Version classiqueVersion mobile

Biographie & Politique

 | 
Olivier Ferret
, 
Anne-Marie Mercier-Faivre

II. Édifier

Présentation

Anne-Marie Mercier-Faivre

Texte intégral

  • 1 Jean Sgard, « Poétique des Vies particulières », dans Les Vies de Voltaire : discours et représent (...)

1Le récit biographique propose des modèles, « des devoirs réduits en pratiques1 », selon la formule de Jean Sgard commentant la conception de l’histoire de l’abbé Rollin. Rien de nouveau en cela ; mais au xviiie siècle les modèles de vertus héroïques deviennent aussi des incarnations d’idées politiques. L’opération s’effectue à travers une série de relectures et de reconstructions ou inventions de textes de formes très diverses : autobiographies, recueils d’anecdotes, biographies plus ou moins rédigées, lettres... Un travail d’édition, d’interprétation, de collection et de mise en série de fragments épars – et parfois de réécriture – est nécessaire. Le politique donne forme et sens au biographique au prix d’une élaboration qui, pour être lente et difficile, ne marquera pas moins fortement les esprits en leur fournissant ce qu’ils attendent, une Vie qui n’ait pas l’allure mouvante et indécise du hasard ou du portrait ponctuel mais qui soit fixée comme un monument digne d’être révéré.

2L’autobiographie classique, refusant la complaisance à l’égard de soi, propose un modèle à l’usage des lecteurs. L’auteur-narrateur, arrivé à un certain âge, est en mesure de revenir sur l’itinéraire qui l’a amené au point où il se trouve, de réfléchir sur les qualités dont il a fait preuve pour y parvenir et pour s’y maintenir. Si des erreurs ont été commises, elles doivent être de moindre importance par rapport aux réussites, ou y préparer, comme les Confessions de saint Augustin, qui présentent un itinéraire de conversion. Idéalement, le lecteur est un homme jeune, une figure filiale à laquelle l’auteur s’adresse, justifiant ainsi l’entreprise d’écriture et parfois la vie même. Il s’agit de proposer des gloires à révérer qui puissent devenir des modèles pour la jeunesse.

3L’autobiographie de Benjamin Franklin, dont on a vu la notoriété et la fortune éditoriale, est adressée à son fils. C’est sans doute le premier exemple démocratique et moderne de cet « art de vivre ». Démocratique, il l’est en montrant comment un jeune homme de peu de fortune peut arriver au sommet de l’État, sans se compromettre mais en développant son génie propre et en suivant une méthode et un régime de vie. Dans ce texte, Franklin peut être vu comme un anti-« picaro », de même que sa vie privée, plate et factuelle, est un anti-roman. Le récit de formation ne vaut que par la notoriété future du personnage et fonctionne comme modèle grâce à l’un des textes qui l’accompagnent, La Science du bonhomme Richard. En revanche, les biographes de l’auteur portent un jugement parfois sévère sur les moyens employés, tout en reconnaissant la réussite scientifique et sociale du personnage. Olivier Ritz montre comment ce texte – dans ses différentes versions – fait évoluer le genre de l’éloge et se trouve chargé de valeurs nouvelles, parfois contradictoires. Son usage politique a donc pu varier, le « privé » apparaissant tantôt comme un arrière-plan permettant de mettre en relief les aspects politiques, tantôt comme un exemple, tantôt comme un contre-exemple pour l’action politique.

4Plus encore que Benjamin Franklin, Jean-Jacques Rousseau a fait l’objet d’un culte au moment de la Révolution, mais son autobiographie a posé problème, ne pouvant servir de modèle direct ni sur le plan moral ni sur le plan politique. Si Franklin a brillé aux yeux de certains par son action, Rousseau s’est rendu célèbre essentiellement par ses textes. Sa figure a certes bénéficié d’images positives : le solitaire, l’indépendant, l’ami des gens simples, l’époux de Thérèse... Toutes ces vignettes ont alimenté la curiosité publique et ont séduit. Mais la révélation de sa vie intime à travers la publication en 1789 de la deuxième partie des Confessions heurte le public de ses admirateurs qui cherche une coïncidence entre vie privée et vie intellectuelle et politique. L’inspirateur de la Révolution est une cible facile pour ses détracteurs. Shojiro Kuwase étudie ainsi comment, face à cette difficulté, de nouvelles biographies de Rousseau ont vu le jour, idéalisant sa vie et renvoyant tous les épisodes gênants à une falsification. Émile ou la Nouvelle Héloïse contiennent une vérité qu’il s’agit de retrouver, de « reconnaître », et qui serait plus vraie que celle que propose le récit proprement autobiographique. La vie de l’homme célèbre est un objet – parfois un monument – qui est construit parfois contre l’autobiographie.

