Version classiqueVersion mobile

Biographie & Politique

 | 
Olivier Ferret
, 
Anne-Marie Mercier-Faivre

I. Agir

La réception des vies privées : bien dire ou mal dire en politique

Samy Ben Messaoud

Texte intégral

  • 1 Olivier Ferret, Anne-Marie Mercier-Faivre & Chantal Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées ( (...)
  • 2 Voir ibid., p. 4-8 ; et Lise Andries, Cartouche, Mandrin et autres brigands du xviiie siècle, Pari (...)
  • 3 On suivra ici la prudence exprimée par Robert Darnton dans Le Diable dans un bénitier : l’art de l (...)

1Si le xviiie siècle est très généralement considéré comme le moment où se crée le genre autobiographique moderne, on néglige souvent de dire que cela s’est produit dans un contexte plus large, celui de l’évolution du genre biographique. Celui-ci a évolué à cette époque avec de nouvelles manières de penser les rapports du privé et du public. Le travail qui a conduit à la publication du Dictionnaire des Vies privées1 a montré que le monde du livre, et particulièrement de la biographie, s’est enrichi d’un nouveau genre avant la Révolution française, celui des « Vies privées » : dans ces ouvrages, il s’agissait de faire l’apologie ou la satire d’un personnage, non plus seulement à travers sa naissance et ses faits glorieux, mais à travers de multiples détails intimes, comme ceux de l’enfance, des amours, des habitudes alimentaires, vestimentaires, ou sexuelles, de la santé ou de la maladie... Ces publications se sont répandues massivement, ce qui montre le goût des lecteurs pour des écrits qui mêlent biographie et critique politique – ou action politique, certains n’étant en eux-mêmes que de pures et simples opérations de dénigrement. Enfin, si ces ouvrages sont à la biographie ce que la caricature est à la peinture, il n’en demeure pas moins qu’ils sont un prolongement de ces « biographies du pauvre » que furent au xviiie siècle les vies de criminels2. Ils sont ainsi reliés à la prolifération des écrits judiciaires et à la naissance de ce qui sera l’« opinion publique ». La presse est une bonne source d’information pour connaître ce que fut leur diffusion et pour faire des hypothèses3 sur leur réception.

  • 4 Voir O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., (...)
  • 5 . Voir ibid., notice no 130, p. 391-394.
  • 6 Voir ibid., notice no 71, p. 274-275.

2On peut par les journaux connaître certaines conditions de vente, la publicité faite aux ouvrages. Ainsi le Journal de Paris signale, dans sa livraison du 16 février 1779, la parution de la Vie militaire, politique et privée de Demoiselle Charles-Geneviève Éon de Beaumont4, « 1 vol. in-8o de 176 pages, avec fig. ; par M. de La Fortelle, prix 3 livres broché » ; et, dans celle du 3 février 1791, la Vie privée du Maréchal de Richelieu, contenant ses amours, ses intrigues, et tout ce qui a rapport aux divers rôles qu’a joués cet homme célèbre pendant plus de quatre-vingts ans5, « 3 vol. in-8o formant 1450 pages, prix 13 livres et 10 sols brochés pour Paris, 15 livres francs de port pour tout le royaume, chez Buisson ». On trouve également des détails sur les souscriptions pour des ouvrages plus respectables, mais qui révèlent le même intérêt pour les détails de la vie ordinaire. Ainsi de cette annonce, publiée le 2 février 1781, relative à la Vie privée des Français6 : « Il [Legrand d’Aussy] annonce une Histoire de la Vie privée des Français, en 4 vol. in-8o et in-4o, et invite le public à venir se faire inscrire chez lui pour s’assurer au moins du premier volume qui doit être imprimé vers la fin de cette année, ou au commencement de la prochaine. »

  • 7 Eugène Hatin, Histoire politique et littéraire de la presse en France, 8 vol., Paris, Poulet-Malas (...)
  • 8 Voir R. Darnton, Le Grand Massacre des chats, Paris, Les Belles Lettres, 2011, p. 238 : « Les libe (...)

3Les Vies privées, comme les autres nouveautés du livre, peuvent être recensées dans les feuilles françaises et étrangères. La plupart de ces comptes rendus sont réédités dans l’Esprit des journaux, un périodique « reproducteur7 ». Mais les textes sont rares et difficiles à trouver. Jusqu’en 1789, ces Vies (la plupart du temps satiriques) visaient le plus souvent la noblesse et les agents du pouvoir, et étaient de ce fait sévèrement pourchassées8. Leurs recenseurs sont souvent des journalistes de métier (Mallet du Pan, Chamfort, Condorcet, Linguet et Mirabeau...), mais l’impression des libelles (en général anonymes) comme leur vente sont clandestines. Après la Révolution et l’abolition de la censure coercitive de l’Ancien Régime, les Vies se sont multipliées et ont porté aussi bien sur les aristocrates que sur des figures de la Révolution, incarnation d’un nouveau pouvoir en place (ou sur le point de tomber, les Vies reflétant les variations de l’opinion). Aussi les commentaires de la presse sur les libelles dangereux, comme les Vies de Louis XV (1781) ou de La Fayette (1791), demeurent-ils rares, voire inexistants, en dehors des nouvelles à la main ou mémoires et correspondances plus ou moins « secrets ». Les Vies apologétiques ne connaissent pas ce problème. On peut en trouver un exemple dans la Vie privée de Benjamin Franklin, sur laquelle portera la seconde partie de notre enquête : elle a suscité nombre de recensions dans la presse européenne d’expression française.

4Il s’agira donc d’étudier les phénomènes de réception pour deux types de textes, libelles et apologies, opposés dans leur visée mais proches dans leur forme. Ces Vies privées, quoique fort différentes dans leurs structures narratives et leurs finalités idéologiques, possèdent un dénominateur commun : une certaine idée de la Vie comme démonstration et une volonté de flatter l’intérêt des lecteurs. À travers les commentaires, on peut voir comment la presse apprécie le mélange du public et du privé, du biographique et du politique.

VIES SUBVERSIVES

  • 9 . Voir O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit.,(...)
  • 10 Retouché, le texte paraît sous le titre : Siècle de Louis XV, contenant les événemens qui ont eu l (...)

5La Vie privée de Louis XV9, sous ses apparences de livre historique (gravures, belles reliures, documents justificatifs...), est au fond un virulent libelle contre le défunt monarque (mort en 1774). Ce pamphlet, publié en 1781 avec une fausse adresse (Londres, John Peter Lyton), fut malgré son interdiction un grand succès de librairie. Quoique prohibé, il a été maintes fois réédité (1781, 1783, 1784, 1785, 1788, 1791, 179610).

  • 11 Pour une mise en contexte et une vision de ce que recouvre ce terme, voir R. Darnton, « La science (...)
  • 12 Voir Dominique Varry, « Les échanges Lyon-Neuchâtel », dans La Société typographique de Neuchâtel (...)
  • 13 R. Darnton, Édition et sédition : l’univers de la littérature clandestine au xviiie siècle, Paris, (...)
  • 14 Classé 32e sur 720, tandis qu’un ouvrage qui s’en inspire très largement, Les Fastes de Louis XV, (...)
  • 15 The Private Life of Lewis XV : In Which Are Contained the Principal Events, Remarkable Occurrences (...)
  • 16 Voir Simon Burrows, « Les éditions anglaises des Vies privées françaises », dans O. Ferret, A.-M. (...)

6Les dates de réédition témoignent d’un intérêt fort qui se maintient même après la Révolution. Cet intérêt est encore plus grand qu’il n’y paraît au premier abord. En effet, si ces ouvrages portent le même titre, avec le même éditeur et le même lieu, on est face à une multiplicité bien plus grande, ce qui fait que le nombre des réimpressions est difficile à établir : les pages de titre (caractères et ornements) et l’économie des textes ou pagination des volumes ne sont pas identiques. Malgré le lieu mentionné (Londres), les réimpressions proviennent de différents endroits. Les contrefaçons11 sont imprimées par des ateliers, situés en France et à l’étranger, tels que la Société typographique de Neuchâtel12. Car les libraires ne cessent de réclamer cet ouvrage : « Charmet [...] commande 104 exemplaires de [...] la Vie privée de Louis XV [auprès de la Société typographique de Neuchâtel], tout en se plaignant que ses concurrents en soient fournis plus vite par d’autres libraires grossistes13 ». Robert Darnton le classe parmi les meilleures ventes des ouvrages prohibés14. Enfin, cet ouvrage a été rapidement traduit en anglais par J.O. Justamond et publié simultanément à Londres15 (chez Charles Dilly) et Dublin (chez William Whitestone) ; une diffusion qui illustre l’intérêt du public européen pour cette Vie privée, comme l’a montré Simon Burrows16.

