Version classiqueVersion mobile

Biographie & Politique

 | 
Olivier Ferret
, 
Anne-Marie Mercier-Faivre

IV. Interpréter

Du biographique et du politique dans l’histoire de Charles XII

Laurence Macé

Texte intégral

  • 1 Pour un état des lieux, voir Myrtille Méricam-Bourdet, « voltaire historien : un chantier qui s’ac (...)

1Avec les Questions sur l’Encyclopédie, l’histoire constitue l’un des derniers grands chantiers des Œuvres complètes de Voltaire entreprises à l’initiative de Theodore Besterman à la fin des années 1960 et dont la fin se profile à l’horizon 2020. Deux textes majeurs ont déjà paru de longue date (l’Histoire de Charles XII et l’Histoire de l’empire de Russie sous Pierre le Grand), d’autres sont annoncés comme à paraître de manière imminente (Le Siècle de Louis XIV) ; cinq des sept volumes de l’Essai sur les mœurs ont vu le jour depuis 2009 et l’on dispose depuis peu d’éditions fiables de deux textes historiographiques importants, plus ou moins contemporains de la genèse du Siècle de Louis XIV et de ce qui deviendra l’Essai sur les mœurs : les Remarques sur l’histoire (1742) et surtout les Nouvelles considérations sur l’histoire (1744), plus ambitieuses par le programme historique qu’elles proposent1.

  • 2 M. Méricam-Bourdet, Voltaire et l’écriture de l’histoire : un enjeu politique, SVEC 2012 :02, Oxfo (...)

2L’Histoire de Charles XII, rédigée par Voltaire au retour d’Angleterre et dont la première édition rouennaise date de 1731, se situe chronologiquement en deçà de ce tournant. Non qu’on ne puisse voir se déployer dans l’écriture de ce premier texte historique de Voltaire, qui est aussi l’un de ses tout premiers textes en prose, ce que Myrtille Méricam-Bourdet présente comme une conception réfléchie du pouvoir et des enjeux du politique2 : une telle conception assure, d’après elle, la cohérence profonde de l’œuvre historique de Voltaire. La question de l’origine du pouvoir de Charles XII et de celui qu’il confère ou retire aux autres princes du Nord du temps de ses victoires, la manière toute différente dont Pierre le Grand construit puis perpétue le sien, mais aussi l’analyse des intrigues et des cérémoniaires de la Grande Porte lors de l’épisode de Bender, relèvent d’une interrogation politique qui est loin d’être totalement absente de l’Histoire de Charles XII.

  • 3 Sur cette complexité, voir Catherine Volpilhac-Auger, « D’Histoire en Vie : la biographie parmi le (...)

3À aucun moment ou presque cependant – l’évocation finale de la Suède vidée de ses forces vives par la folie guerrière de Charles XII faisant peut-être exception –, la réflexion politique n’est véritablement étendue à l’État suédois, à la situation de son économie, aux ressources humaines et matérielles dont il dispose, de sorte que, dans la hiérarchie qui régit les différents genres de l’histoire depuis la seconde moitié du xviie siècle – hiérarchie complexe développée par la Bibliothèque française de Charles Sorel (1664) puis diffusée plus largement par la Méthode pour étudier l’histoire de Nicolas Lenglet Du Fresnoy (1713 puis 1729-1741)3 –, l’Histoire de Charles XII se rattache, pour les lecteurs de l’époque, à la catégorie la plus modeste quant à la forme : non pas à l’histoire générale dont relèvera Le Siècle de Louis XIV, encore moins à l’histoire universelle à laquelle Voltaire s’essaiera dans l’Essai sur les mœurs, mais à l’histoire particulière des souverains dans laquelle Voltaire s’efforce de fait d’inscrire son texte dès la première phrase du « Discours sur l’Histoire de Charles XII » qui accompagne toutes les éditions du texte :

  • 4 Voltaire, Histoire de Charles XII [1731], Gunnar von Proschwitz (éd.), Les Œuvres complètes de Vol (...)

Il y a bien peu de souverains dont on dût écrire une histoire particulière [...]. On se serait bien donné de garde d’ajouter cette histoire particulière de Charles XII roi de Suède à la multitude des livres dont le public est accablé [...]. Mais on n’a pas été déterminé seulement à donner cette vie, par la petite satisfaction d’écrire des faits extraordinaires ; on a pensé que cette lecture pourrait être utile à quelques princes, si ce livre leur tombe par hasard entre les mains. Certainement il n’y a point de souverain qui en lisant la vie de Charles XII ne doive être guéri de la folie des conquêtes4.

  • 5 Jean Sgard, « Poétique des Vies particulières », dans Les Vies de Voltaire : discours et représent (...)

4Or, par leur objet, l’histoire particulière et le genre biographique entretiennent un lien étroit. Dans un précédent colloque consacré aux Vies de Voltaire, Jean Sgard a esquissé de manière magistrale une « poétique des Vies particulières » en montrant comment le discours biographique s’était constitué en genre à part en se dégageant de l’histoire des princes et des nations5. Le biais que l’on se propose d’adopter ici pour aborder la question des rapports du biographique et du politique dans l’Histoire de Charles XII sera celui de la réception. En partant du constat que l’Histoire de Charles XII apparaît très souvent désignée sous le titre de Vie de Charles XII dans les journaux, dans les traductions, dans les correspondances contemporaines, on interrogera d’abord l’hybridité générique de Charles XII avant d’examiner sous l’angle d’une réception spécifique, la réception italienne, particulièrement intéressante par les enjeux « modernes » qu’elle met au jour dans le texte, l’articulation du biographique et du politique propre au premier texte historique de Voltaire.

