Version classiqueVersion mobile

Biographie & Politique

 | 
Olivier Ferret
, 
Anne-Marie Mercier-Faivre

III. Justifier

La Notice sur la vie de Sieyès d’Œlsner : autopromotion inavouée et évolution post-thermidorienne

Erwan Sommerer

Texte intégral

  • 1 [Emmanuel Sieyès], Notice sur la vie de Sieyès, membre de la première Assemblée nationale et de la (...)
  • 2 Sur la vie de Sieyès, deux biographies récentes – comprenant aussi une analyse de sa trajectoire in (...)

1Brochure anonyme parue début 1795, la Notice sur la vie de Sieyès1 est consacrée à la vie et aux idées d’Emmanuel Sieyès (1748-1836) et vise principalement à faire sa promotion en vue de son retour au premier plan de la vie publique. De plus, comme nous le verrons, elle s’inscrit dans un moment charnière de sa trajectoire politique et intellectuelle. L’abbé Sieyès, en effet, fut l’un des acteurs-clés de l’été 1789, époque où il est au sommet d’une popularité acquise avec la publication de son pamphlet Qu’est-ce que le tiers état ? et de quelques autres textes, dont l’Essai sur les privilèges. Penseur libéral inscrit dans la tradition de Locke, il connaît une éclipse sous la Convention, se fait discret sous la Terreur et réapparaît après la chute de Robespierre le 9 thermidor an II. En tant que spécialiste en droit public, il anime les débats sur la Constitution de l’an III puis poursuit sa carrière politique sous le Directoire avant d’être l’un des principaux instigateurs du coup d’État de Bonaparte le 18 brumaire an VIII. Il rédige à cette occasion sa dernière constitution qui, sous une forme remaniée, devient celle du Consulat2.

2Au sein de ce long parcours mouvementé qui traverse les dix années de la Révolution, la période où paraît la Notice revêt une importance cruciale dans la mesure où elle correspond à la fois à un renouveau et à une rupture dans l’activité politique et intellectuelle de Sieyès. La lecture de son œuvre révèle ainsi un cheminement atypique entre une pensée contestataire virulente en 1788-1789 et une pensée conservatrice, soucieuse à partir de 1795 de préserver les acquis de la Révolution et de stabiliser les institutions. C’est ce cheminement que nous souhaitons éclairer à travers l’analyse de la Notice, qui apparaît comme un texte pivot dans l’évolution de la pensée sieyèsienne : c’est là, en effet, que s’esquisse publiquement pour la première fois ce changement de perspective, ce passage de la révolution à la conservation qui est aussi le reflet de la phase de transition institutionnelle propre à la période indécise de la Convention thermidorienne.

  • 3 En l’an VIII, Œlsner fait paraître un nouveau texte intitulé Des opinions politiques du citoyen Sie (...)

3Mais avant de démontrer cela, et pour bien comprendre les enjeux d’une telle publication, il faut examiner la brochure concernée. La Notice, d’apparence biographique, est en fait une autobiographie inavouée : comme nous le verrons, Sieyès a beaucoup contribué à sa rédaction. Dès lors, on peut considérer ce texte comme son premier et son seul vrai effort de narration de son propre parcours, à travers lequel il dévoile sa perception de la Révolution et du rôle qu’il y a joué3. Son contenu, quant à lui, procède d’un genre assez hybride puisque le but est tout à la fois de relater la vie de l’abbé, d’exposer certaines de ses idées politiques, d’attaquer ses adversaires et de justifier ses positions personnelles lors de certains événements-clés. Il s’agit donc, en quelque sorte, d’un acte de communication politique destiné à faire la publicité de Sieyès et à relancer sa carrière après la chute de Robespierre.

  • 4 Lucien Jaume, « Méthodes d’interprétation des textes politiques : le cas Guizot », Jus politicum, n(...)

4À ce titre, la Notice nous semble correspondre dans une large mesure à ce que Lucien Jaume a appelé un « texte d’intervention politique », dont le rôle et les effets dans l’espace public doivent être mesurés à l’aune d’un contexte historique déterminé. Sur un plan général, ce type de texte peut être compris comme une modalité de l’action politique, en tant que prise de position publique – ce peut être sous forme de discours, de pamphlet ou d’article imprimé – destinée à donner un sens aux événements et à inciter les acteurs à agir en fonction de ce sens. Son énonciateur vise un double effet : le premier consiste à proposer une narration spécifique, une redescription du passé ou de l’actualité ; le second consiste, à l’aide de cette narration, à mobiliser les récepteurs et à les amener à agir comme le souhaite l’énonciateur – en votant pour lui, en manifestant, etc. – et donc à le soutenir concrètement. Un tel texte est alors une tentative pour diffuser une vision des événements favorable à celui qui en est l’auteur et à pousser une communauté de réception à agir en fonction de cette vision4.

5Ce concept nous paraît s’appliquer à la Notice, et nous allons présenter ici ce qu’elle dit des visées de son auteur en 1795, de son interprétation du processus révolutionnaire et de l’évolution de sa pensée en fonction des différentes étapes de la Révolution. Il nous faudra pour cela distinguer ce qui relève de la biographie au sens strict, de l’exposition des idées et du pamphlet antinobiliaire et antijacobin. Dans un premier temps, nous commencerons ainsi par évoquer la façon dont la brochure a été rédigée et publiée, et celle dont elle a été perçue par ses contemporains. Puis, en suivant la progression interne de la Notice, nous verrons dans quelle mesure l’une de ses fonctions fut de développer la vision sieyèsienne de la « vraie » révolution dont l’abbé se présentait comme l’un des initiateurs. Nous pourrons alors décrire la façon dont le texte organise un conflit sémantique visant à dépeindre le jacobinisme comme un détournement contre-révolutionnaire du vocabulaire de 1789. Cela nous permettra de montrer comment Sieyès a pu, avec cette publication, devenir l’un des porte-parole les plus décidés de ce projet post-thermidorien – nous pourrions dire aussi cette obsession – qui est de « terminer la Révolution ».

