Version classiqueVersion mobile

Biographie & Politique

 | 
Olivier Ferret
, 
Anne-Marie Mercier-Faivre

Présentation générale

Olivier Ferret

Texte intégral

LA « FIÈVRE BIOGRAPHIQUE »

  • 1 Vincent Broqua & Guillaume Marche (dir.), L’Épuisement du biographique ?, Newcastle upon Tyne, Cam (...)
  • 2 François Dosse, Le Pari biographique : écrire une vie [2005], Paris, La Découverte, 2011, p. I.

1« L’épuisement du biographique ? » Telle est la question soulevée par un récent collectif1, qui prouve aussi à sa manière que l’épuisement de la matière biographique n’implique pas le tarissement du discours critique sur cet objet. « Écrire une vie », s’affronter au « pari biographique » : le regain d’intérêt pour ce sujet, dans le champ des études littéraires et des sciences sociales, est entre autres illustré par la publication, en 2005, de l’ouvrage de synthèse de François Dosse, réédité en 2011 avec de nouvelles références, confirmant « le phénomène d’explosion biographique », révélateur d’une « fièvre biographique » persistante, « durablement installée dans le paysage éditorial2 ». Faut-il alors résister à la contagion ? L’examen du vaste tour d’horizon qu’effectue le critique permet de prendre la mesure de la diversité des approches qui ont été consacrées à la question, mais il fait aussi apparaître un certain nombre de points aveugles qui permettent de proposer une première définition des objectifs qui ont gouverné l’élaboration du présent ouvrage. Comme il ne saurait s’agir ici de rendre compte avec exhaustivité d’une production critique surabondante, on s’en tiendra à l’exposé de quelques lignes de force au sein de ces études en pleine expansion, à partir de quelques ouvrages récents qui leur sont consacrés.

  • 3 Daniel Madelénat, La Biographie, Paris, Presses universitaires de France, 1984.

2Parmi les travaux fondateurs et fondamentaux sur cette question, François Dosse évoque l’ouvrage que Daniel Madelénat a consacré à la biographie3, qui adopte à première vue une structure orientée par une perspective historique : sont successivement abordées la biographie « classique », la biographie « romantique », la biographie « moderne » enfin. Mais cette typologie ne reflète pas la manière dont l’étude de Daniel Madelénat croise la perspective historique et des approches qui contribuent à interroger les modalités d’appréhension du sujet avec, s’agissant de la biographie moderne, l’émergence de nouvelles disciplines du savoir et les apports que la sociologie ou la psychanalyse ont fournis à l’analyse de la question.

  • 4 F. Dosse, Le Pari biographique, op. cit., p. 133.
  • 5 Ibid., p. 213.
  • 6 Ibid., p. 251.
  • 7 Ibid., p. 327.

3Dans son ouvrage, François Dosse lui-même propose une autre typologie, fondée sur la définition de trois « âges », « héroïque », « modal » et « herméneutique ». L’âge héroïque serait rattaché à une « fonction identificatoire » du « genre biographique » : « Il a servi de discours des vertus, de modèle moral édifiant pour éduquer et transmettre les valeurs dominantes aux générations futures. » Dans de telles productions, dont le prototype serait celui des vies exemplaires, « le genre biographique participe alors à un régime d’historicité dans lequel le futur est le déjà-là des modèles existants qu’il s’agit de reproduire à l’infini4 ». La biographie modale, quant à elle, se rapporterait « à la fois à une période historique et à une modalité d’approche toujours actuelle du genre » : elle contribuerait à « décentrer l’intérêt porté sur la singularité du parcours retracé pour l’envisager comme représentatif d’une perspective plus large ». En somme, elle viserait, « à travers une figure particulière, l’idéal-type qu’elle incarne ». Dans ces textes, « l’individu n’a alors de valeur qu’en tant qu’il illustre le collectif5 » – un collectif envisagé notamment dans sa dimension sociale. Enfin l’âge herméneutique correspondrait à un intérêt pour l’appréhension du singulier : le « renouvellement de l’écriture biographique » résulterait de cette « interrogation sur ce qu’est le sujet et les processus de subjectivation ». Le genre serait ainsi doté d’une dimension fortement réflexive : « Il n’est plus question d’en appeler à l’identification, mais à une approche de l’autre comme à la fois alter ego et différent6. » Le genre procèderait alors à une « déconstruction » des « figures tutélaires propres à l’identification », conduisant à l’émergence de « figures plurielles », en tant que le sujet serait considéré « comme fondamentalement pluriel, traversé par [des] appartenances diverses7 ».

