Version classiqueVersion mobile

Études saint-simoniennes

 | 
Philippe Régnier

Gustave d'Eichthal et l'Allemagne

Critique biblique ou géopolitique

Michel Espagne

Texte intégral

  • 1 Voir Robert B. Carliste, The Proffered Crown. Saint-simonianism and the Doctrine of Hope. Johns Ho (...)

1Qui est Gustave d'Eichthal ? On ne reprendra pas ici les éléments d'une biographie dont les étapes sont présentes dans les esprits, depuis la participation précoce au mouvement saint-simonien, jusqu'aux écrits de critique biblique, en passant par le militantisme en faveur des études grecques ou la contribution à la fondation de l'ethnologie1. Ce qui nous intéresse aujourd'hui, ce sont les relations privilégiées avec l'Allemagne de cette personnalité au très vaste champ d'intérêts. Ces relations passent par le judaïsme. Dans un recueil de portraits intitulé Quelques âmes d'élite (1919), Eugène d'Eichthal, qui évoque la mémoire de son père, cite une note de sa main du 2 mars 1832 :

  • 2 Eugène d'Eichthal, Quelques âmes d’élite (1804-1912). Esquisses et souvenirs, Paris, Hachette, 191 (...)

Le sang du peuple élu coule dans mes veines. Un ancien testament orné des beaux dessins de Raphaël fut la lecture habituelle de mon enfance. Là j'ai nourri mon imagination du sublime spectacle de la création, des scènes terribles du déluge et de l'extermination d'innombrables armées. Je me suis passionné pour les valeureux exploits des guerriers Israélites [...] J'ai senti comment un David pouvait terrasser un Goliath. J'ai entendu gronder la voix des oracles ; j'ai frémi aux arrêts impitoyables de Moïse et des grands-prêtres ; et avec les prophètes j'ai erré dans le désert, ou me suis élancé au ciel sur un char de feu : avec eux j'ai professé la parole de vérité, bravé la rage du peuple, défié le courroux des Rois. Partout j'ai vu la main de Dieu, et l'inévitable accomplissement de ses décrets2.

  • 3 Voir M. Espagne, Les Juifs allemands de Paris à l'époque de Heine. La Translation ashkénaze, Paris (...)
  • 4 Joseph Salvador avait présenté Moïse non seulement comme un législateur, mais encore comme l'insti (...)

2Au-delà du ton très rhétorique et solennel, on observera que d'Eichthal, pourtant baptisé dans son enfance, se réclame d'un judaïsme qui, dans la France de son époque, s'enrichit d'une très forte composante ashkénaze3. Quand on met en relation judaïsme et saint-simonisme, on songe avant tout à Olinde Rodrigues, le traducteur et commentateur de Lessing, aux Pereire, aux travaux de Joseph Salvador sur La Loi de Moïse (1822) qui ont beaucoup marqué d'Eichthal4. On pense donc plutôt à un judaïsme portugais ou séfarade. Or d'Eichthal, même si, en épousant une Cécile Rodrigues, il établit un pont, à la vérité assez rare, entre les deux composantes de la communauté, représente plutôt ce judaïsme ashkénaze qui, avec les Rothschild, les Koenigswarter, les Léo et même les Fould, va puissamment contribuer à l'industrialisation du pays et, avec les Munk, Oppert, Derenburg, Weil, Darmesteter et d'autres, à la pénétration de théories scientifiques venues d'outre-Rhin.

Un juif allemand à Paris

3Il faut certainement partir d'un contexte historico-biographique pour comprendre les relations de d'Eichthal et de l'Allemagne, qui sont aussi en partie celles du saint-simonisme et de l'Allemagne.

  • 5 Ludwig Hümmert, Die finanziellen Beziehungen jüdischer Bankiers und Heereslieferanten zum bayerisc (...)
  • 6 Louis Aron n'est pas le seul membre de la famille d'Eichthal à avoir séjourné à Paris. Le baron Ar (...)
  • 7 La famille compte tout de même un maillon faible en la personne de Lemle Elias Seligmann, qui s'ét (...)

