Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Biographie & Politique

 | 
Olivier Ferret
, 
Anne-Marie Mercier-Faivre

IV. Interpréter

Buonaparte contre Napoléon : les Vies de l’Empereur comme manifestes politiques sous la Restauration

Fadi El Hage

Texte intégral

1Le 30 mars 1814, après une défense symbolisée par les combats acharnés de la barrière de Clichy, Paris voit l’entrée des troupes coalisées contre Napoléon, qui cherche encore à mener une contre-offensive pour retourner la situation en sa faveur. La chute de Paris favorise cependant les déchaînements contre l’Empereur, qui aboutissent le 2 avril à la proclamation de sa déchéance par le Sénat, puis le lendemain par le Corps législatif. Le 6, Napoléon abdique sans condition à Fontainebleau. Le même jour, le Sénat décide au nom du peuple français d’appeler « librement au trône de France Louis-Stanislas-Xavier de France, frère du dernier roi ».

  • 1 Voir Jean Tulard, Napoléon ou le Mythe du sauveur [1977], Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 1987, (...)
  • 2 Emmanuel de Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène [1823], 2 vol., Marcel Dunan (éd.), Paris, Flam (...)
  • 3 Voir Olivier Ferret, Anne-Marie Mercier-Faivre & Chantal Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privé (...)
  • 4 E. de Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène, op. cit., vol. 1, p. 177-178.

2C’est dans ce contexte de bouleversement politique que paraissent plusieurs libelles virulents contre Napoléon, au moment où il ne peut plus se défendre. On retient surtout le libelle de Chateaubriand paru le 4 avril 1814, De Buonaparte, qui n’a pas eu l’influence que lui a attribuée son auteur1. Le premier phénomène auquel on assiste est la publication d’écrits déjà parus quelques années auparavant à l’étranger, notamment en Angleterre, mais qui ont été logiquement censurés en France sous Napoléon. De fait, l’Histoire secrète du cabinet de Buonaparte, et de la cour de Saint-Cloud de Lewis Goldsmith, imprimée à Londres en 1810, ne fut diffusée à Paris qu’en 1814. Cet écrit qui, selon Las Cases, était « un poison qui portait son antidote avec lui2 », tant les anecdotes racontées étaient absurdes, servit de source aux premiers écrits biographiques consacrés à l’Empereur déchu. Cet élan éditorial se déploie jusqu’au retour de l’Aigle et reprend de plus belle après Waterloo. La Terreur blanche et l’importance des ultras encouragent ces parutions, auxquelles les bonapartistes et les libéraux ont grand mal à répliquer, du fait d’une censure qui s’avère plus sévère après l’assassinat du duc de Berry en 1820. À Sainte-Hélène, Napoléon a connaissance de certains de ces libelles, et force est de constater qu’il a parfois un certain mal à convaincre les Anglais de la fausseté de ces pseudo-biographies3, notamment celles de Charles Doris qui s’est fait passer pour quelqu’un qui l’aurait côtoyé depuis le Consulat4.

  • 5 Mémoires pour servir à l’histoire de France, sous Napoléon, écrits à Sainte-Hélène, par les générau (...)
  • 6 . E. de Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène, op. cit., vol. 2, p. 881.

3La réplique libérale se fait jour avec la parution, publique en Europe, mais clandestine (et souvent manuscrite) en France, du Manuscrit venu de Sainte-Hélène d’une manière inconnue en 1817. Son auteur, Lullin de Châteauvieux, proche de Mme de Staël et de Benjamin Constant, compose une pseudo-autobiographie de Napoléon que ce dernier lit, critique au moyen de quarante-quatre notes5 et tient à désavouer dans son testament6. Cet opuscule, interdit et saisi en France, donne le signal d’une appropriation libérale de la figure de Napoléon. Cet esprit anime au même moment Stendhal, qui ébauche en 1817 et 1818 une Vie de Napoléon, restée inédite de son vivant, et qui n’a d’ailleurs pas trouvé d’imprimeur assez téméraire pour la publier.

4La mort de Napoléon, mais surtout la parution de témoignages comme Le Mémorial de Sainte-Hélène en 1823, constituent un tournant. Une compassion pour l’Empereur se manifeste avant que le Mémorial n’impose la figure d’un Napoléon libéral et continuateur de la Révolution. La publication des Mémoires pour servir à l’histoire de France sous le règne de Napoléon par les généraux de Montholon et Gourgaud en cette même année 1823 influence également l’écriture des biographies napoléoniennes, qui se fondent sur les écrits héléniens. Ceux-ci deviennent la source principale des biographies, qui évoquent plus « Bonaparte » et « Napoléon » que « Buonaparte ».

  • 7 Cité par Gilbert Martineau, Le Retour des Cendres [1977], Paris, Tallandier, coll. « Bibliothèque n (...)

5Ces appellations antagonistes soulignent à quel point l’écriture de la vie de Napoléon constitue un enjeu politique majeur sous la Restauration. Louis XVIII en a parfaitement conscience quand il affirme maladroitement que « M. de Buonaparte a fait paraître ses Mémoires par l’entremise de son chambellan » Las Cases, et qu’il a « été bien aise de lui montrer », avec Le Voyage de Coblence, qu’il pouvait « écrire7 » les siens lui-même.

6D’un point de vue quantitatif, on recense peu de biographies de Napoléon présentées comme telles, mais le nombre des opuscules biographiques s’avère bien plus important si l’on prend en compte les libelles, inspirés ou non de Goldsmith du côté de la « légende noire », inspirés ou non du Manuscrit ou du Mémorial du côté de la « légende dorée ». Dans ces écrits, la dimension politique est plus forte qu’il n’y paraît. Les anecdotes édifiantes, élogieuses, cruelles, voire scabreuses, servent à de nombreuses reprises un discours politique, dans un contexte de lutte entre ultras et libéraux, parmi lesquels nous comptons les bonapartistes.

7La Restauration constitue le moment où la monarchie des Bourbons entend rétablir sa légitimité vis-à-vis de la Révolution et de celui que les tenants de cette dynastie considéraient comme un usurpateur. De fait, les biographies de Napoléon deviennent des manifestes de légitimité politique, révélant plusieurs discours plus ou moins explicitement enchâssés dans la narration sincère ou calomnieuse de la vie de Napoléon.

