Version classiqueVersion mobile

Ut pictura poesis

 | 
Pierre Laforgue

Troisième partie. Peintures

Ovide chez les Scythes : le peintre au miroir du poète

Texte intégral

  • 1 OC, II, 418, ainsi que la citation suivante.
  • 2 Cf., par exemple, OC, II, 590-591, 595, 679-680.
  • 3 OC, II, 641-642
  • 4 OC, II, 644.
  • 5 Hugo, William Shakespeare, Flammarion, « Nouvelle Bibliothèque romantique », [1973], éd. de B. Leu (...)

1Dans le premier chapitre du Salon de 1846 Baudelaire évoque ce qui est pour lui la meilleure critique, « celle qui est amusante et poétique ; non pas celle-ci, froide et algébrique, qui, sous prétexte de tout expliquer, n’a ni haine ni amour, et se dépouille volontairement de toute espèce de tempérament ; mais, – un beau tableau étant la nature réfléchie par un artiste, – celle qui sera ce tableau réfléchi par un esprit intelligent et sensible. Ainsi le meilleur compte rendu d’un tableau pourra être un sonnet ou une élégie »1. Baudelaire lui-même appliquera ce principe dans ses ouvrages d’esthétique, en citant à titre d’illustration quelques uns de ses propres poèmes2. Seulement, ce procédé reste rare, sinon exceptionnel et le caractère poétique de la critique picturale pratiquée par Baudelaire se manifeste la plupart du temps dans l’espace de la prose. C’est donc dans cet espace-là que sont à chercher les exemples de la critique prônée par Baudelaire. Ces exemples sont nombreux, et l’on pourrait mentionner les belles pages consacrées au Jules César de Gérôme3 ou au tableau des Fourrageurs de Tabar4. Mais comme il serait loisible d’objecter que dans le cas de peintres médiocres ou mineurs le compte rendu de Baudelaire tient lieu à lui seul d’œuvre, de poème, et éclipse ainsi les tableaux auxquels il s’applique, mieux vaut confronter Baudelaire à ses égaux, ou plus exactement à son égal, Delacroix. Alors il est possible d’apprécier le génie respectif du peintre et du poète lorsque, se situant dans « la région des Égaux »5, ils s’éprouvent l’un l’autre.

2Pour ces raisons, et d’autres encore, j’envisagerai un tableau de Delacroix auquel Baudelaire a consacré deux pages d’une admirable densité : Ovide chez les Scythes. L’analyse de ce tableau de Delacroix par Baudelaire est d’autant plus remarquable que c’est la plus fouillée qui ait jamais été consacrée par Baudelaire à un tableau de Delacroix et qu’elle prend place dans un ouvrage dont l’importance est capitale, le Salon de 1859, à un moment surtout où se met en place dans l’œuvre baudelairienne quelque chose qui ressemble à une nouvelle poétique et dont la seconde édition des Fleurs du Mal portera témoignage d’ici deux ans. Aussi convient-il d’accorder toute son attention à un tableau dont le personnage principal est un poète, Ovide.

  • 6 OC, II, 636. Toutes les autres citations qui suivent étant empruntées à cette page 636 ou à la pag (...)
  • 7 On rapprochera aussi le vin « capiteux, exquis », auquel Baudelaire assimile métaphoriquement les (...)