4À l'origine de la famille d'Eichthal, dont le nom juif est Seligmann, on trouve la figure fondatrice d'Aron Elias Seligmann (1747-1824), qui fonde en 1779 une florissante manufacture de tabac à Leimen près de Heidelberg5. Il était propriétaire d'une maison sur la place du marché de Leimen et la fit transformer en un véritable palais néo-classique dont pas moins de 32 fenêtres donnaient sur la rue. Aron Elias Seligmann était un véritable juif de cour, que le commerce du sel, du tabac et les livraisons faites aux armées avaient enrichi à tel point qu'il pouvait prêter de l'argent à la cour de Bavière ou négocier pour elle des emprunts. En 1802, il négocie un emprunt de 3 millions de florins, en 1804 un emprunt de 500 000 florins, en 1808 un emprunt de 4 millions de florins. En 1804, il est devenu banquier officiel de la cour de Bavière, responsable notamment du paiement des fonctionnaires. Bénéficiant de la confiance du roi, il est anobli le 22 septembre 1814 et prend le titre de Freiherr von Eichthal – d'après le nom d'une propriété qu'il avait acquise dans le lieu de pèlerinage de Maria Eich, près de Munich. Le 21 octobre 1819, il est baptisé à Munich et prend le prénom de Leonhard. L'enrichissement de la famille d'Eichthal est directement lié à la gestion des immenses sommes d'argents qui transitent à travers l'Europe durant les guerres napoléoniennes et à leur suite. Ainsi, en 1815, la Bavière devait-elle recevoir de l'Angleterre une somme de 608695 livres de subsides pour avoir participé aux guerres contre Napoléon. C'est Aron Elias qui, contre une provision de 2 %, assure le rapatriement des fonds, avec l'aide des Rothschild de Francfort. Parmi les dix enfants du vieil Aron Elias, un fils, Louis Aron (1780-1850), avait fondé à Paris au tournant du siècle la banque Louis d'Eichthal, dont on peut suivre les investissements – à côté de ceux des Rothschild et des Pereire – dans les sociétés de chemins de fer français6. C'est ce baron Louis d'Eichthal qui, au terme des guerres de Libération, assure le paiement de la contribution de guerre que la France devait payer à la Bavière (soit 70 millions de francs). La négociation entre le pays vaincu et le pays vainqueur avait été pratiquement une négociation entre le père et le fils. Un autre fils d'Aron Elias, Simon Leonhard, fonda en 1835 à Munich la Bayerische Hypotheken-und Wechselbank, au capital de 10 millions de florins, dont 3357000 payés par les d'Eichthal, 1500 000 par les Rothschild de Francfort et en tout 63,3 % par divers banquiers judéo-allemands. Cette banque, noyau de la banque nationale de Bavière, allait assurer la modernisation industrielle et l'établissement des lignes de chemin de fer dans l'Allemagne du Sud7. Son originalité tient au fait qu'adaptée à un pays très agricole, elle se fondait moins sur l'escompte que sur les hypothèques. On peut dire que, comme les Rothschild, les d'Eichthal sont des banquiers auxquels une grande compétence dans les techniques financières et un réseau familial européen ont permis de profiter pleinement de la conjoncture spécifique des années 1800 à 1815. Si leur succès est moins éblouissant que celui des Rothschild, leurs associés dans de nombreuses affaires, c'est, d'une part, que la tête du réseau, Munich, était techniquement moins favorable que Francfort, et, d'autre part, que le réseau des d'Eichthal était moins étendu que celui des Rothschild, dont des représentants se trouvaient à Francfort et Paris, mais aussi à Londres, Naples et Vienne. Quant à la conversion des d'Eichthal au catholicisme, il est bien évident qu'elle n'implique aucune rupture des solidarités traditionnelles entre les financiers de confession juive, et que les réflexions sur l'essence du judaïsme n'en deviennent que plus intenses. On parlerait volontiers d'un certain marranisme de la famille d'Eichthal.

  • 8 Philippe Régnier, « Les saint-simoniens et la philosophie allemande ou la première alliance intell (...)

5Il est particulièrement important de commencer par cette histoire bancaire pour comprendre la personnalité et les engagements divers de Gustave d'Eichthal. En effet, sa famille était presque entièrement allemande, et c'est évidemment sur l'arrière-plan de ces solidarités familiales qu'on peut s'expliquer son séjour à Berlin, en 1824-1825, séjour durant lequel il entretient une correspondance avec son ancien répétiteur de mathématiques Auguste Comte. On doit à un article déjà ancien de Philippe Régnier8 la description des expériences berlinoises de d'Eichthal. Il est l'hôte d'Abraham Mendelssohn, père du compositeur et fils du philosophe et ami de Lessing. Joseph et Abraham Mendelssohn avaient installé à la chute de l'Empire un comptoir parisien (52, rue basse du Rempart, puis 4, rue Saint-Georges) un comptoir notamment dirigé par Auguste Leo, qui va bientôt s'établir à son compte et dont la figure de banquier judéo-allemand hante les textes de Heine sur Paris. On peut imaginer que cette aventure parisienne des Mendelssohn ait renforcé les relations avec les d'Eichthal. On peut sans doute s'expliquer par ce biais l'intérêt que porteront les saint-simoniens à l'Éducation du genre humain de Lessing, traduite par Eugène Rodrigues. Pour l'heure, il est essentiellement question de rechercher dans les doctrines philosophiques allemandes ce qui pourrait apporter quelque chose à Auguste Comte, converger avec sa pensée. Dans la correspondance, on distingue d'abord les historiens (Herder, Savigny, Heeren), des métaphysiciens. Kant et Hegel attirent vite l'attention de d'Eichthal qui traduit l’Idée d'une histoire universelle du point de vue cosmopolitique. Quant à Hegel, l'échange organisé par d'Eichthal en 1824 entre lui et Comte reste sans lendemain. Dans l’Exposition de la Doctrine de Saint-Simon, Kant, Herder et Lessing pourront, grâce à d'Eichthal, être mentionnés comme des ancêtres de la doctrine. Après être rentré à Paris, avoir séjourné en Angleterre, avoir participé à la phase de l'Église saint-simonienne liée à l'ascension du père Enfantin, avoir connu Ménilmontant et assisté en qualité de témoin au procès de 1832, d'Eichthal quitte à nouveau Paris pour l'étranger et, de septembre 1833 à juillet 1835, séjourne en Grèce.

6Il tirera de cette expérience grecque un engouement pour le pays et la langue qui le pousse à prôner l'usage du grec comme langue universelle, à fonder une association pour l'encouragement des études grecques, plus tard à populariser en France le problème du site exact de la Troie homérique, relancé par les fouilles de Schliemann.

7D'Eichthal pensera que Schliemann a tort de localiser Troie sur la butte d'Hissarlik : la ville se trouverait à Bounarbachi, comme Ta montré Lechevalier dans son Voyage de la Troade (1800). Avec une pointe de patriotisme, il rend hommage à Lechevalier, à l'ambassadeur de France à Constantinople, Choiseul-Gouffier, à son précepteur, l'abbé Barthélemy, et aussi à

  • 9 Gustave d'Eichthal, Le Site de Troie selon M. Lechevalier ou selon M. Schliemann, Paris, Durand-Pe (...)

la France elle-même, qui à cette époque, par son Ambassadeur à Constantinople ainsi que par les savants, les artistes, les ingénieurs groupés autour de lui, inaugurait le travail d'exploration et de restauration du monde méditerranéen que depuis elle a continué sans interruption9.

8Le saint-simonien colonisateur imagine même un instant qu'on puisse, dans la plaine du Scamandre, ramener la culture et l'activité.