4On mesure la complexité de la question biographique. Elle se rattache, d’une part, à des questionnements historiquement situés qui engagent, de manière centrale, la représentation du sujet dans son unité (perçue comme de plus en plus problématique) et, à travers la dialectique entre l’individu et le collectif, dans sa définition sociale. Elle ne peut, d’autre part, se dispenser d’une réflexion sur les fonctions assignées à ces textes : que s’agit-il de saisir à partir du récit de vie ? Qu’est-ce que la nature de cette saisie révèle du projet des biographes ? Dans cette perspective, importe alors peut-être moins la caractérisation du sujet biographé que ce que la représentation de ce sujet permet de comprendre des enjeux qui sous-tendent le phénomène biographique : des enjeux que l’on peut tenter de formuler en termes idéologiques.

  • 8 Ibid., p. 9.

5Sans renoncer à l’idée d’une périodisation, l’approche de François Dosse se veut plus explicitement centrée sur des « modalités d’approche biographique » que le critique affirme ne pas vouloir définir en synchronie avec les grandes scansions historiques mises au jour par ses prédécesseurs, à commencer par Daniel Madelénat : « Ces trois types de traitement de la biographie peuvent se combiner, se retrouver en usage au cours d’une même période8. » Il n’en reste pas moins que, à examiner le détail des analyses de François Dosse, et d’abord les exemples qu’il mentionne et étudie, les catégories mises en avant recoupent les trois mêmes périodes historiques, avec lesquelles elles coïncident le plus souvent : l’âge héroïque correspond à la biographie classique telle qu’elle se développe jusqu’aux xviie et xviiie siècles, l’âge modal concerne principalement les biographies des xixe et xxe siècles, l’âge herméneutique, celles des xxe et xxie siècles.

6De telles typologies demeurent ainsi quelque peu instables, en raison de la gêne persistante que l’on observe, dans ces entreprises, lorsqu’il s’agit d’articuler la perspective historique avec d’autres approches critiques, y compris celle qui s’inspire de la poétique. Une double raison, au moins, explique cet embarras, liée à deux problèmes à affronter : celui de la définition de la biographie en tant que genre ; celui de la définition des corpus d’analyse.

7L’importance du problème de la définition générique apparaît avec l’hésitation récurrente, dans le discours, entre les emplois du terme au singulier (la biographie) ou au pluriel (les biographies), mais aussi avec l’ambiguïté qui se lit dans l’emploi des adjectifs de relation qui qualifient la ou les biographie(s) considérée(s). Car, du moins dans l’ouvrage de François Dosse, plusieurs classements se font concurrence, dans la mesure où, parallèlement à la structuration par modalités déjà signalée, subsiste aussi une caractérisation thématique : ainsi, au sein du « panorama éditorial » brossé dans le prologue de l’ouvrage, le critique évoque les biographies « historiques », en tant qu’elles sont relatives à des personnages qui font partie de l’histoire (Louis XI, Napoléon), la ou les biographie(s) « intellectuelle(s) », c’est-à-dire de figures d’intellectuels (Sartre, mais aussi, par exemple, Descartes). Il est encore question de la biographie « politique », qui recouvre deux cas de figure principaux : la biographie qui traite d’un homme – plus rarement d’une femme – politique (Hitler) ou d’une personne dont la vie narrée se concentre sur les événements liés à son action politique (Jean Moulin), mais aussi, dans le chapitre qui présente la biographie comme un « genre impur », « hybride », les « biographies écrites par des politiques » (Alain Juppé, François Bayrou, Philippe Séguin, Jack Lang). On le constate, la catégorie du politique mériterait d’être précisée.

