un beau livre qu’on lit tout bas. [...] Il a bien fallu me faire, à la longue, un extérieur aussi arrangé que les colonnes de mon livre de caisse. A force d’être une machine, j’en ai pris l’apparence. Quand vous êtes arrivé, j’ai bien senti combien je vous paraissais ridicule, mais qu’y faire ! J’entendais pour la première fois parler d’art, de poésie [...] Vous aviez votre langage et moi le mien : comment aurions-nous pu nous comprendre ?[...] Savez-vous, tout ce que j’ai souffert [...] Je réalisais ce conte allemand [...] qui rapporte que l’âme d’un poète fut incrustée par le démon à une mécanique à faire des bas, et forcée de servir de véhicule aux bras du métier ! Dieu seul pourrait faire comprendre tout ce que j’ai bu de dégoûts avant d’avoir filé, autour de mon cœur, cette enveloppe insensible dans laquelle je l’avais abrité. Le ciel vous préserve, de vous faire jamais comme moi chrysalide informe et froide, vous qui pouvez déployer vos ailes et chercher le soleil122 ». L’homme réalise son aveuglement Suivent les promesses d’un amour tout intérieur que le poète sublimerait dans son œuvre. Mais la férocité du monde littéraire accule le jeune homme à l’échec et à une fin tragique. Elle s’en meurt. La presse acclame le poète le lendemain de son suicide, et ses critiques les plus sévères le publient à titre posthume.

55Plus que les trois autres, le quatrième tableau, celui de « La grande dame », souligne la part de cette fragilité constitutive qui, selon Souvestre, serait le propre de la nature féminine indépendamment de la position de fortune. L’intrigue s’évertue à démystifier la représentation convenue qui fait de la vie des « dames » un idéal pour toutes les femmes. Elle montre un enfer là où la plupart des romanciers, Balzac excepté, font envier un paradis :

Grâce à son aisance matérielle, la « grande dame » peut subvenir à tous ses caprices. Son malheur découle du fait qu’elle n’a pas cru, jeune, à l’amour d’un jeune homme pur mais désargenté. Mariée à un politicien riche et pervers, courant elle-même d’un plaisir à l’autre, elle ne s’ennuie pas moins de sa vie factice. La maternité lui réserve d’autres souffrances, car sa fille légitime devient la réplique du père et hérite de la mère toutes ses faiblesses. Quand Madame prend pour amant un journaliste qui a dressé l’opinion publique contre son politicien de mari, Mademoiselle dénonce son adultère et Monsieur en profite pour regagner la sympathie de la presse. À la fin de sa vie, veuve délaissée et solitaire, la grande dame se voit spoliée par sa fille, tandis que des prêtres lorgnent sur le reste de l’héritage. Sur son lit de mort, elle n’envisage plus qu’avec amertume les égarements de sa vie passée et tente de les mettre au compte des promesses fallacieuses dont son monde l’a nourrie.

  • 123 Livraison du 15 avril 1835, p. 262-264.
  • 124 Lettre à Vinet du 13 juillet 1837 (réf. infra note 135, éd. 1893, p. 647).

56Pour porter à son comble le didactisme de cette démonstration des maux supplémentaires infligés aux femmes par la société, chaque chapitre porte en exergue un article du code pénal, une citation littéraire, un extrait du Globe ou quelques vers illustrant la suite de l’intrigue. Dans le compte rendu bienveillant qu’il fit lui-même de L’Echelle des femmes pour sa Revue des deux mondes, Buloz, décelant « le moraliste sous le conteur », fit observer que ce dernier avait tendance à marcher « trop l’œil fixé sur la conclusion de son histoire123 ». Sans disconvenir d’ailleurs de ses maladresses d’écriture, Souvestre ne se défendait pas, en 1836 encore, d’avoir en l’occurrence voulu faire une « bonne action, [celle] 1° d’habituer la partie la plus éclairée de notre génération à cette pensée que la femme est l’égale de l’homme et ne doit pas jouer le rôle de victime ni d’une poupée ; 2° d’éveiller chez quelques femmes la volonté, non de l’insurrection, mais de l’élévation morale124 ».

  • 125 Quatorze en tout de 1833 à 1836, par ex. au t. 1, « Dol-men et men-hir » (p. 71) et au t. 2, « Mar (...)
  • 126 Voir « Brest à deux époques, avant la Révolution et en 1794 » (15 juin 1835), « La Cornouaille » ( (...)

57Parallèlement, le créneau étant moins fréquenté que celui du roman, Souvestre avait eu un peu plus de facilité à s’imposer dans la presse nationale comme le vulgarisateur attitré de la culture bretonne. Dans son intention à lui, il s’agissait là de protéger un patrimoine contre le vandalisme, de fixer par écrit une mémoire collective en danger. Lorsque Charton reprit l’idée du Penny Magazine anglais et inventa en 1833 le Magasin pittoresque, première revue illustrée et bon marché en France, Souvestre l’alimenta dès le départ d’une série de textes succincts, mais chargés d’informations historiques et ethnologiques sur la Bretagne125. C’est probablement ce qui lui valut d’être introduit à la Revue des deux mondes par Sainte-Beuve (une proche relation de Leroux et un ancien des deux Globe, comme on sait, malgré le caractère éphémère de son passage par le saint-simonisme), pour y publier sous forme d’articles séparés une partie des matériaux des Derniers Bretons126. L’intérêt rencontré par le regard de Souvestre sur la Bretagne tenait certes à la curiosité contemporaine pour le passé que cette région avait plus que d’autres sauvegardé, dont elle offrait même des témoignages vivants, mais il tenait aussi aux perspectives d’avenir qu’il lui découvrait, à sa manière de l’insérer sans la dénaturer dans un progrès qui, jusqu’à un certain point, du moins dans les années 1830, s’accordait aux vues de la revue de Buloz et, sans restriction, à celles du Magasin pittoresque :

  • 127 Le passage cité provient d’un chapitre de la première édition des Derniers Bretons (Coquebert, 183 (...)

La Bretagne était restée longtemps à l’abri de cet esprit de destruction qui souffle comme un ouragan sur l’ancienne France. Vieille druidesse baptisée par Saint Pol, elle avait gardé ses dolmens et menhirs, près de ses mille chapelles de Marie. Le temps et les révolutions avaient en vain passé rudement la main sur sa tête et déchiré son antique pourpre ; la vieille pauvresse se drapait encore dans ses haillons de croyances et de coutumes, et s’entourait de ses ruines comme des débris d’une riche parure. Mais son tour est enfin venu, et, elle aussi, il faudra qu’elle passe à la refonte, pour recevoir une empreinte nouvelle127

58Sans entrer dans le débat philologique, Souvestre se contenta de l’idée simple que le breton était l’ancienne langue celtique, et il soutint, en passant, la thèse selon laquelle les troubadours n’auraient fait que traduire et imiter les bardes, véritables créateurs, par conséquent, des épopées et des romans de chevalerie du Moyen Âge. Ses compétences d’antiquaire étaient limitées et, bien qu’il l’ait prétendu, il ne pratiqua jamais de collectes de chansons ou de contes en breton à la manière scientifique qu’inaugurait dès cette époque La Villemarqué, l’équivalent français et breton de Jacob Grimm en Allemagne. Aux yeux du public, son mérite consista probablement à relier le passé, le présent et l’avenir dans une présentation idéologique de la Bretagne empreinte des expressions et des idées de progrès du saint-simonisme (où l’on glosait beaucoup sur l’étymologie religio <religere) :

  • 128 « Des poésies populaires bretonnes », Revue des deux mondes, 1er décembre 1834, p. 537 (c’est nous (...)

Nous autres apôtres du progrès, que passionne si vivement la religion de l’avenir, nous devons comprendre mieux que personne la religion du passé ; nous devons sentir que chez ces hommes, comme chez nous, il y a eu croyance, amour et dévouement. Ils avaient foi en leurs pères comme nous avons foi en nos enfans. La différence entre leurs attachemens et les nôtres fut dans les objets, et non dans le sentiment ; ils combattaient pour défendre une tombe, et nous combattons pour protéger un berceau128.

  • 129 Souvestre emploie ce vocabulaire et se situe dans cette problématique, notamment dans ses articles (...)

