Version classiqueVersion mobile

Biographie & Politique

 | 
Olivier Ferret
, 
Anne-Marie Mercier-Faivre

III. Justifier

Usages politiques et sociaux de la biographie entre la convention et le directoire (1794-1799)

Jean-Luc Chappey

Texte intégral

  • 1 Voir Jean-Clément Martin, « La Révolution française : généalogie de l’ennemi », Raisons politiques (...)

1Si la Révolution française n’invente pas la biographie, elle confère aux différents types de discours et de récits qui se rattachent à ce genre (mémoires, Vies privées, récits de circonstances adressés aux administrations...) une portée nouvelle. Dès 1789, le recours aux ressources offertes par les récits (auto-) biographiques joue en effet un rôle crucial dans la construction du nouvel espace politique : à travers les portraits plus ou moins formalisés ou les notices des dictionnaires se dessinent les contours des courants politiques, se met en place un imaginaire et se construisent les partages entre amis et ennemis. Outil de légitimation du nouveau personnel politique ou de stigmatisation des adversaires, la publication des récits biographiques participe ainsi directement aux dynamiques des conflits et joue un rôle crucial dans les logiques d’inclusion et d’exclusion politiques1. S’interroger sur les usages politiques de la biographie pendant la Révolution, ce n’est donc pas constater les formes ou les degrés de politisation d’un genre littéraire ; il s’agit plutôt de questionner les effets des différents textes biographiques sur les dynamiques politiques à l’œuvre dans un contexte politique précis.

2En focalisant cette étude sur la période 1794-1799, il est possible de mettre au jour les relations particulièrement denses entre le processus d’écriture et de publication de textes biographiques et les respirations politiques entre la Convention thermidorienne et la mise en place du Consulat. Il convient, plus précisément, d’analyser le rôle joué par la biographie dans les processus de légitimation ou de dénonciation, voire de stigmatisation politique, qui rythment la mise en place et la crise du Directoire. En prenant en considération les différentes figures qui se succèdent entre 1794 et 1799 (« monstres », « martyrs », « savants »...), il s’agit de voir comment les partisans et les adversaires de la République s’affrontent sur le terrain biographique et, plus généralement, comment la biographie constitue un élément crucial pour revisiter les dynamiques politiques de cette séquence chronologique.

LES MONSTRES DE LA TERREUR

  • 2 Encore trop peu étudié dans cette perspective, le moment 1793-1794 se caractérise en effet par un (...)
  • 3 Voir Bronislaw Baczko, Comment sortir de la Terreur : Thermidor et la Révolution, Paris, Gallimard (...)
  • 4 Jean-Joseph-François Dussault, Portraits exécrables du traître Robespierre et ses complices tenue (...)
  • 5 Dans son dernier ouvrage, Robert Darnton évoque l’émergence et la continuité de ces libelles diffa (...)

3Alors que la période du gouvernement révolutionnaire constitue un moment essentiel d’essor des récits de (sur-) vie2, c’est en large partie encore par l’écriture biographique que se met en place l’entreprise politique de « sortie » de la Terreur. Les récits biographiques participent en effet à la construction de l’imaginaire de la Terreur qui doit permettre aux membres de la Convention de justifier la chute de Robespierre et, dans le cadre d’un coup d’État sans intervention populaire tel qu’il fut mené le 9 thermidor an II/27 juillet 1794, de consolider une position politique dont la légitimité n’est pas donnée d’avance. Parmi les diverses tentatives d’explication de la Terreur qui surgissent durant l’été 1794, certaines mettent en effet opportunément l’accent sur la responsabilité individuelle de quelques personnalités érigées, dans la perspective de ravaler l’œuvre du gouvernement révolutionnaire en entreprise sanguinaire, en véritables monstres3. La stigmatisation des ennemis par le biais de textes biographiques n’est pas originale puisqu’elle apparaît dès 1789 par le biais de la publication de portraits autour desquels se fixent progressivement les frontières entre les différents courants politiques. Certains publicistes, tel Jacques-Antoine Dulaure, se spécialisent même dans ce genre de production. Au lendemain du 9 thermidor an II, la dénonciation des « terroristes » se cristallise sur quelques personnalités présentées comme des monstres. L’ouvrage intitulé Portraits exécrables du traître Robespierre4, attribué au publiciste Jean-Joseph-François Dussault (1769-1824), trace les contours physiques, moraux et politiques d’une figure particulièrement abjecte. L’efficacité de l’opération est indéniable : repris par plusieurs journaux de l’époque, ce portrait résonne tout au long du xixe siècle5.

  • 6 Voir encore son Portrait de Robespierre, avec la réception de Fouquier-Tinville aux enfers par Dan (...)
  • 7 Voir par exemple [L. Duperron], Vie secrète et curieuse de M.J. Maximilien Robespierre, député à l (...)
  • 8 . Voir Antoine de Baecque, La Gloire et l’Effroi, Paris, Grasset, 1997.
  • 9 . Louis-Marin Henriquez, Vie criminelle et politique de J.-P. Marat se disant l’ami du peuple, ador (...)
  • 10 Voir J.-C. Martin, Violence et Révolution. Essai sur la naissance d’un mythe national, Paris, Édit (...)
  • 11 Voir l’introduction de L’Institution de la raison, François Azouvi (dir.), Paris, Vrin, 1992.

4Rapidement, les différents portraits de Robespierre par Dussault, qui se spécialise dans le genre6, inspirent d’autres productions qui se multiplient7. La violence des accusations les plus fantasmagoriques portées contre « l’infâme scélérat » est à la mesure de la volonté de conventionnels, qui ont participé directement à la mise en place des différentes mesures coercitives depuis 1793, de mettre à distance le passé immédiat, voire de « décréter l’oubli » en focalisant les attaques sur quelques boucs émissaires8. Au nom de la libération de la parole qui caractérise le contexte de l’après-Terreur, certains publicistes n’hésitent pas à s’engouffrer dans le marché des « révélations » et des horreurs pour susciter l’effroi. La Vie criminelle et politique de J.-P. Marat de Louis-Marie Henriquez met ainsi en scène un « anarchiste, scélérat soudoyé, cerveau brûlé, fou atrabilaire, anthropophage, tigre altéré de sang », autant de traits visant à déshumaniser les « buveurs de sang9 » et à construire des légendes qui se diffusent rapidement10. Par le biais de la publication de ces portraits et de ces Vies, le thème de la maladie et, plus précisément, de la folie individuelle s’impose comme l’un des facteurs explicatifs de la Terreur, présentée comme une période de dévoiement d’une raison qui devient objet de suspicion. La folie n’est plus alors considérée comme une absence de raison, mais comme le produit de ses dysfonctionnements possibles11.

  • 12 Dominique-Joseph Garat, Mémoires sur la Révolution ou Exposé de ma conduite dans les affaires et d (...)
  • 13 Discours prononcé par Lecointre-Puyraveau, président du Conseil des Cinq-Cents pour la célébration (...)
  • 14 Voir Corinne Gomez-Le Chevanton, « Le procès Carrier : enjeux politiques, pédagogie collective et (...)

