Version classiqueVersion mobile

Biographie & Politique

 | 
Olivier Ferret
, 
Anne-Marie Mercier-Faivre

IV. Interpréter

La perception du cas de Cromwell : du destin d’un individu à celui de l’État

Myrtille Méricam-Bourdet

Texte intégral

  • 1 François Raguenet, Histoire d’Olivier Cromwell, Paris, Claude Barbin, 1691.

1C’est à la fin du xviie siècle que sont parues les premières grandes biographies consacrées à Cromwell, lui qui, moins de trente ans auparavant, avait pris la tête d’un épisode républicain ayant laissé de profondes marques dans l’histoire jusque-là exclusivement monarchique du royaume d’Angleterre. En 1691, l’abbé François Raguenet composa une Vie d’Olivier Cromwell qui connut immédiatement un certain succès1. Trois ans plus tard, Gregorio Leti, historien italien réfugié en Angleterre en raison de sa confession protestante, fit lui aussi paraître (et d’abord en italien) une Vie d’Olivier Cromwell (1694) qui était tout sauf neutre, son auteur ayant par ailleurs été historiographe de Charles II, fils « rétabli » du malheureux Charles Ier qui avait laissé sa tête sur le billot de Whitehall. Inscrites dans la longue tradition des Vies des hommes illustres, de telles œuvres étaient évidemment propices à tirer des leçons exemplaires de l’histoire, qu’il faille y voir un réservoir d’exemples et de vertus à suivre, ou au contraire de vices à abhorrer. Étant donné le destin de l’homme pris pour sujet de ces biographies, ce serait un truisme de mentionner la portée politique que peuvent receler de tels ouvrages, ainsi que leur positionnement dans le paysage politique de leur époque. Traiter un tel sujet pouvait difficilement se faire sans prendre position face aux événements eux-mêmes, et les Vies de Cromwell se partagent en deux clans opposés par le regard qu’elles portent sur l’homme. Ce point de vue s’affiche d’ailleurs souvent sans détour, et les nouveaux venus sur le marché de la biographie cromwellienne, tel Isaac Kimber en 1724, prennent ouvertement position face à leurs prédécesseurs.

  • 2 « Avertissement du traducteur », dans Gregorio Leti, La Vie d’Olivier Cromwell [1694], 3 vol., Ams (...)
  • 3 [Isaac Kimber], La Vie d’Olivier Cromwell, Lord Protecteur de la République d’Angleterre, d’Écosse (...)

2Devant une telle polarisation du champ d’étude sur Cromwell, il serait alors aisé de s’attacher à montrer comment les éléments biographiques relevant plutôt de la sphère intime sont mis au service d’une narration qui porte évidemment un jugement sur l’homme et sur les événements révolutionnaires auxquels il fut associé. On remarquerait sans nul doute que les détails les plus « anecdotiques », parce que périphériques par rapport aux événements politiques auxquels il participa, sont en réalité annonciateurs ou révélateurs du comportement « public » de l’homme et de ses choix engageant le destin entier d’une nation. C’est ainsi que le traducteur français de Gregorio Leti justifie la mention qu’il fait, à la différence de François Raguenet, du jeu de dupes mené par l’épouse de Cromwell2, qui fait ainsi pendant à celui de son époux. De même, les éléments relevant du comportement privé sont eux aussi utilisés le plus souvent afin de discréditer l’homme, ce que note avec amertume Isaac Kimber en commentant l’ouvrage de Leti : « Cromwell nous est [...] présenté comme un faiseur de bâtards à Paris et à Londres, comme un fourbe, comme un impie.3 »

  • 4 Jean-Marie Goulemot, Le Règne de l’histoire : discours historiques et révolutions xviie- xviiie si (...)

3Au-delà de l’appréciation qui est portée sur l’homme, la façon dont on rend compte du cas de Cromwell engage plus largement la façon dont on conçoit le déroulement des événements politiques. Que l’on prenne ces biographies, ou que l’on se penche plus largement sur les sommes historiques traitant de l’histoire de l’Angleterre – dans lesquelles il faudra étudier les formes que prend le biographique –, se pose la question de savoir quelle place accorder à un homme, ou plus précisément à ce grand homme, dans le déroulement historique et dans le destin de l’État. Paradoxalement, comme l’a montré Jean-Marie Goulemot dans son travail sur le discours historique et les révolutions4, accorder une grande place au génie personnel de Cromwell permet de conjurer la portée politique de son acte. Si tous les événements sont attribuables à sa seule personne, la période républicaine peut d’autant plus facilement être considérée comme un événement unique, mais surtout comme une parenthèse dans le destin monarchique de l’Angleterre, sans lien aucun avec la société anglaise et les aspirations éventuelles des parlementaires. On se tromperait cependant en concluant que la valorisation de l’élément biographique pur, à distance d’une histoire envisageant bien plus largement l’étude des forces politiques en présence et de la société, vaut comme élimination du politique de l’horizon d’écriture.

