Version classiqueVersion mobile

L'Attentat de Damiens

 | 
Pierre Rétat

La communication de l'événement : récits et représentations

1. Le récit des gazettes

Texte intégral

1Le récit de presse ne nous donne pas l’événement dans sa crudité et dans son objectivité. Il semble même échouer à en construire la signification. Dans les gazettes, il « nous parvient toujours à travers un discours qui le choisit et le narre [...] Elles ne livrent généralement qu’un type de faits intégrables, ceux que l’on attend et qui prennent place dans un système ou un ensemble de systèmes » (P. Rétat, « Les gazettes : de l’événement à l’histoire », Etudes sur la presse au XVIIIe siècle, No 3, p. 24)

  • 1 Encyclopédie t VI, article Evénement (grammaire) : « terme par lequel on désigne ou la production o (...)

2Si l’événement fait parler et s’il peut paraître vain de vouloir l’appréhender hors du langage, c’est sans doute parce que d’abord, de lui-même, il parle. Il se présente comme un ensemble de déclarations de paroles dont nous supposerons qu’elles ne se forment ni qu’elles ne se développent de façon totalement fantaisiste. Nous utiliserons une remarque de l’Encyclopédie1 pour suggérer une homologie possible entre les événements et les radicaux de la langue. Aussi pourront-ils nous apparaître comme des modalités essentielles de la parole sociale et comme constitués eux-mêmes des particules élémentaires de cette parole. Est événement tout phénomène capable de susciter et de stimuler cette parole dans ses fondements, de la cristalliser provisoirement en narrations et en discours ou de nourrir le commentaire qu’elle ne cesse de proposer sur les choses et les hommes. L’événement semble advenir comme quelque chose qui stupéfie la voix des locuteurs, comme une chose illisible, opaque, soudaine, sauvage, providentielle ou diabolique qui fait momentanément trembler la voix des détenteurs de discours reconnus et autorisés, surprend la plume des journalistes et parfois inquiète les institutions. C’est cet attribut, anomique, monstrueux et apocalyptique que reconnaît la presse du temps, à la fois dans l’acte et dans la personne de Damiens. C’est aussi à l’endroit de ce vacillement provisoire et sur sa limite que s’imposent l’idée du crime et la nécessité de son châtiment exemplaire, que se construit l’image du criminel régicide. C’est en ce même lieu que, dans le texte de presse, la parole de l’événement trouve sa source.

3Nous essaierons d’analyser comment le récit de presse se comporte sur cette limite, comment, par ses soins, ce vacillement ou ce vertige est occulté au profit d’une organisation narrative complexe. Si, dans sa dynamique pure, l’événement apparaît, à l’horizon du langage, comme ce qui pourrait mettre en échec sa capacité de reconnaissance et de représentation, le récit de presse peut être ce travail de lecture et d’écriture par lequel l’événement est reconquis au moyen de la représentation.

4Nous essaierons donc de déceler et de décrire, dans l’énoncé des gazettes sur l’attentat de Damiens, les éléments et les modes d’une formule narrative à la fois banale et générale mais aussi disséminée, scandée, plurielle. L’étude d’un texte qui dans 8 gazettes (GF, AA, CA, GA, GU, GB, GC, GL) se prolonge, s’entrecoupe et se reprend durant plus de trois mois (de janvier à avril 1757), permettra de dégager, à la fois, les constituants d’un récit, ses fonctions et ses actants, sa configuration et ses tendances, de considérer sa distribution dans l’espace de la communication et aussi son rôle dans la construction du sens de l’événement.

Découpage, segmentation

5Pour constituer ce récit en corpus propre, il faut le prélever dans l’ensemble de l’énoncé des gazettes des trois mois considérés (c’est ce qu’a fait, par exemple, l’auteur des Iniquités découvertes pour la GA). Car l’attentat, le procès et le supplice de Damiens ne constituent pas, à beaucoup près, le seul événement dont parle la presse du premier trimestre de 1757. Il y est aussi question de la guerre en Europe centrale et des sacrifices qu’elle exige des Saxons « pressés jusqu’à la substance » (GU, 25/02), des crues qui ravagent l’Artois (GU, 22/02), de l’état précaire des provinces françaises, des remontrances des parlements (Languedoc) contre les nouvelles taxes exigées pour la poursuite de la guerre, des révoltes en Franche-Comté, du procès de l’amiral Byng (GU, 01/03), de la santé du Pape comme de celle d’un archiduc autrichien (CA, 15/02), des sermons de Carême du Père de Neuville (CA, 11/03 et 18/04) et du conflit qui oppose le Roi au parlement de Paris. Le texte des gazettes se présente comme une juxtaposition simultanée d’énoncés narratifs portant sur des thèmes différents et souvent séparés par un simple alinéa. Si bien que le récit de l’attentat de Damiens est inséré dans d’autres annonces qui, à leur tour, s’intercalent dans sa progression. Cette dissémination ou cette juxtaposition généralisée tient au fait que l’énoncé d’une gazette n’est qu’une parcelle d’un énoncé plus long en cours de formation, car la contrainte périodique généralement essentielle pour la gazette force ce type de journal à découper l’événement dans le temps, à le narrer par fragments et comme à l’aveuglette. Et c’est ce même processus qui impose la cohabitation, dans une même livraison et parfois sur une même page, d’énoncés portant sur des items différents. Il faut donc savoir que la première opération d’analyse consiste, en isolant l’énoncé sur Damiens du texte général des gazettes, à le désolidariser de ce tissage fragmenté spécifique pour lequel il a été écrit et dans lequel il a été lu. Sont ainsi dégagés du corps du périodique un groupe de micro-récits qu’on peut mettre bout à bout pour constituer un récit global qu’on tentera de regarder comme un récit unique.

