Version classiqueVersion mobile

L'Attentat de Damiens

 | 
Pierre Rétat

Les pouvoirs, le public et l'événement

5. Le texte officiel de l’événement

Texte intégral

1Nous ne saisissons l’événement qu’à travers des textes. Nous avons étudié ceux qui en constituent le corps social, qui orchestrent à l’usage du public un ensemble d’actes et de conduites : ce sont des « relations », c’est-à-dire un discours dont les auteurs anonymes, interchangeables, font entendre dans les gazettes la voix située et marquée des communautés qui composent le concert national. Ils forment donc déjà une vaste citation. Mais il en est d’autres qui interviennent au niveau second de la citation explicite et de l’extrait, discours inclus et fragmentaire que l’autorité de ses énonciateurs accrédite assez pour qu’il soit transféré, par pans plus ou moins larges, dans les colonnes du périodique : sermons, prières, mandements épiscopaux, discours, poèmes, emblèmes qui se lisent dans la décoration de la fête.

2La presse ne nous livre, ici encore, qu’une infime partie d’un vaste corpus. La célébration verbale de l’attentat et de l’heureux dénouement fait l’objet d’un grand nombre de mentions fugitives ou globales (« Tous les Collèges du Roiaume ont tâché à l’envi l’un de l’autre de se distinguer, en célébrant le même événement. Les uns par des discours éloquens, les autres par des spectacles », JE, 15/03, 132-133). En outre, les gazettes et mensuels officiels observent sur ce point aussi une consigne de discrétion, ou même de silence : contrairement à ce qu’on pourrait attendre du MF, on n’y voit paraître aucune poésie, aucune œuvre de circonstance à cette occasion ; le grand événement, en ce début de 1757, c’est pour ce journal la mort de Fontenelle. Nous reviendrons sur cette censure d’ailleurs avouée. Mais le JS n’omet pas d’annoncer, en les regroupant, plusieurs prières et poèmes que citent les gazettes étrangères (03, 185-186), et qui paraissent à Paris avec approbation. Il semble donc que l’autorité royale ait modulé avec prudence la publicité et la diffusion de ces textes, contrôlant ainsi jusqu’à un certain point l’amplification de l’événement par la parole.

3Il faut donc, pour la mesurer et en chercher la signification, prendre en compte non seulement les textes cités par la presse, mais tous ceux qui ont été conservés, y compris sous forme manuscrite, et que nous avons tenté de rassembler (on se reportera, pour en saisir une vue d’ensemble, à la bibliographie).

4Un autre discours, très différent de celui-ci, malgré quelques points communs, doit le compléter : nous aborderons dans un autre chapitre ce discours interdit et clandestin, et la censure dont il fait l’objet.

Une politique de la parole sociale

5Une première question se pose, lorsqu’on veut étudier le discours sur l’événement : celle des conditions politiques de sa production. Qui peut parler, comment est-on autorisé à parler ? Quels signes permettent d’apercevoir le contrôle du pouvoir sur la parole ?

6Elle obéit à un ordre royal dans un cas précis, lorsque les évêques sont conviés, par lettre de cachet, à faire chanter un Te Deum pour célébrer un événement public ; un mandement transmet alors l’ordre supérieur aux autorités ecclésiastiques subordonnées de leur diocèse. Les gazettes font souvent état de cette procédure en cascade, lorsqu’il s’agit par exemple, en temps de guerre, de célébrer une victoire. Dès le lendemain de l’attentat on voit fonctionner ce dispositif, qui prescrit les prières « de quarante heures » : « Le Saint Sacrement a été exposé dans toutes les Eglises de Versailles, et le Comte de Saint-Florentin a écrit par l’ordre du Roi à l’Archevêque de Paris, pour qu’on fît des prières publiques, afin d’obtenir de Dieu la prompte guérison de sa Majesté » (GF, 08/01 ; voir texte de la lettre dans AB, XVI, 425).

  • 1 Michel Antoine, professeur d’histoire moderne à l’Université de Caen, a eu l’extrême obligeance de (...)

7Mais il apparaît que, lorsque la santé du roi fut rétablie, on ne dicta aucune conduite d’actions de grâces. Saint-Florentin écrit le 30 janvier à l’évêque d’Angers : « Le Roi n’a pas encore décidé s’il donnerait des ordres pour faire chanter le Te Deum en actions de grâces pour le rétablissement de sa santé », et à l’évêque de Tarbes le 21 février : « Il n’y a pas d’apparence, Monsieur, que le Roi se détermine à donner des ordres pour faire chanter un Te Deum »1. Le 16 janvier, d’Argenson notait dans son journal : « Il n’y aura point de Te Deum public à Paris, Sa Majesté se défiant encore de l’amour des Parisiens » (IX, 392), mais on attendait encore vainement la cérémonie à la fin de janvier : « on ne désigne point encore le jour où le Te Deum sera chanté à Notre-Dame de Paris. On croit que L. M. et toute la famille royale y assisteront » (CA, 25/01). Le duc de Croÿ, dans une lettre écrite le 23 janvier d’Arras au comte d’Argenson, tente d’obtenir l’« ordre » que sollicite la fidèle province d’Artois, pour couronner les « différents actes de piété » auxquels elle se livre (SFW, VII, 191-192) ; le 21, il avait fait simplement chanter, par scrupule, l’Exaudiat, faute de lettre de cachet (Journal, I, 375), et était même entré en conflit à ce propos avec le corps de ville, qui avait déjà fait imprimer la proclamation annonçant le Te Deum (E. Lecesne, Histoire d’Arras, II, 610). Mais son courrier revient de Paris le1 er février, avec la permission que lui donne seulement d’Argenson « de laisser aller les spectacles, comme par tolérance » (Journal, I, 376).

8Les autorités ecclésiastiques ont donc dû affronter un délicat problème de compétence et d’initiative politique, et l’on comprend le nombre relativement faible des mandements que nous avons pu relever dans le fichier (d’ailleurs incomplet), de la Bibliothèque Nationale, si on le compare à la liste qu’on dresserait en d’autres circonstances, la naissance du comte d’Artois en novembre 1757, ou la mort du dauphin en 1765. On comprend aussi l’étonnant retard de certains d’entre eux. Le plus remarqué et le plus commenté fut celui de Christophe de Beaumont, daté de Conflans le 1er mars, et crié dans les rues le 6 mars au matin. La GU en donne une raison « toute simple », trop simple en vérité : « On attendoit à s’acquitter de cette action de grâces, que le monstre qui déshonore la Terre ne fût plus », mais la longueur du procès a empêché les Parisiens de résister à leur « impatience » (15/03). En février, Barbier s’étonnait déjà que les gazettes fussent remplies de tant de fêtes, et que la ville de Paris fût seule « restée dans l’inaction et dans le silence. Point de Te Deum, aucunes réjouissances » (VI, 482). Il croit en trouver la raison le 6 mars, lorsque paraît le mandement tant attendu : il était défendu jusque-là à l’archevêque de parler, maintenant « changement de politique », et d’ailleurs « ces actions de grâces ne regardent pas l’Eglise et les fidèles ; point de cérémonies, point de lettre du Roi, ni d’invitation d’aucune compagnie pour assister à ce Te Deum » (VI, 490). Certes, depuis le violent conflit de la fin 1756, Christophe de Beaumont était tenu d’observer la loi du silence, et il se trouve encore impliqué, en février 1757, dans l’affaire de l’imprimerie clandestine d’Arcueil (voir plus loin le chapitre sur la censure). Mais Barbier se méprend lorsqu’il suppose un « changement de politique » : absence de politique, plutôt, et initiative de la parole et des actes laissée à l’Eglise comme à tous les corps du royaume. La vacance de l’autorité prescriptive la laissait libre, mais dangereusement libre.

9Un texte tardif de l’archevêque d’Aix peut nous en convaincre. Les NE citent avec une jubilation maligne son mandement du 19 avril, et laissent leurs lecteurs faire seuls leurs commentaires. C’est le journaliste qui souligne.

« Ne soyez pas surpris, MTCF, de ce que nous avons différé jusqu’à présent de vous inviter à donner au Seigneur des témoignages publics de reconnaissance [...]. Nous étions dans l’attente d’un ordre qui nous autorisât expressément, suivant l’usage ; et nous n’osions prendre sur nous de faire une démarche qui, par des raisons qui nous seroient inconnues, mais que nous devrions toujours respecter, auroit peut-être pû, dans la circonstance actuelle, n’être pas approuvée. N’ayant pas reçu l’ordre que nous attendions, les vifs sentimens de notre cœur, sentimens auxquels nous n’avons cessé de donné un libre cours en secret, ne nous ont pas permis de demeurer dans l’inaction et dans le silence. Nous avons demandé qu’au moins nous puissions être assurés qu’en ordonnant que dans toutes les églises paroissiales de notre diocèse, il fût rendu à Dieu de solennelles actions de grâces, nous ne ferions rien qui pût en aucune sorte être taxé d’indiscrétion ou d’imprudence : et c’est ce consolant témoignage qui vient de nous être accordé » (22/05, 86 a).

10Le journaliste janséniste, qui s’indigne du « zèle tardif de Nosseigneurs les Evêques », et constate que l’archevêque d’Aix « paroît, au bout de près de quatre mois, se réveiller », demande s’il faut des ordres pour remercier Dieu, et attendre si longtemps à les demander.

  • 2 Les NE, 17/04, 66 b, voient, sans doute avec raison, une allusion au retard de l’archevêque de Par (...)
  • 3 Poncet de La Rivière était exilé depuis août 1756 à l’abbaye de Murbac en haute Alsace. On peut su (...)

