Version classiqueVersion mobile

Biographie & Politique

 | 
Olivier Ferret
, 
Anne-Marie Mercier-Faivre

Parcours iconographique

Olivier Ferret

Texte intégral

1Les biographies analysées dans cet ouvrage cherchent à mettre en évidence la dimension politique des lignes directrices des récits ainsi que des épisodes significatifs qui en sont les jalons. La forte scénarisation de ces dispositifs rend certains épisodes propres à la représentation iconographique, comme en témoignent les tableaux et gravures que l’on trouve dans certains textes. Les quatre exemples suivants peuvent servir d’entrée en matière : ils illustrent la double polarité édifiante ou dénigrante conférée au choix et au traitement de ces épisodes.

  • 1 A contrario, les Anecdotes sur Mme la comtesse Du Barri, étudiées plus loin par Christophe Cave (p (...)
  • 2 Dans ses mémoires apocryphes, la comtesse le présente comme un « jeune enfant de l’Afrique, plein (...)

2Peint par le portraitiste Jean-Baptiste-André Gautier d’Agoty, le tableau mettant en scène la comtesse Du Barry (ill. 1) relève de la peinture de genre : la favorite est représentée au naturel, dans le cadre intime de sa toilette. Tout atteste le caractère privé de la scène, mais il s’agit d’une intimité donnée à voir, soigneusement orchestrée. L’épisode prend place dans une chambre à coucher qui est cependant organisée, par le jeu des rideaux et tentures, comme un espace de représentation au centre duquel se trouve Mme Du Barry. La favorite est montrée en négligé, mais elle n’en est pas moins apprêtée, coiffée, vêtue d’un déshabillé mettant en valeur la carnation de sa peau, la fraîcheur de son teint et la couleur de ses yeux. Loin de l’apparat majestueux d’un personnage incarnant le pouvoir politique – Gautier d’Agoty est aussi l’auteur, en 1775, d’un portrait de Marie-Antoinette, d’ailleurs assez modérément apprécié –, le dispositif de représentation est adéquat pour une favorite. Mme Du Barry n’est pourtant pas uniquement présentée comme un objet de désir. Elle est ici montrée sous le regard de Zamor, son « nègre », originaire des Indes orientales, à son service depuis 1769, au cours de ce qui paraît faire partie d’un cérémonial : le page présente à sa maîtresse une tasse de café. L’épisode, qui construit une image valorisante de Mme Du Barry1, vaut donc aussi en tant qu’il affiche les signes d’une certaine modernité : le piquant de la favorite tient également à son mode de vie en prise sur son siècle, par la consommation domestique du café, et par la touche d’exotisme qu’apporte à la Cour son page Zamor2.

  • 3 L’anecdote est rapportée, entre autres, par Jacques Lacombe dans l’Encyclopediana, ou Dictionnaire (...)
  • 4 Dans le Journal de Paris, le 1er décembre 1780, un lecteur, qui signe « Bonnare, père », rapporte (...)

3Autre exemple de l’intrusion d’un personnage historique dans la peinture de genre, le tableau de Pierre Révoil représente le roi Henri IV surpris dans un moment d’intimité familiale, en compagnie de sa femme Marie de Médicis et de leurs deux enfants, à cheval sur son dos (ill. 2). Un personnage, dans l’embrasure de la porte, à contre-jour, est le témoin de la scène au centre de laquelle se trouve le roi, en pleine lumière, mis en valeur par l’architecture du tableau. En même temps que le regard du spectateur pénètre comme par effraction dans ce cadre intime, l’irruption de ce personnage – un ambassadeur, selon la légende3 – rend ainsi emblématique l’intrusion du politique dans la sphère privée. Quoique le roi, revêtu des signes de son pouvoir, se trouve à quatre pattes, dans une posture peu en accord avec sa dignité et sa stature, ce que fait aussi ressortir le contraste avec la verticalité de son visiteur, cette scène de jeu avec ses enfants n’a rien de dénigrant : elle représente le roi en père de famille, entérinant une mutation de l’image du héros célébré notamment dans La Henriade, ici présenté dans un cadre domestique. Une telle privatisation de l’image royale n’est pourtant pas sans signification politique, et participe de l’élaboration du mythe du bon roi Henri, père de famille mais aussi père du peuple. Cette lecture est attestée notamment en 1780, lors de l’une des nombreuses occurrences de l’anecdote qui fournit le sujet du tableau4 : elle acquiert par ailleurs une résonance particulière, en 1817, lorsque le peintre effectue cette toile, au moment de la Restauration qui voit le retour des Bourbons sur le trône de France.

