Version classiqueVersion mobile

Études saint-simoniennes

 | 
Philippe Régnier

Saint-Simon, Bouvard et Pécuchet : représentation d'une idéologie

Stéphanie Dord-Crouslé

Texte intégral

  • 1 Lettre à Louise Colet du 6 avril 1853, Correspondance, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Gallim (...)

La littérature prendra de plus en plus les allures de la science ; elle sera surtout exposante, ce qui ne veut pas dire didactique. Il faut faire des tableaux, montrer la nature telle qu'elle est, mais des tableaux complets, peindre le dessous et le dessus1.
Gustave Flaubert.

1Flaubert n'aimait pas les socialistes, quelle que fût leur chapelle, et Saint-Simon n'échappe pas à la règle : nombreux sont les extraits de sa correspondance qui le prouvent. Et dans ses œuvres « modernes », de la première Éducation sentimentale (1845) à Bouvard et Pécuchet (1881, posthume), lorsque le socialisme est convoqué, c'est presque toujours en mauvaise part.

  • 2 Voir la lettre à Mme Roger des Genettes de l'été 1864 : « Le grand maître de Saint-Simon était M. d (...)
  • 3 Pour un aperçu des rapports conflictuels qu'entretenait Flaubert avec le socialisme, voir K. Ogura, (...)

2Par exemple, dans L'Éducation de 1869, on assiste à l'évolution psychologique et politique d'un personnage, Sénécal, qui incarne d'abord le socialisme le plus rigide et finit au service du coup d'État de Louis Napoléon Bonaparte. Or cette métamorphose n'en est pas une. Pour Flaubert, il n'y a aucune rupture dans cette évolution. C'est seulement la réalisation complète de ce qui était en germe depuis le début, car le socialisme conduit inéluctablement à un régime autoritaire. Plongeant ses racines dans la Réaction2, il reproduit tout naturellement les défauts de son inspiratrice (tyrannie, théocratie, haine de la justice et de la liberté3). D'ailleurs, c'est le riche banquier Dambreuse que l'écrivain charge symboliquement de célébrer la mémoire de Saint-Simon (II, 4). Cependant, il ne faut pas négliger le personnage de Dussardier, contrepoint et victime finale de Sénécal, qui représente un socialisme de cœur, relativement épargné par la vindicte de l'auteur. On s'éloigne donc déjà d'une conception du roman où la fiction se contenterait d'illustrer les opinions de son créateur. Seul l'examen concomitant d'éléments sensiblement divergents pourrait permettre de dégager la portée idéologique complexe de ce roman.

3Dans le chapitre vi de Bouvard et Pécuchet, le montage est tout autre. Le ressort de la psychologie des personnages ou de leur appartenance sociale est utilisé différemment. C'est le choc des doctrines, la confrontation directe des systèmes, que Flaubert a d'abord voulu inscrire dans la fiction :

  • 4 Bouvard et Pécuchet, avec des fragments du « second volume », dont le Dictionnaire des idées reçues (...)

Tous les réformateurs l'ont copié [Rousseau] ; – et ils se procurèrent l'Examen du socialisme, par Morant.
Le chapitre premier expose la doctrine saint-simonienne.
Au sommet le Père, à la fois pape et empereur. Abolition des héritages, tous les biens meubles et immeubles composant un fonds social, qui sera exploité hiérarchiquement. Les industriels gouverneront la fortune publique. Mais rien à craindre ! On aura pour chef « celui qui aime le plus ».
Il manque une chose, la femme. De l'arrivée de la femme dépend le salut du monde.
— « Je ne comprends pas. »
— « Ni moi ! »
Et ils abordèrent le fouriérisme4.

4En étudiant la lente et difficile genèse de ce passage, je me propose d'analyser les matériaux rassemblés par Flaubert en vue de son écriture, d'en établir une typologie, et de suivre leurs transformations successives, des notes documentaires à la mise au net définitive. Ce parcours mettra au jour les modalités complexes qui président à la représentation d'une idéologie, le saint-simonisme, en insistant sur les rapports ambigus qu'entretiennent l'opinion de l'auteur et les impératifs esthétiques dans la fiction flaubertienne.

Le dossier documentaire relatif au saint-simonisme

  • 5 Sur la typologie des carnets de Flaubert, voir l'édition de P.-M. de Biasi, Les Carnets de travail (...)
  • 6 À l'exception des carnets (Bibliothèque historique de la ville de Paris), tous les manuscrits menti (...)

5Pour Flaubert, l'écriture d'un roman est toujours précédée par une période de documentation qui produit d'importantes quantités de notes, qu'elles soient d'enquête dans un carnet5, ou, le plus souvent, de lecture sur des feuilles volantes6. Mais, au fur et à mesure que la rédaction progresse, certains points rendent souvent nécessaires de nouvelles recherches qui accompagnent alors le travail d'écriture. Avant que ne soit tracée la première ligne du passage qui nous intéresse a donc été effectué un long travail de lecture, prise de notes et réécritures diverses. C'est cette épaisseur textuelle protéiforme qu'il s'agit avant tout d'interroger, parce qu'elle fonde la capacité « exposante » (au sens de l'exergue) de la prose flaubertienne.

  • 7 Sur le fonctionnement complexe des dossiers et le « second volume », voir C. Mouchard et J. Neefs, (...)

6Lorsqu'on se plonge dans les « Dossiers de Rouen7 » à la recherche de ce qui concerne le saint-simonisme, on est pris d'un sentiment de vertige. D'abord, ces dossiers contiennent non seulement les matériaux documentaires employés pour Bouvard et Pécuchet (qu'ils aient été utilisés pour le « premier volume », ou que Flaubert ait eu l'intention de s'en servir pour le « second », que la mort ne lui a pas laissé le temps d'écrire), mais aussi une grande partie de ceux rassemblés pour L'Education sentimentale. Dans ce lieu à l'unicité trompeuse (auquel j'adjoindrai quelques feuillets d'un carnet de travail) sont donc regroupées des pages de nature hétérogène et de destinations différentes. C'est pourquoi je vais en proposer une typologie, mais sans chercher à discriminer les notes plus anciennes prises pour le roman de 1869 de celles relevées expressément pour Bouvard et Pécuchet. Toutes ont en effet pu être relues par Flaubert au moment de la rédaction du chapitre VI, et toutes ont contribué, à un moment ou à un autre, à informer la mémoire de l'écrivain et son savoir sur le saint-simonisme.

  • 8 Pour constituer ce dossier, je me suis appuyée sur les travaux d'A. Cento (Il realismo documentario (...)

7Je vais commencer par décrire les « sources primaires » de la documentation, c'est-à-dire les ouvrages sur lesquels Flaubert a directement pris des notes (tant œuvres de saint-simoniens que journaux et ouvrages critiques). Puis, je m'intéresserai aux « sources secondaires », c'est-à-dire aux pages qui résultent du traitement que l'auteur fait ensuite subir à ses propres notes de lecture en les recopiant, selon différentes modalités, en vue du roman à écrire (premier et deuxième volumes8).

  • 9 Voir A. Cento, ouvr. cité, p. 85, no 24.
  • 10 Voir A. Cento, ouvr. cité, p. 85, nos 25 et 26 (2 livraisons en 1 vol. in-8°, 1832).
  • 11 Le feuillet 196 n'a pas été relié dans l'ordre logique d'écriture. Il faut lire : 195 v°-196 v° – 1 (...)
  • 12 Cette partie a été transcrite et publiée par K. Ogura, art. cité, p. 21-42.
  • 13 Voir A. Cento, ouvr. cité, p. 85-86, nos 27, 28 et 29.
  • 14 Voir P.-M. de Biasi, ouvr. cité, p. 342-345.
  • 15 Voir P.-M. de Biasi, ouvr. cité, p. 338-341.
  • 16 L'ouvrage se trouvait dans la bibliothèque de Flaubert à sa mort (voir P.-M. de Biasi, ouvr. cité, (...)

