Version classiqueVersion mobile

Biographie & Politique

 | 
Olivier Ferret
, 
Anne-Marie Mercier-Faivre

III. Justifier

L’expérience révolutionnaire dans les mémoires des leaders feuillants

Le récit de soi comme interprétation de l’histoire de la Révolution

Francesco Dendena

Texte intégral

  • 1 Actes du Tribunal révolutionnaire, Gérard Walter (éd.), Paris, Mercure de France, 1968, p. 310.
  • 2 Barnave avait été arrêté en août 1792 à Grenoble par décret de l’Assemblée législative à la suite (...)

1Le 27 novembre 1793, Antoine Barnave est traduit devant le Tribunal révolutionnaire, confronté à l’accusation d’avoir participé au « concert liberticide qui avait commencé à paraître lors de la fuite du roi1 ». Appelé à se défendre de la honte d’avoir trahi la Révolution, Barnave refuse l’assistance de son avocat pour prononcer lui-même son ultime défense. Les longs mois passés en prison lui ont offert l’occasion de réfléchir sur son parcours révolutionnaire et ont fait mûrir ses idées2. L’ancien leader feuillant veut par conséquent saisir l’occasion de tirer le bilan de son action et de la revendiquer pleinement :

  • 3 . Actes du Tribunal révolutionnaire, op. cit., p. 312.

Citoyens, [...] j’ai voulu, dit-on, un retour à l’ancien état des choses ; j’ai voulu faciliter une révision de la constitution. [...] J’ai voulu cela, moi ! Que pouvais-je donc gagner à un semblable changement, moi qui, né dans le tiers état, étais tout par le peuple, et rien sans lui, moi, l’enfant gâté de la Révolution et de la renommée3 ?

2Au lieu de réfuter les faits qui lui sont reprochés, Barnave parcourt à nouveau devant les juges sa carrière en soulignant orgueilleusement sa fidélité aux principes de 1789. Il insiste sur le caractère radicalement nouveau de la rupture révolutionnaire, rupture qui, loin d’être reniée, est revendiquée comme son plus grand titre de gloire. Réussite privée et succès de la Révolution se mêlent alors inextricablement dans son discours. Certes, l’orateur ne nie pas que les circonstances puissent avoir infléchi ses positions, il ne conteste pas avoir eu des revirements et même des résolutions contradictoires, mais les uns et les autres sont réduits à de simples incidents.

3Barnave s’efforce de construire un récit de son propre passé en accord avec le sens de l’histoire qu’il croit en train de s’accomplir, en amoindrissant le poids des événements, qui ne seraient que des accidents inaptes à révéler la signification profonde de son engagement. La narration autobiographique perd alors son caractère purement circonstanciel pour devenir un moment de réflexion sur le sens même de la Révolution française. Autrement dit, le plaidoyer vise à démontrer la proximité de son auteur avec le temps nouveau, à en construire une image idéale où ses positions, quoiqu’à contre-courant des événements les plus récents, seraient pleinement inscrites dans la nouvelle ère ouverte par la Révolution. En dépit de son inefficacité (Barnave monte le lendemain sur l’échafaud), ce discours, qui fait du souvenir autobiographique un plaidoyer politique, se révèle être le point de départ d’une réflexion sur le sens de l’action révolutionnaire destinée à un long avenir.

LES PARCOURS CROISÉS DU SOUVENIR

4Nous voudrions réfléchir ici sur les liaisons complexes qui se nouent entre l’écriture de l’histoire, et plus particulièrement l’écriture des souvenirs personnels, et l’action politique. Le but est de comprendre si, et dans quelle mesure, une volonté politique précise détermine les stratégies narratives et historiographiques de ces textes.

  • 4 Ce critère oblige à exclure des textes intéressants, mais dont l’édition a été procurée par les hé (...)
  • 5 Les mémoires de La Fayette ont été publiés après sa mort par son fils : Mémoires, correspondance e (...)
  • 6 Alexandre de Lameth, Histoire de l’Assemblée constituante, 2 vol., Paris, Moutardier, 1828-1829. S (...)
  • 7 Mathieu Dumas, Souvenirs du lieutenant général comte Mathieu Dumas de 1770 à 1836 publiés par son (...)

5Les sources de ce travail seront les autobiographies des leaders feuillants de la Révolution, publiées au xixe siècle, qui n’ont pas été l’objet de révision après la mort de leurs auteurs4. Ainsi la lecture des Mémoires de Gilbert du Motier de La Fayette5 (1757-1834) sera accompagnée par celle de l’Histoire de l’Assemblée constituante d’Alexandre de Lameth6 (1760-1829), ouvrage autobiographique en dépit de son titre, et par l’étude des Souvenirs de Mathieu Dumas7 (1753-1837), député et leader des feuillants à la Législative.

  • 8 Sur le mouvement feuillant pendant la Révolution, voir Georges Michon, Essai sur l’histoire du par (...)

6L’intérêt de développer une analyse comparée de ces écrits tient à la fois à la proximité des expériences biographiques de leurs auteurs et au contexte dans lequel ils sont rédigés. Car non seulement La Fayette, Lameth et Dumas ont eu l’occasion de bien se connaître lors de la guerre de l’Indépendance américaine, mais, ce qui est plus significatif, ils ont été très proches sur le plan politique pendant la Révolution. Membres éminents du « parti patriote » à la Constituante, ils ont été par la suite parmi les fondateurs du club feuillant (juillet 1791) et partisans de l’établissement de la monarchie constitutionnelle8. Par conséquent, tout au long de la Législative, en dépit de leurs différends personnels, tous trois ont été conduits à défendre un roi qu’ils estimaient encore nécessaire, sans avoir véritablement confiance en lui. L’insurrection du 10 août 1792 a enfin sonné le glas de leurs ambitions collectives, en leur ouvrant le chemin de l’émigration ou des prisons autrichiennes.

7Si l’ancrage biographique se présente comme un premier facteur de dialogue entre les textes, un deuxième élément pourtant se révèle décisif : les trois anciens révolutionnaires rédigent leurs mémoires au même moment, dans la seconde moitié des années 1820, lorsqu’ils siègent ensemble à la Chambre des députés dans les rangs de l’opposition libérale. Pourquoi cette volonté commune de revenir au même moment sur le passé ?

  • 9 Pour ne citer que les histoires les plus connues, voir François-Auguste Mignet, Histoire de la Rév (...)

