Version classiqueVersion mobile

Biographie & Politique

 | 
Olivier Ferret
, 
Anne-Marie Mercier-Faivre

I. Agir

Biographies et libelles de la fin du règne de Louis XIV à la régence : des « vies privées » avant les vies privées ?

Pierre Bonnet

Texte intégral

1Dans quelle mesure le phénomène des Vies privées du xviiie siècle – dans ses deux dimensions, privatisante et biographique – est-il annoncé par des anticipations et des évolutions décisives au sein de la littérature pamphlétaire, de la fin du règne de Louis XIV à la Régence, entre 1680 et 1720 ? On partira d’une citation énonçant le programme liminaire de cette « histoire critique » qui apparaît au moment de la crise de la conscience européenne. Car elle intéresse peut-être davantage la biographie que l’histoire, à un moment où le mot biographie – sinon la chose – n’existe pas encore, dans la mesure même où l’histoire n’existe alors principalement que sous la forme biographique des « vies » et des « histoires » (pensons à ces deux modèles que sont pour l’honnête homme de la fin du xviie siècle le Traité des hommes illustres de Boccace ou les Vies parallèles de Plutarque) :

  • 1 « Préface », Intérêts et maximes des princes & des Estats souverains, Cologne, Jean du Païs, 1666, (...)

Il est très difficile d’écrire l’histoire, mais il est encore plus difficile de ne pas écrire des satires. Quoique la démangeaison ordinaire de publier le mal ne doive pas prévaloir dans l’esprit d’un honnête homme, ce que nous devons à la vérité, doit l’emporter sur le soupçon de cette médisance. Les bons princes ne souffrent pas leurs historiens par modestie, et les méchants les haïssent par intérêt1.

2La citation situe l’énonciation de l’histoire sur une voie périlleuse car elle doit se frayer un chemin entre deux écueils : un écueil explicite (la satire) et un autre, implicite, dont il faut encore davantage se garder (une histoire officielle, bien disante, totalement transparente pour le pouvoir et renonçant à toute fonction de conseil auprès du prince). On voit de quel côté penche l’auteur anonyme d’Intérêts et maximes. Toute l’histoire critique de la fin du xviie siècle est là en germe, flanquée sur sa droite (si l’on peut s’autoriser cet anachronisme) par le genre des Intérêts des princes – hérité de Henri de Rohan, mais dont notre extrait est le prélude programmatique – et sur sa gauche par la satire, comme sa tentation la plus forte, qui va en effet connaître des développements inédits. Rappelons que l’un comme l’autre s’inscrivent dans une méfiance montante à l’égard de l’histoire officielle. On relèverait aisément les traces de cette méfiance chez Gregorio Leti, Roger de Bussy-Rabutin, Vauban, Fénelon : une histoire d’écrivains à gages, mercenaire, non seulement fausse par excès, par ses dithyrambes, mais également fausse par défaut, parce que de seconde main et peu regardante sur ses sources ; une histoire enfin inutile sur le plan de la conduite des États, dérogeant à sa fonction de conseil.

3Entre ces deux pôles de l’histoire critique – d’un côté, l’histoire satirique, burlesque, minorante, et de l’autre, l’histoire actualisée des Intérêts des princes, décentrée et prônant une nouvelle raison interétatique –, le biographique, au sens d’une tentative de ressaisissement d’un destin particulier, semble devoir difficilement se frayer une voie. S’en étonner, c’est oublier que l’alacrité du pamphlet, son désir d’actualité, son urgence, s’accommodent mal du caractère étale, constructif, rétrospectif de la biographie, de sa volonté objectivante. C’est oublier surtout que la moindre tentative non autorisée de personnalisation du discours dans la façon de présenter les princes et les grands, en dehors des canons de l’histoire officielle et d’une société d’ordres, constitue déjà formellement un geste de dissidence, impose l’anonymat et proscrit l’obtention du privilège. La littérature pamphlétaire, du moins dans ces années 1680-1720, ne semble donc pas avoir essentiellement besoin de la biographie, de son caractère abouti et conclusif.

  • 2 Avec deux options possibles : soit une confusion active, par excès, de l’intérêt privé avec l’inté (...)

4Mais si elle n’a pas besoin de la biographie, il y a en revanche en elle une forte présence d’éléments biographiques puisqu’elle fait fond sur tout ce qui individualise et particularise. En effet, la littérature politique prend, à partir des années 1690, une tournure satirique inédite et décisive qui « privatise » la figure royale et son entourage, pour des raisons et selon des modalités que l’on précisera. Ce que l’on entend par « privatisation », ce ne sont pas les attaques contre la vie privée du roi et des grands ; c’est la mise en scène de la façon dont les rois et les grands, dans l’exercice plénier de leur pouvoir, se comporteraient en tant que personnes privées, et dont ils identifieraient ou réduiraient les intérêts de l’État à leurs intérêts privés2.

  • 3 Voir Olivier Ferret, Anne-Marie Mercier-Faivre & Chantal Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies priv (...)

5Si ces satires concernant le roi ou les grands tendent au biographique, et même à une certaine biologie du pouvoir plus qu’à la biographie, c’est qu’elles s’attaquent à une essence du pouvoir, mais ne remettent pas en cause l’existence de ses acteurs (leur origine, leur position), pas plus que l’institution monarchique et la société d’ordres. Il en va autrement, au sein de cette satire privatisante, de ceux qui ne tiennent prétendument leur existence que du pouvoir, sans participer à son essence : maîtresses du roi, confesseurs jésuites, ou plus encore parvenus de la finance. Ce qui est en cause alors, c’est une existence, une trajectoire, et la biographie reprend ses droits pour décrire le destin tortueux, la chance frauduleuse, l’opportunisme éhonté. À la dimension burlesque de la satire privatisante visant le roi et la Cour s’ajoute la dimension temporelle, proprement biographique, qui emprunte aux versions aggravées, mais plus encore à la veine héroïcomique du roman picaresque – en train de s’établir en France et dont ces textes sont le pendant satirico-politique ou historico-politique. On insistera sur les évocations biographiques de financiers : dans le sillage des tentatives de l’économie politique, elles conduisent à la Régence et à la fameuse Chambre de justice de 1716. Surtout, elles démontrent que la satire privatisante quitte une Cour vieillissante pour s’approprier tout le champ social, dans un décentrement où l’opinion publique naissante devient son propre objet : à travers les désordres de l’économie matérielle, dont les partisans et les traitants sont tenus pour responsables, c’est l’économie sociale, mais aussi l’économie libidinale qui est atteinte. Cette vision plus large, compréhensive, où la calomnie est équilibrée, sinon par l’exigence du témoignage, du moins par une volonté inquisitoriale et policière de ressaisir toute une histoire sociale à travers quelques figures qui en perturbent l’ordre, préfigure les Vies privées du xviiie siècle3.

6Au terme du parcours, de la satire privatisante des années 1695-1696 concernant le roi et la Cour à cette satire sociale plus large des années 1705-1710, on aura ainsi décelé, au sein de la nébuleuse pamphlétaire, des antécédents et des évolutions décisives dans l’approche du biographique, c’est-à-dire dans la confrontation de destins privés avec une histoire collective.