  • 17 Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journalistes, 2 vol., Oxford/Paris, Voltaire Foundation / Univ (...)

7La police avait promptement réagi à la publication de la Vie de Louis XV, par la confiscation d’exemplaires et surtout l’identification de son auteur anonyme, Barthélemy-François-Joseph Mouffle d’Angerville (1728-1795). En fait, « son arrestation », le 22 février 1781, coïncide avec la sortie d’un livre fulminant contre le règne de Louis XV17 » ; une célérité qui en dit long sur l’importance des moyens mis en œuvre par le pouvoir royal, attaqué sans détour dans cet imposant pamphlet (4 vol. in-12).

  • 18 R. Darnton, Le Diable dans un bénitier, op. cit., p. 370.
  • 19 O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., p. 30 (...)
  • 20 Louis-François Metra, Correspondance secrète, politique et littéraire, 18 vol., Londres [Maestrich (...)

8La particularité de la Vie privée de Louis XV réside dans son caractère hétéroclite, qui résulte d’une entreprise de compilation. C’est « un collage, un libelle assemblé à partir d’extraits d’autres libelles qui étaient, eux-mêmes, des assemblages constitués à partir de livres antérieurs ou d’informations recueillies dans les cafés ou tirées des feuilles de nouvelles18 », explique Robert Darnton. Sources imprimées et orales, documents historiques et rumeurs, les éléments épars qui composent le texte sont des matériaux relatifs aux événements marquants du présent (la courte durée braudelienne) tels que la peste, les guerres, le décès des monarques... Aussi ce libelle des libelles permet-il de « sauver ce qui va disparaître19 », les sources fragiles et orales. C’est le cas, entre autres, des anecdotes : « Il échappait quelquefois à Louis XV des choses désagréables pour ses courtisans, mais le dessein de les offenser était loin de son âme20. » Ainsi ce nouveau genre biographique est un genre mêlé où les anecdotes et les faits historiques alternent avec des considérations psychologiques.

9La diffusion des livres interdits emprunte un circuit clandestin afin d’échapper à la vigilance de la police. « Les colporteurs commencent à annoncer une Vie privée de Louis XV, avec portraits en quatre volumes », note Mouffle d’Angerville dans les Mémoires secrets (5 janvier 1781). Pour sa part, la Correspondance littéraire, philosophique et critique, adressée à un souverain d’Allemagne (février 1781) s’est contentée d’une présentation succincte de ce libelle : « La Vie privée de Louis XV, qu’on vient de publier en quatre volumes in-8o [sic], sans nom d’auteur, n’est pas une histoire, mais une compilation de mémoires rassemblés sans beaucoup de choix. » Mais le commentaire le mieux informé et sans doute le plus élogieux a été publié dans la Correspondance littéraire secrète :

  • 21 Correspondance littéraire secrète, 18 vol., Londres, John Adamson [fausse adresse], 1787-1790, vol (...)

De Paris, le 7 mars 1781.
Il paraît depuis douze à quinze jours une Vie privée de Louis XV en quatre volumes in-12. On la vend quatre louis, le style m’en a paru négligé ; mais l’ouvrage n’en est peut-être pas moins curieux. Ceux qui sont instruits des particularités de ce règne voient avec plaisir un récit suivi de ce dont ils ont été témoins ou de ce qu’ils ont entendu dire par les contemporains. Cette histoire est encore bien plus piquante pour ceux à qui la plupart de ces détails sont nouveaux. L’écrivain d’ailleurs juge très hardiment tous les personnages de la scène qu’il remet sous nos yeux. [...] On assure qu’il se nomme Mouffle de Georville, qui vient d’être mis à la Bastille pour fruit de ses veilles. [...]
L’auteur de la Vie de Louis XV n’est pas M. Mouffle de Georville, comme on me l’avait assuré et comme je vous l’avais marqué : c’est un nommé M. d’Angerville. Ce qui paraît certain, c’est qu’on l’a mis à la Bastille. Rien de moins étonnant. Le nombre des personnes compromises dans cet ouvrage est très considérable, et l’on dit qu’on fait des recherches très sévères pour en arrêter la distribution ; recherches qui n’aboutissent ordinairement qu’à faire vendre plus cher le livre défendu. Les deux derniers volumes de celui-ci sont beaucoup moins féconds en anecdotes que les précédents21.

  • 22 F. Moureau, Répertoire des nouvelles à la main, op. cit., p. 426. Voir aussi J. Sgard (dir.), Dict (...)

10Les correspondants parisiens de cette feuille, imprimée à Neuwied, travaillaient dans la clandestinité. Mais la police, qui surveillait de près les encyclopédistes, traquait aussi les auteurs de libelles. Ils sont parfois arrêtés et leur réseau démantelé, comme ce fut le cas pour « Antoine-François Le Tellier, Jean-Philippe Louis Barth [...] Imbert de Boudeaux [...] conduits à la Bastille à cause de leurs activités de nouvellistes et de rédacteurs de pamphlets envoyés en Allemagne22 ».

  • 23 Voir J. Sgard (dir.), Dictionnaire des journalistes, op. cit., vol. 2, art. « Mouffle d’Angerville (...)
  • 24 Voir supra n. 10.

11Quant à la vente de ce pamphlet, elle n’a point faibli avec l’avènement de la Révolution et l’abolition de la censure : le Journal de Paris signale, dans sa livraison du 1er décembre 1790, à la rubrique « Livres divers », aux côtés des œuvres de Voltaire et de Jean-Jacques Rousseau, la Vie privée de Louis XV : « 4 vol. in-12, 7 livres 4 sols au lieu de 15 ». C’est une nouvelle réimpression23. L’abbé Arnoux Laffrey, guillotiné le 23 juillet 1794, avait mené à terme les travaux d’une autre réédition de Vie privée de Louis XV, sous un autre titre24 et avec des remaniements. Elle paraît en 1796, à titre posthume, par les soins de Pierre Maton de La Varenne, lequel précise, à propos du défunt abbé :

  • 25 « Avertissement de l’éditeur », Siècle de Louis XV, op. cit., p. III-IV.

Sévère dans sa morale et simple dans ses mœurs, inaccessible à l’ambition, incapable de brûler de l’encens sur les autels des fausses divinités, il [Arnoux Laffrey] ne craignit point d’écrire la Vie privée de Louis XV, dont il y peignit les vices et ceux du gouvernement, avec une liberté mâle, lorsqu’une foule de flatteurs leur prodiguait l’adulation la plus servile25.

  • 26 Ibid., p. X. Voir André Monglond, La France révolutionnaire et impériale, 7 vol., Grenoble, B. Art (...)

12Bien entendu, l’attribution de cette Vie privée à Arnoux Laffrey est erronée. Aussi Maton de La Varenne apporte-t-il quelques éléments d’explication concernant le changement du titre : « J’ai adopté celui de Siècle [...], comme Voltaire a intitulé le règne précédent Siècle de Louis XIV26. » La référence au philosophe des Lumières n’est point fortuite. Maton de La Varenne cherche vraisemblablement à se démarquer du genre des Vies privées, sur le déclin et associé aux flots de brochures pamphlétaires.

  • 27 Voir O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., (...)
  • 28 R. Darnton, Le Diable dans un bénitier, op. cit., p. 440. Voir aussi J. Sgard (dir.), Dictionnaire (...)

13Publiée en 1784, la Vie privée ou apologie de Très-Sérénissime Prince Monseigneur le Duc de Chartres27 de Théveneau de Morande diffère de la Vie privée de Louis XV de Mouffle d’Angerville et introduit une nouvelle idée de la biographie politique, puisque l’objet du libelle est un personnage vivant (Louis-Philippe-Joseph, duc de Chartres, futur duc d’Orléans, 1747-1793). Ce pamphlet, traduit en anglais, fut lui aussi prohibé. L’auteur y décrit les frasques du duc de Chartres à partir de l’âge de 16 ans : scènes lubriques avec des courtisanes, tableaux obscènes, la plume du libelliste introduit les lecteurs dans l’intimité du duc, celle de la débauche. Ce sont des « épisodes pornographiques dignes de l’Arétin28 », observe Robert Darnton. Le journaliste de la Correspondance littéraire secrète s’interroge dans son compte rendu (Paris, le 3 juillet 1784) sur l’efficacité de la police dans l’interdiction des libelles :

  • 29 Correspondance secrète, politique et littéraire, op. cit., vol. 16, p. 279-280. Voir Gunnar & Mavi (...)

