Version classiqueVersion mobile

Études saint-simoniennes

 | 
Philippe Régnier

1848 : des saint-simoniens dans le mouvement

Michèle Riot-Sarcey

Texte intégral

Le mouvement de l'histoire

1Les historiens s'accordent en général à penser close, en 1848, la phase active de l'utopie saint-simonienne.

  • 1 Sébastien Charléty, Histoire du saint-simonisme, Paris, Gonthier, 1931, p. 237.
  • 2 Charles Baudelaire, « De l'héroïsme de la vie moderne », Salon de 1846, Œuvres complètes, t. II, P (...)

2En effet, selon eux, si février 1848 suscite les déferlements de « folies » en tout genre, « l'armée saint-simonienne » n'y prendrait qu'une part infime. « Dispersée, vieillie », l'Église n'aurait plus le goût des « éloquentes exagérations1 ». Autour d'Enfantin, l'ami, le conseiller, qui récuse désormais le titre de « Père suprême », les anciens disciples correspondent simplement entre eux, en échangeant leurs appréciations sur la situation sociale, économique et industrielle. Toujours actifs, certains d'être fidèles au même dessein, peut-être mieux assis socialement parce que davantage intégrés aux structures économiques, la plupart d'entre eux se seraient défaits de leur tunique d'apôtre pour revêtir l'habit noir, « la redingote, expression de l'égalité universelle2 ». Selon Sébastien Charléty, face au mouvement révolutionnaire, à quelques exceptions près, « les saint-simoniens restèrent spectateurs » :

  • 3 Sébastien Charléty, ouvr. cité, p. 237-238.

démodée dans sa forme, la doctrine était dépassée pour le fond. Enfantin n'avait plus la propriété exclusive du programme d'organisation du travail. De plus jeunes s'en étaient emparés ; ils le jetaient dans la mêlée avec des vocables nouveaux, ils s'en étaient adjugé le monopole et veillaient sur lui avec jalousie3.

3D'un point de vue différent, Georges Weill salue, au contraire, le réalisme des saint-simoniens :

  • 4 Georges Weill, L'École saint-simonienne, Paris, Alcan, 1896, p. 215.

La folie des démocrates n'avait d'égale que la terreur égoïste des bourgeois conservateurs. Dans ces circonstances, la conduite des saint-simoniens fut remarquable ; presque seuls, les anciens apôtres se tinrent entre les deux extrêmes ; ils approuvèrent la révolution et voulurent en profiter pour obtenir seulement des choses pratiques et utiles, des écoles primaires pour tous, des grands travaux publics et des institutions de crédit4.

4Les interprétations divergent. Mais toutes ont ceci de commun : chacun des historiens, rendant compte d'un aspect du saint-simonisme, le montre contraint de faire face à une situation d'exception ; et, selon les opinions, ce moment de rupture est pensé temporaire ou jugé irrémédiable.

5L'évidence cependant s'impose : les saint-simoniens, acteurs ou observateurs de l'événement, surpris par le mouvement ou engagés dans le conflit, partisans de la propriété ou victimes de l'exploitation, acceptent la République, comme bon nombre de contemporains, sans l'avoir concrètement appelée. Les uns ne l'attendaient pas, ils s'en satisfont, par défaut ; les autres s'en réjouissent et cherchent à lui donner un contenu social. Incontestablement, l'École saint-simonienne a perdu son unité et l'Église sa vocation missionnaire. Néanmoins, les liens entre les anciens disciples subsistent ; les réseaux d'entraide comme les groupes de pression économique n'ont rien perdu de leur efficacité. Les saint-simoniens, fidèles à la doctrine ou critiques à l'égard d'un passé jugé immoral ou excentrique, semblent présents partout, particulièrement dans les lieux où se joue l'avenir de la République : au Gouvernement provisoire, à l'Assemblée constituante, dans l'administration des chemins de fer, dans les banques, au Collège de France, visibles dans la presse, remarqués dans les clubs. Mais il ne s'agit plus de faire triompher des objectifs communs ; chacun se détermine en fonction d'un choix politique individuel. Si les liens personnels sont à peine distendus, les dissonances politiques l'emportent au sein d'une communauté d'idées profondément déstabilisée par les tensions sociales qui la traversent depuis dix ans ; l'avènement de la République, dans l'incertitude de son devenir, renforce alors les contradictions au sein du groupe. Olinde Rodrigues, infatigable propagateur de la doctrine, cherche à réunir l'ensemble du groupe au début de la révolution. Vaine tentative, selon Vinçard, surpris de ne pas toujours reconnaître les apôtres, hier tant admirés :

  • 5 Vinçard aîné, Mémoires épisodiques d'un vieux chansonnier saint-simonien, Paris, Dentu, 1878, p. 2 (...)

Je fus forcé de constater que, chez la plupart, l'intérêt personnel dominait ou annihilait complètement le principe qui les avait unis et les appelait encore à de nouveaux liens5.

6La dispersion, malgré les efforts des quelques personnalités encore influentes, émousse l'efficacité des interventions. Aussi, en dépit d'une présence active sur la scène publique, les saint-simoniens ne détiennent-ils aucun des leviers institutionnels et, pour l'essentiel, le mouvement révolutionnaire leur échappe.

7Mais, paradoxalement, malgré incertitudes doctrinales, divergences tactiques, oppositions politiques et différences de classe, les relations épistolaires entre les personnes résistent, y compris à la rupture de Juin 1848.

  • 6 « Un rêve non réalisé, mais non pas irréalisable », selon Joseph Dejacque, « ce qui suppose de pen (...)

8La correspondance adressée à Prosper Enfantin, partiellement utilisée par les historiens pour élucider quelques points de doctrine ou situer les différents courants socialistes, offre l'avantage quasi-unique de restituer l'actualité des enjeux du moment. Surtout, elle informe le lecteur de la force du mouvement révolutionnaire, dont l'influence sur l'évolution politique des correspondants l'emporte sur les déterminations idéologiques. Ainsi, à les lire, l'utopie n'apparaît-elle plus comme un élément de doctrine qui serait projeté dans un ailleurs inaccessible, selon l'acception ordinaire, mais bien comme un programme politique étroitement lié aux besoins du temps6. Là, non seulement les « prolétaires » et les « bourgeois » réformateurs saint-simoniens sont entraînés par la vague d'enthousiasme, mais les plus sceptiques d'entre eux, pourtant soucieux de protéger leurs intérêts, jugent irréversible la révolution. Enfin, cette correspondance laisse surprendre la manière dont, au-delà de la conjoncture républicaine, les saint-simoniens s'inscrivent dans l'actualité du socialisme. À cette époque, en effet, le contenu du socialisme, tout comme celui de la République, est encore largement indéfini et, par conséquent, objet de controverses. De ces polémiques, le souvenir s'impose, entre autres, à Vinçard :

  • 7 Ibid., p. 255-256.