Sources primaires
Œuvres d'auteurs saint-simoniens
— « Œuvres de Saint-Simon et d'Enfantin publiées par les membres du conseil institué etc. 18659 », g226 (7) fos 188 à 193 v°. [OSSE]. 6 feuillets écrits recto et verso, numérotés de [1] à 6. Les fos 188 à 189 v° concernent les six premiers tomes, les fos 190 à 193 v°, les tomes 7 à 12.
— « Œuvres de Saint-Simon10 », g226 (7) fos 194 à 197. [OSS]. 4 feuillets écrits recto et verso, sauf le dernier, numérotés de [1] à 411, et contenant : « Vie de Saint-Simon », « Catéchisme politique des industriels12 », « Lettres d'un habitant de Genève », « Nouveau Christianisme ».
— « Saint-simonisme – Religion saint-simonienne. articles du Globe. 1832.1 vol. in-813 », g226 (7) fos 198 à 204. [SSRSS]. 7 feuillets écrits recto et verso, sauf le dernier, numérotés de [1] à 7.
— « Saint-Simon, Œuvres choisies, tome III, 1859 – Opinions littéraires, philosophiques et industrielles, 1825 », Carnet 13 fos 25 et 25 v°14.
• Journaux d'inspiration socialiste
— « La Ruche populaire, 1839-1840 », g226 (4) fos 99 et 99 v°.
— « Revue indépendante », g226 (4) fos 100 et 100 v°, 108 et 108 v°.
— « Le Travail, organe de la Rénovation sociale », g226 (4) fos 115 et 115 v°.
— « L'Atelier, organe des intérêts matériels et moraux des ouvriers », g226 (4) fos 117 à 118 v°.
— « L'Humanitaire, organe de la Science sociale, juillet 1841 », g226 (4) fo 119.
Ouvrages critiques exposant la doctrine saint-simonienne
— « Socialisme. Utopies sociales (M. Block) », g226 (7) fo 270. Ce feuillet et les deux suivants dépendent d'un ensemble annoncé par le fo 269 : « Résumé des notes de l'ancien dossier », qui comprend une liste de dix ouvrages, dont deux articles du Dictionnaire général de la politique par Maurice Block. L'article « Utopie » est signé d'Adolphe Franck.
« Le saint-simonisme – pas de refuge contre son despotisme puisque la famille et la propriété ont cessé d'exister. »
— « Socialisme. Dictionnaire de Maurice Block », g226 (7) fos 271 et 271 v°. L'article « Socialisme, socialistes » est signé de Louis Reybaud.
« Saint-simonisme – plus de distinction entre le Pouvoir temporel et le spirituel – Au lieu d'un Pape et d'un empereur un Père. Ainsi cessera la lutte de l'Esprit et de la chair. 3 classes – savants, artistes, industriels. L'affection sera le lien des sociétés. Chacun prend son rang en raison de sa capacité – et chaque capacité est servie en raison de ses œuvres. » (fo 271)
— « Pièges et charlatanisme des deux sectes Saint-Simon et Owen. par Fourier, 1831 », Carnet 13 fos 23, 23 v° et 2415.
— « Histoire du second Empire par Taxile Delord », g226 (6) fos 159 et 159 v°.
« Le saint-simonisme avait proclamé la théorie du Progrès par les hommes providentiels – faisant dépendre la réforme sociale de la réforme industrielle, tendait à remplacer les hommes d'État par les hommes d'affaires, la politique par la Bourse. » (fo 159 v°)
— « La France mystique – Erdan16 », g226 (7) fos 207 à 210.4 feuillets écrits recto et verso, sauf le dernier, numérotés de [1] à 4.
« Saint-Simoniens : Saint-Simon fait des cartes à jouer révolutionnaires – l'an 2 de la République propose de démolir Notre-Dame – Puis sous la Restauration, maudit la Révolution. » « Enfantin : lettre incroyable à Henri Heine 1836 où il bénit l'Autriche de ce qu'elle <a passé> une main pesante par dessus les Alpes pour comprimer l'Italie. 514 (513). » (bas du fo 208 v°) « "scandaleuse concurrence des cultes" Bazard 1ère année, 2e séance. 518. » (haut du fo 209)

  • 17 Le fo 253 v° reprend OSSE fos 188 et 193 v°, et OSS fos 194 à 195 v° ; le fo 254, OSS fos 196 v° à (...)
  • 18 Les fos 258 et 258 v° (premier tiers) reprennent OSSE fos 188 à 193 v° ; le fo 258 v° (deux tiers i (...)
  • 19 Le feuillet reprend, entre autres, OSS fos 197.
  • 20 Le fo 256 reprend OSSE f » 188 à 190 v° ; le f » 258, OSSE fos 191 à 193 v°, et OSS fos 195 à 196 ; (...)
  • 21 Le fo 266 reprend OSSE fo 188 v » et OSS fo 197 ; le fo  274, SSRSS fo  200.

Sources secondaires
Pour le premier volume ?
— « Socialisme », g226 (7) fo 180. Liste de 25 noms d'auteurs et/ou titres d'ouvrages concernant le socialisme sur lesquels Flaubert a pris des notes. En deuxième place, on trouve la mention : « Saint-Simon et Saint-Simoniens ».
— « Socialisme – Résumé de mes notes », g226 (7) fos 253 à 256.4 feuillets écrits recto et verso, sauf le dernier, et numérotés de [1] à 417.
— « Socialisme – Les socialistes sont catholiques », g226 (7) fos 257 à 259 v°. 3 feuillets écrits recto et verso, et numérotés de [1] à 318.
— « Socialisme », g226 (7) fos 250 et 250 v°. Ensemble de notes fragmentaires contenant les points saillants des doctrines et des pratiques.
— « Esthétique socialiste », g226 (7) fos 251 et 251 v°. La première moitié est constituée d'une « Esthétique saint-simonienne » dont les principes renvoient à la numérotation autographe des notes de Flaubert.
Pour le second volume ?
— « Socialistes, religieux », g226 (5) fo 255 19.
— « Socialistes, théocrates », g226 (5) fos 256, 258 et 27620.
— « Socialisme, esthétique », g226 (5) fos 266 et 27421.

  • 22 Voir, dans la correspondance de l'écrivain, l'insistance sur la « poétique interne » de l'œuvre qu' (...)
  • 23 Voir A. Herschberg Pierrot, « La marge des notes », dans A. Grésillon et M. Werner éds, Leçons d'éc (...)

8La prise de notes n'est pas un geste neutre : elle choisit, elle modifie, elle est orientée par le projet et les intérêts de celui qui l'effectue. C'est particulièrement vrai chez Flaubert où elle privilégie les idées en résonance profonde ou en dissonance complète avec les siennes : les propositions relevées sont bonnes ou mauvaises, intéressantes ou grotesques, toujours selon les critères du lecteur. Il ne cherche pas à rendre compte de la logique d'un système ou à reconstruire la cohérence d'une doctrine, mais plutôt à confirmer ses présupposés personnels. Flaubert paraît donc agir exactement à l'inverse de ce qu'il réclamait de la critique littéraire22. Néanmoins, la prise de notes reste encore au plus près des textes dont elle veut garder mémoire, ne serait-ce qu'en en suivant la structure. Il n'en va plus de même lorsque Haubert, reprenant ses notes, se met à les organiser en fonction de l'œuvre à venir, et pour cela les recopie en brisant l'ordonnancement du livre originel23. Cette opération est la première transformation que subit le matériau documentaire.

