Version classiqueVersion mobile

Études saint-simoniennes

 | 
Philippe Régnier

Le problème du langage dans Le Livre nouveau des saint-simoniens

Jean-Michel Gouvard

Texte intégral

  • 1 Philippe Régnier éd., ouvr. cité, Tusson, du lérot, 1991. Désormais, les références entre parenthè (...)

1Cet article a pour but de cerner la théorie linguistique sous-jacente au discours sur le langage, les langues et la langue des vers dans Le Livre nouveau des saint-simoniens1. L'ouvrage recueille des textes des années 1832 et 1833, composés par plusieurs des pensionnaires de Ménilmontant, et relevant de genres très différents : poèmes, lettres, comptes rendus de réunions et de conversations. Nous nous référerons à deux d'entre eux, Première Séance : Le Livre nouveau, daté du 14 juillet 1832, et Deuxième Séance : La Grammaire, daté du 19 juillet 1832. Les problèmes du langage, des langues et de la langue des vers y dessinent non seulement un ensemble cohérent, mais en constituent l'une des thématiques majeures, en parfait accord avec les visées humanistes du petit groupe d'hommes qui, à cette époque, avaient choisi de se retirer sur la colline de Ménilmontant.

2Nous commencerons par rappeler quelques éléments propres à la réforme dont rêvent les saint-simoniens (§ 1), éléments qui nous seront utiles par la suite pour éclairer certaines analyses linguistiques, lorsque nous aborderons le problème de la langue (§ 2), puis celui, plus spécifique, de sa description grammaticale (§ 3), pour terminer, enfin, par des considérations sur la prosodie, qui s'enracinent dans une critique de la versification (§ 4).

1. Vers une nouvelle classification des savoirs et des pratiques humaines

1.1. La division des sciences

3Dans la Deuxième Séance du Livre nouveau, consacrée à la « grammaire », Enfantin commence par rappeler l'objectif du livre qu'il souhaite préparer avec ses disciples :

Le livre, que je vous appelle à préparer avec moi dans nos entretiens de la nuit doit être à la fois l'inspirateur de la science nouvelle, de l'art nouveau, de la langue nouvelle. (84)

4Ce n'est pas tant la volonté de réforme des saint-simoniens qui nous intéresse ici, que son ambition : la science et l'art, les deux premiers domaines sur lesquels la religion nouvelle est censée avoir une influence bénéfique, couvrent à eux seuls la quasi-totalité des « productions » humaines, suivant une subdivision déjà largement répandue entre les savoirs scientifiques et les pratiques artistiques. Toutefois, ces deux vastes ensembles de disciplines – nous laissons volontairement de côté le troisième terme, « la langue », qui fera l'objet d'un développement ultérieur (voir § 2) – ne sont pas juxtaposés à seule fin de dénommer les champs de la connaissance que souhaiteraient renouveler les saint-simoniens.

5Dès la Première Séance, Enfantin a dénoncé l'évolution historique des sciences vers une division des domaines de spécialités de plus en plus cloisonnée. Cette séparation des savoirs a entraîné, selon lui, l'isolement des différentes disciplines les unes par rapport aux autres, au fur et à mesure que les connaissances s'accumulaient :

  • 2 Dans toutes les citations du Livre nouveau, nous avons respecté scrupuleusement la typographie de (...)

les SCIENCES sont désunies, sont détachées les unes des autres [...] la masse presque entière des SAVANTS poursuit avec une ardeur infatigable des travaux spéciaux que leurs auteurs ne cherchent à rattacher en aucune façon les uns aux autres2. (67)

6À ce constat, vient s'en ajouter un second qui, en sus du manque de communication intrinsèque dans le domaine scientifique, vise à souligner l'absence de tout échange entre une discipline comme les mathématiques, symbolique à elle seule des sciences exactes, puisqu'elle fournit le langage dans lequel les phénomènes naturels pourront trouver une explication rationnelle, et une discipline relevant des sciences humaines, comme la métaphysique :

Ainsi il est peu de MATHÉMATICIENS, même parmi les plus profonds, qui sachent qu'une analogie, pour ainsi dire d'IDENTITÉ, existe entre leurs procédés de calcul ou de raisonnement, et la MÉTAPHYSIQUE. (67)

7Si la dénonciation du cloisonnement dans lequel s'enferment les spécialités scientifiques était relativement banale, déplorer, comme le fait Enfantin, qu'un même cloisonnement sépare des domaines apparemment aussi distants l'un de l'autre que l'algèbre et la réflexion métaphysique est beaucoup moins attendu, puisque cela prend le contrepied de la distinction usuelle entre sciences exactes et sciences humaines.

8Cet appel à une réunion de tous les savoirs, quel que soit leur champ disciplinaire, s'inscrit en fait dans un projet de syncrétisme universel, mais qui, de manière tout à fait significative, ne se caractérise pas par la fusion immédiate de toutes les activités humaines en un seul ensemble. Comme nous allons le voir, il se construit en deux temps : après une première réorganisation à partir des notions complémentaires de « formule » et de « forme » (§ 1.2), les distinctions, ainsi instaurées, s'effacent ensuite dans une même transcendance « morale » (§ 1.3).

1.2. La forme et la formule

9Les affinités entre les connaissances sont tout d'abord repensées à partir d'un couple conceptuel antithétique, la « forme » et la « formule ».

10Dans la Première Séance, Enfantin définit le « Catéchisme », dont il se veut le maître d'oeuvre et qu'il appelle aussi « le livre des choses humaines », comme un ouvrage composé de deux feuillets, qui s'opposent tout en se complétant (64-65). Le premier porte sur la « formule », le second sur la « forme ». Est « formule » tout ce qui véhicule une analyse de la « VIE » ou sert à produire une telle analyse ; est « forme » tout ce qui véhicule une manifestation de la « VIE ».

11En tant que discours analytiques, la métaphysique et l'algèbre se trouvent toutes deux réunies sous le sceau de la « formule ». L'algèbre est un système rationnel, admis au sein de la communauté scientifique, qui vise à décrire et comprendre les phénomènes naturels grâce à des « formules ». De même, la métaphysique propose des « formules » qui cherchent à éclairer la condition humaine. Par ailleurs, signalons-le d'ores et déjà, le langage, entendu comme la faculté de communiquer par la parole, fait lui aussi partie de ce premier ensemble ; ainsi que la grammaire et la prosodie, parce qu'elles sont des formalisations de la manifestation concrète de l'activité langagière, non les formes immédiates de celle-ci.

12En revanche, tout le versant empirique des sciences physiques relève de la « forme », puisqu'il s'agit des manifestations immédiates de la « VIE », comme le sont la peinture, le dessin, l'image animée ou encore la géométrie (65). On voit que, dans la perspective d'Enfantin, est « manifestation » tout ce qui reproduit de manière empirique, dans le domaine des sciences, ou de manière figurative, dans le domaine de l'art, les formes de la « VIE ». Quant à la « géométrie », on ne peut comprendre son association à cet ensemble que si l'on donne au terme son sens très général de « science de l'espace », qui vise à la description des formes sur une, deux ou trois dimensions, cet objectif étant privilégié par rapport au caractère nécessairement abstrait de la discipline. Tout se passe donc, pour Enfantin, comme si la reproduction des formes du monde réel, sous quelque modalité que ce soit, n'était qu'un reflet, c'est-à-dire la restitution synthétique du monde représenté, et non pas une interprétation, c'est-à-dire une analyse de ce monde.

1.3. La transcendance

13La redistribution des disciplines, à partir du couple antinomique « formule/forme », permet de réorganiser les savoirs et les pratiques humaines en fonction de leur finalité et de regrouper dans une même perspective téléologique des domaines d'activités extrêmement diversifiés, alors qu'ils sont traditionnellement distingués les uns des autres. Elle constitue donc une première étape vers le syncrétisme universel, dont la réunion sous une même bannière de l'algèbre et de la métaphysique était emblématique. Cependant, le couple antinomique « formule/forme » conduirait à instaurer une opposition appuyée entre les deux ensembles ainsi dessinés, si le champ de la formule tout comme celui de la forme n'étaient pas investis tous deux par le souffle même de la religion nouvelle, comme cela apparaît par exemple dans l'extrait suivant :

nous devons remanier les deux élémens de la science humaine [... ] et les élever à une puissance MORALE qui leur manque.
Alors la science des formules et celle des formes, que je nomme généralement ici ALGÈBRE et GÉOMÉTRIE, mais qui renferme, d'une part, toutes les connaissances métaphysiques, de l'autre, toutes les expériences physiques, [...] auront revêtu un caractère VIVANT, POÉTIQUE, RELIGIEUX. (67)

14La bipartition « formule/forme » ne doit donc pas faire perdre de vue le principe unitaire qui se cache derrière elle, symbolisé par le concept de « puissance morale » et les représentations attachées à « vivant », « poétique » et « religieux » dans la citation qui précède. La distribution des « productions » humaines entre les deux champs repose sur un même principe « religieux », qui transcende les deux catégories en leur prêtant une seule et même cause. De manière significative, dans ce passage, le terme « science » apparaît au singulier : il ne désigne plus « les » sciences en tant que disciplines spécifiques, dont il était question au § 1.1, mais il représente selon une modalité unitaire, syncrétique, l'ensemble des domaines où l'homme exerce ses aptitudes intellectuelles et artistiques. Ceci explique pourquoi les différentes disciplines relevant de la formule, d'une part, et de la forme, d'autre part, sont qualifiées respectivement de « science des formules » (algèbre, métaphysique, langage, etc.) et de « science des formes » (géométrie, sciences expérimentales, peinture, dessin, etc.), avec de nouveau le singulier. Il ne s'agit pas de deux sciences distinctes, mais de deux sous-ensembles de « la SCIENCE humaine », unifiée par un seul et même « caractère ».

1.4. Le syncrétisme universel

15Parvenu au terme de ce paragraphe, on comprend mieux l'orientation de la réforme saint-simonienne lorsqu'elle se veut « l'inspirateur de la science nouvelle, de l'art nouveau » (84). Ces deux domaines traditionnellement antithétiques voient leurs oppositions s'effacer et les divers champs de spécialités qui les constituent se redistribuer selon une dynamique interne, qui procède en quelque sorte de deux syncrétismes distincts :

  1. un syncrétisme téléologique, qui réunit les savoirs et les pratiques humaines en fonction de leur finalité : analyser le monde (pour les domaines relevant de la « formule ») ou reproduire le monde (pour les domaines relevant de la « forme ») [voir § 1.2] ;
  2. un syncrétisme transcendantal, qui réunit les deux vastes ensembles que constituent la « science de la formule » et la « science de la forme » sous une même autorité « morale » ou « religieuse » [voir § 1.3].
  • 3 Voir J. Sgard éd., Condillac et les Problèmes du langage, Genève/Paris, Slatkine, 1982 ; S. Auroux (...)
  • 4 Sur ce point, voir Ph. Régnier, « Introduction » au Livre nouveau, Tusson, du lérot, 1991, p. 46-4 (...)