11Il saisit ainsi, et c’est de bonne guerre, l’occasion d’une attaque ironique contre des constitutionnaires déclarés ; mais il ne comprenait pas exactement ce qui était en jeu. L’archevêque d’Aix, celui de Paris, comme les évêques de Boulogne et de Grenoble cités dans le même numéro des NE2, semblent avoir joué aussi longtemps que possible la carte de la discrétion, et leur expectative était en consonance avec un vœu officiel, et une attitude générale de conjuration par le silence et l’oubli, dont nous reparlerons. Mais ils n’ont pas compris, ou ont compris un peu tard, que le « coeur » ne devait pas seulement s’épancher « en secret », qu’il devait parler vite et fort, et qu’il n’était pas besoin d’ordre. Le retard est donc ici un des signes de l’ambiguïté profonde des sentiments soulevés par l’événement. En ce moment de crise où l’autorité royale tente de réprimer l’opposition des évêques constitutionnaires les plus turbulents (à Troyes, les vicaires généraux donnent un mandement en l’absence de leur évêque exilé3), l’autorité ecclésiastique a dû fixer seule une politique du discours et de la célébration : le texte que nous avons cité révèle un véritable cas de conscience épiscopal, une interrogation sur l’opportunité de parler de l’attentat, donc d’en témoigner et d’en inscrire l’existence, en dictant les actes de reconnaissance au ciel ou en tirant les enseignements d’un événement monstrueux.

  • 4 On trouve des idées et des expressions très semblables dans d’autres mandements, par ex. ceux de J (...)

12Mais la vacance de l’autorité libère aussi une valeur éminente : elle laisse au « cœur » l’initiative de ses élans, elle permet aux sujets du meilleur des rois de donner toute la mesure de leur amour spontané, de présenter à l’Europe le tableau touchant de l’émotion nationale. La prise de parole, l’expression de la douleur ou de l’allégresse sont d’autant plus méritoires qu’elles n’ont pas besoin d’être dictées. Les vicaires généraux de l’évêque de Troyes, dans leur mandement du 9 mars, affirment qu’ils n’ont pas encore donné aux fidèles l’ordre et l’exemple des actions de grâces, « pour laisser à [leur] cœur la satisfaction de n’être conduits que par le sentiment » (p. 6)4. Dans un Réquisitoire reproduit par Fréron (AL, 1757, I, 187-188), M. Prévôt, second avocat du roi au Présidial d’Angers, s’écrie : « nous n’avons pas besoin, Messieurs, d’exciter votre zèle et votre fidélité ; le cœur François les produit ; l’honneur dont vous jouissez d’être les dépositaires des loix de cette Province augmente l’ardeur et l’activité de vos sentimens ; respectueux, vifs et sincères, ils ont prévenu les ordres, et ont donné l’exemple ».

13Le vœu officiel n’était donc aucunement d’interdire la parole, ou de la contraindre, en ne la suscitant pas. En réponse à la lettre d’envoi de M. Dauphin d’Halinguen, Lieutenant général, qui a publié à Boulogne une Effusion de cœur sur la convalescence du Roi, et s’excuse de n’avoir pu renfermer ses sentiments, le Procureur général loue sans réticence son initiative : « loin que cela puisse être regardé comme déplacé, on ne peut trop applaudir à des mouvemens si naturels et si légitimes » (ms Joly de Fleury, 2068, fol. 336) ; et le secrétaire d’Etat Saint-Florentin, dans la lettre déjà citée du 30 janvier à l’évêque d’Angers, dit bien qu’il n’y a pas d’ordre pour un Te Deum, mais ajoute : « Plusieurs villes du royaume ont déjà donné de leur propre mouvement cette marque de leur joye et de leur attachement à la personne de S. M. Je suis bien éloigné de désapprouver la délicatesse qui vous a empêché de suivre les premiers mouvemens de votre zèle, mais je suis persuadé que le témoignage que vous donnerés de vos sentimens en ordonnant un Te Deum dans votre diocèze ne pourra qu’être infiniment agréable à S. M. » (AN, 01 453, fol. 29 ; voir fol. 47 v°, à l’évêque de Tarbes). Toujours méfiant, Barbier ne comprend pas que l’Impromptu du cœur de Vadé ait été représenté à la Foire Saint-Germain le 8 février, avec des « danses » des « gens du port », un petit feu d’artifice, et une « représentation de tonneaux de vin pour le peuple » : « Cette pièce bouffonne, dans une circonstance aussi sérieuse, a été regardée par des gens sensés comme très-indécente. On ne sait comment cela a passé à la police. Cela ne se fait pas ainsi sans ordre du ministère » (VI, 482). Mais ce vaudeville est imprimé immédiatement avec permission, Vadé obtient 400 livres de pension du roi d’après Collé (II, 78), et les journaux signalent à la fois le succès de l’ouvrage et ses intentions irréprochables : « On y donne au Roi des éloges que tous les cœurs avouent et applaudissent » (AL, I, 237 ; voir JE, 15/03, 131). Coger présente le 2 mars son poème latin au roi, « qui l’a reçu avec bonté » (SC, 05, 336). Et souvenons-nous du nombre considérable de fêtes, de messes célébrées, de Te Deum chantés, comme nous l’avons vu dans le chapitre sur le corps social de l’événement.

14Il fallait savoir vaincre la pudeur du pouvoir : sa réserve appelait la violence du cri et l’explosion émotive. A chacun de faire jaillir du drame les valeurs positives dont ses développements étaient susceptibles, de convertir le mal en bien. Parler de l’attentat comme il convenait, avec une liberté décente, tout était là. Selon Collé, Vadé s’y est entendu supérieurement dans l’Impromptu du cœur : « Le fond du sujet n’est rien, mais il y a eu une adresse infinie à ne rien mettre dans les détails qui pût rappeler le malheur, en se réjouissant de ce qu’il n’avait point été consommé, et de faire tout porter sur ce pivot-là. Il falloit toujours parler de la joie publique, sans sonner mot de ce qui la produisoit ; cela était difficile, et il s’en est bien tiré » (II, 78).

La fonction du texte

15Le pouvoir politique laissait donc, dans les limites que nous déterminerons à propos de la censure, pleine liberté aux porte-parole de la nation de célébrer l’événement : évêques, sermonnaires, rabbins, ministres protestants (des chapelles des ambassadeurs étrangers à Paris), détenteurs d’offices, professeurs d’université ou de collège, poètes... On constatera, en se reportant à la bibliographie, l’ampleur de cette réponse à l’événement par le langage, et la fréquence des mentions et extraits de presse qui en assurent la publicité.

16Les textes visent à constituer une image de l’attentat et des réactions qu’il a suscitées, à le définir et à l’interpréter, à en extraire un enseignement et une leçon. L’événement se trouve ainsi intégré dans une geste édifiante du roi et de la famille royale, et dans une doctrine qui rappelle les devoirs des sujets et la valeur sacrée de la personne du souverain. Les critiques soulignent, dans leurs comptes rendus des poèmes d’Arnaud et de Coger, l’importance primordiale de la « fable » ou de la « fiction » (JE, 01/04, 137 ; AL, II, 119), c’est-à-dire d’une intrigue qui rapporte les faits à des causes supérieures, dont l’intervention en gouverne le déroulement. L’« ingénieuse épopée de M. d’Arnauld », la France sauvée, « pleine d’action, de dialogue, de mouvement et d’intérêt », est selon Fréron un « vrai drame », et « tient plus à la Tragédie que plusieurs déclamations modernes » (AL, II, 134-135). Avec un bonheur inégal tous les auteurs des odes qui paraissent à cette occasion tentent de créer le même suspens, la même antithèse d’un drame exemplaire où la providence déjoue les tentatives d’un monstre infernal. Cette fiction n’est pas seulement l’« essence du Poème », (ibid., 119) elle est l’essence d’une représentation générale de l’attentat, dont l’irruption insensée est à la fois dénoncée comme un scandale et résorbée dans l’économie d’une action surnaturelle et préordonnée. Il faut tenir compte ici des poncifs et de l’amplification obligée de ce type de textes : les éléments sont convoqués, les signes inquiétants et les annonces du drame abondent, comme avant la mort de César, le prodige final fait intervenir la Religion sur son char (Coger), ou l’« Ange brillant des Lys », génie tutélaire de la France (d’Arnaud). Mais, que l’on trouve au tournant du drame des abstractions personnifiées, ou le Dieu biblique des rabbins, des pasteurs ou des sermonnaires catholiques, le même schéma met toujours en place les acteurs d’une scène intemporelle. Il ne reste plus qu’à souhaiter au Roi, au Dauphin, long règne et longue vie, et à exalter la tendresse réciproque du peuple et de son souverain. Tout est au mieux dans une France réconciliée, et visiblement placée sous la protection de Dieu. Les textes, dans une large mesure, redoublent et orchestrent les relations de cérémonies d’actions de grâces : ils revêtent la même valeur de restauration d’une unité menacée, et de négation d’un hasard malheureux.

Fonction d’attestation et de communication

17Les textes visent toujours, et ils l’avouent, à témoigner devant le roi, l’opinion nationale et internationale, la postérité même la plus reculée, du zèle et de l’amour des Français. Les poètes s’empressent à l’envi de faire connaître et de perpétuer, par les prestiges de l’écriture, la douleur du peuple, son allégresse, et son innocence : il est donc difficile de distinguer cette fonction d’attestation de la fonction de justification et d’expiation, que nous analyserons dans l’étude sur le sentiment de culpabilité collective.

18Les émotions soulevées par l’attentat doivent s’inscrire pour manifester pleinement leur vivacité et recueillir leur mérite. La multiplicité éclatée des conduites, même publiée par les récits de presse, ne peut trouver la réalisation totale de son intention que par le support d’un discours autorisé. Cette autorité lui vient du statut social de ceux qui le profèrent, et des codes reçus qui l’informent (ode, poème, fable, sermon, mandement...). Elle lui assure à la fois l’éclat et la durabilité : ceux qui ont pour mission de prendre la parole assurent une délégation implicite, et par l’accès à la chaire ou à l’imprimé (les deux allant souvent de pair), érigent le « monument » permanent du sentiment national.

« Que ces Vers, Monument de nos justes Regrets
Par la Douleur gravés dans tous les cœurs Français
En redoublant l’horreur pour un Monstre exécrable
Redoublent notre amour pour un Maître adorable. »
(d’Arnaud, La France sauvée, p. 3).