8Il nous semble, en premier lieu, que les biographies de Napoléon sont un espace de débat sur des questions de légitimité et de gloire historiques présentées comme antagonistes. De là découle plus aisément le principe d’une lutte pour défendre deux légitimités gouvernementales qui ne peuvent aucunement coexister. Cette rivalité, transposée sur le terrain biographique, met finalement le régime de la Restauration en question, participant ainsi à la contestation de sa légitimité.

DÉFENDRE SA LÉGITIMITÉ ET SA GLOIRE HISTORIQUES

9À leur retour en 1814 et en 1815, les Bourbons doivent rappeler leur légitimité politique en faisant appel à une légitimité et à une gloire historiques destinées à faire oublier leur venue en France « dans les fourgons de l’étranger » face à la figure d’un homme qui incarnait un quart de siècle de gloire militaire française.

10Les biographies mettent en évidence une opposition entre la gloire d’un homme, celle de Napoléon, et la gloire d’une dynastie, celle des rois de France. Après vingt-trois ans de guerre quasi ininterrompue, il est malaisé de rivaliser sur le même terrain, le peuple et les élites étant lassés de dix ans de guerres impériales. Il faut, pour les Bourbons et leurs partisans, rappeler que la légitimité dynastique est héréditaire et non pas acquise par des actions personnelles. La succession dynastique a été permise par Dieu, ce que suggère le principe de monarchie de droit divin, que défend la Charte dans son préambule.

  • 8 Antoine Coffinières & Mathieu de Villenave, Buonaparte peint par lui-même dans sa carrière militair (...)

11Ce thème de la bienveillance divine en faveur des Bourbons apparaît en 1814 dans le libelle biographique d’Antoine Coffinières et de Mathieu de Villenave, Buonaparte peint par lui-même dans sa carrière militaire et politique. Napoléon y est présenté comme « l’enfant de la Révolution », qui suscite la rupture entre le peuple et la monarchie et qui permet à l’« usurpateur » de franchir « l’intervalle immense qui sépare un sujet d’un souverain8 ». Cette ascension apparaît dans cet opuscule comme une punition divine, conséquence du crime qu’était l’exécution de Louis XVI :

  • 9 Ibid., p. II.

Son élévation apprit à l’Europe que la main de Dieu s’était appesantie sur nous […]. Louis XVI meurt, et tout est bouleversé, […] la moindre atteinte à l’hérédité des rois légitimes annonce une désorganisation politique, et présage tous les malheurs qui en sont la suite9.

  • 10 [Frédéric Lullin de Châteauvieux], Manuscrit venu de Sainte-Hélène d’une manière inconnue, [1817], (...)

12En le désignant comme l’héritier d’une Révolution qu’ils abhorrent, les biographes pamphlétaires de la « légende noire » s’opposent de fait aux libéraux : ceux-ci voient en Napoléon certes un pouvoir issu de la Révolution, mais considèrent davantage cet état de fait comme le signe d’un rapport avec la nation que comme une légitimité de droit divin ou soutenue par des castes et élites. La force et la gloire de Napoléon sont présentées comme tributaires de la Révolution, d’un ordre nouveau qui, selon Lullin de Châteauvieux, « n’est que le résultat de la civilisation et des mœurs que le temps a données à l’Europe10 ». Dans le Manuscrit, il affirme, par la voix de Napoléon, qu’il ne pouvait être le successeur de Louis XVI :

  • 11 Ibid., p. 37.

Je ne pouvais pas devenir roi. C’était un titre usé. Il portait avec lui des idées reçues. Mon titre devait être nouveau, comme la nature de mon pouvoir. Je n’étais pas l’héritier des Bourbons. Il fallait être beaucoup plus pour s’asseoir sur leur trône. Je pris le nom d’empereur, parce qu’il était plus grand et moins défini. […] Mon autorité ne reposait pas, comme dans les vieilles monarchies, sur un échafaudage de castes et de corps intermédiaires. […] il n’y avait dans l’empire que la nation et moi. […] Je n’ai pas inventé ce système : il est sorti des ruines de la Bastille11.

  • 12 Stendhal, Napoléon [1817-1818], Catherine Mariette (éd.), Paris, Stock, 1998, p. 190.

13Cette filiation de la Révolution est augmentée d’une autre filiation, historiquement plus élevée, fixant une continuité avec les grands capitaines tels Alexandre, César et Frédéric. Stendhal le désigne comme « l’être le plus admirable par ses talents qui ait paru depuis César12 », tandis qu’Antoine de Jomini, le fameux stratège qui a été l’un des premiers à comprendre la pensée militaire napoléonienne, a intitulé en 1827 sa biographie Vie politique et militaire de Napoléon racontée par lui-même au tribunal de César, d’Alexandre et de Frédéric. À l’héritier de Saint Louis et de Henri IV (Louis XVIII) s’oppose l’héritier des conquérants et de la Révolution. La guerre a contribué à asseoir la légitimité de Napoléon et lui a conféré l’essentiel de sa gloire. Les biographes en ont conscience, aussi est-ce pour cette raison que la lutte politique dans leurs écrits se concentre sur la place militaire de l’Empereur dans l’histoire.

14Face au patrimoine dynastique de Louis XVIII puis de Charles X, Napoléon présente une qualité toute personnelle que ni ces deux souverains, ni la plupart de leurs aïeux, ne peuvent revendiquer : un talent militaire exceptionnel. Antoine de Jomini ne s’y est pas trompé en choisissant un titre aussi explicite pour sa Vie de Napoléon. La conclusion est élogieuse, ce qui est normal de la part d’un admirateur (quoique critique) de l’Empereur :

  • 13 Antoine de Jomini, Vie politique et militaire de Napoléon racontée par lui-même au tribunal de Césa (...)

À peine Napoléon eut-il terminé son récit, que ses illustres auditeurs déclarèrent d’une voix unanime, bien qu’il eût échoué dans ses vastes projets, qu’il les avait surpassés en force d’âme et de génie13.

  • 14 Ibid.