16Bien entendu, si le projet de syncrétisme universel est l'un des fondements de la pensée saint-simonienne, il n'est pas strictement « saint-simonien ». Il est inspiré en partie par le sensualisme, tel qu'il fut développé dans la seconde moitié du xviiie siècle par l'abbé de Condillac, et repris ensuite dans l'enseignement et les écrits des idéologues, Degérando, Destutt de Tracy, Lanjuinais, Volney dont nous aurons à reparler (§ 3.4). Non seulement ces derniers proposèrent une approche synthétique de la pensée et des sensations, dans le prolongement des propositions de Condillac, mais ils tentèrent de réunir sous un même principe cognitif des domaines aussi divers que la logique, la grammaire, l'économie, l'histoire et la philosophie3. Il est possible, également, de déceler dans le mouvement de transcendance dégagé ci-dessus une influence de l'idéalisme allemand, entre autres de Kant et de Hegel4. Nous ne développerons pas, cependant, l'étude des filiations philosophiques dans lesquelles s'inscrit la pensée saint-simonienne, préférant mettre l'accent dans les pages qui suivent sur les héritages spécifiquement linguistiques.

2. La « langue nouvelle »

17Dans les lignes qui précèdent, nous avons laissé de côté le troisième thème clairement désigné par Enfantin comme l'un des domaines que Le Livre nouveau se propose d'élaborer, la « langue nouvelle ». Afin de comprendre pourquoi et comment la langue se trouve associée de près à la réforme saint-simonienne, nous commencerons par définir quelle est la spécificité de cette langue et expliquer son apparentement à la langue française (§ 2), avant de présenter les éléments d'analyse grammaticale développés dans Le Livre nouveau (§ 3), tout en replaçant le discours saint-simonien dans une perspective historique qui contribuera à l'éclairer.

2.1. Une langue universelle et générale

18Lorsqu'il s'agit de qualifier la « langue nouvelle » qui viendra contribuer à la réforme des hommes et du monde, celle-ci est fréquemment associée, dans la Deuxième Séance, aux notions d'universalité et de généralité, comme illustré ci-dessous :

Cette langue aura le caractère de l'universalité.
Le problème de la langue universelle est le même que celui de la domination universelle, religieuse ou politique. [...] Il n'est donné qu'à nous, dont la foi est véritablement catholique, de résoudre ce problème, dont les traditions de la tour de Babel et du don des langues attestent que l'intelligence humaine a toujours été sérieusement préoccupée. (84)

Au-dessus de ces langues spéciales dominera la langue générale, accord de la voix du monde et de la voix de l'humanité, poésie des poésies ; telle sera la langue sacerdotale, religieuse, DIVINE. (85)

19Le rêve d'une langue « universelle » et « générale » figure ici l'un des derniers avatars de la Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal, relayée par les grammaires du xviiie siècle et, surtout, par l'influence de trois idéologues qui s'intéressèrent tout particulièrement au langage, Volney, Lanjuinais et Destutt de Tracy (voir ci-dessous).

  • 5 Ouvr. cité, Paris, Barbou, 1767.
  • 6 Ouvr. cité, Paris, chez Briasson/Le Breton/Hérissant fils, 1769.
  • 7 Ouvr. cité, Paris, Valleyre, 1772.
  • 8 Ouvr. cité, Paris, Courcier, 1817 [1re édition 1803], p. 7.
  • 9 Ouvr. cité, Paris, Baudou, 1819.
  • 10 Ouvr. cité, Paris, Baudoin, 1823.

20Pendant tout le xviiie siècle et le début du xixe, les idées sur les langues ont relativement peu évolué depuis la publication de l'ouvrage d'Arnauld et de Lancelot. La plupart des grammairiens estiment que la pensée est première et universelle, tandis que les langues ne sont que des systèmes contingents qui reflètent plus ou moins heureusement les procédures rationnelles de l'esprit. Les grammaires visent donc à exposer les procédures propres au langage, quelle que soit la langue particulière qui l'incame, afin d'en déduire des principes d'analyse valables pour toutes les langues parlées par les hommes. C'est la démarche qu'adoptent Beauzée, dans sa Grammaire générale ou Exposition raisonnée des éléments nécessaires du langage pour servir de fondement à l'étude de toutes les langues5, Chesneau du Marsais, dans sa Logique et principes de grammaire6, et Court de Gébelin, dans son Histoire naturelle de la parole ou Origine du langage, de l'écriture et de la grammaire universelle à l'usage des jeunes gens7, pour ne citer que les plus grands noms du xviiie siècle. C'est aussi la perspective dans laquelle se placent les idéologues : Destutt de Tracy, qui revendique explicitement l'héritage de Port-Royal dans sa préface à la Seconde partie de ses Éléments d’idéologie, consacrée à La Grammaire8 ; Volney, qui a signé entre autres un Discours sur l'étude philosophique des langues9 ; et Lanjuinais, qui a publié des Études biographiques et littéraires sur Antoine Amauld, Pierre Nicole et Jacques Necker10. (Pour des développements, voir le § 3.4.)

  • 11 Sur ces auteurs, voir C. Hagège, La Structure des langues, Paris, Presses universitaires de France (...)
  • 12 Voir les trois articles de G. Bergounioux : « L'introduction de l'ancien français dans l'Universit (...)

21Bien entendu, le début du xixe a vu s'amorcer une réforme en profondeur de ce qui allait devenir la linguistique, puisque des philologues allemands comme les frères Schlegel ont commencé dès les années 1800-1820 à faire connaître le fruit de leurs travaux : F. Schlegel publie son Über die Sprache und Weisheit der Indier [Sur la langue et la sagesse des Indous] à Heidelberg en 1808, et A.-W. Schlegel ses Observations sur la langue et la littérature provençales à Paris en 1818. Ils seront suivis dans les années 1820 par Humboldt, Bopp puis, plus tardivement, par Schleicher et Pott11. Toutefois, si le comparatisme était en train de naître en Allemagne, il ne connut tout d'abord qu'un écho limité en France. Ce ne sera qu'après les années 1860 que Michel Bréal imposera ce courant de pensée dans l'hexagone, non seulement en traduisant en français les travaux de Bopp, entre 1866 et 1872, mais aussi en ouvrant la voie aux études diachroniques, lesquelles seront ensuite prolongées par Darmesteter et Meillet, et en favorisant la création de chaires de langue et littérature du Moyen Âge, dont Gaston Paris et Paul Meyer seront les premiers à profiter12. Il serait donc anachronique de voir dans les considérations sur la langue des saint-simoniens autre chose qu'un renvoi à cette logique dont les grammairiens du passé s'évertuaient à retrouver des traces, dans les langues qui se parlaient effectivement à la surface du globe, en cherchant à établir laquelle d'entre elles était la plus proche de l'archilangue ainsi postulée.

2.2. Le français, langue universelle

  • 13 Ouvr. cité, Berlin et Paris, Prault, 1784.
  • 14 Ouvr. cité, Paris, 1793 ; voir aussi A. Gazier, Lettres à Grégoire sur les patois de France 1790-1 (...)

22Tout en s'inscrivant dans l'héritage de Port-Royal, plusieurs auteurs avaient proposé de reconnaître dans la langue française l'incarnation linguistique la plus proche des procédures cognitives caractéristiques de la pensée. Les plus célèbres sont sans doute Antoine de Rivarol, avec sa Dissertation sur l'universalité de la langue française13, et l'abbé Grégoire, avec son Rapport sur la nécessité et les moyens d'anéantir le patois et d'universaliser l'usage de la langue française14. Ces deux travaux symbolisent deux courants de pensée relativement contrastés, mais dont les saint-simoniens purent avoir connaissance aussi bien pour l'un que pour l'autre.

23Rivarol se situe non seulement dans la perspective ouverte par les messieurs de Port-Royal, mais aussi dans un courant de pensée qui aura été s'amplifiant tout au long du xviiie, et qui tend à affirmer le haut degré de rationalité de ce que Ton appelait symboliquement « la langue de Descartes ».

24À côté de cette tendance « philosophique », un deuxième mouvement apparaîtra avec la révolution, et donc, entre autres, à travers les publications de l'abbé Grégoire, où l'universalité de la langue française est affirmée pour des raisons politiques, d'inspiration jacobine : afin de parfaire l'unité de la République, il apparaissait utile à certains de supprimer les patois au bénéfice du seul français, auquel on accordait donc volontiers toutes les vertus linguistiques possibles et imaginables. Tout au long du xixe siècle, les républicains héritiers des jacobins seront souvent les plus ardents défenseurs du français, et les adversaires déclarés des patois, dont les nobles déclassés des campagnes s'étaient faits, pour leur part, les partisans (voir aussi § 2.3).

25Que la motivation soit philosophique ou politique, l'idée que le français était une langue rationnelle et claire, prédisposée à être la meilleure de toutes les langues, constituait donc, au début du xixe siècle, un stéréotype usuel. Cette représentation a certainement eu sa part d'influence auprès des saint-simoniens qui, dans la Deuxième Séance du Livre nouveau, assimilent justement la langue « universelle » et « générale » qu'ils appellent de leurs vœux au français :

La langue française est celle qui renferme le plus de cette langue de l'avenir. [...] La langue française est la langue bourgeoise, polie, diplomatique ; et, à ce titre, elle est une préparation à la langue universelle ; comme la bourgeoisie, la politesse, la diplomatie, qui ont remplacé le militarisme, la chevalerie, la guerre, sont des acheminemens à l'association universelle. (86)

26Les raisons de cette consécration de leur propre langue par les saint-simoniens ne s'expliquent pas seulement en regard du discours linguistique encore prédominant à l'aube des années 1830. Comme le suggère la citation ci-dessus, un autre stéréotype est venu renforcer leur conviction : le rayonnement du français dans toute l'Europe. Langue de la diffusion des idées nouvelles au xviiie siècle, langue de la diplomatie, langue de culture et d'échange, le français semble prédisposé à jouer le rôle d'une langue confraternelle, puisqu'il est déjà parlé dans toute l'Europe. Les messieurs de Ménilmontant considèrent donc que l'aura effective dont jouit le français est l'indice qu'il s'agit bien du système linguistique le plus proche de la langue « universelle » et « générale » postulée par les grammairiens, et qu'il constitue par conséquent un idiome particulièrement bien prédisposé à jouer le rôle qu'ils veulent assigner à la « langue nouvelle ».

2.3. La langue de l'avenir et le français du Moyen Âge

27Une autre influence, toujours d'ordre linguistique, explique le choix du français comme « langue de l'avenir », pour reprendre une autre dénomination saint-simonienne : le français sera la langue de demain, car il a été la langue du passé, comme l'illustre, par exemple, cet extrait :

Elle tient le milieu entre les langues du Nord et celles du Midi : envahie par les dialectes tudesques, teutoniques, germains et par les vocabulaires latins, romans, italiques, la langue d'oil prévalut sur le parler franck et sur la langue d'oc, en incorpora les éléments divers en elle, et les transfigura en un idiome qui trouve des échos au delà de la Manche et du Rhin, des Pyrénées et des Alpes, et qui ne semble étranger à aucune oreille. (107-108)

28La conception de l'histoire du français reflétée dans ces lignes surprendra le lecteur moderne, mais elle correspond à une représentation traditionnelle au début du xixe siècle, et encore dans les années 1830. Comme nous l'avons vu ci-dessus, le français a été privilégié, aussi bien pour des raisons culturelles, puisqu'il était langue de la diplomatie et langue de la philosophie (du moins, de la philosophie cartésienne), que pour des motifs politiques, puisqu'il permettait de réunir l'ensemble des régions sous un même drapeau, et dans une même révolution.

