Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Attentat de Damiens

 | 
Pierre Rétat

Les pouvoirs, le public et l'événement

4. Le corps social de l’événement. La célébration et la fête

Texte intégral

1L’événement suscite, de façon presque automatique, une suite programmée de conduites-réponses. Il se propage et se dissémine le long d’un réseau géographique et social qui paraît homogène, puisque les mêmes réactions se déclenchent dans la France entière et dans une large zone européenne, dont la carte couvre en gros les états catholiques et les dynasties alliées (Autriche, Espagne, Italie). Rapides et contrastées, ces réactions rendent l’attentat de Damiens exemplaire à cet égard. Un premier courrier sème le deuil et la consternation. Un second, environ deux jours après, dissipe les inquiétudes : Louis est « rendu » à ceux qui l’aiment. Les gazettes répercutent indéfiniment, en une rhétorique sommaire, le bruit de cette double réponse émotive, qui se monnaye immédiatement en actes de piété et de zèle.

2Les conduites se doublent de discours, ou plutôt les discours sont d’autres conduites-réflexes : mandements, prières, discours, poèmes, symboles et emblèmes : nous consacrerons à cet aspect du comportement social un autre chapitre (sur le discours officiel de l’événement).

3L’événement dans la gazette, ce n’est donc pas seulement cette irruption brutale, inattendue, du hasard — « malheur », véritable coup de « folie » — mais c’est aussi la longue trace que cette brisure initiale laisse dans le corps social, et que la presse nous permet de suivre presque jour après jour, au moins pendant le temps fort qui s’étend de l’attentat au supplice. Si l’on recueille toutes les nouvelles qui font état de cette réaction publique, on reconstitue le langage le plus commun, le plus ordinaire, par lequel se dit tout événement de quelque importance sous l’Ancien Régime : naissances princières, mariages royaux, deuils, victoires, traités... Le journal ne véhicule que des discours : mais c’est une infinité de discours qui affluent jusqu’aux organes de presse, et qu’ils doivent filtrer et arrêter ; le « zèle » de la nation, des villes, des « corps », des cours étrangères, de tels individus même ambitionne de se célébrer encore par la « relation » qui passera dans la gazette. Le reflux des ondes de l’événement vers les centres d’information manifeste une volonté de faire savoir que l’on s’est conduit comme il convenait, de prêter une notoriété à ses actes. Conformité et conformisme s’affirment hautement comme méritoires, et donnent lieu à une tautologie indéfinie. Si répétitives qu’elles soient, toutes les relations de Te Deum et de fêtes doivent être prises en compte, et traitées comme un des plus essentiels discours sur l’événement. Il faut en suivre le gonflement progressif, la décrue, la résurgence au moment de l’anniversaire : la célébration de l’événement tend à le faire entrer dans le cycle annuel du souvenir.

4La presse révèle donc un processus social d’absorption et d’intégration de l’événement. De même que les nouvelles de la cour, dans les jours qui suivent l’attentat, ne cessent de décrire un retour à la vie normale, jusqu’à ce que tout soit oublié (la GF s’y emploie particulièrement), les nouvelles de la province, de l’étranger, en évoquant la succession des « alarmes » et de la « joie », les actions de grâces et les manifestations d’allégresse, intègrent l’attentat dans le cours ordinaire des grandes expressions monarchiques et religieuses. Elles le rappellent en l’effaçant. De là une certaine gêne des journaux officiels : malgré la consigne de silence dont fait état le MF, l’amour de la nation pour son roi parvient à se dire, mais le journal oppose au flot débordant des témoignages une résistance qui manifeste le sentiment d’une ambiguïté.

5Dans ce processus se crée ce qu’on pourrait appeler le corps social et institutionnel de l’événement, dont on peut suivre le développement et la décroissance dans le temps, et dont il faut surtout rechercher la signification comme composante essentielle de la forme prise par l’événement dans la France du XVIIIe siècle. Réduire l’affaire Damiens à la relation de l’attentat, au procès et au supplice, comme on l’a fait dès 1760 dans le recueil des pamphlets anti-jésuitiques de Grosley, les Iniquités découvertes, en proposant un montage de texte choisis dans la GA (« Récit historique », p. 147-192), c’est obéir à un souci d’information minima, et ne conserver de l’événement que ses caractères historiquement distinctifs. Mais on exclut ainsi son inscription journalière, répétée, dans les conduites, qui ne paraît négligeable que parce qu’elle est ordinaire et routinière. L’examen des gazettes nous permet précisément de replonger l’événement dans ce site social oublié, et d’apporter par là même une contribution à la sociologie de la fête sous l’Ancien Régime.

6Nous avons relevé toutes les mentions des actes de célébration que nous analysons ici dans le calendrier que l’on trouvera en appendice. Quand nous donnerons seulement un lieu et une date, il suffira de s’y reporter pour obtenir toutes les références aux gazettes.

Calendrier, lieux, promoteurs de la célébration

7Dès que la nouvelle de l’attentat est connue, les spectacles cessent (à Paris, GA, 14/01, à Aix, CA, 25/01), on implore les secours divins : prières publiques de « quarante heures », exposition du Saint Sacrement, messes, neuvaines, processions ; toutes les communautés vont se prosterner « au pied des autels ». Les gazettes répercutent ces actes de piété qui durent jusqu’au 18 janvier ; les neuvaines vont jusqu’à leur terme, même lorsque les « alarmes » ont cessé : celle des prévôts des marchands et échevins de Paris à Sainte-Geneviève se termine le 15, celle du maire et des échevins de Compiègne le 18 ; le 10, le Parlement de Bretagne arrête qu’il assistera tous les jours à une messe jusqu’à la confirmation de la convalescence du roi (GA, 11/02). Nous trouvons mention de 15 villes où ont lieu ces cérémonies, dont 3 à l’étranger (Trèves, Liège, Vienne, où par un mandement du 14 janvier, sur ordre de l’Impératrice, l’archevêque fait dire des prières de quarante heures).

8Cette première phase n’a pas pu durer longtemps, la nouvelle de la « convalescence » du roi ayant suivi de très près celle de l’attentat : dès le 8, les médecins cessent de donner un bulletin de santé. Mais c’est alors que l’événement prend sa pleine dimension de fait social. Les messes solennelles, Te Deum, fêtes de toute sorte reçoivent dans les gazettes un écho prolongé, et exceptionnel (les mensuels choisissent seulement quelques cérémonies d’après les gazettes, qu’ils copient ; seul le NS n’y fait aucune allusion). Dans 9 gazettes dépouillées (AA, CA, GA, GB, GC, GF, GL, GU, NE), nous avons relevé :

Te Deum et fêtes

Date connue

Date indéterminée

Total

Janvier

40

13

53

Février

33

11

44

Mars

8

8

Avril

6

6

111

  • 1 Des recherches dans les sources manuscrites confirmeraient seulement les résultats de l’étude mené (...)

9La période de plus forte densité s’étend du 12 au 20 janvier (27 occurrences). Mais on trouve encore du 2 au 16 février 24 occurrences. Les journaux nous font seulement entrevoir l’ampleur du phénomène : il est certain que le plus grand nombre des « relations » reçues n’ont pas passé dans la presse, comme le soulignent à maintes reprises les rédacteurs1. En outre, ces derniers font état d’une suite ou d’un grand nombre de messes d’actions de grâces dans une ville (au Havre, pendant trois semaines, AA, 09/02, à Sedan, GA, GU, 01/02, GC, 28/01, GL, 04/02), dans un pays étranger (Italie, GU, 18/02, 01/03 ; le 12 février, on chante encore des Te Deum dans diverses églises de Rome, GC, 25/02). Tout nous invite à pressentir, au delà de mentions explicites déjà nombreuses, cette unanimité nationale et internationale que les journalistes célèbrent globalement.

