Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Attentat de Damiens

 | 
Pierre Rétat

Les pouvoirs, le public et l'événement

3. Le procès et la crise politique

Texte intégral

1Nous ne voulons pas ici retracer l’histoire du procès, mais étudier comment le public en a suivi les divers épisodes, dans la période qui s’étend de l’attentat au supplice, quelles informations il a pu obtenir sur une instruction et une procédure tenues secrètes, quelles conjectures on a formulées, quels bruits ont couru. Il s’agit donc de tenter une étude d’opinion, grâce à la documentation que nous fournissent la presse, les chroniqueurs et les mémorialistes.

2Les nouvelles de Paris et de Versailles que diffusent les gazettes jusqu’à la fin du mois de mars font toujours état, ne fût-ce qu’en quelques lignes, des développements de l’affaire, des progrès supposés de l’enquête, des interrogatoires de l’assassin, ou de ce qui en filtre. Nous reviendrons ailleurs sur un autre aspect, étroitement lié à celui-ci, du travail de l’opinion : les tentatives d’interprétation du cas de Damiens, de sa personnalité, les considérations sur le mobile de son acte. A découper ainsi dans le texte de presse des séries d’énoncés, démarche pourtant nécessaire, on risque d’en laisser échapper une part du sens : le sens même de la conjonction et de la juxtaposition des énoncés, en quoi consiste au plus haut point la presse ancienne. Purement fortuite la plupart du temps, la juxtaposition revêt une signification lorsque sont évoqués, au même moment que le procès, la situation politique générale dans laquelle il intervient, et en particulier la crise parlementaire ouverte par le lit de justice du 10 décembre 1756, et qui se poursuivra jusqu’au mois de novembre 1757, donc bien au delà de la conclusion de l’affaire Damiens. Cette affaire met en jeu des forces antagonistes qui se heurtent, elle est perçue, dès qu’elle éclate, comme un accident qui peut faire évoluer ou modifier sensiblement les relations entre le pouvoir royal et les démissionnaires du Parlement. L’idée permanente du complot, qui s’impose sous des formes diverses, et la façon dont le Premier Président Maupeou et les rapporteurs mènent la procédure, excitent des soupçons qui mettent en cause les acteurs du drame politique, les jésuites et les jansénistes, le clergé, la cour et le Parlement. Il est donc particulièrement intéressant de suivre dans la presse ce qui y vient au jour des épisodes de cette lutte, la manière dont l’attentat se situe dans ce contexte, la conscience que les journalistes et le public prennent, ou veulent prendre, des enjeux ainsi engagés.

3La presse officielle passe totalement sous silence, jusqu’à la rentrée du Parlement, tout ce qui le concerne. Cette censure qui exclut par simple anéantissement tous les acteurs indésirables du théâtre politique, ne laisse de voix qu’à l’adoration nationale. Dans la GF le procès est résumé en quelques lignes, après l’exécution de Damiens. Mais les gazettes étrangères, pendant la même période, accordent au moins autant d’intérêt aux remontrances des parlements de province, aux difficiles et inutiles tractations entre les démissionnaires et le pouvoir royal qui se succèdent alors, aux nouveaux refus de sacrements, qu’à l’enquête sur l’attentat et au déroulement du procès. Parfois se manifeste la relation qui unit nécessairement ces deux têtes de chapitre de l’actualité française. Mais toute la question est de préciser la nature de cette relation, et la mesure dans laquelle on a voulu l’affirmer, ou au contraire l’effacer. La signification politique de l’attentat, dans la conscience des contemporains, dépendait de la tactique que l’on décidait d’adopter à cet égard. La presse est probablement pour nous le meilleur moyen de la comprendre et de l’éclaircir.

La curiosité publique et le secret de la procédure

4« Parmi cette foule d’objets intéressants, que les circonstances actuelles présentent, et qui méritent si bien l’attention du public, celui dont on s’occupe le plus ici, c’est Pierre Damiens ; et le grand procès qui doit se décider en Allemagne, le printemps prochain, n’intrigue pas, à beaucoup près, la curiosité autant que celui qu’on fait à ce scélérat » (CA, 22/02). Jusqu’à la fin du mois de mars, on remarque que l’intérêt de l’opinion « est invariablement fixé » sur le procès, « il entre dans tous les entretiens » (ibid., 04/03). « La curiosité sur ce qui regarde Damiens n’est pas plus satisfaite aujourd’hui qu’elle l’étoit au commencement du procès » (25/03).

5Survenant à un moment creux de l’année militaire (les troupes sont en quartiers d’hiver, et le CA signale le 15 mars les départs d’officiers pour Lille et le renouveau d’intérêt pour les suites de la guerre), le procès peut mobiliser très largement l’opinion, irritée par le « secret » que soulignent sans cesse les gazettes dès le début de la procédure à Versailles. Les arrestations et les incarcérations à la Bastille font supposer que l’enquête progresse, mais tout reste extrêmement vague, et les journalistes en sont réduits à des conjectures. « On a cependant arrêté bien du monde : ce qui fait croire qu’il a parlé » (GL, 25/01) ; « on garde un profond silence sur la procédure ; mais on arrête tous les jours du monde » (ibid., 28/01). On imagine donc que Damiens a révélé des complices, mais on déplore le mystère qui entoure à la fois sa personnalité et le contenu des interrogatoires : « Il ne transpire absolument rien des dépositions de l’Assassin du Roi » (GC, 01/02) ; « les magistrats qui travaillent à l’examen de Damien paroissent avoir fait du progrès dans cette affaire. Le parricide a commencé à s’expliquer plus clairement. Il a fait un aveu que l’on travaille à approfondir, et dont l’éclaircissement termineroit bientôt la procédure » (GU, 11/02). Une multitude d’énoncés de presse répètent, jusqu’à la condamnation de Damiens, les mêmes suppositions et les mêmes espoirs, que rien ne vient réellement étayer.

6A partir du moment où s’ouvre le procès à la Grand Chambre (9 mars), les gazettes rendent toutes compte, de façon succincte, mais assez complète, du contenu des séances et des diverses affaires qui ont été liées pour un temps à celle de Damiens, et qui en ont été ensuite plus ou moins rapidement disjointes : celle de la pensionnaire de Saint-Joseph, la petite d’Escouflet, du soldat aux gardes Ricard, du grand référendaire de Pologne, des propos tenus chez le notaire Lenoir... (voir les Pièces originales, où elles forment des chapitres séparés). Ces informations que l’on retrouve partout presque inchangées, ont pour nous beaucoup moins d’intérêt que les « bruits » incontrôlés, les fausses nouvelles que diffusent les gazettes, et qui témoignent de l’avidité d’informations et de l’impatience du public. Jusqu’à la fin l’attente, ou plutôt une série d’attentes vont provoquer un incessant travail d’anticipation et d’imagination. C’est ce travail et cette errance du discours que nous demandons surtout à la presse de nous révéler.

7Le transfert de Damiens de Versailles à la Conciergerie est prévu ou annoncé comme déjà effectué dans les nouvelles de Paris du 10 janvier et des jours suivants, alors qu’il n’aura réellement lieu que le 17 (GB, 14/01, GU, 21/01). Le CA précise qu’« on a dû l’attacher au milieu de la chambre, de façon qu’il ne puisse approcher des murailles » (21/01, de Paris le 12). On anticipe donc sur les faits, en se fondant sur ce qui transpire des dispositions officielles : nous savons, par la correspondance entre Saint-Florentin et Joly de Fleury, que le transfert, prévu dans la nuit du 11 au 12, fut retardé à la fois à cause de l’inachèvement des préparatifs dans la tour Montgommery, et de l’état de santé de Damiens (lettres des 10 et 11 janvier, AB, XVI, 435). Les gazetiers spéculent surtout sur la fin du procès, sur les délais à prévoir. Au début de février, la conclusion semble assez proche : « comme dans les interrogatoires qu’il a subis, il a beaucoup jasé, on se flatte que l’instruction de son procès sera terminée avant trois semaines » (GA, 11/02). Des nouvelles de Paris du 11 février, dans la GL du 18, abrègent encore les délais : « on croit qu’il sera exécuté la semaine prochaine » (voir GC, 15/02) ; au début de mars, l’attente s’épuise, les délais s’éloignent et deviennent imprévisibles : l’exécution n’est espérée qu’« avant Pâques » (GA, 11/03) ; « On prévoit que le jugement traînera encore long-tems » (CA, 18/03), « on croit que cette affaire ne finira pas sitôt » (GL, 08/03). On parie même sur la date de la conclusion : « on est fort impatient de voir porter la sentence du criminel qui a frappé S.M. ; il y a des gageures à son sujet, les uns parient qu’il ne sera pas jugé avant Pâques, et d’autres qu’il le sera avant la fin du mois [de février] » (GB, 11/02).

  • 1 BN ms 2068, fol. 184-317, « Rapports qui se font deux fois par jour de l’état de la santé du Priso (...)

8L’espoir d’un aveu du criminel, qui dénouerait l’intrigue, et hâterait la fin du procès, fait attendre avec impatience la « question », seule capable de lui extorquer son secret. Celle du feu, qui lui fut donnée immédiatement après l’attentat, n’est évoquée que comme une imprudence qui a mis en danger une vie précieuse. « On craint que cet incident n’oblige d’accélérer son jugement et son Exécution » (GB, 11/02), « on a tous les soins imaginables de luy rendre des forces pour en arracher des aveux et des vérités si nécessaires » (GC, 18/01). L’étonnante série des bulletins de santé de Damiens, conservée dans la collection Joly de Fleury1, prouve combien l’autorité se souciait de ce délicat problème, et nous verrons, dans le chapitre sur Damiens, comme la presse y fait écho. Mais on voit aussi dans ces premiers tourments le « prélude » de ceux qu’on lui prépare « pour lui arracher la révélation de ses complices » (GL, 18/01 ; GB, GC, 14/01) ; ceux-ci, les plus efficaces, on les imagine dès avant l’ouverture du procès, accompagnant les interrogatoires à la Tournelle : « L’infâme parricide Damiens fut appliqué avant-hier à la torture » (CA, 15/02, de Paris le 6 ; de même GB, 11/02, GL, 15/02). A la fin du procès, la GU annonce que Damiens subira trois fois la question, les 21, 22 et 23 mars (29/03).

  • 2 Voir ms Joly de Fleury 2070, fol. 64 et suiv. et AB, XVI, 459.
  • 3 Ms 2070 ; « Attestation de Jules César Magne chirurgien de la Charité, sur la manière de mettre et (...)

