Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Attentat de Damiens

 | 
Pierre Rétat

Les pouvoirs, le public et l'événement

7. Les discours interdits

Texte intégral

1Alors que s’impose, par son évidence massive et répétée, le discours officiel de l’indignation, de la honte, de l’amour exemplaires du peuple, que se recomposent sans fin les spectacles qui les mettent en scène et les monuments rhétoriques qui les exaltent, d’autres discours, secrets et refoulés par l’autorité, se tiennent dans la profondeur du corps social. Ils font l’objet d’une censure vigilante, dont les gazettes contrôlées par le gouvernement manifestent de la façon la plus parfaite l’efficacité et l’effet d’occultation souhaités. Lorsque le journaliste du MF évoque brièvement, en avril, le procès de Damiens, son exécution et sa personnalité, il ajoute, et ceci est imprimé en caractères plus gros :

« Nous nous sommes restreints jusqu’ici à ne rien insérer sur cet article que d’après la Gazette de France. Nous prions en conséquence les Auteurs de ne plus nous envoyer de Pièces qui y soient relatives : nous persistons constamment à ne faire usage d’aucune. Nous nous conformons en cela aux premières intentions de la Cour, qui nous avoit ordonné le silence. Eh ! plût au Ciel qu’il pût être gardé partout avec le même scrupule, et que pour la gloire de la Nation, un si noir attentat fût à jamais exclu de l’histoire comme de notre Recueil ! »
(04, 2e volume, p. 193 ; voir 06, 2e volume, p. 95).

2Le silence tend à rejeter l’événement dans le néant, à l’expulser de l’histoire ; il en nie magiquement l’existence. Cette solution radicale des conflits est la loi constante de la GF, et à sa suite du MF : jusqu’au rétablissement du Parlement en novembre, il n’en est pas plus question que s’il n’y avait jamais eu de Parlement en France ; on y ignore tout aussi superbement les refus de sacrements, les bruits de complots, l’agitation de l’opinion publique autour du procès. La vie politique s’y réduit au fonctionnement imperturbable de la cour, au changement de ministres (sans qu’aucun commentaire accompagne cet accident banal et inexpliqué), à la diplomatie et à la guerre. L’attentat est écrasé par le fracas des Te Deum ; le rachat immédiat efface la souillure.

3Dans les gazettes étrangères, où affluent les échos précis des « affaires du temps », où l’agitation parlementaire, loin d’être oubliée, reste le problème essentiel d’un royaume divisé, on voit s’exercer une autre censure, plus discrète et plus sournoise. Nous l’avons remarqué à propos du procès : les interférences entre l’affaire Damiens et la crise parlementaire, la lutte qui oppose jésuites et jansénistes, et l’ensemble des données du jeu politique apparaissent sans doute nettement dans la presse hollandaise ; mais le procès tend à devenir une parenthèse, un épisode qui retarde le dénouement des vrais problèmes. Le monstre une fois puni, on pourra songer à la rentrée parlementaire. Ce temps vide fait contraste avec le temps plein du discours officiel, mais il ne s’y oppose pas : non seulement les gazettes étrangères exaltent, tout comme la GF, les réactions de l’affectivité nationale et internationale, mais le vide et l’attente créés par l’attentat en raréfient la signification politique. Acte inexplicable d’un monstre inexplicable, il devient un hasard malheureux dont personne ne veut se sentir responsable.

4Mais il peut devenir aussi un signe particulièrement troublant de la crise politique, un épisode qui, au lieu de la mettre entre parenthèses, l’exacerbe et la fait jaillir. C’est cette implication de la politique (et de tous ses acteurs, le Parlement, le clergé, les ministres, le roi) dans l’affaire Damiens qu’affirment à des degrés divers les propos et les textes refoulés ou simplement marginaux (ainsi le mandement de l’évêque de Soissons, Fitz-James, qui pervertit le discours officiel qu’il tient en y attaquant clairement la « doctrine » des jésuites : nous y reviendrons plus loin). L’audace incontrôlée des mauvais discours, des placards, des vers sur les « affaires du temps », des pamphlets met en cause le roi, ses ministres, l’archevêque de Paris, les « moines fanatiques »... L’attentat n’est que le détonateur de cette explosion sourde, une parmi d’autres. C’est là une autre trace de l’événement, plus difficile à suivre et à relever que celles que nous avons suivies jusqu’ici. Loin d’être isolé, il se trouve intégré dans un ensemble de luttes confuses, exploité à des fins tactiques proches ou lointaines.

  • 1 Voir N. Hermann-Mascard, La censure des livres à Paris à la fin de l’Ancien Régime, p. 23. Maleshe (...)
  • 2 Voir D. Van Kley, The Jansenists and the expulsion of the Jesuits, p. 63 : « nor can it be said th (...)

5La meilleure preuve de l’ampleur que prend cette crise, dans les premiers mois de 1757, c’est la déclaration royale du 16 avril sur la composition, l’impression et la distribution des écrits prohibés, enregistrée au Parlement le 21 avril, publiée le 23 (GA, 03/05 ; texte dans la Collection Anisson-Duperron, 22093, pièce 142, fol. 426-427). La rigueur de ce texte1, que citent toutes les gazettes, atteste la prise de conscience d’un danger aigu. Même s’il ouvre une période de répression anti-philosophique (condamnation de l’Esprit d’Helvétius, interruption de l’Encyclopédie en 1758), sa finalité est d’abord strictement politique : il s’agit d’étouffer le violent mouvement d’opinion créé par l’affaire Damiens, d’arrêter l’accélération infernale des soupçons et des accusations qu’elle provoque. La déclaration du 16 avril répond à un vœu de la cour du Parlement, qui « supplie » le roi de la donner (GB, GC, 08/04 ; CA, 12/04), et cet arrêt du Parlement suit précisément celui par lequel il condamne au feu les libelles les plus violents suscités par l’affaire, les Réflexions sur l’attentat, la Lettre d’un patriote de Grosley (30 mars). Comme l’écrit Luynes le 2 avril : « Les libelles continuent dans Paris ; les affiches même se renouvellent, et on en a vu jusque dans Versailles. Le Parlement a cru nécessaire de travailler à arrêter cette licence, s’il est possible » (XVI, 5). Ce qui reste de la Grand Chambre, et qui a jugé Damiens, réagit ainsi contre les attaques de la fraction radicale des démissionnaires. Tous les éléments du conflit politique sont rassemblés pour faire de ces premiers mois de 1757 un moment exceptionnellement critique, propre à révéler les sujets les plus chauds, les tensions les plus intenses, et les aspects les plus significatifs de la lutte entre le pouvoir, sa censure, et toutes les formes de l’opposition intérieure2.

Les discours clandestins, formes et manifestations

6Tous les témoignages font état d’une extrême fermentation de l’opinion, dont le gouvernement tâche, dès l’annonce de l’attentat, de prévenir ou de calmer l’accroissement. Ordre est donné par Saint-Florentin aux intendants et commendants de provinces d’arrêter les faux bruits, de veiller aux propos séditieux (voir les dépêches adressées à Sauvigny, intendant de Paris, 6 janvier, à Belle-Isle, 8 janv., dans AB, XVI, 424-431). Il est souvent question, dans les gazettes étrangères, dans les correspondances et les mémoires des contemporains, de discours, de pièces, de placards séditieux.

7Des premiers il ne nous reste que des traces, mais très nombreuses, dans les rapports de police, dans les archives de la Bastille, et dans cinq volumes du fonds Joly de Fleury de la BN (mss 2072-2077). Il n’est ni dans notre dessein, ni en notre pouvoir d’analyser cette masse documentaire considérable, ne fût-ce que pour le début de l’année 1757, et du plus grand intérêt : elle permettrait en effet de restituer, même partiellement, l’oralité de l’événement, la rumeur immédiate et profonde qui le véhicule, le commente, l’amplifie, le déforme. Nous tenterons, dans le chapitre consacré à Damiens, d’en écouter les bribes qui disent la hantise du régicide. Soulignons seulement l’importance que les contemporains ont prêtée aux « mauvais propos » pour expliquer l’acte de Damiens et pour en mesurer le retentissement. Remarquant que Damiens n’avait rien dit à la décharge de Gautier, qu’il avait accusé sous la torture de l’avoir poussé au crime par ses paroles, Luynes écrit dans ses Mémoires : « Il était d’ailleurs si bien prouvé que le scélérat avait été excité à commettre son énorme attentat par les discours qu’il avait entendus, que tout aggravait l’accusation faite contre Gautier » (XVI, 462-463 ; voir aussi sur l’affaire Lenoir, évoquée dans la séance du procès du 19 février, XV, 408).

8Mais l’acte de Damiens provoque à son tour une vague de discours, qui tournent autour du complot, des complices ou des instigateurs présumés, des jésuites... Croÿ dans son journal ne cesse de s’en plaindre. Ses hôtes, lors de son retour à Paris le 5 mars, le mettent au courant de la situation dans la capitale : « Ils me dirent l’état des choses qui était une incertitude prodigieuse à Versailles, et des propos détestables à Paris » (I, 383). Après avoir soupé chez le roi, le 9 mars, il déplore encore les « incertitudes du gouvernement », et « les mauvais propos de Paris qui gagnent d’autant » (I, 390). Le même jour, lors d’une conférence chez le maréchal de Belle-Isle avec Bernis, il propose une campagne de presse : « Je représente qu’il faudrait gagner les gazetiers et les gens qui donnent le ton pour, petit à petit, préparer les esprits à croire qu’il n’y a pas de complices, leur annonçant qu’on n’en croira pas même le procès, ni les pairs, ni moi. J’explique combien les têtes sont culbutées et les propos mauvais, et je propose des moyens » (I, 389). Quels gazetiers il voudrait mettre en campagne, Croÿ ne le dit pas ; il ne peut songer à ceux qui rédigent les journaux officiels. L’idée mérite en tout cas d’être relevée, d’une captation des circuits de l’information pour tenter d’infléchir l’opinion, de redresser les propos, et d’insinuer une thèse qu’aucune attestation officielle ne pourrait imposer.

  • 3 Voir Barbier, 10 janv., VI, 442, et ms Arsenal 4510, fol. 11, lettre du 7 janvier, AB, XVI, 427 : (...)

9Il semble que les « placards », forme écrite et abrégée des mauvais propos, aient proliféré en ce début de 1757. On les trouve partout, et ils n’épargnent personne. D’Argenson écrit le 14 janvier : « On a répandu des affiches et des libelles affreux contre le Roi en divers palais et promenades de Paris » (IX, 389)3, et Bernis dans ses Mémoires : « Pendant la durée du procès de Damiens et longtemps encore après, on ne cessa de donner avis d’autres conjurations pareilles, de remettre au Roi des lettres menaçantes, ou d’afficher des placards séditieux et atroces. On voulait effrayer le Roi ; il n’avait pas renvoyé la marquise, on croyait l’y forcer par la crainte d’être encore poignardé » (I, 362). Grosley, dans la Lettre d’un patriote datée du 11 mars, évoque, comme des signes d’une « conspiration formidable qui continue de menacer et les jours du Roi et la tranquilité de l’Etat », « ces placards affreux affichés aux portes du Luxembourg, de l’Hôtel de Ville, aux Carrefours même de Versailles [...], ces billets en chiffres, ces hyerogliphes [sic] envoyés chez les Notaires de Paris, où l’on voit des poignards et autres armes, des Lys renversés, des couronnes brisées » (p. 43 ; mêmes détails dans Bernis, I, 351).

10Rares sont les gazettes qui osent faire mention du phénomène. La GC est à cet égard la plus explicite, et transcrit même un texte :

« On regarde comme une suite de cet assassinat un déluge de Pièces, d’Ecrits et de Vers séditieux dont nous sommes inondés. On en affiche par tout. Les Couvents mêmes ne sont pas épargnés. Les Jésuites en souffrent particulièrement. On a trouvé affichés aux portes de leurs Collèges en gros caractères les mots suivants : Voisins délogés, si vous ne voulez pas être brulés » (25/01). « Toutes les précautions, qu’on avoit prises lors du transfert du parricide prouvent assez l’extrême fermentation où les esprits sont, et ce qui a pû faire appréhender quelques mouvemens sont les affiches les plus infâmes, qui ont été répandues icy et à Versailles. On en a arrêté deux Autheurs, qui subiront sans doute la peine, que de pareils scélérats méritent ». (28/01).

  • 4 Les AB, XVII, 145, relatant la perquisition, signalent seulement « six exemplaires de deux différe (...)