8Le problème de la définition des corpus fait apparaître un autre point aveugle, central, mais qui n’est pas nouveau dans des études qui reposent le plus souvent sur des corpus pluriséculaires : celui, dans un ensemble massivement occupé par des biographies écrites aux xixe et xxe siècles, de la quasi-absence des textes du xviiie siècle, période globalement rattachée à un âge classique, mais présentée comme ni tout à fait la même, ni tout à fait autre. À ce niveau encore, il resterait beaucoup à préciser.

PÉRIODISATION

  • 9 Ann Jefferson, Le Défi biographique : la littérature en question, Cécile Dudouyt (trad.), Paris, P (...)
  • 10 Antoine Du Verdier, La Biographie, et Prosopographie des roys de France, Paris, Impr. de Léon Cave (...)
  • 11 Jacques Le Vasseur, Annales de l’église cathédrale de Noyon, jadis dite de Vermand..., Paris, Robe (...)
  • 12 Menagiana, ou les Bons Mots, les pensées critiques, historiques, morales et d’érudition de monsieu (...)
  • 13 Dictionnaire universel françois et latin [1704], 5 vol., Impr. à Trévoux et se vend à Paris chez F (...)
  • 14 Claude Chastelain, Martyrologe universel : contenant le texte du martyrologe romain traduit en fra (...)
  • 15 Dictionnaire de l’Académie françoise [1694], 2 vol., Paris, chez la Veuve de Bernard Brunet, 1762, (...)
  • 16 Dictionnaire de l’Académie française [1694], 2 vol., Paris, Firmin Didot frères, 1835, 6e éd., vol (...)

9Cette question capitale nous a conduits, d’un point de vue méthodologique, à restreindre la perspective historique, espérant par là même observer les phénomènes d’une manière plus fine, et à privilégier un « long » xviiie siècle, traditionnellement peu exploré, depuis les dernières années du règne de Louis XIV jusqu’à la période napoléonienne. Cette période voit l’apparition, sinon de la chose, du moins du mot (biographie, biographe), ce qui, rappelle Ann Jefferson, invite à le considérer non pas comme faisant partie des « universaux », mais comme « le produit d’une histoire culturelle donnée », à laquelle il a « également contribué dans une large mesure9 ». Le mot s’impose avec le retard habituel dans les dictionnaires, à la suite d’un certain nombre d’emplois en discours. On relève ainsi quelques occurrences du mot biographie dans la seconde moitié du xvie siècle, par exemple dans le titre d’un ouvrage d’Antoine Du Verdier : La Biographie, et Prosopographie des roys de France. L’avis adressé au lecteur désigne, dans le prolongement des « moyens » de conserver et de transmettre à la postérité « la mémoire des hommes héroïques et illustres » employés par « l’histoire et la peinture », une entreprise visant à « recouvrer » les « vies et gestes de nos rois de France, afin que la mémoire d’un chacun soit aidée et soulagée, et les puisse plus facilement et fidèlement retenir et garder10 ». Parmi les premières occurrences en discours du mot biographe, il est par exemple question, à propos de « l’auteur de la vie » du premier évêque de Noyon, du « viographe, ou biographe de saint Médard11 ». L’auteur du Menagiana, lorsqu’il annonce la mise en chantier de ce qui deviendra le Dictionnaire historique et critique, signale aussi qu’« il paraît que M. Bayle a dessein de faire un ouvrage touchant les fautes que les biographes ont fait [sic] en parlant de la mort et de la naissance des savants12 ». Mais ce n’est qu’en 1721, dans la deuxième édition du Dictionnaire de Trévoux, qu’apparaît un article « Biographe », ainsi conçu : « BIOGRAPHE. s. m. Auteur qui écrit des vies, ou de saints, ou d’autres. M. l’abbé Chastelain s’est servi de ce mot pour éviter d’user si souvent d’une périphrase, mais il n’est point en usage13. » Référence est ici faite au Martyrologe universel (1709) de Claude Chastelain, dans lequel figurent deux occurrences au moins du terme, d’après la table des matières, qui comporte notamment « l’interprétation de quelques mots peu connus dont l’explication n’est pas à la marge du texte ou au texte même » : on trouve l’entrée « Biographe, c’est-à-dire qui écrit des vies14 ». Dans le Dictionnaire de l’Académie, le terme biographe, au sens d’« auteur d’une vie particulière », n’est attesté que dans l’édition de 1762, qui comporte aussi un article « Biographie » : « Histoire de la vie des particuliers15 ». Quant à l’adjectif biographique, « qui appartient à la biographie16 », il n’apparaît que dans l’édition de 1835.