15Les éloges prononcés ne concernent pas uniquement l’art militaire, Alexandre parlant du pardon aux ennemis vaincus (Jomini pensait-il également aux émigrés ?), César de son élévation « sur les débris des libertés publiques » et de l’affermissement de « son pouvoir avec les légions destinées à [défendre les libertés] », et Frédéric de « son esprit d’ordre et d’économie14 ».

  • 15 Jean-Louis Rivière, Réflexions sur Napoléon Buonaparte, Paris, Delaunay-Dentu-Lenormant, 1814, p. 7 (...)
  • 16 Armand de Firmas-Périès, Bigamie de Napoléon Buonaparte, Paris, Égron-Lelong, 1815, p. 9.

16Les opposants savent dès 1814 que les écrits biographiques doivent minorer l’importance des talents militaires du souverain déchu, qui ne sont pas censés être portés à son crédit politique. Aussi Jean-Louis Rivière affirme-t-il, dans ses Réflexions sur Napoléon Buonaparte, que « pour être bon souverain, il ne suffit pas d’être grand par ses qualités guerrières15 ». Il est en effet difficile de remettre en cause des talents reconnus à Napoléon par ses adversaires, même si Armand de Firmas-Périès entend minorer son mérite, du moins en ce qui concerne la carrière militaire. En novembre 1815, dans sa Bigamie de Napoléon Buonaparte, il insinue que l’élévation au grade de capitaine, qui s’avère être le marchepied pour le généralat, n’a pas été due au mérite, mais plutôt au départ des officiers sur le chemin de l’émigration, qui a laissé un vide16.

  • 17 Jacques Marquet Montbreton de Norvins, Histoire de Napoléon, 4 vol., Paris, Dupont, 1827-1828, vol. (...)
  • 18 Ibid., vol. 1, p. 15.
  • 19 J.-L. Rivière, Réflexions sur Napoléon Buonaparte, op. cit., p. 93.

17Il est aussi difficile de s’attaquer à la gloire impériale, avec laquelle les émigrés ne prétendent rivaliser que par leurs services au sein de la contre-révolution, voire parmi les coalisés. Jacques Marquet Montbreton de Norvins oppose, dans son Histoire de Napoléon, les généraux et vétérans de la Révolution et de l’Empire à « de vieux généraux inconnus17 » et d’anciens Chouans, ainsi qu’à des girouettes comme Dupont, le vaincu de Baylen. Les victoires impériales sont en elles-mêmes un programme politique, notamment quand, à propos du Vol de l’Aigle de mars 1815, Norvins écrit qu’« un an après il reparaît avec huit cents soldats qui ont vu Marengo, Austerlitz, Iéna, Wagram, Friedland et Moscou18 ». Devant ce vide militaire qualitatif, les royalistes doivent, face à Napoléon, valoriser des figures plus anciennes, connues pour leurs victoires et présentées comme vertueuses, à l’exemple de Catinat. Toutefois, dans les jours qui suivent la chute de l’Empire, il vaut mieux honorer non seulement des souverains d’anciennes dynasties mais aussi des membres de la famille royale. Rivière cite de « véritables héros19 » : Charlemagne, Du Guesclin (louant ainsi Charles V, d’autant plus que ce connétable a été inhumé à Saint-Denis), Charles VII, Henri IV et Condé (pour Louis XIV). Ce dernier choix est d’autant plus étrange que ce grand capitaine avait, pendant la décennie 1650, servi dans les rangs espagnols contre la France.

18La gloire impériale fait pleinement partie des idéaux ayant forgé le bonapartisme. Les biographies de Napoléon ne peuvent éviter de l’aborder, même rédigées par ses opposants. En ravivant le souvenir des héros de l’Ancien Régime, une rivalité mémorielle s’est établie pour servir de contrepoint à l’épopée impériale. L’ère révolutionnaire et impériale ne doit pas avoir le monopole de la grandeur militaire. Cependant, le caractère lointain des héros d’Ancien Régime, de même que l’existence de milliers de vétérans dans la France de la Restauration, rendent difficile, pour ne pas dire vaine, la possibilité d’une concurrence mémorielle équitable. Pour remettre en cause la légitimité politique de Napoléon, il faut donc trouver d’autres procédés, quitte à opérer des détournements historiques.

  • 20 Anecdotes curieuses sur Buonaparte, Paris, Schoell, 1814, p. 32.
  • 21 Jean-Jacques Barthélémy, Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, 6 vol., Paris, de Bure aîné, 1788, vo (...)

19La comparaison historique constitue le moyen de valoriser ou de critiquer la vie et l’œuvre de Napoléon. Comme le passé lointain est la meilleure défense des Bourbons contre l’incarnation d’un monde nouveau par l’Empereur, des parallèles sont dressés, en réaction à la propagande impériale qui établissait des liens avec César, des empereurs romains ou encore Charlemagne. Ce qui conduit à plusieurs détournements de ces glorieux parallèles par l’intermédiaire de textes historiques préexistants, dépourvus de notes, mais dont le dessein de la retranscription est explicite : ainsi dans les Anecdotes curieuses sur Buonaparte qui, après la biographie, proposent des « Rapprochements curieux sur l’histoire de notre Révolution ».À propos de l’un des textes proposés – une lettre –, l’auteur anonyme précise : « Nous ne la ferons ni précéder, ni suivre d’aucune réflexion ; elle en fournira assez aux lecteurs20. » La pseudo-lettre de l’Athénien Nicétas en 349 avant J.-C., reprise en fait d’un ouvrage populaire à l’époque, le Voyage du jeune Anacharsis en Grèce de l’abbé Barthélémy21, sert à orienter dans un sens négatif l’attachement de Napoléon à l’Antiquité, car cette pseudo-lettre dénonce la politique expansionniste de Philippe II de Macédoine. Athènes la démocratique devait symboliser la prospérité, la paix, en opposition à une Macédoine belliqueuse, mais ruinée, telle qu’on a voulu se figurer la France en 1814. Les alliés représentent de fait l’esprit athénien, alors confondu avec la liberté des peuples, ce qui constitue un retournement notoire par rapport à la Révolution, qui a conféré à la France cette stature athénienne.

  • 22 Satyre Ménippée [1593], s.l., s. n., 1649, p. 92.
  • 23 Anecdotes curieuses sur Buonaparte, op. cit., p. 29.
  • 24 Voir Fadi El Hage, « Sortir d’une crise multiple : la France et la sortie de la crise de la Ligue s (...)