9Mais ce qui passionne surtout le public, c’est la forme même de la question. Nous savons que l’administration royale songea à divers supplices plus subtils et plus efficaces que ceux qu’on employait couramment au Châtelet. Dès le 25 janvier, le CA note « qu’on a parlé d’un nouveau genre de supplice pour l’obliger à faire l’aveu qu’on prétend tirer de lui ». Les démarches administratives pour s’enquérir de la machine « avignonnaise » et la faire venir à Paris avec les spécialistes qui en connaissent le maniement ne commencent que le 29 janvier2. La collection Joly de Fleury contient de nombreuses pièces sur cette « question de Rome dite la Veglia », des notices sur son utilisation, et l’avis négatif des médecins et chirurgiens du Parlement de Paris3. Lors de la séance du procès du 24 mars, les juges de Damiens doivent entendre la lecture d’un mémoire sur les diverses espèces de question ; Luynes n’en rend compte qu’avec dégoût : « voilà des détails désagréables à rapporter, mais lorsqu’on est obligé par devoir de les entendre, au moins faut-il en profiter pour son instruction » (XV, 475-477). A la mi-mars, lors même qu’on a abandonné la machine d’Avignon, les gazettes en détaillent encore la forme et le maniement (un « fauteuil de fer à trois tiges en diamant », GU, 25/03) et, selon la GB, « on va [la] voir ici par curiosité » (22/03). Il faut lire, pour comprendre de quelle nature est l’intérêt public, la lettre où Robbé détaille cette question « dite aux glaces de Venise », invention « d’un cordelier italien », et dans laquelle éclate son tour d’esprit sadique et satirique (Lettres, 8 fév., p. 33-34). Les gazettes annoncent encore, à la fin de mars, des tortures multipliées pendant plusieurs jours, « d’une façon nouvelle et rigoureuse » (GB, 25/03), ou l’utilisation de brodequins de fer chauffés (GU, 01/04, GB, 29/03).

10Ultime attente, enfin, dont la presse entretient le public : celle de l’exécution. Dès le 25 janvier, le journaliste de la GA affirme : « On ne doit s’occuper que de la vindicte publique, et chacun n’aspire qu’à voir l’Assassin expier son énorme forfait par le plus horrible supplice ». La conclusion normale du procès s’impose aux esprits et aux imaginations bien avant qu’il soit commencé, et même dès la nouvelle de l’attentat. On trouve, outre les mentions très nombreuses de l’imminence de l’exécution, des préparatifs sur le parvis de Notre-Dame ou en place de Grève, de véritables pré-récits qui anticipent sur le récit réel, scénarios où la fantaisie se mêle aux rites traditionnels de la punition du crime de lèse-majesté. Selon la GU, Damiens sera écartelé au moyen de « tourniquets », de sorte que ses membres seront « séparés par intervalles » (25/03). Le CA, à propos des travaux en place de Grève et des mesures de police prévues pour contenir la foule, met en scène avant l’heure le « spectacle » de l’expiation : « Jamais Spectacle n’eut tant de spectateurs, qu’en aura celui de son supplice : toute affaire et tout plaisir cédera à l’empressement de s’en repaître ; et l’humanité qui ne voit guère sans un peu de commisération les souffrances de ceux-même qui l’ont le plus outragée, ne fera certainement rien ressentir qui puisse diminuer la satisfaction qu’on aura de voir punir celui-ci [...]. Une foule étonnante de monde court de toute part pour voir les préparatifs, et les fenêtres des Maisons qui donnent sur la Place sont déjà loüées très-cher » (01/04).

  • 4 Ce conte est repris dans A particular and authentic narrative..., p. 14.

11« Dans la multitude des bruits confus qui se répandent, il est difficile de séparer le vrai du faux » (GA, 01/04). Les gazettes font parvenir jusqu’à nous les créations de cette fabulation collective, compensation de l’ignorance, et plus encore confirmation fantasmatique de préjugés et de désirs. « Le public continuera [jusqu’à la condamnation de Damiens] d’être amusé de divers contes sur son chapitre. Il s’en est déjà répandu de bien des espèces, entre autres celui qu’on lui avoit arraché les dents » pour l’empêcher de se couper la langue, ce qu’il avait menacé de faire (GU, 15/02)4. Ce n’est là en effet qu’un conte parmi bien d’autres, le plus répandu semblant être le meurtre de M. de La Bourdonnaye, dont Damiens se serait accusé lui-même avec impudence lors d’un interrogatoire. On lui prête en cette circonstance des propos révoltants, ses gardes eux-mêmes sont saisis d’un dégoût insurmontable :

  • 5 Repris dans MHP, 03, 415-416, et, avec un surcroît de pathétique, dans CA, 25/03. Robbé fait allus (...)

« On vient de découvrir un nouveau forfait de ce scélérat. C’est lui qui a abrégé les jours de feu Mr de La Bourdonnais, en mêlant de l’arsenic dans un lavement qu’il lui donna pendant sa maladie, en vüe de prévenir que Son Maître, s’il se rétablissoit, ne le fît punir sur les indices qu’on avoit d’un vol de cent Louis qu’il lui avoit dérobez. Il a avoué de sang-froid cet horrible fait, en disant : Mon Maître m’auroit fait pendre ; mais je le prévins, en l’envoyant à l’autre monde. Il a tellement augmenté, pendant sa détention, l’horreur de ceux qui le gardent, que c’est un supplice pour eux de le voir encore respirer. Ils prêteroient volontiers leurs mains pour délivrer la Terre de ce poids déshonorant » (GU, 11/03)5.

12Ainsi se confirme et se justifie l’image du « monstre », de l’infâme « scélérat », et s’intensifie l’attente du supplice mérité. Un autre bruit vient confirmer l’idée du complot. La précision des détails est étonnante : il s’agit bien là d’un conte, moderne, bancaire et policier, où la remontée de la filière entretient le suspens, mais qui n’aboutit qu’au mystère et à l’incertitude :

« Comme il se répand tous les jours de nouveaux bruits à son sujet, voici celui qui vient de se débiter : on assure, que quand il fut arrêté à Versailles on trouva dans ses Habits deux Cartes par lesquelles on lui promet 100 000 Ecus ; et qu’ayant été interrogé là-dessus, il répondit hardiment que le fait étoit vrai, mais que le Coup étant manqué il n’y comptoit plus. On lui demanda de qui il tenoit ces Cartes : d’un Banquier de Paris qu’il nomma, répondit-il. On alla aussitôt chez le Banquier à qui on demanda s’il avoit touché 300 000 livres pour les remettre au nommé Damien, qu’il devoit connoître ; il répondit qu’il avoit effectivement reçu cette somme, et qu’il l’avoit remise à un Notaire de cette Ville suivant deux cartes qu’il représenta ; et qu’à l’égard de l’Homme il ne savoit qui il étoit. On lui demanda aussi d’où il tenoit ces Cartes ; il cita son Correspondant à Amsterdam. On se transporta chez le Dépositaire, on se saisit de l’Argent et des Cartes, et on envoya un émissaire authorisé à Amsterdam. Le Banquier chez qui on se transporta avec permission du Président de Semaine, assura qu’il avoit reçu l’Argent et les Cartes d’un de ses Confrères ; on se transporta chez ce dernier, mais il avoit jugé à propos de s’évader. Ainsi cette recherche est devenue inutile » (GB, 01/03).

13Lorsque se fera, le 12 mars, l’ouverture de la malle de Damiens rapportée d’Arras, quelques gazettes prétendent encore, d’après les bruits publiés, qu’on y trouve « quelques indices assez significatifs » (GC, 22/03, GV, 30/03). Nous savons que le résultat fut totalement négatif (CA, 29/03, Croÿ, I, 395).

14La presse nous permet donc de restituer en partie l’atmosphère dans laquelle a été suivi un procès long et secret. On voit s’y manifester non seulement un désir frustré de savoir, mais le goût du spectacle, de la sensation, du monstrueux et de la violence. L’activité de l’opinion se déploie toutefois plus particulièrement autour de la hantise qui accompagne le grand crime politique : celle du complot. Elle entretient pendant les premiers mois de 1757 toutes les suspicions, donne naissance à quantité de nouvelles, et alimente les pamphlets virulents de Grosley et les discours clandestins auxquels nous consacrerons un autre chapitre.

Le soupçon : le « mystère d’iniquité »

  • 6 Voir Luynes, XV, 364, 366 ; ms Arsenal 4510, fol. 1 v° et les PO.

15Les premières paroles prononcées par Damiens après l’attentat annonçaient clairement des complicités : « Il a dit qu’on prît garde à la personne de M. le Dauphin, et qu’on le devait assassiner avant minuit. On lui a chauffé les pieds, il a dit que s’il avait à recommencer ce coup il le ferait encore, qu’il n’était pas encore temps qu’il nommât ses complices, et qu’il en avait » (d’Argenson, 6 janv., IX, 382)6. Quelle qu’ait été alors son intention ou la situation d’esprit où il se trouvait, il devait nier ensuite inlassablement, jusque sous la torture, ces complicités, et affirmer sa totale solitude. Mais, comme ce fut le cas pour Ravaillac, toute l’instruction devait avoir pour but de lui extorquer son secret, et les délais de la procédure, les arrestations dans Paris sont toujours attribuées par les journalistes à l’attente ou à l’exploitation d’une révélation. « Le parricide a commencé de s’expliquer plus clairement. Il a fait un aveu que l’on travaille à approfondir »... (GU, 11/02). Lorsque Damiens reste volontairement muet lors d’interrogatoires, la GA note combien d’inquiétude doit causer ce silence obstiné, « car on n’a pas encore tiré au clair tout ce mystère d’iniquité » (25/02).

  • 7 Voir aussi VI, 433. Un nouvelliste qui accuse les Anglais est arrêté en janvier ; reconnu « extrav (...)

16Faute d’une révélation qui ne viendra jamais, on en est réduit à des soupçons, qui naissent dès les premières heures : « A l’abattement et à la consternation dont les Parisiens furent saisis en apprenant cet attentat, ont succédé des soupçons de tout genre, qui se fixent sur différents objets, et menacent du ressentiment le plus terrible ceux auxquels ces objets se rapportent » ; la police recherche « quelles mains criminelles ont armé celles du fanatique Amiens. Nous n’oserions répéter, pas même insinuer, tout ce que nos Lettres marquent sur ce sujet » (GU, 14/01). Le journaliste prudent se garde de nommer ceux que désignent les chroniques ou les correspondances privées : c’est-à-dire les acteurs connus de l’intrigue politique, le parti jésuite, le clergé constitutionnaire, ou au contraire le parti parlementaire et janséniste. On avait d’abord pensé aux Anglais, mais, note Barbier, « le soupçon ne prend pas de ce côté-là dans le public » (VI, 445)7. « On ne comprend rien à ceci ; de quelle part vient le coup ? Tout le monde veut qu’il parte des prêtres ; cet ordre en est beaucoup plus mal voulu à Paris » (d’Argenson, 6 janv., IX, 382). Barbier remarque le 10 janvier que « le déchaînement contre les Jésuites est toujours égal » (VI, 441). Inversement, le correspondant jésuite de l’abbé de Muy, dans les lettres du manuscrit 4510 de l’Arsenal, pense comme Voltaire aux jansénistes « convulsionnaires » (voir le chapitre sur Damiens). Deux partis se retrouvent donc une nouvelle fois et s’opposent, et, comme le dit d’Argenson, « des traits ou des propos » les favorisent l’un et l’autre (7 janvier, IX, 385).