LES CONDITIONS DE PUBLICATION ET DE RÉCEPTION DE LA NOTICE

  • 5 P. Bastid, Sieyès et sa pensée, op. cit., p. 314-315 (sur Œlsner) et 320-321 (sur la publication de (...)

6La Notice paraît au début de l’année 1795, mais il est indiqué sur la couverture qu’elle fut rédigée en juin 1794. Elle aurait donc été écrite avant la chute de Robespierre en juillet, et publiée quelques mois plus tard. L’histoire de sa parution est en fait un peu plus complexe. Comme le rapporte Paul Bastid dans sa monographie, la genèse de ce texte réside dans un projet du savant allemand Johann Gottfried Ebel. Celui-ci préparait une traduction des œuvres de Sieyès comportant une préface biographique dont il envoya une ébauche à l’un de ses contacts à Paris, un ami et admirateur de l’abbé, nommé Konrad Engelbert Œlsner5. Le texte fut remanié sur place. C’est donc un ouvrage à plusieurs mains dont il est difficile de connaître l’auteur exact mais dont les principaux passages ont été dictés ou rédigés directement par Sieyès.

  • 6 Sieyès entretenait des relations privilégiées avec des personnalités du milieu intellectuel alleman (...)
  • 7 J.-D. Bredin, Sieyès, la clé de la Révolution française, op. cit., p. 338-339.

7À l’origine, il s’agissait de publier la brochure en allemand6 : le contexte de la Terreur, au cours de laquelle Sieyès se cache – ou, disons, tente de ne pas se faire remarquer –, était défavorable à une intervention aussi directe dans l’espace public français. Ainsi, il est admis que le projet et le début de la rédaction à Paris datent d’avant le 9 thermidor, tandis que la rédaction finale est postérieure à l’événement, le contenu de la Notice ayant été adapté à l’évolution de la situation politique. Cependant, au moment où elle paraît, tout est fait pour laisser penser que sa totalité fut rédigée avant la chute de Robespierre et que la publication fut simplement différée. Or on y trouve des passages très critiques dirigés contre les jacobins et leur chef, qui n’ont sans doute été écrits qu’après le 9 thermidor. Comme l’explique Jean-Denis Bredin, autre biographe de l’abbé, Sieyès aurait aimé faire croire qu’il avait été, dès le mois de juin 1794, sur le point de se dresser contre le Comité de salut public7.

  • 8 Il semble avéré que Sieyès ait travaillé à la relecture des épreuves au cours de la Terreur et qu’i (...)

8Nous savons qu’il ne l’a pas fait, et rien dans ses manuscrits ne laisse penser qu’il avait projeté d’intervenir publiquement. Sieyès n’a entrepris aucune action contre Robespierre au cours de la Terreur, et il n’est pour rien dans sa chute. Même si nous manquons de sources explicites sur ce sujet, l’hypothèse la plus raisonnable est donc celle d’un texte écrit de part et d’autre de Thermidor8, mais dont les passages les plus virulents sont postérieurs à la crise. La Notice est tout simplement un livre dont le contenu, au moins en partie, est antidaté.

  • 9 L’édition la plus courante porte la mention « en Suisse, et se trouve à Paris, chez Maradan ». On p (...)
  • 10 Les dictionnaires du xixe siècle portent les traces de ce débat. Ainsi, La France littéraire évoque (...)
  • 11 Le compte rendu est reproduit dans Pierre-Louis Roederer, 8 vol., Œuvres, Paris, Firmin Didot, 1827 (...)

9Concrètement, elle connaît deux éditions simultanées en France et en Suisse en 17959. Une traduction en allemand et une en anglais paraissent la même année, ce qui montre l’effort de diffusion de l’ouvrage. Et si l’on parle encore de la « Notice d’Œlsner », c’est que celui-ci mena le projet à son terme et fut parfois considéré par la suite comme l’auteur de cette brochure anonyme10. Ce fut peut-être une tentative pudique de la part de Sieyès pour laisser penser qu’il n’avait pas lui-même produit ce texte souvent très laudatif. Toutefois les contemporains de l’abbé ne semblent pas s’être trompés sur son auteur réel, comme le suggère la polémique qui oppose les alliés et les adversaires de Sieyès à l’occasion de la parution. Ainsi, du côté de ses partisans, Roederer en fait publier le 24 pluviôse an III (12 février 1795) une recension favorable dans son Journal de Paris, et dit à son propos : « Cet ouvrage est évidemment de Sieyès lui-même, quoiqu’il ne parle de lui qu’à la troisième personne11. » Du côté de ses détracteurs, le royaliste Richer-Sérizy réagit ironiquement à cet éloge venant d’un « journal impartial » et s’en prend violemment, dans le quatrième numéro de son journal L’Accusateur public, à ce qu’il présente comme étant le « dernier écrit » en date de Sieyès :

  • 12 L’Accusateur public, no 4, s.d., p. 17-18. Ce journal d’opposition royaliste pose une difficulté au (...)

Le repentir tardif, la tendre humanité, l’aimable modestie, compagne inséparable du génie, conduisaient sans doute la plume de Sieyès, quand, après ce long silence qui nous avait paru criminel, il donnait enfin au public son dernier écrit, si vanté dans un journal impartial. Ainsi je pensais, en me hâtant d’acheter cet intéressant ouvrage, pour y chercher à chaque page les larmes de son auteur et y mêler les miennes. Sieyès ! Quel est donc cet écrit informe et nauséabond, intitulé Notices, que je parcours avec indignation ? Est-il de vous Philosophe ! Non, je ne le puis croire ; cependant vos amis le prétendent et l’assurent12.