  • 17 A. Du Verdier, La Biographie, op. cit., n.p.

10Les contextes dans lesquels s’observent ces premières attestations indiquent, on le voit, la présence d’une forte dimension encomiastique ou édifiante dans ces textes dont l’orientation axiologique contribue à la diffusion, dans l’espace public, de modèles : ce dont témoigne, entre autres, l’avis au lecteur de La Biographie de Du Verdier, qui présente « les vies, gestes, et faits glorieux des hommes de vertu » comme particulièrement aptes « à conformer, dresser, et instituer honnêtement la vie d’un chacun17 ». Cette composante, qui a partie liée avec l’exemplarité, suggère la présence sous-jacente de normes interprétatives organisant la matière narrative, qui peuvent être formulées en termes de discours polarisé et situé. Le phénomène n’est pas sans incidence sur la physionomie même des textes, ainsi que sur les constructions idéologiques qu’ils transmettent, dont la mise en perspective historique est nécessaire.

  • 18 Voir Frank Salaün & Jean-Pierre Schandeler (dir.), Entre belles-lettres et disciplines : les savoi (...)
  • 19 « L’histoire n’est pas scientifique, si par scientifique on entend le texte qui explicite les règl (...)
  • 20 Voir aussi, à partir d’autres questionnements, Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes (...)

11La restriction du corpus d’analyse à la période qui voit, par leur attestation en langue, l’émergence de ces notions à partir de leurs usages en discours, conduit ainsi à soulever une double question, épistémologique et esthétique. Épistémologique, d’une part, en raison de la nécessaire articulation, que soulève l’enquête, avec la constitution, elle-même contemporaine et évolutive au cours de la période, d’un domaine de la connaissance, voire d’une discipline du savoir18 : quel savoir peut-on tirer de la biographie ? Quelles sont les conditions épistémologiques de la constitution de ces données biographiques en savoir ? La biographie, en tant que récit de la vie d’un sujet, relève-t-elle de la « science-fiction », selon une formule employée par Michel de Certeau, à propos de l’histoire19 ? On voit que la réflexion soulève aussi la question de l’inscription problématique de la biographie dans le champ de l’histoire. On connaît la défiance des historiens, notamment de ceux qui se réclament de la mouvance de la Nouvelle Histoire et de l’École des Annales, par rapport à la biographie : non seulement suspecte, en tant que récit orienté, de céder à de multiples formes d’illusion rétrospective, mais aussi accusée de privilégier l’individu au détriment de la communauté20. Ce qui ouvre sur un ensemble d’interrogations liées aux différentes philosophies du sujet, celles, notamment, qui envisagent le sujet à partir de son inscription sociale. Qu’en est-il, cependant, dans une période où l’histoire n’est pas encore conçue comme une science historique, et fait encore largement partie intégrante des « belles-lettres » ?

  • 21 Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, Paris, Éditions du Seuil, 1975.

12La question se pose aussi en termes esthétiques : quel est le statut, dans le domaine des belles-lettres, de la biographie ? On voit qu’il est ainsi nécessaire de prendre en compte les critères susceptibles de permettre de préciser ce statut, en fonction d’une hiérarchie (académique) des genres, en fonction aussi de l’appréhension d’un public – en particulier, de la perception que manifeste ce public de la biographie en tant que genre. Plus généralement, surgit une difficulté liée à la possibilité même de définir la biographie comme un genre, ce qui suscite des questions relatives à l’écriture biographique, ou autobiographique, éventuellement gouvernée par un pacte biographique, au sens où Philippe Lejeune a pu le définir pour l’autobiographie21.

UN GENRE « IMPUR » ?