4En effet, à l’inverse – et c’est en cela que l’interrogation sur le biographique semble toujours pleinement politique –, valoriser l’importance d’un homme et de son génie permet de poser tout autant la question de l’influence de ce dernier sur les événements et sur les hommes de son temps. Faut-il y voir le fruit du hasard et de la conjonction des circonstances, ou reconnaître à l’homme des moyens d’action propres et « concertés » ? Si oui, de quelle nature peuvent-ils être ? En cela, les Vies de Cromwell semblent offrir un intéressant cas d’étude interrogeant, à partir des données biographiques, les leviers de l’action politique.

QUEL RÔLE RECONNAÎTRE À L’INDIVIDU DANS L’HISTOIRE DE L’ÉTAT ?

  • 5 Voltaire, De Cromwell [1748], Mark Waddicor (éd.), Les Œuvres complètes de Voltaire, Oxford, Volta (...)

5Déterminer la place d’un homme tel que Cromwell dans l’histoire suppose de retracer son parcours, et de revenir en particulier sur ses origines. L’un des topoï de la biographie consiste à examiner l’enfance et à la réinterpréter rétrospectivement afin d’y déceler, souvent à partir de « petits faits » pouvant jusqu’alors passer pour anecdotiques, les signes avant-coureurs d’un grand destin. Les biographies de Cromwell n’échappent pas à une telle règle, à ceci près que la vie du Protecteur souffre de prime abord d’un défaut majeur : l’homme semble en effet s’être révélé tardivement, comme le souligne le court essai que lui consacre Voltaire en 1748 : « Il avait plus de quarante ans sans qu’il eût jamais fait parler de lui5. » Non seulement l’avènement de Cromwell sur la scène politique, mais son existence biographique même, dateraient donc « seulement » de sa nomination en tant que représentant de la ville de Cambridge au Parlement d’Angleterre en 1640, à 41 ans, puis de sa participation aux troubles grandissants qui agitaient le royaume sous le règne de Charles Ier. L’une des sources traditionnelles du biographique est donc d’emblée tarie avec un tel personnage, à tel point que le compilateur Kimber, dans sa Vie d’Olivier Cromwell, passe totalement sous silence la période, se contentant d’évoquer brièvement les origines familiales de l’homme. N’y avait-il vraiment rien à évoquer ? La comparaison avec les sources primitives, et en particulier avec les Vies composées par l’abbé Raguenet en 1691, puis surtout par Leti en 1694, fait apparaître que ces deux biographes avaient évidemment trouvé des matériaux sur le « passé » de Cromwell.

6Le récit très fourni de Leti évoque ainsi longuement le premier engagement de Cromwell dans la carrière ecclésiastique, ainsi que son ambition à s’élever par ce moyen. Or, Cromwell échoue dans ses projets et se retrouve la victime aussi bien de ses propres ambitions que de celles de ses adversaires, qui obtiennent son éviction de la Cour et de la carrière ecclésiastique sous prétexte de ses sympathies avec le mouvement puritain. Cet épisode et ce premier engagement dans une voie bien opposée à celle des armes sont capitaux dans le récit de Leti, dans la mesure où ils fondent et justifient toute la suite des événements :

  • 6 G. Leti, La Vie d’Olivier Cromwell, op. cit., partie I, livre IV, vol. 1, p. 334-335.

Le voilà déchu de ce degré de fortune, qui l’allait élever à la prélature. Le voilà noirci du titre de puritain, qui était le plus injurieux qu’on pût imaginer, et que les Anglais avaient en grande horreur, après avoir demeuré pendant six ans dans de continuelles soumissions à contrefaire le dévot. Le voilà trompé après avoir bien pris de la peine pour tromper les autres. Mais que dis-je ! ce revers fut avantageux à Cromwell, car il devint l’ennemi du roi ; et joint à cette troupe de mécontents répandus dans le royaume, il lui fit plus de mal que tous les autres, comme nous le verrons dans la suite. [...] Tout ce qu’un grand retentissement est capable d’inspirer à un homme fier et violent comme il était, lui passa par l’esprit. [...] et ces premiers mouvements de haine et de vengeance qu’il conçut, furent comme les semences de tous les troubles et de toutes les divisions qu’il causa dans la suite6.

7L’épisode est donc fondateur, et les desseins de Cromwell contre la monarchie s’expliquent à la fois par son ressentiment et par son dépit de voir ses ambitions contrariées. L’explication implique également l’hypocrisie de Cromwell, prêt à tous les artifices et à toutes les dissimulations pour assouvir sa soif d’ascension sociale, en embrassant aussi bien la carrière des armes que la carrière ecclésiastique. On l’aura compris, cette biographie fondatrice composée par Leti est fortement défavorable à Cromwell, et c’est aussi par rapport à elle qu’il faut comprendre le traitement effectué par ses successeurs. Qu’un Kimber passe totalement sous silence cette partie de la vie de Cromwell n’est évidemment pas anodin, et cette absence constitue une lecture particulière de l’action de l’homme et de sa place en politique.

  • 7 « Avertissement du traducteur », dans ibid., vol. 1, n.p.