  • 13 Gazette nationale ou le Moniteur universel, no 162, 12 ventôse an III [2 mars 1795], p. 570. Le cou (...)

10Quelques jours plus tard, Merlin de Thionville – autre ami de l’abbé – fait paraître dans le Moniteur universel une réplique à cette attaque, qualifiant son auteur de « poupée royaliste13 » sans que soit discuté le fait que Sieyès soit bien l’auteur du texte anonyme.

  • 14 Selon Albéric Neton, la Notice « était anonyme, mais nul ne se méprit sur le nom du véritable auteu (...)
  • 15 P. Bastid, Sieyès et sa pensée, op. cit., p. 153.
  • 16 Sieyès serait ainsi devenu l’« homme du jour » (A. Neton, Sieyès, d’après des documents inédits, op (...)

11Plus généralement, nous n’avons trouvé aucune trace d’un quelconque débat sur l’auteur de la Notice au moment de sa parution14. L’artifice n’a donc pas fonctionné et ce n’était sans doute pas l’objectif. Certes, le projet paraît peu modeste aux yeux de ses contemporains, et bien plus tard Paul Bastid lui-même l’a qualifié de « publicité de mauvais goût15 ». Mais à l’époque, l’essentiel n’est pas là pour Sieyès. Avec cette brochure, qui rencontre semble-t-il un certain succès16, il veut effectuer son retour au premier plan de la vie politique et retrouver un rôle central au sein de la Convention thermidorienne après une période de mutisme et d’inaction forcés. Il cherche à se repositionner comme un acteur incontournable de la Révolution et à influer à nouveau sur le cours des événements.

LA JEUNESSE ET LA PÉRIODE CONSTITUANTE : LES BASES DE LA « VRAIE » RÉVOLUTION

12La Notice se divise globalement en trois parties distinctes. La première décrit le parcours politique et intellectuel de Sieyès jusqu’à la Convention ; c’est celle qui est la plus proche du genre biographique. La seconde se rapporte à la période de la Convention et prend une tournure plus pamphlétaire, mêlant les attaques contre les jacobins et la présentation de certaines des idées-clés de l’abbé. Enfin, la dernière consiste en une tentative de réfutation de rumeurs au sujet de sa fortune ou de son rôle caché pendant la Terreur. En respectant la progression interne du texte, nous nous intéresserons tout d’abord à la première partie, qui est aussi celle dans laquelle Sieyès est décrit à la fois comme l’un des initiateurs de la Révolution et comme le dépositaire de son esprit originel. On trouve ici une division en deux périodes principales, qui sont celles de la jeunesse et de l’Assemblée constituante.

13Une dizaine de pages est ainsi consacrée au parcours du futur révolutionnaire au séminaire de Saint-Sulpice, puis à la Sorbonne et enfin dans ses fonctions ecclésiastiques en Bretagne et à Chartres. Ces passages sont lapidaires et peu détaillés mais nous paraissent intéressants sur deux points. Le premier aspect frappant est l’insistance avec laquelle est décrite son entrée dans la carrière cléricale comme un choix forcé, contraire à sa volonté et vers lequel on l’aurait dirigé malgré son peu d’attachement à la religion. La Notice décrit ainsi le moment où il est envoyé au séminaire à Paris :

Il était alors dans sa quatorzième année. Le voilà séquestré décidément de toute société humaine raisonnable, ignorant comme l’est un écolier de cet âge, n’ayant rien vu, rien connu, rien entendu, et enchaîné au centre d’une sphère superstitieuse, qui dut être pour lui l’univers. Il se laissa aller aux événements, comme on est entraîné par la loi de nécessité. Mais dans une position si contraire à ses goûts naturels, il n’est pas extraordinaire qu’il ait contracté une sorte de mélancolie sauvage, accompagnée de la plus stoïque indifférence sur sa personne et son avenir. (p. 6-7)

14Assimilant la religion à la superstition, la Notice décrit un jeune Sieyès se réfugiant dans la philosophie, puis, adulte, refusant d’endosser les pratiques proprement spirituelles liées à sa fonction : « Jamais il n’a prêché ; jamais il n’a confessé ; il a fui toutes les fonctions, toutes les occasions qui eussent pu le mettre en évidence cléricale. » (p. 11) Le discours, ici, est donc clair : au sein du clergé, l’abbé est très tôt reconnu comme un bon administrateur mais il ne manifeste aucune conviction religieuse.

  • 17 Voir sur ce point, Christine Fauré, « Sieyès, Rousseau et la théorie du contrat », dans Figures de (...)

15Un second aspect important, dans cette exposition de la jeunesse de Sieyès, est la référence aux trois philosophes qui l’ont influencé au cours de sa formation intellectuelle : Locke, Condillac et Bonnet. La question des origines de la pensée sieyèsienne ayant été source de nombreux débats, il est intéressant de constater que ces auteurs sont les seuls à être explicitement nommés dans les pages de la Notice. Ainsi la référence à Locke et les distances prises avec le rousseauisme dans la suite du texte nous renseignent sur l’orientation libérale de l’abbé (p. 49). Bien entendu, nous devons tenir compte du fait que cette brochure, en tant que projet de communication politique, vise aussi pour Sieyès à afficher les idées – et donc les influences philosophiques – qu’il estime pouvoir servir le renouveau de sa carrière dans une situation historique spécifique. Dès lors, l’hostilité affichée envers la pensée de Rousseau pourrait n’être qu’une stratégie et non le révélateur de ses idées profondes. Néanmoins, cette volonté d’inscription dans une filiation intellectuelle spécifique apparaît en accord avec le reste de l’œuvre, y compris les manuscrits. L’anti-rousseauisme n’est donc ici nullement de circonstance, pas plus que l’inscription dans la tradition libérale17.