La licence des écrivains ne se ralentit pas. En vain la Bastille a-t-elle étouffé pendant quelque temps la voix foudroyante du célèbre Linguet et de tant d’autres, ces exemples n’ont point effrayé ceux qui marchent sur leurs traces. L’audace continue à montrer son front altier et à frapper sur la tête des personnages les plus respectables. J’ai sous les yeux une brochure où le duc de Ch...[Chartres] n’est certainement pas traité en prince du sang. Elle s’annonce sous le titre de Vie privée ou Apologie du très sérenissime Monseigneur le duc de Ch... contre un libelle diffamatoire écrit en 1781, mais qui n’a point paru à cause des menaces que nous avons faites à l’auteur de le déceler par une société d’amis du prince, avec cette épigraphe : « Nos lèvres n’ont jamais trahi la vérité ». On commence par verser tous les poisons de la calomnie sur la naissance du prince ; on passe légèrement sur les premières années, pour les considérer dans l’âge où les passions font leur explosion ; on le suit dans la carrière des plaisirs, dans celle des armes ; on ne l’épargne dans aucun des détails domestiques. Vous n’exigez pas de moi, Monsieur, que j’analyse un libelle aussi scandaleux : il est facile de le juger quant à son objet : la manière dont il est traité répond aux vils motifs qui peuvent l’avoir suggéré. On s’attend bien qu’un écrivain de génie ne souillerait pas sa plume de calomnies aussi atroces. Tout, dans cette brochure, décèle l’esprit étroit qui l’a enfantée ; le style en est bas ; l’auteur ne connaît pas mieux sa langue que la vie privée du duc de Ch... Enfin, c’est un livre bon à jeter au feu. Peut-être le bourreau lui fera-t-il cette justice29.

14En effet, le rédacteur de cet article, outré par les scènes pornographiques, exprime ici sa colère contre ces libelles licencieux.

  • 30 Jules Michelet, Cours au Collège de France, 1838-1851, 2 vol., Paul Viallaneix (éd.), Paris, Galli (...)
  • 31 Voir Antoine de Baecque, « Le commerce du libelle interdit à Paris (1790-1791) », Dix-huitième siè (...)

15La chute de l’Ancien Régime avait engendré un « volcan de la presse, volcan fangeux », observe Michelet30, d’où il résulte une multiplication des libelles31. Les Révolutions de Paris de Prudhomme notent, dans la livraison du 12 décembre 1789 : « Depuis quelques jours, les pamphlets aristocratiques pleuvent à Paris et dans les provinces. » Souvent écrits dans un style plat et rocailleux, ces libelles, imprimés sur un papier de très mauvaise qualité, faisaient l’objet de commentaires virulents dans L’Ami du peuple :

  • 32 L’Ami du peuple, ou le Publiciste parisien, 1er juillet 1790.

Le distributeur de libelles antipatriotiques a été conduit chez le maire. L’honnête Bailly a ouvert un des imprimés, l’a jeté sur la table comme chose de peu de conséquence. [...] Or on n’a point oublié que le maire, ou ses subalternes, a fait renfermer pour six mois à Bicêtre le colporteur qui vendait la Vie privée de La Fayette. [...] Qu’un Bailly favorise la circulation de pareils écrits, cela n’est point étrange non plus. [...] Ignorez-vous que tous ces libelles atroces dont on inonde le public contre les fidèles représentants de la nation sont fabriqués dans le club de 178932 ?

  • 33 Voir O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., (...)

16Marat dénonce la politique partisane de Jean-Sylvain Bailly, maire de Paris. Outre les condamnations de sa feuille faites à l’initiative du pouvoir municipal, Marat, figure de proue du district des Cordeliers, fustigeait avec véhémence les brochures conçues uniquement pour le diffamer. Les Vies privées publiées pendant la Révolution se caractérisent en effet par une radicalité du ton. C’est le cas, entre autres, de la Vie criminelle et politique de Jean-Paul Marat33 (1795), une éloquente illustration.

17Ainsi, on trouve une certaine unité de ton chez les journalistes de tous bords pour condamner ces ouvrages : souvent mal composés, écrits à la va-vite, mais surtout mêlant choses basses et nobles comme la politique ou le rang des personnes incriminées avec des détails scabreux ou pornographiques. Il est rare que les critiques soulignent leurs aspects positifs, comme les éléments qui éveillent l’intérêt des lecteurs, les détails de la vie, les anecdotes ou les éclairages psychologiques. C’est pourtant cela qui a fait le succès du genre. Les préfaciers de ces textes insistaient sur ces points, comme le rédacteur de la Vie privée de Louis XV :

  • 34 [B.-F.-J. Mouffle d’Angerville], Vie privée de Louis XV, op. cit., vol. 1, p. 1.

Il est trop difficile d’écrire l’histoire d’un règne qui vient de finir, pour oser entreprendre celle du règne de Louis XV. [...] Il n’en est pas de même de la vie privée d’un monarque : [...] dès qu’il est expiré, on ne saurait trop tôt recueillir une multitude de faits qui la composent, et ne se conservent souvent que par une tradition orale, dont les traces fugitives s’affaiblissent et se perdent quelquefois tout à fait avec leurs témoins34.

18On revendique ici le droit d’écrire une histoire prise sur le vif. Mais à ce désir de ne pas laisser se perdre le témoignage précieux des contemporains s’ajoute celui d’agir sur l’opinion au moment où elle se fait et les journalistes, dont c’est pourtant le métier, nient ce mérite aux auteurs des Vies privées. Elles en ont sans doute fait un peu trop dans l’art de la calomnie et pas assez dans les marques apparentes de la respectabilité...

VIES EXEMPLAIRES

  • 35 Voir O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., (...)
  • 36 Voir supra n. 4.
  • 37 Voir O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., (...)
  • 38 Voir ibid., notice no 53, p. 241-242.
  • 39 Voir ibid., notices no 55-57, p. 244-247.
  • 40 Voir ibid., notice no 72, p. 276-277. Selon le Dictionnaire de biographie française (Michel Prevos (...)

19Dès les débuts du genre, on trouve de nombreuses Vies apologétiques qui s’inspirent de détails privés pour justifier l’homme public, à l’inverse de ce qu’on vient de voir : le maréchal de Belle Isle35 (1762), le chevalier d’Éon36 (1779), Dumouriez37 (1794), comme de nombreux députés38 (1798) ou membres du Directoire39 (1795-1797) sont présentés de façon flatteuse, de même que Benjamin Franklin. Les Mémoires de la vie privée de Benjamin Franklin, écrits par lui-même, et adressés à son fils ; suivis d’un Précis historique de sa vie politique, et plusieurs pièces, relatives à ce père de la liberté sont publiés en 179140. Ce récit autobiographique, objet d’un grand nombre de comptes rendus, confirme une nouvelle fois la notoriété de Franklin en France.

  • 41 Claude Fohlen, Benjamin Franklin : l’Américain des Lumières, Paris, Payot & Rivages, 2000.

20La disparition de « l’Américain des Lumières », pour reprendre le titre du livre de Claude Fohlen41, fut un événement d’un grand retentissement, amplement commenté dans la presse périodique et quotidienne européenne. Toutefois, la nouvelle du décès n’est parvenue en Europe que près de deux mois plus tard, le temps de la traversée de l’Atlantique. C’est ainsi que la Gazette d’Amsterdam relate les funérailles de Franklin :

  • 42 Gazette d’Amsterdam, 15 juin 1790.

Amérique septentrionale. De Philadelphie le 22 avril.
Le monde politique et littéraire vient de perdre un homme, qui, également illustre dans l’un et dans l’autre, a laissé un nom qui fera époque dans les sciences et dans l’histoire des révolutions du genre humain. M. Benjamin Franklin est mort ici la nuit du samedi 17 de ce mois, dans la 85e année de son âge [...]. Mais ce qui honora davantage les funérailles de cet illustre ami de l’humanité, ce furent les larmes que le respect et la reconnaissance firent répandre à une foule innombrable de peuple qui y était venu assister42.

  • 43 C. Fohlen, Benjamin Franklin : l’Américain des Lumières, op. cit., p. 353.

21Le décès de Franklin a suscité en France un nombre conséquent de « cérémonies d’hommages, sous plusieurs formes : parlementaire, populaire, scientifique et franc-maçonne43 » :

  • 44 Simon-Nicolas-Henri Linguet, Annales politiques, civiles et littéraires, 19 vol., Londres, s.n., v (...)

Depuis quelque temps tous les papiers publics français retentissent des honneurs prodigués à la mémoire de feu Franklin. L’Assemblée nationale a porté son deuil ; dans plusieurs cafés, on lui a érigé des espèces de catafalques44.