8La biographie de Leti se construit donc autour d’un récit largement défavorable à l’homme, et qui fait d’une ambition démesurée le motif essentiel de son action. C’est ainsi qu’il n’hésite pas à faire de certaines anecdotes des traits révélateurs de cette ambition : ainsi de la répugnance de Cromwell à prononcer les mots de monarque et de monarchie pour désigner le roi et son royaume. Si, comme le souligne le traducteur de Leti dans l’édition de 1696, « ce serait trop raffiner que d’inférer de là, que Cromwell avait alors en vue de détruire la maison royale, comme il le tenta dans la suite », on peut cependant en « conclure assez naturellement qu’en général il n’aimait point l’état monarchique7 ». Le ressentiment nourri par Cromwell à la suite de son éviction de la carrière ecclésiastique fournit ensuite l’élément déclencheur qui permet à des sentiments jusque-là privés de trouver une expression qui se fera alors politique parce qu’elle mettra en jeu le destin entier du royaume. L’évocation des amours de Cromwell, qui pourrait elle aussi n’être qu’accessoire, participe à l’élaboration de ce dispositif interprétatif qui lie indéniablement sphère intime, privée, et sphère publique. Ce que ne manque pas de souligner le traducteur de Leti, qui fait ainsi saillir un manque dans la Vie écrite par Raguenet qui passe au contraire ces questions domestiques sous silence :

  • 8 Ibid.

Je ne saurais m’empêcher de dire un mot de la femme de Cromwell. M. Leti en parle fort au long, mais l’abbé Raguenet n’en dit pas un seul mot. Cependant je suis persuadé que tous ceux qui verront le personnage qu’elle fait dans cette histoire tomberont d’accord qu’elle méritait bien d’y avoir place. On n’a qu’à voir le portrait que M. Leti en fait [...] pour reconnaître qu’elle n’a pas peu contribué à l’agrandissement de Cromwell8.

9En somme, les principaux traits sans cesse rebattus par Leti confirment tous une ambition démesurée, prête à tout pour s’élever, et qui sut jouir d’une fortune qui se montra par ailleurs sans cesse favorable.

  • 9 G. Leti, La Vie d’Olivier Cromwell, op. cit., partie I, livre I, vol. 1, p. 3.

Tout ce que la faveur peut faire pour porter à un suprême degré de puissance un homme qui n’a aucun droit d’y prétendre ; tout ce que l’industrie et le courage peuvent faire entreprendre à une personne toujours prête à tout tenter pour s’agrandir ; enfin tout ce que l’art, la nature, les accidents, les influences du ciel, et la destinée des hommes et des empires, peuvent produire de plus étrange et de plus surprenant : toutes ces choses ont agi comme de concert en sa faveur9.

  • 10 Ibid., partie I, livre V, vol. 1, p. 358.

10Se pose alors implicitement la question de la valeur personnelle à accorder à l’homme. Tous les historiens et biographes évoquent la notion de « fortune », cet heureux hasard des événements qui favorise l’homme, et qui dans le cas de Cromwell se montra riante jusqu’à sa mort même. Pour équivoque qu’elle soit – puisqu’il faut parfois y voir un dessein providentiel, quand elle renvoie chez d’autres à la simple conjonction des événements, en l’occurrence pour Cromwell un temps de troubles et de mécontentement de la noblesse contre le roi –, l’évocation même stéréotypée de cette notion semblerait rendre moindre l’importance du génie personnel de l’homme. Néanmoins, on reconnaît peut-être précisément le « grand homme » – et il ne fait aucun doute que l’ensemble des écrivains, si critiques soient-ils envers Cromwell, lui accole ce qualificatif – à sa capacité à seconder le destin, et surtout à s’en emparer. Comme le remarque Leti, lorsque Cromwell saisit sa chance en s’impliquant dans les troubles contre Charles Ier, « nous l’avons vu se distinguer par ses souplesses, par son hypocrisie, par ses satires, et par la manière dont il s’est vengé de ceux auxquels il en voulait. Maintenant nous le verrons l’épée à la main forcer la fortune, pour ainsi dire, à seconder ses desseins, ne pouvant se résoudre à l’attendre dans une condition privée10 ».

  • 11 Ibid., partie I, livre VII, vol. 2, p. 150 et 172.

11La Vie de Leti accorde donc la première place à Cromwell dans son destin, et surtout dans la destinée politique qu’il se construit. Si évidente que la chose puisse sembler au premier abord, la comparaison avec les autres textes du corpus fait apparaître qu’il n’en est paradoxalement rien. Quelle que soit la complexité des rapports des forces en présence, le texte de Leti met sans cesse en avant Cromwell et lui accorde un rôle majeur dans l’ensemble des événements politiques qui vont suivre son entrée en scène. La prise en compte du rôle public joué par l’homme rabat ainsi constamment la responsabilité des événements sur un individu unique, quels que soient les acteurs en présence. Ainsi, bien que la décision de condamner Charles Ier à mort ait été prise par une commission faite de parlementaires en janvier 1649, Leti souligne le rôle personnel de Cromwell dans l’affaire : « Il suffit de remarquer présentement que Cromwell fut le président de cette commission, et que tous les autres commissaires étaient ou ses parents ou ses créatures. » Cromwell est donc personnellement responsable de la mise à mort du roi et de l’abolition de la monarchie, ainsi que de toute la période républicaine de l’histoire anglaise que cette condamnation ouvre : « L’on ne doit attribuer la cause des injustices, dont nous allons parler dans la suite de cette histoire, qu’à l’ambition, à la fortune, au courage, à la conduite et à la violence de Cromwell11 », conclut Leti. On ne saurait évidemment mieux condamner l’homme, mais faire aussi, peut-être, de cet épisode révolutionnaire un hapax dans l’histoire anglaise.