13François Dosse le rappelle, l’approche poétique, ou poético-rhétorique, de la biographie soulève le problème d’une double démarcation, d’un côté par rapport à l’histoire, en tant que le sujet biographé est un personnage de l’histoire, un objet historique en somme, de l’autre par rapport au roman, en tant que la biographie est un récit fondé sur des données factuelles non seulement lacunaires, mais agencées les unes par rapport aux autres au sein d’une narration, partant construites par cette narration. On peut toutefois s’interroger sur la pertinence et la valeur de ces oppositions, qu’il faudrait peut-être appréhender à partir des tensions mises au jour par ces critères de démarcation, eux-mêmes problématiques. On est ainsi conduit à affronter un certain nombre de questions, à commencer par celle de la fiction, dans son opposition éventuelle avec la factualité, un moyen terme intermédiaire étant celui de la mise en ordre narratif des faits. Ce qui fait surgir, plus généralement, cette autre question, centrale, d’une vérité qui serait au cœur du « pacte » (auto) biographique – une « vérité » dont les conditions d’attestation seraient à préciser, et à interroger à partir de la catégorie du vraisemblable, par exemple.

  • 22 Dans Le Défi biographique, Ann Jefferson entreprend d’examiner les rapports entre biographie et li (...)

14Une approche littéraire22 peut permettre de traiter ces questions à partir de l’examen de la mise en récit, impliquant la mise en jeu des instances de l’auteur, du narrateur et du personnage. On s’attachera en particulier à l’étude de la narration, qui suppose certes un mode de narration – un traitement de la temporalité, par exemple –, mais aussi l’existence d’une instance narratrice : quelles sont les modalités de la présence d’un narrateur en fonction de régie de la matière narrée ? Comment définir la posture du biographe, dans son rapport d’(impossible) extériorité par rapport à son objet ? Ce qui soulève, par là même, la question de la subjectivité, assumée ou non, du biographe. Ce qui conduit aussi à examiner la présence, explicite ou non, d’un discours sous-tendant le récit, voire subordonnant le récit et éventuellement antérieur au récit, qui se manifesterait dans l’expression de jugements, plus largement de positionnements idéologiques : c’est rejoindre la question de la place de l’acteur, réputé historique, dans le mouvement de l’histoire, qui engage, on l’a vu, la définition du sujet, de l’individu, dans son rapport à la collectivité, ainsi qu’un examen des mécanismes de causalité et des déterminismes qu’ils présupposent – causalités à mettre également en relation avec la question de l’exemplarité du récit, une exemplarité qui peut être morale, mais aussi, et sans doute indissociablement, politique, selon la perspective ici privilégiée.

  • 23 Jacques Rancière, Politique de la littérature, Paris, Galilée, 2007, p. 11. Voir en particulier, a (...)

15Par « politique », on n’entendra donc pas seulement l’idée que le texte met en jeu des acteurs de la vie politique. On s’efforcera plutôt d’envisager, et d’articuler, la question de la politique, considérée dans son déroulement institutionnel, avec les enjeux qu’elle induit, et celle du fait politique, ou du faisceau de faits, dans sa dimension événementielle, éventuellement dotée d’une signification politique construite. La réflexion pourra encore s’étendre, dans la perspective de Jacques Rancière, au politique comme espace, également construit, du vivre ensemble, en tant qu’il procède de la « constitution d’une sphère d’expérience spécifique où certains objets sont posés comme communs et certains sujets regardés comme capables de désigner ces objets et d’argumenter à leur sujet23 ». Ce qui soulève aussi, dans la détermination de ce qui permet de reconnaître une telle capacité à ces sujets, un questionnement sur les doubles figures de l’autorité et du public, et la mise en évidence de rapports de pouvoir sous-jacents.

BIOGRAPHIE ET POLITIQUE

  • 24 Voir Dominique Viart, « Dis-moi qui te hante : paradoxes du biographique », Revue des sciences hum (...)

16L’angle d’attaque retenu pour aborder cet ensemble de questions est ici celui de la définition de rapports entre biographie et politique, qui suppose la mise en œuvre d’un double parcours. D’une part, considérant les diverses acceptions du mot politique, quelle représentation de la politique la biographie élabore-t-elle ? Qu’appréhende-t-on du politique à partir de la biographie ? Ces questions doivent être articulées avec une réflexion historiographique sur le problème de la saisie du politique. D’autre part, en quoi la biographie, en tant qu’elle est indissociablement matière énoncée et manière énonciatrice24, peut-elle tenir un discours politique, voire, si l’on se place dans la perspective de la pragmatique du discours, peut-elle être considérée comme un geste politique, c’est-à-dire ayant un sens, un usage, une portée politiques ?

