Version classiqueVersion mobile

L'Attentat de Damiens

 | 
Pierre Rétat

L'interprétation : catégories de la conscience sociale et historique

9. Culpabilité individuelle et culpabilité collective

Texte intégral

1« On souhaiteroit de pouvoir ensevelir dans un éternel oubli un tel scélérat et son action. Mais s’il est du devoir de l’Histoire d’immortaliser les hommes illustres par leurs vertus, il n’est pas moins de son essence de consacrer les noms des fameux criminels. Celui-ci se nommoit Robert-François Damiens... » (GF, 02/04 ; voir CA, 12/04). Au moment même où par un acte symbolique le nom du criminel est effacé dans sa plus proche parenté, il entre dans les annales de la nation, et fixe à jamais l’identité du coupable. Le nom concentre sur lui des affects contradictoires, il est le lieu d’une forte valorisation sociale. Maudit, il rappelle une culpabilité qu’il faut à tout prix surmonter ; il ne peut être prononcé qu’avec effroi, il témoigne, dans le corps des identités nationales, d’une blessure (les Clément, les Châtel, les Ravaillac, « noms qu’on ne sçauroit prononcer sans frémir d’horreur », GA, 14/01). Mais il est aussi attaché, indissociablement, à un événement, il exerce une fascination comme la personne même de l’assassin : nommer ce dernier, le désigner, c’est ce que font d’abord les gazettes, ou ces feuilles imprimées qui reproduisent les premières dépositions de sa femme et de sa fille (voir l’étude sur Damiens).

2Des représentations archaïques, des hantises se cristallisent donc autour du nom, et de la souillure qu’il porte. Au contact du coupable, une autre réaction violente se produit, qui accompagne la première : l’assassin est Français, originaire d’une province réputée fidèle, l’Artois, il engage la responsabilité de ses compatriotes. Le seul fait qu’il ait pu naître et vivre parmi eux est senti comme une honte qui rejaillit sur le corps social entier, comme la manifestation d’une solidarité. Tous les Français ont frappé leur roi, tous doivent expier. Mais cette idée même paraît insupportable, et provoque, avec un intense besoin de justification, le rejet catégorique du coupable : seul, monstrueux, il sera moralement anéanti autant que physiquement détruit. A ce prix seul pourra se faire la réparation, et intervenir la réconciliation du roi et de son peuple.

La souillure

3Avant même de relater l’attentat, la GA le situe pathétiquement dans une série, pour en faire ressortir le scandale : « Qui auroit pu croire que dans un siècle aussi éclairé que le nôtre, on renouvellât les scènes affreuses, les détestables forfaits des Clément, des Châtel, des Ravaillac [...] ? Se peut-il que la France ait encore le malheur et la honte de renfermer de pareils Monstres dans son sein ? Nos annales seront donc encore déshonorées par un attentat » (14/01). La même interrogation sert d’ouverture au drame dans le CA : « On ne se serait pas attendu que dans un siècle comme le nôtre, où les mœurs plus adoucies par la politesse devoient, bien moins que dans le sien, [celui d’Henri IV] se ressentir de la férocité des siècles barbares, un Roi surnommé le Bien Aimé [...] fût en butte à la fureur d’un nouveau Ravaillac » (18/01). Ces plaintes sur l’horreur de l’événement s’alimentent de la conscience d’une régression, d’un retour à une « barbarie » que l’on croyait impossible. Les mandements et les lettres pastorales y voient une preuve de la fragilité des accomplissements humains, et de la présence permanente du mal ; on pensait que « nos lois et nos mœurs » étaient des barrières qui écartaient pour toujours les « événements tragiques » des temps de discordes : « Nous nous sommes trompés, M.C.F., et à la honte de notre siècle, il s’est trouvé un parricide qui a donné au monde le spectacle du plus grand des forfaits » (mandement de Beaumont, p. 9). Dans sa Lettre adressée aux protestants, Rabaut remarque que « notre siècle ne paroissoit pas fait » pour fournir de nouveaux exemples d’attentat, « le progrès des Sciences ayant, sinon éteint, du moins subjugué le Fanatisme » (p. 3-4). Il faut donc s’humilier, convenir « que la main de Dieu a pu s’appesantir sur nous, que sa justice vengeresse a pu laisser les portes de l’abîme s’ouvrir à nos yeux, et produire un Monstre qui déshonore le siècle et désole la Nation » (Beaumont, p. 11). « Nous croirons-nous innocens devant Dieu ? [...] N’avons-nous donc pas vû, à la honte de notre siècle, le Roi prêt à succomber sous le fer parricide d’un homme de sang né et élevé dans le sein de la Nation ? [...] François ! ô François ! où est donc cet amour pour nos Rois ? » (Cotterel, Discours, p. 1).

4Même si l’éloquence ecclésiastique exploite l’événement pour en tirer la leçon ordinaire de tous les désastres, ces textes n’en traduisent pas moins une hantise collective, qui transparaît dans un grand nombre de poèmes, de discours, ou de témoignages individuels. Voltaire dans sa correspondance tient un langage assez semblable à celui de Christophe de Beaumont : « Je suis bien honteux pour ma nation qu’il y ait encore des Ravaillacs » (16 janvier, Best. D 7125) ; « comment me justifierai-je d’avoir tant assuré que ces horreurs n’arriveraient plus, que le temps du fanatisme était passé, que la raison et la douceur des mœurs régnaient en France » (20 janv., D 7129). Grimm apprend l’événement au moment même où il échange avec Diderot, le « Socrate du siècle », des réflexions désabusées sur les progrès de la philosophie, sur l’« époque malheureuse », peut-être proche, où l’humanité sera replongée dans la déraison. « Le philosophe et moi, nous restâmes confondus d’horreur. Immobiles et stupides d’étonnement, la pâleur qui nous saisit et le silence qui suivit étaient plus éloquents que tout ce que nous avions dit de toute la soirée » (CL, 15/01, III, 331). Le Président Hénault, qui siégeait au procès de Damiens, parvenant dans ses Mémoires au moment de l’attentat, s’écrie : « J’ai trop vécu, puisque j’ai pu encore assister au procès du parricide Damiens » (p. 243).

5La France tout entière a trahi le roi qu’elle faisait profession d’aimer tendrement. Les poètes expriment tous, avec plus ou moins de sobriété, le remords de cette trahison, l’abbé Valette par exemple dans son Ode :

  • 1 Voir Ode par Mr R... D..., JE, 15/03, 129 ; Ode sur l’attentat, BN n. a. fr. 15591, fol. 141-142 ; (...)

