Version classiqueVersion mobile

Ut pictura poesis

 | 
Pierre Laforgue

Première partie. Poètes

Baudelaire, Flaubert et Madame Bovary, ou hystérie et réalisme

Texte intégral

1Le 18 octobre 1857, Baudelaire fait paraître dans L’Artiste un article consacré à Madame Bovary. Publiées moins de deux mois après la condamnation des Fleurs du Mal, ces pages constituent la réponse de Baudelaire à ses juges, ceux-là mêmes qui en février de la même année avaient fait comparaître Flaubert pareillement pour outrage à la morale publique, devant la même sixième Chambre correctionnelle, mais qui l’avaient acquitté. C’est l’occasion pour Baudelaire de régler quelques comptes avec la justice, ce qui est fait de la manière la plus élégante et la plus méprisante dans les deux premières pages de l’article. Le maniement de l’antiphrase y est tristement savoureux :

  • 1 OC, II, 77.

Ce souci remarquable de la Beauté, en des hommes [les juges...] dont les facultés ne sont mises en réquisition que pour le Juste et le Vrai, est un symptôme des plus touchants, comparé avec les convoitises ardentes de cette société qui a définitivement abjuré tout amour spirituel, et qui, négligeant ses anciennes entrailles, n’a plus cure que de ses viscères. En somme, on peut dire que cet arrêt, par sa haute tendance poétique, fut définitif ; que gain de cause a été donné à la Muse, et que tous les écrivains, tous ceux du moins dignes de ce nom, ont été acquittés dans la personne de M. Gustave Flaubert1.

  • 2 CPl, I, 436.

2Comme on sait, l’arrêt de cette admirable magistrature ne fut pas « définitif » et « sa haute tendance poétique » fut prise en défaut quelques mois plus tard. L’attaque de cet article d’octobre 1857 était suffisamment claire pour que Baudelaire fût « appelé au parquet » et « failli être poursuivi »2, si l’on en croit une lettre à sa mère.

3Nous ne nous en tiendrons pas à cet aspect satirique. Ce qui nous arrêtera dans cet article, c’est la question du réalisme qui apparaît quelques pages plus loin. Elle se pose, si l’on considère, comme on le fait habituellement, Baudelaire comme l’adversaire résolu et déterminé de cette école. Manifestement, il n’y a ici aucune animosité de sa part à l’encontre du mouvement nouveau et Flaubert moins que quiconque n’est enveloppé dans une condamnation formulée par Baudelaire au nom de ses principes esthétiques surnaturalistes. C’est assez étonnant à première vue, étant donné que Madame Bovary en littérature relève de toute évidence d’une esthétique réaliste ; rarement, au contraire, se rencontre un tel enthousiasme de la part de Baudelaire pour l’œuvre de l’un de ses contemporains. Faut-il supposer qu’il ait mis de côté ses convictions au nom de la vérité supérieure de l’art ? Idée saugrenue et même injurieuse, et surtout fausse : le gros mot de réalisme est présent dans le texte, et il n’est pas pris en mauvaise part. Que l’on en juge en lisant la parenthèse où il apparaît :

  • 3 OC, II, 80.

[...] réalisme, – injure dégoûtante jetée à la face de tous les analystes, mot vague et élastique qui signifie pour le vulgaire, non pas une méthode nouvelle de création, mais une description minutieuse des accessoires3.

4Le réalisme ainsi entendu ne serait qu’« une méthode nouvelle de création ». Ces lignes, il est vrai, se rencontrent dans un discours qui est censé être prêté à Flaubert, mais il n’empêche que Baudelaire prend entièrement à son compte de semblables propos. Ceux-ci font directement écho à ceux que Montalembert venait de prononcer à l’Institut le 17 août 1857, trois jours avant la condamnation des Fleurs du Mal, où il déclarait :

  • 4 Cité par Claude Pichois dans son article, « Un épisode oublié de la bataille réaliste : Montalembe (...)

