Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Attentat de Damiens

 | 
Pierre Rétat

La communication de l'événement : récits et représentations

2. L’iconographie

Texte intégral

  • 1 Du moins en raison de la facture de la plupart d’entre elles.
  • 2 Les gravures appartenant aux collections du Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale sero (...)
  • 3 Langlumé, selon l’inventaire du fonds français à la Bibliothèque Nationale, travaille à Paris entr (...)
  • 4 Voir le chapitre sur l’utilisation littéraire de l’événement.

1Le corpus iconographique relatif à l’attentat de Damiens se présente à nous comme lacunaire et contingent. L’origine, manifestement composite, en reste difficile à définir, la datation des documents demeure incertaine. Aux gravures provenant des collections d’estampes que l’on peut supposer1 immédiatement consécutives à l’événement, se mêlent, quoiqu’en proportions infimes à notre connaissance, des éléments plus tardifs : deux spécimens du moins peuvent être en toute certitude situés dans la première moitié du XIXe siècle : l’un de ces deux portraits (Na 58, no 8041, p. 15)2, attribué au dessinateur G.F.M. Gabriel, date de 1830 environ et figure dans la série Portraits de divers personnages impliqués dans des procédures criminelles. Le second (N 2) est une reproduction lithographique, par Langlumé3, d’une eau-forte de Gabriel de Saint-Aubin. Ces reprises tardives témoignent-elles d’une réactivation de l’image du criminel (confondue avec celle du « monstre ») ou annoncent-elles l’apparition d’une forme nouvelle d’intérêt, à tendance romantique (pouvant rejoindre par exemple l’interprétation michelettiste de Damiens)4 ?

  • 5 Celles-ci limitées, et, selon nous, d’inspiration pro-janséniste.

2Dans quelle mesure ce corpus (aussi flou dans sa chronologie que dans sa composition) peut-il donc se donner comme représentatif ? Dans les limites de sa contingence, il permet cependant de déterminer quelques zones de déchiffrement : sans tenter une impossible systématisation, nous remarquerons certaines plages d’absence (on ne voit jamais par exemple, couler le sang du roi, alors que dans les textes écrits, cette effusion donne lieu à la redondance) ainsi que certains éléments de récurrence, groupés selon des types de distribution assez précis : présentation de grands moments (attentat, arrestation, scènes de prison, supplice) ; ébauche de série typologique (les grands criminels) ; portraits du régicide (avec, dans un cas au moins, effort de représentation quasi scénique de l’acte) ; mises en scène emblématiques du drame providentiel5.

3La représentation de l’attentat ne pourrait-elle correspondre dans une certaine mesure à l’ambiguïté même du regard porté sur le criminel ? A travers tout un jeu de substitutions ou d’illusions (tel personnage, de prime abord figurant le roi, figure en fait le régicide, etc.) les images ne laissent-elles par errer leur signification ?

4La plupart des gravures que nous avons pu consulter respectent en partie la loi du silence, en ne liant pas l’affaire Damiens aux « affaires du temps » : mises à part deux gravures allégoriques (Consternation de la France au Sujet de l’Attentat, Qb 1 ; Frontispice des NE, Qb 1) qui font ouvertement référence à la responsabilité des jésuites, pas la moindre allusion n’est faite à l’agitation parlementaire et, plus généralement, à « l’espèce de fermentation que l’on remarque depuis bien longtemps dans le royaume » (GL, 14/01). Il peut donc sembler que l’image est plus propre à reproduire les épisodes qui, du 5 janvier au 28 mars 1757, constituent peu à peu « l’affaire Damiens », qu’à fixer les commentaires qu’ils ne manquent pas de provoquer (voir les chapitres concernant l’interprétation de l’événement).

  • 6 La plupart de ces gravures sont sans lieu ni date d’édition.

5Il est certain que l’iconographie, telle qu’elle nous est parvenue, est essentiellement constituée d’images populaires que les colporteurs répandaient dans le public avec force commentaires. De ce fait, la plupart des estampes se présentaient, selon toute apparence, davantage comme bases de récits divers que comme de simples images à contempler. D’autre part, l’importance des phénomènes de copie que nous avons observés autorise à penser qu’une gravure a pu circuler isolément alors qu’elle était d’abord solidaire d’un texte ou, au contraire, être insérée dans un imprimé alors que sa fonction première n’était pas d’illustration. Quoique seulement 4 des 46 gravures que nous avons pu rassembler nous soient parvenues accompagnées de textes, il est fort possible qu’un grand nombre de celles que nous étudierons comme des images isolées aient circulé accompagnées de feuilles occasionnelles ou de brochures plus ou moins polémiques. Que nous ne puissions pas rétablir les liens entre gravures et textes ou commentaires oraux6 ne nous paraît pourtant pas devoir réduire considérablement la portée d’une analyse des représentations gravées de l’attentat de Damiens et de ses suites. En effet les gravures illustrent moins tel ou tel point de vue sur une série de faits bruts, que le texte complexe que tisse une société autour de l’agression du roi par l’un de ses sujets. En quoi, justement, elles se prêtent aux commentaires sur l’événement, puisque, au même titre que les gazettes, elles le constituent. A l’événement narré par épisodes dans la presse périodique, correspondent des séries de représentations imagées qui fixent « l’affaire Damiens » par scènes successives. Ces scènes, comme les énoncés de presse, contribuent à satisfaire l’intense curiosité d’un public qui ne parvient pas à se ranger derrière la volonté officielle d’oubli du crime et de son auteur. Comme les gazettes, les gravures n’offrent d’informations sur les événements qui échauffent cette curiosité qu’en faisant écran à l’événement réel dans sa dynamique (en ce que l’écran est ce qui masque et ce qui révèle au prix de masquer) ; au public, à la recherche d’un sens qui manque à l’événement initial dans sa brutalité, elles offrent un objet qui interrompt la quête du sens : le « monstre », auquel elles s’attachent obstinément dans les « péripéties judiciaires » qui conduisent de l’attentat au supplice de Damiens et, en quelque sorte, toujours plus loin de l’attentat vers l’exécution de son auteur.