« Je vole me cacher de honte,
peuples voisins, qu’un autre affronte
votre insoutenable regard ;
de vos traits comment se déffendre
quand on honore d’un nom tendre
le roi qu’on frappe d’un poignard ».
(ms Avignon 1266, fol. 145)1,

6et M. Jeheu, professeur de droit à Poitiers, traite dans son discours public le sujet suivant : « 1° La crainte qu’un crime aussi horrible commis par un François, n’imprime une tache au nom François ; 2° La crainte que ce crime n’altère la bienveillance et l’amour paternel, que le meilleur des Rois a toujours montrés à ses sujets » (NE, 08/05, 80 a).

7Si les Français se sentent tous souillés par un contact involontaire, par une communauté d’origine (le monstre « dont la naissance a souillé le siècle où il a vécu », CA, 11/02 ; GC, 21/01), à plus forte raison ceux d’entre eux qui sont liés à l’assassin par une communauté plus intime, ses compatriotes d’Artois. « Pour le malheur et la honte de la Nation, ce Monstre est François, et a pris naissance en Artois... » (GA, 21/01). La nouvelle de l’attentat est connue à Arras le matin du 9 janvier, par une lettre d’Argenson ; à onze heures une autre lettre, de l’intendant des postes Jeannel, informe que le meurtrier a déclaré se nommer Pierre Damiens, né à Arras : cette précision déclenche une série de réactions passionnelles dont les témoignages ont été recueillis dans le manuscrit publié aux tomes VII et VIII des SFW, et dans l’Histoire d’Arras de E. Lecesne. On arrête et on interroge d’abord sans discernement tous ceux qui portent le nom de Damiens (Lecesne, II, 608). Le duc de Croÿ, arrivé le soir du 9 pour mener son enquête en Artois, se plaît d’abord à semer la terreur. Comme il le note de son style coupant et abrupt dans son Journal, il garde « le lugubre du moment, et faisant sentir au pays la consternation où il doit être d’avoir donné naissance à ce monstre [...], je les fais trembler » (I, 371). Le 14 encore, à l’assemblée extraordinaire des Etats, « j’attendris et j’étonne » (I, 373). Les Etats d’Artois multiplient les assemblées, écrivent à d’Argenson : « Le coupable se dit Artésien ; pouvoit-il arriver un plus grand malheur à notre province que d’avoir vu naître dans son sein un pareil monstre ? Cette dernière circonstance nous pénètre de douleur ; dans la consternation qui nous accable, daignez, Monseigneur, nous protéger »... (SFW, VII, 91, lettre du 10 janv.). Le Magistrat, de son côté, fait part au même ministre de l’horreur de tous en apprenant que le monstre est né dans cette province « dans laquelle tous les cœurs saigneront éternellement que le plus misérable des hommes en ait respiré l’air » (Lecesne, II, 609, 10 janv.). Un auteur anonyme met en vers la consternation locale, dans des Stances irrégulières sur l’assassinat de Louis XV (BN f. fr. 10479, fol. 560 v°) :

« Province malheureuse ! pour jamais flétrie
Oh ! ma déplorable Patrie !
Quel monstre est sorti de ton sein !
Où vas-tu porter l’infâmie,
L’horreur d’avoir donné la vie
Au plus exécrable assassin ?
Oh ! ciel, tu t’es trompé quand ton affreux tonnerre,
Jusqu’en ses fondemens a fait trembler la terre,
Tu n’as point foudroyé ces lieux ;
Tu n’as point renversé cette ville maudite,
Autrefois si chère à mes yeux !
Arras subsiste encore, et Lisbonne est détruite !
Malheureux citoyens ! où fuir ? où nous cacher ?
Il est temps de cesser de vivre.
Un opprobre éternel sur nous va s’attacher »...

8Dans une France où les provinces, les « peuples », ont gardé une personnalité autonome, et entretiennent avec le roi des rapports de sujétion directs, le « malheur » de l’Artois doit se comprendre comme une catastrophe collective qui met en cause sa « fidélité », son image dans la conscience royale et nationale. Pendant que les bons Bretons volent à Versailles, et attendrissent la cour, l’Artois se sent exclu et maudit. Triste distinction dans le mal. Damiens est désigné avec mépris dans Candide comme « un gueux du pays d’Atrebatie » (chap. 22, éd. Pomeau, p. 186). Mais un professeur de Caen, avant Voltaire, avait trouvé la formule : « percussum a semi-gallo, ab Atrebate » (Godard, In teterrimum..., p. 11).

  • 2 Le texte de GA est repris dans le ms Shackleton, p. 9-100, et dans BN f. fr. 10479, fol. 551, avec (...)

9L’« air » respiré, le « sein » maternel, ce milieu et cette origine auxquels se communique la souillure du scélérat ne sont pas seuls atteints : le nom lui-même porte au loin une puissance maléfique, dangereuse pour tout ce qui le porte ou y ressemble. Citant d’autres Damiens illustrés par divers forfaits, la GA remarque : « Damiens est un nom sinistre que le crime a rendu fameux » (01/04) : cette découverte homonymique, faite dans le Moreri et dans les Mémoires secrets sur la constitution Unigenitus, confirme un caractère qui semble appartenir au nom en tant que tel2. Ainsi s’explique que la ville d’Amiens se soit sentie compromise. La GU fait état de la « douleur » particulière qui a saisi la ville, des « sermons » des plus pathétiques qui se prononcent lors des actions de grâces du 6 mars, d’autant que « cette ville porte en quelque sorte le nom du scélérat » (22/04). Dès les premiers jours de février, le poème de Gresset Sur l’attentat commis sur la personne sacrée du Roy [...] pour supplier très humblement Sa Majesté de changer le Nom d’une Ville de France avait été présenté à Louis XV. « La requête qui le termine étoit fondée sur le cri public et sur le vœu général d’une Ville, qui dans la consternation et la douleur qu’elle partageoit avec toute la France [...], voyoit pour elle-même un malheur de plus à déplorer dans l’affreux rapport de son nom avec le nom d’un Monstre exécrable à notre siècle et à la Postérité » (Avertissement, p. 3). Gresset y explique et y amplifie la cause de cette consternation :

O surprise ! O douleur des rives de la Somme !
Dans ces murs que mon cœur ne veut plus que je nomme,
Tout s’indigne et frémit, tout se croit diffamé
Partout et chaque fois que ce Monstre est nommé ;
Tout âge, tout état pleure une même injure :
Chacun, par un malheur nouveau dans la Nature,
Maudit, en soupirant, le lieu de son berceau,
Et craint dans ses foyers la honte d’un tombeau :
Cet instinct enchanteur, ce goût dont la jouissance
Attache les Humains aux lieux de sa naissance,
Ce sentiment si cher est flétri dans nos cœurs,
Il se tait à ce nom l’objet de nos douleurs ;
Cette triste Cité n’ose plus se connoître... »
(p. 11).