  • 45 Voir les Révolutions de Paris de Louis-Marie Prudhomme, no 55, 24-31 juillet 1790, p. 133-136 ; Le (...)
  • 46 Livraison de janvier 1791, p. 405. Les Mémoires de Franklin sont également annoncés dans la Gazett (...)
  • 47 Œuvres de M. Franklin, docteur ès loix... Traduites de l’anglois sur la quatrième édition par M. B (...)
  • 48 Voir Axel Poniatowski & Cécile Maisonneuve, Benjamin Franklin, Paris, Perrin, 2008, chap. XXIV, p. (...)

22L’éloge civique prononcé par l’abbé Claude Fauchet le 21 juillet 1790, en présence des députés de l’Assemblée nationale et de tous les départements du royaume, fut un événement commenté dans la presse45. Tout cela en dit long sur la renommée de Franklin. Il est connu en Europe aussi bien pour son action politique en faveur de l’indépendance de son pays que pour son esprit encyclopédique et scientifique : « Tout ce qui a rapport à cet homme ami de l’humanité ne peut qu’intéresser les âmes honnêtes », note l’abbé Rozier dans ses Observations sur la physique, sur l’histoire naturelle et sur les arts46, à l’occasion de la parution de la Vie privée de Franklin. Surpris par la publication de cet ouvrage, Le Veillard, ami intime du défunt « philosophe américain47 », s’est empressé de rédiger une lettre, datée du 23 février et adressée aux auteurs du Mercure de France, dans laquelle il rappelle ses relations privilégiées avec Franklin et affirme ne pas être responsable de la diffusion de ce manuscrit, dont il possédait une copie48 :

  • 49 Mercure de France, 12 mars 1791, p. 78. Voir Benjamin Franklin, Correspondance, 3 vol., Édouard La (...)

Peu de temps avant sa mort, M. Franklin m’envoya les Mémoires de sa vie écrits par lui-même ; je les ai traduits, et je n’en ai différé la publication, que j’aurais pu faire il y a longtemps, que par égard pour sa famille, et particulièrement pour M. William Temple Franklin, son petit-fils, à qui son grand-père a légué tous ses manuscrits, et qui se propose d’en faire une édition complète, tant en anglais qu’en français, dans laquelle il insérera ma traduction : il est en ce moment en Angleterre, où il s’occupe de cet objet ; et sous peu de jours il doit passer en France pour achever de le remplir.
On vient de publier chez M. Buisson, libraire rue Haute-feuille, un volume in-8o intitulé : Mémoires de la vie privée de Benjamin Franklin, écrits par lui-même et adressés à son fils.
Les cent quarante-six premières pages de ce volume contiennent en effet le commencement des Mémoires de M. Franklin, entièrement conformes au manuscrit que je possède ; j’ignore comment le traducteur a pu se les procurer ; mais je déclare, et je crois nécessaire qu’on sache qu’il ne les tient pas de moi49.

23En fait, la Gazette nationale, feuille quotidienne, avait déjà publié (2 mars 1791) cette lettre in extenso. Elle paraît de nouveau dans le Journal de Paris (24 mars 1791). Dans une lettre, écrite à Passy et datée du 11 mars 1791, Le Veillard s’adresse une nouvelle fois aux lecteurs, abreuvés de Vies privées. Instrument de diffusion rapide de l’information, les journaux permettent à Le Veillard d’avertir le public du caractère frauduleux des Mémoires de Franklin :

  • 50 Claude-Anne Lopez, Le Sceptre et la Foudre : Benjamin Franklin à Paris, 1776-1785, Paris, Mercure (...)

En janvier 1791, Jacques [plutôt François] Buisson, éditeur parisien connu pour ses pratiques déloyales, proposa à Le Veillard de lui acheter n’importe quel manuscrit de Franklin qu’il aurait en sa possession. Le Veillard écarta sa proposition, et pressa Temple, alors à Londres, de revenir en toute hâte à Paris et de mettre le travail en route. Mais quelques semaines plus tard, Buisson publiait une traduction française de la première partie des Mémoires. Comment il réussit à en obtenir le manuscrit reste l’une des énigmes de l’histoire littéraire. Le Veillard fit paraître immédiatement un désaveu public dans le Journal de Paris, proclamant son innocence50.

  • 51 Publié dans le Journal encyclopédique, ce compte rendu est réédité quelques mois plus tard dans l’(...)
  • 52 Livraison d’avril 1791, p. 481. Voir les Mémoires de la vie privée de Benjamin Franklin, op. cit.,(...)

24Toujours plus prompt que les feuilles françaises dans la recension des nouveaux livres, le Journal encyclopédique, périodique liégeois, avait publié, dans sa livraison d’avril 1791, un long compte rendu des Mémoires de Franklin. Il se caractérise par de brèves citations, insérées à la suite du commentaire ou résumé du journaliste : « On ne trouve point ici d’ancienne généalogie, d’illustres alliances, de titres pompeux. Les yeux n’y sont point frappés de ces dehors fastueux de la grandeur, de l’étalage éblouissant de l’opulence51. » Comme Rousseau, Franklin avait connu la faim et le froid. Aussi les lecteurs le découvrent-ils à Philadelphie, « parcourant les rues un petit pain sous le bras, et mordant dans un autre qu’il tenait à la main52 », selon le rédacteur du Journal encyclopédique. L’image est saisissante. Mais ce dénuement n’avait point entravé sa volonté de réussir ni l’épanouissement de son génie créateur. Plus éloquent que le journaliste de Liège, Chamfort exprime le même sentiment dans sa recension, publiée dans le Mercure de France :

  • 53 Livraison du 25 juin 1791, p. 127-128. Cet article est réédité dans Sébastien-Roch-Nicolas de Cham (...)

Cette carrière de gloire ouverte sous des auspices si humiliants aux yeux de l’orgueil européen ; le futur législateur de l’Amérique, entrant de nuit dans Philadelphie, sans savoir où se coucher, mangeant un morceau de pain le long des rues, dans une ville où cinquante ans après, son nom devait être l’objet de la vénération publique ; un garçon d’imprimerie destiné à devenir un des auteurs de la liberté dans sa patrie53.

  • 54 Tableau des opérations de l’Assemblée nationale, d’après le Journal de Paris, 22 mars 1791, p. 253
  • 55 Gazette nationale ou le Moniteur universel, 5 août 1791.
  • 56 Mercure de France, 25 juin 1791, p. 132.
  • 57 Tableau des opérations de l’Assemblée nationale, d’après le Journal de Paris, 22 mars 1791, p. 253
  • 58 Gazette nationale ou le Moniteur universel, 5 août 1791.

25Le caractère exceptionnel de cette réussite, souligné dans la presse européenne, ne doit pas cependant occulter une spécificité de la société américaine, le self made man : « “Je [Franklin] ne dois qu’à moi seul toute ma renommée.” Qu’on le compare à ceux qui devaient tout à leurs ancêtres. Lui-même a écrit cette Vie privée, dont l’authenticité a été reconnue54. » La plupart des journalistes attiraient leur attention sur l’itinéraire de Franklin. Aussi son abnégation dans le travail et son stoïcisme face aux difficultés les plus extrêmes définissent-ils sa personnalité : « Il est intéressant d’observer les hommes extraordinaires, ceux du moins qui sont nés loin du grand théâtre y sont montés par degrés, en jouant progressivement différents rôles55. » En effet, l’accès au « grand théâtre », métaphore de la renommée, poursuit l’auteur de cette feuille, les vies exceptionnelles d’« hommes de génie56 », pour reprendre l’expression de Chamfort, et les circonstances de cette réussite sont mis en évidence. Toujours est-il que ces « détails seraient fastidieux s’il était question d’un homme ordinaire57 ». Quoique limité au pain comme nourriture terrestre, Franklin, imprimeur et fils d’artisan, s’est hissé au rang de Newton, « des bienfaiteurs de l’humanité et des libérateurs des peuples58 », souligne le journaliste de la Gazette nationale, auteur d’un compte rendu à coloration philosophique. Sa réflexion est développée à partir de notions abstraites, la nature et les circonstances, pour expliquer le cheminement d’une vie hors du commun :

  • 59 Ibid.

Il faut voir comme le jeune Franklin voulut d’abord se mêler de poésie, et comme il échappa, dit-il assez plaisamment, au malheur d’être poète ; malheur qu’il n’eût point évité si la nature l’avait fait pour l’être ; mais en voulant faire un philosophe et un sage, ce qui n’est pas toujours la même chose ; elle arrangea pour cela les circonstances, ou plutôt elle lui donna le génie nécessaire pour en profiter, car à quelques exceptions près les circonstances manquent moins à l’homme que l’homme aux circonstances59.