9En raison de la double orientation des feuillets contenus dans les dossiers, on est fondé à les classer en deux catégories selon qu'ils sont destinés plus ouvertement au premier ou au second volume. Mais il n'en reste pas moins que la circulation est intense entre les deux, et que nombre de ces feuillets, dits sources secondaires, ont été successivement utilisés pour le premier, puis pour le second volume de Bouvard et Pécuchet. La porosité est d'ailleurs une caractéristique primordiale des dossiers : porosité des destinations, et porosité chronologique de la répartition typologique. En effet, dans la mesure où documentation et écriture se succèdent mais sont aussi menées en parallèle, la catégorisation (notes, scénarios, brouillons...) échoue à retracer une évolution strictement génétique : le « résumé de mes notes » est vraisemblablement postérieur aux scénarios généraux, et les notes pour le second volume ont pu être écrites bien après la rédaction complète du chapitre VI. Chaque ensemble issu de la typologie glisse ainsi sur celui qui lui est directement contigu et est caractérisé par cette essentielle labilité. Il en ira de même entre scénarios généraux et scénarios d'ensemble, et entre scénarios d'ensemble et brouillons.

  • 24 Voir « Les débauches apographiques de Flaubert », dans R. Debray Genette et J. Neefs éds, Romans d' (...)

10Circulation et recopiage incessants sont donc les structures nodales de ce que Raymonde Debray Genette a appelé l'apographisme24 de Flaubert. Dans le cas du saint-simonisme, il met nettement au jour la volonté de traquer les ridicules de la doctrine, ses bizarreries et tous les aspects qui confortent l'écrivain dans l'idée qu'il s'en fait. C'est pourquoi l'exploration préalable des méandres de ce dossier documentaire était nécessaire pour cerner ce qui est chez lui le point de départ de toute représentation.

Saint-Simon, point aveugle dans les scénarios généraux

  • 25 Pour le cadre chronologique, voir par exemple P.-M. de Biasi, ouvr. cité, p. 770-786, ou l'introduc (...)
  • 26 Le plus ancien, et le plus succinct, se trouve dans le Carnet 19. Mais l'essentiel de ces scénarios (...)

11Lorsqu'il décide de se mettre à Bouvard et Pécuchet, Flaubert commence (parallèlement à ses recherches documentaires) par établir, dans ses grandes lignes, la trame du roman tout entier25. Ces pages qui rassemblent la matière à traiter et expérimentent différentes manières de l'organiser, sont appelées scénarios généraux26. Le saint-simonisme n'apparaît pas tout de suite, tandis que le socialisme est d'emblée mentionné, dès le plan succinct du Carnet 19. Mais frappe surtout la difficulté que semble rencontrer Flaubert pour élire le lieu d'exposition du moment socialiste.

12Celui-ci commence en effet par apparaître simultanément dans le chapitre « Politique » (« Socialisme. <systèmes> ») et beaucoup plus loin, après la période religieuse : « <Humanitarisme – Socialisme, ils> essayent de catéchiser. Veulent réhabiliter un forçat. » Dans Rouen III, la double localisation disparaît. Le socialisme est remplacé dans « la Politique » par un « examen des utopies, Platon, Morus, Campanella... », tandis qu'il demeure aux côtés de l'Humanitarisme. Dans Rouen IV, le chapitre politique se vide de toute référence au socialisme : l'examen des utopies émigre vers le socialisme humanitaire qui s'accroît en outre de la première mention explicite du saint-simonisme :

1° <ils étudient les> utopies socialistes.

2° Socialistes positifs : Rousseau, saint-simonisme [...], fouriérisme [...], communisme de Cabet, Louis Blanc, socialisme contemporain, cosmopolitisme niveleur, bénissage démosoc, autolatrie de l'Humanité, dogme du progrès.

  • 27 Ms. Gg10 fo 69 v° ; A. Cento, ouvr. cité, p. xliii.

13Le plan sommaire27 du roman que l'on trouve dans le recueil des scénarios correspond vraisemblablement à cet état de la conception scénarique :

introduction ; I-agriculture [...] ; II-sciences [...] ; III-archéologie histoire ; IV-littérature [...] ; V-politique élections, le droit – le juste ; VI-amours ; VII-philosophie ; VIII-religion ; IX-socialisme ; Copier !

  • 28 A. Cento, ouvr. cité, p. xlvii.

14Le socialisme paraît donc solidement ancré au terme du parcours encyclopédique des deux bonshommes. Ceci est confirmé par le fait que Flaubert a eu l'idée de traiter en parallèle l'éducation que Bouvard et Pécuchet donnent à deux enfants et leur étude du socialisme. En effet, depuis Rouen III, le socialisme doit se solder par une « déception théorique et expérimentale », l'éducation des enfants servant à illustrer l'échec des principes socialistes. Pourtant, dans Rouen VI, le chapitre final est vide de toute référence au socialisme : que s'est-il passé ? Rappelons tout d'abord que les six ensembles scénariques isolés par Cento n'ont pas tous été écrits avant que Flaubert commence la rédaction de son roman, le 1er août 1874. Selon l'éditeur28, il était déjà probable que la fin de Rouen VI ait été écrite après le mois d'août 1877. Mais on peut maintenant repousser ce terminus ad quem. En effet, dans la mesure où le f° 18 ne comporte aucune trace de l'épisode socialiste, et que cette matière est traitée dans le chapitre VI de la version finale, il est nécessaire que l'écriture des scénarios d'ensemble de ce chapitre, voire sa rédaction complète, ait précédé l'écriture des derniers scénarios généraux de la fin du roman. La rédaction du f° 18, au moins, est donc postérieure au mois d'août 1878.

Saint-Simon, fil d'Ariane dans les scénarios d'ensemble

  • 29 Liste des scénarios d'ensemble dans l'ordre génétique d'écriture (tous les folios sont issus du rec (...)

15Au sein des scénarios généraux, on trouve dans le F’17 la trace du transfert de l'épisode socialiste (entièrement barré) du chapitre « Éducation » vers le chapitre « Politique ». Suivons la trace du processus qui a présidé à cette mutation dans la catégorie typologique des scénarios d'ensemble. Celle-ci regroupe des feuillets qui organisent la matière romanesque à l'échelle non plus du roman tout entier, mais d'un seul chapitre. Les dix pages29 ayant trait au socialisme, ou dévoilant son absence, ont été écrites à la fin de l'été 1878. Elles sont sans doute contemporaines de certaines notes documentaires mentionnées dans les sources primaires ou secondaires. Elles accompagnent aussi, par leurs modifications et amplifications successives, toute la durée de la rédaction du chapitre VI. Enfin, elles s'insèrent chronologiquement dans le groupe des scénarios généraux, comme on vient de le voir. Le découpage typologique n'épouse donc jamais strictement celui de la genèse.

16Logiquement, le premier scénario d'ensemble du chapitre « Politique » reprend la matière telle qu'on la trouvait dans le dernier scénario général alors écrit, c'est-à-dire le f° 28 : le socialisme n'y apparaît donc pas. Et il faut attendre le huitième état scénarique pour que le socialisme soit mentionné. Tout d'abord, Flaubert semble avoir du mal à organiser la matière de son chapitre. En effet, il lui faut insérer et unifier dans sa narration trois séries paradigmatiques distinctes, qui sont visibles sur certains folios sous la forme de trois colonnes : dans la marge, la chronologie des événements politiques de 1848 à 1851 ; au centre, le matériau spécifiquement romanesque (les personnages et leur psychologie, les lieux...) ; et enfin sur la droite, les différentes théories ou questions politiques qu'il s'agit d'exposer. Mais la matière résiste, et Flaubert ne parvient pas à trouver le biais qui lui permettrait de les tisser ensemble.