  • 25 Olivier Ferret, Anne-Marie Mercier-Faivre & Chantal Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées ( (...)
  • 26 Voir Roger Chartier (dir.), 3. De la Renaissance aux Lumières, dans Histoire de la vie privée, Phi (...)
  • 27 J. Rancière, Politique de la littérature, op. cit., p. 23.

17À ce double parcours nous avons souhaité ajouter un questionnement supplémentaire, dans le prolongement de travaux antérieurs sur le phénomène des Vies privées25 : celui de la place et du rôle du privé dans les dispositifs étudiés. Qu’en est-il de cette dimension privée à laquelle le texte biographique donnerait accès ? Deux hypothèses concurrentes se font jour, qu’il s’agit de discuter et sans doute d’articuler : l’hypothèse de la singularisation effectuée par le récit de vie, en tant qu’il relate les événements de la sphère privée d’un individu singulier, et / ou l’hypothèse d’une instrumentalisation du privé, à corréler avec l’émergence, à la charnière des xviiie et xixe siècles, de la sphère de l’intime, du familial en particulier26. À moins encore que l’évocation du privé ne soit la marque de la figuration textuelle de « la vie » (ordinaire), signalant par là l’entrée dans ce que Jacques Rancière appelle « la littérature », qu’il oppose à l’« univers représentatif classique27 », marqué par la supériorité de l’action sur la vie, et qui est corrélée à une certaine idée de la parole et de ses usages, fonctions et pouvoirs.

  • 28 Sur ce genre, voir, en particulier, Damien Zanone, Écrire son temps : les mémoires en France de 18 (...)
  • 29 Parmi ces collections, on doit souligner l’importance, au cours de la période étudiée, des diction (...)

18La question des rapports entre biographie et politique se trouve donc au carrefour d’interrogations qui en rendent l’appréhension complexe. D’une part, parce que l’objet biographique est foncièrement hétérogène, ce que reflète la diversité des formes textuelles qu’il peut prendre. Le récit peut ainsi adopter la forme spécifique des Vies, en particulier des Vies privées, mais aussi des mémoires28 ; il peut aussi revêtir celle, plus circonscrite, des notices biographiques, éventuellement réunies dans de plus vastes ensembles, constituant des collections29 : chapitres de manuels scolaires, galeries de portraits ; on peut encore songer au phénomène des « listes » publiées pendant la période révolutionnaire. Au sein du corpus ici exploré, nous n’avons par ailleurs pas souhaité distinguer la biographie de l’autobiographie, considérant que la question du narrateur devait, au sein du protocole biographique, être appréhendée comme une entité globale invitant à approfondir l’analyse de la relation qui s’instaure, d’une manière graduelle, entre l’instance narratrice et le personnage narré, sur les modes, en tension, de la coïncidence et de la distance.

  • 30 Dans une perspective plus générale, voir Sarah Mombert & Michèle Rosellini (dir.), Usages des vies (...)
  • 31 P. Bourdieu, « L’illusion biographique », art. cit., p. 69.
  • 32 Ibid., p. 71.