26Pour sa part, Condorcet, journaliste philosophe qui excelle dans l’art de la synthèse, résume ainsi la biographie de Franklin :

  • 60 Bibliothèque de l’homme public, ou Analyse raisonnée des principaux ouvrages français et étrangers (...)

La vie privée d’un homme né dans l’obscurité, mais que son génie a élevé au plus haut degré de considération personnelle ; la vie politique d’un homme dont le nom se trouve mêlé avec les plus grands événements de l’Amérique, qui a le plus contribué à l’indépendance de ses compatriotes par ses talents, son amour pour la liberté et son habileté dans les négociations ; la vie d’un homme enfin dont on peut dire, avec vérité, qu’il a su maîtriser la foudre du ciel et briser le sceptre des tyrans, doit sans doute intéresser toutes les classes des lecteurs60.

  • 61 Benjamin Franklin : à la recherche d’un monde meilleur, Laurence Chatel de Brancion (éd.), Paris, (...)
  • 62 Rétif de La Bretonne, Monsieur Nicolas [1794-1797], 2 vol., Pierre Testud (éd.), Paris, Gallimard, (...)
  • 63 « Une partie de la Vie de Franklin avait été déjà traduite en français, et même d’une manière soig (...)

27Les recensions de la Vie privée de Franklin publiées dans la presse européenne, quelques semaines après la parution du livre, se caractérisent par leur ton dithyrambique. Ce fut une nouvelle occasion pour les journalistes de réitérer leurs hommages à l’une des figures des Lumières. Pour sa part, François Buisson (1753-1814), imprimeur, libraire et journaliste, avait inséré dans la Vie privée de Franklin des extraits du Patriote français et l’Éloge civique de l’abbé Fauchet. Aucunement fortuit, ce choix est destiné à plaire aux lecteurs, fascinés par la personnalité du philosophe américain : « L’aura dont il [Franklin] est entouré dans la France de la fin du xviiie siècle est telle qu’on a peine, aujourd’hui encore, à saisir les raisons de cette célébrité61. » Enfin, « l’avide Buisson62 », conscient de l’engouement du public, réédite en 1798 cette Vie privée, retraduite par Jean Henri Castéra, sous le titre de la Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même63. On retrouve donc le même engouement pour cette vie apologétique que pour les pamphlets que l’on a vus plus haut. Faut-il y voir un paradoxe, ou une continuité dans la naissance d’un autre goût pour la biographie ?

*

  • 64 Pierre Rétat, Le Dernier Règne, Paris, Fayard, 1995, p. 10.

28Les « archives du présent64 », c’est-à-dire les feuilles du xviiie siècle, offrent des outils de lectures novatrices. Les pamphlets, qui privilégient la dimension obscure de l’homme, semblent ignorer les lumières de l’esprit :

  • 65 François Furet & Mona Ozouf (dir.), Dictionnaire critique de la Révolution française : idées, Pari (...)

La Révolution hérite, certes, de l’œuvre de Voltaire et de Rousseau. Mais elle hérite aussi de ce que l’on appelle parfois les « basses Lumières », cette masse de libelles et de pamphlets à scandale, sur les maîtresses de Louis XV ou sur les débauches du clergé, dont le mauvais goût rivalise avec la violence verbale, et qui, dans le dernier quart du siècle, inondent le marché clandestin du livre et sapent les fondements mêmes du régime. Les pamphlétaires, des écrivains ratés, sinon des ratés tout court, forment une intelligentsia frustrée et marginalisée, qui constituera, pour la Révolution, une réserve de cadres potentiels. À cette intelligensia en surnombre, aux Fabre d’Églantine et Collot d’Herbois, aux Brissot et Hébert, la Révolution offrira la chance d’accéder à la politique et de conjurer ainsi sa marginalisation65.

  • 66 Voir O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., (...)
  • 67 Voir J. Sgard (dir.), Dictionnaire des journalistes, op. cit., vol. 2, art. « Théveneau de Morande (...)

29Daniel Mornet, dans Les Origines intellectuelles de la Révolution française (1933), et Roger Barny, dans le Prélude idéologique à la Révolution française (1985), ont mis l’accent sur l’influence des philosophes dans l’émergence d’une nouvelle conscience politique, en rupture avec l’Ancien Régime. Il faut ajouter à ces figures très visibles de l’histoire littéraire celle des auteurs mineurs comme ceux des Vies privées. En effet, les libelles, livres licencieux et subversifs, présentent un décor sombre de la République des libraires, à l’époque des Lumières puis de la Révolution. La Vie privée et publique du ci-derrière marquis de Villette, citoyen rétroactif66, libelle pornographique, fournit ici un exemple significatif. L’étude des pamphlets montre que leur rédaction était plus souvent liée à des buts commerciaux que politiques. Publier et ne pas publier pouvait également rapporter gros : auteur mercantile, Théveneau de Morande, dont la plume suscitait l’effroi de ses adversaires, avait ainsi accepté, après des négociations avec Beaumarchais, de procéder à « la destruction des 3 000 exemp[laires] des Mémoires [secrets de Madame Du Barry] 20 000 francs comptant67 ». Enfin, Théveneau de Morande, Imbert de Boudeaux et Mouffle d’Angerville étaient à la fois journalistes et libellistes.

  • 68 Voir O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., (...)

30Voir le journaliste et l’écrivain pamphlétaire comme des figures incarnant l’opinion publique serait dans bien des cas une erreur. Néanmoins, vivant de leur plume, ils sont extrêmement attentifs à ce que recherche le public et le succès de certains de leurs écrits nous informe sur ce qui compose et nourrit cette opinion publique : un mélange de goût pour les ragots scabreux et de désir de connaître la vérité dans toute son étendue. C’est aussi une volonté de pouvoir juger les hommes qui les dirigent, à travers une idée de vie idéale du grand homme, dont celle de Franklin serait le modèle. D’un côté, on trouve une certaine forme de voyeurisme, de l’autre une volonté de savoir à qui on porte ses louanges, ou même à qui on confie son destin. Le désir biographique, dans le domaine du politique, naît en partie de la démocratie. Ainsi, l’auteur de la Vie de Brissot68 (1793) se félicite d’avoir démasqué la vraie nature de l’homme en dévoilant les traits de sa vie privée :

  • 69 [Pierre Turbat], Vie privée et politique de Brissot, Paris, Impr. de Franklin, an II de la Républi (...)

La société des Jacobins, prévoyante autant que juste, accueille tout le monde, mais l’hypocrite dans ce séjour sacré, laisse bientôt tomber son masque [...] dans ce foyer de lumières et de vertus, la vilaine âme de Brissot, les replis tortueux et sombres de son cœur furent éclairés tout à coup. [...] La postérité et l’univers entier admireront comment une république naissante a su distinguer les hommes pervers d’avec ceux qui l’ont véritablement servie69.

31La biographie politique émerge entre ombres et lumières, à travers ces textes, excessifs certes, mais qui traduisent un besoin de transparence et une aspiration à la constitution d’un nouveau Panthéon. Le lecteur de biographie se fait juge suprême pour sonder les reins et les cœurs, et surtout pour savoir à qui confier son destin.

Bibliographie

Bibliographie

Corpus d’étude

L’Ami du peuple, ou le Publiciste parisien.

Bibliothèque de l’homme public, ou Analyse raisonnée des principaux ouvrages français et étrangers, 24 t. en 14 vol., Paris, Buisson, 1790-1792.

Correspondance littéraire secrète, 18 vol., Londres, John Adamson [fausse adresse], 1787-1790.

Gazette d’Amsterdam.

Gazette nationale ou le Moniteur universel.

Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la république des lettres depuis 1762 jusqu’à nos jours, ou Journal d’un observateur, 36 vol., Londres, John Adamson, 1780-1789.

Mercure de France.

The Private Life of Lewis XV : In Which Are Contained the Principal Events, Remarkable Occurrences and Anecdotes of his Reign. Translated from the French by J.O. Justamond, Londres, Charles Dilly, 1781.

Vie criminelle et politique de Jean-Paul Marat, Metz/Paris, chez les Marchands de Nouveautés/Prévost, s.d. [1795].

Vie privée de plusieurs députés appelés au corps législatif par les assemblées électorales du département de la Seine, contenant leur conduite politique depuis le commencement de la Révolution, par J.D., Paris, C.J. Gelé, s.d. [1798].

