Version classiqueVersion mobile

Biographie & Politique

 | 
Olivier Ferret
, 
Anne-Marie Mercier-Faivre

III. Justifier

Présentation

Anne-Marie Mercier-Faivre

Texte intégral

1Une autre des fonctions de la biographie, et surtout de l’autobiographie, est d’expliquer les actes du personnage principal et de fournir une justification à ses engagements tout en dénonçant ses adversaires. Les récits autobiographiques rétrospectifs des acteurs de la Révolution sont à la fois des plaidoyers pour leurs auteurs et des manifestes sur ce qu’a été telle ou telle période de la Révolution (celle où ils ont eu un rôle), sur leur vision de ce qu’elle aurait dû être, sur l’avenir qui a été manqué, ou différé, sur celui qui doit advenir.

2Jean-Luc Chappey décrit les textes biographiques publiés entre 1794 et 1799 (de la Convention au Directoire) comme des étapes importantes dans la constitution du genre de la biographie politique et les marques d’une invasion du politique par la biographie : listes et dictionnaires permettent de construire des « camps » d’amis ou d’ennemis, de martyrs et d’assassins (notamment à travers la figure des « monstres » de la Terreur, où l’on retrouve Robespierre), qui permettent de justifier la répression. Il s’agit aussi de construire enfin un espace politique imaginaire habitable. Ici, le mot politique est à prendre au sens large : c’est toute une conception de la société qui s’élabore autour de figures patriotiques comme celles du militaire ou du savant.

3Certaines entreprises individuelles visent un double effet : justifier une action passée doit permettre une action future. C’est le cas de Sieyès, qui, à travers une autobiographie inavouée étudiée par Erwan Sommerer, cherche, tout comme les listes révolutionnaires précédemment évoquées, à terminer la Révolution tout en tentant de retrouver un rôle politique de premier plan. Il reprend la Révolution à son étape de juin 1789 pour en renouer le fil en 1795. Se posant en « père fondateur » de cette première et belle Révolution, il montre la genèse de sa pensée et étudie comment elle a été trahie : le sens des mots a été perverti et il se présente comme celui qui peut remettre les choses à l’endroit.

4Les leaders feuillants, dont Francisco Dendena étudie les écrits (La Fayette, Lameth, Mathieu Dumas), se focalisent sur un autre moment révolutionnaire, celui de la fête de la Fédération, opposant les débuts merveilleux à l’après-1791. De façon significative, ils insistent davantage sur leurs convictions que sur leurs actes, défendant ainsi les principes d’une action politique : la Vie est une arme ; l’affirmation de leur renoncement à la vie personnelle au profit de la vie politique est la marque de leur engagement. La biographie s’affirme, selon les analyses de Reinhardt Koselleck, comme passage de l’histoire de magistra vitae à un savoir capable de fonder une révolution future.

5D’autres voies et d’autres stratégies sont visibles, comme celles de Montlosier qu’évoque Marie-France Piguet. Ce « monarchien », à travers une autobiographie qui hésite entre mémoires et roman, tente de racheter ce qui a été perdu : amour de jeunesse, convictions « philosophiques » sont des étapes dans la construction de sa personnalité comme de ses convictions. Député de la noblesse, élu à l’Assemblée constituante, émigré, il se présente comme un témoin de son temps, citant les journaux, des lettres, des propos et se décrit comme un homme qui aura eu raison trop tôt, n’appartenant à aucun camp et dont la place – ou plutôt l’absence de place – en politique a été déterminée très tôt par les aléas de l’existence comme par ses propres convictions. La Vie est ici celle d’un témoin d’autant plus lucide qu’il a été à la fois au cœur des événements et sans cesse rejeté à la marge pour l’originalité de ses convictions.

Auteur

Professeure de littérature à l’Université Claude-Bernard Lyon 1 et co-responsable du groupe d’études du xviiie siècle de Lyon (unité constitutive de l’UMR LIRE). Elle travaille sur l’histoire des idées et la presse d’Ancien Régime, et a codirigé, avec Olivier Ferret et Chantal Thomas, le Dictionnaire des Vies privées (1722-1842) (Voltaire Foundation, 2011).

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search