10Le lieu natal est empoisonné par la contagion du nom, le sentiment naturel se change en dégoût. Quelle que soit la part de convention — et elle est grande — qui entre dans ce texte et dans tous ceux que nous avons cités, il s’y exprime néanmoins une réaction profonde et archaïque du corps social, une angoisse qui provoque en retour un désir passionné de réintégration.

Exorcismes et expiation

11La conduite exemplaire du peuple dans le malheur, sa ferveur religieuse constituent déjà par elles-mêmes une preuve suffisante de son innocence. Tous les Français en un sens ont frappé le roi, mais tous ont été frappés en lui : « Si la plaie du Roy est guérie, celle de nos cœurs saigne encore, et n’est pas prête à se fermer » (GF, 15/01 ; GC, 21/01) ; chacun conserve dans son esprit l’impression de l’attentat « plus vivement et plus profondément empreinte que s’il avait lui-même reçu le coup » (CA, 04/02), ce que dit très bien l’« Epigramme » conservée dans un manuscrit de la Mazarine (2853, fol. 82 v°) :

« Un traître a consommé le plus noir des forfaits
Sa main a d’un seul coup blessé tous les Français ».

12Tous les tableaux pathétiques de la réaction à l’événement, que nous avons déjà analysés, tiennent lieu d’exorcismes, qui repoussent le drame dans un temps antérieur et presque impensable, et l’entourent des rites du rachat : les supplications ardentes des Français ont déjà reçu la bénédiction du Ciel, puisque la Providence a répondu à leur droite intention. Le rebondissement presque instantané du drame tend à le faire oublier, ou du moins à en compenser largement l’effet. Les mensuels qui relatent l’événement composent, avant même d’en rappeler les circonstances, le cadre patriotique dans lequel il s’insère immédiatement, et exaltent le miracle évident de la protection du roi (voir par ex. SC, 02, 154-155 ; AL, I, 166-168). Les plaintes sur la « honte » du siècle et de la nation sont suivies d’une justification tout aussi éloquente : « A Dieu ne plaise que tout ce qui porte le nom François partage l’infâmie d’une action si damnable. On voit des monstres dans les plus belles contrées de la Terre », celui-ci est né « parmi des millions de sujets zélés » (mandement de Beaumont, p. 9-10). Grâce à Dieu, « la France est encore aujourd’hui ce qu’elle fut autrefois, pleine de vénération, d’amour et de zèle pour son Roi. Un crime qu’elle abhorre ne sçauroit lui être imputé » (Cotterel, Discours, p. 4). Et Voltaire, dans une lettre du 16 janvier : « un si sot monstre a-t-il quelque chose de commun avec la nation ? » (Best. D 7123).

  • 3 Ceci rappelle curieusement les propres paroles de Damiens le lendemain de l’attentat, lorsque Croÿ (...)
  • 4 Doutriau de La Hayette, prêtre à Saint-Omer, écrit dans une Epître au Roi (SFW, VIII, 44) :
    « L’ill (...)

13Il faut, pour se disculper pleinement, manifester son zèle, sa fidélité. Toute la correspondance que les Etats d’Artois échangent avec d’Argenson, avec le duc de Chaulnes, représentant de la province à Versailles, expriment le besoin obsessionnel de donner des « assurances » au roi, de faire parvenir « aux pieds du Trône » les sentiments de la province, de « faire connaître » au roi, à la nation, à l’Europe, qu’il n’y a pas de sujets « ni meilleurs ni plus fidèles » (SFW, VII, 90 et suiv.)3. Les Etats sollicitent une « députation éclatante » (p. 96), ils tiennent à ce que le duc de Croÿ soit le « témoin » et le « garant » de leurs sentiments, qu’il « rende compte » de ce qu’il a « vu », et lui-même se dit, dans la lettre à d’Argenson du 14 janvier, « vivement touché des sanglots qui ont retenti dans l’Assemblée extraordinaire des Etats d’Artois » (p. 98)4. Le désir de publicité et d’attestation, que nous avons déjà trouvé à la source de tant de « relations » et de textes, est d’abord un désir de justification. Les communautés provinciales, la communauté nationale nient la faute en multipliant les manifestations de leur innocence.

14Elle éclate dans des auto-immolations imaginaires : tous les Français se seraient sacrifiés pour leur roi, trop heureux de tomber sous les coups de l’assassin pour assurer son salut. Coger apostrophe Damiens : « Faut-il une victime à ta fureur ? Que tardes-tu ? Tourne contre nous ton glaive homicide [...]. Frappe. Heureux, mille fois heureux le Français qui, au prix de ses jours, rachètera ceux de son Roi » (Sur l’horrible attentat, p. 4). Il n’est guère de texte où ne se fasse entendre ce cri du cœur : c’est celui des évêques dans leurs mandements, l’évêque de Boulogne (p. 1) de Valence (GL, 11/03), de Grenoble : « Si le courroux de la justice divine demandoit absolument l’effusion du sang, le mien étoit tout prêt à se répandre » (Discours, p. 9), des poètes :

« Vois, Louis, dans la France une famille entière
Qui donneroit son sang, qui mourroit pour son Père »
(d’Arnaud, La France sauvée, p. 24 ; voir Gresset, p. 7),

« Nous t’offrons mille et mille têtes ;
Choisis, les Victimes sont prêtes,
Mais rends-nous le meilleur des Rois »
(Ode sur l’attentat, p. 6),

15et, de Voltaire enfin, qui fait sien ici encore le discours officiel : un « Roy pour qui tous les français excepté Pierre Damien d’Arras donneraient leur vie » (27 janvier, Best. D. 7133).