6Ce qui délimite le récit qui nous occupe, c’est d’une part l’attentat proprement dit qui en constitue le début et, d’autre part, le supplice qui l’achève. Le début apparaît comme une extension soudaine ou un relief nouveau dans une rubrique thématique habituelle, celle qui s’occupe généralement de relater les faits et gestes du Roi et aussi d’informer sur sa santé, ses indispositions ou ses fatigues. En revanche, le supplice, au terme du récit, a plus de peine à s’articuler à des thèmes adjacents. La condamnation et la mort du criminel ont quelque chose d’irrémédiable et de spécifique qui les sépare thématiquement de tout autre énoncé (« catastrophe » dit GA, 08/04). Toutefois bien des gazettes les font suivre d’informations sur les séquelles de l’affaire (mesures prises contre les membres de la famille du régicide) ou de suppositions sur ses développements politiques, juridiques ou religieux. Au delà du supplice, la narration s’ouvre sur les conséquences multiples d’un événement. En progressant vers son terme, le récit passe ainsi d’une information rare et spécifique liée à l’activité de la personne royale au site politique et religieux d’un événement. Il va d’une information explicite aux éléments implicites d’un discours possible sur l’événement. Dans le cours de la narration, la parole de l’événement gagne en épaisseur et en complexité.

Fragmentation et unité

7Pour analyser la narration des gazettes, on peut, après avoir reconstitué un récit par la juxtaposition d’encarts séparés, le décomposer en sous-séquences regroupables autour de thèmes parfois constants dans la presse d’information de l’époque. Ainsi pourra-t-on, pour les besoins de l’étude, substituer à la juxtaposition distanciée maintenue par la scansion périodique, une recomposition narrative perceptible dans le filigrane du récit. Cet inventaire permet de dégager au moins 5 sous-séquences :

  1. L’activité et le comportement de la personne royale avec insistance sur sa santé, depuis le 08/01 (GF) jusqu’à fin janvier (GL, GB, GO ou même au début de février pour certaines gazettes françaises (AA, 02/02, CA, 04/02).

  2. La procédure de l’information sur Damiens et le déroulement du procès, depuis le premier interrogatoire et la première question à la Prévôté de l’Hôtel du Roi à Versailles, jusqu’à la sentence du tribunal (du 18/01, GU et GB) jusqu’aux premiers jours d’avril et même plus tard (GU, 25/04).

  3. Un état cumulatif des réactions provoquées par la nouvelle du coup porté au Roi, puis de sa guérison (prières, neuvaines, messes, Te Deum, processions, fêtes, salves, bals, repas, illuminations, mandements, etc). Du 08/01 (GF) jusque bien au delà de la relation du procès du supplice (GU, 22/04, GL, 03/05 et NE de mai).

  4. Une suite d’énoncés sur la personne de Damiens : son identité, sa famille et ses proches, sa biographie, ses attitudes, ses motivations, qui débute avec l’annonce de l’attentat (GU, 14/01, CA, 21/01) et se prolonge parfois au delà du récit du supplice (CA, 12/04).

  5. Une série d’énoncés qui relatent l’arrivée de la nouvelle (attentat, guérison) en divers lieux et font état de l’attitude de l’opinion et de la curiosité publique (CA, 25/01, 04/02, 11/02, 15/02, etc.).