  • 8 A propos de l’enquête du duc de Croÿ, la GU affirme dans des nouvelles d’Arras que Damiens n’y a a (...)
  • 9 Lors de la confrontation du 1er mars les deux capitaines, Imbert et Dupérieux, ne reconnurent pas (...)

17La recherche de complices réels et identifiables s’avère difficile : la presse la suivra et la sollicitera jusqu’à la fin du procès : « on ne dit point si la torture et les exhortations du curé de Saint-Paul ont produit l’effet tant désiré, la révélation des Complices de Damiens, affaire bien plus intéressante que l’affreux supplice qu’il va subir » (GA, 05/04). Même si elle fait parfois état de doutes sur la réalité du complot8 et exprime, ne serait-ce que par les discours sur la « folie » de Damiens, la thèse quasi officielle de l’isolement, persiste toujours l’espoir de découvrir une piste sûre, espoir que nourrissent des arrestations, des témoignages, ou des aveux. D’après la GB du 18 février, on a arrêté à Bayonne un nommé Du Breuil, accusé d’être complice de Damiens ; deux autres suspects ont fui par d’autres routes ; les circonstances de l’arrestation sont précisées dans le numéro du 22 (voir aussi GU 25/02). Le témoignage de deux capitaines de Bordeaux, évadés d’Angleterre, et qui avaient voyagé en Belgique avec un individu suspect en qui on croyait reconnaître Damiens, lui-même accompagné de deux complices, fit plus de bruit à la fin du mois de janvier. On annonce l’arrivée des capitaines à Paris pour confrontation (GA, 01/02), on détaille longuement les circonstances de leur voyage (GU, CA, 01/02), on ne doute pas d’avoir trouvé le dénouement. Robbé, qui embrasse toutes les hypothèses qui se présentent, accepte imprudemment celle-ci : « le coup part de l’Angleterre [...]. Voilà donc, suivant toutes les apparences, une lessive pour la société que l’on soupçonnait rudement de l’attentat qui nous afflige. Voilà la nation lavée de l’horreur du crime qui retombe sur nos ennemis » (Lettres, 2 fév., p. 29-31)9.

18Les variations de ce même Robbé, pendant le cours du procès, prouvent à quel point l’opinion était susceptible de s’attacher aux apparences les plus contradictoires : suspectant d’abord les jésuites, puis les Anglais, il considère Damiens comme un « fanatique de la cause du Parlement » lorsqu’est connue la lettre au roi dictée à Belot, et qui mettait en cause sept parlementaires, « fait terrible » selon lui (5 mars, Lettres, p. 65-67), et revient enfin à la culpabilité des jésuites, lorsque les parlementaires sont déchargés de tout soupçon, et probablement aussi sous l’influence des pamphlets de Grosley (lettres du 19 mars, p. 75-76, du 22 mars, p. 81, du 31 mars, p. 92). Un moment, l’affaire Ricard, ce soldat aux gardes déserteur, meurtrier de grand chemin, qui se fit transférer de Montdidier à Paris pour révéler un prétendu complot tramé en Picardie, parut fournir les indices tant désirés. Ne retenons, de cette affaire dont toutes les gazettes entretiennent leurs lecteurs à partir du début de mars, que quelques faux bruits significatifs : « on dit » Ricard complice de Damiens, « avec lequel on dit qu’il avoit bû le 4 Janvier », on lui prépare dans la tour de Montgommery un « appareil » semblable au sien (GB, 11/03). Lorsqu’à lieu la confrontation des deux hommes, « on dit que ce Meurtrier parut extrêmement surpris à la vue de ce Soldat » (GB, 15/03) ; la GU renchérit : sa « présence a paru le glacer de surprise » (25/03). Très vite, on pense que le complot dénoncé par Ricard, « s’il est réel paroît autre que celui de Damien » (GB, 18/03 ; CA, 22/03), et, l’innocence des accusés étant reconnue, on abandonne cette piste trompeuse.

  • 10 Damiens affirmera toujours que ces mots furent prononcés au contraire par un « particulier » de Sa (...)

19Cette quête obsédante des complicités ne cessera pas avec la conclusion du procès et le supplice. La déposition d’un garde du château de Versailles qui avait surpris quelques mots échangés, avant l’attentat, entre Damiens et un « quidam » devait avoir à cet égard de lourdes conséquences. Dans tous les interrogatoires, on demande à Damiens ce que signifie la réponse « Hé bien, j’attends » qu’il aurait faite à l’homme en question10. Dès le 10 janvier, on donne son signalement, on lance une réquisition contre lui, qui sera régulièrement renouvelée (PO, p. 319 et suiv.) et paraîtra encore dans l’arrêt de condamnation. Le duc de Croÿ avait pourtant représenté aux gens du roi, le 12 mars, le danger de laisser planer ainsi un soupçon persistant et de ne pas clore définitivement le procès :

« Je leur recommandai vivement d’éviter de laisser aucune contumace, ni rien qui pût laisser quelques queues à cette affaire, leur faisant sentir combien il était important de ne rien laisser de caché dans ce procès, où tout devait être montré avec la plus grande évidence, pour ne laisser, comme à Ravaillac, de fausses impressions sur tous les esprits, étant aussi dérangés qu’ils l’étaient à Paris » (I, 395).

20L’arrêt une fois rendu, il dénonce « l’erreur d’avoir une contumace ridicule » contre le « quidam » (I, 403).

21L’absence de contumace n’aurait probablement pas arrêté les soupçons. Dans les mois qui suivent l’exécution, on croit trouver un peu partout le « quidam », ou du moins des complices. « Le Lundi de Pâques la Maréchaussée arrêta sur le chemin de Saint-Denis à Pontoise deux quidams que l’on dit Complices de l’attentat de Damiens, ils ont été conduits à la Bastille » (GB, 12/04 ; voir GL, 29/04). Selon des nouvelles de Paris du 14 mai, on arrête encore un « homme de mauvaise mise » à Versailles (GB, 18/05). A la fin du mois de mai, le vrai quidam semble enfin découvert : il se nomme Rapin, a été arrêté à Aix-la-Chapelle, prêt à passer dans les états du roi de Prusse ; on a trouvé dans la doublure de son habit un « Brevet de Colonel au service d’une puissance étrangère », et l’on « a reconnu que c’est cet homme qui a suscité Damiens au détestable Forfait qu’il a commis. On va l’amener à Paris pour l’interroger au Parlement » (GB, 18/05). On ajoute que, « pour qu’il prît le change », le signalement donné au public était tout opposé au véritable, dont seuls étaient munis la maréchaussée et les espions (GB, GC, 20/05 ; CA, 24/05).

22De ce Rapin, il ne sera plus question ensuite, mais en mai 1758, le bruit court encore que l’insaisissable quidam a été pris (J. Lemoine, Sous Louis le Bien-aimé, lettre du 30 mai, p. 156). L’épistolière anonyme qui en parle remarque le 5 juin 1758 : « le public veut que cet homme soit le certain quidam dont il est parlé dans le procès de Damiens ; mais je crains fort que ce ne soient de nouveaux ouvriers, mis en œuvre par ceux qui ont juré la perte de l’Etat, et par conséquent que cette malheureuse affaire ne soit une hydre qui se renouvellera sans cesse » (ibid., p. 159-160). Un ou plusieurs complots ? Autour de Damiens, les figures se succèdent et se substituent les unes aux autres ; inconsistantes, elles disparaissent en une illusion renouvelée. Quelques textes, qu’il vaut la peine de citer un peu longuement, nous permettent de comprendre de quel fond d’imaginaire elles émergent :

« Pour amuser le public, on imprime le procès de Damiens ; le fait que vous allez lire et qui est sûr fait soupçonner qu’il n’était pas sans complices comme on cherche à le faire croire ; un homme de Meulan se vanta, il y a trois semaines, qu’il savait bien que le roi serait assassiné ; sur ce propos il fut mis en prison et à son interrogatoire il a répondu qu’étant un jour endormi dans un bois qu’il a nommé, ainsi que le jour qui est antérieur à l’assassinat, il entendit à son réveil deux hommes, qu’il ne put voir à cause de l’obscurité, qui causaient, le premier dit : « il est vrai qu’il faut le tuer, mais comment faire ? il est toujours entouré de ses gardes.— Bon ! dit l’autre, il n’y a qu’à bien choisir son moment et l’on réussira ». Le lieutenant général de Meulan a écrit pour savoir ce qu’il fera de cet homme » (ibid., lettre du 31 mai, p. 35-36).

23Une lettre adressée le 31 janvier 1757, de Paris, à Bertin du Rocheret (ms Epernay 144) fait état d’une révélation semblable, dans des circonstances au moins aussi étonnantes ; nous en respectons l’orthographe :

« M. le duc de fleury a reçuë une lettre du Lieutenant de la maréchaussée de provins qui en contient une qu’il a reçuë de celuy de la maréchaussée de nogent d’attée du 20 de ce mois qui dit-il vient de ce présenter chès moy mon confrère un tel clerc de notaire et de ma conoissance cet homme étoit tout pâle et tout en eau, il ma dit qu’il avoit fait rencontre environs a une lieu et demie d icy de deux hommes assée bien vétus et portant chacun une épée qu’il avoit cheminé avec eux et qu’après un moment de conversation indifférente ces deux hommes lui avoit demandé s’il ne pouvoit pas trouver au village prochain un homme pour écrir une lettre que le clerc avoit offert ses services qu’après cela les deux voyageurs s’étoient entretenus en latin que le clerc ayant fait ces études avoit entendus qu’ils parloit de se déffaire de luy aussy tôt qu’il avoit écrit la lettre et qu’ils s’étoit dit aussy voila un moyen bien sure de faire empoisonner le Dauphin que la frayeur l’avoit saisie et que ces gens s’en étant appercue avoit mis l’épée à la main mais que luy connoissant les détours du pays avoit mis ses jambes à son col et s'en étoit fuy partant de routes differentes que ces coquins l’avoit abandonné » (fol. 1 v°-2 r°)

  • 11 Un « particulier de Compiègne » a rencontré dans un cabaret de cette ville un homme qui allait à A (...)