16Ces deux aspects saillants – le rejet de la religion et l’affirmation d’un héritage philosophique – ne sont pas anodins dans un texte paru dans le contexte thermidorien. Mais c’est surtout la partie consacrée à l’Assemblée constituante qui nous semble décisive. Sieyès y apparaît en effet comme un acteur majeur de l’été 1789. On le découvre influent, guidant le mouvement révolutionnaire, la brochure le dépeignant comme celui qui emporte finalement la décision alors que les autres députés persistent dans une attitude d’indécision :

Les états généraux étaient assemblés depuis plusieurs semaines, et le temps s’y consumait en vaines disputes sur la vérification des pouvoirs. Le public, la France entière attendaient avec impatience le premier effort des représentants du peuple ; Sieyès osa couper le câble du vaisseau que la mauvaise foi retenait encore au rivage. Il crut devoir tenter de mettre en pratique les principes qui l’avaient fait connaître, qui lui avaient fait donner sa mission, et pour lesquels l’opinion publique se prononçait de jour en jour de la manière la moins douteuse. (p. 24)

17Ce succès est toutefois décrit comme éphémère, et l’on découvre un Sieyès peu à peu marginalisé par les complots et les brimades de ceux qui non seulement s’opposent à lui, mais ce faisant s’opposent en même temps à la volonté de la nation. C’est, en substance, ce que dit la Notice : les ennemis de l’abbé sont aussi les ennemis de la seule vraie révolution qui est celle de l’été 1789. Ce sont les membres de ce que la brochure appelle de façon insistante la « minorité de la noblesse » (p. 18, 27 et 35), tels La Fayette ou les frères Lameth, qui sont les principaux contradicteurs de Sieyès à l’Assemblée constituante après la défaite de Mounier. Ces nobles ralliés sont dépeints comme des manipulateurs qui n’ont épousé le processus de changement constitutionnel que pour mieux défendre leurs privilèges. Mais au-delà de ces règlements de comptes revanchards avec des acteurs qui, en 1795, sont hors-jeu, le plus important est à nos yeux la description qu’effectue la Notice – et donc Sieyès lui-même – de la Révolution. Ainsi, dans un passage éclairant :

On aime aujourd’hui à confondre les dates et les faits ; on semble se persuader que la révolution n’est due qu’à une sorte d’explosion populaire, à une insurrection : cela n’est pas exact [...]. L’énergie des députés du tiers état, leur courage réfléchi, leur attachement éclairé aux vrais principes de l’ordre social, leur déclaration calme, solennelle et décisive, sur ce qu’ils étaient, et sur les fonctions nationales que leur mission leur donnait à remplir, n’étaient point l’ouvrage d’une insurrection [...]. La révolution [...] fut prononcée, en quelque sorte, d’office, et légalement promulguée par l’Assemblée nationale vers le milieu de juin. (p. 24-25)

18Cet extrait est crucial car il condense bien les enjeux que représente, dans la Notice, la description du passé. On pourrait dire qu’il fait d’une pierre deux coups : en indiquant quelle fut la nature exacte de la rupture révolutionnaire – la décision de transformer les états généraux en une Assemblée nationale constituante –, Sieyès devient l’auteur de la Révolution. En effet, c’est lui qui, entre le 11 et le 17 juin 1789, pousse les députés du tiers état à se déclarer représentants de la nation entière. Or, par la suite, cet événement est resté à ses yeux le seul véritable moment de basculement, lorsque le corps national s’est doté d’une représentation et donc d’une volonté. C’est l’un des enseignements les plus explicites de la Notice : Sieyès, en 1795, veut rappeler qu’il a abattu presque à lui seul l’Ancien Régime.

  • 18 Voir Germaine de Staël-Holstein, Considérations sur les principaux événements de la Révolution fran (...)

19Cette prétention n’a rien d’absurde si l’on considère qu’il tente alors simplement de raviver une réputation qui lui est effectivement attachée depuis l’époque de la Constituante. D’autres que lui ont d’ailleurs partagé ce point de vue et ce fut notamment, plus tard, celui de Mme de Staël18. Mais cette révolution-là est bien sûr la révolution libérale, relativement feutrée, qui se déroule loin des insurrections populaires dans lesquelles l’abbé voyait plus un danger qu’un ferment de légitimité. Ce que dit ici la Notice, c’est donc que la seule révolution légitime a eu lieu en juin 1789, au sein d’une assemblée éclairée et non dans la rue un mois plus tard ; elle dit qu’en 1795, il faut reprendre le fil de cette révolution et réhabiliter son auteur. La suite de la brochure est entièrement consacrée à cet objectif.

LA CRITIQUE DU DÉTOURNEMENT DU VOCABULAIRE RÉVOLUTIONNAIRE

  • 19 Sieyès évoque aussi plus brièvement le détournement du sens des mots égalité et liberté : « Courage (...)

20La seconde partie de la Notice – vraisemblablement ajoutée après le 9 thermidor – évoque la période de la Convention et renoue avec le style pamphlétaire, emporté et outré, qui avait fait la gloire de Sieyès. On y voit l’abbé à la façon d’un étranger, perdu au sein d’une assemblée qui, loin de se fonder sur les principes mis au jour en 1789, prétend recommencer la Révolution et faire table rase des acquis des années antérieures. La Convention est décrite comme le lieu d’expression d’ultra-révolutionnaires hypocrites qui cherchent en fait à exploiter les événements à leur profit. Pour cela, ils s’approprient le sens initial du langage révolutionnaire afin de le transformer et de le pervertir. Et l’on assiste ainsi dans la Notice à la mise en œuvre d’un très intéressant conflit de signification portant sur le vocabulaire politique. Les mots concernés sont notamment révolution et peuple, et l’un des buts principaux de Sieyès quand il publie cette brochure nous paraît être d’en rétablir ce qui en est, à ses yeux, le sens véritable19.