LA PRIVATISATION DE LA FIGURE ROYALE : CONSTITUTION D’UNE VEINE HISTORICO-BURLESQUE, VERSION CHARGÉE DE L’HISTOIRE GALANTE APRÈS LA GLORIEUSE RÉVOLUTION

  • 4 Voir Louis Marin, Le Portrait du roi, Paris, Éditions de Minuit, 1981 ; Jean-Marie Apostolidès, Le (...)
  • 5 Voir Crawford Brough Macpherson, La Théorie politique de l’individualisme possessif : de Hobbes à (...)

7Quelles sont les conditions discursives et idéologiques qui ont rendu possible l’apparition de cette satire privatisante dans les années 1695-1696 ? D’abord, l’histoire connaît une crise qui va de pair avec une crise du roman. L’histoire galante, déjà gagnée par la satire avec Bussy-Rabutin, et lourdement aggravée par ses suiveurs, tend de plus en plus, au cours des années 1680, à la satire des mœurs curiales, facilitée par la fixation de la Cour. Ces intrigues galantes, fortes de leur succès, plus virulentes à chaque nouvelle livraison, n’épargnent plus la figure royale et sa famille et finissent même par se concentrer exclusivement sur elles. Ensuite, la fin de la paix de l’Église et plus encore la Révocation accentuent le désenchantement théologico-politique, porté essentiellement par les milieux réformés du Refuge et les presses hollandaises qui tiennent la plupart des gazettes périphériques et de la production d’imprimés politiques, tandis que Louis XIV porte à son comble la volonté de réenchanter la monarchie4. Dans ce désenchantement, les troubles d’Angleterre jouent un rôle capital : un roi décapité, une république, deux révolutions, un roi chassé, en seulement quarante ans ! Les idées qui les sous-tendent – fondamentalisme des droits, volonté de soustraire la sphère politique à une certaine sacralité religieuse et dynastique, et ce que Macpherson a appelé « la théorie de l’individualisme possessif5 » – impliquent naturellement un regard particularisant sur le champ politique et l’espace du pouvoir. Enfin Louis XIV n’est pas pour rien dans ce regard privatisant porté sur sa personne : la personnalisation du pouvoir augmente d’un cran dans les années 1690, après la mort de Colbert et surtout de Louvois. À ces disparitions s’ajoute celle des grandes clientèles ministérielles, qui concentre encore davantage l’autorité entre ses mains.

  • 6 Voir Pierre Bonnet, « De la critique à la satire : trente années d’opposition pamphlétaire à Louis (...)
  • 7 Rappelons que ce sont les services de propagande de Guillaume d’Orange qui inventent la caricature (...)

8Passons aux facteurs plus circonstanciels. Aucun hasard si les années 1695-1696 voient, en même temps qu’une critique aggravée du bellicisme et de l’hyperfiscalité, l’émergence d’une satire violente, d’une dégradation burlesque du roi en ses deux corps6. Le contexte s’y prête. La guerre de la Ligue d’Augsbourg qui s’éternise, la crise frumentaire, la capitation, en sont les causes objectives. Mais il est une cause plus efficiente. Après la Révocation et au cours de la Glorieuse Révolution, Guillaume d’Orange a rallié à sa cause un certain nombre de publicistes et mis au point un service efficace de propagande. Cependant, la frange la plus satirique des libelles a été répandue en Angleterre contre le parti jacobite en général et Jacques II en particulier, beaucoup plus que contre Louis XIV. On stigmatisait l’absolutisme politico-religieux du roi anglais catholique, son autoritarisme et son mépris du Parlement, son sectarisme et son abandon aux jésuites. Certains allaient même au-delà, répandant la rumeur de l’impuissance du roi, multipliant les insinuations selon lesquelles son fils, le prince de Galles, ne serait que « supposé » : un enfant frauduleusement placé dans le berceau royal pour assurer la succession. Façon de contester la survivance même de la dynastie jacobite, au moment où elle empêchait l’accession de la fille de Guillaume d’Orange au trône d’Angleterre. Après la fuite de Jacques II en France et l’avènement de Guillaume d’Orange, dans le contexte de la guerre, les publicistes à la solde du nouveau roi d’Angleterre se retournent contre Louis XIV avec une férocité redoublée7. Dès 1690, la critique se radicalise, attaque cette fois la personne même du roi en ses deux corps. Car ce déchaînement de la grande satire raille chez Louis XIV à la fois une sexualité intempestive et une dévotion inepte, s’attaquant ainsi à son corps charnel et à son corps spirituel.

9La privatisation, c’est d’abord un désenchantement radical de l’espace du pouvoir et une réduction non moins drastique de ses acteurs. La satire opère autant par ses ellipses, ses silences, que par le traitement burlesque qu’elle fait subir au roi et à ses proches : la Cour n’est jamais mise en scène dans sa mécanique complexe, les subtilités de l’étiquette, le faste – même plombé, même dégrisé – de la fin du règne. Prenons le Conseil privé de Louis le Grand (1696), représentatif de cette veine. La Cour y est une abstraction desséchée, un théâtre resserré où s’épuisent les dernières ressources du royaume, le lieu de ponction de tout l’or du pays – sorte d’antichambre obscure, entre ruelle du lit et cabinet, où se décident les taxes les plus iniques et où le roi se survit à lui-même, alternant volontarisme cynique et phases de dépression chagrine. Par la raréfaction des acteurs, la disqualification de l’espace rarement évoqué, l’intervention amortie de l’histoire qui n’est qu’annonces de revers militaires, d’épuisement du royaume, ou fausses rumeurs de conversions en masse, les pamphlétaires présentent le spectacle d’une Cour désertée, momifiée, un lieu abstrait et sans vibration – en aucun cas un lieu physique et spatialisé.

  • 8 Le titre exact est : Entretien entre Louis XIV, roy de France et madame la marquise de Maintenon, (...)