17L'invention d'une scène, esquissée au bas de la page précédente, semble débloquer la situation lors de la septième étape : un déjeuner chez le comte de Faverges va permettre aux opinions réactionnaires des notabilités chavignollaises de s'exprimer. Or la mention de cette scène est précédée par : « Bouvard et Pécuchet à mesure que la Réaction s'avance s'éprennent de plus en plus du droit et de la liberté. » Le repas est donc conçu comme un repoussoir idéologique pour les deux bonshommes. Néanmoins, l'équilibre trouvé n'est pas encore satisfaisant car, comme le souligne la phrase (à mi-chemin entre la notation scénarique et la note de régie) qui vient alors sous la plume de l'écrivain : « Tous sont pour la tyrannie, socialistes, monarchistes, bonapartistes. » Or jusque-là, le sort des socialistes n'a pas encore été réglé dans le roman.

  • 30 C'est-à-dire « la lourde charretée des écrivains socialistes », comme Flaubert les définit dans l'É (...)
  • 31 C'est à ce moment que la matière socialiste est barrée dans le fo 17 du recueil gg10.

18En outre, avant que l'examen des différentes chapelles socialistes ne soit de nouveau à l'ordre du jour, Saint-Simon a quant à lui refait surface, et ceci dans un contexte pour le moins surprenant. En effet, dans le f° 643, pour marquer les progrès de la Réaction en 1850, Flaubert écrit : « on demande "un Sauveur" <– théorie saint-simonienne des hommes providentiels>. » Cette idée est directement tirée des notes prises sur l'ouvrage de Delord, dont Flaubert se sert à ce moment pour mettre en place la chronologie de son chapitre. On peut alors se demander si ce ne serait pas justement le surgissement de cette mention (à caractère pourtant purement illustratif) qui aurait permis de rétablir un équilibre jusque-là défaillant : l'amour du droit et de la liberté que développent Bouvard et Pécuchet va être opposé non seulement à la Réaction grandissante, mais aussi, en miroir, aux différents systèmes socialistes que le nom de Saint-Simon entraîne à sa suite30, et qui réapparaissent en effet dans le huitième état scénarique31 : « Socialisme, saint-simoniens, fouriéristes, etc. Cabet. Tous tyrans et donnant les mêmes arguments que les monarchistes (ont donné dans le déjeuner). »

19Flaubert construit alors un dispositif d'oppositions terme à terme qui affecte l'espace (le château de Faverges/la maison des bonshommes), le personnel romanesque (la réunion de tous les notables/la solitude de Bouvard et Pécuchet), le contexte (le déjeuner animé/l'étude calme), et, bien sûr, les idéologies (la Réaction/le Socialisme). Mais la conjugaison de tous ces antagonismes ne sert qu'à mieux mettre en évidence une irréductible communauté de vues que Ton trouve le plus clairement exprimée dans le dernier état scénarique (après l'examen des différents systèmes socialistes) : « en résumé : tous sont pour la tyrannie du peuple – comme les réactionnaires le sont pour celle d'un homme. » Le contraste sert de miroir.

20De cette difficile mise en place scénarique, on peut tirer deux enseignements. Tout d'abord, bien que les tentatives aient été légion, Flaubert n'est pas parvenu à mettre en scène la Réaction sans lui opposer simultanément ce qu'il considère comme son inséparable alter ego, à savoir le socialisme, ce qui Ta amené à bouleverser les scénarios généraux de la fin de son roman. Ensuite, c'est l'illustration d'un principe réactionnaire par un aspect de la doctrine saint-simonienne qui a permis l'émergence de cette structure en miroir. Les deux idéologies vont donc être construites Tune en regard de l'autre, mais dans le but premier de manifester leur concordance souterraine de moyens et de finalités. À ce stade de la genèse, les idées personnelles de l'homme-Flaubert organisent donc encore la matière scénarique.

Exposition du saint-simonisme dans les brouillons

  • 32 Cinq pages de brouillons : g225 (6) fo 702 v°, fo 716 (tête-bêche), fo 705 v°, fo 703 v° et fo 702  (...)
  • 33 La transcription – semi-diplomatique – respecte les graphies de Flaubert et les codes donnés plus h (...)

21Tant qu'il en était aux scénarios d'ensemble, Flaubert ne s'est pas replongé dans ses notes de lecture sur les saint-simoniens. Il s'est uniquement servi de ce qu'il a trouvé par hasard dans Delord et, évidemment, de ce qu'il a retenu de ses immenses lectures, de ce qui a servi à forger son opinion. Au dernier stade scénarique, voici le paragraphe consacré au saint-simonisme : « Chez les Saint < dans le saint > Simoniens< sme >, manie < tocade > religieuse. < les apôtres, "l'église de Lyon" > – La première place < donnée > aux hommes d'argent – théorie des hommes providentiels. » Mais quand arrive le moment de rédiger l'épisode saint-simonien, l'écrivain ouvre ses dossiers, réunit ses documents, et il ne lui faudra pas moins de neuf nouvelles pages32 pour aboutir au paragraphe tel qu'il a été cité dans l'introduction. En effet, contrairement à ce qui s'était passé entre le dernier scénario général et le premier scénario d'ensemble, il n'y a plus rien de commun entre le dernier scénario d'ensemble et le premier brouillon (f° 702 v°) dont la transcription33 suit :

Saint- Simonisme
1 <un Pape au sommet> La dio Plus de distinction entre le spirituel le temporel.
2 <Au sommet de la Société> Le Père, à la fois Pape Α Empereur. Ainsi cessera la lutte de l'esprit Α de la chair, la distinction entre le spir. α le temp. M
3 3 classes <po…> savants – artistes – industriels
4 l'affection est sera le lien des sociétés
5 <Les St Simoniens croient à l'inégalité naturelle ;. :...> chacun prend son rang en raison de sa capacité et chaque capacité est servie suivant ses œuvres. <"-à chacun selon sa capacité, à chaque capacité selon ses œuvres, (id) – ainsi pas d'égalité>
6 <[objection :> pas de refuge contre le <son> despotisme, puisque la famille α la propriété ont cessé d'exister.]

7 « étudier la marche de l'esprit humain p. travailler ensuite au perfectionnement de la civilisation, tel fut mon but » St Simon.
8 « Christ nouveau, il doit ceindre la couronne d'épines » (id)
9 -St Simon, le Pouvoir opirituel aux mains de »savants—pouv. tempo rel aux propriétaires, p. salaire aux gouv. la considération
10 la hiérarchie de
11 La Religion <ψ toute morale> doit diriger la société vers l'amélioration la plus rapide possible du sort de la classe la plus nombreuse α la plus pauvre. <-plus d’… ! a
12 [comment régler la hiérarchie· en faudrait que <[XX> les privilégiés du génie] voulussent commander a que les autres se résignassent à obéir, λ
13 [Songe de St Simon. « Charlemagne m'est apparu en songe α m'a dit » (... p. 418) « ma mission est divine »]
14 l'idée d'un parlement Européen.
15 <N M que> Tous les instrumens de travail, terres a capitaux soient réunis en un fond social a exploités par association α hiérarchiquement. <com. organiser la hiérarchie il faut que. X> <-chacun ocra placé a récompensé suivant son mérite. si les h. do génie veulent gouv. si les... veul. obéir>;
16 <λ> – quant au mode de répartition du fond social dans toute la famille humaine = 800 mill. d'individus... L... 364 trois mille 64 langues, les pères s'en chargeront <;ψ>;
17 – le mariage prostitution légale. – émancipation de la femme. <-La religion réduite à la morale ψ>

18 – Les industriels chargés de l'administration de la fortune publique -
19 La classe industrielle doit s'allier avec les nobles a les bourgeois – α s'organiser en parti politique
20 Avènement des banquiers, ère du crédit. St Simon Catéch. polit, des industriels
21 – Les travaux des publicistes, soumis avant d'être imprimés à l'examen d'un comité d'industr. (id)
22 éloge de LXIV. Haine du libéralisme.
23 – exalte l'industrie aux dépens de l'agriculture, à l'inverse de Rousseau-
24 – organiser 1er commune comme l'armée – abolition de l'héritage
25 <ψ. tyrannie, car-> le Père—le chef, <mais non> rien à craindre, puisque c'est <;on sera gouverné par le Père c'est à dire par>; celui qui aime le plus.
26 attente d'un Sauveur. Le P. Enfantin est l'idéal de l'Homme.