19Selon Fréron, Sauvigny dans la France vengée a « essayé de consacrer [...] l’horreur de la nation pour le Monstre dont l’attentat n’a pu être assez puni par les plus horribles supplices » (AL, II, 121). Le supplice, qui n’est pas lui-même l’objet d’une célébration, sinon dans des relations volantes à l’usage du peuple, appartient à l’ordre inférieur des faits insignifiants et nuls ; la poésie donne au contraire la « consécration » de l’écrit à une émotion dont l’intensité est la plus pure expiation du crime. En même temps, elle prend la valeur dynamique d’une incitation à l’amour, dans les vers d’Arnaud cités plus haut ; nous verrons plus loin l’importance de cette fonction affective et motrice du texte.

20Le poète surmonte la malédiction de l’attentat ; sa voix porte et amplifie la rumeur du peuple. Le JE introduit ainsi un extrait de l’Ode par Mr. R... D... sur l’attentat : « Ce seroit en vain qu’on voudroit dérober aux yeux de la postérité le Parricide qui vient d’allarmer l’Europe pour le meilleur des Rois de France ; ne pouvant plus l’ensevelir dans les ombres de la nuit, faisons du moins connoître la douleur d’un Peuple, dont les mœurs sont si éloignées d’une pareille horreur » (15/03, 127). L’abbé Valette, auteur d’une Ode sur le même sujet, restée manuscrite, exprime la même volonté de publicité dans la lettre d’envoi à son protecteur le duc d’Estissac :

« J’aurois moins pensé à écrire qu’à pleurer, et loin de resserrer ma douleur dans des bornes simétrisées, je lui aurois donné le plus libre cours, si je n’avois cru devoir lui faire prendre une forme qui pût la sauver du tombeau, et la transmettre, s’il m’est possible, jusqu’à la postérité la plus reculée. Que diroient de nous nos neveux si, en apprenant le malheur qui vient d’arriver à notre bon maître, ils n’apprenoient, au même temps, et notre innocence et notre affliction ? En vain aurions-nous passé notre vie dans la douleur la plus profonde, nous serions déshonorés à leurs yeux. Je n’ose me flatter, monseigneur, d’en laisser un monument durable ; mais, en voyant mes faibles efforts, les beaux génies de la capitale joindront sans doute les leurs aux miens, et dès lors notre douleur ne sauroit manquer d’être immortelle [...]. Une autre de mes vues, monseigneur, a été de prêter ma voix à vos vassaux, et à toute ma province : leur douleur a été si semblable à ma douleur, que j’ai rendu, trait pour trait, la leur en peignant la mienne [...]. Assurément notre douleur méritoit d’être publiée ».
(6 févr. 1757, Avignon 1266, fol. 128-129).

21Mais cette publicité a aussi une intention plus immédiate et plus rapprochée : il s’agit, par l’écriture, comme par la cérémonie religieuse ou par la fête, d’atteindre un témoin privilégié, le roi. Le duc d’Estissac le sait très bien, qui répond à l’abbé Valette : « Vos vœux, et ceux de toute la France ont été exaucés ; le roi se porte bien, et sent avec plaisir les pleurs que le danger où il a été ont [sic] occasionnés » (3 mars, fol. 133).

« Ah ton peuple, grand Roi, mérite ton amour !
Tous les cœurs par ma voix te parlent en ce jour ».
(d’Arnaud, p. 24).

22Le message passe, et va au but, si la communication est établie avec le roi, s’il entend la voix de ses sujets, dans le bonheur d’une reconnaissance réciproque.

23Les instances sociales de la parole ont le privilège de cette communication : elles lèvent l’obstacle d’une distance infranchissable, sinon par l’intermédiaire des ministres ou des courtisans, ou des députés ordinaires des Etats (l’Artois déshonoré n’en obtiendra pas plus, nous le verrons dans l’étude sur la culpabilité collective). Cette lettre adressée au Chancelier, et publiée dans la GA (25/02), révèle à la fois ce désir de communication et la difficulté de le réaliser :

« Les Officiers de l’Election de Saintes, pénétrez, consternez de l’horrible attentat formé contre le meilleur des Rois, se croiroient indignes de la qualité de fidèles sujets de S. M., s’ils ne s’empressoient de lui témoigner toute leur indignation [...]. Et de fidèles sujets, pleins d’amour et de respect pour son auguste personne, s’oublieroient-ils au point de ne lui pas découvrir l’amertume de leur cœur ? Nous sçavons, Monseigneur, qu’il ne leur est pas permis d’exposer directement à S. M. leurs respectueux sentiments, et qu’ils ne peuvent les faire parvenir au pied du Trône que par votre Grandeur. Vous avez, Monseigneur, le doux avantage d’approcher ce bon Prince : [...]. Pourrions-nous donc nous flatter que vous ne désaprouverez pas notre zèle, et que votre Grandeur voudra bien porter au pied du Trône et notre vive douleur [...] et notre joye... »
(Lettre du 22/01 ; réponse favorable du chancelier, 01/02).

24Ce que maintenant la télévision prétend réaliser massivement (chaque foyer pouvant entrer en rapport direct avec l’Elysée et avec la vie « intime » du Président), le texte le représente fantasmatiquement par la célébration de la bonté d’un roi proche de ses sujets, ou par la fiction édifiante du « Laboureur » ou du bon bourgeois qui a « vu » Louis :

« Le Laboureur content de vivre sous sa loi
A des chansons sans art mêloit le nom du Roi ;
Ce nom de ses travaux abrégeoit la carrière ;
Rentré sous les roseaux de son humble chaumière,
Pour recréer ses sens de fatigue émoussés,
Pour charmer ses Enfans autour de lui pressés,
Tandis qu’à l’écouter sa Compagne attentive
Suspendant son fuseau laissoit sa main oisive ;
Il ne leur disoit pas. J’ai vu Paris, la Cour.
Il disoit simplement, plein de joie et d’amour ;
J’ai vû le Roi ».
(d’Arnaud, La France sauvée, p. 5-6).

25Dans l’Impromptu du cœur de Vadé, M. Scrupule ne s’oppose plus au mariage de sa nièce Léonore avec Damon, puisque « Louis nous est rendu », mais il veut d’abord s’assurer de cet heureux événement ; à la fin de la pièce, revenant de Versailles, il pourra dire :

« Oui maintenant je suis tranquille,
J’ai vû Louis. Il m’est facile
De vous unir, mes chers enfans »
(p. 38).

26On se demande par quelle fatalité de bons rois sont exposés aux meurtriers, alors que des tyrans en sont à l’abri : le bon roi sans défiance est entouré d’amis, « il se livre à son peuple, il permet, il aime qu’on l’approche » (AL, I, 169 ; voir La France sauvée, p. 19).

27Le texte veut créer l’effet de cette approche immédiate. Il crée également l’effet de la réponse et de l’approbation du destinataire royal. La tentative imaginaire de communication suscite le retour qu’elle désire : le regard royal l’accueille, et en assure la réalisation. Cette reconnaissance réciproque du roi et de son peuple, déjà évoquée à propos des relations de réjouissances et d’actions de grâces, les textes la supposent comme l’actualisation de leur intention profonde, et comme le principal bénéfice de l’événement. Ils tiennent lieu du spectacle que le roi n’a pu voir lui-même. Comme le dit J.J.F. Godard, professeur de droit à Caen, dans son discours latin du 18 février :

«Nostros animo metus concepisti, nostras intellexisti molestias, nostra audisti pro te suspiria: utinam et tuis cernere oculis potuisses omnem in totâ Gallià populum templa subeuntem, provolutum ad aras, et assidua facientem vota [...]. Tu vero haec, Ludovice, quae acta videre non poteras, gesta tamen audire non abnuisti».
(In teterrimum..., p. 13-14).

28La consolation des Français, accablés de honte, c’est d’avoir pu donner le preuve de leur amour. L’attentat a permis au roi de connaître son peuple : « Tu nostram omnium mentem ac sensus nosti intimos, qui, nisi salvo Rege amantissimo, salvos esse nos non posse palam profitemur » (p. 24). Cette connaissance est pour le roi un bonheur : « Fruere ardentissimo gallorum tuorum amore » (p. 12). Le drame a trouvé son parfait rachat, dans l’échange du regard et de la jouissance.

Fonction représentative et affective

29Les poèmes, sermons et discours composent un récit de l’événement, sous forme de tableaux qui accentuent la mise en scène ou en situation pathétique des gazettes. Cette tendance est déjà très perceptible dans les mensuels ou bimensuels, où le lecteur est invité à « se représenter » les circonstances affectives du drame, et à y participer imaginairement : « Représentez-vous un père de famille qui vient d’embrasser ses enfants, de les quitter, et qu’on apporte, un instant après, sanglant, percé d’un poignard, soutenu par ses fidelles serviteurs qui fondent en larmes. Peignez-vous le désespoir [de la Reine, du Dauphin...] ; la pâleur de la mort défiguroit également tous les visages, et, si vous aviez été présent à ce spectacle de terreur et de pitié, vous n’auriez pû dire quelle vie venoit d’être attaquée »... (AL, I, 167-168 ; voir OH, 19e lettre, 49-50).

30Les poètes multiplient ces tableaux sensibles, qui font partie de la vision dramatique, romanesque et picturale de l’époque. Rendant compte du poème d’Arnaud, le journaliste du JE décide de tirer « le rideau sur le reste d’une scène trop attendrissante [...]. Quelles images ! » (01/04, 134).

« O Palais désolé !
Quel spectacle accablant et quels cris funéraires !
O Reine ! ô digne Fils du plus tendre des Pères,
O dauphine adorée... »
(Gresset, Sur l’attentat, p. 7).

31Le tableau de la cour se prolonge dans celui du désespoir du peuple, qui court vers les autels et emplit les temples de ses gémissements.

« On se demande. Eh bien !... Nous rendra-t-on la vie ?
Ses jours ?... sont en danger. L’espérance ?... est bannie.
Le Roi ?... va succomber... Ah nous sommes perdus !
Il est prêt d’expirer... Il expire... Il n’est plus !
Il n’est plus ? Ce cri meurt dans un vaste silence ».
(Arnaud, p. 22-23).

32Le style coupé n’est peut-être pas conforme à l’épopée, mais l’inquiétude des Parisiens « en est rendue avec plus de vérité » (JE, 01/04, 135), et « c’étoit l’unique éloquence qui pût convenir à la situation » (AL, II, 120).