6Bien que les gravures présentent un spectacle déjà structuré par le sens que lui confère le discours des gazettes (et en général tous les discours qui s’interrogent sur ce « malheur bien déplorable pour la nation la plus attachée à ses Rois, [...] d’avoir pu produire un monstre tel que ce détestable assassin », GB, 21/01), elles sont d’abord perçues comme pur spectacle à investir par la parole. En ce sens, elles nous apparaissent comme le point ultime des processus d’occultation et de substitution mis en œuvre par les discours, qui s’attachent à repousser l’événement en tant que traumatisme. Par elles, une série de spectacles reconnaissables se substitue au spectacle illisible qui est à la source de l’événement. Elles satisfont le désir de connaître les circonstances de l’attentat et d’en pénétrer le sens en mettant le public face à l’attentat et face au criminel. Si l’un et l’autre sont projetés sur la gravure à travers l’oculaire amétrope du discours qui informe les images, celles-ci n’en sont pas moins perçues comme analogues aux scènes et aux personnages réels qu’elles figurent, et susceptibles, de ce fait, de permettre au spectateur de répéter en toute quiétude les mouvements de stupeur, d’indignation et de honte qui doivent suivre l’attentat et d’interroger le monstre obstiné à taire son secret.

L’attentat

7Seules deux gravures prétendent présenter l’attentat en lui-même : elles proposent sans ménagement, par leur titre, l’une l’horrible attentat du 5 janvier 1757, l’autre l’Horible attentat commis contre la Personne Sacré du Roy, par Robert François Damiens, (Hennin 8830, Qb 1). Elles contribuent pourtant moins à figurer le crime de Damiens tel qu’on aurait pu le voir (à la lumière des informations dont dispose le public sur son déroulement), qu’à le caractériser comme étant précisément ce qui ne peut être vu.

8La seconde de ces gravures constitue une citation de l’attentat assez proche du 5 janvier 1757. Elle peut être datée approximativement de la deuxième moitié de janvier : la légende indique, en effet, que Damiens a été « amené à la Conciergerie de Paris la nuit du 10 au 11 du même mois de janvier », au lieu de celle du 17 au 18 (date réelle). Cette anticipation sur la date du transfert de Damiens à la tour Montgomery semble le résultat d’un faux bruit qui court à Paris à la mi-janvier colporté entre autres par la Gazette d’Utrecht du 21 qui annonce : « (De Paris le 14 janvier). Le Parricide qui a été amené de Versailles dans la prison de la Conciergerie subira incessament l’examen devant les Commissaires du Parlement ». Ce bruit s’efface peu après le transfert réel de Damiens que les gazettes de la fin de janvier situent avec exactitude (voir par exemple GF, 22/01 ; CA, 28/01 ; GB, 25/01 ; CA, 01/02). Cette gravure joue habilement sur la chronologie de l’attentat dont elle ne fixe que la dernière séquence, « la Prise du très méchant très abominable et très détestable Parricide contre la Personne du Roy très Chrétien Louis XV le Bien Aimé, Roi de France et de Navarre ». Elle présente donc, non la scène initiale de l’attentat, où Damiens porte atteinte à la souveraineté du monarque, mais celle par laquelle s’ébauche la reconstitution de cette souveraineté blessée : Damiens, réduit à l’impuissance, est représenté au moment où, dûment enchaîné, il est conduit par une dizaine de gardes « dans les prisons de Versailles » (légende) dont on entrevoit (sur la gauche de la gravure) les murs épais et les grilles. Ce souci d’occulter le spectacle de la souveraineté blessée est d’autant plus manifeste que, dans le temps même où elle joue sur la durée de l’événement, cette gravure présente (dans sa légende) la prise et l’attentat comme simultanés : « la Prise du très méchant [...] ; arrivée à Versailles le 5 janvier 1757 à 5 heures 47 minutes du Soir », heure à laquelle plusieurs gazettes fixent le forfait lui-même.

9La gravure s’annonçant comme l’image de « l’horrible Attentat du 5 janvier » (voir planche I) s’attache, elle, à reproduire avec exactitude la scène du drame, telle que la décrivent les gazettes, telle que la reprend un contemporain aussi bien informé que Barbier. On aperçoit (sur la droite) « le petit escalier, sur la cour de marbre » (les trois fleurs de lys sur le fronton du palais et le dessin soigné du sol contribuent à caractériser le lieu du crime), il y a « peu de monde et peu de flambeaux », le personnage particulièrement mis en valeur à l’extrême droite de la gravure (clair sur fond sombre) pourrait bien être le maréchal de Richelieu avec lequel « le capitaine des gardes de service » qui, comme le souligne Barbier, « ne suivait pas le roi », était resté à causer sur le petit escalier.

10Cette gravure qui annonce « l’horrible attentat [...] » et présente les lieux que le spectateur s’attend à voir, le dispose tout naturellement à chercher, dans l’image, l’agresseur et le personnage qu’il agresse, à voir dans l’un Damiens, dans l’autre le roi. Au premier coup d’œil, tout porte donc à voir le premier dans le personnage en habit rayé qui se jette sur un homme qu’il arrête dans sa marche en direction du carrosse, en le saisissant à l’épaule. Ce deuxième personnage, qui porte une cape, se tourne brusquement, manifestement surpris, en direction de l’assaillant qui lève sur lui un couteau (mouvement de la cape). A peine entrevue, la scène « horrible », saisie au moment du suspens dramatique où Damiens lève son couteau sur le roi, se dissipe comme une vision. L’horrible attentat, annoncé par la légende et qu’un premier coup d’œil a cru percevoir, ne résiste pas au regard. L’examen de la scène révèle très vite que le personnage portant une cape est, non le roi (ou quelqu’un de sa suite que l’assassin bouscule pour parvenir jusqu’à lui), mais Damiens (on voit le dos de la main armée du couteau, elle ne peut donc être que celle du personnage de gauche). L’un des valets de pied (qui porte la même livrée que les autres domestiques) arrête le « scélérat » après qu’il a porté un coup au roi (qui est devant le carrosse). On remarquera encore le flambeau tombé aux pieds du valet, la convergence des regards du roi et de sa suite en direction de Damiens, l’air simplement étonné du roi qui selon la GF (08/01), « crut seulement qu’il était frappé d’un coup de poing », « sentit ensuite un peu de chaleur » et « ne s’aperçut qu’il était blessé, que par l’effusion du sang ».

11L’attention au détail que suppose l’établissement de l’instant précis fixé par l’image, autorise à voir furtivement le meurtre du roi entre l’instant où l’œil se pose sur la gravure et celui où il en pénètre la signification exacte. L’actualisation d’un tel fantasme n’est certes possible que parce qu’il est immédiatement repoussé comme une hallucination : le non-sens d’une image où, en fin de compte, le forfait lui-même est « illisible » et simplement sous-jacent puisqu’il précède et impose la prise de Damiens. Si cette gravure ne parvient pas à figurer l’attentat (tout en manifestant le désir honteux de ne pas en repousser totalement l’image), elle parvient pourtant à reproduire le trouble où jette un événement insoutenable, en le transposant dramatiquement dans l’hésitation scandaleuse et angoissante du regard qui conduit un instant à confondre le roi et le régicide !