24C’est ainsi que les complots se révèlent au fond des campagnes, à des promeneurs ou à de paisibles dormeurs, ou dans des cabarets, ou à travers les cloisons légères de chambres d’auberges, comme on saisit des conversations dans les romans11. On voit dans quelle atmosphère onirique se développe la hantise du complot. L’attentat de Damiens libère, ou révèle plus clairement pendant quelque temps, le grand fantasme refoulé de la mort du roi. Par la quête des complices, le public en jouit obscurément et en sûreté de conscience. C’est pourquoi ceux qui tiennent à tout nettoyer et à tout vider au plus vite se lamentent tant, tel Croÿ, de l’obstination de la foule : « Je m’emportais contre ces sottises, prouvant que ce n’était qu’un fou »... (1, 413). Croÿ oublie seulement que la folie, celle de Damiens ou de ceux qui entendent et voient ses complices, a un sens. Nous y reviendrons quand nous parlerons de la « folie » de Damiens, cette solution miracle qui prétendait justement rendre tout insignifiant.

Le procès et l’agitation parlementaire

25L’attentat survient en pleine crise politique. Les remontrances contre le second vingtième, ou pour réclamer la réunion du Parlement de Paris, se succèdent et, en ce début de janvier, les gazettes et les mensuels de Hollande publient par exemple in extenso celles du Parlement de Toulouse du 2 janvier, « belle pièce » qu’on désire connaître à l’étranger (GA, 14, 18, 21/01), « Patétiques et Véridiques Remontrances » qui informent l’Europe « de l’excès et du comble de nos misères », « admirable chef d’œuvre » (MHP, 01, 42-43 ; voir GC, 14/01). On continue également de signaler des refus de sacrements, « triomphe du Schisme auquel notre Clergé Constitutionnaire, à force de Cabales, d’intrigues et d’Audace, est enfin parvenu » (MHP, 01, 53 et suiv.).

  • 12 Voir aussi le texte étonnant de la même gazette, que nous citons dans le chapitre sur les discours (...)

26Tous les observateurs remarquent l’extrême tension du climat politique et social, l’agitation des esprits. D’Argenson écrit dans son journal le 7 : « Le bas peuple est resté muet, tant les esprits sont prévenus de la disgrâce des magistrats et de l’esprit fol, méchant et schismatique des évêques » ; les commandants de province ont rejoint leur poste dans les vingt-quatre heures après l’attentat, « tant on craint des soulèvements par le mécontentement des magistrats et la méchanceté des prêtres » (IX, 385), et le 14 : « Les esprits sont trop en mouvement par la religion et par la misère » (IX, 390). Bernis rappelle dans ses mémoires qu’il fit sentir, dans les heures qui suivirent l’attentat, la nécessité de « rassurer le public, surtout la ville de Paris, depuis si longtemps en fermentation » ; c’est de quoi se préoccupe le premier conseil assemblé par le dauphin (p. 357-360). La seule d’entre les gazettes qui fasse vraiment ressortir la gravité de la situation est celle de Leyde. Comme les autres, elle révèle le caractère aberrant, incroyable, d’un régicide en plein XVIIIe siècle, mais elle laisse entendre que les circonstances et le malaise général peuvent l’expliquer en partie : « quelles que fussent les extrémités que l’on craignît de l’espèce de fermentation que l’on remarque depuis très longtemps dans le Roïaume, on ne s’attendoit nullement à revoir le siècle de Ravaillac » (GL, 14/01)12. Le même journaliste écrit le 4 mars : « Cette affaire, d’autant plus fâcheuse qu’elle est obscure, et qu’elle dure longtems, répand partout une certaine langueur dans les conversations. Ces troubles, ces agitations, qui se sont succédé, ce mauvais levain qu’on cherche, mais que l’on craint de découvrir, confondent la plus grande partie de la nation » ; et, à propos des troubles de Besançon, qui éclatent au début de mars, révolte populaire contre la levée du second vingtième au terme de laquelle de nombreux membres du Parlement de cette ville seront arrêtés ou exilés : « quelque ardent que soit le Peuple à rendre graces à Dieu et à se réjouir de ce que le Roi a échappé à un péril si évident, il n’en est pas, lorsqu’il se replie sur lui-même, moins sensible à sa propre situation. Il ne faut que toucher légèrement sa playe pour l’irriter. On vient d’en faire la triste expérience à Besançon » (11/03). C’était là, avec une certaine audace, contester l’unanimité et l’ardeur filiale qu’exaltent au même moment toute la presse et les textes sur l’événement, dissiper les prestiges et les illusions officielles, et rappeler les conditions réelles, troubles et malsaines, au milieu desquelles se déroule le procès.

27Il est en effet, en ces trois premiers mois de 1757, mené en étroite conjonction avec le développement de la crise ouverte par la démission des Enquêtes et des Requêtes et d’un bon nombre des membres de la Grand Chambre, et il convient d’examiner dans quelle mesure et comment les contemporains ont perçu ou reconnu cette conjonction, et ont situé l’affaire Damiens dans le contexte politique global.

  • 13 Voir ms Arsenal 4510, fol. 5, lettre du 6 janv., AB, XVI, 432 ; d’Argenson, IX, 386, 8 janv. ; GB,(...)

28Le problème de l’attribution de la procédure a, dans les premiers jours, impliqué celui d’une éventuelle réunion du Parlement. Les démissionnaires des Enquêtes et des Requêtes s’assemblent au Palais le 6 janvier à deux heures du matin autour du Président Dubois qui, dans une lettre au Premier Président Maupeou alors à Versailles, exprime la « consternation » des démissionnaires, leurs « sentimens d’amour » pour le roi, et sollicite des ordres « afin qu’ils puissent être en état de donner, en cette occasion, des marques de leur fidélité ». Toutes les gazettes étrangères soulignent l’importance de cette démarche, et reproduisent le texte de la lettre et des billets échangés ensuite entre Maupeou et Dubois (GA, 14, 21/01). La GA remarque une « particularité essentielle », c’est que le « bulletin » relatant officiellement l’attentat a été adressé aussi aux démissionnaires : signe d’un dégel, d’un accommodement possible, que l’on s’empresse de saisir en exaltant le zèle ardent des parlementaires qui, oubliant tout, se déclarent prêts à reprendre leurs fonctions pour juger l’assassin. Le dauphin se retrancha d’abord derrière l’autorité paternelle pour éluder ces instances. Les lettres patentes du 15 janvier, enregistrées le 17, réservaient finalement le jugement à la Grand Chambre, ou du moins à ce qui en restait, ainsi qu’aux pairs et aux princes du sang (texte dans PO, p. 119, et dans toutes les gazettes). Mais pendant quelques jours l’opinion fut très agitée, le bruit courut un peu partout que la crise était surmontée et que la réunion espérée du Parlement était providentiellement obtenue. « On ne doute point, que tout le Parlement ne soit chargé des perquisitions à faire au sujet du danger, auquel la vie du Roi a été exposée ; Et l’on commence à se flatter que tout sera rétabli sur le pié ou les choses étoient avant la tenue du Lit de Justice » (GL, 18/01, de Paris le 10)13.

  • 14 Barbier, hostile aux démissionnaires, remarque : « cette lettre a été trouvée un peu froide dans l (...)

29La désillusion fut rapide. D’Argenson note le 9 : « Tout a changé de face [...]. Les ministres et les passions ont conservé la rancune du roi » contre les officiers du Parlement (IX, 386). « Le bruit qui a couru [...] est destitué de fondement » (GB, 18/01). Selon Bernis les intrigues empêchèrent la réussite de la démarche engagée par le président Dubois au nom de ses collègues (Mémoires, p. 332). La Lettre d’un Conseiller au Parlement à un de ses amis, reproduite dans la GL (28/01) doit justifier les termes mêmes de la lettre de Dubois, où certains voulaient voir « le langage de l’indifférence »14, alors que, selon l’auteur, elle avait d’abord « été généralement goûtée » par l’opinion publique. Le correspondant jésuite de l’abbé de Muy, dans le ms 4510 de l’Arsenal, lance des commentaires ironiques : « il y a nombre de gens qui pensent et disent bonnement qu’il y auroit bien de l’imprudence dans ces circonstances à livrer cet enthousiaste à MM des enquêtes » (fol. 15 v°, 8 janv., AB, XVI, 430) ; « le Roi a remis à la grand chambre le jugement du criminel [...], MM des enquêtes en voudroient avoir, mais ils n’en auront pas » (fol. 19, 9 janv., AB, XVI, 432). Inversement les NE rappellent, parmi les témoignages les plus éclatants de la sensibilité à l’événement, cette lettre où les démissionnaires n’ont écouté que « le mouvement de leur zèle » : « quoique depuis des personnes mal-intentionnées aient cherché à en empoisonner certaines expressions, pour rendre suspecte la fidélité de ceux qui l’ont écrite, toute la France, malgré les efforts de la malignité et de la calomnie, n’a point discontinué d’applaudir à une Lettre que le cœur seul avoit dictée »... (13/03). La GA, toujours favorable à la cause du Parlement, en profite également pour faire l’éloge des démissionnaires et rappeler l’urgence d’une solution (21/01 ; voir GU, 18/01).

  • 15 Voir Barbier, VI, 436 ; ms Arsenal 4510, fol. 13, 8 janv. Les gazettes n’en parlent pas.

30« L’on manqua le moment », comme l’écrit Croÿ dans son Journal (I, 368). Le procès de Damiens s’engageait difficilement, il faisait rebondir, au lieu de l’apaiser, le conflit politique. D’autant qu’aucune des solutions au problème de son attribution n’était satisfaisante. On songea un moment, en conseil du roi, à confier l’instruction à une « commission » de conseillers d’Etat et de maîtres des requêtes15. Bernis s’y opposa pensant que cette commission « ferait naître des soupçons dans le public » (p. 360-361) ; selon Collé, « le cri général de la Nation » ainsi que la « frayeur » des suites de l’affaire, arrêta les ministres (II, 82). Mais la solution qui prévalut ne parut pas meilleure à l’usage ; on sentit par la suite les inconvénients de joindre à la Grand Chambre les princes et les pairs, « en effet ce grand appareil fit fermenter les esprits, et l’on put juger alors combien les têtes en France étaient disposées à s’échauffer » (Bernis, p. 361). Les parlementaires qui n’avaient pas donné leur démission étaient l’objet de l’hostilité générale : « Ce petit troupeau singulier et déshonoré se réduit aujourd’hui à dix-sept », et la présence des princes et des pairs « ne satisfera pas le public comme si tout ce procès eût été instruit par toutes les chambres du parlement » (d’Argenson 9 janv., IX, 387).