33Le drame lui-même est traité comme un suspens tragique, un moment d’hésitation fantastique, où l’assassin levant son bras est saisi dans l’instantané d’une vue qui prolonge l’effet et intensifie le scandale :

« Un Monstre... un glaive... arrête... Ah ! Louis est blessé
O France !... il n’est plus temps... »
(Arnaud, p. 20).

34« Tomberez-vous donc, Grand Prince, sous le fer du Parricide ? [...]. Le bras est levé... Où suis-je, hélas ! Quelle horreur s’empare de mes esprits ! Le sang est glacé dans mes veines, la parole expire sur mes lèvres... Il frappe... Dieu puissant ! détournez le coup » (Coger, p. 6). La légende de certaines gravures joue sur le même effet, et transcrit dramatiquement le suspens graphique : « Pour le Portrait de Damiens où il tient son couteau à la main.

Arrête, scélérat, arrête, téméraire ! [...]
Le voilà ce cruel, et furieux Damien :
Il lève son bras détestable
Pour nous priver du Roy le plus aimable
Mais le bras du Seigneur est plus fort que le sien »
(ms, Mazarine 2853, fol. 83).

35Dans l’épreuve, le roi manifeste une grandeur d’âme et une fermeté exemplaires ; les gazettes opposaient déjà à l’agitation désordonnée, à l’effroi de son entourage, la tranquillité royale, elles citaient volontiers ses paroles, acte de contrôle et de domination de l’événement, et témoignage d’héroïsme.

  • 5 Voir également Coger, p. 12 ; Caulet, évêque de Grenoble, Discours, et le P. de Neuville, sermon d (...)

« Quand la Nature entière a tressailli d’effroi
Louis seul est tranquille ; et la Mort voit un Roi.
A travers les sanglots... Nature ! Quelle Image !...
L’amour, l’amour d’un Fils s’ouvre enfin un passage...
Que le Monstre en mon flanc n’a-t-il porté ses coups ?
Vous vivriés mon Père, et je mourrois pour vous...
J’en serois, ô mon fils, mille fois plus à plaindre,
Répond le Roi ; Vivés... Pour vous seul j’ai pu craindre...
Sur mon Peuple... Français, en ce moment dernier,
Louis le Bien-Aimé se montrait tout entier ».
(Arnaud, p. 20-21)5.

36L’heureux dénouement donne lieu à toutes les représentations contrastées du deuil et de l’allégresse, de la tension dramatique et de sa résolution. Tous les poèmes, toutes les odes, sont construits autour de cette antithèse, qui réitère en l’amplifiant celle de tant d’énoncés de presse.

« Le Français transporté de regrets et de rage,
Porte par-tout l’effroi par ses bouillans sanglots :
La Nature à ses yeux est couverte d’orage,
L’onde même en courroux, n’exhale que sanglots.
Mais parmi ces ennuis, Enfans de la tristesse,
Quel calme tout-à-coup fait naître l’allégresse ? »...
(Au Roi. Ode, p. 62-63 ; voir Ode sur l’attentat..., p. 4-7).

37Les Jésuites anglais du collège de Saint-Omer célèbrent la convalescence du roi « par quatre intermèdes en chants, qui expriment les premiers, la douleur la plus cruelle, et les derniers la plus vive allégresse » (JE, 15/03, 133), et le P. Gally, professeur de rhétorique au collège des Jésuites d’Auch, commente les sentiments publics dans un discours latin où se succèdent, « d’une manière très touchante », la consternation et les transports de joie (GF, 12/02, GB, GC, 18/02). La décoration en transparent de l’hôtel du marquis de Monteil à Bonn, représente un temple, portant sur sa façade : « Tremuit Gallia. Nunc laetatur ; Laetentur quoque Amici » (GC, 18/02).

38La représentation de l’événement est donc dominée par la volonté d’exciter un double jeu d’émotions élémentaires. Le texte est d’essence affective, il prolonge la réaction spontanée, il l’accentue par tous les moyens stylistiques et les artifices simples de la composition (discours entrecoupés, tableaux, contrastes...). Le poète prétend n’avoir obéi qu’à son « cœur » ; bien plus, l’écriture n’a pu être conquise que sur le trouble paralysant qui l’a précédée, qui en retarde le jaillissement et risque de le compromettre. L’horreur du spectacle rend d’abord toute peinture impossible : seul un devoir patriotique commande de prendre la parole, comme le suggère l’abbé Valette dans le texte cité plus haut, et dans son Ode (ms Avignon 1266, fol. 148) :

« Du bel esprit fuyons les charmes ;
Ce sont moins des vers que des larmes
Que demande notre douleur ».

39Le « sentiment » exige que le poète parle, mais son intensité interdit l’art :

  • 6 Voir Arnaud, p. 1-2, et Godard, In teterrimum..., p. 11 : « Sinite me, Audito res, meum hîc sermon (...)

« O voix du sentiment et du plus juste hommage
Qu’exiges-tu de moi ? Quelle effrayante image !
Le Génie éperdu refuse ses couleurs,
Et mes crayons tremblants sont baignés de mes pleurs ».
(Gresset, p. 5)6.

40C’est pourquoi le journaliste du JE (01/04, 127-128), dans un commentaire de La France sauvée, qui n’est pas sans rappeler les réflexions contemporaines de Diderot, analyse les difficultés de l’expression affective :

« Tous les événemens sont propres à la Poésie ; mais il est un genre d’intérêt qu’elle ne rend qu’avec bien de la peine ; l’âme du Poète trop vivement affectée, et comme accablée sous le poids du sentiment, s’exprime par des discours dont le désordre n’intéresse que les Lecteurs qui ont des entrailles. Les plus beaux vers ne rendent qu’imparfaitement les mouvemens et l’agitation d’un Peuple plongé dans la douleur, ou se livrant à la joie la plus pure. Il y a des passions qui ne sçauroient être bien rendues que par les scènes muettes de celui qui les éprouve. M. d’Arnauld dans les premiers jours de l’événement [...] eût-il pu rendre la consternation peinte sur tous les visages, les cris, les soupirs et les plaintes de chaque Citoyen ? Il n’eut vû que des mouvements de douleur, il n’eut entendu que des sons mal articulés, et son génie ne lui eut fourni que des mots vagues, des cris, quelques expressions échappées au sentiment, peut-être quelques vers heureux que l’habitude d’en faire lui auroit arraché sans qu’il s’en fut apperçu ; car c’est moins par réflexion que par hazard que les discours d’un homme d’esprit sont éloquens dans la douleur : la Nature seule parle dans ces circonstances, le Génie ne dit rien. Le commencement de ce Poëme se ressent de ce désordre que les Passions jettent dans l’âme ».

41L’attentat offre ainsi l’occasion idéale de récupérer, au profit du culte royal, l’idéologie qui inspire le drame bourgeois et les modes d’expressivité qu’il crée : l’ordre familial, les « mouvements » de la « nature » et sa bonté spontanée, la pantomime et le discours passionnel entrecoupé, tout nous rappelle ici Le Fils naturel, qui paraît précisément en ces premiers mois de 1757 (M.-M. Rey l’annonce en même temps que le Procès de Damiens, GU, 05/04), les Entretiens, et les tableaux animés qu’y imagine Diderot. Le scénario de l’assassinat et de la douleur publique met en œuvre des valeurs d’autant plus éminentes qu’elles sont simples : le roi est le bon père surpris au moment même où il vient de s’acquitter de ses devoirs, en visitant sa fille malade ; ensanglanté, il ne songe qu’au salut de son fils le dauphin. La cour, la France ne sont plus qu’une famille, où l’on tremble pour la vie d’un père aimé : « O nouvelle affligeante pour tant d’Enfans ! Quelle consternation s’est répandue soudain dans tous les cœurs ! Chacun croyoit avoir perdu son père, son ami, son protecteur » (Le Triomphe de la France, p. 1).

42Vadé s’entend à prêter à ses lourdauds de convention les mots naïfs qui disent cette vénération populaire. Jérôme et Nicaise imaginent l’hommage qu’ils rendraient au roi. Jérôme :

« Sire je viens devant vous
Au nom de toute la France,
Pour vous dir’ qu’ j’avons tretous
Ben souffert de votre souffrance,
Qu’si vous nous voyez bien porté
C’est parc’ qu’vous êtes en bonn’ santé. »

43Et Nicaise : « Je me mettrois dans la tête tout ce que les Français ont dans l’âme [...]. Hé puis je lui dirois avec franchise : Sire je donnerais ma vie pour conserver la vôtre — Jérôme avec transport. Tiens, baise-moi, tu as de l’esprit comme tout le Royaume — Nicaise. Oh ! dame c’est que dans ce cas-là tout le Royaume fait bien vite de l’esprit avec de l’amour » (Impromptu du cœur, p. 14-15). Léonore, la jeune première, justifie de son côté le retard de son mariage :

« A quoi peut-on songer
Lorsqu’un père est en danger ? »
(p. 4).

44Fréron admire ces expressions de la ferveur populaire, et, citant celle de Nicaise, il remarque : « Les plus grossières sont souvent celles qui flattent davantage les Dieux, les Rois et les Belles, parce qu’elles sont plus simples et plus naturelles » (AL, I, 238).

45Dans les chansons, Louis XV est également salué comme le père du peuple :

« Chantons tous vive Louis,
Notre bon Roi, notre père,
Chantons tous vive Louis
Ses jours seront infinis »
(refrain des Sentiments Français, sur l’air, Ha ! le bel oiseau).

46Les gazettes et les journaux soulignent immanquablement qu’il y a « beaucoup de sentiment » dans les poèmes sur l’événement, qu’on y entend le « langage du cœur », que tel passage est fait « pour être senti, pour arracher des larmes », que les sermons ou les prières sont « touchants », « pathétiques », font « verser des larmes », (AA, 26/01, à propos de la péroraison du P. Bernard, dont Fréron dit également, AL, I, 170 : « Il n’écouta que son cœur dans cette triste conjoncture » ; ce « morceau pathétique » « fit couler des larmes des yeux de tous les auditeurs lorsqu’il le récita et vous ne pourrez le lire vous-même, Monsieur, sans émotion »). Les prières des chapelains d’ambassadeurs étrangers à Paris (de Loche, de la Broue, de Baër, Schreiber), ou le discours de l’abbé du Val des Ecoliers à Liège, permettent d’exalter la réaction internationale, de prouver que le roi n’est pas seulement un père pour ses sujets, mais pour toute l’Europe.