20Pour la politique intérieure, les Anecdotes curieuses sur Buonaparte aspirent à présenter Louis XVIII comme celui qui va rassembler le peuple, à l’exemple de Henri IV après les guerres de la Ligue. L’insertion du discours d’un bourgeois de Paris, prononcé lors des états généraux de la Ligue en 1593, extrait en fait de la Satyre Ménippée22, est explicite. L’allusion à Henri III, « roi débonnaire, si facile, si familier, […] chassé de sa ville, de sa maison, de son lit, […] assassiné23 », fait écho à Louis XVI. L’historiographie tend à présenter la Ligue comme un mouvement illégal, une usurpation au détriment du roi légitime Henri IV24. Cette assertion, alors unanimement reconnue, incite à percevoir Napoléon comme un nouveau duc de Mayenne, comme un imposteur face au nouvel Henri IV, Louis XVIII.

21Les biographies de Napoléon sous la Restauration constituent ainsi un terrain de lutte entre deux gloires bien distinctes, celle de Napoléon étant plus récente. À l’heure où les conquêtes territoriales de la Révolution ont été presque entièrement perdues, où la puissance militaire française est mise en berne, l’épopée napoléonienne forme un véritable programme politique pour relever une France qui se sent humiliée. Les Bourbons et leurs soutiens veulent notamment combattre cette situation embarrassante par des références historiques. Le parallèle avec la Ligue met clairement en évidence le rôle des biographies dans la lutte pour la légitimité politique.

UNE LUTTE POUR LA LÉGITIMITÉ POLITIQUE

22Les biographies de Napoléon présentent une visée éminemment politique. Une véritable lutte pour la légitimité s’est engagée afin de défendre le retour des Bourbons ou, à l’opposé, de prendre parti pour l’Empereur et les idées libérales.

  • 25 François-René de Chateaubriand, De Buonaparte, des Bourbons, et de la nécessité de se rallier à nos (...)
  • 26 F.-R. de Chateaubriand, « Vie de Napoléon », dans Mémoires d’outre-tombe [1848-1850], Paris, Librai (...)

23Quand le Sénat conservateur proclame la déchéance de Napoléon, il affirme que ce dernier n’est pas français. Chateaubriand soutient cette idée dans De Buonaparte et des Bourbons...25, avant de se contenter, dans les Mémoires d’outre-tombe26, de considérer que Napoléon est né en réalité avant l’acquisition de la Corse par la France.

  • 27 A. de Firmas-Périès, Bigamie de Napoléon Buonaparte, op. cit., p. 5.

24Phénomène frappant, en 1814-1815, Napoléon est dénoncé en tant que Corse dans les biographies à charge. Firmas-Périès écrit en novembre 1815, dans sa Bigamie de Napoléon Buonaparte, que « pour faire oublier qu’il était corse, l’usurpateur avait changé l’orthographe de son nom27 ». Cette réflexion peut surprendre à propos d’une province française ; mais le fait qu’elle a été acquise depuis peu explique pourquoi l’on est persuadé de la différence de mœurs et de caractère, perçus comme plus brutaux, car assimilés à ceux des Maures et des Barbaresques.

  • 28 J.-L. Rivière, Réflexions sur Napoléon Buonaparte, op. cit., p. 67-69.
  • 29 Chateaubriand n’adhère pas à ce discours, car il écrit dans De Buonaparte et des Bourbons... (op. c (...)

25Rivière, dans ses Réflexions sur Napoléon Buonaparte, dresse un parallèle entre l’Empereur déchu et d’autres capitaines d’origine corse afin de prouver que, par le passé, « la Corse a produit plusieurs hommes du caractère de Napoléon28 », c’est-à-dire brutaux, cruels, méprisant le droit des gens. Rivière prend deux exemples, celui de Sampiero Corso d’Ornano, serviteur de la France de Henri II à Charles IX, père et grand-père de deux maréchaux de France, et celui de Pietro Ferrari, gouverneur du château de Goette au milieu du xviie siècle. La référence à des sources historiques citées in extenso, l’Histoire du président de Thou et les Mémoires (peu fiables) de Gramont, donne autorité à l’argumentation de Rivière, qui souligne les mœurs peu policées des Corses, présentés comme des gens différents, éloignés de la sensibilité française29.

  • 30 A. de Firmas-Périès, Bigamie de Napoléon Buonaparte, op. cit., p. 7.
  • 31 F.-R. de Chateaubriand, De Buonaparte et des Bourbons..., op. cit., p. 67.

26Firmas-Périès va dans ce sens en insistant sur l’existence « des expressions incorrectes et des tournures étranges du jargon de Buonaparte, qui n’ont pas été aussi bien saisies, dans la volubilité du débit, que le caractère intellectuel et moral30 ». Comme chez Chateaubriand31, l’accent et surtout les expressions incorrectes avérées de l’Empereur sont un moyen de lui dénier son origine non pas territoriale, mais d’esprit et de mœurs. Louis XVIII est réputé pour la finesse et la justesse de son langage, faisant des mots d’esprit et étant étranger au langage rustre des militaires. Il incarne la cour de Versailles et les mœurs policées des Lumières, tandis que Napoléon est présenté comme ayant un langage étranger, ou au mieux un langage rustre, symptomatique de la « canaille » révolutionnaire, afin de lui ôter toute légitimité française.

  • 32 Anecdotes curieuses sur Buonaparte, op. cit., p. 14.