8A ces 5 éléments qui reviennent et se développent sur le mode séquentiel et contribuent à tisser le récit en une sorte de succession d’énoncés imbriqués, il faut en ajouter deux autres tout à fait essentiels qui jouent le rôle de terme à la fois liminaire et terminal du récit et, de ce fait, présentent plutôt un caractère ponctuel et concentré que les qualités d’une séquence. Ce sont évidemment l’attentat et le supplice. Entre ces deux bornes les fils thématiques des sous-séquences apparaissent, disparaissent, se solidarisent et se juxtaposent dans le texte des gazettes selon l’intermittence du processus périodique. Remarquons cependant que tout en traçant les limites de la séquence chacun de ces deux éléments ponctuels peut participer du processus de séquentialisation (voir plus bas : feuilletage et écho) et qu’en particulier le supplice est toujours anticipé dans le récit (GU, 15/02, 15/03, 25/03, 29/03, 01/04, 05/04, 08-04). Remarquons encore que les termes qui instituent la séquence (attentat-supplice) événementielle et constituent l’origine et la fin du récit tracent la présence et la figure de deux acteurs d’une même scène (le Roi et le Régicide) et qu’ils les désignent tous deux en tant qu’accidents spécifiques du corps. Les points extrêmes du récit sont l’un et l’autre comme des traits actifs et spectaculaires (blessure et supplice) sur le corps physique et symbolique de deux sujets uniques en leur genre. Le texte commence et s’achève sur l’image et l’événement du corps agressé. Le début et la fin du récit sont fondamentalement proches. On pourrait dire que les fragments filés de la narration sont, par le jeu du récit, enfermés dans la trace traumatique d’un double événement corporel.

Feuilletage et écho

9La succession fragmentée du récit se dispose selon une sorte d’épaisseur feuilletée :

10La gazette réalise à un moment donné une coupe momentanée dans ces feuillets dont elle extrait un lot d’annonces ou de récits qu’elle juxtapose ou articule. La GC du 18/01 donne à la fois des nouvelles de la santé du Roi, annonce un premier interrogatoire de Damiens et fait part des réactions produites à Liège (prières et mesures de police). A la même date, la GU informe sur la santé du Roi, annonce les saluts et les prières données dans les églises de Versailles, précise les circonstances de l’attentat, donne quelques renseignements sur le régicide et parle des réactions à Liège. Si l’on essaie de regrouper, pour une même date de publication (25, 26/01) le contenu des gazettes étudiées, on obtient le tableau suivant :

Gazettes du 25-26 janvier 1757

11Santé du Roi : GL

12Procès :

décision de le confier au parlement

extraits des lettres patentes, GA et GC.

préparatifs pour l’ouverture de la procédure, GU

attente des lettres patentes, CA,

interrogatoire, GB.

13Damiens :

son transfert à Paris, GC,

la possibilité de son transfert, CA,

son transfert avec l’itinéraire suivi, GB,

le transfert attendu, CA,

éléments de portrait et de biographie, CA, GA.

Réactions et cérémonies :

14Te Deum à Versailles, GL,

sermon du P. Bernard (citations), GC, GA, AA,

manifestations diverses : à Morlaix, Troyes, Abbeville, AA, à Aix et Toulon, CA.

15Autres éléments :

conflit entre le Roi et le Parlement, GB,

ordre de distribution de subsides aux pauvres de Paris, AA et GB,

annonce de pièces séditieuses, GC,

sonnet en italien (extrait traduit) sur la conservation du Roi, AA.

16On s’aperçoit qu’au delà des 5 grandes séquences thématiques, l’énoncé des gazettes peut s’enrichir de nouveaux éléments (litige Roi/Parlement, pamphlets interdits et citations de poèmes etc.). La disposition en fragments et en feuillets permet de diversifier le contenu de la narration. Elle traduit cette faculté qu’ont les éléments du récit de se subdiviser, de se multiplier et de s’agglomérer. La production de parcelles d’énoncé, séparées, reliables et juxtaposables est l’œuvre d’une matrice générale, souple, complexe, répétitive et cumulative capable de conduire simultanément, d’interrompre et de relancer des récits thématiquement conjugués. C’est ce processus de dispersion fragmentée qui assure, dans le texte, la présence récurrente de l’événement, intercepte ses nouveaux développements et organise l’attente et l’appétit d’informations en une forme narrative ouverte. La capacité des systèmes d’information peut sans doute se mesurer à leur faculté de faire proliférer et d’intégrer aux formes banales du langage (récit et discours) une multiplicité d’items culturels et idéologiques.