5Comment penser le « dérapage » entre raison et passion, entre le philosophe et le tyran ? Face à ces questions, les descriptions et les analyses médicales offrent des ressources pour penser la Terreur présentée comme le produit de maladies. Dans ses Mémoires publiés en l’an III, le conventionnel Dominique-Joseph Garat met ainsi en évidence les stigmates de Robespierre : « Dans Robespierre [...] dominait ce tempérament atrabilaire qui tourmente ceux qui l’ont et d’où sont sorties, dans tous les siècles, les tempêtes qui ont bouleversé le monde moral12. » C’est en effet vers l’atrabile, fluide présumé être à l’origine de la mélancolie, que se tournent les vainqueurs de Thermidor et les publicistes pour expliquer la « folie » de Robespierre, « un homme atrabilaire, sans force de corps, que la nature avait semblé avoir condamné à souffrir, à qui elle avait refusé même la sensibilité qu’on trouve quelquefois dans les grands scélérats, qui cependant avait l’audace du crime, voulait régner par la Terreur13 ». Les différents procès contre les responsables désignés de la Terreur, tel celui de Carrier qui s’ouvre le 7 frimaire an III / 27 novembre 1794 au Tribunal révolutionnaire de Paris, sont encore l’occasion de voir se multiplier ces portraits au fil desquels se construit le type même du révolutionnaire aliéné et dangereux : dépravations sexuelles, animalité, traîtrise... Autant de traits caractéristiques de ces portraits qui s’imposent progressivement comme les attributs des terroristes et participent ainsi à la construction de l’imaginaire politique de la Terreur érigée en repoussoir par les nouvelles élites politiques14.

  • 15 La période 1794-1795 est marquée par la publication des mémoires des anciens députés girondins. Po (...)
  • 16 Voir J.-L. Chappey, « L’Histoire philosophique de la Révolution de France de Fantin Desodoards : d (...)

6Ainsi, aux côtés des mémoires des girondins, dont la publication joue également un rôle important dans la reconfiguration de l’espace politique15, le recours aux biographies semble constituer le support privilégié pour écrire l’histoire de la Terreur et pour en diffuser le plus efficacement possible l’interprétation officielle. Du fait des ressources qu’offre le genre, ces portraits sont complétés, enrichis, et donnent lieu à des variations tant littéraires (pièces de théâtre) qu’iconographiques qui en accroissent la portée. En pluviôse an III / janvier 1795, Antoine-Étienne-Nicolas Fantin Desodoards entame ainsi, dans les colonnes des Annales patriotiques, une série de contributions sur les jacobins dont le club est fermé depuis le 22 brumaire / 12 novembre 179416. Ce publiciste, proche des royalistes, puise dans le champ lexical des discours officiels (« monstres », « buveurs de sang », « barbares ») pour alimenter une rhétorique de l’horreur qui vise à exclure les jacobins et leurs leaders hors de l’espace politique, voire des frontières de l’humanité. L’utilisation de micro-récits et d’anecdotes, le recours au vocabulaire médical et aux métaphores organicistes lui permettent encore de dresser différents portraits, tel celui de Marat présenté en mars 1795 :

  • 17 Annales patriotiques et littéraires de la France, no LXXXVI, 26 ventôse an III/lundi 16 mars 1795, (...)

Je n’ai pas encore parlé de cet être féroce, vomi, comme une écume malfaisante, par le volcan de la Révolution, et que la démence ou la fureur seule pouvait faire sortir de l’obscurité à laquelle la nature l’avait condamné [...] ; on a vu Marat, au fond d’une cave, où la peur le tenait enfermé, mordre comme un chien enragé tout ce qui se présentait devant lui17.

  • 18 B. Baczko, Comment sortir de la Terreur, op. cit., p. 193.
  • 19 Michel Biard, « Après la tête, la queue ! La rhétorique anti-jacobine en fructidor an II-vendémiai (...)

7Pour l’auteur, il ne s’agit pas de prévenir toute possibilité de retour au pouvoir des jacobins, mais d’appeler à la « saine18 » vengeance. Alors que l’ensemble du personnel politique ou administratif de l’an II est menacé et que s’ouvre la chasse contre la « queue19 » de Robespierre, Fantin Desodoards s’attaque violemment aux députés de la Convention qui cherchent désormais à faire oublier le passé immédiat et à se construire une nouvelle virginité politique. Or à la stigmatisation des monstres répondent la promotion des martyrs de papier et la publication de martyrologes qui échappent progressivement au contrôle des autorités dont l’autorité est ainsi mise en cause.

MARTYRS ET TERREUR BLANCHE

  • 20 Liste générale et très exacte de tous ceux qui ont été condamnés à mort par le Tribunal révolution (...)
  • 21 Liste générale et alphabétique des noms, âges, qualités, emplois et demeures de tous les conspirat (...)

8À partir de l’automne 1794, prenant appui sur les mesures d’assouplissement des contraintes qui pesaient sur la surveillance des journaux et des imprimés, de nombreux auteurs, souvent anonymes, multiplient la publication de listes de noms des victimes des tribunaux révolutionnaires. Certes, ces listes ne sont pas nouvelles. Elles apparaissent dès 1792, à l’occasion des massacres de septembre en particulier, pour dénoncer les violences populaires et les désordres révolutionnaires. Dans le contexte politique ouvert par la chute de Robespierre et marqué par la fragilité du régime républicain, elles connaissent une nouvelle actualité. Souvent présentées comme des révélations d’écrits officiels, ces listes, comme la Liste générale et très exacte de tous ceux qui ont été condamnés à mort par le Tribunal révolutionnaire20, s’imposent progressivement comme les instruments de condamnation non seulement des violences de la Terreur, mais de la Révolution dans son ensemble. Souvent proches des milieux royalistes, les auteurs de ces listes semblent se livrer à une concurrence dans l’exactitude et la précision des renseignements rapportés qui a pour effet de frapper les consciences par l’accumulation et le caractère arbitraire des condamnations. Alors que les portes des prisons s’ouvrent progressivement, les noms des martyrs de la Terreur saturent alors l’espace politique. Cette pulsion à dresser le bilan exhaustif des victimes de la Terreur et à intervenir dans la condamnation des terroristes est encore l’objet d’un ouvrage publié à Londres, sorte de vaste annuaire de toutes les personnes mises en cause par le Tribunal révolutionnaire établi à Paris depuis le printemps 1794, un ouvrage qui sert aussi à la publication des actes du procès des quatre-vingt-quatorze Nantais envoyés devant le Tribunal révolutionnaire par Carrier (septembre 1794), puis de ceux du procès de Carrier lui-même qui sera condamné à mort et exécuté avec deux « terroristes » nantais le 16 décembre 1794. Les auteurs affirment avoir réuni les matériaux suffisants pour dresser un bilan exhaustif de l’ensemble des victimes de la Terreur, victimes présentées en large partie dans cette « liste générale et alphabétique dans laquelle, outre le nom de la personne, on a ajouté le lieu de sa naissance, sa profession, son âge, le jour de son exécution et les motifs d’accusation, ou un chiffre, qui renvoie à la seconde partie du livre où ces motifs sont plus détaillés21 ». La liste, composée par ordre alphabétique, donne quelques détails nécessaires à l’identification des victimes et la justification de leur condamnation :

  • 22 Ibid.

Aukane, J.L. : né à la Martinique ; âgé de 46 ans ; capitaine de cavalerie ; exécuté le 27 juillet.
Aboulin, J. Caussads, département du Lot ; 39 ; lieutenant de dragons ; 6 juin 1794 ; ébranler la fidélité des soldats.
Accult Charles-Fontenay, département de l’Yonne ; 23 ; marchand de vin ; 19 avril 1794 ; acheter de l’or et l’envoyer aux ennemis de la république22.

9Au total, près de cent quarante-sept pages qui égrènent les noms, les motifs d’accusation, mais aussi les noms des juges et de ceux qui sont jugés responsables des crimes. Une des originalités de cet ouvrage et des listes qui le composent est de placer toutes les victimes sur le même plan : qu’elles aient été exécutées ou non, qu’elles soient royalistes ou hébertistes, anonymes ou réputées, les victimes apparaissent comme les témoignages d’une condamnation sans appel d’une Révolution présentée tout entière comme mortifère.