  • 5 La gravure a pour titre original Le Gourmand. Heavy Birds fly slow. Delay breeds danger. A scene a (...)
  • 6 Le papier qu’il tient comporte ce texte : « Ordre de la Municipalité de Varennes pour l’arrêt de M (...)
  • 7 Dans la gravure anglaise : « Voilà but for his dawn guts we had been safe out of their reach. » Pa (...)
  • 8 En français dans la gravure anglaise, qui n’indique cependant que l’initiale du verbe foutre : « J (...)
  • 9 Dans la gravure anglaise : « Come my dear Louis hav’nt you finish’d your two Turkey’s & drank your (...)
  • 10 Dans la gravure anglaise, on lit ces propos en franglais : « Aha ! mon Petit Bourbon de chi-ten lu (...)
  • 11 L’identification est indiquée sur la gravure anglaise.

4Par leur facture comme par leur polarité, les deux exemples suivants s’inscrivent aux antipodes des précédents : ces deux gravures, l’une et l’autre d’origine anglaise, mêlant texte et image, qui relèvent de la caricature, constituent de virulentes satires des personnages représentés. La première (ill. 3b), adaptée d’après une gravure de John Nixon et Isaac Cruikshank (ill. 3a)5 qu’elle démarque – inverse – et parfois stylise à traits grossiers, entre en contraste évident avec la toile de Révoil. Ce qui est ici désigné, dans le sous-titre de la gravure, comme la « scène » qui se déroule « à Varennes », le « 21 juin 1791 », s’organise selon un dispositif comparable : à travers la porte entrouverte, un personnage fait irruption dans un cadre familial. Ici encore il s’agit de l’intrusion du politique dans l’intimité de Louis XVI, Marie-Antoinette et leur fils, incarnée par l’épicier Sauce, procureur-syndic de la commune de Varennes, porteur d’un ordre d’arrestation6, suivi par le cocher, cravache en main, portant la fleur de lys en brassard, qui doit emporter la famille royale dans sa fuite, et d’un détachement de hussards, dont les têtes de mort, sur leurs bonnets, suggèrent un sinistre présage. Outre le fait que, contrairement à l’anecdote mettant en scène Henri IV, cette intrusion met fin à l’action en cours, le ton est donné par les réflexions des hussards7 : « Voilà, sans sa sacrée gueule nous serions déjà bien loin. » Le principe de la dégradation burlesque est en effet ici généralisé. Alors que le temps presse – mais aussi, accessoirement, que le peuple meurt de faim –, le gros Louis, que le titre de la gravure désigne comme « le gourmand », s’empiffre et s’enivre sans vergogne, et déclare8 : « je me fouts de tout cela laisse moi manger tranquillement [ sic] ». Ce que confirment les propos de Marie-Antoinette, qui redoublent ce que l’image montre9 : « mon cher Louis n’avez vous point encore achevé vos deux dindonneaux et bu vos six bouteilles de vin vous savez bien que nous devons diner à Montmedy [sic] ». On devine aussi le lieu de destination de la famille royale sur l’itinéraire qui dépasse de la poche de Louis XVI : « Route de Me[tz] ». Reste que, dans les propos de la reine, le sens politique de cette fuite est oblitéré par l’enjeu gastronomique : seul importe le « dîner » qui doit se dérouler dans le bastion royaliste. Malgré son déguisement, qui caractérise d’ailleurs toute la famille, la gravure insiste sur la coquetterie de Marie-Antoinette, soucieuse de rectifier sa tenue, un chapeau orné d’une plume placé sur la chaise devant elle, et représentée dans une posture narcissique, face au miroir. La dégradation est enfin maximale en ce qui concerne le « petit Bourbon », sans doute Louis-Charles de France, à la face grimaçante, et ironiquement placé sur le seul trône qui lui reste10 : « Ah mon petit Bourbon ce que vous faites porte bonheur », déclare celle qui pourrait être la femme de l’épicier. Ce principe de dégradation vient ainsi entériner le renversement engendré par une révolution en marche, dont les tableaux au mur indiquent les jalons, tout en inscrivant la scène dans une histoire en mouvement. En lieu et place du tableau qui, dans la toile de Révoil, représente ce qui semble être un ancêtre et rattache Henri IV à une lignée, un tableau au mur reprend l’imagerie de Louis XIV11 à la Romaine, plus précisément en Jupiter, le foudre à la main, mais qui, contrairement à l’iconographie traditionnelle, foule aux pieds son peuple en regardant le temple de la Renommée. Cette représentation de la monarchie triomphante, mais aussi despotique, entre en contraste évident avec la trivialité de la situation dans laquelle se trouve son descendant. Elle entre aussi en résonance, par l’effet de série constitué, avec les deux autres tableaux de la « scène à Varennes », qui fournissent une imagerie historique de la Révolution, avec la prise de la Bastille, le « 14 juillet 1789 », et sa conséquence, le renversement de la monarchie : la feuille imprimée portant les ordres publiés « par le roi » est présentée sens dessus dessous ; elle sort de son cadre, menace de tomber, entérinant une chute irrémédiable.