11Au début d’avril, on signale encore deux autres arrestations semblables (GB, 12/04) ; on remarque un moment d’accalmie en février : « Tout le monde au reste est tranquille. On n’entend plus parler d’insultes ni d’affiches » (GC, 11/02). En juillet 1758, une perquisition chez un avocat au Parlement, Moriceau de La Motte, permettra, selon une correspondance de l’époque, de découvrir « les originaux des infâmes placards qui furent affichés lors de l’attentat de Damiens et depuis » (J. Lemoine, Sous Louis le Bien-aimé, lettre du 27 août 1758, p. 221)4.

12Le discours clandestin et subversif prend des formes écrites plus élaborées, plus savantes, et à usage plus limité. Le manuscrit reste le seul véhicule de ces textes, qui se recopient et circulent en secret : ainsi ces très curieuses « prophéties de Nostradamus sur l’assassin du Roy », que l’on trouve dans plusieurs recueils de pièces manuscrites sur Damiens, et que nous analyserons plus loin. Ce qui semble surtout avoir circulé dans ces conditions, ce sont les anagrammes et poésies de toute sorte qui font de l’état politique du royaume une peinture sinistre, ou qui attaquent, plus ou moins violemment, les jésuites. Nous publions ces pièces en appendice à la fin de ce volume.

  • 5 Son autobiographie le prouve : voir l’exemplaire de la Vie de M. Grosley, éd. 1787, BM Troyes, RR (...)

13Quelques-unes nous sont parvenues à l’état d’imprimé. C’est le cas des Vers sur l’attentat commis contre la personne du roi, qui doivent avoir été écrits très tôt, puisqu’on y supplie le roi de faire juger Damiens par tout le Parlement réuni, et des Vers sur les affaires présentes, de ton beaucoup plus violent, dont la composition peut être précisément datée puisqu’elle est postérieure à l’exil des seize (27 janvier) et antérieure à la disgrâce de d’Argenson (1er février), accusé de faire servir la « religion » à sa « haine » et à son « ambition » (p. 4). Cette pièce pro-parlementaire et anti-jésuitique circule largement sous forme manuscrite, sans qu’il soit possible de dire quelle forme précède l’autre : on recopie l’imprimé, comme toujours lorsque la censure en rend aléatoire la circulation. Il en va ainsi de la série des pamphlets qui paraissent au mois de mars, et qui constituent l’ensemble le plus cohérent, le plus impressionnant de toute la production écrite suscitée par l’affaire Damiens, les Réflexions sur l’attentat, la Lettre d’un patriote (datée du 11 mars), la Déclaration de guerre contre les auteurs du parricide (datée du 22 mars), enfin la Lettre d’un solitaire, sur le mandement de M. l’archevêque de Paris (datée du 28 mars). Grosley, avocat à Troyes, érudit, esprit libre aux sympathies jansénistes affichées, est certainement l’auteur des deux premiers, et probablement de l’ensemble5. Imprimés clandestinement à Troyes, ils furent réédités à plusieurs reprises, groupés en 1760 dans un recueil, les Iniquités découvertes, sous la fausse adresse de Londres (en réalité Paris), et se retrouvent dans un très grand nombre de manuscrits ; on pourra en juger en consultant notre bibliographie.

  • 6 Nous en devons la communication à R. Shackleton. Il fait partie d’un recueil factice de la Bodleie (...)

14D’autres textes subsistent sous forme uniquement imprimée : du moins n’avons-nous relevé aucune trace manuscrite du poème déiste des Erreurs, qui semble avoir passé inaperçu à l’époque, et est devenu très rare6.

15En considérant les diverses formes que prend le discours oppositionnel et clandestin, nous mesurons l’importance des canaux souterrains par lesquels circule l’information dans un état autoritaire et répressif. Comme dans tous les régimes semblables, l’intense désir de nouvelles et de commentaires non autorisés crée ses instruments ; le placard, le manuscrit remplacent la communication imprimée, dangereuse, défaillante ou insuffisante. On écrit ou on retranscrit encore énormément au XVIIIe siècle. La précieuse collection Bertin du Rocheret de la Bibliothèque d’Epernay, chronique continue de 1702 à 1757, illustre ce besoin d’un supplément d’information ; le volume de 1757 mêle à la GF des textes manuscrits très divers, destinés à la compléter : le mandement de l’évêque de Soissons, qui fit tant de bruit, et qu’il était fort difficile de se procurer, un récit de la « blessure du Roy », des lettres de correspondants parisiens ou des nouvelles concernant surtout les affaires parlementaires (l’exil des seize ; une fausse nouvelle sur le rétablissement du Parlement, le 20 janvier ; une liste des exilés...), le personnage de Damiens et le procès (récit d’une méchante farce qu’il a jouée à un visiteur imprudent dans sa prison, bruits de complot contre le roi : lettre du 31 janvier), le renvoi de Machault et d’Argenson. La GF peut anéantir magiquement le Parlement démissionnaire et Damiens : des circuits secondaires alimentent en permanence l’opinion, la documentation ainsi collectée est conservée précieusement. Nous avons vu qu’on recopie les chansons, les poésies, les libelles... On ne peut mesurer le retentissement réel de l’événement sans tenir compte de ce travail qui s’exerce en marge de l’imprimé et qui le double.

  • 7 On pourrait multiplier les références. Damiens y revient encore sous la torture (PO, p. 399 b, 403 (...)

16De cet autre travail plus profond, plus diffus qui s’exerce par la parole, il est plus malaisé encore de se faire une idée. Les rapports de police nous y aident. En outre les pièces mêmes du procès de Damiens livrent quelques aperçus significatifs. La rumeur publique parvient à nous à travers les justifications qu’il donne de son acte. Il répète « qu’il s’étoit trouvé dans des compagnies de prêtres qui étoient du parti du Parlement, et que c’étoit la considération des mauvais traitements qu’on a fait essuyer aux meilleurs Prêtres ainsi que le triste état où le peuple est réduit, qui l’ont déterminé » (interrog. du 7 janv., n. 39, PO, p. 58b) ; « qu’il a été frappé des bruits de ce que le Parlement avoit fait, des plaintes du peuple de Paris et des Provinces qui périssent ; qu’il a entendu parler de cela depuis si longtems à tout le monde, et publiquement dans les rues de Paris ; que croyant rendre un service à l’Etat, cela l’a déterminé à ce malheureux coup qu’il a fait » (16 janv., n. 155, p. 103 a) ; partout où il a passé, « on parloit très mal » des affaires du Roi (25 janv., n. 271, p. 142a). Il dit encore « que tout le monde disoit que cela ne finiroit pas bien. Qu’il a entendu tenir ces discours par différentes personnes, Avocats, Conseillers, Ecclésiastiques, et par tout le monde, dont il ne connoît personne » (26 mars, n. 160, p. 380b)7.

  • 8 Remarquons que ces témoins prennent soin d’afficher leur réserve et leur indifférence politique : (...)

17Damiens n’entend pas seulement parler, il parle beaucoup, lui aussi, de politique. Des témoins affirment l’avoir « entendu souvent, surtout quand il étoit pris de vin, déclamer sur les affaires du Parlement, et proférer des paroles d’une grande animosité contre les ecclésiastiques, et principalement contre M. L’Archevêque » (M. Lafaye, 27 janv., p. 178b), « que c’étoit un très-grand babillard, et qu’il passoit dans la maison pour être le premier nouvelliste du quartier, [...] qu’il alloit presque tous les jours sur la terrasse du Luxembourg demander des nouvelles, ou en dire » (P.F. Desvaux, 4 fév., p. 184), qu’il parlait souvent « de la Bulle Unigenitus » (Julien le Guerinays, 22 janv., p. 170a). Chouet, clerc tonsuré, qui a voyagé avec lui d’Arras à Paris, « a remarqué que le scélérat avoit une grande curiosité pour les nouvelles publiques, parce qu’il les força, étant dans la ville de Roye, d’entendre la lecture de la gazette » (7 fév., p. 188a)8. Grand lecteur de gazettes, « raisonnant » sur elles (8 fév., n. 491, p. 161a), nouvelliste, Damiens est de ceux qui se passionnent pour la politique, et l’on voit par tous ces traits quel retentissement peut avoir la presse écrite dans une opinion surexcitée, comment elle entretient, avec toutes les nouvelles et les commentaires oraux qui circulent, la « fermentation » dont se plaignent tant de contemporains.

  • 9 Voir à ce propos Fr. Weil, « L’abbé Prévost et le “gazetin” de 1740 », Studi francesi, 1962, p. 47 (...)

18Un des rebondissements du procès nous fait pénétrer encore dans le monde de l’information et des circuits clandestins qu’elle emprunte. Sous la torture, Damiens accuse Dominique François Gautier de l’avoir poussé au crime par ses propos (« toucher », « frapper » le roi, « assassiner le Roi feroit finir tout cela », PO, p. 403). Ce dernier nia toujours, fut enfin présumé innocent, mais il avoue dans son interrogatoire du 9 avril qu’il avait fait copier et débiter en 1740 des gazetins que lui procurait l’abbé Prévost, ce qui lui valut un séjour à la Bastille du 21 décembre 1740 au 13 février 1741 (PO, p. 438b). Nous avons déjà évoqué cet épisode dans le chapitre sur le procès. Outre que l’interrogatoire de Gautier éclaire en partie l’affaire du gazetin de l’abbé Prévost9, il jette aussi la lumière sur les relations de Damiens, sur l’effervescence créée par la demande d’information dans les milieux de nouvellistes qu’il a pu fréquenter. Il était trop facile, comme nous le verrons, d’expliquer son acte par sa « cervelle échauffée » : on tâchait ainsi de laisser dans l’ombre les causes réelles, la somme de discours enfouis qui émerge dans ses réponses.

19Il faut au contraire se rappeler au milieu de quels propos inquiétants naît dans l’assassin l’idée du crime, l’obsession qu’il confesse si souvent. Il faut envisager dans cette perspective l’impact réel de l’attentat, et l’ensemble des réactions qu’il suscite.

La répression

20Le procès fait entendre la rumeur politique qui se répand autour et à côté des circuits ordinaires, imprimés et surveillés, de la communication. Mauvais discours, affiches, pièces clandestines, libelles : le travail de répression de la police doit s’exercer sur toutes ces manifestations de l’esprit d’opposition. Il suffit de compulser les extraits des archives de la Bastille publiés par Ravaisson pour y voir pêle-mêle des parleurs indiscrets, des nouvellistes, des auteurs de lettres anonymes, dénoncés, arrêtés, jetés en prison, transférés parfois à Bicêtre, à propos de l’attentat de Damiens (AB, XVI et XVII). Nous savons également, par des témoignages contemporains, que la poste n’est pas sûre, et que les services de l’intendant des postes Jeannel ouvrent les lettres. Robbé, le 25 janvier, avoue à son correspondant qu’il hésite à composer franchement un « journal » de la « malheureuse affaire qui occupe à présent toute la France ».

« Au point où en sont les choses, il est difficile de le faire sans se compromettre, et quoi que vous en disiez, d’éviter toujours l’interception des lettres. J’ai la preuve qu’on en a décacheté beaucoup ; à Paris même, on est d’une circonspection sur ce chapitre, qui n’a pas d’exemple, et tout ce qu’on sait, on se le dit à l’oreille. Des gens plus hardis que moi vous mettront sans doute au fait, à Orléans même, de beaucoup de choses que je n’ose vous dire par lettre » (Lettres inédites, p. 25-26).

21Le 11 février, faisant allusion à la période indécise où Mme de Pompadour a cru avoir perdu la faveur du roi (« une personne très haut placée dans ses affections a failli perdre sa haute situation »), il n’ose raconter « les bruits qui se répandent » :

« On se redit les détails à voix basse, tant une indiscrétion divulguée pourrait causer de vengeance [...]. On n’est sûr de rien [...], les lettres sont plus surveillées que jamais. J’en ai assez dit sur ce sujet [...] pour que vous ayez compris que l’attentat a manqué avoir à la Cour des résultats très singuliers dont le récit est malheureusement trop dangereux à vous faire dans une lettre » (p. 35-37).

22Les mémorialistes affirment tous, d’ailleurs, qu’une des causes de la disgrâce de d’Argenson fut le conflit qui l’opposa à Mme de Pompadour sur l’opportunité de montrer au roi le contenu des lettres les plus hostiles à sa personne.

  • 10 Les gazettes signalent la condamnation par le Parlement, le 29 janvier, des Objets des représentat (...)

