Version classiqueVersion mobile

Biographie & Politique

 | 
Olivier Ferret
, 
Anne-Marie Mercier-Faivre

II. Édifier

Les Mémoires de Charlotte Robespierre par Albert Laponneraye : une biographie militante déguisée

Simone Messina

Texte intégral

1Les Mémoires de Charlotte Robespierre sur ses deux frères présentent un cas curieux de transmigration de genre, particulièrement intéressant dans le cadre d’une réflexion sur la place du politique dans les textes biographiques : des mémoires de Charlotte à une Vie privée hagiographique de Maximilien, à une ébauche de biographie politique, à un plaidoyer militant en faveur d’une république égalitaire fondée sur la vertu, à un véritable manifeste politique enfin. Ce texte, paru peu après la révolution de 1830, à une date charnière du xixe siècle, dans un contexte de revendications républicaines, saint-simoniennes, socialistes, en partie inspirées de l’expérience de 1793, inaugure une réflexion politique sur la phase terroriste de la Révolution jusque-là vouée aux gémonies. Il contribue à l’élaboration du projet politique visant la résolution de la question sociale, qui sous-tend le néo-babouvisme. Sa postérité est remarquable, et cinquante ans plus tard, dans les années charnières de la fin du xixe et du début du xxe siècle, il nourrit le culte de certains historiens pour l’Incorruptible ainsi que les travaux de l’école historique de Vellay et Mathiez : c’est dans la continuité qu’en 1908 est créée la Société des études robespierristes.

PUBLICATION

  • 1 Les Mémoires de tous proposaient « des narrations plus spéciales et plus authentiques » sur la péri (...)
  • 2 Mémoires de Charlotte Robespierre sur ses deux frères ; précédés d’une introduction par Laponneraye (...)

2Publié dans le courant du dernier trimestre de 1834, immédiatement après la mort de la sœur de Robespierre, dans la troisième livraison des Mémoires de tous1, le texte des Mémoires est repris dès 1835 en un volume comportant une préface rédigée par un militant socialiste et des pièces jointes, authentiques, ayant trait à Robespierre et à sa sœur Charlotte2 ; une autre édition parut en 1840.

3Le volume de 1835 modifie la signification du texte, bien que celui-ci soit exactement reproduit. Publié sous le nom d’un militant républicain connu qui a participé aux journées de juillet 1830, il comporte un portrait de Charlotte et une série de « notes et pièces justificatives » authentiques concernant Maximilien et Charlotte : une dédicace de Maximilien aux mânes de Rousseau, des pièces de vers écrites ou reçues par lui dans sa jeunesse à Arras ; trois lettres de Charlotte, l’une pour protester auprès du journal L’Universel contre l’allégation d’avoir « vendu » des souvenirs de Maximilien, l’autre adressée à son frère Augustin, pièce importante qui s’était trouvée au cœur des accusations portées contre Robespierre à Thermidor, d’après le « rapport Courtois » ; la troisième lettre est adressée à Laponneraye, alors en prison à Sainte-Pélagie, en acceptation d’un don d’argent ; le testament de Charlotte, rédigé en 1828 ; l’inventaire des quelques objets qu’elle laisse à sa mort ; un recueil de « Pensées » recueillies par elle ; enfin, le discours écrit par Laponneraye pour être prononcé sur la tombe de Charlotte, mais qu’il ne put lire lui-même car il était de nouveau en prison.

  • 3 Voir Guillaume Lallement, Choix de rapports, opinions et discours prononcés à la tribune nationale (...)
  • 4 [Charles Reybaud ?], Mémoires authentiques de Maximilien de Robespierre, ornés de son portrait et d (...)
  • 5 L’ex-conventionnel Joseph François Laignelot, qui fréquentait Charlotte, avait sans doute entrepris (...)

4Les Mémoires de Charlotte Robespierre sur ses deux frères se présentent donc au public comme un volume important, comportant des pièces inédites, certaines inattendues – les vers mondains de Maximilien –, d’autres révélatrices des manipulations thermidoriennes de documents (par exemple, la version originale de la lettre sur laquelle se fondaient les accusations selon lesquelles Robespierre voulait condamner sa sœur à l’échafaud). Cette publication est d’autant plus marquante que l’on ne connaît alors de Robespierre que son œuvre politique et ses discours, grâce au Moniteur3. Les Mémoires authentiques de Maximilien Robespierre4, parus en 1830, avaient fourni quelques détails, parfois très précis, sur son enfance d’orphelin, ses études, ses amis, ses succès à Arras, au point qu’on avait pu supposer que l’auteur avait « acheté » des souvenirs à la sœur de Robespierre. Toutefois, l’anonymat, la rédaction fictive à la première personne, le récit romanesque de la découverte d’un manuscrit que Robespierre aurait laissé à un garçon de ferme, tout frappait le texte d’inauthenticité, en dépit des allusions de la préface à un ancien compagnon de route de Robespierre, familier de Charlotte, qui aurait communiqué des documents et quelques informations5. Les Mémoires de Charlotte Robespierre se présentaient, en revanche, comme un document de première main.

CHARLOTTE ROBESPIERRE ET ALBERT LAPONNERAYE

5La forme largement médiatisée sous laquelle se présentent ces Mémoires oblige à s’arrêter sur les rapports de Charlotte Robespierre et Albert Laponneraye.

  • 6 Albert Lapponeraye, Cours public d’histoire de France depuis 1789 jusqu’en 1830 par le citoyen Lapo (...)
  • 7 Ibid., douzième leçon, p. 180 et 184. Laponneraye (1808-1849) fut emprisonné à Sainte-Pélagie pour (...)

6Laponneraye est un jeune instituteur qui a ouvert, en 1831, puis rédigé en prison un Cours public d’histoire de France depuis 1789 jusqu’en 18306, à l’intention des ouvriers, dans lequel il exalte l’œuvre révolutionnaire de la Montagne, justifie la dictature jacobine qui aurait assuré le passage de l’ordre ancien à l’ordre nouveau (qu’il appelle de ses vœux) si Thermidor n’avait pas eu lieu ; il admire ces « météores de la Révolution », ces « géants » que sont Marat et surtout Robespierre7. On peut facilement imaginer l’enthousiasme avec lequel il fait la connaissance de Charlotte Robespierre, et réciproquement, comme il le dit dans l’introduction :

Je me rappellerai toujours la vive émotion que j’éprouvai en la voyant pour la première fois ; de son côté, elle n’était pas moins émue, et ne pouvant me parler d’abord, elle me serra les mains avec une expression que je n’oublierai jamais.

7Il ajoute :

  • 8 A. Laponneraye, « Introduction », dans Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 34.

Accoutumée à n’entendre prononcer que des blasphèmes contre ses frères [...], que l’on juge de la joie qu’elle dut ressentir lorsque mes écrits lui tombèrent entre les mains ! Pour la première fois peut-être elle entendait parler de Robespierre en termes équitables et impartiaux8.