10Cette privatisation constitue le postulat de toute satire politique, qui ramène impitoyablement les décrets des tenants du pouvoir à des décisions d’amour-propre, des intérêts personnels, des caprices provoqués par un désir de gloire ou de jouissance. Toutes les satires des années 1690 en témoignent : dans La Confession réciproque (1694), Louis XIV passe, sous l’emprise de son confesseur qui l’absout par avance de tous ses crimes, du repentir le plus geignard au bellicisme le plus outrancier ; dans L’Esprit familier de Trianon (1695), l’ombre sermonneuse de la duchesse de Fontanges, maîtresse intérimaire trop vite répudiée, remonte du sombre royaume pour tourmenter le roi, lui faire la leçon sur son inconduite, son despotisme et son aveuglement, jusque dans la ruelle de son lit où il est étendu avec l’omniprésente Mme de Maintenon ; dans les Nouvelles amours de Louis le Grand (1696), Louis XIV, qui s’est énamouré de Mlle de Saint-Tron, la nièce de Bontemps, premier valet de chambre du roi et intendant de Versailles, est présenté à la fois comme un amoureux transi mais impuissant, et comme un matamore belliqueux mais impécunieux qui pressure ses peuples jusqu’à l’épuisement ; dans Le Divorce royal (1692), les déboires familiaux du roi – une dispute extrêmement aigre entre la Montespan et la Maintenon, la première sollicitant en vain la seconde de fournir des passeports à une demoiselle protestante dont la famille a fui le royaume – dégénèrent en véritable affaire d’État. Le propos est clair : Louis XIV échoue dans l’unité religieuse de son État comme dans l’impossible cohabitation de ses maîtresses ; ne parvenant pas à régler les conflits en son « domestique », en son corps privé, il ne peut prétendre unifier son corps politique et mystique. Dans l’Entretien entre Louis XIV et la marquise de Maintenon8, l’on surprend une conversation secrète sur le sort de la monarchie entre un Louis XIV fatigué et une Maintenon plus que jamais grisée par le pouvoir, satire qui accroît encore l’effet de la privatisation burlesque, réduite au huis clos du couple royal. Le prétexte du dialogue est l’obsédante requête de la marquise pour obtenir du roi l’officialisation de leur mariage. Le fond de l’affaire est ailleurs : si elle lasse le roi d’une demande en mariage solennelle et publique, c’est que cette cérémonie la placerait sur le trône, lui offrirait la possibilité d’une régence, voire le titre de reine, avec la reconnaissance et les bienfaits qu’elle prétend mériter pour les services qu’elle a rendus. À la monstruosité de la Maintenon, puits d’insondable ambition sous une carapace vertigineuse de sophismes moraux et d’onction religieuse, répond l’impéritie d’un roi lamentable qui n’arrive pas plus à faire barrage aux arguties de son intrigante épouse qu’aux périls de la guerre. Faisant au roi la démonstration de sa faillite, elle abaisse ses dernières défenses et le fait plier à sa volonté manipulatrice...

11On pourrait multiplier les exemples de ces satires qui, sur un mode badin et grotesque, ou avec une verve plus féroce, réduisent la figure du pouvoir aux jérémiades, rodomontades, amourettes ridicules d’un Louis XIV entièrement sous l’emprise de son confesseur ou de son épouse morganatique, et traitant des affaires de l’État comme d’une affaire privée.

DES ÉBAUCHES DE VIES PRIVÉES, DE L’HISTOIRE GALANTE AU ROMAN PICARESQUE SATIRIQUE : LA MAÎTRESSE ET LES CONFESSEURS DU ROI

  • 9 Voir [Gregorio Leti], La Monarchie universelle de Louys XIV. Traduite de l’italien de M. Leti, 2 v (...)

12Cette privatisation ne suffit pas à faire de ces textes nombreux et profus des Vies privées du roi au sens strict, parce que leur propos n’est pas de retracer sa vie dans son horizontalité, sa temporalité propre, de la naissance à l’âge mûr, mais de saisir à chaque moment la confusion qu’il instaure dans le rapport vertical entre ses deux corps. Ce qui est en cause n’est pas l’existence du roi, mais la relation de sa personne à sa fonction, de sa monarchie à la couronne dont il est dépositaire, pour reprendre la distinction de Leti9. Le roi reste un principe fixe, inamovible, le pivot d’une cosmogonie politique, et la satire peut viser son comportement, sa conduite de l’État, mais ne remet pas en cause sa position ni son existence. En même temps, on devine que cette privatisation, travaillant en profondeur l’imaginaire politique dans des textes de longue haleine, nourrit, appliquée à d’autres que le roi, une nouvelle forme de biographie satirique. Il en va ainsi différemment de ceux qui, nés de rien ou de peu, sont accusés d’avoir conquis par leurs intrigues et leur opportunisme la plus haute faveur royale, notamment en favorisant les dérives d’une politique qui les rend nécessaires. Si l’on retrouve une intention biographique au sein de la satire privatisante, c’est autour de telles figures, qu’une fortune trop exceptionnelle, et donc forcément éhontée, a fait passer du néant à la lumière. On pourrait repérer cinq catégories : ministres, maréchaux, maîtresses du roi, prélats, gens d’affaires et de finance. Passons sur les deux premières : leurs évocations biographiques sont limitées par une surexposition courte ou à éclipses, et leur naissance ou leur mérite, même violemment contestés, ne les rendent pas entièrement justiciables du procès d’ascension sociale et curiale qui touche les autres. En revanche pour les trois dernières – les maîtresses, les confesseurs, les parvenus de la finance –, il est possible d’exploiter à plein ce protocole narratif de l’ascension sociale, nourrie par une naissance supposée ignoble, une ambition sourde, des rencontres opportunes, une absence de scrupules, en somme une emprise occulte sur la conduite de l’État. Leur destin est susceptible de révéler, à partir de quelques indices véritables ou vraisemblables, l’itinéraire d’une existence trop formidablement servie par la chance et l’intrigue.

  • 10 La Cassette ouverte de l’illustre criole, ou les Amours de Madame de Maintenon, Villefranche, Davi (...)

13On connaît une Vie de Mme de Maintenon qui relève de ce schéma : La Cassette ouverte de l’illustre criole, ou les Amours de Madame de Maintenon10. On voit comment, de Guillemette à la Scarron, puis à Mme de Maintenon, le personnage passe graduellement, à la faveur d’heureuses rencontres qui lui communiquent une certaine résilience, d’un opportunisme passif aux stratégies conscientes d’une ambition irrésistible. Le pamphlet rend bien cela, aggravant, plombant sa charge burlesque au fil du texte et passant du conte galant un peu fade et languissant à la grivoiserie dense et étouffante. Cette densification de la satire, cette accélération de la narration miment la part de plus en plus prépondérante que la Maintenon prend dans son ascension, son aspiration au sommet, dans laquelle seuls les jésuites interviennent en tiers, entre le roi et elle, l’instrumentalisant pour établir la puissance de la Compagnie en France, pour obtenir ses faveurs au propre comme au figuré.

  • 11 Histoire du père La Chaize, jésuite et confesseur du roi Louis XIV, Cologne, Pierre Marteau, 1695  (...)

14À ce propos, il faut faire état de deux biographies satiriques des derniers confesseurs jésuites de Louis XIV, le père La Chaise (1624-1709) et le père Le Tellier (1648-1719). D’une part, elles démontrent peut-être davantage que les Amours de Madame de Maintenon comment la veine biographique, même ténue, se prête au dévoilement des ambitions tortueuses et des fortunes trop rapides. D’autre part, elles ont un tour politique plus marqué parce qu’elles nous conduisent des conséquences de la Révocation (dont on rend responsable La Chaise) aux conséquences de la bulle Unigenitus (dont on rend responsable Le Tellier), témoignant ainsi des solidarités et des relais existant entre l’anti-jésuitisme protestant et l’anti-jésuitisme janséniste. Elles prennent un relief particulier dans le contexte qui entoure la bulle Unigenitus, dont on sait qu’elle conditionne, avec ses implications, une bonne partie de la vie politique de la première moitié du xviiie siècle. Le premier texte, l’Histoire du père La Chaize11, comporte deux parties dont les titres annoncent clairement la couleur. Première partie, satire politique : Histoire du père La Chaize... Où l’on verra les intrigues secrètes qu’il a eues à la cour de France et dans toutes les cours de l’Europe, pour l’avancement des grands desseins du roi son maître. Seconde partie, franchement grivoise et bouffonne : Histoire du père La Chaize... contenant les particularités les plus secrètes de sa vie. Les amours avec plusieurs dames de la première qualité et les agréables aventures qui lui sont arrivées dans le cours de ses galanteries. Ce chef-d’œuvre d’écriture satirique, impossible à résumer par sa longueur et son foisonnement en notations ou en situations burlesques qui ne forment pas vraiment d’intrigue, révèle une plume exercée dans le genre. L’auteur serait Philibert Joseph Leroux, dont le Dictionnaire comique, satyrique, critique, libre et proverbial, publié en 1718, maintes fois réédité et enrichi au cours du xviiie siècle, rend évidemment crédible un tel talent dans un tel registre. Le second texte, beaucoup moins talentueux, est cependant davantage lié à une séquence précise, le renvoi de Le Tellier dans les premières semaines de la Régence et le regain d’hostilité contre les jésuites et contre la bulle Unigenitus : La Vie du P. Tellier, jésuite, son origine, ses progrès, sa chute et la déroute de sa société (1716).