10Les effets de ces publications ne sont pas minces, car la construction des martyrologes joue un rôle évident dans l’exacerbation des luttes politiques et du sentiment de vengeance contre les anciens partisans et administrateurs de l’an II. Plus précisément, la publication de ces listes participe directement au processus politique et social qui conduit, dans certaines villes du Sud-Est, aux massacres des républicains, violences réunies sous l’expression de « Terreur blanche ». Placardées sur les murs ou publiées dans les journaux, ces listes de noms, objets de la plus vive attention de la part des autorités, ne font que rendre plus manifeste le sentiment de continuité et d’impunité envers les membres des administrations terroristes. Alimenté par les membres de la Jeunesse dorée ou des Compagnons de Jehu, soutenu par des publicistes influents, ce mouvement échappe aux conventionnels et au contrôle des autorités qui, dans certains endroits, ne peuvent prévenir le développement d’une vague de violence qui répond à une volonté de revanche et de déjacobinisation. Commencées pendant l’hiver 1794, ces violences prennent toute leur ampleur dans les départements du Sud-Est, au printemps 1795, avec des massacres importants à Aix, Marseille ou Lyon, massacres dont sont victimes les responsables des exactions dénoncées par les martyrologes.

  • 23 Listes générales des dénonciateurs et terroristes, tant de la ville de Montbrison que des communes (...)
  • 24 Voir aussi B. Baczko, Politique de la Révolution française, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoi (...)
  • 25 Voir J.-C. Martin, Violence et Révolution, op. cit., p. 247-253.

11La Liste générale des dénonciateurs et des dénoncés23 ornée d’une vignette évoquant la mitraillade des Brotteaux, publiée entre fin décembre 1794 et début janvier 1795 à Lausanne, lieu de refuge de nombreux Lyonnais à la suite de l’insurrection fédéraliste, joue ainsi un rôle particulièrement important dans les massacres qui éclatent au printemps. Facile à compulser, le texte de quatre-vingt-dix pages est organisé sur deux colonnes : sur la première, la liste des noms des victimes, adresses et métiers ; en face, la liste de ceux qui les ont dénoncées (près de quatre-vingt-quinze noms de dénonciateurs), les terroristes (les « mathevons »), le tout classé par sections, avec les adresses des différents protagonistes, ces différentes informations provenant probablement d’indiscrétions rapportées lors du renouvellement des comités révolutionnaires à l’automne 179424. Les notices se chargent en effet de détails souvent fantasmagoriques servant à déshumaniser ces buveurs de sang, participant ainsi à la construction de légendes qui se diffusent rapidement25. Comme à Toulouse, les auteurs de ces listes en appellent à la justice populaire et en justifient l’usage contre les buveurs de sang dont les noms sont encore publiés :

  • 26 Liste jacobinière des principaux terroristes buveurs de sang, faux dénonciateurs de Toulouse, s.l. (...)

Ceux qui se cachent dans la ville ou qui se réfugient dans les campagnes, se sentent intérieurement coupables de terrorisme. Que faut-il de plus pour les arrêter ? Leur fuite, et qui plus est leur arrestation par le public, n’équivaut-elle pas à des dénonciations ? Guerre aux buveurs de sang, miséricorde et paix aux égarés en résipiscence26.

  • 27 Aimé Guillon de Montléon, Mémoires pour servir à l’histoire de la ville de Lyon pendant la Révolut (...)
  • 28 Liste exacte et fidèle des terroristes de Moissac, district de Lauzerte, département du Lot, s.l., (...)

12Ces publications montrent surtout que, dans la plupart des cas, les massacres n’ont rien de spontané. Comme le soulignera plus tard l’abbé Aimé Guillon de Montléon (1758-1842), un Lyonnais particulièrement actif dans la dénonciation de la Révolution française, cette publication « réveilla le souvenir de beaucoup de révolutionnaires obscurs que l’on commençait à oublier, et fit connaître pour dénonciateurs des hommes qu’on n’avait pas cru capables de l’être27 ». Aux côtés des nombreuses rumeurs alimentées par les rivalités de voisinage dans un contexte de tensions sociales, ces listes de noms ont ainsi eu pour effet de mettre au ban et de criminaliser une partie des petits ou grands agents de la Terreur ainsi que leurs familles. Sur ce modèle, d’autres listes sont publiées28 dans différentes villes (Moissac, Montbrison, Bourges...). Reprises par les principaux journaux, elles deviennent les instruments de règlements de comptes dans les luttes politiques locales.

13Alors que les députés de la Convention cherchent à garder la main sur le processus de sortie de la Terreur, ces listes ne font qu’alimenter une impatience du peuple face à ce qui est ressenti comme une certaine inertie des autorités. Elles engendrent ainsi des forces centrifuges, échappant à tout contrôle, qui mettent en cause la souveraineté de l’Assemblée. Le recours au biographique pour sortir de la Terreur paraît désormais se retourner contre les autorités républicaines : la multiplication des listes de martyrs semble mettre en cause la Révolution tout entière, une accusation à laquelle ne peut seulement répondre la dénonciation des monstres. Sous des formes différentes, cette invasion du biographique contribue à alimenter une crise politique qui met en cause les fondements d’une Révolution présentée, par des adversaires de plus en plus bruyants en 1795, comme une entreprise de désordre et de destruction, marquée par la mort ou la folie. Dès l’automne 1794, les membres de la Convention nationale tentent de reprendre en main l’initiative politique en insistant sur la nécessaire remise en ordre politique et sociale. Présenter la Terreur comme le produit de l’action de quelques personnalités malades ne peut suffire face à l’émergence de contestations de plus en plus nombreuses et radicales.

14La condamnation de la Terreur, dont elles étaient à l’initiative, paraît en effet échapper au contrôle des autorités qui, à leur tour, sont mises en cause pour leur passivité passée et présente, voire pour leur complicité. Entre l’hiver 1794 et le printemps 1795, la « réaction » est menée : dépanthéonisation de Marat (février), réhabilitation des girondins proscrits (mars), stigmatisation des responsables de la Terreur (Vadier, Collot d’Herbois, Billaud-Varenne, Barère), grands procès de Carrier et de Fouquier. Rapidement, la chasse aux jacobins, puis à tous les membres du personnel politique de l’an II, qualifiés de terroristes, s’étend à tout le territoire. Face à la menace que fait peser une entreprise de déjacobinisation qui pourrait se retourner contre la Révolution dans son ensemble, il s’agit donc pour les thermidoriens de reprendre la main sur le processus politique et de réaffirmer une autorité politique de plus en plus mise en cause. L’interprétation philosophique, voire anthropologique, de la Terreur présentée comme une période de dégradation de la civilisation va permettre aux élites de réaffirmer leur pouvoir sur le peuple et de poser les principes d’un nouvel idéal républicain. Afin de stabiliser la République et de « sauver » la Révolution, les autorités vont, par ce biais, chercher à réaffirmer l’autorité de la Convention nationale sur l’espace politique et social : un des aspects essentiels de cette stratégie est de présenter la Convention comme la seule instance susceptible de rétablir l’ordre pour rendre de nouveau possibles les progrès de la civilisation. Cette remise en ordre passe en partie par une reprise en main générale de tous les mouvements politiques ou culturels qui, dénoncés dès lors comme « anarchistes », viseraient à mettre en cause le pouvoir de la Convention. Après avoir largement contribué à la diabolisation des leaders montagnards et face à l’émergence des martyrs, les députés de la Convention cherchent à promouvoir de nouvelles figures de héros républicains susceptibles de servir de socle à l’entreprise générale de pédagogie et de réconciliation voulue par les républicains.