  • 12 Voir I. Kimber, « Remarques sur la vie de Cromwell écrite par Leti », dans La Vie d’Olivier Cromwe (...)

12La perspective présentée par Kimber, dont l’ambition affichée est d’éviter les « écueils » de ses prédécesseurs12, et en particulier la partialité prévenue de Leti contre Cromwell, est tout autre, et confine au paradoxe. Parce qu’il veut s’écarter de la perspective des biographies monarchistes défavorables à l’homme, Kimber évite non seulement la mention de tout commentaire de valeur péjoratif, mais son récit – par le choix des événements et la façon dont il les rapporte – s’efforce implicitement de dédouaner Cromwell de son crime contre la monarchie. Aussi, s’il souligne la valeur personnelle de Cromwell, Kimber cherche également à minimiser son rôle dans les événements, en particulier à leurs débuts :

  • 13 Ibid., vol. 2, p. 241.

Ne semble-t-il pas, à lire [les allégations] qui fourmillent dans le livre de Leti, que Cromwell fut l’unique, ou du moins le principal auteur de la Grand’Rébellion ? Cependant personne n’ignore qu’il était alors à peine connu même de la chambre basse, dont il était membre. Ce fut la rébellion, qui causa la grandeur de Cromwell, et non pas Cromwell, qui causa la rébellion ; et s’il fut, comme on ne peut le nier, un tison de la discorde, il n’en fut qu’un fort petit au commencement de la première guerre civile13.

13Le paradoxe majeur de la Vie rédigée par Kimber réside en ceci que Cromwell lui-même est pendant longtemps rarement le sujet des actions qui y sont rapportées. À la différence de Leti, qui examinait la composition de la commission qui décida de l’exécution de Charles Ier – et dont Kimber conteste d’ailleurs l’exactitude –, le récit de Kimber efface Cromwell derrière les acteurs collectifs que sont l’armée, le Parlement, ou le « comité » chargé d’examiner la culpabilité du monarque en 1649. Un autre trait significatif de cette attitude, qui offre bien sûr une interprétation particulière de la responsabilité de Cromwell dans les troubles politiques de l’Angleterre, peut aussi se lire dans l’absence presque totale d’anecdotes sur l’homme.

14L’absence de toute mention de la carrière ecclésiastique d’abord embrassée par Cromwell est elle aussi significative. Un tel silence fait de Cromwell un pur militaire, qui s’engage par ailleurs dans les combats alors qu’il n’en est pas responsable. Ce sont les circonstances qui le font politique, quand chez Leti il forçait le destin. Par ailleurs, cet intermède religieux permettait à Leti de souligner l’hypocrisie constante de Cromwell, surtout en matière religieuse. Or, en passant sous silence l’échec de Cromwell dans la carrière ecclésiastique, Kimber peut ainsi éviter de poser la question de la sincérité ou de l’hypocrisie de Cromwell en matière de religion, et par suite des ressorts de sa prise de pouvoir. L’ascension de Cromwell provient de sa seule valeur, en particulier militaire. L’auteur valorise aussi une certaine perspicacité de l’homme, et en particulier sa capacité à connaître ses semblables :

  • 14 Ibid., vol. 2, p. 207.

Jamais personne n’a mieux su l’art de discerner les inclinations des hommes ; [...] jamais enfin personne n’a eu plus de pénétration à découvrir la capacité de ceux auxquels il avait à faire : s’il entendait parler d’un homme propre à ses desseins, il l’envoyait chercher, et il lui donnait de l’emploi, pour si basses que fussent sa condition et sa naissance ; il accommodait les personnes aux emplois, et non pas les emplois aux personnes ; et il dut à cette maxime la plupart des heureux succès, dont il fut comblé dans son gouvernement : il avait certainement une merveilleuse connaissance des hommes, et une rare facilité de sonder les cœurs, même ceux de ses ennemis qu’il attaquait par mille pièges14.

  • 15 Ibid., vol. 2, p. 208 et 210.