8Sans doute les anciens dirigeants feuillants sont-ils intéressés par les débats que suscitent la publication posthume des Considérations sur la Révolution française de Mme de Staël et la parution des premières histoires de la Révolution écrites par la nouvelle génération qui n’a pas participé aux événements9. Ces ouvrages, qui sont d’ailleurs plutôt favorables aux constituants de 1789, obligent les anciens révolutionnaires à revenir sur leurs actions en les replaçant dans un contexte plus vaste. Ils sont appelés à s’interroger sur leur parcours pour expliquer les raisons d’un échec personnel aussi bien que celles de la faillite du projet monarchique constitutionnel qu’ils avaient si ardemment soutenu.

  • 10 Voir, par exemple, M. Dumas, Souvenirs, op. cit., vol. 2, p. 465 ; G. Du Motier de La Fayette, Mém (...)
  • 11 Sergio Luzzatto, Mémoire de la Terreur : vieux montagnards et jeunes républicains au xixe siècle, (...)

9L’écriture des souvenirs personnels se transforme ainsi en un dialogue avec les jeunes historiens de l’époque, qui n’ont pas pu vivre les événements révolutionnaires, mais qui s’en font désormais les interprètes et les héritiers. Ce n’est pas un hasard si ces mémoires font souvent référence aux nouveaux travaux historiques, et notamment à l’Histoire de la Révolution d’Adolphe Thiers, soit pour accréditer leurs propres affirmations, soit pour fournir une autre version des faits10. Pour reprendre les considérations de Sergio Luzzatto, au carrefour des années 1820, « l’exercice de la mémoire acquiert une dimension polémique et publique qui l’arrache à la sphère du privé11 ».

  • 12 Lameth s’en montre parfaitement conscient. Dans son introduction, il affirme par exemple que son o (...)
  • 13 La Fayette refuse toute participation à la vie politique pendant l’Empire ; Lameth est un baron de (...)

10Le débat est d’autant plus important qu’il échappe au cadre historiographique pour prendre une tournure politique évidente lors de la publication des textes12. Après le retour au pouvoir des Bourbons, les auteurs ont tous été écartés des affaires publiques en dépit des fonctions marginales qu’ils ont exercées pendant la période napoléonienne13. En effet, la monarchie restaurée n’a pas oublié le rôle que ces trois anciens révolutionnaires ont joué en 1789. Jacobins de la première heure, comme Lameth, ou fondateurs de la garde nationale parisienne, comme La Fayette et Dumas, ces hommes ont été les protagonistes de la destruction de l’Ancien Régime. Peu importe alors si, après la fuite de Varennes, ils se sont battus pour instaurer une monarchie constitutionnelle : pour la Restauration et ses partisans, la Révolution est un bloc, où les Journées de 1789 ne diffèrent guère de celles de 1792, où la proclamation de la souveraineté de la nation anticipe et appelle le régicide de 1793. Pour la royauté restaurée, ces hommes ont été et demeureront à jamais à l’origine de la vague qui a emporté une fois pour toutes l’ancien monde de la monarchie absolue.

11Lorsque les anciens révolutionnaires commencent à dicter leurs mémoires, se souvenir ne signifie pas seulement se pencher sur son propre passé. Bien au contraire, cet acte oblige à s’interroger sur la place de l’individu en tant qu’acteur de l’histoire et sur son rôle dans la cité : de même que pour Barnave lors de son procès, le récit autobiographique doit s’accompagner de l’élaboration d’une vision de l’histoire.

LA RÉVOLUTION COMME ACTION

12Les Mémoires de La Fayette constituent un champ privilégié pour analyser l’intrication de plusieurs enjeux d’écriture et leur coexistence complexe au sein de l’écriture autobiographique, dans la mesure où ils se composent de deux blocs entrecroisés mais clairement distincts. Le premier, le plus étendu, est formé par un recueil d’écrits élaborés en 1828-1829, qui vise à reconstruire le rôle de l’ancien compagnon de Washington pendant la Révolution française ; le deuxième, par la correspondance du général à l’époque révolutionnaire. En associant des textes très variés, La Fayette entend démontrer la véridicité du récit élaboré longtemps après les faits et le fonder sur des sources indiscutables et « scientifiques », censées témoigner de son intention de ne pas revisiter l’histoire à son propre profit. Le récit a posteriori et la correspondance écrite pendant l’événement révolutionnaire voudraient être les deux miroirs où se reflète la même image de l’acteur historique. Entre le premier et la deuxième, il devrait y avoir une continuité totale qui serait supposée permettre une compréhension immédiate du parcours de La Fayette.

  • 14 Dans les Mémoires, par exemple, on cherchera en vain des traces de la correspondance lors de la cr (...)
  • 15 Voir G. Du Motier de La Fayette, Mémoires, op. cit., respectivement vol. 2, p. 446 et 472, et vol. (...)

13Ce n’est pourtant pas le cas : au contraire, au fil des pages, un clivage apparaît et s’accentue entre la correspondance de 1789-1792 et les textes de 1828-1829. Car, en dépit de ses lacunes (soigneusement calculées) et de son hétérogénéité14, la correspondance fait surgir l’image d’un La Fayette pleinement engagé dans les événements des années révolutionnaires. Un La Fayette qui, dans une première lettre, se présente comme le père de la liberté française mais qui, dans une deuxième, ne se prive pas de donner des conseils au roi ; un La Fayette qui, dans une troisième, souhaite la destruction immédiate de l’Ancien Régime et, dans la suivante, prône le respect de l’ordre ; un La Fayette, enfin, qui se proclame le héraut de la liberté des peuples et qui, au même moment, discute des événements des Pays-Bas autrichiens tout en assurant à son interlocuteur qu’il a toujours en vue l’intérêt du royaume de France15. Bref, la correspondance nous livre l’image – vraie ou fausse, peu importe ici – d’un révolutionnaire actif, mêlé à toutes les affaires qui comptent entre 1789 et 1791, et dont l’action serait décisive pour le sort de la Révolution.

  • 16 Ibid., vol. 3, p. 138.

14En dépit de la multiplicité des sujets traités, ces lettres révèlent en effet la conviction profonde que l’engagement individuel peut modifier la marche de l’histoire : La Fayette se montre persuadé, comme tous ses jeunes collègues d’ailleurs, de pouvoir infléchir le cours des événements grâce à sa conduite, et de parvenir à ses fins. C’est avec fierté qu’il écrit, le 28 août 1790, à George Washington : « Nous avons renversé tout ce qui existait ; peut-être était-ce le seul moyen de triompher d’innombrables obstacles16. » Les traits marquants d’un révolutionnaire seraient alors la persévérance et la volonté qui seules peuvent triompher des obstacles.

