Version classiqueVersion mobile

Études saint-simoniennes

 | 
Philippe Régnier

Races et politique dans l'Histoire de France chez Victor Courtet de l'Isle (1813-1867)

Enjeux de savoir et luttes de pouvoir au xixe siècle

Loïc Rignol et Philippe Régnier

Texte intégral

  • 1 Victor Courtet de l'Isle, La Science politique fondée sur la science de l’homme, ou Étude des races (...)

Je ne crains pas de l'affirmer, l'homme qui n'a pas le sentiment de sa propre dignité, de sa propre valeur, manque en effet de toute valeur, de toute dignité. Si, esclave, vous ne répugnez pas à l'état d'esclavage ; si l'on ne peut vous persuader que vous êtes l'égal de l'homme libre ; si vous ne désirez ni ne cherchez votre affranchissement, je dis que vous méritez vos chaînes, je dis que vous êtes heureux en les portant. Dieu, en donnant à tous les hommes des droits à la liberté et à l'égalité, leur donne aussi des devoirs à remplir. Il ne leur dit pas : Vous serez libres ; il leur dit : Sachez être libres1.

  • 2 Victor Courtet de l'Isle, Tableau ethnographique du genre humain, Paris, 1849, p. 45-46.

Mais, en traçant l'esquisse de ces diversités, nous n'avons tiré aucune ligne de démarcation entre ces fractions successives de la grande communauté humaine. Dans les détails qui les distinguent ou les rapprochent, nous n'avons voulu voir ni confusion, ni séparation radicale. Tous les individus qui composent ces groupes sont des hommes, ce sont des frères. Que la physiologie compte les types ; que la géographie, pour la clarté de ses enseignements, multiplie les catégories, peu importe : une chaîne immense relie intimement tous ces groupes, sous l'empire de l'unité de la grande famille humaine2.
V. Courtet de l'Isle.

1Dans les semaines suivant la révolution de 1830, un jeune provincial de tout juste dix-sept ans, Victor Courtet, originaire de L'Isle-sur-la-Sorgue, dans le Vaucluse, monte à Paris sur un coup de tête, contre le gré de ses parents, « entraîné, dit-il, par la fougue révolutionnaire » :

  • 3 « Aux chefs de la hiérarchie saint-simonienne », archives privées conservées par la descendance de (...)

Quand on me demandait : quel est ton but ? je répondais : je vais vivre. Et, en effet, je venais prendre dans la société le rôle qui m'appartenait, je venais partager la mission des disciples de Saint-Simon3.

  • 4 Ibid., p. 30.

2Converti par la lecture de l'Exposition de la Doctrine de Saint-Simon, Courtet ne reprend ses distances qu'à la fin de 1831, lorsqu'éclate le schisme de Bazard. C'est alors qu'après avoir reproché aux dirigeants de chercher « moins à perfectionner des théories positives qu'à créer des dogmes nouveaux », il déclare vouloir produire sa propre exégèse de Saint-Simon4 et s'engage dans une autre voie. Les secrets de l'Histoire de France et de ses crises révolutionnaires résident, croit-il désormais pouvoir affirmer, dans la science des caractères physiques des races humaines. Pour se fonder comme sciences, l'histoire et la politique doivent selon lui trouver la positivité qui leur manque dans l'objectivité des observations ethnologiques. C'est dans les différences de constitution physiologique des hommes qu'il faudrait situer la vérité de la hiérarchie sociale et de l'organisation politique, ainsi que le ressort de l'évolution des sociétés.

  • 5 Outre J. Boissel, on peut également consulter Claude Blanckaert, « Le système des races », dans Isa (...)

3Pour cerner l'originalité des thèses de Courtet de l'Isle, il importe de remettre en lumière les grandes lignes de l'interprétation politique de la guerre des races développée par les historiens de la Restauration, dont il hérite les préoccupations. On précisera ensuite les enjeux du nouveau fondement théorique, emprunté à l'anthropologie, dont il entend doter la science de l'Histoire. Il sera alors possible de comprendre comment, au point d'articulation d'une aspiration politique et d'une prétention épistémologique nouvelles, le jeune saint-simonien explique l'émergence de l'égalité sociale et démocratique en France5.

Les enjeux libéraux de la notion de race

4Pour rendre compte de la crise sociale et politique entraînée par la Restauration, François Guizot et Augustin Thierry, entre autres, désignent un adversaire théorique commun : le comte de Montlosier, lequel, en 1814, dans son essai De la monarchie française, réclamait le rétablissement des prérogatives de la noblesse. Ainsi, pour contrer l'offensive intellectuelle de ce dernier et pour rendre compte de la conjoncture historique, ils explorent le passé et reprennent à leur compte le vieux thème de la guerre des peuples, des « races » ennemies violemment réunies par la conquête sur le sol de France.

5Leurs recherches historiques répondent donc à une exigence politique. Plus que d'une histoire politique, il s'agit à proprement parler pour eux d'une politique de l'histoire, c'est-à-dire d'une utilisation de la connaissance historique comme une arme dans le combat contre la Restauration et les revendications de l'aristocratie. Augustin Thierry – alors secrétaire et disciple de Saint-Simon (au point d'être publiquement présenté comme son « fils adoptif ») – s'en ouvre franchement :

  • 6 Lettres sur l'histoire de France, pour servir d'introduction à l'étude de cette histoire, Avertisse (...)

En 1817, préoccupé d'un vif désir de contribuer pour ma part au triomphe des opinions constitutionnelles, je me mis à chercher dans les livres d'histoire des preuves et des arguments à l'appui de mes croyances politiques6.

6Savoir des antiques luttes entre vainqueurs et vaincus des invasions, le discours historique donne lieu, en retour, à une lutte des savoirs pour imposer une interprétation de l'Histoire de France qui les relate.

7L'événement fondamental et fondateur qui, du plus profond des âges, continue de régir l'actualité, d'en déterminer le sens, c'est donc bien la conquête :

  • 7 Dix ans d'études historiques, éd. or. 1835, Paris, Tessier, 1839, p. 319.

Il y a vingt siècles que les pas de la conquête se sont empreints sur notre sol ; les traces n'en ont pas disparu ; les générations les ont foulées sans les détruire ; le sang des hommes les a lavées sans les effacer jamais7.

8La société française en porte encore les stigmates et la Restauration, à sa manière, tire son intelligibilité de cette réalité primitive. Elle en constitue un effet et un écho éloignés. Les convulsions contemporaines ne sont donc que les manifestations visibles et marquantes d'un mouvement sourd, profond et souterrain de l'Histoire de France depuis la victoire franque :

  • 8 Ibid., Préface, p. 7.

Je crus apercevoir, dans ce bouleversement si éloigné de nous, la racine de quelques-uns des maux de la société moderne : il me sembla que, malgré la distance des temps, quelque chose de la conquête des barbares pesait encore sur notre pays, et que, des souffrances du présent, on pouvait remonter, de degré en degré, jusqu'à l'intrusion d'une race étrangère au sein de la Gaule, et à sa domination violente sur la race indigène8.

  • 9 On sait que Marx ira puiser chez ces historiens le concept de lutte de classes. Voir en ce sens sa (...)
  • 10 Considérations sur l'histoire de France, éd. or. 1840, Œuvres complètes, t. IV, Paris, 1846, p. 117

9Le régime de Louis XVIII se trouve ainsi inscrit dans la longue durée de la société française, dont le canevas, tel que l'écrivent les historiens, met l'accent sur deux moments forts : la Conquête, au ve siècle, et la Révolution, en 1789. Par la première, la race des Francs asservit la race des Gaulois et organise sa domination à travers les lois et les institutions. L'antagonisme des nations réunies de force sur le sol du même pays se transforme en lutte de classes, brisant l'unité apparente de la société9. Ce schéma historique, Thierry l'étend à l'ensemble des sociétés européennes et l'élève au statut d'une « théorie de la dualité nationale10 » :

  • 11 Introduction à l'Histoire de la conquête de l'Angleterre par les Normands, de ses causes et de ses (...)

Les classes supérieures et inférieures, qui aujourd'hui s'observent avec défiance ou luttent ensemble pour des systèmes d'idées et de gouvernement, ne sont autres, dans plusieurs pays, que les peuples conquérants et les peuples asservis d'une époque antérieure. [...] La race des envahisseurs est restée une classe privilégiée, dès qu'elle a cessé d'être une nation à part. [...] La race envahie, dépouillée de la propriété du sol, du commandement et de la liberté, ne vivant pas des armes, mais du travail, n'habitant point des châteaux forts, mais des villes, a formé une société séparée, à côté de l'association militaire des conquérants11.

10La Révolution amorce un renversement complet, une revanche intégrale des anciens vaincus – le tiers état, né des Gaulois – sur leurs vainqueurs d'autrefois – la noblesse, issue des Francs. La société d'ordres, effet et signe de l'asservissement originel, a vécu. La république une et indivisible, née sur les ruines des privilèges, engage ainsi la reconquête. En 1820, Guizot énonce cette analyse sans détour :

  • 12 François Guizot, Du gouvernement de la France depuis la Restauration, et du ministère actuel, Paris (...)

La révolution a été une guerre, la vraie guerre, telle que le monde la connaît entre peuples étrangers. Depuis plus de treize siècles, la France en contenait deux, un peuple vainqueur et un peuple vaincu. Depuis plus de treize siècles, le peuple vaincu luttait pour secouer le joug du peuple vainqueur. Notre histoire est l'histoire de cette lutte. De nos jours, une bataille décisive a été livrée. Elle s'appelle la révolution. [...] Le résultat de la révolution n'était pas douteux. L'ancien peuple vaincu était devenu le peuple vainqueur. À son tour, il avait conquis la France12.

11Mais ce juste retour des choses, loin de relancer le cycle de la violence, doit amener la paix définitive.

  • 13 Rapport sur les travaux de la collection des monuments inédits de l’histoire du tiers état, adressé (...)

12Pour Thierry, qui pose le même diagnostic que Guizot, la Révolution promet et annonce une réconciliation et une fusion des deux nations et des deux classes rivales en « une seule masse nationale, désormais compacte et homogène13 ». La marche du Tiers, raconte-t-il, aboutit à un rassemblement de la famille divisée :

  • 14 Préface à l'Essai sur l'histoire de la formation et des progrès du tiers état, suivi de deux fragme (...)