UN TEXTE HYBRIDE

  • 6 On renvoie à la section « Éditions » dans Voltaire, Histoire de Charles XII, op. cit., p. 85-136.
  • 7 Pour les traductions anglaises et allemandes, voir ibid., p. 138-140 ; à la liste des éditions ita (...)

5Pour aborder la question des rapports qu’entretiennent le biographique et le politique dans l’Histoire de Charles XII, on peut partir en effet, non pas de la genèse du texte mais de sa réception, réception tout à fait remarquable puisque l’ouvrage s’avère l’un des plus gros succès de librairie en France et en Europe tout au long du xviiie siècle. Plus de soixante éditions se succèdent de manière ininterrompue du vivant de Voltaire6 et les traductions sont presque aussi nombreuses : on dénombre ainsi vingt-quatre traductions anglaises, neuf traductions allemandes et jusqu’à seize traductions italiennes de 1734 à 18167.

  • 8 Ibid., p. 151 et 153.

6Si l’on s’en tient au titre qui ne variera jamais, et plus encore au « Discours sur l’Histoire de Charles XII », l’Histoire de Charles XII relève du genre historique par son objet d’abord, l’histoire d’un prince qui, pour n’être pas de ceux « qui ont le plus droit à l’immortalité » pour avoir « fait quelque bien aux hommes », figure avec son rival Pierre le Grand parmi « les personnages les plus singuliers qui eussent paru depuis de vingt siècles8 » sur toute la terre. Par sa méthode aussi, Charles XII relève de l’histoire : non seulement Voltaire déclare n’avancer aucun fait qui ne soit fondé sur « des témoins oculaires et irréprochables », mais il affirme aussi avoir opéré une stricte sélection en prenant le parti de transmettre « non pas tout ce que [Charles XII] a fait » – ce serait là, selon Voltaire, le travers des biographes – mais « ce qu’il a fait de digne d’être transmis à la postérité ». L’utilité didactique et morale de l’opus voltairien inscrit le récit dans le genre historique.

7Fût-ce par antithèse, puisque l’Histoire de Charles XII met en scène un héros qui remet en cause les catégories de l’héroïsme, la conception de l’histoire qu’illustre le texte apparaît solidement ancrée dans la tradition classique, telle du moins que celle-ci apparaît formulée, au moment précis où Voltaire conçoit son projet, dans le Traité des études de Rollin :

  • 9 Charles Rollin, « De l’histoire », dans De la manière d’enseigner et d’étudier les belles-lettres, (...)

Notre histoire nous fournit une infinité de belles paroles et de belles actions de nos rois, et de plusieurs grands hommes, lesquelles font bien connaître en quoi consiste la véritable grandeur, et la solide gloire9.

  • 10 Voltaire, Histoire de Charles XII, op. cit., p. 152. Les Campagnes de Charles XII de Grimarest (17 (...)

8Pour Voltaire, qui écrit après Grimarest, après Limiers et après Defoe, dont il a peut-être lu en Angleterre les textes consacrés au roi suédois, il s’agit, en inscrivant explicitement son texte dans le genre historique, de le distinguer « des gazettes qui ont paru jusqu’ici sous le nom de la Vie de Charles XII » et dont le public, « sous le nom de mémoires, d’histoire de sa vie, d’anecdotes de sa cour », est « inondé » et « accablé10 ».

  • 11 Cité par G. von Proschwitz, dans Voltaire, Histoire de Charles XII, op. cit., p. 57.
  • 12 Lettre de Voltaire au prince royal de Prusse [vers le 1er juin 1737], dans Voltaire, Correspondenc (...)
  • 13 Lettre de Voltaire à Mme Du Deffand, 17 septembre [1759], dans ibid., D8484.

9Pour les contemporains cependant, la question du genre dont relève le texte semble un peu plus complexe, et l’Histoire de Charles XII génériquement plus hybride que ne le laisse supposer son titre. D’une part – ce n’est guère étonnant si l’on considère que Voltaire est presque exclusivement encore un poète pour le public du début des années 1730 –, le héros tragique perce sous l’armure de Charles XII dont on goûte particulièrement les aventures dramatiquement disposées, selon un correspondant des Lettres sérieuses et badines sur les ouvrages des savans et sur d’autres matières, « comme une belle tragédie11 ». Dans sa correspondance, Voltaire, de son côté, n’hésite pas à souligner le caractère romanesque des aventures du roi suédois. Dans une lettre de 1737 à Frédéric, encore prince royal de Prusse, il évoque ainsi « l’espèce d’histoire de cet homme moitié Alexandre, moitié Don Quichotte » qu’il s’est avisé d’écrire « [il] ne sai[t] comment12 » quelques années plus tôt. Et en 1759, alors que c’est un tout autre projet qui est désormais sur son métier (« l’histoire de la création de deux mille lieues de pays, par le tzar Pierre »), il avertit Mme Du Deffand que le nouvel ouvrage ne sera pas « aussi amusant que la vie de Charles XII, car Pierre n’était qu’un sage extraordinaire, et Charles un fou extraordinaire, qui se battait, comme Don Quichotte, contre des moulins à vent13 ».

  • 14 Novelle della repubblica letteraria, no 18, 19 septembre 1739, p. 299, notre traduction (« tende i (...)
  • 15 Sur la naissance de l’histoire de la philosophie à travers le discours biographique entre xviie et(...)
  • 16 Cité par G. von Proschwitz dans Voltaire, Histoire de Charles XII, op. cit., p. 58.