17Cette formule apparemment diversifiée et mobile produit au moins deux effets remarquables. Elle permet aux gazettes, après avoir donné l’essentiel de la nouvelle de l’attentat, d’en préciser postérieurement les circonstances. Il leur arrive souvent, en effet, de proposer une première narration avec quelques détails concrets et d’y ajouter ensuite des précisions au fur et à mesure qu’affluent les nouvelles. Cela se perçoit à la lecture des paragraphes successifs d’un même énoncé. Ainsi la GL du 14/01 dans sa correspondance de Versailles du 06/01 écrit :

(Ier paragraphe) : « Hier sur les 6 heures du soir, le Roi, qui alloit à Trianon, fut frappé par un scélérat, qui lui porta un coup de canif, lequel perça entre la 4e et la 5e cote du côté droit [...] »
(Paragraphes suivants) : « Le Roi traversoit le château, en sortant de chez madame Louise, qui est incommodée. Il avoit avec lui le Duc D’Ayen, le Grand-Ecuier, le Ier Ecuier et divers autres Courtisans. Il étoit escorté par un détachement de gardes du Corps, l’Epée à la main.
Le misérable qui a fait le coup, étant près d’une porte par laquelle le Roi alloit passer, un garde lui ordonna d’ôter son chapeau. [...] »

18Les 2e et 3e paragraphes reprennent le récit à son origine et l’enrichissent de circonstances nouvelles. C’est aussi ce qui se produit pour la GU. Alors que sa feuille du 14/01 vient de donner quelques détails sur l’attentat, le supplément de la même livraison, en une correspondance de même origine et de même date (Paris, 07/01), précise :

« Voici plusieurs particularités qu’on a recueillies concernant l’attentat formé contre la personne du Roi. Le malheureux qui a commis cette action, et qui s’étoit caché entre les roues de derrière du carosse voiant S.M. sur le point d’y monter, perça avec violence entre le Dauphin, le Duc d’Ayen et le Comte de Brionne, Grand-Ecuyer et porta le coup au Roi [...] »

19On retrouvera le même phénomène dans la GC du 21/01 qui complète sa narration du 14 à l’aide de détails empruntés au récit de la GF du 15. Le premier récit est une sorte de réseau d’accueil que viennent remplir des circonstances issues de sources complémentaires et qui peut admettre des prolongements.

20Cette capacité particulière de l’énoncé de gazette produit solidairement un effet d’écho ou de redoublement du récit initial. Ainsi la GF du 08/01 donne de l’attentat un récit détaillé objectif dépourvu d’émotion, une sorte de compte rendu médical impartial ; mais sa livraison du 15/01 pour apporter ses « soins » à l’événement reprend toute la narration sur le mode pathétique et dramatique :

« Hier à Cinq heures trois quarts du soir, le Roi sortit de chez Mesdames de France, pour monter dans son carosse et se rendre à Trianon. Un malheureux trouva alors le moyen d’approcher Sa Majesté au milieu de sa Garde, sans être aperçu. Il étoit armé d’un couteau à deux lames, dont l’une étoit une lame ordinaire, l’autre avoit la forme d’un canif, et étoit large de 5 à 6 lignes et longue d’environ 4 pouces. C’est avec la dernière lame que le coup a été porté. Il est tombé sur la partie latérale inférieure et un peu postérieure de la poitrine ; c’est-à-dire entre la 4e et la 5e des côtes inférieures du côté droit. Le coup a été dirigé de bas en haut, et a pénétré environ quatre travers de doigt. Le Roi en le recevant, crut seulement qu’il étoit frappé d’un coup de poing. Il sentit ensuite un peu de chaleur, et il ne s’aperçut qu’il étoit blessé, que par l’effusion de sang. Sa Majesté fut saignée à 6 heures un quart ; et quoique cette saignée eût produit un grand soulagement, on la réitéra quatre heures après pour plus grande sûreté. » GF, 08/01.

« Dans les premiers moments du trouble et de la consternation générale qu’a causé l’accident du Roi ; dans cet état d’allarmes et d’incertitude, où l’on étoit encore sur les suites de cet exécrable attentat, on a publié précipitamment le procès verbal dressé par les Sieurs Sénac, premier médecin, et de la Martinière, Premier chirurgien de sa Majesté, sans songer même à donner les soins ordinaires au récit de l’événement. Eh, qui auroit entrepris alors d’exprimer la désolation où étoient la Cour et la Ville ! Le Roi, le plus tendre des pères, étoit revenu de Trianon à Versailles, pour voir Madame Victoire qui se trouvoit indisposée. Sa Majesté, après avoir satisfait son inquiétude paternelle, alloit remonter en carosse pour retourner à Trianon, lorsqu’une main parricide, atteignant ce Prince, frappa le meilleur des Rois à deux pas de Monseigneur le Dauphin. Sa Majesté eut la force de remonter l’escalier, qui conduit à son appartement. Elle demanda son confesseur et l’Extrême onction, et elle fut confessée un moment après. » GF, 15/01.

21On observe un phénomène semblable pour le CA. Dans sa feuille du 18/01, la correspondance de Versailles propose une narration de la même veine que le premier récit de la GF alors que la correspondance de Paris reprend le détail de l’action après un long préambule dramatique :

De Versailles 06/01
« Hier à cinq heures trois quarts, le Roi sortant de chez Mesdames de France pour monter dans son carosse et se rendre à Trianon, un malheureux trouva le moyen d’approcher S.M. au milieu de sa garde, sans être aperçu. Il étoit armé d’un couteau à deux lames [...] » CA, 18/01.