Elle finit à la réunion des trois ordres en une seule et même assemblée, quand cesse le schisme qui séparait du Tiers État la majorité de la noblesse et la minorité du clergé, quand l'illustre et malheureux Bailly, présidant ce premier congrès de la souveraineté nationale, peut dire : « La famille est complète », mot touchant qui semblait de bon augure pour nos nouvelles destinées, mais qui fut trop tôt démenti14.

13Guizot estime de même que la Révolution a bien donné à ses mots d'ordre de liberté et d'égalité une valeur de réunification :

  • 15 Supplément aux deux premières éditions du gouvernement de la France depuis la Restauration, et du m (...)

j'interroge la révolution dans son ensemble ; et je dis à mon tour qu'elle a voulu l'égalité, c'est-à-dire la justice pour tous ; la liberté, c'est-à-dire la soumission de tous à des lois conçues dans l'intérêt de tous15.

14Plus clairement encore, il déclare que, si « la révolution avait reçu [du passé] deux peuples », « la France nouvelle n'en veut plus qu'un ». Seule l'égalité juridique peut mettre un terme définitif à la rivalité millénaire constituant l'Histoire de France, abolissant pour toujours les traces de l'ancienne soumission dans les esprits et dans les faits :

  • 16 Ibid., p. 21 et 19-20.

C'est dans le sein du droit, et là seulement, que peut venir s'abîmer cette distinction de deux races, de deux peuples, qui faisait jadis votre orgueil parce que vous étiez forts, et qui maintenant vous effraie parce que vous êtes faibles. Eh bien ! Puisque vous êtes faibles, consentez à devenir les égaux des forts. C'est nous qui voulons qu'il n'y ait plus ni vainqueurs ni vaincus16.

  • 17 Du gouvernement de la France depuis la Restauration, et du ministère actuel, Paris, 1820, p. 3.

15La Restauration continue dans un premier temps, avec la Charte, l'œuvre de fraternisation nationale engagée par la Révolution, le Consulat et l'Empire. Guizot soutient que Louis XVIII se range dans un premier temps du côté du tiers état, vainqueur de la révolution : « Le roi se fit donc, par ce seul acte [i.e. la proclamation de la Charte], le chef des conquérants nouveaux. Il se plaça dans leurs rangs et à leur tête, s'engageant à défendre, avec eux et pour eux, les conquêtes de la révolution qui étaient les leurs17. » Mais en 1820, les ultras, enivrés par leur entrée massive à la Chambre, impriment un coup d'arrêt à ce mouvement. Ils entreprennent de rétablir les privilèges et distinctions de l'Ancien Régime, rallumant, de la sorte, la haine entre les races. Les historiens libéraux répètent à l'envi qu'il convient, au contraire, pour pacifier le corps social et stabiliser l'État, de relancer le processus d'amalgame et de réconciliation des entités adverses.

16Reste à savoir ce qu'ils entendent au juste par ce mot de races.

  • 18 Lettres sur l'histoire de France..., p. 15.
  • 19 Dix ans d'études historiques, p. 331-332.
  • 20 Augustin Thierry, ouvr. cité, Préface, p. 14.

17Son acception n'est pas facile à déterminer, en particulier chez Augustin Thierry. Les intentions polémiques et les règles de méthode sous-tendent cependant manifestement son emploi. Chez lui en effet, le mot constitue d'abord une charge politique contre le mode d'écriture de l'histoire qui fut propre, naguère, aux historiographes de l'Ancien Régime, et qui demeure toujours en usage, au présent, chez ses apologistes. Le récit y est entièrement commandé et orienté par la personne du monarque et l'entourage de sa cour, de sorte qu'« un petit nombre de personnages privilégiés occupent seuls la scène de l'historique ». Le Roi, déplore Thierry, masque le royaume, le peuple est occulté au profit des grandes figures de l'État, de leurs naissances, mariages et décès, de leurs guerres et de leurs alliances : « la masse entière de la nation disparaît derrière les manteaux de cour18 ». Ainsi l'ancien secrétaire de Saint-Simon explique-t-il, à rebours du lointain ancêtre de ce dernier, le duc de Saint-Simon, que « la vraie histoire du pays, l'histoire nationale, l'histoire populaire [...] reste à écrire ». « Il nous manque l'histoire des citoyens, insiste-t-il, l'histoire des sujets, l'histoire du peuple », car « le progrès des masses populaires vers la liberté et le bien-être nous semblerait plus imposant que la marche des faiseurs de conquête, et leur misère plus touchante que celle des rois dépossédés19 ». Aussi, Thierry propose-t-il une rénovation, mieux, une révolution du discours historique pour lui permettre de rendre raison de l'émancipation du peuple dans l'Histoire réalisée par la Révolution : il faut « planter, pour la France du dix-neuvième siècle, le drapeau de la réforme historique20. » Les populations, actrices de la révolution de l'Histoire, doivent par conséquent devenir les figures centrales de l'histoire. On retrouve en filigrane de ces analyses la loi de succession réciproque des révolutions politiques et des révolutions scientifiques formulée par Saint-Simon, familière à Thierry comme à Auguste Comte, son autre illustre secrétaire et disciple.

  • 21 Texte publié initialement dans le Courrier français en 1820, recueilli dans la première édition des(...)

18L'acception du terme de race chez Thierry découle de ces considérations. Son objectif épistémologique est en effet de substituer aux races royales, au sens où Ton parle des trois races des rois de France, des races désignant des nations et des populations entières. Les races-familles d'une élite privilégiée, celles des généalogies monarchiques et aristocratiques, doivent céder la place aux races-peuples de l'histoire nationale. Le texte intitulé « Sur la classification de l'Histoire de France par races royales21 » s'avère sur ce point particulièrement éclairant :

  • 22 Dix ans d'études historiques, éd. or. 1835, Paris, 1883, p. 288.

Supposez un étranger, homme de bon sens, qui connaisse quelque peu les historiens originaux de la chute de l'empire romain, et qui n'ait jamais ouvert un seul volume moderne de notre histoire. Supposez que, rencontrant pour la première fois un de ces livres, il en parcoure la table, et qu'il y remarque, comme point saillant, comme base de tout l'ouvrage, la distinction de plusieurs races, quelle idée croyez-vous qu'il se forme de ces races et de la pensée de l'auteur ? Très probablement il croira que cette distinction répond à celle des diverses populations, soit gauloises, soit étrangères, dont le mélange, opéré graduellement, a formé la nation française ; et quand il verra qu'il s'est trompé, que ce sont simplement différentes familles de princes sur lesquelles roule tout le système de notre histoire nationale, il sera sans doute fort étonné. Pour nous, habitués dès l'enfance à un pareil plan historique, non seulement il ne nous choque point, mais nous n'imaginons pas même qu'il soit possible d'en trouver un autre ; nous demandons simplement aux écrivains d'y faire entrer le plus qu'ils pourront de bonnes maximes et de beau style22.

19Chez Augustin Thierry, le mot de race brille donc par son éclat polémique, il s'offre comme l'envers et la négation de l'histoire dynastique des rois et l'entraîne à ce titre à un certain lyrisme :

  • 23 Ibid., p. 292.

Il n'y aurait pas besoin de diminuer, avec intention, l'importance des races royales, pour que celle des races populaires frappât davantage l'imagination du lecteur. Ce seraient de grands arbres qui s'élèveraient tout à coup dans un champ parsemé de buissons, des fleuves qui naîtraient dans une plaine arrosée par de petits ruisseaux23.

  • 24 Le supplément de l'Encyclopédie donne cette définition : « RACE, n. f. genus, eris (terme de Généal (...)
  • 25 Ce projet est affiché dès le titre de la brochure : De la réorganisation de la société européenne, (...)

20En somme, si la race sous l'Ancien Régime se définit d'abord comme l'anti-peuple24, elle incarne, après la Révolution, l'anti-royauté et l'anti-noblesse. C'est dire combien ce concept forme le cœur de la politique de l'histoire inaugurée par Augustin Thierry sous l'impulsion antinobiliaire de Saint-Simon. Que le projet scientifique et politique de ce dernier inspire la problématique de Thierry, il suffit pour s'en convaincre de relire la brochure de 1814, cosignée avec Thierry, où, à l'échelle européenne, il propose, pour réorganiser le continent autrement que par les voies de la conquête napoléonienne ou de l'hégémonie des rois de la Sainte-Alliance, de « rassembler les peuples de l'Europe en un seul corps politique, en conservant à chacun son indépendance Nationale25 ».

21La pensée philosophique et historique de Courtet de l'Isle recueille ouvertement cet héritage. Bien qu'il s'abstienne publiquement d'y faire nominativement référence, il ne pouvait d'autre part en ignorer l'inspiration saint-simonienne, patente, comme on peut le présumer, aux yeux de tous ses contemporains un peu au fait du rôle de Saint-Simon dans la vie intellectuelle de la Restauration. Sa conception de l'histoire est elle aussi démocratique, orientée par la montée en puissance du peuple :

  • 26 La Science politique..., p. 274.

S'il est vrai que depuis le commencement de ce siècle une ère nouvelle soit ouverte aux études historiques, c'est assurément par l'intervention du principe nouveau qui appelle les historiens à la recherche et à l'intelligence des grands intérêts populaires. Que sont désormais les récits des actions individuelles des grands, des guerriers et des rois, auprès de l'imposant tableau de la marche ascendante des peuples26 ?

22Les relations des races entre elles sont donc, chez lui, le véritable moteur de l'Histoire, la trame profonde et cachée de l'organisation des Etats et des sociétés :

  • 27 « Origines indo-européennes. Étude historique sur les peuples de race blonde », Revue indépendante,(...)

Mais les États eux-mêmes, que sont-ils ? En quoi leur destinée a-t-elle pour nous tant d'importance, si l'on fait abstraction des peuples qui s'agitent dans leur sein ? On n'a point recherché, distingué, suivi dans leurs vicissitudes, les races juxtaposées ou confondues qui constituent le fond des anciennes sociétés. On a fait, en un mot, l'histoire de l'État ; on n'a point fait l'histoire de la race. C'est cette voie nouvelle qui désormais est ouverte à la science. Ce sera l'ère véritable de la philosophie de l'histoire27.