59Mais l’originalité de Souvestre en ce domaine ne consiste pas seulement dans son apologie typiquement saint-simonienne de l’époque organique ou religieuse du passé breton, dans sa prise de position énonciative comme « apôtre du progrès » ou encore dans sa prédiction d’une « religion de l’avenir ». Au fil des ses articles, on le voit surtout réussir à articuler ce parti pris religieux avec l’apologie d’une culture, ou, pour reprendre le vocabulaire du siècle, d’une « poésie » populaire. En outre, à la différence d’autres saint-simoniens, notamment de l’ouvrier Vinçard et du bourgeois Rodrigues qui choisirent de fabriquer une telle poésie populaire à partir de pratiques culturelles urbaines, parisiennes (les chansons du compagnonnage et des goguettes), Souvestre, lui, en redécouvrait, une déjà existante, la poésie populaire bretonne. Pour ce faire, il s’aida de l’historiographie républicaine et romantique qui partait à la recherche des races, des nations ou des nationalités vaincues (voir ici même l’article sur Courtet de l’Isle)129, et construisit sur le modèle de la lutte entre Saxons et Normands ou Gaulois et Francs le scénario d’un peuple breton qui se serait replié sur la structure familiale (bretonnante), dès lors que, depuis 1532 et le rattachement du duché à la France, il n’avait plus pour l’encadrer d’État breton ni d’aristocratie bretonne indépendante. C’est ainsi que, livré à lui-même, le peuple, autrement dit « les hommes de travail et d’industrie », plutôt que de se soumettre à la culture française hégémonique, aurait recueilli l’héritage bretonnant et s’en serait fait une poésie adaptée à ses croyances, à ses mœurs et à sa situation. Dès le xvie siècle, explique-t-il, la poésie, exclue des châteaux, se serait réfugiée dans les chaumières pour s’y conserver au même titre que la foi, non sans toutefois revêtir des formes spécifiquement populaires :

  • 130 « Des poésies populaires de la Basse-Bretagne », Revue des deux mondes, 1er déc. 1834, p. 493-495.

La vieille Bretagne se mourait [en 1532] ; mais comme il arrive dans toute agonie, les extrémités s’étaient refroidies les premiers, et les restes de vie s’étaient réfugiés vers le cœur. Le peuple était encore breton, le peuple avait conservé sa foi, ses mœurs et son langage. Malheureusement, ce n’était pas à lui qu’avaient été confiés les dépôts littéraires. Tout était entre les mains des seigneurs. Le peuple n’avait d’autres bibliothèques que sa mémoire, dans laquelle il n’avait gardé que quelques chants qui se perdirent à la longue ou se défigurèrent par les successives modifications du langage. [...] La poésie laissa là ses habits du beau monde ; elle destitua l’esprit au profit de l’imagination et elle se fit peuple, c’est-à-dire tout cœur et toute foi, toute ignorance et toute passion. Alors parurent ces poèmes si profondément frappés au coin de la nature, ces guerz, ces drames, ces sônes, ces cantiques dont tant d’admirables débris sont arrivés jusqu’à nous130.

60C’était, en contradiction avec son militantisme scolaire, mais selon un préjugé courant, considérer qu’il n’était pas dans la nature primitive du peuple de maîtriser la logique et la rhétorique de la prose. De même se satisfait-il des accrocs au « rigorisme » qu’il observe dans le mètre et dans la rime au motif que ces hommes « simples et ignorants, qui chantent comme les fauvettes et les rossignols, sans règle, sans travail, sans méthode [...] s’adressent à un public peu lettré et peu difficile ». Sans aller jusqu’à prendre en compte la question du bilinguisme dans ses réflexions sur l’instruction – il est, ne l’oublions pas, foncièrement républicain –, Souvestre affecte quelque peu de provoquer les préjugés libéraux et parisiens des lecteurs de la Revue des deux mondes à l’encontre de la barbarie bretonne, mais il n’hésite pas non plus à dire sa nostalgie d’un ordre rural ancien en des termes que n’auraient pas désavoués les légitimistes ou les libéraux affolés par les insurrections ouvrières parisiennes et lyonnaises :

  • 131 Le Finistère en 1836, Brest, Corne fils aîné et Bonetbeau fils, 1838, p. 89. Cette étude, sous-titr (...)

Déjà l’empreinte antique qui la [i. e. la « vieille Armorique »] frappait au coin du passé s’efface chaque jour. Le commerce, les écoles, et surtout le recrutement, tendent à faire disparaître le caractère primitif de notre province, et nous touchons sans doute à l’époque où ce sera, comme toutes les autres parties de la France, une contrée ayant pour règle morale le code pénal, pour croyance le procureur du roi, et pour prêtres les gendarmes. Notre opinion est que la population aura peu à gagner de ce changement sous le rapport de la probité et du bonheur. Nous préférons [...] notre paysan tel qu’il est, avec ses vices et son frein religieux, au prolétaire déluré, mais non éclairé, qui a mis de côté toute foi, et n’a plus d’autre barrière que la crainte de la prison ou de la guillotine. Tant qu’une religion n’aura pas été constituée pour le peuple, tant qu’on ne lui aura pas dressé un autel devant lequel il puisse retremper son âme et la purifier, nous déplorerons la chute des croyances chrétiennes comme une destruction prématurée131.

Du « nouveau christianisme » à Michelet et à Vinet

61Pour achever de reconstituer la genèse et la jeunesse de Souvestre, il faut encore le suivre un peu, en guise d’épilogue, de 1833 – l’année où le saint-simonisme organisé quitta la scène ; où le romancier se mit à produire massivement des œuvres de fiction ; et au-delà de laquelle nous cessons d’observer systématiquement ses activités – jusqu’en 1836-1837 – la période où s’effectua sa rupture avec la pensée saint-simonienne comme système.

62Les influences décisives subies par Souvestre sont bien connues et se résument aux deux noms de Michelet et de Vinet.

  • 132 « Historiens modernes. M. Michelet », Revue de Paris, t. 47,1837, p. 29-39.
  • 133 La première mention nominale de Souvestre dans la Correspondance générale de Michelet date du 1er (...)
  • 134 « Paul Delasalle », Mosaïque de l’Ouest, 1847, p. 279. Dans cette nécrologie, Souvestre publie une (...)

63Pendant ses études à Paris, le jeune Breton avait conçu une grande admiration pour l’auteur de L’Histoire universelle (1831), qui demeura une de ses références majeures. Par la suite, il en cita abondamment maints travaux. Inversement, Michelet compta parmi les Parisiens qui aidèrent Souvestre, à partir de 1836, à se faire une place dans la capitale. Dès 1837, lorsqu’il se fut définitivement installé à Paris et eut publié son premier article sur l’historien132, les deux hommes se fréquentèrent et complétèrent leurs rencontres par une correspondance133. C’est principalement à Michelet, dès lors, que Souvestre emprunta sa vision du peuple, du progrès social, de la civilisation. Outre la dédicace assez ostentatoire du Foyer breton, l’un de ses hommages les plus symptomatiques à Michelet comme maître à penser est un article de 1847, où, par comparaison avec ses propres illusions d’alors, il salue la lucidité d’un esprit qui, dès 1831, ne s’était point laissé aveugler et avait déjà compris que « le vieux monde que les saint-simoniens [avaient traité] de spectre, [était] ressort[i] de sa tombe mieux portant que tout jamais, [qu’il fallait] recommencer la lutte qu’ils avaient déclaré finie, [que] le jour de l’organisation n’était point encore venu et [que] l’on reprenait les travaux de la cathédrale de Cologne134 ». C’est dire qu’au temps court de la révolution possible a succédé pour lui la durée d’un interminable chantier.

  • 135 Voir les extraits de leur correspondance entre Souvestre et Vinet édités par L. Dugas, « Émile Sou (...)
  • 136 Voir Marcel Guieysse, « M. Souvestre et le protestantisme », Le Fureteur breton, t. 30,1910, p. 21 (...)

64Son retour au christianisme, concrétisé par ses relations avec Alexandre Vinet, s’inscrit dans ce changement de perspective. Souvestre rencontra cet intellectuel suisse en 1836. Occupant lui-même un poste de professeur de rhétorique à Mulhouse, il en profita pour se proposer d’aller le trouver à Bâle, où Vinet enseignait alors la littérature française, afin de lui faire connaître ses articles sur la poésie populaire bretonne. Connu en France pour ses écrits sur la liberté des cultes, depuis les années 1820, dans ces milieux de la Société de la morale chrétienne que fréquentèrent plusieurs saint-simoniens, dont Carnot et Charton, Vinet grandit en autorité jusqu’à devenir le théologien en titre de l’université de Lausanne et le fondateur de l’Église indépendante du canton de Vaud. Son libéralisme chrétien, un mélange peu usité en France, notamment en Bretagne, depuis Mme de Staël et Benjamin Constant, est ce qui attirait Souvestre. Les deux hommes entretinrent d’emblée une correspondance intense, avant de se rencontrer et de rester amis jusqu’à la mort de Vinet en 1847135. Bien que cela l’eût comblé, Vinet n’exploita pas l’aversion de Souvestre envers la hiérarchie catholique pour l’amener à se convertir au protestantisme. Il n’empêche que ces relations amenèrent le romancier à se rapprocher considérablement de la sensibilité protestante, sans cependant jamais franchir le pas décisif, contrairement à sa fille Noëmi136. Probablement l’expérience de l’Église saint-simonienne l’avait-elle guéri des traductions organisées de la spiritualité. Entre le ciel et la terre, de plus, pour reprendre la dualité chère à Jean Reynaud, la préférence de Souvestre restait attachée à la terre, comme il le confiait à Vinet :

  • 137 Lettre à Vinet du 10 août 1836 (voir Dugas, réf. supra n. 135, éd. 1892-1893, p. 654).

Je ne suis point devenu incapable de m’associer à une expansion religieuse, seulement je n’en sens pas le besoin, ou plutôt, je donne une forme terrestre aux élévations de mon âme137.