47C’est finalement, partout, un cri d’amour qui s’élève, des vœux de longue vie et de prospérité pour le roi et sa famille. Tous les textes se terminent sur ces effusions obligées, les inscriptions et emblêmes les font resplendir : ainsi dans la cour des pensionnaires des jésuites de La Flèche, au milieu de la façade garnie de girandoles et de pots à feu, on voit sous les armes du roi « un cœur enflammé, entouré d’étoiles, avec ces trois mots latins, Magis ardet Amor, qui faisoient entendre que l’amour des sujets pour le Monarque brûloit d’un feu plus vif et plus pur que tous les feux dont l’œil du Spectateur étoit frappé » (GF, 05/03). Remarquons, comme nous l’avons fait à propos des cérémonies, le bénéfice moral que tirent de l’attentat le roi et la nation, le surplus d’ardeur qu’il dégage. Dieu ne l’a permis, disent dans leur mandement les vicaires généraux de Troyes, « que pour éprouver notre fidélité et convaincre les Nations jalouses de notre bonheur, que le Prince qu’il a mis sur nos têtes règne encore avec plus d’empire sur nos cœurs » (p. 2). Ce que répète sur un autre mode la chanson Les sentiments Français :

« Ainsi que l’Astre du jour
Après un funeste orage,
Cet objet de notre amour,
Paroît brillant davantage ».

48Le drame bourgeois n’est pas le monde du mal : il n’en donne que l’illusion passagère. L’attentat et ses suites s’accordent merveilleusement avec une sensibilité collective, et l’idéologie du pouvoir royal fait son profit de celle du bonheur et de l’intimité familiale.

Fonction fabulatrice et interprétative

49Dans le drame du roi assassiné, il y a plus que dans celui d’un simple père de famille trahi par un des siens : le scandale et l’exemplarité de l’événement mettent en jeu toute une collectivité et des valeurs qui touchent au sacré. Le texte veut donc aussi le situer et l’expliquer par une intrigue fantastique, où interviennent l’enfer et les démons, les génies, et Dieu lui-même. L’amplification poétique ou biblique n’est pas un simple ornement : elle tient à la volonté d’interpréter qui constitue la « fable » dont nous avons évoqué tout à l’heure le rôle essentiel.

50La nature entière s’intéresse à l’événement : l’ode personnalise et apostrophe les éléments, les astres, les forces naturelles, et les fait participer à l’horreur du crime :

« Quittez votre retraite obscure,
Aquilons, que vos sifflemens
Fassent sentir à la Nature
Le désordre des Elémens ».
(Ode sur l’attentat, p. 1 ; voir Au Roi. Ode, p. 61 ; Ode par Mr. R... D..., JE, 15/03, 127 ; sonnet italien de Mercabuoni, AA, 26/01).

51Selon la meilleure tradition des poètes latins, on recherche des signes et des annonces : le tremblement de terre de Lisbonne, entre autres calamités, vient à l’esprit, et Gresset n’y voit qu’un prélude au coup qui frappe la France :

« Des champs où fut Lisbonne aux sables de Lima,
Des cendres du Vésuve aux glaces du Volga
Une voix formidable, annonçant la vengeance,
Rappelle à l’Univers sa fragile existence ; [...]
Tant de calamités, dont une main sévère
Couvre, en si peu de tems, l’un et l’autre Hémisphère,
Sans doute étoient pour nous les noirs avant-coureurs
D’un forfait détesté, le comble des malheurs ;
Oui, de tous les fléaux semés par ta vengeance
O ciel ! le plus terrible est tombé sur la France ».
(Sur l’attentat, p. 8-9).

  • 7 A. M. Lottin, dans la Péroraison d’un discours sur la conduite de Dieu envers les hommes, met enco (...)

52Aux « fleuves débordés », aux « villes ébranlées », Coger ajoute l’indigne conduite des Anglais et même des apparitions de fantômes et de spectres (Sur l’horrible attentat, p. 5-6)7.

53L’acte même de Damiens est d’autant plus impensable qu’il vise le prince le plus doux qui fut jamais. Pour faire éclater le scandale, on évoque les figures classiques des meilleurs empereurs de l’Antiquité.

« Marc Aurèle et Titus... quels noms j’ai prononcés ! [...]
Sous les traits de Louis ils gouvernoient la France »
(Arnaud, p. 4 ; voir p. 25, et l’Ode sur l’attentat, p. 5).

54Louis XV est « le Titus de son siècle » (Mandement de l’évêque de Boulogne, p. 2), le « Titus de nos jours, que dis-je [...], infiniment supérieur au Titus du paganisme par les vertus chrétiennes qui ennoblissent en lui, qui perfectionnent, qui sanctifient les qualités morales de l’Empereur Romain » (Discours de l’évêque de Grenoble, p. 6-7). D’Arnaud évoque également Trajan (p. 6). Devenu type du bien, le roi est opposé aux types du mal, et l’attentat en paraît d’autant plus monstrueux :

« Est-ce du coup affreux qui fit tomber Tibère
Que doit périr Titus ? »
(Ode par M. R... D..., JE, 15/03, 128).

55« Un Titus étoit-il destiné à éprouver le sort des Nérons », un prince qui avoit « la douceur de David » à « périr comme le cruel Saül » ? (Péroraison du P. Bernard, GA, 25/01 ; dans le mandement de l’évêque de Valence, le roi est un « nouveau David », GL, 11/03). L’éloge hyperbolique du roi parfait emplit les poèmes, les mandements et les prières. Godard, dans son discours latin, va même jusqu’à le représenter comme le Dieu de Saint Paul, milieu vital et ontologique : « Deum pie provocemus omnes, ut Ludovicum diù sospitet, tueatur, conservet, qui dùm vivet, movebitur et erit, in ipso, tamquam in verâ Dei servatoris imagine, pene vivimus, movemur et sumus » (p. 25).

56Seul un monstre sorti des enfers, inspiré par Satan, pouvait oser toucher un tel roi. Nous verrons ailleurs comment Damiens se trouve ainsi rejeté dans la solitude, la malédiction, ou la folie. Une éminence absolue veut une contestation également absolue, et qui dépasse les pouvoirs ordinaires de la nature. Coger imagine une préparation fantastique du crime : les ombres des régicides sortent de l’Enfer, envient ce nouveau rival, tonnent autour de lui, et reculent d’horreur (p. 6-7). Le JE admire ce « trait d’imagination », mais regrette dans le poème de Coger l’absence d’une « fable » (01/04, 137-138). D’Arnaud trouve au contraire le support mythique qui convient parfaitement à cette tension des extrêmes qui met face à face le roi et son assassin, le bien et le mal. Fréron le félicite d’avoir évité la « pédanterie collégiale », les dieux du paganisme, les saints et les miracles proscrits par le goût et la religion ; parmi les systèmes de philosophie et de mythologie orientale, il a saisi « un des plus féconds et des plus propres à fournir de riches tableaux et de brillans contrastes. C’est la fameuse hypothèse des deux Principes, dogme fondamental de la Religion des Mages, et auquel nous devons déjà le sujet neuf de Zoroastre traité avec succès par M. de Cahusac » ; il l’a seulement adapté à notre théologie en supposant les génies antagonistes subordonnés à l’Etre suprême (AL, II, 119-120). Dieu a donc soumis chaque royaume à un ange tutélaire et à un démon malfaisant, dont l’action opposée apparaît déjà dans la guerre de cent ans et dans le « fanatisme » des guerres de religion. D’Arnaud invoque Milton, « digne rival d’Homère », pour s’élever à la hauteur de son sujet. Dans une accumulation d’horreurs superlatives, il imagine le génie du mal, désespéré de voir Louis resplendir dans le Temple de l’Immortalité, descendant aux Enfers, tâchant de susciter l’instrument de sa vengeance, l’évoquant magiquement, le préparant à son crime dans un sabbat démoniaque :

« Ces coupables, l’Effroi des funèbres Abîmes,
Les Ames des Châtels, des Ravaillacs enfin,
Avec des hurlemens retournent dans son sein.
Son cœur est un Foyer dévoré de leur Flâme :
Tout l’Enfer à la fois a volé dans son Ame :
Le charme est accompli »...
(p. 18-19).

57Mais l’ange du bien veille sur la France : il apparaît finalement pour annoncer aux Français que « l’Eternel a voulu conserver son Image », et pour prouver au roi « l’innocence et l’amour de son peuple » (p. 23-25).

58Tout devient prodige : l’événement n’est qu’une péripétie dans un affrontement monstrueux. La plupart des textes, plus sagement orthodoxes, le situent dans l’économie d’une action divine : Dieu a « permis » l’attentat, il a voulu en faire une « épreuve » du roi et de la nation. L’aumônier de l’ambassadeur de Danemark à Paris le proclame en chaire : « Qu’il est bien vrai, Seigneur, que vous êtes un Dieu caché ! Vous permettez à un Traître d’attaquer l’Ornement et l’Ami du Genre humain » (Extrait d’un sermon, p. 2), comme le répètent les chansons :

« Pour éprouver un Roi qu’il aime,
Il laisse attenter à ses jours,
Mais sa bonté dans l’instant même
S’éveille et vole à son secours [...]
Et Dieu n’a permis vos allarmes
Que pour augmenter votre amour ».
(Quatrain, air : Réveillez-vous belle endormie).

