Version classiqueVersion mobile

Biographie & Politique

 | 
Olivier Ferret
, 
Anne-Marie Mercier-Faivre

I. Agir

Les vies de la comtesse Du Barry

Christophe Cave

Texte intégral

  • 1 [Charles Théveneau de Morande], Le Gazetier cuirassé, ou Anecdotes scandaleuses de la cour de Fran (...)
  • 2 [Mathieu-François Pidansat de Mairobert], Anecdotes sur Mme la comtesse Du Barri, Londres, s.n., 1 (...)
  • 3 Précis historique de la vie de Mme la comtesse Du Barry, Paris, s.n., 1774. Dans la suite de l’art (...)
  • 4 [Ange Goudar ?], Remarques sur les Anecdotes de Madame la comtesse Dubarri, par Madame Sara G.... (...)

1On sait que la favorite de Louis XV, élevée à la suite de Mme de Pompadour au rang officiel de maîtresse, a donné lieu à un déferlement pamphlétaire biographique sans précédent, avant que des attaques similaires prennent plus tard Marie-Antoinette pour cible. Le contexte du limogeage du clan Choiseul et de la lutte parlementaire est sans doute un facteur décisif dans cet acharnement : le coup d’État du chancelier Maupeou, qui en 1771 exila les parlements et les remplaça par de nouveaux, alimente l’animosité du Gazetier cuirassé1, bien avant les pro-parlementaires Anecdotes sur Mme la comtesse Du Barry de Pidansat de Mairobert2. Mais l’idéologie (ou du moins la perspective) des autres biographies ici retenues, le Précis historique de la vie de Mme la comtesse Du Barry3, petit texte de quatre-vingt-sept pages, et les Remarques sur les Anecdotes4, semble beaucoup moins nette.

  • 5 Voir la chronologie en annexe.
  • 6 Voir O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., (...)
  • 7 Mémoires authentiques de la comtesse de Barré, maîtresse de Louis XV, roi de France, extraits d’un (...)
  • 8 Ainsi que nous l’apprennent les saisies de papiers d’une nouvelliste proche de Pidansat de Mairobe (...)

2Pour restituer une chronologie5, on voit clairement qu’une vague de publications déferle dès la mort du roi Louis XV, atteint de petite vérole. Ses conséquences immédiates, l’exil de la favorite (chez une tante religieuse, au Pont-aux-Dames) sur ordre de Louis XVI, ainsi que le changement des ministres et le retour des parlements, semblent lever l’interdit. Paraissent alors coup sur coup, et se répondant, le Précis, repris en 1775 sous le titre de la Gazette de Cythère6, et les Anecdotes. Mais du « vivant » de la comtesse, c’est-à-dire au moment de son règne déjà, la chronique scandaleuse avait produit plusieurs « libelles » : une Vie (détruite, ou jamais écrite, celle de Théveneau de Morande) et plusieurs textes fondés sur des anecdotes scandaleuses, matériaux biographiques présentés auparavant sous forme cellulaire dans Le Gazetier cuirassé, et récits « libertins » plus ou moins biographiques, comme les Mémoires authentiques7 (1772). Les Anecdotes, avant leur parution en 1775, circulent déjà sous forme manuscrite dès 17738 et sont sans doute déjà célèbres, du moins pour la première partie de la Vie (qui se divise en deux parties). On peut alors penser que le Précis historique, qui présente des ressemblances de fond avec les Anecdotes, s’en est fortement inspiré ; telle est du moins l’hypothèse qui ne sera pas davantage étayée ici.

3On se propose plutôt de souligner le paradoxe stimulant de ce corpus de Vies privées (genre par essence politique) : dans le cas de la comtesse Du Barry, elles prennent pour objet un personnage public caractérisé par son déficit, voire son absence totale, de dimension politique. Car au contraire des maîtresses précédentes, Mme de Maintenon ou la marquise de Pompadour, qui avaient été critiquées pour leur ingérence indue dans les affaires de l’État, la comtesse Du Barry est présentée dans les textes comme incapable de toute dimension politique. Le titre de Théveneau de Morande, Mémoires secrets d’une femme publique, en cela est parfait, non pour désigner de manière générique le dévoilement du privé des hommes ou femmes publiques dans le but de dénoncer leur dysfonctionnement politique, mais plutôt pour souligner la réduction paradoxale d’un personnage apparemment politique à sa seule réalité privée : ici une femme publique (une prostituée) est arrivée au sommet de l’État pour des raisons exclusivement privées (ses charmes, et la sexualité de Louis XV). Sans doute est-ce un point de non-retour dans la dégradation de la sacralité de la monarchie et de la dignité de l’exercice du pouvoir même, dans la réalité comme dans les discours, dont les libelles ne sont qu’un reflet parmi d’autres.

  • 9 Sont-elles en cela en avance sur toutes les Vies privées des princes de la famille royale qui, pen (...)

4Restreinte à des qualités très limitées, d’ordre privé (sa beauté essentiellement, ou ses charmes), la comtesse Du Barry est un néant politique. Même les Vies privées qui la défendent (en apparence du moins) le font sur la base de ce même postulat. En cela, ces Vies, qui ne proposent pourtant pas du tout la même histoire, sont d’accord9.

5Pourquoi prendre alors le soin de faire l’histoire d’un tel vide ? S’agit-il encore dans le cas des Anecdotes et du Précis historique d’une chronique scandaleuse visant à dégrader le régime monarchique ou, pour le dire selon eux, à restituer l’image de sa dégradation (morale et politique) ? Comment comprendre alors que Louis XV soit autant épargné ? Ou bien ne l’est-il qu’en apparence ? S’agit-il essentiellement d’une dénonciation du « despotisme ministériel » ? Si tel est le cas, la question ne peut non plus se résumer à cela.

VIE PRIVÉE D’UNE FEMME PUBLIQUE

  • 10 Il s’agit d’un ensemble de textes pro-parlementaires qui s’est écrit autour du personnage de Pidan (...)

6Prenons pour point de référence les Anecdotes sur Mme la comtesse Du Barry, parce que l’ouvrage est la pièce la plus connue et la plus visible au cœur d’un ensemble textuel homogène10, venu de la mouvance Mairobert.

  • 11 Lire à ce propos Pierre Rétat, « L’anecdote dans les Mémoires secrets : type d’information et mode (...)
  • 12 Pour une théorie de la communication d’Ancien Régime à partir de l’anecdote, voir R. Darnton, « La (...)

7Les Anecdotes (le terme est à comprendre à la fois comme entité narrative ou informative minimale et close, et comme fait jusque-là inédit11) souscrivent pleinement à la tradition de l’anecdote comme révélation des secrets des hommes publics / d’État (« histoires qu’ils font des affaires secrètes et cachées des princes », écrit Furetière dans son Dictionnaire universel de 1690), ici reprise et infléchie vers l’intime de la sexualité, devenue affaire d’État, et incarnée en la personne de la favorite. Tout n’est pas absolument de ce registre : certains « traits particuliers » nous montrent le roi ou sa favorite au naturel, opérant la conversion « bourgeoise » de l’image royale. Avant les Vies de Napoléon qui le montrent en robe de chambre, on voit Mme Du Barry enfiler ses pantoufles, Louis XV rater son café (« la France, ton café fout le camp12 », A, p. 215) ; on les entend aussi, avec un franc-parler jusque-là inouï, jurer. On les voit se cacher, bouder, faire des mines. Le pouvoir a alors rejoint la bourgeoisie, la représentation de la majesté royale se fait comédie bouffonne, que seule la littérature peut bien dire. C’est sans doute contre cette dégradation-là du politique que les Anecdotes se dressent.

  • 13 Terme au cœur du dernier livre de Robert Darnton, Le Diable dans un bénitier, op. cit.