  • 10 Gustave d'Eichthal, La Langue grecque. Mémoires et notices (1864-1884), Paris, Hachette, 1887.
  • 11 Joseph Ludwig, comte d'Armansperg (1787-1853). Ministre bavarois des Affaires étrangères depuis 18 (...)
  • 12 Gustave d'Eichthal (ex-membre du bureau d'économie publique à Athènes), Les Deux Mondes. Servant d (...)

9Une part des textes de d'Eichthal consacrés à la Grèce ont été réunis en un volume dont l'introduction jette un éclairage biographique sur l'expérience grecque10. Évoquons-la ici, car cette expérience grecque est en même temps une expérience allemande. En effet, la Grèce dans laquelle débarque d'Eichthal vient d'être reconnue comme pays indépendant. Depuis mai 1832, elle a comme souverain désigné par le traité de Londres Otton Ier, fils du roi Louis Ier de Bavière. La capitale est toujours Nauplie et ne sera transférée à Athènes que dans le courant de l'année 1834. D'Eichthal va y travailler dans un bureau d'économie publique dont on peut imaginer qu'il correspond à la projection sur la Grèce des milieux de Munich et donc de la branche munichoise des d'Eichthal. Dès son arrivée à Nauplie, d'Eichthal retrouve auprès de la Régence grecque un membre de sa famille, un certain Wilhelm d'Eichthal. La description qu'il donne de la garde royale à Nauplie laisse supposer que la composante bavaroise y était forte. D'ailleurs, l'allemand est la langue officielle pour tous les documents administratifs de cette époque, le seul libraire de Nauplie est un Allemand, et si les efforts de d'Eichthal pour participer au développement de l'économie grecque et toute l'aventure de son bureau échouent, c'est en raison du différend qui l'oppose à l'administrateur bavarois, Joseph Ludwig von Armansperg11, qui ne lui pardonne pas d'avoir protégé en Grèce des saint-simoniens exilés. Il écrira à son propos : « S'il pouvait rester quelques doutes sur le danger qu'il y a à confier à un étranger la direction du gouvernement d'un pays, l'exemple du président de la régence devrait convaincre les plus incrédules12. » À Nauplie et Athènes, d'Eichthal demeure largement en Bavière.

  • 13 John Stuart Mill, Correspondance inédite avec Gustave d'Eichthal, Félix Alcan, Paris, 1898.

10D'Eichthal, avant de partir en Grèce, avait tenté, dès 1828, de gagner les Anglais à la Doctrine de Saint-Simon, lors d'un séjour qu'il avait fait dans le pays et où il avait eu l'occasion non seulement de se munir d'informations sur l'Angleterre industrielle, mais aussi de nouer des liens d'amitié avec John Stuart Mill. Cette amitié, qui dura toute une vie, donna lieu à une correspondance, en partie publiée13, dont l'intérêt tient à de nombreuses considérations sur la philosophie de l'histoire. On note ainsi un certain nombre de fresques de l'histoire philosophique du xixe siècle où, rituellement, une place est attribuée à l'Allemagne. Ainsi, dès le 23 novembre 1829, d'Eichthal exhorte Stuart Mill :

  • 14 Ibid., p. 67.

Le dix-huitième siècle, avec sa philosophie analysante, raisonnante, moqueuse, a déjà vidé son carquois [...] présentez-vous avec l'École saint-simonienne, comme l'héritier des travaux de Descartes, Malebranche, Spinoza, Leibnitz, Charles Bonnet, Kant, Schelling, Hegel (ce sont les Platon de notre époque qui ont refait la notion Dieu) – annoncez-vous surtout comme les continuateurs de l'œuvre d'émancipation, commencée par le christianisme et c'est alors et alors seulement que l'Angleterre voudra vous prêter l'oreille14.

11Quelques jours plus tard, le1er décembre 1829, donc à un moment très important pour la constitution de l'idéologie saint-simonienne, d'Eichthal reprend son apologie d'un panthéisme déduit de la philosophie allemande :

  • 15 Ibid., p. 82-83.

En admettant cette notion de Dieu-Univers, Dieu-matière, vous voyez tout d'abord, mon ami, quelle magnifique carrière est ouverte au sentiment poétique [...] Personne mieux que vous ne doit reconnaître quelle belle poésie a fait naître dans l'Inde la divinisation de l'univers. Cette même croyance développée par Spinoza, imparfaitement parce qu'il détruisait la moralité de l'homme, en absorbant son individualité dans l'existence du tout ; cette même croyance, dis-je, a été reprise en Allemagne par Schelling et Hegel, et elle y a même déjà à ce que l'on assure, inspiré de nouveaux poètes15.

12Le saint-simonisme que d'Eichthal vante à Stuart-Mill serait une sorte de panthéisme schellingien appliqué à la pratique sociale :

  • 16 Thaddeus Anton Rixner (1766-1838), professeur de philosophie au lycée d'Amberg depuis 1803, est l' (...)
  • 17 Ibid., p. 73.

[...] avec l'esprit et la matière, nous verrons se réconcilier l'idéalisme et le réalisme, l'a priori et l'a posteriori, la synthèse et l'analyse, la théorie et la pratique. Il paraît que cette grande vue du passé et de l'avenir de l'humanité est déjà familière aux Allemands, dont la philosophie est déjà certainement arrivée à de fort beaux résultats, quoique l'absence de toute considération pratique soit un obstacle à son perfectionnement complet. J'ai depuis quelque temps entre les mains une histoire de la philosophie par Rixner16, disciple de Schelling, dans laquelle toute la série philosophique est coordonnée d'après cette vue17.

13La référence à la philosophie allemande n'est pas centrale dans les échanges entre Stuart Mill et d'Eichthal, mais on la retrouve périodiquement, comme lorsqu'en janvier 1842, Stuart Mill, qui vient de lire Joseph Salvador à l'instigation de d'Eichthal, le crédite d'une meilleure compréhension historique des débuts du christianisme que D. F. Strauss.

La critique biblique

  • 18 Louis Isaac Lemaistre de Sacy (1613-1684), l'un des solitaires de Port-Royal, traduisit notamment (...)