65Le théologien l’aida cependant à combler le vide secret laissé par la foi saint-simonienne. Il le conforta dans sa conviction d’une relation primordiale entre religion et vérité morale, mais il souleva aussi la délicate question du rapport entre le progrès moral de l’individu et le progrès global de l’humanité. Deux remarques formulées par Vinet dans sa correspondance avec Souvestre suffiront à montrer en quel sens il tentait de le faire évoluer sur ce sujet qui, sous les antonymes de socialisme et d’individualisme, n’avait pas été absent des débats schismatiques d’Enfantin et de Bazard, au point même de devenir, plus tard, central dans la pensée propre de Pierre Leroux :

  • 138 Lettres de Vinet à Souvestre du 17 avril 1836 et de date inconnue (ibid., éd. 1897, p. 21-22).

Vous avez mis votre talent au service de la vérité morale. Vous croyez qu’elle s’éteint avec les croyances religieuses, qu’elle se ranime avec elles ; et qu’à son origine et dans son principe, elle n’est point distincte de la vérité religieuse. Mettre le siècle sur le chemin de ces idées, c’est le mettre sur le chemin du salut. Puisse-t-il vous être donné de faire davantage encore ! de nommer cette vérité, mère de toutes les vérités morales, sociales et politiques, de proclamer un jour ce grand dogme du pardon gratuit et de la réconciliation en Jésus-Christ, qui prépare la restauration de la société par celle des individus et relève chaque homme à ses propres yeux, le préoccupe saintement et puissamment de lui-même, pour le mieux dévouer à l’humanité.
[/]
Quelle est votre espérance ? Comptez-vous qu’au moyen de plus de culture intellectuelle, ou d’une meilleure distribution des forces sociales, l’inégalité cessera dans ce qu’elle a de vraiment inique ? Je ne l’espère pas du tout ; mais si je l’espérais, qu’en résulterait-il ?[...] L’espérance du progrès social qui ne serait pas individuel, ou d’un progrès matériel qui ne serait pas moral, ou même d’un progrès moral qui ne serait pas religieux, ne peut satisfaire et remplir votre cœur138.

66Bien des années plus tard, Souvestre estimait lui aussi que le tort principal du « nouveau christianisme », tel qu’il avait été conçu par Saint-Simon avant même les dérives de ses disciples, avait résidé dans sa méconnaissance de la transcendance et du problème du salut individuel :

  • 139 Causeries historiques et littéraires du xixe siècle, p. 201-202. (réf. supra, n. 1)

Dans son livre du Nouveau Christianisme, [Saint Simon] accepta l’origine surhumaine de la religion chrétienne, mais en répudiant sa théologie. Celle qu’il proposa de substituer avait l’inconvénient de toutes les théologies socialistes, dans lesquelles la religion n’est qu’un élément d’association et ne sert qu’aux rapports de l’homme avec l’homme, négligeant complètement ceux de l’homme avec Dieu ; aussi résume-t-il sa pensée en ces mots : « La religion doit diriger la société vers l’amélioration la plus rapide possible de l’existence morale et physique de la classe la plus nombreuse et la plus pauvre. La société doit s’organiser de la manière la plus propre à atteindre ce but ». Vérité incontestable, mais incomplète. Ce que Saint Simon signale ici n’est que le côté d’action humaine de la religion, celle-ci embrasse dans son effort un champ plus vaste ; elle ne s’occupe pas seulement de la classe la plus nombreuse et la plus pauvre ; elle existe indépendamment de la société, pour chaque homme, qui est isolément devant elle toute une société. Le christianisme ne règle pas seulement le salut de l’espèce, mais le salut de l’individu, et même celui-ci le prédomine ; c’est par lui qu’on arrive à l’autre ; le perfectionnement des âmes est la seule voie pour le perfectionnement de la société. Voilà ce qu’aucune école socialiste n’a compris ; dans le domaine religieux, comme dans le domaine politique, toutes ont supprimé l’individualité139.

67Si cela n’excédait les limites d’un article déjà trop copieux, ce serait ici le lieu de mettre à profit cette relecture des débuts de Souvestre pour se pencher sur les contenus et les formes de ses romans populaires et pour y détecter les effets de son saint-simonisme originel et de son évolution ultérieure. Indiquons seulement que les références explicites à cette idéologie disparaissent à partir de 1845, mais que cette année-là encore, les utopies socialistes forment le sujet du Monde tel qu’il sera, et qu’un apôtre de Saint-Simon fournit le héros principal du roman Les Réprouvés et les Élus.

  • 140 Cf. ce que Souvestre en dit lui-même pour Nantes : « C’est surtout à ces vaillants pionniers de l’ (...)
  • 141 C’est dans cette conjoncture que Souvestre se vit attribuer la chaire de littérature créée à l’Éco (...)
  • 142 Ainsi Craig Lister (voir supra n. 4) dresse une liste assez exhaustive des nouvelles parues dans l (...)
  • 143 Publiquement, E. Lesbazeilles, le mari de Noëmi Souvestre, qui est protestant, occulte le saint-si (...)

68Un trait qui, sans entrer dans l’étude du tissu romanesque, mérite d’être souligné dans la production de Souvestre, c’est qu’elle trouve une grande partie de son sens dans ses liens avec les réseaux socio-politiques étudiés140, et plus particulièrement dans son association avec l’entreprise de presse mise par Charton au service de l’éducation populaire. La collaboration des deux amis englobait jusqu’à la famille de Souvestre, puisque Nanine, sa femme, et Eugène Lesbazeilles, son gendre, demeurèrent au Magasin pittoresque bien après le décès du romancier. Le moment le plus spectaculaire de ce fonctionnement collectif d’ordinaire peu apparent est, bien sûr, sous la Seconde République, la présence de Souvestre aux côtés du triumvirat formé par Carnot, Reynaud et Charton141. Mais sur une durée plus longue et au niveau de la création romanesque elle-même, le dépouillement du Magasin révèle que Souvestre y donna anonymement la primeur de la plupart de ses fictions. Parfois légèrement retravaillées, les nouvelles étaient ensuite recueillies en volume, de même que les romans-feuilletons. Ainsi en fut-il du Calendrier de la mansarde (1849), devenu Le philosophe sous les toits (1850). La même procédure fut employée pour d’autres textes, signés cette fois, dans la Revue des deux mondes et dans la Revue de Paris. Or la réunion en recueil, l’ajout d’une introduction, effacent l’ordre de la production, brouillent l’intratextualité, reprogramment le public, le contexte et le mode de la lecture : autre chose est de lire solitairement un récit formant bloc isolé sous les espèces, si bon marché soit-il, d’un livre d’auteur, autre chose de le lire en famille, sans autre identité auctoriale que celle du Magasin, par morceaux et au milieu d’articles illustrés à caractère encyclopédique. Ainsi les Œuvres complètes éditées par Lévy-frères et le plus souvent utilisées par les rares critiques de Souvestre ont-elles beaucoup contribué à masquer l’organisation diachronique de sa production fictionnelle142. C’est un des facteurs qui expliquent, avec le refoulement politique des idées de 1830, que ni ses biographes ni les historiens de la littérature ne se soient aperçus de la profondeur de son imprégnation saint-simonienne. Il est vrai que selon le témoignage d’Eugène Lesbazeilles, le fils du docteur Lesbazeilles (lui-même un saint-simonien de l’entourage de Carnot), Charton et Souvestre n’avaient pas l’habitude, au soir de leur vie, d’évoquer cette page tournée de leur passé143.

69S’il fallait cependant produire une dernière attestation du caractère spécifiquement saint-simonien de la conception à la fois haute et modeste que se fait Souvestre de son métier, on la trouverait dans la très extensive définition qu’il donne, en 1836, du roman, par référence aux utopistes et à l’aube de ce qu’il nomme déjà, lui, par une des toutes premières occurrences de l’expression, le roman populaire :

  • 144 Du roman » (préface de Riche et Pauvre), Revue de Paris, 1836, p. 122-123.

Quelques-uns, explorateurs ardents et solitaires, cherchent en avant, à travers les sentiers inconnus, à entrevoir l’horizon désiré ; de temps en temps, il rencontrent, comme Colomb, des herbes flottantes, qui leur disent que le nouveau monde est proche, et alors ils jettent un cri de joie et d’avertissement ; mais ceux qui suivent l’entendent seuls ; la foule est trop loin. Elle s’avance lentement dans la plaine, aveugle, méfiante, et s’arrêtant devant tous les veaux d’or. Cependant il faut qu’on lui transmette le cri des pionniers aventureux qui lui cherchent la route, afin qu’elle hâte le pas et sache s’il faut se diriger à l’orient ou à l’occident. Or ce sera là, si nous ne nous trompons, la mission du roman. À lui appartient désormais de vulgariser les idées d’avancement, de les personnifier et de les faire agir, pour leur donner en quelque sorte l’autorité de l’exemple. Comme l’épopée antique, il fournira au peuple des modèles, il lui résumera la science, il lui nommera les dieux qu’il doit adorer et lui apprendra son credo de chaque jour. Ce sera le journalisme avec l’art et la réflexion de plus. Politique, morale, philosophie, critique, histoire, tout sera de son domaine ; il étendra sur tout ses draperies dorées et ses réseaux de fleurs [... car] on a appelé le plus grand nombre à l’examen des vérités capitales autrefois abandonnées à quelques uns. [...] On a trop méprisé jusqu’à présent le roman populaire : l’intelligence des masses a aussi besoin de son pain noir. Il y a de la poésie encore dans ces œuvres informes et grossières que l’on dédaigne, de la poésie trop pâle sans doute pour que les regards accoutumés à toutes les splendeurs d’art l’aperçoivent, mais visible et brillante pour la foule qui vit habituellement dans les ténèbres144.