59Tous les sermons et mandements amplifient la séquence contrastée des émotions nationales en la rapportant à sa cause : la providence. L’attentat est un « coup de la main de Dieu », plus sensible que toutes les tribulations naturelles (Discours de l’évêque de Grenoble, p. 3-4). Christophe de Beaumont dresse, au début de son mandement, l’image du Dieu de Bossuet, dominant l’histoire, mais toujours à l’écoute de son peuple ; les prières ferventes peuvent le fléchir, et dans le drame à trois personnages où le peuple intercède en faveur du roi, leur efficace est immédiate, un témoin surnaturel les reçoit : « Il n’appartient à personne d’expliquer ni même de concevoir tout ce qu’une Nation si zélée pour ses Rois, a éprouvé dans ce moment. Jésus-Christ seul, exposé durant trois jours sur les Autels, a vu toute l’étendue de cette désolation. Elle ressembloit à celle de la Cité Sainte, l’objet des larmes de Jérémie » (p. 8). L’émotion nationale est au delà de toute expression ; son seul témoin transcende tous les codes du langage, et reçoit la pure intention de ses suppliants. La réponse divine est immédiate : « La guérison a été aussi prompte que le coup étoit accablant [...]. Nous ne les [les gémissements et les vœux] avons pas vainement fait entendre, Mes Très Chers Frères, ils sont montés jusqu’au trône du Très-Haut [...] ; et presque au moment que nous l’avons invoqué, il a fait évanouir le péril et la langueur, et a changé ainsi nos plaintes en cris d’allégresse » (Mandement de l’évêque de Valence, GL, 11/03).

60L’attentat manqué manifeste une intervention réussie de la Providence, un rapport direct de l’événement historique à sa détermination divine. C’est pourquoi la référence et la réminiscence bibliques, qui abondent dans tous les textes d’inspiration religieuse, prennent ici leur pleine signification. Elles ne sont pas de purs artifices de rhétorique, elles informent le discours de la sacralité monarchique parfaitement lisible dans le chœur de l’abbaye du Val des Ecoliers, à Liège, lors du Te Deum du 27 janvier. La GF en décrit longuement la disposition : en face du célébrant, un trône avec le portrait du roi, comme s’il était présent, couronné de l’inscription Dilectus Deo et hominibus ; de part et d’autre, des énoncés bibliques où Dieu parle : à droite, Obducam cicatricem tibi et a vulneribus tuis sanabo te ; à gauche, Sanavi Ludovicum et reduxi, et reddidi consolationes lugentibus eum. D’un côté, le futur à valeur générale des psaumes, de l’autre le passé du miracle accompli ; au milieu, le roi, par lequel passe l’influx divin, récepteur élu qui en atteste la puissance. Le drame est mis en perspective dans une histoire et un code d’expression qui le renvoient à son site originel, à la théocratie biblique, à l’image du roi « Christ et oint du Seigneur ».

61Assurément, les sermons des pasteurs protestants dans les chapelles des ambassadeurs danois et suédois à Paris, ou la prière du Rabbin Athias pour les actions de grâces des juifs portugais de Bordeaux, laissent entendre une tonalité biblique beaucoup plus nette que les sermons ou les mandements français. Citons seulement un passage de la dernière :

« Souverain Seigneur, qui tiens dans ta main la destinée de toutes les Puissances, nous, enfans de tes serviteurs [...], nous t’avons invoqué dans notre affliction, et tu nous as exaucés : nous avons crié vers toi, et notre voix est parvenue jusqu’au pié de ton trône : Tu as signalé la puissance de ton bras, en retenant celui d’un sacrilège assassin [...]. Aussi nous réjouissons-nous et publions avec transport ta bonté et tes merveilles. Ne cesse de les continuer, Seigneur, en faveur du meilleur des Rois : garde-le comme la prunelle de l’œil ; couvre-le de tes ailes [...]. Alleluia ».
(cité dans GL, 15/02).

62Fréron, qui en donne le texte, fait cette remarque : « Après avoir lû M. Schreiber, M. Baër et cette Prière hébraïque, je trouve que nos Prédicateurs François négligent un peu trop l’Ecriture-Sainte dans leurs sermons ; c’est là qu’il faut puiser la vraie éloquence ; c’est par les traits qu’ils en empruntent et par l’application qu’ils en sçavent faire avec génie que les Orateurs sacrés des nations étrangères mettent dans leurs discours cette élévation, cette majesté qui étonnent, ce charme et cette douceur qui persuadent » (AL, I, 180-181). Ces lignes témoignent d’une sensibilité nouvelle à une forme d’expression qui a acquis, dans la France de l’époque, un charme quasi exotique, et il n’est pas étonnant que cet écart du langage vienne des cultures refoulées et minoritaires. Mais, pour interpréter l’événement, les prédicateurs et les évêques français pensent eux aussi et s’expriment, même si le système métaphorique et citationnel qu’ils emploient est beaucoup plus assimilé et paraît usé par une longue tradition, dans des termes dont les références et les modèles sont bibliques.

  • 8 Discours de l’évêque de Grenoble, p. 11 ; A. M. Lottin, Péroraison d’un discours, p. 6-7 ; Godard,(...)

63Eprouvé, mais investi de la grâce divine, le roi est encore le grand bénéficiaire du drame providentiel. Modèle des princes, il devient encore « héros chrétien »8. « Louis est autant le Bien-Aimé de Dieu que des hommes » (Discours de l’abbé du Val des Ecoliers à Liège, GF, 12/02). Sa conduite après l’attentat, ses confessions, son amende honorable devant la famille royale, lui valent les éloges du Pape dans sa lettre du 19 janvier (« l’état dans lequel vous vous êtes mis, d’une manière si exemplaire, immédiatement après l’événement », GC, 08/03), et de la hiérarchie ecclésiastique. Christophe de Beaumont vante non seulement les « vertus Roïales et Politiques », mais les vertus « dans l’ordre du Salut », de ce dernier rejeton de la race de Louis XIV près de s’éteindre, « le Fils bien-aimé, que le Ciel avoit choisi, comme Salomon, pour perpétuer la race de David » ; « dans les momens critiques, où ses jours ont été en danger, nous l’avons vu se jetter de lui-même, et sans effort, dans le sein de la Miséricorde Divine, implorer le Ministère de l’Eglise, et rechercher le secours du Salut » (p. 5-6). Il offre, selon l’évêque de Grenoble, un « merveilleux spectacle » pour notre édification, « il se reconnaît pécheur » et n’a de pensée que pour l’au-delà (Discours, p. 10 ; voir le mandement de l’évêque de Valence, GL, 11/03).

64Bien plus, parfait chrétien, il pratique le pardon des offenses : faisant allusion sans doute au texte des lettres patentes qui renvoient le jugement à la Grand Chambre (voir GA, 25/01), l’évêque de Valence s’écrie : « Couvert de son sang [...] il pardonne à son assassin. Il ne respire que la clémence, semblable au Lis des champs, dont rien ne peut ternir la beauté [...] : mais le cri des Peuples, le repos public, le Salut de l’Etat, demandent que l’exécrable Anathème soit immolé à la Justice » (GL, 11/03). Godard suppose même ce doux reproche du roi à son assassin : « quid enim, inquit, paricidam intuens, quid tibi mali feci ? O mite verbum [...] ! O vocem veré christianam, et christianissimo Rege dignissimam » ! (In teterrimum, p. 16).

65Enfin, « saintement prodigue », le roi ouvre ses trésors aux pauvres pour manifester sa reconnaissance envers le Ciel (Coger, p. 16). Les prédicateurs vantent ses « aumônes immenses » (Cotterel, Discours, p. 3), et conjurent le Seigneur « de lui rendre au centuple le prix et la récompense des Aumônes qu’il vient de verser dans le sein des Membres affligés de Jésus-Christ » (Crépeaux, Exhortation, p. 2).

66Remarquons que la qualité de « héros chrétien » ne va pas sans devoirs, que l’on rappelle au passage, et qu’on invite le roi à ne pas oublier. Le Pape n’exalte son « fonds inaltérable de Religion » que pour lui demander d’honorer sa « prérogative » de Fils aîné de l’Eglise (GC, 08/03). A la fin de son poème latin, Coger fait descendre du ciel la Religion sur son char, elle prend la forme de la reine, guérit miraculeusement le roi, qui s’écrie, ayant reconnu la déesse : « Ma conservation est l’ouvrage du Ciel [...]. Assise sur mon trône, vous régnerez avec moi, et je ne régnerai que par vous. Les Loix que je dicterai à la France seront les vôtres » (p. 14). Par une habile prétérition, le P. de Neuville, prêchant pour la fête de la Purification devant le roi, suppose que ce dernier n’a besoin d’aucune instruction, et l’enferme ainsi, non sans quelque menace, dans une fidélité supposée inébranlable :

  • 9 Collection des orateurs sacrés, LVII, col. 1138. Selon le CA, 15/02, le « Discours » du P. de Neuv (...)

« Et quelle consolation pour un sujet tendrement dévoué à votre personne sacrée, de n’avoir point à représenter à votre Majesté ce que la Sainteté et les obligations de mon ministère ne me permettraient pas de taire ; que plus vous avez reçu de Dieu, plus Dieu vous demandera, et que les richesses de son amour, si elles ne vous trouvaient fidèle, se changeraient en trésors de colère : non, rien de pareil à craindre, le ciel ne sera point obligé d’envoyer un Nathan, pour vous reprocher ses bienfaits oubliés et méconnus : tel que le cœur de votre Majesté se montra dans le tumulte et l’agitation de la tempête, tel il se soutiendra sans se démentir dans la paix et le calme ! Ce que vous avez pensé, vous le penserez, ce que vous avez commencé vous l’achéverez »9.

67Et Christophe de Beaumont nourrit peut-être quelques arrière-pensées, lorsqu’il rappelle que le roi est « ennemi de toute nouveauté profane en matière de Religion » (Mandement, p. 5). On tente de confirmer une conversion dont on a quelque raison de douter, on conjure un retour aux erreurs passées, et on fixe la conduite du roi dans le bref moment de ferveur et de repentir qui a suivi l’attentat.