10De fait, comme le suggèrent ces propos qui reprennent et inversent la hiérarchie opposant théoriquement l’histoire particulière du roi de Suède à celle, générale, de l’empire de Russie, c’est moins avec le roman qu’avec le genre des Vies que l’histoire de Charles XII présente la parenté la plus frappante aux yeux des contemporains. Dans les années 1730, et malgré les précautions du « Discours », il est ainsi extrêmement fréquent de trouver l’Histoire de Charles XII désignée sous le titre de Vie de Charles XII. C’est le cas des premières traductions parues hors du contrôle de Voltaire, dans les pays du Nord de l’Europe notamment, dont les titres mettent clairement en avant la part du biographique dans le texte : sur les neuf traductions allemandes parues au xviiie siècle, six sont intitulées Leben Karls des Zwölften, trois seulement rattachant le texte à l’histoire à travers le terme Geschichte – et ce à partir de 1756 seulement. Dans les comptes rendus des périodiques aussi, l’appartenance revendiquée de Charles XII à l’histoire apparaît sacrifiée à la « fureur » biographique dénoncée par Voltaire dans son « Discours » : ainsi des Novelle della repubblica letteraria, le principal organe de presse vénitien de la fin des années 1730, qui, en 1739, interrogent la violente critique, par le Napolitain Paolo Mattia Doria, de l’héroïsme « tel qu’il a été exalté par M. de Voltaire dans sa Vie du fameux Charles XII roi de Suède14 ». Même dans le monde érudit, au sein duquel s’étaient développées les vies de philosophes et d’écrivains15, on ne désigne le texte de Voltaire que par le titre inexact de Vie de Charles XII. « La Vie du roi de Suède par Voltaire est bien écrite à ce qu’on dit, mais bien partiale contre la France », écrit ainsi Mathieu Marais au président Bouhier, le 11 décembre 1731, avant même d’avoir lu le volume, et onze jours plus tard, à nouveau : « Je suis à présent bien savant sur la Vie du roi de Suède, par Voltaire. Je l’ai lue avec étonnement. Elle est pleine de faits rares, surprenants, qui passent le vraisemblable16. » Même titre de l’autre côté des Alpes, dans une lettre de 1732 adressée par le Toscan Antonio Niccolini à Celestino Galiani (l’oncle de Ferdinando), archevêque de Naples et personnage-clé de la vie intellectuelle napolitaine des années 1730 :

  • 17 Naples, Società Napoletana di Storia Patria, ms. A.5, f. 20, lettre d’Antonio Niccolini à Celestin (...)

Je veux vous proposer un beau livre à lire et c’est la Vie de Charles XII roi de Suède écrite par M. Voltaire, que je trouve admirable pour son style, son jugement, la manière de penser et la liberté de l’auteur qui parle et pense comme s’il était né en Angleterre et non en France. Chaque cour d’Europe y apparaît dans sa véritable lumière. Voilà un livre que je me suis proposé de relire de nombreuses fois dans ma vie17.

  • 18 Article « Biographe », dans Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des m (...)

11Publié en 1752, l’article « Biographe » de l’Encyclopédie, normatif par nature, est plus clair encore : est biographe l’auteur « qui a écrit la vie particulière d’un ou de plusieurs personnages célèbres » et si, pour les Anciens, l’auteur anonyme cite sans surprise Plutarque et Cornelius Nepos, ce sont Gregorio Leti, l’abbé de La Bléterie et l’auteur de Charles XII qui illustrent le genre pour les Modernes18.

  • 19 Montesquieu, Pensées. Le Spicilège, Louis Desgraves (éd.), Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins (...)
  • 20 Carlo XII a Bender puis I trionfie l’ardire di Carlo XII, re di Svezia, respectivement créés à Ven (...)

12Force est donc de constater à la lecture de ces témoignages qu’en dépit des précautions du « Discours », l’histoire particulière de Charles XII fut bien lue d’abord comme une Vie, constituée de « biographèmes » remarquables, dont l’un a notamment connu une fortune singulière : le séjour de Charles XII à Bender après 1709, distingué comme symptomatique de la folie despotique du souverain par Montesquieu dans le Spicilège et dans De l’esprit des lois19, et porté à deux reprises sur la scène lyrique vénitienne au tournant du xixe siècle20.

  • 21 J. Sgard, « Poétique des Vies particulières », art. cit., p. 36, dont on illustre les idées dans l (...)
  • 22 Voltaire, Histoire de Charles XII, op. cit., p. 166-167, 204 et 254-255.
  • 23 Ibid., p. 200.
  • 24 Voir Gian Paolo Brizzi, La Formazione della classe dirigente nel Sei-Settecento : I « seminaria no (...)

13Faut-il s’en étonner ? Dans sa « Poétique des Vies particulières », Jean Sgard a bien montré qu’on trouve de fait dans l’Histoire de Charles XII tous les éléments qui, pour le lecteur contemporain, faisaient « la dignité de la biographie classique21 » : le récit d’enfance du petit Charles, « opiniâtre » déjà et se jetant à corps perdu dans l’étude du latin, pour lequel il avait marqué de l’aversion jusque-là, dès lors « qu’on lui eut dit que le roi de Pologne et le roi du Danemark l’entendaient » ; les mots historiques, comme lors du débarquement de Copenhague, où sous le bruit des balles qui sifflent à ses oreilles pour la première fois, le jeune prince déclare : « Bon, ce sera là dorénavant ma musique » ; « les traits d’héroïsme beaux comme l’antique » lorsque le roi, en simple uniforme, croit faire rempart de son corps à l’un de ses généraux qui s’était imprudemment aventuré en grande tenue sous le feu des ennemis et que celui-ci tombe à sa place, ou qu’il terrasse « un ours d’une grandeur démesurée », venu droit à lui, au moyen d’un filet et de son seul bâton22. « Il faut avouer qu’en considérant de telles aventures, la force prodigieuse du roi Auguste et les voyages du tzar, on croirait être au temps des Hercule et des Thésée23 », commente alors Voltaire. Et encore les dialogues fictifs, les batailles composées, les portraits en pied, les parallèles répétés entre Charles et Pierre le Grand : ces topoï, passages obligés de la biographie classique, jouèrent à n’en pas douter un grand rôle dans le succès européen de l’Histoire de Charles XII. Dans les catalogues des collèges jésuites du Nord de l’Italie, on trouve ainsi l’ouvrage (qui ne sera jamais condamné par Rome, à la différence des autres textes historiques de Voltaire) aux côtés d’autres Vies de personnages contemporains importants comme celle de Jean Sobieski, roi de Pologne, évoqué au livre II de l’Histoire de Charles XII24.