27Les biographies de Napoléon publiées durant la Restauration proposent encore une réflexion sur le bon patriote. Napoléon incarne le nouvel esprit politique pour les uns, tandis que Louis XVIII est « le Désiré » pour les autres. Du point de vue des royalistes, seul un souverain « très chrétien » est à même d’être patriote au sein de la France, fille aînée de l’Église. Aussi est-ce pour cette raison qu’est véhiculée la rumeur anglaise qui veut que Napoléon se soit converti à l’islam. Cette légende, inventée au moment de la rupture de la paix d’Amiens, se trouve popularisée à la chute de l’Empire. La prétendue conversion à l’islam doit asseoir l’idée que Napoléon a agi comme un despote oriental. Les Anecdotes sur Buonaparte et son gouvernement racontent qu’il a notamment pris Mahomet pour exemple dans son souhait de s’entraîner aux moyens d’asservir son pays, en l’occurrence la France, en partant en Égypte, où il aurait, d’après des pamphlétaires, abandonné la religion catholique. Là-bas, il aurait acquis des principes qu’il aurait ramenés en France pour devenir un « despote oriental » : « Il a reçu de la nature une âme ardente, une ambition démesurée, un caractère absolu ; il apporte de l’Égypte, des ressentiments, un style oriental et le sceptre des mameloucks32. »

  • 33 Stendhal, Napoléon, op. cit., p. 33.
  • 34 E. de Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène, op. cit., vol. 2, p. 533.

28Dans sa Vie de Napoléon inédite en son temps, Stendhal aborde la campagne d’Égypte et doit de fait mentionner les rumeurs qui circulent pendant cette période, notamment « sa prétendue conversion au mahométisme33 ». Elle ne peut être vraie, ni sincère, car les proclamations d’Égypte dans lesquelles le général Bonaparte reconnaît Mahomet comme prophète ne sont que « du charlatanisme », selon Las Cases. Pour lui, « le changement de religion, inexcusable pour des intérêts privés, peut se comprendre peut-être par l’immensité de ses résultats politiques. Henri IV avait bien dit : Paris vaut une messe. Croit-on que l’empire d’Orient et peut-être la sujétion de toute l’Asie n’eussent pas valu un turban et des pantalons34 ? ». Le Mémorial de Sainte-Hélène, qui reprend ces paroles et qui constitue finalement une (auto) biographie ordonnée aléatoirement, place sur le même plan Napoléon et Henri IV, qui usent de la religion pour conquérir ou reconquérir. Après tout, tous deux ont en apparence délaissé des cultes « hérétiques » pour s’adapter aux circonstances, l’un en France, l’autre en Égypte. Quand Bonaparte revient d’Égypte et prend le pouvoir, il reprend sa foi catholique pour la réconciliation et la paix en France. Ne paraît-il pas alors aussi patriote que Henri IV, au vu de ce critère ?

29Dénigrer ou louer Napoléon dans sa vie et ses actes revient à écrire un manifeste politique pour une légitimité disputée entre deux dynasties, celle des Bourbons et celle des Bonapartes (ou Napoléonides). Rédiger la biographie de l’Empereur devient ainsi un moyen de préparer l’appel à Napoléon II ou de combattre cette éventualité.

  • 35 Anecdotes curieuses sur Buonaparte, op. cit., p. 34.

30Selon les biographies royalistes, le roi de Rome ne peut avoir une quelconque prétention à accéder au trône de France, car son père a perdu le pouvoir : la conclusion biographique est sans appel. Les Anecdotes curieuses sur Buonaparte interprètent en ces termes la tentative d’abdication conditionnelle qui a été rejetée : « Après quelque temps, il écrivit un acte d’abdication en faveur de son fils, comme s’il pouvait léguer ce qu’il ne possédait plus35. » La Bigamie de Napoléon Buonaparte va plus loin, en cherchant à démontrer l’illégalité du divorce d’avec Joséphine, ce qui créait une bigamie de fait avec le mariage autrichien de 1810. Par conséquent :

  • 36 A. de Firmas-Périès, Bigamie de Napoléon Buonaparte, op. cit., p. 79-80.

Il ne doit rester aucun doute sur la bâtardise de l’enfant longtemps désigné par le sobriquet de roi de Rome ; et c’est sans doute sous ce rapport que la cour de Vienne, très bien instruite, l’a considéré, puisqu’elle l’a privé de toutes prétentions sur le duché de Parme, à la mort de l’archiduchesse Marie-Louise36.

Ill. Bosselman d’après Chasselat, Divorce de Napoléon et de Joséphine, dans une suite romancée de quatre planches, Paris, Bulla, 1831. © BnF.

  • 37 [F. Lullin de Châteauvieux], Manuscrit venu de Sainte-Hélène, op. cit., p. 99.
  • 38 Stendhal, Napoléon, op. cit., p. 168-170.

31Le roi de Rome est ainsi au cœur de l’enjeu politique des biographies. Sa mention constitue, pour les opposants aux Bourbons, ou du moins à la politique de réaction qui marque notamment le début de la seconde Restauration, une façon d’appeler à l’établissement d’un régime libéral. Le Manuscrit venu de Sainte-Hélène adopte cette approche, en remettant en cause la pertinence de la seconde Restauration en 1815 : « Il était impossible de mettre cet enfant sur le trône en 1814 : la chose était je crois convenable en 1815. Je n’en dis pas les motifs ; l’avenir les dévoilera peut-être37. » En 1817, c’est accuser les fautes commises par les Bourbons, qui ont facilité le retour de Napoléon en 1815, tout en suggérant que d’autres fautes vont être commises. La liste de ces fautes occupe de nombreuses pages de la Vie de Napoléon par Stendhal, qui énumère plusieurs violations de la Charte38. Napoléon II apparaît comme une alternative dont le souvenir persiste en 1830.

32En accusant Napoléon d’être un étranger, d’avoir été un mauvais patriote, ou même en le dénigrant à travers son fils, les royalistes s’opposent aux libéraux qui, avec quelques réserves toutefois, voient en Napoléon la Révolution, le véritable patriotisme face à des Bourbons revenus dans les « fourgons de l’étranger ». Les biographies impériales mettent finalement la Restauration en question.

LES VIES DE NAPOLÉON OU LA RESTAURATION EN QUESTION

33Il n’est cependant pas concevable de condamner Napoléon à une damnatio memoriæ. Il conserve encore de nombreux fidèles, ne serait-ce que parmi ses soldats. Louis XVIII ne peut agir que différemment, pour des raisons intellectuelles et physiques. Deux visions politiques antagonistes s’affrontent au sein de cette lutte historiographique et bien entendu politique.

  • 39 Anecdotes curieuses sur Buonaparte, op. cit., p. 8.
  • 40 Manuscrit venu de Sainte-Hélène, op. cit., p. 37 et 30.