La Vie privée et politique du général Dumouriez pour servir de suite à ses mémoires, Hambourg, B.G. Hoffmann, 1794.

Vie privée et publique du ci-derrière marquis de Villette, s.l.n.d.

Chamfort Sébastien-Roch-Nicolas de, Œuvres complètes, Lionel Dax (éd.), Paris, Éditions du Sandre, 2009-.

[Chevrier François-Antoine], La Vie politique et militaire de M. le maréchal de Bell’isle, La Haye, chez la Veuve Van Duren, 1762.

Franklin Benjamin, Œuvres de M. Franklin, docteur ès loix... Traduites de l’anglois sur la quatrième édition par M. Barbeu Dubourg, Paris, Quillau, 1773.
—, Mémoires de la vie privée de Benjamin Franklin, écrits par lui-même, et adressés à son fils ; suivis d’un Précis historique de sa vie politique, et de plusieurs pièces, relatives à ce père de la liberté, Jacques Gibelin (trad.), Paris, Buisson, 1791.
—, The Private Life of the Late Benjamin Franklin... Originally Written by Himself, and now Translated from the French. To Which Are Added, Some Account of his Public Life, a Variety of Anecdotes Concerning Him by M. Brissot, Condorcet, Rochefoucault, Le Roy, etc., and the Eulogium of M. Fauchet, Londres, J. Parsons, 1793 ; rééd., 2 vol., Londres, G.G.J. & J. Robinson, 1793 ; rééd., Dublin, P. Wogan, P. Byrne, J. Moore & W. Jones, 1793.
—, Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même, suivie de ses Œuvres morales, politiques et littéraires, dont la plus grande partie n’avoit pas encore été publiée. Traduit de l’anglais, avec des notes, par J. Castéra, Paris, Buisson, an VI de la République [1797-1798].
—, Correspondance, 3 vol., Édouard Laboulaye (trad. & éd.), Paris, Hachette, 1870.
—, The Life of Benjamin Franklin Written by Himself, John Bigelow (éd.), Oxford, Oxford University Press, 1949.
—, Benjamin Franklin : à la recherche d’un monde meilleur, Laurence Chatel de Brancion (éd.), Paris, Economica, 2007.

Linguet Simon-Nicolas-Henri, Annales politiques, civiles et littéraires, 19 vol., Londres, s.n., 1777-1792.

Metra Louis-François, Correspondance secrète, politique et littéraire, 18 vol., Londres [Maestricht], John Adamson, 1788.

Michelet Jules, Cours au Collège de France, 1838-1851, 2 vol., Paul Viallaneix (éd.), Paris, Gallimard, 1995.

[Mouffle d’Angerville Barthélemy-François-Joseph], Vie privée de Louis XV, ou Principaux événemens, particularités, et anecdotes de son regne, 4 vol., Londres, John Peter Lyton, 1781 ; rééd., Albert Meyrac (éd.), Paris, Calmann-Lévy, 1921.

[Peyraud de Beaussol], La Vie militaire, politique et privée de demoiselle Charles-Geneviève-Louise-Auguste-Andrée-Timothée Éon, ou d’Éon de Beaumont [...], par M. de La Fortelle, Paris, Lambert, Onfroi, Valade, Esprit et chez l’auteur, 1779.

Prudhomme Louis-Marie, Révolutions de Paris, dédiées à la Nation, 1789-1794.

Rétif de La Bretonne, Monsieur Nicolas [1794-1797], 2 vol., Pierre Testud (éd.), Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1989.

[Théveneau de Morande Charles], Vie privée ou Apologie de Très-Sérénissime Prince Monseigneur le Duc de Chartres, À cent lieues de la Bastille [Londres], s. n. [J. Hodges et W. Reeves], 1784.
—, Supplément au no 21 de l’Argus patriote ou Réplique à Jacques-Pierre Brissot, Paris, Froullé, 1791.

[Turbat Pierre], Vie privée et politique de Brissot, Paris, Impr. de Franklin, an II de la République [1793].

Ouvrages et articles critiques

Andries Lise, Cartouche, Mandrin et autres brigands du xviiie siècle, Paris, Desjonquères, 2012.

Baecque Antoine de, « Le commerce du libelle interdit à Paris (1790-1791) », Dix-huitième siècle, no 21, 1989, p. 233-246.

Barny Roger, Prélude idéologique à la Révolution française, Paris, Les Belles Lettres, 1985.

Berglund-Nilsson Birgitta & Ohlin Barbro, Inventaire et index de la « Correspondance littéraire secrète », dite de Metra, 2 vol., Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du xviiie siècle, 1999.

Chartier Roger, « L’homme de lettres », dans L’Homme des Lumières, Michel Vovelle (dir.), Paris, Éditions du Seuil, 1996, p. 159-209.

Darnton Robert, Édition et sédition : l’univers de la littérature clandestine au xviiie siècle, Paris, Gallimard, 1991.
—, The Corpus of Clandestine Literature in France, 1769-1789, New York / Londres, W.W. Norton, 1995.
—, « Mademoiselle Bonafon and the Private Life of Louis XV: Communication Circuits in Eighteenth-Century France », Representations, 87 / 1, 2004, p. 102-124.
—, « La science de la contrefaçon », dans L’Encyclopédisme au pays de Liège, Françoise Tilkin (dir.), Liège, Publications de l’Université de Liège, 2008, p. 277-291.
—, Le Grand Massacre des chats, Paris, Les Belles Lettres, 2011.

Droixhe Daniel, L’« Esprit des journaux » : un périodique européen au xviiie siècle, Bruxelles, Le Cri, 2010.

Eisenstein Elizabeth L., « The Tribute of the People : A New Species of Demagogue », SVEC 287, Oxford, Voltaire Foundation, 1991, p. 145-159.

Farge Arlette, Le Goût de l’archive, Paris, Éditions du Seuil, 1989.

Fohlen Claude, Benjamin Franklin : l’Américain des Lumières, Paris, Payot & Rivages, 2000.

Furet François & Ozouf Mona (dir.), Dictionnaire critique de la Révolution française : idées, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 2007.

Hatin Eugène, Histoire politique et littéraire de la presse en France, 8 vol., Paris, Poulet-Malassis, 1859-1861.

Huisman Denis (dir.), Dictionnaire des philosophes, Paris, Presses universitaires de France, 1993.

Lopez Claude-Anne, Le Sceptre et la Foudre : Benjamin Franklin à Paris, 1776-1785, Paris, Mercure de France, 1990.

Monglond André, La France révolutionnaire et impériale, 7 vol., Grenoble, B. Arthaud, 1930-1953.

Mornet Daniel, Les Origines intellectuelles de la Révolution française, 1715-1787, Paris, Armand Colin, 1933.

Moureau François, Répertoire des nouvelles à la main : dictionnaire de la presse manuscrite clandestine xvie-xviiie siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 1999.

Poniatowski Axel & Maisonneuve Cécile, Benjamin Franklin, Paris, Perrin, 2008.

Prevost Michel et Roman d’Amat Jean-Charles (dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey & Ané, 1932-.

Proschwitz Gunnar & Mavis von, Beaumarchais et le « Courrier de l’Europe », SVEC 273-274, Oxford, Voltaire Foundation, 1990.

Quérard Joseph-Marie, La France littéraire, 12 vol., Paris, Firmin Didot, 1827-1864.

Rétat Pierre, Le Dernier Règne, Paris, Fayard, 1995.

Van Hoof Henri, Dictionnaire universel des traducteurs, Genève, Slatkine, 1993.

Varry Dominique, « Les échanges Lyon-Neuchâtel », dans La Société typographique de Neuchâtel 1769-1789, Michel Schlup (dir.), Neuchâtel, Bibliothèque publique et universitaire, 2005, p. 506-515.

Notes

1 Olivier Ferret, Anne-Marie Mercier-Faivre & Chantal Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées (1722-1842), Robert Darnton (préf.), SVEC 2011 :02, Oxford, Voltaire Foundation, 2011. On y trouve une description détaillée de chacune de ces Vies.

2 Voir ibid., p. 4-8 ; et Lise Andries, Cartouche, Mandrin et autres brigands du xviiie siècle, Paris, Desjonquères, 2012, p. 14 et 18.

3 On suivra ici la prudence exprimée par Robert Darnton dans Le Diable dans un bénitier : l’art de la calomnie en France, 1650-1800, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 2010, p. 115-116.

4 Voir O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., notice no 66, p. 263-267.

5 . Voir ibid., notice no 130, p. 391-394.