  • 28 Voir Jean-Jacques Goblot, La Jeune France libérale. Le Globe et son groupe littéraire, 1824-1830, P (...)

23Pourtant, en se rattachant à la nouvelle École historique28, Courtet de l'Isle entend doter l'analyse historique d'un nouveau fondement. L'anthropologie doit jeter les bases d'une science de la politique et de l'histoire. La « race » ne se définit plus alors négativement par rapport aux races royales, mais positivement par rapport aux races de l'histoire naturelle. L'histoire et la politique s'inscrivent désormais dans l'ordre biologique.

La refondation anthropologique de la science historique

24Le titre et le sous-titre du maître-ouvrage de Courtet, publié en 1837, résument exactement son ambition et son programme : « La Science politique fondée sur la science de l'homme. Étude des races humaines sous le rapport philosophique, historique et social ». Il y a bien là le projet de faire subir au discours historique une véritable mutation épistémologique.

25Le chemin vers une anthropologie de l'histoire avait été frayé par William-Frédéric Edwards, éminent physiologiste et anthropologue, le propre fondateur, en 1839, de la Société ethnologique de Paris, dont Courtet de l'Isle était membre et deviendra le secrétaire-adjoint en 1846, aux côtés du secrétaire en titre, son ami Gustave d'Eichthal, lui aussi d'obédience saint-simonienne. Tous deux figurent en compagnie d'une pléiade d'autres adeptes, déclarés ou repentis : outre Adolphe d'Eichthal, le banquier et le frère de Gustave d'Eichthal, figurent sur les listes d'adhérents les noms d'Euryale Cazeaux, Michel Chevalier, Adolphe Guéroult, Charles Lambert, Olinde Rodrigues, Ismaÿl Urbain et Pierre Verrollot.

  • 29 Mémoires de la Société ethnologique, t. I, 2e partie, Paris, 1841, p. 1-108.
  • 30 Ouvr. cité, p. 108.
  • 31 Il faut noter qu'Amédée Thierry, connaissant le contenu de cette lettre, prend acte de la pertinenc (...)

26Edwards est en effet l'auteur d'une brochure, publiée dix ans plus tôt, précisément intitulée « Des caractères physiologiques des races humaines considérés dans leurs rapports avec l'histoire ». Texte fondateur de la Société ethnologique, il est réédité par elle en guise de manifeste29. Rédigée sous la forme d'une lettre à l'historien Amédée Thierry, le frère d'Augustin, la brochure propose publiquement à l'histoire de trouver son socle positif dans une « alliance » avec l'histoire naturelle30. Le tournant scientifique qu'il propose tient de ce fait à la substitution de la race prise dans un sens pleinement physiologique à la race-peuple, d'inspiration politique, des historiens libéraux31. Edwards engage la discussion sans détour :

  • 32 Des caractères physiologiques des races humaines..., p. 2-3.

Qu'a l'histoire à démêler avec la physiologie ? Quelle lumière peut-elle en emprunter ? Il y a longtemps que je pense, et je ne suis pas le seul de cette opinion, qu'elle peut en tirer un grand secours ; et si longtemps elle lui a été étrangère, c'est faute d'en avoir étudié les rapports. [...] Votre frère a ouvert la carrière en histoire. Il a distingué les divers peuples qui constituaient la nation, et a suivi attentivement les vicissitudes de leur sort. Vous avez adopté sa marche [...]. Les caractères par lesquels vous les distinguez sont pris dans la science que vous cultivez. Vous établissez de la sorte des races historiques qui peuvent être tout à fait indépendantes de celles qu'avouerait l'histoire naturelle. Vous en avez le droit ; car chaque science a ses principes ; mais il se peut aussi qu'en les suivant vous arriviez au même résultat auquel on parvient par l'application d'une autre science32.

  • 33 « Esquisse de l'état actuel de l'anthropologie ou de l'histoire naturelle de l'homme », Mémoires de (...)
  • 34 Edwards, Fragments d'un mémoire sur les Gaëls, Paris, 1845, p. 32-33. Cf., du même, « De l'influenc (...)

27W-F. Edwards fait aussi valoir que la scientificité de l'étude des races dans l'histoire serait garantie par la permanence et l'invariance de leurs caractères, maintenus en dépit des croisements, des invasions et des influences du climat. « Il n'y aurait pas d'ethnologie, souligne-t-il, si les races ne pouvaient pas durer un temps illimité ». Or il est à ses yeux avéré que « des peuples peuvent subsister avec le même type pendant une longue suite de siècles, qui embrasse presque toute l'étendue des temps historiques33 ». L'« histoire naturelle de l'homme » offrirait ainsi la possibilité de « connaître avec précision l'origine des peuples et de distinguer convenablement le caractère moral des races qui forment une nation34 ».

28C'est clairement à la suite d'Edwards, mais dans une démarche moins diplomatique, que Courtet critique l'emploi galvaudé du terme race chez les historiens :

  • 35 La Science politique..., p. 32-33. On sait la proximité de Dumesnil avec Michelet.

Les mots ont reçu une extension qu'ils ne comportaient pas, souvent même un sens détourné. C'est ainsi que les historiens, forts de l'incompétence d'un public imbu d'une vieille science qui comptait pour rien les diversités naturelles des hommes, ont employé le mot de race dans toutes les acceptions possibles, tantôt pour désigner la généralité des hommes, tantôt pour désigner une peuplade, une famille, tantôt pour marquer des différences de mœurs et de langues entre les nations, tantôt enfin, comme l'auteur des Mœurs politiques, M. Alexis Dumesnil, pour établir des distinctions purement métaphysiques35.

29Fondant la science de l'histoire sur la science de l'homme, Courtet de l'Isle pense que la discipline historique doit puiser dans l'observation des caractères objectifs des nations la positivité qui lui manque. Π devient possible de découvrir, dans le présent, des témoignages vivants du passé :

  • 36 Ibid., p. 84-85.

Je reconnais donc, avec lui [i. e. Edwards], que l'on peut physiologiquement retrouver les peuples anciens dans les peuples d'aujourd'hui, et que par conséquent l'étude de leurs diversités naturelles prête aux recherches historiques un nouveau principe. [...] C'est par des découvertes de cette nature que la physiologie peut offrir à l'histoire la plus précieuse sanction36.

30Pareillement et parallèlement, constatant l'inclination convergente des penseurs français (de Pascal à Saint-Simon via Bossuet et Condorcet) et de la philosophie allemande à poser l'hypothèse de lois régulières du développement de l'humanité, G. d'Eichthal se félicite de voir les naturalistes, à leur manière inductive et causaliste, tendre au même but. Dans l'adresse « aux zoologistes » des Lettres qu'il échange avec Ismaÿl Urbain sur la race noire et la race blanche, et qu'il publie justement en 1839, il développe de son côté l'idée d'une telle alliance avec une similitude qui ne saurait être fortuite :

  • 37 Gustave d'Eichthal et Ismaÿl Urbain, Lettres sur la race noire et la race blanche, Paris, 1839, p.  (...)

Et tandis que les philosophes tendaient ainsi à transformer l'histoire en zoologie, les zoologistes, de leur côté, abordant la question des races, cherchaient à expliquer la destinée des peuples par les caractères primitifs de leur organisation, et préparaient, en sens inverse des philosophes, l'alliance de la zoologie avec l'histoire37.

  • 38 Paris ou les Sciences, les institutions et les mœurs, t. I, Paris, 1847, Introduction, p. 7.

31On assiste là, à n'en pas douter, à la mise en place d'une nouvelle discipline, l'ethno-ou la bio-histoire. Ainsi, quelques années plus tard, Alphonse Esquiros formule-t-il lui aussi l'espoir d'une rencontre bénéfique, d'une sorte de métissage épistémologique. Déclarant d'abord, en 1847, sa conviction que « l'histoire proprement dite doit poser ses bases dans l'histoire naturelle38 », il ne tarde pas à en venir à son tour, en 1848, à la proposition d'une « alliance » :

  • 39 « Des études contemporaines sur l'histoire des races », Revue des deux mondes, t. XXI, 18e a., nouv (...)

Entre la physiologie et l'histoire, nous proposerions volontiers une alliance féconde qui renouvellerait, à propos des races humaines, les bases mêmes de la philosophie pratique39.

32En 1856, Ribeyre de Villemont passe, lui, de la proposition prudente à l'exigence impérieuse :

  • 40 Ethnologie de l'Europe. Origines, migrations et établissements des différentes races qui ont peuplé (...)

Quiconque prétend aujourd'hui à des études historiques sérieuses, doit donc s'informer des résultats de la science ethnologique40.

33Arthur de Gobineau recueille à son tour cette aspiration en prônant l'introduction de l'histoire dans les sciences naturelles, pour l'affranchir des orientations partisanes :

  • 41 Arthur de Gobineau, Conclusion générale de l'Essai sur l'inégalité des races humaines, éd. or. 1853 (...)

Il s'agit de faire entrer l'histoire dans la famille des sciences naturelles, de lui donner, en ne l'appuyant que sur des faits empruntés à tous les ordres de notions capables d'en fournir, toute la précision de cette classe de connaissances, enfin de la soustraire à la juridiction intéressée dont les factions politiques lui imposent jusqu'aujourd'hui l'arbitraire41.

  • 42 Voir Michel Foucault, Les Mots et les Choses, une archéologie des sciences humaines, 1966, rééd. Pa (...)

34De manière générale, les réflexions de Courtet de l'Isle et de ces différents auteurs sur la fondation d'une science de l'Histoire tributaire des enseignements de la physiologie des races sont à replacer dans l'espace polémique opposant l'anthropologie et la linguistique, devenue une science à part entière et inclinant, de ce fait, à se replier sur elle-même et sur son objet42. En effet, qu'est-ce qui définit d'abord l'homme ? Est-il d'abord un être déterminé par ses caractéristiques anatomiques ou par ses caractères linguistiques ? Est-il d'abord un être vivant ou un sujet parlant ? Ces deux objectivations concurrentes de l'homme : l'homme-langage contre l'homme-race pour ainsi dire, ouvrent la voie à deux manières antagonistes d'en retracer l'histoire.