34La célébration ou le rejet de Napoléon dans ces biographies permettent d’entrevoir des réflexions sur le bon souverain. Pour les royalistes, le roi est bon pour son peuple, un « père du peuple » comme l’ont été, selon l’imaginaire royaliste, Louis XII, Henri IV et Louis XVI. Napoléon doit donc à tout prix incarner le contraire. Les Anecdotes curieuses sur Buonaparte adoptent cette stratégie : avant de décrire les idées de Napoléon comme souverain, elles opposent ce dernier à Henri IV, dont l’Empereur aurait dit qu’il était le « roi de la canaille ». « On peut juger de l’idée qu’il se formait des vertus d’un souverain, par son opinion sur Henri IV », peut-on lire dans cet opuscule, qui place dans la bouche de Napoléon la phrase suivante : « Le monarque seul est quelque chose ; les autres ne sont que des valets39 ! » Il est présenté comme un tyran, ce que les libéraux comme Lullin de Châteauvieux ont contesté. Le Manuscrit venu de Sainte-Hélène indique qu’« il n’y avait dans l’Empire que la nation et [lui] » ; la monarchie des Bourbons « n’était fondée que sur [leurs] habitudes », tandis que l’Empire « marchait en ligne avec le génie du siècle40 ». Les Bourbons sont pour les libéraux en décalage avec la nation, et l’histoire de Napoléon doit le prouver.

  • 41 J.-L. Rivière, Réflexions sur Napoléon Buonaparte, op. cit., p. 77.

35Face aux Bourbons, Napoléon apparaît comme l’épée de la Révolution. C’est pourquoi les Réflexions politiques sur Napoléon Buonaparte insistent plutôt sur « les soins que l’on prend pour faire augmenter la richesse des villes pour faire prospérer la multitude du peuple pour augmenter la félicité publique41 », que sur les vertus guerrières. Stendhal prend le contrepied de ces affirmations quand il raconte qu’au retour de l’île d’Elbe, on s’est étonné du mauvais état des uniformes des soldats :

  • 42 Stendhal, Napoléon, op. cit., p. 186.

Les paysans leur disaient : « L’Empereur n’avait donc point d’argent à l’île d’Elbe, puisque vous êtes si mal vêtus ? — Ho ! il ne manquait pas d’argent, car il a bâti, fait des routes et changé tout le pays42. »

  • 43 Ibid., p. 105.

36Les chapitres XXXIX et XL de sa Vie de Napoléon sont consacrés à l’administration. Tout en critiquant les défauts de Napoléon, qui gagne en orgueil au fil des ans, il loue le système administratif instauré dans tout l’Empire, qu’il dit regretté « en France, et par la Belgique, le Piémont, les États de Rome et de Florence », parce que « c’étaient des règles générales et des décrets organiques dictés par la saine raison. C’était l’entière extirpation de tous les abus accumulés dans l’administration de chaque pays par deux ou trois siècles d’aristocratie et de pouvoir astucieux ». « Tout homme qui voulait travailler était sûr de faire fortune43 », car le travail et la propriété étaient protégés. L’éloge de l’administration est un moyen de souligner que le règne de Napoléon n’a pas seulement été grand sur le plan militaire, mais a aussi correspondu pleinement aux critères du bon gouvernement.

  • 44 [F. Lullin de Châteauvieux], Manuscrit venu de Sainte-Hélène, op. cit., p. 90.
  • 45 Ibid., p. 91-92.
  • 46 Stendhal, Napoléon, op. cit., p. 169.
  • 47 J. Marquet de Montbreton de Norvins, Histoire de Napoléon, op. cit., vol. 4, p. 278.

37Louis XVIII doit quant à lui apparaître comme un nouvel Henri IV, père du peuple réunissant deux France diamétralement opposées. Ce souci de réconciliation du roi podagre est reconnu de tous, si bien que Lullin de Châteauvieux écrit dans le Manuscrit : « Le roi avait connu le secret de notre siècle. Il avait su que la majorité de la France voulait la Révolution44. » Il tâche donc de « royaliser » les anciens tenants de la Révolution et de l’Empire. Seulement, l’entourage aristocratique n’est pas porté par le même esprit pragmatique. Cinq paragraphes commencent par le pronom « on », suivi quatre fois de suite par l’imparfait « voulait ». L’objectif est de souligner l’incohérence d’une politique qui paraît être tout sauf une politique de réconciliation nationale avec l’exhumation de Louis XVI et de Marie-Antoinette, le rétablissement du catholicisme comme religion d’État, l’exclusion de la nation en faveur d’une noblesse qui n’était ni « démocratique, parce qu’elle était exclusive » – contrairement à la noblesse d’Empire, socialement plus ouverte que la noblesse de la fin du xviiie siècle –, ni « aristocratique, parce qu’elle n’était rien dans l’État45 » – elle n’avait plus de prééminence politique comme à la veille de la Révolution. Un tel avantage conféré à une noblesse d’Ancien Régime exclusive et inutile est un camouflet pour les vétérans qui, roturiers (ou anoblis pour certains, comme les maréchaux d’Empire), se sont élevés par leur seul mérite. Plusieurs pages de la Vie de Napoléon par Stendhal mentionnent les fautes commises, notamment vis-à-vis de l’armée : le rétablissement d’une école militaire réservée aux nobles, le mépris envers les vétérans (« vingt-cinq ans de brigandages46 », aurait répondu un duc à un officier), et notamment ceux de la Garde impériale, exilée de la capitale. Tant Stendhal que Norvins affirment que les Chouans ont été hautement favorisés47. La Restauration est mal perçue, car incapable de faire un amalgame équilibré des deux France ; elle l’a été un peu plus après la Terreur blanche, comme le prouve la promotion de quatre maréchaux de France le 3 juillet 1816, soit deux généraux de l’émigration (Coigny, Vioménil) et deux de la Révolution et de l’Empire (Beurnonville, Clarke).

*

  • 48 Claude Le Ragois & Louis de Foris [continuateur], Instruction sur l’histoire de France, Paris, Moro (...)