8Génériquement, le terme est alléchant et suscite la curiosité de ceux qui rechercheraient des « anecdotes scandaleuses », présentées dans la préface comme « piquantes pour les contemporains » (A, p. 3). Il désigne une manière de faire une histoire au présent, qui a davantage le souci d’agir sur le lecteur que de fonder une méthodologie historique véridique ; mais il renvoie aussi à une pratique de l’histoire parallèle (Procope, Varillas), consistant à faire une contre-histoire officielle, par le dévoilement du « dessous des cartes », des discours de la propagande d’État, au moment où le discours historique est encore soumis à censure. En cela, la liberté des anecdotes biographiques de la Vie privée exprime aussi un mode de libération du discours politique. Mais tous ces textes cherchent à se défendre du terme dangereux qui pourtant les caractérise (libelle ou libelle diffamatoire13) et dont ils accusent les autres ; la notion est d’ailleurs explicitée dans les Remarques sur les Anecdotes.

  • 14 R. Darnton, The Forbidden Best-Sellers of the Pre-Revolutionary France (1769-1789), New York / Lon (...)

9Sur quel pacte de lecture reposent-ils ? Selon les modalités ordinaires d’une Vie privée, le préambule prétend à la vérité de l’histoire, tout en construisant un espace ambigu où l’information est prise entre réalité et fiction. D’où l’orchestration assez extraordinaire, remarquée déjà par Robert Darnton, de l’information, des sources, bruits et rumeurs, chansons, noëls, et de toutes pièces insérées14. La pesée des vérités cohabite avec la construction d’un univers vraisemblable seulement (par la production de lettres supposées, et déclarées telles), ou plus ou moins explicitement fictif.

  • 15 Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 62-63 (...)

10D’un point de vue formel, le choix du terme anecdotes dit la multiplicité contre l’unité de récit. Mais cet éclatement, bien réel, n’est aussi qu’une apparence, car la dimension romanesque plus ou moins affichée produit un récit cohérent. Le soin, très romanesque, pris par ces Vies pour construire un « personnage » selon la logique de l’unité de caractère consiste à adopter un point de vue strictement anti-bourdieusien sur la biographie (si l’on peut se permettre ce parfait anachronisme). En effet, en suivant Pierre Bourdieu, c’est en se débarrassant de l’illusion biographique qui nous fait croire à l’unité et à la cohérence d’un sujet libre et autonome, pour envisager une vie comme une série de positions et de déplacements dans un champ déterminé par des interactions, que l’on se met en accord avec notre conception moderne du sujet15. Or ici, les textes souscrivent pleinement à l’illusion biographique en construisant une unité de caractère souvent donnée d’emblée, même si ses traits constitutifs sont disséminés au fil des pages (effet de réel, de suspens, ou d’instillation plus subtile d’une image à mémoriser).

11Quelle vie nous racontent ces Anecdotes ? Celle d’une courtisane, d’une libertine (A, p. 24) soumise à ses sens dès son plus jeune âge. L’unité de caractère n’est que trop bien respectée, dans cette Vie privée qui, comme toutes, cherche dans l’origine la plus lointaine les arguments à charge – à rebours de ce qui se passe dans les vies des hommes illustres, ou les éloges. Même si la posture d’historien impartial fait mine du contraire :

Nous la justifierons en partie sur l’accusation, sinon calomnieuse, du moins exagérée, d’avoir passé sa jeunesse au B.... On voit qu’elle n’y entra que par curiosité, et non par un goût décidé pour le dérèglement ; qu’elle n’y fut même conduite par aucune vue sordide d’intérêt qui dirige tant de ses camarades, mais par cet attrait, si pardonnable au sexe, pour la parure et l’éclat. (p. 27)

12On voit que la vérité que le narrateur prend à cœur de rétablir est à charge. D’autant qu’il précise ensuite qu’elle doit tout à son « tempérament fougueux, qui l’avait tourmentée dès l’âge le plus tendre » (p. 28).

13Les scènes avec Mme de La Garde ou Mme Gourdan, appelée la « petite comtesse », donnent lieu à un langage pittoresque, fort éloigné des prétentions de véracité historique énoncées dans le préambule. On apprend ainsi que Mme de La Garde, qui vante dans la Du Barry « un morceau de roi », est une « vieille poupée » qui la cajolait et la « faisait coucher avec elle » (A, p. 52). Les chignons à la Du Barry, issus de son séjour chez le coiffeur Lamet, se seraient développés dans des séances de parure dispendieuses, dans une société de coiffeurs dont elle serait la « reine » (p. 40). De très belles pages nous expliquent le métier de sa mère (p. 42-46), habituée aux « stations nocturnes » (p. 42) en divers lieux parisiens, et font l’éloge de la prostitution :

C’est même pour certains amateurs la rocambole du plaisir ; et quoiqu’ils n’ignorent pas que la plupart de ces belles de nuit ne seraient pas présentables au grand jour, ils aiment à se laisser aller aux erreurs d’une illusion mensongère. (p. 42-43)

14Après avoir évoqué « la fureur utérine » de ces « putes ténébreuses » (p. 43), l’auteur est conduit par son inspiration romanesque à décrire les soirées de ces ambulantes, la mère à la recherche d’un « supplément » financier, accompagnée de sa fille Mlle Lançon – c’est l’un des noms de Mme Du Barry – qui partage ses pratiques.

  • 16 [A. Goudar ?], Remarques sur les Anecdotes, op. cit., p. 9-10.

15Cette enfance crapuleuse sera minimisée par le Précis, et contestée par les Remarques qui répondent aux Anecdotes : « l’auteur livre mademoiselle Vaubernier à la débauche, dans cet âge où le tempérament encore faible, répond de l’innocence des mœurs », pour affirmer ensuite que l’on doit considérer ce « on doit croire » diffamatoire comme incroyable16. Le Précis semble dialoguer avec les Anecdotes lorsqu’il objecte que « l’esprit de libertinage ne peut pas encore porter à cet âge une jeune fille à se soustraire à l’autorité paternelle pour satisfaire son penchant » (P, p. 10). Mais que penser de la formulation contraire, plus loin dans le texte : Mme Du Barry « était née avec un penchant trop lubrique, et son éducation, bien loin de le modérer, l’avait trop enflammé » (p. 64) ? L’essentiel semble bien, comme dans les Anecdotes, et avec les mêmes protestations en sa faveur, de fonder une logique libertine du caractère, de l’ancrer dans la biographie du personnage ; l’affirmation contraire ne serait-elle pas alors plutôt un jeu, un effet de citation indirect d’un autre texte du champ polémique ? Dans le récit de la première rencontre avec le roi, le Précis montre la courtisane professionnelle qu’est Mme Du Barry, elle qui « ne voyait en lui qu’un homme » et qui est représentée comme s’étant attachée définitivement le monarque par ses « agaceries », sa « familiarité » (p. 33), ou encore par des « toupies », une « continuité d’indécences » (p. 34), avant que le texte ne relève par la suite son usage du « ton de catin qui plaisait au roi dans le Parc aux cerfs » (p. 49).

  • 17 [M.-F. Pidansat de Mairobert], Lettres originales de Madame la comtesse Du Barry, Londres, s.n., 1 (...)

16Dans les Anecdotes, l’enfance la plus tendre détermine donc le reste de la vie de Mme Du Barry, devenue vite courtisane sans le savoir, chez une marchande de mode, puis le sachant chez la Gourdan, sans doute la plus célèbre maquerelle de France, mais aussi entretenue par son parrain, puis par le comte Du Barry qui en fait une prostituée de haut vol. Cette longue et très détaillée histoire scandaleuse, racontée comme un roman d’initiation et de libertinage (que confirmera sa réécriture épistolaire lors du démontage/remontage du texte sous forme de Lettres en 177917), produit des images séduisantes qui, par le biais du récit, sont capables de « naturaliser » les éléments d’une chronique scandaleuse (ceux du Gazetier cuirassé). Le préambule des Anecdotes le disait ; les Remarques reviennent sur le danger de ces images.