Sous le nom de réalisme, mot moins barbare encore que la chose, cette influence mortelle infecte déjà la littérature, l'art, et jusqu’à la philosophie4.

  • 5 Rappelons l’un des attendus du jugement du 21 août 1857 : « Attendu que l’erreur du poëte, dans le (...)
  • 6 Cf. OC, I, 687, où Baudelaire déclare à propos de George Sand qu’elle est « intéressée à croire qu (...)

5Doit-on conclure que Baudelaire, tout à son indignation contre les juges qui l’ont condamné en partie pour le réalisme de son œuvre5, a adopté la position qui allait idéologiquement le plus à l’opposé de leur jugement, cette position fût-elle celle du réalisme ? C’est tout à fait vraisemblable, mais cela ne suffit pas à rendre compte entièrement de l’article sur Madame Bovary, cela n’explique que l’aspect polémique de ces pages où, par allusions transparentes, Baudelaire use du roman de Flaubert comme d’un prétexte lui permettant de mettre un point final au scandaleux procès qui lui a été intenté. Cela ne suffit pas notamment à rendre compte de l’important investissement personnel de Baudelaire dans la lecture qu’il fait de Madame Bovary. Il est clair, en effet, qu’il est « intéressé6 » à assumer un tel discours, et que ce discours concerne le réalisme et ce roman réaliste qu’est Madame Bovary sera l’objet principal de notre étude : comprendre ce qui est ici en jeu de la part de Baudelaire dans cette double relation en 1857.

  • 7 Cf. OC, II, 80-81. Sur le mot d’escrime, cf. dans Les Fleurs du Mal, Le Soleil (OC, I, 83).
  • 8 OC, II, 80.
  • 9 FMCBP, p. 438-439.
  • 10 OC, II, 81.

6Notre point de départ : l’usurpation d’identité entre Flaubert et lui-même à laquelle se livre Baudelaire dans cet article. Non seulement, comme on l’a vu, il met implicitement sur le même plan son recueil poétique et le roman de Flaubert dans l’accueil comparable qu’ils ont reçu de l’institution judiciaire, mais plus profondément, plus intimement en fait, Baudelaire parle en son nom. Et cela littéralement, puisque le centre de l’article est occupé par le discours, mis entre guillemets, que Baudelaire énonce à la première personne et qu’il suppose avoir été celui de Flaubert lui-même au moment d’entreprendre son roman7. Et Baudelaire de présenter un état de la situation sociale, historique et idéologique qui s’offrait à Flaubert écrivain et de déduire de cette situation ce qui déterminait son sujet, celui-ci se résumant en deux mots : la Province et l’Adultère. C’est du moins ce qu’« un esprit bien nourri, enthousiaste du beau, mais façonné à une forte escrime, jugeant à la fois le bon et le mauvais des circonstances, a dû se dire »8. Cette idée de Baudelaire, que l'on jugera ingénieuse ou extravagante, lui est pour ainsi dire venue, remarquons-le, de Sainte-Beuve qui, peu de temps avant le procès, lui avait suggéré comme l’un des « petits moyens de défense9 » tels qu’il les concevait de dresser une sorte d’état des lieux de la littérature expliquant le choix du sujet qu’il avait été amené à faire. Mais l’essentiel, c’est le résultat auquel il parvient : « Dès lors, Madame Bovary, – une gageure, une vraie gageure, un pari, comme toutes les œuvres d’art – était créée »10, et la conclusion qu’il tire :

  • 11 OC, II, 81.

Il ne restait plus à l’auteur, pour accomplir le tour de force dans son entier, que de se dépouiller (autant que possible) de son sexe et de se faire femme. Il en est résulté une merveille ; c’est que, malgré tout son zèle de comédien, il n’a pas pu ne pas infuser un sang viril dans les veines de sa créature, et que madame Bovary, pour ce qu’il y a en elle de plus énergique et de plus ambitieux, et aussi de plus rêveur, madame Bovary est restée un homme. Comme la Pallas armée, sortie du cerveau de Zeus, ce bizarre androgyne a gardé toutes les séductions d’une âme virile dans un charmant corps féminin11.