8Les circonstances de leur rencontre, entre 1830 et 1832, ne sont pas connues. On peut supposer qu’elles sont liées à la publication, en 1830, des Mémoires authentiques. Il avait été question à cette occasion, dans le journal L’Universel, de l’existence de Charlotte, ce qui devait conduire Laponneraye à la rechercher :

  • 9 L’Universel, 5 mai 1830, cité par Hector Fleischmann dans Charlotte Robespierre et ses mémoires, Pa (...)

Une sœur aînée de Robespierre végète à Paris dans le coin obscur d’un faubourg, et cette femme est accablée de misère, d’années et du poids de son funeste nom. En achetant d’elle quelques souvenirs non effacés, il n’a pas été difficile de suppléer à ce que d’autres biographes ont omis ou même ignoré, de rectifier des erreurs de faits, des erreurs de date9.

  • 10 Rappelons que les conventionnels ayant voté la mort du roi sont en exil, la plupart d’entre eux à B (...)
  • 11 A. Laponneraye, « Discours prononcé le 3 août 1834 sur la tombe de Charlotte Robespierre », dans(...)
  • 12 Voir la lettre du 20 février 1834, dans ibid., p. 172 : « Je recevrai donc de celui qui veut bien a (...)
  • 13 Ibid., p. 34.

9Laponneraye fréquente Charlotte jusqu’à la mort de celle-ci, le 1er août 1834, dans les intervalles de séjours en prison pour activités subversives. Charlotte est alors âgée, en 1830 elle a 70 ans, elle est malade. Exclue de la société en raison du nom qu’elle porte, elle vit avec la fille des amis Mathon qui l’avaient accueillie après Thermidor, ne fréquentant que de rares survivants de la Montagne qui révéraient en elle le souvenir de Robespierre mais que la mort a décimés avant 183010. La rencontre d’un jeune homme pour qui le nom de Robespierre est un phare ne peut que l’émouvoir. Pour le jeune admirateur de l’Incorruptible, elle est le reste vivant de son héros, « la sœur du grand Robespierre [...] précieux et dernier débris d’une illustre famille [...], parvenue jusqu’à nous comme une relique vivante de ce passé où son immortel frère brillait d’un incomparable éclat11 ». Des liens s’établissent entre eux, « tendre et respectueuse amitié » d’un côté, « affection maternelle » de l’autre, selon les termes de l’introduction, confirmés par la lettre de Charlotte à Laponneraye publiée en appendice12. Laponneraye rend de fréquentes visites à Charlotte, qui elle-même lui rend visite dans la maison de santé où il a été transféré en raison de sa maladie du cœur. On peut imaginer la nature des « longues et fréquentes conversations13 » qu’ils ont ensemble : le jeune homme ne peut qu’inciter cette vieille femme, la sœur de l’homme extraordinaire qu’il vénère, à évoquer pour lui des souvenirs de son héros.

  • 14 Sur Charlotte Robespierre et ses rapports avec ses frères, voir les propos de Hector Fleischmann da (...)

10Au cours des quarante années écoulées depuis Thermidor, Charlotte n’était jamais intervenue pour défendre la mémoire de ses frères14. Par peur des représailles, elle les avait reniés à Thermidor ; par la suite, elle n’avait jamais tenté d’opposer à la figure sanguinaire de l’Incorruptible, violemment attaquée pendant la Restauration aussi bien par les libéraux que par les contre-révolutionnaires, une image humaine de Maximilien Robespierre. Elle s’en explique faiblement dans le préambule des Mémoires :

  • 15 Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 40. Dans la lettre qu’elle fait parvenir à L’Univer (...)

J’aurais bien voulu détruire une aussi funeste prévention ; mais des personnes qui prenaient intérêt à ma position me conseillèrent de ne rien dire, parce qu’on ne manquerait pas de récuser le témoignage et de m’accuser de partialité15.

  • 16 « Testament de Charlotte Robespierre », dans Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 173.
  • 17 Préambule, dans ibid., p. 39-43.

11À l’approche de sa mort, elle revient sur sa pusillanimité passée ; dans son testament daté du 6 février 1828, manifestant son désir de « faire connaître [s] es sentiments envers [s] on frère aîné », qu’elle a « toujours connu pour un homme plein de vertu », elle « proteste contre toutes les lettres contraires à son honneur qui [lui : Charlotte] ont été attribuées16 ». On lit, dans le préambule des Mémoires, des expressions de tendresse sororale : « mon bon et malheureux frère Maximilien », « mes chers et malheureux frères », victimes des mensonges des « méchants » et de « ceux qui s’obstinent à rester dans l’erreur17 ».

12Il paraît donc vraisemblable, et on s’en convainc à la lecture, que les « notes et fragments » consignés dans le volume des Mémoires ont été évoqués, sinon rédigés à la demande ou à l’instigation de Laponneraye, au fil des questions qu’il pouvait poser et de l’émotion de son interlocutrice ; certaines expressions, qui ponctuent le texte, suggèrent une sollicitation extérieure : « je crois me rappeler », « je me rappelle ». On n’en doit pas moins poser la question de l’authenticité du texte : les Mémoires sont-ils vraiment et intégralement de la plume de Charlotte ? Quel fut le rôle de l’éditeur dans la mise en valeur d’informations qui lui tenaient particulièrement à cœur et dont, nous le verrons, il entendait faire un usage politique ?

13La présentation, en exergue des Mémoires, répartit clairement les responsabilités entre auteur présumé et éditeur :

Ces mémoires furent laissés par Charlotte Robespierre à M. Laponneraye, qui a cru devoir les faire précéder d’une introduction dans laquelle, après avoir présenté des considérations générales sur Maximilien Robespierre, il a tracé les principales circonstances de la vie de sa sœur, et raconté quelles furent ses relations avec elle.

  • 18 A. Laponneraye, « Introduction », dans ibid., p. 36.

14L’introduction, dans sa partie finale, précise que les papiers de Charlotte, laissés par elle à son héritière universelle, son amie Mlle Mathon, selon le testament de 1828, furent remis, « comme elle l’avait désiré », à l’éditeur des Mémoires qui ajoute qu’« elle avait écrit sur ses frères les notes et fragments que l’on va lire, et avait déposé dans ce travail tous les sentiments d’amour, de respect et de vénération qu’elle portait à leur mémoire18 ». Un examen détaillé du texte permettra de repérer les responsabilités respectives.

LES MÉMOIRES DE CHARLOTTE

  • 19 En particulier, elle n’évoque pas sa vie dans le Paris révolutionnaire, ses rapports ambigus que le (...)
  • 20 Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 124-125.
  • 21 Ibid., p. 84-92 et 110.