12A côté de ces gravures qui expriment le premier mouvement de stupeur que provoque l’attentat, s’imposent des représentations qui témoignent à la fois de la nécessité et du danger de lui conférer immédiatement un sens.

La série mémorable des régicides

13Ainsi l’image consacrée à l’attentat contre Louis XV dans le Recueil Historique contenant la fin funeste des quatre Henri rois de France [...] avec l’attentat commis contre [...] Louis XV dit le Bien-Aimé (Archives du Pas-de-Calais, voir planche II) inscrit le crime dans la série mémorable des régicides, ce qui permet de le lier à la série non moins mémorable des exécutions qui s’attachent à de tels forfaits. Mais cet effet de mémoire, qui porte à reconnaître en Damiens un « nouveau Ravaillac » (CA, 18/01), provoque un malaise intense que révèle le souci du graveur de substituer la Veue du Chasteau et Jardin de Versailles aux représentations du régicide qui apparaissent face aux scènes du supplice dans les deux premières gravures. En effet, la première représente dans la partie gauche Henri III poignardé par Jacques Clément et dans la partie droite Jacques Clément tiré à quatre chevaux ; l’autre, selon la même disposition, montre Ravaillac qui bondit, brandissant son poignard sur la roue du carrosse de Henri IV, puis tiré à quatre chevaux.

14Cette « veue » contient pourtant virtuellement l’attentat (que signale le carrosse qu’on aperçoit au milieu de la cour de marbre et le groupe de personnages à droite sortant du château par le petit escalier) puisqu’elle entretient avec le cadre de droite le même rapport de contiguïté que les scènes auxquelles elle succède. On peut dès lors s’interroger sur le message que transmet cette gravure au delà du refus apparent de la répétition. Représente-t-elle la scène initiale de l’attentat ? Le personnage qu’on voit de dos, à droite du groupe proche du petit escalier, est-il Damiens ? Porte-t-il un coup (ce serait alors de la main gauche) au personnage qui est au centre du groupe et passe tous les autres en hauteur ? (Dans ce cas ce serait la scène même de l’attentat que le graveur aurait saisie avec un recul prudent). Mais n’est-ce pas plutôt le moment qui précède presque immédiatement l’attentat ? Damiens est-il un de ces personnages que l’on voit entre les deux barrières ? Est-ce ce personnage isolé (en bas à gauche de la gravure) qui semble se précipiter vers le château ? Peut-être ce personnage qui suit un moine (« fanatique » ?)...

15Il semble à tout le moins que cette scène ne succède pas au forfait puisque la garde du roi n’est pas en alerte. Cette séquence que la répétition d’une structure désigne comme celle de l’attentat est proprement incompréhensible dès lors qu’elle se situe hors de la répétition. Elle jette le regard dans une troublante incertitude : qui est Damiens ? est-il seul ? d’où vient-il ?... Autant de questions que suscite l’attentat « réel » et que transpose dans l’ordre de la gravure ce « refus » de voir reparaître « les scènes affreuses, les détestables forfaits des Clément, des Châtel, des Ravaillac » (GA, 14/01).

16Scène affreuse qui n’a pas plus de place dans un « siècle éclairé » qu’elle n’en a dans cette vue apparemment paisible où l’espace s’ordonne harmonieusement en cercles concentriques, qui communiquent les uns avec les autres par des portes cependant bien gardées, autour d’un « centre » royal. Si elle manifeste une volonté particulièrement violente de nier l’événement, une telle gravure témoigne aussi de la force d’une structure de mémoire qui informe l’image et lie à tel point le crime et le supplice de Damiens que le regard ne peut que chercher le régicide dans une image qui tente de l’exclure de la représentation idéale du corps monarchique.

17A cet égard, la gravure mime, dans l’ordre de la représentation imagée, le mouvement général de l’opinion tel que le définissent les Affiches de Province (08/06, p. 89) : « sa mort nous avait rassurés ; mais faute d’être instruits de toutes les circonstances de son crime, nous pouvions craindre que ce monstre n’ait versé ses parricides fureurs dans quelque âme aussi corrompue que la sienne ».

Mises en scènes emblématiques du drame providentiel

18Seules deux gravures allégoriques donnent corps sans retenue à la suspicion inquiète qu’engendre la Veue du Chasteau et Jardin de Versailles mais pour isoler immédiatement les coupables à l’intérieur du corps social. Damiens y est assimilé à un suppôt de la « secte » jésuite et son crime s’explique par la « doctrine monstrueuse et diabolique, dont [le] royaume a eu la douleur plus d’une fois de ressentir les détestables effets » (mandement de l’évêque de Soissons, p. 16).

19La gravure intitulée Consternation de la France au sujet de l’attentat du 5 janvier 1757 (Qb 1) représente dans un médaillon, le « Roy [...] qui porte sa main sur sa blessure, et implore le secours du ciel » (légende), vers lequel le monarque élève ses regards. « L’Ange tutélaire du Roy et de la France (au centre) confond et foudroie le Monstre parricide armé d’un poignard » (idem) qui s’enfuit loin du roi tandis que le « serpent de la discorde » roule entre le roi et Damiens « un tison mal éteint ».

20Cette gravure s’attache donc à donner de l’attentat une représentation pathétique propre à souligner l’importance du danger que constituent pour la nation « ceux qui se persuadent que l’Eglise peut délier les sujets directement ou indirectement du serment de fidélité » et « n’ont pas rougi de permettre aux sujets, sous prétexte de l’intérêt de la religion, ou du Bien public d’attenter à la vie de leur souverain » (mandement de l’évêque de Soissons dont un extrait est cité dans la gravure). L’événement réel n’est plus ici qu’une illustration de la menace permanente qui pèse sur le roi et sur la France, menace historique que deux gravures ([Satan introduit Ravaillac dans la prison de Damiens], Arsenal, 4e j 2583 planche III ; [Ravaillac et Damiens enchaînés dans leur prison], Hennin 8845) transposent en permanence principielle du mal, par la confrontation de Damiens et Ravaillac : dramatisation par la tautologie dans une lecture immédiate et populaire (l’un comme l’autre criminels, ils seront l’un comme l’autre châtiés) ; cette tautologie peut fournir matière à un niveau plus élaboré, à une mythique de l’événement. La présence de Satan dans la première de ces gravures suscite de façon appuyée cette lecture symbolique. Ravaillac représente ici à la fois l’hyperbole du crime comme du châtiment, l’acte de Damiens et le jugement de la société sur cet acte : l’image s’allie alors à la légende :

« Tremble, tremble, Damiens tu voix devant tes yeux
ce lâche Ravaillac, cet assassin insensible
qui porta sur son prince une main parricide
tremble à l’aspect du sort qui t’attend en ces lieux.