21Tout d’abord, selon l’abbé, le terme révolution signifie « une mutation politique, un changement de constitution ou de gouvernement, et les avantages successifs d’une bonne législation » (p. 48). Or cette vision modérée est un signe de trahison pour les ultra-révolutionnaires. Pour eux, une « véritable révolution » doit être « un bouleversement général, et la ruine complète de tous les rapports qui lient les hommes et les choses dans l’ordre civil et dans l’ordre économique » (p. 49). À la révolution comme simple mutation institutionnelle répond ainsi un autre sens, qui est la transformation radicale des structures sociales et économiques. Cette seconde acception – qui renvoie finalement à la définition de l’anarchie chez les anti-jacobins – apparaît excessive aux yeux de Sieyès, du moins lorsque paraît la brochure. Et il la refuse d’autant plus qu’elle lui semble destinée à justifier les malheurs de la nation :

Ajoutons seulement, qu’à toutes les plaintes des citoyens, aux gémissements redoublés de tant de familles patriotes opprimées, à chaque apparition d’une calamité nouvelle, on opposait la même réponse : nous sommes en révolution. (p. 50)

  • 20 La distinction entre les véritables membres de la nation et les éléments exogènes que sont les priv (...)

22Un même type d’opposition se retrouve dans le cas du mot peuple. Le peuple des jacobins est présenté dans la Notice comme un « faux peuple ». Il est question des « nouvelles hordes barbares », d’une « nuée de harpies voraces et sanguinaires accourues de toutes parts pour se saisir de la Révolution française, comme d’une proie naturelle à leur espèce » (p. 51). Sieyès n’a jamais apprécié les journées insurrectionnelles parisiennes et notamment l’irruption des sans-culottes ou des foules contestataires au sein des assemblées délibérantes. Pour lui, le travail législatif des représentants est le seul légitime. Mais en dénonçant ce « faux peuple », n’interdit-il pas aux jacobins d’utiliser une stratégie dont il est l’inventeur ? En 1789, il a lui aussi érigé une partie de la population française – alors nommée le tiers état – en peuple, le décrivant comme une totalité autosuffisante et appelant à l’exclusion des privilégiés ; il a trié ceux qui, au sein de la société, étaient aptes à intégrer ou non la nation20. Mais au sein de ce premier peuple, les jacobins prétendent à leur tour opérer une nouvelle division et sélectionner un second peuple auquel Sieyès refuse avec véhémence la moindre légitimité. Nous le voyons très bien dans un passage où l’abbé laisse s’exprimer ses adversaires afin de mieux en attaquer la stratégie discursive :

Les diverses acceptions du mot peuple lui prêtant une merveilleuse aptitude à l’équivoque, il faut en profiter. Pour nous comme pour les aristocrates, le peuple ne doit être que la portion des habitants la moins cultivée, la plus ignorante, la moins intéressée au maintien de l’ordre, la plus prompte dans ses passions. [...] Il faudra finalement donner le nom et tous les droits du peuple français, au premier attroupement que le hasard ou nos soins formeront au coin de la rue ou ailleurs. (p. 47-48)

  • 21 Ce thème du « faux peuple » est récurrent chez Sieyès après Thermidor. Voir E. Sieyès, Rapport au n (...)
  • 22 Voir aussi à ce sujet l’analyse de la Notice par Jacques Guilhaumou, qui montre bien le mécanisme p (...)

23Ces ultra-révolutionnaires, sous la plume de Sieyès, sont tout simplement des démagogues qui s’appuient sur des groupes arbitrairement désignés comme étant le peuple, et dont ils seraient les porte-parole. Pire, ils inversent la relation de représentation politique en allant jusqu’à définir simplement comme « peuple » leurs propres partisans21. Or, et c’est le nœud de la querelle sémantique qui se joue ici, en faisant cela les jacobins agissent comme des contre-révolutionnaires. Ils travestissent le langage de 1789 – celui dont se réclame Sieyès – pour mieux saper les acquis de la première et de la seule véritable révolution22. En les dénonçant, la Notice vise à réinstaurer une forme de continuité par-delà l’accident qu’aurait été l’épisode de la Convention montagnarde et de la Terreur.

24Nous n’évoquerons que brièvement la dernière partie de la brochure, consacrée à rétablir sur deux points spécifiques la réputation de Sieyès. Elle est un peu moins décisive pour notre propos mais nous pouvons en résumer l’essentiel. La fin de la Notice comporte tout d’abord une présentation assez détaillée des revenus de l’abbé, visant à démontrer la modestie de ses finances personnelles et à réfuter des allégations – qui n’ont cessé de le poursuivre – sur son mode de vie opulent. Elle insiste ainsi sur « la simplicité de sa manière de vivre » autant que sur l’« austérité de ses mœurs » (p. 55 et 57). Puis le texte se termine par une réfutation de l’idée que Sieyès ait été « derrière le rideau » (p. 62 et 63), c’est-à-dire l’instigateur secret de toutes les phases de la Révolution, ou encore le « faiseur de Robespierre » (p. 64) et donc le théoricien de la Terreur. Sur ce dernier point, il est effectivement très important pour l’abbé, en 1795, de prendre ses distances avec Robespierre, et la Notice va même jusqu’à affirmer :

Sieyès n’a jamais adressé la parole à Robespierre, ni Robespierre à Sieyès [...]. Il n’y a donc jamais eu, entre ces deux hommes, un seul mot de correspondance parlé ou écrit ; jamais ils ne se sont trouvés ensemble, ni à table, ni dans la société ; jamais ils ne sont restés assis à côté l’un de l’autre à l’Assemblée. (p. 65)

  • 23 Robespierre et les jacobins ne sont d’ailleurs pas les seuls vis-à-vis desquels Sieyès prend ses di (...)
  • 24 Françoise Brunel, Thermidor, la chute de Robespierre, Bruxelles, Complexe, 1989, p. 117.