31Le soupçon sur le complot, sur le « mystère d’iniquité », se double dès lors d’un autre soupçon, sur la personne même des juges, sur leur volonté d’éclaircir honnêtement l’affaire. On suppose et on dénonce des appartenances de parti, voire un plan réfléchi destiné à épargner les vrais coupables et à tromper le public. Ces suspicions ne s’expriment pas aussi franchement dans la presse que dans les journaux de certains contemporains (Collé, II, 81-83), ou dans les pamphlets anti-jésuitiques de Grosley, que nous analyserons dans le chapitre sur les discours interdits. Dans la GA on fait du procès une nouvelle occasion de vanter l’action du Parlement : « Le Parlement, cette précieuse sauvegarde des Loix et du Trône, ne négligera rien pour découvrir la source de cet exécrable attentat » (18/01). C’est là, tout autant qu’une prise de position politique, un appel à la Grand Chambre et une sollicitation, assez semblable à celle que lancent au même moment certaines pièces de vers clandestines. La GU écrit dans le même esprit : « Le Public se tranquillise depuis qu’il voit cette affaire remise entre les mains des Pères de l’Etat » (18/01 ; voir 01/02). Mais cette confiance globale, hautement proclamée, n’exclut pas, dans certaines gazettes, des sous-entendus et des doutes. Ils apparaissent surtout après l’incident qui éclata, lors de la séance du procès du 25 février, entre le prince de Conti et le Président Pasquier, rapporteur. Il s’agissait de savoir si on n’ouvrirait pas en Artois un supplément d’information par voie judiciaire, pour tenter de découvrir des complicités qui ne seraient pas d’abord apparues. La proposition de Conti fut repoussée à la pluralité des voix. Ce refus laissa l’impression que l’on voulait cacher quelque chose, d’autant que Pasquier avait également refusé de lire dans leur intégralité les mémoires de Croÿ (GA, 08/03 ; Luynes, XV, 412). Aussi la GA, qui revient sur cet incident le 25 mars, exprime-t-elle les regrets du public : tout n’a peut-être pas été éclairci dans les premières informations. L’éloge vibrant du prince de Conti prend dans ces conditions une allure polémique :

« Jamais procès ne mérita plus d’attention que celui du misérable Damien. Aussi est-il instruit, poursuivi avec toute l’exactitude et toute l’activité possibles. Le Prince de Conty dont les talents supérieurs pour la guerre sont si connus, montre dans cette affaire la plus grande connoissance des Loix, en fait l’application la plus juste, entre dans les plus petits détails, et ne néglige aucune des circonstances qui pourroient faire découvrir des complices. Rien n’échappe à sa sagacité. Dans toutes les séances il a parlé avec cette noble et vigoureuse éloquence que le Sénat Romain admiroit dans César. Il y a mis dans le plus beau jour, il a rendu avec la plus grande force les sentimens d’amour de tous les Cœurs François pour leur Monarque ; et c’est dans le sien qu’il puise ces tendres sentimens ».

32La GU, signalant qu’on trouve de nouveaux indices de complot et qu’on « prétend savoir » que Damiens s’est confessé et a communié à Arras, admire la « vigilance » de Conti, à qui on sera redevable « de la découverte de l’horrible mistère que le public croit pouvoir soupçonner » (15/03). Robbé, au même moment, rapporte le bruit public selon lequel Conti est « très mécontent de la besogne des rapporteurs qu’il va jusqu’à déclarer hautement vendus à la Société » (Lettres, 19 mars, p. 78).

  • 16 Sur le rôle de Conti pendant le procès, ses rapports avec Chauvelin et Le Paige, voir D. van Kley,(...)

33Conti joue donc pendant le procès un rôle oppositionnel, il donne parole à la large fraction de l’opinion qui soupçonne les membres restants de la Grand Chambre et le travail des rapporteurs16. L’incident du 25 février est d’autant plus significatif qu’il met en jeu la présomption la plus grave, celle qui pèse sur les jésuites, et tend à la renforcer. De la liaison supposée de Damiens avec les jésuites d’Arras, de sa confession et de sa communion, du refus de s’en éclaircir par un supplément d’information, Grosley fera un des arguments des plus insistants et les plus pressants de ses pamphlets. Et c’est principalement sur ce sujet que roule la lettre anonyme, trouvée sous la porte du greffe criminel, adressée « A Nos Seigneurs du Parlement assemblés à la grande chambre pour l’affaire de Damien », dont Luynes transcrit le texte dans ses Mémoires (XV, 473, 24 mars). Signée « Renaud », elle accuse les membres du Parlement de ne pas s’instruire de toutes les causes de l’attentat, de tout laisser faire à des rapporteurs prévenus, et qui sont congréganistes (« en effet M. Severt est d’une congrégation, ou confrérie aux Jésuites »). Cette lettre, dit Luynes, « ne parut mériter nulle attention ».

  • 17 Voir PO, interrog. du 9 janv., n. 56-58, p. 66 a, où l’on trouve le texte de la lettre ; il en est (...)
  • 18 Les jansénistes voient dans toute cette affaire une manœuvre de Maupeou et de Pasquier, et derrièr (...)

34Le Parlement se trouve impliqué d’une autre manière durant le procès. La lettre au roi dictée par Damiens à l’exempt Belot dans la nuit du 7 au 8 janvier mettait nommément en cause sept démissionnaires. Belot soutint toujours, lors des informations et des confrontations, que Damiens les lui avait cités spontanément comme inspirateurs de son acte, et Damiens répondit toujours que Belot l’avait « tourmenté » pour obtenir cette lettre, et lui avait simplement demandé de nommer des parlementaires de sa connaissance17. La GA évoque l’affaire le 1er mars, dans le compte rendu de la séance du procès du 19 février : on y lut « les interrogatoires de sept nouveaux Decrétez, qui sont tous gens respectables, au dessus de tous soupçon, sur lesquels en un mot la calomnie la plus mordante ne trouveroit pas la moindre prise » ; Damiens dans ses réponses a éclairci de manière satisfaisante ce qui pouvait les concerner, et « il ne peut rester aucun nuage sur leur sujet ». La gazette hollandaise prend ici nettement position sur un point délicat : la révélation de la lettre de Damiens (« bien triste pour le Parlement », selon Barbier, VI, 480, 14 fév.) inculpait les contestataires les plus en vue, et le soupçon se portait sur le parti janséniste (Barbier, ibid.). Bien plus, le journaliste laisse clairement entendre que Belot, dont le nom n’est pas cité, est coupable, et que seule une intrigue a pu créer ce malentendu : « C’est par une perversité bien déplorable qu’on a impliqué dans l’affaire de Damien les sept personnes dont il est parlé ci-dessus » ; on croit que celui qui a cherché à « surprendre » et à « tromper » Damiens « par des questions fallacieuses » « sera décrété afin qu’il déclare les motifs et les moteurs d’un procédé si dangereux » (GA, 01/03)18. Par ce décret, on espérait l’éclaircissement d’une manœuvre dont Belot aurait été l’instrument.

35Il ne sera plus question de l’affaire qu’à la fin mars, quelques jours avant la condamnation de Damiens : « On publie que les sept Membres du Parlement nommez dans la Liste qu’un Exempt a extorquée de l’Assassin et qu’il lui a fait signer, présentèrent Mercredi dernier à l’Assemblée des Princes et des Pairs une Requête » pour être jugés « dans la dernière rigueur » (GA, 01/04, de Paris le 25 mars). La nouvelle est démentie peu après (GA, 05/04), mais nous savons que la menace de ce rebondissement provoqua une vive inquiétude dans les milieux du pouvoir et que leur intervention secrète l’empêcha probablement de se produire. Une page remarquable du journal de Croÿ permet de le penser : il tient, le 20 mars, une « conversation très curieuse » avec Bernis :

« Il me dit que, le lendemain, il y aurait une assemblée du Parlement avec les Pairs qui le faisait trembler, le Parlement voulant disculper à fond ses sept membres accusés légèrement dans la lettre de l’homme de la Prévôté. Il s’agissait, pour cela, de les confronter, et il était nécessaire de réunir une assemblée générale des Chambres, ce qui ne pouvait avoir lieu, puisqu’elles n’existaient plus. Ainsi l’affaire de Damiens devenait liée avec celle du Parlement ; ce qui etait affreux et pouvait avoir les plus fâcheuses suites et retarder l’exécution du coupable, ce que la cour désirait vivement de voir finir, pour faire tomber les esprits et les propos affreux sur tout cela » (I, 399).

  • 19 Ainsi encore le choix du confesseur de Damiens. Lorsque la GA annonce que le curé de Saint-Paul, G (...)

36Ce texte révèle lumineusement ce qui était, pour le pouvoir royal et tous ceux qui le servaient, le fond du problème : disjoindre soigneusement le procès de Damiens de la crise politique et religieuse, diviser les difficultés pour les résoudre successivement. Les « propos affreux » dont parle Bernis établissent des relations incongrues entre l’attentat, qui doit rester l’œuvre d’un isolé, et l’agitation parlementaire. Ils font intervenir les acteurs en vue, les jésuites, les parlementaires, ils font soupçonner de forfaiture les rapporteurs, le Premier Président Maupeou, les membres de la Grand Chambre restés en place, ils donnent le beau rôle inversement à des opposants comme Conti et les démissionnaires cités dans la lettre de Damiens. L’attentat, s’il n’est pas une aberration, le retour absurde d’un passé depuis longtemps aboli et oublié, laisse supposer que les querelles au milieu desquelles on se débat peuvent mener aux pires extrémités. Le procès, dans ses moindres péripéties19, peut les rallumer, alimenter les passions, et entretenir la guerre intérieure. Lorsque deux conseillers au Parlement de Bretagne furent arrêtés le 11 janvier, par une malencontreuse et involontaire coïncidence avec les émouvantes manifestations de zèle de la province (GA, 11/02), d’Argenson redoutait déjà que la répression gouvernementale n’engageât un processus infernal : « Hélas ! Comme on fait régner le Roi ! Il est à craindre que le commencement de violence de Damiens ne donne le ton à des violences de même nature » (16 janv., IX, 391).

37C’est pourquoi il convient de mettre un terme au procès le plus rapidement possible. Luynes rapporte que lors de la séance du 2 mars, à propos de l’affaire d’Escouflet et de divers bruits qui courent, on a insisté sur la nécessité d’aller vite : Damiens maigrit, s’affaiblit, et des délais donnent « occasion à plusieurs raisonnements, conversations et discours » qui ne sont déjà « que trop multipliés » ; il importe « d’en finir, et d’effacer, s’il est possible, l’idée et le souvenir d’un pareil attentat » (XV, 422). L’oubli désiré ne répond pas seulement à la volonté, exprimée dans tant de textes, d’effacer une horreur, un sacrilège incroyables dans une nation civilisée, mais aussi à une urgence politique. Le secret de la procédure permettait de cacher au public le caractère explosif des réponses de Damiens lors des interrogatoires, la mise en cause répétée des discours parlementaires, de l’action subversive du clergé, du refus royal d’écouter les remontrances et d’avoir égard à la misère du peuple. Luynes les note avec une certaine frayeur et la claire conscience de leur gravité (XV, 468-471, 479-483, 490-492). Damiens avait sans doute une « mauvaise tête », mais il avait fallu de « mauvais propos » pour l’« échauffer », au Palais et chez les parlementaires qu’il avait servis. Croÿ le répète, et, dans la conférence qu’il tient le 6 mars, chez le Président Molé, avec les rapporteurs du procès et les Joly de Fleury (Orner et Jean-François), il leur fait sentir la lourde responsabilité du parlement :

« Quoique je m’expliquasse avec force et hardiesse au sujet du Parlement, comme j’avais les preuves en main, ils ne firent qu’approuver ma franchise. Ils sentaient alors, avec douleur, le tort de tant de propos et d’écrits trop forts, et le moment, si j’avais été autorisé de la Cour, était très bon pour tout accommoder. Je ne le manquai pas, mais je ne fus pas soutenu » (I, 386).