  • 15 Ouvr. cité, Brest, Gauchet, an VII.
  • 16 Ouvr. cité, Bayonne, Fauvet, 1792.

29En réponse à cette tendance, la fin du xviiie et le début du xixe voient fleurir deux types d'ouvrages sur ce que l'on appelait en général les « patois » de France. Certains, comme les Éléments succincts de la langue des Celto-Gomérites ou Bretons15 de Jacques Le Brigant ou les Nouvelles recherches sur la langue, l'origine et les antiquités des Bretons pour servir à l'histoire de ce peuple16 de Corret de la Tour d'Auvergne sont volontairement polémiques : prenant le contre-pied du discours savant d'un Rivarol ou des propos partisans d'un Grégoire (voir § 2.2), ils affirment l'antériorité et la supériorité de la langue bretonne par rapport à la française, sans réelle argumentation scientifique.

  • 17 Voir G. Bergounioux, Aux origines de la linguistique française, Paris, Pocket, 1994.

30La plupart des publications sur les dialectes, toutefois, relèvent d'une autre veine : elles visent à compiler des documents, lexiques, chansons et récits légendaires afin de témoigner de l'existence de ces langues dites « régionales ». Même si une certaine nostalgie pour le passé n'est pas toujours absente de ces travaux – qui sont souvent l'œuvre d'une noblesse rurale déclassée suite à la Révolution de 1789 et à l'essor de l'industrie-, ils sont en général surtout descriptifs : sans être polémiques, ils ne présentent donc pas non plus de caractère scientifique, et n'apportent aucune réflexion sérieuse sur l'histoire de la langue17.

  • 18 Ouvr. cité, Paris, 1839.
  • 19 Ouvr. cité, Paris, Didot, 1845. Sur ce point, voir S. Branca, « Les débats sur la variation au mil (...)

31L'ensemble des publications sur le « français », d'une part, et sur les « patois », d'autre part, laissait donc inchangée l'idée que notre langue nationale serait sortie tout droit du latin, et aurait rayonné sur tout le pays, que ce soit une bonne ou une mauvaise chose. Ce ne sera qu'à la toute fin des années 1830, avec la parution des Recherches sur les formes grammaticales de la langue française et de ses dialectes au xiiie siècle de Gustave Fallot18, que les études diachroniques commenceront à s'orienter sur une voie nouvelle. Fallot, pour la première fois, montrera que le « français » n'existait pas au Moyen Âge, et que l'ensemble du territoire était morcelé en une mosaïque extrêmement complexe de dialectes distincts. Ses travaux seront ensuite poursuivis par Guessard, Bréal, Darmesteter, Meillet, Gaston Paris et d'autres, dans une optique comparatiste, comme nous l'avons rappelé au § 2.1. Il faudra, cependant, que l'idée fasse son chemin, puisque la publication (posthume) des recherches de Fallot soulèvera une vive opposition, certains auteurs entreprenant de réfuter le statut dialectal du français, comme, par exemple, Francis Génin dans ses Variations du langage français depuis le XIIe siècle19.

32Si nous avons rappelé ces éléments, c'est pour bien montrer que la conception qu'ont les saint-simoniens de l'histoire de la langue française s'inscrit dans une représentation usuelle, mais qui allait bientôt être dépassée, lorsque le comparatisme commencerait à se diffuser en France. Cette vision du français explique, par exemple, des considérations telles que celle-ci :

la langue de Jacques Bonhomme, c'est une langue, unie en quelque sorte comme le pays plat, cœur du royaume, qui en fut le berceau ; amortissant dans sa prononciation simple, coulante, uniforme, toutes les prononciations pâteuses, accidentées, aspirées des diverses provinces. (108)

33« Le pays plat » dont il est question est bien entendu la région de l'Île-de-France, dont on était convaincu qu'elle était le berceau de notre langue, clairement opposée aux « patois » des « provinces », langues vulgaires et mal abouties.

3. Éléments pour une grammaire générale

34Nous venons de voir que la « langue nouvelle » était une projection de l'archilangue postulée par les grammairiens, héritiers du mouvement amorcé par Arnauld et Lancelot en plein cœur du xviie siècle (§ 2.1), et que la langue la plus proche de cet idéal était le français, ce qui concorde avec certaines représentations collectives historiquement datées (§ 2.2 et 2.3). Les éléments ainsi dégagés ne portent que sur la théorie de la langue, considérée pour elle-même, et non sur les méthodes propres à la description des structures linguistiques. C'est à cette perspective plus étroitement analytique que nous allons nous intéresser dans ce § 3.

3.1. Éléments de typologie linguistique

35Nous avons vu que des éléments tels que le « langage », la « grammaire » et la « prosodie » ont été classés dans le champ de la « formule », comme autant de pratiques qui permettent une appréhension analytique de leur objet respectif (voir § 1.2). On y adjoindrait de même la « lettre » (65), c'est-à-dire l'alphabet et toutes les autres techniques d'écriture. Cependant, dans La Grammaire des saint-simoniens, les langues humaines, qu'il convient de distinguer de la faculté de langage en elle-même et des techniques de description linguistique que sont la grammaire et la prosodie, sont scindées en deux groupes, qui coïncident à peu près à deux périodes successives : l'époque païenne et l'ère chrétienne. Selon que les langues appartiennent à l'une ou à l'autre de ces périodes, elles sont versées du côté de la « forme » ou de la « formule » :

je dirais que les payens ont surtout fourni la matière de la langue ; les chrétiens y ont surtout mis la pensée. [...] En d'autres termes, les langues anciennes ont été géométriques, et les langues modernes algébriques ; les premières ont été la forme de la parole ; les secondes en ont été la formule. (131-132)

36Non seulement cette classification repose sur une antithèse usuelle entre païens et chrétiens, mais elle est doublée d'une distinction largement répandue à l'époque entre « langues anciennes » et « langues modernes ». À partir de là, il suffisait d'attribuer à un clan les qualités inhérentes à la « forme » et à l'autre celles propres à la « formule ».

37De nouveau, les choix qui ont été opérés étaient prévisibles : l'assimilation des langues païennes avec la relative brutalité de la « matière » est conforme à l'idée que l'on se faisait traditionnellement des peuples censés avoir constitué les premiers groupes humains ou qui, en plein xixe siècle, étaient relégués à un stade jugé « primitif » de civilisation. Il s'ensuit deux paradigmes « linguistiques » construits sur des oppositions binaires systématiques, terme à terme, que l'on schématisera ainsi :

langues premières

langues secondes

payen

versus

chrétien

matière

versus

pensée

langues anciennes

versus

langues modernes

à modalité géométrique

versus

à modalité algébrique

  • 20 La Langue des calculs, Paris, Huel, an VI ; voir aussi J. Sgard, Condillac et les Problèmes du lan (...)

38Les concepts de langues « géométriques » et de langues « algébriques » ne sont développés ni par Barrault, ni par Fournel, qui sont présentés dans la Deuxième Séance comme les initiateurs de ces représentations. En fait, il serait vain d'y voir une conceptualisation spécifiquement linguistique. Les termes valent uniquement d'un point de vue analogique, non seulement parce qu'ils sont métaphoriques des grammaires prêtées à ces langues ou, plus exactement, des modalités sémantiques qui leur sont attachées (voir § 3.2), mais aussi parce qu'ils sont dotés, par eux-mêmes, d'un pouvoir de syncrétisme avéré, du moins au sein du discours saint-simonien : rappelons que dans leur représentation du monde (nouveau), les notions de « forme » et de « formule » sont étroitement associées à, respectivement, la science des formes, c'est-à-dire la géométrie, et la science des formules, c'est-à-dire l'algèbre (voir § 1.1). Qualifier les langues de « géométriques » et d'« algébriques », c'est donc avant tout les intégrer dans une cohérence discursive globale, et réunir dans une même perspective les langues, les sciences et les arts, sans réel souci, parallèlement, d'un équivalent linguistique exact du couple antinomique « géométrie/algèbre », quel qu'il soit- et sans volonté, non plus, d'amorcer une « langue des calculs » comparable à la tentative de Condillac20.

39Il va de soi que la « langue nouvelle » se devra de faire la synthèse des deux ordres, tout comme les savoirs et les pratiques regroupés, respectivement, sous le chapeau de la « science de la forme » et de la « science de la formule » étaient réunis dans un même syncrétisme transcendantal (§ 1.4). Ainsi, des langues païennes et chrétiennes, naîtra une langue qui effectuera la synthèse des unes et des autres, toujours dans un même mouvement, qualifié, alternativement, de « religieux », de « moral » et de « poétique » (voir § 1.3).

3.2. Les catégories du nom et de l'adjectif

40En soi, cette conclusion « syncrétique » n'est guère originale, et n'appellerait pas plus de commentaires dans l'optique qui nous occupe, si la tripartition « langues anciennes/langues modernes/langue nouvelle » n'avait pas d'implication linguistique directe. Or les postulats qui orientent l'analyse des langues trouvent une incarnation très concrète, puisque chaque langue ou groupe de langues se voit attribuer une préférence linguistique soit pour la catégorie lexicale du nom, soit pour celle de l'adjectif, soit pour celle du verbe. Cette préférence serait le symbole de la nature géométrique, algébrique ou syncrétique de l'idiome considéré, suivant des options assez significatives et qui, de nouveau, recoupent certaines représentations usuelles de l'époque. Voyons donc ce qu'il en est.

41Les langues anciennes se caractérisent, dans la vulgate saint-simonienne, par leur caractère nominal :

Si le substantif abonde dans la langue du payen, c'est que pour lui la qualification d'une chose est la chose même, en devient le nom et se substantifie ; car il la saisit toujours par le mode, l'aspect, l'apparence, et c'est toujours la couleur, la figure, l'étendue qu'il exprime par ses noms. (127)

42En revanche, les langues modernes comporteraient plus d'adjectifs que de noms :

le chrétien recherche la substance même, et ne voit dans ses modes divers que les accidens du fonds ; toutefois, entraîné par la curiosité d'approfondir l'essence intime des objets, il les décompose, les effeuille, et multiplie les adjectifs comme autant de jugemens qu'il rend sur eux. (127)

43L'opposition entre les notions de « payen/matière/langues anciennes/à structures géométriques » et celles de « chrétien/pensée/langues modernes/à structures algébriques » dégagée plus haut trouve donc un prolongement dans l'opposition grammaticale entre la catégorie du nom et celle de l'adjectif. Il s'agit là aussi d'une opposition traditionnelle dans les grammaires. Jusqu'au cœur du xixe siècle (et même au-delà chez certains auteurs), on a eu tendance à réunir dans une même catégorie générale le nom et l'adjectif, par analogie avec l'analyse du latin, où les termes de l'un et l'autre groupe subissaient les mêmes variations casuelles. Toutefois, au sein de ce vaste ensemble « nom/adjectif », on pratiquait une tripartition usuelle entre noms communs, noms propres et adjectifs. Deux modélisations se rencontrent. La première a largement prédominé jusque vers le milieu du xviie siècle : les grammairiens concevaient alors, le plus souvent, une catégorie générale des « noms », qui se subdivisait tout d'abord en « noms propres » et en « noms communs », cette deuxième catégorie se scindant à son tour en « noms substantifs » et « noms adjectifs » :

  • 21 Voir M. Dominicy, La Naissance de la grammaire moderne, Liège, Mardaga, 1984, p. 151-152.