Le communisme de Cabet n'était pas le socialisme de Blanqui, pas plus que le socialisme de Blanqui n'était celui de Louis Blanc. La démocratie de Barbès, de Raspail et de Ledru-Rollin était tout autre que celle de Godefroy de Cavaignac, de Bastide et de Marrast7.

9Là encore, l'originalité apparente des points de vue des saint-simoniens éclaire l'historicité des concepts : communisme, socialisme, démocratie, dont le devenir historique a été investi de la plus grande ambiguïté.

La force du mouvement

10Des scènes de la vie quotidienne des journées révolutionnaires sont restituées par la correspondance. Le malheur individuel, l'engagement, l'espoir, la peur de l'avenir, en bref toutes les incertitudes de la période sont données à lire par le truchement du destinataire des lettres qui, pour certains, reste et restera « Le Père ». Le lecteur se familiarise avec les représentations conflictuelles de l'événement. La catastrophe économique programmée évolue ainsi au gré des réactions des possédants et au rythme de l'audience des propositions réformatrices dont la fragilité n'a d'égales que les peurs qu'elles engendrent. Comme pour conjurer les angoisses nées de l'effondrement de l'ordre, les premiers manifestes diffusés s'énoncent sur un ton péremptoire.

11Jules Lechevalier, ancien saint-simonien devenu fouriériste critique, affiche ainsi ses certitudes lors de conférences données tous les dimanches à midi, salle du Bazar Bonne Nouvelle :

  • 8 Jules Lechevalier, Qu'est-ce que l'organisation du travail ? Conférences tenues à Paris, mars 1848 (...)

Cette Révolution a transporté, tout d'un coup, dans la politique réelle, un ordre d'idées que les plus hardis parmi ceux que l'on qualifie de penseurs reléguaient encore dans les régions inaccessibles de l'utopie8.

  • 9 Voir à ce propos, Michèle Riot-Sarcey, La Démocratie à l'épreuve des femmes, trois figures critiqu (...)
  • 10 Voir Exposition de la Doctrine saint-simonienne. Première année, éd. or., Paris, 1829.
  • 11 Allusion critique aux affrontements entre républicains de la veille et républicains du lendemain.
  • 12 Jules Lechevalier, ouvr. cité, p. v.
  • 13 Ibid., p. vii.
  • 14 Ibid.

12Tout comme Désirée Gay, qui somme le Père de s'engager plus avant dans le processus réformateur9, fidèle aux principes de 182910, il se classe parmi les socialistes de l'avant-veille11. « La République, déclare-t-il, m'a trouvé prêt, au jour et à l'heure où elle s'est identifiée au socialisme qu'elle avait écarté assez dédaigneusement, en 1830,31 et 3212. » Jules Lechevalier accompagne les pressions populaires en faveur de la Commission des Travailleurs dont s'est dotée la République, « instrument destiné à régler les mouvements de cette Révolution sociale, qui est le complément obligé de la Révolution politique ». À cette étape de la révolution, l'actualité est à l'organisation du travail. Même les plus hésitants s'expriment sur le sujet. Lechevalier est formel : l'évidence du problème suppose l'urgence de sa résolution. « L'idée » n'est pas « le caprice favori de quelques utopistes, mais le fruit mûr d'une science qui, pour avoir été négligée par les académiciens et les professeurs, n'en a pas moins ses ouvriers diligents, ses disciples fidèles13 ». Selon l'expert polytechnicien, bientôt candidat à la Constituante, le « conflit anarchique de tous les intérêts » a pris fin avec l'avènement de la République. La révolution, aux effets cathartiques, a balayé le système déchu tout en écartant les théories fantaisistes. « Le même coup de foudre a interrompu pour jamais toutes les variations de ce même air que chacun voulait jouer à son tour14. »

  • 15 La nomination date du 15 mars 1848.

13D'opinion opposée mais tout aussi ferme, Michel Chevalier, professeur d'économie politique au Collège de France15, depuis longtemps séparé de ses anciens condisciples, partisan du libre-échange, n'éprouve, lui non plus, aucun doute quant aux tâches du Gouvernement provisoire. L'ancien directeur du Globe aurait subi, comme la plupart des observateurs, le « coup de tonnerre, tombé sur la France le 24 février » et, reconnaît-il, « nous en avons tous été étourdis ». Aussi sa réaction se veut-elle réfléchie, critique à l'égard du mouvement populaire. Il cherche à convaincre ses lecteurs d'inverser les priorités : l'accroissement du capital doit précéder, selon lui, l'augmentation des salaires. Cette mesure serait indispensable à l'amélioration de la condition ouvrière.

14Si les idées s'affrontent sur le remède à administrer, le diagnostic est identique sur la nécessité de réformer un système social à l'origine de l'explosion révolutionnaire. Chevalier encore : « L'amélioration du sort des travailleurs est imposée à tous aujourd'hui d'une façon si impérieuse et si puissante [...], que je me détermine à élever la voix. ».

15À contre-courant du mouvement, et du haut de sa chaire, le professeur met en garde le Gouvernement provisoire, appelle les ouvriers à modérer leurs demandes, notamment en ce qui concerne la hausse des salaires, réclamée à Paris, observe-t-il, « dans presque toutes les professions » :

  • 16 Michel Chevalier, « Question des travailleurs. L'amélioration du sort des ouvriers. L'organisation (...)

L'ébranlement auquel nous venons d'assister a détruit la confiance. Ce n'est la faute d'aucune des personnes qui dirigent aujourd'hui les affaires, si le mot de république française effraie ceux qui possèdent, ceux qui attachent du prix au respect des propriétés et des personnes, ceux qui aiment la liberté autrement qu'inscrite sur les murailles ; mais la république française, je parle de la première, excite l'effroi de tout ce monde-là. Et ce même monde a vu avec inquiétude le retour du gouvernement républicain16.

16L'idée de liberté énoncée dans ce texte explicite les enjeux du temps et éclaire les malentendus largement entretenus par les autorités du Gouvernement provisoire. Les idées, instrumentalisées à des fins politiques, recouvrent, on le sait, des réalités différentes selon les intérêts à défendre ou les libertés à conquérir. C'est pourquoi l'expression des gens du peuple, attentive à la signification des mots, pèse davantage leur rapport aux choses en se tenant à distance de la rhétorique républicaine, dont les principes abstraits, sans contenu, entretiennent l'illusion d'une égalité des droits de chacun. Le mot liberté, tel que l'emploie Michel Chevalier, signifie, ici, conservation de la propriété. Ailleurs, chez d'autres saint-simoniens, il prend le sens inverse. Pauline Roland, par exemple, ne peut le séparer de celui d'égalité, raison pour laquelle Holstein, agent comptable du syndicat des agents de change, devenu en mars, gestionnaire par intérim de la recette générale de Lyon, n'apprécie guère sa présence à Lyon, en avril 1848 :

  • 17 René Holstein au Père, 12 avril 1848, Bibliothèque de l'Arsenal, Fonds Enfantin [désormais FE], ms (...)