35Courtet, lui, prend nettement position contre les philologues et leur prétention à retracer la généalogie des peuples à partir des caractéristiques des langues. Il partage l'opinion des ethnologues, pour qui les populations peuvent aisément changer d'idiomes, notamment à la suite de migrations et de conquêtes, alors que leurs caractéristiques raciales ne peuvent, elles, jamais totalement disparaître :

  • 43 La Science politique..., p. 123-124.

C'est ainsi que vous savez que les nombreuses classes dont il [i. e. le peuple] se compose diffèrent presque toujours d'origine, et que par conséquent il est faux d'inférer du rapport que vous remarquez entre les langues officiellement adoptées par certaines nations, que la masse des populations qui forment ces nations aient une filiation commune. Il fut un temps, par exemple, où le français était considéré comme la langue de l'Angleterre : était-il donc vrai que les Anglais et les Français fussent jadis un même peuple43 ?

  • 44 Franz Bopp, Grammaire comparée des langues indo-européennes, comprenant le sanscrit, le zend, l'arm (...)
  • 45 De l'origine du langage, éd. or. 1850, trad. avec une préface de Renan, Paris, 1859, p. 7.
  • 46 Pierre-Joseph Proudhon, Essai de grammaire générale, d'après les principes établis par Bergier, dan (...)

36Selon leurs spécialistes, au contraire, les langues ne sont pas seulement ce qui permet à la pensée de s'exprimer, mais, chacune pour son compte, une substance organique, et même un être vivant, qui doit d'abord être pensé en soi. Présentant sa propre démarche de grammairien comparatiste, F. Bopp écrit ainsi qu'il étudie « les langues [...] pour elles-mêmes, c'est-à-dire comme objet et non comme moyen de connaissance ». Son propos, ajoute-t-il, est « d'en donner la physique et la physiologie », bien plutôt que « d'en enseigner le maniement pratique44 ». Quant à Jacob Grimm, il évoque au sujet du langage « sa structure intérieure » et « la loi de l'organisme de langues parentes » – ce qui le fonde à parler, d'une manière qui n'est pas seulement métaphorique, de « l'étude de l'anatomie du langage45 ». En France même, Proudhon soutient à son tour que « toute langue secondaire, tertiaire, mixte, quel que soit enfin son degré de dérivation, forme un système spécial et distinct, ayant ses lois, ses règles, ses constructions, ses idiotismes à lui ; en un mot sa constitution et sa physionomie particulière46 ». Loin d'être innocentes, ces multiples références de la grammaire comparée à l'anatomie comparée procèdent d'une tactique : imiter la méthode de la science rivale, lui disputer son terrain et jusqu'à son objet, en l'occurrence l'établissement de la généalogie des peuples.

  • 47 Friedrich Schlegel, Essai sur la langue et la philosophie des Indiens, 1808, trad., Paris, 1837, p. (...)

37À en croire certains grammairiens, allemands en particulier, la réalité ethnologique fondamentale serait en somme d'ordre linguistique, et non point de nature physiologique. Friedrich Schlegel croit pouvoir assurer que « les différences physiques de la race humaine, du moins en ce que la science a pu découvrir jusqu'ici, ne sont pas d'une très grande importance en matière historique47 ». De même, son compatriote, Friedrich Schoell, assure que la langue est le seul témoin historique fiable des origines ethniques :

  • 48 Friedrich Schoell, Tableau des peuples qui habitent l'Europe, classés d’après les langues qu’ils pa (...)

Le temps ne nous a pas conservé tous les monuments nécessaires pour reconnaître les peuples après tant de révolutions qu'ils ont souffertes, ni pour les suivre dans leurs migrations fréquentes. Mais, nonobstant tous les changements, il leur reste presque toujours un trait caractéristique et particulier qui indique leur origine. Ce trait distinctif, que ni la suite des siècles, ni les variations de gouvernements, ni les mélanges des races ne sauraient entièrement effacer ; c'est la langue48.

  • 49 Jules Michelet, Histoire de France, nouv. éd., t. I, Paris, 1881, p. 198.

38De telles convictions ont suffisamment fait école en France pour que Michelet, allemand sur ce point, partage le postulat répandu que « la langue est la représentation fidèle du génie des peuples, l'expression de leur caractère, la révélation de leur existence intime, leur Verbe, pour ainsi dire49 ». Aussi bien des traits de langue communs pourraient-ils établir l'appartenance à une souche commune, voire unique, de populations pourtant hétérogènes en apparence. Dans un contexte marqué par la prégnance de la thèse, d'inspiration plutôt contre-révolutionnaire, de la langue-mère révélée, donc d'origine divine, toute une série de linguistes se croient fondés à contester la thèse polygéniste, et plus neuve, d'une pluralité originelle d'espèces humaines. À leur suite, Proudhon déduit de la consubstantialité des langues la consanguinité des hommes. Passant du scientifique au politique, et retournant l'idée de la langue originelle commune contre ses inspirateurs, notamment contre Bonald, il en tire argument en faveur de la fraternité républicaine :

  • 50 Proudhon, Essai de grammaire générale..., p. 329-330.

Donc il y aura unité d'origine pour toutes les races humaines comme il y a unité dans leur langage ; et contre des témoignages subsistants, contre des monuments immortels, aucune probabilité contraire, tirée de quelques variétés équivoques dans la couleur, la chevelure, le plus ou le moins d'ouverture de l'angle facial, ne saurait être admise. La parenté des langues prouve la fraternité universelle50.

  • 51 [Anonyme], Phrénologie spiritualiste, philosophique, morale et religieuse. La science sans maîtres,(...)
  • 52 Pierre Gratiolet, Mémoire sur les plis cérébraux de l’homme et des primates, Paris, 1854, p. 22.
  • 53 François Broussais, Histoire des phlegmasies ou inflammations chroniques, fondée sur de nouvelles o (...)
  • 54 Casimir Broussais, Hygiène morale, ou Application de la physiologie à la morale et à l’éducation, P (...)

39De leur côté, les divers et nombreux tenants de l'approche anthropologique, phrénologues, physiognomonistes, anatomistes ou physiologistes, se situent eux aussi dans une problématique pleinement sémiologique. Ils se flattent de savoir localiser et lire sur le corps humain des signes organiques à portée universelle. « Toute la nature est vérité et révélation », écrit Lavater, tandis qu'un anonyme assure que « la forme du cerveau est un livre ouvert sur lequel il suffit de jeter un moment le regard pour en savoir tout le contenu51 ». Aussi étonnant que cela puisse nous paraître, et même en faisant la part d'une tactique destinée à rendre leur démarche acceptable dans une société encore largement dominée par le catholicisme, ces praticiens d'un savoir positif s'accordent pour la plupart à considérer la recherche scientifique comme une quête de la parole divine, une théologie scientifique. Ainsi un spécialiste de l'anatomie comparée, Gratiolet, argue-t-il que sa discipline « nous découvre la pensée qui a dominé la création des groupes naturels par une sorte d'analyse écrite par Dieu même52 ». Et à la suite de François Broussais, décrivant la médecine comme l'art de déchiffrer le « langage de la nature souffrante53 », son fils, le phrénologiste Casimir Broussais, présente l'anthropologie comme une science religieuse des corps, en appelant à ne pas « méconnaî[tre] ce langage vivant, énergique de l'organisme », dans lequel « le Créateur a écrit chez l'homme, en traits de chair et d'os, sa loi, sa mission, sa destinée54 ».

40Analysé au niveau de cette archéologie des savoirs dont Michel Foucault a jeté les bases, le conflit entre grammaire et science de l'homme n'opposerait donc pas le langage au corps, l'organisme de la langue à l'organisme de la race, mais bien les objets respectifs construits par deux discours scientifiques concurrents : le corps du langage de la philologie contre le langage du corps de l'anthropologie.

41Si la langue en effet peut présenter des caractères aussi objectifs que la race, celle-ci s'offre à son tour comme un langage, celui de la nature, susceptible, lui aussi, d'une interprétation. Pareille ambition, on le sait, a irrigué bien des champs de discours du xixe siècle, de la philosophie idéaliste allemande, notamment chez Schelling, à la science sociétaire de Charles Fourier et à la poésie romantique française, de Hugo à Baudelaire.

42Tel est aussi le cas du saint-simonisme. Dans l'optique à la fois politique et religieuse qui est la sienne, il affirme, sans originalité, la nécessité de déchiffrer l'ordre divin de la nature pour accomplir la volonté du Créateur qui s'y exprime dans le langage symbolique, hiéroglyphique, des choses et des êtres. Eugène Rodrigues, dans un texte canonique, est sans doute le premier à le dire :

  • 55 Eugène Rodrigues, Lettres sur la religion et la politique, 1829 ; suivies de l'Éducation du genre h (...)

Dieu est le principe de la vie du monde, le monde vivant lui-même. Les lois qui régissent l'univers sont l'expression de la pensée divine, le verbe, si admirablement défini par saint Jean. Tous les mouvements qui s'opèrent dans son sein sont les actes de Dieu ; la réalisation de sa pensée ; car tout acte n'est autre chose que la manifestation d'une pensée55.

  • 56 Barthélemy Prosper Enfantin, Enseignements faits par le Père suprême, Paris, 1832, p. 153.

43Enfantin le répète, enseignant que « Dieu parle hors de nous comme il parle en nous », de sorte que « nous touchons et [que] nous voyons sa volonté dans la nature56 ». Enfin Charles Lambert fait lui aussi du thème panthéiste de l'omniprésence du Verbe dans la nature, humanité comprise, un point capital de son Traité de philosophie manuscrit :

  • 57 Charles Lambert, Traité de philosophie, premier cahier, « Chapitre I. De l'unité fondamentale de l' (...)