16Mais ce vœu édifiant de substitution reste vain. Le sang royal a coulé : à cette vision s’attachent des images d’impiété et de souillure capitales. Le scélérat « n’a pas frémi de tremper ses mains dans le sang de l’Oint du Seigneur » (Exhortation faite..., p. 3). « La terre se voit avec indignation imbibée du sang des Bourbons ; Français, lisez votre devoir, ce sang s’écrit sur la poussière. Le Père de la Patrie est blessé ; écoutez votre amour, et mourrez de douleur » (Coger, p. 8). L’antique croyance au prix nécessaire dont doit se payer le sang versé qui crie vengeance, à l’échange qui seul peut rétablir l’équilibre du bien et du mal, reste vivante dans les images, mêmes conventionnelles, que véhiculent les textes. Il faut une victime, et une victime innocente. Damiens par son supplice ne peut remplir ce rôle, son sang est impur : « la terre frémira d’horreur, en recevant le sang impur de tes membres arrachés » (Petity, Péroraison, p. 1). Les brûlures, les tenaillements, le bûcher final, ne composent qu’un châtiment infernal, convenable à un monstre issu lui-même de l’enfer. D’Arnauld imagine qu’une cérémonie magique, dans les antres souterrains, l’a préparé à son crime : un « venin infernal » remplace le sang dont on l’a vidé (La France sauvée, p. 18). Seul le sang de la « victime par excellence », le Christ, à défaut de celui des chrétiens indignes, peut réparer la faute : « Que le sang des François fidèles à leur Roi ne peut-il satisfaire à votre justice ! Ils sont prêts à le répandre ; mais hélas, trop foibles victimes, confus de notre indignité, nous vous présentons le Pontife suprême et la Victime par excellence. Son sang qui coule sur nos Autels peut seul réparer l’outrage énorme et odieux fait à vous-même dans la personne de l’image visible de votre Majesté. Ecoutez la voix de ce sang d’un mérite infini... » (Hubert de Dole, Péroraison, p. 2).

17Faibles victimes, les sujets du roi peuvent verser, sinon leur sang, du moins leurs larmes. Cette effusion sensible, plus convenable à un âge où le sacré décline, les justifiera suffisamment, et compensera par son mérite le malheur de l’événement.

« Ce funeste couteau qui causa tant d’allarmes
En perçant le meilleur des Rois
A percé tous les cœurs françois,
Et c’est par des torrens de larmes,
Qu’on a payé dans tout paris
Chaque goutte du sang du bien aimé Louis »
(Vers adressés au Parlement de Paris, ms Mazarine 2853, fol. 83).

18Dans la fable de l’abbé Aubert, L’Aigle et le Vautour, le vautour perce les flancs du « bon aigle » qui régna sur ses sujets sans jamais lancer la foudre.

« La Nation entière, indignée, attendrie
Fit taire par ses pleurs des soupçons odieux »
(AA, 26/01).

19Bien plus, selon les vicaires généraux de Troyes dans leur mandement (p. 2), la « postérité équitable » « plaindra » les Français lorsqu’elle verra la blessure que l’attentat leur a faite, et la « playe profonde » de leur cœur. La peinture pathétique des « alarmes » de la nation acquiert ainsi tout son sens : elle est destinée à rétablir l’équilibre d’un « rachat ».

Le rejet du coupable : Damiens monstre

20La France ne peut attester son innocence qu’en niant toute complicité avec le coupable. Elle ne confesse d’abord sa honte que pour affirmer plus hautement son horreur de la faute. Il importe donc que Damiens soit un isolé, une âme damnée. Le corps social se libère en le rejetant, dans les ténèbres infernales, ou dans les bas-fonds inavouables de la plus vile populace. Consentant enfin à dire quelques mots de lui, le supplice une fois achevé et les cendres dispersées, la GF souligne seulement l’infâmie de sa condition : « Sa famille est aussi obscure que pauvre, et il a passé la plus grande partie de sa vie dans la plus basse domesticité. Il avoit déjà commis plusieurs crimes... » (02/04). Le démon malfaisant qui poursuit la France et son roi, dans le poème d’Arnaud, après avoir cherché en vain l’instrument de sa haine dans une France éclairée, où les « arts » font « languir » la superstition, exulte enfin de l’avoir trouvé :

« Au sein de la bassesse et de l’ignominie,
Dans l’état le plus vil, dans la fange des rangs,
Dans la souillure enfin des crimes les plus grands
J’ai fouillé, j’ai trouvé cette Ame monstrueuse,
Assez dénaturée, assez audacieuse... »
(La France sauvée, p. 17-18).

21Pour Voltaire, Damiens n’est jamais qu’« un insensé de la lie du peuple » (Best. D 7213), il le reste, à quelques variantes d’expression près, dans l’Histoire du Parlement de Paris (Moland, XVI, 92) et dans le Précis du siècle de Louis XV (Œuvres historiques, p. 1526).

  • 5 Voir également la lettre du 14 janv., ibid., p. 94, la lettre des échevins de Saint-Pol, 20 janv., (...)

22Une origine aussi basse est encore un lieu social, dont on va tenter de déloger Damiens. Les zélés Artésiens s’y emploient les premiers : le coupable n’est pas des leurs, il est né parmi eux, mais il n’a pas eu le temps de contracter les sentiments d’amour que l’éducation lui aurait inculqués. Fugitif, déraciné, il est proprement sans lieu. « Sans doute on ne croira pas qu’un malheureux, né dans la boue, dans l’obscurité d’une campagne, dans l’état le plus abject, et qui, depuis le plus bas âge, a abandonné sa patrie, fasse partie des sujets les plus affectionnés à leur souverain » (lettre du Magistrat d’Arras à d’Argenson, 10 janvier, dans E. Lecesne, Histoire d’Arras, II, 609). « Il est vrai que fugitif depuis longtems, nous ne devions plus le compter au nombre de nos concitoyens ; que n’est-il resté dans sa patrie pour y puiser les sentimens qui nous caractériseront toujours » (lettre des Etats d’Artois à d’Argenson, 10 janvier, SFW, VII, 91)5.

23L’idée que Damiens n’a pas de complices ne répond pas seulement, comme nous l’avons vu, à la volonté de dépolitiser l’événement : elle l’isole dans le non-lieu d’un procès social où il s’agit de disculper sa province et la France entière. Voltaire, qui dit de Damiens « qu’il y a des hommes qui ne sont ni de leur siècle, ni de leur pays » (Best. D. 7213), tient à gagner ce procès : « je me flatte pour l’honneur de la nation et du siècle, et pour le mien qui ai tant célébré cette nation et ce siècle, qu’on ne trouve nulle ombre de complicité, nulle apparence de complot » (20 janv., Best. D. 7129), et le duc de Croÿ, chargé de l’enquête en Artois, y met la même passion, qui paraît clairement dans sa lettre à d’Argenson du 28 janvier : « Il n’y a point la moindre apparence de complicité dans la Flandre ni dans l’Artois. Je crois même pouvoir assurer qu’il n’y a nulle part et que, comme je l’ai déjà mandé, ce n’est qu’un fou par tempérament, qui a tout fait de sa tête [...]. Nous sommes bien heureux de pouvoir faire espérer qu’un pareil Monstre est seul de son espèce » (SFW, VII, 193).