15Il faudrait montrer dans quelle mesure la dimension biographique, réelle ou supposée, de ces textes confère une « valeur ajoutée » à leur caractère satirique et politique. On montrerait comment cette dimension biographique réactive les lieux communs de l’anti-jésuitisme en les incarnant dans la reconstruction fantasmatique ou burlesque d’un destin ou d’une carrière éhontés, et par l’expression d’un opportunisme qui relie une trajectoire singulière à une histoire plus globale, cette expression revêtant deux aspects, notamment dans l’Histoire du père La Chaize : sur le versant théologico-politique, une mise au jour des liens de la Compagnie avec la politique religieuse et avec la politique générale du roi, en la personne de son confesseur ; sur le versant éthico-social, une mondanité, une immixtion dans les milieux de cour qui se prête évidemment, via l’accusation rituelle de laxisme et de lascivité, à toutes les formes de sexualisation, par excès ou par défaut, du même confesseur. On prouverait ainsi que le traitement biographique, rehaussant la veine pamphlétaire, constitue un geste éminemment politique et que se trouve alors pleinement réalisée une « politique de la biographie ».

LES AVENTURES PRIVÉES DES PARTISANS ET DES TRAITANTS (1705-1710) : DE LA COUR À LA VILLE, OU EXTENSION DU CHAMP SOCIAL DE LA SATIRE GALANTE ET PRIVATISANTE

  • 12 Rappelons que ces financiers, souvent constitués en équipes, négocient des partis ou traités avec (...)
  • 13 Voir [Pierre Le Pesant de Boisguilbert], Le Détail de la France. La cause de la diminution de ses (...)
  • 14 C’est dans ce contexte que les derniers écrits de Vauban prennent une résonance oppositionnelle, p (...)

16Si l’on envisage en dernier lieu les évocations biographiques satiriques des financiers, c’est qu’elles paraissent plus de dix ans après celles qui chargeaient le roi et ses proches. La séquence de leur succès est circonscrite entre l’année 1707 et l’année 1710 : d’une certaine manière, à l’issue des tentatives manquées de l’économie politique, qu’elles relaient, et avant les controverses liées à la destruction de Port-Royal et la publication de la bulle Unigenitus, qui les feront passer au second plan. Les vives réactions, au bout du règne, contre les partisans ou traitants12, symboles des dérives du système fisco-financier de l’Ancien Régime, s’inscrivent dans une exténuation de l’opinion à l’égard de l’argent qui produit de l’argent sans passer par le détour distributif de la production et de la consommation, d’une richesse spéculative, non productive, non gagée sur la terre ou la production de biens d’usage – réactions en cela proches de Boisguilbert, Vauban et des futurs physiocrates13. Les autorités paraissent un temps intéressées par les projets de réforme : Pontchartrain, puis Chamillart prêtent l’oreille à Boisguilbert et à Vauban, du moins jusqu’en 1704-1705. Mais les habitudes acquises pendant la guerre de la Ligue d’Augsbourg reprennent de plus belle pendant la guerre de Succession d’Espagne, car Louis XIV a besoin d’un argent immédiatement disponible et les traitants sont les seuls, par leur crédit, à pouvoir mobiliser rapidement et en quantité les subsides nécessaires. Les mémoires réformistes ne sont plus de saison14.

  • 15 Cela confirme, non la véracité de ces charges, mais – au-delà du stéréotype du valet devenu financ (...)

17Face à ces critiques émerge une satire sociale et de mœurs, plus incisive, d’écrivains sans aveu, dégagés de ce principe d’utilité ou de réforme. Leur propos n’est pas de fournir des expertises ni de proposer une refonte du système. De façon autrement réaliste et désabusée, ils s’en prennent à ce qui en constitue l’inertie : explicitement, aux hommes, aux catégories sociales qui sont censés l’incarner et le perpétuer à leur profit ; implicitement, à la connivence d’un pouvoir monarchique qui a intérêt à maintenir le statu quo plutôt qu’à remettre en cause un dispositif complexe mais qui, en l’absence de véritables organismes bancaires, entretient à son service une proportion importante des puissances de crédit et d’argent. Entre 1707 et 1710, un certain nombre d’évocations biographiques et anecdotiques du monde des financiers et des traitants sont publiées, visant les figures les plus notoires, les plus honnies de ses représentants. Quand on évoque les financiers de la fin du règne de Louis XIV à la Régence, on cite généralement les noms de Thomas Legendre, Antoine Crozat, Samuel Bernard, moins ceux de Pierre Deschien de Courtisols, Claude Chopin, Paul Poisson de Bourvallais, cibles favorites de ces anecdotes biographiques : tous accusés de s’être hissés, à partir de rien, dans les arcanes de l’appareil fisco-financier, de s’être enrichis frauduleusement, dans les partis et grâce à l’économie de guerre, par l’agiotage et toutes les formes de détournement de l’argent, d’avoir acheté les charges les plus lucratives et anoblissantes, enfin d’avoir réuni un patrimoine qui passe l’imagination. On retrouve les noms de ces financiers notamment dans les Mémoires de Robert Challe, constitués pour une large part de notices biographiques très chargées sur leur ascension et leur immixtion au plus haut niveau de l’appareil fisco-financier, dans l’entourage du comte de Pontchartrain et de Michel Chamillart15.

18Ces satires semblent relayer, sur un tout autre mode, une économie politique qui n’aurait vu que l’irrationalité du système sans tenir suffisamment compte de la réalité, dure et incommode, de ses acteurs, qui aurait eu une visée abstraite de l’intérêt public, quand il fallait aussi compter avec les intérêts particuliers des gens d’affaires à la solde de l’État. C’est donc aux vies privées des gens de finance que l’on s’attaque, dans une privatisation qui rappelle celle du roi et de son entourage immédiat, dix ans plus tôt. Mais s’il y a aussi une dimension biographique dans ces évocations chargées de financiers, c’est dans un sens différent, beaucoup moins concentré : on ne vise plus un individu mais tout un milieu, avec ses habitus sociaux et comportementaux. Bien plus, ces figures de financiers, par leurs exactions, par la puissance déstabilisatrice de leur avoir et de leur crédit, par leur capacité à se rendre souvent favorable une justice vénale, sont traités, sur un mode plaisant ou grinçant, comme les agents d’une dérégulation sociale, mais aussi morale, comportementale, introduisant le désordre dans les familles, entraînant de proche en proche une corruption des mœurs gagnant toutes les classes, toutes les générations, subvertissant une société d’ordres devenue illisible.