15Les Mémoires, comme le titre l’indique, sont consacrés aux deux frères de Charlotte, Maximilien, « l’Incorruptible », et Augustin, « Robespierre le Petit » ; il est peu question de Charlotte elle-même19. Mises à part quelques notations sur la Cour que lui fit Fouché, au chapitre V, et les « propos infâmes », l’« abominable calomnie20 ! », qui ont couru sur son compte, et sur sa connaissance de qui lui accorda une pension sous le Consulat, Charlotte ne s’attarde que deux fois sur des épisodes de sa vie personnelle qu’elle développe avec une abondance de menus détails : ses rapports avec la famille Duplay chez qui logeait Maximilien, ses rapports avec Mme Ricord, épouse du conventionnel représentant en mission dans le Midi avec Augustin, des rivalités féminines dans les deux cas. Son hostilité est encore vive envers Mme Duplay qui « menait [Maximilien] comme elle voulait » par « [s] es caresses incessantes et souvent importunes » ; elle exprime même un reste de rancœur envers son frère, qui n’avait pas hésité à la « sacrifier » en choisissant de vivre chez les Duplay plutôt que de partager un logement avec elle. Le récit de son voyage dans le Midi avec son frère Augustin, au chapitre V, qui offre un tableau concret du pays divisé par le fédéralisme, débouche sur une affaire de rivalité féminine à propos de laquelle Charlotte se plaint encore d’avoir été « victime de la plus noire trahison21 » et de n’avoir dû qu’à son excès de discrétion l’éloignement de ses frères.

  • 22 Ibid., p. 84-92 et 125-126. Voir le jugement de Fleischmann : « C’est une femme, et comme telle, el (...)

16Le choix des détails, l’insistance sur des aspects marginaux, la mesquinerie aussi bien que le ton sentimental, certaines chutes de style sont significatifs d’une expression et, sans doute, d’une rédaction spontanée de la part de Charlotte. Il est en effet difficile d’imaginer le jeune Laponneraye, dont le style est châtié et souvent grandiloquent, poussant le scrupule jusqu’à transcrire les propos suivants : « si je rapportais tout ce qu’elle m’a fait, je remplirais un gros volume » ; « je résolus de tirer mon frère de ses mains » ; « en vérité, si la pudeur ne retenait ma plume, je dirais des choses qui ne seraient pas à la louange de Mme Ricord » ; « mon frère ne mit point les pieds à la maison » ; « quelle noirceur ! quelle monstruosité ! » ; Ricord « méritait d’avoir une autre femme22 », etc.

LA « VIE PRIVÉE » DE MAXIMILIEN ROBESPIERRE

17Les Mémoires de Charlotte, toutefois, sont essentiellement consacrés à Maximilien dont elle évoque la vie privée, son enfance et sa jeunesse à Arras, depuis la perte de ses parents, à l’âge de 7 ans :

  • 23 Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 46.

On ne peut se faire un idée de l’impression que produisit sur Maximilien la mort de nos parents. Un changement total s’opéra en lui. [...] dès qu’il se vit, pour ainsi dire, chef de la famille en sa qualité d’aîné, il devint posé, raisonnable, laborieux, il nous parlait avec une sorte de gravité qui nous en imposait ; s’il se mêlait à nos jeux, c’était pour les diriger. Il nous aimait tendrement, et il n’était pas de soins et caresses qu’il ne nous prodiguât23.

  • 24 Voir Olivier Ferret, Anne-Marie Mercier-Faivre & Chantal Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privé (...)
  • 25 Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 48. Épisode cité par Laponneraye dans la « Notice h (...)

18La tonalité hagiographique est donnée ; Charlotte se complaît aux souvenirs attendrissants d’une époque de rapports harmonieux avec son frère. L’enfance de Maximilien est celle d’un enfant très sage : « goût pour l’étude », « collection d’images et de gravures », « caractère doux et juste ». Aux jeux de guillotine des enfants pervers de certaines Vies privées24, Charlotte oppose l’élevage de pigeons et de moineaux et l’épisode attendrissant du pigeon prêté à ses sœurs, malgré la crainte qu’elles n’en aient pas tout le soin possible, ce qui se produit effectivement lorsque le malheureux pigeon, oublié dans le jardin, périt pendant une nuit d’orage : « À la nouvelle de cette mort, les larmes de Maximilien coulèrent25. » Le jeune homme répond aux attentes d’une si admirable enfance ; il choisit la profession d’avocat pour « défendre les opprimés contre les oppresseurs » car « il est si doux de se dévouer pour ses semblables » ; il ne se charge que de causes justes ; nommé au tribunal criminel, il se démet de ses fonctions, n’ayant pu supporter la condamnation à mort d’un accusé ; « la douceur de son caractère et la pureté de son cœur » lui font des amis ; il a des succès féminins et même une fiancée ; il est apprécié dans la société littéraire d’Arras, « les Rosati ». Charlotte insiste sur sa « débonnaireté », son caractère conciliant, sa crainte de désobliger, l’« aménité » de ses manières ; sa distraction, qui a donné lieu à l’accusation de fierté ; son indifférence aux choses de la vie quotidienne fait qu’il se soumet aisément à la volonté des autres :

  • 26 Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 54-58.

Maximilien était d’une humeur égale ; il ne contrariait personne, et voulait tout ce que les autres voulaient.
Combien de fois nos tantes m’ont-elles dit : « Votre frère est un ange : il a toutes les vertus morales26. »

  • 27 Ibid., p. 93.

19Il faut ajouter à ce portrait doucereux « une fermeté de caractère à toute épreuve », une volonté toujours tournée vers le bien, la rigueur dans l’application de principes inaliénables. Ainsi, lors de sa visite à Arras, après la clôture de la Constituante, il descend de voiture « pour n’avoir pas le chagrin de voir le peuple le traîner ; car [...] il était indigne d’un peuple libre de s’atteler à une voiture comme des brutes pour traîner un homme27 ».

  • 28 Voir l’ouvrage, qui fait autorité, de Gérard Walter, Robespierre [1936-1939], Paris, Gallimard, 194 (...)
  • 29 A. Laponneraye, « Discours prononcé le 3 août 1834 sur la tombe de Charlotte Robespierre », dans(...)

20Ces détails de vie privée, qui allaient nourrir les biographies de Robespierre jusqu’à nos jours28, renvoient au petit cercle d’amis et à la famille que fréquentait Charlotte à Arras, à une locutrice « dont la vie toute entière consacrée aux habitudes et aux occupations de son sexe, était en dehors de la politique », comme le signale Laponneraye dans le discours qui fut prononcé sur la tombe de Charlotte29, une femme vieillie dans la solitude et la tristesse, s’attendrissant au rappel des souvenirs d’autrefois.

LA BIOGRAPHIE DE L’HOMME POLITIQUE

  • 30 Voir, en particulier, le chapitre I : enfance de Maximilien Robespierre, mort de la mère, éclipse d (...)