15Les lettres qui illustrent cette idée sont nombreuses. Il suffit ici d’en citer une destinée à sa femme, datée de la fin d’août 1789 :

  • 17 Ibid., vol. 2, p. 322, nous soulignons.

Telle est la manière dont je me conduirai toujours. Si le roi refusait la constitution, je le combattrais. S’il accepte, je le défendrai ; et le jour où il s’est rendu prisonnier à moi, m’a plus voué à son service que s’il m’avait promis la moitié de son royaume. [...] Ma situation est bien extraordinaire. Je suis dans une grande aventure, et je jouis de penser que j’en sortirai, sans avoir eu même un mouvement ambitieux à me reprocher, et après avoir mis tout le monde à sa place, je me retirerai avec le quart de la fortune que j’avais en entrant dans le monde17.

  • 18 Voir, par exemple, ibid., vol. 3, p. 167-171, 174-177 et 418-421.
  • 19 Sur cette forme de participation politique, voir Haim Burstin, La Politica alla prova : appunti su (...)

16Dans ce passage, on voit clairement à l’œuvre deux thématiques qu’on ne cessera de retrouver tout au long de la correspondance de La Fayette jusqu’à la fin de 1792 : la répétition insistante de la première personne, qui souligne la résolution de participer aux événements révolutionnaires, s’accompagne du recours à la rhétorique du sacrifice, ici à peine esquissée mais qui, notamment dans les lettres destinées à Washington, est plus significative18. La correspondance de La Fayette à l’époque révolutionnaire rend ainsi pleinement compte d’un activisme qui fait de la capacité de dominer le réel le trait saillant du révolutionnaire19.

LA RÉVOLUTION COMME IMMOBILISME

17Quarante ans après, lorsque l’ancien leader feuillant rédige ses mémoires, le récit de la Révolution qu’il entend offrir à la postérité est tout autre. Si les faits racontés sont les mêmes jusque dans le moindre détail, La Fayette en revanche reconsidère profondément les modalités de sa participation. Tandis que ses lettres présentent un engagement révolutionnaire pleinement vécu et pleinement accepté, son autobiographie construit une mise à distance par rapport à l’événement tel qu’il s’est déroulé. Par un jeu complexe de mémoire et d’oubli, il s’efforce de souligner son attachement aux valeurs révolutionnaires tout en minimisant ses interventions.

  • 20 G. Du Motier de La Fayette, Mémoires, op. cit., vol. 3, p. 175.
  • 21 Ibid., vol. 2, p. 372-385 et 398-410.

18Les textes de 1828-1829 mettent en avant « l’amour profond de la liberté », qui remonterait à l’expérience américaine de La Fayette, et renverrait à son adhésion aux principes proclamés en 1789 plutôt qu’au rôle qu’il a effectivement joué au début de la Révolution. On peut considérer comme tout à fait exemplaire en ce sens la narration qu’il fait de son action, entre juin 1789 et juin 1790, depuis la naissance de l’Assemblée nationale jusqu’à l’approbation du décret qui abolit la noblesse. En évoquant ce moment crucial pour le sort de la Révolution, celui qui, en 1791, se vantait « d’être un obstacle incorruptible et impossible à intimider20 » pour les contre-révolutionnaires se limite, en 1829, à se présenter comme le simple chef de la garde nationale, occupé à garantir l’ordre dans les rues et soucieux du respect des propriétés privées21. Bref, à le croire, une fois abandonné l’uniforme glorieux des insurgés américains, La Fayette aurait continué son combat pour la liberté dans le costume de « premier préfet » du royaume. Surtout, il s’efforce d’amoindrir, voire de nier, sa réelle influence sur les débats de l’Assemblée constituante, à deux exceptions près.

  • 22 Ibid., respectivement vol. 3, p. 227, et vol. 2, p. 303-305.

19La première, sans doute la plus importante, est lorsqu’il propose à ses collègues l’approbation d’une déclaration des droits de l’homme. La Fayette s’attarde longuement sur ce passage politique qu’il considère comme le véritable événement fondateur de la liberté française. Dans ses souvenirs, proclamer les droits naturels, affirmer des principes imprescriptibles sur lesquels bâtir le nouvel équilibre constitutionnel devient l’acte révolutionnaire par excellence qui renverse les bases légales et légitimes de l’Ancien Régime. Ce geste, défini « à la fois » comme « un manifeste et un ultimatum », ouvrirait même une époque nouvelle dans l’histoire française et européenne : « l’ère des déclarations de droits22 ». L’intervention du 11 juillet 1789 se voudrait ainsi décisive et révélatrice : non seulement elle serait capable de dépasser les circonstances au moment même où un coup de force militaire se profile contre l’Assemblée nationale, mais, ce qui est plus, elle modifierait la lutte en plaçant la confrontation entre la nation et la monarchie sur un plan absolu. En redéfinissant la légitimité du pouvoir politique, l’acte de La Fayette transformerait une révolte en une véritable révolution, et il ferait des députés des acteurs conscients de vivre une époque inédite. De manière plus générale, la déclaration des droits proposée par La Fayette inscrirait la Révolution française dans l’universel, au même niveau que la révolution américaine. On comprend alors que, en rappelant et en revendiquant ce geste, l’auteur se présente pour la postérité comme le véritable père de la liberté française, à l’égal de son mentor Washington aux États-Unis. Plus exactement, il fait de sa position un exemple, à travers sa capacité à saisir pleinement le sens et les enjeux de l’histoire en train de s’accomplir.

  • 23 La Fayette reconnaît d’ailleurs que cette démarche avait été initialement proposée par Bailly, à l (...)
  • 24 Lameth adopte la même approche en faisant de la loi martiale l’une des grandes réalisations de la (...)

20La deuxième intervention fondatrice que La Fayette rappelle dans son autobiographie a lieu en octobre 1789, lors de l’approbation de loi martiale par la Constituante. Ce vote, si on accepte de suivre sa version des faits, serait presque imposé à une Assemblée par un commandant de la garde nationale attentif à la situation chancelante d’un régime qui vient de naître23. Apparemment, cette intervention serait à l’opposé de la première car son but serait de restreindre la liberté proclamée en juillet. Néanmoins, en insistant sur cet épisode, La Fayette fait, pour la seconde fois, de son action un geste fondateur24. Après avoir proclamé la liberté des droits, il en fixerait alors les limites.