Notes

1 Causeries historiques et littéraires du xixe siècle, éd. (posthume] par A[dah] Beau [fille cadette de l’auteur], Paris, 1907, p. 207. Je remercie beaucoup Philippe Régnier de l’attention et du temps qu’il a bien voulu me consacrer pour cet article.

2 Le récit de Souvestre publié dans Magasin pittoresque en 1848, anonymement il est vrai, avait été repris dans son recueil Au coin du feu. G. Freytag le rebaptisa Das Vermächtnis [Le Testament]. Par la suite, c’est bien sous le nom de Souvestre que parurent, à partir de 1887, les premières vraies traductions allemandes.

3 Börsenblatt des deutschen Buchhandels, no 31, 6 février 1926.

4 La seule étude globale un peu récente est la thèse de doctorat en lettres d’Anthony Craig Lister : L’Œuvre en prose d’Émile Souvestre, directeur Moïse Le Yaouanc, Rennes, Université de Haute-Bretagne, 1973-1974, 389 p. L’accent y est mis sur l’inspiration chrétienne. Le passage par le saint-simonisme n’est évoqué qu’en quelques lignes (voir surtout p. 304 et 325).

5 Voir la notice Souvestre rédigée par son ami Guillaume Lejean dans la Biographie bretonne de Prosper Levot (1857). Ce récit initial alimente tous les suivants, des notices des dictionnaires biographiques courants (Michaud, Vapereau, Larousse du xixe siècle) jusqu’à la thèse de Craig Lister (supra n. 4).

6 Voir le dossier manuscrit du Centre généalogique du Finistère (BM Morlaix, Pi 35158), qui contredit l’origine irlandaise, encore affirmée par Bernard et Jacqueline Le Nail dans le Dictionnaire des romanciers de Bretagne (Spézet, Keltia Graphic, 1999), tout comme l’origine écossaise certifiée par d’autres. L’appartenance bretonne de la branche maternelle, les Boudier, ne remonte qu’à l’arrivée du grand-père, receveur des devoirs.

7 Voir Louis Élégoët, Les Juloded. Grandeur et décadence d’une caste paysanne en Basse-Bretagne, Presses universitaires de Rennes, 1996. Bien que le grand-père de Souvestre ait en fait vécu un peu à l’extérieur du pays des Juloded, l’étude de cette caste de paysans-marchands de toile ou de cuir du Léon donne une idée de son statut social.

8 Le grade d’ingénieur est attesté dans plusieurs actes d’état civil. Les papiers d’inscription de Souvestre au Collège royal de Pontivy, en 1818, attribuent à son père le grade inférieur de « conducteur » (voir l’extrait du registre publié par Émile Gilles au Fureteur breton, t. 37, 1911, p. 27). Les Archives de l’École nationale des ponts et chaussées ne donnent aucune précision. Je remercie Catherine Masteau, conservateur du fonds ancien, de m’y avoir guidée.

9 Voir Yannic Rome, 250 ans de franc-maçonnerie en Bretagne, Le Faouët, Liv’éditions 1997. Le fichier « Jean Bossu » ne conserve aucune trace d’appartenance de J.-B. Souvestre au Grand Orient (selon Mme Dominique Morillon, conservateur au département des Manuscrits de la BnF. Je la remercie pour cette information).

10 Voir É. Souvestre, « Brest à deux époques », Revue des deux mondes, 1836, livr. du 15 juin.

11 Voir É. Souvestre, Barnabé Crux, nouvelle citée d’après sa réédition dans Les Ombrages, Lévy, 1859, p. 2. Ce récit distribue des traits autobiographiques entre le narrateur, présenté comme un admirateur de Rousseau, et son oncle, Barnabé Crux, le héros, un ancien républicain de 1789, partagé entre saint-simonisme et fouriérisme.

12 Lettre du proviseur au recteur d’académie du 27 mai 1823 citée d’après Émile Corgne, « Dans un collège sous la Restauration, Émile Souvestre à Pontivy », Nouvelle Revue de Bretagne, 1947, p. 34. Voir aussi Charles Le Goffic, « Émile Souvestre au collège », L’Âme bretonne, t. 1, 1902, p. 142-150 et, pour la petite comédie d’É. Souvestre, Les Étrennes de Pontivy, des extraits de la pièce dans Henri Finistère, « Émile Souvestre et la Bretagne », Revue de Bretagne et de Vendée, Saint-Brieuc, 1887, p. 91-92.

13 Voir Guy Frambourg, Un philanthrope et démocrate nantais, le Dr Guépin (1805-1873). Étude de l’action et de la pensée d’un homme de 1848, Nantes, Imprimerie de l’Atlantique, 1964.

14 Pour la situation générale des libraires en Bretagne voir les chapitres dûs à Patricia Sorel et à André Kervella dans Jean-Yves Mollier dir., Le Commerce de la librairie en France au xixe siècle. 1789-1914, Paris, Éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 1997, p. 135-140 et 140-150. Pour les feuilles volantes imprimées par Ledan, voir le catalogue établi par Joseph Ollier, Quimper, Le Goaziou, 1942.

15 Voir Jacques Vier, « Le romantisme en Bretagne : dans le sillage des maîtres. La poésie », dans Jean Bakou et Yves Le Gallo éds, Histoire littéraire et culturelle bretonne, Paris/Genève, 1987, t. 2, p. 98.

16 « L’Aveu », Lycée armoricain, t. 4,1824, p. 453-454. Sur les corrections de l’éditeur acceptées par l’auteur, voir Antoine-Charles et Yves-Antoine Schwerer éds, « Une correspondance d’Emile Souvestre à Camille Mellinet », Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d’Ille-et-Vilaine, 1988, p. 139-174.

17 Héritier de l’imprimerie Malassis, Mellinet fut en Bretagne le premier à utiliser une presse mécanique. Dans les années 1820, il employait déjà une soixantaine de personnes.

18 É. Souvestre, « Notice sur Édouard Richer », Revue de Paris, t. 42,1837, p. 40-49. Dans toutes les citations, nous avons respecté la graphie de l’époque hormis les accents et majuscules qui ont été rétablis.

19 Le poème « Le Phare ou La Tour du Four » parut dans les Annales de la société académique de Nantes (t. 3, 1825, p. 129-131). Il fut repris dans le Lycée armoricain (t. 6,1826, p. 104-105). Souvestre accusa réception de sa médaille d’encouragement dans une lettre du 10 décembre 1825. Voir Catherine Blanlœil, De l’Institut départemental à la Société académique de Nantes et de la Loire-Inférieure : Une société savante de province au xixe siècle (1798-1914), thèse de doctorat, Université de Nantes, 1992.

20 « Le Fossoyeur », Lycée armoricain, t. 8,1826, p. 163-166.

21 Événements survenus respectivement en 1823 et 1826. Car contrairement à ce qui est parfois écrit, le naufrage de Jean-François Souvestre en Méditerranée n’eut pas lieu en 1828 (BM Morlaix, registres de l’état civil de l’année 1826, Décès, f° 364 – mention consignée en 1843 seulement, suite à un jugement du tribunal civil de Morlaix).

22 Souvestre affirme qu’après avoir passé deux ans à Rennes, il serait parti pour Paris en 1826 (voir la préface des Derniers Bretons, Coquebert 1835-1836, p. viii-xiv), alors qu’E. Lesbazeilles ne parle, lui, que d’une année rennaise (« Sur la vie d’Émile Souvestre », dans É. Souvestre, Souvenirs d’un vieillard, Lévy, 1857, p. iv-xxxv). Finistère cite une lettre du 3 mars 1828 où il évoque son retour en Bretagne (réf. supra n. 11). La correspondance entre Guépin et Mellinet confirme cette période parisienne.

23 Expérience transposée dans Riche et Pauvre (1836), dont le héros est un jeune juriste. Cf. les réflexions parallèles de Guépin et Bonamy sur le crime comme symptôme de dysfonctionnement social (Nantes au xixe siècle, Nantes, Sébire, 1835).

24 Souvestre rapporte les faits dans l’introduction des Derniers Bretons (réf. supra n. 22). C’est la source commune d’Édouard Charton (« Émile Souvestre », Magasin pittoresque, 1854, p. 401-404), de Lejean et de Lesbazeilles (voir réf. supra n. 5 et 22), ainsi que de l’Allemand Julius Risch (Émile Souvestres Leben und Verhaltnis zur Heimat, Stralsund, 1864).

