Version classiqueVersion mobile

Biographie & Politique

 | 
Olivier Ferret
, 
Anne-Marie Mercier-Faivre

I. Agir

Présentation

Anne-Marie Mercier-Faivre

Texte intégral

1Si la biographie héroïque a à voir avec le genre des Vies des hommes illustres et avec l’hagiographie, au xviiie siècle, avant l’émergence du genre modal des xixe et xxe siècles, elle commence à suivre une autre pente. À cette époque naît un autre type de biographie, version renversée du précédent, qui se diffuse à travers l’écriture pamphlétaire. Au modèle à imiter succèdent différents contre-modèles qui n’ont pour but ni l’imitation ni son contraire, mais qui visent à dire un état de la société et à transmettre des idées politiques, économiques et sociales, et parfois religieuses. Cet état intermédiaire de l’évolution du genre se développe au cours d’un long xviiie siècle, de 1690 aux années révolutionnaires, depuis un temps où la littérature clandestine se développe jusqu’à une époque où, avec l’instauration de la liberté de la presse, la censure disparaît.

2Si au début du siècle (comme à la fin du précédent), ce ne sont pas encore des récits de vies mais plutôt des fragments de vies individuelles, peu à peu apparaissent des Vies de plus en plus complètes. Pierre Bonnet montre comment, à partir de la Glorieuse Révolution anglaise, se développe une écriture satirique de propagande qui vise d’abord Jacques II, puis Louis XIV. Avec leur essor en France, ces écrits s’intéressent progressivement à d’autres figures que celle du roi, pour viser les ministres, les maîtresses du roi et ses confesseurs puis, dans les années précédant 1710, les financiers. Passant de la satire privatisante des années 1690, qui prenait pour cibles le roi et son entourage, à la satire des mœurs des années 1710, les parcours des vies des gens en place empruntent au récit picaresque pour faire voir leur ascension sociale comme autant d’entorses à l’ordre des choses, que ce soit par le biais de la chance ou de l’intrigue. Les figures du pouvoir et de la richesse sont ainsi mises à mal pour permettre au narrateur de livrer des idées sur le bon exercice du pouvoir et la saine économie politique.

  • 1 Voir Olivier Ferret, Anne-Marie Mercier-Faivre & Chantal Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies priv (...)

3Pendant les deux premiers tiers du siècle, cette écriture de crise propose des fragments de vies jusqu’à l’émergence d’un nouveau genre, celui des Vies privées1. Ces écrits biographiques et politiques, dont le plus célèbre est la Vie privée de Louis XV (1781), s’inspirent de récits de vies qui ont connu un grand succès à partir des années 1720, les Vies de criminels (Guillery, Cartouche, Nivet, Mandrin, Desrues...). Ils puisent également dans un genre plus ancien, celui des anecdotes. Christophe Cave étudie dans ce chapitre un moment fondateur des vies politiques à travers une série de textes visant Mme Du Barry. En apparence ces textes n’ont pas de visée politique, leur « héroïne » n’ayant aucun rôle dans ce domaine, contrairement à d’autres maîtresses royales. Si certains se contentent de proposer des fragments de vie, des scènes scandaleuses ou tout simplement bourgeoises, mais qui dégradent toutes la figure royale, d’autres cherchent à construire une figure singulière, un caractère cohérent du personnage en traçant un parcours complet, de l’enfance et de la « formation » à l’ascension aux plus hautes sphères. S’affirme une volonté que l’on retrouvera dans les Vies privées de la fin du siècle comme dans les biographies du siècle suivant : il s’agit de comprendre la totalité d’une vie, tout en reconnaissant parfois que l’entreprise est impossible. Ici, ce n’est plus le roman picaresque qui semble tenir lieu de modèle mais le roman libertin.

4Tentant d’expliquer Mme Du Barry comme de comprendre l’ascendant qu’elle a pu exercer sur le roi, ces écrits insistent sur le vide politique que représente la vie privée de cette femme publique. De quoi ce vide est-il la place ? Christophe Cave montre qu’un discours politique se lit entre les lignes dans certains textes, un discours où l’on cherche à comprendre qui se cache derrière ce vide apparent. L’autre originalité de ces textes réside dans leur rapport à l’histoire et à ses méthodes. S’appuyant sur d’autres textes, citant parfois des « preuves » (fictives elles aussi), proposant une figure de narrateur prudent et tentant d’établir la vérité, ils cherchent à créer entre eux et leurs lecteurs une forme de confiance.

5C’est ce dispositif que reprend la Vie privée de Louis XV, et après elle la plupart des textes appartenant à la même catégorie. Connaissant un grand succès, ils ont bien souvent été rédigés à des fins mercantiles plus que politiques, mais leur diffusion fait que l’on peut supposer qu’ils ont eu une action sur l’opinion publique, opinion à laquelle ils en appellent, en faveur ou contre tel ou tel personnage. Dans la période révolutionnaire, les Vies paraissent d’ailleurs souvent lorsque leur personnage est accusé lors d’un procès – ou est en passe de l’être.

6Samy Ben Messaoud rend compte de la réception de ces textes par la presse du temps. Face aux libelles, les journalistes expriment des réticences : ces écrits mêlent par trop le bas et le noble, tombent trop facilement dans l’obscénité. Mais par ailleurs ils les jugent « curieux », « piquants » et parfois « intéressants » : des rumeurs imprimées qui se recoupent dans différents écrits font croire à leur réalité ; l’histoire vue depuis les coulisses prend une allure plus humaine ; on s’intéresse aux malheurs et bonheurs des grands, on tente de percer le mystère de leur personnalité. La Vie privée de Louis XV est sans doute l’écrit qui a le plus passionné les contemporains ; les recensions et rééditions le montrent. Dans le cas des biographies apologétiques, la tâche est plus facile : il suffit aux journalistes de suivre le mouvement de l’éloge universel lorsqu’il s’agit de personnalités unanimement admirées (du moins en France), comme celle de Franklin. Écrites pro ou contra, ces Vies disent quelque chose du politique, tantôt en condamnant le prince qui n’a pas su régner et qui s’est mal entouré, tantôt en faisant l’apologie du citoyen bienfaiteur de l’humanité.

Notes

1 Voir Olivier Ferret, Anne-Marie Mercier-Faivre & Chantal Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées (1722-1842), SVEC 2011 :02, Robert Darnton (préf.), Oxford, Voltaire Foundation, 2011, p. 20 sq.

Auteur

Professeure de littérature à l’Université Claude-Bernard Lyon 1 et co-responsable du groupe d’études du xviiie siècle de Lyon (unité constitutive de l’UMR LIRE). Elle travaille sur l’histoire des idées et la presse d’Ancien Régime, et a codirigé, avec Olivier Ferret et Chantal Thomas, le Dictionnaire des Vies privées (1722-1842) (Voltaire Foundation, 2011).

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search