  • 18 [C. Théveneau de Morande], Le Gazetier cuirassé, op. cit., p. 43 ; repris dans A, p. 187-188.

17La construction romanesque des matériaux anecdotiques ne doit pourtant pas faire oublier la proximité des Anecdotes avec d’autres textes. Le Gazetier cuirassé est d’ailleurs cité longuement par les Anecdotes, des pages 184 à 189 : sous forme d’extraits, les Anecdotes proposent une vie recomposée à partir des noyaux informatifs (vrais, faux ou vraisemblables) du Gazetier. L’un de ces extraits est lui-même une vie en condensé, qui fournit exactement le canevas scandaleux qui est celui des Anecdotes18.

  • 19 R. Darnton, Le Diable dans un bénitier, op. cit., chap. XXVI, p. 461 sq.

18Mais le dialogue référentiel entre les textes ne s’arrête pas là. À un deuxième niveau métadiscursif, les Anecdotes évoquent le Gazetier en parlant d’un ouvrage sur Mme Du Barry qui pourrait paraître : « On a chargé l’historiographe du Portier des Chartreux de donner dans le même style l’histoire de Mme la comtesse Du Barry, sous le titre de Mémoires propres à scandaliser le public. » (A, p. 189) Ces emboîtements de références tissent un réseau de diffusion ; on le voit, certains de ces textes scandaleux sont fondés sur les mêmes principes, et sur le même stock d’informations. Mais on constate aussi la concurrence entre la forme anecdotique et le modèle romanesque « libertin » (le Portier des Chartreux ici), rappelant cette France galante dont parle Robert Darnton à propos des libelles du règne de Louis XIV19. La Gazette de Cythère reprend cette filiation du récit érotique ou pornographique à visée politique. La vampirisation du titre du Précis, dans sa réédition de 1775, confirme encore la récurrence du modèle du récit libertin / érotique / pornographique dans ces productions de libelles dont la dimension biographique est à géométrie variable, mais l’objectif constant : faire de l’argent sans doute, mais du point de vue du texte, dégrader l’image royale par la sexualité, et capter l’intérêt du lecteur par le romanesque autant que par l’information. D’autres modes de dégradation romanesque sont du reste utilisés, puisque le Précis critique le goût de la dépense de Mme Du Barry en la présentant comme la « nouvelle paysanne parvenue » (P, p. 59).

19Les Anecdotes, qui font d’ailleurs une revue des autres textes sur Mme Du Barry, commentés et évalués, utilisés aussi, s’écartent pourtant du strict modèle scandaleux libertin lorsqu’elles citent explicitement les Mémoires authentiques :

Le ministre, chargé du Département de Paris, et le lieutenant général de Police furent également obligés de déployer leur zèle pour empêcher l’introduction d’un livre, dont le titre seul alarmait la favorite : c’étaient Les Mémoires authentiques de la comtesse Du Barry, maîtresse de Louis XV, roi de France, extraits d’un manuscrit que possède Madame la duchesse de Villeroi, par le chevalier Fr. N. 1772. Traduits de l’anglais. Ce nouveau pamphlet, arrivé en cette capitale de Hollande et d’Angleterre, fut couru avec avidité ; mais ne contenta pas les curieux à beaucoup près. Rien de si plat, ni de si dégoûtant que cette brochure, qui n’était que du verbiage, pleine de lieux communs, et d’ailleurs indignement écrite. Le peu de faits, qu’on y trouvait, ne convenait pas plus à l’héroïne qu’à toute autre femme publique ; il n’y avait pas une seule anecdote qu’on pût regarder comme approchant de la vérité. Il fallait que l’auteur eût compté bien étrangement sur la sotte crédulité du public, pour avoir l’audace d’imprimer une telle rhapsodie. (A, p. 238-239)

  • 20 Voir ibid., p. 342 par exemple.

20On peut ne pas croire entièrement une telle critique, si l’on se rappelle que les Vies privées de Mme Du Barry, Anecdotes et Précis, citent le Gazetier en le critiquant et pour s’en servir. On peut aussi considérer qu’il s’agit d’un positionnement dans le champ des libelles (ou dans son marché). On peut cependant faire l’hypothèse que l’affirmation de cette distinction recouvre une réalité : le romanesque des Anecdotes use des anecdotes comme d’un matériau historique, au contraire des libelles qui empruntent la forme de romans, usant du schéma libertin et de la tradition du roman à clé20, pour produire des récits faussement biographiques. Ce qui intéresse Pidansat de Mairobert, semble-t-il, c’est bien de construire une forme assez distincte de ce qui existe (ni anecdotes scandaleuses, ni romans érotico-politiques cryptés) : un roman vrai, fondé sur un matériau anecdotique dont la dimension informative doit s’imposer par la force de la construction fictive. En cela, il est vraiment inaugural dans la constitution du corpus vaste des Vies privées. Car utilisant l’opinion publique en voie de constitution, il parvient à accréditer ce qu’il avait lui-même présenté comme douteux.

21Laissons cette sorte de digression sur les modèles formels en concurrence, dont l’objectif était cependant de montrer la constitution d’une nébuleuse éditoriale (en partie intertextuelle) des libelles biographiques contre Mme Du Barry, pour revenir à la vie racontée par les Anecdotes.

22L’ordre du récit biographique est le même partout et suit la chronologie : naissance et enfance, ici extrêmement développées, car l’auteur entend montrer le lien entre l’origine obscure, la nature des parents, l’enfance et l’époque courtisane. Le Précis au contraire déclare son impuissance en la matière :

Nous ne nous engageons pas à garantir à la rigueur la vérité du peu d’anecdotes que nous avons recueillies, et qui font la matière de ce précis historique. Madame Du Barry avant son avancement à la Cour, a vécu dans une espèce d’obscurité qui n’était guère propre à engager à faire faire des Mémoires sur les commencements de son entrée dans la carrière des galanteries ; confondue avec la foule, on verra que le hasard seul l’y a fait apercevoir. (P, p. 26-27)

23Puis on pourra suivre la démultiplication des amants ou des soutiens qui la propulsent jusqu’à la visibilité royale, l’ascension royale, le mariage (une maîtresse royale doit préalablement être elle-même mariée !), la présentation à la Cour, les intrigues pour y rester.

24Ce que le récit a de particulier, c’est qu’il nous montre la Du Barry gravissant les échelons sans véritablement le vouloir. Cette anti-héroïne manque autant d’esprit que d’ancêtres connus ou de moralité. Le Précis partage ce verdict (« femme sans esprit, sans éducation », P, p. 69) et écrit à propos de M. Du Barry : « Sa maîtresse n’ayant que les charmes de sa figure, et manquant absolument de cet esprit qui seul peut enchaîner un homme à qui il faut autre chose qu’une masse de chair bien proportionnée pour le satisfaire, quand il a assouvi sa passion, etc. » (p. 25) Que son destin lui échappe est aussi une idée partagée par le Précis : « Après avoir passé de main en main, le hasard la fit enfin tomber dans celles du comte Du Barry, qui cherchait depuis quelques années sur le pavé de Paris à se rendre la fortune plus propice. » (p. 19) Autrement dit, caractérisée essentiellement par son corps, Mme Du Barry se résorbe dans une circulation libidinale dont elle n’est que l’objet. Pour le Précis, le maître mot est le hasard, et l’un des acteurs qui va savoir l’utiliser est le comte Du Barry. C’est lui le mentor, le grand manipulateur de la biographie. C’est aussi le cas dans les Anecdotes, qui ne s’en tiennent pourtant pas là.

LA POLITIQUE DE LA BIOGRAPHIE : LA PLACE DU NÉANT

  • 21 Voir R. Darnton, The Forbidden Best-Sellers of the Pre-Revolutionary France, op. cit., chap. V, p. (...)