  • 12 Il s’agit de « Ballad in the Wive’s Revenge », dont voici le premier couplet : « Curtis was old Ho (...)
  • 13 Traduction : « Eh bien, il me reste l’espoir de me débarrasser rapidement de lui. »
  • 14 Le titre de la gravure « The First Night of my Wedding » (« Ma nuit de noces ») introduit un effet (...)
  • 15 Traduction : « Mort de ma vie. Je dois je dois me tirer à Compiègne, et exiger des lits séparés. »
  • 16 L’archiduchesse pose aussi le pied sur ce qui est désigné comme « portable water closet » (« pot d (...)
  • 17 Expression que l’on peut traduire par « bouillon de queue », le mot cock désignant à la fois le co (...)
  • 18 Traductions : « Le petit empereur anéanti » ; « L’effort vain ».
  • 19 [Charles Doris], Mémoires secrets sur Napoléon Buonaparte, écrits par un homme qui ne l’a pas quit (...)

5La caricature de Thomas Rowlandson, qui représente la nuit de noces entre Napoléon et Marie-Thérèse d’Autriche (ill. 4), entretient le même rapport de contraste avec le portrait de Mme Du Barry dans l’intimité d’une chambre. Ici, cependant, le lit, également organisé par l’ordonnancement des rideaux en espace de représentation, constitue le cadre de la scène qui s’y déroule. Le caricaturiste, qui ne redoute ni l’obscénité ni la trivialité, procède également à une dégradation burlesque des personnages. L’archiduchesse, dans une robe de nuit dont l’échancrure laisse apparaître les seins nus, est présentée comme une croqueuse d’hommes, au regard aguicheur et aux accents volontiers gouailleurs : les propos qui lui sont attribués reprennent le refrain d’une ballade de Charles Dibdin12 et enchaînent sur la nécessité de se débarrasser au plus vite de l’importun (« Well Well there’s one hope left I shall quickly carry him to his Journeys end13 »). L’importun, c’est Napoléon, alias « Boney », comme le désigne fréquemment Rowlandson dans la série des caricatures qu’il lui consacre, représenté dans la posture peu glorieuse du mari défaillant14, qui déclare : « Mort de ma Vie I must I must brush off to Compiegne, and order seperate Beds15 [sic]. » Parmi les accessoires soulignant la trivialité de la situation, outre le « Pote de chambre impériale16 [sic] », les dérisoires fortifiants destinés à soutenir l’empereur dans l’exercice du devoir conjugal : la boisson (« Drops ») que tient le personnage – à moins que ce détail ne suggère qu’il ne lui reste plus qu’à noyer sa honte dans l’alcool – ; sur la table de nuit, un bouillon dont le nom repose sur un jeu de mots obscène (« Cock broth17 »), et un aphrodisiaque (« Cantarides »). Au bas de l’estampe, deux expressions désignent l’action dont le résultat est ici montré : les efforts inutiles du petit empereur à satisfaire son insatiable épouse (« The little Emperor done over » ; « The Vain Endeavour18 »). Dans cette caricature, datée du 25 avril 1810, soit trois semaines après le mariage de Napoléon et Marie-Thérèse, sexe et politique sont étroitement liés : l’insuffisance conjugale de « little Boney » sert à insinuer le doute sur la puissance politique de l’empereur. Le point de vue anglais est ici original. Les Vies privées napoléoniennes qui se multiplient, il est vrai après la chute de l’empereur, proposent une articulation différente : Napoléon est présenté comme un prédateur sexuel, volontiers violeur à ses heures, et un lien est explicitement posé entre l’expression de son désir tyrannique et la « machine despotique19 » qui caractérise sa conception et son mode d’exercice du pouvoir.