25 Au moment où, parmi les Bretons de Paris qui participaient aux banquets républicains, germa l’idée de réactiver les anciens réseaux des Carbonari, Dubois et Leroux, eux-mêmes anciens charbonniers, voulurent confier à Guépin la responsabilité de la Bretagne. Ce projet fut abandonné à la mort de Manuel (voir Jean-Yves Guiomar, Le Bretonisme. Les historiens bretons au xixe siècle, Mayenne, 1987, p. 34). Sur la bienveillance du Globe pour la Bretagne et son philhellénisme critique, voir Jean-Jacques Goblot, La Jeune France libérale. Le Globe et son groupe littéraire, 1824-1830, Plon, 1995, p. 337-343 et 357-358.

26 Informations puisées dans une lettre inédite de Guépin à Mellinet : « J’aime mieux vous parler d’Émile. L’humeur de ces poètes est bien changeante, et souvent sans aucun motif raisonnable. Aujourd’hui par exemple il se désole et je crois sans raison. Vous savez quel a été le sort de son « Missolonghi ». Je suis allé, le 12, à l’Odéon présenter un drame en prose intitulé : « Charles Π » à Woodstock pour lequel il attend une lecture. Enfin demain, un de nos compatriotes va présenter un vaudeville de lui au Gymnase. Mais le croirez-vous Monsieur il paraît qu’il sera obligé de présenter sa pièce à Scribe qui pour la peine de mettre son nom prendra la moitié de l’honneur et qui pis est des émoluments. Sans cette formalité, M. Scribe saurait bien empêcher qu’elle fut reçue. J’ai fait faire connaissance à Émile avec M. Dubois dont vous louez à juste titre l’excellent journal et j’espère qu’il lui sera de quelque utilité pour la réception de ses pièces d’autant plus que leurs opinions littéraires concordent en tout point » (lettre, s. d. [1827], BM Nantes, ms. no 857, Français 693 – partiellement cité par Frambourg, Un philanthrope..., p. 17). Sur le soutien apporté au Globe par Mellinet, voir aussi J.-J. Goblot, La Jeune France libérale. Le Globe..., p. 81.

27 Voir J.-J. Goblot, La Jeune France libérale. Le Globe..., p. 31. Contrairement à Guépin, qui s’affilia à la franc-maçonnerie dans les années soixante, Souvestre ne franchit jamais ce pas.

28 Voir Élie Sorlin, La Vie politique en province. Étude sur Grégoire Bordillon, suivi d’un choix de lettres, Paris 1868, p. 22-25.

29 Installé à Angers dans les années 1830, Rey appartint quelque temps au réseau saint-simonien de l’Ouest, puis il se rallia au fouriérisme (voir sa notice dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, de Jean Maitron).

30 Le fait de s’occuper de « sciences, agriculture, industrie, commerce, jurisprudence, littérature et arts » (prospectus du Breton paru dans la dernière livraison du Lycée armoricain de 1826) constituait en soi un facteur de différenciation par rapport aux feuilles exclusivement politiques des républicains ou des royalistes, l’Ami de la Charte et le Journal de Nantes.

31 Guépin était un lecteur assidu des Annales de Roville (voir sa lettre à Mellinet du 21 nov. 1826 évoquée par Frambourg, Un philanthrope..., p. 15). Grand admirateur de l’école d’économie rurale soutenue par cette revue et illustrée par la ferme-modèle de Dombasle (à proximité de Nancy, en Lorraine), il l’évoque à propos de Rousseau dans Le Breton du 30 nov. 1826 (article signé « A. G. »). Sur l’expérience de Rousseau, voir Jean Touchard, Aux origines du catholicisme social, Louis Rousseau, Armand Colin, 1968, rééd. par Brigitte Waché, Le Mans, Université du Maine, 1998, p. 64-68, et Henri Rousseau, Aux premiers temps de Keremma. Mythe et réalité, 1986, chez l’auteur, 107 p.

32 Lettre de Guépin à Mellinet, s. d. [fin 1826/début 1827], BM Nantes, ms. no 857, Français 693, f° 5. Frambourg ne fait que paraphraser cette lettre, mais il indique aussi que Devay, vers 1833, finit par établir dans sa propriété de Condé-sur-Vesgre, près d’Houdan (Seine-et-Oise), une colonie sociétaire fouriériste qui impressionnait beaucoup Guépin (Un philanthrope..., p. 15 et 109).

33 À partir de 1830, cet agronome alsacien, ancien élève de Roville, dirigea une ferme-modèle située entre Rennes et Nantes, dans la Loire-Inférieure. Il défricha des landes, introduisit en Bretagne la charrue à soc plat, la herse et le rouleau. Il fonda aussi l’école d’agriculture de Grandjouan, promue École nationale d’agriculture en 1871. Voir « Ferme modèle de GrandJuan [sic] », L’Auxiliaire breton, 24 nov. 1831.

34 Voir la lettre de Souvestre à Turquéty du 3 mars 1828 citée par Finistère (réf. supra n. 12, p. 177).

35 Voir Les Derniers Bretons, éd. 1835-1836, t. 1, p. viii-xvi.

36 Voir Le Lycée armoricain, t. 12, 1828, p. 443-444.

37 Mellinet diffusait Le Globe dans son entourage depuis 1826, et les rédacteurs du Lycée armoricain en disposaient à titre d’échange (voir Goblot, La Jeune France libérale. Le Globe..., p. 74, 82, 503, 598 et 601). Il est très probable que l’organe libéral figurait en bonne place dans la salle de lecture de la Librairie industrielle, tenue par Souvestre à partir de 1828.

38 Voir les lettres de Guépin à Mellinet des 16 et 26 janvier 1827 (BM Nantes, ms. no 857, Français 693, fo 1 et fo 8).

39 Revue de l’Ouest, no 1,28 janvier 1829. Une trentaine de numéros sont conservés à la BnF sous la cote NF, Jo 2333. Il s’agit bien d’une première série de la Revue de l’Ouest, peu connue, puisqu’on fait d’ordinaire commencer ce périodique en 1830.

40 Ibid., no 12,15 avril 1829.

41 Voir par ex., en 1829, « Lettres sur Paris » (28 janvier) ; « Poésies » (24 juin) ; « Poésie à Mme Delphine Gay » (1er juillet). La plupart des articles sont signés « Souvestre », « E. S. », « Émile ». La signature « E. » (par ex. « Panorama de la Loire », 20 mai) ne permet pas toujours une attribution certaine.

42 Nous connaissons des musiques de Fournerat et de Pauline Duchambge, femme compositeur parisienne en correspondance avec Souvestre dès octobre 1829 (BnF, Autographes Rothschild, 2241).

43 Compte rendu dans le Lycée armoricain, t. 14, 1829, p. 121. Voir aussi Ch. de Commequiers, « Poésies de M. Émile Souvestre », Lycée armoricain/Revue de l’Ouest, t. 15, 1830, p. 37-41.

44 Guépin, « Poésies de M. Émile Souvestre », Lycée armoricain/Revue de l’Ouest, t. 15, 1830, p. 60-64.

45 Daté du 6 août 1829, le poème parut dans la presse, fut repris dans le recueil de 1830, Rêves poétiques, et à nouveau dans le Lycée armoricain/Revue de l’Ouest (t. 15,1830, p. 40).

46 Voir Jacques Rancière, Le Maître ignorant, Fayard, 1987.

47 « Méthode de Jacotot, langue allemande », Lycée armoricain, t. 15, 1830, p. 124-130.

48 Résumé de la méthode de M. Jacotot, Nantes, Mellinet, 1829. La Revue de l’Ouest du 7 octobre annonce une seconde édition dans l’année, précédée d’un avant-propos de Guépin. Voir aussi, de Souvestre, Enseignement universel à Nantes. [... ] Compositions françaises et musicales, dessin etc., Nantes, Mellinet, 1830.

49 « Les penseurs inconnus », Revue de Paris, 1836, p. 247-253. C’est de 1839 que date la préface rédigée par Souvestre pour les Fables de Lachambeaudie, un poète ouvrier, saint-simonien puis fouriériste.

50 Voir les lettres des 14 et 24 mai 1830 adressées à Guépin par Dubois (citées par Frambourg, Un philanthrope et démocrate nantais..., p. 79-80).

51 Ibid., p. 67-74. Voir aussi Henry-René d’Allemagne, Les Saint-Simoniens. 1827-1837, Gründ, 1930, p. 134.

52 Voir Frambourg, Un philanthrope et démocrate nantais..., p. 73.

53 « Paul Delasalle », dans Émile Souvestre et Prosper Saint-Germain éds, Mosaïque de l’Ouest, t. 3,1847, p. 274.