  • 34 Fo 271 pour les points 1 à 5, et fo 270 pour le point 6.
  • 35 Voir sa lettre du 26 juillet 1878 : « Achetez donc le Dictionnaire de politique, en deux gros volum (...)
  • 36 Fos 253 v° et 254.
  • 37 Biographie universelle, ancienne et moderne, ou Histoire par ordre alphabétique de la vie publique (...)
  • 38 Tome 57 du Supplément, p. 340-350 (1834). Article signé des initiales « V-ve », c'est-à-dire Villen (...)

22La matière rassemblée provient d'au moins trois sources hétérogènes. Les paragraphes 1 à 6 sont la copie exacte des notes prises sur le Dictionnaire de Block34 dont Taine avait recommandé la lecture à Flaubert35. Les numéros 18 à 26 sont issus du « Résumé de mes notes36 », c'est-à-dire de la réutilisation des travaux effectués pour L'Éducation sentimentale. Les paragraphes 15 à 17, quant à eux, résultent d'une recherche menée par l'écrivain dans un ouvrage encyclopédique qui lui appartenait et dont il affectionnait la consultation : la Biographie universelle de Michaud37. Il s'agit de l'article Bazard38. Peut-être les paragraphes non identifiés proviennent-ils eux aussi d'autres articles de cet ouvrage.

23Ce qui frappe à la lecture de cette page, c'est d'abord le désordre, l'hétérogénéité et le caractère fragmentaire des éléments retenus par Flaubert. Dans chacun des trois blocs, on trouve pêle-mêle des aspects sociaux, économiques et religieux. Certains soulignent le côté grotesque et exalté du système. Néanmoins, l'écrivain n'a pas exagérément privilégié cette facette, comme la lecture de l'ensemble des notes documentaires aurait pu le laisser craindre. Car on trouve aussi nombre de principes économiques transcrits avec exactitude. Mais le problème vient évidemment de ce que ces points de doctrine sont extraits de leur contexte argumentatif, et qu'ils perdent ainsi tout caractère démonstratif. Le choix qu'opère Flaubert dans ses notes de lecture en vue de la rédaction met alors au jour un discours saint-simonien dont la logique a été défaite, et dont un certain nombre de principes ont été arbitrairement isolés. Or l'écrivain part de ce composé pour représenter la doctrine, car il va reconstruire la logique de son discours selon des principes uniquement esthétiques.

  • 39 Voir P.-M. de Biasi, « Flaubert et la poétique du non-finito », dans L. Hay éd., Le Manuscrit inach (...)
  • 40 Voir, p. 237 de l'édition de référence, le paragraphe qui nous intéresse, et deux mentions plus rap (...)

24Tout d'abord, la matière rassemblée subit une réduction drastique selon différentes modalités. La première est propre à l'économie rédactionnelle de Flaubert39. La seconde vient de ce que l'épisode saint-simonien connaît, au cours de la rédaction, une fragmentation. Dans la version finale, il est mentionné dans trois lieux textuels différents40. Certaines notations sont donc barrées ici, mais pour être réintroduites en aval, plus bas dans le processus de rédaction. En revanche, certains points disparaissent complètement. Il s'agit, par exemple, des aspects peut-être trop ouvertement grotesques, comme la présomption, soulignée par Villenave, de parvenir à répartir le fonds social entre huit cent millions d'individus.

25Une autre constante de la rédaction vise à relier l'aspect encyclopédique du roman avec la psychologie de ses personnages. Il faut donc que ceux-ci réagissent à l'exposé de la doctrine, qu'ils s'inscrivent à la fois comme agents de la recherche et comme récepteurs de son contenu. Flaubert y pourvoit dès le f° 705 v°, puisqu'apparaît simultanément en deux endroits de la page, mais toujours à la suite de « l'attente de la femme », l'échange de répliques, clair et concis (« Comprends pas – ni moi »), qui subsistera jusqu'à la version définitive. La matérialité des voix, pourtant porteuse d'un contenu intellectuel minimal, sera le contrepoint suffisant à tout l'échafaudage doctrinal précédant, tel le rideau qui tombe brusquement à la fin d'un acte.

26Car, pour Flaubert, l'essentiel du travail consiste à reconstituer, à partir de notes fragmentaires et orientées selon ses propres présupposés, une apparence de système, cohérent dans sa formulation, mais juste assez pour que le verdict de complète incompréhension émis par Bouvard et Pécuchet le fasse éclater en mille morceaux. L'illusion de cohérence est d'abord donnée grâce à un artifice descriptif. Débutant par une locution spatiale, comme s'il s'agissait de décrire un tableau et qu'on eût choisi de commencer par le haut, le paragraphe prend appui sur une dimension verticale (« au sommet », « hiérarchiquement ») que les différentes étapes rédactionnelles vont s'employer peu à peu à confirmer. À plusieurs reprises, Flaubert a en effet été tenté de commencer par l'un des principes essentiels de la doctrine saint-simonienne : « son but est de tendre à l'amélioration [...] » (f° 716), ou « Elle a pour devise à chacun suivant [...] » (f° 702). Mais il est toujours revenu à l'affirmation hiérarchique première. Ainsi, la logique narrative de la description mime la cohérence rationnelle du système, s'en imprègne subrepticement et finit par la remplacer. À cela ne nuit pas l'ouverture finale sur l'avenir, qui substitue à l'orientation spatiale verticale un processus temporel (présent/futur) : « De l'arrivée de la femme dépend le salut du monde. »

  • 41 D'ailleurs, dans certains brouillons, l'objection est placée dans la bouche de Bouvard : « Mais <dit Bouvard>, c</dit> (...)

27On note aussi une sorte de perversion du mode d'énonciation. L'emploi du présent de vérité générale, les phrases nominales, l'enchaînement paratactique des propositions et l'extrême morcellement du discours imposent paradoxalement l'évidence de sa rationalité, et concourent à affirmer, avec d'autant plus de force que l'argumentation en est absente, la logique implacable du système. On songe à un résumé notarial, à une note administrative dont l'autorité, posée sans avoir à être prouvée, ne saurait être démentie. D'ailleurs, tout au long des brouillons, l'écrivain a maintes fois été tenté de reconstruire, à force d'adverbes et de conjonctions, la cohérence argumentative des propositions retenues, tentatives qui se sont toutes soldées par des ratures (voir particulièrement le f° 702). Car le procédé argumentatif logique revenait à souligner le fait que ces propositions, extraites de leur système d'origine, ne peuvent plus se déduire rigoureusement les unes des autres. Dernier subterfuge utilisé par Flaubert, le procédé de l'objection soulevée et aussitôt réfutée, qu'il trouve dans la doctrine saint-simonienne elle-même : « Les industriels gouverneront la fortune publique. Mais rien à craindre ! on aura pour chef "celui qui aime le plus" ». Cependant, réduite à sa portion congrue, l'explication n'explique plus rien et donne seulement l'illusion fugitive que le système est ouvert aux objections41, alors qu'elle le montre verrouillé par une réponse autoritaire coupant court à toute discussion.

  • 42 Flaubert lui-même, au début de sa carrière, n'a-t-il pas eu un – bref ! – instant d'hésitation rela (...)
  • 43 Voir J. Neefs : « Le récit désapproprie les discours, les raisonnements, en les faisant apparaître (...)
  • 44 Sur cette notion, voir Raymonde Debray Genette : « "plastique" [...] est de ces mots [...] chargés (...)