Notes

1 A contrario, les Anecdotes sur Mme la comtesse Du Barri, étudiées plus loin par Christophe Cave (p. 45 sq.), évoquent le personnage de Zamor pour construire une image nettement dépréciative de la favorite : « La favorite avait alors un petit nègre, nommé Zamor, qu’elle aimait beaucoup, avec qui elle jouait comme avec un petit chien. » ([Mathieu-François Pidansat de Mairobert], Anecdotes sur Mme la comtesse Du Barri, Londres, s.n., 1775, p. 151) Pidansat de Mairobert cite aussi complaisamment des couplets « où les princes étaient vilipendés » : « Le seul honneur que ce tripot s’arrache,/ C’est le matin de voir en cotillon/ La Du Barry, qui rit, et sur eux crache,/ En relevant son quintal de téton,/ Que son Zamor, des nègres le bardache,/ Toutes les nuits prend à profusion. » (p. 264)

2 Dans ses mémoires apocryphes, la comtesse le présente comme un « jeune enfant de l’Afrique, plein de malice et d’intelligence », « simple, indépendant, sauvage comme la nature de son pays » ([Étienne-Léon de Lamothe-Langon], Mémoires de Mme la comtesse Du Barri, 6 vol., Paris, Mame et Delaunay-Vallée, 1829-1830, vol. 2, p. 184).

3 L’anecdote est rapportée, entre autres, par Jacques Lacombe dans l’Encyclopediana, ou Dictionnaire encyclopédique des ana, Paris, Panckoucke, 1791, p. 537-538. Il en est encore question dans les manuels d’éducation des années 1780 étudiés plus loin par Florence Boulerie (p. 119 sq.).

4 Dans le Journal de Paris, le 1er décembre 1780, un lecteur, qui signe « Bonnare, père », rapporte cette anecdote et la commente ainsi : « Comme père, un roi n’est qu’un homme. Eh ! tant mieux, quand il est sensible aux douceurs du ménage ; tant mieux, quand il aime à vivre avec sa famille, son peuple devient bientôt la sienne. »

5 La gravure a pour titre original Le Gourmand. Heavy Birds fly slow. Delay breeds danger. A scene at Varennes June 21 1791, ainsi traduit : « Les gros oiseaux ont le vol lent. Le Gourmand. Scène à Varennes 21 juin 1791 ».Voir Pascal Dupuy, Face à la Révolution et l’Empire. Caricatures anglaises (1789-1815), Collections du Musée Carnavalet, Paris, Paris-Musées, Nicolas Chaudin et Musée Carnavalet, 2008, p. 95 ; Annie Duprat et Pascal Dupuy, « Le Gourmand discovered in a pot de chambre », dans Pour la Révolution française : en hommage à Claude Mazauric, Christine Le Bozec & Éric Wauters (dir.), Mont-Saint-Aignan, Publications de l’Université de Rouen, 1998, p. 245-258.