25Selon Robert Darnton, les Anecdotes sont un roman sans héros, où tout est dégradé. Mais plus encore, il affirme qu’il n’y a pas de politique à proprement parler, pas de détail sur la réforme des parlements par Maupeou, pas de précisions économiques, sinon pour accuser la famille Du Barry d’avoir ruiné la France, pas de politique étrangère du tout. Pas de vision politique21. Cette analyse n’est peut-être pas tout à fait exacte, même s’il est évident que le texte ne développe en aucune façon une vision macropolitique d’envergure. Car il y a bel et bien une vision politique ici, ce qui n’est pas si fréquent dans les Vies privées, vision qui sera précisée plus loin.

26Avant cela, on peut déjà observer comment les textes représentent le rapport du personnage vedette avec la politique. Quelle est la place politique de la favorite ? Y a-t-il d’autres places politiques, d’autres forces en jeu ?

27La première réponse est que la favorite n’a pas de place en politique, qu’elle est déplacée, comme le disent les Anecdotes :

Madame Du Barry ne se mêlait de tout cela que malgré elle : la politique n’était pas son fait et l’ennuyait beaucoup ; elle se complaisait davantage aux soins qu’elle était obligée de prendre pour amuser S. M. Une nouvelle actrice, dont tout Paris était alors engoué, attira son attention : elle était jeune et jolie ; elle voulut la faire voir au monarque. (A, p. 254)

28Loin d’être une vraie femme publique (d’État), cette femme publique (courtisane) n’a de compétence et de passion que pour ce qui est du domaine le plus privé de la sphère politique. Son caractère, incapable d’entrer dans les calculs et les intrigues, est une autre manière de signifier son incapacité politique :

Ce genre de perfidie politique, de méchanceté réfléchie, lente et profonde n’était pas dans le caractère d’une femme jeune, jolie, étourdie, franche, et accoutumée à dire tout ce qui lui passait par la tête, à quelque prix que ce fût. (p. 93, nous soulignons)

  • 22 Allusion à l’aigrette de diamants reçue de l’Angleterre, pour obtenir la disgrâce de Choiseul.

29Le Précis produit un diagnostic similaire, mais explique cet « apolitisme » par un calcul du mentor, M. Du Barry, qui lui conseille de ne pas se mêler des affaires de l’État afin de ne pas faire de faux pas, et dans le seul but d’obtenir des faveurs (P, p. 57). Le texte certifie que « cette nouvelle paysanne parvenue » ne s’est « nullement ingérée dans l’administration politique de l’État » (p. 59), sinon pour la nomination aux emplois et afin d’augmenter sa fortune, réduisant son rôle politique à ses intérêts propres. Par conséquent, le Précis l’innocente du rôle fondamental que les Anecdotes lui attribuent, lorsqu’elles la montrent œuvrant en toute ingénuité politique pour le parti du triumvirat Aiguillon-Terray-Maupeou : « On n’a jamais su qu’elle ait pris part aux démêlés des parlements avec le roi, ni aux affaires qui le trouvaient dans une crise assez critique22. » (A, p. 57) Ici, la visée politique sous-jacente aux deux textes est nettement distincte.

30La comparaison avec les autres favorites ou maîtresses royales, que l’on retrouve aussi dans le Précis, révèle cette insuffisance de la Du Barry. Paradoxalement, on lui reproche de ne pas être la Pompadour, femme excessivement politique, décriée pour cette raison même par des Vies privées ! Le Précis la montre inférieure en génie. Il la dit surtout indigne de l’histoire, par comparaison avec les autres maîtresses des rois de France, dont il dresse la liste, avant d’ajouter, de manière saisissante : « La Cour [...] a été pour Mme Du Barry un véritable tombeau. [...] Oui ce n’est que son néant qu’elle y a enseveli, et que pouvait-elle y ensevelir de plus ? » (P, p. 74) Dans une gradation de la néantisation, le texte avoue même n’avoir rien à en dire : « La vie de Mme Du Barry à la Cour ne nous offre aucune anecdote remarquable. » (p. 71) Le silence sur son règne à la Cour, considéré comme « privé », signe le déni de toute dimension politique en elle. Le recours à l’hypothèse de ce qu’aurait été le pays en temps de guerre permet tout de même de suggérer la responsabilité de la Pompadour dans les choix militaires et diplomatiques désastreux, tout en prouvant qu’il n’y a rien à dire de la Du Barry.

Il n’est pas surprenant que la vie de Mme Du Barry à la Cour ne nous offre aucune anecdote remarquable : elle y a vécu pendant que la France jouissait de la paix avec ses voisins, et c’est sans doute un très grand bonheur à tous égards qu’elle n’ait pas eu occasion, comme celle qui l’avait précédée, de régler le plan des opérations de la guerre, d’en faire nommer les généraux, et de les astreindre à ne recevoir que ses ordres, et à n’agir que sous sa direction ; la France n’oubliera jamais la honte de la dernière guerre et peut-être ne réparera-t-elle jamais la gloire qui s’y trouva compromise pour avoir été dirigée par une femme qui suivait peut-être plus ses intérêts ou ses caprices. (p. 71-72)

  • 23 [A. Goudar ?], Remarques sur les Anecdotes, op. cit., p. 95.
  • 24 Ibid., p. 124 et 58.

31De manière tout opposée, dans la vision édulcorée de Mme Du Barry que présentent les Remarques, la confrontation avec les autres maîtresses « politiques » tourne en sa faveur. Le contradicteur avait au préalable pris soin de préciser qu’elle n’était pas un néant, mais que son caractère seul avait décidé le roi23. L’éloge de sa franchise et de son naturel l’oppose à la « perfidie politique » de la Pompadour, son sens de la liberté la rendant immédiatement désireuse de quitter la Cour. L’auteur arrive encore à lui opposer le sens de la dépense de Mme de Montespan, ou Mme de Maintenon ; il explique par sa modestie son ignorance de la politique, qui la menait à rester à sa place et à ne pas s’attribuer des prérogatives qui n’étaient pas les siennes24. C’est habilement retourner le personnage d’ingénue manipulée qu’avaient construit les Anecdotes pour montrer en elle une femme qui a préservé l’État, tout en esquivant les accusations polémiques qui faisaient d’elle un instrument de politique.

32Les Anecdotes et le Précis se suivent sur bien des points. Pourtant, les Anecdotes poussent plus loin la critique de la légitimité politique de Mme Du Barry. Le verdict peut être ferme :

Un rôle, où Madame Du Barry était vraiment déplacée, c’était lorsqu’elle se mêlait de politique. Quoi de plus ridicule que de voir Mlle Lange entourée des députés des Confédérés de Pologne, la sollicitant de les soutenir de sa recommandation auprès de Louis XV, de l’engager à leur donner une augmentation de secours, à déployer une protection plus éclatante, de guerroyer même pour eux ? (A, p. 228-229)

33Là n’est pas sa place. La ridiculisation du nom propre, si fréquente dans les pamphlets, joue à plein dans les Anecdotes, qui égrènent la liste de ses noms, qui n’est pas celle de ses titres : elle vient ici confirmer l’écart qui sépare une courtisane ingénue et sans esprit (sans génie, insiste le Précis) d’une femme d’État. Le ridicule est d’autant plus fort que la comtesse tient ici son rôle par défaut de personnages publics capables de le remplir, comme nous le dit le texte des Anecdotes, qui se font là beaucoup plus fondamentalement politiques :

Les Affaires étrangères restèrent sans chef ; et ce fut une autre ressource que se ménageait le duc d’Aiguillon. Tout ce qui était attaché aux Choiseul se ressentait de leur disgrâce. [...] Il était essentiel au parti d’avoir là un homme à sa dévotion, fût-il très inepte, et c’est ce qui y fit envoyer le prince Louis. C’est sans doute à cette faute capitale en politique que sont dus les grands malheurs de la Pologne. Les intérêts de l’État et de nos alliés furent ainsi sacrifiés à un intérêt particulier, à une cabale obscure, qui, en nous faisant perdre notre considération au-dehors, bouleversait tout l’intérieur du royaume. (p. 168)

34Choiseul exilé, des ministres remerciés et remplacés par ceux qui utilisaient Mme Du Barry pour prendre leurs postes, voilà les causes de dysfonctionnement de l’État.