SAVANTS, BRIGANDS ET MILITAIRES

  • 29 Voir l’ouvrage collectif Existe-t-il un fédéralisme jacobin ?, Paris, Éditions du CTHS, 1986.
  • 30 Voir Joseph Clarke, Commemorating the Dead in Revolutionary France : Revolution and Remembrance, 1 (...)

15Depuis 1792, la dynamique de politisation populaire favorise la promotion de nouveaux cultes. Mouvement particulièrement hétérogène, la déchristianisation de l’an II joue un rôle majeur dans la promotion d’une politique du peuple incarnée, en particulier, par le fédéralisme jacobin29. Le sacrifice massif de nombreux soldats citoyens, dans ou hors des frontières de la République, provoque de nouvelles attentes auxquelles répondent les nombreux cultes rendus par les sociétés populaires aux héros locaux. Ce mouvement s’appuie sur l’essor de nombreuses publications qui, sous des formes diverses, célèbrent le sacrifice de ces derniers30. Dès 1793, les députés de la Convention cherchent à canaliser ce mouvement en promouvant des héros nationaux (Bara et Viala) et en mettant en place, sous la direction des membres du Comité d’instruction publique, une vaste entreprise de formalisation et de diffusion des récits héroïques qui donne lieu à la publication du Recueil des actions héroïques et critiques des républicains français, qui devait être lu en public chaque décadi. Sous la forme de petits récits, il s’agit de donner à voir les actes « héroïques » d’individus identifiés ou anonymes. Si les militaires sont encore les plus nombreux, l’essentiel est dans la construction de « types » sociaux, de figures auxquelles tous les membres de la société peuvent s’identifier :

  • 31 Léonard Bourdon & Antoine-Clair Thibaudeau, Recueil des actions héroïques et des critiques des rép (...)

Jacques Montigny, âgé de 22 ans, travaille dans une raffinerie de sucre à Orléans, il voit l’un de ses camarades tomber d’une échelle dans une chaudière bouillante ; aux cris affreux de cet infortuné, il s’oublie lui-même, il plonge sans hésiter ses deux bras dans la chaudière, pour en retirer la victime expirante : il ne gémit que de l’inutilité de ses efforts31.

  • 32 Voir Jean-Claude Bonnet, Naissance du Panthéon : essai sur le culte des grands hommes, Paris, Faya (...)

16C’est plutôt la proximité que le caractère exceptionnel du héros qui est ici recherchée. Pour les autorités, il s’agit, en reprenant le contrôle de la figure du héros, d’affaiblir un mouvement populaire dont la pression justifie la décision prise en septembre 1794 de faire entrer le monstre Marat au Panthéon. Deux mois plus tard, son expulsion, suivie du projet en faveur de la panthéonisation de Descartes (novembre 1794), devait symboliser une rupture politique radicale présentée comme la victoire de la raison sur les passions32.

  • 33 Voir Antoine-François de Fourcroy & François-Valentin Mulot, Notice sur la vie et les travaux de L (...)

17Cette entreprise de dépolitisation du peuple et de promotion de nouveaux modèles de citoyenneté s’appuie encore sur la valorisation de figures choisies de martyrs appelées en quelque sorte à réunir toutes les victimes de la Terreur : dès novembre 1794, les savants Lavoisier et Condorcet sont ainsi érigés par les députés, par le biais de l’iconographie et de la publication de nombreux récits biographiques rappelant les conditions de leur mort, en victimes quasi officielles de la barbarie33. Relayés par les journaux, sociétés et institutions savantes dont les autorités favorisent alors la renaissance, ces portraits des martyrs de la Terreur participent au mouvement de promotion de la figure du savant et de la raison incarnés dans la création de l’Institut national des sciences, arts et lettres. La valorisation de ces figures de héros nationaux sert à justifier les nouveaux fondements de la citoyenneté républicaine affirmés dans la Constitution de l’an III adoptée en septembre 1795. Plus encore, en célébrant les savants comme victimes de la Terreur, la Convention nationale est ainsi présentée comme la seule instance légitime pour tracer un partage entre les bonnes et les mauvaises réputations, entre les bonnes et les mauvaises victimes. La publication des biographies des savants devient donc un moyen d’instaurer le nouvel ordre républicain, le savant s’affirmant comme la figure exemplaire, balise du nouveau régime et modèle susceptible de participer au gouvernement des mœurs. Plusieurs entreprises éditoriales renforcent ce mouvement d’ensemble qui vise à construire un Panthéon de papier susceptible de rassembler la communauté nationale. Imprimeurs et libraires participent ainsi à l’entreprise de remise en ordre engagée par les autorités politiques dont la légitimité reste fragile.

  • 34 François Bonneville & P. Quenard, Portraits des personnages célèbres de la Révolution avec tableau (...)
  • 35 Louis-Marie Prudhomme, Histoire générale des crimes commis pendant la Révolution française, sous l (...)
  • 36 Voir Annie Duprat, « Louis-Marie Prudhomme et l’Histoire générale et impartiale des erreurs, des f (...)

18En 1796, François Bonneville, ancien animateur du Cercle social, et un certain P. Quenard publient le premier volume des Portraits des personnages célèbres de la Révolution34. La volonté de clore l’épisode de la Terreur se traduit par ce travail d’historisation qui consiste à replacer les grandes personnalités issues de la Révolution dans une histoire plus longue et d’en faire ainsi disparaître le caractère exceptionnel, voire incongru. À travers cette entreprise, il s’agit ainsi de « canoniser » quelques figures politiques et de diffuser, par le biais des notices biographiques, un discours quasi officiel sur l’histoire immédiate de la Révolution. Il s’agit de tirer les leçons du passé et d’écrire l’histoire en présentant aux lecteurs un partage entre les bonnes et les mauvaises réputations des acteurs de la Révolution, moyen de participer à l’œuvre de régénération et de réconciliation voulue par le Directoire. Dans la même perspective, l’imprimeur-libraire Louis-Marie Prudhomme (1752-1830) publie en 1796 et 1797 son Histoire générale des crimes commis pendant la Révolution française35 : les volumes 1 et 2 de cet ouvrage doivent constituer un Dictionnaire des individus envoyés à la mort judiciairement, révolutionnairement et contre-révolutionnairement, sous le règne de la Convention nationale ; avec des gravures et des tableaux, dictionnaire qui se présente comme une synthèse, assez confuse, des différentes listes publiées depuis la chute de Robespierre, comprenant 12 829 notices36. Revendiquant une volonté d’exactitude et d’exhaustivité, il s’agit encore de dresser un bilan des diverses victimes de la Terreur, mais aussi d’imposer une interprétation générale de l’histoire immédiate de la Révolution susceptible de réconcilier tous les citoyens autour de la République directoriale. En dépit de ces prises de position en faveur du régime républicain, les autorités décident néanmoins, au lendemain du coup d’État républicain du 18 fructidor an V / 4 septembre 1797, d’interdire un ouvrage accusé d’alimenter les mécontentements contre la Révolution en attirant l’attention sur les violences. Ces différentes entreprises témoignent du fait que, sous des formes diverses (« galeries », dictionnaires...), les récits biographiques sont mobilisés dans l’entreprise de mise en ordre politique et social menée par les partisans de la République à partir de 1795. Il s’agit alors de « terminer la Révolution » par la biographie. Si le recours à la biographie sert de support à l’écriture de l’histoire, il joue également un rôle essentiel dans la promotion ou la dénonciation des hommes « vivants » et des personnalités en place, donc dans la construction de l’ordre politique et social et de l’imaginaire symbolique de la République.

  • 37 Johann Samuel Ersch, La France littéraire contenant les auteurs français de 1771 à 1796, 4 vol., H (...)