  • 16 Nouvelle école publique des finances ou l’Art de voler sans ailes par toutes les régions du monde,(...)
  • 17 Les Tours industrieux, subtils et gaillards de la maltôte, Paris, Michel le Plagiaire, à l’enseign (...)
  • 18 Pluton maltôtier, Cologne, Adrien l’Enclume, gendre de Pierre Marteau, 1708.
  • 19 L’Art de plumer la poule sans crier, Cologne, Robert le Turc, au Coq hardi, 1710.

19On peut citer certaines de ces satires : Nouvelle école publique des finances, Les Partisans démasqués16, Les Tours industrieux, subtils et gaillards de la maltôte17, Pluton maltôtier18, L’Art de plumer la poule sans crier19. Ces deux derniers ouvrages aggravent les charges contre les traitants. À l’évocation badine ou bouffonne, non dénuée de complaisance, des milieux fisco-financiers dans les premiers ouvrages succèdent des mises en scène plus élaborées et corrosives du rôle délétère pour l’ordre social que l’on prête aux partisans. Pluton maltôtier est le récit de la descente et des tribulations du partisan Deschien dans le royaume des ombres, monde transposé du royaume de France et de toutes les victimes, de toutes les misères que le financier aurait répandues au cours de sa vie terrestre. C’est l’occasion de retracer de façon réaliste sa biographie supposée, puisqu’il comparaît devant le tribunal des Enfers (derrière Minos, le plus rigoureux des juges infernaux, on croit reconnaître d’Argenson). Mais ces Enfers de fantaisie deviennent vite une métaphore de son existence criminelle, puisque Deschien s’y fait une place au soleil, circonvenant ses juges et surtout séduisant le roi et la reine des Enfers (Pluton et Proserpine, doubles infernaux de Louis XIV et de Mme de Maintenon) pour tout le mal qu’il a répandu sur terre, au point de devenir leur principal ministre et de les convertir totalement aux pratiques grisantes de la maltôte, de l’usure généralisée sur tous les sujets du sombre royaume. Tous trois passent ainsi leur temps à espionner dans des boules de cristal les vies privées des financiers parisiens et Pluton, usurpant l’identité du plus véreux d’entre eux, Bourvallais, s’introduit dans son cabinet et son alcôve, à la fois démasquant et portant à leur comble ses fraudes et ses débordements. L’Art de plumer la poule sans crier marque encore une gradation, puisque c’est la projection réalisée de cette dystopie infernale dans le monde parisien : les vies privées et publiques des gens d’affaires bien réels ne sont plus seulement évoquées pour elles-mêmes, mais dans les conséquences sociales qu’entraînerait l’excès de leurs profits et de leurs débauches. Les désordres qu’ils causent dans l’économie réelle par l’ampleur de leurs gains ou de leurs pertes, mis en rapport avec les dérèglements de l’économie libidinale qu’ils incarnent aussi bien, conduisent à un chaos social généralisé dont l’auteur dresse un tableau apocalyptique et foisonnant.

20Ce ne sont donc pas de pures biographies mais des fragments ou des excursus biographiques produisant un effet de nombre, de réseau, convoquant une vision hyperbiographique. En effet les titres et adresses de ces ouvrages signalent leur proximité. De plus, leurs auteurs multiplient les connexions, dans le corps du texte par la récurrence des mêmes figures de financiers et des mêmes situations mêlant aventures financières et galantes, ou dans les préfaces selon lesquelles ces textes seraient issus de manuscrits trouvés dans la cassette d’un moine reclus, ancien représentant notoire de la finance parisienne tombé dans la dévotion outrée. Cette intertextualité revendiquée ajoute au caractère hyperbiographique de ces évocations croisées de financiers : leurs figures forment ainsi un réseau serré quoique fluctuant et convoquent l’image d’un monde régi par ses propres codes, se reproduisant par collusion d’intérêts et selon certains modes d’identification. Le stéréotype du paysan devenu laquais, puis commis, et rentrant, à la faveur d’une rencontre, dans les traités les plus juteux pour parvenir en quelques mois à une fortune prodigieuse, est l’un de ces schémas identificatoires. Mais les adresses (« à Cologne, chez Adrien l’Enclume, gendre de Pierre Marteau ») révèlent aussi la filiation consciente de ces textes avec ceux de la veine historico-burlesque de la décennie précédente majoritairement publiés à Cologne, chez Pierre Marteau, tout en marquant significativement un changement de génération. Ainsi, le passage d’un biographique concentré à un biographique diffus signale une évolution capitale. L’imaginaire du pouvoir, en tant qu’il s’intéresse à la vie privée de ses acteurs, s’est déplacé et élargi : le pouvoir n’est plus perçu comme résidant exclusivement dans l’entourage du roi, mais dans le monde complexe et fluctuant des commis de finance, des gens d’affaires, des officiers de justice.

  • 20 Nouvelle école publique des finances, op. cit., p. 168.

21Selon la lecture que suggérerait l’ordre d’imposition de la capitation de 1695, on peut voir là les ferments d’une société de classes et d’individus perçant sous une société d’ordres. À tout le moins, la vie politique devient l’objet d’une « publicité » qui est indissociablement celle de ce cadre élargi qu’elle investit et de l’opinion plus large qu’il induit. D’autant que la vogue de ces satires est surdéterminée par un consensus social puisque, exploitant à la fois les réflexes antifiscaux du public le plus large et l’hostilité naturelle de la noblesse, il lui est aisé de recueillir à bon compte tous les suffrages. De ce point de vue, il ne faut pas perdre de vue que les traitants sont en partie des boucs émissaires, des alibis commodes, y compris pour la monarchie qui peut se défausser sur eux de mesures fiscales impopulaires, mais aussi pour l’aristocratie et la robe, qui ont souvent, par le biais de prête-noms, des intérêts dans les traités. Les travaux de Daniel Dessert et Françoise Bayard ont suffisamment montré qu’ils ne sont pas qu’un « mal nécessaire », selon le mot de Richelieu, mais un rouage indispensable et indissociable de l’ensemble de l’organisation financière. Quant aux nobles, aux officiers, aux marchands qui n’ont pas de part dans les traités (même s’ils souscrivent au système d’emprunt de l’État par l’achat d’offices ou de rentes), ils ont sans doute des raisons objectives d’en vouloir aux partisans et à leur enrichissement dans une période d’extension de l’impôt (la capitation rétablie en 1701, le dixième créé en 1709). Il faut donc faire la part de l’objectivité, de l’opportunisme politique et éditorial, de la convention littéraire dans le succès de ces satires, qui ont intérêt en tout cas à traiter partisans et financiers comme une caste à part. Cela leur garantit un succès plus étendu que les expertises arides de l’économie politique, tant le schéma biographique du traitant parti de rien et devenu « le plus beau crédit de Paris », avant d’être éventuellement démasqué comme « criminel d’État20 », se prête idéalement à ce traitement.

  • 21 Le For-l’Évêque concernait plus particulièrement les prisonniers pour dettes.

