Version classiqueVersion mobile

Biographie & Politique

 | 
Olivier Ferret
, 
Anne-Marie Mercier-Faivre

IV. Interpréter

Présentation

Anne-Marie Mercier-Faivre

Texte intégral

  • 1 Christophe Cave & Simon Davies (dir.), Les Vies de Voltaire : discours et représentations biograph (...)

1L’écriture biographique croise l’histoire ; comme l’écrit Christophe Cave, elle propose des « modalités de constitution indirecte des représentations de l’Histoire générale1 ». C’est d’autant plus vrai lorsqu’elle porte sur des hommes ou des femmes qui ont joué un rôle politique. Dans ces cas, la forme de la biographie est soumise à la vision que les rédacteurs ont eux-mêmes du cours de l’histoire, soit qu’ils la considèrent comme mue par des destins individuels, des personnalités d’exception, soit qu’ils l’appréhendent comme le résultat de forces plus profondes et de mouvements collectifs dans lesquels les individus dont on relate la vie ne sont que des éléments. Pour s’en convaincre, il suffit d’examiner les différents textes écrits sur une même personne : on voit que les choix des auteurs et leur façon de présenter leur « héros » ont un rapport avec leur conception de l’histoire comme avec leurs opinions politiques. Myrtille Méricam-Bourdet examine le cas de Cromwell, dont la vie a été retracée à plusieurs reprises entre la fin du xviie siècle et la première moitié du xviiie siècle, notamment par Gregorio Leti et Voltaire. Certains privilégient l’idée d’une responsabilité majeure de Cromwell dans le cours des événements, d’autres en effacent la figure derrière des acteurs collectifs (l’armée, le Parlement). Les premiers privilégient le jugement moral et sont de purs biographes, les seconds cherchent à généraliser le propos biographique, faisant passer le personnage au second plan et devenant par là plus historiens que biographes. On touche ici à l’un des paradoxes de la biographie qui interroge la possibilité de l’histoire collective.

2Laurence Macé propose l’étude d’un autre exemple où Voltaire historien apparaît dans les débuts de sa réflexion sur l’histoire, avec l’Histoire de Charles XII (1731). La réception de cette œuvre en France et en Italie montre les difficiles relations entre biographie, histoire et politique : malgré le titre, qui cherche à ancrer le texte dans la catégorie de l’« histoire », pour le distinguer des amas d’anecdotes, mémoires et descriptions de sa cour qui avaient usurpé le terme de vie, il est révélateur que les contemporains aient évoqué son livre comme la « Vie de Charles XII ». « Histoire particulière », la biographie de l’homme d’État est tiraillée entre plusieurs genres, l’histoire et la Vie, et certains, notamment en Italie, la lisent comme un ouvrage politique autant ou plus qu’historique.

3Les Vies de Napoléon qu’évoque Fadi El Hage consacrent l’inscription de la biographie dans le politique. Publiées clandestinement ou à l’étranger pendant que l’empereur était au pouvoir, elles se sont multipliées sous la Restauration et ont revêtu des formes très variées : pamphlets, anecdotes, Vies, Histoires, fausses autobiographies, mémoires, autobiographie et témoignages. Elles sont un terrain d’affrontement entre ultras et libéraux. Les origines de Napoléon (nommé par certains plutôt Bonaparte ou Buonaparte), sa façon de parler, son caractère, ses mariages, aussi bien que ses actions et réalisations, tout est matière à interprétation, soit pour le glorifier, soit pour l’abaisser – et éclairer en retour, en bien ou en mal, la dynastie des Bourbons. La transmission du pouvoir par la filiation ne suffit plus à asseoir la légitimité du monarque : il faut prendre en compte les vertus guerrières et la capacité à administrer un pays. Dans cette période et sur ce personnage, la biographie propose une lecture, politiquement orientée, de la vie.

4Quelques décennies plus tard, on assiste, sous le regard de Sainte-Beuve, analysé par Éric Gatefin, à un décrochage de cette union temporaire entre biographie et politique. Traquant la part de l’intime dans les mémoires du xviiie siècle, l’écrivain cherche à reconstituer, au-delà de l’action politique, l’homme (et parfois la femme) véritable. Il s’agit, à travers l’étude du « milieu » (selon la théorie de Taine) et des influences, précoces ou non, de trouver la cohérence de l’action et la vérité d’un individu. Le personnage est vu comme un tout : corps, esprit, actions. Le pouvoir est désacralisé, non pour le rabaisser comme c’était le cas au siècle précédent, mais pour arriver à interpréter et parfois reconstituer les actions et les pensées des hommes d’autrefois. Grâce à des documents de première main, des inédits, des journaux (comme celui de Dangeau), Sainte-Beuve trace les portraits de Louis XIV, Louis XV, Madame Rolland, Sieyès, La Fayette... sans s’interdire des digressions sur l’actualité de son temps mais en visant d’abord la compréhension intime des personnages. L’interprétation se fait reconstruction et quête d’une vérité plus humaine que proprement politique, ouvrant la voie à un regard tantôt médical, tantôt empathique, qui sera la marque du régime biographique « modal » du xixe siècle, tournant le dos au mode « héroïque » comme à ses dérivés critiques du xviiie siècle.

Notes

1 Christophe Cave & Simon Davies (dir.), Les Vies de Voltaire : discours et représentations biographiques, xviiie-xxie siècles, SVEC 2008 :04, Oxford, Voltaire Foundation, 2008, p. 1.

Auteur

Professeure de littérature à l’Université Claude-Bernard Lyon 1 et co-responsable du groupe d’études du xviiie siècle de Lyon (unité constitutive de l’UMR LIRE). Elle travaille sur l’histoire des idées et la presse d’Ancien Régime, et a codirigé, avec Olivier Ferret et Chantal Thomas, le Dictionnaire des Vies privées (1722-1842) (Voltaire Foundation, 2011).

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search