C’est sans doute l’enfer qui de son gouffre immonde
Ta vomi comme moÿ pour le malheur du monde
Quel fruit attendais-tu de ton crime odieux.
Le repentir du mien m’est un supplice affreux.

O combien ta douleur doit-elle être sincère
Toÿ, qui bravant du ciel la trop juste colère
voulus indignement trancher les jours heureux
d’un Roy qui sur la terre est l’image des dieux. »

21A travers les deux types de discours (image et texte) le sens de la figure se démultiplie jusqu’à la contradiction.

22Quant au frontispice des Nouvelles Ecclésiastiques (Qb 1), il projette soigneusement dans l’allégorie, qui est au premier plan de la gravure, tous les éléments du discours janséniste sur la « secte » satanique « qui inquiète constamment la sûreté du royaume ». Cette allégorie nous intéresse moins par elle-même que par la représentation de l’attentat qu’elle impose. A l’arrière-plan de la gravure on distingue, avec un peu d’attention, un vaste édifice ouvrant sur une cour et un groupe de personnages debout, entre ce palais et un carrosse à l’arrêt ; un homme (venant de la gauche de la gravure) se précipite bras levé en direction d’un personnage qui se détache sur le groupe (de face, plus grand que les autres). Cette scène de fond, quoiqu’extrêmement floue (dans le dessin même) est immédiatement compréhensible parce que nul ne songe à se méprendre sur le sens d’une scène dont les éléments s’ordonnent à travers le schéma perceptif que façonne l’allégorie du premier plan. Le bras levé de Damiens, qu’on aperçoit dirigé vers le roi, répond à celui que le monstre satanique lève sur la France. Toute la scène de Versailles s’ordonne d’ailleurs dans l’espace que délimite, en oblique, une ligne qui va du poignard de ce monstre au globe sur lequel figurent les armes de France et, à la verticale, par le corps du monstre.

  • 7 La date est inscrite au bas de la gravure, à l’intérieur du trait carré.
  • 8 Les derniers versets cités dans la légende de cette gravure : « [...] O Dieu rendez pour jamais st (...)

23Il est frappant de constater que l’allégorie a proprement une fonction d’écran par rapport à la scène de fond dont elle dirige la reconnaissance immédiate, tout en engageant le regard à s’en détourner pour revenir à la scène intemporelle dont l’attentat n’est qu’un avatar. Cette gravure est une réaction relativement tardive à l’attentat. Datée de 17617, elle témoigne un refus particulièrement acerbe d’ensevelir le crime dans un éternel oubli. Pour le criminel, elle l’ignore absolument. Aucun visage à interroger pour pénétrer le mobile de Damiens, seule s’impose la figure d’un monstre satanique, qui ne révèle rien d’autre que sa monstruosité, et suffit par lui-même à faire connaître la « bande de taureaux dominateurs des peuples »8 solidaire de Damiens, Plus qu’une réponse à l’attentat, dont les virtualités subversives ne demandent plus, en 1761, à être atténuées, cette gravure constitue une réactivation de l’événement, particulièrement propice à nourrir les coups redoublés que les jansénistes portent aux jésuites dans les années 60.

L’Histoire de Robert François Damiens

24Le frontispice de l’Histoire de Robert François Damiens témoigne lui aussi de l’effet d’écho que provoque l’attentat qui fait surgir, dans un « siècle éclairé », des scènes réputées liées à la « férocité des siècles barbares » (CA, 18/01). Cette gravure (voir planche IV) ordonne autour d’un médaillon central où figure un portrait en buste du régicide, la scène de l’attentat et celles du supplice dans diverses miniatures latérales. Elle copie une gravure allemande présentant « Franciscus Ravaillart [sic] [...] Henrici IV francorum regis parricida [...] » (N 2, T. 362). Cet effet d’écho ne semble pourtant pas participer de la rhétorique mise en jeu par cette gravure : il ne pourrait être perçu que si ces deux estampes, consacrées à Damiens et Ravaillac, étaient présentées côte à côte, ce dont nous n’avons pas d’exemple.

25Le frontispice pris en lui-même n’utilise le scénario prévisible qu’annonce l’attentat (si on le situe dans une série d’événements semblables) que pour s’ordonner autour de la figure énigmatique de Damiens.

26La miniature qui est consacrée au crime de Damiens présente d’ailleurs suffisamment d’éléments que le spectateur s’attend à voir pour qu’il ne s’y arrête pas, retenu par quelque anomalie : on aperçoit au premier plan le carrosse et un personnage de dos, le chapeau sur la tête, qui sort de l’ombre et se dirige, bras droit en avant, vers un groupe de trois personnages (au second plan) semblant sortir d’un vaste édifice. Au centre du groupe, légèrement en avant, le chapeau sur la tête, un personnage se détache des autres qui sont, eux, découverts. Le spectateur est d’autant moins convié à s’arrêter au spectacle de l’attentat, que le criminel et l’arme du crime s’offrent au regard au centre de la gravure, hors de la scène du régicide.

27Ici, le forfait ne se définit pas comme l’attentat contre Louis XV, mais, comme l’indique le titre qui fait face au frontispice, il s’intègre, et en quelque sorte se dissout, dans l’histoire de Robert François Damiens. A partir de la miniature consacrée à l’attentat, différentes lectures des séquences de l’image sont possibles (du crime à l’amende honorable, du crime à la crémation de Damiens) qui éloignent elles aussi le regard de la scène initiale. Le spectateur est fortement sollicité à effectuer de tels parcours dans cette image, où la récurrence d’éléments, d’une miniature à l’autre, et les parallélismes de structuration des scènes créent un « effet de discours » qui engage le regard à courir ça et là sans se fixer sur aucune scène.