14En 1863, Gustave d'Eichthal publie un ouvrage en deux volumes intitulé Les Évangiles. Examen critique et comparatif des trois premiers Évangiles. Rappelons que c'est l'année où paraît la Vie de Jésus de Renan, qui éclipsera par son succès le travail de d'Eichthal. Il s'agit pour l'essentiel d'une comparaison des textes synoptiques des trois premiers Évangiles, non pas à partir de la version grecque ou latine, mais à partir de la version française de Lemaistre de Sacy18. La très longue introduction qui explicite le but poursuivi par d'Eichthal est particulièrement intéressante. L'auteur part de l'idée selon laquelle le cœur du message de l'Évangile résiderait dans la formule : « Donnez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. » Il interprète ce partage comme la réconciliation programmatique de la religion juive et du monde romain, dans une totalité théologico-politique qui serait un christianisme ancré dans la réalité du monde social. Jésus pose donc selon d'Eichthal les bases d'une alliance politico-sociale entre les peuples.

  • 19 Gustave d'Eichthal, Les Évangiles. 1repartie. Examen critique et comparatif des trois premiers Éva (...)

Trois grandes civilisations, celle d'Israël, celle de la Grèce, celle de Rome, dans l'ordre de la religion, de la pensée, de l'action, sont venues, sur les bords de la Méditerranée, poser les bases de la civilisation définitive de l'humanité. Moïse, Alexandre, Pompée, les ont successivement toutes trois implantées sur le sol de la Palestine où maintenant elles s'entremêlent, s'attirent ou se combattent. En réglant la transaction entre Israël et César, Jésus a réuni ces trois éléments en une féconde unité et de leur assemblage il a fait sortir le monde moderne, son monde à lui, à la fois hébraïque, grec et romain, avant tout cependant chrétien19.

15Si un concept comme celui de « transaction » qui pourrait traduire le terme allemand de « Versohnung », ou l'association systématique de grandes figures historiques à des peuples et à des moments de l'esprit, renvoient au contexte du jeune-hégélianisme, l'idée selon laquelle la papauté, pour répondre pleinement à la vocation du christianisme, devrait s'installer à Jérusalem, montre les racines juives du christianisme de d'Eichthal. Et le pape installé à Jérusalem, prévoit-il encore, pratiquerait, une réconciliation non pas seulement spirituelle, mais politique et sociale des peuples.

  • 20 Wilhelm Martin Leberecht De Wette, Kurze Erklarung des Evangeliums Matthaei, 2e éd., Leipzig, 1845 (...)
  • 21 Gustave d'Eichthal, Les Évangiles..., p. xlv.
  • 22 D'Eichthal renvoie essentiellement à deux ouvrages de Baur, Paulus der Apostel Christi (Stuttgart, (...)

16L'originalité de la démarche de d'Eichthal, c'est qu'il essaie d'enraciner cette représentation d'une religion nouvelle dans le texte même des Evangiles ou plutôt dans une interprétation de sa genèse. Cette genèse est simple. À l'origine, il y aurait l'Évangile selon saint Matthieu, le plus ancien, rédigé entre 50 et 60 après Jésus-Christ et émanant de la communauté juive ou plutôt judéo-chrétienne de Jérusalem. Seul l'Évangile selon saint Matthieu représenterait Jésus tel qu'il a pu apparaître aux yeux de ses premiers disciples. Rédigé dans les vingt dernières années du premier siècle, l'Évangile selon saint Marc serait une adaptation du texte de Mathieu au monde romain, il omettrait tout ce qui dans l'Évangile de Matthieu donnerait à Jésus un caractère trop israélite. Rédigé vers 100 et marqué par la personnalité de saint Paul, l'Évangile de Luc, fondé sur les textes de Matthieu et de Marc, les adapterait à l'Orient hellénique. La réconciliation des peuples serait ainsi inscrite dans l'histoire même d'un texte en évolution, fruit de relectures multiples et de réadaptation à des publics différents. Enfin, l'Évangile selon saint Jean, qu'on pourrait dater de 130 après Jésus-Christ, serait une sorte de bilan gnostique. Même si d'Eichthal prétend être parvenu lui-même à une critique historique des Évangiles et avoir tout au plus pris connaissance des travaux de De Wette et de Ebrard20, on pourrait en douter quand on lit l'histoire très précise de la réception de la critique biblique allemande à laquelle il se livre. Le mouvement critique initié par Richard Simon sous Louis XIV s'est en effet très vite déplacé vers l'Allemagne protestante où, « sous l'influence d'un débat libre et consciencieux », « l'accord s'est fait de plus en plus entre la science et la tradition21. » D'Eichthal observe qu'à partir du début des années 1850, un groupe de théologiens strasbourgeois s'exprimant dans la Revue de théologie et la Revue germanique ont ramené la critique biblique en France. Il voit deux grands moments dans la critique biblique allemande : au cours d'une période engagée par Lessing et aboutissant en 1835 à D. F. Strauss, on assiste à un effort pour combattre la doctrine de l'inspiration. Luc, Matthieu et Marc auraient seulement interprété différemment un texte original perdu. Une phase de reconstruction s'annonce ensuite avec l'École de Tübingen fondée par Ferdinand Christian Baur22. Loin de la lecture mythologisante de Strauss, Baur propose une lecture historique des Évangiles qui finalement convient beaucoup mieux à d'Eichthal :

  • 23 Gustave d'Eichthal, Les Évangiles..., p. xiviii.

Baur s'efforça surtout de montrer, dans les divergences et les oscillations de la pensée chrétienne, telles qu'elles s'offrent à nous, soit dans les Évangiles, soit dans les écrits apostoliques, le résultat trop peu considéré jusqu'alors, de la lutte entre les judéo-chrétiens et les gentils-chrétiens, entre les anciens apôtres et l'apôtre Paul. Il signalait ainsi sous une autre forme le contraste, sur lequel nous avons tant insisté du christianisme pragmatique, d'origine essentiellement israélite, et du christianisme mystique d'origine essentiellement extra-israélite23.