23Les poursuites, sur lesquelles nous possédons de nombreux témoignages, révèlent une situation politique très confuse : le pouvoir doit lutter sur tous les fronts, contre les jansénistes et les parlementaires dissidents, mais aussi contre l’agitation du clergé favorable à l’archevêque, en exil à Conflans. Au début de 1757, il sent la nécessité d’agir vigoureusement, comme le prouve une lettre de Malesherbes, directeur de la librairie, au comte de Noailles, datée de janvier, où il rappelle « les abus qui se commettent tous les jours depuis quelques années en matière de librairie », et ajoute, faisant allusion à l’attentat : « il n’est pas surprenant qu’une circonstance telle que celle cy ait fait faire à cet égard des réflexions sérieuses. Il y a eu des conférences chez M. le Chancelier à ce sujet entre Monsieur le lieutenant de police et moy, dans lesquelles on est convenu des mesures à prendre pour empescher au moins le débit public des livres prohibés dans Paris » (P. Grosclaude, Malesherbes et son temps, p. 21). Selon la GC, « le ministère [a] donné des ordres très rigoureux pour empêcher l’impression de tout ce qui concerne les affaires présentes » (04/02). Un grand nombre d’« arrêts », « arrêtés », « objets des remontrances » des démissionnaires ou des parlements de province qui réclament l’abolition des décisions du lit de justice du 10 décembre 1756 apparaissent donc dans les rapports de police, les comptes rendus de perquisitions, ou sont condamnés au feu par la Grand Chambre restante10. La politique du silence, imposée aux gazettes officielles, tente d’étouffer ou de faire ignorer les activités des démissionnaires, et les difficiles négociations qui se poursuivent entre l’autorité royale et le parlement.

24Elle tente également de jeter un voile sur tout ce qui concerne la personne de Damiens et le déroulement de son procès. Selon une lettre d’Hémery à Berryer du 5 février, « plusieurs soldats aux grades qui s’attroupaient pour crier et vendre, dans les rues de Paris, des imprimés défendus [...] ont eu l’impudence de crier hier dans les faubourgs une relation de l’assassin du Roi » (AB, XVI, 450). Nous ignorons quelle est cette relation, mais il peut s’agir d’une de ces notices établies d’après les interrogatoires de sa femme, et qui circulent alors sous forme manuscrite (voir le chapitre sur Damiens). En février, on perquisitionne chez un graveur et marchand d’estampes rue Saint-Jacques, où l’on saisit le dessin d’un « portrait gravé du malheureux Damiens » (ibid., 459). Enfin la GB du 25 mars annonce qu’on a arrêté, à la mi-mars,

« une quinzaine de colporteurs qui distribuoient sous le manteau diverses Brochures et Estampes non permises : entre autres une Brochure qui a pour titre, La Pucelle d’Orléans ; des Estampes représentant la figure actuelle de Robert-François Damien tel qu’il est à la Tour de Montgommeri, une autre qui représente quatre Chats, l’un veillant, l’autre dormant, le troisième ayant une patte en l’air, et le quatrième tirant un marron du feu. M. le Lieutenant général de Police a fait arrêter à ce sujet deux personnes bien mises, et les a fait conduire à la Bastille ».

25L’estampe des chats ne laisse pas d’intriguer. S’agit-il d’une allégorie politique ? On voit en tous cas que les représentations graphiques du « meurtrier du roi » ne circulent pas librement ; nous reviendrons, dans le chapitre sur la culpabilité collective, sur le secret dont on l’entoure, avant la monstration finale du supplice.

26Au même moment, la police veille sur les activités du parti constitutionnaire, qui réimprime clandestinement et diffuse le mandement incendiaire du 19 septembre 1756 et les instructions pastorales de Christophe de Beaumont ou de l’évêque de Troyes. La presse hollandaise (GA, 25/02) et, naturellement, les NE (27/03, p. 56 ; 17/04, p. 65) annoncent la descente de police dans l’imprimerie d’Arcueil, puis au dépôt de livres situé au Louvre, chez l’abbé de Saint-Cyr, découverte qui se fit, d’après le récit alerte de Robbé (Lettres, 5 mars, p. 68-69) par un pur hasard. « Il en a été beaucoup parlé dans le public (GU, 01/03) ; « cette affaire intrigue bien du monde » (GB, 01/03). La Grand Chambre décrète de prise de corps les imprimeurs et ouvriers de cette « imprimerie de l’archevêque de Paris » (GA, 11/03). « On soupçonne que ce déluge de pièces, qui ont roulé dans les affaires du tems pour le pour et le contre, ont émané de cette sombre tannière » (GC, 01/03). Un peu plus tard un nouvel entrepôt est découvert à Gentilly, près d’Arcueil, « dans lequel on assure qu’entre divers Mandemens, il s’est trouvé aussi d’horribles placards, dont quelques-uns ont paru déjà affichez en quelques endroits » (GU, 11/03). Au mois d’août on découvrira encore dans les caves du petit séminaire de Chartres une imprimerie d’où sortaient des « libelles diffamatoires contre le Gouvernement et le Parlement » (GB, 02/09 ; voir NE, 20/11, p. 191). Le bruit court que s’y trouvait aussi une Vie de Damiens, que les jansénistes supposent être l’Histoire de Robert-François Damiens, publiée à Amsterdam, et qu’ils attribuent aux jésuites (NE, 06/11, p. 184b).

27Ces épisodes d’une lutte confuse et incessante montrent dans quelle atmosphère d’activité clandestine intense se développe l’affaire Damiens. Les recherches de la police se multiplient lorsque commencent à paraître les pamphlets de Grosley : ils constituent en effet un défi majeur et éclatant à la loi du silence, ils élèvent les soupçons les plus graves sur la conduite du gouvernement et de la Grand Chambre. Dans les nouvelles de Paris du 18 mars, la GB annonce l’arrestation de dix-huit imprimeurs (22/03), parmi lesquels il faut compter la quinzaine de colporteurs évoqués plus haut (25/03). Il s’agit de deux descentes de police opérées par le commissaire Rochebrune et d’Hemery, et dont le procès-verbal figure dans la collection Anisson-Duperron (BN 22093, pièces 145 et 152 ; voir aussi AB, XVI, 466-469). La première eut lieu le 8 mars rue de Seine, chez Champclos, Hébert et Grandpierre, la seconde le 10 mars chez Muzier, libraire quai des Augustins. Les saisies font apparaître un parfait éclectisme : tout est bon, pourvu qu’il soit interdit, aux travailleurs clandestins. La Pucelle (fol. 435 v°) voisine avec l’instruction pastorale de l’archevêque de Paris et une brochure contre les Hospitalières, à qui on venait de refuser les cendres (fol. 456, 467). Mais les pièces parlementaires l’emportent largement en nombre : Arrêtés et objets de remontrances du Parlement de Rouen du mercredi 9 février 1757 (fol. 435, 466 v°), Objets des représentations déjà cités plus haut, Lettres du Parlement de Bordeaux au Roy au sujet d’un attentat commis sur la personne sacrée de Sa Majesté, Représentations faittes au Roy par ceux de Messieurs de Grand Chambre qui n’ont pas donné leur démission (fol. 466 v°) ; enfin les textes qui ont trait plus étroitement à l’attentat et à ses suites politiques : les Vers sur les affaires présentes (fol. 434 v°), la Lettre à un amy de Province (qui contient un récit de l’attentat de Ravaillac) et les Réflexions sur l’attentat, par Grosley, dont sept exemplaires se trouvent chez Muzier (fol. 467).

28Les pamphlets vont faire l’objet, à partir du mois de mars, des poursuites les plus actives et les plus vaines. Après leur condamnation solennelle par le Parlement le 30 mars, l’ordre subséquent donné par Joly de Fleury à Berryer de faire toutes les recherches nécessaires (AB, XVI, 481), l’enquête semble piétiner jusqu’au moment où, en juillet, Saint-Florentin reçoit de Christophe de Beaumont un mémoire au sujet des « mauvais livres » qui s’impriment et se distribuent à Troyes :

« Une personne digne de foi mande de Troyes qu’ayant reconnu au mois de mars dernier les caractères de l’imprimerie de la veuve Michelin, dans une brochure intitulée : Reflexions sur l’Attentat, qui se répandit alors à Troyes, elle envoya chercher Gobelet qui conduit l’imprimerie de la veuve Michelin, qu’elle lui fit de grands reproches d’avoir prêté son ministère à un pareil ouvrage, que Gobelet lui répondit qu’il l’avait en effet imprimé chez la veuve Michelin, mais qu’il ne l’avait pas lu auparavant ».

  • 11 « Les jésuites plus adroits et plus malins que moi, avoient dans l’imprimerie un espion qui leur a (...)

29Il ajoute qu’il y a été forcé par les officiers du bailliage de Troyes, animés contre le clergé, qu’il a imprimé quinze jours après la Lettre d’un patriote, et que la veuve Michelin est protégée par le bailliage qui exerce la police (Saint-Florentin à Berryer, 11 juillet, AB, XVI, 499-500). L’archevêque de Paris était fort bien renseigné : « la personne digne de foi » est cet « espion des jésuites » dont parle Grosley dans sa Vie, et qui lui avait déjà joué un mauvais tour lorsque parut clandestinement son Supplément aux Mémoires de Camusat sur l’histoire ecclésiastique de Troyes, en 175011.

30Pour des raisons qui tiennent probablement à la difficulté d’enquêter à Troyes, ville truffée de jansénistes protégés par la police locale, cette dénonciation de Christophe de Beaumont ne donne lieu à une suite effective qu’en 1758. Suspectant la veuve Michelin d’avoir imprimé un nouveau pamphlet interdit, la Requête du peuple parisien, d’Hémery croit le moment bien choisi pour la prendre sur le fait :

« Comme c’est l’imprimerie la plus dangereuse du royaume, qu’on n’a pu jusqu’à présent prendre en flagrant délit, je pense [...] qu’il sera essentiel de profiter de l’occasion pour aller tout de suite à Troyes faire une exacte perquisition chez la veuve Michelin, où on pourrait fort bien trouver la preuve de ce qu’on désire depuis si longtemps, et par là couper racine à quantité de libelles et d’infâmies qu’on imprime facilement en province pour en infecter tout Paris » (30 mai 1758, AB, XVII, 21).
(8 juin 1758, AB, XVII, 22-24)

31On y apprend que le dépôt principal des livres prohibés se trouve chez Grillard, contrôleur de la douane de la ville (la Lettre d’un patriote y serait, mais d’Hémery n’a pu y aller voir), qu’il est fort difficile de garder le secret à Troyes, « où tout le Bailliage soutient ces sortes d’imprimeurs suspects ». Gobelet, arrêté, est considéré par l’inspecteur de police comme « l’homme du monde le plus dangereux, puisqu’il a imprimé chez la veuve Michelin les libelles les plus forts qui ont paru sur l’affaire du Roi » (p. 24). Mais, contre la veuve Michelin et lui on n’obtiendra aucune conviction ; il promet de ne plus jamais imprimer aucun ouvrage sans permission, et Bertin conclura qu’il est juste de « les mettre en liberté du chateau de la Bastille, d’autant que leur plus longue détention pourrait leur faire beaucoup de tort » (à Saint-Florentin, 10 juin, AB, XVII, 25) ; ils sont libérés le 16 juillet.

32Terminons cet épisode sur une anecdote assez savoureuse, que nous livre Grosley dans son autobiographie :

« Gobelet et sa femme, arrêtés et enlevés, furent coffrés à la Bastille, sans communication entre eux excepté dans les espèces de confrontations qui suivirent les interrogatoires séparés. M. Pasquier, rapporteur du procès de Damiens, qui lui a valu une pension de dix mille francs, y avoit lié l’affaire de Gobelet qui, ainsi que sa femme, le laissoit sans lumières sur l’auteur du patriote, quoique, pour s’en procurer, il déployât toutes les ressources de son génie et de ses poûmons. Enfin, à une des confrontations après avoir conjuré et adjuré la Gobelet, il tira de la manche de sa robe un Crucifix et, le lui présentant d’un air et d’un ton fanatique, il la somma de révéler enfin le patriote. La femme mollissoit, lorsque son mari, Dauphinois et madré, faisant du Crucifix une affaire d’honneur, demanda à l’interrogant fanatique, pour qui il prend sa femme ; que l’on ne présente le Crucifix qu’aux gens que l’on mène au gibet, et qu’il les veut déshonorer en se déshonorant lui-même. Cette pantalonade du libraire désorienta le pantalon robin qui rengaina et abandonna un incident qui lui étoit personnel » (éd. citée, supplément ms, p. 42-43).