54 Lettre à Marc Séguin du 28 août 1830, citée d’après Touchard, Aux origines du catholicisme social..., p. 71-72.

55 Hippolyte Carnot, Sur le saint-simonisme. Lecture faite à l’Académie des sciences morales et politiques, 1887, p. 26.

56 Voir le rapport sur la fondation de la Société industrielle au Lycée armoricain/Revue de l’Ouest, t. 16, 1830, p. 459-474, ainsi que, pour Angers, Jacques-Guy Petit, « Libéraux, démocrates et républicains angevins (1830-1848) », Annales de Bretagne, t. 99,1992, no 4, p. 401-414. Le pharmacien Marc François Joseph Le Sant, maire-adjoint de Nantes après Juillet, était devenu le beau-père de Guépin en juin 1830 (voir Frambourg, Un philanthrope et démocrate nantais..., passim).

57 É. Souvestre, « Nantes », Revue des deux mondes, livraison du 1er janvier 1837, p. 53-74.

58 Guillaume François Plihon, membre de la Société académique de Nantes, était professeur d’anglais. Voir Blanloeil, De l’Institut..., p. 92.

59 Ce mode de fonctionnement fut reproduit à l’École d’apprentis qui compléta l’Athénée en 1832. Voir É. Souvestre, « Institutions populaires », En Bretagne, Lévy, 1867, p. 201-215.

60 Cité d’après le programme initialement prévu pour l’Athénée de Nantes (voir Blanlœil, De l’Institut..., p. 320-323).

61 « Un poète », Lycée armoricain/Revue de l’Ouest, [livraison de la Revue de l’Ouest] t. 15, 1830, p. 54-55. La Revue de l’Ouest, abandonnant son sous-titre et son format initiaux, parut dès juin 1830 dans le format du Lycée armoricain, mais toujours par livraisons distinctes, ce qui la constituait pratiquement en une seconde série. Ces livraisons furent néanmoins annexées au tome 15 du Lycée. Puis, Revue et Lycée fusionnèrent complètement, à partir de juillet 1830, dans le tome 16, où leurs titres servent de titres courants, respectivement, aux pages paires et impaires de toutes les livraisons, désormais communes. Voir également infra n. 65.

62 « Le poète et l’homme utile », Lycée armoricain/Revue de l’Ouest, t. 15, 1830 [partie de la Revue], p. 103-108.

63 Voir par ex. son compte rendu des Odes nationales de Boulay-Paty, Lycée armoricain/Revue de l’Ouest, t. 16, 1830, p. 532.

64 Opinion prêtée par le narrateur au personnage saint-simonien qu’est Barnabé Crux (réf. supra n. 11), p. 23.

65 « Prospectus », Revue de l’Ouest, t. 1, 1831, p. 5. Entre septembre et novembre 1831, trois livraisons intitulées Revue de l’Ouest, ancien Lycée armoricain, parurent sur un papier et avec une typographie améliorés. Suite à des arrangements financiers qu’il conclut avec Mellinet, Souvestre reprit la parution au « premier volume ». Il y figure comme « rédacteur en chef ». Cette série de la Revue de l’Ouest fut la dernière. Mellinet de son côté publia encore une dernière livraison, en utilisant le vieil intitulé de Lycée armoricain, et ce fut la fin définitive (voir Lucien Raoul, Un siècle de journalisme breton, de l’Académie celtique à la glorieuse Bretagne des Armées, Le Sigur, Le Guillvivec, 1981, p. 32).

66 Voir la lettre de Carnot à Guépin du 21 juin 1831 : « C’est avec grand plaisir que la Revue accepte [...] toutes les communications que vous voudrez bien nous faire, vous et vos amis. » (cité d’après Frambourg, Un philanthrope et démocrate nantais..., p. 82). Dans le même document, Carnot expliquait à son correspondant qu’il souhaitait se faire élire à la Chambre en s’appuyant sur « l’avantage du saint-simonisme [de] constituer un parti politique en exposant une théorie représentative nouvelle, basée sur la distinction entre les travailleurs et les oisifs, [...] entre la propriété et le prolétariat ».

67 Ayant accouché d’Alexis-Émile, le 9 mai 1831, Cécile Souvestre, née Ballot-Beaupré, décéda le 29 du même mois. La lettre d’envoi du poème, « La vie et la mort du ramier », est conservée, avec le texte, dans la collection Victor Bart à la bibliothèque municipale de Versailles (don 1197).

68 Le Globe, 28 septembre 1831.

69 Les réunions se tinrent les 16 et 17 septembre à Brest, et le 28 à Lorient. Le Globe consacre deux articles aux premières étapes de la mission (29 septembre et 11 octobre 1831). En revanche, en Ille-et-Vilaine, ni les rapports de police ni le journal libéral de Rennes (L’Auxiliaire breton) ne signalèrent une quelconque manifestation publique. Tout juste un rapport de police de la nuit du 3 au 4 septembre fait-il acte d’un « bruit de charivari », dû à des jeunes gens « qui chantaient la Marseillaise à la parisienne » (Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, Rennes, ms. 4 M 33). Sur l’ensemble de cette mission, voir le chapitre qu’y consacre Marie-Laure Aurenche dans sa thèse, Édouard Charton et l’invention du Magasin pittoresque (1833-1870), Université Lumière Lyon 2,1999, p. 113-132.

70 Voir deux lettres de Rigaud publiées dans Le Globe du 9 novembre, et les nouvelles données par l’Écho rochelais.

71 Une partie en a été livrée par le gendre de Charton, Paul Laffitte dans la Revue de Paris (mars-avril 1911, p. 398-416). Une autre partie encore inédite, conservée dans les archives privées de la famille, est en cours de publication par Marie-Laure Aurenche, dans le cadre d’une Correspondance générale de Charton. Je remercie Mme Marie-Pierre Dupin (Versailles) et ma collègue pour m’avoir autorisée à prendre connaissance des autographes adressés à Souvestre, à Pierre-Euryale Cazeaux et à Barrault.

72 Lettre s. d. [octobre 1831], Revue de Paris, mars-avril 1911, p. 399.

73 Lettre de Charton à Souvestre du mois de mai 1832, ibid., p. 411.

74 « Mœurs du Léonais. Souvenirs du Finistère », Revue encyclopédique, t. LV, livr. de juillet, août et sept. 1832, p. 577-598.

75 Bi-hebdomadaire (il s’intercalait entre les jours de parution du Brestois), Le Finistère, pour les années 1830 du moins, n’est pas conservé à la BnF. Il est incomplet aux archives départementales du Finistère (Quimper). Certains articles ont pu être évoqués grâce à leur reprise dans d’autres journaux et à leurs échos polémiques dans Le Brestois.

76 Sur cette « Église » et sa consécration au nom du « Collège » par Edmond Talabot, voir Charles Pellarin, Souvenirs anecdotiques : médecine, navale, saint-simonisme, chouannerie, Paris, Librairie des sciences sociales, 1868 (passages substantiels reproduits dans J. Touchard, Aux Origines du catholicisme social..., p. 86-90). Pellarin est le médecin qui, à Ménilmontant, accompagna l’agonie de Talabot, atteint du choléra. Sur l’intention de don, voir une lettre de Rousseau adressée à Alexis Petit le 28 mars 1832 (Bibliothèque de l’Arsenal, Fonds Alexis Petit, ms. 15031 (283). Merci à M. Allain-Launay pour cette information inédite).

77 Voir Jean-Yves Guiomar éd., Correspondance Guillaume Lejean-Charles Alexandre, deux républicains bretons dans l’entourage de Lamartine et de Michelet, Paris, éd. Jean Touzot, 1993, p. 272. Guieysse [parfois écrit Guyesse] fréquenta Brizeux et Souvestre dès les années 1820.

78 Le Finistère en 1836, illustrations par Saint-Germain et al. [dont E. Guieyesse), Brest, Corne fils aîné et Bonetbeau fils, 1838. (voir réf. infra n. 131).

79 Voir les lettres inédites de Charton à Cazeaux du 30 septembre et à Barrault du 27 octobre 1831 (réf. supra n. 71).

80 Dédicace portée en tête du Voyage... (réf. supra n. 78 et supra n. 131).

81 Voir Le Breton du 13 octobre et M.-L. Aurenche, Édouard Charton..., p. 120.

82 Voir le feuilleton du Breton du 15 octobre, intégralement repris par Le Globe du 18.

83 Voir « Du saint-simonisme », L’Ami de la Charte, 16 octobre 1831 (analyse dans M.-L. Aurenche, Édouard Charton..., p. 121).

84 Voir Philippe Le Pichon et Alain Supiot, « De l’observation de la ville comme corps social », dans rééd., Ange Guépin et Eugène Bonamy : Nantes au xixe siècle [Nantes, Sébire, 1835], Presses de l’université de Nantes, 1981, p. 7-10. Eugène Bonamy avait été initié pendant ses études de médecine à Paris en 1829 par son frère Auguste, polytechnicien. Il participa de mai à août 1831 au service médical mis en place par le mouvement. Cet ami de Guépin venait de se réinstaller à Nantes après avoir soutenu sa thèse. Pour Athenas, son cousin, voir d’Allemagne, Les Saint-Simoniens..., p. 141 et 143. Pour Toulmouche, qui entretint en 1832 des rapports épistolaires avec Peter Hawke, personnage central du saint-simonisme à Angers, voir Albert Lemarchand, « Le saint-simonisme en Anjou », Revue de l’Anjou, 1880, p. 99-133 et 1881, p. 1-19.