21Les notes et fragments, dans lesquels nous pouvons reconnaître la marque de Charlotte, se présentent au lecteur regroupés en cinq chapitres relativement homogènes. Les chapitres I et II, concernant la vie de Charlotte et de ses frères à Arras, jusqu’à l’élection de Maximilien aux états généraux, sont en continuité temporelle en dépit de quelques lacunes ; le chapitre IV est entièrement consacré au voyage à Nice, à l’automne 1793, de « Charlotte Robespierre et de son jeune frère », Augustin, représentant en mission auprès de l’armée d’Italie, et à la brouille qui s’ensuivit impliquant Maximilien. Les chapitres III et V sont hétérogènes ; outre quelques notations subjectives sur la vie privée de Maximilien à Paris et les relations de Charlotte, ils évoquent des scènes isolées concernant Maximilien : tentatives d’assassinat, rapports avec d’autres personnalités révolutionnaires, ainsi qu’un fragment d’histoire de la Convention. Laponneraye a donc, pour le moins, regroupé les notes éparses de Charlotte et tenté de les organiser en un ensemble cohérent dont l’aspect le plus marquant est constitué par l’ébauche d’une biographie de Maximilien, à partir des éléments de vie privée fournis par son interlocutrice30.

22La part prise par Laponneraye dans le texte des Mémoires grandit manifestement à partir du moment où Charlotte n’est plus en mesure d’alimenter la curiosité de son interlocuteur sur la vie de Maximilien puisqu’ils étaient séparés, lui à Paris, elle à Arras, et que, même lorsqu’elle s’installe à Paris, elle est étrangère à sa carrière politique. Les séquences de souvenirs sont précédées d’annonces ou de conclusions qui replacent les faits de la vie privée dans une perspective large, dégagent les significations et mettent en place le personnage historique de Robespierre, transformant la Vie privée en biographie de l’homme politique.

23Après l’élection de Maximilien aux états généraux, la remarque de Charlotte sur le surnom « l’Incorruptible » que, très rapidement, on lui accorde, est complétée par un commentaire qui souligne la portée politique de ce surnom :

  • 31 Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 70.

Personne ne comprenait mieux que lui les devoirs que lui imposait son titre de représentant du peuple, et personne n’a rempli les délicates fonctions dont il était chargé avec un dévouement plus illimité, un désintéressement plus rare. Sa voix tonna constamment contre l’arbitraire et les abus ; on voulut le séduire, on n’y parvint pas ; plusieurs moyens furent employés et tous restèrent sans succès31.

24L’idée, qui est un leitmotiv du Cours public d’histoire de France et de tous les écrits de Laponneraye sur Robespierre, est reprise par un lecteur du Moniteur – bien que Charlotte soit censée en porter la responsabilité – en ouverture du chapitre III, sous le titre « Idée générale de ces mémoires » :

  • 32 Ibid., p. 72. Voir aussi A. Laponneraye, Cours public, op. cit., douzième leçon, p. 181 : « Incorru (...)

Ceux qui liront l’histoire avec attention et sans partialité verront que jamais mon frère Maximilien n’a dévié un seul instant de ses principes ; tel il se montra à son début dans la carrière politique, tel il s’est montré jusqu’à son dernier soupir. Lorsque tout le monde changeait autour de lui, lui seul restait inébranlable dans ses convictions. Le Moniteur en fait foi, tous ses discours y sont32.

25De même, lorsque Charlotte loue la vie « si régulière, si simple », les habitudes « si uniformes » de Maximilien, on retrouve le jugement porté par Laponneraye dans ses ouvrages historiques :

  • 33 Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 73-74. Voir aussi A. Laponneraye, Cours public, op. (...)

Maximilien Robespierre sort de la ligne commune des hommes célèbres [...]. Sa vie privée n’est qu’un reflet de sa vie publique. Point d’intrigues [...]. Il est dans son intérieur comme il est sur les bancs de la Constituante et de la Convention ; c’est une scène qui n’a ni rideau, ni coulisses, et où les acteurs s’habillent et se déshabillent en présence des spectateurs33.

  • 34 Lettre conservée dans les papiers de Robespierre, datée à Villefranche du 27 septembre 1791, dans M (...)

26Au cours des chapitres III et V, la mise en place de l’homme politique et de son rôle dans le processus révolutionnaire se fait progressivement par des interventions de Laponneraye. Il insère au chapitre III l’intégralité d’une lettre dans laquelle Mme Roland témoigne de son estime pour Robespierre34. Au chapitre V, il se saisit des souvenirs de Charlotte sur les rapports de son frère avec les révolutionnaires proches de lui qui ont péri sur l’échafaud pour élaborer un portrait politique fondé sur la personnalité de l’homme Robespierre.

  • 35 Ibid., p. 136-137.

27La comparaison avec Danton reprend le thème développé dans les notices d’introduction aux Œuvres de Robespierre et dans l’Histoire de la Révolution : l’accord fondamental entre les valeurs de la vie personnelle, le respect des valeurs civiques et l’action politique. « Tout en eux différait : mœurs, habitudes, manières, tempérament, esprit, éloquence. » En conséquence, Danton et Robespierre ont pu « être d’accord pour détruire » l’Ancien Régime, mais non « pour édifier » : « Leurs idées en morale étaient diamétralement opposées ; or, leurs idées politiques devaient de toute nécessité être également en désaccord. » Robespierre était « chaste et sobre » ; « ses goûts et ses plaisirs étaient si simples », il était « tellement économe des deniers publics qu’il ne toucha jamais intégralement la subvention à laquelle il avait droit comme membre de la Convention » ; sa « tenue [...] était parfaite, il était grave sans fierté, sa mise, sans être recherchée, était d’une propreté extrême » ; c’était un « esprit sage et posé, qui envisageait et pesait froidement les choses », d’une « logique vigoureuse et impitoyable35 ».

28Partant des souvenirs de Charlotte, qui aurait assisté à une entrevue de Robespierre et Marat, les deux « monstres sacrés » de la Révolution, Laponneraye aborde le problème fondamental de l’usage de la violence dans la Révolution. Marat est le tribun des « exagérations » et des « emportements », Robespierre, un dirigeant qui juge de l’usage de la rigueur en fonction de son utilité politique :

  • 36 Ibid., p. 131-132.

Tu compromets la Révolution, tu la fais haïr en demandant des têtes, dit-il à Marat.
L’échafaud est un moyen terrible et toujours funeste ; il faut en user sobrement, et seulement dans les cas graves où la patrie penche vers sa ruine36.

  • 37 Ibid., p. 139-141 : « En voulant sauver Camille il se perdait lui-même. »
  • 38 Ibid., p. 110.
  • 39 Ibid., p. 135.

29Il ne s’agit pas de « modération à l’égard des aristocrates », comme le lui reproche Marat, mais de la juste appréciation d’une situation concrète et du respect de normes légales et morales. La réprobation par Robespierre des massacres de septembre 1791 dans les prisons, des excès des représentants en mission, ainsi que les tentatives pour sauver Camille Desmoulins de la guillotine37, jusqu’au moment où la raison d’État doit l’emporter, sont commentées dans le même esprit : « Maximilien [...] aurait voulu que chaque prisonnier fût renvoyé devant des juges élus par le peuple » ; il « ne cessait d’écrire aux représentants du peuple en mission qu’il fallait être sobre de rigueurs et faire chérir la Révolution au lieu de la faire haïr38 ». Le chapitre V fait table rase de la calomnie thermidorienne qui chargeait Maximilien de projets homicides à l’égard de Charlotte. Laponneraye conduit ensuite la biographie politique de Maximilien jusqu’à son épilogue, complétant les souvenirs de Charlotte par une analyse historique. Il fixe à la fête de l’Être suprême « le signal du déchaînement de ses ennemis », identifiés comme « tout ce qu’il y avait d’impur et de corrompu dans le sein de la Convention39 », et relate à grands traits les journées des 8 et 9 thermidor dont Charlotte ne pouvait avoir une connaissance directe. La réaction de Robespierre au décret de mise hors-la-loi lui offre une dernière occasion de louer sa droiture, où l’on retrouve l’« idée générale de ces mémoires » :

  • 40 Ibid., p. 144.