Les sujets interdits

33On voit à quelles difficultés, à quelles complicités locales et partisanes se heurtait la recherche des livres prohibés, au sein de quels conflits idéologiques elle se déroulait. L’affaire Damiens n’apparaît ici que comme un des moments de la guerre intérieure que se livrent les diverses factions du parlement, les jésuites et les jansénistes, le gouvernement et toutes les oppositions. Dans l’effervescence des discours « affreux » ou « séditieux », l’appareil de prohibition et de répression du pouvoir paraît peu efficace, et surtout paraissent illusoires les vœux officiels d’oubli, de réduction de l’attentat à la seule violence absurde d’un individu, qu’exprime si bien le réquisitoire de Joly de Fleury du 30 mars contre les libelles de Grosley. L’attentat se trouve au contraire absorbé dans le tourbillon des questions les plus brûlantes qui agitent le royaume : il y sert d’enjeu aux partis en présence, il mobilise et donne une nouvelle impulsion aux pièces de l’échiquier politique, il libère les hantises, les soupçons de l’opinion dans sa profondeur. Les sujets interdits, sur lesquels la censure tente d’imposer silence, sont donc ceux qui donnent à l’attentat une signification politique, et qui tentent de pénétrer les ressorts secrets du gouvernement.

  • 12 C’est ce que fait Orner Joly de Fleury lorsqu’il rédige le « Projet de Conclusions définitives » d (...)

34Le personnage même de Damiens, nous l’avons vu, est l’objet d’une censure. Mais on interdit également les références aux régicides qui l’ont précédé, en particulier à Ravaillac. Le ms 2075 de la collection Joly de Fleury contient deux feuilles non datées sur lesquelles on lit : « Deffenses faites par M. le P. Président [Maupeou] et moy à girard d’imprimer les Arrêts de Chatel et Ravaillac. M. Berryer a fait faire de pareilles deffenses à tous les Imprimeurs ». « Monsieur, j’apprends que Girard imprime les Arrests de Jean Chatel et Ravaillac que j’ai empêché Simon d’imprimer, c’est de quoy échaufer les esprits, je ne connois pas Girard, je m’en rapporte à vous » (fol. 74-75). Dans les nouvelles de Paris du 30 janvier, la GC confirme cette interdiction (04/02), et la même gazette lors de la première nouvelle de l’attentat remarquait qu’il suffisait de « remonter cent et quarante-sept ans dans nos Annales, et on trouvera comment on doit former le procès et faire exécuter l’Autheur d’un forfait qui va souiller l’Histoire de nôtre siècle » (14/01)12. La première réaction de beaucoup de contemporains avait été l’horreur de voir revenir le temps du fanatisme. Mais un tel propos, qui pouvait faire de l’acte de Damiens une aberration et un anachronisme, devenait dangereux lorsqu’il situait cet acte dans une série, qui supposait une récurrence, et surtout lorsqu’il rappelait trop précisément les circonstances de l’assassinat d’Henri IV, les soupçons qui avaient pesé sur les jésuites, les irrégularités d’un procès dont les pièces étaient illisibles : Grosley y revient fréquemment dans les Réflexions et les pamphlets suivants (Iniquités découvertes, p. 18, 20, 24, 50, 63, 87-91), il invite à relire Mezerai, le Mercure français, les Mémoires de Condé, tous textes qui prouvent selon lui que Ravaillac fut l’instrument d’une formidable conjuration jésuitique (p. 46). Un tel conseil vise à établir une identité ou une conformité dans le temps, il dénonce la permanence d’une menace entretenue par une « doctrine détestable ». C’est pourquoi la police recherche la Lettre à un ami de province, simple récit de l’assassinat d’Henri IV, suivi du texte de l’arrêt qui condamne Ravaillac. L’auteur insiste sur la similitude des situations, sur les « inductions » auxquelles a donné lieu le récit de Mezeray (p. 24). Le poème des Erreurs blâme l’indulgence d’Henri IV envers les prêtres fanatiques (p. 8) :

« Vous n’en futes pas moins victime de leur rage.
Le Ciel, pour nous punir, laissa gronder l’orage,
Et celui qui cent fois avoit bravé la mort,
Par un lâche assassin vit terminer son sort.
Mais c’en est déjà trop ; il est tems de me taire.
Respectons le Héros qu’a célébré V[oltaire]. »

35Voilà ce qui peut « échauffer les esprits ». Sans doute toute l’instruction du procès avait pour but de découvrir les « complices, fauteurs et adhérans » de l’assassin, selon les termes des lettres patentes d’attribution à la Grand Chambre (PO, p. 119b). Mais, en attendant une découverte qui ne devait incomber qu’aux juges, parler des complices, les désigner trop explicitement, relevait d’une passion partisane que le pouvoir voulait réprimer. Nous verrons plus loin, dans le chapitre sur la « doctrine meurtrière » des jésuites, le petit scandale que provoqua, au début du mois d’avril, le mandement de l’évêque de Soissons, Fitz-James. Rabaut, dans sa lettre pastorale, évoque aussi des complicités, et oppose à ce qu’il appelle une « doctrine diabolique » la fidélité inébranlable des protestants à la royauté et aux Bourbons (p. 6-7). Inversement, Christophe de Beaumont laisse entendre dans son mandement que l’origine du crime doit être cherchée dans la révolte parlementaire et janséniste : « une multitude de principes qui portent à la désobéissance, à la rébellion même contre le souverain et contre ses lois [...], un attentat commis par trahison, de dessein prémédité » (p. 10-13). Barbier, qui cite et souligne, commente : « toutes ces phrases ne sont pas équivoques ; elles reprochent tous ces principes d’indépendance répandus dans tous les écrits imprimés furtivement et vendus dans Paris depuis cinq ou six ans, la désobéissance réitérée aux ordres du Roi. Les termes : commis par trahison, semblent annoncer un complot. Il est à présumer que ceci a été fait par ordre du ministère [...]. Comment les jansénistes trouveront-ils ce mandement... » (IV, 491-492) ?

36Les partis opposés se renvoient ainsi l’accusation d’avoir préparé le complot et inspiré l’assassin. Ce que le discours officiel suggère par allusions, le discours clandestin le développe et le répète avec violence. Au « fanatisme » du clergé, de l’archevêque et de ceux qui les soutiennent on oppose la fidélité des parlementaires exilés, dont l’Histoire gardera les noms. Les Vers sur les affaires présentes apostrophent l’« odieux d’Argenson » (p. 4), Christophe de Beaumont, « Prélat fanatique » (p. 5) et la « détestable Société » (p. 6) :

« Le meilleur de nos Rois a tombé sous tes coups :
Sujette rebelle à tes Princes
Qui sçait, si nos tristes Provinces
N’ont point tremblé de ton courroux ?
Infâmes successeurs d’Ignace,
Vils flatteurs, cruels ennemis,
Dieu, pour nous expliquer sa grâce,
Ici bas vous a-t-il commis ?
Auteurs du schisme qui nous mine [...] »

37On conjure Maupeou de faire la lumière et de se méfier des jésuites (p. 8) :

« Maupeou, fais ton devoir, fais observer nos loix,
Merite notre amour en servant la Patrie,
Défends-nous, défends-toi d’une secte ennemie ».

  • 13 Dans une Epître à la Nation publiée à Nancy, et qui n’a rien de subversif, l’abbé Porquet, après a (...)

38Le « schisme » : c’est le mot dont se servent constamment les jansénistes pour désigner l’erreur et la conduite de leurs ennemis constitutionnaires. A la fin de son mandement, Fitz-James demande à Dieu « qu’il n’y ait point de schisme ni de divisions parmi nous » (p. 21)13. Les Vers sur l’attentat y voient la source de tous les régicides :

« Funeste enthousiasme, odieux Fanatisme,
Trop monstrueux enfant de l’erreur et du Schisme,
Avide d’attenter sur les jours de nos Rois,
Tu trouves encore accès dans le cœur d’un François
Le sang des deux Henry, si cher à la Patrie,
N’a donc pu, monstre affreux, assouvir ta furie ;
Tu poursuis les Bourbons : ton bras cruel armé
Frappe aujourd’hui Louis, Louis le Bien aimé ».

39De ton plus philosophique, le poème des Erreurs est une longue et vigoureuse diatribe contre la « fureur dogmatique », l’« ambition » qui inspirent aux « moines » et aux « prêtres » l’esprit de tyrannie, les font entrer dans le « conseil des Rois » et enfin attenter à leur vie. Les jésuites

« Concile ultramontain que l’ambition guide » (p. 9)

40sacrifient Henri IV à leur rage, obtiennent de Louix XIV la désastreuse révocation de l’Edit de Nantes (p. 11-12), et frappent encore un roi adoré de ses sujets (p. 13) :

« Funestes artisans des maux de ma patrie
Rien ne peut assouvir votre ardente furie, [...]
Dieu vous a-t-il créés pour dépeupler la Terre » ?

41Que le roi chasse enfin les ennemis de la patrie :

« Et toi, Roi bien aimé, Roi, si digne de l’être,
Toi, que par notre choix nous eussions eu pour maître,
Sois touché de nos pleurs, prens soin de notre sort ;
Et chasse loin de toi les traîtres et la mort » (p. 16).

42Nous publions en appendice les textes manuscrits, anagrammes, épitaphe de Damiens, anecdotes imaginaires de l’instruction du procès..., qui sont autant de pointes satiriques contre les grands accusés du complot. Escobar et Loyola se profilent dans le nom ou dans l’entourage infernal de Damiens. On découvre qu’un autre Damiens, également natif d’Arras, tenta d’assassiner le cardinal de Noailles, à l’instigation des jésuites (en 1715 ou 1724 selon les textes). Une chanson datée de mars « sur l’air sans devant derrière etc. sur les affaires du tems » déplore le triste état où les conflits intérieurs, la bonté même du roi, mettent le royaume, état qui ne profite qu’aux jésuites (BN, f. fr. 10479, fol. 557) :

« Les Jésuites ambitieux
Qui portent le trouble et le feu,
Cette cohorte d’une ame altière,
Met tout sans devant derrière,
Et voudroit régner sur nous
Sans devant derrière et sans dessus dessous ».

43Contre une si puissante conjuration, il n’existe qu’un recours, le Parlement, pourvu que le roi accepte de le soutenir. Les Vers sur l’attentat exaltent le zèle des démissionnaires, prêts à reprendre leurs fonctions pour défendre le roi. L’auteur apostrophe le « Fanatisme » :

« Au moment que Thémis dépose sa Balance,
Ton audace s’élève ; attends ; ton impudence
Va recevoir le prix qu’on réserve aux forfaits ;
Tous ses suppôts épars courent à son Palais.
A ton propre flambeau leur zèle se ranime ;
Brûlant de te proscrire et de punir le crime,
Ils vont, en suppliant, demander d’être admis
A ces nobles emplois dont ils s’étoient démis.
A ces traits généreux qui peut les méconnoître ?
Ils s’étoient immolés, et tu les fais renaître.
Au seul bruit du danger qui menace tes jours,
Louis, ces Magistrats volent à ton secours ;
Et tu les punissois, les traitois de rebelles ;
Trouve-t-on tant d’amour dans des cœurs infidèles ?
Livre leur l’Assassin »... (p. 2)

44Ces vers sont un commentaire des lettres du Président Dubois, qui firent sensation, et dont nous avons parlé dans le chapitre sur le procès. Les Vers sur les affaires présentes, postérieurs aux lettres patentes et à l’exil des seize, mettent la confiance du public dans l’action de la Grand Chambre ; l’auteur apostrophe les jésuites (p. 7) :

  • 14 Voir également les Vers adressés au Parlement de Paris, ms Mazarine 2853, fol. 83.

« Vous vous trompez, troupe cruelle,
Notre Sénat toujours fidèle
Sçaura nous servir d’appui ;
Il sait ce qu’il nous doit ; nous espérons en lui »14.

45Mais le « sénat » est persécuté, méprisé, dégradé. Il faut oser parler au roi, lui révéler la vérité, qui est bannie de la cour (c’est le langage des remontrances parlementaires de l’époque, qui déplorent les « surprises » dont est victime le roi). L’appel final à Dieu livre la conclusion pessimiste et sans illusion de ce bilan des « affaires présentes » (p. 8).

46Comme Damiens écartelé, le Parlement voit ses membres dispersés, dans le quatrain latin que nous publions en appendice :

«restat inane caput, caetera truncus iners».

47Mais en outre le soupçon contre cette Grand Chambre-croupion, contre la conduite du procès, qui s’exprime à mots couverts dans la GA, apparaît nettement dans les Bruits du siècle, ou clameur d’un Patriote, qui commencent à circuler au début de mars (Collé, II, 80), et qui dressent de l’état du gouvernement un tableau des plus sombres : au fanatisme du clergé répond la trahison du Parlement ; la cour, les fermiers généraux, les « beaux esprits » ont aussi leur part dans le désastre général (voir le texte en appendice).