  • 24 A. Hilgenfeld, « Die Evangelien-Forschung nach ihrem Verlaufe und gegenwartigen Stande » dans Zeit (...)

17Pourtant, la référence principale de d'Eichthal, ce n'est pas Baur, mais Adolf Hilgenfeld (1823-1907). Ce théologien de Iéna a publié dans deux numéros de la Zeitschrift für wissenschaftliche Théologie un long article qui fait le bilan des recherches sur la critique historique des Évangiles24. Pour Hilgenfeld, il est clair que le but de Jésus était d'établir un empire messianique de type israélite, et que les Évangiles n'ont fait que dissimuler cette phase primitive en développant la thématique de la résurrection et en forgeant un nouveau système. Or il faut attendre Lessing pour que se développe l'idée selon laquelle les évangélistes, et Matthieu le premier, auraient tous eu recours à un texte original en hébreu. Le philologue orientaliste de Gottingen, Eichhorn, s'efforça même de retrouver cet Évangile originel à partir des plages de recouvrement des quatre Évangiles. Pourtant le xixe siècle devait revenir sur le bienfondé de cette construction philologique en privilégiant l'hypothèse d'une dépendance réciproque des évangélistes. S'il y avait un Évangile nodal, un Évangile originel, il avait dû être de nature orale, pensa-t-on après les recherches de Friedrich August Wolf sur Homère et les travaux de Herder sur la poésie originelle des peuples. Ainsi, pour Schleiermacher, Luc était une sorte de rhapsode homérique, mais c'est à la lecture de saint Jean qu'on pouvait acquérir une idée globale des Évangiles. Pour Hilgenfeld, Strauss n'a rien apporté de nouveau à la connaissance de la genèse des Évangiles. Il se serait contenté de remettre en doute la validité de la tradition ecclésiale et d'appliquer au texte une conception mythique de la religion, qui doit notamment ses impulsions à la Symbolique de Creuzer. Après de multiples détours, on arriverait enfin à la position très historique de l'école de Tübingen qui remet en cause toute prééminence de saint Marc au profit de Matthieu. Quant à Jean, il est clairement mis en relation avec la gnose. La mise en évidence excessive de Jean le gnostique ou de Luc, le disciple de saint Paul, est dénoncée comme une réinterprétation idéologique visant notamment à limiter la dimension proprement juive des Évangiles. D'Eichthal ne pouvait qu'être séduit par cette tendance de la critique biblique post-straussienne. Pourtant, il n'en est pas le simple introducteur, car ce qui importe à l'ami d'Olinde et d'Eugène Rodrigues, c'est de mettre en relation la critique biblique de l'École de Tübingen avec l'héritage saint-simonien. On lit dans l'introduction au livre sur les Évangiles la note autobiographique suivante :

  • 25 Gustave d'Eichthal, Les Évangiles..., p. lxi

Disciple, il y a quarante ans, d'Auguste Comte et de Saint-Simon, j'ai appris de celui-ci ce que lui avait révélé son expérience de réformateur, que le dernier mot de l'innovation n'est autre que le premier mot de la tradition : « [...] depuis cette époque, toutes les recherches des hommes du plus grand génie n'ont point fait découvrir un principe supérieur par sa généralité, ou sa précision à celui donné à cette époque par le fondateur du christianisme. » [Jésus-Christ] Voilà ce que pensait Saint-Simon, et il écrivit le Nouveau Christianisme. Quelle que fût, en effet, son admiration pour le principe chrétien, Saint-Simon croyait que ce principe, pour s'adapter à la civilisation moderne, devait subir ce qu'il appelait une régénération, une transfiguration. Il n'avait pas compris la portée du précepte : Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu : il n'avait pas vu que la civilisation moderne, avec tous ses développements passés et futurs, dérivait de là, et que par conséquent un nouveau christianisme était superflu25.

18L'enjeu de la critique biblique allemande pour d'Eichthal, c'est la possibilité de montrer que des éléments à ses yeux centraux de la doctrine saint-simonienne étaient déjà préfigurés dans l'histoire du texte sacré.

19Gustave d'Eichthal n'a jamais complètement abandonné la critique biblique, et au-delà des Évangiles s'est aussi intéressé à l'Ancien Testament, bien que, comme il l'écrit lui-même, l'hébreu lui ait été tout à fait étranger. C'est l'année de sa mort, en 1886, que paraissent les Mélanges de critique biblique. D'Eichthal y suit trois axes de recherche. Il s'intéresse d'abord au texte primitif du premier récit de la création, dont il essaie de restituer un ordre originel à partir des seules anomalies repérables sur la traduction. Une deuxième perspective concerne le Deutéronome. Dans ce travail, d'Eichthal se fonde essentiellement sur l'ouvrage de De Wette revu par Schrader et intitulé Lehrbuch der historisch-kritischen Einleitung in die Bibel [Méthode d'introduction historiocritique à la Bible] (Berlin, 1869). Il utilise aussi un ouvrage hollandais de Kuenen De godsdienst van Israel. Enfin, la troisième partie est consacrée au nom de Iahveh. Pour justifier la crainte de prononcer le nom de Dieu, d'Eichthal s'y réclame de deux auteurs, d'abord de Guigniaut en tant que traducteur de la Symbolique de Creuzer, mais aussi de l'ouvrage de Fritz Carl Movers, Die Phoenizier (4 vol., 1841-1856). De manière significative, a été adjointe à ce volume une réflexion de d'Eichthal sur l'Être suprême dans le cadre révolutionnaire, ce qui révèle la continuité permanente chez lui entre théologie et politique. Peut-être cette continuité est-elle tout de même moins sensible dans les études sur l'Ancien Testament que dans la critique du Nouveau Testament, mais dans les deux cas, la référence aux travaux allemands est centrale, et au début de ses Mélanges de critique biblique, d'Eichthal procède à un éloge appuyé de la critique biblique germanique :

  • 26 Gustave d'Eichthal, Mélanges de critique biblique, Paris, Hachette, 1886, p. 6.