7Au bout du compte, c’est l’androgynie de madame Bovary qui est expliquée, et par là même l’androgynie de Flaubert écrivant le roman de madame Bovary, et de Baudelaire lui-même fantasmant Flaubert en train d’écrire le roman de madame Bovary. Cette opération d’échange de sexe entre un créateur et son personnage a un nom : hystérie. Ce mot suscite de Baudelaire un commentaire enthousiaste, proprement lyrique, j’y reviendrai :

  • 12 OC, II, 83.

L’hystérie ! Pourquoi ce mystère physiologique ne ferait-il pas le fond et le tuf d’une œuvre littéraire, ce mystère que l’Académie de médecine n’a pas encore résolu, et qui, s’exprimant dans les femmes par la sensation d’une boule ascendante et asphyxiante (je ne parle que du symptôme principal), se traduit chez les hommes nerveux par toutes les impuissances et aussi par l’aptitude à tous les excès12.

  • 13 OC, II, 80.

8On sait l’importance que prendra dans les années suivantes cette notion d’hystérie dans l’œuvre de Baudelaire, elle sera l’expression même de sa relation de poète au monde et à l’écriture. En 1857 ce n’est pas exactement de cela qu’il s’agit. Si l’on envisage, en effet, la part de l’hystérie dans l’argumentation de Baudelaire relativement à Flaubert écrivant Madame Bovary, il est clair que l’hystérie, qui n’est que l’autre nom de l’échange fondé sur l’androgynie du romancier se projetant dans son personnage, ne prend sens que dans le projet d’une écriture réaliste. Car en quoi consiste une telle écriture, sinon dans la volonté d’être « objectif et impersonnel »13 ? Objectif et impersonnel, c’est-à-dire, très exactement, n’être pas en tant qu’auteur en position de sujet de son écriture ni non plus en position de personne, car le seul statut que l’écrivain réaliste puisse assumer est celui de personnage : « Madame Bovary, c’est moi », dit Flaubert lui-même, on le sait.

  • 14 Sand, Correspondance, éd. de Georges Lubin, Garnier, t. XIV, lettre no 7618.
  • 15 Cf. sa lettre du 13 novembre 1856 à Max Buchon, où on lit : « un romancier nouveau, M. Flaubert, v (...)
  • 16 OC, I, 686. – Sur Baudelaire et George Sand, voir l’article ainsi intitulé de Léon Cellier (RHLF, (...)
  • 17 OC, II, 82.