48Les textes que nous venons de citer restent fragmentaires. Damiens y sert de prétexte à des pointes satiriques ou à des déclamations qu’on retrouverait, sous des formes variées, dans tous les épisodes des luttes religieuses du XVIIIe siècle. Les pamphlets de Grosley, en revanche, n’ont fait tant de bruit et n’ont suscité si vivement l’inquiétude du pouvoir, que parce qu’ils donnaient à cette campagne anti-jésuitique une ampleur, une cohérence exceptionnelle. Chez Grosley, l’horreur du jésuite est une passion qui s’accompagne de phénomènes organiques violents. La nouvelle de l’attentat provoque en lui une de ces crises :

  • 15 Vie, BM Troyes RR 330, Additions mss., no 97, p. 41 ; même texte dans BN, n. a. fr. 804, fol. 59. (...)

« L’assassinat de Louis XV par Damiens fait dans ma vie une époque mémorable à bien des titres. Je soupois gaiement chez les frères Dufour le jour du courrier chargé de cette triste nouvelle. Il n’étoit point arrivé à onze heures, comme à l’ordinaire. L’après dîner et la soirée s’étoient passés sans qu’il eût paru. Comme nous quittions la table, vers les six heures du soir, arrive une lettre de M. Bonnet à son ami Rosières qui l’ouvre avec empressement et dit : mon cher ami, le roi vient d’être assassiné. J’étois alors dans une crise menstruelle confluente d’hemoroïdes, je passe dans la cour, au mot d’assassinat, sans attendre la lecture du reste de la lettre, et je rends mon souper, au milieu d’une violente hémoragie de la bouche et du nez. J’aurais parié ma tête que nos bons amis les Jésuites avoient eu part à cette importante affaire dont leur destruction a découvert le nœud par des moyens lents et efficaces qui ont assuré en même tems la vengeance et le secret de l’Etat »15.

  • 16 Sainte-Beuve lui consacre quelques jolies pages, « De l’esprit de malice au bon vieux temps. La Mo (...)

49Des témoignages de ce genre font comprendre ce qu’on investissait d’affectivité dans les luttes religieuses. On pense à la crise annuelle de Voltaire au moment de la Saint-Barthélémy, mais il faudrait d’abord lire l’immense corpus de la production clandestine janséniste. L’inculpation du jésuite est ici immédiate et spontanée, décharge émotionnelle qui va de pair avec la décharge physique. Très attaché à sa ville, aux traditions de liberté gallicane et de fronde janséniste qui la caractérisent, Grosley, érudit et grand lecteur de Bayle, est aussi un esprit libre, caustique et facétieux. Les souvenirs de l’amitié qui le lia un moment au Père Tournemine, ses plaisanteries sur son ennemi Poncet de La Rivière, évêque de Troyes, les anecdotes sur la petite guerre religieuse qui s’y livre, forment les parties les plus savoureuses de son autobiographie, qui mériterait d’être publiée dans son intégralité et d’être mieux connue16.

50Imbu de jansénisme contestataire beaucoup plus politique que religieux, Grosley se met donc en campagne. Il suit le déroulement du procès, recueille les bruits : nous n’avons malheureusement pu retrouver le « volume petit in folio » intitulé Mélanges de Bayle (tout un programme de pensée engagée) où, dit-il, « j’ai réuni [...] tout ce qui se disoit relativement à Damiens et j’ai prévenu la table raisonnée de son procès, et qui ne paraissoient tirés en ligne que pour mémoire » (Vie, éd. citée, p. 42). Nul doute que ces « faits » ne soient ceux que Grosley allègue dans ses pamphlets, qui paraissent au mois de mars et qui forment un ensemble impressionnant par sa vigueur de raisonnement et son style même. Les gazettes de Hollande présentent le premier comme des « réflexions très solides sur l’attentat » (GA, GU, 29/03) et les NE louent en outre les « beautés de la forme » (03/04, p. 57a) ; c’est, écrit Robbé dans une lettre du 19 mars, « la plus sanglante satire faite contre les Pères » (Lettres, p. 75) mais « un bouquet de roses présenté à la société » à côté du second, la Lettre d’un patriote, qui donne des preuves sans réplique « de cet exécrable complot jésuitique » (22 mars, ibid., p. 81).

51Ces pamphlets révèlent et renforcent à la fois l’inquiétude publique, ils rassemblent en un faisceau d’indices concordants les bruits qui courent, et dont nous avons évoqué certains d’après les gazettes, dans le chapitre sur le procès. L’argumentation repose sur des « préjugés » et sur des « soupçons » : préjugés puissants contre les jésuites que leurs principes sur le régicide, que la nature particulière de leur société, corps autonome, que les précédents de Châtel et de Ravaillac, et même que la voix populaire qui les accuse : vox populi, vox Dei (p. 10-12, 46-49) ; les arrestations (demeurées très secrètes) de jésuites, l’éducation de Damiens auprès d’eux, la protection dont ils l’ont toujours entouré, le « formidable parti » qui règne sur Arras, « Genève des Jésuites », où il se serait confessé et aurait communié de leurs mains avant l’attentat, voilà ce qui suscite les soupçons (p. 23, 49-55, 71-73, 93-96). Mais Grosley raisonne surtout par vraisemblances : Damiens, simple valet, ne peut avoir par lui-même de mobile politique, il n’est qu’un instrument (nous y reviendrons) ; seuls les jésuites, assez puissants, ou se croyant assez puissants pour échapper aux recherches, peuvent avoir formé un pareil complot (p. 44-45) ; le moment même de l’attentat, si critique pour le Parlement, et que ses partisans, par simple prudence, ne pouvaient pas choisir ; inversement, leurs ennemis devaient alors tenter le grand coup pour les compromettre et les anéantir (p. 7, 14, 22) ; la personnalité de Damiens enfin, voleur et scélérat, propre à écarter toute idée de mobiles « fanatiques », alors que l’exemple de Châtel montre comment on peut inspirer à un « coquin » le « faux zèle de religion » (p. 23-24). Toutes les circonstances de l’attentat doivent donc être interprétées en inversant les apparences, toutes se retournent et pointent vers les vrais et secrets moteurs. Damiens affirme détester les jésuites : mensonge, et nouveau « préjugé » contre eux (p. 54-58). Il passe pour un « fou » et un « fanatique » : sa lucidité, et sa ruse prouvent au contraire que des maîtres l’ont formé de longue main (p. 83-84, 95-96).

52L’affaire, due uniquement à l’esprit de domination et de schisme du clergé constitutionnaire, à la « cabale » menée par l’archevêque de Paris (p. 5, 8, 27-31, 49, 145), se situe donc en plein cœur de la « commotion » présente des luttes religieuses et parlementaires. Au moment où elle éclate, les opposants à la Bulle restaient tranquilles et fidèles, la « fermentation » générale des Parlements « ne portait aucun caractère de révolte » (p. 2-7). Tout indique de quel côté vient le complot.

53Si on ne le découvre pas, c’est qu’on ferme volontairement les yeux. Grosley dénonce sans cesse un « concert », un « système » de « tout étouffer », un « plan de tout ensevelir » (p. 36, 58, 129-130...). C’est un « bruit tout public à Paris » qu’on a recommandé aux « gens du Roi », c’est-à-dire au ministère public, de soustraire les vrais coupables aux recherches (p. 59-60). Deux procédures parallèles se poursuivent, l’une au grand jour, l’autre occulte (p. 73, 132-133). On veut isoler Damiens, réduire toute l’affaire à son seul supplice (p. 75, 120). Ce plan, conforme aux habitudes de mystère du gouvernement, doit faire soupçonner encore les jésuites, et disculper le Parlement (p. 16).

54Grosley met donc en cause, lui aussi, la Grand Chambre, la personnalité des rapporteurs Pasquier et Severt, dont on connaît les liaisons intimes avec les auteurs du forfait. La Grand Chambre, privée de ce qu’elle a de « Conseillers plus intègres, plus éclairés, plus zélés pour le Roi et pour la Patrie », s’est rendue suspecte d’infidélité (p. 35-36). Les Parisiens ne vont plus au Palais que pour « y marquer leur mépris et leur indignation au résidu qui osoit y siéger, tromper le Prince par une apparence de fonctions, et par là-même perpétuer nos maux » (p. 30). Quant à l’instruction même du procès, elle laisse apparaître des négligences graves, qui autorisent toutes les présomptions de trahison. Pourquoi a-t-on refusé l’offre des Enquêtes et des Requêtes de reprendre leurs emplois (Grosley fait à cette occasion un tableau pathétique de leurs réactions, de leur zèle, et loue les lettres du Président Dubois, p. 31-35) ? Pourquoi a-t-on refusé de faire la lumière sur une multitude de faits troublants (p. 37-43, 71-74), de nommer les jésuites dans la procédure, de questionner Damiens sur ses rapports avec eux (p. 56), de faire des informations à Arras, celles de Croÿ ne présentant aucune validité judiciaire (p. 57, 95-106), de lire en séance le texte complet de ces dernières (p. 57-58), de décréter Belot, qui a inspiré à Damiens sa lettre au roi (p. 73-74), de lire le registre des propos tenus par Damiens dans sa prison (p. 76, 119), de se servir de la question avignonnaise qui pouvait par sa rigueur arracher enfin son secret au coupable, alors qu’on le ménage et qu’on ne lui imposera qu’une seule torture (p. 76, 122-128) ?

55On le voit, les insinuations, les questions, les conjectures répandues dans le public, dont les gazettes hollandaises font parfois état, et dispersées dans les pièces clandestines que nous venons d’étudier, sont ici réunies en un corps structuré, complet et redoutable. Cette contre-attaque magistrale vise à écarter un péril que ce qu’on pouvait savoir de l’instruction, et la lettre dictée à Belot, faisaient peser sur la fraction démissionnaire du Parlement. Il s’agit de prouver que Damiens n’a pas eu la tête « échauffée » par les propos des parlementaires les plus engagés dans l’opposition, que ses déclarations d’« ardent Parlementaire » prouvent au contraire que les jésuites le manipulent (p. 7, 58, 65). Il s’agit enfin de discréditer les membres non démissionnaires de la Grand Chambre, et les rapporteurs du procès. La fin des Iniquités découvertes (p. 192) présente comme une vengeance de leur part la condamnation solennelle des pamphlets du 30 mars.

56Barbier, qui comprend clairement le but de la manœuvre, les considère comme suspects et dangereux (VI, 497, 511). Mais peu importent les sophismes de Grosley, la fragilité de ses conjectures, et la partialité évidente de ses positions. Sans aucun doute, ces pamphlets eurent un profond retentissement. Les rééditions clandestines, et les copies manuscrites qui en furent tirées en grand nombre le prouvent. Les NE accueillent avec enthousiasme un « Ecrit qui ne peut dans les circonstances présentes, être trop lu, trop connu et trop applaudi » (20/03, p. 49a). « En faveur des Provinces » où il ne pénétrerait pas, elles en donnent un peu plus tard une longue analyse, car « il n’a point paru d’Ecrit depuis le commencement de cette année, dont le dessein et l’exécution aient autant piqué le goût du Public » (03/04, p. 57a).

57Les jésuites, soit que la réserve leur ait paru de meilleure politique, soit qu’ils aient perçu une hostilité générale de l’opinion à leur égard, ne répondirent pas. La seule réplique où leur voix semble se faire entendre, et que les jansénistes leur attribuèrent d’ailleurs (NE, 07/08, 25/09), fut l’Histoire de Robert-François Damiens, parue à Amsterdam, dont l’auteur anonyme vise les pamphlets de Grosley lorsqu’il écrit : « des écrivains entraînés par l’avarice (pour ne pas leur attribuer un motif plus criminel) saisissent les instans de l’avide curiosité du Public pour débiter des relations controuvées, accompagnées d’inductions séditieuses et propres à empoisonner les esprits [...]. Ces faux Patriotes m’ont mis la plume à la main » (p. 3-4). En des termes mesurés et enveloppés, il critique « les plaintes, peut-être trop peu ménagées », qui ont frappé l’oreille de Damiens et l’ont poussé au crime (p. 14-15), les démarches de démissionnaires qui ont « quelquefois manqué d’égards » pour le « Trône » (p. 24), la résistance des Parlements au second vingtième (p. 29-30). Il souligne ce qu’ont d’inconsistant et d’extravagant les bruits de conspiration (p. 43-44), les « conjectures téméraires » contre les jésuites, surtout à propos de l’assassinat d’Henri IV (p. 47-51). Et lorsqu’il appelle enfin de ses vœux l’union nationale des Français autour du « Père de famille », il dénonce manifestement les abus du parti parlementaire et janséniste : « L’imprudence nous avoit empêchés de prévoir jusqu’où peut aller la conséquence des murmures ; soions désormais plus circonspects à les éviter [...]. L’esprit de parti forme insensiblement des ennemis de la Patrie [...]. Le Parlement déteste ces affections inconsidérées, que lui porteront des cœurs détournés de l’objet naturel de leur affection », le souverain (p. 81-83).