44La Grammaire de Port-Royal, en revanche, instaura en premier lieu une distinction au sein de la catégorie générale des « noms » entre « noms substantifs » et « noms adjectifs », le sous-ensemble des « noms substantifs » se subdivisant seulement ensuite entre « noms communs » et « noms propres21 » :

45La différence entre les deux approches repose sur l'analyse du nom propre, qui peut être assimilé soit à un cas particulier de « nom substantif », le nom propre ayant une extension qui ne compte, au plus, qu'un seul objet dans un monde donné, tandis que le nom commun aurait une extension en comptant au moins deux (2e modèle) ; soit à un cas particulier de « nom », qui véhiculerait une représentation singulière et non pas générale, comme c'est le cas pour les représentations sémantiques attachées au nom commun et à l'adjectif (1er modèle). La grammaire saint-simonienne ne permet pas de trancher entre l'une ou l'autre description – ni d'opter pour une troisième-, le problème des noms propres n'étant pas abordé. Mais cela importe peu puisqu'il suffit, pour notre propos, de comprendre que le discours saint-simonien s'inscrit une fois encore dans une vulgate grammaticale largement admise et partagée à l'époque. Dans un cas comme dans l'autre, l'opposition « nom (commun)/adjectif » est préservée, et c'est elle seule qui retient l'attention de Barrault et de Fournel.

  • 22 Voir aussi M. Baratin et F. Desbordes, L'Analyse linguistique dans l'Antiquité, Paris, Klincksieck (...)

46Contrairement à d'autres auteurs qui tenteront des approches plus formelles des catégories grammaticales, à partir de critères morphologiques ou syntaxiques, les paramètres retenus par nos auteurs sont uniquement sémantiques. Comme l'explicitent clairement les citations ci-dessus, le nom est associé à la substance des choses et les adjectifs aux qualifications ponctuelles ou, comme l'on disait alors, aux « accidents ». C'est ce terme même qui est employé par Barrault, lorsqu'il avance que l'adjectif est censé refléter « les accidens du fonds ». Là encore, l'assimilation du nom à la substance, d'où lui vient la dénomination, très fréquente à l'époque, de « substantif », et celle de l'adjectif à l'accidentel, sont tout à fait usuelles dans les années 1830, et s'inscrivent dans une longue tradition, comme nous venons de le rappeler22.

3.3. La catégorie du verbe

47Si le nom est associé aux langues anciennes, et l'adjectif aux langues modernes, la « langue nouvelle » appelée à régénérer le monde est clairement associée au « verbe ». Ceci transparaît, par exemple, dans la typologie des textes poétiques qui est attachée à chacune de ces langues :

La poésie antique montre la chose, la fait toucher, voir, entendre ; elle est descriptive [...].
La poésie moderne qualifie la chose, la fait examiner, juger ; elle est didactique. [...].
La poésie de l'avenir, harmonie des deux poésies du passé, jalouse à la fois de montrer et de qualifier, afin de faire aimer, emploiera surtout le verbe ; le verbe qui associe dans son unité le substantif et l'adjectif, et qui est l'expression la plus complète de la vie. (125)

48Nous retrouvons ici le même mouvement syncrétique que celui rencontré en étudiant les représentations associées aux sciences, aux arts et aux langues : la poésie antique relève de la forme, la poésie moderne de la formule, et la poésie de l'avenir en effectue la synthèse. Mais de même que les différences entre la forme et la formule se trouvent résolues dans une même transcendance, le nom et l'adjectif voient leurs spécificités s'effacer dans la catégorie du verbe. Celle-ci apparaît comme le vecteur qui transcende les valeurs sémantiques attachées aux deux autres catégories, pour ne plus afficher qu'une seule et unique modalité, dont l'énoncé « l'expression la plus complète de la vie » est une approximation « mystique ».

49Cette conception n'est pas propre à Barrault, à qui l'on doit les propos rapportés ci-dessus, car elle affleure aussi dans cette déclaration d'Enfantin, lorsqu'il évoque la notion, au demeurant assez obscure, de « mots verbaux » :

L'emploi du verbe donnera à la parole un aspect plus religieux ; surtout si l'on y introduit aussi des mots composés, adjectifs-substantifs, que j'appellerai mots verbaux. (124)

50Bien qu'elle ne soit pas développée plus avant, et qu'elle ne s'accompagne d'aucun exemple concret, cette notion de « mot verbal » renvoie à un mot résultant, d'un point de vue morphologique, d'une procédure de composition entre un nom et un adjectif, à l'instar de noms tels que « coffre-fort » ou « vin nouveau », mais fonctionnant, d'un point de vue sémantique, exactement comme un verbe, du fait même qu'il est constitué d'un nom et d'un adjectif, et non pas parce qu'il est, en soit, un verbe au sens propre du terme.

51De même, toujours dans cette partie de la Deuxième Séance, Charles viendra ajouter sa voix à celles de ses compagnons, en terminant une critique argumentée de la poésie chrétienne et des descriptions préromantiques et romantiques, par la remarque suivante :

quelles que soient les situations ou les sentimens que l'on veuille rendre, l'adjectif doit céder le pas au verbe. (124)

52Le verbe n'y apparaît certes plus comme effectuant la synthèse du nom et de l'adjectif, mais il y est toujours représenté comme constituant l'ultime étape dans l'évolution des langues, et des poésies qui leur sont attachées, à l'unisson de la perspective développée par Barrault.

3.4. La proposition

  • 23 Ouvr. cité, Paris, Barbou, 1767.

53L'articulation du nom, de l'adjectif et du verbe les uns par rapport aux autres n'est pas le fait de la mystique saint-simonienne. Elle s'enracine dans une tradition parfaitement balisée, dont nous rappellerons quelques étapes, en partant de la Grammaire générale23 de Beauzée. Le nom, l'adjectif et le verbe y sont clairement articulés les uns par rapport aux autres dans une perspective à la fois logique et grammaticale. L'auteur pose tout d'abord que nous parlons pour exprimer des jugements. Juger, selon lui, ne consiste pas à affirmer ceci ou cela, mais à effectuer une opération intellectuelle par laquelle nous attribuons telle particularité contingente à tel objet, en ayant conscience du fait même que nous procédons à une telle attribution. Dans la perspective où se place Beauzée, qui vient en droite ligne de Port-Royal, même si, comme nous le verrons ci-dessous, il n'adopte pas leur définition du verbe, cette opération intellectuelle trouve sa traduction linguistique sous la forme de la proposition, puisque les langues épousent les procédures propres à la pensée :

  • 24 Ibid., p. 394.

Une proposition doit être l'image de ce que l'esprit aperçoit par son jugement, et par conséquent elle doit énoncer avec exactitude ce qui se passe alors dans l'esprit, et montrer sensiblement un sujet déterminé, un attribut déterminé, et l'existence intellectuelle du sujet avec relation à l'attribut24.

54Comme le lecteur l'aura compris, la catégorie qui permet de « montrer [...] un sujet déterminé » est celle du nom, celle qui permet de « montrer [...] un attribut déterminé » est celle de l'adjectif, et celle qui traduit « l'existence intellectuelle du sujet avec relation à l'attribut » est celle du verbe :

  • 25 Ibid., p. 395.

[...] c'est précisément l'idée de cette existence intellectuelle d'un sujet avec relation à un attribut, qui fait le caractère distinctif des Verbes [...]. L'idée de l'existence intellectuelle d'un sujet avec relation à un attribut est donc, non seulement le caractère distinctif du Verbe, mais encore ce qui en fait, entre tous les mots le Mot par excellence, Verbum25.

55Le nom sert donc à dénommer la chose, l'adjectif à dénommer un attribut de la chose, et le verbe à signifier le fait même qu'un attribut est jugé comme faisant partie de la chose dénommée. Son rôle est fondamental, puisque c'est lui seul qui signifie l'acte même de jugement et la conscience réflexive que le locuteur a de cet acte.

  • 26 Grammaire générale et raisonnée, II, XIII, citée par M. Dominicy, La Naissance de la grammaire mod (...)
  • 27 Voir M. Dominicy, ibid., p. 161-164, et J.-Cl. Pariente, « Sur la théorie du verbe chez Condillac  (...)
  • 28 N. Beauzée, Grammaire générale, 1767, p. 396 et suiv.

56Cette définition du verbe est réellement nouvelle pour l'époque. Elle s'écarte en effet sensiblement de celle donnée par Arnauld et Lancelot, qui faisaient du verbe « un mot dont le principal usage est de signifier l'affirmation : c'est-à-dire de marquer que le discours où ce mot est employé, est le discours d'un homme qui ne conçoit pas seulement les choses, mais qui en juge et qui les affirme26 ». Peu importe, ici, que cette définition pose problème27. L'essentiel est de mesurer comment Beauzée oriente sa réflexion par rapport à celle de ses prédécesseurs. Comme il le souligne lui-même, il n'est plus besoin de « s'arrêter » à l'idée d'affirmation, contre laquelle il avance d'ailleurs plusieurs critiques28, mais seulement au fait de juger et à ce qui en fait la spécificité : l'idée même de la relation entre l'objet et l'attribut. Point n'est besoin de poser que cette relation est affirmée, ou que la chose et l'attribut de la chose sont affirmés.

  • 29 Ouvr. cité, Paris, chez Briasson/Le Breton/Hérissant fils, 1769, p. 20.
  • 30 Court de Gébelin, Histoire naturelle de la parole ou Grammaire universelle à l'usage des jeunes ge (...)
  • 31 Ouvr. cité, Seconde partie : Grammaire, Paris, Courcier, 1817 (1re édition : 1803], p. 52.
  • 32 Ibid., p. 55.