6 Le papier qu’il tient comporte ce texte : « Ordre de la Municipalité de Varennes pour l’arrêt de Mr Louis de Bourbon. » La gravure anglaise ne précise pas le nom de la municipalité.

7 Dans la gravure anglaise : « Voilà but for his dawn guts we had been safe out of their reach. » Par l’emploi du terme guts (« les boyaux »), le propos insiste sur la gloutonnerie du roi en pleine cohérence avec la scène représentée. Le terme gueule, employé dans la gravure française, est plus polysémique.

8 En français dans la gravure anglaise, qui n’indique cependant que l’initiale du verbe foutre : « Je me f… ».

9 Dans la gravure anglaise : « Come my dear Louis hav’nt you finish’d your two Turkey’s & drank your six bottles, you know we shall dine at Mont medy. »

10 Dans la gravure anglaise, on lit ces propos en franglais : « Aha ! mon Petit Bourbon de chi-ten luck be de good Luck. »

11 L’identification est indiquée sur la gravure anglaise.

12 Il s’agit de « Ballad in the Wive’s Revenge », dont voici le premier couplet : « Curtis was old Hodge’s wife,/ For vartue none was ever such,/ She led so pure, so chaste a life,/ Hodge said ‘twas vartue over much ;/ For says sly old Hodge, says he,/ Great talkers do the least, d’ye see. » [Traduction : « Curtis était la femme du vieux Hodge ; pour la vertu, elle n’avait pas sa pareille ; elle menait une vie si pure, si chaste, que Hodge disait que c’était trop de vertu. Car, dit le vieux Hodge malin, dit-il, les grands parleurs en font le moins, voyez-vous. »] (Charles Dibdin, The Professional Life of Mr. Dibdin, Written by Himself : Together with the Words of Six Hundred Songs Selected from his Works, 4 vol., Londres, s.n., 1803, vol. 2, p. 18)

13 Traduction : « Eh bien, il me reste l’espoir de me débarrasser rapidement de lui. »

14 Le titre de la gravure « The First Night of my Wedding » (« Ma nuit de noces ») introduit un effet de point de vue qui indique que la scène est vue à travers le regard de Napoléon. Le sous-titre (« Or Little Boney no Match for an Arch Dutchess » [« Ou le petit Bony ne fait pas le poids face à une archiduchesse »]) en dégage le sens général, tout en comportant un jeu de mots difficile à traduire : Arch Dutchess, en deux mots, active le sens de l’adjectif arch (« malicieuse, rusée »), qui suggère que la duchesse cachait bien son jeu.

15 Traduction : « Mort de ma vie. Je dois je dois me tirer à Compiègne, et exiger des lits séparés. »

16 L’archiduchesse pose aussi le pied sur ce qui est désigné comme « portable water closet » (« pot de chambre portatif »).

17 Expression que l’on peut traduire par « bouillon de queue », le mot cock désignant à la fois le coq et l’équivalent anglais du mot bite.

18 Traductions : « Le petit empereur anéanti » ; « L’effort vain ».

19 [Charles Doris], Mémoires secrets sur Napoléon Buonaparte, écrits par un homme qui ne l’a pas quitté depuis quinze ans [1814], 2 vol., Paris, Germain Mathiot, 1815, vol. 1, p. 49.

Auteur

Professeur à l’Université Lumière Lyon 2 et membre de l’UMR LIRE. Ses recherches portent sur la littérature polémique du xviiie siècle, sur la diffusion du discours philosophique des Lumières et sur les humanités numériques. Il participe actuellement aux éditions critiques des Œuvres complètes de Voltaire et de d’Alembert, ainsi qu’au projet d’édition électronique de l’Encyclopédie (ENCCRE). Auteur de La Fureur de nuire : échanges pamphlétaires entre philosophes et antiphilosophes (1750-1770) (Voltaire Foundation, 2007), il a aussi codirigé, avec Anne-Marie Mercier-Faivre et Chantal Thomas, le Dictionnaire des Vies privées (1722-1842) (Voltaire Foundation, 2011).

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search