19Ces formes biographiques, qui obéissent à des procédures de mise en récit, en rapport avec les modalités de l’écriture de l’histoire, dont la biographie constitue l’une des formes, quoique mineure, sont d’autre part indissociables d’un projet de l’œuvre qui se laisse appréhender à partir des usages de ces constructions narratives, que nous nous proposons d’étudier dans une perspective privilégiant des enjeux de nature politique30. Si, selon l’analyse de Bourdieu, le récit biographique résulte de la construction de séquences intelligibles, fondant la consistance d’une trajectoire dont l’orientation fait aussi apparaître la « création artificielle du sens31 », il convient alors de s’interroger sur son éventuelle signification politique. Et, suivant l’analogie que propose Bourdieu avec la description d’un trajet dans le métro, il est nécessaire de prendre en compte une cartographie de l’espace politique à l’intérieur duquel le récit biographique assigne aux personnages des « placements » et indique des « déplacements32 », et d’interroger le sens et la valeur politiques de ces positions. Les œuvres étudiées dans cet ouvrage ont pour trait commun la mise en avant, dans l’espace public, de personnages situés dans un contexte socio-politique d’Ancien Régime, en évolution et révolution, qui connaît de profonds bouleversements ainsi qu’une « restauration » également très complexe. Il convient par conséquent de s’interroger par exemple sur la place accordée aux nouveaux acteurs du champ politique, en particulier à la figure du citoyen, à corréler avec l’émergence problématique de l’individu, envisagé y compris en son « privé », dans l’espace politique et social né de la Révolution, en tension avec les représentations d’une collectivité plus ou moins influente, sinon déterminante. La définition même de la période considérée conduit dès lors à mesurer l’ampleur de la fracture instaurée au moment de la Révolution, mais aussi à examiner les entreprises de remise en ordre à l’œuvre pendant le Directoire, le Consulat et l’Empire. Sont ainsi à explorer les liens qu’entretient l’écriture biographique avec la construction d’imaginaires politiques, mais également avec les dispositifs de construction, à l’occasion polémique, d’une légitimité, conduisant ainsi à une interrogation sur les processus de légitimation politique et sur le rôle que jouent les écrits biographiques dans cette opération. On sera encore amené à soulever la question du rapport entre biographie et écriture de l’histoire, envisagée aussi, au cours de la période révolutionnaire et au-delà, comme écriture d’une histoire immédiate ou récente de la Révolution, travaillée par des discours de propagande.

20En mettant l’accent sur les usages politiques de la biographie, le présent ouvrage est structuré en quatre sections qui explorent quatre modalités pragmatiques différentes des textes retenus pour organiser le propos, qui peuvent à l’occasion relever d’enjeux multiples et croisés : l’action politique (« Agir »), l’édification de modèles exemplaires (« Édifier »), l’exploitation à des fins de justification et de légitimation (« Justifier »), enfin l’élaboration de modèles de compréhension (« Interpréter »), en lien avec la construction ou la présence implicite, car sous-jacente, d’une représentation du devenir historique.

Notes

1 Vincent Broqua & Guillaume Marche (dir.), L’Épuisement du biographique ?, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, 2010.

2 François Dosse, Le Pari biographique : écrire une vie [2005], Paris, La Découverte, 2011, p. I.

3 Daniel Madelénat, La Biographie, Paris, Presses universitaires de France, 1984.

4 F. Dosse, Le Pari biographique, op. cit., p. 133.

5 Ibid., p. 213.

6 Ibid., p. 251.

7 Ibid., p. 327.

8 Ibid., p. 9.

9 Ann Jefferson, Le Défi biographique : la littérature en question, Cécile Dudouyt (trad.), Paris, Presses universitaires de France, coll. « Les littéraires », 2012, p. 10.

10 Antoine Du Verdier, La Biographie, et Prosopographie des roys de France, Paris, Impr. de Léon Cavellat, 1583, n.p.

11 Jacques Le Vasseur, Annales de l’église cathédrale de Noyon, jadis dite de Vermand..., Paris, Robert Sara, 1633, p. 298.

12 Menagiana, ou les Bons Mots, les pensées critiques, historiques, morales et d’érudition de monsieur Ménage [1693], 2 vol., Paris, Florentin et Pierre Delaulne, 1694, vol. 1, p. 109.

13 Dictionnaire universel françois et latin [1704], 5 vol., Impr. à Trévoux et se vend à Paris chez F. Delaulne, H. Foucault, M. Clousier, J.-G. Nyon, E. Ganeau, N. Gosselin, 1721, vol. 1, col. 1047.

14 Claude Chastelain, Martyrologe universel : contenant le texte du martyrologe romain traduit en françois, Paris, Frédéric Léonard, 1709, p. 1072. Les deux occurrences indiquées concernent l’évocation de « la vénérable Mélanie l’ancienne, nommée sainte par quelques biographes » (p. 285), et celle de saint Mans, dont il n’y aurait aucune relique à Vernon-sur-Seine « comme l’a cru un biographe moderne » (p. 818).