  • 25 Voir M. Dumas, Souvenirs, op. cit., vol. 1, respectivement p. 466 et 467-478.

21À quelques détails près, on retrouve le même cadre interprétatif du passé dans les Souvenirs de Dumas. Ici aussi, l’évocation de l’époque de la monarchie constitutionnelle est l’occasion de transformer l’expérience révolutionnaire en un parcours jalonné d’actes fondateurs dotés d’une signification métahistorique. D’un côté, Dumas souligne son engagement pour proclamer les nouveaux principes de liberté dans les départements, mais, de l’autre, il ne se prive pas d’insister sur le rôle qu’il a joué dans la répression des troubles dans le Midi et lors de l’insurrection de Nancy25. De manière plus générale, le choix et le récit des épisodes sont subordonnés à la même logique narrative et politique qui sous-tend le texte de La Fayette : Dumas efface son ancien activisme au profit d’une relecture sélective du passé qui le situe du côté de la liberté et de la loi. Cela explique aisément pourquoi son activité dans les sociétés populaires et ses ambitions ministérielles sont passées sous silence au profit de ses propositions de loi pour imposer la discipline dans les régiments et l’ordre dans les municipalités. Plus généralement, ses écrits autobiographiques se transforment en une réfutation circonstanciée de l’idée que les révolutionnaires de 1789 aient voulu détruire l’Ancien Régime pour le remplacer par l’anarchie.

22Les mémoires des leaders feuillants deviennent ainsi le long récit d’une imperturbabilité face aux circonstances : le rôle de La Fayette et de Dumas n’aurait été que d’annoncer et affirmer les principes de la liberté pour se battre ensuite, afin d’empêcher tout dérapage de la Révolution. Pour paraphraser la célèbre devise feuillante, les auteurs des Mémoires et des Souvenirs voudraient convaincre la postérité d’avoir souhaité, voulu et réalisé toute la Révolution proclamée par l’Assemblée nationale, mais seulement celle-là, et rien d’autre que celle-là : une révolution des valeurs et des lois qui n’aurait jamais dû se transformer en guerre civile, une révolution sans tensions internes, où chaque couche sociale aurait dû trouver naturellement sa place dans l’équilibre du nouveau régime.

  • 26 Alexandre de Lameth meurt en mars 1829, après la publication des deux premiers volumes de son Hist (...)

23Cette approche explique pourquoi le récit de la journée du 14 juillet 1790 acquiert une si grande importance dans tous les mémoires feuillants. Il en est même l’un des moments culminants, notamment dans les écrits de La Fayette et de Lameth. Il suffit pour le démontrer de citer un passage de l’Histoire de l’Assemblée constituante qui s’achève significativement sur cet épisode26 :

  • 27 A. de Lameth, Histoire de l’Assemblée constituante, op. cit., vol. 2, p. 453-454.

Le libre épanchement des cœurs, la rapide communication des espérances, l’attente du beau jour que l’on préparait à la France, représentée par l’immense population de la capitale, regardée par tous comme le berceau de la liberté naissante, formaient un ensemble qui n’avait jamais existé sur la terre avant cette grande époque de régénération politique, avant ces jours d’enthousiasme et de sublime espérance où trente millions d’hommes croyaient préluder, par leur propre bonheur, au bonheur du monde27.

24Ces mots, chargés de nostalgie et de regret pour cet instant fugace, rendent évidente la relecture de cette journée qui est réinterprétée a posteriori comme la date de la plus grande proximité entre les principes inspirateurs de 1789 et l’événement révolutionnaire. Pour les anciens feuillants, le 14 juillet 1790 devient le moment où les promesses politiques et les espoirs de l’année précédente auraient pu trouver leur accomplissement sans l’utilisation de la violence. La célébration de la fête de Fédération, et surtout la tentative de s’y identifier totalement en tant qu’inspirateurs politiques, dévoilent pleinement la volonté des auteurs des mémoires d’affirmer, à travers le récit autobiographique, à la fois un modèle d’engagement révolutionnaire et une interprétation de l’événement historique dans son ensemble.

CONSTRUIRE LA FIGURE DU HÉROS IMMOBILE

  • 28 Il est intéressant de remarquer que La Fayette choisit de ne pas décrire directement cette fête. I (...)

25La figure du héros est en premier lieu un modèle d’engagement révolutionnaire. En s’appropriant la journée de la Fédération, en faisant du triomphe du nouveau régime leur triomphe personnel et celui de leurs idées, les auteurs souhaitent compléter leur image d’hommes qui n’ont jamais varié dans l’amour de la liberté constitutionnelle28.

  • 29 Ibid., vol. 3, p. 116.
  • 30 Voir ibid., vol. 3, p. 83-84 et passim (sur Danton), p. 303 et 381-382 (sur Brissot), et vol. 4, p (...)

26L’idée de constance et de fermeté est même l’un des thèmes récurrents des Mémoires de La Fayette : il aurait été « le seul qui, en se montrant constamment l’homme de l’ordre légal en même temps que l’homme de la liberté, ait conservé si longtemps quelque pouvoir sur les masses29 ». L’ancien commandant de la garde nationale insiste à maintes reprises sur l’opposition entre sa posture et celle des autres révolutionnaires dont le parcours politique ne serait qu’un ensemble de fluctuations et de compromissions qui auraient abouti à la trahison définitive de leurs idéaux. Mirabeau, Brissot et les girondins, Danton et Desmoulins, même Lameth et Duport : personne n’échappe à l’accusation de faiblesse, faiblesse par opportunisme ou par cupidité30. Dans les Mémoires, la présentation des acteurs du côté patriote tourne invariablement à la mise au jour de leurs contradictions, qui exalte a contrario l’inflexibilité et la droiture de La Fayette et de ses proches, d’ailleurs présentés comme les « martyrs généreux des lois » :

  • 31 Ibid., vol. 3, p. 388 et 263.

Il faut qu’on apprenne à distinguer, dans la Révolution, les hommes qui, dans tous les temps et dans toutes les vicissitudes, ont prêché et pratiqué la même morale et n’ont ainsi à rougir d’aucune anecdote, ni d’aucune citation qu’on puisse opposer, soit à leurs paroles, soit à leurs actes31.

27Autrement dit, et cette considération vaut pour l’ensemble des écrits de La Fayette, ce qui compte est moins son rôle en tant que protagoniste de la Révolution que sa proximité avec ses principes.