DU POLITIQUE ET DU BIOGRAPHIQUE

  • 25 Nicolas Lenglet Du Fresnoy, Méthode pour étudier l’histoire [1713], 9 vol., Paris, Pierre Gandouin (...)

14Même habilement disposés, ces lieux communs de la biographie, propres à susciter l’intérêt des jeunes gens, épuisaient-ils pour autant l’ambition placée par Voltaire dans l’Histoire de Charles XII ? Et cette présence du biographique excluait-elle le politique comme semblait le soutenir Lenglet Du Fresnoy en distinguant de manière si nette l’histoire générale, qui « ne d[evait] représenter aux yeux que des actions publiques, et les faits qui influent dans les grands événements, ou qui en sont une suite », des « vies particulières » qui « font voir les actions privées, les humeurs et les caractères des princes et des grands hommes25 » ?

15Ce n’était évidemment pas ce qu’avait suggéré Voltaire qui, à plusieurs reprises, avait attiré l’attention sur la leçon politique de son texte, notamment dans la chute de son « Discours » :

  • 26 Voltaire, Histoire de Charles XII, op. cit., p. 155.

Si quelque prince et quelque ministre trouvaient dans cet ouvrage des vérités désagréables, qu’ils se souviennent qu’étant hommes publics, ils doivent compte au public de leurs actions : que c’est à ce prix qu’ils achètent leur grandeur : que l’histoire est un témoin, et non un flatteur : et que le seul moyen d’obliger les hommes à dire du bien de nous, c’est d’en faire26.

  • 27 La Méthode pour étudier l’histoire figure dans les bibliothèques des collèges, mais les traditions (...)

16Décalée et moins tributaire des discours normatifs un peu rigides de Lenglet Du Fresnoy27, la réception italienne de Charles XII – le premier texte de Voltaire à être traduit en italien en 1734 – permet de mettre en lumière, par les enthousiasmes et surtout les violentes critiques qu’il suscita, la profonde modernité du récit de la vie du souverain suédois pour les lecteurs européens, sur le plan politique notamment.

  • 28 Mario Infelise, « Editoria e società a Venezia nel Settecento », dans Cultura, intellettuali e cir (...)

17Le premier indice en faveur d’une lecture politique de Charles XII réside dans l’identité de l’éditeur à l’initiative de la traduction italienne : le Vénitien Pitteri, un libraire réputé pour ses ouvrages en matière d’érudition, mais que n’effrayaient pas les matières politiquement plus délicates. À son catalogue figurent ainsi, dans les années 1730 qui voient paraître la Storia di Carlo XII, les Œuvres de Paolo Sarpi, le grand juridictionnaliste vénitien qui s’était opposé à Rome au début du xviie siècle, et la Storia dell’anno, une collection d’histoire contemporaine d’orientation juridictionnaliste elle aussi, qui prend son essor alors que Pitteri projette de rééditer à Venise l’Istoria civile del regno di Napoli de Pietro Giannone – un choix éditorial fort alors que le grand juriste napolitain vient de se réfugier à Venise (d’où il est bientôt chassé) pour échapper à l’Inquisition28.

  • 29 Voltaire, Histoire de Charles XII, op. cit., p. 247.

18Dans ce contexte et dans l’optique du conflit qui continuait d’opposer Venise et Rome au xviiie siècle – conflit qui s’étendra de fait aux autres États de la péninsule à mesure que l’on avance dans le siècle –, les livres II et III de l’Histoire de Charles XII, qui rapportaient les choix politiques des tenants de l’Église de Pologne menés par le cardinal primat Radjousky d’un côté, et des prélats polonais sous influence romaine favorables au roi Auguste de l’autre, se prêtaient à une lecture politique dont l’intérêt pour les lecteurs italiens des années 1730 était majeur. Dans ces livres, la réflexion juridictionnaliste couve sous l’anecdote biographique, comme dans l’épisode de Prague, où le cardinal primat ayant couru se présenter à Charles XII, le conquérant, « vêtu d’un habit de gros drap bleu, avec des boutons de cuivre doré, de grosses bottes, des gants de buffle qui lui venaient jusqu’au coude, dans une chambre sans tapisserie », avance « quelques pas au-devant du cardinal29 », signalant par là la primauté du politique sur le religieux. Le propos est plus clair encore un peu plus loin dans le récit, lorsque, des brefs du pape destinés à empêcher l’élection de Stanislas sur le trône de Pologne ayant été saisis, Charles XII prend le parti de publier « un placard du roi de Suède, par lequel il était défendu à tous ecclésiastiques séculiers et réguliers dans Varsovie, sous des peines très grièves, de se mêler des affaires d’État » :

  • 30 Ibid., p. 280. La dernière phrase ne figure pas dans la première édition supprimée de 1730, qui se (...)

Pour plus de sûreté, il fit mettre des gardes aux portes de tous les prélats, et défendit qu’aucun étranger entrât dans la ville. Il prenait sur lui ces petites sévérités, afin que Stanislas ne fût point brouillé avec le clergé à son avènement. Il disait qu’il se délassait de ses fatigues militaires, en arrêtant les intrigues de la cour romaine, et qu’on se battait contre elle avec du papier, au lieu qu’il fallait attaquer les autres souverains avec des armes véritables30.