6 Voir ibid., notice no 71, p. 274-275.

7 Eugène Hatin, Histoire politique et littéraire de la presse en France, 8 vol., Paris, Poulet-Malassis, 1859-1861, vol. 3, p. 197. Sur ce périodique, voir Daniel Droixhe, L’« Esprit des journaux » : un périodique européen au xviiie siècle, Bruxelles, Le Cri, 2010.

8 Voir R. Darnton, Le Grand Massacre des chats, Paris, Les Belles Lettres, 2011, p. 238 : « Les libellistes les plus dangereux prennent pour cibles les plus hautes personnalités du royaume, et ils lancent leurs attaques de l’étranger. »

9 . Voir O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., notice no 88, p. 302-307. Voir aussi R. Darnton, « Mademoiselle Bonafon and the Private Life of Louis XV : Communication Circuits in Eighteenth-Century France », Representations, 87/1, 2004, p. 102-124 ; et Le Diable dans un bénitier, op. cit., p. 367-375.

10 Retouché, le texte paraît sous le titre : Siècle de Louis XV, contenant les événemens qui ont eu lieu en France et dans le reste de l’Europe pendant les cinquante-neuf années du règne de ce monarque, des anecdotes secrètes de sa vie privée, et quelques pièces fugitives, ou rares ou manuscrites, qui ont paru en différentes circonstances. Ouvrage posthume d’Arnoux Laffrey, 2 vol., Paris, Pierre-Anne-Louis Maton de La Varenne, 1796.

11 Pour une mise en contexte et une vision de ce que recouvre ce terme, voir R. Darnton, « La science de la contrefaçon », dans L’Encyclopédisme au pays de Liège, Françoise Tilkin (dir.), Liège, Publications de l’Université de Liège, 2008, p. 277-291.

12 Voir Dominique Varry, « Les échanges Lyon-Neuchâtel », dans La Société typographique de Neuchâtel 1769-1789, Michel Schlup (dir.), Neuchâtel, Bibliothèque publique et universitaire, 2005, p. 506-515 : « Lyon pourvoyeur de la STN en ouvrages autorisés et prohibés ».

13 R. Darnton, Édition et sédition : l’univers de la littérature clandestine au xviiie siècle, Paris, Gallimard, 1991, p. 155.

14 Classé 32e sur 720, tandis qu’un ouvrage qui s’en inspire très largement, Les Fastes de Louis XV, est classé 39e : voir R. Darnton, Le Diable dans un bénitier, op. cit., n. 57, p. 658, qui reprend le travail effectué dans The Corpus of Clandestine Literature in France, 1769-1789, New York/Londres, W.W. Norton, 1995. Voir aussi François Moureau, Répertoire des nouvelles à la main : dictionnaire de la presse manuscrite clandestine xvie-xviiie siècle, Oxford, Voltaire Foundation, 1999, p. 427 : « La Vie privée de Louis XV “se débite secrètement”. »

15 The Private Life of Lewis XV : In Which Are Contained the Principal Events, Remarkable Occurrences and Anecdotes of his Reign. Translated from the French by J.O. Justamond, Londres, Charles Dilly, 1781.

16 Voir Simon Burrows, « Les éditions anglaises des Vies privées françaises », dans O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., p. 110-129.

17 Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journalistes, 2 vol., Oxford/Paris, Voltaire Foundation / Universitas, 1999, vol. 2, art. « Mouffle d’Angerville », p. 734, également en ligne : http://dictionnaire-journalistes.gazettes18e.fr (mai 2014). Voir aussi les Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la république des lettres depuis 1762 jusqu’à nos jours, ou Journal d’un observateur, 36 vol., Londres, John Adamson, 1784, vol. 17, p. 34 : « 21 janvier [1781]. Quelques personnes qui ont déjà lu la Vie privée de Louis XV, en semblent contentes. »

18 R. Darnton, Le Diable dans un bénitier, op. cit., p. 370.

19 O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., p. 303. Par exemple, lorsqu’il évoque la décision de Louis XVI d’autoriser à nouveau la représentation d’Ésope à la Cour, « proscrite par son aïeul » Louis XV, l’auteur de la Vie privée de Louis XV affirme tenir « cette anecdote des comédiens mêmes, qui ont entendu le propos du roi » ([B.-F.-J. Mouffle d’Angerville], Vie privée de Louis XV, op. cit., vol. 2, p. 45).

20 Louis-François Metra, Correspondance secrète, politique et littéraire, 18 vol., Londres [Maestricht], John Adamson, 1788, vol. 11, p. 143. Cette réédition hollandaise (1787-1790) est une compilation de la Correspondance littéraire secrète : voir Birgitta Berglund-Nilsson & Barbro Ohlin, Inventaire et index de la « Correspondance littéraire secrète », dite de Metra, 2 vol., Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du xviiie siècle, 1999, vol. 1, p. XXVII.

21 Correspondance littéraire secrète, 18 vol., Londres, John Adamson [fausse adresse], 1787-1790, vol. 11, p. 125-127. Voir B. Berglund-Nilsson & B. Ohlin, Inventaire et index de la « Correspondance littéraire secrète », op. cit., vol. 1, p. XXV : « Les sources de la Correspondance littéraire secrète étaient donc aussi bien orales qu’écrites. »

22 F. Moureau, Répertoire des nouvelles à la main, op. cit., p. 426. Voir aussi J. Sgard (dir.), Dictionnaire des journalistes, op. cit., vol. 2, art. « Imbert de Boudeaux », p. 520 : « Il [Imbert de Boudeaux] était en correspondance avec Metra à qui il propose en 1781 plusieurs exemplaires du pamphlet La Vie de Marie-Antoinette. »

23 Voir J. Sgard (dir.), Dictionnaire des journalistes, op. cit., vol. 2, art. « Mouffle d’Angerville », p. 735 : « Rééd. : une Nouvelle édition corrigée et augmentée sur les manuscrits de l’auteur, Londres, 1781 ; cette édition n’est pas “augmentée” et la mention “sur les manuscrits de l’auteur” n’est qu’une astuce commerciale, destinée à faire donner la préférence sur l’originale. » Voir encore la Vie privée de Louis XV, Albert Meyrac (éd.), Paris, Calmann-Lévy, 1921, p. I-II.

24 Voir supra n. 10.

25 « Avertissement de l’éditeur », Siècle de Louis XV, op. cit., p. III-IV.

26 Ibid., p. X. Voir André Monglond, La France révolutionnaire et impériale, 7 vol., Grenoble, B. Arthaud, 1930-1953, vol. 3, col. 833. Rééditée en 1797 (en 2 vol., Paris, Gueffier), cette Vie privée est conservée à la Bayerische Staatsbibliotek. Voir le Journal typographique et bibliographique, 1798, vol. 1, p. 21 : les lecteurs de cette feuille apprennent que le libraire Gueffier possède deux cents exemplaires du Siècle de Louis XV.

27 Voir O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., notice no 121, p. 371-373.

28 R. Darnton, Le Diable dans un bénitier, op. cit., p. 440. Voir aussi J. Sgard (dir.), Dictionnaire des journalistes, op. cit., vol. 2, art. « Théveneau de Morande », p. 947 : « Théveneau s’est acquis une fort mauvaise réputation par son trafic de libelles. »

29 Correspondance secrète, politique et littéraire, op. cit., vol. 16, p. 279-280. Voir Gunnar & Mavis von Proschwitz, Beaumarchais et le « Courrier de l’Europe », SVEC 273-274, Oxford, Voltaire Foundation, 1990, n. 1, p. 723. Datée du 9 novembre 1782, une lettre de Francy à Beaumarchais confirme les propos du journaliste sur le libelle écrit en 1781.

30 Jules Michelet, Cours au Collège de France, 1838-1851, 2 vol., Paul Viallaneix (éd.), Paris, Gallimard, 1995, vol. 2, p. 88.

31 Voir Antoine de Baecque, « Le commerce du libelle interdit à Paris (1790-1791) », Dix-huitième siècle, no 21, 1989, p. 240 : « L’explosion pamphlétaire impose une diffusion étendue et rapide que seuls les colporteurs peuvent assurer sur Paris. »

32 L’Ami du peuple, ou le Publiciste parisien, 1er juillet 1790.

33 Voir O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., notice no 99, p. 326-327.

34 [B.-F.-J. Mouffle d’Angerville], Vie privée de Louis XV, op. cit., vol. 1, p. 1.