À la fin du même [xviiie] siècle et au cours du xixe jusqu'à nos jours, sous l'impulsion des Reimarus, des Lessing, des Michaelis, des Echhorn, des Schleiermacher, des de Wette, des Strauss, des Baur, des Reuss, des Kuenen (et nous ne nommons que les plus célèbres), l'exégèse biblique prend en Allemagne un immense développement ; d'éminents interprètes la propagent en France et en Angleterre ; on peut dire qu'elle a aujourd'hui pénétré plus ou moins dans le monde civilisé tout entier26.

Une géopolitique

  • 27 Même réf. que supra n. 12.

20Le monde germanique s'inscrit pour d'Eichthal dans une géopolitique complexe, où le souci de réconciliation de l'Occident et de l'Orient, du catholicisme et du judaïsme continue à jouer un rôle. Au retour de son expérience grecque, Gustave d'Eichthal publie son ouvrage, Les Deux Mondes27, censé lui-même servir d'introduction au livre d'un certain Urquhart, La Turquie et ses ressources. Une des caractéristiques de ce livre, paru en français chez Brockhaus, à Leipzig, est de décliner sur divers modes la pensée dualiste de d'Eichthal. Pour lui, comme pour les saint-simoniens d'obédience enfantinienne, le monde est partagé entre deux espaces, l'Orient et l'Occident. Mais l'Europe n'appartient pas à l'Occident, elle est seulement le lieu où s'opère la tension, un lieu parcouru par la ligne de fracture :

  • 28 Ibid., p. 54.

Le cours de cette ligne, pour la partie qui se trouve en Europe, nous paraît être la ligne même de démarcation qui sépare de la race allemande les races slave et hongroise28.

21C'est-à-dire que la ligne de démarcation traverse l'Empire austrohongrois. La France incarne pour d'Eichthal un mouvement progressif, Constantinople un mouvement « rétrogressif ».

  • 29 Ibid., p. 57.

Entre ces deux forces, le Danube, avec le Rhin et le Main pour prolongement, s'étend comme un vaste balancier et reçoit à ses extrémités leurs impulsions simultanées ou alternatives. L'Autriche est la force d'équilibre, de régularisation, qui sert de lien et de modérateur à la France et à la Turquie, au système européen, au monde entier29.

  • 30 Il semble avoir proposé au gouvernement viennois l'usage du grec comme langue de communication de (...)

22Il importe donc, pour respecter ce vaste équilibre, que l'Empire austrohongrois accorde à sa composante magyare les mêmes droits qu'à sa composante germanique. D'Eichthal était suffisamment convaincu de l'importance de l'Autriche pour accomplir, à la fin des années 1830, un voyage à Vienne dans l'espoir de convaincre le régime metternichien de la nécessité de s'engager dans une dynamique d'émancipation des peuples30. Dans son ouvrage Les Deux Mondes, il envisage un autre type de dualisme et de réconciliation, dans lequel l'Allemagne n'est plus un moyen terme, mais l'un des moments de la polarité :

  • 31 Ouvr. cité, p. 1-2.

Sorti de Jérusalem, son berceau, le christianisme s'achemina promptement vers Athènes et vers Rome, mais ne devait pas s'y arrêter. Déjà le sauvageon du nord s'avançait ; et descendu des plaines de la Germanie, la race allemande, en se mêlant dans la France aux populations romaine et gauloise, y forma la race mixte, occidentale, le peuple très chrétien31.

23On ne s'arrêtera pas aux contradictions qui émaillent le texte et les représentations de d'Eichthal pour retenir ce rôle central accordé à une Allemagne envisagée sur le mode de la mixité, du mélange.

  • 32 Gustave d'Eichthal, De l'unité européenne, Paris, chez Truchy, 1840.

24Les réflexions géopolitiques de d'Eichthal se manifestent à nouveau dans un article de 1840 intitulé De l'unité européenne et consacré à la crise de la Syrie32. Le point d'équilibre d'un monde envisagé comme un ensemble organique, ce n'est plus dans ce texte l'Autriche, le monde germanique, mais c'est la Palestine, comme si une équivalence permettait, au moins dans l'univers fantasmatique de d'Eichthal, de les rapprocher. La Palestine est perçue comme le noyau de la culture moderne :

  • 33 Ibid., p. 10.

C'est aussi de ce point central entre l'Orient et l'Occident, entre l'Asie, l'Afrique et l'Europe, que se sont répandus sur le reste du monde, par les Phéniciens et les Israélites, le commerce, les lettres et surtout les doctrines religieuses, qui sont devenues la base de nos sociétés modernes33.

25La Sainte Alliance, dont le cœur est l'Autriche de Metternich, l'ordre issu du congrès de Vienne, apparaissent à d'Eichthal comme une sorte de modèle organique de l'Europe, et l'ultime déploiement de la semence éclose en Palestine. D'où l'idée selon laquelle le lien européen ne pourrait que s'affermir en trouvant en Palestine, sur le lieu des origines, un autre terrain d'action. Ce n'est pas un modèle sioniste, mais quelque chose qui y ressemble, l'idée d'une reconquête chrétienne (au sens bien particulier de postmosaïque) de la Palestine que prône le saint-simonien judéo-allemand d'Eichthal :

  • 34 Ibid., p. 16.

L'occasion se présente de régler d'une manière définitive la double communication de la Méditerranée avec l'Orient. Il est possible de placer cette communication sous la surveillance et la garantie d'un centre européen qui ne demande qu'à se former dans la Palestine. La formation de ce centre lui-même serait une immense satisfaction donnée à l'esprit religieux qui commence à se ranimer de son affaiblissement des cinquante dernières années, et elle serait en même temps une consécration, un encouragement donné aux principes de tolérance et de conciliation définitivement introduits dans le monde par ces mêmes cinquante années, et qui sont devenus comme un élément nouveau de l'esprit religieux lui-même34.