38C’est finalement avec soulagement qu’il conclut tout l’épisode : « et tout le monde fut élargi, et cette vilaine affaire finie » (I, 404).

39Or, dans l’ensemble, l’attitude reflétée par la presse (non officielle, s’entend) est en parfaite conformité avec cette volonté du pouvoir d’isoler l’affaire Damiens du contexte politique général, et d’en faire une parenthèse qu’on souhaite voir fermée le plus vite possible. La rumeur sur le complot s’y dissout en suppositions et en bruits sur des « complices » qui se révèlent, les uns après les autres, sans fondement. Les interférences qui apparaissent, surtout dans la GA, entre la crise parlementaire et le procès ne donnent lieu qu’à des commentaires limités. Ce qui domine dans le discours des journaux, jusqu’à la fin du procès, c’est la pure et simple juxtaposition des nouvelles, et l’affirmation réitérée que la solution politique ne peut intervenir qu’après la condamnation et l’exécution de Damiens. « Jamais il ne fut plus nécessaire de faire agir les Loix, qui restent sans vigueur par l’inaction du Parlement. Chacun voudroit voir déjà la fin du procès de l’Assassin... » (GA, 21/01). « On ne parlera de la rentrée du Parlement qu’après l’exécution de Damien » (GB, 29/03 ; voir GC, 29/03, GL, 01/04...). « Après que la Justice humaine aura délivré la Terre de ce monstre, l’on s’attend de voir succéder à une époque aussi sinistre, des jours sereins, pendant lesquels on ne s’occupera que de la satisfaction de voir les affaires du Parlement s’accommoder, et toutes choses rentrer à cet égard dans l’état où elles étoient avant les disputes qui se sont élevées entre le Clergé et cette Compagnie » (GU, 29/03). Pendant toute cette période, les gazettes étrangères abondent en nouvelles sur les rapports entre le pouvoir royal et les démissionnaires (exil des 16, émotion soulevée par ce coup de force, remontrances, réunions des Enquêtes et des Requêtes) sur l’attente publique d’une solution, avec ses alternances d’espoirs et de désillusions, sur les mouvements des parlements de province (remontrances à Rouen, Bordeaux, difficultés en Bretagne, désordres à Besançon), sur les nouveaux refus de sacrements et les poursuites parlementaires subséquentes, en particulier le refus des cendres aux Religieuses Hospitalières du faubourg Saint-Marcel. La présentation que donne de ces faits un mensuel aussi engagé, aussi vigoureusement pro-parlementaire que le MHP met davantage encore en lumière, par le regroupement des nouvelles, la volonté délibérée de réduire l’affaire Damiens à l’accident, à l’insignifiance politique, de la séparer : le volume de février annonce les deux rubriques de l’actualité parisienne en rappelant que ce qui a « le plus occupé l’attention du Public », c’est la « punition du scélérat », et « le sort du Parlement de cette Capitale, que ce crime exécrable n’a fait perdre de vue que quelques jours » (p. 257). En mars, le journaliste remarque que, des deux « affaires », la première est « embrouillée [...] par la singulière scélératesse du Monstre », et ajoute : « nous commencerons par celui [des deux ordres d’événements] auquel nous devons prendre le plus de part, puisque c’est notre unique intérêt qui l’a occasionné », c’est-à-dire ce qui concerne le Parlement (p. 398). Enfin en avril : « Commençons par celle dont il est à souhaiter, pour l’honneur de notre nation et de notre siècle, qu’il ne soit plus jamais parlé [...]. Ainsi s’est terminée à la satisfaction de tout le Public, cette exécrable affaire [...]. Mais il s’en faut de beaucoup que celle de nos Parlements, qui est d’une tout autre nature, ait pris le tour favorable que nous nous étions flattés qu’elle prendroit » (p. 513, 524).

40Il s’agissait, pour les politiques de la cour (tel Bernis), comme pour les partisans du Parlement, de neutraliser les discours « affreux ». Tant que le jeu politique se déroule entre honnêtes gens, dans l’enceinte d’un théâtre choisi, les mécontentements et les conflits peuvent encore s’exprimer sans danger. Il n’en va plus de même si une « mauvaise tête » s’en empare, si un Damiens veut s’ériger en défenseur ou en martyr de la cause du Parlement et du peuple, et faire éclater un drame incongru. Tout le discours officiel vise, par l’expiation de l’acte de grâce et de la parole qui le célèbre, à le nier, et par les tentatives d’interprétation des mobiles de Damiens, à le désamorcer ; le discours le plus commun, qui est aussi celui du parti parlementaire, vise enfin, par une stricte délimitation à l’intérieur du champ politique, à l’isoler. Même les pamphlets qui dénoncent le plus violemment un complot ont un but analogue : en faisant des jésuites les boucs émissaires, la contre-attaque parlementaire et janséniste substitue une intrigue traditionnelle et convenue au véritable enjeu, populaire et globalement politique, que font apparaître les mobiles avoués de Damiens.

La publication du procès

41Fallait-il imprimer les pièces du procès ? « On dit que dans une des séances précédentes on a mis en délibération, si l’instruction du procès de ce Criminel seroit rendue publique, ou s’il ne seroit pas plus convenable de la tenir secrette. On ajoute que la question n’est point encore résolue, que les avis sont partagez, et que le Prince de Conty, avec plusieurs Pairs, insiste fortement pour la publication de tous les Actes de la procédure, vû qu’une affaire de cette nature intéressant tout l’Etat en général, il est nécessaire que tout l’Etat en soit averti » (GA, 29/03 ; voir GU, 29/03, GB 25/03). Bernis dit dans ses mémoires qu’il s’opposa « de toutes ses forces » à la publication : « Les monstres qui ressemblent [à Damiens] peuvent prendre des leçons de fermeté et d’adresse dans la procédure imprimée ; d’ailleurs le public n’a pas été content des interrogatoires, et cela a laissé un louche odieux dans cette affaire » (p. 361-362). Sans doute pensait-il, et les milieux gouvernementaux avec lui, qu’il valait mieux fermer définitivement un dossier dangereux, quitte à laisser se perpétuer un moment les bruits et les soupçons. En tous cas ces opinions divergentes sur l’opportunité de la publication révèlent un conflit de tendances, et il faut remarquer que nous retrouvons, ici encore, le prince de Conti.

  • 20 Selon Barbier, l’éd. in-4° sort le 24, l’éd. in-12 deux jours après ; « depuis ce temps, ce procès (...)

42La presse ne reparlera de la question que lorsque le procès est en cours d’impression (GU, 22/04, GB, 19/04, de Paris le 15 avril). Au début de mai, Barbier note qu’« on imprime à force le procès » (VI, 529). D’après des nouvelles de Paris du 16 mai, « on continue de travailler avec toute la diligence possible à l’impression du procès de Damiens [...] pour lequel le Sr Simon, imprimeur du Parlement, a donné 10 000 livres aux greffiers de la Cour. Et pour faciliter à un chacun la lecture de ce Procès, qui passe pour un Chef d’œuvre en son genre, le Roi même a bien voulu fixer le prix de chaque exemplaire, qui est de deux livres par volume ; il y en aura quatre in-12. Il y a déjà chez l’Imprimeur 3 000 souscriptions de faites » (GB, 20/05). Dans des nouvelles du 23 mai, on annonce la publication pour la semaine suivante (GU, 30/05), et enfin dans celles du 30 mai : « Le Procès de Damiens commence à se distribuer ; il y a chez le libraire un concours prodigieux de monde pour en avoir des Exemplaires » (GB, 01/06)20.

  • 21 Pierre Vasse, libraire à Bruxelles, débite les PO au début de juin, GB, 03/06 ; la GU annonce l’éd (...)

43Les souscriptions, l’impatience du public, la rapidité de la diffusion et des réimpressions21, tout prouve que la décision finalement prise répondait à une attente et comblait un souhait. Mais les commentaires de presse, sur le fond, restent rares, et décevants. La GU donne, avant même la publication, et d’après « des personnes qui prétendent être informées du contenu », une explication de l’attentat qui allègue les discours parlementaires dont Damiens « avoit si souvent les oreilles rebattues », mais surtout son « fanatisme » et la « chaleur » de son « cerveau » (30/05). La GL ajoute seulement que les « discours » qui « se trouvent répandus dans ses Réponses [...] renferment des griefs réels ou controuvés, dont ce Procès vivifie l’image, et la remet aux yeux du Public », et, selon le journaliste, ce qui a concouru à « gâter la masse » ce sont la « frivolité » et « l’irreligion » (10/06). On voit à quelle pauvreté d’information donne lieu dans la presse une publication si souhaitée ou si redoutée. L’explication de l’acte (nous y reviendrons plus longuement dans le chapitre sur Damiens) le réduit à une quasi insignifiance politique, qui devient totale insignifiance dans le commentaire de Grimm : le procès est un « fatras d’horreurs et d’abominations [...]. C’est un monument qu’il faut ajouter dans nos bibliothèques à ceux qui déposent contre la nature humaine et qui en font la honte et l’humiliation » (CL, 07, III, 390). Damiens monstre est relégué dans l’enfer des monstruosités humaines, figure renouvelée du Mal qui hante l’histoire. Pour être laïcisé cet enfer n’en joue pas moins un rôle tout semblable à celui qu’évoquent au même moment les évêques dans leurs mandements et les poètes dans leurs odes.