  • 31 Par l’Index, le 12 décembre 1768, puis par le Saint-Office, saisi par le nonce de Pologne scandali (...)

19Avec plus de trente ans d’avance, ces remarques, qui inscrivent le politique au cœur du biographique, préfigurent l’Essai historique et critique sur les dissensions des Églises de Pologne (1767), doublement condamné par Rome31.

  • 32 Voltaire, Histoire de Charles XII, op. cit., p. 324, 326 et 329.

20Une autre question politique soulevée par la vie du roi suédois, dans sa folle fuite en avant scandée par les manchettes des éditions d’époque (« il poursuit le tzar », « il bat les Russes », « il les bat encore32 »), est celle du modèle d’expansion, en l’occurrence strictement militaire, suivi par Charles XII. À ce modèle mis en échec sur le plan biographique par la geste de Charles XII, Voltaire oppose, dans le livre I, à travers le parcours de Pierre le Grand (tracé à gros traits d’abord, puis précisé en ce sens au fil des éditions), un autre modèle d’expansion qu’on pourrait dire économique et sociétal, fondé sur la civilisation du peuple russe. Dès 1730, il écrit :

  • 33 Ibid., p. 185.

Enfin, après deux ans de voyages et de travaux, auxquels nul autre homme que lui n’eût voulu se soumettre, il reparut en Russie, amenant avec lui les arts de l’Europe [...]. Les Moscovites connurent par degrés ce que c’est que la société33.

  • 34 Voir la note 17.

21Biographique et politique apparaissent difficilement dissociables : le récit de la vie de Charles XII et son contrepoint, celle de Pierre le Grand, quoique embryonnaires encore, relèvent d’enjeux politiques qui divisent profondément d’une nation à une autre et jusqu’au sein d’une même tradition. Ainsi, deux ans avant la parution des Lettres philosophiques, le Toscan Antonio Niccolini, « catholique éclairé » et sans doute franc-maçon, est sensible à la manière dont le modèle anglais travaille déjà en profondeur la « vie de Charles XII », où Voltaire « parle et pense comme s’il était né en Angleterre et non en France », on l’a vu34. Chez le Napolitain Paolo Mattia Doria, partisan des veteres et fervent défenseur de la tradition néoplatonicienne locale, le constat n’est pas différent mais l’appréciation diverge radicalement. Pour un motif assez proche – la promotion du modèle mercantiliste, soutien du pouvoir absolu des monarchies modernes dont Doria est le farouche adversaire –, les Considerazioni su la vita di Carlo XII re di Svezia, scritta dal Signor di Voltaire (Considérations sur la vie de Charles XII roi de Suède, écrite par M. de Voltaire), qu’il fait paraître en 1737, condamnent avec virulence le premier texte historique de Voltaire :

  • 35 Paolo Mattia Doria, Considerazioni su la vita di Carlo XII re di Svezia, scritta dal Signor di Vol (...)

Lorsque je lis le portrait que M. de Voltaire fait de Pierre Alessiovitz dans le premier livre de l’Histoire de Charles XII, j’ai l’impression de voir un de ces faux héros qui croient que la vertu d’une république bien ordonnée consiste uniquement dans le fait d’enrichir le trésor du prince en encourageant le commerce et les arts pour pouvoir suppléer par de nombreuses armées à leur désir avide de conquêtes pernicieuses ; d’où il résulte ensuite qu’ils négligent l’importante maxime qui veut qu’on éduque les peuples aux vertus et qu’on les discipline par les sciences et que par là on fasse d’eux de vrais hommes suivant la maxime de Sénèque, qui déclare : Educatio et disciplina virum faciunt35.

  • 36 P.M. Doria, Il Petit Maître Filosofo moderno, delineato nel ritratto della mente e nelle maniere d (...)

22Dans l’embryon de vie de Pierre le Grand qui prélude à celle de Charles XII et explicite, selon lui, le modèle politique à l’œuvre dans tout le texte, Doria (comme Niccolini) entrevoit donc déjà la thématique de la dixième lettre philosophique (« Sur le commerce ») dont il approfondira encore l’analyse dans Il Petit Maître Filosofo moderno, violente critique des Lettres philosophiques qu’il publie en 174136. Dans l’Histoire de Charles XII en tout cas, il fait le constat que les voies du discours biographique croisent celles de l’expansion politique moderne, et il le condamne.

  • 37 Ibid., p. 50-51, notre traduction (« innalzando la lor mente alle contemplazioni della metafisica, (...)

23L’approche philosophique du politique constitue la dernière clé de lecture politique de la Vie de Charles XII pour les plus irréductibles censeurs de la modernité en Italie. Pour ce républicain convaincu, les vrais héros sont ceux qui, en « élevant leur esprit aux contemplations de la métaphysique dans lesquelles ils reconnaissent les origines et les essences des vertus », se rendent utiles « lorsqu’ils emploient les vertus sublimes et quasi surnaturelles qu’ils ont reçues de Dieu en faveur de la république et de leur prochain37 ». Privée de vraie sagesse comme de vraie prudence, la geste du roi suédois, qui n’a pas su subordonner sa soif de gloire à une fin utile à son peuple ni à lui-même, est donc disqualifiée et trouve sa conclusion nécessaire dans sa mort. La vie de Charles XII et sa fin illustrent l’absence de vraies vertus – politiques au sens plein du terme – du conquérant.

  • 38 Ibid., p. 61.
  • 39 Voltaire, Histoire de Charles XII, op. cit., p. 194. Voltaire eut connaissance de la virulente cri (...)
  • 40 P.M. Doria, Considerazioni su la vita di Carlo XII, op. cit., p. 60, notre traduction (« che non s (...)