28Les deux miniatures du haut sont fortement liées dans la structuration de l’espace qu’instaure la gravure. D’une part, elles se rapprochent l’une et l’autre par la dominante verticale des éléments qui les composent (personnages en pied, piques...) et qui les différencie des miniatures du bas, organisées selon un système d’opposition entre éléments horizontaux et verticaux (correspondant à l’opposition entre Damiens et les autres personnages présents ; le seul élément visuel, lié au parricide, qui accède à la verticalité, est la fumée s’échappant de ses cendres). D’autre part, ces deux miniatures du haut sont liées par la présence du couteau qui, comme le nom de Damiens qu’on peut lire au-dessus, impose la nécessité d’une lecture horizontale de l’image allant de la gauche à la droite sur laquelle il se pointe (notons que les deux lames annexes de ce couteau aussi extraordinaire que le crime qu’il figure, et sur lequel nous reviendrons, flèchent en quelque sorte le parcours de l’image conduisant du régicide à l’amende honorable). Dans ces deux parties de la gravure, la perspective est fermée par un groupe de soldats portant des piques. A droite de ces deux miniatures, on voit la base d’un grand édifice traversé d’une vaste porte à laquelle Damiens fait face. Aux flambeaux, dont on aperçoit la fumée dans le cadre de gauche, correspond la « torche de cire ardente » que tient Damiens, et, au carrosse royal, le tombereau dans lequel on conduit le régicide à son supplice. Si tous les éléments qui favorisent la reconnaissance de l’attentat sont transposés dans l’image de l’amende honorable, où Damiens reconnaît qu’il « a commis le très-abominable Parricide » (f° FM 4363), cette transposition même engage la progression du regard vers les scènes où le crime, reconnu, s’annule dans le rituel du supplice. Le sens de la lecture est imposé par les images qui forment, en quelque sorte, la première ligne de la gravure : il engage à se diriger, en diagonale, vers le premier élément de la ligne inférieure pour parcourir de gauche à droite les scènes où Damiens est tenaillé, tiré à quatre chevaux puis réduit en cendres. Une telle « lecture » de l’image (qu’on pourrait aisément symboliser par la lettre Z) révèle la force de la structure discursive qui informe cette représentation de l’Histoire de Robert François Damiens. Une autre lecture, « en diagonale », de la gravure, où l’œil est appelé à se porter du crime sur le criminel jusqu’à la scène extrême de la crémation, installe dans l’image l’axe de lecture par lequel le regard achève de tracer sur le portrait de Damiens l’X que forme son corps écartelé tel qu’il est au bas de la gravure. Ce médaillon, où figure Damiens tiré à quatre chevaux, semble l’aboutissement d’un des parcours de l’image qui le lie au couteau trifolié représenté en haut de la gravure. Ce couteau que l’on voit à la place où apparaissent souvent les blasons, est à la fois le symbole du régicide (en tant qu’arme du crime) et la figuration emblématique du mécanisme compliqué et insaisissable de l’intrigue qui a suscité le régicide, ou du désordre mental qui l’a poussé à commettre ce crime monstrueux. Plusieurs gravures allemandes le représentent (Hennin 8847, 8848, 8849) et le définissent comme muni d’un système de ressorts grâce auquel il peut se présenter comme une arme banale tant que les lames annexes, soigneusement repliées à l’intérieur de la lame centrale, ne sont pas mises en branle par le mécanisme sophistiqué qui permet de les faire surgir en appuyant sur un petit bouton situé sur le manche de ce redoutable poignard. A travers ce couteau menaçant et énigmatique, la gravure paraît saisir la part irréductible de l’attentat dont le terrible secret reste caché au delà même de l’exécution.

Portraits du régicide

  • 9 Pierre Robert François Damien Darras Agé de 42 ans, Paris, Le Jeune, Hennin 8856.
    Pre Damiens, grav (...)

29Si la scène de l’attentat n’est pas fréquemment représentée, le portrait de Damiens au moment où il va commettre son crime fait l’objet de neuf gravures, dont la plupart ont pu circuler peu après l’attentat (deux seulement signalent la date de l’exécution)9. Damiens y est représenté le chapeau sur la tête, « armé de son couteau à deux lames » dont, selon la GF (08/01), « l’une était une lame à l’ordinaire, l’autre avait la forme d’un canif » (sauf dans une gravure allemande où Damiens brandit un couteau trifolié, Hennin 8852). Huit de ces gravures mettent l’accent sur le mouvement du bras de Damiens et figurent le criminel jetant un regard menaçant sur la droite ou la gauche de la gravure, situant ainsi le roi du côté du spectateur sans pour autant autoriser ce dernier à se confondre avec lui. Ces estampes semblent donc bien saisir le moment qui précède immédiatement l’attaque du roi, elles constituent une sorte de gros plan sur le parricide. Si ces portraits « au couteau » évoquent l’attentat, ils ne peuvent cependant être considérés comme de simples extraits de la scène de Versailles, dont le spectateur ne fixerait que l’un des acteurs.

30Paradoxalement, le forfait de Damiens se charge manifestement d’une violence plus grande dans les images qui le montrent hors de son contexte (et donc en l’absence de victime) que dans celles qui s’attachent à donner forme à la scène de son affrontement avec le roi. C’est au niveau de ces gravures que paraît s’opérer le passage progressif d’une tentative de reconstitution de l’événement réel à la production, dans le fantasme collectif, de l’image d’un monstre qui, peu à peu, existe en elle-même en se détachant de l’événement initial. Seule l’une de ces gravures fait apparaître les éléments qui signalent la scène de Versailles. Ce portrait en pied de Pierre Robert François Damiens Darras Agé de 42 ans (Hennin 8856) représente l’« assassin du meilleur des rois // Monstre plus redouté qu’un lion en furie [...] » (légende), en premier plan (légèrement à gauche) de la gravure ; dans des plans de plus en plus éloignés (sur la droite) un groupe de personnages évoque la prise du régicide (ils sont dessinés à une échelle trois fois plus petite que le personnage de premier plan). Au fond de la gravure, un carrosse s’éloigne. Damiens, dont le visage n’est pas particulièrement menaçant, tient un couteau qu’il ne dirige sur personne (voir planche V). La gravure représentant Pre Damiens (BM Caen, brochure B 3548) n’évoque le lieu de l’attentat que par une simple colonne (qu’on aperçoit sur la droite de la gravure) et ne fait figurer aucun des acteurs du drame. Damiens tient à la main un immense couteau, presque aussi long que son bras, dont il pointe la plus courte lame dans la direction où il regarde.

31Dans les autres gravures tout décor disparaît, le mouvement du bras de Damiens est particulièrement marqué ; son visage contracté, son regard menaçant retiennent seuls l’attention (voir planches VI et VII).