Pauline Roland est ici, c'est Pierre Leroux femelle. Égalité d'intelligence, égalité des salaires, égalité en tout et pour tout, voici sa formule – nous irons loin encore avec de pareilles idées17.

  • 18 Lettre du 7 septembre 1851, FE, ms. 7628.

17Il est vrai, qu'à la veille du coup d'État de Louis Napoléon Bonaparte, Holstein, sans état d'âme, osera avouer à son ami Enfantin, son hostilité à l'encontre de la souveraineté du peuple18.

De la misère ouvrière

  • 19 Laurent à Enfantin, 28 mars 1848, FE, ms. 7630.

18Autre voix, autre sens : sur les questions « qui intéressent la classe la plus nombreuse et la plus pauvre ». Laurent, de l'Ardèche, chargé de la fonction de commissaire du gouvernement dans le canton de Privas, bientôt candidat à l'Assemblée constituante, est attaché à défendre la cause des déshérités, au sein des cercles républicains comme dans les clubs. Il écrit sa confiance à Enfantin, le 28 mars 184819. Ce dernier est parfaitement averti des réalités sociales ; la misère frappe également à sa porte :

  • 20 La femme Lenz à Enfantin, 4 avril 1848, FE, ms. 7630.

C'est avec confiance que je m'adresse à vous car nous sommes dans un dénuement complet, nos effets sont tous engagés et vraiment nous ne savons comment faire pour manger, la boulangère nous a refusé du pain parce que nous lui devons 40 frs et quelques sous, nous ne pouvons trouver de l'ouvrage20.

  • 21 Suzanne Voilquin à Enfantin, s. d., FE, ms. 7791.
  • 22 Voir notamment, Pierre-Joseph Proudhon, Solution au problème social, Paris, 1848, brochure conserv (...)

19Moins directement, avec beaucoup de réserves, Suzanne Voilquin s'adresse également au Père pour lui demander de l'aide : elle cherche une « protection » pour obtenir un débit de tabac, à la « gare de Paris, chemin de fer de Lion [s/c] », à défaut, un « buffet à la gare de Montereau21 ». Depuis son retour de Russie, elle a dû reprendre son métier de sage-femme, mais sa situation reste extrêmement précaire. Nous ignorons si ces demandes ont été satisfaites, et même si Enfantin a répondu aux lettres. Désirée Gay, en mars 1848, se plaint de son silence. Ces scènes, cependant, disent beaucoup sur les difficultés rencontrées par « la classe la plus nombreuse et la plus pauvre ». La pauvreté du peuple apparaît comme un déni d'une république qui ne dit pas son nom22. Guidé par le même souci, Olinde Rodrigues, fidèle à la doctrine, republie dès le début de la révolution, sous le titre Parole d'un mort, la comparaison polémique, antérieurement dite par lui déjà, « Parabole de Saint-Simon », où le maître assimilait les « oisifs » de toutes sortes à des frelons parasitant la nation. De son point de vue, vingt-neuf ans plus tard, le texte est toujours d'actualité. Familier des milieux d'affaires, préoccupé des dysfonctionnements des finances, il tente d'élaborer un projet de réformes de la Banque de France et de repenser la Constitution, comme moyens de transformer le système social dont il ne cesse de dénoncer les iniquités :

  • 23 Parole d'un mort, FE, 7861/337.

Mais la nation se trouvera placée au point de départ de la nouvelle existence politique et sociale qu'elle doit acquérir. À l'époque où elle aura clairement conscience de toute l'immoralité et de toute la monstruosité du régime social auquel elle est restée soumise jusqu'à ce jour. À l'époque où ayant ouvert les yeux sur la combinaison des moyens de force et de ruse qui ont été employés pour l'exploiter, elle sera décidée à démonter entièrement cette ancienne machine et à la remplacer par une nouvelle qui soit conçue et organisée d'après les principes incontestables du bien public23.

20L'acuité du problème est ressentie partout, particulièrement dans les villes de concentration manufacturière. Des projets d'amélioration du sort des ouvriers se répandent avant même d'obtenir le soutien de la Commission du Luxembourg.

21À Saint-Étienne, par exemple, G. Delahante présente un plan d'association pour les ouvriers, « qui était très humain pour eux et très radical en ce qu'il les admettait à une large part de bénéfice et à une entrée en conseil d'administration ». « La municipalité, rapporte-t-il, en a jeté les hauts cris et on a empêché que cela ne fût publié ». C'est en ces termes que Didion informe Enfantin des difficultés du bassin minier. Il ne prend pas position, il rend compte du sort des ouvriers, satisfaits, selon lui, de leurs « 25 centimes d'augmentation par jour », car il se prépare « un redoutable chômage général ». Dans la région, bientôt « 15000 ouvriers » seront sur « le pavé », la monnaie se fait rare, « toutes les fabrications ferment successivement boutique ».

22Les saint-simoniens instruisent leurs correspondants parisiens et se renseignent les uns auprès des autres ; les lettres circulent de ville en ville.

  • 24 Didion à Enfantin, 21 mars 1848, FE, ms. 7630.

23À Lyon, malgré la présence apaisante d'Arago, bien acceptée par les anciens adeptes de l'Église, les passions sont très vives selon Arlès-Dufour et Brosset, en correspondance avec Didion. « Nous avons devant nous une période très effrayante24 », conclut l'informateur. Les antagonismes se manifestent au grand jour. Lyon est en effet au cœur des conflits. Adolphe Blanqui confirme la tension des quartiers ouvriers, encore sous l'empreinte des répressions des années 1830. Si l'économiste juge sévèrement les désordres engendrés par les théories subversives, l'académicien absout les travailleurs, auxquels il dénie toute capacité d'intervention autonome :

  • 25 Adolphe Blanqui, Des classes ouvrières en France pendant l'année 1848, Petits traités publiés par (...)

c'est là, surtout, à Lyon, il faut le dire, que s'est établi le véritable foyer des doctrines anti-sociales qui ont dénaturé le sens moral, naturellement si juste et si droit des classes ouvrières25.

24Pourtant, à Lyon, comme dans la capitale, les manifestations en faveur de la République démocratique et sociale ont rassemblé des masses ouvrières soucieuses, elles aussi, de donner un contenu à la République. Leur scepticisme s'exprime dès les premiers jours, à l'occasion du choix symbolique du drapeau :

  • 26 Justin Godart, À Lyon en 1848, Les Voraces, Centenaire de la révolution de 1848, Paris, PUF, 1948, (...)

la suppression du drapeau rouge parut un commencement de reniement de la Révolution qui l'avait pris pour symbole26.