28La représentation de la doctrine saint-simonienne repose donc sur un subtil équilibre. Elle est à la fois suffisamment fidèle, grâce à la documentation accumulée, pour en donner une image juste et convaincante, et à la fois suffisamment évidée de toute relation logique véritable pour que le système chancelle à la moindre secousse. La fiction mime ainsi la puissance d'attraction que Flaubert reconnaît au saint-simonisme. En tant que système organisant le monde, il exerce une séduction sur l'esprit humain et recèle, aussi infime soit-elle, une part de vérité, celle qu'y ont en tout cas trouvée certains hommes en en faisant l'objet de leur désir de croire42. Mais simultanément, par le comique, la fiction en montre les limites43. Elle acquiert ainsi le statut de synthèse critique du seul fait de sa représentation plastique44.

Complexité de Saint-Simon. Invitation au rêve de Fourier

29Mais le travail de Flaubert ne s'arrête pas là. La doctrine saint-simonienne n'est pas un fragment isolé : son interprétation dans le roman dépend de ce qui la précède et de ce qui la suit, un ensemble et un système de relations qui constituent en fait la véritable exposition. Intéressons-nous donc à l'amont et à l'aval du saint-simonisme, volontairement passés sous silence jusqu'ici. On a vu précédemment que le socialisme tout entier avait été inséré dans le chapitre « Politique » pour servir à la fois de miroir et de repoussoir à la Réaction. Mais le saint-simonisme n'est qu'un élément, parmi d'autres, du courant socialiste. Il fonctionne lui-même en système avec l'autre grande doctrine traitée par Flaubert, le fouriérisme. Or, on s'aperçoit que les deux exposés sont construits eux aussi sur une structure d'oppositions. L'aspect excessivement rationnel et rectiligne de la doctrine saint-simonienne laisse la place à un foisonnement idyllique, dont voici le cœur : « Chaque matin, des voitures emmènent les travailleurs dans la campagne, et les ramènent le soir. On porte des étendards, on se donne des fêtes, on mange des gâteaux. »

  • 45 Ph. Régnier souligne en effet que la fiction n'est pas un procédé fréquent dans les écrits de Fouri (...)

30Mais en réalité, un même procédé se fait jour. Tout comme le premier, grâce au modèle pictural, présentait l'aspect d'un système intellectuel cohérent mais fragile, le second, plus proche du dessin animé, décrit une tranche de vie en communauté sous des dehors trop riants pour ne pas être illusoires. Afin de mettre ce caractère utopique en valeur, Flaubert use d'une fictionnalisation originale45. La théorie de Fourier est présentée par l'intermédiaire d'un micro-récit dont l'univers fictionnel surgit du néant avec une vivacité et une force qui n'ont d'égale que la rapidité de son évanouissement. Le sérieux (feint), la sécheresse indéniable, la puissance dramatique de dévoilement de l'exposé saint-simonien, ne prennent donc tout leur sens que par contraste avec l'emportement fictionnel souriant du système fouriériste.

Le mystérieux cas Morant

  • 46 L'hypothèse avait déjà été émise par A. Cento, Commentaire de Bouvard et Pécuchet, publié par L. Ca (...)
  • 47 Liste dans l'ordre génétique : g225 (6) fos 700, 699, 686 v°, 690 v°, 694 v°, 698, 721 v°, 695, 715 (...)

31Cependant, le caractère fictionnel du traitement de la première doctrine socialiste n'est pas moins affirmé que celui de la seconde. La fictionnalisation emprunte seulement un autre biais. Qui est ce Morant, dont Flaubert fait étudier l'Examen du socialisme à ses personnages ? Le dossier documentaire, on l'a vu, n'en fait jamais mention, et le Catalogue des imprimés de la Bibliothèque nationale, comme ses fichiers manuscrits, gardent le même silence... On peut donc supposer que cet auteur et son ouvrage sont pure invention de la part de Flaubert46. L'examen des brouillons47 concernant la fin de l'épisode précédent (Rousseau) confirme cette hypothèse : le livre est d'abord nommé « Manuel » avant de devenir « Examen du Socialisme » ; il est successivement attribué à « x », Jules Lebreton, Athanase M., Chamborant, Théodore, Isidore, puis Charles Mathieu, et enfin Vilmorant, transformé en Louis Morant, dont ne subsistera finalement que le patronyme.

  • 48 Voir J.-P. Moussaron, « Une étrange greffe », Flaubert et le Comble de l'art. Nouvelles recherches (...)

32Pourquoi Flaubert a-t-il eu recours à cette supercherie ? La volonté de tromper le lecteur ne peut être complètement écartée, car d'autres titres fictifs apparaissent dans le roman48. Beaucoup plus importante est cependant la structure générique de l'ouvrage choisi, c'est-à-dire un manuel. Or qui dit manuel, dit examen global d'un domaine (ce qui permet d'en souligner, au-delà de la diversité, les points communs, et d'opposer ici le Socialisme à la Réaction), mais aussi séparation en chapitres (donc traitement différencié et circonstancié des composantes), et enchaînement rapide et naturel des matières, du seul fait du passage d'un chapitre au suivant. Aussi est-ce là un moyen commode d'examiner successivement plusieurs doctrines pour un écrivain qui se plaignait de la difficulté des transitions... D'ailleurs, entraîné par la forme générique retenue, Flaubert a brièvement été tenté de la « mimer », en développant, outre les deux chapitres prévus, une Introduction qui aurait passé en revue les utopies de More, Campanella, et autres, à l'image des articles pris en note dans le Dictionnaire de Block...

33Redoublement et ostentation de la fiction, Morant et son Examen du socialisme sont peut-être le symbole – à usage privé – de ce qu'est la représentation pour Flaubert. Du manuel fictif dépend la représentation fictionnelle de l'idéologie ; la fiction d'œuvre est elle-même productrice de fiction et elle introduit sous le couvert d'un pseudonyme la reconstruction plastique qu'a faite Flaubert du saint-simonisme. Parallèlement, son anti-socialisme personnel, celui qui le guidait lors de la prise de notes et informait encore la mise en place scénarique, s'est transformé au cours de la genèse. Parce que l'écrivain la montre à la fois dépositaire d'une puissance certaine de conviction et porteuse de nombreuses limites, la doctrine n'a plus une valeur antérieure ou un sens extérieur à sa représentation, à son passage dans et par la fiction, laquelle est dorénavant en charge de la penser. Valeur et sens ne peuvent donc émerger que d'une prise en compte globale des différentes facettes de la fiction et des rapports qu'elles entretiennent.

  • 49 Lettre à Mme Roger des Genettes de l'été 1864, citée dans l'introduction.

34Pour finir, notons que le mode d'exposition choisi pour le saint-simonisme est le résumé. Or Flaubert avait affirmé, et ce justement à propos des théoriciens socialistes, se méfier du procédé : « Je viens d'avaler Lamennais, Saint-Simon, Fourier et je reprends Proudhon d'un bout à l'autre. Si on veut ne rien connaître de tous ces gens-là, c'est de lire les critiques et résumés faits sur eux ; car on les a toujours réfutés ou exaltés, mais jamais exposés49 ». Il faudra donc en conclure que la fiction a pour vertu de rendre « exposants » les résumés. Ou plus exactement, que les résumés conçus de manière à rendre plastique une théorie, c'est-à-dire selon des principes exclusivement esthétiques, permettent seuls une véritable exposition. Ils parviennent alors à présenter simultanément « le dessous et le dessus » des choses, comme Flaubert le demandait.

Notes

1 Lettre à Louise Colet du 6 avril 1853, Correspondance, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, tome II, 1980, p. 298 (c'est l'auteur qui souligne).

2 Voir la lettre à Mme Roger des Genettes de l'été 1864 : « Le grand maître de Saint-Simon était M. de Maistre » ; ouvr. cité, tome III, 1991, p. 402.