38Les biographies de Napoléon sous la Restauration sont donc à replacer dans une lutte politique qui affecte l’historiographie, laquelle se trouve dans une position contradictoire, quand il est évident qu’il faut rétablir l’unité entre les deux France. L’Instruction sur l’histoire de France de Claude Le Ragois et son continuateur Louis de Foris montre ces contradictions. L’édition de 1824 place le début du règne de Louis XVIII en 1795, soit à la mort de « Louis XVII », et considère « Buonaparte » comme un usurpateur. Les éditions postérieures à 1830 rétablissent Napoléon comme consul et empereur en tant que « Napoléon le Grand », tandis que cohabitent « Louis XVII » et la Convention, dont la légitimité n’est plus niée48. Cet exercice d’équilibriste relève d’un compromis difficile, voire impossible.

  • 49 Stendhal, Napoléon, op. cit., p. V (introduction de Catherine Mariette) et 15.

39La connaissance ou plutôt la présentation de la vie de Napoléon revêt un enjeu politique. Stendhal entend répondre aux Considérations sur la Révolution française de Mme de Staël49, et surtout aux pamphlets qui prétendent être des biographies de Napoléon mais visent à célébrer les Bourbons.

40La légitimité politique s’appuie sur l’histoire. De là découle le souvenir des hommes et des systèmes admirés ou abhorrés. La France est à la recherche du régime politique le mieux adapté à sa situation d’alors, et tant l’évolution des opinions que les parutions de témoignages font que l’histoire de Napoléon marque de son empreinte la vie politique française au moins jusqu’à la chute du Second Empire.

  • 50 Ibid., p. 13.

41Stendhal écrit en 1818 que « d’ici à cinquante ans, il faudra refaire l’histoire de Napoléon tous les ans, à mesure que paraîtront les mémoires de Fouché, Lucien, Réal, Regnault, Caulaincourt, Sieyès, Lebrun, etc.50 ». Le vide historique et littéraire n’est véritablement comblé par les témoins qu’après la mort de Napoléon. Ces textes, ainsi que les écrits de Sainte-Hélène, déprécient les parutions antérieures, fondées sur des sources inexactes ou des histoires de seconde main. Ces lacunes du moment expliquent l’exploitation de rumeurs, l’invention de ragots ou l’amplification des faits pour dénoncer Napoléon ou les Bourbons. La légitimité de Louis XVIII doit s’affirmer en opposition à celle que s’est construite l’Empereur, qui n’a pas eu à solliciter des droits ancestraux. L’ordre ancien ne peut plus exister et, quelles que soient les opinions politiques, l’Empire, que ce soit celui de Napoléon ou de Buonaparte, a existé et ne peut être effacé. Les écrits héléniens placent la légitimité impériale au-dessus de celle des Bourbons, trop attachés à l’ancien ordre et liés aux « fourgons de l’étranger ». L’« étranger » des royalistes ne peut que rester national, comme le comprend Louis-Philippe après 1830, faisant même ramener la dépouille de l’Empereur en France en 1840.

Bibliographie

Bibliographie

Corpus d’étude

Anecdotes curieuses sur Buonaparte, Paris, Schoell, 1814.

Mémoires pour servir à l’histoire de France, sous Napoléon, écrits à Sainte-Hélène, par les généraux qui ont partagé sa captivité, et publiés sur les manuscrits entièrement corrigés de la main de Napoléon, 8 vol., Paris, Firmin Didot père et fils, 1823-1825.

Satyre Ménippée [1593], s.l., s.n., 1649.

Barthélémy Jean-Jacques, Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, 6 vol., Paris, de Bure aîné, 1788.

Chateaubriand François-René de, De Buonaparte, des Bourbons, et de la nécessité de se rallier à nos princes légitimes pour le bonheur de la France et celui de l’Europe [1814], Paris, Arléa, 2004.
—, « Vie de Napoléon », dans Mémoires d’outre-tombe [1848-1850], Paris, Librairie générale française, coll. « La Pochothèque », 1998.

Coffinières Antoine & Villenave Mathieu de, Buonaparte peint par lui-même dans sa carrière militaire et politique, Paris, Belin-Le Prieur, 1814.

Firmas-Périès Armand de, Bigamie de Napoléon Buonaparte, Paris, Égron-Lelong, 1815.

Jomini Antoine de, Vie politique et militaire de Napoléon racontée par lui-même au tribunal de César, d’Alexandre et de Frédéric, 4 vol., Paris, Anselin, 1827.

Las Cases Emmanuel de, Le Mémorial de Sainte-Hélène [1823], 2 vol., Marcel Dunan (éd.), Paris, Flammarion, coll. « Les grands mémoires », 1951.

Le Ragois Claude & Foris Louis de [continuateur], Instruction sur l’histoire de France, Paris, Moronval, 1824 ; rééd. 1836.

[Lullin de Châteauvieux Frédéric], Manuscrit venu de Sainte-Hélène d’une manière inconnue [1817], Paris, Morancé, 1929.

Norvins Jacques Marquet de Montbreton, baron de, Histoire de Napoléon, 4 vol., Paris, Dupont, 1828.

Rivière Jean-Louis, Réflexions sur Napoléon Buonaparte, Paris, Delaunay-Dentu-Lenormant, 1814.

Stendhal, Napoléon [1817-1818], Catherine Mariette (éd.), Paris, Stock, 1998.

Ouvrages et articles critiques

El Hage Fadi, « Sortir d’une crise multiple : la France et la sortie de la crise de la Ligue sous le règne d’Henri IV », dans Sortir de crise, Jérôme Grévy (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 29-41.

Martineau Gilbert, Le Retour des cendres, Paris, Tallandier, « Bibliothèque napoléonienne », 1990.

Tulard Jean, Napoléon ou le Mythe du sauveur [1977], Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 1987.

Notes

1 Voir Jean Tulard, Napoléon ou le Mythe du sauveur [1977], Paris, Hachette, coll. « Pluriel », 1987, p. 423.

2 Emmanuel de Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène [1823], 2 vol., Marcel Dunan (éd.), Paris, Flammarion, coll. « Les grands mémoires », 1951, vol. 1, p. 350.

3 Voir Olivier Ferret, Anne-Marie Mercier-Faivre & Chantal Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées (1722-1842), SVEC 2011 :02, Robert Darnton (préf.), notices no 15-19, 21-22, 24 et 26, p. 161-175, 178-182, 183-185 et 188-189.