  • 17 Seules les NE la mentionnent, en signalant que « les Etats Généraux l’ont si sévèrement supprimée, (...)

58Mais cette Histoire de Damiens passe à peu près inaperçue17. Grosley en revanche accrédite scandaleusement la thèse du complot politique. Les réflexions de Collé dans son Journal, après l’attentat, ne sont qu’un résumé de ses pamphlets. Il écrit déjà en partie un chapitre de ce qui deviendra l’histoire « secrète » du règne de Louis XV, à la manière de Soulavie. Il lance surtout un défi majeur à la consigne de silence et d’oubli que l’autorité tente d’imposer. Dans son réquisitoire du 30 mars, Joly de Fleury le constate avec indignation : « nous désirions que la mémoire de cet horrible attentat pérît avec le Parricide. Faut-il que du sein de l’obscurité des Ecrivains également infidèles et téméraires se chargent de le transmettre à nos descendans, sous les traits odieux que leur prêtent la passion, le mensonge et l’esprit de parti » (GA, 08/04) ?

59En refusant de faire de l’attentat un accident, une parenthèse aussitôt refermée qu’ouverte, Grosley, porte-parole d’une part sans doute importante de l’opinion, en inscrit la trace dans le tissu social et politique du temps, dans ses luttes et ses obsessions. Il le perpétue et en fait une des crises qui préparent la « destruction » prochaine des jésuites.

Le mystère politique et le roi

60Le secret le plus profond, le mieux gardé et le plus dangereux entoure le centre de la décision politique : la cour, les ministres, le roi. Les affaires parlementaires et religieuses apparaissent, dans cette perspective, comme une scène brillamment éclairée, même si les discours qui les évoquent sont sévèrement contrôlés et réprimés. On soupçonne seulement, dans l’ombre des coulisses, des acteurs connus, mais dont le pouvoir occulte est un mystère impénétrable, ou du moins qu’il faut se garder de pénétrer. On brocarde les ministres mais on ignore ou on ne dit pas quels sont les fils qui les actionnent, les raisons de leur maintien ou de leur renvoi. Le grand événement de la disgrâce de d’Argenson et de Machault, survenu le 1er février, en pleine affaire Damiens, éclate comme un coup de tonnerre. La GF en fait une rapide mention, comme d’une vicissitude parfaitement normale du ministère (05/02). Les gazettes étrangères donnent toutes le contenu, puis le texte des deux lettres de cachet (GA, 11/02, 15/02), conjecturent ou annoncent le choix des nouveaux ministres, rectifient de fausses nouvelles (on a parlé de Belle-Isle, de Bernis, GB, GU, 11/02). Mais l’on se contente de signaler quelques circonstances accessoires, et les « discours » qui se tiennent, sans préciser lesquels. « L’exil de ces deux célèbres Ministres, qui pendant tant d’années ont fait la pluie et le beau tems, donne matière à bien des discours et des conjectures, dont on ne hazardera aucune » (GC, 11/02). « La disgrâce subite des deux principaux Ministres fait la matière de tous les discours » (CA, 15/02). La GU se prétend mieux renseignée que les autres gazettes :

« Il y eut à Versailles, depuis huit jours, des mouvemens extraordinaires, qui ont fixé I attention du public, mais dont peu de personnes pénétroient le sujet. On étoit seulement informé que le Roi tenoit de fréquens Conseils dans son Cabinet ; qu’il étoit question d’une affaire importante prête à éclater, et qu’il avoit été fait, depuis peu, à S.M. des représentations qui lui avoient paru mériter son attention. Le 31 du mois dernier, au soir, il se tint encore chez S.M. une conférence particulière composée de deux Princes et de quelques-uns des Seigneurs du Conseil » (11/02).

61La même gazette cite les paroles des deux ministres à la nouvelle de leur disgrâce, y ajoute celles du roi à Paulmy, qui marquent sa bonté envers d’Argenson : « Les premières particularitez des grands événemens sont rarement rapportées de manière à n’avoir pas besoin de correctif »... (15/02).

  • 18 Bernis l’ignorait le matin même (Mémoires, p. 371) ; le maréchal de Richelieu était au courant du (...)

62En fait, tous les mémorialistes insistent sur l’extrême soudaineté de l’événement18. Les rares énoncés de presse qui s’interrogent sur la cause de ce changement ministériel se bornent à constater le mystère : « On ne pénètre pas les motifs de la disgrâce de ces deux Ministres ; il n y a pas même apparence qu’on l’apprenne jamais, car on ignore celuy de l’exil de Mrs. Chauvelin et Maurepas » (GC, 08/02 ; texte presque identique dans GB, 08/02). « C’est toujours un Mystère que la disgrâce de ces deux ministres » (GB, 11/02). Barbier, qui s’exclame : « Ceci devient plus obscur que jamais. Quels événements depuis six semaines dans l’Etat », n’espère guère percer l’énigme : « Pour la véritable cause de cet exil peu de gens sont à portée de la savoir au vrai » (VI, 466 ; voir 471-473).

63Dans les recueils de pièces d’actualité manuscrites, nous n’avons trouvé qu’une Epigramme sur la disgrâce de M. de Machault, qui roule sur la compétence du secrétaire d’Etat à la marine qu’il cumulait avec celle de garde des Sceaux (BN, f. fr. 10479, fol. 533), et des Premières Vespres de la Chandeleur. Ou paraphrase du Cantique Nunc dimittis, ironiques (fol. 549) :

« Quoi ! D’Argenson, Machault, est-ce donc aujourd’huy
Purification ? non Grand Roy, c’est la veille ;
Quoi ! ces deux Confidens du cœur et de l’oreille !
Qui sembloient de l’Estat la boussole et l’appuy !
Nunc dimittis... vous les renvoyez.
Nunc dimittis hélas ! n’est pas le seul cantique
Qu’on nous entend chanter pendant tout ce micmac.
C’est le miserere dans le moment critique,
C’est tantost Te Deum, et tantost Salvum fac. »

64Les propos pourtant ne devaient pas manquer d’aller, et les suppositions de se former. Dans une lettre du 6 juin, la correspondante parisienne d’un officier en campagne lui confie :

« On me dit hier que la véritable raison de la disgrâce de M. d’Argenson est celle-ci : ce ministre entretenait avec Madame d’Estrades un commerce de lettres, la marquise en a eu connaissance, deux de ses émissaires ont gagné le comissionnaire, lui ont dérobé une lettre dont il était porteur. M. d’Argenson disait entre autres choses, dans cette lettre : “le coup n’est pas mortel, je m’en réjouis comme ami et comme citoyen, mais la dame a ordre de déguerpir ; cette retraite faite nous n’en aurons plus qu’un à combattre (M. de Machault), après quoi nous serons les maîtres”. Cette lettre a été montrée au roi et ce qui s’en est ensuivi prouve l’impression qu’elle a faite sur lui ».
(J. Lemoine, Sous Louis le Bien-aimé, p. 38).

  • 19 Selon Choiseul, une telle lettre, « vraie ou supposée » a pu être remise au roi (Mémoires, p. 132- (...)

65D’autres versions de la lettre ont dû circuler19. Même s’il s’agit, comme c’est fort probable, d’une fiction destinée à alimenter la curiosité du public, elle atteste dans quel climat d’intrigues, d’anecdotes douteuses étaient perçus et imaginés les arrière-fonds de la politique. Le discours des mémorialistes, après coup, obéira à cette optique, et comblera ce qu’une longue faim de nouvelles secrètes attendait.

66Le mystère dont on ose le moins parler, c’est celui qui entoure Mme de Pompadour. Les gazettes, naturellement, n’en soufflent mot. Des gens instruits, comme le jésuite qui écrit de Versailles à l’abbé de Muy, docteur de Sorbonne, suivent au jour le jour, dès le moment de l’attentat, la fortune de la favorite, les bruits qui se répandent sur son départ et sur la décision finale du roi, les conjectures sur l’avenir (ms Arsenal 4510, fol. 3-19, AB, XVI, 428-434). Des signes sont interprétés : « Le Roy a accordé à M. de Soubise les entrées familières, ce qui paraît relever un peu les actions de la marquise » (9 janvier, fol. 3), ce qui nous fait comprendre l’importance, pour les initiés, de cette information, apparemment anodine, que donne la seule GC : « Le Prince de Soubise n’a pas quitté le Roi depuis l’attentat » (28/01). Le 10 janvier, tout paraît résolu : « On assure que le Roy a renvoyé deux jeunes filles que Lebel lui gardoit et qu’on appelle le petit ménage ; mais il paraît que le grand ménage est tout à fait rétabli » (fol. 9 v°, AB, XVI, 434 ; voir Luynes, XVI, 281).

67Le « grand ménage » semble n’avoir été rétabli qu’entre le 12 et le 15 (les dates varient selon les mémorialistes). Il n’est pas dans notre dessein de suivre, ne fût-ce que quelques jours, l’histoire anecdotique des rapports entre le roi et Mme de Pompadour. Mais il faut insister sur le fait qu’une des grandes questions ouvertes par l’attentat a été celle de la conduite intime du roi : allait-il persister dans les dispositions manifestées dans les premiers moments (il s’était plusieurs fois confessé, avait fait amende honorable devant la reine et sa famille), le parti des « dévots » et du dauphin allait-il l’emporter ? Le roi allait-il au contraire, et dans quels délais, revenir à sa liaison antérieure ? Bernis note : « Je trouvai la cour plus occupée de ce qui devait arriver à Madame de Pompadour que de l’accident funeste du roi » (p. 354). Le 15 encore, d’Argenson suppute « un grand changement à la cour » (IX, 386), au moment même où la crise se résout, et où tout va reprendre son train ordinaire. Robbé, dans sa correspondance, n’évoque ce dénouement à mots couverts qu’à partir du 11 février, et annonce enfin le 22 février : « Je puis vous dire aujourd’hui, avec moins de réserves et en toutes lettres, que madame de Pompadour est plus que jamais triomphante dans les bonnes grâces de sa Majesté » (Lettres, p. 59). On voit avec quelle lenteur circule la nouvelle, quelles prudences elle exige. Le même Robbé mentionne même un bruit absurde : Damiens avait conçu une passion malheureuse pour Madame de Sainte-Rheuse, dont il avait été le valet, et qui était maîtresse de Marigny, frère de la favorite ; chassé, il avait voulu perdre d’un coup le frère et la sœur (19 février, p. 51). Tout se trouve ainsi merveilleusement articulé, dans les coulisses de l’événement.

68Au delà des ministres, de la favorite, le roi, ultime instance de la décision politique, ultime référence du discours. Les pamphlets et la quasi-totalité des pièces clandestines respectent non seulement sa personne, mais l’entourent des expressions hyperboliques de l’amour et du zèle. Ils mêlent tous les thèmes du discours officiel (horreur du parricide, auto-immolation pour le roi, honte et angoisse du rachat) aux plus violentes accusations contre l’archevêque et les jésuites. Le poème des Erreurs exalte Louis XV,

« Un Roi chéri du Ciel daignoit sécher nos larmes ;
Du timide orphelin son trône étoit l’appui,
Il prenoit Dieu pour juge entre le pauvre et lui »

69rappelle pathétiquement la maladie de Metz, la joie du « tendre citoyen » qui

« Crut retrouver en lui par un destin prospère
Son parent, son ami, sa maîtresse et son père » (p. 13).

70Les poésies d’inspiration parlementaire font surtout appel au roi pour obtenir de sa bonté le retour des Enquêtes et des Requêtes, la restauration du Parlement dans sa dignité et son éclat, l’écrasement de ses ennemis. Si on osait lui parler,

« Il nous aime, il est bon ; son cœur compatissant
Sensible à notre misère,
Pour mériter le nom de Père
Nous traiteroit comme ses vrais enfans »
(Vers sur les affaires présentes, p. 7 ; voir Vers sur l’attentat, p. 1, 3).