25À Paris, les réactions sont identiques. Théophile Thoré, directeur du journal La Vraie République en 1848, reçoit, tout comme Enfantin, des informations sur l'état de la France et des opinions. Edmond Frossard lui écrit, le 25 février précisément, sur la même question du drapeau :

  • 27 Edmond Frossard à T. Thoré, 4 heures, 25 février 1848, Bibliothèque de l'Arsenal, Fonds Thoré, ms. (...)

Un seul mot prononcé aujourd'hui par Louis Blanc a produit l'impression la plus fâcheuse. Il a dit qu'il fallait arborer le drapeau tricolore. Le drapeau tricolore est pour le peuple un signe odieux, c'est le drapeau rouge qui flotte sur les barricades que le gouvernement provisoire doit arborer. Un grand malheur pourrait résulter de ce simple malentendu27.

Agir sur le Gouvernement et le capital

  • 28 Voir Le Livre nouveau des saint-simoniens, édition, introduction et notes par Philippe Régnier, Tu (...)

26Chaque jour, le mouvement s'amplifie, les antagonismes s'exacerbent, la peur se propage et les bruits les plus contradictoires se répandent. Enfantin, particulièrement bien informé par ses amis, soit qu'il se soucie de leurs intérêts, soit qu'il ait l'esprit totalement engagé dans la révolution, dispose des nouvelles qui, selon les historiens, lui permettent de défendre une position médiane, un juste milieu parfaitement conforme aux perspectives tracées dans le Livre nouveau28 Sans doute est-il plus sensible aux arguments d'Arlès-Dufour, d'Holstein ou de Talabot, dont la fortune commande la modération, qu'à ceux de Désirée Gay ou de Pierre Vinçard – sans le sou, au dire du Père. Mais il semble à l'écoute d'un mouvement dont il pressent la force.

27Dans les premiers jours de mars, les lettres des prolétaires saint-simoniens n'ont aucune influence sur son appréciation du conflit. Il ne voit que désastre dans cette hâte à réformer un système. Georges Weill l'a souligné, il s'adresse alors aux autorités, tout en se défiant d'un Gouvernement provisoire qu'il juge incapable. Le fond de sa pensée, il le livre en privé à Arlès-Dufour :

Le gouvernement actuel, composé de culottes de peau républicaines, est débordé dans sa nullité par les ouvriers d'une part et par Girardin et les socialistes de l'autre. Le bourgeois est si content d'Arago que cette raison sociale tend à disparaître comme flâneurs et castrats. Le premier acte de la pièce est déjà presque fini.

  • 29 Enfantin à Arlès-Dufour, 5 mars 1848, FE, ms. 7617.

28Arlès-Dufour est alors dépassé par l'explosion sociale. Enfantin lui conseille de « mettre de l'ordre dans ses affaires », en cherchant à « faire le plus d'argent possible29 ». À ce « premier acte », le « Père », quant à lui, participe en s'efforçant de convaincre les autorités des risques encourus par la Commission du Luxembourg, à la fois soumise aux pressions d'une population impatiente, et prisonnière de théories contradictoires qui risquent de mener dans une impasse. De son point de vue, l'initiative gouvernementale ne doit pas se fourvoyer dans une hypothétique organisation du travail, mais se déployer dans trois directions : « l'Éducation, la Retraite, le Salaire ». C'est en ce sens qu'il écrit à Émile de Girardin :

  • 30 Enfantin à Émile de Girardin, 2 mars 1848, FE, ms. 7617.

si, au contraire, la partie civile de la population, impatiente d'améliorer immédiatement le salaire du travailleur, entraînait la Commission et le Gouvernement à improviser un règlement nouveau des rapports de l'ouvrier et du chef d'atelier, du travail et du capital, de l'industrie et de la propriété, ce serait alors une perturbation complète de toutes les existences, une rénovation instantanée de la législation, ce serait une anarchie impossible ou plutôt un inévitable et déplorable retour du passé, une Restauration30.

  • 31 Voir Lettre au ministre des Travaux publics, 10 mars 1848, et Projet de décret du 20 mars 1848, FE (...)

29Enfantin joue habilement sur les mots. La Restauration dont il est question n'est pas celle de 1815. Dans son esprit, tout le passé est à rejeter, particulièrement le passé de la Terreur. Paradoxalement, il utilise le rejet de la restauration monarchiste par l'opinion pour exorciser la période révolutionnaire de 1793-1794, dont tout le monde craint le retour, et avec laquelle les républicains ont cherché à prendre leurs distances. Aussi Enfantin se dépense-t-il sans compter auprès de ses amis influents afin de mettre en œuvre des réformes réalistes, à condition que l'initiative reste au gouvernement et aux « capacités ». Tout « se défait », écrit-il à Talabot, mais « tout doit se refaire ». À la désorganisation doit succéder la réorganisation de l'économie et des finances. Les industries ferment, les capitaux s'enfuient, les banquiers sont perdus. Le sauvetage passerait d'abord par la réforme de la Banque de France et la transformation du capital dans les chemins de fer : l'Etat devrait prendre en main les concessions accordées aux compagnies industrielles31. « Le Père » se plaint des hésitations du pouvoir et du faible courage des dirigeants :

  • 32 Enfantin à Talabot, 13 mars 1848, FE, ms. 7617.

Le gouvernement n'ose pas détrôner la Banque, comme il a détrôné Louis-Philippe et y installer la république financière et industrielle, il y viendra. Le gouvernement n'ose pas détrôner les compagnies que naguère tous ses membres injuriaient, qu'ils détestent encore, mais qu'ils craignent de prendre comme un fardeau nouveau, tandis que ce serait réellement un allégement pour tous32.

30Le « réalisme » d'Enfantin est tout simplement marqué du sceau de ses certitudes. Ses interlocuteurs privilégiés sont des maîtres d'industrie ou des responsables financiers, car il ne croit pas aux capacités organisatrices des ouvriers, auxquels, cependant, il confère le premier rôle politique.

  • 33 Ses convictions perdurent au-delà de juin (voir Enfantin à Arlès-Dufour, 22 janvier 1849).
  • 34 Le 7 avril 1848, Arlès-Dufour lance un appel « Aux travailleurs, mes frères » (voir Dictionnaire b (...)

31Principaux acteurs de la révolution, les prolétaires, pour lui, n'en restent pas moins des êtres frustes qui doivent nécessairement être guidés. En se mettant à l'écoute de la pression populaire, Enfantin manifeste son adhésion au mouvement de l'histoire. Sa préoccupation n'est pas de le contourner ou d'en arrêter la marche, mais d’en prendre la tête. Toute la pensée enfantinienne est inscrite dans cette dualité conflictuelle : être à l'écoute des forces populaires tout en leur dictant ses volontés. « Le Père » est convaincu de l'irréversibilité des bouleversements, car il y voit le triomphe des théories saint-simoniennes. Les grandes questions théoriques des années 1830 « sont aujourd'hui entrées dans le domaine politique et pratique33 », estime-t-il. Après avoir prodigué à ses amis des conseils pour sauver leur fortune, il tente de les rassurer. À Arlès-Dufour, qu'il sait sensible à la condition ouvrière34, et dont les intérêts dans les chemins de fer, la banque et l'industrie lyonnaise font une des personnalités éminentes du milieu lyonnais, il écrit :

  • 35 Enfantin à Arlès-Dufour, 18 mars 1848, FE, ms. 7617.