Ces globes obscurs ou enflammés qui suivent en silence leur route mystérieuse, cette mer dont le courroux se brise aux limites fixées, ces forces sans nombre qui, gravitation, électricité, chaleur, ou magnétisme, s'attirant ou se repoussant sans cesse, agitent en tous sens la matière, ces végétaux aux organes variés, aux nuances diverses, ces êtres doués de la vie qui se reproduisent sans fin, meurent renaissent et prouvent par leur succession même qu'il a été un jour où ils n'existaient pas, ces hommes enfin aux pensées fières, au front marqué d'une empreinte céleste, tout rappelle la Divinité à l'esprit qui déjà la connaît. Le doigt de Dieu a laissé sa trace sur l'humble corolle de la fleur des champs aussi bien que sur le Disque éblouissant de l'astre du jour. Les cieux racontent la gloire du seigneur, mais le sage entend seul leurs voix, l'insensé qui a dit dans son cœur : il n'y a point de dieu, est sourd à leur langage57.

Dialectique du mélange des races et avènement de l'égalité démocratique

  • 58 La Science politique...,p. 151.

44La restitution d'un tel contexte aide à mesurer, chez Courtet de l'Isle, la solidarité entre projet politique et projet scientifique, fondements philosophiques et ambition épistémologique. « De nos jours, déclare-t-il, le premier fondement de toute théorie politique, c'est l'histoire58 ». Quant à la science politique elle-même, le théoricien lui attribue pour objet central le concept principal de la doctrine des saint-simoniens, l'association, et il la construit sur la science appelée de ses vœux par les Idéologues et par Saint-Simon en leur temps, la science de l'homme :

  • 59 Ibid., Introduction, p. ii.

La science politique, dans son acception la plus large, est la science de l'association. Le premier élément de l'association, c'est l'homme. La science politique repose donc sur la science de l'homme59.

45L'ethnologie, dans la mesure où elle fournit la connaissance des lois de l'association entre les races, permet d'ériger la politique au rang de science positive. Elle constitue donc l'article premier du savoir nécessaire à l'homme d'État :

  • 60 Tableau ethnographique du genre humain, Avant-propos, p. i.

Qu'est-ce pourtant que cette science des races humaines, si ce n'est la première dont l'homme politique doive nécessairement se préoccuper ? Cette science a pour objet l'étude des lois sacrées de la famille, des nationalités, de l'humanité tout entière60.

  • 61 On comparera sur ce point les plans sur l'avenir tirés dans l'Exposition de la Doctrine de Saint-Si (...)

46Par sa conviction que la science serait à même de rendre compte du passé, mais aussi de recomposer le corps d'une société à volonté pour mieux le gouverner, Courtet de l'Isle participe pleinement au scientisme avant la lettre des saint-simoniens et d'Auguste Comte. L'ordre est ainsi le fondement du progrès61. Il n'est qu'à constater l'invraisemblable degré de sa foi en la puissance, à venir, de l'ethnologie :

  • 62 La Science politique..., p. 395.

Descartes, expliquant le système de l'univers, s'écriait dans un saint enthousiasme : Donnez-moi de la matière et du mouvement, et je vous ferai un monde. S'il m'était permis, à moi, d'imiter cette audace, je m'écrierais à mon tour : Donnez-moi des hommes et des terres, et je vous ferai une société62.

47Pareille ambition ne se comprend qu'en relation avec le sentiment général, exacerbé par la révolution de 1830, que l'ordre social et politique est à reconstruire, de préférence sur de nouvelles normes. Frais émoulu de l'école saint-simonienne, Courtet entend bien produire à son tour un corps d'idées systématique. Une série de thèses logiquement enchaînées organise l'ensemble de son système de pensée.

Thèse I. Principe d'une inégalité native entre les races humaines

48Il règne dans la nature, répète Courtet de l'Isle, des inégalités fondamentales, voulues et hiérarchisées par le Créateur lui-même :

  • 63 Au Congrès convoqué à Paris, en 1835, par l’Institut historique, Paris, s. d., p. 17. Cet « Institu (...)

Quel spectacle nous offre le monde ? Celui d'une classification harmonique, sublime, de tous les êtres créés ; celui d'une gradation immuable, déterminée par la puissance spécifique de chaque être63.

49Au sommet de cette gradation universelle trône le genre humain, fort de la supériorité de son organisation physique et intellectuelle, mais n'échappant pas, à l'intérieur de lui-même, à ce même principe inégalitaire. De même qu'entre les individus, il existe entre les groupes ethniques une inégalité de capacités physiques, intellectuelles et morales :

  • 64 La Science politique..., p. 104.

La conclusion de tous ces faits est qu'il existe entre les races une inégalité naturelle d'intelligence en rapport avec l'inégalité de développement de leur organisation, et qu'il résulte nécessairement de cette double inégalité que toutes les races ne sont point susceptibles du même degré de culture, de civilisation et par conséquent de liberté64.

50En d'autres termes, l'inégalité physiologique détermine, au nom du rapport du physique et du moral, une inégalité intellectuelle et morale correspondante, se traduisant par une inégalité sociale :

  1. Il existe dans le sein de l'espèce humaine une évidente gradation dans les caractères physiologiques des races.

    • 65 Au Congrès convoqué à Paris..., p. 13.

    Cette gradation entraîne une gradation analogue de facultés morales. Or, partout où des races diverses sont associées, cette double inégalité doit infailliblement déterminer une gradation sociale65.

51Le secret des institution sociales et politiques, le dernier mot de la constitution même des États, se trouve enfoui dans les différences natives des races réunies sur le même sol. Au terme d'un raisonnement très semblable à celui par lequel Bonald prétend lire la révélation dans les racines des langues, la science des races, pour l'anthropologue de l'histoire, fait ainsi figure de science sociale révélée.

Thèse II. L'inégalité naturelle des races détermine la hiérarchie des classes

52Adoptant les thèses d'Augustin Thierry sur la formation des classes à partir de races associées par le fer et le sang des invasions, Courtet de l'Isle postule que la classification sociale correspond très exactement à la gradation des races :

  • 66 « De l'influence des races humaines, sur la forme et le développement des sociétés », journal de l' (...)

Lors donc que des races inégales, ou des individus inégaux, se réunissent pour former une même société, les distinctions qu'ils établissent entre eux doivent être en quelque sorte l'expression du rapport naturel de leurs facultés respectives66.

53La loi de l'organisation sociale et politique d'une nation puise donc sa source dans une inégalité naturelle des races. L'ordre d'une société donnée n'est que le reflet de sa composition raciale :

  • 67 Au Congrès convoqué à Paris..., p. 18-19.

Je dis donc que par cela seul que les races diffèrent d'organisation, elles diffèrent de virtualité et par conséquent de destination providentielle. Je dis que partout où plusieurs races formeront une association, les premières exerceront sur les autres l'action de suprématie que légitime et rend inévitable leur supériorité de facultés natives. En un mot, le rapport des races entre elles, le degré de leur inégalité, les conditions variables de leur fusion exerceront la plus grande influence sur la nature des institutions humaines. Voilà ce qui a été méconnu jusqu'à ce jour ; voilà ce que je viens en ce moment constater67.

54À ce compte, la coexistence de races très inégales produit une société très hiérarchisée, où la servitude de la race la plus défavorisée par la nature est absolue. La rencontre de races plus égales engendre en revanche une organisation sociale dont la hiérarchie s'avère moins inégalitaire. Enfin, un ordre social égalitaire dérive de la grande proximité des capacités natives des populations mises en présence :

  • 68 Ibid., p. 42.

Si, d'un autre côté, plusieurs variétés de la même race, dont la virtualité est à peu près égale, s'associent, il s'établit entre elles, non des rapports semblables à ceux de maîtres et d'esclaves, mais une sorte d'égalité, toujours proportionnée aux différences plus ou moins sensibles de leur organisation68.

  • 69 Il faut prendre l'expression dans le sens que lui a donné Tocqueville à la même époque, c'est-à-dir (...)

55Mais si l'ethnologie peut rendre compte de l'origine d'une stratification sociale, donc d'une stabilité relative, comment expliquer l'histoire, le passage d'une constitution sociale à une autre ? Et, plus précisément, comment l'avènement de la démocratie est-il possible69 ?

Thèse III. L'égalité démocratique par le croisement des races

  • 70 C'est ainsi que pour Courtet de l'Isle, le régime des castes en Inde survit depuis des millénaires. (...)
  • 71 La Science politique…, p. 83-84.
  • 72 Dès la parution de son essai, le médecin fouriériste Baudet-Dulary, pourtant très critique, a bien (...)

56Puisque la hiérarchie des races sous-tend la hiérarchie sociale, celle-ci ne peut se modifier que par une transformation de celle-là : tout part des races, tout y revient. Puisque le biologique détermine le social, seule une modification biologique peut entraîner une modification sociale. Or, une telle transformation physiologique des races, nécessaire pour une évolution corrélative de la structure sociale et politique, ne peut s'opérer que sous l'effet d'une cause organique : le croisement des races. Ce qui vient de l'organisation ne peut être modifié que par l'organisation. Pour Courtet de l'Isle – reprenant ainsi à son compte l'argument principal invoqué par les polygénistes – les influences extérieures (climat, genre de vie, alimentation, civilisation, éducation) ne peuvent rivaliser avec la force interne des organismes : le corps prime sur le milieu. C'est dans le métissage que réside le moteur de l'histoire des sociétés, le facteur physiologique sans lequel leurs constitutions resteraient essentiellement invariables70. En effet, le propre du mélange est d'engendrer un produit moyen entre les races, tenant également de l'une et de l'autre : « dans le croisement de deux races fort différentes, l'universalité des faits prouve que les enfants sont la reproduction moyenne des parents71 ». Le mélange des races constitue le facteur recherché d'uniformisation et de progrès vers l'égalité. Là est le cœur de la pensée de Courtet72.

  • 73 Précisons que pour Courtet de l'Isle, le croisement des races abolit leur hiérarchie, leur inégalit (...)

57De la combinaison de ces thèses résulte une subtile dialectique de l'égalité et du croisement. Si, d'une part, le sentiment d'égalité entre les hommes favorise les croisements en combattant les préjugés qui les entravent, d'autre part, ces unions introduisent une égalité réelle entre les races. L'idée d'égalité rend possible le croisement et, en retour, le croisement réalise l'idée d'égalité73. Courtet de l'Isle le dit très exactement à l'occasion d'un échange épistolaire avec Eichthal en 1846 :

  • 74 Lettre du 14 septembre 1846, Bibliothèque de l'Arsenal, Fonds d'Eichthal, ms. 13750/265 (souligné p (...)