71Quant à Grosley, il ne cesse d’affirmer hautement la fidélité des démissionnaires, et prétend, en dévoilant les auteurs du complot, en dénonçant les erreurs d’une politique de faiblesse, servir sa patrie et son roi : c’est un « patriote » qui écrit, c’est l’œuvre d’un « bon citoyen » que de lancer une « déclaration de guerre contre les auteurs du parricide ».

72La personne sacrée du roi était l’interdit par excellence et, ne fût-ce que par prudence, aucun partisan de la cause parlementaire n’aurait osé s’y attaquer. On tient au contraire à en faire un arbitre suprême. L’inculpation des jésuites, facilitée par une longue tradition historique et les accusations renouvelées d’apologie du régicide, lavait le Parlement, et en particulier ses membres les plus contestataires, du soupçon que les propos de Damiens, la lettre dictée à Belot, faisaient peser sur eux. Il se posait en seul véritable rempart de la royauté.

  • 20 Ces bruits furent sans doute à l’origine de ceux qui devaient se répandre plus tard, au moment de (...)

73Mais l’interdit n’est pas toujours également respecté, et le discours le plus clandestin ose parfois le braver, et désigner la source du mal politique dans l’entourage proche du roi ou dans sa conduite même. Nous avons déjà évoqué les « prophéties » sur Damiens, que plusieurs recueils manuscrits nous ont conservées. Ces trois « centuries » sont des faux, fabriquées à l’imitation de celles de Michel Nostradamus. Il faut faire la part, dans ces exercices assez laborieux, de la volonté de mystification et du goût du vieux style, qui reste vif au XVIIIe siècle. Mais la transcription des faits sous forme de devinette (la solution est donnée en note), alliée au mystère du vocable et au ton abrupt de la vision inspirée, n’en veut pas moins faire de l’événement un moment du destin : il paraît suffisamment expliqué s’il est prévu, annoncé. Nostradamus a connu une nouvelle fortune avec la Révolution française, comme avec toutes les grandes commotions historiques. L’attentat de Damiens crée aussi, modestement, et dans un discours ténu et marginal, sa propre prophétie. Deux de ces centuries sont assez anodines, et transcrivent simplement de manière sibylline les circonstances de l’attentat. Mais l’une d’entre elles (voir les documents publiés à la fin de ce volume) laisse entendre que le dauphin peut y avoir eu quelque part, ou en être le bénéficiaire : au moins le roi doit-il le « craindre ». Des bruits couraient alors sur les relations du dauphin et des jésuites, comme l’atteste d’Argenson : « on ne peut ôter de la tête de personne que cet attentat n’ait été suggéré, et on l’impute aux jésuites, à cause de l’ardeur qu’ils ont du règne du Dauphin qui est entièrement pour eux » (9 janv., 387-388). Le soupçon contre les jésuites prenait des proportions terrifiantes : une noire intrigue opposait le fils au père, et déchirait la famille royale20. L’insinuation est ici suffisamment scandaleuse pour que, dans plusieurs copies de cette centurie, on ait omis la note qui éclaircissait la circonlocution mythologique : « le sauveur du ménestrel antique ».

74Plus violent, plus direct, le langage des « placards affreux », dont s’effraient tant de contemporains, vise le roi lui-même. On aimerait retrouver en plus grand nombre ces textes incendiaires dont il est fait si souvent mention. Les manuscrits que nous avons consultés ne nous en ont livré que deux, dont la signification est assez claire. Un correspondant de M. Conta, à Valréas, lui écrit de Paris le 29 janvier :

« On vient de me dire dans le moment deux nouvelles qui sont d’une extrême importance si elles sont vrays. La 1. qu’un des complices de l’assassinat du roy s’est déclaré de lui-même à Paris [...]. La 2. c’est qu’on a pris sur le fait un homme qui mettoit pendant la nuit cette affiche aux rues de paris :
lit de justice a paris
lit de justice a Versailles
lit de justice a St Denis ».
(ms Avignon 3776, fol. 65).

75Une autre affiche « au sujet de l’assassinat du roy Loüys XV, mise au Louvre, 1757 », d’après le manuscrit 954 de Carpentras (p. 406), porte :

« mars sans loy, avril sans roy ».

76Le conflit parlementaire est ainsi, dans le style paratactique de l’affiche, mis en série avec l’assassinat manqué de Damiens, et la perspective d’une mort réelle du roi. La relation de cause à conséquence est seulement suggérée : un enchaînement infernal fait payer au roi ses fautes politiques, le jeu de mot (sur « lit ») ou le parallélisme assonantique (« loy »/« roy ») soulignant l’exacte rétribution du châtiment. Ces textes nous permettent de prendre de l’attentat, de son retentissement social profond, de la parole que fait jaillir l’événement, une vue toute nouvelle. L’affiche multiplie et perpétue l’image et la menace du régicide, elle donne un démenti flagrant des représentations de l’unanimité nationale, de l’amour réciproque du roi et de ses sujets, dont est saturé le discours officiel. Damiens cesse d’être le monstre isolé qu’on voudrait voir en lui : les monstres pullulent.

77Des révolutions se laissent entrevoir : ainsi dans cette « Prédiction au Roi Louis XV », non datée, mais placée dans le recueil manuscrit 954 de Carpentras parmi des pièces sur Damiens (p. 409-410) :

« Ou il n’a ni foy, ny loyauté,
ny sainteté, ny droit, ny probité,
ny justice, ny paix, ny liberté,
ne peut durer longtems la royauté ».

78Cette déclaration reste vague ; bien plus précis un commentaire sur l’attentat daté « de Paris le 10 janvier », dans la GL du 18, texte étonnant et unique en son genre :

« Tout Paris frémit encore de l’horrible scène de la veille des Rois. Personne ne s’attendoit à rien qui en approchât. On n’avoit regardé que comme un pur badinage la Préface du Testament Politique de Mandrin. Mais aujourd’hui on seroit tenté de croire qu’elle mérite plus d’attention.
Les Livres (y dit-on en parlant des Testamens Politiques, qu’on a vu paroître autrefois) de ces Hommes à administration sont toujours à pure perte pour l’Etat ; car, en parlant du Remède, ils ne pénètrent jamais jusqu’à la source du mal.
“Les Actions des Particuliers, celles des Chefs de parti, de Vagabonds, et autres, à qui la Société donne des noms odieux, sont plus décisives, parce qu’elles montrent pour ordinaire aux Souverains les endroits foibles de leur Gouvernement” ».

  • 21 Voir Ange Goudar, Testament politique de Mandrin, 1755, p. 3-14, et L. S. Gordon, « Le thème de Ma (...)

79Pourquoi y a-t-il eu tant de « cartouchiens », pourquoi Mandrin at-il « étonné toute l’Europe par ses exploits » ? Le (prétendu) correspondant de la gazette hollandaise reprend alors à son compte, sans signaler l’emprunt, les pages suivantes du Testament politique21 : le « vice » du gouvernement français qui « a irrité l’esprit du peuple », c’est le « sistème des Fermes », « maladie » qui a « attaqué le Ministère », et gangrène toute l’administration.

« Les Rois, à la vérité, ne sont responsables qu’à Dieu seul de l’administration de leurs Revenus. Cependant, comme c’est de cette partie du gouvernement que dépendent la Richesse du peuple, la puissance de la Monarchie, la surêté du Prince, et le repos des Sujets, ils ne sauroient prendre trop de précautions, pour qu’elle s’accorde avec le génie de la Nation, qui en général se trouve monté sur la Constitution première du Gouvernement.
On fait dire à Mandrin dans son Testament, que le Roïaume venoit d’essuyer une grande crise : qu’il n’avoit manqué que des circonstances, pour que la plus belle des Monarchies fût renversée [...]. On a vu ces événemens, mais comme on voit la pluye et le beau terns. On n’a point réfléchi sur leur source, ni sur ce qui pouvoit en résulter [...]. On ne voit jamais bien les grands objets, quand on les regarde de trop près ».

80Il faudrait, soit « descendre nous-mêmes vers la postérité, pour les voir, et en juger avec elle, comme elle les verra », soit remonter dans le passé, « pour les voir comme nous votons les événemens semblables qui se sont passés », « et c’est en cela que la connoissance de l’Histoire nous est nécessaire ; parce qu’elle est une règle de comparaison, qui fixe et rectifie nos idées au sujet des événemens présents ».

  • 22 Etienne Luzac était directeur de la GL ; voir son article, et celui d’Elie Luzac dans le Dictionna (...)

81Ces réflexions formulées quelques jours après l’attentat ne s’appuient sur aucun mobile connu de Damiens, qui allèguera souvent la « misère » du peuple, mais sans mettre en cause le système de la ferme. Elles correspondent à une préoccupation constante du rédacteur de la GL22. Lorsqu’il parle de Damiens même, il reproduit en général les explications courantes par la « folie » et la « chaleur » du cerveau (25/02, 10/06). Mais sa première réaction donne de l’événement une interprétation politique très claire : Damiens prend place parmi ces bandits issus du peuple, et dont Faction est un grave avertissement : ils révèlent un vice essentiel de l’administration, qui engage la responsabilité du roi, et menace la monarchie même. Leur irruption ne doit pas être prise à la légère : seul un recul dans le temps, cette lucidité politique qui s’acquiert par la connaissance de l’histoire, ou un saut imaginaire dans l’avenir, permettent de situer l’événement, de le reconnaître ou de le constituer, et d’en dégager la signification, celle d’une « crise » ou d’une « révolution ». Cette fois-ci, l’affaire Damiens n’est plus mise en relation immédiate avec le conflit parlementaire et religieux où elle éclate, et qui en occultait les véritables dimensions ; elle se situe dans le long terme d’une crise de la monarchie et de sa « constitution ».

82Le texte clandestin alerte le public, le mobilise par un supplément d’information refusé par le pouvoir, et par un supplément d’interprétation : il impose des thèmes polémiques. Sa rhétorique est fluide et diverse, il est court, incisif, énigmatique (centuries, épitaphe, épigramme), jusqu’à la formule assonantique ou au parallélisme abrégé de l’affiche. Mais il peut aussi reprendre, à ses fins propres, l’amplification émotive des thèmes de l’amour du roi, de la fidélité inébranlable, du sacrifice ; il se complaît dans l’apostrophe violente à l’ennemi ; il s’étale enfin en grandes nappes argumentatives, dans les pamphlets les plus longs et les plus travaillés. Tous les moyens stylistiques, toutes les formes d’expression (quatrain, latin ou français, chanson, énigme...) sont mis en œuvre. L’imagination travaille sur Damiens, sur son nom, lui prête des réponses dont la paradoxale sagacité répond à l’image qu’on se fait souvent de lui au cours du procès (voir en appendice l’énigme du chapeau). On forge des titres épigrammatiques dans un prétendu « catalogue de Livres nouveaux » : « Le chef d’œuvre manqué par Robert-François Damiens » voisine avec des titres où sont brocardés les ministres, et un « Nouveau sistème pour s’enrichir aux dépens des sangsües, Par Louis Mandrin. Dédié à MM. les fermiers généraux » (BN f. fr. 10479, fol. 546, daté mars 1757).

83Le texte interdit viole la loi du silence : il donne voix non seulement à l’opposition parlementaire, que la presse officielle réduit au néant politique, mais à toutes les formes de la contestation et du soupçon, et d’abord au soupçon du complot jésuitique. Nous l’avons déjà dit et nous y reviendrons : l’attentat se trouve ainsi absorbé dans une intrigue attendue, dans une tradition historique et polémique. Damiens n’est plus qu’un prétexte : mais son acte, qui le dépasse, ouvre une crise qui porte à son plus haut point d’intensité le conflit politique et religieux. Le texte interdit refuse donc les images rassurantes et euphorisantes de l’unanimité nationale, de la joie publique, de l’expiation purifiante. La justification ne peut délivrer la nation entière de la honte du régicide : Damiens jugé et puni, il reste des coupables qui s’agitent dans l’ombre, tout proches du roi peut-être. La parenthèse n’est pas fermée. La guerre intérieure, dont l’attentat n’est qu’un épisode, continue.

  • 23 L’abbé Valette écrit également dans une lettre du 5 avril : « Je doute même que nos derniers neveu (...)