15 Dictionnaire de l’Académie françoise [1694], 2 vol., Paris, chez la Veuve de Bernard Brunet, 1762, 4e éd., vol. 1, p. 178.

16 Dictionnaire de l’Académie française [1694], 2 vol., Paris, Firmin Didot frères, 1835, 6e éd., vol. 1, p. 189.

17 A. Du Verdier, La Biographie, op. cit., n.p.

18 Voir Frank Salaün & Jean-Pierre Schandeler (dir.), Entre belles-lettres et disciplines : les savoirs au xviiie siècle, Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du xviiie siècle, 2011.

19 « L’histoire n’est pas scientifique, si par scientifique on entend le texte qui explicite les règles de sa production. C’est un mixte, science-fiction, dont le récit n’a que l’apparence du raisonnement mais n’en est pas moins circonscrit par des contrôles et des possibilités de falsifications. » (cité par F. Dosse, Le Pari biographique, op. cit., p. 72)

20 Voir aussi, à partir d’autres questionnements, Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 62-63, juin 1986, p. 69-72.

21 Philippe Lejeune, Le Pacte autobiographique, Paris, Éditions du Seuil, 1975.

22 Dans Le Défi biographique, Ann Jefferson entreprend d’examiner les rapports entre biographie et littérature à partir de la question de la littérarité.

23 Jacques Rancière, Politique de la littérature, Paris, Galilée, 2007, p. 11. Voir en particulier, au sein de ce recueil, « Politique de la littérature » [2004], p. 11-40, et « L’historien, la littérature et le genre biographique » [2000], p. 189-204.

24 Voir Dominique Viart, « Dis-moi qui te hante : paradoxes du biographique », Revue des sciences humaines, no 263, juillet-septembre 2001, p. 7-33, en particulier p. 16.

25 Olivier Ferret, Anne-Marie Mercier-Faivre & Chantal Thomas (dir.), Dictionnaire des Vies privées (1722-1842), SVEC 2011 :02, Robert Darnton (préf.), Oxford, Voltaire Foundation, 2011.

26 Voir Roger Chartier (dir.), 3. De la Renaissance aux Lumières, dans Histoire de la vie privée, Philippe Ariès & Georges Duby (dir.), Paris, Éditions du Seuil, 1986.

27 J. Rancière, Politique de la littérature, op. cit., p. 23.

28 Sur ce genre, voir, en particulier, Damien Zanone, Écrire son temps : les mémoires en France de 1815 à 1848, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2006 ; Marc Hersant, Jean-Louis Jeannelle & Damien Zanone (dir.), « Le sens du passé : pour une nouvelle approche des mémoires », La Licorne, no 104, 2013.

29 Parmi ces collections, on doit souligner l’importance, au cours de la période étudiée, des dictionnaires biographiques : voir Jean-Luc Chappey, Ordres et désordres biographiques : dictionnaires, listes de noms et réputation des Lumières à Wikipédia, Seyssel, Champ Vallon, coll. « La chose publique », 2013.

30 Dans une perspective plus générale, voir Sarah Mombert & Michèle Rosellini (dir.), Usages des vies : le biographique hier et aujourd’hui ( xviie-xxie siècle), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2012.

31 P. Bourdieu, « L’illusion biographique », art. cit., p. 69.

32 Ibid., p. 71.

Auteur

Professeur à l’Université Lumière Lyon 2 et membre de l’UMR LIRE. Ses recherches portent sur la littérature polémique du xviiie siècle, sur la diffusion du discours philosophique des Lumières et sur les humanités numériques. Il participe actuellement aux éditions critiques des Œuvres complètes de Voltaire et de d’Alembert, ainsi qu’au projet d’édition électronique de l’Encyclopédie (ENCCRE). Auteur de La Fureur de nuire : échanges pamphlétaires entre philosophes et antiphilosophes (1750-1770) (Voltaire Foundation, 2007), il a aussi codirigé, avec Anne-Marie Mercier-Faivre et Chantal Thomas, le Dictionnaire des Vies privées (1722-1842) (Voltaire Foundation, 2011).

© Presses universitaires de Lyon, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search