3Est donc mise en place dans cette page une poétique de la duplication, ou plutôt de la réflexion. D’abord, on remarque le recours généralisé, en l’espace de cette soixantaine de lignes, à un jeu d’échos presque systématiques, chaque expression se trouvant répétée d’un plan à un autre. Par exemple du plan du poète Ovide à celui du spectateur du tableau représentant ce même poète Ovide : Ovide étant « le poète des élégances »6, les spectateurs ne peuvent eux-mêmes être que des « esprits délicats » ; ou encore, Baudelaire se demande au début de son analyse si l’auteur des Tristes « retrouvera [...] un jour les sombres voluptés » de Rome, et il répond à la fin que dans ce tableau « l’esprit s’[... ]enfonce avec une lente et gourmande volupté » ; pareillement, le personnage d’Ovide « n’est pas insensible à cette grâce barbare, au charme de cette hospitalité rustique » qu’il goûte chez les Scythes, ce qui est comparable au « charme tout particulier » goûté par les esthètes raffinés devant une telle œuvre. Et ainsi de suite7... Le procédé est trop étendu pour être imputé au hasard ; tout se passe, au contraire, comme si Baudelaire s’était employé à redoubler la représentation picturale par la perception esthétique – ce qu’il résume lui-même dans une admirable phrase : « L’artiste qui a produit cela peut se dire un homme heureux, et heureux aussi se dira celui qui pourra tous les jours en rassasier son regard ».

4Concurremment, à un autre niveau, le principe de réflexion entre le peintre et le spectateur qui semble caractériser la poétique de cette page joue aussi entre le peintre et le poète. En effet, parallèlement au spectateur qui regarde le tableau, il y a l’écrivain, le poète, qui décrit et analyse le tableau. À ceci près que cet écrivain, ce poète n’est pas Baudelaire, mais Chateaubriand. C’est lui qui est chargé de commenter le tableau de Delacroix. Mais avant d’envisager l’importance accordée à Chateaubriand, remarquons que, selon un effet de réflexion, l’analyse du tableau est fondée sur la mise en pratique d’une transposition du pictural au scriptural, la littérature apparaissant ici comme l’expression de la vérité de la peinture, et vice versa. Après une longue citation des Martyrs, Baudelaire fait le commentaire suivant :

Le ton mélancolique du poète des Martyrs s’adapte à ce tableau, et la tristesse languissante du prisonnier chrétien s’y réfléchit heureusement. Il y a là l’ampleur de touche et de sentiment qui caractérisait la plume qui a écrit Les Natchez [...].

  • 8 On signalera que le texte de Baudelaire ne permet pas de dire si l’auteur de la notice du catalogu (...)

5D'Ovide chez les Scythes aux Martyrs et des Martyrs aux Natchez. On le constate, il y a une véritable dérive réflexive dans cette page. Et cela continue : une fois cité Chateaubriand, c’est ensuite la notice du catalogue lui-même que Baudelaire mentionne. Là aussi, comme à propos de l’usage généralisé des répétitions intratextuelles, on est en présence d’une sorte de système, qui consiste en l’occurrence à redoubler la description par la citation, sans jamais se référer au tableau, sans évoquer directement son sujet, en dehors d’un support citationnel préalable, un passage des Martyrs, d'Atala ou la notice d’un catalogue faisant presque indifféremment l’affaire8.

6Une telle pratique relève d’une poétique cultivée en toute connaissance de cause, Baudelaire a même eu l’obligeance de le dire de façon assez claire, à la fin de son commentaire du tableau, comme si au moment de terminer son étude il avait voulu s’expliquer sur la démarche adoptée par lui au cours de ces deux pages. Il termine en ces termes son analyse d'Ovide chez les Scythes :

[...] je jurerais presque qu’il a dû plaire plus que d'autres, peut-être, aux tempéraments nerveux et poétiques, à M. Fromentin, par exemple, dont j’aurai le plaisir de vous entretenir tout à l’heure.

7La chute est trop maladroite pour ne pas avoir été calculée et je jurerais presque que cette maladresse est une invitation au lecteur à aller voir ce qui est écrit sur Fromentin dans ce Salon de 1859. Reportons-nous donc quelques pages plus loin. Baudelaire fait un très bel éloge de Fromentin, en qui il retrouve les mérites de la peinture de Delacroix, notamment dans le traitement de la couleur ; mais ce qui nous retiendra spécialement dans ce développement sur Fromentin, c’est le jugement final de Baudelaire :

  • 9 OC, I, 650-651.