Fonction pédagogique et doctrinale

68Dieu n’a éprouvé le roi que pour le rappeler à lui. Il n’a éprouvé le peuple que pour le rappeler à lui-même, et à son roi. La réconciliation des trois acteurs du drame providentiel suppose l’aveu des fautes qui ont occasionné la colère divine, et la reconnaissance des devoirs d’obéissance envers Dieu et son représentant sur terre. L’attentat est l’occasion d’une instruction, d’un rappel de la saine doctrine. « O peuple, confié à nos soins ! instruisez-vous donc, et apprenez à connaître la Religion Chrétienne », s’exclame Christophe de Beaumont (p. 11), et l’évêque de Soissons : « Ne nous contentons donc pas de nous réjouir du prompt rétablissement du Roi : remontons par une foi éclairée et par une humble reconnaissance jusqu’à l’Auteur de tout bien [...]. Que l’affreux événement arrivé au milieu de nous, et dont nos esprits sont encore si vivement effrayés, nous fasse faire des réflexions sérieuses et durables qui servent à notre instruction, et à la réforme de nos mœurs » (Mandement, p. 3-4). Les gazettes et journaux considèrent le mandement de l’archevêque de Paris comme un « modèle d’Eloquence apostolique » (AA, 23/03, JE, 01/04), « une des plus belles pièces que l’on puisse voir en ce genre » (GU, 15/03) : il remplit parfaitement l’objet d’un bon mandement, il expose éloquemment la doctrine, il échauffe les cœurs.

69D’abord, il y a une faute, dont Dieu nous châtie. Tantôt on s’accuse en général de péchés. « Point d’autre cause que nos péchés » (A.M. Lottin, Péroraison d’un discours, p. 2 ; Hubert de Dole, Péroraison, p. 2 ; Prière du Rabbin Athias, GL, 15/02) ; les sujets sont punis dans leur roi. Tantôt, on cherche la cause du mal dans l’impiété et les débordements du siècle, dans la « philosophie » incrédule : « Cependant, Mes Chers Frères, rentrons en nous-mêmes, et voïons en la présence du Seigneur, si les égaremens de notre esprit et de notre cœur n’ont point attiré sur nous un effet si terrible de la colère divine ; si, pour confondre la Philosophie anti-chrétienne du siècle, Dieu n’a pas permis un événement qui dégrade totalement la Raison. Examinons sans préjugé ce que méritent tant d’erreurs répandues dans les esprits, tant de licence dans les discours, tant de blasphèmes contre Dieu et contre son Christ, tant de raisonnemens contre la vérité connue, tant de scandales dans tous les Etats et dans tous les genres » (Beaumont, p. 10). Partz de Pressy, évêque de Boulogne, le même qui lancera plus tard d’imposantes instructions pastorales contre Bayle et ses sectateurs, déplore les effets de « la philosophie terrestre, animale, diabolique » du siècle, qui ouvre la voie à l’anarchie et à tous les crimes (Mandement, p. 2-3). L’abbé Valette, expliquant à un de ses correspondants la signification de son ode, constate que les progrès de la raison ont assuré l’indépendance des pouvoirs spirituel et temporel, et ont fait reculer le fanatisme religieux : « mais si les lumières de notre siècle ont mis la vie des rois en sûreté au côté de la religion, ne l’a-t-elle [sic] pas exposée aux suites du déisme et de l’impiété », et telle est, selon lui, la « cause efficiente du parricide » (ms Avignon 1266, fol. 138-139). La persuasion de la mortalité de l’âme, le refus de croire aux peines éternelles, sapent le pouvoir des rois :

« de nos rois la plus sûre garde
est la crainte de l’immortel ;
c’est en prônant Dieu qu’on le prône,
et redoutons tout pour le trône
quand nous voyons tomber l’Autel »
(Ode, strophe 9, ibid., fol. 147).

  • 10 Il était libraire à Paris ; de famille ardemment janséniste et pieuse, il devait plus tard initier (...)

70L’événement doit rappeler le peuple à une juste conception de l’histoire et du gouvernement du monde. A. M. Lottin10 dans la Péroraison d’un discours sur la conduite de Dieu, prononcé à Paris en février 1757, le place d’abord dans cette perspective : « Laissons, laissons à ces prétendus Esprits forts cette malheureuse manie de ramener à une chaîne de causes naturelles tous ces événements singuliers qu’il plaît à Dieu de produire sur la scène du monde, pour favoriser ou pour châtier les Hommes » (p. 1). Ce texte curieux, sorte de réécriture du présent à la lumière et dans le langage de la Bible, débordant de références qui y renvoient, dénonce comme une illusoire confiance philosophique la croyance aux « causes secondes » : « de là, nul changement dans votre conduite ; même violement de la loi divine ; même liberté de penser, de parler [...] : ainsi que le cœur de Pharaon, votre âme s’est endurcie après toutes les playes qui sembloient rester au Seigneur pour vous toucher, pour vous ramener à lui : eh bien, ainsi qu’à l’Egypte pécheresse et endurcie, le Seigneur va vous envoyer une dernière playe » (p. 4). Ultime semonce, l’attentat doit ouvrir les yeux du peuple.

71Aux égarements du siècle, il faut opposer les principes salutaires de la religion : « elle est le plus ferme appui du Trône, et la sauvegarde la plus inviolable de la majesté des Souverains ; elle enseigne à reconnaître et à révérer dans eux l’image de l’Etre suprême » (Beaumont, p. 11). On invoque donc l’autorité des Livres Saints, l’exemple canonique de David refusant de toucher Saül, l’« oint du Seigneur », et punissant de mort l’Amalécite qui a osé lui donner la mort qu il demandait (Beaumont, p. 12-13 ; Fitz-James, p. 10-11 ; Rabaut, Lettre..., p. 6, etc.), la soumission des premiers chrétiens aux princes idolâtres et persécuteurs, l’enseignement des apôtres Pierre et Paul, la « religion de seconde majesté » que Tertullien dit être due aux Souverains (Partz de Pressy, p. 3 ; Caulet, p. 13). Jeheu, professeur de droit à Poitiers, dans un discours public du 25 février, commente la loi du Digeste, « qui dit que le crime de Lèze-Majesté est presque réputé un sacrilège (proximum Sacrilegio crimen) » (NE, 08/05).

72L’évêque de Grenoble, Caulet, déduit de ces « règles données par l’Esprit Saint » (Beaumont, p. 12) les conséquences les plus nettes : il invite, comme Bossuet, à ne pas confondre le « gouvernement arbitraire » et le « gouvernement absolu », qui seul fait le bonheur du peuple. « Principe fondamental de toute monarchie : le Prince ne doit rendre compte à personne de ce qu’il ordonne [...]. Autre principe également incontestable : quand le Prince a jugé, il n’y a point d’autre jugement à attendre » : il faut se taire et obéir (Discours, p. 13-14). Les NE ironisent sur le « zèle ardent » de Mgr de Caulet pour l’autorité souveraine, sur son goût du « despotisme », et font remarquer qu’il devrait donc se soumettre aux déclarations du 2 septembre 1750, ordonnant le silence, et du 10 décembre 1756 sur la Bulle (22/05, 85). Mais, quelles que soient les rétorsions qu’on puisse leur opposer sur leur conduite dans les querelles religieuses du temps, et des nuances importantes de doctrine politique, les évêques énoncent généralement les principes traditionnels de l’orthodoxie chrétienne, dont les jansénistes se prévalent également (NE, 22/05, 86b - 87 a ; 06/11, 182 a), tout comme les protestants, qui prétendent, par une fréquentation directe de la Bible, en être plus intimement et plus efficacement imbus :

« La consternation, l’horreur, la douleur profonde dont vous avez été saisis, mes très-chers Frères, en apprenant cet événement fatal, font l’apologie de vos sentimens, et sont une suite des principes dans lesquels vous avez été nourris et élevés. Abreuvés aux pures sources des Ecritures, on vous a inculqué, dès votre enfance, que les Rois sont les images vivantes de la Divinité [...]. Votre conduite, mes très-chers Frères, est une conséquence de ces principes [...]. Animés de ces sentimens, attachés à Sa Majesté autant par inclination que par devoir, vous n’avez pas eu besoin qu’on vous ait incités à détester l’infâme assassin de notre bienaimé Monarque, et à pleurer ce Roi digne d’un meilleur sort. Quand le cœur est formé à certains sentimens, il les exprime naturellement et sans réflexion. Un enfant bien né, qui apprend qu’on a attenté à la vie de son Père, éprouve à l’instant l’horreur la plus forte »...
(Lettre adressée aux protestants, p. 4-5).

73Les protestants de Caen, lors du jour de jeûne et d’actions de grâces du 24 février, lisent les textes de l’Ecriture Sainte « les plus propres à inspirer à des sujets ce qu’ils doivent à Dieu et à leur Roi » (GU, 15/03). Rabaut ajoute que les protestants sont « aussi bons Français » que leurs compatriotes catholiques, et que leurs ancêtres furent les plus fermes appuis de la maison de Bourbon : « Leur sang coule dans nos veines. Ils se sacrifièrent pour Henri le Grand ; nous sommes prêts à nous sacrifier pour Louis le Bien Aimé » (p. 7).

74L’enseignement réussi devient instinct, il passe de la raison au cœur, et le cœur prévient même la raison lorsqu’il est incliné dès l’origine au bien. La fidélité au roi est un sentiment spontané, et l'« événement fatal » de l’attentat doit servir seulement à la réactiver. A cet égard encore, il s’agira d’une heureuse faute, si le peuple a su retrouver la pure voix de l’instinct et prouver par sa conduite que le roi est le père que Dieu lui destine. Dieu précisément n’a permis cette épreuve que pour libérer un surcroît d’amour et de soumission : « S’il a si fort allarmé nos cœurs, n’est-ce pas pour nous ramener à lui, et affermir en nous cette fidélité et cette soumission dont la reconnoissance nous feroit un devoir envers nos Rois, si la Religion ne l’eût prescrite » (Mandement des vicaires généraux de Troyes, p. 3). « Le Roy luy-même, Mes très-chers Frères, s’est acquis par le danger, que ses jours viennent de courir, un nouveau droit sur nos cœurs, et, il est également de notre Ministère de vous en instruire. Plus l’attentat commis sur sa personne sacrée blesse grièvement et au premier chef le respect inviolable qui est dû à ceux que Dieu a établis pour être sur la terre les images vivantes de la Divinité, plus il est de notre devoir d’en réparer le scandale par la profession d’une dépendance sans bornes de ses volontés et de ses ordres » (Mandement de J.N. de Hontheim, 22 mars, GC, 12/04 ; voir le Discours de Caulet, p. 13).