25Tout cela est très improbable, mais éclaire parfaitement le rôle de la Notice en tant que texte d’intervention politique23. En la publiant, Sieyès participe à la production de ce que Françoise Brunel appelle le « discours post-thermidorien24 », c’est-à-dire l’effort de redescription de la période de la Convention montagnarde après la chute de Robespierre.

*

26En publiant sa propre biographie, l’abbé défend son rôle et valorise ses idées, mais il s’inscrit en même temps dans un contexte spécifique qui est celui d’une lutte, dans l’espace public, pour la stabilisation de la signification du 9 thermidor, cet événement indéchiffrable au premier abord dont veulent s’emparer à leur profit les jacobins, les monarchistes et les républicains modérés.

  • 25 C’est tout l’objet de ses deux interventions lors des débats constituants de l’an III, qui annoncen (...)

27Pour ces derniers, destinés à former le personnel politique du Directoire, il s’agit de s’accorder à nouveau sur le sens des mots, de terminer la Révolution en la fixant sur ses principes et ses résultats antérieurs. Parmi ces acteurs, Sieyès occupe une position particulière. La Révolution de 1789 est « sa » révolution et il la considère comme une fondation dont les bases doivent être consolidées. Dès lors, à partir de 1795, toute son activité intellectuelle consiste à défendre la dimension libérale des institutions en promouvant le système représentatif, en soutenant le contrôle de constitutionnalité des lois et en critiquant la notion de souveraineté, notamment de souveraineté populaire25.

28La Notice, dans ce cadre, présente Sieyès comme une sorte de « père fondateur », détenteur initial de la vérité, mais incompris ou trahi. Ainsi, elle ne dit pas seulement ce qu’il a été, mais également ce qu’il doit devenir, ce qu’il tentera d’être sous le Directoire : un protecteur, un conservateur de la « vraie » révolution contre ceux qui prétendent se l’approprier ou la recommencer indéfiniment. Sous certains aspects, la Notice sur la vie de Sieyès est un texte maladroit au style hybride et aux résultats mitigés. Mais c’est surtout un document précieux pour mesurer l’effort d’un penseur pour se réinscrire dans le cours des événements en proposant sa propre interprétation de son parcours personnel et de l’ensemble de la période de transition politique dans laquelle il est immergé.

Bibliographie

Bibliographie

Corpus d’étude

L’Accusateur public.

Gazette nationale ou le Moniteur universel.

[Œlsner Konrad Engelbert], Exposé historique des écrits de Sieyès : tiré au nombre de 25 exemplaires, aux frais de l’auteur, s.l., s.n., an VIII [1799].

Roederer Pierre-Louis, Œuvres, 8 vol., Paris, Firmin Didot, 1853-1859.

[Sieyès Emmanuel], Notice sur la vie de Sieyès, membre de la première Assemblée nationale et de la Convention, écrite à Paris, en messidor, deuxième année de l’ère républicaine (vieux style, juin 1794), en Suisse, et se trouve à Paris, chez Maradan, l’an troisième [1794-1795].
—, Des opinions politiques du citoyen Sieyès et de sa vie comme homme public, Paris, Goujon fils, an VIII [1799].
—, Œuvres, 3 vol., Paris, EDHIS, 1989.

Staël-Holstein Germaine de, Considérations sur les principaux événements de la Révolution française, 3 vol., Paris, Delaunay, 1818.

Ouvrages et articles critiques

Adler-Bresse Marcelle, Sieyès et le monde allemand, 2 vol., Paris, H. Champion, 1977.

Bastid Paul, Sieyès et sa pensée, Paris, Hachette, 1970.

Bigeon Alphonse, Sieyès, l’homme, le constituant, Paris, Henri Becus, 1893.

Bredin Jean-Denis, Sieyès, la clé de la Révolution française, Paris, Éditions de Fallois, 1988.

Brunel Françoise, Thermidor, la chute de Robespierre, Bruxelles, Complexe, 1989.

Fauré Christine, « Sieyès, Rousseau et la théorie du contrat », dans Figures de Sieyès, Pierre-Yves Quiviger, Vincent Denis & Jean Salem (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 2008, p. 213-225.

Guilhaumou Jacques, « Un nom propre en politique : Sieyès », Mots, no 63, 2000, p. 74-86.

Hoefer Ferdinand, Nouvelle biographie générale, 46 vol., Paris, Firmin Didot, 1855-1870.

Jaume Lucien, « Méthodes d’interprétation des textes politiques : le cas Guizot », Jus politicum, no 1, 2009, p. 51-68.

Larrère Catherine, « La nation chez Sieyès : l’inflexion révolutionnaire de l’universalité des Lumières », dans La Philosophie et la Révolution française, Bernard Bourgeois & Jacques d’Hondt (dir.), Paris, Vrin, 1993, p. 143-154.

Michaud Louis-Gabriel, Biographie universelle, 45 vol., Paris, Desplaces, 1843-1865.

Mitton Fernand, La Presse française, 2. Sous la Révolution, le Consulat, l’Empire, Paris, G. Le Prat, 1945.

Neton Albéric, Sieyès, d’après des documents inédits, Paris, Perrin, 1900.

Pighini Stefano, « Le jeu de la communication politique chez Sieyès », Revue française d’histoire des idées politiques, no 33, 2011, p. 83-102.

Quérard Jean-Marie, La France littéraire, 12 vol., Paris, Firmin Didot frères, 1827-1864.

Reynaud Jean, Vie et correspondance de Merlin de Thionville, Paris, Furne, 1860.

Sommerer Erwan, Sieyès, le révolutionnaire et le conservateur, Paris, Michalon, 2011.
—, « Le contractualisme révolutionnaire de Sieyès », Revue française d’histoire des idées politiques, no 33, 2011, p. 5-25.

Teissier Octave, La Jeunesse de l’abbé Sieyès, Marseille, Librairie provençale de V. Boy, 1897.