Tout le monde sait que M. Fromentin raconte ses voyages d’une manière double, et qu’il les écrit aussi bien qu’il les peint, avec un style qui n’est pas celui d’un autre. Les peintres anciens aimaient aussi à avoir le pied dans deux domaines et à se servir de deux outils pour exprimer leur pensée. M. Fromentin a réussi comme écrivain et comme artiste, et ses œuvres écrites ou peintes sont si charmantes, que s’il était permis d’abattre ou de couper l’une des tiges pour donner à l’autre plus de solidité, plus de robur, il serait vraiment bien difficile de choisir9.

8C’est la clef de la poétique employée par Baudelaire dans son commentaire d’Ovide chez les Scythes qui est indirectement donnée dans cette page sur Fromentin, si ce n’est qu’alors que Fromentin écrit et peint ses voyages, Baudelaire écrit en quelque sorte le tableau que Delacroix peint ; ou plus précisément, Baudelaire fait écrire par d’autres – Chateaubriand ici – le tableau qu’a peint Delacroix.

  • 10 Le Dominique de Fromentin date de 1863. Sur la lecture de ce roman par Baudelaire, cf. OC, II, 245

9Si du point de vue de la poétique Fromentin paraît constituer une espèce de modèle, c’est Chateaubriand, romancier des Martyrs et d’Atala10, qui est mis à contribution par Baudelaire dans l’analyse d'Ovide chez les Scythes. À première vue un tel choix est déconcertant. Le premier effet de la longue citation des Martyrs sur laquelle s’ouvre le commentaire du tableau de Delacroix par Baudelaire est de faire écran au tableau lui-même. Surtout, la relation entre le passage des Martyrs et la scène peinte par Delacroix, cette relation est assez lâche, puisque la page du livre VII des Martyrs raconte la découverte du tombeau d’Ovide et les impressions ressenties par Eudore en cette occasion : il s’agit principalement de la tristesse que fait naître la pensée de l’exil auquel Ovide fut condamné. Ovide lui-même dans la page des Martyrs n’existe plus, à la différence de ce qui se passe dans le tableau de Delacroix ; chez Chateaubriand, seul existe son tombeau.

10En fait l’enjeu de la citation de Chateaubriand n’est pas figurai. Cette citation est seconde par rapport au tableau, l’analyse d’Ovide chez les Scythes commençant par une description indéniablement... descriptive :

Le voilà couché sur des verdures sauvages, avec une mollesse et une tristesse féminines, le poète illustre qui enseigna l’art d’aimer.

11Mais la description est immédiatement dépassée, comme oubliée ; elle s’ouvre à la rêverie. La pose alanguie d’Ovide dans le tableau de Delacroix suscite chez Baudelaire une phrase elle-même languissante et qui se perd dans les songes :

Ses grands amis de Rome sauront-ils vaincre la rancune impériale ? Retrouvera-t-il un jour les somptueuses voluptés de la prodigieuse cité ? Non, de ces pays sans gloire s’épanchera le long et mélancolique fleuve des Tristes ; ici il vivra, ici il mourra.

  • 11 Il y a trois divergences : dans Chateaubriand il y a m’étant écarté ; d’un œil sec n’est pas entre (...)