Il est certain que si la fusion des races conduit à l'égalité, la propagation des idées d'égalité conduit à la fusion : d'où il suit que l'action des idées est on ne peut plus efficace sur le développement naturel des tendances à l'unité74.

58Aussi bien n'évoque-t-il même plus la perspective première d'une redistribution des instruments de production au profit des « travailleurs » par la spoliation des « oisifs » ou par les mécanismes du crédit (selon les épures successives des saint-simoniens). Revenu de l'approche politico-économique, Courtet de l'Isle se croit en mesure de garantir l'évolution démocratique par l'évolution physiologique, le mélange des classes par le mélange des races. Le progrès naturel des hommes, engendré par le croisement des races, constitue ainsi le fondement authentique du progrès social et politique :

  • 75 Au Congrès convoqué à Paris..., p. 42-43.

Puis, une société étant donnée où plusieurs races naturellement inégales sont superposées les unes aux autres, s'il arrive que les alliances entre les individus de caste différente ne soient point rigoureusement prohibées ; si, au contraire, par une tendance avouée et légitime, ou par une dérogation à des prévisions législatives, les classes se mêlent pendant une longue suite de générations, que résultera-t-il de ce croisement ? Il en résultera d'abord un phénomène tout physique : la fusion, l'identification des races. À leur dissemblance primitive succèdera l'homogénéité ; à la gradation de force, l'égalité, et, tandis que ce progrès s'accomplira dans la nature, on le verra parallèlement s'accomplir dans la distribution des rangs. C'est ainsi qu'un fait primordial, organique, sera la cause des plus frappantes manifestations de la vie d'un peuple75.

59Courtet de l'Isle, en partant des prémisses des historiens libéraux : la conquête de la Gaule par la race étrangère des Francs, propose un nouveau schéma pour expliquer la logique secrète de l'Histoire de France. En effet, la haine et la lutte inextinguibles des classes, héritières des races ennemies, ne peuvent expliquer la Révolution française, car les deux blocs ennemis censés s'y affronter ont disparu depuis longtemps dans l'Histoire. Ils se sont absorbés. Cette critique résume à elle seule la mutation du discours historique. L'anthropologie se présente comme l'instrument intellectuel, le modèle théorique à l'aide duquel il devient possible de penser, enfin scientifiquement selon Courtet, la fusion des races dans l'Histoire :

  • 76 La Science politique..., p. 276-277.

lorsque, considérant la masse des faits, nous voyons presque toutes les nations primitivement divisées en castes, et l'hostilité de ces castes éclater progressivement, jusqu'à ce que, le succès couronnant l'effort des siècles, il se forme une unité de tous ces confus éléments, comment devons-nous expliquer ce mouvement ordinaire de fusion ? Ici, malheureusement, si nous consultons les systèmes les plus avancés de la science historique, nous découvrons encore dans ces systèmes une fâcheuse imperfection76.

60Augustin Thierry, mais aussi la phase républicaine du saint-simonisme (celle-là même qui, sous l'impulsion de Bazard, mettait en avant la lutte des « travailleurs » contre les « oisifs »), sont à l'évidence visés. À propos de sa vision de l'histoire sociale anglaise, l'historien libéral est nommément critiqué pour le caractère « exclusif » et même « réactionnaire » de son système, mettant l'accent sur la division plutôt que sur l'union :

  • 77 Ibid., p. 262-263.

M. Thierry ne voit en toutes choses que le rapport politique des populations violemment associées par les conquêtes des temps passés ; il ne se préoccupe que des conflits primitifs des races, et cherche dans le souvenir de ces anciennes violences, c'est-à-dire dans la perpétuité des haines créées par ces violences, la cause de tous les conflits actuels. [...] Les anciennes invasions, les anciennes conquêtes ayant violemment rapproché, échelonné des populations diverses et rivales, ont fait naître des chocs violents et d'abord maintenu des hostilités redoutables entre les classes ainsi formées ; mais le mélange du sang, l'identification graduelle des intérêts, l'uniformité d'éducation et de mœurs, ont nécessairement détruit ces éléments d'antagonisme, et les révolutions postérieures, les révolutions actuelles surtout, n'ont plus pour cause les mêmes haines, les mêmes souvenirs77.

61Courtet s'inscrit résolument en faux contre les présupposés de son devancier. Il réfute à nouveau l'idée d'une haine entre races se perpétuant indéfiniment à travers les âges, au mépris des fusions :

  • 78 Ibid., p. 279-280.

Ce n'est point parce que les conquêtes du moyen âge ont laissé leur vieille empreinte sur nos sociétés, ce n'est point parce que la distribution primitive des castes subsiste encore de nos jours, que nous sommes animés des mêmes haines. Non, non, telle n'est point, telle ne peut être la cause immédiate et réelle des luttes dont nous sommes témoins78.

62Au total, c'est à une mise en pièces du système historiographique de Thierry qu'aboutit Courtet :

Les classes supérieures et inférieures qui s'observent aujourd'hui ne sont autres, dans ce système, que les peuples conquérants et les peuples asservis d'une époque antérieure. Elles descendent directement des familles qui s'étaient jadis combattues, et, malgré l'issue de leurs combats, leur haine ne s'est jamais éteinte. Plus, au contraire, leur continuel rapprochement a rendu poignant le sentiment de l'oppression, plus s'est accrue leur animosité. Telle est l'idée qui est admirablement développée par M. Augustin Thierry ; mais, malgré les termes spécieux dans lesquels elle est rendue, répétons qu'elle est en partie désavouée par la raison et par l'histoire.

  • 79 Ibid., p. 277-279.

Que la juxtaposition violente de plusieurs races soit constamment la cause d'une inégalité de classes, c'est ce qui ne peut, à mon avis, se nier. Mais que cette juxtaposition, par sa continuité, ne fasse qu'exciter et accroître les haines primitives, c'est ce qui est inadmissible, a priori et a posteriori. M. Augustin Thierry pourrait-il prouver que les familles d'aujourd'hui, qui sont jetées dans des partis contraires, sont la postérité plus ou moins directe des nations différentes, rapprochées jadis par la conquête ? N'est-il pas démontré que des mélanges sans bornes ont confondu leurs types ; que le noble d'aujourd'hui n'est pas plus le noble d'autrefois que le Français n'est encore Germain ; que nul enfin parmi nous n'oserait invoquer la certitude d'une filiation non interrompue depuis plusieurs siècles ? Nous ne savons pas jusqu'à quel point les classes d'aujourd'hui se rapportent aux classes d'autrefois, mais nous savons très bien jusqu'à quel point les conditions d'une universelle fusion ont changé la distribution des anciens habitants. Il est donc naturel d'affirmer que ce mélange, pendant une longue suite de générations, a fait en grande partie disparaître les rapports primitifs des conquérants et des conquis79.

  • 80 Ibid., p. 357.

63Après s'être ainsi démarqué sans retour d'A. Thierry, le jeune anthropologue historien se propose, ni plus ni moins, de réorienter le discours historique, en proposant un mécanisme inverse pour éclairer le sens de l’Histoire de France. Au schéma explicatif de Thistorien : Haine des races née de la conquête – révolution comme reconquête – démocratie et fusion nationale, il substitue une série renversée : Fusion des races – égalité naturellerévolution sociale et politique. La fusion, si elle demeure la valeur suprême, change donc de nature et de statut. Elle n'est pas une promesse à venir, mais une réalité passée. Elle n'est plus une réconciliation morale et juridique, comme chez les historiens français, mais une union biologique. De ce point de vue, la théorie de la Révolution est à refaire. Courtet renverse Tordre des causes. Au lieu d'être l'effet d'une inégalité et d'une sujétion dont les opprimés auraient voulu se défaire pour installer un régime démocratique, la Révolution paraît la conséquence directe d'une uniformité des races, née de leur union organique. Ce n'est plus le sentiment qui commande les événements, mais la physiologie. « La révolution, affirme Courtet, est l'indice certain d'un besoin d'égalité qui a sa source dans le principe même de nos rapports organiques80. » En d'autres termes, si la Révolution française a éclaté, ce n'est pas parce que les races n'avaient pas fusionné, selon la version de Thierry, mais au contraire parce qu'elles s'étaient mêlées et nivelées. C'est l'homogénéité physiologique qui rend nécessaire la démocratie politique et l'égalité sociale. Pour l'obtenir, il a fallu briser le vieux carcan inégalitaire de la société d'ancien régime. L'ordre social, juridique et politique inégalitaire ne pouvait continuer à s'opposer à une égalisation dans l'ordre biologique. L'émancipation des hommes trouve sa source dans la nature des êtres. Courtet est ainsi probablement le premier, au moins en France, à faire jouer dans le champ de l'histoire les mélanges ethniques, pour les ériger en facteur explicatif des processus historiques. Chez lui, le croisement n'est plus seulement un concept biologique, mais un concept historique fondamental. Il constitue donc le pendant, le corollaire de la conquête : si l'invasion d'une nation par une autre apporte avec elle la domination, le croisement des races entraîne l'égalité et la liberté. Le métissage défait ce que la conquête a fait. L'histoire d'une société n'est plus alors l'histoire de la lutte des classes qui s'y affrontent, mais celle de la fusion des races qui s'y opère.

64C'est par conséquent de l'inadéquation, de la distorsion, de l'iniquité entre une parité physiologique réelle des individus et une disparité politique et institutionnelle de leur classement que naissent les crises et les insurrections. Et la fonction des révolutions n'est autre que de mettre les institutions de l'État en conformité avec l'état organique de la société :

  • 81 Ibid., p. 306-307.

Si, par le mélange, l'égalité se produit dans les facultés naturelles des diverses fractions du peuple associé, elle doit aussi se produire dans leurs relations politiques, dans leurs positions sociales. [...] Nous voyons s'opérer le mouvement ascendant des races autrefois asservies, malgré les résistances opiniâtres des privilégiés qui ne veulent point comprendre la légitimité des ambitions plébéiennes81.