24Pour Doria, ce constat s’applique autant à la vie de Pierre le Grand, tout aussi ignorant que Charles XII des lois selon lesquelles il faut élever les peuples jusqu’à la liberté de l’esprit qui produit l’idée de la vraie justice, de la vraie force, de la vraie tempérance et de la vraie prudence38. La férocité et les vices du tzar, sa cruauté envers son fils Alexis qu’en 1739 Voltaire peine à « pardonner39 » à Pierre, sont pour Doria incompatibles avec le véritable héroïsme. Avec une ironie qu’il ne dissimule pas, celui-ci s’accuse de n’avoir pas su « voir le Lycurgue en Pierre Alessiovitz40 ». La vie de l’homme brutal invalide le projet politique du prétendu « civilisateur » :

  • 41 Ibid., p. 67, notre traduction (« Da questo che ho detto dunque io ne deduco, che la sola filosofi (...)

De ce que j’ai dit je déduis donc que la seule philosophie est celle qui donne aux législateurs et aux chefs d’armée l’idée de l’unité et en même temps les vraies idées des vertus, et en les liant l’une à l’autre, les rend fortes et constantes ; et forme ainsi de la vie civile un précieux joyau ; j’en déduis ensuite que M. de Voltaire lui-même, qui dans son livre de la Vie de Charles XII nomme le tzar créateur et législateur, n’avait pas lui-même dans son esprit l’idée véritable du législateur et du créateur, c’est-à-dire celle du véritable héros, parce que s’il avait eu dans son esprit l’idée du héros, il n’aurait pas confondu dans son esprit le philosophe législateur avec le marchand, le héros avec le tyran41.

*

25Le détour italien illustre donc la modernité politique de l’Histoire de Charles XII, très vivement ressentie à Naples par les partisans des Anciens. Sous la plume acerbe de Doria comme dans l’enthousiasme retenu des partisans de Voltaire, le biographique apparaît profondément politique en tant qu’il engage la conception que l’on se fait de la fonction du souverain mais aussi du philosophe dans la cité. Dans sa « Poétique des Vies particulières », Jean Sgard avait montré comment le développement, dans un certain nombre d’« histoires particulières » exceptionnellement abouties, d’un art du récit distinct de celui de l’histoire générale contribua à l’émergence et à l’autonomisation de la biographie moderne. À relire la courte liste de l’article « Biographe » de l’Encyclopédie, où Voltaire côtoie Gregorio Leti, célèbre pour ses positions anti-papales, et l’abbé de La Bléterie, farouche adversaire du despotisme et défenseur des thèses de Boulainvilliers, on peut se demander si, dès la première moitié du siècle, les réussites les plus abouties du genre des histoires particulières n’articulèrent pas aussi de manière nouvelle les rapports du biographique et du politique.

Bibliographie

Bibliographie

Corpus d’étude

Il teatro moderno applaudito : ossia raccolta di tragedie, commedie, drammi e farse che godono presentemente dul più alto favore sui pubblici teatri, così italiani, come stranieri.

Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres, 35 vol., Paris, Briasson, 1751-1780.

Novelle della repubblica letteraria.

Doria Paolo Mattia, Considerazioni su la vita di Carlo XII re di Svezia, scritta dal Signor di Voltaire, Ragionamenti e poesie varie di Paolo Mattia Doria, Venise [Naples], s.n., 1737.
—, Il Petit Maître Filosofo moderno, delineato nel ritratto della mente e nelle maniere di scrivere del signor di Voltaire : ovvero Riflessioni di Paolo Mattia Doria intorno a un libro del Signor di Voltaire, Lettere e ragionamenti varj di Paolo Mattia Doria... Tomo II diviso i due parti. Parte prima, Pérouse [Naples], [Gennaro Muzio], 1741.

Lenglet Du Fresnoy Nicolas, Méthode pour étudier l’histoire [1713], 9 vol., Paris, Pierre Gandouin, à la belle Image, 1735, vol. 5.

Montesquieu, De l’esprit des lois [1748], 2 vol., Robert Derathé & Denis de Casabianca (éd.), Paris, Classiques Garnier, coll. « Bibliothèque du xviiie siècle », 2011.
—, Pensées. Le Spicilège, Louis Desgraves (éd.), Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1991.

Rollin Charles, « De l’histoire », dans De la manière d’enseigner et d’étudier les belles-lettres, ou Traité des études [1726-1728], 4 vol., Lyon, Rusand, 1819.

Voltaire, Correspondence and Related Documents, Theodore Besterman (éd.), Les Œuvres complètes de Voltaire, Oxford, Voltaire Foundation, 1968-1977, t. 85-135.
—, Histoire de Charles XII [1731], Gunnar von Proschwitz (éd.), Les Œuvres complètes de Voltaire, Oxford, Voltaire Foundation, 1996, t. 4.

Ouvrages et articles critiques

Brizzi Gian Paolo, La Formazione della classe dirigente nel Sei-Settecento : I « seminaria nobilium » nell’Italia centro-settentrionale, Bologne, Il Mulino, 1976.

Infelise Mario, « Editoria e società a Venezia nel Settecento », dans Cultura, intellettuali e circolazione delle idée nel ‘700, Renato Pasta (dir.), Milan, Franco Angeli, 1990, p. 181-186.

Méricam-Bourdet Myrtille, Voltaire et l’écriture de l’histoire : un enjeu politique, SVEC 2012 :02, Oxford, Voltaire Foundation, 2012.
—, « voltaire historien : un chantier qui s’achève ? », Revue Voltaire, no 12, 2012, p. 21-30.

Ribard Dinah, Raconter, vivre, penser : histoire(s) de philosophes, 1650-1766, Paris, EHESS/Vrin, 2003.