12C’est ici qu’intervient la longue citation des Martyrs. Elle est l’expression de la rêverie qui a commencé à se développer dans les lignes précédentes. Concrètement c’est la mention de la mort d’Ovide en exil qui a dû amener la citation, tout entière occupée par l’évocation du tombeau d’Ovide. Cette citation est d’une scrupuleuse exactitude, Baudelaire a littéralement recopié le texte de Chateaubriand, et l’on pourrait même soutenir que les minimes divergences qui se rencontrent entre le texte et sa citation sont à imputer à un excès d’attention de Baudelaire11. Une telle exactitude est bien le signe d’une adhésion de Baudelaire, dans l’imaginaire, à ce qu’il lit, retrouvant pour ainsi dire dans le texte de Chateaubriand des réflexions qui sont exactement les siennes. On peut parier, par exemple, que l’exclamation « sur l’inutilité des talents pour le bonheur » a certainement suscité un douloureux écho chez Baudelaire : au gré de sa rêverie chaque lecteur peut imaginer quelles rêveries ont pu se présenter dans l’esprit de ce nouvel Ovide. Loin de figer la rêverie la citation de Chateaubriand l’a alimentée. La rêverie qui se développe dans cette page est de nature littéraire. Elle a été mise en mouvement par la vision du tableau de Delacroix, mais c’est la lecture de Chateaubriand qui la fait progresser. Le texte même de Baudelaire met cela très nettement en évidence. Après la longue citation des Martyrs suit, toujours à l’occasion du tableau de Delacroix, un commentaire de Baudelaire sur Chateaubriand, sur le Chateaubriand des Martyrs commenté dans la référence au Chateaubriand des Natchez :

[...] je reconnais dans la sauvage idylle d’Eugène Delacroix, une histoire parfaitement belle parce qu’il y a mis la fleur du désert, la grâce de la cabane et une simplicité à conter la douleur que je ne me flatte pas d’avoir conservées.

13Baudelaire fait une nouvelle citation de Chateaubriand, du début de l’épilogue d'Atala. Citation elle aussi littérale. Une différence cependant : la citation n’est pas entre guillemets, mais en italiques. Cette particularité n’est pas insignifiante, elle est même essentielle, en ce qu’elle suggère une appropriation des propos de Chateaubriand, une assimilation de ces propos par Baudelaire en son nom propre. On remarque, au passage, que Baudelaire conserve le « je » du texte d’Atala et que, d’une certaine façon, il le fait sien. Autre élément à prendre en compte : le tableau de Delacroix a changé de statut. Il est devenu, dans un premier temps, une idylle, et, dans un second temps, cette idylle est devenue, par le biais de la citation d’Atala, une histoire, et une « histoire parfaitement belle ». La peinture ne se trouve avoir de sens que dans la relation qu’elle entretient avec la littérature. Un détail le prouve exemplairement : la cabane de la citation d'Atala est également présente – c’est presque une coïncidence – dans le tableau de Delacroix. Elle n’est pas mentionnée pourtant dans la description du tableau : pour la trouver il faut donc se reporter au texte de Chateaubriand cité par Baudelaire...

14Dans ces conditions, quel sens accorder à la description du tableau qui n’arrive qu’après ces deux citations, où, il faut le reconnaître, le tableau a été seulement un prétexte à la rêverie de Baudelaire ? C’est une vraie description, qui correspond fidèlement au tableau qu’elle décrit. Elle est rigoureusement exacte :

Les uns l’examinent avec curiosité, les autres lui font accueil à leur manière, et lui offrent des fruits sauvages et du lait de jument.

15En réalité, qu'elle soit exacte, cela n’a guère de sens, puisque sa présence textuelle à cet endroit-là résulte d’un montage, relève d’un travail de composition. La description vient s’inscrire ici à la suite de toute une série d’opérations d’écriture et de lecture qui lui ôtent au bout du compte une signification véritable, celle qui la ferait correspondre à un référent, un référent extérieur au texte évidemment. S’il y a un référent, c’est un référent dans la sphère de la littérature qui donne sens à l’Ovide représenté par Delacroix. C’est du moins ainsi que l’on comprendra la mention d’Ovide dans les deux phrases suivantes :

Si triste qu’il soit, le poète des élégances n’est pas insensible à cette grâce barbare, au charme de cette hospitalité rustique. Tout ce qu’il y a dans Ovide de délicatesse et de fertilité a passé dans la peinture de Delacroix [...].