35 Voir O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., notice no 11, p. 155-158.

36 Voir supra n. 4.

37 Voir O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., notice no 63, p. 257-258.

38 Voir ibid., notice no 53, p. 241-242.

39 Voir ibid., notices no 55-57, p. 244-247.

40 Voir ibid., notice no 72, p. 276-277. Selon le Dictionnaire de biographie française (Michel Prevost & Jean-Charles Roman d’Amat (dir.), Paris, Letouzey & Ané, 1932-, vol. 15, col. 1445), Jacques Gibelin « possédait le manuscrit original » ; il fut le premier traducteur de cette œuvre. Voir Joseph-Marie Quérard, La France littéraire, 12 vol., Paris, Firmin Didot, 1827-1864, vol. 3, p. 199. Notons que la Vie privée de Franklin traduite par Gibelin a été retraduite en anglais : The Private Life of the Late Benjamin Franklin [...]. Originally Written by Himself, and nowTranslated from the French. ToWhich Are Added, Some Account of his Public Life, a Variety of Anecdotes Concerning Him by M. Brissot, Condorcet, Rochefoucault, Le Roy, etc., and the Eulogium of M. Fauchet, Londres, J. Parsons, 1793. Voir Benjamin Franklin, The Life of Benjamin Franklin Written by Himself, John Bigelow (éd.), Oxford, Oxford University Press, 1949, p. XLVI. Il y eut trois traductions, publiées en 1793, deux à Londres chez les libraires J. Parsons, G. G. J. et J. Robinson, et une à Dublin chez P. Wogan, P. Byrne, J. Moore et W. Jones. Sur Gibelin (1744-1828), voir Henri Van Hoof, Dictionnaire universel des traducteurs, Genève, Slatkine, 1993, art. « Gibelin ». Voir enfin Olivier Ritz, « Mort et Vies de Franklin pendant la Révolution française », infra p. 89.

41 Claude Fohlen, Benjamin Franklin : l’Américain des Lumières, Paris, Payot & Rivages, 2000.

42 Gazette d’Amsterdam, 15 juin 1790.

43 C. Fohlen, Benjamin Franklin : l’Américain des Lumières, op. cit., p. 353.

44 Simon-Nicolas-Henri Linguet, Annales politiques, civiles et littéraires, 19 vol., Londres, s.n., vol. 16, 1790, p. 275.

45 Voir les Révolutions de Paris de Louis-Marie Prudhomme, no 55, 24-31 juillet 1790, p. 133-136 ; Les Actes des apôtres, [1791], vol. 11, p. 95-100. Sur l’éloge de Franklin lu par Condorcet à l’Académie des sciences le 13 novembre 1790, voir le Mercure de France, 24 décembre 1791, p. 112-117.

46 Livraison de janvier 1791, p. 405. Les Mémoires de Franklin sont également annoncés dans la Gazette nationale du 22 février 1791 et dans le Tableau des opérations de l’Assemblée nationale, d’après le Journal de Paris, le 22 mars 1791.

47 Œuvres de M. Franklin, docteur ès loix... Traduites de l’anglois sur la quatrième édition par M. Barbeu Dubourg, Paris, Quillau, 1773, p. V. Voir Denis Huisman (dir.), Dictionnaire des philosophes, Paris, Presses universitaires de France, 1993, art. « Franklin » : « Sans conteste, l’œuvre la plus explicite et la plus connue sur Franklin est sa propre autobiographie [...], dans laquelle il raconte sa vie dont l’ampleur et la plénitude ont rarement été égalées depuis, fût-ce par un philosophe ou un homme de science pour ce qui est de ses principes moraux. »

48 Voir Axel Poniatowski & Cécile Maisonneuve, Benjamin Franklin, Paris, Perrin, 2008, chap. XXIV, p. 269 : « C’est à Le Veillard qu’il [Franklin] enverra en 1789, depuis Philadelphie, la dernière version dictée à Benny, en lui demandant expressément de n’en faire aucune copie. »

49 Mercure de France, 12 mars 1791, p. 78. Voir Benjamin Franklin, Correspondance, 3 vol., Édouard Laboulaye (éd.), Paris, Hachette, 1870, vol. 3, p. 292 : « J’ai reçu, il y a quelques jours seulement, votre lettre du 30 novembre 1787, dans laquelle vous continuez à me presser de finir mes Mémoires », écrit Franklin à Le Veillard.

50 Claude-Anne Lopez, Le Sceptre et la Foudre : Benjamin Franklin à Paris, 1776-1785, Paris, Mercure de France, 1990, p. 61 : l’auteur paraphrase ici l’édition de J. Bigelow, The Life of Benjamin Franklin Written by Himself, op. cit., p. XLIII-XLIV. Bien évidemment, Le Veillard s’est adressé à plusieurs feuilles pour dénoncer le livre, publié par le libraire Buisson.

51 Publié dans le Journal encyclopédique, ce compte rendu est réédité quelques mois plus tard dans l’Esprit des journaux, septembre 1791, vol. 9, p. 60-75.

52 Livraison d’avril 1791, p. 481. Voir les Mémoires de la vie privée de Benjamin Franklin, op. cit., p. 51-53.

53 Livraison du 25 juin 1791, p. 127-128. Cet article est réédité dans Sébastien-Roch-Nicolas de Chamfort, Œuvres complètes, Lionel Dax (éd.), Paris, Éditions du Sandre, 2009-, vol. 2, p. 478-482.

54 Tableau des opérations de l’Assemblée nationale, d’après le Journal de Paris, 22 mars 1791, p. 253.

55 Gazette nationale ou le Moniteur universel, 5 août 1791.

56 Mercure de France, 25 juin 1791, p. 132.

57 Tableau des opérations de l’Assemblée nationale, d’après le Journal de Paris, 22 mars 1791, p. 253.

58 Gazette nationale ou le Moniteur universel, 5 août 1791.

59 Ibid.

60 Bibliothèque de l’homme public, ou Analyse raisonnée des principaux ouvrages français et étrangers, 14 vol., Paris, Buisson, 1790-1792, vol. 2, p. 231.

61 Benjamin Franklin : à la recherche d’un monde meilleur, Laurence Chatel de Brancion (éd.), Paris, Economica, 2007, chap. XXIII, p. 253. Voir aussi Elizabeth L. Eisenstein, « The Tribute of the People : A New Species of Demagogue », SVEC 287, Oxford, Voltaire Foundation, 1991, p. 154 : « The charismatic Dr Franklin [...] became the object of a French cult. »

62 Rétif de La Bretonne, Monsieur Nicolas [1794-1797], 2 vol., Pierre Testud (éd.), Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1989, vol. 2, p. 418.

63 « Une partie de la Vie de Franklin avait été déjà traduite en français, et même d’une manière soignée », note Jean Henri Castéra dans sa préface (Vie de Benjamin Franklin, op. cit., vol. 1, p. III-IV).

64 Pierre Rétat, Le Dernier Règne, Paris, Fayard, 1995, p. 10.

65 François Furet & Mona Ozouf (dir.), Dictionnaire critique de la Révolution française : idées, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 2007, art. « Lumières », p. 288-289.

66 Voir O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., notice no 142, p. 416-418.

67 Voir J. Sgard (dir.), Dictionnaire des journalistes, op. cit., vol. 2, art. « Théveneau de Morande », p. 946. Sur ces « pamphlets en miettes » (Arlette Farge, Le Goût de l’archive, Paris, Éditions du Seuil, 1989, p. 73), voir C. Théveneau de Morande, Supplément au no 21 de l’Argus patriote ou Réplique à Jacques-Pierre Brissot, Paris, Froullé, 1791, p. 20 : « Mademoiselle d’Éon sait aussi comment je fis les Mémoires secrets de Madame Du Barry que le manuel de la police appelle un libelle effroyable. » Voir Roger Chartier, « L’homme de lettres », dans L’Homme des Lumières, Michel Vovelle (dir.), Paris, Éditions du Seuil, 1996, p. 168 : « Certes, tous les libellistes ne sont pas des “Rousseau du ruisseau” [...].Thévenau de Morande est engagé par le gouvernement français pour publier un périodique financé par Versailles, le Courrier de l’Europe. »

68 Voir O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., notice no 31, p. 199-201.

69 [Pierre Turbat], Vie privée et politique de Brissot, Paris, Impr. de Franklin, an II de la République [1793], p. 42 et 44.

Auteur

Docteur en lettres et chercheur associé à l’UMR LIRE. Ses travaux portent sur la rhétorique française des Lumières et la presse périodique du xviiie siècle. Auteur de récents articles sur « Lyon, ville des Lumières » (dans Lyon au xviiie siècle, Maria-Anne Privat-Savigny (dir.), Gadagne musées, 2012) et sur « voltaire journaliste scientifique » (Revue Voltaire, no 13, 2013), il prépare actuellement un inventaire critique du fonds périodique de la bibliothèque municipale de Lyon.

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search