15Il y aurait bien des manières d’interpréter cette perspicacité, en particulier dans le domaine du gouvernement des consciences. Mais Kimber écarte résolument cette hypothèse pour se tourner vers une interprétation qui valorise la reconnaissance des talents personnels de chacun – comme lui-même a su mettre en valeur les siens – et l’absence de préjugés liés à la condition. Tout concourt donc à prouver la grandeur de Cromwell, puisque « tout le monde tombe d’accord, qu’il avait un génie extraordinaire ; qu’il s’était rendu maître de la politique la plus raffinée ; qu’il avait un grand esprit, une prudence et une sagacité merveilleuses ; une magnanimité et une résolution extrêmes ». Enfin, la reconnaissance de ces talents s’accompagne d’un jugement extrêmement positif porté sur son action dans l’histoire, mais qui passe à l’inverse non pas par des considérations morales sur le caractère de l’homme, mais par une mise en perspective politique du sens de son action. Quels qu’aient été les travers de certains de ses agissements, en particulier contre ses ennemis, et si grande que puisse être la condamnation morale et donc « privée » de l’homme, la perspective publique qu’adopte Kimber oblige à reconnaître « qu’il fit plusieurs grandes choses pour le bien et pour l’honneur de la nation15 ». Un tel renversement de perspective n’est évidemment jamais présent chez Leti. Bien que ce dernier ait constamment situé l’action de Cromwell au sein des événements politiques du temps en détaillant par exemple les forces en présence, la composition des chambres du Parlement ou encore les desseins des différentes sectes religieuses, jamais il ne sépare le biographique d’une perspective strictement morale. Chez Kimber au contraire, l’ambition de réhabilitation ne peut passer par la seule réévaluation morale de l’homme, certains faits ne pouvant jamais être interprétés en sa faveur. Il faut alors en passer par un changement de point de vue, et séparer morale et politique. Ou plutôt, l’homme s’efface derrière son œuvre et le service de la nation, et ses actions sont ainsi tout entières considérées d’un point de vue « public ».

  • 16 Pierre-Joseph d’Orléans, Histoire des révolutions d’Angleterre depuis le commencement de la monarc (...)

16Ce renversement de perspective doit peut-être à la lecture d’ouvrages qui ne s’inscrivent justement pas dans le strict cadre biographique. L’une des sources mentionnées par Kimber est en effet l’Histoire des révolutions d’Angleterre fournie par le jésuite Pierre-Joseph d’Orléans en 1689, plusieurs fois rééditée au cours de la première moitié du xviiie siècle. La perspective choisie par l’historien le conduit évidemment à mettre en relation – et peut-être plus spontanément que ne l’auraient fait des biographes – le contexte politique général et les destinées individuelles, qui ne constituent pas son objet d’étude premier. Or, ce que d’Orléans retenait de Cromwell, c’était avant tout, et comme tous les autres par la suite, sa très grande ambition à s’élever. Ambition calculée, mesurée, qui forçait elle aussi implicitement le destin, à la différence de celle d’un simple « aventurier », « à qui des projets sans prudence réussissent par hasard, et qui ne s’élève que parce qu’il s’est mis cent fois en danger de se précipiter16 ». Mais d’Orléans s’efforçait aussi de dédouaner Cromwell de son « crime » contre la monarchie, en rejetant toute hypothèse de préméditation dans le renversement de celle-ci :

  • 17 Ibid., livre X, vol. 4, p. 119-120.

Lorsque Cromwell commença à suivre le mouvement de son ambition, qui fut sa passion dominante, il ne se mit point dans l’esprit de supplanter les rois d’Angleterre, et de mettre sa famille, qui était d’une mince noblesse dans le comté d’Huntington, sur le trône des Stuarts et des Plantagenêts. Chacun convient que cette chimère ne lui entra point dans l’esprit. [...] Il eut toute sa vie en tête de faire fortune, et d’en tenter toutes les voies. Ce fut l’unique plan qu’il se forma quand il entra dans cette carrière ; heureux si celle qu’ouvre la vertu se fût présentée la première à lui, il y a apparence qu’il l’eût suivie aussi aisément que celle du crime, s’il y eût vu des routes aussi sûres pour s’élever et pour réussir, indifférent à prendre l’une ou l’autre, et ayant des qualités propres à s’avancer dans les deux. Son malheur voulut que les troubles lui présentassent de grandes occasions de briller parmi ceux qui en étaient les auteurs ; il jugea que c’était un moyen de se faire connaître et de se rendre nécessaire dans un parti qui s’emparait insensiblement de l’autorité17.

17Non seulement le renversement de la monarchie n’entrait pas dans ses vues a priori, mais le destin même de Cromwell ne dépendait pas tant de lui que du hasard des circonstances. L’homme n’est pas un criminel par nature, mais bien par accident. C’est donc ici le contexte politique général qui explique la voie prise par Cromwell : l’épisode républicain doit être rattaché à une forme de hasard, les circonstances ayant rencontré la volonté d’un homme dont l’ambition et le génie ont surpassé ceux de tous les autres. Une interprétation relativement similaire se retrouve dans l’Histoire d’Angleterre de Rapin de Thoyras parue en 1724, qui met en valeur l’ambition de Cromwell mais rejette elle aussi l’hypothèse de la préméditation dans le plan politique suivi ensuite :

  • 18 Paul de Rapin de Thoyras, Histoire d’Angleterre [1724], 15 vol., La Haye, s.n., 1749, livre XI, vo (...)

On ne peut douter que depuis la bataille de Naseby, où il acquit un nouveau degré de réputation, il ne commençât à rouler dans son esprit les moyens de s’agrandir encore plus. Mais je n’oserais assurer que dès lors il pensât à ce qu’il exécuta dans la suite. Je croirais plutôt qu’alors il n’avait que des vues générales et que les événements et la disposition des affaires lui donnèrent occasion de former des projets plus ambitieux18.