16D’une part, il y a l’Ovide représenté par Delacroix ; d’autre part, il y a le « brillant poète », le « poète illustre » que tout le monde connaît. C’est celui-ci qui donne à la peinture intitulée Ovide chez les Scythes délicatesse et fertilité.

17Décidément, de Delacroix à Chateaubriand, d’Ovide chez les Scythes à P. Ovidius Naso, de la peinture à la littérature, la poétique de la réflexion s’impose à la textualité de cette page. Seulement, pour qu’il y ait un reflet, encore faut-il qu’un sujet tienne le miroir réfléchissant la réalité et renvoyant les images. Ce sujet, à l’évidence, c’est Baudelaire. Mais qui est Baudelaire ? existe-t-il même ? À la lecture de ce développement du Salon de 1859 on en peut douter. Bien sûr Baudelaire est l’instance autour duquel les choses dans ce texte se dédoublent et se réfléchissent, mais le lieu où cette instance est installée est un peu singulier : il n’existe pas. En effet, s’il y a un centre à ce texte qui fasse office de foyer du sens, ce centre n’est que le lieu géométrique d’une absence, celle du sujet de l’écriture. Au centre donc, cette phrase :

Certes je n’essayerai pas de traduire avec ma plume la volupté si triste qui s’exhale de ce verdoyant exil.

18Cette phrase entre la double citation de Chateaubriand et la citation de la notice du catalogue n’est pas une vaine élégance oratoire de la part du poète ; elle met en scène, au contraire, son refus d’entrer dans tout procès d’écriture, son désengagement du domaine de l’écrit.

19Baudelaire dans ces belles pages consacrées à Ovide est avant tout celui qui ne parle pas en son nom propre, il est celui qui, comme le poète latin, est en exil – en exil de sa propre parole. Car cet exil n’est pas seulement éloignement : ce n’est pas parce qu’ils sont sur les bords du Pont-Euxin ou de la Seine qu’Ovide et Baudelaire sont en exil. Leur exil à tous deux est celui de poètes qui ne peuvent rien d’autre écrire en poésie que leur exil. Ovide a été le poète de L’art d’aimer, ainsi qu’il est rappelé dès le début du texte ; de même Baudelaire a été le poète de cet autre art d’aimer que sont Les Fleurs du Mal, et en particulier la section intitulée elle-même Fleurs du Mal. Dans les deux cas cet « art d’aimer » a causé leur perte et les a contraints à l’exil, à une poésie dont l’exil est la matière : les Tristes et les Pontiques pour Ovide, bientôt les Tableaux parisiens pour Baudelaire. Si l’exil est désormais la matière de leur poésie, il est aussi la métaphore du lieu transcendantal d’où se formule aujourd’hui leur parole. Alors l’exil, c’est de ne pas être pleinement maître de sa voix, c’est de parler avec une voix qui s’altère.

  • 12 Là-dessus, cf. J. Starobinski, La Mélancolie au miroir. Trois lectures de Baudelaire, Julliard, [1 (...)

20Un mot est employé par Baudelaire pour dire la conscience de cette absence au monde, qui est aussi conscience du défaut essentiel des choses - ce mot est celui de mélancolie12. Tout est sous le signe de la mélancolie dans cette page : « le long et mélancolique fleuve des Tristes », « le ton mélancolique du poète des Martyrs », la peinture de Delacroix enfin :

[...] comme l’exil a donné au brillant poète la tristesse qui lui manquait, la mélancolie a revêtu de son vernis enchanteur le plantureux paysage du peintre.

  • 13 Sur le vernis, cf. J.-P. Richard, « Profondeur de Baudelaire », in Poésie et profondeur, Seuil, co (...)

21Le vernis est enchanteur : il donne à la représentation des objets leur consistance, qui est leur matière esthétique. Et c’est principalement lui qui opère la réflexion de la réalité en art. Sans le vernis, il manquerait la distance et l’épaisseur entre le tableau et le spectateur13, autrement dit la conscience de l’art.