9Cette analyse se vérifie de singulière façon, par l’effet d’un hasard que l’on se risquera à qualifier d’objectif : il se trouve qu’au moment précis où paraît dans L’Artiste cet article de Baudelaire sur Madame Bovary, paraissent également des pages de George Sand sur le réalisme en général et sur le roman de Flaubert en particulier, dans le Courrier de Paris. Peu importe si Baudelaire en a eu connaissance – vraisemblablement non, cette publication ayant « fait four », dit George Sand14 –, ce qui est remarquable, c’est la convergence de pensée entre ces deux écrivains autour du réalisme. On n’a pas affaire chez Sand, pas plus que chez Baudelaire, contrairement à l’attente, à une condamnation du réalisme, et là n’est sans doute pas l’objet de ces pages, mais à une lecture élogieuse de Madame Bovary. Ce qui donne sens à cette rencontre inattendue de Baudelaire et de George Sand, c’est Flaubert, et c’est indirectement Champfleury. Celui-ci s’étant fait le champion du réalisme et ayant prétendu convertir George Sand à ses vues, c’est à lui qu’elle répond, assez durement ; attitude exactement comparable à celle de Baudelaire qui, se souciant fort peu du réalisme tel que Champfleury s’efforce de le théoriser et n’ayant aucune estime pour son entreprise, sait immédiatement reconnaître la valeur d’un livre, procédât-il d’une esthétique réaliste. (Au passage, Champfleury lui-même a eu parfaitement conscience que le roman de Flaubert éclipsait ses pauvres tentatives, comme en témoigne l’amertume envieuse qu’il exprime alors15). Cette rencontre entre Baudelaire et George Sand ne mériterait pas en soi que l’on s’y attarde, si Baudelaire lui-même n’avait justement accordé à Sand tout ce qui lui revenait. Car si pour Flaubert, madame Bovary, c’est moi et si pour Baudelaire, madame Bovary, c’est lui, lui Flaubert et lui Baudelaire – madame Bovary, c’est aussi elle... George Sand. C’est une évidence : une femme hystérique, qui se comporte comme un homme le ferait, et qui travestit son âme et son sexe, cette femme est George Sand. Le plus intéressant, c’est que Baudelaire en parlant d’androgynie à propos de la Bovary n’ait pas un instant soupçonné qu’il était en train de parler de « la femme Sand »16 et qu’en établissant une relation hystérique entre Flaubert et son personnage c’était sa propre relation, indéniablement hystérique, à George Sand qui servait de support à son argumentation. Androgynes donc, Emma Bovary et George Sand, et hystériques pareillement Flaubert et Baudelaire vis-à-vis d’elles ? Dans le cas de celui-là, « inconsciencieusement »17, et dans le cas de celui-ci, inconsciemment : pourquoi pas ? À elle seule la communauté de pensée entre Baudelaire et Sand envers le réalisme, et cela dans leur même jugement respectif sur Madame Bovary, justifierait une pareille conception des choses, si ce n’est que la poétique du réalisme qui trouve son expression dans Madame Bovary telle que Baudelaire en rend compte dans ces pages suffit à faire de l’hystérie elle-même l’élément-clef du discours baudelairien, et, accessoirement, à expliquer la présence-absence de George Sand dans cet article consacré à Flaubert et à Madame Bovary.

  • 18 Cf. OC, II, 627.
  • 19 OC, II, 627 (repris dans L'Œuvre et la vie d'Eugène Delacroix, OC, II, 750), ainsi que la citation (...)
  • 20 Voir OC, II, 80, « nous serons, comme dit l’école, objectif et impersonnel ».
  • 21 Ibid.

10En s’introduisant dans le discours que Baudelaire tient sur le roman de Flaubert et sur l'hystérie qui résulte de la poétique sur laquelle se fonde le roman, George Sand, c’est-à-dire George Sand comme référence critique en dépit de Baudelaire lui-même, montre combien il était pertinent de la part du poète d’envisager le réalisme sous l’angle de l’hystérie, parce que dans la relation hystérique de l’auteur à son personnage c’est la question elle-même du réalisme qui était problématisée. En elle-même l’hystérie explique que Baudelaire n’ait pas eu conscience de l’irruption de George Sand dans son propos, aussi bien qu’elle permet de comprendre, sur un autre plan, pourquoi Baudelaire, présenté d’ordinaire comme un adversaire du réalisme, témoigne d’autant d’enthousiasme pour un roman qui relève d’une poétique s’en réclamant. Le chef d’accusation le plus grave formulé par lui contre les réalistes, qu’il appelle encore les positivistes18, est leur prétention de vouloir abstraire de leurs œuvre la personne de l’auteur, de vouloir produire un art au sens propre impersonnel. Ce réalisme, tel qu’il sera stigmatisé moins de deux ans plus tard dans le Salon de 1859, a pour espèce de mot d’ordre : « L’univers sans l’homme »19, résultant de la profession de foi que leur prête Baudelaire : « Je veux représenter les choses telles qu’elles sont, ou bien qu’elles seraient, en supposant que je n’existe pas ». C’est un réalisme imbécile, et en aucune manière ce n’est celui de Flaubert aux yeux de Baudelaire, et pas une fois il ne soupçonne Flaubert d’y avoir sacrifié, pour la bonne raison que l’objectivité et l’impersonnalité qu’il revendique, et que Baudelaire lui fait revendiquer20, s’exprime dans le personnage de madame Bovary, « ornée [...] de toutes les qualités viriles »21 : l’androgynie du personnage et la relation hystérique du romancier à ce personnage androgyne dans lequel il s’est projeté sont la preuve que ce réalisme-là inscrit en lui-même la présence d’un sujet.