75Des inscriptions et des gravures, dont la presse nous a conservé la trace, traduisent visuellement cette union dynamique de la doctrine et du sentiment monarchiques que l’institution religieuse et officielle tend à promouvoir par tous les moyens. La façade des Pères Célestins d’Avignon porte, au milieu d’ornements, le portrait du roi, les armes de la France, et cette inscription en lettres d’or : Discite, Genres, quia Dominus salvum fecit Regem Ludovicum Decimum Quintum ; « l’illumination qu’on y ajouta, à l’entrée de la nuit, augmenta l’éclat de la perspective, et grossit la foule dans la Place du Corps-Saint, où cette façade est située » (CA, 18/02). L’événement, par l’énoncé de style biblique qui le proclame, devient enseignement sacré, l’accident historique se transcende en signification intemporelle. L’illumination n’est plus ici l’accompagnement folklorique de la fête : elle donne un éclat particulier à un statut et à une leçon, comme dans les cérémonies de Montpellier où elle sert à rehausser l’architecture des bâtiments officiels, à en représenter l’ordre et la pompe, à marquer la place du roi et de ceux qui le servent : « Toutes les façades de l’Hôtel du Gouvernement étoient illuminées depuis le rez-de-chaussée jusqu’au toit par des lampions, qui en dessinoient l’architecture et qui dans les divers massifs formoient alternativement le Chiffre et les Armes de Sa Majesté » (GF, 05/03).

  • 11 Elle est conservée à la BPR, ms Le Paige 548, pièce 2.

76L’architecture signifiante d’un monde où le roi, le peuple et le Dieu de la Bible sont liés par un pacte absolu, nous la retrouvons dans la gravure dont les NE (26/06, 108) nous transmettent la description, et qui paraît à Paris en juin 1757 : Actions de grâces de la France pour la préservation de la vie du Roi11. « La France debout, augustement vêtue, foulant aux piés un aspic, levant les yeux et les mains vers le Ciel, rend grâces à Dieu [...]. On voit en bas le buste du Roi avec cette inscription : Optimo Principi fides et pietas Gentis. Fidelité et Amour de la Nation pour le Roi. On lit au-dessus, d’une lettre grise : Ara perennis, c’est-à-dire : Autel à perpétuité. On y voit un Autel ardent, dressé sous le regard rayonnant de Jehova ». Au milieu, des « passages choisis de la Sainte Ecriture : Craignez Dieu et respectez le Roi. I Petr. 2. 17. Qui pourra, sans se rendre coupable d’un crime énorme étendre la main sur l’Oint du Seigneur ? I Reg. 26. 9 »... Selon le journaliste, ce médaillon exprime « naïvement » « le cri du cœur de la Nation au sujet de la préservation de la vie du Roi ». Entre le roi et Dieu, la médiation de la nation, appuyée de l’autorité de la Bible, tendue vers le premier et obéissant au second. L’événement n’est lisible que dans cet aspic terrassé.

77Admirons, à travers le texte qui le commente, l’extraordinaire rendement de l’événement. Il produit un drame sensible et édifiant, toutes les fictions fantastiques d’une lutte cosmique entre le Bien et le Mal, une réactivation de la doctrine absolutiste fondée sur l’autorité de la Bible. Il crée aussi l’effet de la communication directe avec le roi, il unit la nation autour du père, et du Dieu qui veille sur lui. Pour le pouvoir, tout est bénéfice dans ce discours qui part du cœur, et qu’aucune consigne officielle n’a dicté. Cette spontanéité dépose en faveur de la bonté naturelle qui, en dépit des erreurs philosophiques du siècle, affirme l’ordre d’un gouvernement divin et d’un monde où les enfants savent reconnaître leur père.

78Dans cette politique tirée de l’Ecriture Sainte et qui se donne, dans ses manifestations immédiates, pour la voix de l’instinct, apparaît en acte une énorme machine idéologique que le pouvoir, avec une réserve complaisante, n’a qu’à laisser jouer. En plaçant l’attentat dans un site intemporel où évoluent des acteurs prédestinés, Dieu, son oint, et le peuple, la parole officielle efface tous les conflits qui divisent le royaume, l’agitation parlementaire, les luttes religieuses, toutes les violences des « mauvais discours » et des « placards affreux ». Elle dépolitise l’événement. Investi d’une signification massive et transcendante (refus d’amour incroyable, colère de Dieu, épreuve, intervention diabolique), il perd toute signification réelle et historique. La perturbation qu’il crée n’est que la phase négative d’une séquence pré-ordonnée où le rachat final et prévu jaillit en positivité surabondante. Tout est grâce. Cette stratégie du texte officiel, qu’il mette en scène le drame bourgeois ou le drame providentiel, est identique, nous le verrons plus loin, à celle qui fait de Damiens un fou ou un monstre.

Notes

1 Michel Antoine, professeur d’histoire moderne à l’Université de Caen, a eu l’extrême obligeance de nous communiquer ces textes, qui se trouvent dans le registre 01 453, fol. 29 et 47 v°, des Archives Nationales (transcription de la correspondance du secrétaire d’Etat de la maison du Roi). Une lettre du 4 mars à l’évêque du Mans confirme les précédentes (fol. 58). M. Antoine nous a signalé également que les registres subsistants des lettres de cachet (AN, 01 101 et 168) n’en contiennent aucune qui ordonne un Te Deum après l’attentat de Damiens.

2 Les NE, 17/04, 66 b, voient, sans doute avec raison, une allusion au retard de l’archevêque de Paris dans le mandement de l’évêque de Soissons, Fitz-James, p. 2 : « Nous n’attendions [...] que le signal de la Capitale, pour éclater en actions de grâces publiques et solennelles ».

3 Poncet de La Rivière était exilé depuis août 1756 à l’abbaye de Murbac en haute Alsace. On peut suivre dans Barbier (VI, 338-341, 376, 390, 400) les épisodes assez étonnants de la lutte menée par cet évêque particulièrement agité.

4 On trouve des idées et des expressions très semblables dans d’autres mandements, par ex. ceux de J. N. de Hontheim, évêque de Miriophis, suffragant de l’archevêque de Trêves, 13 janvier et 22 mars (cités dans GC, 15/02, 12/04).

5 Voir également Coger, p. 12 ; Caulet, évêque de Grenoble, Discours, et le P. de Neuville, sermon du 2 février sur la Purification de la Sainte Vierge : « Louis seul, ferme et intrépide, ne connaît d’autres craintes que les craintes sages, nobles et vertueuses, que commande la religion » (Collection des orateurs sacrés, LVII, col. 1137).

6 Voir Arnaud, p. 1-2, et Godard, In teterrimum..., p. 11 : « Sinite me, Audito res, meum hîc sermonem abrumpere : horret animus, deficit lingua, verba non suppetunt enunciando stupori meo ; in hoc luctuoso loco, silentii potius quam orationis, querelae quam eloquentiae, doloris quam ingenii partes a me suscipiendae esse intelligo ». La parole dit sa propre impossibilité, et la surmonte. La paralysie des réactions est un lieu commun pathétique : lorsqu’il requiert devant le Parlement, le 17 janvier, l’enregistrement des lettres patentes du procès, Joly de Fleury dit que d’abord « l’amour suspendit en nous la voix du devoir » (PO, p. 118 a), et, d’après les Arrêtés et objets des remontrances du 28 février, le Parlement de Rouen n’aurait pas gardé le silence, si l’attentat « n’eût arrêté son activité, en ne lui permettant d’autres sentimens que ceux de la douleur... » (p. 1-2).

7 A. M. Lottin, dans la Péroraison d’un discours sur la conduite de Dieu envers les hommes, met encore au nombre des annonces de la « colère » de Dieu, qui éclate dans l’attentat, les moissons perdues, le gel des fleuves, la cherté des blés, les épizooties (p. 3).

8 Discours de l’évêque de Grenoble, p. 11 ; A. M. Lottin, Péroraison d’un discours, p. 6-7 ; Godard, In teterrimum..., p. 22 ; le P. de Neuville, Sermon du 2 février, Collection des orateurs sacrés, LVII, col. 1137-1138 : « Dans le monarque presque mourant, l’homme a disparu, on n’aperçoit que le roi, le père, le chrétien : spectacle de magnanimité héroïque [...]. Les attentions de la Providence peuvent et doivent vous faire nommer, ainsi que Salomon, le roi bien-aimé de votre Dieu ».

9 Collection des orateurs sacrés, LVII, col. 1138. Selon le CA, 15/02, le « Discours » du P. de Neuville fut « un des plus beaux qu’on ait entendu. Son compliment au Roi sur la circonstance présente enleva tout le monde. On avoua qu’on ne pouvoit rien dire de plus touchant, de plus fort, de plus noble et de plus éloquent. Ce Discours a fait depuis le sujet des conversations de toute la Cour ». On tenta toutefois de donner du texte que nous venons de citer une interprétation maligne, puisque Robbé, Lettres inédites, p. 43 (13 fév.), parle de « l’audacieuse sortie que fit sur Sa Majesté le père Neuville », et cite ainsi cette phrase : « N’attendez pas qu’un nouveau Nathan vienne vous sommer de faire cesser le scandale » ; « Tout le monde, pendant cette belle équipée, avait les yeux portés sur le Roi qui sortit brusquement de la chapelle, le sermon fini [...]. Cela n’a produit, au reste, que de l’indignation contre le jésuite parmi les profanes... » Le P. Regnault, S. J., Christophe de Beaumont, I, 373, n. 1., réfute cette « assertion fausse » et y voit une « manœuvre de la secte, qui eût été bien aise de compromettre le prédicateur de la Cour ». Robbé, très hostile aux jésuites, peut fort bien avoir colporté une calomnie partisane. Mais on n’en perçoit pas moins une intention subtilement cachée dans l’affirmation quasi désespérée et la sollicitation insistante de la persévérance royale.

10 Il était libraire à Paris ; de famille ardemment janséniste et pieuse, il devait plus tard initier Louis XVI à la typographie.

11 Elle est conservée à la BPR, ms Le Paige 548, pièce 2.

© Presses universitaires de Lyon, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search