10La diversité des lieux où se donnent les cérémonies confirme ce sentiment d’unanimité. En France (85 occurrences), toutes les grandes villes, les villes de garnison, de petites villes de la France périphérique, des bourgs, des villages, le « désert » même où se réunissent les protestants de Nîmes. A l’étranger (26 occurrences), des cours (Trèves, Parme, Madrid, Manheim), la Rome pontificale, des ambassades françaises, en Italie, Allemagne et Europe du Nord, des colonies françaises, surtout en Espagne et au Portugal, mais aussi des lieux éloignés au plus profond de la Pologne (Kaminieck en Haute Podolie, GU, 11/03), les hôtels particuliers des seigneurs russes (le 15 février, anniversaire de la naissance de Louis XV), et les demeures de l’aristocratie sur tout le territoire polonais (GA, GU, 04/03).

11203 énoncés de presse relatant ces cérémonies, dont 9 gazettes et 3 mensuels ou bimensuels, se répartissent de la façon suivante :

AA

31

GL

14

CA

15

GU

27

GA

2

JE

6

GB

6

MF

21

GC

24

NE

3

GF

29

SC

6

12On remarque que les journaux officiels (AA, GF, MF) manifestent une nette prédilection pour ce type de nouvelle, qui s’affirmerait encore si l’on mettait en regard ces énoncés et ceux qui ont trait à l’affaire Damiens (procès, personnalité du criminel, développement de l’agitation parlementaire) : la censure de ces derniers y réduit l’événement à l’heureuse conclusion des actions de grâces publiques. Mais l’intérêt des gazettes de Hollande (surtout GU et GA), qui n’exercent pas la même censure, est à peine moindre. Les NE, comme on peut s’y attendre de la part d’une gazette clandestine et engagée dans le combat politique et religieux, tout en exprimant hautement — et polémiquement — son attachement à la personne royale et au dogme de sa majesté sacrée, négligent la célébration officielle, en ne l’évoquant que pour signaler le zèle profane ou tardif de quelques prélats anti-jansénistes.

13Il est difficile de distinguer l’autorité qui prend l’initiative (nous reviendrons, à propos du texte de l’événement, sur la question de l’initiative officielle, royale puis épiscopale, des Te Deum, qui se pose en 1757 de façon très particulière) : les nouvelles omettent souvent de distinguer les divers « corps » ou personnalités qui participent ensemble, en s’invitant les uns les autres, à une cérémonie, ou de différencier les dates et les caractères propres des séries qu’elles relatent. Cette petite statistique ne porte donc que sur une partie de notre corpus, ne retient que les actions de grâces célébrées à l’intérieur du royaume, à l’exclusion des chapelles royales et de celles des ambassadeurs étrangers à Paris.

Autorités ecclésiastiques (archevêques, évêques)

9

Ordres religieux
(dont collèges, 3)

5

Communautés religieuses non catholiques
réformés
juifs


4
2

Autorités et corps civils
corps de ville, échevins, consuls
magistrats, présidiaux, officiers de justice, cours des comptes
prévôts des marchands, corps de métiers, compagnies


16
10
5

Commandants de provinces

5

Etats

1

Universités

2

Académie provinciale

1

Corps militaires (garnisons)

13

Officiers

2

Noblesse

3

Individus

5

« Habitants »

2

14Les promoteurs traditionnels de la célébration (autorité épiscopale et municipale) apparaissent dans le plus grand nombre des cas. On notera cependant la diversité des instances sociales responsables. Les protestants, qui n’ont pas d’existence civile en France, n’accèdent à la notoriété que par les gazettes de Hollande. Leurs assemblées sont séparées et circonscrites. Dans les autres cas, l’autorité qui prend l’initiative invite les divers corps et personnalités locales : de là une intense activité de représentation sociale (sur laquelle nous allons revenir) ; les récits ouvrent des perspectives instantanées, et profondément signifiantes, sur des micro-réseaux de communication entre acteurs sociaux ; ils participent de concert aux mêmes rites, mais leurs initiatives concurrentes et successives doivent leur en attribuer un bénéfice propre. A la campagne, entre le seigneur, le curé et la population, la jeunesse forme le groupe actif qui va des uns aux autres, jusqu’à l’église, au feu de joie et au bal (voir AA, 11/04, 01/05).

Formes et caractères de la réponse à l’événement

15Elle présente toute l’immédiateté du réflexe. « Aussitôt que le régiment du Roi qui est ici en garnison eut appris l’horrible attentat commis en la personne de S.M., l’affreuse consternation dont ce Corps fut saisi le porta à faire célébrer une Messe solennelle dans la principale Eglise de cette Ville et des Messes particulières dans les autres Eglises... » (GU, GA, 15/02). « A la première nouvelle de l’attentat commis contre la vie du Roi, Mgr l’Evêque ordonne que le Saint-Sacrement seroit exposé le dimanche 9 janvier... » (Tablettes historiques de la Ville et du diocèse de Chalons-sur-Marne, 1758, p. 358). Le dispositif mis en place à Arras, où les Etats d’Artois et les magistrats ont des raisons particulières de s’émouvoir, Damiens étant originaire d’un village proche, est exemplaire. Nous le connaissons par un manuscrit intitulé Mémoires de ce qui s’est passé dans la capitale d’Artois à l’occasion de l’attentat commis sur la personne sacrée du roi le cinq janvier 1757, qui intègre, dans un récit très inspiré des gazettes, des correspondances officielles d’un grand intérêt (Souvenirs de la Flandre Wallone, t. VII, 1867, p. 87-100 ; 187-194 ; t. VIII, 1868, p. 37-48) : prières publiques, interdiction des spectacles et des bals, expression de la « consternation » publique, de la « douleur » de la province, protestation de fidélité au roi dans des lettres au comte d’Argenson, convocation extraordinaire des Etats, décision d’envoyer une députation à Versailles, puis, lorsque le roi est hors de danger, grand messe avec chant du psaume Exaudiat, à laquelle assistent les Etats et une grande partie de la ville ; cette cérémonie est suivie d’un grand nombre d’autres semblables.

16Rapide et spontanée, la réaction paraît en même temps préordonnée : on attend, on prévoit dès le début les conséquences infaillibles de l’événement. « On va maintenant s’occuper à rendre à Dieu les actions de grâces, et une longue suite de Te Deum signalera notre affection pour le roi le plus justement chéri » (AA, 19/01). « Nos temples vont retentir de cantiques d’action de grâce... » (CA, 21/01). De même que la GA, le 14/01, annonçait ; « Toute l’Europe frémira... », elle annonce le 25 : « Toute la France va retentir de cantiques et de chants d’allégresse ». Tous les journaux, en des termes presque identiques, programment un avenir qu’il suffira de parcourir au gré des nouvelles qui parviendront de tous les points de France et d’Europe.