De Paris 08/01
« Il n’est pas d’attentat si noir et si monstrueux dont la malice humaine ne soit capable, après celui qui vient d’être commis contre la personne sacrée du Roi. Quoiqu’on sçut déjà par plus d’un fameux exemple, et que la France eût éprouvé par la mort tragique de Henri le Grand, qu’un Prince pouvoit faire l’admiration de l’Univers et les délices de son peuple, et périr néanmoins par la main d’un assassin, on ne se seroit pas attendu que dans un siècle, comme le nôtre, où les mœurs plus adoucies par la politesse dévoient, bien moins que dans le sien, se ressentir de la férocité des Siècles Barbares, un Roi, surnommé le Bien Aimé, dans un royaume, où les surnoms des souverains ont toujours été l’expression naïve des sentiments de leurs sujets, un Roi aussi modéré envers les Ennemis de la France que clément et paternellement tendre pour les Français, fût en butte à la fureur d’un nouveau Ravaillac. [...]
Le 5 à 6 heures du soir, un monstre travesti en colporteur, saisit l’instant où S.M. montoit en carosse à Versailles pour se rendre à Trianon et frappa le Roi d’un coup de poignard au côté droit. [...] » CA, 18/01.

22Bien des gazettes (GL, GC en annonçant la nouvelle avant d’en détailler les circonstances font d’abord état de l’effet qu’elle produit (consternation, affliction, indignation). Le récit d’une même scène intiale se fait donc le plus souvent en deux moments successifs : l’un qui décrit et constate et l’autre qui introduit le drame et l’éloquence. Ce dispositif en écho et ce processus de remplissage, liés au fait que, dès qu’il survient, l’événement peut être perçu en des lieux et selon des grilles différentes, sont des modes rhétoriques propres au périodique qui tendent à focaliser l’attention sur l’apparition de nouveaux détails et à produire ou à entretenir un fond et un volume d’émotion. On pourrait dire qu’en s’efforçant de faire le plein, narrativement et rhétoriquement, le récit de presse vise à procurer à l’événement une dimension et une teneur, une sorte de consistance sémantique particulière et d’abord, au moyen de l’écho, de le faire entendre avant qu’il ne soit proprement relaté, d’en signaler l’effet avant de le décrire. Comme l’onde de choc qui précède l’impact du projectile, cette singulière physique de l’écho anticipé montre comment le texte de presse prête à l’événement vigueur et vitesse en lui conférant un volume affectif et dramatique avant de lui attribuer un contenu informatif :

« Un attentat des plus énormes vient de plonger cette capitale [Paris] dans la douleur et dans l’inquiétude. [...] » GA, 14/01.

23Ainsi le périodique adapte-t-il à ses propres buts les lois générales de la rhétorique.

24Du fait de ce travail de feuilletage et de ces phénomènes d’écho, les gazettes pourront tendre vers deux limites : d’une part, vers une narration de plus en plus complexe et épaisse, vers une sorte de narrationprotée, ou vers la nébuleuse éclatée que constituerait l’ensemble des énoncés de gazette sur Damiens. Elles auront d’autre part tendance à recentrer sélectivement les éléments du récit. Ainsi la GF réduit-elle, pour l’essentiel, sa relation aux circonstances de l’attentat, aux réactions et aux réjouissances du public. Les AA se spécialisent dans l’annonce des cérémonies et des fêtes qui se déroulent sur l’ensemble du Royaume et la GA insiste plus sur les séances du procès et sur la personne de Damiens. Ces divers modes de réduction sont l’expression à la fois d’une certaine spécialisation des rôles (la tâche des AA est d’informer plus systématiquement sur les provinces) et d’intentions ou de présupposés politiques (du fait du litige entre le Roi et le Parlement, la GF n’éprouve pas le besoin de donner le détail du procès alors que les gazettes hollandaises, plutôt pro-parlementaires, insistent plus volontiers sur ce point).

Le centre et l’horizon

25Dans toute sa possible diversité, le récit de gazette peut donc se présenter à la fois en réduction et en expansion. On pourrait déceler en lui un noyau central, une zone périphérique intermédiaire où le récit de l’attentat peut s’articuler sur d’autres thèmes d’information et un horizon plus lointain où il tenterait vainement de se charger d’un sens définitif.