24Ces derniers mots marquent l’ultime étape du processus de rejet. « Monstre » au sens propre (et c’est en ce sens que le mot désigne l’assassin dès les premières relations de presse, durant tout le procès, et dans tous les textes sur l’événement), Damiens n’appartient pas à l’espèce humaine. Tantôt on le fait tomber dans l’animalité : c’est un « chien enragé » selon Voltaire (Best. D 7121 et suiv.) ; « c’est un tigre qui t’as donné la vie, c’est d’une louve que tu as sucé le lait » (Triomphe de la France, p. 2). Tantôt, jeu méchant de la nature, comme en peuvent produire « les plus belles contrées » selon Christophe de Beaumont, il devient un corps étranger dont on « purge la terre » en le supprimant (CA, GC, 05/04), « excrément de notre nature » (CA, 04/02), « rebut de la nature et des peuples divers » (Gresset, p. 6) ; il ne connaît aucun « sentiment », il est privé de tous les instincts de l’humanité. Il aurait fallu l’empêcher de nuire, en le liant comme il l’est maintenant dans la tour Montgomery :

« Si l’on eût sçu dès son enfance,
Pour toujours le bien garoter,
Nous n’aurions pas vu dans la France
Le crime aussi loin se porter »
(Vers pour une gravure, ms Mazarine 2853, fol. 83 v°).

25« Il étoit certainement le seul dans la nature, dont Louis le Bienaimé ne fût point chéri » (GC, 11/02), ce qui se chante encore sur l’air Réveillez-vous belle endormie :

« Non, non, ce traître, ce parjure
N’a ni complice ni parti,
Il est seul dans la nature
Dont Louis ne soit point chéri »
(E. Raunié, Chansonnier, VII, 278).

26Son insolente tranquillité, sa « férocité », sa « scélératesse », prouvent assez que sa « folie », singulière et malfaisante, le situe en dehors de l’humanité.

27Son insensibilité est un signe particulièrement révélateur, et devient chez les poètes la marque de son origine infernale. Il reste insensible au remords : lorsque Coger s’offre en victime au monstre, il s’écrie : « Mais à qui parlé-je ? Le Monstre ferme l’oreille à ma voix, et demeure inflexible. Les Furies l’assiègent ; tout l’Enfer est dans son âme [...]. Il a le front d’airain et le cœur de fer » (Sur l’horrible attentat, p. 4). Nous avons déjà vu que d’Arnaud imagine une cérémonie magique, qui vide Damiens de son sang pour le remplacer par un venin infernal : ce sang mauvais, dont il devait se libérer par de fréquentes saignées, prend ainsi un caractère définitivement maléfique. On remarque aussi dans toutes les gazettes son insensibilité à la souffrance : « Il est mort non avec constance, ce seroit prophaner le terme, mais avec une férocité, une dureté infernales » (GU, 08/04). Sauvigny, dans la France vengée (AL, III, 122) donne la même version du supplice :

« Rien ne peut le troubler ; il laisse à la nature
Echapper quelques cris, et jamais de murmure ;
Il voit l’affreux bucher qui doit l’anéantir ;
Il a vécu sans crainte, il meurt sans repentir ».

28On retrouve obscurément, en la personne de Damiens, l’insensibilité du sorcier, dont les traités de démonologie faisaient un signe capital, on la transpose par l’affabulation ou on la naturalise, avant que la psychiatrie du XIXe siècle en fasse un nouvel usage, comme nous le verrons plus loin. Le parricide sera brûlé comme le sorcier : le crime de lèse-majesté royale exige la même punition que le crime de lèse-majesté divine, il demande des explications et des remèdes semblables.

29Du même coup se justifie l’insensibilité des spectateurs à la vue des tourments de Damiens. Chacun doit, en toute justice, non seulement attendre impatiemment la fin du misérable (« chacun n’aspire qu’à voir l’Assassin expier son énorme forfait par le plus horrible supplice », GA, 25/01 ; voir CA, 25/03, 01/04), repousser avec indignation toute idée d’une grâce royale (Robbé, Lettres inédites, 26 mars, p. 87 - 88), mais encore refuser toute pitié :

« Si pour toi seul cruels, d’un œil d’indifférence,
les françois à loisir contemplent ta souffrance,
écoute la raison de tant d’inimitié

du malheur de Louis chacun se fait justice ;
Ses bontés n’ayant pu réprimer ta malice,
tes tourmens ne sauroient exciter la pitié »
(abbé Valette, Sonnet sur la mort du parricide du Roi, ms Avignon 1266, fol. 149).

30Il ne peut exister de relation émotive avec le parricide, puisqu’il s’est lui-même exclu de l’humanité. La nature ne peut plus et ne doit plus parler : « Il n’y a que l’assassin d’un Roi et d’un Roi extrêmement chéri de ses peuples, que l’on puisse voir souffrir tout ce que ce misérable a souffert, sans que la compassion de ses maux combatte et même surmonte l’horreur de son crime » (CA, 08/04).

  • 6 Ce transfert lui-même allie contradictoirement le secret et le spectacle. Les gazettes décrivent a (...)

31Monstre, il l’est au sens premier du terme, ce que l’on montre avec horreur, ce qui manifeste la différence absolue et l’anti-nature. Le traitement réservé à Damiens, entre l’attentat et l’exécution, révèle une sorte de paradoxe : sa vue est refusée à tous, son transfert à la conciergerie se fait de nuit, évite les trajets attendus6, seuls les magistrats chargés de l’instruction, les gardes sévèrement consignés et ses juges peuvent le voir, la procédure est gardée aussi secrète que possible (voir l’étude sur le procès), les estampes qui le représentent sont interdites, le silence des gazettes officielles porte à son point extrême cet anéantissement (voir l’étude sur les discours interdits). Mais le moment final du supplice est aussi celui de la totale monstration : le monstre est exposé, presque nu, en un spectacle public, dont on a prévu et réglé les moindres détails. Tout est ordonné pour provoquer et canaliser à la fois une énorme décharge d’agressivité et de désir sadique, dont les témoignages contemporains ne nous donnent certainement qu’une faible idée. La curiosité du public, qui ne pouvait jusqu’alors se nourrir que de renseignements douteux, de notations psychologiques contradictoires, de conjectures sur les mobiles de Damiens, se satisfait enfin dans l’extase de la vision directe.