  • 2 Jean-Claude Bonnet, Naissance du Panthéon : essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, c (...)

5Ces deux exemples s’inscrivent dans le mouvement de renouvellement de la biographie et de développement d’un nouveau culte des grands hommes dont Jean-Claude Bonnet2 a montré les origines : un nouveau « Panthéon » est né, célébrant les gloires nationales et modernes. Dans la société nouvelle issue du mouvement de glorification des modernes et des idées laïques de la Révolution, les modèles que l’on propose à la jeunesse ont dû être repensés. Florence Boulerie étudie deux entreprises de pédagogie qui offrent des Vies à méditer, les ouvrages de Laurent-Pierre Bérenger (1787, 1789) et de Louis-Pierre Manuel (1789). Pour donner en exemple aux jeunes lecteurs des « hommes illustres » plus proches du peuple, ils présentent non seulement des rois et des gens de lettres, mais aussi de vertueux anonymes. Ces écrits réemploient les modèles hérités de Plutarque et proposent de courtes biographies. Ils les réorganisent sous la forme du recueil d’anecdotes ou du calendrier (à l’image des saints de la religion catholique) et font voir ce qui pour leurs auteurs constitue la quintessence de la vie à imiter, en actes ou en paroles.

6Cette section s’achève sur un exemple particulier, celui de la Vie de Robespierre. De toutes les Vies révolutionnaires c’est sans doute celle qui a engendré le plus de conflits, jusqu’à aujourd’hui. Simone Messina examine un texte qui montre tous les enjeux attachés à cette figure, celui publié par Albert Laponneraye à partir du témoignage de la sœur de Robespierre. La méthode employée annonce bien des biographies futures : les Mémoires de Charlotte Robespierre (1834) sont le résultat d’une synthèse d’entretiens de Laponneraye avec la prétendue auteure, de lettres, de notes diverses et de réécritures. La biographie est encore un regard rétrospectif orienté par le projet politique : il s’agit de réhabiliter le grand homme en montrant qu’il n’a jamais varié, grâce à des témoignages de proches qui l’ont connu dès son enfance. Son caractère prouve ses vertus : désintéressé, incorruptible, il a sacrifié sa vie personnelle à l’action politique par amour de la patrie. On trouve ici les stéréotypes obligés de la vie du grand homme et les garants de la droite action politique.

7La biographie à but édifiant apparaît comme un édifice fragile qu’il faut étayer de différentes manières : il s’agit d’éclairer la simplicité du parcours tout en évitant l’ennui et le soupçon (Franklin), de la défendre parfois contre l’auteur lui-même (Rousseau), de proposer des figures imitables par tous (Bérenger et Manuel), ou de partir de l’intime et du témoignage des proches pour défendre l’action publique (Robespierre).

Notes

1 Jean Sgard, « Poétique des Vies particulières », dans Les Vies de Voltaire : discours et représentations biographiques, xviiie-xxie siècles, Christophe Cave & Simon Davies (dir.), SVEC 2008 :04, Oxford, Voltaire Foundation, 2008, p. 35.

2 Jean-Claude Bonnet, Naissance du Panthéon : essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, coll. « L’esprit de la cité », 1998.

Auteur

Professeure de littérature à l’Université Claude-Bernard Lyon 1 et co-responsable du groupe d’études du xviiie siècle de Lyon (unité constitutive de l’UMR LIRE). Elle travaille sur l’histoire des idées et la presse d’Ancien Régime, et a codirigé, avec Olivier Ferret et Chantal Thomas, le Dictionnaire des Vies privées (1722-1842) (Voltaire Foundation, 2011).

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search