22Et si ces anecdotes biographiques indiquent, dans leurs fausses adresses, leur filiation, leur communauté d’esprit et d’inspiration avec celles des années 1690-1695, c’est avec un décalage explicite qui marque le changement des temps, des auteurs et des publics : le public virtuel n’est plus spécifiquement protestant, philoprotestant, voire jansénisant, comme il le semblait au lendemain de la Glorieuse Révolution, quand on attaquait le roi dans ses deux corps, en la personne de sa maîtresse et de son confesseur jésuite. La greffe de ces histoires satiriques et privées a pris dans un monde périphérique à la Cour, à distance de la personne et de la fonction royales, plus loin encore des questions théologico-politiques. Elle investit le monde horizontal, concurrentiel, des milieux où circule l’argent : partisans avides à la recherche de traités juteux, mais aussi petits escrocs, demi-mondaines à la recherche d’un « pigeon » ou d’une aubaine. Entre délinquance financière, grands et petits vols, affaires de mœurs, on est plus proche du For-l’Évêque21 que de la Bastille.

  • 22 On rappelle que la série de ces anecdotes biographiques d’aventuriers de la finance serre de près, (...)
  • 23 Pour l’allusion à « d’Argenson Vénitien », voir la préface de Pluton maltôtier, op. cit., p. VI. O (...)

23L’intérêt s’est déporté d’un champ strictement politique (vie de cour, politique religieuse, diplomatie guerrière) vers un champ social, essentiellement parisien, relevant d’une justice déléguée, civile ou criminelle, plus que de la justice royale et des affaires d’État. Ce décentrement de l’intérêt de la Cour vers la Ville, cette façon d’intégrer la privatisation burlesque des années 1690 et certains éléments picaresques alors en vogue en les appliquant à une matière sociale élargie22, supposent un saut de génération, une communauté d’auteurs et de lecteurs différente de celle des années 1680-1690, un éloignement du Refuge et un recentrement de la veine satirico-pamphlétaire sur une inspiration nationale et sociétale. Cette manière d’articuler un petit fait divers scandaleux ou crapuleux, relevant du journalisme ordinaire, à une vision totalisante plus ambitieuse, relevant d’une sorte de roman social, annonce sans aucun doute les Vies privées. Ne minimisons pas non plus, dans l’émergence de ces histoires privées en dehors du cercle enchanté de la Cour, le rôle incitatif et peut-être informatif des progrès de l’investigation policière sous la lieutenance générale de police de Marc-René d’Argenson. Si Gabriel Nicolas de La Reynie en fonde l’institution, son successeur, d’Argenson, en perfectionne les méthodes : rappelons que le commissaire Nicolas Delamare publie le premier volume de son Traité de la police en 1705 et le second en 1710 (les autres suivront en 1719 et 1738), et que la création des inspecteurs de police date de 1708. D’Argenson même, traité de « Vénitien », est régulièrement considéré comme l’œil espion de l’État, notamment dans la presse clandestine janséniste, autant pour sa légendaire perspicacité que pour le nombre de ses « mouches », c’est-à-dire de ses indicateurs23. Le climat est à une sorte de vision globale et inquisitoriale de l’organisation sociale, mission que Delamare assigne à la police, au-delà du simple maintien de la sécurité et de l’ordre urbain. Et cette vision rejoint au fond la vague de l’économie politique. Nos anecdotes biographiques, mêlant usuriers notoires de la haute finance et grands ou petits voleurs d’occasion, pourraient être les pendants ironiques et satiriques des réquisits de l’économie politique et de la science policière.

*

  • 24 En dehors de la dimension d’histoire officieuse et critique de l’ouvrage, ses abondantes annexes d (...)
  • 25 Qui exigerait en effet des récits de vie plus suivis et des dispositifs réels ou fabriqués de véri (...)
  • 26 Ce qui implique tout de même à terme un « progrès » de l’exploitation biographique à des fins de d (...)

24De la grande satire privatisante des années 1690 aux satires de mœurs sociales des années 1710, quelque chose de décisif se joue dans la constitution et la divulgation d’un imaginaire privé du pouvoir. Il faut aller au-delà : peut-être ce regard privatisant, indiscret, inquisitorial, qui descend des sphères enchantées de la Cour pour se diffuser dans des cercles plus privés de pouvoir, anticipe-t-il ou accompagne-t-il une évolution susceptible de transformer les « vies » ou les « histoires » en biographies. À tout le moins, cette séquence, faisant évoluer considérablement la relation entre le politique et le biographique, anticipe de loin les Vies privées. Certes les Vies privées des années 1780 marqueront davantage leur caractère de biographies par le recours au témoignage, une exigence documentaire supérieure, une diégèse serrant de plus près la vie des personnages, poussant plus loin l’analyse des faits et la psychologie des acteurs, dans le sens d’une plus grande indiscrétion encore et d’une calomnie plus précise, plus prégnante : pensons, entre autres, à la Vie privée de Louis XV24 (1781). Mais les textes évoqués ici constituent sans doute une référence immédiate pour les auteurs du xviiie siècle, puisqu’ils sont régulièrement réédités, au moins au cours de la première moitié du siècle. L’évolution décisive qui se produit au cours des décennies 1690-1710 réside donc moins dans une avancée strictement biographique de ces textes25 que dans leur capacité de plus en plus marquée d’appliquer un discours politique satirique à une matière sociale élargie, accordant au privé, comme jamais auparavant, une dignité littéraire et de nouvelles potentialités critiques26.

Bibliographie

Bibliographie

Corpus d’étude

L’Art de plumer la poule sans crier, Cologne, Robert le Turc, au Coq hardi, 1710.

La Cassette ouverte de l’illustre criole, ou les Amours de Madame de Maintenon, Villefranche, David du Four, 1690.

La Confession réciproque ou Dialogues du temps, entre Louis XIV et le père de La Chaize son confesseur, Cologne, Pierre Marteau, 1694.

Conseil privé de Louis le Grand, Versaille[s], par l’Abbé de la Ressource logé aux taxes nouvellement créées, 1696.

Le Divorce royal ou Guerre civile dans la famille du grand Alcandre, Cologne, Pierre Marteau, 1692.

Entretien entre Louis XIV, roy de France, et madame la marquise de Maintenon, abesse de St. Denis & St. Cir, sur les affaires présentes & pour la conclusion de leur mariage, Marseille [Hollande], Pierre Matthieu, 1710.

L’Esprit familier de Trianon ou l’Apparition de la duchesse de Fontange, contenant le secret de ses amours, les particularités de son emprisonnement et de sa mort, et plusieurs autres avantures très remarquables, Paris, chez la Veuve de Jean Félix, 1695.

Histoire du père La Chaize, jésuite et confesseur du roi Louis XIV. Où l’on verra les intrigues secrètes qu’il a eues à la cour de France et dans toutes les cours de l’Europe, pour l’avancement des grands desseins du roi son maître, Cologne, Pierre Marteau, 1693.

Histoire du père La Chaize, jésuite et confesseur du roi Louis XIV, contenant les particularités les plus secrètes de sa vie. Les amours avec plusieurs dames de la première qualité et les agréables aventures qui lui sont arrivées dans le cours de ses galanteries, Cologne, Pierre Marteau, 1695.

Intérêts et maximes des princes & des Estats souverains, Cologne, Jean du Païs, 1666.