11En elles-mêmes les considérations de Baudelaire sur l’androgynie et l’hystérie occupent une position stratégique dans l'article, elles en constituent le centre : en amont, la rétrospective de la littérature depuis la mort de Balzac, de Custine et Barbey d’Aurevilly à Barbara et Féval en passant par Champfleury ; en aval, la diatribe contre l’hypocrisie de la société contemporaine qui prétend à une littérature morale. Ne nous attardons pas sur ce que les vues de Baudelaire concernant le roman depuis Balzac ont de profondément juste, sauf pour souligner que c’est à montrer l’insuffisante compréhension de la réalité par ces romanciers, leur réalisme déficient, que tendent ces développements ; arrêtons-nous plutôt sur la dénonciation de l’hypocrisie :

  • 22 OC, II, 84.

— Il est temps qu’un terme soit mis à l’hypocrisie de plus en plus contagieuse, et qu’il soit réputé ridicule pour des hommes et des femmes, pervertis jusqu’à la trivialité, de crier : haro ! sur un malheureux auteur qui a daigné, avec une chasteté de rhéteur, jeter un voile de gloire sur des aventures de tables de nuit, toujours répugnantes et grotesques, quand la Poésie ne les caresse pas de sa clarté de veilleuse opaline22.

  • 23 OC, II, 81.

12Ne nous retiendra pas ici le fait que Baudelaire et Flaubert soient bien placés pour dénoncer cette hypocrisie dont ils ont été judiciairement victimes, mais bien davantage le rapport antithétique et complémentaire qui s’établit entre hystérie et hypocrisie dans l’optique réaliste adoptée par Baudelaire, l’une étant le revers de l’autre. C’est qu’elles correspondent chacune respectivement à une attitude devant la réalité de la part de ceux qui les cultivent : les hypocrites affectent de ne pas voir les trivialités de la réalité et se récrient contre leur représentation, alors que le romancier réaliste accepte de les représenter, mais au prix d’une dénaturation de soi. C’est là le point de rencontre génial imaginé par Baudelaire entre hypocrisie et hystérie : la personne de l’auteur. D’une part, l’hypocrisie bien pensante se scandalise de ce qu’il n’y ait « pas un seul personnage qui représente la morale, qui parle la conscience de l’auteur »23 ; d’autre part, le choix d’une écriture réaliste conduit l’auteur à l’impersonnalité, mais de telle manière qu’il la vit sur le mode d’une relation hystérique au protagoniste de sa fiction. Double conséquence : en étant absent comme auteur il est hypocritement accusé d’immoralité ; en faisant le choix, au nom d’une écriture réaliste, de l’impersonnalité, il s’identifie hystériquement au personnage de son roman. On le voit, l’hystérie qui lui est prêtée et l’hypocrisie qui est dénoncée chez les autres ne jouent pas exactement sur les mêmes plans, mais cela ne les empêche pas de se recouper par les bords et de dessiner l’espace problématique et critique où s’invente en 1857 l’improbable réalisme baudelairien.

  • 24 OC, II, 85.

13La conclusion de l’article permet de se faire une idée assez précise de ce que peut être un tel réalisme de la part de Baudelaire. Cette dernière page est employée à une mise en parallèle de Madame Bovary et des fragments de La Tentation de saint Antoine parus en 1856 et en 1857 dans L’Artiste. « Je voulais établir des équations et des correspondances »24, écrit-il, et il poursuit :

  • 25 OC, II, 85.