Ill. Gondelinger, Mort du général Lafayette, Belfort, J.-P. Clerc, s.d. © BnF. La mort de La Fayette, « le 20 mai 1834 vers cinq heures du matin, au milieu de sa nombreuse famille », en présence d’un invalide qui « admirait toutes les actions » du général. Le texte sous l’image célèbre « l’apôtre le plus pur et le plus zélé de la liberté ». Au centre de l’image, sous l’épée et la couronne de lauriers, des mots-clés emblématiques de la carrière du héros : « Amérique. 1776 et 1824. / Washington. / Franklin. / Cocarde tricolore,/ Elle fera le tour du monde. 1789. / Olmutz. / Hôtel-de-Ville,/ 1830. / Liberté, ordre public. »

28Cette stratégie narrative, loin d’être spécifique aux Mémoires de l’ancien compagnon de Washington, se retrouve dans les Souvenirs de Dumas. Celui-ci reconstruit l’expérience feuillante de la Législative en insistant sur la fermeté des défenseurs de la monarchie constitutionnelle : leur plus grand mérite aurait été de ne pas céder à la dynamique révolutionnaire au prix même de la défaite. À travers une lecture idéalisante et rétrospective, ils veulent inscrire une fois de plus leurs actes sur le plan des principes.

  • 32 M. Dumas, Souvenirs, op. cit., vol. 2, p. 159.

29En revanche les jacobins, et notamment les brissotins, auraient été « entraînés constamment » par la force des choses et contraints à une « double hypocrisie » : vis-à-vis des masses qu’ils craignent, mais qu’ils exploitent à leurs fins, et vis-à-vis de la monarchie qu’ils veulent renverser, mais qu’ils ménagent le plus longtemps possible32.

30Dans les écrits des anciens feuillants, l’aptitude à s’adapter aux circonstances et aux rapports de force devient alors le trait révélateur de l’hypocrisie de leurs adversaires. Bien plus, ils parviennent à la conclusion, apparemment paradoxale, que la défaite feuillante est le résultat nécessaire de leur fidélité aux valeurs des premiers temps de la Révolution. Leur échec serait la garantie même de la différence irréductible entre les constitutionnels et les autres révolutionnaires, entre les « martyrs de la liberté » et les « factieux ».

31On voit ainsi que les mémoires feuillants construisent consciemment l’image d’un héros révolutionnaire immobile, qui doit sa grandeur à sa capacité d’effacer ses traits individuels pour mieux représenter les principes éternels dont il se veut le représentant. Autrement dit, ces écrits autobiographiques souhaitent afficher et même revendiquer l’extranéité de leurs auteurs au processus révolutionnaire tel qu’il s’est réalisé pour mieux construire l’image d’un héros de la liberté universelle. Au fond, dans leurs souvenirs, Dumas et La Fayette, et même Lameth, veulent raconter leurs convictions et non pas ce qu’ils ont fait :

  • 33 A. de Lameth, Histoire de l’Assemblée constituante, op. cit., vol. 1, p. CI.

S’il y avait réellement des reproches à faire à cette Révolution, [...] les vrais coupables ne seraient-ils pas ceux qui l’ont commencée, qui ont excité les premiers troubles, qui ont les premiers attaqué l’autorité [la noblesse et les parlements, selon l’auteur] ? Ces reproches, certes, ne sauraient jamais retomber sur les hommes, qui, dédaignant les avantages de leur position et foulant aux pieds de sordides intérêts, ont été assez heureux [...] pour faire jaillir du sein des troubles eux-mêmes la proclamation des principes éternels dont l’oreille des peuples n’avait point encore été frappée33.

32Ce n’est pas un hasard si le récit des événements s’effectue à la troisième personne du singulier ou à la première personne du pluriel : le refus constant d’utiliser le je dévoile leur volonté de dépersonnaliser leur narration et d’en faire un récit exemplaire.

33Cette approche explique par ailleurs la place réservée dans le texte à la sphère privée et familière. Si les souvenirs affectifs occupent peu d’espace dans le récit, ils jouent pourtant un rôle essentiel dans le dispositif narratif en créant un contraste efficace qui exalte la figure du héros. L’intimité, en apparence rêvée et recherchée, se perd dans le topos du sacrifice pour la cité. Elle ne peut être rien d’autre qu’un repoussoir utile pour exalter la dimension sacrificielle de l’auteur des Souvenirs.

AFFIRMER UNE VISION DE L’HISTOIRE

34La construction d’une image héroïque dépasse pourtant la seule dimension individuelle : elle implique aussi la mise en place d’un discours historiographique et politique. Pour le comprendre, il est nécessaire de revenir encore une fois sur le large espace consacré aux événements du 14 juillet 1790. En effet, quarante ans après les faits, la journée de la Fédération devient le modèle de ce qu’aurait pu – et dû – être la Révolution selon les souhaits du groupe feuillant : le moment fondateur d’un nouveau régime, construit autour d’une monarchie constitutionnelle capable de représenter la souveraineté nationale.

35C’est pour cette raison que ces hommes célèbrent, plutôt que le 14 juillet 1789, le 14 juillet 1790 : tandis que la première date renvoie symboliquement à la destruction d’un régime et à une nation insurgée, la seconde évoque la mise en place d’un autre système où la nation est rangée et représentée par ses élites. La fête de la Fédération prend ainsi une double signification : tout en se proclamant les hommes du monde nouveau, les auteurs veulent aussi se présenter comme les seuls dirigeants capables de rassembler le peuple autour des principes de 1789, principes dont ils seraient les plus fidèles gardiens. En insistant sur ce passage politique, La Fayette et Lameth veulent suggérer au lecteur l’image d’une Révolution triomphante et apaisée.

36Leur premier but est de remettre en cause l’idée que les principes de 1789 aient inspiré les suites de la Révolution, et notamment le régicide et la Terreur. Non seulement, pour les auteurs des mémoires, il n’y aurait aucun rapport de cause à effet entre les deux, mais, en renversant le cadre interprétatif sur lequel se fondait la vulgate historique et politique de la Restauration, La Fayette et Lameth font de la Fédération l’unique moment où les principes révolutionnaires auraient trouvé provisoirement leur pleine application dans le cadre de la loi. Par conséquent, on voit se mettre en place une lecture historiographique qui découpe le bloc révolutionnaire en deux : les années de la monarchie constitutionnelle acquièrent un caractère fondateur et ineffaçable qui les oppose à la fois à la monarchie absolue et à la période de la Convention. Comme l’écrit La Fayette :

  • 34 G. Du Motier de La Fayette, Mémoires, op. cit., vol. 3, p. 119-120.