UNE VISION POLITIQUE ?

35À ce stade, notre hypothèse est que les Anecdotes construisent, en lieu et place du personnage central, un espace vide. Au cœur de l’ouvrage, la comtesse est un centre absent, attractif et décevant. Le personnage apparaît par ses manques : elle n’est pas à sa place, ni par le nom, ni par le talent, ni par l’esprit, etc. Elle n’est ni la Pompadour, ni une nouvelle Maintenon. Les Anecdotes construisent un discours qui tourne autour d’un point focal vide, Mme Du Barry, présentée comme le scandale d’une puissance qui vient toujours d’ailleurs. Elle est manipulée par tous tandis qu’elle manipule le roi par ses talents de courtisane : elle le tient par le corps (le roi est présenté dans le Précis et dans les Anecdotes comme un amateur qui découvre le talent d’une professionnelle). Dans tous les cas, sa carrière est construite ailleurs et par d’autres, que l’on invoque le hasard (pour ce qui la concerne) ou le calcul de différents manipulateurs qui avaient intérêt à sa réussite. Instrumentalisée par le jeu politique, elle l’est encore par les récits des Vies privées qui à travers elle visent autre chose.

  • 25 Ibid., p. 14-19.

36Ce déficit politique a-t-il sa cause en soi (en elle) ? La vie de Mme Du Barry et les anecdotes qui la composent créent un espace vide qui est la place d’une autre critique. Laquelle ? S’agit-il, comme on peut s’y attendre, de la mise en cause du pouvoir royal ? Les Remarques répondent par l’affirmative : « Ce livre est une véritable conjuration contre Louis XV. On peut le regarder comme un libelle sur ce prince ». « Madame Du Barry et tous les Du Barry de la France ne sont que les accessoires de ce livre ; Louis XV en est le principal », ajoutent-elles, avant de mettre en cause l’auteur, qui « aurait dû cacher à l’univers, comme Français et comme citoyen », ces faits s’ils étaient vrais, et de suggérer de « tirer les rideaux sur le lit des princes ». Puis un très long éloge de Louis XV développe ses vertus, éclipsées par quelques faiblesses à la fin de sa vie25. Il est évident que Mme Du Barry entraîne dans sa dégradation le roi, quoi que le texte fasse (ou fasse semblant de faire) pour dédouaner celui-ci de tout ou partie de la responsabilité du tableau pitoyable de la France. Une fois encore, c’est par le récit, en contrebande, que les Anecdotes font passer l’essentiel de leur critique du roi, personnage ridicule dans une succession de saynètes bouffonnes ou ironiques. Le Précis s’en distingue par une défense plus explicite, mais souvent contredite. Ainsi une formule appliquée à la libido royale semble favorable : Louis XV n’aurait « d’autre défaut que d’aimer le plaisir et de s’y livrer avec trop peu de réserve » (P, p. 14). Mais une autre peut tout aussi bien se teinter d’ironie, faisant de Louis XV « un monarque qui voulait bien de temps en temps se dérober à sa Cour, pour se familiariser pendant quelques heures avec les derniers de ses sujets » (p. 30). Le topos de l’éducation du prince est envisagé. L’éloge de Fleury se renverse lui aussi en critique :

Louis XV, écarté pour ainsi dire depuis son berceau, jusqu’à sa mort, des affaires de son royaume, ne les connaissant que sous le faux jour qu’on avait soin de lui présenter, n’a jamais connu réellement les malheurs de ses peuples, ni l’oppression dans laquelle ils ont vécu sous la plupart des ministres. (p. 67)

37Le portrait du roi est un éloge, pourtant sa « bonté naturelle » se retourne en objet de critique : il n’a « aucune volonté à lui », il « est gouverné par ses ministres et par ses maîtresses » (p. 66).

38Si Mme Du Barry ne semble donc en rien un animal politique, le roi cesse lui aussi d’en avoir les attributs, incapable qu’il est d’avoir une volonté propre. Il se retrouve, pour ainsi dire, derrière Mme Du Barry, devenant son ombre, l’ombre d’une ombre dont il a toutes les caractéristiques : libido et désir de paraître, incapacité à être quelque chose en propre, bon à être manipulé par d’autres.

39Si la place du roi est vide, alors qui la remplit ? Qui possède le pouvoir ? Une première réponse est fournie par la logique même des manipulations, narrativisée avec talent dans les Anecdotes. Ce jeu de manipulations correspond à un certain sens du mot politique, conçu comme jeux d’influence, cabales et rapports de force au sein des logiques courtisanes qui organisent la vie politique des monarchies. Dès lors Mme Du Barry n’a pas de place politique, mais elle ne peut échapper à la politique (ou plutôt la politique ne peut lui échapper) : elle est au cœur de calculs politiques intenses, mais non pas à leur origine. On peut encore citer les extraits suivants :

Pendant que Madame Du Barry profitait ainsi de son crédit pour exercer sa bienfaisance, il fallait que les gens de son parti s’occupassent de sa conduite politique, et la prémunissent contre les mines sourdes que ses ennemis faisaient jouer. Elle avait de son côté heureusement un courtisan très exercé dans le genre des intrigues, et qui, par une longue expérience du caractère du maître, était à même de la diriger à merveille ; c’était le maréchal duc de Richelieu. (A, p. 118, nous soulignons)
Ces distractions particulières ne détournaient point Madame Du Barry des principaux objets de sa politique, ou du moins de celle qu’on lui avait suggérée. On la leurrait toujours de l’espoir de parvenir au trône ; mais avant il fallait faire le premier pas de dissoudre son mariage. (p. 194 ; nous sou lignons)

40Sa conduite dictée, suggérée, décrit une politique conçue comme un ensemble d’intrigues. Les Anecdotes et le Précis s’accordent d’ailleurs (en surface du moins) sur les cabales et les « complots », ceux du parti de Choiseul pour garder le pouvoir, ou ceux d’un parti opposé pour le prendre, grâce à Mme Du Barry. Tous deux décrivent l’acharnement contre Mme Du Barry par les anecdotes et les chansons, comme un complot du clan Choiseul. La politique ici est l’histoire très contemporaine, à chaud, d’une conquête du pouvoir par des personnes et des groupes. Si l’on peut supposer que l’auteur sait que ces causalités politiques (complexes) ne réfèrent pas toutes caricaturalement à la Du Barry, celle-ci est le vecteur d’une représentation des luttes de pouvoir, qui dit la confiscation de l’intérêt général par des intérêts particuliers. Il en sera de même pour leur analyse de la crise parlementaire, bien entendu, puisque ces pro-parlementaires convaincus et militants font du coup d’État de Maupeou un point de bascule dans le despotisme politique de la France :

En outre, ces mêmes émissaires, qui étaient des jeunes gens bien éduqués, bien instruits, parcouraient continuellement les extrémités du royaume, et faisaient des voyages dans les cours étrangères, sans qu’on sût l’objet de tous ces mouvements. On a présumé que M. Du Barry, qui a toujours affecté de s’attacher à la politique, d’étudier les intérêts des princes, et d’être au fait de ce qu’on appelle les Affaires étrangères, gérait ce ministère vacant, sans aucun titre, et mettait S. M. en état de les conduire par Elle-même, comme elle le faisait depuis la disgrâce de M. de Choiseul avec beaucoup de distinction. D’autres ont présumé, plus vraisemblablement, qu’il n’était qu’en sous-ordre, et travaillait ainsi pour le duc d’Aiguillon, ne pouvant se flatter de parvenir au ministère. L’événement ne tarda pas à justifier ces dernières conjectures. (A, p. 178)

41À suivre une telle logique des causalités historiques et politiques, tout le monde est manipulateur. La chaîne s’arrête-t-elle avec le duc d’Aiguillon ?