26La Palestine rêvée par d'Eichthal devient une projection de l'Autriche metternichienne qui, à bien des égards, semble être une projection onirique de l'organicisme saint-simonien.

  • 35 Gustave d'Eichthal, « Études sur la philosophie de la justice. Platon. », extrait de la Revue germ (...)

27Toujours est-il que la notion de conciliation, d'alliance entre les entités sociales, qu'il s'agisse de peuples ou de classes, est un élément récurrent de la pensée de d'Eichthal qui permet de relier sa pensée politique, philosophique, et sa critique biblique. Ainsi, dans un article de 1863 intitulé « Études sur la philosophie de la justice. Platon35. » et publié dans la Revue germanique et française, il s'engage dans des développements sur la notion de conciliation qu'il voit au cœur du platonisme. En fait, la notion de justice conciliatrice lui paraît présente au premier chef dans la formule des Évangiles : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. » Il lit là, nous l'avons dit, le programme d'une conciliation entre le monde hébreu et le monde gréco-romain, programme qui guide autant sa critique biblique que la référence aux écoles critiques allemandes. Une résurgence du débat platonicien sur la justice comprise comme conciliation se retrouve selon d'Eichthal dans les pensées philosophiques et économiques contemporaines :

  • 36 Ibid., p. 9.

On voit reparaître les questions posées, les solutions indiquées autrefois par Platon ou par Aristote. En Allemagne, les écoles philosophiques qui se succèdent avec tant d'éclat, en France l'éclectisme, puis les écoles socialistes, en Angleterre les économistes, travaillent à préparer, chacun dans sa voie, la conciliation et l'association entre tous les éléments de l'humanité36.

28Le terme de justice devient une sorte de dénominateur commun entre la philosophie allemande et les théories sociales françaises. Chez Platon, la conception de la justice est insuffisante, car le philosophe grec admet la nécessité de la guerre, et d'autre part, il subordonne la classe industrielle à la classe savante, et les femmes aux hommes. La véritable conciliation, dépassement de ces subordinations en chaîne, semblerait bien une réminiscence du saint-simonisme, mais aussi de ce débat moderne que d'Eichthal situe entre les philosophes allemands, les socialistes français et les économistes anglais.

  • 37 Voir Richard Bonnin, Eugène Lerminier (1903-1857). Ein Beitrag zum deutschen Kultureinfluss in Fra (...)

29On pourrait dire en conclusion que l'œuvre d'Eichthal illustre un transfert culturel à plusieurs niveaux. Si le saint-simonisme, entendons par là la doctrine de Saint-Simon et d'Enfantin, n'est pas exempt d'une référence à l'Allemagne, ni du désir de réaliser dans l'espace de la vie sociale un système qui puisse faire pendant au système hégélien, ce transfert est dû en partie à l'expérience berlinoise de d'Eichthal, à la médiation qu'il a pu réaliser à l'instar d'une poignée de saint-simoniens germanophiles et germanophones comme Eugène Lerminier37 et Jules Lechevalier. D'autre part, la critique de la Bible et notamment du Nouveau Testament à laquelle procède d'Eichthal, repose sur une relation quasiment inverse. C'est désormais une tradition allemande de critique textuelle bien identifiée comme telle qui se trouve mesurée à l'aune du saint-simonisme, c'est-à-dire d'une doctrine sociale, d'une utopie de l'harmonie universelle. Ce qui intéresse d'Eichthal dans le texte des Évangiles, ce n'est certainement pas sa dimension théologique, mais bien ses applications socio-politiques. Il s'agit pour lui de montrer qu'un projet de réconciliation des juifs et des chrétiens est à l'œuvre dans la genèse du texte sacré. Une certaine ambiguïté de la notion de religion à l'intérieur du saint-simonisme explique la facilité avec laquelle s'opère le passage de la critique biblique à l'allemande à l'horizon saint-simonien de d'Eichthal. Elle explique accessoirement aussi que les premiers échos allemands du saint-simonisme aient souvent insisté, comme F. W. Carové (Der Saint-Simonismus und die neuere französische Philosophie, 1831) et K. G. Bretschneider (Der Simonismus und das Christentum, 1832) sur un sentiment de déjà-vu par rapport à des discussions allemandes autour notamment de la Réforme. Deux autres aspects au moins des relations de d'Eichthal à l'Allemagne méritent d'être rappelés : la Grèce qu'a visitée d'Eichthal, et qui l'a marqué au point qu'il songe à faire du grec une langue universelle est une Grèce bavaroise. Lui-même s'inscrit enfin pleinement dans la sociabilité d'une banque judéo-allemande de Paris dont les réseaux, loin d'être seulement financiers, servent aussi de vecteurs à des échanges intellectuels.

Notes

1 Voir Robert B. Carliste, The Proffered Crown. Saint-simonianism and the Doctrine of Hope. Johns Hopkins University Press, Baltimore and London, 1987. On peut toujours consulter aussi Sébastien Charléty, Histoire du saint-simonisme, Paris, 1896. La dimension ethnologique de la pensée de d'Eichthal se déploie autour de ses incursions en Afrique du Nord. Mais il faut aussi prendre en considération ses réflexions sur des migrations de vaste amplitude à travers le monde. Voir son Mémoire sur l'histoire primitive des races océaniennes et américaines (1843), et ses Études sur les origines bouddhiques de la population américaine (1865).

2 Eugène d'Eichthal, Quelques âmes d’élite (1804-1912). Esquisses et souvenirs, Paris, Hachette, 1919, p. 17.

3 Voir M. Espagne, Les Juifs allemands de Paris à l'époque de Heine. La Translation ashkénaze, Paris, PUF, 1996.

4 Joseph Salvador avait présenté Moïse non seulement comme un législateur, mais encore comme l'instigateur d'un véritable contrat social.