17Une énorme machine se met dès lors en marche. Un flot, un déluge de « relations » assaillent les gazettes, qui tentent de le freiner ou de le filtrer. « Les bornes de cette feuille ne nous permettent pas d’insérer les relations que nous avons reçues à ce sujet de divers endroits, particulièrement des villes de Rouen, de Rennes, de La Rochelle, de Bordeaux, d’Aix, de Marseille, de Toulon, de Troyes, de Dunkerque, de Calais, etc. D’ailleurs, il seroit difficile de faire usage de ces relations sans se répéter. Toutes présentent le même tableau... » (GF, 05/02, repris dans GU, 15/02, GB, 11/02 ; voir AA, 02/02). « Il vient de toutes parts tant de relations des réjouissances faites en différents endroits, par rapport au roi de France, que l’on auroit de la peine à trouver place pour marquer seulement l’annonce de chacune en particulier » (GU, 15/03). La pression sociale qui s’exerce sur les moyens périodiques de communication est considérable, et nous en cherchons plus loin la signification. Les AA décident, dans le numéro du 16 février, de mettre un terme : « En voilà sans doute assez sur les suites d’un événement qu’il faudroit plutôt effacer à jamais de nos fastes, que de le retracer si souvent. Ainsi nous ne pouvons plus faire usage des relations qui nous seront adressées, et nous en resterons là ». Cet avis n’est pas écouté, les « témoignages de zèle » continuent d’affluer (AA, 23/02) et, malgré des déclarations catégoriques (« Hic terminus esto », 02/03), le journaliste, de concessions en compromis, emplit des colonnes entières de scènes édifiantes et de réjouissances publiques jusqu’au 11 mai.

18Ce type de nouvelle circule souvent, sans changement, d’une gazette à l’autre, alors que les bruits publics sur le procès et la personnalité de Damiens présentent des différences et des variations beaucoup plus sensibles. L’identité d’une écriture et d’une rhétorique signale le stéréotype parfait. Mais cette masse presque indifférenciée d’énoncés, dont la longueur varie de quelques lignes à une colonne entière, prouve la puissance extrême d’un affect collectif, dont les journaux ne nous révèlent que les manifestations qu’ils ont sélectionnées. C’est donc, à travers cette écriture stéréotypée et monotone, une part essentielle de la réalité sociale d’Ancien Régime et de ce que doit être l’événement ressenti dans le corps du royaume, qui veut se dire. Le stéréotype mérite donc l’examen, tout autant et peut-être plus que l’écart et l’extraordinaire. A cet égard, les gazettes constituent un instrument précieux d’analyse des mentalités : elles portent les traces menues et quotidiennes des actes, des rites, et des valeurs qui les sous-tendent.

19La nouvelle inattendue de l’attentat, et le soulagement presque immédiat, donnent lieu à une double émotion, dont l’expression se distribue en termes antithétiques d’une égale intensité : douleur, alarmes, vive horreur, consternation, saisissement..., puis joie, allégresse, satisfaction... Une multitude d’énoncés balancent et font alterner ces deux séries, en insistant jusqu’à l’hyperbole sur le contraste et la violence des sentiments vécus.

« Tout ce qu’on ressent d’allarmes dans la plus affreuse calamité publique, on l’a ressenti à la nouvelle de ce funeste coup, et aussi longtems qu’on a eu sujet d’en craindre les suites. Tout ce qu’on goûte de satisfaction, et tout ce qu’on fait éclater d’allégresse, quand on vient d’échapper au péril d’un naufrage, ou aux horreurs d’un fléau désolant, on le sent et on le manifeste depuis qu’on voit S.M. non seulement hors de danger, mais en aussi parfaite santé que si elle n’avoit reçu aucune atteinte » (CA, 25/01).

20De tous les points du royaume, mais aussi des ambassades (« les chapelles des Ambassadeurs de Hollande, de Dannemarck et de Suède, ont retenti tour-à-tour de gémissements et de cris de joie », AA, 09/02), des cours et capitales étrangères parviennent les mêmes témoignages « d’intérêt » et de « sensibilité ». L’impératrice de Russie est « saisie d’horreur » (GA, 22/02, GB, 25/02, GU, 04/03), comme Sa Hautesse à Constantinople, qui manifeste ensuite « beaucoup de joie » et s’inquiète immédiatement de savoir quel supplice a subi l’assassin (GU, 01/04). A Vienne, « l’Impératrice Reine en fut si émue, qu’Elle tomba en défaillance ; et revenue du saisissement, on vit cette grande Princesse fondre en larmes. L’Empereur et toute la Famille Impériale furent également touchés de ce funeste accident, qui a causé en même tems une consternation générale dans cette Capitale » (CA, 11/02 ; voir GB, 28/02, GU, 01/02). Quant à la noblesse polonaise, « il suffit de connoître ses sentimens [...] pour juger qu’elle a dû être comme terrassée d’un pareil avis » (GU, 01/02). Les gazettes présentent ainsi l’image d’une unanimité internationale (même le Roi de Prusse est « extrêmement pénétré », GU, 28/01, CA, 11/02, et le roi d’Angleterre est saisi d’une « juste indignation », GU, 08/02, 04/03), mais surtout nationale : tous les Français, de quelque ordre et de quelque condition qu’ils soient, oublient tout pour courir, se prosterner aux pieds des autels, et donner ensuite libre cours à leur joie. La GF donne le modèle de ce tableau sensible, que presque toutes les gazettes reprennent en le modifiant à peine, dans son numéro du 5 février :

« Il n’est point d’image assez expressive, pour bien peindre la douleur, la consternation et les allarmes que la blessure du Roi a causées dans tout le Royaume. Partout, dans les Villes et dans les campagnes, les habitans ont suspendu leurs travaux, ont oublié même le soin de leurs maisons et de leurs enfans, pour courir aux Eglises demander la guérison de Sa Majesté [...]. Toutes [les relations] présentent le même tableau. On voit, dans toutes, le Clergé, la Noblesse, les Magistrats, les troupes et le peuple, adresser avec la même ferveur les mêmes vœux au Ciel, et s’efforcer de le fléchir par les mêmes actes de piété et de charité ».

21Les AA, (12, 26/01) le CA (25, 28/01), renchérissent encore dans l’évocation insistante de cet immense mouvement de sensibilité spontanée et communautaire. Dans l’Observateur hollandais, journal de circonstance aux gages du ministère français, J.N. Moreau y voit une preuve de l’unité nationale que les Anglais mettent en doute :

« Il n’y a que ce Royaume qui puisse présenter le spectacle attendrissant, dont j’ai été témoin. Un peuple éperdu et en larmes, les temples remplis d’une multitude de citoyens de tout état, prosternés aux pieds des Autels, et paraissant implorer le ciel pour leur propre vie [...], voilà ce que j’ai vû, et je me suis dit : la France n’est-elle donc qu’une vaste et nombreuse famille, qui a tremblé pour les jours de son Père ? [...] O mon Ami, que les Anglais triomphent de ces divisions futiles que leur gouvernement se plaît à exagérer [...] Une Nation est bien puissante lorsqu’un sentiment invariable, universel, est capable de rallier tous les esprits, et que le zèle pour la Patrie s’identifie avec l’amour inné pour ses souverains » (19e lettre, 07/01, p. 49-51).

22Malgré leur intention polémique de propagande politique, ces pages dressent un tableau identique à celui que présente toute la presse en ce début de 1757. Doit-on dire que la propagande y apparaît simplement de façon plus directe et évidente ?