Nouvelle école publique des finances ou l’Art de voler sans ailes par toutes les régions du monde, Paris, Robert le Turc, 1707.

Nouvelles amours de Louis le Grand, Paris, Antoine Brunet, 1696.

Les Partisans démasqués, Cologne, Adrien l’Enclume, gendre de Pierre Marteau, 1707.

Pluton maltôtier, Cologne, Adrien l’Enclume, gendre de Pierre Marteau, 1708.

Les Tours industrieux, subtils et gaillards de la maltôte, Paris, Michel le Plagiaire, à l’enseigne du banqueroutier de la Ferme, 1708.

La Vie du P. Tellier, jésuite, son origine, ses progrès, sa chute et la déroute de sa société, La Haye, Fricht, 1716.

[Boisguilbert Pierre le Pesant de], Le Détail de la France. La cause de la diminution de ses biens, et la facilité du remède. En fournissant en un mois tout l’argent dont le roi a besoin, et enrichissant tout le monde, s.l., s.n., 1695.
—, La France ruinée sous le règne de Louis XIV. Par qui et comment. Avec les moyens de la rétablir en peu de temps, Cologne, Pierre Marteau, 1696.

Challe Robert, Mémoires, Correspondance complète, Rapports sur l’Acadie et autres pièces, Frédéric Deloffre (éd.), avec la collaboration de Jacques Popin, Genève, Droz, 1996.

Delamare Nicolas, Traité de la police, où l’on trouvera l’histoire de son établissement, les fonctions et les prérogatives de ses magistrats, toutes les loix et tous les règlemens qui la concernent..., 2 vol., Paris, Jean et Pierre Cot, 1705-1710 ; 2e éd. augmentée, 4 vol., Paris, Michel Brunet et Jean-François Hérissant, 1719-1738.

[Leti Gregorio], La Monarchie universelle de Louys XIV. Traduit de l’italien de M. Leti, 2 vol., Amsterdam, Abraham Wolfgang, 1689.

[Mouffle d’Angerville Barthélemy-François-Joseph], Vie privée de Louis XV, ou Principaux événemens, particularités, et anecdotes de son regne, 4 vol., Londres, John Peter Lyton, 1781.

Rohan Henri de, De l’intérêt des princes et des États de la chrétienté [1634], Christian Lazzeri (éd.), Paris, Presses universitaires de France, coll. « Fondements de la politique », 1998.

Saint-Simon, Mémoires, 8 vol., Yves Coirault (éd.), Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1983-1988.

Vauban Sébastien Le Prestre, marquis de, La Dîme royale [1707], Emmanuel Le Roy Ladurie (éd.), Paris, Imprimerie nationale, 1992.

Ouvrages et articles critiques

Apostolidès Jean-Marie, Le Roi-machine : spectacle et politique au temps de Louis XIV, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Arguments », 1981.

Bonnet Pierre, « De la critique à la satire : trente années d’opposition pamphlétaire à Louis XIV », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, no 157/1, 2011, p. 27-64.

Boureau Alain, Le Simple Corps du roi : l’impossible sacralité des souverains français, xve-xviiie siècles [1988], Paris, Les Éditions de Paris, 2000.

Cornette Joël, Le Roi de guerre : essai sur la souveraineté dans la France du Grand siècle, Paris, Payot, coll. « Bibliothèque historique », 1993.

Giesey Ralph E., Le roi ne meurt jamais : les obsèques royales dans la France de la Renaissance [1960], Dominique Ebnöther (trad.), Paris, Flammarion, 1987.

Macpherson Crawford Brough, La Théorie politique de l’individualisme possessif : de Hobbes à Locke [1962], Michel Fuchs (trad.), Paris, Gallimard, 2004.

Marin Louis, Le Portrait du roi, Paris, Éditions de Minuit, 1981.

Rothkrug Lionel, Opposition to Louis XIV : The Political and Social Origins of French Enlightenment, Princeton, Princeton University Press, 1965.

Virol Michèle, Vauban : de la gloire du roi au service de l’État, Seyssel, Champ Vallon, 2003.

Yates Frances Amelia, Astrée : le symbolisme impérial au xvie siècle [1975], Jean-Yves Pouilloux & Alain Huraut (trad.), Paris, Belin, 2000.

Notes

1 « Préface », Intérêts et maximes des princes & des Estats souverains, Cologne, Jean du Païs, 1666, p. I.

2 Avec deux options possibles : soit une confusion active, par excès, de l’intérêt privé avec l’intérêt public, qui est celle des satires contre Louis XIV ; soit une démission de l’intérêt public et un repli vers les consolations spirituelles ou sensuelles du for privé, qui sont ceux magistralement illustrés par la Vie privée de Louis XV (1781). On voit au passage à quel point la satire privatisante rejoint ici le genre des Intérêts des princes : ces derniers ont la prétention de rappeler aux princes leurs vrais intérêts, ceux de leur État, contre leurs faux intérêts, fustigeant les princes qui cèdent à leurs passions et se dérobent à leurs responsabilités.

3 Voir Olivier Ferret, Anne-Marie Mercier-Faivre & Chantal Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées (1722-1842), SVEC 2011 :02, Robert Darnton (préf.), Oxford, Voltaire Foundation, 2011.

4 Voir Louis Marin, Le Portrait du roi, Paris, Éditions de Minuit, 1981 ; Jean-Marie Apostolidès, Le Roi-machine : spectacle et politique au temps de Louis XIV, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Arguments », 1981 ; Joël Cornette, Le Roi de guerre : essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, Payot, coll. « Bibliothèque historique », 1993 ; ainsi que Ralph E. Giesey, Le roi ne meurt jamais : les obsèques royales dans la France de la Renaissance [1960], Dominique Ebnöther (trad.), Paris, Flammarion, 1987 ; et Frances Amelia Yates, Astrée : le symbolisme impérial au xvie siècle [1975], Jean-Yves Pouilloux & Alain Huraut (trad.), Paris, Belin, 2000. Ces deux dernières thèses montrent que ce réenchantement constituait l’un des projets de la monarchie à la Renaissance.

5 Voir Crawford Brough Macpherson, La Théorie politique de l’individualisme possessif : de Hobbes à Locke [1962], Michel Fuchs (trad.), Paris, Gallimard, 2004.

6 Voir Pierre Bonnet, « De la critique à la satire : trente années d’opposition pamphlétaire à Louis XIV », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, no 157/1, 2011, p. 27-64. Sur les résistances à la théorie des deux corps, la sacralisation problématique du « simple corps du roi » dans un contexte spécifiquement français et au sein même de ce qu’il appelle le « monisme glorifiant de l’absolutisme », voir Alain Boureau, Le Simple Corps du roi : l’impossible sacralité des souverains français, xve-xviiie siècle, Paris, Les Éditions de Paris, 2000.

7 Rappelons que ce sont les services de propagande de Guillaume d’Orange qui inventent la caricature politique, c’est-à-dire une physiognomonie critique appliquée à l’individu politique.

8 Le titre exact est : Entretien entre Louis XIV, roy de France et madame la marquise de Maintenon, abesse de St. Denis & St. Cir, sur les affaires présentes & pour la conclusion de leur mariage, Marseille [Hollande], Pierre Matthieu, 1710.