32Deux types de représentations du monstre s’ébauchent : l’une le présente massif, les lèvres épaisses, le nez large, l’autre lui attribue un visage long et anguleux, un nez assez mince (quelquefois busqué) ; dans toutes les gravures, il a un front extrêmement tourmenté, l’arcade sourcilière très proéminente. Dans deux de ces gravures, la légende renchérit sur le suspens dramatique :

« Le voilà ce cruel, ce furieux Damiens :
Il lève son bras détestable
Pour nous priver du roi le plus aimable ;
Mais le bras du seigneur est plus fort que le sien ».
(Le portrait de Robert François Damiens qui a osé blesser d’un couteau la personne sacrée du roi, N2)

« Arrête scélérat, arrête téméraire,
Quel sacrilège affreux ta main va-t-elle faire !
Mais quoi, je ne crains rien de ton fer meurtrier :
Mon cœur ne doit-il pas rester en assurance
Pour un prince qui fait le salut de la France
Et que le Tout-puissant tient sous son bouclier ? »
(R.F.D.**, Hennin 8833)

33Une telle légende indique qu’il suffit de présenter Damiens pour entraîner la répétition des premiers mouvements d’horreur que provoquait l’attentat par lui-même. Ce suspens témoigne, d’autre part, de la volonté d’interroger non le spectacle de la souveraineté blessée mais le geste par lequel Damiens y porte atteinte. Il faut alors chercher dans le corps même du monstre le sens de son crime.

Damiens dans la tour Montgomery

34Les gravures montrant Damiens enchaîné dans la tour Montgomery sont de loin les plus nombreuses de celles que nous avons pu rassembler (18 gravures), ce qui ne nous paraît pas devoir être expliqué par le hasard des collections dont nous avons extrait notre corpus, mais au caractère particulier de telles représentations du régicide. En effet, au moment même où elles montrent Damiens soigneusement enfermé à l’abri des murailles qu’elles figurent (ou désignent dans leur légende) comme infranchissables, de telles images autorisent le spectateur à les franchir par le regard. Elles sont de ce fait propres à satisfaire les désirs contradictoires du public de savoir le régicide mis hors d’état de nuire, exclu du corps social (de se persuader qu’il l’est en le constatant sur l’image) et de le voir alors que, jusqu’à l’exécution, il est soigneusement tenu à l’abri des regards de la multitude. Ces gravures, bien qu’elles semblent solidaires des énoncés de presse informant sur la détention de Damiens, paraissent moins destinées à donner des particularités sur cette détention qu’à montrer le régicide terrassé. Aucune gravure ne reprend par exemple l’une des scènes anecdotiques grâce auxquelles les gazettes caractérisent l’effronterie monstrueuse du criminel qui, selon la GA (28/01), « conserve toujours une espèce de courage ou plutôt de férocité » étrange, ne montre selon la GB (08/02), « nul remord du crime, nulle appréhension du supplice », se préoccupe de sa personne, demande un peigne et de la poudre (GB, 08/02) et, « jaseur énigmatique » (GA, 04/03), se répand en « sottes plaisanteries » (GU, 15/03) ou demande à être rasé et frisé pour le Mardi gras (GB, 04/03). De même aucune gravure ne donne forme aux « choses extraordinaires » que demande le prisonnier (GA, 04/03).

35Alors que plusieurs gazettes mettent l’accent sur la libéralité avec laquelle on entretient Damiens, les gravures ne le montrent jamais mangeant ou buvant à volonté (comme l’indique par exemple la GB, 08/02). Le soin que l’on prend de la santé du régicide dont « on souhaite qu’il vive autant qu’il faudra pour révéler son secret » (CA, 21/01) semble simplement signalé par la présence d’un poêle dans la tour.

  • 10 Damien dans la tour de Mongomeri couché sur un lit de fer, gravure sur bois anonyme, Hennin 8837.
    M (...)

36Une série de gravures, de loin la plus importante, montre Damiens tel que le décrivent les gazettes et relations (imprimées ou manuscrites) qui informent sur sa détention : dans ces quatorze gravures Damiens apparaît lié sur un lit « garni d’une paillasse » (ms Caen brochure B 3948), « attaché par les bras, par les jambes et par le milieu du corps » (GU et GB, 21/01) « avec des courroies, des sangles et autres instruments flexibles » (GB, 28/01). Au-delà de cette vision rassurante du monstre réduit à l’impuissance, sur le corps duquel les graveurs multiplient les liens à l’envi, persiste cependant l’image du monstre menaçant. Les gravures qui montrent Damiens vu du dessus et à la verticale de l’image10 semblent d’ailleurs accentuer son caractère menaçant et, par là, la satisfaction de voir la menace écartée. En effet, si le point de vue du graveur et du spectateur est abstraitement situé au-dessus du prisonnier, dans la réalité de la perception de l’image, il est celui d’un personnage qui se trouve face à Damiens debout (effet que n’aurait pas produit la même perspective sur le prisonnier placé à l’horizontale de l’image). Le caractère monstrueux de Damiens n’est pas seulement lié à la nature de son crime mais à sa monstruosité originelle. Deux gravures portent la légende suivante :

« Si l’on eût sçu dès son enfance,
Pour toujours le bien garoter,
Nous n’aurions pas vû dans la France,
Le Crime aussi loin se porter. »
(Damiens lié sur un grabat dans la Tour de Mongommerie, N 2 ; Hennin 8839)

37légende par laquelle l’image rejoint un discours très immédiat de moralité populaire.

38A la nécessité de « garoter » le monstre, s’attache celle de l’exclure du corps social. Exclusion propre à atténuer l’intense culpabilité qu’avait provoqué dans la collectivité un monstre né « au sein de la nation la plus attachée à ses rois » (GB, 21/01) et qui devait « voir le jour au sein de la Lybie // et non au milieu de l’Artois » (Hennin, 8856).

  • 11 Les gravures qui reprennent Hennin 8846 (la plus soigneusement gravée de la série), sans doute à p (...)

39Les gravures représentent l’intérieur de la tour vu du dessus, caractérisent d’une façon particulièrement frappante l’isolement de Damiens que l’on voit, seul, au centre d’un cercle qui délimite le fond de la pièce. Entre ce cercle et le trait carré de la gravure apparaît la muraille saisie dans son épaisseur. L’estampe allemande (Hennin 8846) à partir de laquelle semble s’imposer cette perspective sur la prison de Damiens représente d’ailleurs la muraille, finement dessinée, comme un cône évasé qui se projette sur la surface de l’image. Damiens y est vu comme il le serait au fond d’une oubliette dans laquelle plongerait le regard du spectateur11.

  • 12 R.F. Damiens lié sur un grabat dans la Tour Mongomeri, eau-forte anonyme, Hennin 8839.
    P. Damiens, (...)

40Dans les gravures montrant l’intérieur de la tour en vue frontale12, tel que le spectateur de l’image pourrait le voir sur une scène à l’italienne, la perspective est close par une muraille soigneusement dessinée. Au surplus, dans ces images où l’on n’aperçoit que la surface du mur, les graveurs semblent s’attacher à en restituer le volume en présentant la scène dans un bord cintré. Entre le cintre et le trait carré de l’image une surface hachurée impose, avec la perception d’une vue en coupe de la tour, la saisie de l’épaisseur de la muraille. Un burin anonyme (voir planche VIII) va même jusqu’à faire figurer entre le bord cintré et le trait carré un ornement dessinant un mur. Par cet ornement semble aussi s’ébaucher symboliquement la reconstruction, dans le dessin, de la paroi indiscrètement ouverte qui permet au spectateur de voir l’intérieur de la tour.