Les principes généraux de la constitution [monarchique de 1791] fondés sur les premiers droits de la nature et sur les derniers progrès de la raison furent sans doute bien salutaires ; car, malgré tout ce qu’on perdit ensuite [...], il est une vérité incontestable. C’est que [...] l’aisance et l’indépendance des trois-quarts de sa population se sont améliorées à un degré dont il n’y a pas d’exemple dans l’histoire d’aucun temps et dans aucune partie de l’ancien monde34.

37Les principes proclamés en 1789 et transformés en lois constitutionnelles deux ans après ont ouvert une époque nouvelle en France, qu’aucune politique contre-révolutionnaire ou restauratrice ne saura ni effacer ni arrêter.

  • 35 Lameth a la même approche : voir Histoire de l’Assemblée constituante, op. cit., vol. 1, p. II.
  • 36 Le récit de cette seule année occupe un tiers des écrits de Dumas dédiés à la Révolution (Souvenir (...)

38Cette idée des premières années de la Révolution explique aussi l’interprétation de la période qui suit l’approbation de la Constitution. Les Souvenirs et les Mémoires voudraient suggérer à la postérité que la raison pour laquelle la Révolution s’est dévoyée tient à la conjoncture, aux trahisons d’une partie de ses protagonistes et à l’action constante de la contre-révolution, considérée toujours comme la plus grande responsable du désastre35. Autrement dit, l’échec de 1789 résulte du contexte, ce qui ne doit pas remettre en cause la valeur éternelle des principes affirmés par la Révolution. Les circonstances, certes, ont fait échouer la première tentative de liberté en France, mais elles n’ont été que des péripéties et rien d’autre. Elles sont l’écume de l’histoire, incapables d’en révéler le sens profond. Ceci explique pourquoi les anciens feuillants accordent une grande place à l’époque de l’Assemblée législative36. C’est à ce moment, entre octobre 1791 et août 1792, qu’échoue le projet d’instaurer une liberté fondée sur les droits universels et éternels, et que la Révolution cesse de constituer un exemple. Rentrer dans le détail des faits permet de repérer les causes qui ont conduit au renversement de la première constitution approuvée en France sans jamais remettre en question les événements de 1789.

39La conséquence ultime de cette approche historiographique est le fait que ni la révolution en tant que mode d’action politique ni ses principes ne doivent être tenus pour responsables du 10 août et de ses suites. Bien au contraire, ces écrits autobiographiques considèrent la chute de la monarchie comme une date décisive dans la mesure où elle détruit l’œuvre même des révolutionnaires. En renversant l’ordre constitutionnel édifié au nom des droits de l’homme par le biais du salut public, les nouveaux révolutionnaires de 1792 et leurs successeurs de la Convention se condamnaient à abandonner les principes qui justifiaient la Révolution :

  • 37 G. Du Motier de La Fayette, Mémoires, op. cit., vol. 3, p. 384.

La journée du 10 août marque le passage de la révolution constitutionnelle à la révolution conventionnelle, de l’ère de la liberté, des bons principes et des bons sentiments, à l’ère de la terreur et de l’incivisme37.

  • 38 Voir ibid., vol. 4 ; et M. Dumas, Souvenirs, op. cit., vol. 3.

40La Terreur serait donc un enchaînement de circonstances, et son trait le plus marquant serait de renouer avec l’arbitraire de l’Ancien Régime. Cette interprétation de l’événement explique le choix d’une narration purement descriptive38. En effet, le désir de démontrer l’extranéité de la Terreur par rapport à la Révolution empêche une profonde réflexion sur le sujet qui, de ce fait, est réduit à une guerre civile entre factions, contre-révolution et armées étrangères. Pour ces anciens combattants de la guerre d’Indépendance, l’exemple américain est là pour démontrer que l’exception se situe de ce côté-ci de l’Atlantique. La Terreur se révèle ainsi le véritable point aveugle de ces écrits autobiographiques, à la fois du point de vue personnel et du point de vue interprétatif.

*

  • 39 Reinhardt Koselleck, Le Futur passé : contribution à la sémantique des temps historiques [1979], J (...)

41Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, établissement de la loi martiale ou imposition d’une nouvelle discipline dans l’armée, fête de la Fédération et enfin défaite modérée à la Législative : progressivement, au fil des mémoires, les vieux feuillants tracent un bilan de leur action révolutionnaire, en construisant une histoire ou en se ralliant à l’historiographie libérale naissante fondée sur l’idée d’une double Révolution. L’écriture autobiographique à l’époque de la Restauration se révèle ainsi un exercice complexe. Elle implique la prise de conscience que la Révolution française a ouvert un espace nouveau : celui d’une politique fondée sur le consensus, où l’écriture du passé et même la rédaction des souvenirs personnels sont mobilisées pour justifier l’ambition d’intervenir dans l’espace public. Ces mémoires en effet participent au changement de la fonction de l’histoire qui s’opère avec la Révolution : pour reprendre les analyses de Reinhardt Koselleck, à la fin du xviiie siècle, l’histoire passe de la condition de magistra vitæ à celle d’un savoir capable de fonder la possibilité d’une révolution future39. Le récit du passé perd son caractère neutre et devient une représentation partisane.

42On comprend pleinement alors le troisième et dernier trait sous-jacent à l’écriture de ces textes. Dans une monarchie restaurée, qui a fait de la participation à la Révolution sinon un crime, du moins une faute ineffaçable, ces mémoires veulent être une profession de foi, un plaidoyer pour les valeurs que leurs auteurs avaient autrefois défendues sur les bancs des premières assemblées nationales. Chaque événement prend sa place dans une reconstruction du souvenir et dévoile une défense constante de 1789 et de ses suites. Ce n’est plus seulement la défense d’une action conduite au nom du juste milieu par les « martyrs de la liberté constitutionnelle » : leur récit autobiographique devient la revendication la plus achevée des principes qui ont inspiré leur action politique pendant la Révolution.

43Les mémoires constituent la forme la plus achevée du plaidoyer politique de Barnave prononcé trois décennies auparavant, du moins en reprennent-ils l’approche de l’événement révolutionnaire : se souvenir signifie prolonger le combat politique de jadis sous une autre forme. En définitive, ces textes, tout en se vouant à la postérité, s’adressent d’abord et surtout à leurs contemporains. En soulignant le caractère irréversible de l’œuvre révolutionnaire, ils dénoncent la fragilité du compromis sur lequel s’est édifiée la Restauration et le dénoncent comme une mystification. Ils se transforment par là en autant d’actes d’opposition au pouvoir en place.