85 Voir M.-L. Aurenche, Édouard Charton..., t. 2, annexe IIΙ/V (d’après des papiers inédits de Charton).

86 « Du saint-simonisme », Revue de l’Ouest, t. 1, 1831, p. 61-67.

87 Revue encyclopédique, t. LII, nov. 1831, p. 496 (sous la signature de Saint-Chéron, le gendre de Bazard).

88 Religion saint-simonienne. Discussions morales, politiques et religieuses qui ont amené la séparation qui s’est effectuée au mois de novembre 1831 dans le sein de la société saint-simonienne. Première partie. Relations des hommes et des femmes. Mariage-divorce, janvier 1832. Charton annonce cet envoi dans sa lettre du 13 janvier 1832 (Revue de Paris, mars-avril 1911, p. 399).

89 Voir Frambourg, Un philanthrope et démocrate nantais..., p. 87-88.

90 Voir le compte rendu paru dans le numéro du 17 mars 1832. Buchez, qui sera président de l’Assemblée constituante en 1848, s’était séparé de la hiérarchie saint-simonienne dès 1829.

91 Ouvr. cité, passim, en part. p. 23-25.

92 Voir la Revue encyclopédique de juil.-sept. 1832, p. 188-216.

93 « De l’éducation publique », Revue encyclopédique de janv.-mars 1832, p. 109-117.

94 « Les tableaux parlants », cité d’après la reparution dans la Revue de Paris, t. 49, janvier 1838, p. 244. Plusieurs lettres inédites de Charton à Souvestre (réf. supra n. 71) indiquent que la nouvelle avait été proposée à L’Artiste, dont Charton fréquentait le directeur, Ricourt. Au nom de ce dernier, et promesses d’argent à l’appui, il se chargea d’ailleurs de solliciter « des articles dans le sens critique, saint-simonien ou autres », de sorte qu’on peut estimer que son entremise ne fut pas pour rien dans la douzaine de comptes rendus signés « E. S. » ni dans la collaboration de Saint-Chéron ou de Considérant.

95 Charton prit des nouvelles de Nanine auprès de Guépin (lettre inédite du 8 juillet 1832, Arch. dép. de la Loire-Atlantique, Nantes, ms. 19 J12, fo 5).

96 Il lui annonce l’envoi des « leçons de Lechevalier » dans une lettre de juillet 1832 (Revue de Paris, mars-avril 1911, p. 411-413).

97 Jusqu’à la dispersion de Ménilmontant, les Nantais, groupés autour d’Athenas (Guépin, Bonamy, Simon, Amondieu, Ménard), restèrent enfantiniens. Guépin ne s’éloigna d’Enfantin et des Compagnons de la Femme qu’à partir du moment où, à la suite d’une affaire de mœurs, le ministre de l’Intérieur eut ordonné des poursuites, en mars 1833, à l’encontre de Jules Toché et Félix Lamaillauderie (voir Frambourg, Un philanthrope et démocrate nantais..., p. 93-97). Toulmouche, en revanche, prit dès 1832 ses distances avec Enfantin, en l’accusant d’avoir discrédité tout le mouvement (voir sa lettre à Hawke du 10 octobre 1832, citée dans Lemarchand, réf. supra n. 84, p. 117-119).

98 Lettre de Souvestre à Mellinet du 4 novembre 1832 (cité d’après Schwerer, réf. supra n. 16, p. 152-154).

99 « Politique à l’usage des femmes », Le Breton, 24 juillet 1832. L’article, y lit-on, est repris de la Revue de l’Ouest, dont la reparution avec le concours de Souvestre est annoncée par la même occasion. Cette série de la Revue de l’Ouest ne semble pas avoir été conservée, mais on sait grâce à cet article du Breton qu’elle fut imprimée à Bourbon-Vendée et distribuée à Nantes chez Prosper Sébire. Souvestre démarque ici le fameux « Appel à la Femme » d’Enfantin (réunion du 21 novembre 1832, Enseignements, 1832, p. 48 et suiv.).

100 Ibid. La dernière formule paraphrase un propos de Saint-Simon rapporté par O. Rodrigues et fréquemment cité.

101 « Funérailles saint-simoniennes », Le Breton, 24 juillet 1832 (article anonyme, débutant ainsi : « M. Michel Chevalier, chef du culte saint-simonien, nous a invité à publier les détails suivants... ») ; E[ugène] B[onamy], « Procès des saint-simoniens », ibid., 4 septembre 1832.

102 E[ugène] B[onamy], « Le peuple doit être représenté », ibid., 27 septembre 1832. L’auteur regrette « l’interruption » du Globe, en fait définitivement fermé depuis plusieurs mois.

103 Voir son article au Supplément du Breton du 13 septembre 1832.

104 Voir sa lettre à Mellinet du 4 novembre 1832 (Schwerer, réf. supra n. 16, p. 152-154). Sans se prononcer sur les opinions de Simon, Souvestre le jugeait un piètre journaliste. De son côté, Guépin, soutenu par Charton passa à L’Ami de la Charte sans rompre totalement avec le Breton (voir Frambourg, Un philanthrope et démocrate nantais..., p. 87

105 Sur environ 70 numéros qui ont dû être publiés, 17 seulement sont conservés, dont 8 sous la responsabilité de Souvestre (du 11 décembre 1832 au 23 1833). En août 1833, Le Finistère disparaît et laisse le champ au Bresois.

106 Le Gall, son prédécesseur, l’avait qualifié de jeune auteur brillant, possédant « tout ce qui constitue le poète [...] remarquable surtout par l’heureuse facture du vers et la sensibilité qui règne dans ses inspirations » (Le Finistère, 23 février 1832). Plusieurs biographes datent l’arrivée à Brest de mars 1832, mais la première preuve matérielle (une lettre à Mellinet) ne date que du mois de novembre.

107 « Les journalistes en province », texte qui n’a pas encore pu être daté, cité d’après sa reprise dans Trois mois de vacances (éd. Lévy, 1867), p. 168-169.

108 N° du 15 mars 1833. Le Brestois ne se montrait guère plus tendre avec les fouriéristes, dont certains amis brestois de Souvestre (voir ibid., 18 mars 1833).

109 Ibid., 9 novembre 1832.

110 Entre autres mesures d’intérêt régional, Souvestre recommanda l’ouverture de mines de charbon, la création d’un haras, une réglementation du marché des chevaux, la réquisition de l’armée pour améliorer le réseau des chemins vicinaux, essentiel, remarquait-il, au transit des produits agricoles. Voir en particulier le numéro du 2 mai 1832 (à propos d’un salon brestois) et l’éditorial du 16 mars 1833 (à propos du développement économique).

111 Pour les démêlées de Rousseau avec la sous-préfecture, voir Touchard, Aux origines du catholicisme social..., p. 92-94. Outre Le Brestois du 21 décembre 1832, voir Le Finistère du 11 décembre 1832 le seul numéro conservé de ce journal qui évoque ce débat agricole de 1832. Sous la forme d’une lettre de Rousseau au rédacteur, on y lit un article qui se présente comme la suite d’une discussion engagée en public entre les deux hommes. En réalité, il constitue en grande partie la reprise d’un texte que Rousseau avait déjà publié dans le même journal, le 24 novembre 1831 (« Sur la grande et la petite culture »). De son côté, Souvestre publia plus tard, dans les Derniers Bretons (1835-1838), une fiction laissant transparaître son admiration pour « l’entrepreneur » de la baie du Kernic (voir le chapitre III, « Agriculture. Voyage au lais de mer du Kurnic [sic] »).

112 Si l’on se fonde sur les numéros conservés du Finistère, sa démission se situe entre le 23 mai et le 4 juillet 1833. Plusieurs biographes mentionnent la date du 29 juin.

113 Voir Le Breton des 5 mars, 4 juillet, 17 septembre, 1er, 17 et 29 décembre 1833.

114 Voir la Revue de Bretagne, t. 1, janvier-juin 1833, p. 11-18 (article sur le « Choléra en Basse-Bretagne », à propos de réactions superstitieuses devant l’épidémie), t. 2, juillet-décembre 1834, p. 5-22 et 247-268 (sur le théâtre breton) et t. 3, janvier-juin 1834, p. 161-172 (sur les poètes bretonnants, dont G. Ricou, « simple paysan devenu poète », auteur d’une imitation des fables d’Ésope publiée à Morlaix, chez Guilmer, en 1828).

115 Voir Guépin, Explications sur la religion saint-simonienne, 1833.

116 Réunion de l’Ouest. Procès verbaux des séances des 9 et 10 avril 1833, Angers, Lesourd 1833 ; Guiomar, Le Bretonisme..., p. 34. Pour plus de détails sur la Réunion de l’Ouest, sa réception dans la presse et la contre-offensive gouvernementale, voir Frambourg, Un philanthrope et démocrate nantais., p. 85-93.