42Le diagnostic est fréquent dans les Vies privées : si le personnage n’est pas un monstre manipulateur, il est manipulé. Ici le monstre est la Du Barry, disqualifiée par sa naissance, venue se greffer sur la monarchie, manipulée elle-même par le comte Du Barry et par des ministres d’État, à travers lesquels est dénoncé le despotisme ministériel. Sont responsables Richelieu et d’Aiguillon (contre Choiseul) ; Maupeou et Terray sont assez peu nommés dans le Précis. Car le Précis ne fait pas le même diagnostic politique (autant qu’on puisse en juger) que les Anecdotes, en minimisant l’importance du rôle des acteurs dans la crise parlementaire.

43C’est le dernier cran de notre enquête : y a-t-il un principe organisateur de ces manipulations ? Y a-t-il des idéologies qui conduisent des politiques, cette fois conçues comme la défense de l’intérêt général, et non celle d’un intérêt privé ou particulier ? Y a-t-il une vision politique ?

44L’auteur des Anecdotes n’a sans doute pas la naïveté de croire que tout se réduit à la causalité évoquée, mais elle permet de rendre figurable la lutte entre les personnages, reposant sur l’esprit, les bons mots, les coups fourrés : pour ces rédacteurs « patriotes », la « perfidie politique » comme ingrédient narratif exprime aussi le drame politique du moment.

45Les Anecdotes demandent un regard attentif, car la forme narrative impose une vision (politique) sans l’expliciter. De fait, la critique de Choiseul n’est pas de même nature que celle de ses ennemis, ou du couple royal... L’estompage du système de valeurs permet d’imposer encore plus fortement le seul héros du livre, le Parlement. Cette vision, qui consiste à penser que l’affaiblissement royal est la marque d’un despotisme politique, était très partagée : le roi s’était à tort affranchi du soin de l’État et des corps intermédiaires (en particulier du Parlement, lié aux lois fondamentales, et à ses prérogatives en matière de contrôle des finances). Les choses ne sont explicitées que sur ce point précis, lorsqu’il est question du renvoi des parlements. Le despotisme ministériel se mue alors en despotisme tout court, au moment où le roi casse le pacte de la nation et s’arroge seul le pouvoir politique. Il est d’ailleurs clair que c’est cette histoire-là qui est racontée dans les Anecdotes, comme dans l’essentiel des Mémoires secrets. C’est sur ces questions récurrentes de remontrances et d’appel aux états généraux, que tous les volumes des Mémoires secrets vont prioritairement revenir dans les années suivantes, et jusqu’à la Révolution.

*

46Concluons en soulignant comment les usages du biographique divergent selon les textes, en fonction de leur visée politique. Laissons de côté les Remarques, texte assez peu cohérent et identifiable, peut-être avant tout un produit commercial fait à la va-vite. La défense du roi et de Mme Du Barry, développée dans la première partie, cohabite en effet avec la reproduction peu probante de bon nombre des matériaux des Anecdotes dans une seconde partie, par ailleurs peu analytique. Seul se distingue le point de vue « plébéien » fondant une défense de la Du Barry sur la relativisation de toutes ses actions honnies confrontées aux pratiques de la Cour et aux habitudes de la noblesse, au contraire des deux autres textes qui se fondent sur un préjugé nobiliaire insistant, ouvertement calomnieux dans le cas du Précis. Cela dit, la défense tous azimuts de la bonté du roi, de la beauté d’âme de Mme Du Barry, des turpitudes ordinaires de son beau-frère, propose une vision idéalisée des enjeux de pouvoir. À moins de considérer le texte comme un ultime exercice de style de l’équipe Mairobert...

47Le Précis et les Anecdotes produisent des analyses politiques plus cohérentes et plus vigoureuses, même si les images sont différentes. Ainsi, pour ne souligner que les différences, la violence du libelle à l’encontre de Mme Du Barry est plus explicite dans le Précis, à mesure que le texte progresse : « Cette femme par une fatalité déplorable, était réservée pour obscurcir et ternir les dernières années d’un roi, qu’on a jugé trop sévèrement sur l’article d’une passion, dont presque personne n’est exempt. » (P, p. 69) Le texte se referme sur son objet, revenant sur sa « naissance obscure et criminelle », sur l’« indigence affreuse, pour laquelle elle semblait être née » (p. 75), comme si c’était finalement bien elle le monstre responsable des malheurs du pays, au lieu de la voir (comme le font les Anecdotes) comme un moyen, et surtout un symptôme politique. En effet, la vraie question devait sans doute être : qu’est-ce qui a rendu cela possible ? La formule du Précis, « un cœur de boue qui se livre à tout venant, ou plutôt qui ne se donne à personne, que le libertinage et la crapule peuvent seuls émouvoir » (p. 84), se démarque d’ailleurs significativement des Anecdotes qui l’emploient pour désigner le chancelier Maupeou, que Pidansat de Mairobert considère bien plus dangereux. Dans la mesure encore où toutes les manipulations reviennent à celle du comte Du Barry, et dans la mesure où l’action politique de la favorite comme maîtresse royale était nulle, l’apolitisme de Mme Du Barry finit dans le Précis par se retourner contre elle pour stigmatiser la famille d’intrigants roturiers en lieu et place de ce qu’ils pouvaient désigner du dysfonctionnement politique. En cela, la posture moraliste adoptée à la fin de ce libelle doit peut-être être prise au sérieux, et mise en relation avec le préjugé de classe et l’éloge de Louis XVI, pour signer un texte qui ne fait pas de vagues et, peut-être au nom d’une coterie politique (difficile à identifier), se contente d’exorciser les vieux démons que sont l’orgueil, l’irréligion et sans doute la roture...

  • 26 Au point que les Goncourt rédigent leur biographie de Mme Du Barry en reprenant mot pour mot certa (...)

48La résonance politique que visent les Anecdotes est tout autre. Cette biographie en trompe-l’œil constitue une histoire (orientée), une lecture idéologique et militante de la fin du règne de Louis XV sous l’apparence d’un roman vrai, qui trouve ensuite une réplique fictionnelle dans les Lettres originales (1779), et dans les deux lettres de L’Observateur anglais (qui ne lâchent pas leur proie, après que Louis XVI lui a finalement rendu la jouissance de ses biens, et qu’elle se met de nouveau à fréquenter le duc d’Aiguillon). Pendant ce temps les promesses politiques envers le contre-pouvoir parlementaire ne sont pas tenues. Le combat idéologique continue dans la Vie privée de Louis XV (de Mouffle d’Angerville) qui emprunte beaucoup au stock constitué d’anecdotes, et surtout, plus subtilement, dans les Mémoires secrets qui vont distiller, pendant des années (textes en 1777-1778, et additions en 1783 et 1785-1786), des cellules biographiques identiques à celles des Anecdotes, sous l’aspect d’une information documentaire, qui fait encore parfois illusion aujourd’hui. Il semble que la production très singulière de ce réseau de textes pamphlétaires-documentaires, qui a saturé pendant une décennie le marché du livre prohibé, a joué de l’effet de masse. Qui plus est, en se recoupant (nécessairement), ces différents textes ont produit un effet de croyance accru26.

  • 27 L’auteur, pro-parlementaire, y revendique la paternité d’un texte souvent attribué à la mouvance m (...)

49Si l’on veut chercher le mode d’emploi de cette stratégie textuelle consistant à inventer des formes adéquates à l’effet recherché, il peut nous être fourni par les Mémoires secrets d’Augeard27 :

  • 28 Jacques-Mathieu Augeard, Mémoires secrets de J.M. Augeard, secrétaire des commandements de la rein (...)

[Mes trois ouvrages précédents] firent peu de sensation dans les gens du monde et surtout à la Cour ; ils étaient bien trop réfléchis pour faire effet sur des têtes aussi frivoles, aussi égoïstes et occupées de leurs plaisirs. Je pris pour lors le parti de m’occuper d’un plus analogue à leur esprit, c’est-à-dire qui pût leur apprendre les droits des Français en plaisantant et en amalgamant à de grandes vérités le sarcasme et des anecdotes piquantes28.