Certes, les circonstances générales sont tellement générales que les situations personnelles s'effacent toutes devant la commotion sociale qui les soulève ou les abaisse, mais dans cette tempête, c'est bien beau, je vous assure, d'être sur le pont, de se cramponner au mât et au cordage et de regarder la force des braves et aussi celle des peureux. Le peuple est décidément entré dans la vie politique, il y est tout entier, c'est donc à dire qu'après cette révolution de 1848, la plus grande de toutes il ne saurait plus y avoir que des évolutions35.

  • 36 Ibid.

32La Révolution est complète, les classes intermédiaires entre capital et travail tendent à disparaître, aussi « tout ce qui est grand comme la découverte d'un nouveau monde, pour moi, c'est plus grand encore, parce que c'est le nouveau monde rêvé par moi dont j'aperçois le rivage36 ».

En résumé, l'époque actuelle n'est pas seulement révolutionnaire dans l'ordre politique, elle l'est surtout dans l'ordre financier, industriel, économique, non seulement en France, mais dans tout le reste de l'Europe.

33L'enthousiasme s'apaise à peine ; quelques mois plus tard, Enfantin s'emballe pour la révolution européenne. À Arlès-Dufour, alors à Leipzig pour des affaires de famille, il présente un vaste panorama de la situation européenne, en inscrivant dans l'histoire de l'Europe la marche de la liberté à laquelle il assiste :

  • 37 Enfantin à Arlès-Dufour, 30 octobre 1848, FE, ms. 7617.

Au moment où l'Empire se démembre, où l'Italie prétend à la vie politique, où la Bohême, la Pologne brisent leurs chaînes, est-ce que l'Empereur, est-ce que l'Allemagne pourraient se croire seuls juges ? [...]. Il faut que la doctrine du libre examen qui a engendré, pour l'individu, le droit de suffrage universel, l'engendre aussi pour les peuples, et que chacun d'eux apporte son vote à la constitution nouvelle de l'Europe et du monde37.

Diriger le « mouvement social »

  • 38 Enfantin à Paulin Talabot, à Marseille, 13 mars 1848, FE, ms. 7617.

34Présents à l'esprit d'Enfantin par l'activité qu'ils déploient dans une perspective politique, les ouvriers ne sont pourtant pas ses interlocuteurs. Ceux-ci, y compris ses proches, doivent se satisfaire de leur position d'acteurs : Désirée Gay se plaint du faible écho de ses opinions auprès du Père, et Vinçard, en situation de dépendance matérielle à son égard, reste silencieux à ce sujet. Cette relative mise à l'écart des prolétaires ne scandalise pas les intéressés eux-mêmes, qui ne vont pas au-delà de discrètes récriminations privées. Aux destinataires privilégiés de sa correspondance, Enfantin ne cache ni ses préférences, ni sa vision des rapports sociaux, toujours clairement exposée. « La commotion sociale » dépassée, avec « l'entrée des masses en politique », il s'agirait de prendre la direction de « l'époque révolutionnaire ». Les praticiens des réformes ne seraient pas les artisans rassemblés dans les associations ; l'avant-garde de l'industrie moderne serait représentée par les ingénieurs, les polytechniciens, seule classe compétente à même d'accompagner la révolution industrielle et financière. À Talabot, ingénieur des Ponts et Chaussées, directeur du chemin de fer de Marseille, Enfantin conseille de « diriger le mouvement social des ouvriers du midi ». Le directeur, à la tête des ouvriers, doit, à son avis, « forcer le gouvernement local » et ne compter que sur ses propres forces. « Vous exercez assez d'empire sur tout ce qui travaille sous vos ordres, pour diriger leur démonstration pacifiquement38. »

Le socialisme en question

  • 39 Enfantin à Arlès-Dufour, le 6 avril 1848, FE, ms. 7617.
  • 40 Enfantin à Arlès-Dufour, 16 janvier 1849, FE, ms. 7617.
  • 41 Ibid.
  • 42 Holstein à Enfantin, 19 janvier 1849, FE, ms. 7618.

35Les théories d'Enfantin ne peuvent guère se réduire aux idées ordinairement recensées et historiquement retenues. Entre libéralisme et socialisme, il cherche à maîtriser le cours de l'histoire sans jamais l'entraver. La singularité de sa position permet de saisir les tensions entre les forces en présence et les engagements individuels. En effet, l'incompatibilité entre parole individuelle et points de vue collectifs a été trop souvent masquée par le privilège accordé aux porte-parole patentés. Or, ce que comprend Enfantin et qui échappe aux républicains modérés, c'est la force du mouvement populaire. Il ne lui accorde, certes, aucun rôle dirigeant, mais il prend en compte l'élan révolutionnaire qui l'anime, hors des sentiers du socialisme ou du communisme référencés, dont l'idée seule sert d'épouvantail aux tenants de la liberté des propriétaires. De fait, le socialisme réel, concret, identifié à la subversion sociale, et donc attribué aux idées utopiques, se manifeste dans les associations. Impossible, en effet, de saisir le grand mouvement d'organisation ouvrière qui succède à l'échec de Juin 1848, sans le rapporter à ce moment d'exceptionnelle agitation des journées de Février. Les espoirs de Février perdurent au sein des différents regroupements ouvriers après la déception engendrée par le suffrage universel qui, du point de vue social, consacre le triomphe des positions acquises par les privilégiés d'une liberté conservatrice. Tandis que ce processus échappe aux autorités en général, Enfantin cherche à le maîtriser. Il ne tente pas de donner un sens à l'événement révolutionnaire, il lui importe de suivre le mouvement tout en le dirigeant. Il ne manifeste aucun doute sur les conflits en cours. À ses yeux, les classes ouvrières, pour l'essentiel brutales, voire barbares, n'ont aucune vocation dirigeante. Très clairement, il exprime sa défiance à l'égard des associations, dirigées, croit-il savoir, par « des bandes de travailleurs39 », aussi dangereuses que le sont les « Voraces » qui sévissent à Lyon, « sans doute, la ville la plus bête du monde40 ». Mais pour lui, la bêtise lyonnaise n'est pas du côté ouvrier, elle est liée à l'incapacité des dirigeants à prendre la tête de toutes les écoles socialistes actives dans les traboules. En l'absence de dirigeants dignes de ce nom, Enfantin enjoint à ses disciples de choisir une juste voie. La révolution proprement dite n'est qu'un moment, elle peut s'accommoder de la présence de barbares, car s'il y a « quelque chose à faire de neuf et de populaire, sans quoi il n'y aura ni tranquillité, ni reprise du travail », c'est d'accorder « au bon ouvrier, une retraite pour ses vieux jours et son pain assuré41 ». Dans l'état actuel des possibilités économiques, garantir un salaire, protéger les invalides et dispenser l'éducation au peuple, tels sont les objectifs d'un « socialisme » bien compris. Or ces barbares représentent, pour la plupart des correspondants d'Enfantin, la lie des quarante-huitards, « ces républicains communistes, socialistes, de toutes les couleurs qui pourraient bien un jour incendier nos maisons, nos fabriques, nos foins, nos bleds et nous guillotiner par-dessus le marché42 ». Contrairement à ses interlocuteurs, effrayés, comme le sont les bourgeois, par le peuple en lutte, Enfantin veut s'emparer des idées nouvelles pour leur donner l'orientation qui est la sienne.