19La construction de la légitimité politique du régime républicain et des conquêtes territoriales du Directoire s’appuie sur la captation de l’héritage des Lumières, l’idée de progrès des civilisations. À partir de l’an III, le projet républicain dépend de la construction d’une science générale de l’homme, l’idéologie, science dont les principes doivent fonder, encadrer et légitimer l’œuvre de régénération et de républicanisation du régime qui se donne désormais comme objet de transformer l’homme, améliorer l’espèce humaine et perfectionner l’organisation sociale et individuelle. Dans ce système général d’interprétation, la valorisation politique et sociale de la figure du savant, incarnée dans la création de l’Institut national, est absolument centrale. Elle sert en particulier à légitimer la distinction entre, d’un côté, un peuple « enfant » et, de l’autre, les « meilleurs », c’est-à-dire les membres de l’élite politique, sociale et culturelle qui doivent lui servir de guides. Le soutien accordé par le régime à la renaissance des institutions savantes est justifié par cette mission assignée aux savants que les biographies, publiées en particulier dans les différents journaux, érigent en véritables héros. Si les journaux comme la Décade ou le Magasin ont pour fonction de favoriser les communications entre les savants, ils sont également des lieux de construction et de représentation de cette République des savants dont les contours dépassent largement les frontières de la seule République française. C’est d’ailleurs à Hambourg que Johann Samuel Ersch publie, en 1797, sa France littéraire, ouvrage dédié à l’Institut national37. Dans un contexte d’expansion de la Grande Nation, cet ouvrage participe à la glorification du génie français et à la construction de Paris comme capitale de la civilisation européenne. Son ouvrage apparaît comme un véritable Panthéon à partir duquel doit rayonner l’influence intellectuelle et politique française, sorte de ramification de l’Institut national. Cette promotion de la figure du savant a son envers : la construction de la figure du « brigand ».

  • 38 Voir Pierre Serna, La République des girouettes, 1789-1815 et au-delà. Une anomalie politique : la (...)
  • 39 Voir Sébastien Pivoteau, Le Complot de Pichegru et le coup d’État du 18 fructidor an V / 4 septemb (...)
  • 40 [L. Calinau de Metz], Dictionnaire des Jacobins vivans dans lequel on verra les hauts faits de ces (...)
  • 41 Voir Bernard Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme ?, Paris, Éditions du CTHS, 2001, p. 160 sq.
  • 42 Voir Aux Curieux. Vie privée des cinq membres du directoire exécutif séant au palais du Luxembourg (...)

20Entre 1795 et 1799, la notion de brigand sert à stigmatiser l’ensemble des adversaires les plus hétérogènes qui, sur le terrain politique et social, mettent en cause la République. Alors que le savant est présenté comme le guide de la République, le brigand porte tous les stigmates justifiant les mesures de répression les plus sévères. Ce couple antinomique savant / brigand apparaît plus particulièrement lors des différents coups d’État justifiés par les autorités au nom de la lutte contre des complots menés, selon le contexte, par des royalistes ou des jacobins, tous amalgamés sous la notion de brigand qui joue ainsi un rôle essentiel dans la construction de cet « extrême centre38 » étudié par Pierre Serna. Au lendemain du coup d’État du 18 fructidor an V, des pièces justificatives, le plus souvent falsifiées, sont publiées dans les journaux par les autorités. En outre, celles-ci diffusent des brochures qui construisent le récit officiel du coup d’État. Ces textes justifient la nécessité de casser le résultat des élections défavorable au régime et l’adoption de mesures répressives contre un groupe caractérisé par sa forte hétérogénéité. Sa cohérence politique est finalement construite par et dans les textes répressifs qui servent ainsi à rendre publics, par le biais de biographies des traîtres et autres brigands, les contours du groupe des clichyens et des royalistes39. C’est donc en partie à travers la publication des biographies des auteurs des complots que sont « inventés » les complots. Dans la dynamique des conflits politiques à l’œuvre sous le Directoire, les listes de noms, souvent sous la forme de petits dictionnaires biographiques, jouent encore un rôle essentiel. La publication, en août-septembre 1799, du Dictionnaire des Jacobins vivans40 s’inscrit dans cette dynamique où se juxtaposent les logiques politiques et intellectuelles. Sans être particulièrement original, puisqu’il reprend en grande partie des notices publiées auparavant dans d’autres ouvrages, ce dictionnaire a pour effet de construire un groupe élargi de jacobins (deux cent sept noms dont trente-quatre députés), en réunissant des courants politiques et littéraires (Manège, Portique...) parfois divergents41. Comme le remarque Bernard Gainot, cet ouvrage a pour effet de créer une identité de papier à ce groupe des jacobins en fixant des stéréotypes : l’enrichissement personnel rapide, l’usurpation de places... Ces listes qui servent à publier et à fixer les réputations peuvent être utilisées comme de véritables instruments de proscription et des supports d’accusation auprès d’un personnel politique et judiciaire, qui y puise des éléments pour justifier la répression. Dans ce contexte, le genre des Vies privées est encore utilisé pour promouvoir les nouvelles autorités, signe d’une véritable invasion du politique par la biographie42.

  • 43 Sur la construction de la légende bonapartiste durant la campagne d’Italie, voir par exemple, M. V (...)

21Sous couvert de rendre visibles des complots orchestrés par des ennemis de la République, les Vies privées contribuent à radicaliser les oppositions et à rendre impossible toute pacification politique, justifiant d’autant plus le recours à des mesures exceptionnelles telles que le coup d’État du 18 brumaire an VIII / 9 novembre 1799, qui installe Bonaparte au pouvoir. Face à la figure du savant, émerge enfin une autre figure qui s’affirme progressivement comme majeure dans les logiques politiques du Directoire, la figure du militaire. Au fil des différentes campagnes menées sur les terrains européens, les généraux orchestrent eux-mêmes leur propre promotion, construisant de véritables récits héroïques largement diffusés par les journaux à Paris comme dans les différents départements43. À partir de 1798, la promotion de la figure du militaire prend progressivement le pas sur celle du savant, en particulier du fait des nombreuses critiques portées contre les fondements institutionnels et sociaux de l’espace intellectuel mis en place en l’an III. Il convient de noter que la position politique de Bonaparte s’élabore à la croisée de ces deux modèles construits sous la République directoriale, le général et le savant, le premier prenant progressivement le pas sur le second.

*

  • 44 Daniel Nordman (dir.), L’École normale de l’an III : leçons d’histoire, de géographie, d’économie (...)
  • 45 François-Xavier Pagès, Histoire secrète de la Révolution française, 2 vol., Paris, Jansen, an V [1 (...)
  • 46 Voir William H. Reddy, The Invisible Code : Honor and Sentiment in Postrevolutionary France, 1814- (...)

22En dépit des jugements parfois défavorables portés contre ses usages en histoire (en particulier par Volney, dans ses Leçons à l’École normale de l’an III44, ou par l’auteur de plusieurs histoires de la Révolution, François-Xavier Pagès45), la biographie, sous des formes les plus diverses, joue un rôle essentiel en politique dans la période 1794-1799. Engagée sous le Consulat avec la création de la Légion d’honneur, la progressive mise en place d’un « gouvernement des honneurs » et la formalisation de nouvelles hiérarchies (sur le modèle militaire) constituent autant d’éléments qui renforcent le rôle de l’État et des administrations comme instances de contrôle du régime biographique46. À travers la formalisation de nouveaux modèles de carrières professionnelles ou de types sociaux construits et diffusés par le biais des biographies des nouvelles « masses de granit », ces notables du régime impérial, se dessine une transformation majeure du régime politique qui rompt progressivement avec les idéaux révolutionnaires et républicains. Alors que les collections naturalistes s’imposent comme les fondements des sciences officielles, il semble que les administrations deviennent les dépôts de vastes collections biographiques qui se matérialisent à travers la constitution, dans les archives, de dossiers individuels, matériaux d’une nouvelle « biocratie » qui ne cessera de se renforcer. On pourrait ainsi émettre l’hypothèse que le mouvement d’affirmation du moi (romantique ?) ou le succès rencontré par le genre des mémoires constituent des formes différentes de réaction, sinon de résistance, au processus de saisie du biographique par l’État et les services administratifs... Une perspective riche en pistes neuves pour approfondir encore l’analyse des relations entre l’écriture biographique et les respirations politiques.