50C’est la méthode voltairienne en philosophie appliquée ici, comme chez Pidansat de Mairobert, à la politique. C’est aussi une manière d’envisager plus généralement un certain type de biographie politique, entre libelle et effet de vérité.

51La Vie privée de la comtesse Du Barry, après celle d’autres favorites et avant celle de Marie-Antoinette, cristallise des enjeux politiques. Même si l’on y retrouve la critique de l’influence et l’identification de réseaux de manipulation, la comtesse Du Barry a ceci en propre qu’elle incarne, comme nous avons tenté de le montrer, un néant politique. Mais ce vide même exprime une position plus ou moins clairement politique, d’où se distingue le discours cohérent, indirect et militant des Anecdotes et de leurs suites, qui surent utiliser la biographie pour imposer l’évidence d’un storytelling qui accrédite les représentations les plus romanesques, puis imposer ensuite, sous les formes fragmentaires apparemment les moins politiques, un discours souterrain qui est assurément politique avant tout.

Bibliographie

Bibliographie

Corpus d’étude

Correspondance littéraire, philosophique et critique, 16 vol., Maurice Tourneux (éd.), Paris, Garnier, 1877-1882.

Mémoires authentiques de la comtesse de Barré, maîtresse de Louis XV, roi de France, extraits d’un manuscrit que possède la duchesse de Villeroy, par le chevalier Fr. N. Traduits de l’anglois, Londres, Imprimés aux dépens des éditeurs et se vendent chez J. Roson, 1772.

Précis historique de la vie de Mme la comtesse Du Barry, Paris, s.n., 1774.

Augeard Jacques-Mathieu, Mémoires secrets de J.M. Augeard, secrétaire des commandements de la reine Marie-Antoinette... précédés d’une introduction par M. Évariste Bavoux, Paris, Henri Plon, 1866.

[Goudar Ange ?], Remarques sur les Anecdotes de Madame la comtesse Dubarri, par Madame Sara G....Traduites de l’anglais, Londres [Amsterdam], s.n., 1777.

[Pidansat de Mairobert Mathieu-François], Anecdotes sur Mme la comtesse Du Barri, Londres, s.n., 1775.
—, Lettres originales de Madame la comtesse Du Barry, avec celles des Princes, Seigneurs, Ministres & autres, qui lui ont écrit, & qu’on a pu recueillir, Londres, s.n., 1779.

[Théveneau de Morande Charles], Le Gazetier cuirassé, ou Anecdotes scandaleuses de la cour de France, Imprimé à cent lieux de la Bastille à l’enseigne de la liberté [Londres], s.n., 1771.

Ouvrages et articles critiques

Burrows Simon, Blackmail, Scandal, and Revolution : London’s French Libellistes, 1758-92, Manchester, Manchester University Press, 2006.
—, A King’s Ransom : The Life of Charles Théveneau de Morande, Blackmailer, Scandalmonger and Master-Spy, Londres, Continuum, 2010.

Cave Christophe, « Les Anecdotes sur Mme la comtesse Du Barri de Pidansat de Mairobert et les Mémoires secrets », Elseneur, no 19, « L’histoire en miettes : anecdotes et témoignages dans l’écriture de l’histoire (xvie-xixe siècles) », Carole Dornier & Claudine Poulouin (dir.), 2004, p. 279-298.

Craveri Benedetta, Reines et favorites, le pouvoir des femmes [2005], Éliane Deschamps-Pria (trad.), Paris, Gallimard, 2007.

Darnton Robert, « La France, ton café fout le camp », Actes de la recherche en sciences sociales, no 100, 1993, p. 16-26.
—, The Forbidden Best-Sellers of the Pre-Revolutionary France (1769-1789), New York / Londres, W.W. Norton, 1995.

Rétat Pierre, « L’anecdote dans les Mémoires secrets : type d’information et mode d’écriture », dans The “Mémoires secrets” and the Culture of Publicity in Eighteenth-Century France, Jeremy D. Popkin & Bernadette Fort (dir.), Oxford, Voltaire Foundation, 1998, p. 61-72.

Sgard Jean, « Pidansat de Mairobert, journaliste à deux visages », dans Nouvelles, gazettes, mémoires secrets (1775-1800), Birgitta Berglund-Nilsson (dir.), Karlstad, Karlstad University Studies, 2000, p. 15-26.

Annexes

ANNEXE : CHRONOLOGIE DES VIES ET DES AUTRES OUVRAGES PRODUITS PAR LA « MOUVANCE MAIROBERT »

1759

The History of the marchioness of Pompadour, Londres, S. Hooper ; attribué à Marianne-Agnès Falques.

L’Histoire de madame la marquise de Pompadour. Traduite de l’anglois, Londres, aux dépens de S. Hooper, à la tête de César ; attribué à Marianne-Agnès Falques.

1766

Journal historique, ou Fastes du regne de Louis XV, surnommé le Bien-Aime, Paris, Prault.

1771

Le Gazetier cuirassé, ou Anecdotes scandaleuses de la cour de France, de Théveneau de Morande, Imprimé à cent lieux de la Bastille à l’enseigne de la liberté, s.n.

The Authentic Memoirs of the Countess de Barre, the French King’s Mistress, Carefully Collated from a Manuscript in the Possession of the Dutchess of Villeroy, by Sir Francis N-., Londres, J. Roson.

1772

Mémoires authentiques de la comtesse de Barré, maîtresse de Louis XV, roi de France, extraits d’un manuscrit que possede madame la duchesse de Villeroy, par le chevalier Fr. N. Traduits de l’anglois, Londres, J. Roson.

Mémoires secrets d’une femme publique, de Théveneau de Morande, rachetés par Beaumarchais à Londres et détruits.

Lettres de madame la marquise de Pompadour, 4 vol., Londres, G. Owen & T. Cadell.

1773

Plusieurs feuilles des Anecdotes saisies dans les papiers de Julie d’Aubry.

1774

Journal historique de la révolution opérée dans la constitution de la monarchie françoise par M. de Maupeou, Chancelier de France, Londres, s.n. [mouvance Mairobert].

Précis historique de la vie de Mme la comtesse Du Barry, Paris, s.n.

1775

Anecdotes sur Madame la comtesse Du Barri, de Pidansat de Mairobert, 2 éd. : s.l. et Londres, s.n.

Gazette de Cythère, ou Histoire secrète de Mme la comtesse Du Barry, reprise sous un autre titre du Précis de 1774, Londres, Wauckner.

1776

Mémoires de l’abbé Terrai, s. l., à la Chancellerie [mouvance Mairobert]

Correspondance littéraire secrète, dite de Metra, no 29 sur les Anecdotes.

Rééd. des Anecdotes sur Madame la comtesse Du Barri, Londres, John Adamson.

1777

Mémoires secrets, Londres, John Adamson, dont le vol. 8 sur les Anecdotes.

2 rééd. des Anecdotes sur Madame la comtesse Du Barri, Londres, s.n.

Remarques sur les Anecdotes de Madame la comtesse Dubarri, par Madame Sara G.... Traduites de l’anglais, [Ange Goudar ?], Londres, s.n.

1778

Rééd. Des Anecdotes sur Madame la comtesse Du Barri, Londres, s. n.

L’Observateur anglais, vol. 1-4, dont vol. 2, lettre 21 sur les Anecdotes [mouvance Mairobert].

1779

Lettres originales de Madame la comtesse Du Barry, avec celles des Princes, Seigneurs , Ministres & autres, qui lui ont écrit, & qu’on a pu recueillir, de Pidansat de Mairobert, Londres, s.n.

Correspondance littéraire, vol. 12, p. 338-341 sur les Lettres originales.

1780

Rééd. Des Mémoires secrets, Londres, John Adamson.