4 E. de Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène, op. cit., vol. 1, p. 177-178.

5 Mémoires pour servir à l’histoire de France, sous Napoléon, écrits à Sainte-Hélène, par les généraux qui ont partagé sa captivité, et publiés sur les manuscrits entièrement corrigés de la main de Napoléon, 8 vol., Paris, Firmin Didot père et fils, 1823-1825, vol. 2, p. 205-296.

6 . E. de Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène, op. cit., vol. 2, p. 881.

7 Cité par Gilbert Martineau, Le Retour des Cendres [1977], Paris, Tallandier, coll. « Bibliothèque napoléonienne », 1990, p. 177.

8 Antoine Coffinières & Mathieu de Villenave, Buonaparte peint par lui-même dans sa carrière militaire et politique, Paris, Belin-Le Prieur, 1814, p. I-II.

9 Ibid., p. II.

10 [Frédéric Lullin de Châteauvieux], Manuscrit venu de Sainte-Hélène d’une manière inconnue, [1817], Paris, Morancé, 1929, p. 37.

11 Ibid., p. 37.

12 Stendhal, Napoléon [1817-1818], Catherine Mariette (éd.), Paris, Stock, 1998, p. 190.

13 Antoine de Jomini, Vie politique et militaire de Napoléon racontée par lui-même au tribunal de César, d’Alexandre et de Frédéric, 4 vol., Paris, Anselin, 1827, vol. 4, p. 644.

14 Ibid.

15 Jean-Louis Rivière, Réflexions sur Napoléon Buonaparte, Paris, Delaunay-Dentu-Lenormant, 1814, p. 77.

16 Armand de Firmas-Périès, Bigamie de Napoléon Buonaparte, Paris, Égron-Lelong, 1815, p. 9.

17 Jacques Marquet Montbreton de Norvins, Histoire de Napoléon, 4 vol., Paris, Dupont, 1827-1828, vol. 4, p. 278.

18 Ibid., vol. 1, p. 15.

19 J.-L. Rivière, Réflexions sur Napoléon Buonaparte, op. cit., p. 93.

20 Anecdotes curieuses sur Buonaparte, Paris, Schoell, 1814, p. 32.

21 Jean-Jacques Barthélémy, Voyage du jeune Anacharsis en Grèce, 6 vol., Paris, de Bure aîné, 1788, vol. 5, p. 119-123.

22 Satyre Ménippée [1593], s.l., s. n., 1649, p. 92.

23 Anecdotes curieuses sur Buonaparte, op. cit., p. 29.

24 Voir Fadi El Hage, « Sortir d’une crise multiple : la France et la sortie de la crise de la Ligue sous le règne d’Henri IV », dans Sortir de crise, Jérôme Grévy (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 29-41.

25 François-René de Chateaubriand, De Buonaparte, des Bourbons, et de la nécessité de se rallier à nos princes légitimes pour le bonheur de la France et celui de l’Europe [1814], Paris, Arléa, 2004, p. 18.

26 F.-R. de Chateaubriand, « Vie de Napoléon », dans Mémoires d’outre-tombe [1848-1850], Paris, Librairie générale française, coll. « La Pochothèque », 1998, p. 66-68 et 317.

27 A. de Firmas-Périès, Bigamie de Napoléon Buonaparte, op. cit., p. 5.

28 J.-L. Rivière, Réflexions sur Napoléon Buonaparte, op. cit., p. 67-69.

29 Chateaubriand n’adhère pas à ce discours, car il écrit dans De Buonaparte et des Bourbons... (op. cit., p. 10) : « De nobles et grandes familles, des hommes remarquables par leur énergie et par leurs talents sont sortis de cette île aujourd’hui trop fameuse. N’est-ce pas au premier maréchal d’Ornano que Henri IV a dû en partie la soumission du Dauphiné ? »

30 A. de Firmas-Périès, Bigamie de Napoléon Buonaparte, op. cit., p. 7.

31 F.-R. de Chateaubriand, De Buonaparte et des Bourbons..., op. cit., p. 67.

32 Anecdotes curieuses sur Buonaparte, op. cit., p. 14.

33 Stendhal, Napoléon, op. cit., p. 33.

34 E. de Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène, op. cit., vol. 2, p. 533.

35 Anecdotes curieuses sur Buonaparte, op. cit., p. 34.

36 A. de Firmas-Périès, Bigamie de Napoléon Buonaparte, op. cit., p. 79-80.

37 [F. Lullin de Châteauvieux], Manuscrit venu de Sainte-Hélène, op. cit., p. 99.

38 Stendhal, Napoléon, op. cit., p. 168-170.

39 Anecdotes curieuses sur Buonaparte, op. cit., p. 8.

40 Manuscrit venu de Sainte-Hélène, op. cit., p. 37 et 30.

41 J.-L. Rivière, Réflexions sur Napoléon Buonaparte, op. cit., p. 77.

42 Stendhal, Napoléon, op. cit., p. 186.

43 Ibid., p. 105.

44 [F. Lullin de Châteauvieux], Manuscrit venu de Sainte-Hélène, op. cit., p. 90.

45 Ibid., p. 91-92.

46 Stendhal, Napoléon, op. cit., p. 169.

47 J. Marquet de Montbreton de Norvins, Histoire de Napoléon, op. cit., vol. 4, p. 278.

48 Claude Le Ragois & Louis de Foris [continuateur], Instruction sur l’histoire de France, Paris, Moronval, 1824, p. 228-261 ; rééd. 1836, p. 302-327.

49 Stendhal, Napoléon, op. cit., p. V (introduction de Catherine Mariette) et 15.

50 Ibid., p. 13.

Table des illustrations

Légende Ill. Bosselman d’après Chasselat, Divorce de Napoléon et de Joséphine, dans une suite romancée de quatre planches, Paris, Bulla, 1831. © BnF.
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/6000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 465k

Auteur

Docteur en histoire, prix d’histoire militaire 2011, est l’auteur de l’Histoire des maréchaux de France à l’époque moderne (Nouveau Monde / DMPA, 2012) et du Maréchal de Villars, l’infatigable bonheur (Belin, 2012). Il a également publié une vingtaine d’articles sur la France moderne, dans ses aspects institutionnels, politiques, militaires, culturels et sociaux.

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540