Rien n’était perdu encore [...]. Mon frère [...] n’avait qu’à dire un mot, et cent mille hommes marchaient sur la Convention. Mais son respect pour la représentation nationale était si grand qu’il aima mieux périr que de porter atteinte à son inviolabilité40.

  • 41 C. Robespierre, Mémoires [1834], avec une introduction d’Albert Laponneraye, Jean-Clément Martin (p (...)
  • 42 A. Laponneraye, « Discours prononcé le 3 août 1834 sur la tombe de Charlotte Robespierre », dans(...)

30Laponneraye greffe ainsi sur les Mémoires de Charlotte Robespierre un portrait tout d’une pièce de Robespierre : homme politique intègre, rigoureux, humain, allant jusqu’à sacrifier sa vie à ses principes de moralité civique. Comme le signale Jean-Clément Martin dans la préface de son édition récente des Mémoires41, on y voit à l’œuvre la « fabrication d’un héros », qu’on retrouve dans le discours que Laponneraye avait préparé pour être lu sur la tombe de Charlotte : un hommage à Robespierre, « le patriote désintéressé, le démocrate incorruptible », qui « sera grand et admiré dans tous les siècles parce que son dévouement à la cause de l’humanité fut inaltérable et pur42 », portrait certes inédit.

UN MANIFESTE POLITIQUE

31Avec sa force de conviction et le support d’une biographie concrète, le recueil des souvenirs de Charlotte manipulés par Laponneraye devient un manifeste politique ayant pour but de réhabiliter Robespierre et, à travers lui, l’expérience jacobine dans ses aspects les plus radicaux. Laponneraye est un militant constamment actif dont tous les écrits, en premier lieu ses ouvrages d’histoire, sont des instruments de lutte politique : républicain « égalitaire », lecteur de la Conspiration pour l’égalité (1828) de Buonarroti, militant dans des sociétés acquises aux idées de ce dernier, il fut l’un des initiateurs du néo-babouvisme.

32Il accompagne les Mémoires de Charlotte d’une introduction, disproportionnée en volume et en concepts, d’une grande portée historique, philosophique et politique, qui excède largement le projet biographique. Seules les dernières pages sont consacrées à Charlotte ; le texte se déploie en une lecture historique et politique, civique et morale de la révolution jacobine, qui reprend l’histoire de la Convention déjà traitée par Laponneraye dans son Cours d’histoire. Tout le texte est caractérisé par le sentiment de la grandeur des événements, culminant dans le De profundis de Thermidor, aux accents bibliques :

  • 43 A. Laponneraye, « Introduction », dans ibid., p. 28-29.

À la mort de Jésus, disent les Écritures, la terre trembla, le ciel s’obscurcit et les morts sortirent de leurs tombeaux [...]. Mais, à la mort de Robespierre [...] la Révolution s’arrêta et rebroussa chemin. [...] Les destinées du monde restèrent en suspens ; la liberté en pleurs remonta au ciel43.

  • 44 A. Laponneraye, Cours public, op. cit., seizième leçon, p. 252. Sur Buonarroti, voir Alessandro Gal (...)

33L’analyse des enjeux politiques des conflits à l’intérieur de la Convention suit de près les thèses de Buonarroti, le « vertueux Buonarroti [...] qui vit parmi nous, comme un beau monument du passé, comme une sainte relique transmise par un autre âge pour nous imposer le respect et nous servir d’exemple44 ». Une première phrase percutante affirme la primauté des principes :

  • 45 A. Laponneraye, « Introduction », dans Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 5-6.

Les principes sont tout, les hommes ne sont rien ; périssent donc mille fois les hommes, périssent les générations, périssent les empires, pourvu que les principes survivent à tous les naufrages, à toutes les destructions. [...] les hommes s’effacent, s’évanouissent, rentrent dans la poussière, et les principes, objet de notre culte, restent seuls debout45.

  • 46 Voir A. Laponneraye, Histoire de la Révolution française depuis 1789 jusqu’en 1814 par Laponneraye,(...)

34La primauté fondamentale du principe d’égalité fonde la primauté du peuple sur les intérêts des privilégiés46, et marque la différence entre montagnards robespierristes et girondins.

  • 47 A. Laponneraye, « Introduction », dans Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 6-7.
  • 48 Voir A. Laponneraye, Cours public, op. cit., douzième leçon, p. 180 : « La morale de Jésus, la poli (...)

35Or « il est des noms qui résument des principes ; [...] il est des hommes qui sont à eux seuls tout un système politique et social ». Robespierre est de ceux-là : « En lui se résumaient tous les principes de justice et de morale publique : il est essentiellement homme-principe47 », parangon de toutes les vertus morales et personnelles, civiques et révolutionnaires. Son nom s’inscrit dans une « trinité » glorieuse, la trinité de l’égalité et de la vertu morale, constamment citée dans les ouvrages de Laponneraye : Jésus, Rousseau, Robespierre48. Il est l’incarnation même du principe révolutionnaire, tel que l’avait défini Buonarroti :

  • 49 A. Laponneraye, « Introduction », dans Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 7.

Quand nous parlons du principe révolutionnaire, nous n’entendons pas seulement un principe qui soit seulement démolisseur et destructeur ; nous entendons aussi un principe de rénovation et de réorganisation49.

  • 50 Ibid., p. 8 et 11. En fait, Laponneraye réprouve, dès le Cours public et plus tard encore, cette te (...)

36« Armé d’un marteau infatigable », Robespierre a détruit la royauté et la féodalité, avant de s’employer à « élever l’édifice de l’avenir », car « ce qui distingue éminemment Robespierre, c’est qu’il fut essentiellement réorganisateur ». S’appuyant sur le discours tenu par Robespierre à la fête de l’Être suprême, Laponneraye va jusqu’à exalter le projet de fonder le « nouvel édifice social » sur le principe « de l’immortalité de l’âme et de l’existence de Dieu », « premier pas vers un système de réorganisation » de la société, car « Robespierre croyait qu’il n’y avait de gouvernement juste et légitime que celui qui était appuyé sur la vertu, la morale et le désintéressement50 ».

  • 51 Note de Buonarroti, datée de 1828, citée par Cesare Vetter dans Il dispotismo della libertà. Dittat (...)