  • 7 Voir mandement de Beaumont, p. 6-7 ; de l’évêque de Boulogne, p. 1 ; Petity, Péroraison, p, 1 ; Pr (...)

32Toute aberration doit s’expliquer. L’image du monstre s’associe aisément à celle de l’enfer. Damiens n’a pas de lieu sur terre, il y passe comme un fléau dévastateur, permis par Dieu et dont l’origine est le royaume du mal. Il serait vain de citer ici les énoncés qui supposent ou qui illustrent avec toutes les ressources de l’hyperbole cette filiation infernale du régicide. Les odes, les poèmes latins ou français, les mandements, les sermons, les chansons l’évoquent à l’envi. L’affabulation fait entrer Damiens dans un drame surnaturel où il devient le jouet et l’émissaire des puissances diaboliques7.

33La culpabilité devient dès lors énorme, inhumaine, surnaturelle. La malédiction qui isole le régicide est à la mesure de la majesté du roi qu’il a frappé. Il concentre sur lui et assume toute la souillure. A sa mort, la collectivité un instant vacillante est « purgée ». L’épisode infernal une fois clos, la parenthèse peut se fermer et l’harmonie sociale se reconquérir miraculeusement dans l’amour réciproque du roi et de ses peuples.

La réparation

34Par le supplice, le monstre assume donc tout le poids de la faute, pour en libérer la collectivité. La cérémonie de l’expiation accumule les rites de l’expulsion et de l’arrachement. A. M. Lottin, à la fin de son discours de février 1757 (p. 9), est sans doute celui qui en restitue la signification symbolique de la façon la plus authentique et la plus primitive, dans le langage même de la Bible :

« Que comme le Bouc émissaire il aille porter hors du camp et aux yeux des Nations étrangères, effacer par sa destruction l’opprobre dont il a souillé le peuple d’Israël.
Que le glaive de la justice divise son corps en quatre parts, pour être envoyés aux quatre coins de l’univers, afin que chacun en apprenant son forfait s’écrie : « Non, jamais il ne s’est rien fait de semblable dans Israël, depuis que la paix et la tranquillité sont devenues le soutien du Trône !
Que la terre lui ferme son sein, qu’elle rejette celui qu’elle a si injustement nourri et porté ; mais que plutôt le souffre et le feu qui consument Sodome et Gomorrhe détruisent les restes misérables de ses membres » !

35Il ne suffit pas d’anéantir le coupable, il faut encore effacer son nom, laver le corps social de cette inscription qui définit l’identité, l’être permanent. A. M. Lottin continue (p. 10) :

« Que son souvenir disparaisse de dessus la terre ; que son nom soit effacé de la mémoire des hommes, ou si on le rappelle encore, que ce soit comme un nom d’opprobre, de dérision, de fable, un nom de malédiction dans tous les lieux de la terre. Que la maison où il a reçu le jour devienne déserte, qu’elle n’ait plus d’habitans ; que semblable à l’infidèle Jérusalem, il n’y reste pas pierre sur pierre. Que sa famille erre ça et là portant sur le front la tache du crime de celui qui est né dans son sein. »

  • 8 Arrêt du 29 mars ; le texte paraît dans toutes les gazettes. Le père, la femme et la fille de Dami (...)

36L’acte judiciaire qui exile la famille proche de Damiens, et lui enjoint de changer de nom8 renouvelle ceux qui avaient été donnés dans les cas semblables : il vise à extirper la race même, le mal dans son origine (« le Parricide, qui avec toute sa race n’a plus de nom », GC, 08/04). Il consacre la malédiction prononcée spontanément dès la première nouvelle de l’attentat : « un malheureux dont le nom sera à jamais l’exécration publique » (GA, 14/01). On ordonne en même temps la démolition de la maison « où il a reçu le jour », « et l’on ne pourra à l’avenir éléver sur le terrain de cette maison aucun autre bâtiment » (GF, 02/04). Le lieu de la naissance, source maudite, est ainsi stérilisé : cette pratique archaïque n’est pas un simple vestige anachronique, elle sanctionne le vœu public, comme les textes cités plus haut le prouvent, elle exorcise après coup, dans son germe et ses virtualités dynamiques, la force monstrueuse qu’a libérée la nature.

  • 9 D’après les Souvenirs apocryphes de la marquise de Créquy, IV, 41-43, l’évêque d’Amiens écrivit au (...)

37La requête de la ville d’Amiens presentée au roi avec le poème de Gresset, et formulée dans le même esprit, n’obtint pas satisfaction. Un « obstacle » imprévu, selon l’Avertissement du poème, en empêcha le succès9. Elle sentait un peu trop, sans doute, l’esprit courtisan, et la croyance à la force du nom n’allait pas jusqu’à ce point de délicatesse. Comme le remarque avec mépris Grimm dans la CL (juillet, III, 391), « on n’est plus dans le goût de cette sorte d’héroïsme que la philosophie a rendu ridicule. Le nom n’est rien ». Mais l’intention qui dirige cette démarche n’en reste pas moins significative. Le lieu natal, les sentiments qui s’y attachent, sont empoisonnés par la communauté d’un nom odieux. La nomination peut rénover. La ville d’Amiens attend pour renaître

« Qu’un souffle créateur vienne la ranimer
Et lui rende l’honneur de pouvoir se nommer.
Entendez, ô Grand Roy, le cri de ma Patrie ! [...]
Que ce nom soit rayé des Archives du Monde !
Commandez, nommez-nous ! Tout un peuple éploré
Attend ce changement de votre ordre sacré,
Et si j’ose implorer du Sceau de votre Empire
Un titre illustre et cher que mon zèle m’inspire,
Par lui de notre Ville assurez le renom,
Louis va le créer, Louisville est son nom »
(Sur l’attentat, p. 11 - 12).