23Tous les textes montrent combien cette sensibilité à l’événement est socialement ordonnée et hiérarchisée. Les « mêmes vœux » sont formulés par le clergé, la noblesse et le peuple, mais les conduites, les manifestations rituelles ont toujours pour but de signaler et de mettre en valeur l’identité de ceux qui en prennent l’initiative. C’est précisément à quoi servent les « relations » qu’on envoie de toutes parts aux gazettes : elles « célèbrent » l’acte méritoire, elles en désignent les auteurs et les participants, pour leur attirer la reconnaissance à laquelle ils ont droit. L’acte connu, publié par le périodique, jouit d’une valeur sociale ajoutée. Après avoir évoqué la belle unanimité du sursaut national, les AA annoncent cette distribution des mérites : « Nous voudrions pouvoir publier toutes les relations qu’on nous adresse. Quels récits plus intéressans ? [...] Mais les bornes de cette Feuille en mettent à notre zèle : ainsi retranchant les détails, nous nous contenterons de marquer la part que chaque Ville et chaque Ordre a prise à l’affliction générale et à l’allégresse universelle » (26/01).

  • 2 Voir, dans le Bulletin de la société académique de l'arrondissement de Boulogne-sur-mer, t. II (18 (...)

24On voit donc apparaître sans cesse, dans ces énoncés, les signes de la concurrence, de l’émulation dans la hâte ou dans la magnificence, de l’ostentation et de la publicité. « Le public et le particulier ont à l’envi témoigné leur allégresse, à la nouvelle du rétablissement du Roi. Il y a eu des illuminations et des feux de joye ; le Corps de la Ville en a fait rendre solennellement des actions de grâce dans la Cathédrale. La Maison d’Inguimbert est de celles qui se sont les plus empressées à faire paraître dans cette occasion leur attachement pour la Personne sacrée du Roi... » (de Carpentras le 20/02, CA, 25/02). Cambrai a été « une des premières [villes] à se distinguer », mais Carignan « n’a pas voulu être des dernières » (GC, 25/01), et les officiers du régiment de Pologne « ne se sont pas oubliés dans une occasion aussi essentielle » (GC, 15/02). Toujours il s’agit de donner des « témoignages éclatants », des « preuves non équivoques », des « démonstrations », des « marques », de « signaler », de « faire éclater » son « zèle ardent » « à l’envi » les uns des autres2.

  • 3 Les extraits du registre du Présidial d’Angers, p. p. F. Uzureau, « les Angevins et l’attentat de (...)
  • 4 A Bordeaux (GA, 01/02), Nîmes (GU, 22/02), La Rochelle (GA, 11/03, GU, 15/03), Caen (GU, 15/03). « (...)

25Ce « conflit religieux et touchant » dure trois semaines au Havre : « Les corps militaires, la Magistrature, le Clergé, les Négocians, les Communautés des Arts et Métiers, les Armateurs, les Volontaires, jusqu’aux Matelots, tous ont voulu séparément porter au pied des Autels leurs vœux et leurs actions de grâces » (AA, 09/02). L’immense tautologie des textes de gazettes, comme celle des conduites qu’ils relatent, exprime donc un désir, commun à toutes les communautés, d’affirmer leur existence et de prendre place autour du centre royal, de s’en faire reconnaître par un acte d’allégeance et d’amour. Les corps (jusqu’à celui des perruquiers d’Agen, AA, 02/03, ou à la compagnie des arquebusiers d’Epernay, ibid.), les ordres, les personnalités religieuses, administratives, tous profitent de cette occasion exceptionnelle, qui s’ajoute seulement à une multitude d’autres plus communes, pour se situer, réoccuper solennellement leur lieu social et institutionnel3. Les fêtes, religieuses ou civiles, qui marquent la convalescence du roi, font donc défiler devant nous toute une France corporative et processionnelle. Elles permettent aussi à des individus et à des communautés religieuses impliquées dans les « affaires du temps », à des minorités menacées de quêter les mérites d’une loyauté affichée et la bienveillance du pouvoir. Clément de Feillet, l’un des seize conseillers exilés le 27 janvier, donne une fête « magnifique » dans son château seigneurial d’Onzain en Blaisois (GA, 25/05). On voit, dans la concurrence immédiate d’un même énoncé, les jésuites de La Flèche et les Oratoriens de Troyes (ville janséniste s’il en est) rivaliser de zèle (GF, 05/03), et les protestants, d’après les seuls gazettes de Hollande il est vrai, participer au deuil et à la joie commune par des journées austères de jeûne et de prières4.

  • 5 Voir H. J. Martin, Entrées royales et fêtes populaires à Lyon du XVe au XVIIIe Siècle, Lyon, 1970  (...)

26L’action de grâces collective, dans la France catholique, présente des caractères tout différents : la messe solennelle, le chant du Te Deum ou du psaume Exaudiat sont de rigueur, mais parés d’ornements musicaux plus ou moins superbes selon les moyens (les relations y insistent beaucoup : « Le Te Deum, qui pour n’être qu’en plein chant, ne laissa pas d’avoir la même foule d’Auditeurs, qu’auroit pu attirer la plus harmonieuse musique », CA, 18/02), et accompagnés le plus souvent de la sonnerie des cloches, de fanfares, de salves de mousquetterie, de canons ou de « boëtes ». Evoquons seulement le Te Deum des perruquiers d’Agen : « Les consuls qu’ils avoient invités à cette cérémonie y assistèrent, et comme ils leur avoient permis de faire jouer quelques pièces de campagne qui appartiennent à la Ville, il y eut des salves continuelles depuis le commencement de la Messe jusqu’au lendemain » (AA, 02/03). Le vacarme assourdissant est une manifestation traditionnelle de la fête, « témoignages ordinaires » dit Morénas dans CA (11/02), comme les feux d’artifice, feux de joie, et illuminations5. Ainsi à Avignon le 6 février : « Un feu de joye, allumé par MM. les Consuls, au bruit des fanfares et d’une nouvelle charge d’Artillerie, des fusées sans nombre et autres artifices, une illumination générale où l’on distinguoit celle de l’Hôtel de Ville, et des Hôtels de la principale Noblesse par la quantité de flambeaux, de pots à feu et de lampions, dont les façades étoient garnies, des aumônes abondantes, ont été les signes d’allégresse que la Ville d’Avignon a fait paraître... » (CA, 11/02).

27Chaque corps, chaque ville organise une cérémonie à la mesure des moyens qu’ils y engagent. Les cours étrangères, les ambassadeurs offrent à leurs hôtes la pompe des architectures de circonstance, avec des emblèmes « en transparent », que les gazettes décrivent parfois dans le plus menu détail (en particulier à Varsovie, 20 février, GU, 08/03, à Bonn le 13 février, GC, 18/02 ; nous y reviendrons à propos du texte officiel de l’événement). Mais partout éclate la même volonté de répandre la profusion instantanée et la dépense magnifique de la fête. Le concert, le repas, dont on vante le « bon goût » et la « délicatesse », le bal (souvent masqué) jusqu’à l’aube, couronnent ces journées d’allégresse. A Cherbourg, les officiers du Régiment de Clare-Irlandais restent dans un registre modeste, qui « donnèrent un grand souper à ceux des autres Corps, ainsi qu’aux Magistrats de la Ville, aux principaux habitans, et à la Noblesse tant de Cherbourg que des environs. Ensuite on ouvrit un bal qui dura jusqu’à 7 heures du matin. Cette fête a été aussi brillante, aussi magnifique, que le lieu où elle s’est donnée l’a pu permettre, et tout le monde a paru content » (GA, 29/03). Les Français établis à Valence en Espagne et leur Consul font apparemment mieux :

« Après le Service Divin, on servit dans un Jardin, pour les principaux Négocians, un Repas à 32 couverts où la délicatesse le disputoit à la profusion. Le soir, le Consul donna chez lui un grand Bal, précédé du Refresco qui consiste en Eaux glacées de diverses qualitez. A ces rafraîchissemens on ajouta le Chocolat qui fut servi à profusion [...]. On dansa toute la nuit. La Compagnie qui étoit de 200 personnes, de l’un et l’autre sexe, tant Nobles que Négocians, se sépara vers les 6 heures du matin, extrêmement satisfaite de la Fête... » (GA, 18/03).