37Comment réaliser « l’affranchissement actuel et l’institution future » ? Buonarroti indiquait le moyen de la dictature : « Il faut donc que la même volonté dirige l’affranchissement et prépare la liberté51. » Laponneraye avait affronté directement la question, dans son Cours public. Quand les factions sont déchaînées, la dictature est l’« autorité extraordinaire et nécessaire, par laquelle une nation peut être mise en pleine possession de la liberté » :

  • 52 A. Laponneraye, Cours public, op. cit., première leçon, p. 51 et 59. Pendant la Révolution, l’accus (...)

Les mandataires du peuple exercent le despotisme du salut public [...], alors la représentation nationale est armée d’une écrasante dictature sous laquelle tout doit ployer, car c’est la dictature du peuple52.

38Il reprend ce plaidoyer dans les Mémoires :

  • 53 A. Laponneraye, « Introduction », Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 18.

Je ne veux invoquer que le salut public, qui seul avait investi les Montagnards de la dictature [...]. Et qui donc ! grand Dieu ! aurait sauvé la France, si les Montagnards n’avaient pris en main le pouvoir ? [...] La Montagne avait d’une main vigoureuse tendu l’arc [...]. Partout où les contrerévolutionnaires se présentaient pour étouffer la liberté, ils rencontraient la mort ; sur nos frontières, quatorze armées ; à Paris, l’échafaud53.

39L’usage de la violence est un corollaire de la dictature révolutionnaire, il est nécessaire et légitime pour résoudre les conflits et assurer le triomphe d’un ordre nouveau. Dans cette perspective, l’excès de « légalisme » de Robespierre au moment de Thermidor est condamnable :

  • 54 Ibid., p. 67-68.

Les Thermidoriens eussent-ils obtenu un triomphe si facile si Maximilien [...] se fût mis à la tête de ce peuple immense qui [...] se pressait à l’Hôtel de ville. [...] si Robespierre eût surtout senti la nécessité de marcher à la tête du peuple insurgé, la patrie était sauvée54.

  • 55 Ibid., p. 67.
  • 56 Le jugement est sévère sur ce point dans tous les ouvrages d’histoire de Laponneraye : à la différe (...)

40Laponneraye déplore les conséquences funestes d’un « courage civil » poussé à ses extrêmes là où le « courage militaire55 » d’un Augustin Robespierre ou l’audace d’un Marat devait s’imposer ; seul moment des Mémoires où la radicalité des jugements positifs sur l’Incorruptible fléchit56.

*

  • 57 Voir G. Walter, Robespierre, op. cit., p. 601 : « Son apostolat [à Laponneraye] frénétique est un c (...)

41Les Mémoires de Charlotte Robespierre sur ses deux frères échappent donc de toutes parts aux normes du genre, aussi bien qu’à celles des Vies privées, si floues soient-elles. En dépit de la présence dans le texte de l’auteure annoncée et de son absence de rôle historique, les interventions récurrentes d’un éditeur historien et militant socialiste lui confèrent une importance historique et une portée politique considérables. Ce texte a constitué une pierre milliaire dans l’histoire du personnage de Maximilien Robespierre et de l’héritage révolutionnaire de 1793, enrayant le processus de damnatio memori d’origine thermidorienne. Sa publication, couplée avec celle de la Déclaration des droits de l’homme de 1793, des Œuvres choisies puis des Œuvres de Maximilien Robespierre, par le même Laponneraye, a joué un rôle capital dans la diffusion des idées jacobines : elle a ouvert la voie aux théorisations politiques sur la question sociale, au débat sur démocratie et dictature, qui se radicalisent au cours des années 1830 et jusqu’aux premières années du xxe siècle57.

Bibliographie

Bibliographie

Corpus d’étude

Charlotte Robespierre et ses mémoires, édition critique précédée d’une introduction, accompagnée de notes et de documents nouveaux ou inédits tirés des archives nationales. Avec de nombreuses illustrations, portraits, autographes, caricatures, d’après des documents contemporains, Hector Fleischmann (éd.), Paris, Albin Michel, s.d. [1909].

Mémoires [1834], avec une introduction d’Albert Laponneraye, Jean-Clément Martin (préf.), Paris, Nouveau monde éditions, 2006.

Mémoires de Charlotte Robespierre sur ses deux frères ; précédés d’une introduction par Laponneraye et suivis de pièces justificatives [1834], Paris, au Dépôt central, 1835.

Mémoires de tous. Collection de souvenirs contemporains, tendant à établir la vérité dans l’histoire, 6 vol., s.l.n.d. [1834], vol. 1 et 3.

Lallement Guillaume, Choix de rapports, opinions et discours prononcés à la tribune nationale depuis 1789 jusqu’à ce jour, recueillis dans un ordre chronologique et historique, 23 vol., Paris, Eymery, 1818-1825.

Laponneraye Albert, Cours public d’histoire de France depuis 1789 jusqu’en 1830 par le citoyen Laponneraye. Ce cours, ouvert en faveur des ouvriers rue Thévenot no 12, le dimanche 6 novembre 1831, se continuera tous les dimanches, à midi, Paris, Impr. de David, 1831-1833.
— (éd.), Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Avec des commentaires par Laponneraye, Paris, Mie, 1833.
—, Histoire de la Révolution française depuis 1789 jusqu’en 1814 par Laponneraye, 2 vol., Paris, Librairie patriotique, s.d. [1838] ; rééd. 1840.

[Reybaud Charles ?], Mémoires authentiques de Maximilien de Robespierre, ornés de son portrait et de fac-similé de son écriture extraits de ses Mémoires, 2 vol., Paris, Moreau-Rosier, 1830.

Robespierre Maximilien de, Œuvres choisies de Maximilien Robespierre avec une notice historique et des notes par le citoyen Laponneraye, 3 vol., Paris, chez la mère de Laponneraye, 1832-1834.
—, Œuvres de Maximilien Robespierre avec une notice historique et des notes par le citoyen Laponneraye, 2 vol., Paris, chez la mère de l’éditeur, Guillaumin, Rouanet, Grimpelle, 1834.
—, Œuvres de Maximilien Robespierre. Avec une notice historique, des notes et des commentaires par Laponneraye, 3 vol., Paris, chez l’éditeur, 1840.

Ouvrages et articles critiques

Galante Garrone Alessandro, Philippe Buonarroti et les révolutionnaires du xixe siècle : 1828-1837 [1951], Anne & Claude Manceron (trad.), Paris, Champ libre, 1975.

Luzzatto Sergio, Il Terrore ricordato : memoria e tradizione dell’esperienza rivoluzionaria [1988], Turin, Einaudi, 2000.

Pioro Gabriel & Labrachie Pierre, « Charlotte Robespierre et ses amis », Annales historiques de la Révolution française, no 165, 1961, p. 326-348 et 469-492.

Quérard Joseph-Marie, Les Robespierre : monographie bibliographique, Paris, chez l’éditeur, 1863.

Vetter Cesare, Il dispotismo della libertà. Dittatura e rivoluzione dall’Illuminismo al 1848, Milan, Franco Angeli storia, 1993.

Walter Gérard, Robespierre [1936-1939], Paris, Gallimard, 1946.