Bibliographie

Bibliographie

Corpus d’étude

Annales patriotiques et littéraires de la France.

Aux Curieux. Vie privée des cinq membres du directoire exécutif séant au palais du Luxembourg, à Paris, ou Les puissants tels qu’ils sont, Paris, Impr. nationale, an V [1796].

Liste des terroristes de la commune de Bourges, département du Cher, s.l.n.d.

Liste exacte et fidèle des terroristes de Moissac, district de Lauzerte, département du Lot, s.l., s.n., 1794.

Liste générale et alphabétique des noms, âges, qualités, emplois et demeures de tous les conspirateurs qui ont été condamnés à mort par le Tribunal révolutionnaire... : ensemble, l’acte d’accusation contre Carrier, député à la Convention, et contre les membres du comité révolutionnaire de Nantes ; la défense du dit Carrier, l’audition des témoins et la sentence de mort contre ce représentant et ses complices, Londres, J. Johnson, 1795.

Liste générale et très exacte de tous ceux qui ont été condamnés à mort par le Tribunal révolutionnaire établi à Paris depuis le commencement de la Révolution jusqu’à la suppression du tribunal, contenant leurs noms, prénoms, âges, qualités et demeures, lieux de leurs naissances et leurs départements, 5 vol., Paris, Channaud, an III [1794].

Listes générales des dénonciateurs et terroristes, tant de la ville de Montbrison que des communes du district, Lausanne, s.n., s.d.

Liste jacobinière des principaux terroristes buveurs de sang, faux dénonciateurs de Toulouse, s.l.n.d.

Bonneville François & Quenard P., Portraits des personnages célèbres de la Révolution avec tableau historique et notices, 4 vol., Paris, Impr. du Cercle social, 1796-1802.

Bourdon Léonard & Thibaudeau Antoine-Clair, Recueil des actions héroïques et des critiques des républicains français, 4 numéros en 1 vol., Paris, Impr. nationale, an II [1793-1794].

[Calinau de Metz L.], Dictionnaire des Jacobins vivans dans lequel on verra les hauts faits de ces messieurs, dédié aux frères et amis par Quelqu’un, citoyen français, Hambourg, Impr. de Chartres, rue de l’Égalité, aux armes d’Orléans, 1799.

Diannyère Antoine, Notice sur la vie et les ouvrages de Condorcet, Paris, Duplain, an IV [1795].

[Duperron L.], Vie secrète et curieuse de M.J. Maximilien Robespierre, député à l’Assemblée constituante en 1789, et à la Convention nationale jusqu’au 9 thermidor l’an deuxième de la République, veille de son exécution et celle de ses complices. Suivie de plusieurs anecdotes sur cette conspiration sans pareille, Paris, Prévost, an II [1794].

Dussault Jean-Joseph-François, Portrait de Robespierre, avec la réception de Fouquier-Tinville aux enfers par Danton et Camille Desmoulins, Paris, Lefortier, s.d.
—, Portraits exécrables du traître Robespierre et ses complices tenue [sic] par la Furie, avec leurs crimes et forfaits que l’on découvre tous les jours, suivie de la vie privée du scélérat Henriot, Paris, Lefèvre, s.d.
—, Véritable portrait de Catilina Robespierre, tiré d’après nature, Paris, Hannaud, s.d.

Ersch Johann Samuel, La France littéraire contenant les auteurs français de 1771 à 1796, 4 vol., Hambourg, B.G. Hoffman, 1797.

Fourcroy Antoine-François de & Mulot François-Valentin, Notice sur la vie et les travaux de Lavoisier, précédée d’un discours sur les funérailles et suivies d’une ode sur l’immortalité de l’âme, Paris, Impr. de la Feuille du cultivateur, an IV [1795].

Garat Dominique-Joseph, Mémoires sur la Révolution ou Exposé de ma conduite dans les affaires et dans les fonctions publiques, Paris, s.n., an III [1794].

Henriquez Louis-Marin, Vie criminelle et politique de J.-P. Marat se disant l’ami du peuple, adoré, porté en triomphe comme tel, et, après sa mort, projeté saint par la jacobinaille, ou l’homme aux 200 000 têtes, le vampire le plus remarquable de la République française ; suivie d’un recueil exact de ce qui s’est passé à son sujet sur plusieurs places publiques, Metz / Paris, chez les Marchands de Nouveautés / Prévost, s.d. [1795].

[Leblanc J.], Vies secrètes et politiques de Couthon, Saint-Just, Robespierre jeune, complices du tyran Robespierre et assassins de la république, Paris, Prévost, an II [1794].

Montléon Aimé Guillon de, Mémoires pour servir à l’histoire de la ville de Lyon pendant la Révolution, 3 vol., Paris, Gauthier, 1824.

Pagès François-Xavier, Histoire secrète de la Révolution française, 2 vol., Paris, Jansen, an V [1797].

Prudhomme Louis-Marie, Histoire générale des crimes commis pendant la Révolution française, sous les quatre législatures, et particulièrement sous le règne de la Convention nationale, 6 vol., Paris, rue des Marais, 1796-1797.

Ouvrages et articles critiques

Existe-t-il un fédéralisme jacobin ?, Paris, Éditions du CTHS, 1986.

Andries Lise, « Récits de survie : les mémoires d’autodéfense pendant l’an II et l’an III », dans La Carmagnole des muses : l’homme de lettres et l’artiste pendant la Révolution, Jean-Claude Bonnet (dir.), Paris, Armand Colin, 1988, p. 261-274.

Azouvi François (dir.), L’Institution de la raison, Paris, Vrin, 1992.

Baczko Bronislaw, Comment sortir de la Terreur : Thermidor et la Révolution, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 1989.
—, Politique de la Révolution française, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 2008.

Baecque Antoine de, La Gloire et l’Effroi, Paris, Grasset, 1997.

Baron Marie-Claude, Gomez-Le Chevanton Corinne & Brunel Françoise (éd.), Archives parlementaires de 1787 à 1860 : recueil complet des débats législatifs et politiques des Chambres françaises, première série, vol. 101, du 9 au 30 brumaire an III [9 au 20 novembre 1794], Paris, CNRS éditions, 2005.

Biard Michel, « Après la tête, la queue ! La rhétorique anti-jacobine en fructidor an II-vendémiaire an III », dans Le Tournant de l’an III : réaction et Terreur blanche dans la France révolutionnaire, Michel Vovelle (dir.), Paris, Éditions du CTHS, 1995, p. 201-214.

Brunel Françoise, Thermidor : la chute de Robespierre, Bruxelles, Complexe, 1989.

Chappey Jean-Luc, « “Du malheur d’être né de race noble...” : les pétitions des nobles face au décret du 27 germinal an II », dans Les Noblesses françaises dans l’Europe de la Révolution, Philippe Bourdin (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 53-68.
—, « L’Histoire philosophique de la Révolution de France de Fantin Desodoards : dynamiques croisées entre statut d’historien et identité politique », dans La Révolution 1789-1871 : écriture d’une histoire immédiate, Philippe Bourdin (dir), Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2009, p. 129-156.