26Ce qui fait la solidité de la séquence centrale dont nous avons précédemment montré le feuilletage et la constante fragmentation, c’est qu’elle est perçue dans son organisation générale comme une sorte de récurrence naturelle et nécessaire. Dans ses grandes lignes, la narration que vont présenter les gazettes est donnée comme la réapparition d’un syntagme qui semble déjà inscrit dans la mémoire des récits et des expériences fondamentales d’une société. De ce point de vue, la lettre publiée par la GC du 14/01 est l’un des textes les plus explicites :

« Dans ce moment et les larmes aux yeux, je n’ay que le temps de vous mander le malheureux et effroyable parricide qu’un monstre détestable successeur des Jacques Clément et des Ravaillac a commis hier au soir sur la personne sacrée du Roi. S.M. alloit avec M. le Dauphin monter en carosse [...]. Le parricide a été saisi ; il est gardé à vue dans la prison de la Prévôté et on prend toutes les mesures pour découvrir s’il a des complices. Ce malheureux, vomi par les Enfers, et guidé par les Furies s’appelle Jacques Damiens ; se dit natif d’Arras en Haynaut et a été autrefois domestique dans plusieurs maisons de Paris […].
Le Roi a été saigné deux fois […]. Dès ce matin [06/01] on a exposé le St Sacrement dans toutes les églises pour demander à Dieu la conservation et le rétablissement du meilleur des Princes [...]. M. le Premier Président du Parlement a été mandé sur le champ et est venu incontinent avec tous les messieurs.
On croit qu’ils s’assembleront aujourd’hui pour délibérer sur un événement aussi important. Malheureusement il n’y a qu’à remonter 147 ans dans nos Annales, et on trouvera comment on doit former le procès et faire exécuter l’autheur d’un forfait qui va souiller l’histoire de notre siècle et sera un opprobre éternel pour l’humanité [...] ».

27Ce texte présente le microcosme du récit général des gazettes. Dès lors qu’il annonce l’attentat, il propose du même coup un début de récit sur les réactions qu’il suscite (St Sacrement), une première indication sur l’identité et la personne de l’assassin, la possible relation des interrogatoires (découvrir s’il a des complices) et de la procédure de jugement (convocation du Président du Parlement) et l’idée du supplice final. Il suffira de développer et de circonstancier ces éléments pour obtenir le syntagme complet du récit des gazettes. Lorque la GA écrit dans sa livraison du 25/01 : « Et chacun n’aspire qu’à voir l’assassin expier son énorme forfait par le plus horrible supplice », elle montre quelle force implacable lie les deux termes du syntagme. L’attentat et le supplice sont indivisibles. L’attentat contient le supplice. Dès lors qu’elle peut se narrer, la scène de Versailles commence déjà à écrire celle de la place de Grève. Elles sont fondamentalement jumelées par le processus d’énonciation narrative. Selon les termes même de la gazette, qui pense ainsi traduire l’opinion unanime (« chacun »), il n’y a entre ces deux scènes que l’attente avide d’un public.

28La fermeté de ce syntagme s’appuie sur le fait que peut se reconnaître en lui une suite d’opérations qui ont déjà eu lieu. Spontanément, journalistes et narrateurs retrouvent les noms de Clément, de Châtel et de Ravaillac et rappellent la colère des gardes de Henri III :

« La joie qu’on a de voir S.M. échappée au péril qu’elle a couru sous la main de ce parricide, seroit imparfaite si une colère aussi précipitée que celle qui anima les gardes de Henri III avoit étouffé dans le sang la voix de ce nouveau monstre. » CA, 21/01.
« Qui auroit pu croire que dans un siècle aussi éclairé que le nôtre on renouvellât les scènes affreuses, les détestables forfaits des Cléments, des Châtels, des Ravaillacs, noms qu’on ne sauroit prononcer sans frémir d’horreur ? » GA, 14/01.
« Quelles que fussent les extrémités que l’on craignit de l’espèce de fermentation que l’on remarque depuis bien longtemps dans le roïaume, on ne s’attendoit nullement à revoir le siècle de Ravaillac. » GL, 14/01.

29C’est avec le nom des prédécesseurs régicides que commence parfois l’annonce de l’attentat du 5 janvier (GA, 14/01), comme si se reconstituait une sorte d’enchaînement mémoriel immédiat. Ce que le récit commence à effectuer en tant que structure s’est déjà effectué dans le passé, comme si se rééditait un programme déjà inscrit dans une mémoire de référence. Dans la mémoire des faits et des récits, une séquence est déjà formée qui se trouve réactivée au début de 1757. L’événement, en tant qu’il se raconte et se communique, semble référer à un radical de mémoire, à un élément constitutif de la mémoire socio-historique. Le récit de presse, par certains de ses procédés, contribue à la résurgence circonstanciée d’une parole sociale mémorisée.