  • 14 Cf. F. W. Leakey, « The originality of Le Cygne », in Baudelaire. Collected essays, 1953-1988, Cam (...)
  • 15 Le tombeau d’Hector, le premier mari d’Andromaque, est vide, comme est vide le tombeau de François (...)
  • 16 Chateaubriand, Œuvres romanesques et voyages, texte établi, présenté et annoté par Maurice Regard, (...)
  • 17 Chateaubriand, ibid., p. 99.
  • 18 Il faudrait aussi prendre en compte l'alentour du commentaire d'Ovide chez les Scythes, spécialeme (...)

22L’œuvre de Baudelaire permet de vérifier cette analyse. Quelques mois après le Salon de 1859 Baudelaire écrira une nouvelle version de cette rêverie sur Ovide chez les Scythes – ce sera Le Cygne. Le mouvement de rêverie qui fait s’enfoncer le poète dans sa mélancolie est comparable et les deux grands textes suivent dans leur composition le même mouvement de vagabondage créatif14. Dans le détail on voit se multiplier les similitudes : on retrouve dans le Simoïs le fleuve des Tristes, dans l’exil d’Andromaque l’exil d’Ovide et dans la référence au poète Virgile celle au poète Ovide, etc. Baudelaire à sa façon signera lui-même son emprunt au Salon de 1859, en mentionnant « l’homme d’Ovide ». Mais dans le commentaire d’Ovide chez les Scythes comme dans Le Cygne, l’élément capital, qui donne sens à l’acte même d’écrire, c’est le tombeau, tombeau d’Ovide et tombeau d’Hector. Le tombeau est l’expression symbolique, allégorique, de l’absence ; il est aussi l’expression du mythe personnel de Baudelaire lui-même : le tombeau est celui du père. C’est évident en ce qui concerne Le Cygne15, et l’on peut en avoir la présomption, sinon l’assurance, dans le Salon de 1859 : la phrase sur le refus d’écrire en son nom propre que Baudelaire inscrit au centre de sa page sur le tableau de Delacroix contient l’expression de « verdoyant exil ». Le mot « exil » est imprimé en italiques, comme la citation qui le précède immédiatement et qui était tirée d'Atala. Il est donc très vraisemblable que le mot d’exil soit lui aussi une citation de l’épilogue d’Atala. Deux fois dans cet épilogue ce mot est employé. Le narrateur s’étonnant de voir Céluta et René emporter avec eux les ossements des ancêtres, il lui est répondu : « Mon frère, c’est la terre de la patrie ; ce sont les cendres de nos aïeux qui nous suivent dans notre exil »16 ; et tout à la fin de l’épilogue il s’écriera : « [...] moins heureux dans mon exil, je n’ai point emporté les os de mes pères »17. C’est là un minuscule détail, mais, comme souvent, c’est le détail qui opère la condensation du sens18.

23Il faudrait maintenant se demander pourquoi c’est dans Le Cygne, et non pas dans le commentaire d’Ovide chez les Scythes, que Baudelaire prend la parole en son nom propre. Faut-il supposer que le lyrisme est inhérent au discours poétique de Baudelaire et que ce n’est que dans le cadre de la poésie qu’un Je promu sujet de l’écriture peut se constituer ? Cette question, qui engage en profondeur la poétique de Baudelaire, il est évidemment impossible d’y répondre dans une analyse consacrée à la lecture d’une page du Salon de 1859. Pourtant j’essaierais au terme de cette étude de proposer non pas une réponse, mais de nouveaux éléments d’interrogation.

  • 19 Grâce, au premier chef, à l’article de J. Starobinski, « Les rimes du vide », in Nouvelle Revue de (...)

24Ces éléments se trouvent dans le poème bien connu19 Horreur sympathique, très exactement dans les deux quatrains :

  • 20 OC, I, 77.