18Les historiens, moins critiques envers Cromwell que la plupart des biographes monarchistes, mettent donc beaucoup plus en valeur le contexte politique, au sens où ils lui donnent plus de poids dans la destinée de l’homme. Si cela n’amoindrit pas son rôle dans l’histoire, tous soulignent la capacité de Cromwell à se saisir des occasions et à faire de la fortune un principe positif qui serve ses intérêts. Mais ils trouvent aussi à minimiser ses crimes en ne lui prêtant aucun programme politique préétabli. La condamnation morale implicite est d’autant moindre qu’une telle hypothèse conduit à réduire à néant – au moins dans ces passages – les accusations de dissimulation, en particulier en matière religieuse, sans cesse reprises par un censeur tel que Leti.

ENTHOUSIASME RÉEL OU FEINT ? LA PLACE DU FOR INTÉRIEUR EN POLITIQUE

  • 19 G. Leti, La Vie d’Olivier Cromwell, op. cit., partie II, livre I, vol. 2, p. 191.
  • 20 Ibid., partie II, livre VIII, vol. 2, p. 452.
  • 21 P.-J. d’Orléans, Histoire des révolutions d’Angleterre, op. cit., livre X, vol. 4, p. 105.
  • 22 Ibid., livre IX, vol. 3, p. 411.

19L’un des topoï de la biographie cromwellienne repose en effet sur le motif de la tromperie et de l’hypocrisie, notamment pour ce qui concerne les sentiments religieux de Cromwell, dans un contexte politique anglais dominé par différents courants sectaires. L’argument est d’ailleurs répété à longueur de pages dans l’ouvrage de Leti, qui trouve alors à tout propos des marques de cette tromperie : les diverses célébrations auxquelles se livre le Protecteur – par exemple, un « jeûne solennel pour prier Dieu qu’il lui plût de regarder d’un œil favorable [l] e royaume19 » – ainsi que les discours enflammés qu’il prononce à ces occasions, sont systématiquement interprétés comme une ruse employée pour mieux en imposer à ses semblables. La conclusion du chapitre est sans appel : « Il abusa de la religion, et il la fit servir de prétexte pour venir à bout de ses desseins impies20. » Le parti pris est le même chez le père d’Orléans, qui affirme que Cromwell « avait porté l’hypocrisie jusqu’à contrefaire l’homme inspiré21 ». D’après l’historien, Cromwell use donc de la religion, et même d’une dévotion outrée, afin d’une part de masquer des ambitions politiques personnelles sous le couvert de la religion et du bien public, et d’autre part de séduire le parti des indépendants, ces « sectaires zélés22 » qui auraient pu prendre ombrage de sa domination.

20Cette tradition qui refuse de croire en la sincérité des sentiments religieux de Cromwell, et qui fait donc de la foi un instrument au service d’une ambition personnelle profane, tend à être mise à mal par les textes les plus tardifs. Même si l’on trouve sporadiquement chez Rapin de Thoyras des remarques allant dans ce sens, le bilan que l’historien finit par dresser de l’action de Cromwell se penche sur la question de cette « dissimulation outrée » qui lui a été reprochée et nuance beaucoup les choses :

  • 23 P. de Rapin de Thoyras, Histoire d’Angleterre, op. cit., livre XXII, vol. 10, p. 99.

S’il est vrai, comme on l’en accuse, quoique sans preuve, qu’il ait poussé la dissimulation jusqu’à se moquer de Dieu et de la religion, en témoignant une piété et une dévotion qu’il n’avait pas, et en faisant de longues prières qui paraissaient pleines de zèle [...], on ne doit pas entreprendre de la justifier. Mais tout le monde sait qu’il penchait vers l’enthousiasme, et qui peut assurer que c’était par hypocrisie plutôt que par persuasion ? Il ne faut pas trop légèrement attribuer aux hommes des motifs intérieurs qu’aucun mortel ne peut bien connaître. Quant à la dissimulation dont il usait pour pouvoir mieux gouverner les divers partis qui lui étaient également opposés, je ne vois pas qu’en cela il fût fort blâmable, à moins qu’on ne prétende qu’il avait tort de ne pas laisser à ses ennemis toutes les facilités possibles pour le perdre23.

21Le bilan dressé par Rapin de Thoyras soulève l’épineux problème des sources sur lesquelles s’appuient à la fois les biographes et les historiens, a fortiori pour ce qui relève du for intérieur et des croyances. Comment évaluer en effet la sincérité de la foi, quand il est impossible de connaître le cœur des hommes, à moins de s’appuyer sur des actes qui les trahissent ? Or, précisément, c’est ce qui semble poser problème dans le cas de Cromwell, car, comme le remarque le biographe, les preuves manquent pour étayer l’accusation d’hypocrisie. Si les anecdotes sur celle-ci ne manquent pas chez Leti, on remarquera en effet que tous les événements mentionnés sont lus comme des actes de dévotion simulés, mais que rien ne vient en réalité étayer l’hypothèse en son fondement.