3 Pour un aperçu des rapports conflictuels qu'entretenait Flaubert avec le socialisme, voir K. Ogura, « Le discours socialiste dans l'avant-texte de L'Éducation sentimentale », Revue des Lettres modernes, « Flaubert 4 », Minard, 1994 ; et S. Dord-Crouslé, « Les métamorphoses de Gorgu dans Bouvard et Pécuchet. Une critique flaubertienne rusée de 1848 », dans H. Millot et C. Saminadayar-Perrin éds, 1848, une révolution du discours, coll. « Lieux littéraires », IV, Saint-Étienne, Éditions des cahiers intempestifs, 2001. Aux aspects spécifiquement politiques s'ajoute la manière – en tous points opposée à celle de Flaubert – dont les socialistes considèrent l'art et les artistes (pour le saint-simonisme, voir Ph. Régnier, « L'institution et son en-dehors. La critique littéraire des saint-simoniens », dans M. Espagne et M. Werner éds., Philologiques I, Maison des sciences de l'Homme, 1990, particulièrement p. 213-226).

4 Bouvard et Pécuchet, avec des fragments du « second volume », dont le Dictionnaire des idées reçues, éd. de S. Dord-Crouslé, coll. « GF », Flammarion, 1999, p. 237-238.

5 Sur la typologie des carnets de Flaubert, voir l'édition de P.-M. de Biasi, Les Carnets de travail de Gustave Flaubert, Balland, 1988.

6 À l'exception des carnets (Bibliothèque historique de la ville de Paris), tous les manuscrits mentionnés ici sont conservés à la bibliothèque municipale de Rouen sous les cotes g226 (1) à (8) pour les « Dossiers » (2215 feuillets), ggl0 pour les scénarios (72 feuillets), g225 (1) à (9) pour les brouillons (1203 feuillets), et g224 (1) et (2) pour le manuscrit dit définitif (300 feuillets).

7 Sur le fonctionnement complexe des dossiers et le « second volume », voir C. Mouchard et J. Neefs, « Vers le second volume : Bouvard et Pécuchet », Flaubert à l’œuvre, Flammarion, 1980 ; J. Neefs, « Noter, classer, briser, montrer, les dossiers de Bouvard et Pécuchet », dans B. Didier et J. Neefs éds, Penser, classer, écrire de Pascal à Perec, Presses universitaires de Vincennes, 1990 ; A. Herschberg Pierrot, « Les dossiers de Bouvard et Pécuchet », The Romanic Review, 86-3, mai 1995 ; et notre introduction aux « Fragments pour le "second volume" », dans l'édition du roman.

8 Pour constituer ce dossier, je me suis appuyée sur les travaux d'A. Cento (Il realismo documentario nell Éducation sentimentale, Napoli, Liguori, 1967, particulièrement p. 82-86), L. Caminiti Pennarola (« Il socialismo nel "dossier" del Sottisier », dans Flaubert e il pensiero del suo secolo, Messina, Université di Messina, 1985), et J. Neefs (« Noter, briser... », art. cité, p. 78-83). Ce dossier est restreint au seul domaine saint-simonien, et vise à reconstituer, dans une perspective délibérément téléologique, la genèse complète d'un paragraphe, des notes de lecture documentaires au texte rédigé. Pour chaque ensemble de notes, je commence par transcrire les renseignements bibliographiques relevés par Flaubert à propos de l'ouvrage consulté. Je respecte scrupuleusement leur forme souvent lacunaire et fautive. Puis, je localise et décris, si nécessaire, les feuillets manuscrits. Pour les œuvres sources, je fournis, entre crochets, une abréviation qui permet d'indiquer plus rapidement les réemplois de l'écrivain. Il était impensable de transcrire la totalité de ces notes, particulièrement abondantes pour les sources primaires. Mais j'ai reproduit les passages inédits afférents au saint-simonisme dans les ouvrages critiques. Les transcriptions sont linéarisées, l'orthographe et la ponctuation normalisées, les abréviations éliminées. Les ajouts sont encadrés par des signes diacritiques : <ajout> ; les ratures apparaissent directement : rature.

9 Voir A. Cento, ouvr. cité, p. 85, no 24.

10 Voir A. Cento, ouvr. cité, p. 85, nos 25 et 26 (2 livraisons en 1 vol. in-8°, 1832).

11 Le feuillet 196 n'a pas été relié dans l'ordre logique d'écriture. Il faut lire : 195 v°-196 v° – 196-197.

12 Cette partie a été transcrite et publiée par K. Ogura, art. cité, p. 21-42.

13 Voir A. Cento, ouvr. cité, p. 85-86, nos 27, 28 et 29.

14 Voir P.-M. de Biasi, ouvr. cité, p. 342-345.

15 Voir P.-M. de Biasi, ouvr. cité, p. 338-341.

16 L'ouvrage se trouvait dans la bibliothèque de Flaubert à sa mort (voir P.-M. de Biasi, ouvr. cité, p. 954).

17 Le fo 253 v° reprend OSSE fos 188 et 193 v°, et OSS fos 194 à 195 v° ; le fo 254, OSS fos 196 v° à 197, et SSRSS fos 198 ν° à 204 ; le fo 254 v°, SSRSS fos 201 à 203, et les périodiques cités.

18 Les fos 258 et 258 v° (premier tiers) reprennent OSSE fos 188 à 193 v° ; le fo 258 v° (deux tiers inférieurs), OSS fos 194 à 197, et SSRSS fos 200 à 203.

19 Le feuillet reprend, entre autres, OSS fos 197.

20 Le fo 256 reprend OSSE f » 188 à 190 v° ; le f » 258, OSSE fos 191 à 193 v°, et OSS fos 195 à 196 ; le fo 276, OSS fos 196 à 197, SSRSS f » 201 à 204 et OSSE fo  192 v°.

21 Le fo 266 reprend OSSE fo 188 v » et OSS fo 197 ; le fo  274, SSRSS fo  200.

22 Voir, dans la correspondance de l'écrivain, l'insistance sur la « poétique interne » de l'œuvre qu'il faut trouver.

23 Voir A. Herschberg Pierrot, « La marge des notes », dans A. Grésillon et M. Werner éds, Leçons d'écriture – ce que disent les manuscrits, Minard, 1985.

24 Voir « Les débauches apographiques de Flaubert », dans R. Debray Genette et J. Neefs éds, Romans d'archives, Presses universitaires de Lille, 1987.

25 Pour le cadre chronologique, voir par exemple P.-M. de Biasi, ouvr. cité, p. 770-786, ou l'introduction à l'édition de référence, ouvr. cité, p. 16-24.

26 Le plus ancien, et le plus succinct, se trouve dans le Carnet 19. Mais l'essentiel de ces scénarios est regroupé dans le recueil gg10 de Rouen, qu'A. Cento a publié et classé chronologiquement dans son Édition critique de Bouvard et Pécuchet, précédée des scénarios inédits (Naples, Istituto universitario orientale, et Paris, Nizet, 1964). Je suis ici son classement qui répartit les ensembles scénariques du plus ancien (Rouen I) au plus récent (Rouen VI). Voici la liste, selon l'ordre génétique d'écriture, des feuillets de scénarios généraux concernant le moment socialiste : Carnet 19 fo 41 (ouvr. cité, p. 297-298) ; gg10 fos 3 et 4 (Rouen I, ouvr. cité, p. 8-13), fo 25 (Rouen II, ibid., p. 15-18), fos 35 et 36 (Rouen III, ibid., p. 28-34), fos 14, 16 et 17 (Rouen IV, ibid., p. 60-71), fo 24 (Rouen V, ibid., p. 88-89), et enfin, fos 28 et 18 (Rouen VI, ibid., p. 98-101 et p. 111-114).