  • 6 Voir B. Groethuysen, Origines de l’esprit bourgeois en France, Paris, 1927, p. 178-194 ; J.-P. Gut (...)

28Ces somptuosités sont à l’usage des gens de qualité et des bourgeois aisés. Mais l’« aumône » aux pauvres accompagne infailliblement les actions de grâces au ciel, et aucune relation n’omet de la signaler : aumône en argent, dont le roi lui-même donne l’exemple en leur faisant distribuer, par les curés de Paris, cent mille écus (« la reconnoissance de S.M. envers le Ciel protecteur de ses jours se manifeste dans son langage et encore plus dans ses bonnes œuvres », CA, 28/01), en pain, en riz, en habits. Le marquis de Querhoent-Coentanfao, brigadier des armées du roi, « à l’agréable nouvelle de la convalescence du Roi, a fait habiller plus de cent pauvres » (AA, 26/01). A Abbeville, on leur distribue une grande quantité de tourbes (ibid.) ; au Havre, on leur offre « une représentation gratuite de la Comédie » (AA, 09/02). La vieille représentation chrétienne du pauvre élu de Dieu, « membre affligé de Jésus-Christ » (Exhortation de Crépeaux, curé de Saint-Pierre des Arcis, sur les aumônes du roi, p. 2), intercesseur du riche et du puissant, est encore vivante : dans cette structure mentale, pourtant fort délabrée au XVIIIe siècle, le don comme rachat propitiatoire est un acte réflexe6. Les Pères Célestins d’Avignon remettent aux curés sept mille billets avec lesquels les pauvres obtiendront autant de pains, pour les « associer à la joie publique, et les intéresser à employer le crédit qu’ils ont dans le Ciel pour la conservation du Roi et de la Famille Royale » (CA, 18/02 ; idée semblable dans GC, 25/01).

29Mais le peuple participe aussi aux réjouissances (on signale des danses populaires dans les rues de Bazas, AA, 02/03, de Montpellier, GF, 05/03) ; la fête des riches retombe sur lui en menue pluie. Partout coulent pour lui les « fontaines de vin », ressort de la franche gaîté, et l’on entrevoit les saines ripailles auxquelles il est convié autour des palais illuminés. L’ambassadeur de France à Parme « fit rôtir hier un bœuf d’une taille respectable devant son hôtel, et le fit distribuer aux pauvres » (GC, 01/02). A l’occasion du Te Deum et du « splendide repas » offert par l’évêque de Castres à « toutes les personnes de marque », on réserve au peuple un bœuf et plusieurs moutons (GU, 04/03). Mais beaucoup auraient envié les trois cents ouvriers employés à construire des caissons, à Sempigny en Lorraine : M. de Bussy, munitionnaire général des vivres, voulant « faire éclater son zèle respectueux » par une « très belle fête », leur sert « une bonne table, chargée d’alloiaux, de gigots de moutons, de longes de veaux, de dindons et de pâtés, avec du bon vin vieux » ; cette profusion plantureuse de viandes sied à des estomacs plébéiens ; les officiers sont « régalés à une autre table, où la délicatesse étoit alliée à la profusion », et « toutes les personnes de rang » boivent le soir « avec les vins les plus rares la santé du Roy » (GC, 15/02). Apprécions enfin cette clausule presque digne de Flaubert, qui conclut l’évocation de la fête somptueuse offerte par le ministre plénipotentiaire de France à Bonn : « L’Hôtel, qu’habite ordinairement M. le Marquis de Monteil étoit aussi illuminé. Sur la façade de cet Hôtel étoient placées deux Fontaines de vin, et par les fenêtres on jettoit de l’argent au Peuple » (GC, 18/02).

Les images édifiantes

30Le peuple participe de l’extérieur aux rites ostentatoires de la joie publique. Il joue cependant un rôle beaucoup plus important lorsqu’il s’agit de composer les images édifiantes de l’amour qui unit la nation à son roi. Son zèle est d’autant plus pur, d’autant plus exemplaire, qu’il suppose l’oubli de sa misère et le mépris des nécessités élémentaires de l’existence. La belle conduite des ouvriers de Sedan est célébrée dans toutes les gazettes :

« Après les Prières de 40 heures ordinaires, tous les Corps sans exception ont fait célébrer à l’envi des Messes solemnelles en Actions de grâces : Ce qu’il y a de plus remarquable, c’est que les derniers ordres d’Ouvriers et d’Ouvrières de la Manufacture, tels que les Tisseurs et les Nopeuses ont sacrifié le salaire de plusieurs journées de travail, dont ils ont privé leurs Familles, pour satisfaire à leur amour et à leur piété. Enfin on est obligé de célébrer trois grandes Messes par jour dans l’Eglise principale de cette Ville, qui ne cesse d’être pleine ; et l’on en a demandé en si grand nombre de la part de tous les Etats, que cela ira fort avant dans le mois prochain » (GL, 04/02).

  • 7 Même tableau dans la relation qui suit l’Exhortation de Crépeaux, curé de Saint-Pierre des Arcis, (...)

31« On voit avec admiration des gens que la misère accable, et qui n’ont pas de pain, ne vouloir en cette occasion le céder en rien aux personnes les plus aisées » (GA, 01/02 ; voir GU, 01/02 ; GC, 28/01). A Bordeaux, les « pauvres mendiants » de la ville font célébrer « à leur tour une grande Messe dans l’Eglise où la piété de quelques Ecclésiastiques les rassemble chaque semaine pour leur faire des instructions : ils y ont assisté au nombre de six ou sept cens, et la plupart ont communié. Un spectacle aussi touchant étoit réservé au règne du Prince le plus humain et le plus sincèrement chéri de ses peuples » (AA, 16/02)7.