Notes

1 [Emmanuel Sieyès], Notice sur la vie de Sieyès, membre de la première Assemblée nationale et de la Convention, écrite à Paris, en messidor, deuxième année de l’ère républicaine (vieux style, juin 1794), en Suisse, et se trouve à Paris, chez Maradan, l’an troisième [1794-1795]. Une édition moins courante porte seulement la mention « en Suisse » : voir la note 9. Texte repris dans E. Sieyès, Œuvres, 3 vol., Paris, EDHIS, 1989, vol. 3 (sauf indication contraire, les citations renvoient à cette dernière édition et leur pagination est donnée directement dans le texte).

2 Sur la vie de Sieyès, deux biographies récentes – comprenant aussi une analyse de sa trajectoire intellectuelle – peuvent être consultées : Paul Bastid, Sieyès et sa pensée, Paris, Hachette, 1970 ; et Jean-Denis Bredin, Sieyès, la clé de la Révolution française, Paris, Éditions de Fallois, 1988. Ce ne sont néanmoins pas les seules études biographiques sur l’abbé. La Notice de 1795 que nous évoquons ici est le premier récapitulatif de la vie de cet auteur, mais d’autres travaux plus conséquents ont été publiés par la suite. Ils datent de la fin du xixe siècle, après la longue éclipse qu’a connue Sieyès après sa mort : Alphonse Bigeon, Sieyès, l’homme, le constituant, Paris, Henri Becus, 1893 ; Octave Teissier, La Jeunesse de l’abbé Sieyès, Marseille, Librairie provençale de V. Boy, 1897 ; Albéric Neton, Sieyès, d’après des documents inédits, Paris, Perrin, 1900. Sur la pensée politique de l’abbé, voir Erwan Sommerer, Sieyès, le révolutionnaire et le conservateur, Paris, Michalon, 2011.

3 En l’an VIII, Œlsner fait paraître un nouveau texte intitulé Des opinions politiques du citoyen Sieyès et de sa vie comme homme public (Paris, Goujon fils). Il s’agit d’une actualisation de la Notice, qui en reprend les grandes lignes, ajoute de larges extraits des ouvrages de Sieyès et prolonge la narration biographique après l’an II. Dans un nouveau contexte de transition institutionnelle, l’objectif de promotion et de justification est identique. La même année, on attribue à Œlsner la publication plus confidentielle de l’Exposé historique des écrits de Sieyès, dont le contenu n’est pas biographique et se concentre sur les idées de l’abbé. Celui-ci s’étant toujours refusé à rédiger ses mémoires, la Notice et son complément de l’an VIII demeurent les seules sources à partir desquelles l’on peut tenter de restituer son point de vue sur son parcours.

4 Lucien Jaume, « Méthodes d’interprétation des textes politiques : le cas Guizot », Jus politicum, no 1, 2009, p. 51-68.

5 P. Bastid, Sieyès et sa pensée, op. cit., p. 314-315 (sur Œlsner) et 320-321 (sur la publication de la Notice).

6 Sieyès entretenait des relations privilégiées avec des personnalités du milieu intellectuel allemand, Ebel et Œlsner en étant les exemples les plus manifestes. Sur ce sujet, voir Marcelle Adler-Bresse, Sieyès et le monde allemand, 2 vol., Paris, H. Champion, 1977, vol. 1, p. XLVIII-LIX notamment.

7 J.-D. Bredin, Sieyès, la clé de la Révolution française, op. cit., p. 338-339.

8 Il semble avéré que Sieyès ait travaillé à la relecture des épreuves au cours de la Terreur et qu’il ait alors pris soin de ne pas mettre sa vie en danger à cause de ce texte. Voir A. Bigeon, Sieyès, l’homme, le constituant, op. cit., p. 43.

9 L’édition la plus courante porte la mention « en Suisse, et se trouve à Paris, chez Maradan ». On pourrait donc imaginer que la brochure fut publiée à l’identique dans les deux pays. Toutefois, on trouve à la Bodleian Library d’Oxford un exemplaire spécifiquement suisse qui intègre un avertissement des éditeurs daté du 1er février 1795. Les deux éditions ne sont pas identiques : la version suisse inclut un portrait et deux textes de l’abbé, tandis que certains détails du contenu varient. Ainsi, elle dépeint un Sieyès appréciant, dès sa jeunesse, « la pleine importance de tout état » (p. 12) tandis que l’autre édition évoque « la pleine importance du tiers état » (p. 15). Le second sens étant plus probable, on peut en déduire que cette version est postérieure et a fait l’objet d’une relecture de la part de Sieyès. Une autre preuve est qu’en l’an VIII, dans la nouvelle notice publiée par Œlsner, c’est bien l’expression « tiers état » qui demeure.

10 Les dictionnaires du xixe siècle portent les traces de ce débat. Ainsi, La France littéraire évoque une Notice attribuée à Sieyès mais écrite par Œlsner tandis que la seconde édition de la Biographie universelle défend la thèse inverse. La Nouvelle biographie générale, pour sa part, ne tranche pas. Voir Jean-Marie Quérard, La France littéraire, 12 vol., Paris, Firmin Didot frères, 1827-1864, vol. 9, p. 133 ; Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle, 45 vol., Paris, Desplaces, 1843-1865, vol. 39, p. 319 ; et Ferdinand Hoefer, Nouvelle biographie générale, 46 vol., Paris, Firmin Didot, 1855-1870, vol. 43, p. 964.

11 Le compte rendu est reproduit dans Pierre-Louis Roederer, 8 vol., Œuvres, Paris, Firmin Didot, 1827-1859, vol. 4, p. 205-206. Cette intervention confirme également que, bien qu’aucune mention précise ne figure sur la couverture de la Notice, le début du mois de février correspond à sa date de mise en circulation dans l’espace public français.