65La Révolution française avait amorcé ce mouvement vers la reconnaissance d'une égalité sociale, rendue inévitable par l'égalité de race. Mais cette ascension inexorable du peuple est restée incomplète :

  • 82 Ibid., p. 314. Cf. le Programme de réformes présenté au gouvernement provisoire, du 10 mars 1848, q (...)

La cause de nos crises présentes n'est autre que la lutte confuse des hommes d'intelligence sans privilèges, contre les hommes injustement favorisés par la naissance et le hasard82.

66L'iniquité persistante de l'ordre social suscite des troubles, fomentés par toutes les capacités du pays tenues à l'écart des places et des rangs auxquels elles pourraient légitimement prétendre. Ce qui a motivé 1830 motive encore 1848, que Courtet lit pareillement comme l'écroulement d'une hiérarchie sociale condamnée par le sens de l'Histoire nationale :

  • 83 La Science politique..., p. 311-312.

La France est aujourd'hui dans un état de crise, et cet état ne s'explique que par la distribution injuste des conditions, par le déclassement des hommes que leur intelligence appelle à une influence sociale. [...] Aussi qu'arrive-t-il ? C'est que les individus que la nature a doués d'une virtualité puissante et que le hasard a placés dans des circonstances malheureuses, se jettent dans les voies révolutionnaires83.

67Tout en se situant de prime abord dans la continuité des historiens de la Restauration, Victor Courtet opère en fin de compte une rupture épistémologique et idéologique dont il convient d'évaluer les effets disciplinaires (dans le cadre de l'histoire des sciences humaines et sociales) et culturels (relativement à la postérité de l'idée de race). Sa tentative de rendre l'histoire positive par une alliance avec l'ethnologie paraît bien en effet n'être pas demeurée isolée, que ce soit là l'effet d'une réception à ce jour seulement présumable, en l'état des recherches, ou de convergences objectives. Outre le cas d'Eichthal, et, dans une mesure plus difficile à apprécier, celui des autres adhérents saint-simoniens de la Société ethnologique, un autre exemple au moins élargit le constat que le mode de pensée ethnologique ou plus généralement anthropologique n'a pas pour première, seule et unique perspective de justifier une domination de type colonial ou esclavagiste sur des peuples lointains et infériorisés à dessein, mais qu'il assume une fonction politique au sein même des métropoles européennes. L'hypothèse de Courtet de l'Isle, selon laquelle la liberté et l'égalité, pour ne pas y ajouter la fraternité et compléter ainsi le triptyque républicain du progrès, trouveraient leur ressort positif dans la physiologie des races, se retrouve ainsi quelques années plus tard, en des termes encore plus radicaux, sous la plume d'Alphonse Esquiros. L'émancipation et le progrès n'émanent plus seulement des croisements, comme chez Courtet, mais sont inscrits dans la nature même des races et se déploient nécessairement au fil des siècles :

  • 84 Alphonse Esquiros, Les Fastes populaires, ou Histoire des actes héroïques du peuple, et de son infl (...)

Le vieux monde théologique trembla d'épouvante sur ses bases ruinées, le jour où Galilée s'écria : « La terre se meut, la terra si muove ! » Que deviennent aujourd'hui les doctrines d'immobilité sociale et religieuse, devant la découverte de cette loi : la nature humaine se meut ; l'organisation des peuples est soumise comme celle des individus à une croissance qui prend ses règles dans le temps. Les germes de la perfectibilité humaine et sociale des nations ont été déposés dans les caractères des races : ces germes se développent spontanément et nécessairement. – Que nous chantent après cela les partisans du statu quo, quand ils viennent nous parler de compression ! Le mouvement n'est pas seulement hors de nous ; il n'est pas même dans la partie libre de notre être, dans notre intelligence et dans notre volonté ; non, il est encore dans nos organes ; il est écrit dans notre chair, dans notre sang, dans notre système nerveux, dans les profondeurs de notre cerveau. Vous auriez détruit le progrès dans le monde à coups de canon ; vous l'auriez enchaîné, musclé, garrotté dans des liens de fer, ce dieu mobile et insaisissable, que vous le retrouveriez encore dans votre propre nature. Cette force détestée, incompressible, fatale, elle n'est pas dans les doctrines socialistes : elle est dans l'homme84.

  • 85 Programme de réformes présenté au gouvernement provisoire, 10 mars 1848, Paris, 1848, p. 9.

68Chez Esquiros comme chez Courtet et, en général, sous réserve de plus ample vérification, dans la pensée socialiste de la première moitié du siècle, l'ethnologie ne constitue pas une justification idéologique de l'asservissement et de la conquête, mais bel et bien un instrument de démonstration scientifique de la nécessité d'une émancipation sociale et politique abolissant concrètement les privilèges indus nés des invasions. En 1848, le mot d'ordre que Courtet propose à la République : « ne cherchons en tout que le progrès, mais le progrès réel dans les idées et dans les faits85 », s'inscrit dans la droite ligne du propos, encore empreint de saint-simonisme théorique et militant, qu'il tenait en 1837 à propos de sa « science politique fondée sur la science de l'homme » :

  • 86 La Science politique..., p. 345.

On dira que tout ceci n'est que de la politique subversive. Je n'en disconviens pas, si ce mot signifie politique d'émancipation86.

Notes

1 Victor Courtet de l'Isle, La Science politique fondée sur la science de l’homme, ou Étude des races humaines sous le rapport philosophique, historique et social, Paris, 1837, p. 184.

2 Victor Courtet de l'Isle, Tableau ethnographique du genre humain, Paris, 1849, p. 45-46.

3 « Aux chefs de la hiérarchie saint-simonienne », archives privées conservées par la descendance de V. Courtet, citées par Jean Boissel, Victor Courtet (1813-1867), premier théoricien de la hiérarchie des races. Contribution à l'histoire de la philosophie politique du romantisme, Paris, PUF, 1972, p. 20. Dans cet essai, à l'information riche et utile, J. Boissel commence par établir la filiation de l'œuvre de Courtet avec le saint-simonisme. Son propos principal est toutefois de démontrer qu'il constitue un précurseur de Gobineau.

4 Ibid., p. 30.

5 Outre J. Boissel, on peut également consulter Claude Blanckaert, « Le système des races », dans Isabelle Poutrin dir., Le xixe siècle : science, politique et tradition, Paris, Berger-Levrault, 1995, p. 21-41. Michel Foucault a consacré un cours au Collège de France à la généalogie des discours de la guerre des races : « Il faut défendre la société » (Cours au Collège de France, 1975-1976, Paris, Seuil, 1997). Jean-Claude Girardin en a proposé un commentaire d'ensemble (« Avec Michel Foucault, Histoire, théorie politique et racisme », Les Temps modernes, 53e a., oct.-nov. 1998, no 601, p. 178-196).

6 Lettres sur l'histoire de France, pour servir d'introduction à l'étude de cette histoire, Avertissement, éd. or. 1827, Paris, 1839, p. 1-2.

7 Dix ans d'études historiques, éd. or. 1835, Paris, Tessier, 1839, p. 319.

8 Ibid., Préface, p. 7.

9 On sait que Marx ira puiser chez ces historiens le concept de lutte de classes. Voir en ce sens sa lettre à Joseph Weydemeyer du 5 mars 1852, dans Karl Marx et Friedrich Engels, Correspondance, t. III, 1852-juin 1853, Paris, Éditions sociales, 1972, p. 76-81.

10 Considérations sur l'histoire de France, éd. or. 1840, Œuvres complètes, t. IV, Paris, 1846, p. 117.

11 Introduction à l'Histoire de la conquête de l'Angleterre par les Normands, de ses causes et de ses suites jusqu'à nos jours, en Angleterre, en Écosse, en Irlande et sur le continent, éd. or. 1825, 9e éd., Paris, 1851, p. 4-5.

12 François Guizot, Du gouvernement de la France depuis la Restauration, et du ministère actuel, Paris, 1820, p. 1-3.

13 Rapport sur les travaux de la collection des monuments inédits de l’histoire du tiers état, adressé à M. Guizot, ministre de l’Instruction publique, le 10 mars 1837, Paris, 1837, p. 6.

14 Préface à l'Essai sur l'histoire de la formation et des progrès du tiers état, suivi de deux fragments du recueil de monuments inédits de cette histoire, 1853, rééd. Mégariotis Reprints, Genève, 1979, p. viii.

15 Supplément aux deux premières éditions du gouvernement de la France depuis la Restauration, et du ministère actuel, Paris, 1820, p. 27.

16 Ibid., p. 21 et 19-20.

17 Du gouvernement de la France depuis la Restauration, et du ministère actuel, Paris, 1820, p. 3.

18 Lettres sur l'histoire de France..., p. 15.

19 Dix ans d'études historiques, p. 331-332.

20 Augustin Thierry, ouvr. cité, Préface, p. 14.

21 Texte publié initialement dans le Courrier français en 1820, recueilli dans la première édition des Lettres sur l'histoire de France, en 1827, puis repris dans Dix ans d'études historiques, en 1835.

22 Dix ans d'études historiques, éd. or. 1835, Paris, 1883, p. 288.

23 Ibid., p. 292.

24 Le supplément de l'Encyclopédie donne cette définition : « RACE, n. f. genus, eris (terme de Généalogie) génération continuée de père en fils, descendants et ascendants d'une lignée noble, ancienne et illustre. »

25 Ce projet est affiché dès le titre de la brochure : De la réorganisation de la société européenne, ou de la nécessité et des moyens de rassembler les peuples de l'Europe en un seul corps politique, en conservant à chacun son indépendance nationale, par M. le comte de Saint-Simon et par Augustin Thierry, son élève, éd. or. 1814.

26 La Science politique..., p. 274.

27 « Origines indo-européennes. Étude historique sur les peuples de race blonde », Revue indépendante, t. VIII, 2e série, 25 avril 1847, p. 436.

28 Voir Jean-Jacques Goblot, La Jeune France libérale. Le Globe et son groupe littéraire, 1824-1830, Plon, 1995, p. 263 et suiv.