57La conception de la proposition développée par Beauzée, avec son articulation en trois éléments, le nom sujet, l'adjectif attribut et le verbe marquant la conscience réflexive de l'existence même d'une opération d'attribution (c'est-à-dire d'un jugement), se retrouve dans plusieurs grammaires du xviiie et du début du xixe siècle. C'est le cas, par exemple, dans la Logique et principes de grammaire de Chesneau du Marsais, où le verbe est défini comme « le mot de la proposition qui marque expressément l'action de l'esprit qui unit un attribut au sujet29 ». Une caractérisation très proche est également fournie dans la troisième grande grammaire du xviiie siècle, celle de Court de Gébelin, parue initialement en 1772, et qui sera rééditée notamment en 1816, à l'initiative de Lanjuinais : « le verbe [écrit-il] est le mot qui unit les qualités à leurs objets, qui fait voir que les objets dont on parle existent avec telle ou telle qualité qu'on leur attribue30 ». Enfin, Destutt de Tracy, dans ses Éléments d'idéologie s'inscrira dans la même lignée, même si sa définition est plus originale. En effet, ayant posé que « les noms [...] représentent toutes les idées qui ont dans notre esprit une existence absolue et indépendante de toute autre idée31 », il remarque ensuite que si les adjectifs « nous peignent une idée comme existant dans une autre, comme en étant une circonstance, comme étant l'attribut de ce sujet32 », ils ne signifient pas, cependant, l’existence même de cette idée ou de cette circonstance :

  • 33 Ibid., p. 56.

Les adjectifs expriment bien une idée uniquement comme faisant partie d'une autre, mais c'est abstraction faite de l'idée d'exister : ils ne renferment plus cette notion d'existence. Courageux représente bien l'idée de courage comme appartenant ou plutôt comme devant appartenir à un sujet, mais non pas comme existante effectivement ; et en cela il est un attribut incomplet. Car pour signifier complètement qu'une idée est renfermée dans une autre, il faut auparavant signifier qu'elle est, qu'elle existe33.

  • 34 Ibid., p. 57.

58Ceci l'amène donc à définir les verbes comme « des adjectifs renfermant en eux-mêmes l'adjectif étant, des adjectifs dont on n'a point séparé, par un excès d'abstraction, l'idée d'existence34 ».

3.5. Synthèse

59On retiendra de ce qui précède que la théorie de la proposition et, subséquemment, les représentations du nom, de l'adjectif et du verbe dans la Grammaire du Livre nouveau ne sont pas des créations ex nihilo, mais s'inscrivent dans le discours grammatical dominant de son temps. Le verbe, défini comme celui qui unit le nom et l'adjectif, et qui manifeste le fait que cette union est ou existe, était tout naturellement destiné à remplir le rôle que lui font jouer les saint-simoniens, celui de vecteur syncrétique ultime, dont la fonction est de réunir les spécificités des deux autres catégories dans un même mouvement de saisie intellectuelle. Leur contribution à la théorie du langage est toutefois d'avoir intégré cette perspective à un discours qui n'est pas seulement un discours philosophique, comme l'étaient ceux de leurs prédécesseurs, mais aussi un discours mystique. Le verbe n'y est donc plus seulement celui qui dit l'existence d'une idée dans une autre idée, pour reprendre l'approche post-condillacienne, « idéologique », de Destutt de Tracy : du fait même qu'il signifie l'existence d'une attribution, il devient un opérateur de la transcendance universelle, un agent de la « puissance morale » évoquée par Enfantin dans la Première Séance (67, voir le §1.1). La caractérisation spécifiquement linguistique du verbe et de son cadre propositionnel se trouve donc partiellement subordonnée à une caractérisation métaphysique, ce qu'explicite bien la double définition du verbe chez Barrault, comme étant non seulement un terme « qui associe dans son unité le substantif et l'adjectif » (caractérisation linguistique, 125 ; voir le § 3.3), mais aussi un terme « qui est l'expression la plus complète de la VIE » (caractérisation métaphysique, ibid.).

4. La langue des vers et la prosodie

60Le verbe ou, plus exactement, la théorisation du verbe chez les saint-simoniens est le premier facteur linguistique qui concourt à la réforme qu'ils appellent de leurs vœux. Un second joue cependant un rôle tout aussi important, il s'agit de la formalisation de l'accent. C'est à elle que nous allons nous intéresser dans ce dernier paragraphe, en commençant par la critique de la versification française, qui occupe une large part de La Grammaire, et dont le développement, tout à fait inhabituel dans ce type d'ouvrage, ne s'explique que par la volonté de légitimer la nouvelle prosodie.

4.1. Critique de la rime

  • 35 Voir H. Thieme, Essai sur l'histoire du vers français, Paris, Champion, 1916, et J.-M. Gouvard, «  (...)

61En France, tout au long du xviiie siècle, les techniques de versification ont subi nombre de critiques35. Les reproches adressés à la poésie versifiée portent essentiellement sur deux facteurs, constitutifs, respectivement, du vers et de la strophe : le « rythme » et la rime.

  • 36 Pour un développement, voir Thieme, réf. note supra.
  • 37 Ouvr. cité, Paris, P. Ribou et J. Ribou fils, 1719.
  • 38 Ouvr. cité, Amsterdam, Marc Michel Rey, 1752.
  • 39 Ouvr. cité, Paris, Prault fils, 1753.
  • 40 Ouvr. cité, Paris, Giffart, 1706.
  • 41 Ouvr. cité, Paris, Pissot, 1755 [1719], 3 vol.

62Les propos des saint-simoniens sur la rime ne sont guère développés. Celle-ci avait fait l'objet de débats passionnés au xviiie siècle, après que Fénelon, dans sa Lettre à l'Académie du 20 janvier 1714, eut mis le feu aux poudres, en prenant parti contre la rime. Chansierges, de Longue, Rémond de Saint-Mard, Prévost d'Exiles Desfontaines, Lamotte-Houdar, Clément, Mercier lui emboîteront le pas36, et seules quelques voix se feront entendre en faveur de la rime, Voltaire, entre autres, dans une lettre éditée avec son Œdipe37, Louis Racine, dans ses célèbres Remarques sur les tragédies de Jean Racine suivi d'un Traité sur la poésie dramatique ancienne et moderne38, ou encore Boindin, dans ses Réflexions critiques sur les règles de la versification39. Seuls quelques auteurs, encore plus rares, cherchèrent à retracer l'histoire de la rime, comme Mervesin, dans son Histoire de la poésie française40, ou Du Bos, dans ses Réflexions sur la poésie et sur la peinture41.

63Un des commentaires que l'on rencontre le plus souvent dans cette littérature est l'idée que la rime est venue suppléer le manque de « prosodie » (c'est-à-dire de « quantité ») ou d'accent de notre langue. Or c'est exactement ce que nous trouvons dans La Grammaire, tout d'abord dans la bouche de Hoart :

plus le vers perdait de sa prosodie et de sa couleur, plus il devenait nécessaire de remplacer les agrémens dont il se dépouillait. (115)

64Puis dans celle de Barrault :

C'est sur le nombre qu'est fondé le vers italien, espagnol, portugais, anglais, allemand. Mais la présence d'un accent dans ces vers leur a rendu la rime moins nécessaire qu'au nôtre, dont le rythme, faute d'accent, ne devient sensible que par elle. (117)

65Comme l'illustrent ces deux citations, l'explication du rôle dévolu à la rime en poésie pouvait être soit diachronique, le « français » perdant les qualités prosodiques propres au latin au fur et à mesure qu'il se constituait, soit synchronique, axée sur une approche comparative, au sens trivial du terme, entre les différents systèmes de versification européens. L'argument fut employé aussi bien pour défendre la rime – elle faisait figure alors d'ornement indispensable au vers français et, en particulier, à sa musicalité – que pour la condamner, puisqu'elle pouvait aussi être présentée comme un pis-aller, apparu faute d'une régulation quantitative ou accentuelle des syllabes constitutives du vers. Bien que Hoart et Barrault restent fort modérés dans leurs propos, la rime semble n'être mentionnée dans la Deuxième Séance que dans cette visée critique :

Grâce à [la rime], la mélodie est entrée dans nos vers. C'est sur elle que nos premiers versificateurs dirigèrent leurs essais ; ils n'y épargnèrent sans doute aucune puérilité, mais cette insistance même prouve en eux le besoin de créer pour l'oreille un autre plaisir que celui du nombre. (117)

66L'apport de la rime à la musicalité du vers n'est pas contesté, alors que beaucoup d'auteurs du xviiie ne lui reconnaissaient pas même cette qualité, mais le texte insiste sur la cause même de cette fonctionnalité, à savoir le manque de rythme du vers français et sa limitation à ce que l'on appelle le « nombre », sous-entendu le nombre de syllabes (voir § 4.2). La rime n'est donc convoquée que pour renforcer une critique du rythme, à laquelle sont consacrés des développements beaucoup plus importants.

4.2. Critique du rythme

67S'agissant du rythme, la Deuxième Séance du Livre nouveau se fait tout d'abord l'écho de jugements relativement usuels pour l'époque. Vers les années 1830, la plupart des auteurs considèrent encore que le seul critère de définition du mètre, en français, est le nombre de syllabes. C'est exactement ce qu'avance Enfantin :

Envisagé sous la face du rythme, la langue française est la fille aînée de l'Église. Son rythme n'est que du nombre, et le nombre est chrétien. Sa versification résulte d'une numération de syllabes et non de leur valeur prosodique. (86-87)

68Une telle conception était déjà celle qui avait cours en plein cœur du xviie siècle. Dans leur « brève instruction sur les Règles de la Poésie Françoise », qui fait suite à un célèbre manuel de latin réédité de nombreuses fois à l'époque, et intitulé Nouvelle méthode pour apprendre facilement et en peu de temps la langue latine, Arnauld, Lancelot et Nicole écrivaient déjà :

  • 42 Ouvr. cité, Paris, Vitré, 1650, p. 487.

nos vers ne consistent qu'en deux choses : en la structure et en la rime. La structure ne consiste qu'en un certain nombre de syllabes, et non pas en pieds composés de syllabes longues et brèves, comme les vers des Grecs et des Romains. Que s'il y en a qui ont voulu faire des vers français avec des pieds qu'ils ont appelés des vers mesurés, ils ont fait voir par là qu'ils n'avaient pas assez compris ce que portait le génie de notre langue42.

  • 43 Voir J.-M. Gouvard, réf. supra n. 35 et, du même auteur, Critique du vers, Paris, Champion, 2000. (...)

69La plupart des traités, jusque dans les premières décennies du xixe siècle, ne diront pas autre chose43.

  • 44 Ouvr. cité, Paris, Devaux, 1803.
  • 45 Ouvr. cité, Paris, Courcier, 1811.
  • 46 Ouvr. cité, Florence, Piatti, 1819.
  • 47 Ouvr. cité, Paris, Bossange, 1811.
  • 48 Traité de la prononciation des consonnes et des voyelles finales des mots français suivi de La Pro (...)

70Bien entendu, en 1830, quelques auteurs avaient commencé à proposer des alternatives à cette approche. Le premier semble avoir été Scoppa, avec son Traité de poésie italienne rapportée à la poésie française44 et, surtout, ses Vrais principes de la versification développés par un examen comparatif entre la langue italienne et la langue française45, qui propose une analyse accentuelle du vers français calquée sur la métrique de l'italien. Il sera suivi par Bonaparte qui, dans ses Mémoires sur la versification et essais divers46, affirme lui aussi le rôle de l'accent dans le vers français, tout en critiquant les propositions de son prédécesseur afin de présenter un système qui lui est propre. Certains iront même jusqu'à suggérer une analyse quantitative du vers français. Le premier, si on laisse de côté les tentatives faites au xvie siècle dans ce domaine, semble avoir été le comte d'Escherny, dont le tome II des Mélanges de littérature, d'histoire, de morale et de philosophie47 propose, entre autres, de rénover la poésie française en jouant sur les voyelles longues et brèves. Il sera suivi, quelques années plus tard, par Dubroca, qui avance qu'en français les paramètres de l'accent et de la quantité peuvent revenir régulièrement, de manière à constituer une forme métrique perceptible48.