44Des observateurs contemporains comprennent toutefois, à la lecture des pièces, que des responsabilités politiques y apparaissent, en premier lieu celles du Parlement. Barbier pense qu’« il demeurera prouvé que Damiens était encore plus parlementaire que janséniste », que « les représentations du Parlement » et « les discours séditieux de tout le public » sont une cause essentielle du trouble de son esprit (VI, 534). Certains témoignages laissent même percer une inquiétude pour l’avenir, et la conscience de la charge subversive que peut porter le procès. La correspondante anonyme d’un officier parti pour l’Allemagne relève sans cesse, en cette année 1757, les manifestations d’une misère populaire croissante et les signes avant-coureurs d’une « révolution », elle redoute, dans un tel climat, les effets des discours de Damiens :

« Le procès de Damiens est entre les mains de tout le monde ; je ne crois pas que l’on ait jamais commis une plus grande imprudence que celle de le rendre public ; à chaque interrogatoire on voit ce misérable répondre que personne ne l’a excité à commettre son forfait, mais qu’il y a été déterminé par les malheurs du peuple occasionnés par la mauvaise conduite du roi qui est trompé par tous ses ministres ; convient-il de faire connaître à un peuple accablé par le poids de la misère que la mort de son souverain peut le rendre heureux ? Quelles suites ne doit-on pas craindre du mépris et même de la haine que peuvent inspirer de tels discours ? Doit-on après cela être étonné quand on entend dire : « Si cela continue on sera bien forcé d’y mettre ordre » ? Ces propos se tiennent hautement [...]. La misère augmente journellement, la pain de marché vaut trois sols la livre [...]. C’est dans des circonstances si critiques que l’on met entre les mains de tout le monde un livre qui dit qu’un homme a cru remplir les devoirs de la religion en assassinant le roi pour soulager les peuples qui périssent de misère ; je parle du procès de Damiens, j’ai fini de le lire, et mon indignation a augmenté à chaque volume » (J. Lemoine, Sous Louis le Bien-aimé, lettres des 6 et 12 juin, p. 39-41).

45Cette fois, c’est dans leur site populaire que sont replacés Damiens et ses discours, et dans les circonstances d’une grave crise sociale. Le cycle infernal des mauvais discours, tant redouté de l’autorité, prend sa signification la plus profonde. En outre, la conduite de l’instruction, ainsi révélée, laisse subsister les soupçons qui hantaient les esprits lors du procès :

  • 22 Allusion probable à l’abbé Delaunay, docteur de Sorbonne, qu’a servi Damiens, et qui tenait avec u (...)

« Le Parlement a cru se justifier du reproche qu’on lui fait d’avoir évité les véritables auteurs de ce crime ; loin que cette publicité le justifie, elle fait plutôt l’effet contraire ; j’ai remarqué que loin de pousser le criminel aussi loin que les réponses l’exigent, on passe brusquement à un autre objet ; il n’en résulte pas non plus que ce misérable n’avait pas de complices, mais bien qu’il n’a jamais voulu les déclarer ; il rapporte plusieurs discours qu’il a entendu tenir à des ecclésiastiques qui expriment assez bien ce qu’on pense sur leur compte... » (ibid., p. 41)22.

46Citant un passage de l’interrogatoire du 26 mars sur la sellette (PO, p. 381), la lectrice qui nous livre ces impressions conclut : « Toutes ces réponses n’annoncent-elles pas que ce scélérat était convaincu qu’il est des cas où l’on peut et l’on doit même tuer le roi ; et cela doit-il se mettre sous les yeux du public » (p. 43) ? Ces lignes révèlent combien était tenace le préjugé qui faisait des jésuites les inspirateurs ou les moteurs du complot. Interrogé à plusieurs reprises et par divers biais sur cette doctrine du régicide, Damiens avait toujours déclaré qu’il l’ignorait, ou qu’il « haïssait leur façon de penser », et qu’il n’avait d’ailleurs pas voulu tuer le roi. Barbier remarque au mois de juin que « plusieurs personnes prévenues » ont « méprisé » d’acheter les pièces du procès, « sous prétexte qu’elles n’y trouveraient rien de bien décidé, ou même que ce qui y était n’était pas bien exact, ce qui marque la dangereuse fermentation du public en général [...]. On peut dire aussi que la plus grande partie du public, quoique beaucoup aient lu ce procès, n’en parle presque pas ; le public a peut-être honte d’y trouver sa propre condamnation » (VI, 535). Pensons plutôt, comme nous y invite le témoignage de la lectrice anonyme, que le préjugé du complot est plus fort que toutes les évidences ; même les contemporains sensibles au profond malaise que manifestent et risquent d’alourdir les réponses de Damiens, incapables de lui donner sa pleine signification, reviennent à l’hypothèse commune, et continuent de s’épuiser en conjectures sur les complices. A cet égard, la contumace et la recherche du « quidam », évoquées plus haut, jouent un rôle providentiel et mystificateur. De la politique à l’intrigue, la conséquence est presque toujours inévitable, et manifeste un trait de mentalité profondément enraciné.

  • 23 PO, p. 437-440, et AB, XVI, 474. Nous en reparlerons dans le chapitre sur les discours interdits.

47Le procès eut une suite immédiate qui mit un moment en cause non plus les jésuites, mais leurs ennemis jansénistes. Sous la torture, Damiens avait accusé Dominique-François Gautier, « homme d’affaires » du marquis de Ferrières, de l’avoir par ses propos poussé au crime. L’ironie du sort voulut que la police allât l’arrêter au moment même où il venait de prendre une tasse de café avec son maître, et lui disait « qu’il étoit bien à désirer que le criminel avouât ses complices » : « il étoit si tranquille d’esprit, qu’il alloit s’habiller pour aller avec plusieurs de ses amis chez le nommé Esnault, marchand de vin, à la Grève, pour y voir l’exécution » (déposition de M. de Ferrières, PO, p. 429 a). Confronté à Damiens, emprisonné, Gautier ne devait retrouver la liberté qu’un an plus tard. L’instruction de son procès découvrit dans son passé quelques démêlés avec la police, en particulier un séjour à la Bastille en 1740 pour avoir fait copier et distribué des nouvelles à la main « scandaleuses »23. Le bruit courut dans certaines gazettes que Gautier était « convulsionnaire » : « On a découvert par les informations faites, que le dit Gaultier a été à la Bastille en 1740 pour les convulsions, et en 1745 il y a été remis pour des écrits contre l’Eglise. Cette affaire devient très-sérieuse » (GL, 19/04 ; voir GB, 19/04, GV, 27/04). Rien, dans les pièces du procès, ne confirme ce bruit. Peut-être une arrestation en 1740, période d’intense activité convulsionnaire, fut-elle interprétée spontanément. Mais Voltaire, dans l’Histoire du Parlement de Paris (Moland, XVI, 92) fait encore de Gautier « un des plus ardents convulsionnaires », relais parmi d’autres entre la canaille janséniste et Damiens, ce « malheureux de la lie du peuple ». La parole de Damiens retourne à sa source populaire, mais c’est la parole folle et enragée de la populace fanatique.

48Jusqu’au bout, le procès se déroule dans une atmosphère empoisonnée par les « affaires du temps ». Aucun des parents de Damiens n’évite, au cours des interrogatoires, la question : qui est votre confesseur ? Le procès est donc le lieu d’un combat sournois, le champ de manœuvre piégé où chaque parti tente d’attirer l’adversaire. Les réponses de Damiens impliquaient tous les acteurs de la scène politique : le clergé, prêtres, évêques, archevêque de Paris, pour les refus de sacrements et la résistance à l’autorité ; les parlementaires, et en particulier les opposants qui avaient donné leur démission, dont les propos l’avaient enflammé et dont il voulait enfin faire entendre au roi les remontrances ; le roi, ou ses ministres, qui refusaient obstinément de les entendre, et qui faisaient la misère du peuple. Damiens se prétendait seulement l’interprète de la voix publique et populaire, le défenseur des opprimés. On comprend dans ces conditions que l’attentat soit apparu comme une conséquence terrifiante, presque impensable, des troubles qui agitaient le royaume depuis si longtemps. Par une réaction spontanée et générale, tout ce qui a voix alors, y compris la presse étrangère non soumise à une censure directe, s’entend à annuler cette conséquence, à disjoindre les liens qui unissent les affaires du temps et l’attentat. On les signale, parfois, à propos de quelques incidents, mais domine toujours le discours qui les tranche, en isolant dans leur monstruosité l’événement et la figure de l’assassin. Reste le « complot », indécis et toujours fuyant.

  • 24 Voir surtout Luynes, XVI, 282-283, et Croÿ, I, 388-390.

49Heureusement, tout rentre dans l’ordre : on pourrait suivre cet autre discours des gazettes et des chroniques contemporaines, qui note au jour le jour la reprise des rites de la cour et des occupations ordinaires du roi. Barbier, homme d’autorité, écrit le 31 janvier à propos de Mme de Pompadour : « Malgré la critique des gens malintentionnés, c’est le plus grand bonheur qui puisse lui arriver et à nous, c’est-à-dire aux bons citoyens, s’il peut effacer de son esprit un malheur auquel on ne devait jamais s’attendre et continuer ses dissipations ordinaires » (VI, 465). Les journaux de Luynes et de Croÿ nous livrent à cet égard quelques aperçus extraordinaires24. La « vilaine affaire » peut ainsi s’oublier. L’année 1757 ne sera finalement pas celle de l’attentat de Damiens, mais du « retour du Parlement » : c’est le titre qui figure au dos de la reliure de l’année dans la collection de Bertin du Rocheret, président à l’Election d’Epernay (ms Epernay 144). La grande attente, toujours renouvelée, souvent déçue, pendant le procès, d’une solution de la crise parlementaire, est enfin comblée au mois de novembre. Pour la rentrée solennelle du Parlement, on frappe une médaille, avec cette inscription : Redintegrate Senatu (GA, 22/11), et les sept parlementaires un moment inculpés par la lettre de Damiens au roi sont définitivement justifiés le 29 novembre (GA, 09, 13/12).

Notes

1 BN ms 2068, fol. 184-317, « Rapports qui se font deux fois par jour de l’état de la santé du Prisonnier, par les médecins et chirurgiens de la Cour ». Ces derniers y suivent l’évolution de l’ulcère à la jambe droite provoqué par la question de Versailles, l’appétit, la digestion et le sommeil de Damiens. En général ces bulletins sont des plus encourageants : il mange avec plaisir potage, bouilli, poulet (« a très bien soupé des 4 membres d’un poulet », 23 janv., fol. 193), dort bien ; il est « parfaitement bien », « à merveille », « au mieux », « de mieux en mieux », « en fort bon état ». Il plaisante sur le souci qu’on a de sa constipation : « Parce qu’il nous a entendu dire de luy faire avaler de la casse pour le faire aller à la garderobbe, il a répondu allés allés mrs je vous réponds que je ne mourray pas cette nuit » (24 janv., fol. 196). Mais les médecins notent aussi parfois des moments de dépression et d’accablement : « Le prisonnier n’a point soupé ny dormi à son ordinaire il n’est plus résolu comme il l’étoit ; il montre au contraire beaucoup de tristesse, mais son état de bien n’en est point altéré » (22 fév., fol. 251) ; « il n’a point dormi » (23 fév., fol. 253) ; « Depuis la barbe coupée nous nous apercevons que l’embonpoint diminue. Depuis le dernier interrogatoire qu’il a subi, il étoit tombé dans une espèce de découragement et de mélancholie qui ne nous ont affectés que par leur continuité, luy étant assez ordinaire de passer alternativement d’un de ces états à l’autre. Nous l’avons trouvé ce soir de bonne humeur » (26 fév., fol. 260). Le 1er mars son humeur est « sombre » (fol. 265), et le 4 mars au soir, « il ne mangea presque point et se plaignit beaucoup, on luy en demanda le sujet il répondit qu’il avoit du chagrin » (5 mars, fol. 273).