29 Mémoires de la Société ethnologique, t. I, 2e partie, Paris, 1841, p. 1-108.

30 Ouvr. cité, p. 108.

31 Il faut noter qu'Amédée Thierry, connaissant le contenu de cette lettre, prend acte de la pertinence de la démarche d'Edwards et note l'importance de ce type de recherches proposé par son correspondant : « Si véritablement, malgré toutes les diversités de temps, de lieux, de mélanges, les caractères physiques des races persévèrent et se conservent plus ou moins purs, suivant des lois que les sciences naturelles peuvent déterminer ; si pareillement les caractères moraux de ces races, résistant aux plus violentes révolutions sociales, se laissent bien modifier, mais jamais effacer ni par la puissance des institutions, ni par le développement progressif de l'intelligence ; si en un mot il existe une individualité permanente dans les grandes masses de l'espèce humaine, on conçoit quel rôle elle doit jouer dans les événements de ce monde, quelle base nouvelle et solide son étude vient fournir aux travaux de l'archéologie, quelle immense carrière elle ouvre à la philosophie de l'histoire. » (Introduction à l'Histoire des Gaulois, depuis les temps les plus reculés jusqu'à l’entière soumission de la Gaule à la domination romaine, t. I, Paris, A. Sautelet et Cie, 1828, p. lxxj).

32 Des caractères physiologiques des races humaines..., p. 2-3.

33 « Esquisse de l'état actuel de l'anthropologie ou de l'histoire naturelle de l'homme », Mémoires de la Société ethnologique, t. I, 2e partie, Paris, 1841, p. 124.

34 Edwards, Fragments d'un mémoire sur les Gaëls, Paris, 1845, p. 32-33. Cf., du même, « De l'influence réciproque des races sur le caractère national », Mémoires de la Société ethnologique, t. II, 1re partie, Paris, 1845.

35 La Science politique..., p. 32-33. On sait la proximité de Dumesnil avec Michelet.

36 Ibid., p. 84-85.

37 Gustave d'Eichthal et Ismaÿl Urbain, Lettres sur la race noire et la race blanche, Paris, 1839, p. 7.

38 Paris ou les Sciences, les institutions et les mœurs, t. I, Paris, 1847, Introduction, p. 7.

39 « Des études contemporaines sur l'histoire des races », Revue des deux mondes, t. XXI, 18e a., nouv. série, avr. 1848, p. 983.

40 Ethnologie de l'Europe. Origines, migrations et établissements des différentes races qui ont peuplé l'Europe, Paris, 1856, Introduction, p. xiii.

41 Arthur de Gobineau, Conclusion générale de l'Essai sur l'inégalité des races humaines, éd. or. 1853-1855, Œuvres complètes, t. I, Paris, 1983, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », p. 1152.

42 Voir Michel Foucault, Les Mots et les Choses, une archéologie des sciences humaines, 1966, rééd. Paris, Gallimard, 1990, p. 292-313.

43 La Science politique..., p. 123-124.

44 Franz Bopp, Grammaire comparée des langues indo-européennes, comprenant le sanscrit, le zend, l'arménien, le grec, le latin, le lithuanien, l'ancien slave, le gothique et l'allemand, 1833, traduite sur la deuxième édition et précédée d'une introduction par M. Michel Bréal, t. I, Paris, 1866, Préface de la première édition, p. 8.

45 De l'origine du langage, éd. or. 1850, trad. avec une préface de Renan, Paris, 1859, p. 7.

46 Pierre-Joseph Proudhon, Essai de grammaire générale, d'après les principes établis par Bergier, dans Bergier, Les Éléments primitifs des langues, découverts par la comparaison des racines de l'hébreu avec celles du grec, du latin et du français, nouv. édition, Besançon, 1837, p. 327.

47 Friedrich Schlegel, Essai sur la langue et la philosophie des Indiens, 1808, trad., Paris, 1837, p. 168.

48 Friedrich Schoell, Tableau des peuples qui habitent l'Europe, classés d’après les langues qu’ils parlent et tableau des religions qu'ils professent, 2e édition entièrement refondue, Paris, 1812, p. 12-13.

49 Jules Michelet, Histoire de France, nouv. éd., t. I, Paris, 1881, p. 198.

50 Proudhon, Essai de grammaire générale..., p. 329-330.

51 [Anonyme], Phrénologie spiritualiste, philosophique, morale et religieuse. La science sans maîtres, Paris, 1856, p. 3.

52 Pierre Gratiolet, Mémoire sur les plis cérébraux de l’homme et des primates, Paris, 1854, p. 22.

53 François Broussais, Histoire des phlegmasies ou inflammations chroniques, fondée sur de nouvelles observations de clinique et d'anatomie pathologique : ouvrage présentant un tableau raisonné des variétés et des combinaisons diverses de ces maladies, avec leurs différentes méthodes de traitement, t. I, Introduction, Paris, 1808, p. 2.

54 Casimir Broussais, Hygiène morale, ou Application de la physiologie à la morale et à l’éducation, Paris, 1837, p. 20-21.

55 Eugène Rodrigues, Lettres sur la religion et la politique, 1829 ; suivies de l'Éducation du genre humain, traduit de l'allemand, de Lessing, Paris, 1831, p. 29-31.

56 Barthélemy Prosper Enfantin, Enseignements faits par le Père suprême, Paris, 1832, p. 153.

57 Charles Lambert, Traité de philosophie, premier cahier, « Chapitre I. De l'unité fondamentale de l'espèce », Papiers personnels de Charles Lambert, Bibliothèque de l'Arsenal, Fonds Enfantin, ms. 7810/1, fo 5.

58 La Science politique...,p. 151.

59 Ibid., Introduction, p. ii.

60 Tableau ethnographique du genre humain, Avant-propos, p. i.

61 On comparera sur ce point les plans sur l'avenir tirés dans l'Exposition de la Doctrine de Saint-Simon (1830), en part, dans la Treizième séance de la Deuxième année, ou les attentes du dissident saint-simonien Buchez relativement à la « science nouvelle » (i. e. l'histoire) dans son Introduction à la science de l'Histoire ou Science du développement de l'humanité (1833), et la manière analogue dont Comte fonde le positivisme sur l'idée que « le progrès est le développement de l'ordre » en « rattach[ant] partout l'étude du mouvement à celle de l'existence » (Catéchisme positiviste, éd. or. 1852, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, p. 124).

62 La Science politique..., p. 395.

63 Au Congrès convoqué à Paris, en 1835, par l’Institut historique, Paris, s. d., p. 17. Cet « Institut » comportait une très forte participation buchézienne, et l'initiative du Congrès paraît principalement due à Buchez lui-même.

64 La Science politique..., p. 104.

65 Au Congrès convoqué à Paris..., p. 13.

66 « De l'influence des races humaines, sur la forme et le développement des sociétés », journal de l'Institut historique, t. II, 2e a., 5e livr., 1835, p. 229.

67 Au Congrès convoqué à Paris..., p. 18-19.

68 Ibid., p. 42.

69 Il faut prendre l'expression dans le sens que lui a donné Tocqueville à la même époque, c'est-à-dire comme désignant moins une forme de régime politique qu'un type de constitution sociale marqué par une relative égalité des conditions.

70 C'est ainsi que pour Courtet de l'Isle, le régime des castes en Inde survit depuis des millénaires. En effet, la stratification des castes exprime selon lui la hiérarchie des races. Pour maintenir sa domination, la caste supérieure des Brahmanes aurait interdit toute union entre des membres de castes différentes de façon à éviter qu'un tel mélange n'ébranle la pyramide sociale. Courtet explique que la conquête anglaise n'a rien changé à la structure même de l'édifice, la race anglaise s'étant seulement placée au sommet de la classification existante, sans en modifier l'ordonnancement.

71 La Science politique…, p. 83-84.

72 Dès la parution de son essai, le médecin fouriériste Baudet-Dulary, pourtant très critique, a bien mis en évidence cet aspect essentiel de la pensée de Courtet : « Pluralité des types originels parmi les hommes ; perpétuité de ces types qui ne peuvent être modifiés sans croisement. Lorsque plusieurs races seront réunies sur le même sol et formeront ainsi une même société, l'inégalité naturelle se traduira constamment par une inégalité de rangs qui se maintiendra tant que le croisement ne l'aura pas effacée. » (Compte rendu de La Science politique fondée sur la science de l'homme, dans La Phalange. Journal de la science sociale, n° 12, 15 juin 1838, 2e a., t. II, col. 192.) En revanche, un autre article, dû à E. Falconnet, rejette le matérialisme de Courtet (« Des rapports de la politique et de l'histoire des races humaines », La France littéraire, tome ΧΧΧ, 2e série, t. IV, déc. 1837, p. 393-405).

73 Précisons que pour Courtet de l'Isle, le croisement des races abolit leur hiérarchie, leur inégalité globale, mais les inégalités de capacités subsistent d'individu à individu. Ces supériorités naturelles naissent alors au hasard dans toutes les couches de la société.

74 Lettre du 14 septembre 1846, Bibliothèque de l'Arsenal, Fonds d'Eichthal, ms. 13750/265 (souligné par l'auteur).

75 Au Congrès convoqué à Paris..., p. 42-43.

76 La Science politique..., p. 276-277.

77 Ibid., p. 262-263.

78 Ibid., p. 279-280.

79 Ibid., p. 277-279.

80 Ibid., p. 357.

81 Ibid., p. 306-307.

82 Ibid., p. 314. Cf. le Programme de réformes présenté au gouvernement provisoire, du 10 mars 1848, que Courtet de l'Isle écrit à la faveur de l'insurrection pour permettre la réalisation de l'idéal républicain, défini par lui comme « l'égale admissibilité de tous à tout », p. 6.

83 La Science politique..., p. 311-312.

84 Alphonse Esquiros, Les Fastes populaires, ou Histoire des actes héroïques du peuple, et de son influence sur les sciences, les arts, l'industrie et l'agriculture, t. II, Paris, 1852, p. 12-13.

85 Programme de réformes présenté au gouvernement provisoire, 10 mars 1848, Paris, 1848, p. 9.

86 La Science politique..., p. 345.

© Presses universitaires de Lyon, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search