41Le désir de franchir les murailles à travers lesquelles rien ne transpire de ce qu’a pu dire Damiens (voir par exemple CA, 01/02) est d’autant plus intense que les juges, gardes et domestiques qui approchent le régicide sont obscurément perçus comme détenteurs de vérités affreuses et importantes « sur le mystère de la suggestion qui a excité sa fureur » (CA, 21/01) ou, plus simplement, sur les mobiles de cette « tête échauffée par une espèce de délire ou de fanatisme auquel on n’a rien pu comprendre » (BN, Lb 38 1496). Les gravures offrant une vue frontale de Damiens dans la tour, tel qu’on pourrait réellement le voir en y pénétrant par une porte, favorisent tout particulièrement l’illusion de l’entrée du spectateur dans la geôle du régicide. Certaines paraissent même lui offrir la possibilité de se substituer un instant aux juges chargés d’instruire le procès de Damiens.

42Il semble, en effet, que les graveurs s’accordent sur la disposition des divers objets qui se trouvent dans la tour et les disposent imaginairement selon le canevas qu’imposent les vues « en plongée » : de part et d’autre du grabat (situé au centre de la pièce) on voit un poêle et une table (figurés par deux rectangles parallèles à celui du lit). Dans les vues frontales de l’intérieur de la tour, le poêle apparaît au fond de l’image (voir planche VIII), derrière le grabat de Damiens (au premier plan) entouré de quatre gardes. La table, elle, ne figure que dans une seule de ces estampes (planche IX) dont elle occupe tout le fond. Cette gravure représente l’interrogatoire de Damiens par deux magistrats assis, précisément, derrière la table. Il semble donc bien que toutes les vues frontales (à l’exception bien entendu de Hennin 8840) offrent au spectateur la possibilité de considérer le criminel de derrière cette table, à la place même des juges, dans l’espace imaginaire qu’imposent les représentations gravées.

  • 13 La GU (25/01) indique de même que Damiens « a voulu deux ou trois fois attenter à sa vie » et qu’o (...)

43A côté du sentiment confus selon lequel ceux qui approchent Damiens détiennent sur son crime d’horribles et importantes révélations (qu’on s’applique à ne pas laisser filtrer dans le public), l’idée que, peut-être, les juges « ne sont pas mieux instruits que le public » (CA, 01/04) du secret du régicide s’installe « dans la multitude des bruits qui se répandent » (GA, 01/04). La nécessité d’arracher au criminel le secret qu’il s’obstine à refuser porte plusieurs graveurs à anticiper sur le déroulement du procès de Damiens, à laisser entendre qu’il subit la torture pendant l’instruction. Cette idée, sans aucun fondement, échauffe manifestement l’imagination de ces graveurs qui métamorphosent le « siège de fer en forme de fauteuil » (CA, 08/02) qui « s’étend la nuit en guise de lit de repos » (CA, 08/02), et qu’on a pris la précaution de faire pour empêcher le prisonnier d’attenter à ses jours13, en « lit de fer à ressort » fait de telle sorte qu’on peut « lui donner la question sans le détacher ni même le toucher » (Hennin 8844, 8837, 8842, 8846 et BM Caen, brochure B 3548). Plus encore, une gravure au bas de laquelle on lit :

« Quel spectacle frappant d’horreur et de misère !
Quel est ce malheureux sur ce gril étandu ?
C’est Damiens ; ce monstre infâme et corrompu,
Qui voulut des François assassiner le Père. »

44illustre une feuille occasionnelle dont l’auteur indique que dès son arrivée « Damiens fut sur-le-champ attaché dans la tour sur le gril de fer couvert d’un matelas qu’on lui avait préparé exprès, tel qu’on le voit ci-dessus ». En dépit des promesses du texte, rien ne paraît dans ces images des mécanismes de ce lit ou gril redoutable. Le Gril de fer [...] inventé pour donner la torture à Pre Damien fait cependant l’objet d’un bois gravé (BM Caen, brochure B 3548). Au bas du gril, on voit un « Cilindre armé de crochets » qui « passe dessous le gril et doit arracher les chairs du monstre qui sera attaché dessus avec des petites chaînes qui traverseront les anneaux » qu’on voit sur l’appareil (voir planche X).

45L’« habillement de fer [...] pour le monstre Pre Damiens » (BM Caen ; voir planche XI) qui paraît, comme le « lit de fer » destiné d’abord à empêcher le régicide de se soustraire à la justice, semble lui aussi se métamorphoser en appareil de torture : une feuille occasionnelle où il apparaît (Hennin 8841) fait figurer sous l’image les vers suivants :

« Quel appareil nouveau se présente à mes yeux ?
Quelles précautions l’Art aujourd’hui réclame ?
C’est un habit de fer pour le monstre odieux
Qui des jours de Louis vouloit couper la trame. »

46L’« explication de la figure » révèle certes que « les médecins ayant jugé que Damiens étant toujours couché pourroit dépérir de cet état, et qu’il étoit nécessaire de lui donner quelque action, ont inventé un habillement de fer garni de chamois et de coton pour l’habiller et le faire un peu marcher » et que « cet habit tient le corps du criminel dans un état où il ne peut se molester en aucune façon, ni se faire aucun mal ». Cependant cette « révélation » inscrite en petits caractères au bas de l’image ne suffit pas à empêcher un tel « habillement » d’évoquer à nos yeux, comme peut-être à ceux des contemporains, l’instrument de torture que portent à voir les vers inscrits sous l’image.

47Dans les gravures où le spectateur est invité à pénétrer dans la Grand Chambre (une seule : Interrogatoire faitte à Robert François Damien, Qb 1) ou dans la tour Montgomery, le regard ne rencontre que le visage du prisonnier, bouche obstinément close, attaché à taire son affreux secret ou, au mieux, tel que le décrit la Gazette d’Utrecht (25/01) : « Quand on lui demande ce qui a pu le porter à un crime aussi détestable envers le roi [...] il ne répond rien, paraît morne et fait des gestes semblables à ceux d’un homme qui veut se décharger sur d’autres des reproches qu’il a lui-même à se faire » (Hennin 8845, Arsenal 4e j 2583). Dans les images où apparaissent des gardes (et dans deux, des magistrats : Hennin 8840 et Interrogatoire faitte [...] à Damiens, Qb 1), le caractère affreux de ce secret semble seulement se signaler par le soin que les personnages mettent à se détourner du régicide qui, selon la GU (11/03), « a tellement augmenté, pendant sa détention, l’horreur de ceux qui le gardent, que c’est un supplice pour eux de le voir encore respirer ».