30Si ce radical de mémoire se trouve au cœur même du noyau narratif, on peut dire que ce noyau se forme lui-même au moyen de deux types de processus. D’une part, un processus de programmation préalable, du fait que les premiers récits de l’événement peuvent pré-disposer l’ensemble de la narration qui va suivre, du fait aussi que cette séquence peut se développer comme la reprise d’un syntagme déjà inscrit dans la mémoire sociale. Et d’autre part ce qui, dans la soudaine résurgence d’une effectuation préalable, se donne comme la naissance d’un monstre ou l’éclosion d’un forfait. Et sans doute pourrait-on se demander si ce que l’on appelle monstre est seulement un ensemble de traits sémantiques et caractériels affectables au nom de Damiens et si le forfait est uniquement un ensemble d’actions chronologiquement repérables et judiciairement qualifiables. Il se pourrait aussi que ces termes désignent ce fait que l’acte du 5 janvier provoque un vertigineux effet de mémoire. Ce qui aurait dû rester enfoui au plus obscur de la mémoire a de nouveau surgi, comme une infernale vomissure, à la surface de l’histoire. De ce point de vue, le développement pluriel et complexe du noyau, en suscitant une population théoriquement illimitée de circonstances et d’anecdotes et en s’efforçant de constituer (comme le fait aussi à sa manière la très sérieuse enquête de duc de Croÿ) la figure plausible d’un monstre humain vraisemblable (le portrait/figure de Damiens), paraît vouloir ne pas laisser voir ou entendre ce qui s’offre dans la béance d’une mémoire qu’un coup de canif contribue furtivement à entrouvrir. Pourrait-on supposer ce qui peut s’entrevoir là ? Peut-être tout simplement, dans la mémoire d’une société monarchique, comme dans celle de toute société politique, l’une de ces scènes interdites où le pouvoir aperçoit à la fois sa terrible figure et son fondamental avatar. Qu’est-ce qui, dans l’expérience du pouvoir, peut apparenter son image de façon aussi intense au désir de meurtre ? Sans doute cette effrayante proximité qui dort dans toute mémoire récèle-t-elle d’inquiétantes questions que l’expansion du récit et le procédé de feuilletage et de fragmentation parviennent à esquiver.

31Lorsqu’on passe du noyau central du récit à ce qui peut se présenter comme un halo périphérique intermédiaire, on voit des thèmes divers venir s’articuler au noyau central et, en le développant, conférer au récit densité et épaisseur. Il s’agit, le plus souvent, d’insérer dans la narration des énoncés (citations, extraits, résumés...) empruntés à différentes instances de discours. La simplicité de la trame initiale se trouve à la fois compliquée et lestée d’une parole sociale multiple dont le poids et la durée peuplent et distendent le récit pour en retarder et en préparer la catastrophe. Nous donnons ici une liste partielle mais représentative de ces énoncés externes que le récit de l’événement utilise et absorbe :

1. Rapports entre le Roi et le Parlement : Echange de lettres, y compris les lettres patentes (GA, 21/01, GA, 18/02, CA, 21/01, 28/01, GC, 25/01).
2. Réactions

  1. Lettres : Réponse du Roi à la lettre du Conseil de Berne, GF, 02/04. Lettre écrite de Sedan sur l’émotion produite par la nouvelle de l’attentat, GL, 04/02. Lettres des protestants réfugiés en Hollande à leurs coreligionnaires français, GU, 22/03.

  2. Discours : de l’Abbé Raulet, à Liège, en réponse à celui de l’Ambassadeur de France, GL 04/02, GC 10/02. Discours latin d’un professeur de rhétorique de Toulouse, GF, 05/03. Discours prononcé à Auch par le P. Galy, GF, 05/02. Réquisitoire de l’avocat Muchembled, syndic d’Aix, AA, 23/02.

  3. Mandements, sermons, prières : Prière des Juifs portugais de Bordeaux. Actions de grâces composée par le rabbin, GL, 18/01. Mandement de Christophe de Beaumont, GL, 15/03 et 18/03, GU, 18/03. Sermon du Père Bernard à Ste Geneviève, GA, 25/01, AA, 26/01, CA, 28/01, GC, 25/01.

3. Sentence : GB, 10/04, GA, 15/04, GU, 05/04, GC, 05/04.
4. Ouvrages et pièces publiés (qu’ils soient simplement annoncés ou qu’on en donne des extraits) :
Ouvrages clandestins, CA, 11/02, GU, 08/04, GL, 18/02. GA, 29/03 et 08/04 (Réflexions sur l’attentat, Lettre d’un patriote, Déclaration de guerre.) Sonnet de Mercabuoni sur la conservation du Roi, AA, 26/01. Prière d’un chapelain en l’honneur du Roi, GU, 22/02. La France sauvée, poème d’Arnaud, poème latin de Coger, fable de l’abbé Aubert, AA, 20/04. Annonce du recueil des pièces du procès, GB, 25/04, GU, 30/05, AA, 20/04.
5. Divers : Le testament politique de Mandrin (préface), GL, 18/01. Lettre du contrôleur des finances aux curés de Paris (distribution de subsides), GA, 28/01. Mémoire du duc de Croÿ (résumé), GA, 08/03.