Volpilhac-Auger Catherine, « D’Histoire en Vie : la biographie parmi les genres de l’histoire (xviie-xviiie siècles) », dans Usages des vies : le biographique hier et aujourd’hui ( xviie-xxie siècles), Sarah Mombert & Michèle Rosellini (dir.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2012, p. 31-61.

Notes

1 Pour un état des lieux, voir Myrtille Méricam-Bourdet, « voltaire historien : un chantier qui s’achève ? », Revue Voltaire, no 12, 2012, p. 21-30.

2 M. Méricam-Bourdet, Voltaire et l’écriture de l’histoire : un enjeu politique, SVEC 2012 :02, Oxford, Voltaire Foundation, 2012.

3 Sur cette complexité, voir Catherine Volpilhac-Auger, « D’Histoire en Vie : la biographie parmi les genres de l’histoire (xviie-xviiie siècles) », dans Usages des vies : le biographique hier et aujourd’hui ( xviie-xxie siècles), Sarah Mombert & Michèle Rosellini (dir.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2012, p. 31-61.

4 Voltaire, Histoire de Charles XII [1731], Gunnar von Proschwitz (éd.), Les Œuvres complètes de Voltaire, Oxford, Voltaire Foundation, 1996, t. 4, p. 151. Ce discours accompagne le texte dès la première édition, même s’il est alors placé à la fin du tome second.

5 Jean Sgard, « Poétique des Vies particulières », dans Les Vies de Voltaire : discours et représentations biographiques, xviiie-xxie siècles, Christophe Cave & Simon Davies (dir.), SVEC 2008 :04, Oxford, Voltaire Foundation, 2008, p. 29-30.

6 On renvoie à la section « Éditions » dans Voltaire, Histoire de Charles XII, op. cit., p. 85-136.

7 Pour les traductions anglaises et allemandes, voir ibid., p. 138-140 ; à la liste des éditions italiennes (p. 141), il faut ajouter deux autres rééditions à Venise par Pitteri, en 1744 et en 1784, dont il sera question plus loin.

8 Ibid., p. 151 et 153.

9 Charles Rollin, « De l’histoire », dans De la manière d’enseigner et d’étudier les belles-lettres, ou Traité des études [1726-1728], 4 vol., Lyon, Rusand, 1819, vol. 3, p. 91 ; cité par J. Sgard, « Poétique des Vies particulières », art. cit., p. 35.

10 Voltaire, Histoire de Charles XII, op. cit., p. 152. Les Campagnes de Charles XII de Grimarest (1706-1711), The History of the Wars of his Present Majesty Charles XII (1715 puis 1720) et Some Account of the Life [...] of George Henry Baron of Görtz (1719) de Daniel Defoe, ainsi que l’Histoire de Charles XII de Limiers (1721) constituent les principales sources imprimées de Voltaire.

11 Cité par G. von Proschwitz, dans Voltaire, Histoire de Charles XII, op. cit., p. 57.

12 Lettre de Voltaire au prince royal de Prusse [vers le 1er juin 1737], dans Voltaire, Correspondence and Related Documents, Theodore Besterman (éd.), Les Œuvres complètes de Voltaire, Oxford, Voltaire Foundation, 1968-1977, t. 85-135, D1334.

13 Lettre de Voltaire à Mme Du Deffand, 17 septembre [1759], dans ibid., D8484.

14 Novelle della repubblica letteraria, no 18, 19 septembre 1739, p. 299, notre traduction (« tende il terzo Discorso a sindicar l’eroismo, come fu predicato dal Sig. di Voltaire nella Vita ch’egli scrisse del famoso Carlo XII re di Svezia »).

15 Sur la naissance de l’histoire de la philosophie à travers le discours biographique entre xviie et xviiie siècles, voir Dinah Ribard, Raconter, vivre, penser : histoire(s) de philosophes, 1650-1766, Paris, EHESS / Vrin, 2003.

16 Cité par G. von Proschwitz dans Voltaire, Histoire de Charles XII, op. cit., p. 58.

17 Naples, Società Napoletana di Storia Patria, ms. A.5, f. 20, lettre d’Antonio Niccolini à Celestino Galiani datée « Roma 19 luglio 1732 », notre traduction (« Voglio proporvi un bel libro a leggere, e questo è la Vita di Carlo XII re di Svezia fatta da Mr. Voltaire, che io trovo ammirabile per lo stile, per il giudizio, maniera di pensare, e libertà dell’autore, che parla e pensa come se fosse nato in Inghilterra, e non in Francia. Ogni corte d’Europa in esso è messa nella sua vera luce. Questo è un libro, che mi son proposto di voler molte volte leggere in vita mia. »).

18 Article « Biographe », dans Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres, 35 vol., Paris, Briasson, 1751-1780, vol. 2, p. 259.

19 Montesquieu, Pensées. Le Spicilège, Louis Desgraves (éd.), Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1991, no 538, p. 821 : « Il était toujours avec ses bottes, il disait qu’il avait laissé ses pantoufles à Stockholm et qu’il ne les reprendrait que là. » Et De l’esprit des lois [1748], 2 vol., Robert Derathé & Denis de Casabianca (éd.), Paris, Classiques Garnier, coll. « Bibliothèque du xviiie siècle », 2011, livre V, chapitre XIV, vol. 1, p. 67 : « Charles XII étant à Bender, trouvant quelque résistance dans le sénat de Suède, écrivit qu’il leur enverrait une de ses bottes pour commander. Cette botte aurait commandé comme un roi despotique. »

20 Carlo XII a Bender puis I trionfie l’ardire di Carlo XII, re di Svezia, respectivement créés à Venise à l’automne 1792 et pour le carnaval de 1797, d’après Il teatro moderno applaudito, 1796, vol. 5, p. 69, et 1797, vol. 8, p. 13.