32Les valeurs de bonté simple et d’élan à la fois modeste et spontané s’incarnent en d’autres groupes. Les jeunes écoliers de l’Oratoire de Troyes se rendent à l’église « marchant deux à deux, et précédés des Fifres et Tambours de la Ville » ; « La cérémonie finie, les Ecoliers sortirent de l’Eglise au son des cloches et firent éclatter les sentimens de leur cœur par des cris réitérés de Vive le Roi [...]. Toute la Ville fut édifiée de l’ordre, de la modestie et de la piété de cette jeunesse » (GA, 15/03 ; de même les écoliers des Jésuites de La Flèche : « Jamais il ne régna plus de joie avec plus d’ordre », GF, 05/03). La « troupe joyeuse des pensionnaires » de Sartilly, près de Granville, après avoir offert un festin aux pauvres, au clergé et à la noblesse du lieu, dresse un bûcher décoré de « force emblêmes », et « avant que d’y mettre le feu, le plus éloquent de la bande prononça le plus gravement qu’il put un Discours bien piqué de Latin. La fête se termina par beaucoup de salves, de coups de fusil, de poudre brûlée, et le tout fut arrosé largement du vin du Pays, c’est-à-dire, de cidre dont on fit couler des Rivières » (AA, 11/05). Ailleurs, ce sont des ouvriers qui « des cocardes au chapeau » vont en groupe à l’église et donnent un exemple de belle discipline (GC, 15/02), ou des compagnies bourgeoises « en habits uniformes » et sous les armes, qui manifestent « leurs allégresses par le bruit de leurs Tambours, et des fanfares de leurs bassons et hautbois » (à Cambrai, GC, 29/03), ou la noblesse militaire derrière quelque vieil officier, qui se rend en groupe à l’église (AA, 02/03). On relève aussi des exemples rares de zèle et d’empressement, dans telle petite paroisse rurale (Ozouer-le-Marché près d’Orléans, AA, 23/03), ou de la part d’une famille noble isolée au fond des Pyrénées, qui s’était déjà signalée lors de l’assassinat d’Henri IV : le CA du 26/04 fait longuement état des affres d’Hypolite de Vivier-Lansac, de ses prières, de ses bonnes œuvres et de ses « vœux solemnels », le tout « énoncé dans un verbal authentique qui en a été dressé ». Un zèle aussi bien certifié devrait mériter récompense.

  • 8 Le compte rendu des députés des Etats, à leur retour de Versailles, parut sous le titre : Extrait (...)
  • 9 Caulet, évêque de Grenoble, et Breton lui-même, cite l’Extrait des registres des Etats dans son Di (...)

33Parmi ces vignettes, il faut réserver une place à part à la plus touchante d’entre elles, celle de la bonne province, dont la fidélité s’exprime avec un enthousiasme, une générosité sans pareilles : les Bretons oublient toutes les contestations, tous les conflits qui les opposent à l’autorité royale, pour voler au pied du trône réaffirmer leur indéfectible attachement. Toutes les gazettes célèbrent ces mouvements issus du fond du cœur, relatent le départ immédiat des députés des Etats, la réception gracieuse du Roi et de la famille royale, l’émotion dont est saisie la cour, l’allégresse des Etats au retour de la députation, le vote du second vingtième aux cris réitérés de Vive le Roi (GA, 21/01, 01/02 ; GU, 01/02...)8. Les Bretons donnent l’exemple à la France entière, ils expriment « ce que tout bon citoyen sent » en cette occasion ; « L’amour des Bretons pour leur Roi, réveillé par ce bruit effrayant, parla seul », et le roi y est sensible, qui répond aux députés : « Leurs sentimens ont été jusqu’à mon cœur » (CA, 25/01). Dans cet échange chaleureux se joue la scène idéale, imaginaire, du rapport immédiat du roi à son peuple. « Parler au roi », « voir le roi », c’est le désir, l’illusion insensée qui dans L’Ingénu de Voltaire meut les naïfs Bretons, et l’Ingénu lui-même, et qui les conduit dans les antichambres des sous-chefs de bureau, à la Bastille, ou chez un Saint-Pouange. En ce début de 1757, les affaires du Parlement de Bretagne vont bientôt se gâter, et les rapports avec le pouvoir se tendre à nouveau. Mais l’attentat de Damiens a permis au rêve de se réaliser, ou plutôt de se mettre en scène un instant, aux enfants de se jeter dans les bras du père. Lorsque le 19 janvier l’évêque de Saint-Omer Montlouet, conduisant la députation des Etats d’Artois, porte la parole devant le roi, il commence ainsi : « Sire, je suis né Breton : c’est tout dire en fait d’amour pour la personne sacrée de Votre Majesté. J’ai été au comble de mes vœux en retrouvant les mêmes sentimens dans la province où il lui a plu de me placer » (cité dans SFW, VII, 189, et dans Luynes, XV, 379). L’amour des Bretons est le type édifiant de celui de tous les bons Français9. Il le résume et le sublime, et c’est pourquoi la première grande scène sensible du drame national de l’attentat est située par les AA à Morlaix « en Basse Bretagne » (26/01).

34L’unanimité de la réponse à l’événement, les témoignages que chacun donne à l’envi des autres de son zèle, les messes et les fêtes, les tableaux touchants d’un élan communautaire, tout cela vise à laisser à la « postérité » le « monument » de la fidélité de la nation, à effacer le souvenir funeste d’une brisure et d’un refus d’amour, à rétablir l’état de grâce où le roi et son peuple se vouent la totale confiance d’une tendresse partagée. Toutes ces valeurs émotives sous-tendent l’écriture pathétique et répétitive des textes des gazettes. Cette trace de l’événement, la plus longue et la plus appuyée, veut tout à la fois l’effacer et le perpétuer : de là le double mouvement d’une censure (que nous étudierons ailleurs) et d’une célébration. On comprend la gêne des gazettes officielles qui répugnent à rappeler, fût-ce dans l’emphase des récits sensibles, la « catastrophe » initiale, et qui résistent mal à la pression d’un public avide de manifester son « amour ». D’un mal sort un bien ; l’histoire établira finalement un bilan largement positif. Dans son réquisitoire contre les pamphlets anti-jésuites condamnés par le Parlement le 30 mars, le procureur Joly de Fleury le laisse entendre : « Si l’histoire doit entretenir la postérité de l’abominable action qui a déshonoré notre siècle, elle parlera aussi des témoignages de douleur, de tendresse et de joye que la France et toute l’Europe ont fait éclater pour le meilleur des Souverains » (cité dans GA, 08/04, et dans toutes les gazettes).

35Grâce à un sursaut de la conscience nationale, la signification de l’événement s’inverse miraculeusement, comme la maladie de Metz, souvent évoquée à cette occasion, s’était transformée en une noce mystique du roi et de son peuple. « L’intérêt qu’on prend à la durée des jours de S.M. est devenu plus vif, depuis qu’ils ont couru risque d’être abrégés » (CA, 01/03). L’attentat devient une heureuse épreuve, « heureuse époque » (CA, 18/02) qui « confirme » le nom de Bien-aimé, le « justifie » « solemnellement » (AA, 12/01 ; JE, 15/01, p. 160). « Si le Roi avoit pû douter de l’amour de ses sujets, son Assassin lui auroit fourni de quoi s’en convaincre. Jamais ce sentiment n’avoit si bien et si universellement éclaté, que depuis l’attentat de ce forcené » (CA, 28/01). « Rien n’a tant contribué à manifester les sentimens des Français pour leur Roi, ni si bien prouvé que le titre de Bien-Aimé qu’ils lui ont donné, a été puisé dans leurs cœurs » (CA, 25/01). On reconstitue une image, on réédite un scénario. La nation est mise en état de donner des preuves, et le roi de les recevoir : conditions idéales d’un rapport restauré et d’une unité reconquise.