36Inclassable dans une histoire linéaire des idées, Enfantin se situe parfaitement dans le temps de l'événement. Il se dit socialiste et le justifie :

Le socialisme puisqu'il faut l'appeler par son nom est certainement quelque chose ; il est bien aussi grand garçon que l'était le libéralisme de Lainé et de Royer-Collard sous l'Empire ; quelques-uns le croient aussi adolescent que l'était le libéralisme sous la Restauration et le républicanisme sous Louis-Philippe [...] ; ce petit bonhomme de socialisme qui prend mille formes aujourd'hui, qui parle toutes les langues, qui bavarde à Paris, à Francfort, Berlin, Vienne, Milan, Rome et qui en 1825 le comptait parmi ses très rares lecteurs.

37L'incompréhension de ce mouvement historique de la part des hommes politiques l'étonne. Guizot par exemple, attentif à l'avancée de la classe moyenne :

  • 43 Enfantin à Μme Giraud, 3 novembre 1848, FE, ms. 7617.

[il] n'apercevait pas que la classe inférieure marchait plus vite que la moyenne vers un monde nouveau. La classe moyenne avait jadis enfoncé la haute classe qui était le vieux monde en 1788, il ne voyait pas que la basse classe était toute prête d'en faire autant43.

  • 44 Enfantin à Émile Barrault, 2 janvier 1849, FE, ms. 7617.
  • 45 Ibid.

38Il ne s'agit pas d'une lettre de circonstance, adressée à un interlocuteur proche des milieux prolétaires, mais bien d'une prise de position élaborée en fonction d'une appréciation des forces en présence – la position de « juste milieu », choisie par Enfantin, qui s'accommode fort bien de la République comme du drapeau tricolore, en tout point conformes à l'idée qu'il se fait du socialisme. En aucun cas, il ne se laissera « broyer » par le peuple, car, « s'il est encore assez barbare pour broyer, je ne me gênerai pas pour me compromettre encore davantage à ses yeux et pour lui dire en face qu'il est barbare44 ». Entre la brutalité des ouvriers, l'ignorance des paysans, les peurs des riches et la voracité des pauvres, il se veut le rassembleur des « deux moitiés de l'humanité45 » afin d'éviter la lutte de classes tout en contribuant à transformer les rapports sociaux.

39Février l'intéresse, tandis que Juin n'éveille en lui aucun écho. Tout juste fait-il allusion aux transportés en Algérie. Il laisse agir Barrault, Vinçard et autres, au Tocsin des travailleurs, sans intervenir. Leur socialisme n'est pas le sien. Mais il est persuadé d'énoncer le vrai en ce domaine :

  • 46 Enfantin à Arlès-Dufour, 22 janvier 1849, FE, ms. 7617. « terrorisée » est une lecture incertaine.

Il est pourtant évident que les grandes questions soulevées philosophiquement et théoriquement par nous à cette époque sont aujourd'hui entrées dans le domaine politique et pratique, il est évident aussi qu'à leur entrée dans ce nouveau domaine, elles ont fait furieusement entrer beaucoup de gens qui aujourd'hui raillent, badinent, se croient plus que sauvés, victorieux et qui pourtant recommenceraient à trembler avant peu et plus fort que jamais, si nous nous croisons les bras [...]. Notre premier enfantement a lancé sur le monde des Louis Blanc, Proudhon, des démocrates socialistes, des socialistes de toutes couleurs. Heureusement, ils ne confessent pas la source où ils ont pris naissance, ils ont d'ailleurs bien raison, car sur leur route, à travers les marais, ils ont entraîné tant de vase, que leurs eaux troublées ne ressemblent plus trop aux nôtres [...], notre devoir aujourd'hui est donc d'une part d'agir sur le socialisme actuel pour lui faire déposer sa vase, de l'autre d'agir sur cette bourgeoisie terrorisée [ ?] naguère par le torrent qui la menaçait46.

  • 47 « L'individualisme ne comprend pas la vie ; car il nie cette relation. Le socialisme <absolu> ne la compre</absolu> (...)

40Des socialismes de 1848, seules les idées des théoriciens ont été retenues. La pratique politique dans le mouvement social, au contraire, n'a pas été prise en considération ; sans doute était-elle engluée dans « la vase » dont parle Enfantin. Identifiée à l'utopie, elle n'a pas été considérée comme mouvement anticipateur du socialisme à venir. Longtemps, en effet, les réserves de Pierre Leroux l'ont emporté, malgré les nuances que lui-même avait apportées à cette apparente incompatibilité entre socialisme et individualisme47. Ainsi le lien entre liberté et construction communautaire fut-il présenté comme conflictuel, voire pensé impossible. Or en 1848, des praticiens de l'association ouvrière le jugent indispensable à tout projet d'organisation sociale fondée sur la responsabilité collective des producteurs eux-mêmes. Pauline Roland est de ceux-là, elle l'exprime dans le supplément au journal de Proudhon :

la règle de l'association doit être dans ses dispositions la réalisation parfaite de la formule républicaine.

41Son socialisme, issu des rangs saint-simoniens, semblable à celui de Jeanne Deroin, n'est pas guidé par la doctrine, mais est enraciné dans le mouvement. La liberté individuelle, pense-t-elle, est aussi importante que le sont les responsabilités collectives :

  • 48 Pauline Roland, série d'articles sur l’Association, supplément au Peuple, 11 décembre 1848.

la règle de l'individu doit assurer à tout être humain la plus complète liberté de développement. Cette liberté a pour bornes la liberté des autres, car il ne s'agit plus, comme pour le stoïcien antique, de constituer, dans l'isolement, un homme libre, marchant dans sa force et sa liberté aux dépens d'autres hommes esclaves. Cet homme, fût-il le sage, serait une monstruosité, puisqu'il ne serait constitué que par l'injustice. Il faut constituer l'homme libre dans une société où tous seront libres48.