21 J. Sgard, « Poétique des Vies particulières », art. cit., p. 36, dont on illustre les idées dans les lignes qui suivent.

22 Voltaire, Histoire de Charles XII, op. cit., p. 166-167, 204 et 254-255.

23 Ibid., p. 200.

24 Voir Gian Paolo Brizzi, La Formazione della classe dirigente nel Sei-Settecento : I « seminaria nobilium » nell’Italia centro-settentrionale, Bologne, Il Mulino, 1976, p. 243.

25 Nicolas Lenglet Du Fresnoy, Méthode pour étudier l’histoire [1713], 9 vol., Paris, Pierre Gandouin, à la belle Image, 1735, vol. 5, p. 222.

26 Voltaire, Histoire de Charles XII, op. cit., p. 155.

27 La Méthode pour étudier l’histoire figure dans les bibliothèques des collèges, mais les traditions qui comptent sont autres, on va le voir.

28 Mario Infelise, « Editoria e società a Venezia nel Settecento », dans Cultura, intellettuali e circolazione delle idée nel ‘700, Renato Pasta (dir.), Milan, Franco Angeli, 1990, p. 183.

29 Voltaire, Histoire de Charles XII, op. cit., p. 247.

30 Ibid., p. 280. La dernière phrase ne figure pas dans la première édition supprimée de 1730, qui se termine brutalement au début du livre V.

31 Par l’Index, le 12 décembre 1768, puis par le Saint-Office, saisi par le nonce de Pologne scandalisé de ce qu’on vende publiquement le texte « sous les yeux » de l’évêque de Poznań, en 1770.

32 Voltaire, Histoire de Charles XII, op. cit., p. 324, 326 et 329.

33 Ibid., p. 185.

34 Voir la note 17.

35 Paolo Mattia Doria, Considerazioni su la vita di Carlo XII re di Svezia, scritta dal Signor di Voltaire, dans Ragionamenti e poesie varie di Paolo Mattia Doria, Venise [Naples], s.n., 1737, p. 59, notre traduction (« Quando io leggo il ritratto, che il Signor di Voltaire fa di Pietro Alessiowitz nel primo libro della Storia di Carlo XII mi sembra di veder l’immagine di un di que’falsi eroi, i quali credono, che la virtù di una ben ordinata repubblica consista solamente nel far ricco l’erario del principe, promovendo il commercio, e le arti per poter supplire con numerosi eserciti alla loro avida brama di perniciose conquiste ; onde poi pongono in non cale l’importante massima di educare i popoli nelle virtù, e di disciplinarli nelle vere scienze, e con ciò farli veri uomini seguendo la massima di Seneca, il quale dice : Educatio et disciplina virum faciunt. »).

36 P.M. Doria, Il Petit Maître Filosofo moderno, delineato nel ritratto della mente e nelle maniere di scrivere del signor di Voltaire : ovvero Riflessioni di Paolo Mattia Doria intorno a un libro del Signor di Voltaire, dans Lettere e ragionamenti varj di Paolo Mattia Doria... Tomo II diviso i due parti. Parte prima, Pérouse [Naples], [Gennaro Muzio], 1741.

37 Ibid., p. 50-51, notre traduction (« innalzando la lor mente alle contemplazioni della metafisica, in quella ravvisano le origini, e l’essenze delle virtù. [...] Gli eroi sono utilissimi alle repubbliche, quando le sublimi e quasi soprannaturali virtù, cha hanno sortito da Dio, adoperano a pro della repubblica, e del loro prossimo »).

38 Ibid., p. 61.

39 Voltaire, Histoire de Charles XII, op. cit., p. 194. Voltaire eut connaissance de la virulente critique de Doria dont il conserve encore à Ferney un exemplaire lui ayant été remis par Antonini à une date hélas imprécise : voir M.P. Alekseev & T.N. Kopreeva, Bibliothèque de Voltaire : catalogue des livres, Moscou, Bibliothèque publique de Leningrad, 1961, BV1099. La fin du livre I, où apparaît la défense maladroite de Pierre, datant de 1739, on ne peut exclure que Voltaire y réponde aux critiques de Doria.

40 P.M. Doria, Considerazioni su la vita di Carlo XII, op. cit., p. 60, notre traduction (« che non seppero vedere il Licurgo in Pietro Alessiovitz »).

41 Ibid., p. 67, notre traduction (« Da questo che ho detto dunque io ne deduco, che la sola filosofia è quella, che da a’legislatori, e a’capitani d’eserciti l’idea dell’unità, e insieme con quella le vere idee delle virtù, e legandole insieme le rende forti, e costanti ; e con ciò forma della vita civile un prezioso gioiello ; ne deduco poi, che l’istesso Signor di Voltaire, il quale nel suo libro della Vita di Carlo XII noma il tzar creatore, e legislatore, non avea stesso nella sua mente la vera idea del legislatore, e del creatore, cioè quella del vero eroe ; perché se avesse avuto nella sua mente l’idea dell’eroe, non avrebbe confuso nella sua mente il filosofo legislatore col mercadante, l’eroe col tiranno »).

Auteur

Maître de conférences à l’Université de Rouen et membre du CEREdI. Elle a consacré sa thèse à la réception italienne de l’œuvre de Voltaire et s’intéresse à l’histoire des idées, en particulier à la question de la censure à l’époque classique. Elle a édité plusieurs textes, notamment historiques, pour les Œuvres complètes de Voltaire (Voltaire Foundation), dirigé un volume de Lectures du « Dictionnaire philosophique » (Presses universitaires de Rennes, 2008) et publié une anthologie de Textes interdits de Voltaire (Garnier, 2010).

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search