9 Voir [Gregorio Leti], La Monarchie universelle de Louys XIV. Traduite de l’italien de M. Leti, 2 vol., Amsterdam, Abraham Wolfgang, 1689.

10 La Cassette ouverte de l’illustre criole, ou les Amours de Madame de Maintenon, Villefranche, David du Four, 1690 ; ouvrage réédité en 1691, 1694, puis à six reprises à partir de 1695 jusqu’en 1754, à Cologne chez Pierre Marteau.

11 Histoire du père La Chaize, jésuite et confesseur du roi Louis XIV, Cologne, Pierre Marteau, 1695 ; ouvrage réédité à gros tirage sous le titre bouffon de Jean danse mieux que Pierre, Pierre danse mieux que Jean, ils dansent bien tous deux, Tétonville, Jean Patinet, 1719.

12 Rappelons que ces financiers, souvent constitués en équipes, négocient des partis ou traités avec l’État : ils avancent une partie des sommes fixées par l’impôt, moyennant un bénéfice qu’ils se réservent à l’issue du recouvrement effectué par les agents fiscaux du roi, auquel ils participent aussi. Ils interviennent dans les taxations indirectes, perçues par les cinq grandes fermes, mais, depuis 1643, ils s’occupent aussi des tailles. Indispensables au train de l’État, ils incarnent en même temps les tares du système : tares structurelles (des impôts trop nombreux, trop élevés, disparates et inégalitaires) et fonctionnelles plus encore (des recouvrements longs, humiliants et surtout coûteux au public, à cause des profits usuraires qu’ils en tirent).

13 Voir [Pierre Le Pesant de Boisguilbert], Le Détail de la France. La cause de la diminution de ses biens, et la facilité du remède, s.l., s.n., 1695. Titre symptomatique de la méthode analytique-résolutive de l’économie politique naissante, mais réédité sous un titre et à une adresse qui l’enrôlent sous la bannière pamphlétaire : La France ruinée sous le règne de Louis XIV. Par qui et comment. Avec les moyens de la rétablir en peu de temps, Cologne, Pierre Marteau, 1696. Preuve précoce de la porosité, des glissements possibles entre l’économie politique et la veine pamphlétaire.

14 C’est dans ce contexte que les derniers écrits de Vauban prennent une résonance oppositionnelle, puisqu’ils prônent, en matière de fiscalité, un impôt unique fixé sur les revenus effectifs de la terre (la fameuse Dîme royale de 1707) et, en matière militaire, une politique de repli et de défense, vrai désaveu de la guerre (le « Projet de paix » de 1706). Sur les relations d’intérêt et de défiance de la monarchie à l’égard des propositions de l’économie politique et des doléances du grand commerce, voir Lionel Rothkrug, Opposition to Louis XIV : The Political and Social Origins of French Enlightenment, Princeton, Princeton University Press, 1965. Sur le sort des écrits de Vauban vers 1706-1707, voir Michèle Virol, Vauban : de la gloire du roi au service de l’État, Seyssel, Champ Vallon, 2003.

15 Cela confirme, non la véracité de ces charges, mais – au-delà du stéréotype du valet devenu financier et de son exploitation littéraire – une certaine objectivation biographique de leurs représentations. Voir l’édition critique des Mémoires par Frédéric Deloffre, Genève, Droz, 1996.

16 Nouvelle école publique des finances ou l’Art de voler sans ailes par toutes les régions du monde, Paris, Robert le Turc, 1707 ; Les Partisans démasqués, Cologne, Adrien l’Enclume, gendre de Pierre Marteau, 1707. En 1708, les deux textes sont réunis sous un même titre, à la seconde adresse, preuve de la solidarité sérielle de ces ouvrages. La Nouvelle école publique des finances donne d’ailleurs le ton aux autres : les évocations biographiques de traitants bien réels et de leurs enrichissements frauduleux sont allongées et relevées par le récit filé de leurs intrigues galantes avec des dames dont ils se servent dans leur ascension, mais qui les grugent le plus souvent, entraînant de part et d’autre des revers de fortune retentissants ou de cruels règlements de comptes.

17 Les Tours industrieux, subtils et gaillards de la maltôte, Paris, Michel le Plagiaire, à l’enseigne du banqueroutier de la Ferme, 1708.

18 Pluton maltôtier, Cologne, Adrien l’Enclume, gendre de Pierre Marteau, 1708.

19 L’Art de plumer la poule sans crier, Cologne, Robert le Turc, au Coq hardi, 1710.

20 Nouvelle école publique des finances, op. cit., p. 168.

21 Le For-l’Évêque concernait plus particulièrement les prisonniers pour dettes.

22 On rappelle que la série de ces anecdotes biographiques d’aventuriers de la finance serre de près, entre théâtre de mœurs et roman picaresque à la française, une période qui s’étend du Turcaret (1709) au Gil Blas (1715) de Lesage.

23 Pour l’allusion à « d’Argenson Vénitien », voir la préface de Pluton maltôtier, op. cit., p. VI. On a vu que derrière les juges infernaux du partisan Deschien – extrêmement perspicaces, très informés mais complaisants – se profilait sans doute l’ombre d’Argenson. Et le dispositif panoptique de sphères grossissantes que le roi des Enfers, nouvel Argus, invente pour espionner les pratiques et les mœurs des traitants, au point d’en être fasciné et de devenir l’un des leurs, paraît l’allégorie drolatique d’un système policier dont d’Argenson serait la figure emblématique. Saint-Simon confirme, à la complaisance près, cette représentation d’Argenson en juge infernal, en « inquisiteur suprême », exerçant son esprit sagace et pénétrant sur les faits et gestes de la multitude parisienne, et s’égayant avec condescendance des affaires les plus obscures tombant sous sa juridiction : voir Saint-Simon, Mémoires, 8 vol., Yves Coirault (éd.), Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1983-1988, vol. 1, p. 898, vol. 4, p. 252, vol. 6, p. 591-592, et vol. 7, p. 789-790.

24 En dehors de la dimension d’histoire officieuse et critique de l’ouvrage, ses abondantes annexes de pièces et d’actes sont caractéristiques de son exigence historico-biographique. Le premier document de ces annexes est significativement la liste impressionnante des auteurs de malversations financières établie par la Chambre de justice de 1716. Voir le Dictionnaire des Vies privées, op. cit., notice no 88, p. 302-307.

25 Qui exigerait en effet des récits de vie plus suivis et des dispositifs réels ou fabriqués de vérification de l’information.

26 Ce qui implique tout de même à terme un « progrès » de l’exploitation biographique à des fins de dénonciation ou de dérision politique.

Auteur

Pierre Bonnet est agrégé de lettres modernes, docteur de l’Université François-Rabelais de Tours, enseignant dans le secondaire et chargé de cours à l’Université Lumière Lyon 2. Sa thèse traite de l’ensemble de la production pamphlétaire en langue française publiée contre Louis XIV entre 1661 et 1715. Ses recherches actuelles concernent la littérature pamphlétaire et satirique du règne de Louis XIV à la Régence, la question de l’autorité politique et celle de la tolérance de l’âge classique aux Lumières, la naissance du journalisme politique et les publicistes protestants, l’écriture des mémoires, l’historiographie du présent et du passé récent dans l’Ancien Régime.

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search