La commémoration

36Ainsi chargé de valeurs politiques et sociales, l’événement tend à se perpétuer et à se commémorer : la répétition (des stéréotypes, des scénarios) rebondit, dans un temps plus long, en cycles de souvenir signifiant. Les institutions et les corps continuent de se situer et de se « signaler », et mettent en place, quelquefois très tôt, le dispositif cérémoniel qui doit prolonger l’émotion religieuse et nationale, recomposer les tableaux touchants du culte royal. Le 11 février, les évêques de Bretagne, assemblés à Rennes pour les Etats, donnent un mandement qui institue à perpétuité une fête à l’honneur des Saints Anges Gardiens, pour remercier Dieu d’avoir sauvé le Roi : elle sera célébrée tous les ans le 5 janvier, « sans être chômée » (GF, 26/02, et plusieurs autres gazettes). Les marguilliers et les habitants de la paroisse de N.D. de la Recouvrance d’Orléans fondent également un Te Deum pour le 6 janvier ; acte est passé devant notaire, et la GA (01/07) rectifie l’erreur du CA qui attribuait mal à propos cette fondation au curé de la paroisse (20/05). Caulet, évêque de Grenoble, institue des prières annuelles par son Discours du 30 janvier (« ces prières perpétueront nos regrets d’avoir été en quelque sorte les témoins de l’entreprise la plus révoltante : elles perpétueront les justes allarmes dont nous avons été saisis »..., p. 22), les juges et consuls de Chatellerault une messe annuelle (AA, 11/05). La confrérie des Pénitents blancs de Montpellier fait particulièrement bien les choses : « déjà très-distinguée », elle « vient d’acquérir des reliefs encore plus distinctifs, par la manière dont elle a solemnisé et perpétué sa reconnaissance envers le Ciel » ; non seulement elle rachète deux prisonniers, mais fonde une messe solennelle, avec double aumône aux « pauvres Frères honteux » ; le roi informé témoigne sa satisfaction en permettant « par un brevet authentique de faire porter à l’avenir sa grande Livrée au Suisse de la Chapelle » (CA, 10/06). Les Pénitents blancs de Nîmes imitent ceux de Montpellier par une semblable fondation, accompagnée d’un dîner offert à tous les prisonniers (CA, 22/07).

  • 10 Voltaire relève le paradoxe de cette fondation par un exilé, Précis du siècle de Louis XV, chap. 3 (...)
  • 11 Sans doute s’agit-il de l’édit d’août 1749 (Isambert, Recueil général des anciennes lois française (...)

37Il semble, d’après une remarque de la GB, du 13/05, que l’autorité royale ait relâché en cette circonstance la rigueur des mesures de restriction imposées aux fondations religieuses, dans le souci moderne de ne pas laisser s’immobiliser l’argent dans des placements non économiques. Ainsi l’abbé Chauvelin, un des seize parlementaires exilés, farouche opposant qui se signalera dans les années suivantes, fonde dans son abbaye (près de Troyes) une messe solennelle10 et, « quoique cette nouvelle institution soit contraire à la Déclaration du Roi rendue il y a cinq ou six ans, par laquelle il est défendu de faire de nouvelles Fondations aux Prêtres et aux Religieuses11, S.M. dérogeant pour cette fois à sa Déclaration, a scellé Elle-même dans le dernier Sceau qu’elle a tenu, les Lettres Patentes qui authorisent cette Fondation ».

  • 12 La consultation des archives permettrait de repérer beaucoup d’autres annuels. Le ms Compiègne BP (...)

38Un sondage effectué dans les AA permet de constater qu’au début de 1758 six cérémonies anniversaires y sont relatées (à Marseille, Montpellier, Chatellerault, Riom, Ozouer-le-Marché, Moreau-aux-Bois près de Pithiviers : AA 11, 18, 25/01, 01/02, 05/03)12. Tout l’apparat social et religieux des cérémonies initiales s’y reproduit. Le journal doit faire face à un nouvel afflux de publicités provinciales : « Nous ne ferons aucun usage de toutes les relations tardives qui pourront nous être adressées, et nous terminerons aujourd’hui par le récit d’une fête de village... » (AA, 01/02/1758).

39L’événement devient ainsi « époque » (le 5 janvier, « époque d’un événement qui rend ce jour bien mémorable » ibid.), arrêt du temps, suspens par lequel s’insinue une nouvelle temporalité, qui a droit à la récurrence et à la répétition : c’est le temps même du sacré, de la primordialité d’un mythe. Tout événement un peu fort aspire à accéder à cet ordre temporel soustrait à la durée indifférenciée de l’existence. Encore faut-il qu’il en ait la force suffisante ; ce qui touche à des valeurs sociales profondes suscite des tentatives en ce sens, mais l’attentat de Damiens ne parvient pas à constituer une époque vraiment significative, puisque, dès 1759, on ne trouve plus mention des « annuels » institués en 1757.

40Les gazettes offrent un excellent champ d’investigation pour une étude de la « fête occasionnelle » (M. Vovelle) ou de la « fête dynastique » (M. Ozouf). La prolifération, la rapidité du déclenchement de ce type de fête en attestent le dynamisme, mais c’est un dynamisme planifié, imitatif et conformiste. Malgré les apparences qu’elle veut se donner, surtout à l’occasion de l’attentat, elle n’a rien de spontané. Elle obéit à un code strict qui en détermine la forme ; accompagnant un événement de la vie monarchique et nationale, elle reflète rigoureusement l’organisation sociale qui, dans les cours et les villes, la structure. « La fête traditionnelle est le monde de la différence. C’est vrai de la fête dynastique, qui fixe avec une raideur exemplaire l’ordre des rangs et des corps » (Mona Ozouf, La fête révolutionnaire, p. 10). Elle associe, en une séquence ordonnée et presque uniforme, le sacré et le profane, les actions de grâces, plus ou moins pompeuses, à la Providence, les aumônes, les manifestations folkloriques du vacarme et du feu, la dépense magnifique et ostentatoire des soupers, des bals, voire des architectures de circonstance.

41En un temps où, comme le remarque le CA (04/03), la joie libre du carnaval recule devant les occupations et les valeurs sérieuses du travail, la fête monarchique connaît apparemment de beaux jours : elle relaie et prolonge, dans les états centralisés, les « triomphes citadins » où la ville se donnait à elle-même le spectacle de son ordonnance et de son identité. Comme l’écrit Y.M. Bercé, avec la décadence des villes, « les sentimens d’appartenance, le patriotisme quittent cet ancrage pour des entités plus lointaines » ; les fêtes citadines sont condamnées par la naissance des états nationaux (Fête et révolte, p. 125). Mais, par un langage visuel tout semblable, la ville et ses « corps » célèbrent une autre unité, celle de la nation fidèle à son roi. Il ne faut certainement pas sous-estimer la signification sociale d’un tel phénomène, dont les gazettes ont l’intérêt de révéler l’importance.

42La masse d’énoncés que nous recueillons ainsi constitue en même temps un texte de l’événement, citation primaire d’un discours social qu’élabore, codifie et amplifie le texte officiel (mandements, discours, poèmes..., que nous étudierons plus loin). Chaque communauté veut « se signaler », redoubler par la vertu du journal la preuve qu’elle a déjà donnée en réalité. La gazette traduit donc en langage efficace la « sensibilité » de la nation, de ses ordres, de ses corps, à l’événement. Elle en inscrit la trace dans les actes de la vie du royaume.

43Ce corps tentaculaire de l’événement n’a d’existence et de sens que par rapport au centre nerveux qui le dirige. Les « témoignages » supposent un témoin, qui est le roi : « L’auguste victime a éprouvé que si sa vie est chère à ses sujets, elle est précieuse aussi chez bien d’autres peuples... » (CA, 04/03) ; « Aix méritoit dans ces circonstances d’être vû de son Roi » (CA, 25/01). L’amour en s’exprimant fait retour au roi qui l’inspire ; il atteint son but. Par une gratification réciproque, le roi et son peuple se regardent s’aimer. Dans le spectacle créé et composé par la « relation », les images projetées sont fortement valorisées : elles nous parlent toujours, à travers la représentation commune et banale de la réjouissance publique et particulière, d’une communauté soudée et unanime autour de son roi, d’un grand mouvement de solidarité monarchique et nationale. L’événement ne sert finalement qu’à renforcer les liens qui unissent la France à son roi. Le culte royal prend les allures d’un drame sensible où la nation, suspecte un moment d’avoir été infidèle, en donnant naissance au « malheureux » Damiens, redouble d’affection, se fait pardonner et rentre en grâce.