Notes

1 Les Mémoires de tous proposaient « des narrations plus spéciales et plus authentiques » sur la période révolutionnaire et contre-révolutionnaire que celles que l’on trouve dans le genre des mémoires : « le fait tel qu’il fut », des « confidences » ; « que chacun choisisse dans sa propre histoire [...] pourvu que ces pages touchent à l’ensemble de l’Histoire » (Mémoires de tous. Collection de souvenirs contemporains, tendant à établir la vérité dans l’histoire, 6 vol., s.l.n.d. [1834], vol. 1, p. 2-4).

2 Mémoires de Charlotte Robespierre sur ses deux frères ; précédés d’une introduction par Laponneraye et suivis de pièces justificatives [1834], à Paris, au Dépôt central, 1835.

3 Voir Guillaume Lallement, Choix de rapports, opinions et discours prononcés à la tribune nationale depuis 1789 jusqu’à ce jour, recueillis dans un ordre chronologique et historique, 23 vol., Paris, Eymery, 1818-1825.

4 [Charles Reybaud ?], Mémoires authentiques de Maximilien de Robespierre, ornés de son portrait et de fac-similé de son écriture extraits de ses Mémoires, 2 vol., Paris, Moreau-Rosier, 1830 ; attribués par Joseph-Marie Quérard à Charles Reybaud, gérant du Constitutionnel, de tendance saint-simonienne, qui jouait un rôle important dans la presse de l’époque (Les Robespierre : monographie bibliographique, Paris, chez l’éditeur, 1863, p. 37).

5 L’ex-conventionnel Joseph François Laignelot, qui fréquentait Charlotte, avait sans doute entrepris la rédaction de ces Mémoires, Reybaud prenant la relève après sa mort en 1829. Sur cette question, voir Sergio Luzzatto, Il Terrore ricordato : memoria e tradizione dell’esperienza rivoluzionaria [1988], Turin, Einaudi, 2000, p. 193-194.

6 Albert Lapponeraye, Cours public d’histoire de France depuis 1789 jusqu’en 1830 par le citoyen Laponneraye. Ce cours, ouvert en faveur des ouvriers rue Thévenot no 12, le dimanche 6 novembre 1831, se continuera tous les dimanches, à midi, Paris, Impr. de David, 1831-1833.

7 Ibid., douzième leçon, p. 180 et 184. Laponneraye (1808-1849) fut emprisonné à Sainte-Pélagie pour incitation à la « haine des classes », après le premier cours. En prison, il prépare un recueil d’Œuvres choisies de Maximilien Robespierre (3 volumes prévus) dont les trois premières livraisons paraissent « avec une notice historique et des notes par le citoyen Laponneraye », à la mi-septembre 1832, « à Paris, chez la mère de Laponneraye, Faubourg Saint-Denis, no 16 ». En 1833, il publie un commentaire, article par article, de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de la Constitution de 1793 inspirée par Robespierre, qui eut de nombreuses rééditions. Il vouait un véritable culte à l’Incorruptible.

8 A. Laponneraye, « Introduction », dans Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 34.

9 L’Universel, 5 mai 1830, cité par Hector Fleischmann dans Charlotte Robespierre et ses mémoires, Paris, Albin Michel, s. d. [1909], p. 126-127. La réponse indignée de Charlotte le 24 mai se termine sur une comparaison grandiloquente avec les Gracques dans laquelle on peut déceler une intervention étrangère (comme dans toutes les lettres conservées de Charlotte, selon Fleischmann), probablement de Laponneraye à qui cette citation est familière : comme Jésus et Robespierre, les Gracques sont des « apôtres de l’égalité ». Voir, entre autres, la « Notice historique » dans Œuvres de Maximilien Robespierre avec une notice historique et des notes par le citoyen Laponneraye, 2 vol., Paris, chez la mère de l’éditeur, Guillaumin, Rouanet, Grimpelle, 1834, vol. 1, p. 5.

10 Rappelons que les conventionnels ayant voté la mort du roi sont en exil, la plupart d’entre eux à Bruxelles. Mathon est mort en 1827, Laignelot en 1829.

11 A. Laponneraye, « Discours prononcé le 3 août 1834 sur la tombe de Charlotte Robespierre », dans Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 174.

12 Voir la lettre du 20 février 1834, dans ibid., p. 172 : « Je recevrai donc de celui qui veut bien avoir pour moi les sentiments d’un fils, que je regarde comme tel, et pour lequel j’avais tant d’affection. »

13 Ibid., p. 34.

14 Sur Charlotte Robespierre et ses rapports avec ses frères, voir les propos de Hector Fleischmann dans Charlotte Robespierre et ses mémoires, op. cit.

15 Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 40. Dans la lettre qu’elle fait parvenir à L’Universel, le 24 mai 1830 (voir la note 9), elle défend sa dignité, affirmant qu’« elle a constamment repoussé les offres des intrigants qui, dans le laps de trente-six ans, ont tenté à diverses reprises de trafiquer de son nom », et renvoyant à l’histoire le jugement sur ses frères.

16 « Testament de Charlotte Robespierre », dans Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 173.

17 Préambule, dans ibid., p. 39-43.

18 A. Laponneraye, « Introduction », dans ibid., p. 36.

19 En particulier, elle n’évoque pas sa vie dans le Paris révolutionnaire, ses rapports ambigus que les historiens ont relevés avec des personnages douteux, ennemis politiques de ses frères, comme Fouché, Guffroy, qui la protégèrent après Thermidor. Voir H. Fleischmann dans Charlotte Robespierre et ses mémoires, op. cit. ; et Gabriel Pioro & Pierre Labracherie, « Charlotte Robespierre et ses amis », Annales historiques de la Révolution française, no 165, 1961, p. 326-348 et 469-492.

20 Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 124-125.

21 Ibid., p. 84-92 et 110.

22 Ibid., p. 84-92 et 125-126. Voir le jugement de Fleischmann : « C’est une femme, et comme telle, elle ne fait point exception au caractère moyen, ordinaire de son sexe. » Ou : « Ce sont des mémoires dus à la plume d’une femme, et d’une femme vieillie dans l’amertume, la tristesse et la misère, et qui [...] a conservé toutes ses rancunes de 1793. » (Charlotte Robespierre et ses mémoires, op. cit., p. 11 et 5)

23 Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 46.

24 Voir Olivier Ferret, Anne-Marie Mercier-Faivre & Chantal Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées (1722-1842), Robert Darnton (préf.), SVEC 2011 :02, Oxford, Voltaire Foundation, 2011, notice no 131, p. 395-398.

25 Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 48. Épisode cité par Laponneraye dans la « Notice historique » des Œuvres de Maximilien Robespierre, op. cit., vol. 1, p. 1-4, et monté en épingle par les admirateurs de Robespierre.

26 Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 54-58.

27 Ibid., p. 93.

28 Voir l’ouvrage, qui fait autorité, de Gérard Walter, Robespierre [1936-1939], Paris, Gallimard, 1946.

29 A. Laponneraye, « Discours prononcé le 3 août 1834 sur la tombe de Charlotte Robespierre », dans Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 176.