27 Ms. Gg10 fo 69 v° ; A. Cento, ouvr. cité, p. xliii.

28 A. Cento, ouvr. cité, p. xlvii.

29 Liste des scénarios d'ensemble dans l'ordre génétique d'écriture (tous les folios sont issus du recueil g225 (6)) : 1- fo 614, 2- fo 632, 3- fo 684, 4- fo 672, 5- fo 673, 6- fo 643, 7- fo 618 v°, 8- fo 620 v°, 9- fo 656 v°, 10-fo 713 v°. Seul le premier scénario s'étend sur un seul feuillet. À partir du deuxième, j'ai uniquement cité la page qui traite du socialisme, ou qui, au contraire, en manifeste l'absence.

30 C'est-à-dire « la lourde charretée des écrivains socialistes », comme Flaubert les définit dans l'Éducation sentimentale...

31 C'est à ce moment que la matière socialiste est barrée dans le fo 17 du recueil gg10.

32 Cinq pages de brouillons : g225 (6) fo 702 v°, fo 716 (tête-bêche), fo 705 v°, fo 703 v° et fo 702 ; trois pages de mise au net : g225 (6) fos 715 v° et 711 v° qui s'enchaînent, et fo 701 ; et une page de manuscrit définitif : g224 fo 135.

33 La transcription – semi-diplomatique – respecte les graphies de Flaubert et les codes donnés plus haut. Les numéros (1 à 26) ne sont pas autographes, mais ont été ajoutés pour faciliter le commentaire.

34 Fo 271 pour les points 1 à 5, et fo 270 pour le point 6.

35 Voir sa lettre du 26 juillet 1878 : « Achetez donc le Dictionnaire de politique, en deux gros volumes, de Maurice Block. Impossible de voir un plus beau charivari d'abstractions et de grands mots » (citée par A. Compagnon, La Troisième République des Lettres. De Flaubert à Proust, Le Seuil, 1983, p. 290 ; et redonnée par B. Donatelli, Flaubert e Taine. Luoghi e tempi di un dialogo, Roma, Nuova Arnica Editrice, 1996, p. 194).

36 Fos 253 v° et 254.

37 Biographie universelle, ancienne et moderne, ou Histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes qui se sont fait remarquer..., Michaud frères, 1811-1830 (55 vol.), et Supplément, 1834-1862 (30 vol.).

38 Tome 57 du Supplément, p. 340-350 (1834). Article signé des initiales « V-ve », c'est-à-dire Villenave. Voici le texte à l'origine des extraits relevés par Flaubert : Au mois d'octobre 1830, Bazard et Enfantin firent imprimer sous le titre de : Religion saint-simonienne, une Lettre à M. le président de la chambre des députés. [...] ils se bornent donc, disent-ils, à poursuivre la destruction de l'héritage. « Ils demandent que tous les instruments du travail, les terres et les capitaux, qui forment aujourd'hui le fonds morcelé des propriétés particulières, soient réunis en un fonds social, et que ce fonds soit exploité par association et hiérarchiquement, de manière à ce que la tâche de chacun soit l'expression de sa capacité, et la richesse, la mesure de ses œuvres. » [...1 Ce n'était pas la loi agraire, c'était pis encore ; ce n'était pas l'égalité, mais l'inégalité et l'aristocratie dans la misère. Et quant au mode de répartition du fonds social dans toute la famille humaine, se composant d'environ huit cent millions d'individus répartis dans le monde [...], MM. Bazard et Enfantin devaient se charger de ce petit travail dont l'exécution ne leur paraissait ni impossible, ni difficile, nonobstant les trois mille soixante-quatre langues qui, selon Adelung, sont parlées sur le globe [...]. Quant aux femmes, Bazard et Enfantin déclarent à la chambre des députés ne vouloir que leur complète émancipation, mais sans prétendre abolir la sainte loi du mariage, proclamée par le christianisme [...J. Mais comment entendent-ils ce que sera désormais le mariage sous leur pontificat ? « La religion de Saint-Simon, disent-ils, ne vient mettre fin qu'à ce trafic honteux, à cette prostitution légale, qui, sous le nom de mariage, etc. »

39 Voir P.-M. de Biasi, « Flaubert et la poétique du non-finito », dans L. Hay éd., Le Manuscrit inachevé, CNRS, 1986.

40 Voir, p. 237 de l'édition de référence, le paragraphe qui nous intéresse, et deux mentions plus rapides, p. 240.

41 D'ailleurs, dans certains brouillons, l'objection est placée dans la bouche de Bouvard : « Mais <dit Bouvard>, c'est l'exaltation de l'Épicerie ! Rien à craindre... » (fo 703 v°).

42 Flaubert lui-même, au début de sa carrière, n'a-t-il pas eu un – bref ! – instant d'hésitation relatif au jugement qu'il convenait de porter sur le socialisme : « J'ai lu à Jérusalem un livre socialiste (Essai de philosophie positive, par Aug. Comte). [...] Il y a là-dedans des mines comiques immenses, des Californies de grotesque. Il y a peut-être autre chose aussi. Ça se peut. Une des premières études auxquelles je me livrerai à mon retour sera certainement celle de toutes "ces déplorables utopies qui agitent notre société et menacent de la couvrir de ruines" » (lettre à Bouilhet du 4 septembre 1850, ouvr. cité, tome I, p. 679).

43 Voir J. Neefs : « Le récit désapproprie les discours, les raisonnements, en les faisant apparaître sur un théâtre où ils acquièrent à la fois raideur et malléabilité, autorité et inconsistance » (« La nuit de Noël. Bouvard et Pécuchet », Revue des lettres modernes, « Flaubert 3 », Minard, 1988, p. 36-37).

44 Sur cette notion, voir Raymonde Debray Genette : « "plastique" [...] est de ces mots [...] chargés de masquer en même temps que de résoudre dans le langage théorique les contradictions de Flaubert : honorer le scientisme de l'historien, cultiver l'esthétique du peintre, préserver les droits du romancier » (Métamorphoses du récit, Seuil, 1988, p. 192).

45 Ph. Régnier souligne en effet que la fiction n'est pas un procédé fréquent dans les écrits de Fourier : « Quant à Fourier, qui serait le plus proche du genre utopique proprement dit, ses descriptions d'avenir sont limitées à des fragments faisant fonction d'hypotypose au sein de ses développements théoriques. » (« La mise en roman d'une utopie : Le Voyage en Icarie de Cabet », Dix-neuf/Vingt, no 3, mars 1997, p. 178). Cependant, Flaubert ne semble pas avoir eu une connaissance de première main des écrits de Fourier : il les lit à travers l'ouvrage de Mme Gatti de Gamond, Fourier et son système (g226 (7) fo 205 à 206 v°).

46 L'hypothèse avait déjà été émise par A. Cento, Commentaire de Bouvard et Pécuchet, publié par L. Caminiti Pennarola, Naples, Liguori, 1973 (p. 83) ; et reprise par cette dernière, art. cité, p. 75.

47 Liste dans l'ordre génétique : g225 (6) fos 700, 699, 686 v°, 690 v°, 694 v°, 698, 721 v°, 695, 715 v° et 701 ; et g224 fo 135.

48 Voir J.-P. Moussaron, « Une étrange greffe », Flaubert et le Comble de l'art. Nouvelles recherches sur Bouvard et Pécuchet, SEDES-CDU, 1981, p. 89. En outre, dans un scénario, on trouve la note de régie : « Donner des indications bibliographiques fausses » (gg10 fo 5).

49 Lettre à Mme Roger des Genettes de l'été 1864, citée dans l'introduction.

Auteur

Agrégée de Lettres modernes, membre associé de LIRE. Après sa thèse sur Flaubert (une étude génétique du chapitre de Bouvard et Pécuchet consacré à la littérature), a édité deux de ses romans (« GF », Flammarion) et publié chez Belin : Bouvard et Pécuchet, une « encyclopédie critique en farce » (2000). Élargit actuellement son champ de recherche à la question du savoir dans les rapports de la littérature et du catholicisme au xixe siècle.

© Presses universitaires de Lyon, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search