5 Ludwig Hümmert, Die finanziellen Beziehungen jüdischer Bankiers und Heereslieferanten zum bayerischen Staat in der 1. Hälfte des 19. Jahrhunderts, München, A. Fröhlich, 1927. – On peut en fait poursuivre plus loin dans le temps l'histoire familiale. Un Seligmann Aron était déjà un riche marchand du Palatinat autour de 1700. Il fut enterré en 1744 à Leimen. En 1759, les Seligmann reçoivent le monopole du commerce du sel pour le Palatinat. Voir Heinrich Schnee, « Die Familie Seligmann-Eichthal als Hoffinanziers an süddeutschen Fürstenhöfen », Zeitschrift für bayerische Landesgeschichte, 25-1962, p. 163 et suiv.

6 Louis Aron n'est pas le seul membre de la famille d'Eichthal à avoir séjourné à Paris. Le baron Arnold d'Eichthal, fondateur d'une succursale bancaire à Augsbourg, mourut à Paris en 1838.

7 La famille compte tout de même un maillon faible en la personne de Lemle Elias Seligmann, qui s'était installé à Dresde, fit faillite, fut incarcéré et ne dut sa libération qu'à une intervention du chancelier Hardenberg auprès du roi de Saxe. Heinrich Schnee, « Die Familie Seligmann-Eichthal als Hoffinanziers... », p. 181.

8 Philippe Régnier, « Les saint-simoniens et la philosophie allemande ou la première alliance intellectuelle franco-allemande », Revue de synthèse, IVe série, no 2, avril-juin 1988, p. 231-245.

9 Gustave d'Eichthal, Le Site de Troie selon M. Lechevalier ou selon M. Schliemann, Paris, Durand-Pedone, Lauriel, Maisonneuve, 1875, p. 56.

10 Gustave d'Eichthal, La Langue grecque. Mémoires et notices (1864-1884), Paris, Hachette, 1887.

11 Joseph Ludwig, comte d'Armansperg (1787-1853). Ministre bavarois des Affaires étrangères depuis 1828, il devient, en 1832, président du conseil de Régence durant la minorité du roi Otton, puis, de 1835 à 1837, chancelier de Grèce.

12 Gustave d'Eichthal (ex-membre du bureau d'économie publique à Athènes), Les Deux Mondes. Servant d'introduction à l'ouvrage de M. Urquhart, La Turquie et ses ressources, Leipzig, Brockhaus, 1837 (Introduction).

13 John Stuart Mill, Correspondance inédite avec Gustave d'Eichthal, Félix Alcan, Paris, 1898.

14 Ibid., p. 67.

15 Ibid., p. 82-83.

16 Thaddeus Anton Rixner (1766-1838), professeur de philosophie au lycée d'Amberg depuis 1803, est l'auteur d'un Manuel d'histoire de la philosophie (3 vol., 1822 et suiv.).

17 Ibid., p. 73.

18 Louis Isaac Lemaistre de Sacy (1613-1684), l'un des solitaires de Port-Royal, traduisit notamment le Nouveau Testament dès 1667, puis la Sainte Bible en 1672.

19 Gustave d'Eichthal, Les Évangiles. 1re partie. Examen critique et comparatif des trois premiers Évangiles, t. I, Paris, Hachette, 1863, p. viii.

20 Wilhelm Martin Leberecht De Wette, Kurze Erklarung des Evangeliums Matthaei, 2e éd., Leipzig, 1845 ; J. H. A. Ebrard, Wissenschaftliche Kritik der evangelischen Geschichte, Erlangen, 1850.

21 Gustave d'Eichthal, Les Évangiles..., p. xlv.

22 D'Eichthal renvoie essentiellement à deux ouvrages de Baur, Paulus der Apostel Christi (Stuttgart, 1845) et Dos Christenthum und die christliche Kirche der drei ersten Jahrhunderte (Tübingen, 1853).

23 Gustave d'Eichthal, Les Évangiles..., p. xiviii.

24 A. Hilgenfeld, « Die Evangelien-Forschung nach ihrem Verlaufe und gegenwartigen Stande » dans Zeitschrift für wissenschaftliche Théologie, éd. par A. Hilgenfeld, Halle, 1861,1. Heft, p. 1 – 71 ; 2. Heft, p. 137-204. Les articles en question se retrouvent dans le volume Der Kanon und die Kritik des Neuen Testaments in ihrergeschichtlichen Ausbildung und Gestaltung, Halle, 1863.

25 Gustave d'Eichthal, Les Évangiles..., p. lxi

26 Gustave d'Eichthal, Mélanges de critique biblique, Paris, Hachette, 1886, p. 6.

27 Même réf. que supra n. 12.

28 Ibid., p. 54.

29 Ibid., p. 57.

30 Il semble avoir proposé au gouvernement viennois l'usage du grec comme langue de communication de la double Monarchie. Le 9 août 1837, il publie en outre dans le Journal des débats un article sur la situation des juifs en Autriche.

31 Ouvr. cité, p. 1-2.

32 Gustave d'Eichthal, De l'unité européenne, Paris, chez Truchy, 1840.

33 Ibid., p. 10.

34 Ibid., p. 16.

35 Gustave d'Eichthal, « Études sur la philosophie de la justice. Platon. », extrait de la Revue germanique et française, 1er mars 1863, p. 1-38.

36 Ibid., p. 9.

37 Voir Richard Bonnin, Eugène Lerminier (1903-1857). Ein Beitrag zum deutschen Kultureinfluss in Frankreich, Peter Lang, Berne, 1989.

Auteur

Directeur de recherche au CNRS, responsable de l'UMR 8547, « Pays germaniques ». Spécialités : histoire interculturelle de l'Allemagne aux xviiie et xixe siècles, Heine, l'histoire des sciences humaines. Derniers ouvrages publiés : Les Transferts culturels franco-allemands (PUF, 1999) et Le Creuset allemand. Histoire interculturelle de la Saxe (PUF, 2000).

© Presses universitaires de Lyon, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search