Bibliographie

Bibliographie

Corpus d’étude

Actes du Tribunal révolutionnaire, Gérard Walter (éd.), Paris, Mercure de France, 1968.

Archives parlementaires, Première série, 1787-1799, 104 vol., Jérôme Mavidal & Émile Laurent (éd.), Paris, P. Dupont, 1867.

Beugnot Jacques-Claude, Mémoires du comte Beugnot, ancien ministre, 1783-1815 [1889], Albert Beugnot (éd.), Paris, Hachette, 1959.

Dumas Mathieu, Souvenirs du lieutenant général comte Mathieu Dumas de 1770 à 1836 publiés par son fils, 3 vol., Paris, Charles Gosselin, 1839.

La Fayette Gilbert Du Motier, marquis de, Mémoires, correspondance et manuscrits du général La Fayette, publiés par sa famille, 4 vol., Paris, H. Fournier aîné, 1837.

Lameth Alexandre de, Histoire de l’Assemblée constituante, 2 vol., Paris, Moutardier, 1828-1829.

Mignet François-Auguste, Histoire de la Révolution française depuis 1789 jusqu’en 1814, 2 vol., Paris, Firmin Didot père et fils, 1824.

Staël-Holstein Germaine de, Considérations sur les principaux événements de la Révolution française, ouvrage posthume de Mme la baronne de Staël, publié par M. le duc de Broglie et M. le baron de Staël, 3 vol., Paris, Delaunay, 1818.

Thiers Adolphe, Histoire de la Révolution française, 10 vol., Paris, Lecomte & Durey, 1823-1827.

Ouvrages et articles critiques

Burstin Haim, La Politica alla prova : appunti sulla rivoluzione francese, Milan, Franco Angeli, 1989.

Dendena Francesco, « Nos places maudites » : le mouvement feuillant entre la fuite de Varennes et la chute de la monarchie (1791-1792), thèse d’histoire, Paris, EHESS, 2010.

Duncan Keith, Mathieu Dumas : A Biography, thèse d’histoire, St Andrews, University of St Andrews, 1974.

Harsanyi Doina, « The Memoirs of Alexandre de Lameth and the Reconciliation Between Nobility and Revolution », dans The French Nobility in the Eighteenth Century : Reassessments and New Approaches, Jay M. Smith (dir.), University Park, The Pennsylvania State University Press, 2006, p. 279-302.

Koselleck Reinhardt, Le Futur passé : contribution à la sémantique des temps historiques [1979], Jochen & Marie-Claire Hoock (trad.), Paris, Éditions de l’EHESS, 1990.

Luzzatto Sergio, Mémoire de la Terreur : vieux montagnards et jeunes républicains au xixe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1991.

Mathiez Albert, « L’intrigue feuillantine au lendemain de la déclaration de la guerre », Annales historiques de la Révolution française, no 1, 1924, p. 568-561.

Michon Georges, Essai sur l’histoire du parti feuillant : Adrien Duport, correspondance inédite de Barnave en 1792, Vannes / Paris, Lafolye frères / Payot, 1924.

Notes

1 Actes du Tribunal révolutionnaire, Gérard Walter (éd.), Paris, Mercure de France, 1968, p. 310.

2 Barnave avait été arrêté en août 1792 à Grenoble par décret de l’Assemblée législative à la suite de la découverte d’une partie de sa correspondance avec la Cour. Voir Archives parlementaires, Première série, 1787-1799, 104 vol., Jérôme Mavidal & Émile Laurent (éd.), Paris, P. Dupont, 1867, vol. 68, 15 août 1792, p. 183.

3 . Actes du Tribunal révolutionnaire, op. cit., p. 312.

4 Ce critère oblige à exclure des textes intéressants, mais dont l’édition a été procurée par les héritiers qui les ont parfois modifiés selon leurs propres positionnements politiques. C’est le cas, par exemple, des mémoires de Jacques-Claude Beugnot, publiés et remaniés par son neveu : Mémoires du comte Beugnot, ancien ministre, 1783-1815 [1889], Albert Beugnot (éd.), Paris, Hachette, 1959.

5 Les mémoires de La Fayette ont été publiés après sa mort par son fils : Mémoires, correspondance et manuscrits du général La Fayette, publiés par sa famille, 4 vol., Paris, H. Fournier aîné, 1837. Ils sont « le recueil sans aucun commentaire » des matériaux rassemblés ou composés par le général lui-même (vol. 1, n.p.). La partie dédiée à la Révolution de 1789 aurait notamment été intégralement écrite en 1829 (vol. 2, p. 425).

6 Alexandre de Lameth, Histoire de l’Assemblée constituante, 2 vol., Paris, Moutardier, 1828-1829. Sur son caractère autobiographique, voir Doina Harsanyi, « The Memoirs of Alexandre de Lameth and the Reconciliation Between Nobility and Revolution », dans The French Nobility and the Eighteenth Century : Reassessments and New Approaches, Jay Smith (dir.), University Park, The Pennsylvania State University Press, 2006.

7 Mathieu Dumas, Souvenirs du lieutenant général comte Mathieu Dumas de 1770 à 1836 publiés par son fils, 3 vol., Paris, Charles Gosselin, 1839. Sur les conditions de rédaction de ces souvenirs, voir Keith Duncan, Mathieu Dumas : A Biography, thèse d’histoire, St Andrews, University of St Andrews, 1974.

8 Sur le mouvement feuillant pendant la Révolution, voir Georges Michon, Essai sur l’histoire du parti feuillant : Adrien Duport, correspondance inédite de Barnave en 1792, Vannes/ Paris, Lafolye frères / Payot, 1924. Voir aussi Francesco Dendena, « Nos places maudites » : le mouvement feuillant entre la fuite de Varennes et la chute de la monarchie (1791-1792), thèse d’histoire, Paris, EHESS, 2010.

9 Pour ne citer que les histoires les plus connues, voir François-Auguste Mignet, Histoire de la Révolution française depuis 1789 jusqu’en 1814, 2 vol., Paris, Firmin Didot père et fils, 1824 ; Adolphe Thiers, Histoire de la Révolution française, 10 vol., Paris, Lecomte & Durey, 1823-1827 ; et Germaine de Staël-Holstein, Considérations sur les principaux événements de la Révolution française, ouvrage posthume de Mme la baronne de Staël, publié par M. le duc de Broglie et M. le baron de Staël, 3 vol., Paris, Delaunay, 1818.