117 « L’Abbé Grégoire et les congrès scientifiques », La Mosaïque de l’Ouest, t. 3, 1846-1847, p. 195-196. L’article critique sévèrement le rétrécissement de la portée sociale de ces congrès régionaux, dont le modèle avait été rêvé par l’Abbé Grégoire et mis en pratique par la Réunion de l’Ouest. Il l’impute à l’instauration des congrès d’A. de Caumont.

118 Lettre à Guépin du 29 juin 1834 (BM Nantes, ms. 2940, fo 266).

119 Lettre à Guépin des 29 août et 23 novembre 1834 (BM Nantes, ms. 2940, fos 282 et 358).

120 Pour son premier roman, Souvestre avait d’abord songé au sujet exclusivement social et bien moins enfantinien de Riche et Pauvre (1836) : un premier canevas en figure dans une lettre inédite à Charton de septembre 1832 (voir supra n. 71).

121 Lettre à Guépin du 2 juin 1834 lui demandant un compte rendu pour L’Ami de la Charte. L’édition originale, intitulée Les Quatre Souffrances (Renduel, 1834), parut en juillet. La partie consacrée à « La bourgeoise » fut vendue à la Revue de Paris (BM Nantes, ms. 2940, fo 255). Le titre global de L’Échelle des femmes est adopté dès l’édition Charpentier (1835).

122 Ouvr. cité, éd. Lévy, 1857, p. 174-176.

123 Livraison du 15 avril 1835, p. 262-264.

124 Lettre à Vinet du 13 juillet 1837 (réf. infra note 135, éd. 1893, p. 647).

125 Quatorze en tout de 1833 à 1836, par ex. au t. 1, « Dol-men et men-hir » (p. 71) et au t. 2, « Marchés de louages et fiançailles » (p. 135) ou « Récolte du varech » (p. 210-211). La plupart, anonymes, peuvent être attribués grâce à une note de Charton (t. 4, p. 83).

126 Voir « Brest à deux époques, avant la Révolution et en 1794 » (15 juin 1835), « La Cornouaille » (15 sept. 1833), « Industrie et commerce de la Basse-Bretagne » (15 nov. 1835), « Le Pays de Tréguier » (15 juin 1834), « Des poésies populaires de la Basse-Bretagne » (1er déc. 1834, [2e partie : Tragédies], 15 fév. 1835, [3e partie : Drames], 1er juil. 1835).

127 Le passage cité provient d’un chapitre de la première édition des Derniers Bretons (Coquebert, 1835-1836) reproduit par Charton dans son Magasin sous l’intitulé « Le Léonais » (t. 4,1836, p. 83-84).

128 « Des poésies populaires bretonnes », Revue des deux mondes, 1er décembre 1834, p. 537 (c’est nous qui soulignons les expressions typiquement saint-simoniennes).

129 Souvestre emploie ce vocabulaire et se situe dans cette problématique, notamment dans ses articles sur la poésie bretonne dans la Revue des deux mondes (voir 3° partie, 1er juillet 1835, p. 97). Cette approche détermine par ailleurs sa sensibilité à l’égard du modèle grimmien, référence explicitement revendiquée dans l’introduction du Foyer breton (1844).

130 « Des poésies populaires de la Basse-Bretagne », Revue des deux mondes, 1er déc. 1834, p. 493-495.

131 Le Finistère en 1836, Brest, Corne fils aîné et Bonetbeau fils, 1838, p. 89. Cette étude, sous-titrée « 2e partie », fut ajoutée par Souvestre sans autre forme de procès à sa réédition de l’ouvrage de Cambry (le récit, publié en 1799, d’un périple accompli dans le Finistère en 1794-1795 pour enquêter sur le vandalisme révolutionnaire) : Voyage dans le Finistère, par Cambry, revu et augmenté par Émile Souvestre, Brest, Corne fils aîné et Bonetbeau fils, 1835-1836. Les interventions de Souvestre dans le texte et les notes mêmes de l’auteur lui valurent de sévères critiques.

132 « Historiens modernes. M. Michelet », Revue de Paris, t. 47,1837, p. 29-39.

133 La première mention nominale de Souvestre dans la Correspondance générale de Michelet date du 1er août 1836 (Louis Le Guillou éd., Champion, 1994, lettre à Paul Delasalle, no 1430). Les lettres conservées s’étalent de 1838 à 1847.

134 « Paul Delasalle », Mosaïque de l’Ouest, 1847, p. 279. Dans cette nécrologie, Souvestre publie une lettre de Delasalle à Michelet du 21 mars 1831 le premier prêchant le saint-simonisme au second, qui, paraît-il, s’en était indigné (voir aussi supra n. 53).

135 Voir les extraits de leur correspondance entre Souvestre et Vinet édités par L. Dugas, « Émile Souvestre, l’homme et le moraliste d’après une correspondance inédite », Annales de Bretagne, t. 8,1892-1893, p. 417-439 et 641-662 ; autres extraits publiés par le même sous le même titre dans les Mémoires de l’Académie de Caen, 1897, p. 186-211 et repris dans un tiré à part, Caen, 1897,26 p. Voir aussi, de Souvestre, « La ville de Bâle, Holbein et les Bernouilli », Revue des deux mondes, 1er oct. 1836, p. 69-70 ; et sa notice nécrologique sur Vinet dans le Magasin pittoresque, t.16,1848, p. 81-87.

136 Voir Marcel Guieysse, « M. Souvestre et le protestantisme », Le Fureteur breton, t. 30,1910, p. 214-216. Les sympathies de Souvestre pour l’Alliance chrétienne universelle et le fait que son oraison funèbre ait été prononcée par le pasteur Paschaud, qui était son ami, accréditèrent la rumeur d’une conversion, qui se propagea surtout en Suisse.

137 Lettre à Vinet du 10 août 1836 (voir Dugas, réf. supra n. 135, éd. 1892-1893, p. 654).

138 Lettres de Vinet à Souvestre du 17 avril 1836 et de date inconnue (ibid., éd. 1897, p. 21-22).

139 Causeries historiques et littéraires du xixe siècle, p. 201-202. (réf. supra, n. 1)

140 Cf. ce que Souvestre en dit lui-même pour Nantes : « C’est surtout à ces vaillants pionniers de l’avenir, qui, pour la plupart ont traversé le saint-simonisme à marches forcées et sans s’y arrêter, que Nantes doit les essais philanthropiques tentés depuis quelque temps. Grâce à eux, de nouvelles institutions ont pris racine à côté des anciennes qu’ils ont ravivées, et une sorte de lien s’est formé entre les établissements de la charité chrétienne, et ceux fondés sous l’inspiration sociale. On doit donc à leurs efforts cette espèce d’organisations confuse [...] qui se dessine à Nantes. À travers le constitutionnalisme égoïste de la grande ville, on y entrevoit déjà je ne sais quelle association élémentaire, quelque chose d’analogue à l’antique commune, cette admirable union [...] qui resserrait les deux liens les plus forts de la terre : la religion et la liberté » (« Nantes », Revue des deux mondes, 1er janv. 1837, p. 71).

141 C’est dans cette conjoncture que Souvestre se vit attribuer la chaire de littérature créée à l’École d’administration (voir David Albert Griffiths, Jean Reynaud, encyclopédiste de l’époque romantique, Rivière, 1965, p. 297) et fut chargé de « lectures du soir » destinées à familiariser les ouvriers avec la littérature française classique et contemporaine (voir ce qu’il en écrit à Saint-Beuve dans la lettre reproduite par Roger Fayolle, Sainte-Beuve et le xviiie siècle ou Comment les révolutions arrivent, Armand Colin, 1971, p. 389-390).

142 Ainsi Craig Lister (voir supra n. 4) dresse une liste assez exhaustive des nouvelles parues dans le Magasin pittoresque, mais il ne s’intéresse pas à leur ordre chronologique. Il ne soulève pas non plus le problème de savoir ce qui doit être attribué en propre à Souvestre et de ce qui revient à Nanine.

143 Publiquement, E. Lesbazeilles, le mari de Noëmi Souvestre, qui est protestant, occulte le saint-simonisme de son beau-père. Il se comporte différemment, en privé, il est vrai, en ce qui concerne le passé idéologique de son propre père et de Charton. Son attitude semble cependant s’être infléchie, puisqu’il existe de lui une lettre inédite à Emma Guieysse, du 19 février 1894, où il incite à réunir le plus possible d’informations pour aider Charléty dans la préparation de sa thèse sur l’histoire du saint-simonisme (BM Versailles, M. 177 (4) 40).

144 Du roman » (préface de Riche et Pauvre), Revue de Paris, 1836, p. 122-123.

Auteur

Chargée de recherche au CNRS, membre de LIRE. Travaille sur l’histoire littéraire bretonne au xixe siècle et sur les frères Grimm. Coéditeur de la Correspondance entre Jacob Grimm et Théodore Hérsart de la Villemarqué, Kassel, 1991, ainsi que de Breizh – Bretagne. Zwischen keltischem Erbe und französischer Gegemvart, Kassel, 1993. Prépare un ouvrage sur Émile Souvestre.

© Presses universitaires de Lyon, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search