71Toutefois, il ne semble guère que ces ouvrages aient été connus des saint-simoniens au moment de la rédaction du Livre nouveau ou, du moins qu'ils aient retenu leur attention. En effet, aucune mention n'est faite d'un éventuel « accent » dans la poésie française contemporaine et, s'agissant de la quantité, nous n'avons qu'une vague allusion d'Enfantin, qui affirme dans la Première Séance :

Quant à la prosodie, malgré la nature de sa versification, [la langue française] n'en est pas dépourvue. Elle renferme pour une oreille délicate des longues et des brèves. (87)

72Il ne dira toutefois rien de plus sur le sujet. Il serait donc peu judicieux de déceler dans cette simple suggestion une influence des travaux de d'Escherny ou de Dubroca, et ce d'autant plus que Barrault, dans la Deuxième Séance, niera que le français possède des voyelles qui se différencient du point de vue de la quantité :

j'entrevois la réapparition de la prosodie. Non que je veuille ressusciter le systême de la versification latine [...]. Le défaut de fixité de notre prosodie et l'absence de l'accent ont fait échouer tous nos essais de vers métriques [...]. (122)

  • 49 Voir Y.-C. Morin, « L'hexamètre héroïque d'Antoine de Baïf », dans D. Billy éd., Métriques du Moye (...)

73Il était d'ailleurs d'usage de considérer que les tentatives faites au xvie siècle par quelques poètes, pour composer des vers quantitatifs, s'étaient soldées par un échec. Il est probable que cela soit dû en partie au fait que les systèmes métriques employés par ces auteurs échappaient aux hommes et aux femmes des xviiie et xixe siècles49. Toutefois, cette idée reçue traduit bien la conviction du plus grand nombre, selon laquelle le français n'était pas (ou plus) une langue où la quantité était pertinente.

  • 50 Mon bonnet de nuit, Neufchâtel, Imprimerie de la Société typographique, 1784.
  • 51 Avis aux poètes lyriques sur la nécessité de mettre du rythme, dans les vers destinés au chant, Pa (...)
  • 52 Essai sur l'art poétique en général et en particulier sur la versification française, Paris, Froul (...)
  • 53 Quelles sont les difficultés qui s'opposent à l'introduction du rythme des anciens dans la poésie (...)
  • 54 De l'Opéra en France, avec un Essai sur le drame lyrique et sur les vers rythmiques, Paris, Janet (...)
  • 55 L'Art poétique à l'usage du xixe siècle, Paris, Le Normant, 1826.

74En reprenant à leur compte la définition du mètre comme se réduisant à un nombre fixe de syllabes, les saint-simoniens ne se contentaient pas de se faire l'écho d'une thèse déjà ancienne : beaucoup d'auteurs du xviiie et du début du xixe formulèrent ce constat à seule fin de critiquer la monotonie du vers français. Hormis ceux déjà mentionnés ci-dessus, citons, à partir simplement de la fin du xviiie, les propositions de réforme de notre système de versification par Mercier50, Framery51, Cubières de Palmezeaux52, l'abbé Mablin, pseudonyme francisé pour Mabellini53, Castil-Blaze54 ou encore Antoine Giguet, qui est en fait un pseudonyme sous lequel se cache le philologue Edlestand Du Méril55, propositions qui s'accompagnent toutes d'une critique explicite de la « monotonie » – c'est, en général, le terme employé – du mètre dans notre poésie nationale.

4.3. Le discours sur l'histoire du vers

75Pour établir et expliquer tout à la fois la monotonie du vers français, les auteurs du Livre nouveau complètent leurs analyses par l'esquisse d'un cadre historique relativement conventionnel pour l'époque, dont nous résumerons les étapes les plus significatives.

76Comme beaucoup d'hommes et de femmes de leur temps, ils ignorent à peu près tout de la poésie du Moyen Âge, ce qui n'a rien de surprenant, puisque ce n'est qu'en 1837 que l'on retrouvera, à Oxford, un premier manuscrit de La Chanson de Roland, découverte qui aura pour effet de lancer une campagne de recherches systématiques en bibliothèques, afin de sortir de l'oubli les trésors de notre littérature médiévale. Ce ne sont donc que les décennies suivantes qui verront la reconnaissance de cette période, conjuguée avec l'établissement institutionnel, dans les universités, à l'École des Chartes, au Collège de France et à la toute nouvelle École pratique des hautes études, de chaires d'ancien français (voir § 2.1).

77L'histoire de notre poésie commence donc, dans Le Livre nouveau, au xvie siècle, avec Ronsard, dont nos auteurs font le premier critique de la monotonie du vers français :

Ronsard, le premier, protesta énergiquement contre la monotonie du rythme. Il fit, par exemple et son autorité, une règle de l'entrelacement des rimes masculines et féminines qui, avant lui, pouvaient se suivre sans alterner, et, par le mariage de ces sons, il rendit notre versification plus musicale. Il remit en honneur l'alexandrin, à peu près oublié depuis le 13e siècle, mais, à l'exemple des Latins et des Grecs, avec la liberté de l'enjambement et de la césure ; bientôt même il le négligea pour le vers de dix syllabes, auquel ses deux hémistiches inégaux donnent avec plus de variété, une allure plus vive et plus preste. (117-118)

  • 56 Sur ce point, voir J.-M. Gouvard, La Versification, Paris, Presses universitaires de France, 1999, (...)

78Cette présentation synthétique de l'œuvre de Ronsard est presque totalement erronée, si ce n'est quant au relatif oubli dans lequel était effectivement tombé l'alexandrin à partir du xiiie siècle. Cependant, il ne revient pas à Ronsard de l'avoir remis en honneur, tout d'abord parce que Jean Marot, à la fin du xve, en fit usage dans sa poésie lyrique, ensuite parce que Ronsard a eu vis-à-vis de l'alexandrin une position fluctuante : il le jugea tout d'abord comme une forme susceptible de rivaliser avec l'hexamètre des Anciens, puis il sembla revenir sur sa position lorsqu'il employa le décasyllabe pour composer sa fameuse Franciade. En fait, tout laisse penser qu'il eût opté pour l'alexandrin si le choix du 4-6 ne lui avait été imposé par Charles IX, ou sa mère, Catherine de Médicis. Ce n'est que vers la fin de sa vie, dans les années 1580, que Ronsard déclara préférer le décasyllabe à l'alexandrin, mais, à cette époque, ce dernier l'avait déjà emporté sur le vers de 10 syllabes56. Précisons par ailleurs, bien que cela soit sans lien direct avec notre propos, qu'il ne respecte pas toujours l'alternance des rimes masculines et féminines.

  • 57 Dans la note 37 du Livre nouveau, p. 296.
  • 58 Philippe Chasles, ouvr. cité, Paris, Didot, 1828.

79Cependant, ces « erreurs » ou approximations importent peu dans le cadre d'une analyse interne des représentations véhiculées par Le Livre nouveau. Il est plus intéressant de noter que la manière dont est rapportée la contribution de Ronsard est conforme aux idées reçues sur l'histoire de notre versification qui circulaient dans les années 1820/1830. Régnier a raison de souligner57 que la peinture de la poésie de la Renaissance, tout comme celle des périodes qui suivent, et dont nous dirons un mot ci-dessous, correspond aux perspectives dessinées dans le Tableau de la poésie française au xixe siècle de Sainte-Beuve, édité pour la première fois en 1828 chez Renduel, puis réédité chez Charpentier en 1843 et chez Lemerre en 1876, ces rééditions témoignant de l'intérêt que suscita l'ouvrage. Cependant, si le travail de Sainte-Beuve fait figure de source première ou privilégiée, ne serait-ce qu'à cause de l'aura dont bénéficiait l'auteur – il ne faut pas oublier que cet écrivain, victime par la suite du célèbre Contre Sainte-Beuve de Proust, fut considéré comme l'une des plus grandes plumes de son temps et eut une forte influence sur la vie littéraire-, bon nombre des propos qu'il tient ne lui reviennent pas en propre et étaient, comme l'on dit, dans l'air du temps. On notera, par exemple, que la même année, est paru un Tableau de la marche et des progrès de la langue et de la littérature françaises depuis le commencement du xvie siècle jusqu'en 161058, qui retrace l'histoire de notre poésie de Marot à Malherbe, en ouvrant des perspectives proches de celles dessinées par Sainte-Beuve.

80Ce sont également des discours usuels en matière d'histoire du vers, que ceux par lesquels Barrault poursuit sa démonstration dans la Deuxième Séance. Il peint de manière très traditionnelle la situation de la poésie dans la première moitié du xviie :

Deux écoles sortirent de la sienne [i.e. celle de Ronsard]. L'une eut pour chef Malherbe [...]. L'autre école [...] offre à peu près les mêmes noms que cette famille d'esprits libertins ou philosophes qui, au 17e siècle, avaient éprouvé l'influence du protestantisme. (120)

81Toutefois, que la poésie relève de l'un ou l'autre camp, les conséquences furent identiques, puisque Barrault souligne ensuite la forte influence de Malherbe sur l'ensemble de la production française :

Sans doute, pour que notre langue produisît dans les deux siècles qu'elle a illustrés des ouvrages capables de la populariser en Europe, et pour qu'elle exerçât son doctorat encyclopédique, il était nécessaire qu'après avoir été remuée par la réforme aventureuse de Ronsard, elle passât par la sévérité magistrale de Malherbe, et s'arrêtât dans des formes régulières et précises.

Alors l'alexandrin, avec ses douze syllabes partagées en deux hémistiches égaux uniformément balancés, domina dans notre littérature [...] et tandis que les anciens avaient manié une si grande variété de rythmes dans lesquels ils jetaient leur pensée et leur verve comme en des moules inégaux, souples, flexibles, nos poëtes se renfermèrent presque tous dans l'alexandrin et le vers de huit syllabes. (121)

82La fin du xviiie et, surtout, le début du xixe siècle constituent une période charnière dans l'histoire des discours sur la versification française, puisque c'est à ce moment que se met en place une représentation idéologique de la poésie du xviie siècle, dont le texte cité ci-dessus est un bon exemple. L'idée que la versification classique se traduit par une plus grande « sévérité », que ses formes usuelles sont « régulières » et « uniformément balancées » et, enfin, la conviction que les poètes, en acceptant le joug que leur aurait imposé le très symbolique Malherbe, auraient bridé leur inspiration, en se « renfermant » dans quelques moules dont le plus souvent cité est « l'alexandrin » et en perdant ainsi la « grande variété » métrique dont disposaient les anciens, sont autant de préjugés fréquemment admis dans les années 1830.