Clarke Joseph, Commemorating the Dead in Revolutionary France : Revolution and Remembrance, 1789-1799, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

Duprat Annie, « Louis-Marie Prudhomme et l’Histoire générale et impartiale des erreurs, des fautes et des crimes commis pendant la Révolution française (1797) : les réflexions d’un républicain sur la Terreur », dans La Révolution 1789-1871 : écriture d’une histoire immédiate, Philippe Bourdin (dir.), Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2009, p. 111-128.

Gainot Bernard, 1799, un nouveau jacobinisme ?, Paris, Éditions du CTHS, 2001.

Gomez-le Chevanton Corinne, « Le procès Carrier : enjeux politiques, pédagogie collective et construction mémorielle », Annales historiques de la Révolution française, no 343, janvier-mars 2006, en ligne : http://ahrf.revues.org/9842 (mai 2014).

Luzzatto Sergio, L’Automne de la Révolution : luttes et cultures politiques dans la France thermidorienne, Paris, H. Champion, 2001.

Martin Jean-Clément, « La Révolution française : généalogie de l’ennemi », Raisons politiques, no 5, 2002, p. 69-79.
—, Violence et Révolution : essai sur la naissance d’un mythe national, Paris, Éditions du Seuil, 2006.

Nordman Daniel (dir.), L’École normale de l’an III : leçons d’histoire, de géographie, d’économie politique, Paris, Dunod, 1994.

Pivoteau Sébastien, Le Complot de Pichegru et le coup d’État du 18 fructidor an V / 4 septembre 1797 : l’instrumentalisation politique des « preuves » d’une conspiration sous le Directoire, mémoire de maîtrise, Institut d’histoire de la Révolution française, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, 2005.

Reddy William H., « Mériter votre bienveillance : les employés du ministère de l’Intérieur de 1814 à 1848 », Le Mouvement social, no 170, janvier-mars 1995, p. 7-37.
—, The Invisible Code : Honor and Sentiment in Postrevolutionary France, 1814-1848, Berkeley, University of California Press, 1997.

Serna Pierre, La République des girouettes, 1789-1815 et au-delà. Une anomalie politique : la France de l’extrême centre, Seyssel, Champ Vallon, 2005.

Vovelle Michel (dir.), Le Tournant de l’an III : réaction et Terreur blanche dans la France révolutionnaire, Paris, Éditions du CTHS, 1995.
—, Les Républiques sœurs sous le regard de la Grande Nation, 1795-1803, Paris, L’Harmattan, 2000.

Notes

1 Voir Jean-Clément Martin, « La Révolution française : généalogie de l’ennemi », Raisons politiques, no 5, 2002, p. 69-79.

2 Encore trop peu étudié dans cette perspective, le moment 1793-1794 se caractérise en effet par un essor important des récits (auto-) biographiques, en particulier par le biais des nombreux « récits de survie » envoyés aux administrations. Sur cet aspect, voir Lise Andries, « Récits de survie : les mémoires d’autodéfense pendant l’an II et l’an III », dans La Carmagnole des muses : l’homme de lettres et l’artiste pendant la Révolution, Jean-Claude Bonnet (dir.), Paris, Armand Colin, 1988, p. 261-274 ; Jean-Luc Chappey, « “Du malheur d’être né de race noble...” : les pétitions des nobles face au décret du 27 germinal an II », dans Les Noblesses françaises dans l’Europe de la Révolution, Philippe Bourdin (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 53-68.

3 Voir Bronislaw Baczko, Comment sortir de la Terreur : Thermidor et la Révolution, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 1989 ; Françoise Brunel, Thermidor : la chute de Robespierre, Bruxelles, Complexe, 1989. Sur le contexte thermidorien, voir encore les différentes publications de Michel Biard, Marc Deleplace et Raymonde Monnier réunies dans Le Tournant de l’an III : réaction et Terreur blanche dans la France révolutionnaire, Michel Vovelle (dir.), Paris, Éditions du CTHS, 1995.

4 Jean-Joseph-François Dussault, Portraits exécrables du traître Robespierre et ses complices tenue [sic] par la Furie, avec leurs crimes et forfaits que l’on découvre tous les jours, suivie de la vie privée du scélérat Henriot, Paris, Lefèvre, s. d. Sur cet ouvrage, voir Olivier Ferret, Anne-Marie Mercier-Faivre & Chantal Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées (1722-1842), Robert Darnton (préf.), SVEC 2011 :02, Oxford, Voltaire Foundation, 2011, p. 396 et 399.

5 Dans son dernier ouvrage, Robert Darnton évoque l’émergence et la continuité de ces libelles diffamatoires entre l’Ancien Régime et la période révolutionnaire : voir Le Diable dans un bénitier : l’art de la calomnie en France, 1650-1800, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 2010.

6 Voir encore son Portrait de Robespierre, avec la réception de Fouquier-Tinville aux enfers par Danton et Camille Desmoulins, Paris, Lefortier, s.d. ; et le Véritable portrait de Catilina Robespierre, tiré d’après nature, Paris, Hannaud, s.d.

7 Voir par exemple [L. Duperron], Vie secrète et curieuse de M.J. Maximilien Robespierre, député à l’Assemblée constituante en 1789, et à la Convention nationale jusqu’au 9 thermidor l’an deuxième de la République, veille de son exécution et celle de ses complices. Suivie de plusieurs anecdotes sur cette conspiration sans pareille, Paris, Prévost, an II [1794] ; [J. Leblanc], Vies secrètes et politiques de Couthon, Saint-Just, Robespierre jeune, complices du tyran Robespierre et assassins de la république, Paris, Prévost, an II [1794]. Pour une présentation de ces textes, voir O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., notices no 131-132, p. 395-400.

8 . Voir Antoine de Baecque, La Gloire et l’Effroi, Paris, Grasset, 1997.

9 . Louis-Marin Henriquez, Vie criminelle et politique de J.-P. Marat se disant l’ami du peuple, adoré, porté en triomphe comme tel, et, après sa mort, projeté saint par la jacobinaille, ou l’homme aux 200 000 têtes, le vampire le plus remarquable de la République française ; suivie d’un recueil exact de ce qui s’est passé à son sujet sur plusieurs places publiques, Metz / Paris, chez les Marchands de Nouveautés/Prévost, s.d. [1795]. Voir O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., notice no 99, p. 326-327.

10 Voir J.-C. Martin, Violence et Révolution. Essai sur la naissance d’un mythe national, Paris, Éditions du Seuil, 2006, p. 247-253.

11 Voir l’introduction de L’Institution de la raison, François Azouvi (dir.), Paris, Vrin, 1992.

12 Dominique-Joseph Garat, Mémoires sur la Révolution ou Exposé de ma conduite dans les affaires et dans les fonctions publiques, Paris, s.n., an III [1794], p. 24.

13 Discours prononcé par Lecointre-Puyraveau, président du Conseil des Cinq-Cents pour la célébration des événements du 9 thermidor, 13 vendémiaire et 18 fructidor, Conseil des Cinq-Cents, séance du 9 thermidor an VI / 27 juillet 1798.

14 Voir Corinne Gomez-Le Chevanton, « Le procès Carrier : enjeux politiques, pédagogie collective et construction mémorielle », Annales historiques de la Révolution française, no 343, janvier-mars 2006, disponible en ligne : http://ahrf.revues.org/9842 (mai 2014). On pourra se reporter, sur cette séquence politique, à l’édition par Marie-Claude Baron, Corinne Gomez-Le Chevanton et Françoise Brunel des Archives parlementaires de 1787 à 1860 : recueil complet des débats législatifs et politiques des Chambres françaises, première série, vol. 101, du 9 au 30 brumaire an III [9 au 20 novembre 1794], Paris, CNRS éditions, 2005.