12 L’Accusateur public, no 4, s.d., p. 17-18. Ce journal d’opposition royaliste pose une difficulté aux historiens, car il ne comporte pas de date de parution en couverture. Toutefois, le replacer dans le contexte de la polémique sur la Notice nous donne des renseignements précieux à ce sujet. Ainsi, le quatrième numéro n’a pu paraître qu’entre le 13 et le 26 février 1795 (date de la réplique de Merlin de Thionville). Sur les interrogations qui ont pu exister à ce propos, voir Fernand Mitton, La Presse française, 2. Sous la Révolution, le Consulat, l’Empire, Paris, G. Le Prat, 1945, p. 177-179.

13 Gazette nationale ou le Moniteur universel, no 162, 12 ventôse an III [2 mars 1795], p. 570. Le court texte de Merlin de Thionville est daté du 8 nivôse (28 décembre), ce qui n’a aucun sens dans le contexte de la polémique. Nos recherches nous ont permis de confirmer qu’il s’agit d’une erreur du Moniteur, la véritable date de rédaction étant le 8 ventôse an III (26 février 1795). La correction apparaît en effet dans un recueil ultérieur des écrits de cet auteur : voir Jean Reynaud, Vie et correspondance de Merlin de Thionville, Paris, Furne, 1860, p. 52.

14 Selon Albéric Neton, la Notice « était anonyme, mais nul ne se méprit sur le nom du véritable auteur. Alors même que ses amis eussent mieux gardé le secret, au style, et surtout aux idées exprimées, il était aisé de reconnaître la plume qui, sept ans auparavant, avait écrit la brochure sur le tiers état » (Sieyès, d’après des documents inédits, op. cit., p. 230).

15 P. Bastid, Sieyès et sa pensée, op. cit., p. 153.

16 Sieyès serait ainsi devenu l’« homme du jour » (A. Neton, Sieyès, d’après des documents inédits, op. cit., p. 233).

17 Voir sur ce point, Christine Fauré, « Sieyès, Rousseau et la théorie du contrat », dans Figures de Sieyès, Pierre-Yves Quiviger, Vincent Denis & Jean Salem (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 2008, p. 213-225. Sur l’influence de Locke, nous renvoyons à notre étude : Erwan Sommerer, « Le contractualisme révolutionnaire de Sieyès », Revue française d’histoire des idées politiques, no 33, 2011, p. 5-25.

18 Voir Germaine de Staël-Holstein, Considérations sur les principaux événements de la Révolution française, 3 vol., Paris, Delaunay, 1818, vol. 1, p. 204.

19 Sieyès évoque aussi plus brièvement le détournement du sens des mots égalité et liberté : « Courage donc, corrompons la langue : que l’égalité ne soit plus l’égalité de droits et la garantie sociale d’un bien-être général, mais l’inégalité renversée des droits et l’égalité de misère ; que la liberté réclamée par nous soit celle des coquins contre celle des bons citoyens. » (p. 47)

20 La distinction entre les véritables membres de la nation et les éléments exogènes que sont les privilégiés est au cœur des premiers pamphlets de Sieyès – notamment de Qu’est-ce que le tiers état ? – et sert de fondement à son appel à faire des députés du tiers état les représentants exclusifs du corps national le 16 juin 1789. Sur ce thème, voir Catherine Larrère, « La nation chez Sieyès : l’inflexion révolutionnaire de l’universalité des Lumières », dans La Philosophie et la Révolution française, Bernard Bourgeois & Jacques d’Hondt (dir.), Paris, Vrin, 1993, p. 143-154 (notamment p. 146-147).

21 Ce thème du « faux peuple » est récurrent chez Sieyès après Thermidor. Voir E. Sieyès, Rapport au nom des trois comités sur la garantie de la représentation nationale, 1er germinal an III (21 mars 1795), dans Œuvres, op. cit., vol. 3, p. 4.

22 Voir aussi à ce sujet l’analyse de la Notice par Jacques Guilhaumou, qui montre bien le mécanisme par lequel ce texte associe le nom de Sieyès à un référent constant susceptible de contrecarrer le détournement contre-révolutionnaire du langage et de rappeler le véritable sens des mots par-delà les fluctuations politiques : « Un nom propre en politique : Sieyès », Mots, no 63, 2000, p. 74-86. Sur ce sujet, voir aussi Stefano Pighini, « Le jeu de la communication politique chez Sieyès », Revue française d’histoire des idées politiques, no 33, 2011, p. 83-102 (et notamment p. 98).

23 Robespierre et les jacobins ne sont d’ailleurs pas les seuls vis-à-vis desquels Sieyès prend ses distances dans la Notice. Sont aussi concernés Adrien Duport (p. 20), le club des enragés (p. 21) ou le duc d’Orléans (p. 22), autant de personnalités ou de groupes avec lesquels on pense qu’il fut pourtant en relation.

24 Françoise Brunel, Thermidor, la chute de Robespierre, Bruxelles, Complexe, 1989, p. 117.

25 C’est tout l’objet de ses deux interventions lors des débats constituants de l’an III, qui annoncent l’évolution ultérieure de sa pensée. Voir l’Opinion de Sieyès, sur plusieurs articles des titres IV et V du projet de constitution, prononcée à la Convention le 2 thermidor an III et l’Opinion de Sieyès, sur les attributions et l’organisation du jury constitutionnaire, prononcée à la Convention nationale le 18 thermidor an III. Ces textes sont consultables dans E. Sieyès, Œuvres, op. cit., vol. 3.

Auteur

Docteur en science politique, chercheur associé au CREDA (UMR 7227) et co-responsable du Groupe d’études sieyèsiennes (GES/NOSOPHI-Paris 1). Ses recherches portent sur la pensée politique en période révolutionnaire. Il a publié Sieyès, le révolutionnaire et le conservateur (Michalon, 2011), et « Le contractualisme révolutionnaire de Sieyès : formation de la nation et prédétermination du pouvoir constituant » (Revue française d’histoire des idées politiques, no 33, 2011).

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search