84Enfin le discours clandestin, dans ses manifestations les plus profondes et les plus subversives, touche au secret politique, à la cour et au roi. Il parle de la mort du roi. Damiens, à cet égard non plus, n’est pas seul, une foule anonyme et menaçante l’entoure. L’impact de cette forme extrême de la contestation, refoulée, et dont il ne nous reste que des bribes, a sans doute été considérable. Autour du roi, la favorite, les ministres, le jeu secret du pouvoir auquel on se heurte sans pouvoir l’éclaircir. De là des bruits incontrôlés, des conjectures parfois folles. L’intrigue suspectée, mais inconnaissable, devient un élément fondamental d’une vision du présent ; l’événement s’y dilue et s’y perd. Barbier suspecte sans cesse des interventions, des « ordres » occultes. Réunissant tous les indices d’un complot, Collé conclut : « c’est ce que des mémoires particuliers éclairciront peut-être à la postérité, dans cent cinquante ou deux cents ans d’ici, c’est aussi peut-être ce qu’elle ne saura pas plus que nous » (I, 84)23. L’ignorance habituelle des ressorts du gouvernement autorise toutes les rumeurs, et on comprend que la publication du procès ne les ait pas fait taire. Nous verrons ailleurs comment les « mémoires particuliers » que Collé appelle de ses vœux répondent à une longue frustration, et ce que deviendra l’événement dans cette nouvelle histoire du siècle.

Notes

1 Voir N. Hermann-Mascard, La censure des livres à Paris à la fin de l’Ancien Régime, p. 23. Malesherbes critique l’excessive sévérité de cette déclaration dans le 4e mémoire sur la librairie.

2 Voir D. Van Kley, The Jansenists and the expulsion of the Jesuits, p. 63 : « nor can it be said that the attempted assassination significantly influenced the course of events to follow. But like a bolt of lightning in a black night, this event suddenly and brilliantly illuminated the political landscape in France ».

3 Voir Barbier, 10 janv., VI, 442, et ms Arsenal 4510, fol. 11, lettre du 7 janvier, AB, XVI, 427 : « il est certain qu’on a affiché au corps de garde, qui est au bout du Pont-Neuf, un placard séditeux, pour menacer le Roy d’un coup pareil à celui qui nous a tant alarmés, et que tout le corps de garde a été mis en prison pour sa négligence inexcusable à laisser placarder un pareil écrit à sa porte sans s’en apercevoir » ; de même fol. 24, 11 janv., AB, XVI, 436.

4 Les AB, XVII, 145, relatant la perquisition, signalent seulement « six exemplaires de deux différents placards écrits à la main, imitant le caractère imprimé ».

5 Son autobiographie le prouve : voir l’exemplaire de la Vie de M. Grosley, éd. 1787, BM Troyes, RR 330, additions manuscrites, n. 97, p. 41-42, et la n. 1, p. 158, de l’éditeur l’abbé Meydieu. Des contemporains ont attribué les pamphlets à le Paige et Tessier (coll. Anisson-Duperron, 22094, fol. 354), et D. Van Kley, dans son excellent ouvrage The Jansenists and the expulsion of the Jesuits, p. 70, frappé par la ressemblance entre les arguments avancés par Le Paige dans ses papiers (ms BPR 548-549, surtout l’Indiculus) et ceux de la Lettre d’un patriote, est tenté de considérer que Le Paige en est l’auteur. Le témoignage propre de Grosley ne laisse cependant aucun doute sur une attribution depuis longtemps acceptée (voir Barbier, Dictionnaire des anonymes). Le Paige et Grosley appartiennent d’ailleurs au même milieu social, et représentent avec une égale vigueur l’opposition parlementaire et janséniste.

6 Nous en devons la communication à R. Shackleton. Il fait partie d’un recueil factice de la Bodleienne, « Affaires d’Estat », où il suit les pamphlets de Grosley.

7 On pourrait multiplier les références. Damiens y revient encore sous la torture (PO, p. 399 b, 403) ; on entend à travers lui les propos des ecclésiastiques jansénistes dans les salles du Palais (p. 401 a), mais aussi les « mauvais discours » du docteur de Sorbonne qu’il a servi et d’un jésuite contre le Parlement (25 janv., n. 200, p. 136 b). Dans la voiture qui le ramène d’Arras à Paris, on parle encore « des affaires du tems, c’est-à-dire de la Religion » (5 janv., n. 4, p. 44 b).

8 Remarquons que ces témoins prennent soin d’afficher leur réserve et leur indifférence politique : ce sont de bons citoyens qui n’ont pas d’opinion. A Damiens La Guerinays « repliquoit de quoi il se mêloit, qu’il laissât démêler ces affaires à ceux qu’elles regardoient », il « ne sçavoit pas » ce qu’était la Bulle (p. 170). Dans la voiture d’Arras, un Jacobin présent « a dit que cela étoit dangereux, que cela pouvoit avoir de mauvaises suites » de parler des affaires du temps (p. 44 b), et Chouet ne « se soucioit pas » de la lecture de la gazette (p. 188 a).

9 Voir à ce propos Fr. Weil, « L’abbé Prévost et le “gazetin” de 1740 », Studi francesi, 1962, p. 474-486, où l’on trouvera le texte du gazetin ; J. Sgard, Prévost romancier, 1968, p. 404-405, et E. Showalter, « L’abbé Prévost et le “gazetin” de 1740 : nouveaux documents », Studi francesi, 1970, p. 257-260, qui signale l’intérêt des aveux de Gauthier dans les PO.

10 Les gazettes signalent la condamnation par le Parlement, le 29 janvier, des Objets des représentations arrêtées être faites par la Grand’Chambre au Roi, et présentées le 19 janvier 1757, avec la réponse du Roi, sur réquisitoire de Joly de Fleury, comme « imprimé sans permission, qui contenoit des objets, qui par leur nature n’étoient pas faits pour être mis sous les yeux du public » ; une balayeuse à la grande salle du Palais les distribue avec effronterie dans une boutique qu’elle y tient, avec des Arrêts du Parlement de Bretagne (lettre de d’Hémery, 26 janv., AB, XVI, 444) ; elle poursuit ses coupables activités au début de février (ibid., 450, 453).

11 « Les jésuites plus adroits et plus malins que moi, avoient dans l’imprimerie un espion qui leur avoit déjà annoncé l’ouvrage et qui les mit à portée de faire enlever une partie de l’édition qui entroit à paris, dans un bateau de foin, et de la faire passer à la Bastille. Sur la nouvelle tardive de cette découverte, j’en écrivis à M. de Malesherbes qui avoit alors le département de la librairie » ; mais l’ouvrage avoit déjà été livré au feu (Vie de M. Grosley, BM Troyes, RR 330, supplément ms d’après l’original, n. 96, p. 40). Quand parurent les Réflexions, en revanche, « l’espion que les jésuites tenoient dans cette imprimerie [de Gobelet] se trouva en défaut sur la voie par laquelle l’édition avoit été expédiée pour paris, où elle arriva plus heureusement que les suppléments de Camusat » (p. 42).
Les Mémoires pour servir de supplément aux antiquités ecclésiastiques du diocèse de Troyes par Μ. N. Camuzat contiennent le discours de F. Pithou contre les Jésuites, et la suite de la geste anti-jésuitique de la ville de Troyes jusqu’au XVIIIe siècle ; c’est un des documents curieux sur les luttes religieuses de l’époque. La page de titre porte, dans un rare exemplaire subsistant (BM Troyes, RR 161), les lettres I.N.R.I., expliquées dans la réédition qui paraît justement en 1757 sous le titre Mémoires pour servir à l'histoire des RR. PP. Jésuites (BM Troyes, RR 377), p. XXXI-XXXII : Jésuite N’aura Rien Ici. Camuzat n’est pas un pseudonyme, comme le croit par erreur Barbier : voir l’article Camusat (Nicolas) des Mémoires pour servir à l’histoire des Troyens célèbres, Œuvres inédites de P. J. Grosley, Paris, 1812-1813, I, 156-157.

12 C’est ce que fait Orner Joly de Fleury lorsqu’il rédige le « Projet de Conclusions définitives » d’après les textes des Arrêts condamnant Châtel et Ravaillac ; il établit également une « Notice de quelques livres où il est parlé » de leur procès (ms Joly de Fleury, 2070, fol. 321-355).
Les libraires hollandais ont tenté de profiter de l’occasion, puisque, selon la GU du 22/03, on trouve chez B. Gibert à La Haye et chez J. La Caze à Amsterdam les Mémoires pour servir à l’histoire de Charles IX et de Henry IV contenant [...] l’Apologie et le Procès de Jean Châtel, le Procès de Ravaillac, l’Anti-Cotton, précédé d’une dissertation historique et critique sur ce fameux ouvrage, et l’assassinat de Henry IV, en 4 parties in-4°.

13 Dans une Epître à la Nation publiée à Nancy, et qui n’a rien de subversif, l’abbé Porquet, après avoir évoqué « l’aveugle Fanatisme » qu’alimentent les « tristes querelles » de la France, appelle à la réconciliation, à l’union de l’Eglise et du Parlement (cité dans AL, I, 192-193) :
« Que le cri douloureux d’une voix citoyenne
Au bord du précipice un moment te retienne.
O vous, du Dieu vivant Ministres révérés
De ses dons immortels dispensateurs sacrés,
Et vous, fameux Sénat, aussi sage que juste,
De nos vœux, de nos loix dépositaire auguste,
De votre heureux concert notre salut dépend [...].
Pour obtenir enfin consentez à céder ;
En modifiant vos droits on peut les accorder ».

14 Voir également les Vers adressés au Parlement de Paris, ms Mazarine 2853, fol. 83.

15 Vie, BM Troyes RR 330, Additions mss., no 97, p. 41 ; même texte dans BN, n. a. fr. 804, fol. 59. Ce texte, comme tout ce qui concerne Damiens et les affaires du temps, a été prudemment censuré par l’abbé Maydieu, éditeur de la Vie imprimée.

16 Sainte-Beuve lui consacre quelques jolies pages, « De l’esprit de malice au bon vieux temps. La Monnoie, Grosley », daté oct. 1842, Tableau historique et critique de la poésie française [...] au XVIe siècle, Paris, 1843, p. 473-483.

17 Seules les NE la mentionnent, en signalant que « les Etats Généraux l’ont si sévèrement supprimée, qu’il n’est pas possible, ou qu’il est du moins très difficile actuellement d’en trouver un seul exemplaire » (07/08, p. 130 b). L’ouvrage reste très rare : nous n’en avons découvert qu’un exemplaire, au British Museum.

18 Bernis l’ignorait le matin même (Mémoires, p. 371) ; le maréchal de Richelieu était au courant du sort de Machault, non de celui de d’Argenson (Mémoires authentiques, p. 139). Voir également Luynes, XV, 394, XVI, 25, selon lequel « les gens instruits se doutaient dès la veille » que Machault serait renvoyé ; Dufort de Cheverny, I, 189 ; Croÿ est « confondu », « pétrifié » en affirmant la nouvelle : « Je cherchai qui pouvait avoir amené ces catastrophes : on disait alors que ce plan nouveau était de l’abbé de Bernis, de la Marquise et du Maréchal de Belle-Isle, qui en avait paru rêveur plusieurs jours avant » (I, 376).

19 Selon Choiseul, une telle lettre, « vraie ou supposée » a pu être remise au roi (Mémoires, p. 132-133) ; Besenval conteste ce bruit public comme peu vraisemblable (Mémoires, p. 96). D’autres versions dans Mme du Hausset, Mémoires, p. 142, et Sénac de Meilhan, Portraits et caractères, dans Le gouvernement, les mœurs et les conditions en France avant la Révolution, p. 371-372.

20 Ces bruits furent sans doute à l’origine de ceux qui devaient se répandre plus tard, au moment de la mort du dauphin : Choiseul aurait persuadé à Louis XV que son fils était le centre du parti régicide, et le roi aurait « tacitement consenti ou même ordonné l’empoisonnement de Monseigneur le Dauphin à M. le duc de Choiseul, ainsi que la destruction des Jésuites » (Soulavie, Mémoires historiques et anecdotiques, p. 203). Voir également la notice des « Manuscrits de M. de Choiseul », Mémoires de Choiseul, p. 173, n. 1.

21 Voir Ange Goudar, Testament politique de Mandrin, 1755, p. 3-14, et L. S. Gordon, « Le thème de Mandrin, le “brigand noble” dans l’histoire des idées en France avant la Révolution », Au siècle des Lumières, Paris-Moscou, 1970, p. 189-207, surtout p. 201-205.

22 Etienne Luzac était directeur de la GL ; voir son article, et celui d’Elie Luzac dans le Dictionnaire des journalistes de J. Sgard.

23 L’abbé Valette écrit également dans une lettre du 5 avril : « Je doute même que nos derniers neveux soient plus instruits que nous des particularités d’un si horrible attentat. On ne peut parler que par conjectures sur des matières aussi délicates » (ms Avignon 1266, fol. 141).

© Presses universitaires de Lyon, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540