48Outre le caractère partiel de notre corpus, et des choix que cette fragmentation même nous a imposés, nous devons souligner l’extrême mobilité des matériaux qui semble défier toute mise en forme stricte. Notre enquête débouche donc sur une double interrogation : existe-t-il un type de représentation qui permette à l’attentat (scène interdite) de se représenter ? Quel type d’aliment la représentation du criminel et de son acte offre-t-elle à la curiosité publique, c’est-à-dire au regard ? Qu’est-ce qui est regardé dans l’image, ou encore, quel est le statut du spectateur face à l’image ?

Planche I. Cliché BN Paris

Planche II. Archives du Pas-de-Calais

Planche III. Cliché Bibliothèque de l’Arsenal

Planche IV. Cliché British Museum

Planche V. Cliché BN Paris

Planche VI. Cliché BN Paris

Planche VII. Cliché BN Paris

Planche VIII. Cliché BN Paris

Planche IX. Cliché BN Paris

Planche X. Cliché BM Caen

Planche XI. Cliché BM Caen

Notes

1 Du moins en raison de la facture de la plupart d’entre elles.

2 Les gravures appartenant aux collections du Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale seront répertoriées de la façon suivante :
BN, catalogue Na 58, no 8041 : Na, 58, No 8041
BN, catalogue N2, tome 362 : N2 362
BN catalogue N2, tome 397 : N2 seulement
BN collection Hennin, tome CII : Hennin ; pour les gravures de cette collection, nous indiquerons, au lieu du titre de la gravure, le numéro qui lui est attribue dans le catalogue.

3 Langlumé, selon l’inventaire du fonds français à la Bibliothèque Nationale, travaille à Paris entre 1822 et 1840.

4 Voir le chapitre sur l’utilisation littéraire de l’événement.

5 Celles-ci limitées, et, selon nous, d’inspiration pro-janséniste.

6 La plupart de ces gravures sont sans lieu ni date d’édition.

7 La date est inscrite au bas de la gravure, à l’intérieur du trait carré.

8 Les derniers versets cités dans la légende de cette gravure : « [...] O Dieu rendez pour jamais stable ce que vous avez opéré en notre faveur » (Psaume LVII, verset 29) sont suivis de : « De ton temple, au-dessus de Jérusalem, où les rois t’apportent des présents, menace la Bête des roseaux, la bande de taureaux dominateurs des peuples. »

9 Pierre Robert François Damien Darras Agé de 42 ans, Paris, Le Jeune, Hennin 8856.
Pre Damiens, gravure sur bois anonyme, BM Caen, brochure B 3548 (la même image apparaît avec pour titre : Le Vrai portrait de Robert François Damiens, infâme parricide de Louis XV, le bien aimé, gravure sur bois anonyme, Hennin 8834).
Robert Francis Damien, Aged 42, who attempted to assassinate Lewis XV King of France, on the 9th of January 1757, burin anonyme, N2. R.F.D**, burin anonyme, Hennin 8833 (ce burin est repris dans une gravure qui le fait figurer au-dessus d’une image de : Robert François Damiens lié sur son grabat dans la Tour Mongomery, N2) Le portrait de Robert François Damien qui a osé blesser d’un couteau la Personne Sacrée du Roi, burin anonyme, N2
Damien der Abscheulischste Mensch auf Erden, als Mörder des Königs von Franckreich, burin anonyme, Hennin 8852.
Portrait du parricide Robert-François Damiens, avec l’arrêt rendu contre lui, et celui rendu aussi contre sa famille, en date des 26 et 29 mars 1757, Chartres, N. Besnard, s.d., in-fol, BN, f° Fm 4363

10 Damien dans la tour de Mongomeri couché sur un lit de fer, gravure sur bois anonyme, Hennin 8837.
Monstre Assassin du Roy, eau-forte anonyme, Hennin 8842.
Monstre Assassin du Roy, Strasbourg, J. Striedback, Hennin 8844.
Représentation de Robert François Damien couché sur son lit de fer, Augsbourg, Joh. Andr. Steislinger, Hennin 8846.
Pre Damiens, gravure sur bois anonyme, BM Caen, brochure B 3548.
Damien, eau-forte anonyme, Hennin 8835.

11 Les gravures qui reprennent Hennin 8846 (la plus soigneusement gravée de la série), sans doute à partir d’une première copie strasbourgeoise (Hennin 8844), ne font apparaître entre le cercle et le trait carré de la gravure qu’une surface hachurée qu’un appel de lettre désigne comme « Muraille ». La mention « épaisseur du mur 11 pieds » et « épaisseur de la muraille 17 pieds » permet au spectateur de poursuivre imaginairement, au delà du trait-carré, le dessin de la muraille saisie dans son épaisseur.

12 R.F. Damiens lié sur un grabat dans la Tour Mongomeri, eau-forte anonyme, Hennin 8839.
P. Damiens, eau-forte anonyme, Hennin 8843.
Robert François Damiens lié sur un grabat dans la Tour Mongomery, burin anonyme, N2 (partie basse de la gravure sous un portrait de Damiens tenant son couteau).

13 La GU (25/01) indique de même que Damiens « a voulu deux ou trois fois attenter à sa vie » et qu’on « lui en ôtera bien les moyens, par l’exactitude avec laquelle on le garde, et par la précaution que l’on a prise de lui faire un siège de fer [...] où le scélérat jusqu’au jour de son supplice, sera enchaîné ».

Table des illustrations

Légende Planche I. Cliché BN Paris
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/584/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 663k
Légende Planche II. Archives du Pas-de-Calais
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/584/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Légende Planche III. Cliché Bibliothèque de l’Arsenal
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/584/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 569k
Légende Planche IV. Cliché British Museum
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/584/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Planche V. Cliché BN Paris
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/584/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 489k
Légende Planche VI. Cliché BN Paris
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/584/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 579k
Légende Planche VII. Cliché BN Paris
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/584/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 686k
Légende Planche VIII. Cliché BN Paris
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/584/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Légende Planche IX. Cliché BN Paris
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/584/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Légende Planche X. Cliché BM Caen
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/584/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Planche XI. Cliché BM Caen
URL http://books.openedition.org/pul/docannexe/image/584/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 216k

© Presses universitaires de Lyon, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site