15 La période 1794-1795 est marquée par la publication des mémoires des anciens députés girondins. Pour les survivants, ces textes de justification doivent permettre leur réintégration dans l’espace public. Voir Sergio Luzzatto, L’Automne de la Révolution : luttes et cultures politiques dans la France thermidorienne, Paris, H. Champion, 2001.

16 Voir J.-L. Chappey, « L’Histoire philosophique de la Révolution de France de Fantin Desodoards : dynamiques croisées entre statut d’historien et identité politique », dans La Révolution 1789-1871 : écriture d’une histoire immédiate, Philippe Bourdin (dir), Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2009, p. 129-156.

17 Annales patriotiques et littéraires de la France, no LXXXVI, 26 ventôse an III/lundi 16 mars 1795, p. 403-404.

18 B. Baczko, Comment sortir de la Terreur, op. cit., p. 193.

19 Michel Biard, « Après la tête, la queue ! La rhétorique anti-jacobine en fructidor an II-vendémiaire an III », dans Le Tournant de l’an III, op. cit., p. 201-214.

20 Liste générale et très exacte de tous ceux qui ont été condamnés à mort par le Tribunal révolutionnaire établi à Paris depuis le commencement de la Révolution jusqu’à la suppression du tribunal, contenant leurs noms, prénoms, âges, qualités et demeures, lieux de leurs naissances et leurs départements, 5 vol., Paris, Channaud, an III [1794].

21 Liste générale et alphabétique des noms, âges, qualités, emplois et demeures de tous les conspirateurs qui ont été condamnés à mort par le Tribunal révolutionnaire établi à Paris... : ensemble, l’acte d’accusation contre Carrier, député à la Convention, et contre les membres du comité révolutionnaire de Nantes ; la défense du dit Carrier, l’audition des témoins et la sentence de mort contre ce représentant et ses complices, Londres, J. Johnson, 1795, p. 1.

22 Ibid.

23 Listes générales des dénonciateurs et terroristes, tant de la ville de Montbrison que des communes du district, Lausanne, s.n., s.d.

24 Voir aussi B. Baczko, Politique de la Révolution française, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire », 2008, p. 216-217.

25 Voir J.-C. Martin, Violence et Révolution, op. cit., p. 247-253.

26 Liste jacobinière des principaux terroristes buveurs de sang, faux dénonciateurs de Toulouse, s.l.n.d., p. 8.

27 Aimé Guillon de Montléon, Mémoires pour servir à l’histoire de la ville de Lyon pendant la Révolution, 3 vol., Paris, Gauthier, 1824, vol. 3, p. 220.

28 Liste exacte et fidèle des terroristes de Moissac, district de Lauzerte, département du Lot, s.l., s.n., 1794 ; Liste des terroristes de la commune de Bourges, département du Cher, s.l.n.d.

29 Voir l’ouvrage collectif Existe-t-il un fédéralisme jacobin ?, Paris, Éditions du CTHS, 1986.

30 Voir Joseph Clarke, Commemorating the Dead in Revolutionary France : Revolution and Remembrance, 1789-1799, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

31 Léonard Bourdon & Antoine-Clair Thibaudeau, Recueil des actions héroïques et des critiques des républicains français, 4 numéros en 1 vol., Paris, Impr. nationale, an II [1793-1794], no 3, p. 16.

32 Voir Jean-Claude Bonnet, Naissance du Panthéon : essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, coll. « L’esprit de la cité », 1998.

33 Voir Antoine-François de Fourcroy & François-Valentin Mulot, Notice sur la vie et les travaux de Lavoisier, précédée d’un discours sur les funérailles et suivies d’une ode sur l’immortalité de l’âme, Paris, Impr. de la Feuille du cultivateur, an IV [1795] ; et Antoine Diannyère, Notice sur la vie et les ouvrages de Condorcet, Paris, Duplain, an IV [1795].

34 François Bonneville & P. Quenard, Portraits des personnages célèbres de la Révolution avec tableau historique et notices, 4 vol., Paris, Impr. du Cercle social, 1796-1802.

35 Louis-Marie Prudhomme, Histoire générale des crimes commis pendant la Révolution française, sous les quatre législatures, et particulièrement sous le règne de la Convention nationale par L. Prudhomme, 6 vol., Paris, rue des Marais, 1796-1797.

36 Voir Annie Duprat, « Louis-Marie Prudhomme et l’Histoire générale et impartiale des erreurs, des fautes et des crimes commis pendant la Révolution française (1797) : les réflexions d’un républicain sur la Terreur », dans La Révolution 1789-1871, op. cit., p. 111-128.

37 Johann Samuel Ersch, La France littéraire contenant les auteurs français de 1771 à 1796, 4 vol., Hambourg, B.G. Hoffman, 1797.

38 Voir Pierre Serna, La République des girouettes, 1789-1815 et au-delà. Une anomalie politique : la France de l’extrême centre, Seyssel, Champ Vallon, 2005.

39 Voir Sébastien Pivoteau, Le Complot de Pichegru et le coup d’État du 18 fructidor an V / 4 septembre 1797 : l’instrumentalisation politique des « preuves » d’une conspiration sous le Directoire, mémoire de maîtrise, Institut d’histoire de la Révolution française, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, 2005.

40 [L. Calinau de Metz], Dictionnaire des Jacobins vivans dans lequel on verra les hauts faits de ces messieurs, dédié aux frères et amis par Quelqu’un, citoyen français, Hambourg, Impr. de Chartres, rue de l’Égalité, aux armes d’Orléans, 1799.

41 Voir Bernard Gainot, 1799, un nouveau jacobinisme ?, Paris, Éditions du CTHS, 2001, p. 160 sq.

42 Voir Aux Curieux. Vie privée des cinq membres du directoire exécutif séant au palais du Luxembourg, à Paris, ou Les puissants tels qu’ils sont, Paris, Impr. nationale, an V [1796]. Voir aussi O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., notice no 55, p. 244-245.

43 Sur la construction de la légende bonapartiste durant la campagne d’Italie, voir par exemple, M. Vovelle, Les Républiques sœurs sous le regard de la Grande Nation, 1795-1803, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 111 sq.

44 Daniel Nordman (dir.), L’École normale de l’an III : leçons d’histoire, de géographie, d’économie politique, Dunod, 1994, « Troisième leçon, 3 ventôse an III », p. 76-79.

45 François-Xavier Pagès, Histoire secrète de la Révolution française, 2 vol., Paris, Jansen, an V [1797], vol. 1, p. 16 : « L’historien ne doit considérer que les grandes masses et les grands résultats : s’il se permet quelques anecdotes privées, c’est moins lorsqu’elles offrent quelques traits piquants à la curiosité ou à la malignité humaine que lorsqu’elles servent à rendre les traits d’un caractère plus prononcés, lorsqu’elles font ressortir davantage la physionomie d’un personnage célèbre, enfin, lorsqu’elles mettent la vertu dans tout son jour, le vice dans toute sa nudité. »

46 Voir William H. Reddy, The Invisible Code : Honor and Sentiment in Postrevolutionary France, 1814-1848, Berkeley, University of California Press, 1997 ; et « Mériter votre bienveillance : les employés du ministère de l’Intérieur de 1814 à 1848 », Le Mouvement social, no 170, janvier-mars 1995, p. 8.

Auteur

Maître de conférences habilité à diriger des recherches en histoire moderne à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il est membre de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine et de l’Institut d’histoire de la Révolution française. Ses recherches portent sur l’histoire politique et intellectuelle du tournant des xviiie et xixe siècles. Il a publié récemment : Ordres et désordres biographiques : dictionnaire, listes de noms et réputation des Lumières à Wikipédia (Champ Vallon, 2013).

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search