Il m’eût été facile de retrouver sous le tissu méticuleux de Madame Bovary, les hautes facultés d’ironie et de lyrisme qui illuminent à outrance La Tentation de saint Antoine. Ici le poète ne s’est pas déguisé, et sa Bovary, tentée par tous les démons de l’illusion, de l’hérésie, par toutes les lubricités de la matière environnante, – son saint Antoine enfin, harassé par toutes les folies qui nous circonviennent, aurait apologisé mieux que sa toute petite fiction bourgeoise25.

  • 26 L'autre se rencontrera quelques années plus tard dans Mon cœur mis à nu, quand il sera question de (...)

14Ces lignes, par-delà le rapprochement, très neuf en 1857, d’Emma et de saint Antoine, présentent l’intérêt d’offrir la seule des deux occurrences du mot de lyrisme chez Baudelaire26 ; ce n’est pas un hasard : le lyrisme, associé à l’ironie, désigne dans le contexte d’une écriture réaliste la part du Moi dans la réalité qu’il investit – la part de l’hystérie. De fait, qu’est-ce que le lyrisme, sinon la projection de soi dans un autre – ce qui s’appelle l’hystérie-, un travestissement qui vous dénature et ainsi vous fait accéder à une certaine vérité de parole. C’est précisément ce que pratiquent Baudelaire dans Les Fleurs du Mal et Flaubert dans Madame Bovary et La Tentation de saint Antoine. La suite immédiate du texte confirme cette lecture, au moins en ce qui concerne Flaubert :

  • 27 OC, II, 86.

Il m’eût été facile de montrer, comme je l’ai déjà dit, que M. Gustave Flaubert a volontairement voilé dans Madame Bovary les hautes facultés lyriques et ironiques manifestées sans réserve dans La Tentation de saint Antoine, et que cette dernière œuvre, chambre secrète de son esprit, reste évidemment la plus intéressante pour les poètes et les philosophes27.

15La Tentation de saint Antoine comme « chambre secrète » de l’œuvre, où se conjuguent sans voiles l’ironie et le lyrisme de Madame Bovary, c’est fort bien vu, et très vrai ; mais surtout, dans notre perspective, ce qui est essentiel, c’est la nature profondément poétique du réalisme de Flaubert dans Madame Bovary qui est mise au jour dans cette confrontation avec La Tentation de saint Antoine, si étrangère à première vue au roman. Pour ce qui est de Baudelaire lui-même, le réalisme des Fleurs du Mal, pourrait-on soutenir, c’est la conjugaison de l’ironie et du lyrisme de Flaubert que mettent en œuvre Madame Bovary et La Tentation de saint Antoine. Ou, pour être plus précis, c’est-à-dire pour suivre plus scrupuleusement le parallèle souterrain entre Madame Bovary et Les Fleurs du Mal, qui est en quelque sorte programmé dès le début de l’article de Baudelaire, disons que Les Fleurs du Mal elles-mêmes jouent par rapport à Madame Bovary ce rôle de « chambre secrète », celui de révéler, en l’exhibant et en le dérobant, le sens de l’entreprise flaubertienne et, du même coup, de l’entreprise baudelairienne.

16L’élaboration fantasmatique à laquelle se livre Baudelaire en rendant compte de Madame Bovary est de nature clairement hystérique, ce qui précède a essayé de le montrer. Mais notre propos, insistons-y, n’a pas un enjeu psychologique, cet enjeu touchât-il à la poétique de Baudelaire ; son objet aura été principalement de montrer que le réalisme d’un Flaubert non seulement peut être compris par Baudelaire, mais que celui-ci peut y adhérer et s’y reconnaître, dans un tel réalisme s’opérant la jonction entre l’intimité d’un sujet et la pratique d’une écriture objective.