38Le roi, tel le Dieu de la Bible, exerce dans sa plénitude la puissance nominatrice et créatrice. Il fait revivre en instituant le signe, qui est aussi sa marque et son « sceau ». C’est cette puissance qu’il exercera réellement, quelques mois plus tard, lors de la naissance du troisième fils du dauphin (9 novembre), comblant ainsi les vœux de la province déshonorée, et prêtant la sanction du nom royal à la réconciliation qu’il octroie : la nomination du comte d’Artois déchaîne l’allégresse générale dans la province, les Etats font frapper une médaille que leurs députés présentent au roi et à la famille royale, et qui célèbre la réhabilitation : Artesia in antiquum decus restituta (E. Lecesne, Histoire d’Arras, II, 612). Selon Luynes, la reine avait proposé ce nom par respect pour la mémoire de Saint-Louis et de son fils Robert d’Artois (XVI, 205). Mais les contemporains comprennent autrement le sens de cet acte, Barbier par exemple, qui écrit dans son Journal (VI, 588) : « Le hasard peut avoir eu part à ce nom, mais aussi la politique, pour consoler cette province du malheur d’avoir donné naissance au monstre Robert-François Damiens, assassin du roi, et l’assurer par là de la protection du souverain ».

39La faute collective exige une réparation collective. Ce qui n’exclut pas, d’ailleurs, quelque avertissement et quelque menace : selon Luynes, on décida de procéder au supplice de Ricard et Morphy, les deux soldats aux gardes dont l’affaire touche à celle de Damiens, à Montdidier et non en place de Grève, en vertu de la considération suivante : « On a cru que cet horrible spectacle étoit aussi nécessaire à donner dans l’Artois qu’à éviter dans la ville de Paris » (6 août, XVI, 138).

40La réconciliation tant désirée et sollicitée avait eu lieu, en réalité, bien avant la naissance du comte d’Artois, par la restauration de la communication avec le souverain et par la parole royale. Les « députations » ont pour objet de les obtenir, et nous savons que le roi en reçut un grand nombre, de corps, de villes, d’Etats, d’universités, dès qu’il fut rétabli. La province d’Artois, qui accordait une importance particulière à cet acte de réconciliation, obtint assez rapidement satisfaction, bien que seuls les députés ordinaires aient été admis. Le 16 janvier, le duc de Chaulnes écrit de Versailles aux députés des Etats réunis à Arras qu’il a eu la consolation d’« entendre notre auguste Maître ajouter aux marques de bonté et de sensibilité qu’il [...] a témoignées, ces propres mots : J’ai toujours été content d’eux dans tous les temps » (SFW, VII, 187). On échange par l’intermédiaire de d’Argenson des « preuves » et des « marques », d’amour d’un côté, de « protection » et de « bonté » de l’autre. Enfin, lors de l’audience du 19 janvier, à l’évêque de Saint-Omer, qui conduit la députation et supplie le roi de rendre l’« espérance » à la « province désolée », ce dernier répond : « La province n’a rien perdu de mon amitié ; elle peut être tranquille, et vous pouvez l’en assurer de ma part » (ibid, VII, 190 et Luynes, XV, 379).

  • 10 Voir aussi Coger, Avertissement de la 2e éd. de son poème, dans JS, 08, 575 ; Lettre à un ami de P (...)

41Le pardon accordé, la faute est réparée. Seuls l’oubli et le silence pourraient totalement l’effacer. De tous côtés s’exprime le souhait que « la mémoire de l’attentat » périsse « avec le parricide » (réquisitoire d’O. Joly de Fleury, Arrêt du 30 mars, GA, 08/04). On rêve d’une perte de la mémoire sociale, d’un blanc ou d’une intermittence à la faveur desquels l’attentat serait pour la conscience comme s’il n’avait jamais été. « Nous voudrions pouvoir abolir entièrement la mémoire de l’exécrable forfait dont nous avons eu le malheur d’être témoins » (JS, 03, 185). « Tous les bons Français ne cherchent présentement qu’à oublier le scélérat et son action » (GU, 08/04)10.

  • 11 Voir JS, 03, 185-186 ; 08, 575 ; GA, 08/04 ; Caulet, Discours, p. 9.

42Mais l’histoire ne s’efface pas si facilement. Les renseignements que donne finalement la GF, après le supplice et au terme d’une sévère censure, le prouvent, comme l’Avertissement des Pièces originales du procès, qui rappelle que les « vérités fâcheuses » appartiennent à l histoire comme les événements les plus glorieux (p. IV). L’immersion dans l’histoire, la vigilance de sa mémoire ininterrompue, rendent impossible la réussite totale de l’opération magique de réparation. Il faut ruser avec elle, opposer à l’archive du mal celle du bien, à une souillure persistante l’efficace supérieure de l’amour et du zèle, et plus encore de la parole qui les célèbre. La fonction essentielle des textes que suscite l’événement, c’est précisément d’expier par la « peinture » expressive de l’émotion nationale. Fréron le dit de la façon la plus claire (AL, II, 258)11 :

« Tandis que son forfait déjà gravé en caractères de sang dans tous les fastes de l’univers ne peut échapper à la connoissance des siècles à venir, nous taire seroit un crime ; et nous ne pouvons, je crois, mieux venger la patrie, la mieux justifier aux yeux de nos contemporains et de nos descendans, mieux consoler le Roi lui-même, que par des peintures sans nombre de l’excès de notre douleur et de notre indignation, que par des témoignages multipliés de notre tendresse et de notre attachement pour la personne du meilleur des souverains. Les véritables sentimens des cœurs François sont consignés dans les pièces d’éloquence et de poésie dont cette fatale catastrophe est le sujet ; le cri général de la Nation s’y fait entendre ; elle parle par la voix de ses poëtes, de ses orateurs, de ses historiens, et de ses autres écrivains ».

43Il y va, dans ce procès, de la reconnaissance sociale. La peur du rejet, qui domine les consciences, le besoin d’une publication répétée de la justification devant le pouvoir et l’histoire, se font jour à travers les conduites et les représentations magiques antérieures qu’elles modifient profondément. De là un discours ambigu, fait de références à deux univers de signification qui se fondent souvent l’un dans l’autre : la souillure d’essence religieuse devient (ce qu’elle était déjà, mais moins directement) exclusion sociale ; la réparation, qui peut être encore l’effacement du nom du coupable, le sacrifice de la victime expiatoire, devient réintégration sociale, récupération de la bienveillance du pouvoir, projection d’images valorisantes dans l’histoire. On assiste à une passation de pouvoir, au transfert du sacré, encore ancré dans un sol archaïque et biblique, à l’écriture et à la mémoire historique.

Notes

1 Voir Ode par Mr R... D..., JE, 15/03, 129 ; Ode sur l’attentat, BN n. a. fr. 15591, fol. 141-142 ; ou les Vers sur ta mort de M. de Fontenelle écrits par une « demoiselle de vingt ans » : Fontenelle est mort heureusement quatre jours après la « fatale époque » de l’attentat :
« Grand Fontenelle, une mort prompte
T’en dérobe à jamais l’horreur :
Du siècle dont tu fus l'honneur
Tu n’as pu supporter la honte ».
(AL, I, 190).
Presque aucun texte, même ceux que la censure interdit (par ex. la Lettre à un ami de Province, p. 1-2, 23, 27), ne manque d’exprimer ce sentiment obligé.