30 Voir, en particulier, le chapitre I : enfance de Maximilien Robespierre, mort de la mère, éclipse du père, ses études, jusqu’au choix de la profession d’avocat ; et le chapitre II : retour de Maximilien dans sa famille, ses débuts au barreau, sa vie à Arras, jusqu’à l’élection aux états généraux.

31 Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 70.

32 Ibid., p. 72. Voir aussi A. Laponneraye, Cours public, op. cit., douzième leçon, p. 181 : « Incorruptible dans ses mœurs, inflexible dans ses principes, il marcha toujours d’un pas ferme au but que sa belle âme voulait atteindre. » Voir encore le discours « De la délégation de souveraineté » (1791) dans les Œuvres choisies de Maximilien Robespierre, op. cit., vol. 1, p. 173 : « Robespierre se montra toujours le même, du premier jour au 9 thermidor [...] il a traversé un régime de corruption, d’exception et de privilège sans en être gangrené. »

33 Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 73-74. Voir aussi A. Laponneraye, Cours public, op. cit., douzième leçon, p. 181 : « Sa vie était leur honte [de tous les hommes de pouvoir]. »

34 Lettre conservée dans les papiers de Robespierre, datée à Villefranche du 27 septembre 1791, dans Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 78-84 et 160. Pour les Roland, Robespierre est celui « dont l’énergie n’a cessé d’opposer la plus grande résistance aux prétentions, aux manœuvres du despotisme et de l’intrigue » (p. 78).

35 Ibid., p. 136-137.

36 Ibid., p. 131-132.

37 Ibid., p. 139-141 : « En voulant sauver Camille il se perdait lui-même. »

38 Ibid., p. 110.

39 Ibid., p. 135.

40 Ibid., p. 144.

41 C. Robespierre, Mémoires [1834], avec une introduction d’Albert Laponneraye, Jean-Clément Martin (préf.), Paris, Nouveau monde éditions, 2006, p. 7-17.

42 A. Laponneraye, « Discours prononcé le 3 août 1834 sur la tombe de Charlotte Robespierre », dans Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 175.

43 A. Laponneraye, « Introduction », dans ibid., p. 28-29.

44 A. Laponneraye, Cours public, op. cit., seizième leçon, p. 252. Sur Buonarroti, voir Alessandro Galante Garrone, Philippe Buonarroti et les révolutionnaires du xixe siècle : 1828-1837 [1951], Anne & Claude Manceron (trad.), Paris, Champ libre, 1975.

45 A. Laponneraye, « Introduction », dans Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 5-6.

46 Voir A. Laponneraye, Histoire de la Révolution française depuis 1789 jusqu’en 1814 par Laponneraye, 2 vol., Paris, Librairie patriotique, s.d. [1838], vol. 1, p. 58 : « Qu’est-ce que la liberté d’une nation qui se compose de riches et de pauvres, de privilégiés et de non privilégiés ? [...] Il y a liberté dans un État quand tous les hommes sont placés sur un même niveau social. »

47 A. Laponneraye, « Introduction », dans Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 6-7.

48 Voir A. Laponneraye, Cours public, op. cit., douzième leçon, p. 180 : « La morale de Jésus, la politique de Rousseau, un homme en a été le représentant et l’apôtre. » Voir aussi la « Notice historique sur Maximilien Robespierre » de Laponneraye dans Œuvres de Maximilien Robespierre, 3 vol., Paris, chez l’éditeur, 1840, vol. 1, p. 5 : Robespierre est « le chef militant du parti jacobin, dont Rousseau a été le théoricien et Jésus l’initiateur. [...] Jésus, Rousseau, Robespierre, trois noms qui marchent inséparablement et qui se déduisent logiquement les uns des autres, comme les trois termes d’un même théorème ; trinité sainte et sublime qui résume en elle les principes d’égalité, de fraternité, et qui luit comme un rayon rédempteur au front de l’humanité asservie ». On retrouve cette filiation chez les lecteurs de Buonarroti : voir A. Galante Garrone, Philippe Buonarroti et les révolutionnaires du xixe siècle, op. cit.

49 A. Laponneraye, « Introduction », dans Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 7.

50 Ibid., p. 8 et 11. En fait, Laponneraye réprouve, dès le Cours public et plus tard encore, cette tendance religieuse : « La nation française avait moins besoin de fêtes religieuses que d’institutions sociales. » (Cours public, op. cit., seizième leçon, p. 254-255) L’idée est reprise dans l’Histoire de la Révolution française, op. cit., p. 414 : « La fête de l’Être suprême est un anachronisme dans la Révolution française. [...] d’ailleurs, la seule religion qui convienne au peuple [...], c’est l’égalité. » L’éloge de Robespierre, ici, est fortement marqué par l’influence de Buonarroti.

51 Note de Buonarroti, datée de 1828, citée par Cesare Vetter dans Il dispotismo della libertà. Dittatura e rivoluzione dall’Illuminismo al 1848, Milan, Franco Angeli storia, 1993, p. 88-89.

52 A. Laponneraye, Cours public, op. cit., première leçon, p. 51 et 59. Pendant la Révolution, l’accusation de dictature est une injure violente dont tous se défendent, à l’exception de Marat ; après la victoire de nouveau « confisquée » de 1830, une réflexion large sur la notion de dictature s’engage jusque chez les saint-simoniens.

53 A. Laponneraye, « Introduction », Mémoires de Charlotte Robespierre, op. cit., p. 18.

54 Ibid., p. 67-68.

55 Ibid., p. 67.

56 Le jugement est sévère sur ce point dans tous les ouvrages d’histoire de Laponneraye : à la différence de Marat, « Robespierre n’était pas homme à prendre une résolution énergique » (Histoire de la Révolution française, op. cit., p. 459). Au moment de Thermidor, « en cette grave circonstance, il resta au-dessous du rôle qui lui était imposé comme chef de parti » (p. 520). « Voilà ce qui perdit la Révolution et le perdit lui-même. » (p. 459) En fait, l’idéal, pour Laponneraye, serait « un homme en qui se trouveraient réunies les qualités de Marat et de Robespierre, sans aucun de leurs défauts, [qui] serait à la fois le type du véritable révolutionnaire, et le type du véritable législateur » (Cours public, op. cit., douzième leçon, p. 186).

57 Voir G. Walter, Robespierre, op. cit., p. 601 : « Son apostolat [à Laponneraye] frénétique est un cas unique dans l’histoire du robespierrisme. Personne, ni avant, ni après lui, n’a su atteindre dans le culte voué à l’Incorruptible, un plus haut degré de ferveur et de désintéressement. »

Auteur

Enseignante retraitée de littérature comparée à l’Université Lumière Lyon 2, a collaboré à certains travaux de l’UMR LIRE, en particulier au Dictionnaire des Vies privées. Elle coordonne actuellement, à l’Université de Turin, le Centro studi interdisciplinari metamorfosi dei lumi, consacré à la période du tournant des Lumières (1780-1820) : six volumes d’articles ont déjà été publiés, le septième, consacré à la question du corps, doit paraître en juin 2014 (Accademia University Press).

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search