44En outre, les images obéissent à une finalité d’intégration de l’événement. Ce dernier cesse d’apparaître comme une perturbation dangereuse (comme un retour, en ce siècle des lumières, de la barbarie des Clément et des Ravaillac) à partir du moment où se met en marche la grande machine sociale des actions de grâces religieuses et civiles. Il s’en fait, sous l’Ancien Régime, une énorme consommation (victoires, même présumées, naissance, maladie d’un prince...). L’attentat amplifie seulement une réaction commune. L’événement entre dans le moule qui l’attend. Le vœu officiel, c’est que, devenu « heureuse époque », « monument » de l’amour partagé des Français et de leur roi, il entre, à côté d’autres, dans une Histoire exemplaire.

Notes

1 Des recherches dans les sources manuscrites confirmeraient seulement les résultats de l’étude menée sur la presse, mais l’étendraient sans fin. Le ms Joly de Fleury 2068 contient par ex. des lettres de Riom (fol. 371-373) et de Romorantin (fol. 375) relatant des délibérations et des cérémonies d’actions de grâces ; le registre du chapitre de N.D. de Boulogne, Arch. du Pas-de-Calais, 1 b 74, fol. 166 v°, fait état de prières du 9 au 11/01, et d’un Te Deum le 13/03.

2 Voir, dans le Bulletin de la société académique de l'arrondissement de Boulogne-sur-mer, t. II (1873-1878), p. 46-49, la « Lettre à un ami sur ce qui s’est passé à Boulogne... », datée du 14/03, et p.p. L. Bénard : « Quoique depuis quelque temps les gazettes ne soient remplies que de semblables détails, je suis cependant persuadé que vous ne verrez pas avec indifférence de quelle manière notre Patrie s’est distinguée »... (p. 46) ; voir également la « Lettre de M. Le Corvaisier, Secrétaire perpétuel de l’Académie Royale des Belles-Lettres d’Angers, à M. Fréron », AL, 1757, II, 185-189.

3 Les extraits du registre du Présidial d’Angers, p. p. F. Uzureau, « les Angevins et l’attentat de Damiens », Andegaviana, 9e série, 1910, p. 399-408, révèlent parfaitement ce souci obsessionnel et mesquin d’« occuper » sa « place » (à l’église, dans les processions), d’observer le protocole qui fixe les primautés, l’ordre de la marche, les habits, les relations des corps entre eux, la réception des invitations qu’ils s’adressent... Dans les cérémonies célébrées du 8 au 13 janvier, tout se passe « à l’ordinaire », mais les plus petites modifications sont relevées et provoquent des tensions et des protestations.

4 A Bordeaux (GA, 01/02), Nîmes (GU, 22/02), La Rochelle (GA, 11/03, GU, 15/03), Caen (GU, 15/03). « Les Protestants-François, réfugiez dans ces Provinces, qui ont partagé, avec toute la sensibilité imaginable, l’horreur de l’attentat [...], ont appris, avec la plus profonde édification, la part que leurs Frères répandus dans les Etats de la domination de S. M. Très-Chrétienne, y ont prise... » (GU, 22/03).

5 Voir H. J. Martin, Entrées royales et fêtes populaires à Lyon du XVe au XVIIIe Siècle, Lyon, 1970 ; M. Vovelle, Les métamorphoses de la fête en Provence de 1750 à 1820, Paris, 1976, p. 41-42, 75-76.

6 Voir B. Groethuysen, Origines de l’esprit bourgeois en France, Paris, 1927, p. 178-194 ; J.-P. Gutton, La société et les pauvres..., Paris, 1971, p. 362-370.

7 Même tableau dans la relation qui suit l’Exhortation de Crépeaux, curé de Saint-Pierre des Arcis, p. 3 : à la messe d’actions de grâces du 3 février, les marguilliers, les dames de charité et les notables de la paroisse se joignent aux pauvres ; « l’on vit des Artisans et des Ouvriers suspendre les travaux de la journée [...]. Les pauvres secourus et soulagés par les bienfaits du Prince, conduits et amenés aux pieds des Autels par la plus vive reconnoissance, s’empressoient d’augmenter le nombre des Adorateurs du Très-haut [...] : la modestie peinte sur tous les visages, formoit le spectacle le plus édifiant ».

8 Le compte rendu des députés des Etats, à leur retour de Versailles, parut sous le titre : Extrait des registres des Etats de Bretagne du Vendredi 7 janvier [...]. Du Jeudi 13 janvier 1757 ; on y prête à Madame l’exclamation : « Tout le monde voudroit être Breton aujourd’hui » (p. 3). Selon Luynes, elle aurait dit « qu’elle voudroit être Bretonne » (XV, 367 ; voir également 362, 366, et Barbier, VI, 446).

9 Caulet, évêque de Grenoble, et Breton lui-même, cite l’Extrait des registres des Etats dans son Discours du 30 janvier, et commente : « que nos réflexions approfondissent tout le mérite de cet exemple, qu’elles nous en fassent reconnoitre toute l’utilité [...]. C’est ainsi que les vrais François pensent ; c’est ainsi qu’ils agissent. Tout sentiment, toute action contraire est plus contre la nature de ce qui fait proprement le caractère de la Nation, que les monstres les plus singuliers ne sont opposés aux productions ordinaires [...]. Le bonheur que la Province de Bretagne vient d’avoir de manifester avec éclat son attachement au Roi, est sans doute digne d’envie [...]. Mais quant à la disposition des esprits et des cœurs, elle est absolument uniforme dans toute la Nation » (p. 17-18). L’auteur anonyme de l’Histoire de Robert-François Damiens, Amsterdam, 1757, fait de la générosité des Etats de Bretagne un reproche aux parlements qui refusent le second vingtième : l’état « y a trouvé des ressources qui l’immortalisent dans nos Fastes, et qui doivent couvrir de honte tous les François qui murmurent quand il faut contribuer un peu extraordinairement aux besoins publics [...]. O Bretagne, heureuse de connoître et d’aimer les devoirs de Citoyen ! vous êtes véritablement la Reine de nos Provinces. On vous proposera pour modèle pendant autant de siècles que durera le nom François » (p. 29-31).

10 Voltaire relève le paradoxe de cette fondation par un exilé, Précis du siècle de Louis XV, chap. 37, Œuvres historiques, p. 1531.

11 Sans doute s’agit-il de l’édit d’août 1749 (Isambert, Recueil général des anciennes lois françaises, XXII, 228, no 658, qui ne concerne pourtant que l’établissement de nouveaux corps, et non la fondation de messes.

12 La consultation des archives permettrait de repérer beaucoup d’autres annuels. Le ms Compiègne BP 9 contient la copie d’une invitation des religieux de l’abbaye royale de Saint-Corneille à assister à une grand-messe d’actions de grâces le 5 janvier 1758 (fol. 59 v°) ; voir aussi l’Arrest d’homologation fondant une messe à l’abbaye royale de Montierame le 15 février, BPR, Le Paige 548, no 31.

© Presses universitaires de Lyon, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site