1781

Vie privée de Louis XV, ou Principaux événemens, particularités, et anecdotes de son regne, de Mouffle d’Angerville, 4 vol., Londres, John Peter Lyton, dont le vol. 4 cite et reprend les Anecdotes.

1782

Les Fastes de Louis XV, de ses ministres, maîtresses, généraux et autres notables personnages de son règne, Villefranche, chez la veuve Liberté.

1783

L’Espion anglais, suite de L’Observateur anglais.

La Chronique scandaleuse, ou Mémoires pour servir à l’histoire des mœurs de la génération présente, d’Imbert de Bourdeaux, Paris, dans un coin d’où l’on voit tout.

1784

Rééd. Des Mémoires secrets, Londres, John Adamson.

Notes

1 [Charles Théveneau de Morande], Le Gazetier cuirassé, ou Anecdotes scandaleuses de la cour de France, Imprimé à cent lieux de la Bastille à l’enseigne de la liberté [Londres], s.n., 1771.

2 [Mathieu-François Pidansat de Mairobert], Anecdotes sur Mme la comtesse Du Barri, Londres, s.n., 1775. Sur ce texte, voir notre notice dans Olivier Ferret, Anne-Marie Mercier-Faivre & Chantal Thomas (dir.), Dictionnaire desVies privées (1722-1842), Robert Darnton (préf.), SVEC 2011 :02, Oxford, Voltaire Foundation, 2011, notice no 59, p. 248-252.

3 Précis historique de la vie de Mme la comtesse Du Barry, Paris, s.n., 1774. Dans la suite de l’article, le Précis et les Anecdotes seront abrégés respectivement P et A et leurs références seront données dans le texte.

4 [Ange Goudar ?], Remarques sur les Anecdotes de Madame la comtesse Dubarri, par Madame Sara G.... Traduites de l’anglais, Londres [Amsterdam], s.n., 1777.

5 Voir la chronologie en annexe.

6 Voir O. Ferret, A.-M. Mercier-Faivre & C. Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées, op. cit., notice no 60, p. 252-253.

7 Mémoires authentiques de la comtesse de Barré, maîtresse de Louis XV, roi de France, extraits d’un manuscrit que possède la duchesse de Villeroy. Traduits de l’anglois, Londres, Imprimés aux dépens des éditeurs et se vendent chez J. Roson, 1772. Sur ces ouvrages, voir Robert Darnton, Le Diable dans un bénitier : l’art de la calomnie en France, 1630-1800, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 2010 ; Simon Burrows, Blackmail, Scandal, and Revolution : London’s French Libellistes, 1758-92, Manchester, Manchester University Press, 2006, et A King’s Ransom : The Life of Charles Théveneau de Morande, Blackmailer, Scandalmonger and Master-Spy, Londres, Continuum, 2010.

8 Ainsi que nous l’apprennent les saisies de papiers d’une nouvelliste proche de Pidansat de Mairobert et de la paroisse Doublet, à l’origine des Mémoires secrets, Julie d’Aubry. Voir, à la bibliothèque de l’Arsenal, dans les saisies des dossiers de la Bastille, le dossier « Julie d’Aubry » (ms. 12430).

9 Sont-elles en cela en avance sur toutes les Vies privées des princes de la famille royale qui, pendant la Révolution, s’attacheront à montrer que tout le personnel aristocratique ou royal de la monarchie n’est pas davantage politique, car tout aussi inepte, incapable de faire le bien public ? Il n’en sera pas de même pour Marie-Antoinette, même si son rôle dans les Vies privées a peut-être été infléchi par l’exemple de Mme Du Barry.

10 Il s’agit d’un ensemble de textes pro-parlementaires qui s’est écrit autour du personnage de Pidansat de Mairobert, essentiellement dans les années 1770-1779. Voir Jean Sgard, « Pidansat de Mairobert, journaliste à deux visages », dans Nouvelles, gazettes, mémoires secrets (1775-1800), Birgitta Berglund-Nilsson (dir.), Karlstad, Karlstad University Studies, 2000, p. 15-26 ; Christophe Cave, « Les Anecdotes sur Mme la comtesse Du Barri de Pidansat de Mairobert et les Mémoires secrets », Elseneur, no 19, « L’histoire en miettes : anecdotes et témoignages dans l’écriture de l’histoire (xvie-xixe siècles) », Carole Dornier & Claudine Poulouin (dir.), 2004, p. 279-298. Robert Darnton revient sur ce texte dans son Diable dans un bénitier, op. cit., chap. XXII, p. 346 sq.

11 Lire à ce propos Pierre Rétat, « L’anecdote dans les Mémoires secrets : type d’information et mode d’écriture », dans The “Mémoires secrets” and the Culture of Publicity in Eighteenth-Century France, Jeremy D. Popkin & Bernadette Fort (dir.), Oxford, Voltaire Foundation, 1998, p. 61-72.

12 Pour une théorie de la communication d’Ancien Régime à partir de l’anecdote, voir R. Darnton, « La France, ton café fout le camp », Actes de la recherche en sciences sociales, no 100, 1993, p. 16-26.

13 Terme au cœur du dernier livre de Robert Darnton, Le Diable dans un bénitier, op. cit.

14 R. Darnton, The Forbidden Best-Sellers of the Pre-Revolutionary France (1769-1789), New York / Londres, W.W. Norton, 1995, chap. V, p. 137-166.

15 Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 62-63, juin 1986, p. 69-72.

16 [A. Goudar ?], Remarques sur les Anecdotes, op. cit., p. 9-10.

17 [M.-F. Pidansat de Mairobert], Lettres originales de Madame la comtesse Du Barry, Londres, s.n., 1779.

18 [C. Théveneau de Morande], Le Gazetier cuirassé, op. cit., p. 43 ; repris dans A, p. 187-188.

19 R. Darnton, Le Diable dans un bénitier, op. cit., chap. XXVI, p. 461 sq.

20 Voir ibid., p. 342 par exemple.

21 Voir R. Darnton, The Forbidden Best-Sellers of the Pre-Revolutionary France, op. cit., chap. V, p. 137-166, qui porte sur les Anecdotes. Voir aussi Le Diable dans un bénitier, op. cit., p. 347-349.

22 Allusion à l’aigrette de diamants reçue de l’Angleterre, pour obtenir la disgrâce de Choiseul.

23 [A. Goudar ?], Remarques sur les Anecdotes, op. cit., p. 95.

24 Ibid., p. 124 et 58.

25 Ibid., p. 14-19.

26 Au point que les Goncourt rédigent leur biographie de Mme Du Barry en reprenant mot pour mot certaines des anecdotes et formules des textes. Et en passant sur toutes les publications compilatrices des xixe et xxe siècles (Jacques de Saint-Victor), il en est de même pour le dernier livre de Benedetta Craveri sur les maîtresses royales (Reines et favorites, le pouvoir des femmes [2005], Éliane Deschamps-Pria (trad.), Paris, Gallimard, 2007), qui s’appuie en particulier sur la Vie privée de Richelieu et sur les Anecdotes...

27 L’auteur, pro-parlementaire, y revendique la paternité d’un texte souvent attribué à la mouvance mairobertienne, La Correspondance entre M. de Maupeou et M. de Sorhouet.

28 Jacques-Mathieu Augeard, Mémoires secrets de J.M. Augeard, secrétaire des commandements de la reine Marie-Antoinette... précédés d’une introduction par M. Évariste Bavoux, Paris, Henri Plon, 1866, p. 45.

Auteur

Maître de conférences à l’Université Stendhal-Grenoble 3 et membre de l’UMR LIRE. Il travaille sur la presse d’Ancien Régime, sur Voltaire et les correspondances. Il s’est intéressé aux gazettes, aux journaux révolutionnaires, et dirige l’édition des Mémoires secrets (H. Champion). Il a publié plusieurs articles sur les Anecdotes sur Mme la comtesse Du Barry, et a dirigé le collectif Le Règne de la critique sur les Mémoires secrets (H. Champion, 2010).

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search