42Intéressant face à face, entre le Père, pour qui la tâche est de « conquérir le droit de mener le train qui prendra les blessés et les bien-portants », afin de les « remettre en route vers l'avenir », pour assurer la « direction de la grande armée des travailleurs », et la fille, autrefois impressionnée par le dogme saint-simonien qu'énonçaient les Pères de la Doctrine, et qui, aujourd'hui, privilégie les individus de cette armée dont le chef ne peut plus représenter, à lui seul, la liberté de tous. Le temps du porte-parole, censé savoir ce qui est bon pour le peuple, n'est plus. Nous avons là deux visions du socialisme radicalement opposées. La conception d'Enfantin l'a emporté, et les théoriciens attachés à dire le sens des événements dont ils n'étaient souvent que les témoins ont été considérés comme les pères fondateurs du socialisme moderne. Socialisme utopique ou socialisme scientifique, chacun prend sa source dans l'idée largement partagée d'une incapacité populaire à penser son devenir social. Pauline Roland n'a pas été entendue dans sa défense de la liberté individuelle, pas plus que Joseph Dejacque n'a été compris lorsqu'il s'est insurgé contre l'amalgame fait par la presse entre ouvriers et gibier de potence :

  • 49 Lettre de Joseph Dejacque, ouvrier des ateliers nationaux, adressée au Constitutionnel, Bibliothèq (...)

Sachez-le, cependant, monsieur, vous qui ne semblez point connaître [l'honneur], ces 17 000 ouvriers que votre article confond dans la même flétrissure et soufflette de la plus lâche insulte, en ne publiant pas les noms de ces 12 000 d'entre eux, échappés dites-vous, des bagnes des galères ; ces ouvriers, monsieur, ce sont ceux qui avec les autres prolétaires de la cité, après avoir affronté dans la bataille, les balles du roi, votre maître, ont, l'arme aux bras, sur les barricades de la paix, protégé vos personnes et vos propriétés49.

43D'ailleurs, aucune personnalité ne semble écouter ces voix étouffées qui seront hâtivement rangées dans la voie sans issue des utopies. Proudhon lui-même considère que le peuple se tait :

  • 50 Loi de Gombette, du roi Gondebaud, fin ve-début vie siècle, loi célèbre chez les Bourguignons, car (...)
  • 51 Même réf. que supra n. 22, p. 1-25.

Un grand acte vient de s'accomplir, irrésistible, irrévocable [...]. Royauté, monarchie constitutionnelle, système représentatif, classe travailleuse et classe bourgeoise [...], cela est désormais aussi loin de nous que la loi de gombette50 et les capitulaires [...]. D'où vient cette révolution ? elle n'en sait rien. Où va-t-elle ? elle l'ignore. Qui est-elle ? Elle hésite sur son propre nom, tant elle se connaît peu, tant son opposition est factice, tant ce mot de république semble un solécisme dans notre langue [...]. Le peuple demandait non pas, comme le veulent certains utopistes, que le gouvernement s'emparât du commerce, de l'industrie et de l'agriculture pour les ajouter à ses attributions et faire de la nation française une nation de salariés, mais qu'il s'occupât des choses du commerce de manière à favoriser suivant les règles de la science, qui sont celles de la justice, le développement de la richesse publique, et à procurer l'amélioration matérielle et morale des classes pauvres [...]. Or depuis la révolution, le peuple a cessé de parler et nous voguons sans boussole, au vent de toutes les folies, sur un océan sans limites51.

44Un dernier mot de Suzanne Voilquin dit le fossé qui sépare les théoriciens du socialisme des individus qui ont cru possible son avènement :

  • 52 Suzanne Voilquin à Enfantin, septembre 1848, FE, ms. 7791.

Adieu Enfantin, je quitte de nouveau la France. Soyez heureux c'est le plus vif désir de mon cœur. Puisse Dieu mère en vous bénissant ne point se rappeler la douleur morale que vous avez fait souffrir aux femmes de notre époque52.

  • 53 Expression empruntée à Walter Benjamin.
  • 54 L'Opinion des femmes, 28 janvier 1849.

45Le socialisme utopique emporte avec lui la femme libre. Tandis que l'émancipation des femmes était devenue expression du socialisme vrai dans la conception de Jeanne Deroin, la seule idée d'une liberté possible pour le sexe « faible » est repoussée par Proudhon ; avec Enfantin, le principe est définitivement enfoui dans « le souterrain des choses53 » mortes de l'histoire au profit du privilège des capacités. Le point de vue de Jeanne Deroin, pour qui « l'égalité signifiait l'abolition complète de tous les privilèges de sexe, de race, de naissance, de caste et de fortune54 », comme celui de Pauline Roland, n'ont pas été inclus dans la genèse du socialisme moderne. À l'inverse, le socialisme, qu'a imaginé Enfantin et qu'il conçut comme République sociale, est en train de triompher dans les États européens que dirigent les socialistes contemporains de ce début du xxie siècle :

  • 55 Le Crédit, 1er novembre 1848.

Pour quiconque ne s'en tient pas aux apparences, le suffrage universel, loin de limiter l'influence de la bourgeoisie, l'étend et l'affermit au contraire. L'expérience, les lumières, les connaissances pratiques de la bourgeoisie lui assureront pour longtemps une prépondérance [...]. Tendre la main au prolétaire, assurer à ses enfants l'éducation, à lui-même le travail [...], lui faciliter l'accès à la propriété, lui assurer les joies moralisantes de la famille [...]. Qu'est-ce, en effet, que la bourgeoisie française ? C'est le peuple arrivé à l'aisance, à l'éducation, à la sécurité. Eh bien, ces conditions d'aisance et de bien-être sans lesquelles la liberté est un mot vide de sens et une dérision cruelle, voilà ce que le peuple ambitionne à son tour, et ce qu'il ne saurait obtenir sans le concours de la bourgeoisie, concours que la bourgeoisie ne peut refuser sans ouvrir des abîmes où la civilisation elle-même irait se perdre et s'engloutir55.

Notes

1 Sébastien Charléty, Histoire du saint-simonisme, Paris, Gonthier, 1931, p. 237.

2 Charles Baudelaire, « De l'héroïsme de la vie moderne », Salon de 1846, Œuvres complètes, t. II, Paris, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, p. 134.

3 Sébastien Charléty, ouvr. cité, p. 237-238.

4 Georges Weill, L'École saint-simonienne, Paris, Alcan, 1896, p. 215.

5 Vinçard aîné, Mémoires épisodiques d'un vieux chansonnier saint-simonien, Paris, Dentu, 1878, p. 257.

6 « Un rêve non réalisé, mais non pas irréalisable », selon Joseph Dejacque, « ce qui suppose de penser l'écart par rapport à la pensée dominante », saisir « l'ampleur, la force » d'un mouvement. Voir à ce propos, l'analyse de Jacques Rougerie sur la Commune, dans Gilbert Larguier et Jérôme Quaretti dirs, La Commune de 1871, utopie ou modernité ?, coll. « Études », Presses universitaires de Perpignan, 2000.