22Or, en réhabilitant l’hypothèse d’une sincérité de la foi de Cromwell, Rapin de Thoyras fait ainsi entrer dans l’histoire un nouveau levier de l’action politique, en tant qu’elle se présente comme l’action d’un homme qui a réussi grâce au soutien – ou à la manipulation, c’est selon – d’un certain nombre de ses semblables. La conviction religieuse et le ralliement autour de mots d’ordre au nom de la divinité peuvent ainsi peser lourd sur le cours des événements. Le passage de cette conviction intérieure personnelle à une véritable force politique est également envisagé pleinement quelques années plus tard dans l’essai de Voltaire consacré à Cromwell. En choisissant de ne pas voir en Cromwell « un homme qui a été fourbe toute sa vie », mais en acceptant l’idée que sa foi puisse d’abord avoir été sincère, puis qu’elle ait été utilisée – sans perdre de sa vigueur – à des fins politiques, Voltaire ouvre un questionnement sur le poids du phénomène religieux en tant qu’il participe bien de l’histoire profane :

  • 24 Voltaire, De Cromwell, op. cit., p. 73.

Je pense qu’il fut d’abord enthousiaste et qu’ensuite il fit servir son fanatisme même à sa grandeur. Un novice fervent à vingt ans devient souvent un fripon habile à quarante ans. On commence par être dupe et on finit par être fripon dans le grand jeu de la vie humaine24.

  • 25 Voir l’article « Fanatisme » du Dictionnaire philosophique (1764-1769) de Voltaire : « Le fanatism (...)
  • 26 Voir par ailleurs les chapitres CLXXX et CLXXXI de l’Essai sur les mœurs et l’esprit des nations ( (...)

23Quel que soit le regard critique que Voltaire porte évidemment sur l’enthousiasme, et plus encore sur le fanatisme25, force est de constater qu’il leur réserve ici une place dans l’histoire, comme il le fera à propos de Mahomet ou d’Ignace de Loyola dans l’Essai sur les mœurs26. La capacité à pénétrer les esprits que les historiens reconnaissaient par ailleurs à Cromwell sert ainsi ses desseins, et la manipulation des âmes par le biais de la religion devient le fer de lance de son action politique :

  • 27 Voltaire, De Cromwell, op. cit., p. 78.

Presque tous les officiers de son armée étaient des enthousiastes qui portaient le Nouveau Testament à l’arçon de leur selle [...]. Cromwell parmi tant de fous cessa de l’être, et pensa qu’il valait mieux les gouverner, que d’être gouverné par eux27.

24Plutôt que de condamner l’action de Cromwell au nom de la morale, et en la jugeant donc parce qu’elle est hypocrite, la narration de Voltaire élève le biographique à un niveau général, comme le faisait Rapin de Thoyras lorsqu’il s’intéressait au bilan politique de Cromwell vis-à-vis de la nation. L’articulation se fait ainsi entre les ressorts individuels et les ressorts collectifs de l’action, l’enthousiasme et le fanatisme permettant le passage du for intérieur au principe d’action politique.

*

25En dépit des topoï sur lesquels elles se retrouvent et des deux grandes lignes d’interprétation – favorable ou non – qu’elles proposent, les biographies de Cromwell et les histoires relatives à l’Angleterre présentent donc des lectures assez diverses du fait politique. Les choix dans les faits biographiques relatifs à Cromwell, mais surtout la perspective à travers laquelle ces faits sont jugés, peuvent diverger radicalement. À une extrémité du spectre se trouve peut-être la Vie rédigée par Leti qui, en adoptant sans cesse un point de vue moral, se rattache à la tradition des Vies des hommes illustres. Bien que son contenu ait indéniablement une résonance politique – Leti étant historiographe de Charles II –, l’ouvrage s’interroge finalement peu sur les ressorts de l’action politique. Valeur personnelle et hasard des circonstances se réunissent certes, avec une prédominance de l’une sur l’autre, mais la destinée de Cromwell reste finalement quelque peu à l’écart du politique en tant qu’il met en jeu l’ensemble de la société. La thèse choisie se résume à illustrer l’habileté du Protecteur, qui sut faire profil bas pour mieux manipuler en sous-main ceux qu’il croisa. À l’autre extrémité du spectre, et même si son essai propose une réflexion réduite à sa quintessence, et suggère des pistes plus qu’elle ne les creuse, Voltaire ouvre peut-être la voie à une interrogation sur les ressorts collectifs de l’action dans l’histoire, à partir de l’une des données biographiques les plus intimes, celle de la conviction religieuse.

Bibliographie

Bibliographie

Corpus d’étude

[Kimber Isaac], La Vie d’Olivier Cromwell, Lord Protecteur de la République d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande recueillie des meilleurs auteurs [1724], 2 vol., La Haye, Jacob de Jongh, 1725.

Leti Gregorio, La Vie d’Olivier Cromwell [1694], 3 vol., Amsterdam, Henri Desbordes, 1696.

Orléans Pierre-Joseph d’, Histoire des révolutions d’Angleterre depuis le commencement de la monarchie, 4 vol., Paris, Veuve Ganeau, 1737.