  • 59 Voir B. de Comulier, Théorie du vers, Paris, Éditions du Seuil, 1982 ; J.-Ph. Saint-Gérand, « Devo (...)
  • 60 Voir T. Elwerth, Traité de versification française, Paris, Klincksieck, 1965. Voir aussi G. Lote, (...)

83Ces lieux communs se sont constitués comme tels suite à la critique de la versification développée tout au long du xviiie, et aux attaques toutes récentes encore – et toujours d'actualité – des romantiques. Ils présupposent non seulement un appauvrissement de la poésie, mais aussi que cet appauvrissement résulte d'une histoire en quelque sorte malheureuse. Comme cela a déjà été souligné, cette conception de l'évolution de notre versification procède d'a priori idéologiques, non seulement parce que l'on ne saurait faire de la métrique, quelle qu'elle soit, sans contraintes59 ; mais aussi parce que le système classique n'est pas sorti tout droit de la cuisse de Malherbe, si je puis dire, – rappelons, par exemple, qu'une règle aussi connue que celle de l'alternance en genre de strophe à strophe ne se mit en place qu'au xviiie siècle – et que ce système ne peut être dit « dominant » que si l'on focalise son attention sur la poésie lyrique institutionnelle, en négligeant les genres réputés mineurs comme la chanson ou l'épigramme, et les auteurs qui leur étaient apparentés, comme Scarron pour le xviie ou Sedaine pour le xviiie60. Cependant, là encore, ce qui est significatif dans notre optique est que Le Livre nouveau se fasse l'écho de ce discours « d'époque ».

84La Grammaire des saint-simoniens présente donc un glissement épistémologique, fréquemment observé dans les traités du temps : sur la simple description du mètre, viennent se greffer des jugements, qui peuvent se limiter à de simples qualificatifs, « régulier », « monotone », « uniforme » (voir § 4.2), mais qui peuvent aussi chercher une légitimité dans une description idéologique de l'histoire de notre versification, en présentant le XVIIe siècle comme un goulot d'étranglement qui aurait réduit notre système de composition versifiée à quelques formes usuelles et répétitives (§ 4.3).

4.4. L'accent dans la langue nouvelle

  • 61 Mêmes références que supra n. 35.

85Comme le laissent entendre plusieurs des citations des paragraphes 4.1, 4.2 et 4.3, la critique de la versification française s'effectuait souvent par comparaison avec un autre système, que ce fût la prose ou les métriques gréco-latines61. Nous retrouvons ces oppositions dans La Grammaire des saint-simoniens.

86Pour ce qui est du couple antithétique « vers/prose », Enfantin déclare dans le discours liminaire par lequel il ouvre la Deuxième Séance :

Si nous étudions maintenant les productions de la langue française dans la forme plus que dans le fonds, en prenant la classification de vers et de prose, nous aurons à constater la longue prédominance de la versification, due au christianisme, et l'insurrection de la prose, croissant avec l'action de la critique. (88)

87Dans la suite de la longue tirade qui lui est attribuée, il légitimera, du point de vue symbolique, l'association de la notion d'« action » avec la prose, en opposant « la liberté et le mouvement de la prose » (89) au caractère itératif du vers :

Sans doute, en regard de l'avenir, les prosateurs avaient raison. Une époque d'action énorme approchait. Le vers, avec l'uniformité de sa mesure [...] était une arme peu propre au combat. (89)

  • 62 Huetinana ou Pensées diverses, Paris, Estienne, 1722.
  • 63 Réflexions sur la poésie française, Paris, Gandouin, 1742.
  • 64 Réflexions critiques sur les règles de la versification, Paris, Prault fils, 1753.

88Comme l'illustrent les deux citations qui précèdent, l'opposition entre le vers et la prose n'est pas envisagée d'un point de vue strictement synchronique, contrairement à ce qu'avaient fait plusieurs critiques de notre versification, comme par exemple Huet62, Du Cerceau63, ou encore Boindin64, mais elle est inscrite d'emblée dans une perspective historique, la prose étant associée au discours philosophique, et étant venue réduire la part dévolue au discours « chrétien ».

89L'opposition entre la poésie antique et la poésie moderne repose sur le même symbolisme, comme l'illustre cette considération d'Enfantin, lorsqu'il cherche à définir la nature de la « langue nouvelle » :

Langue du corps sacerdotal, toujours vivante, [...] elle mettra à la fois en elle cette variété de la poésie antique et cette régularité de la poésie moderne. (136)

90La « variété » attribuée ci-dessus à la prose est transposée au vers ancien, et est encore une fois opposée à la « régularité » du vers contemporain.

91Toutefois, l'antithèse entre les deux périodes dépasse largement le vers ou la poésie, et repose sur une opposition centrale chez les saint-simoniens entre le monde « payen » et le monde chrétien. En effet, ces deux univers, dont nous avons déjà abordé certaines des représentations à propos de la typologie linguistique proposée par La Grammaire (voir § 3.1), sont régulièrement opposés à propos de divers constituants prosodiques. On trouve cette stratégie chez Enfantin, lorsqu'il aborde la question de l'accent dans les langues :

Si nous l'abordons [i. e. la langue] maintenant au point de vue euphonique, nous y reconnaîtrons : l'accent d'imitation matérielle que lui donne la prosodie ; la prosodie représente le paganisme ; l'accent spirituel qui résulte du nombre ; le nombre correspond au christianisme (103)

92ou encore chez Barrault, quand il compare les structures rythmiques paires et impaires :

Remarquons-le : le rythme pair est le rythme chrétien ; c'est l'expression de l'humanité, de la régularité, de l'ordre [...] : le rythme impair est payen : c'est l'expression du monde, du mouvement, de l'action. (121)

93Ce couple antithétique « monde païen/monde chrétien » transparaît encore dans des domaines non linguistiques, comme les considérations d'Enfantin sur les musiques spécifiques à chaque type de langues :

La musique du paganisme est un cri, une voix forte, soudaine, terrible [...] ; c'est une succession rapide de sons qui entraînent d'un sujet à un autre sans laisser le temps de la réflexion ; c'est un ordre impérieux qui jamais ne se répète [...]. La musique du christianisme est une musique de régularité, de retour, de didactique. Elle a d'abord présenté une série de notes égales enfermées dans la même mesure ; c'est le plain-chant. [...] Aujourd'huy sous le nom de variations, elle nous offre encore partout cette réunion obligée de modulations sur le même thême ; elle aime la répétition. (104)

94ou celles qu'il développe sur la rhétorique propre à la poésie de chaque période :

Toute la poésie antique est une antithèse, à prendre dans un sens plus large que le sens grammatical : lutte des dieux et des hommes, toujours lutte ; la strophe et l'anti-strophe se pressent et se heurtent. Exultation, danse, délire d'allégresse, choc des armes, cri de guerre, fureur d'imprécation : là éclate la variété en innombrables dissonances. Quel mouvement ! [...]
La poésie moderne offre, à un plus haut degré, l'unité [...]. Satan est toujours vaincu. La poésie payenne dit la bataille ; la poésie chrétienne la victoire. Aussi a-t-elle la forme d'un Te Deum sans fin. (136-137)

95L'opposition prosodique entre une poésie païenne, associée au mouvement, à la variété, à l'action, et une poésie chrétienne, associée à la répétition, à la régularité, au ressassement, s'inscrit donc dans une thématique globale, construite sur une série d'antithèses entre les deux domaines, dont la cohérence symbolique vient légitimer la distinction posée entre les rythmes propres à l'une et à l'autre esthétiques. Si la comparaison entre les métriques antiques et la française était usuelle à l'époque, l'insertion du parallèle dans un vaste réseau de représentations contrastées est en revanche une spécificité de La Grammaire saint-simonienne, et découle de la volonté d'établir des similitudes entre les divers domaines constitutifs d'une période donnée.

96Toutefois, les saint-simoniens ne se contentent pas de mettre en place un vaste ensemble d'oppositions. Tout comme ils ont synthétisé dans une même transcendance la forme et la formule (§ 1.3), les langues anciennes et les langues modernes (§ 3.1), le nom et l'adjectif (§ 3.3), ils vont chercher à réunir dans un même syncrétisme les particularités prosodiques du vers et de la prose, d'une part, et celles des poésies antiques et modernes, d'autre part.

97Ainsi Enfantin déclare-t-il, dès le début de la Deuxième Séance, qu'il convient de « faire cesser la guerre des versificateurs et des prosateurs » (88), et il invoquera, pour ce faire, l'idée d'une langue qui ferait la synthèse des propriétés du vers et de la prose :

La langue religieuse, sacerdotale, poétique, unira à un caractère particulier de rythme la liberté et le mouvement de la prose. (89)

98et dont le principe unificateur serait :

l'accent, qui est l'expression de la vie, de l'âme, l'accent sacerdotal, qui participera de la prosodie et du nombre, et se manifestera par eux. (103)

99Cet « accent » n'est pas autrement spécifié sur le plan linguistique, toutefois il n'en figure pas moins le vecteur syncrétique qui va permettre de transcender les disparités prosodiques (au sens moderne du terme) entre la prose et le vers et, au sein du vers, entre les différents systèmes métriques. Il joue donc, sur le plan prosodique, un rôle exactement équivalent à celui assumé par le verbe, sur le plan sémantique (voir § 3.4).

100Parvenu à ce point de notre exposé, nous touchons sans doute à l'un des éléments les plus originaux et donc les plus propres à cerner le traitement du langage en général, et de la langue poétique en particulier, chez les saint-simoniens. En effet, les détracteurs de la versification française résolvaient le problème qu'ils posaient, à savoir la réforme de notre poésie nationale, soit en déclarant préférer la prose aux vers (voir les références données dans ce paragraphe), soit en construisant une nouvelle métrique, reposant sur l'accent ou la quantité (voir les références données au § 4.2). Ici, en revanche, les spécificités formelles de chacune des entités abordées dans le corps du texte sont toutes préservées et, même si la versification française a fait l'objet d'une critique somme toute assez attendue, la prose ne lui est pas préférée, tout comme l'accent ou la quantité ne le sont pas non plus par rapport à la syllabe ou au « nombre ». Se dessine donc, tout idéalement il est vrai, une espèce de langue ni vers ni prose, combinant toutes les prosodies, comme si elle assimilait celles de toutes les langues humaines à la fois ou de tous les types de discours produits dans ces langues.