De ce ciel bizarre
et livide, Tourmenté comme ton destin,
Quels pensers dans ton âme vide
Descendent ? réponds, libertin.
— Insatiablement avide
De l’obscur et de l’incertain,
Je ne geindrai pas comme Ovide
Chassé du paradis latin20.

25Comme Le Cygne, ce poème est presque contemporain de l’analyse d’Ovide chez les Scythes et il correspond au projet de critique formulé dans la préface du Salon de 1846 : rendre compte d’un tableau par une élégie ou un sonnet. Mais ce qui me retiendra au terme de cette lecture, c’est la disjonction ici affichée par le poète entre lui-même et Ovide : le poète ne pleure pas, car il ne regrette pas nostalgiquement d’avoir perdu la terre promise ; il sait que la mélancolie n’épuise pas les désirs, mais qu’elle rassasie celui qui est « avide/De l’obscur et de l’incertain », et que n’a pas été Ovide.

Notes

1 OC, II, 418, ainsi que la citation suivante.

2 Cf., par exemple, OC, II, 590-591, 595, 679-680.

3 OC, II, 641-642

4 OC, II, 644.

5 Hugo, William Shakespeare, Flammarion, « Nouvelle Bibliothèque romantique », [1973], éd. de B. Leuilliot, p. 60.

6 OC, II, 636. Toutes les autres citations qui suivent étant empruntées à cette page 636 ou à la page 635, je me dispenserai désormais de préciser l’emplacement de la référence.

7 On rapprochera aussi le vin « capiteux, exquis », auquel Baudelaire assimile métaphoriquement les tableaux de Delacroix à la « lente et gourmande volupté » qu’éprouve un amateur de ces tableaux.

8 On signalera que le texte de Baudelaire ne permet pas de dire si l’auteur de la notice du catalogue relative au tableau de Delacroix est Delacroix ou non.

9 OC, I, 650-651.

10 Le Dominique de Fromentin date de 1863. Sur la lecture de ce roman par Baudelaire, cf. OC, II, 245.

11 Il y a trois divergences : dans Chateaubriand il y a m’étant écarté ; d’un œil sec n’est pas entre virgules et il y a une majuscule à Barbare. Autant de fautes que commet un lecteur trop attentif à ne pas faire de fautes...

12 Là-dessus, cf. J. Starobinski, La Mélancolie au miroir. Trois lectures de Baudelaire, Julliard, [1989].

13 Sur le vernis, cf. J.-P. Richard, « Profondeur de Baudelaire », in Poésie et profondeur, Seuil, coll. « Points » [1976], p. 111 et sv. (1ère éd. 1955).

14 Cf. F. W. Leakey, « The originality of Le Cygne », in Baudelaire. Collected essays, 1953-1988, Cambridge University Press, 1990, pp. 92-107.

15 Le tombeau d’Hector, le premier mari d’Andromaque, est vide, comme est vide le tombeau de François Baudelaire, jeté à la fosse commune par suite de la négligence de Mme Baudelaire (cf. l’article de W. T. Bandy, « Les morts, les pauvres morts », RSH, juillet-septembre 1967, pp. 477-480).

16 Chateaubriand, Œuvres romanesques et voyages, texte établi, présenté et annoté par Maurice Regard, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », [1969], I, p. 96.

17 Chateaubriand, ibid., p. 99.

18 Il faudrait aussi prendre en compte l'alentour du commentaire d'Ovide chez les Scythes, spécialement le commentaire de La Mise au tombeau [en fait Le Christ descendu au tombeau] de Delacroix, qui suscite une bien intéressante rêverie de Baudelaire et qui se termine sur une citation de Chateaubriand : « [...] ce sépulcre, “le seul, dit superbement René, qui n’aura rien à rendre à la fin des siècles !” » (OC, II, 634).

19 Grâce, au premier chef, à l’article de J. Starobinski, « Les rimes du vide », in Nouvelle Revue de psychanalyse, printemps 1975, pp. 133-143.

20 OC, I, 77.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search