Raguenet François, Histoire d’Olivier Cromwell, Paris, Claude Barbin, 1691.

Rapin de Thoyras Paul de, Histoire d’Angleterre [1724], 15 vol., La Haye, s.n., 1749.

Voltaire, Dictionnaire philosophique [1764-1769], Christiane Mervaud (éd.), Les Œuvres complètes de Voltaire, Oxford, Voltaire Foundation, 1994, t. 35-36.
—, De Cromwell [1748], Mark Waddicor (éd.), Les Œuvres complètes de Voltaire, Oxford, Voltaire Foundation, 2004, t. 30c, p. 53-89.
—, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations [1756], Bruno Bernard et al. (éd.), Les Œuvres complètes de Voltaire, Oxford, Voltaire Foundation, 2013, t. 26a.

Ouvrage critique

Goulemot Jean-Marie, Le Règne de l’histoire : discours historiques et révolutions xviie-xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 1996.

Notes

1 François Raguenet, Histoire d’Olivier Cromwell, Paris, Claude Barbin, 1691.

2 « Avertissement du traducteur », dans Gregorio Leti, La Vie d’Olivier Cromwell [1694], 3 vol., Amsterdam, Henri Desbordes, 1696, vol. 1, n. p.

3 [Isaac Kimber], La Vie d’Olivier Cromwell, Lord Protecteur de la République d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande recueillie des meilleurs auteurs [1724], 2 vol., La Haye, Jacob de Jongh, 1725, vol. 2, p. 249.

4 Jean-Marie Goulemot, Le Règne de l’histoire : discours historiques et révolutions xviie- xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 1996.

5 Voltaire, De Cromwell [1748], Mark Waddicor (éd.), Les Œuvres complètes de Voltaire, Oxford, Voltaire Foundation, 2004, t. 30c, p. 75.

6 G. Leti, La Vie d’Olivier Cromwell, op. cit., partie I, livre IV, vol. 1, p. 334-335.

7 « Avertissement du traducteur », dans ibid., vol. 1, n.p.

8 Ibid.

9 G. Leti, La Vie d’Olivier Cromwell, op. cit., partie I, livre I, vol. 1, p. 3.

10 Ibid., partie I, livre V, vol. 1, p. 358.

11 Ibid., partie I, livre VII, vol. 2, p. 150 et 172.

12 Voir I. Kimber, « Remarques sur la vie de Cromwell écrite par Leti », dans La Vie d’Olivier Cromwell, op. cit., vol. 2, p. 253.

13 Ibid., vol. 2, p. 241.

14 Ibid., vol. 2, p. 207.

15 Ibid., vol. 2, p. 208 et 210.

16 Pierre-Joseph d’Orléans, Histoire des révolutions d’Angleterre depuis le commencement de la monarchie, 4 vol., Paris, Veuve Ganeau, 1737, livre X, vol. 4, p. 119.

17 Ibid., livre X, vol. 4, p. 119-120.

18 Paul de Rapin de Thoyras, Histoire d’Angleterre [1724], 15 vol., La Haye, s.n., 1749, livre XI, vol. 9, p. 662.

19 G. Leti, La Vie d’Olivier Cromwell, op. cit., partie II, livre I, vol. 2, p. 191.

20 Ibid., partie II, livre VIII, vol. 2, p. 452.

21 P.-J. d’Orléans, Histoire des révolutions d’Angleterre, op. cit., livre X, vol. 4, p. 105.

22 Ibid., livre IX, vol. 3, p. 411.

23 P. de Rapin de Thoyras, Histoire d’Angleterre, op. cit., livre XXII, vol. 10, p. 99.

24 Voltaire, De Cromwell, op. cit., p. 73.

25 Voir l’article « Fanatisme » du Dictionnaire philosophique (1764-1769) de Voltaire : « Le fanatisme est à la superstition, ce que le transport est à la fièvre, ce que la rage est à la colère. Celui qui a des extases, des visions, qui prend des songes pour des réalités, et ses imaginations pour des prophéties, est un enthousiaste ; celui qui soutient sa folie par le meurtre, est un fanatique. » (Christiane Mervaud (éd.), Les Œuvres complètes de Voltaire, Oxford, Voltaire Foundation, 1994, t. 36, p. 105)

26 Voir par ailleurs les chapitres CLXXX et CLXXXI de l’Essai sur les mœurs et l’esprit des nations (1756), qui examinent l’action de Cromwell dans l’histoire d’Angleterre (Bruno Bernard et al. (éd.), Les Œuvres complètes de Voltaire, Oxford, Voltaire Foundation, 2013, t. 26a).

27 Voltaire, De Cromwell, op. cit., p. 78.

Auteur

Maître de conférences à l’Université Lumière Lyon 2 et membre de l’UMR LIRE, travaille sur l’historiographie du siècle des Lumières. Spécialiste des œuvres historiques de Voltaire (Voltaire et l’écriture de l’histoire : un enjeu politique, Voltaire Foundation, 2012), elle a édité plusieurs de ses textes dans le cadre des Œuvres complètes de Voltaire. Elle participe également à l’édition des Pensées de Montesquieu (ENS Éditions / Garnier).

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search