2 Voir ms Joly de Fleury 2070, fol. 64 et suiv. et AB, XVI, 459.

3 Ms 2070 ; « Attestation de Jules César Magne chirurgien de la Charité, sur la manière de mettre et tenir les criminels à la question de la veille », texte français et italien juxtapaginaux (fol. 53 et suiv., avec un dessin représentant la question, fol. 60) ; « Instruction » d'un chirurgien de la ville d’Avignon, fol. 61-62 ; « Avis des médecins et chirurgiens du Parlement » du 9 mars, fol. 85. Du 10 au 17 mars, on songe à utiliser la question de Rouen, fol. 91 et suiv. ; enfin les médecins et chirurgiens du Parlement donnent un avis favorable sur la question des brodequins, 18-20 mars, fol. 99-103.
D’après la Lettre à un ami de province il fut question aussi, lors du procès de Ravaillac, « de savoir si on ne feroit pas usage de tortures extraordinaires et même étrangères pour un crime aussi affreux. On proposa la question dont on se sert à Genève, qu’on nomme la barathe ou la beurrière » (p. 25).

4 Ce conte est repris dans A particular and authentic narrative..., p. 14.

5 Repris dans MHP, 03, 415-416, et, avec un surcroît de pathétique, dans CA, 25/03. Robbé fait allusion à ce bruit le 5 mars (Lettres, p. 67), et Barbier le 2 mars, qui ajoute : « cette histoire n’est pas vraie » (VI, 488). On le retrouve encore dans les Mémoires sur la vie de Marie-Antoinette de Mme Campan, p. 377. Les PO n’en portent aucune trace ; la déposition de Mme de la Bourdonnaye, le 4 fév., est plutôt favorable à Damiens (p. 183), et lors de la confrontation du 3 mars ce dernier exprime seulement du repentir : « que s’il étoit toujours resté au service de la témoin, il n'auroit pas commis son crime, et qu’il demande pardon à ladite témoin de la peine qu’il lui cause » (p. 282 b).

6 Voir Luynes, XV, 364, 366 ; ms Arsenal 4510, fol. 1 v° et les PO.

7 Voir aussi VI, 433. Un nouvelliste qui accuse les Anglais est arrêté en janvier ; reconnu « extravagant », il est remis en liberté (AB, XVI, 441-442).

8 A propos de l’enquête du duc de Croÿ, la GU affirme dans des nouvelles d’Arras que Damiens n’y a aucun complice, et n’y a entretenu aucune relation avec les jésuites (25/02) ; « On revient peu à peu de la première idée qu’il avoit des complices » (01/03). A la lecture de ces numéros, Croÿ constate avec plaisir qu’on reconnaît enfin la valeur de son travail en Artois (I, 382).

9 Lors de la confrontation du 1er mars les deux capitaines, Imbert et Dupérieux, ne reconnurent pas Damiens (PO, p. 277-278 ; voir l’information du 22 janv., p. 173-177). Soulavie devait plus tard reprendre l’épisode, y chercher la preuve des menées de l’Angleterre contre la France et d’une tentative pour obtenir la paix grâce au dauphin, ennemi de l’alliance autrichienne (Mémoires historiques et anecdotiques, p. 139-141) : voilà ce qu’il prétend être la « vérité » de l’« histoire », cherchée dans les pièces « négligées ».

10 Damiens affirmera toujours que ces mots furent prononcés au contraire par un « particulier » de Saint-Quentin venu présenter un placet, qu'il avait rencontré dans les cabarets de Versailles (PO, p. 80 a, 143 a, 166 a, 290 a, 375 b).

11 Un « particulier de Compiègne » a rencontré dans un cabaret de cette ville un homme qui allait à Arras, et qui lui a annoncé « qu’avant les Rois, il entendroit parler d’un événement qui étonneroit toute la France » (ms Arsenal 4510, fol. 15, AB, XVI, 429, lettre du 8 janvier). Chamfort rapporte, dans les Caractères et anecdotes, l’histoire du « négociant provençal » qui, « passant par une petite ville à six lieues de Lyon, et étant à l’auberge, entendit dire, dans une chambre qui n’était séparée de la sienne que par une cloison, qu’un nommé Damiens devait assassiner le roi » ; il paya cette malheureuse révélation d’un long séjour à la Bastille, d’où Malesherbes le délivra en 1775 (Maximes et pensées, no 634, ed. J. Dagen, p. 195-196). La même anecdote se trouve, avec des circonstances un peu différentes, dans la notice des Manuscrits de M. de Choiseul, Mémoires de Choiseul, p. 173.

12 Voir aussi le texte étonnant de la même gazette, que nous citons dans le chapitre sur les discours interdits, où Damiens est mis dans la même classe que Mandrin et tous ceux qui font apparaître un vice fondamental de l’administration.

13 Voir ms Arsenal 4510, fol. 5, lettre du 6 janv., AB, XVI, 432 ; d’Argenson, IX, 386, 8 janv. ; GB, 14/01 ; CA, 18/01.

14 Barbier, hostile aux démissionnaires, remarque : « cette lettre a été trouvée un peu froide dans le public, et point assez soumise » (VI, 432).

15 Voir Barbier, VI, 436 ; ms Arsenal 4510, fol. 13, 8 janv. Les gazettes n’en parlent pas.

16 Sur le rôle de Conti pendant le procès, ses rapports avec Chauvelin et Le Paige, voir D. van Kley, The Jansenists and the expulsion of the Jesuits, p. 65-69 ; sur ses rapports avec le roi à ce moment, Luynes, XVI, 291 (10 mars). G. Capon et R. Yve-Plessis, Vie privée du Prince de Conty, Louis-François Bourbon (1717-1776) dans le chapitre « Conty parlementaire », p. 164-201, n’évoquent son action que lors de la crise de 1753 et de celle de 1770.
Dans la séance du procès du 9 mars, Conti demanda également en vain que les propos de Damiens recueillis par ses gardes fussent lus en séance, Luynes, XV, 437-438 ; il demanda encore que deux princes du sang et deux pairs assistent à la question, GA, 01/04, ce qui ne se fit pas, GA, 08/04.

17 Voir PO, interrog. du 9 janv., n. 56-58, p. 66 a, où l’on trouve le texte de la lettre ; il en est encore question dans les interrog. du 11 janv., du 29 janv., du 18 fév. ; la confrontation avec Belot a lieu le 6 mars, p. 288-289.

18 Les jansénistes voient dans toute cette affaire une manœuvre de Maupeou et de Pasquier, et derrière eux des jésuites (D. Van Kley, The Jansenists..., p. 67-68). Selon Soulavie, Mémoires apocryphes de Richelieu, Belot était « une des créatures » des jésuites (II, 189) ; Conti n’obtint pas le décret qu’il demandait contre lui ; « cette envie d’épargner Belot faisait tenir les plus mauvais propos ; on disait hautement à Paris que c’était parce qu’il avait nommé les sept par ordre supérieur. On assurait même que Pasquier en avait parlé dans ce goût-là » (II, 195 ; voir p. 200-201).

19 Ainsi encore le choix du confesseur de Damiens. Lorsque la GA annonce que le curé de Saint-Paul, Guéret, le voit depuis le 17 mars, elle précise : « il est de l’ancienne Sorbonne qui a décidé qu’il n’y avoit point de salut pour un criminel sans révélation de ses complices » (29/03). Cette information, qui vise implicitement les jésuites et la nouvelle Sorbonne, doit se lire à la lumière d’une information sur un sujet semblable, dans les NE du 27/02/1758, p. 40 a. La presse a ignoré l’incident provoqué par le choix du curé de Saint-Paul : la maison de Sorbonne, pour faire valoir son droit à assister les condamnés à mort, adresse à Joly de Fleury une protestation solennelle le 23 mars, signée de quatre anciens (ms Joly de Fleury 2071, fol. 24-25). Marsilly, un des signataires, fut finalement choisi, et Robbé, dans une lettre du 31 mars, le désigne comme « l’approbateur de l’infâme livre du père Pichon » (p. 96 ; il s’agit de l’Esprit de Jésus-Christ..., 1745, que dénoncent les NE en fév. et mars 1747). Marsilly a écrit (ou on lui a attribué) une relation du supplice très hostile au parlement et qui met en relief les propos de Damiens qui le compromettent : on la trouve dans le recueil ms de Troyes, Lettres et autres pièces..., RR 479, p. 246-249. Soulavie, sans indiquer d’où il tient ce texte, le reproduit dans les Mémoires historiques et anecdotiques, p. 199-201, et fait état des relations hostiles de Guéret et de Marsilly à cette occasion, p. 198-199, 201-202. Il cite aussi la représentation des docteurs de Sorbonne, p. 197-198. Bien qu’il ne donne pas ses sources, les mêle sans critique, et soit dominé par la passion partisane, les renseignements que donnent ses ouvrages ne sont pas à négliger.

20 Selon Barbier, l’éd. in-4° sort le 24, l’éd. in-12 deux jours après ; « depuis ce temps, ce procès est entre les mains de tous les gens curieux de Paris. Il est intéressant et l’empressement a été général » (VI, 534).

21 Pierre Vasse, libraire à Bruxelles, débite les PO au début de juin, GB, 03/06 ; la GU annonce l’édition de la Haye en 4 vol. in-12, 05, 12/07, 15, 25/11.
L’Avertissement de la table des matières, vendue séparément et après les PO, excuse la hâte de l’entreprise : « On a été obligé d’imprimer le Procès de Robert-François Damiens avec une si grande célérité, pour satisfaire la curiosité du Public, qu’il n’a pas été possible d’y joindre une Table des Matières ».

22 Allusion probable à l’abbé Delaunay, docteur de Sorbonne, qu’a servi Damiens, et qui tenait avec un jésuite des propos incendiaires contre le Parlement, PO, interrog. du 25 janv., n. 198-200, p. 136.

23 PO, p. 437-440, et AB, XVI, 474. Nous en reparlerons dans le chapitre sur les discours interdits.

24 Voir surtout Luynes, XVI, 282-283, et Croÿ, I, 388-390.

© Presses universitaires de Lyon, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540