17De là, au bout du compte, ce paradoxe, que peut-être jamais Baudelaire n’a parlé de lui-même avec moins de pudeur qu’en analysant le livre d’un autre ni offert dans la description d’un personnage de fiction un plus exact autoportrait de lui. Le voici :

  • 28 OC, II, 82.

1° L’imagination, faculté suprême et tyrannique, substituée au cœur, ou à ce qu’on appelle le cœur, d’où le raisonnement est d’ordinaire exclu, et qui domine généralement dans la femme comme dans l’animal ;
2° Énergie soudaine d’action, rapidité de décision, fusion mystique du raisonnement et de la passion, qui caractérise les hommes créés pour agir ;
3° Goût immodéré de la séduction, de la domination et de tous les moyens vulgaires de séduction, descendant jusqu’au charlatanisme du costume, des parfums et de la pommade, – le tout se résumant en deux mots : dandysme, amour exclusif de la domination28.

18En conclusion de quoi, madame Bovary, c’est Baudelaire, et Les Fleurs du Mal le premier recueil réaliste de la poésie moderne.

Notes

1 OC, II, 77.

2 CPl, I, 436.

3 OC, II, 80.

4 Cité par Claude Pichois dans son article, « Un épisode oublié de la bataille réaliste : Montalembert, le substitut Pinard et Charles Baudelaire », BET, p. 133-140.

5 Rappelons l’un des attendus du jugement du 21 août 1857 : « Attendu que l’erreur du poëte, dans le but qu’il voulait atteindre et dans la route qu’il a suivie, quelque effort de style qu’il ait pu faire, quel que soit le blâme qui précède ou qui suit ses peintures, ne saurait détruire l’effet funeste des tableaux qu’il présente au lecteur, et qui, dans les pièces incriminées conduisent nécessairement à l’excitation des sens par un réalisme grossier et offensant pour la pudeur ; » (FMCBP, p. 470-471).

6 Cf. OC, I, 687, où Baudelaire déclare à propos de George Sand qu’elle est « intéressée à croire que l’Enfer n’existe pas ».

7 Cf. OC, II, 80-81. Sur le mot d’escrime, cf. dans Les Fleurs du Mal, Le Soleil (OC, I, 83).

8 OC, II, 80.

9 FMCBP, p. 438-439.

10 OC, II, 81.

11 OC, II, 81.

12 OC, II, 83.

13 OC, II, 80.

14 Sand, Correspondance, éd. de Georges Lubin, Garnier, t. XIV, lettre no 7618.

15 Cf. sa lettre du 13 novembre 1856 à Max Buchon, où on lit : « un romancier nouveau, M. Flaubert, vient de publier, dans la Revue de Pans, une Madame Bovary qui pourrait être de moi » (cité dans Champfleury, George Sand. Du Réalisme. Correspondance, op. cit., p. 19).

16 OC, I, 686. – Sur Baudelaire et George Sand, voir l’article ainsi intitulé de Léon Cellier (RHLF, avril-juin 1967), même s’il n’aborde pas de manière satisfaisante la relation complexe entre Baudelaire, Sand, Champfleury et le réalisme, ni d’ailleurs n’envisage la question.

17 OC, II, 82.

18 Cf. OC, II, 627.

19 OC, II, 627 (repris dans L'Œuvre et la vie d'Eugène Delacroix, OC, II, 750), ainsi que la citation suivante.

20 Voir OC, II, 80, « nous serons, comme dit l’école, objectif et impersonnel ».

21 Ibid.

22 OC, II, 84.

23 OC, II, 81.

24 OC, II, 85.

25 OC, II, 85.

26 L'autre se rencontrera quelques années plus tard dans Mon cœur mis à nu, quand il sera question de la fouterie comme étant « le lyrisme du peuple » (OC, I, 702). À bien y réfléchir, les deux occurrences dans leur emploi respectif ne sont pas si éloignées qu’il semble...

27 OC, II, 86.

28 OC, II, 82.

© Presses universitaires de Lyon, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search