2 Le texte de GA est repris dans le ms Shackleton, p. 9-100, et dans BN f. fr. 10479, fol. 551, avec une précision supplémentaire et fantaisiste : « Le Mémoire que M. le Prince de Crouy commandant de la ville d’Arras a envoyé au Parlement [...] constate que ce dernier [Damiens] qui a osé attenter à la vie de Sa Majesté est propre neveu de celuy qui avoit comploté l’assassinat du Cardinal de Noailles ».

3 Ceci rappelle curieusement les propres paroles de Damiens le lendemain de l’attentat, lorsque Croÿ l’interroge : « Je lui demandai s’il était d’Artois. Il me dit : Oui, pour la vie et pour la mort ! les Artésiens sont francs ; ils n’ont pas peur ; le Roi n’a pas de meilleurs sujets” » (Journal, I, 369).

4 Doutriau de La Hayette, prêtre à Saint-Omer, écrit dans une Epître au Roi (SFW, VIII, 44) :
« L’illustre de Croy, l’honneur de la province [...]
De ce peuple aux abois a vu couler les pleurs [...].
Nous sommes malheureux, mais sans être coupables ».

5 Voir également la lettre du 14 janv., ibid., p. 94, la lettre des échevins de Saint-Pol, 20 janv., dans E. Edmont, Après l’attentat de Damiens, Saint-Pol, 1921, p. 2, et le prône du curé de Saint-Aubert à Arras, SFW, VIII, 39 : « un monstre sorti à la vérité de cette province, mais que nous abhorrons tous comme un misérable apostat, qui, en s’écartant du lieu de sa naissance, s’est dépouillé des sentimens qu’il y avoit sucés avec le lait »...

6 Ce transfert lui-même allie contradictoirement le secret et le spectacle. Les gazettes décrivent avec un luxe de détails l’énorme appareil militaire qui l’accompagne (détachements de maréchaussée qui se relaient, rues bordées de troupes, gardes chevauchant autour de la « gondole » où est transporté Damiens), en même temps qu’elles insistent sur toutes les mesures destinées à tromper l’attente populaire : heure (de 10 h du soir à 3 h du matin), itinéraire détourné, interdiction signifiée aux riverains de se mettre aux fenêtres (GA, 28/01, GB, GC, 25/01, Barbier, VI, 450). Voltaire conteste ce dernier point, sur le ton du mépris qu’il porte toujours aux gazettes : « Ce mensonge absurde se trouve à la vérité dans les nouvelles publiques de ce temps. Ces nouvelles mercenaires sont toujours écrites par des gens à qui leur obscurité ne permet pas d’être bien informés » (Histoire du Parlement de Paris, Moland, XVI, 96). Cette notation est néanmoins en parfaite concordance avec l’intention profonde qui préside au transfert : le parricide doit être caché, au moment même où l’on en fait sentir la présence redoutable par des précautions excessives. Voltaire remarque qu’« on aurait pris cette entrée pour celle d’un ambassadeur » (ibid.). Damiens semble avoir été conscient du caractère étonnant de ce déploiement de forces : « M. le Duc de Biron, colonel des Gardes, étoit à la tête du Détachement lorsqu’on le conduisit. Il eut l’effronterie de dire à ce Seigneur : Pourquoi donc tant de monde ? “Ah ! Monstre, lui répondit M. le Duc de Biron, quatre hommes suffiroient pour te conduire ; mais on veut empêcher que le peuple ne te déchire et ne te mette en pièces. On ne veut pas que tu évites les tourmens horribles qui t’attendent, et que tu as si justement méritez !” Il répliqua à ce Seigneur, tout m’est égal. Cependant il pâlit peu après, et demanda un verre d’eau. » (CA, 01/02). Dans un des propos recueillis par ses gardes à la conciergerie, Damiens laisse entendre qu’il supposait une autre cause : « a dit qu’il y avoit bien du monde sur pied pour le transfert de Versailles à Paris et sur ce qu’on luy a répondu que c’étoit pour sa conservation et pour empêcher que le peuple ne le mît en pièces à cause de son attentat, il a répliqué que tous ne pensoient pas de même » (19 janv., BN Joly de Fleury 2070, fol. 158 v°).

7 Voir mandement de Beaumont, p. 6-7 ; de l’évêque de Boulogne, p. 1 ; Petity, Péroraison, p, 1 ; Prière du Rabbin Athias, GL, 15/02 ; Lottin, Péroraison d’un discours, p. 4 ; Ode par M. R... D..., JE, 15/03, 129 ; Ode sur l’attentat, p. 2-3 ; chanson sur l’air Réveillez-vous belle endormie, Raunié, VII, 277 ; Action de grâce sur l’air O filii et filiae, ms Mazarine 2853, fol. 79 v°, etc.

8 Arrêt du 29 mars ; le texte paraît dans toutes les gazettes. Le père, la femme et la fille de Damiens prendront le nom de Guillemain. Ils sont élargis le 27 avril, doivent partir dans les 24 heures, et reçoivent une année de la pension que le roi leur accorde, PO, 417-427 ; GB, 26/04, 03/05.

9 D’après les Souvenirs apocryphes de la marquise de Créquy, IV, 41-43, l’évêque d’Amiens écrivit au roi que « le nom de sa ville épiscopale était une de ces propriétés ecclésiastiques qu’il avait juré de maintenir, de transmettre à ses successeurs ». L’intendant d’Amiens, qui avait soutenu le projet pour faire sa cour, reçut du roi dans le grand conseil, un refus ferme et ironique. Selon L.N. J. J. de Cayrol, Essai historique sur la vie et les ouvrages de Cresset, p. 341-342, tout est faux dans ce récit ; le corps de ville d’Amiens, qui n’avait pas été prévenu, ne soutint pas la requête, et l’évêque, ami intime de Gresset, intervint directement auprès de lui.

10 Voir aussi Coger, Avertissement de la 2e éd. de son poème, dans JS, 08, 575 ; Lettre à un ami de Province, p. 5 ; mandement de l’évêque de Boulogne, p. 1.

11 Voir JS, 03, 185-186 ; 08, 575 ; GA, 08/04 ; Caulet, Discours, p. 9.

© Presses universitaires de Lyon, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search