101Cette caractérisation suffirait d'ores et déjà à singulariser les propositions du Livre nouveau, mais il y a une implication immédiate de la dimension syncrétique prêtée à la prosodie même de la « langue nouvelle ». Nous avons vu au § 3.4 comment le verbe participait à la visée globalisante qui anime l'ensemble de la philosophie saint-simonienne, compte tenu du rôle clé qui lui était attribué au sein de la proposition. Cette seule dimension sémantique du langage eût suffit à expliciter l'affirmation d'Enfantin citée au début de cet exposé, par laquelle il invitait ses compagnons à préparer l'avènement « de la science nouvelle, de l'art nouveau, de la langue nouvelle » (84), trio dont le troisième terme, dans un premier temps, semblait quelque peu incongru. Cependant, il apparaît maintenant que cette « langue nouvelle » n'accomplit pas la visée syncrétique seulement au plan sémantique, mais qu'elle est aussi réalisée du fait même de parler, indépendamment de cela qui est accompli en parlant cette langue. En effet, la prosodie achevant un processus de syncrétisme par le biais d'un « accent » idéal, qui préserve tous les rythmes et tous les accents des langues humaines antérieures, il suffit d'articuler dans cette langue pour commencer à réaliser le programme de réforme des saint-simoniens. Alors que les grammairiens construisaient une archilangue de la pensée qui aurait préexisté aux langues humaines, les pensionnaires de Ménilmontant ont rêvé d'une archilangue qui succéderait aux langues humaines, et c'est sans doute dans ce rêve que leur théorie du langage acquiert définitivement sa singularité.

Notes

1 Philippe Régnier éd., ouvr. cité, Tusson, du lérot, 1991. Désormais, les références entre parenthèses correspondront aux pages de cet ouvrage. [N.D.L.R.]

2 Dans toutes les citations du Livre nouveau, nous avons respecté scrupuleusement la typographie de l'édition de référence.

3 Voir J. Sgard éd., Condillac et les Problèmes du langage, Genève/Paris, Slatkine, 1982 ; S. Auroux dir., Histoire des idées linguistiques, t. II : Le développement de la grammaire européenne, Liège, Mardaga, 1992 ; et du même auteur, La Philosophie du langage, Paris, Presses universitaires de France, 1996.

4 Sur ce point, voir Ph. Régnier, « Introduction » au Livre nouveau, Tusson, du lérot, 1991, p. 46-48.

5 Ouvr. cité, Paris, Barbou, 1767.

6 Ouvr. cité, Paris, chez Briasson/Le Breton/Hérissant fils, 1769.

7 Ouvr. cité, Paris, Valleyre, 1772.

8 Ouvr. cité, Paris, Courcier, 1817 [1re édition 1803], p. 7.

9 Ouvr. cité, Paris, Baudou, 1819.

10 Ouvr. cité, Paris, Baudoin, 1823.

11 Sur ces auteurs, voir C. Hagège, La Structure des langues, Paris, Presses universitaires de France, 1990 ; S. Auroux dir., Histoire des idées linguistiques, t. II (réf. supra n. 3), 1992 et t. III : L’Hégémonie du comparatisme, Liège, Mardaga, 2000 ; A. Rouveret, « Principes généraux et typologie linguistique », Recherches linguistiques de Vincennes, no 21, Publications de l'université de Paris 8,1992, p. 5-20 (repris pour l'essentiel en introduction à Syntaxe du gallois. Principes généraux et typologie, Paris, CNRS Éditions, 1994) ; J.-M. Gouvard, L’Analyse de la poésie, Paris, PUF, 2001, p. 67-73.

12 Voir les trois articles de G. Bergounioux : « L'introduction de l'ancien français dans l'Université française (1870-1900) », Romania, nos 445-446, 1991, p. 243-258 ; « La grammaire comparée des langues romanes en France », Le Français dans le monde, numéro spécial, 1997, p. 59-74 ; « Science et institution : la linguistique et l'Université en France (1865-1945) », Langue française, février, no 117,1998, p. 22-35.

13 Ouvr. cité, Berlin et Paris, Prault, 1784.

14 Ouvr. cité, Paris, 1793 ; voir aussi A. Gazier, Lettres à Grégoire sur les patois de France 1790-1794, Genève-Paris, Pedrone, 1969 [1880] et S. Branca, « Normes et dialectes », dans S. Auroux, Histoire des idées linguistiques, t. III : L'Hégémonie du comparatisme, Liège, Mardaga, 2000, p. 45-62.

15 Ouvr. cité, Brest, Gauchet, an VII.

16 Ouvr. cité, Bayonne, Fauvet, 1792.

17 Voir G. Bergounioux, Aux origines de la linguistique française, Paris, Pocket, 1994.

18 Ouvr. cité, Paris, 1839.

19 Ouvr. cité, Paris, Didot, 1845. Sur ce point, voir S. Branca, « Les débats sur la variation au milieu du xixe siècle », Recherches sur le français parlé, no 5,1983 et Auroux, Histoire des idées linguistiques, t. III (réf. supra n. 11).

20 La Langue des calculs, Paris, Huel, an VI ; voir aussi J. Sgard, Condillac et les Problèmes du langage (réf. supra n. 3).

21 Voir M. Dominicy, La Naissance de la grammaire moderne, Liège, Mardaga, 1984, p. 151-152.

22 Voir aussi M. Baratin et F. Desbordes, L'Analyse linguistique dans l'Antiquité, Paris, Klincksieck, 1981, et J.-Cl. Pariente, L'Analyse du langage à Port-Royal, Paris, Éditions de Minuit, 1985.

23 Ouvr. cité, Paris, Barbou, 1767.

24 Ibid., p. 394.

25 Ibid., p. 395.

26 Grammaire générale et raisonnée, II, XIII, citée par M. Dominicy, La Naissance de la grammaire moderne, Liège, Mardaga, 1984, p. 161.

27 Voir M. Dominicy, ibid., p. 161-164, et J.-Cl. Pariente, « Sur la théorie du verbe chez Condillac », dans J. Sgard, Condillac et les Problèmes du langage, 1982, p. 257-274.

28 N. Beauzée, Grammaire générale, 1767, p. 396 et suiv.

29 Ouvr. cité, Paris, chez Briasson/Le Breton/Hérissant fils, 1769, p. 20.

30 Court de Gébelin, Histoire naturelle de la parole ou Grammaire universelle à l'usage des jeunes gens, Paris, chez Plancher/Eymery/Delaunay, 1816, p. 228.

31 Ouvr. cité, Seconde partie : Grammaire, Paris, Courcier, 1817 (1re édition : 1803], p. 52.

32 Ibid., p. 55.

33 Ibid., p. 56.

34 Ibid., p. 57.

35 Voir H. Thieme, Essai sur l'histoire du vers français, Paris, Champion, 1916, et J.-M. Gouvard, « Le vers français : de la syllabe à l'accent », Poétique, avril, no 106,1996, p. 223-247.

36 Pour un développement, voir Thieme, réf. note supra.

37 Ouvr. cité, Paris, P. Ribou et J. Ribou fils, 1719.

38 Ouvr. cité, Amsterdam, Marc Michel Rey, 1752.

39 Ouvr. cité, Paris, Prault fils, 1753.

40 Ouvr. cité, Paris, Giffart, 1706.

41 Ouvr. cité, Paris, Pissot, 1755 [1719], 3 vol.

42 Ouvr. cité, Paris, Vitré, 1650, p. 487.

43 Voir J.-M. Gouvard, réf. supra n. 35 et, du même auteur, Critique du vers, Paris, Champion, 2000. Voir aussi L. D'Hulst, « Les études rythmiques d'André Van Hasselt », Vives Lettres, no 10, 2000, p. 11-35.

44 Ouvr. cité, Paris, Devaux, 1803.

45 Ouvr. cité, Paris, Courcier, 1811.

46 Ouvr. cité, Florence, Piatti, 1819.

47 Ouvr. cité, Paris, Bossange, 1811.

48 Traité de la prononciation des consonnes et des voyelles finales des mots français suivi de La Prononciation de la langue française exposée d'après une nouvelle méthode, et contenant des développements sur les applications dont elle est susceptible, qui n'ont point encore été présentés dans les traités de ce genre, Paris, Delauny, 1824.

49 Voir Y.-C. Morin, « L'hexamètre héroïque d'Antoine de Baïf », dans D. Billy éd., Métriques du Moyen Âge et de la Renaissance, Paris, L'Harmattan, 1999, p. 163-184.

50 Mon bonnet de nuit, Neufchâtel, Imprimerie de la Société typographique, 1784.

51 Avis aux poètes lyriques sur la nécessité de mettre du rythme, dans les vers destinés au chant, Paris, Veuve Duchesne, 1796.

52 Essai sur l'art poétique en général et en particulier sur la versification française, Paris, Froullé, 1812.

53 Quelles sont les difficultés qui s'opposent à l'introduction du rythme des anciens dans la poésie française ? Pourquoi ne peut-on faire des vers français sans rime ?, Paris, Debray, 1815.

54 De l'Opéra en France, avec un Essai sur le drame lyrique et sur les vers rythmiques, Paris, Janet et Cotille, 1820, 2 vol.

55 L'Art poétique à l'usage du xixe siècle, Paris, Le Normant, 1826.

56 Sur ce point, voir J.-M. Gouvard, La Versification, Paris, Presses universitaires de France, 1999, p. 127 et suiv.

57 Dans la note 37 du Livre nouveau, p. 296.

58 Philippe Chasles, ouvr. cité, Paris, Didot, 1828.

59 Voir B. de Comulier, Théorie du vers, Paris, Éditions du Seuil, 1982 ; J.-Ph. Saint-Gérand, « Devoir danser étant chargé de chaînes : divine, auguste, sublime, harmonieuse, douce, mélodieuse, séduisante, riante, aimable, enchanteresse : la poésie ? », dans Styles de l’esprit. Mélanges offerts à Michel Lioure, Association des publications de Clermont II, 1997, p. 69-88. Voir aussi J.-M. Gouvard, Critique du vers, Paris, Champion, 2000.

60 Voir T. Elwerth, Traité de versification française, Paris, Klincksieck, 1965. Voir aussi G. Lote, Histoire du vers français, Deuxième partie : Le xvie et le xviie siècles, Aix, Publications de l'université de Provence : — I. Les éléments constitutifs du vers ; La déclamation, tome IV, 1988 ; — II. Le vers et les idées littéraires : les jeux des mètres et des rimes, tome V, 1990 ; — III. Les genres poétiques ; les vers et la langue ; la réforme de la déclamation dans la seconde moitié du xviie siècle, tome VI, 1991. Voir encore J.-M. Gouvard, réf. supra n. 56, et Y.-C. Morin, « La variation dialectale et l'interdiction des suites Voyelle + e muet dans la poésie classique », dans M. Murat éd., Le Vers français. Histoire, théorie, esthétique, Paris, Champion, 2000, p. 193-227.

61 Mêmes références que supra n. 35.

62 Huetinana ou Pensées diverses, Paris, Estienne, 1722.

63 Réflexions sur la poésie française, Paris, Gandouin, 1742.

64 Réflexions critiques sur les règles de la versification, Paris, Prault fils, 1753.

Auteur

Professeur de grammaire et de linguistique françaises à l'université de Bordeaux, membre de 1ΈΑ2162 de l'université de Nantes (CALD/Centre d'analyse linguistique du discours), dirige la collection « Métrique française et comparée » aux éditions Champion. Spécialités : poétique, sémantique, histoire des idées. A publié aux PUF, La Versification (« Premier cycle », 1999) et L'Analyse de la poésie (« Que sais-je ? », 2001), ainsi que, chez Champion, Critique du vers (2000).

© Presses universitaires de Lyon, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search