7 Ibid., p. 255-256.

8 Jules Lechevalier, Qu'est-ce que l'organisation du travail ? Conférences tenues à Paris, mars 1848, Paris, 1848, Préambule, p. 1.

9 Voir à ce propos, Michèle Riot-Sarcey, La Démocratie à l'épreuve des femmes, trois figures critiques du pouvoir, Désirée Véret (Gay), jeanne Deroin, Eugénie Niboyet, Paris, Albin Michel, 1994.

10 Voir Exposition de la Doctrine saint-simonienne. Première année, éd. or., Paris, 1829.

11 Allusion critique aux affrontements entre républicains de la veille et républicains du lendemain.

12 Jules Lechevalier, ouvr. cité, p. v.

13 Ibid., p. vii.

14 Ibid.

15 La nomination date du 15 mars 1848.

16 Michel Chevalier, « Question des travailleurs. L'amélioration du sort des ouvriers. L'organisation du travail », Revue des deux mondes, 15 mars 1848. Voir Jean-Luc Baudras, Université Paris 8, travaux en cours sur Michel Chevalier, homme politique du xixe siècle.

17 René Holstein au Père, 12 avril 1848, Bibliothèque de l'Arsenal, Fonds Enfantin [désormais FE], ms. 7628.

18 Lettre du 7 septembre 1851, FE, ms. 7628.

19 Laurent à Enfantin, 28 mars 1848, FE, ms. 7630.

20 La femme Lenz à Enfantin, 4 avril 1848, FE, ms. 7630.

21 Suzanne Voilquin à Enfantin, s. d., FE, ms. 7791.

22 Voir notamment, Pierre-Joseph Proudhon, Solution au problème social, Paris, 1848, brochure conservée dans les archives saint-simoniennes, FE, 7861/340.

23 Parole d'un mort, FE, 7861/337.

24 Didion à Enfantin, 21 mars 1848, FE, ms. 7630.

25 Adolphe Blanqui, Des classes ouvrières en France pendant l'année 1848, Petits traités publiés par l'Académie des sciences morales et politiques, Paris, 1849, p. 37. Naguère l'un des rédacteurs du Producteur, le frère d'Auguste Blanqui occupait le siège de J.-B. Say à l'Académie des sciences morales et politiques.

26 Justin Godart, À Lyon en 1848, Les Voraces, Centenaire de la révolution de 1848, Paris, PUF, 1948, p. 25.

27 Edmond Frossard à T. Thoré, 4 heures, 25 février 1848, Bibliothèque de l'Arsenal, Fonds Thoré, ms. 7915.

28 Voir Le Livre nouveau des saint-simoniens, édition, introduction et notes par Philippe Régnier, Tusson (Charente), du lérot, 1991.

29 Enfantin à Arlès-Dufour, 5 mars 1848, FE, ms. 7617.

30 Enfantin à Émile de Girardin, 2 mars 1848, FE, ms. 7617.

31 Voir Lettre au ministre des Travaux publics, 10 mars 1848, et Projet de décret du 20 mars 1848, FE, ms. 7617 ; développement dans Georges Weill, ouvr. cité.

32 Enfantin à Talabot, 13 mars 1848, FE, ms. 7617.

33 Ses convictions perdurent au-delà de juin (voir Enfantin à Arlès-Dufour, 22 janvier 1849).

34 Le 7 avril 1848, Arlès-Dufour lance un appel « Aux travailleurs, mes frères » (voir Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier françaisLe Maitron [cédérom], Éditions de l'Atelier. Je remercie Philippe Régnier pour toutes ces précisions biographiques).

35 Enfantin à Arlès-Dufour, 18 mars 1848, FE, ms. 7617.

36 Ibid.

37 Enfantin à Arlès-Dufour, 30 octobre 1848, FE, ms. 7617.

38 Enfantin à Paulin Talabot, à Marseille, 13 mars 1848, FE, ms. 7617.

39 Enfantin à Arlès-Dufour, le 6 avril 1848, FE, ms. 7617.

40 Enfantin à Arlès-Dufour, 16 janvier 1849, FE, ms. 7617.

41 Ibid.

42 Holstein à Enfantin, 19 janvier 1849, FE, ms. 7618.

43 Enfantin à Μme Giraud, 3 novembre 1848, FE, ms. 7617.

44 Enfantin à Émile Barrault, 2 janvier 1849, FE, ms. 7617.

45 Ibid.

46 Enfantin à Arlès-Dufour, 22 janvier 1849, FE, ms. 7617. « terrorisée » est une lecture incertaine.

47 « L'individualisme ne comprend pas la vie ; car il nie cette relation. Le socialisme <absolu> ne la comprend pas davantage ; car, en faussant cette relation, il la détruit. Nier la vie ou la détruire, voilà l'alternative de ses deux systèmes, dont l'un par conséquent ne vaut pas mieux que l'autre », Pierre Leroux, Revue encyclopédique, 1831-1834, De l'Égalité, Genève, Slatkine, 1996, p. 72. Leroux vise d'ailleurs, ici, la propre pratique dirigeante d'Enfantin, qualifiée par lui de socialisme « absolu ».

48 Pauline Roland, série d'articles sur l’Association, supplément au Peuple, 11 décembre 1848.

49 Lettre de Joseph Dejacque, ouvrier des ateliers nationaux, adressée au Constitutionnel, Bibliothèque de l'Arsenal, Fonds Thoré, ms. 7915.

50 Loi de Gombette, du roi Gondebaud, fin ve-début vie siècle, loi célèbre chez les Bourguignons, car plus souple que la loi salique. Composée de 354 articles, la loi équilibre le droit pénal entre « romains » et « barbares ». (Je remercie Joèl Cornette de ces précisions).

51 Même réf. que supra n. 22, p. 1-25.

52 Suzanne Voilquin à Enfantin, septembre 1848, FE, ms. 7791.

53 Expression empruntée à Walter Benjamin.

54 L'Opinion des femmes, 28 janvier 1849.

55 Le Crédit, 1er novembre 1848.

Auteur

Professeure d'histoire contemporaine et codirectrice de l'équipe « Histoire intellectuelle » à Paris 8, membre associé de LIRE. Historienne du xixe siècle, des utopies et des femmes. Derniers ouvrages : Le Réel de l'utopie (Albin-Michel, 1998), L'Utopie en questions (PUV, Saint-Denis, 2001). À paraître sous sa direction, en mars 2002, Histoire du féminisme (La Découverte) et Dictionnaire critique de l'utopie (Larousse).

© Presses universitaires de Lyon, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search