10 Voir, par exemple, M. Dumas, Souvenirs, op. cit., vol. 2, p. 465 ; G. Du Motier de La Fayette, Mémoires, op. cit., vol. 4, p. 194-216 ; et A. de Lameth, Histoire de l’Assemblée constituante, op. cit., vol. 1, p. XII-XXIX.

11 Sergio Luzzatto, Mémoire de la Terreur : vieux montagnards et jeunes républicains au xixe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1991, p. 18.

12 Lameth s’en montre parfaitement conscient. Dans son introduction, il affirme par exemple que son ouvrage sera sans doute critiqué pour des raisons politiques par « l’aristocratie » (Histoire de l’Assemblée constituante, op. cit., vol. 1, p. III-IV).

13 La Fayette refuse toute participation à la vie politique pendant l’Empire ; Lameth est un baron de l’Empire et préfet comme beaucoup d’autres. Dumas, en revanche, a un rôle un peu plus actif, en tant que collaborateur de Joseph Bonaparte à Naples et en Espagne : par la suite, à partir de 1809, il s’en tiendra à des rôles militaires dans la Grande Armée sans s’occuper de politique.

14 Dans les Mémoires, par exemple, on cherchera en vain des traces de la correspondance lors de la crise de Varennes, lorsque La Fayette proposa la déchéance de Louis XVI. De la même manière, on ne trouvera aucune lettre du général pendant l’été 1792, en dépit du fait qu’il a été au centre d’importantes tractations politiques entre les girondins, la couronne et les Autrichiens.

15 Voir G. Du Motier de La Fayette, Mémoires, op. cit., respectivement vol. 2, p. 446 et 472, et vol. 3, p. 133-135, 35-39 et 28-31.

16 Ibid., vol. 3, p. 138.

17 Ibid., vol. 2, p. 322, nous soulignons.

18 Voir, par exemple, ibid., vol. 3, p. 167-171, 174-177 et 418-421.

19 Sur cette forme de participation politique, voir Haim Burstin, La Politica alla prova : appunti sulla rivoluzione francese, Milan, Franco Angeli, 1989, p. 72-90.

20 G. Du Motier de La Fayette, Mémoires, op. cit., vol. 3, p. 175.

21 Ibid., vol. 2, p. 372-385 et 398-410.

22 Ibid., respectivement vol. 3, p. 227, et vol. 2, p. 303-305.

23 La Fayette reconnaît d’ailleurs que cette démarche avait été initialement proposée par Bailly, à l’époque maire de la capitale : ibid., vol. 2, p. 375-377.

24 Lameth adopte la même approche en faisant de la loi martiale l’une des grandes réalisations de la Constituante : Histoire de l’Assemblée constituante, op. cit., vol. 1, p. XIV.

25 Voir M. Dumas, Souvenirs, op. cit., vol. 1, respectivement p. 466 et 467-478.

26 Alexandre de Lameth meurt en mars 1829, après la publication des deux premiers volumes de son Histoire qui aurait dû se poursuivre.

27 A. de Lameth, Histoire de l’Assemblée constituante, op. cit., vol. 2, p. 453-454.

28 Il est intéressant de remarquer que La Fayette choisit de ne pas décrire directement cette fête. Il se contente de collecter un ensemble de sources permettant à la fois de raconter la fête et d’expliquer son rôle : à ce point des Mémoires, l’identité entre l’événement et l’acteur historique est ainsi parfaite. Voir G. Du Motier de La Fayette, Mémoires, op. cit., vol. 3, p. 1-11.

29 Ibid., vol. 3, p. 116.

30 Voir ibid., vol. 3, p. 83-84 et passim (sur Danton), p. 303 et 381-382 (sur Brissot), et vol. 4, p. 13 et 16-18 (sur Lameth et Duport).

31 Ibid., vol. 3, p. 388 et 263.

32 M. Dumas, Souvenirs, op. cit., vol. 2, p. 159.

33 A. de Lameth, Histoire de l’Assemblée constituante, op. cit., vol. 1, p. CI.

34 G. Du Motier de La Fayette, Mémoires, op. cit., vol. 3, p. 119-120.

35 Lameth a la même approche : voir Histoire de l’Assemblée constituante, op. cit., vol. 1, p. II.

36 Le récit de cette seule année occupe un tiers des écrits de Dumas dédiés à la Révolution (Souvenirs, op. cit., vol. 2), et un quart environ des Mémoires de La Fayette (op. cit., vol. 3).

37 G. Du Motier de La Fayette, Mémoires, op. cit., vol. 3, p. 384.

38 Voir ibid., vol. 4 ; et M. Dumas, Souvenirs, op. cit., vol. 3.

39 Reinhardt Koselleck, Le Futur passé : contribution à la sémantique des temps historiques [1979], Jochen & Marie-Claire Hoock (trad.), Paris, Éditions de l’EHESS, 1990, p. 76.

Table des illustrations

Légende Ill. Gondelinger, Mort du général Lafayette, Belfort, J.-P. Clerc, s.d. © BnF. La mort de La Fayette, « le 20 mai 1834 vers cinq heures du matin, au milieu de sa nombreuse famille », en présence d’un invalide qui « admirait toutes les actions » du général. Le texte sous l’image célèbre « l’apôtre le plus pur et le plus zélé de la liberté ». Au centre de l’image, sous l’épée et la couronne de lauriers, des mots-clés emblématiques de la carrière du héros : « Amérique. 1776 et 1824. / Washington. / Franklin. / Cocarde tricolore,/ Elle fera le tour du monde. 1789. / Olmutz. / Hôtel-de-Ville,/ 1830. / Liberté, ordre public. »
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/5970/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k

Auteur

Chercheur spécialiste de l’histoire politique et de l’histoire de la presse à la fin du xviiie siècle. Ses premières recherches se sont concentrées sur la formation des identités collectives et sur les pratiques révolutionnaires pendant la monarchie constitutionnelle (I nostri maledetti scranni ! Il movimento fogliante tra la fuga di Varennes e la caduta della monarchia, Guerini e associati, 2012). Ses dernières publications sont en revanche consacrées aux enjeux politiques de la mémoire et à la construction de la tradition révolutionnaire au siècle des Lumières. Il enseigne actuellement à l’IÉSEG de Paris.

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search