32A ce niveau du récit nous voyons se réaliser un mixage, une juxtaposition verticale de discours divers (juridique, religieux, politique). Cela donne consistance au récit en faisant place à l’action et à la voix de quelques grands corps du Royaume (essentiellement ici l’Eglise et la Magistrature). Le récit ressemble alors à un patchwork d’éléments narratifs et de citations qui synthétise en un maillage mobile la structure active d’une mémoire traumatisée et la convergence plurielle des discours institués. Ce jeu de citations et d’emprunts réalise, dans le texte de presse, la mise en écho d’une parole très précisément située, qualifiée et autorisée, par sa source et sa finalité sociales (les énoncés juridiques, religieux et politiques ont chacun leur origine et leur destination propres). Dans l’anonymat du récit, ces citations, pour la plupart, tracent en paroles rapportées ou déléguées, la présence plurielle et concertée d’un corps socio-politique.

33Nous appelons horizon tout ce qui dans le texte de presse est désigné comme ce qui manque au récit pour qu’il puisse se dire achevé. Il arrive, en effet, que le récit de presse (en quoi il est bien différent d’autres modes de narration) souligne, dans son énoncé, une sorte de carence constitutive qu’il tend vainement à combler. Cette tension et cette impuissance propres au texte des gazettes se déclarent en indices nombreux qui sont comme les éclats d’un second noyau du récit où pourrait se cristalliser ce qu’il y a, à la fois, d’innommable, d’indicible et d’inconnaissable dans l’événement. Si, en première analyse, l’événement vacille autour d’une source traumatisée de la parole sociale, l’examen second montre que le récit ne parvient pas à restituer totalement la trace de cette parole. L’intérêt est qu’il le dise lui-même et le déclare comme un empêchement spécifique, et qu’il laisse, en suspens, en absence, ou en ombre portée, dans son propre corps de langage, des éléments et des indices dont la perception et le regroupement permettraient, du point de vue de celui qui narre l’événement, de la constituer en un phénomène parfait et total. Aussi y a-t-il apparemment dans ce type de narration deux noyaux ou deux centres : l’un où l’événement apparaît comme un relief soudain et un autre où sa trace active ne parvient pas à s’inscrire dans le langage de manière totale et exacte. Comme toute métaphore, celle de l’horizon est trompeuse et, en l’occurrence, l’horizon nous ramène au cœur du récit.

34Cette totalité impossible pourrait être d’abord la collection exhaustive des réactions suscitées par l’événement.

« Il vient de toutes parts tant de relations des réjouissances faites en différents endroits, par rapport au Roi de France, que l’on auroit peine à trouver place pour marquer seulement l’annonce de chacune en particulier ». GU, 15/03 (supplément).

35L’événement explose en une poussière d’échos et chaque écho qui pourrait aussi être l’occasion d’un récit, se trouve n’être ici qu’un fragment ponctuel (une de ces particules élémentaires) qui contribue à tapisser le fond de la narration et pourrait à la limite saturer sa trame. Le comble de l’événement perçu et rapporté serait alors l’incommensurable infinité de ses échos qui pourrait mettre en pièces (point extrême de la fragmentation) la syntaxe d’une narration paralysée par le retour à peine modifié du même écho. A l’horizon du récit, l’événement serait comme la pulsation répétitive d’une entropie.

36Inscrite dans la parole d’une société, la totalité de cet écho multiple constituerait la rumeur de fond de l’événement. Il s’agirait alors, pour les gazettes, de rassembler une parole, à la fois globale et permanente, banale (au sens premier du terme) et opaque. L’allusion à ce phénomène ne manque pas dans notre corpus :

  • 2 C’est nous qui soulignons.

« On fait cent contes2 sur la personne de ce misérable (Damiens) qu’on ne connaît point encore. Ses réponses sont si vagues et si opposées les unes aux autres qu’on ne sait qu’en penser ». GA, 18/01.
« On ne sauroit dire tous les contes qui ont été faits sur son chapitre ». GA, 21/01.
« Il y a déjà bien du monde arrêté : ce qui fait faire cent contes qui n’ont point le sens commun ». GA, 28/01.
« Le public continuera d’être amusé de divers contes sur son (Damiens) chapitre. Il s’en est déjà répandu de bien des espèces ». GU, 15/02.
« Tout ce qu’on a dit jusqu’à présent de l’exécrable Damiens n’est fondé que sur des conjectures, qui se sont même détruites les unes les autres ». CA, 25/02.
« Ce qu’il dit le matin, il le détruit le soir et son caractère est tel, qu’on le regarde comme un fanatique ». CA, 18/03.
« La curiosité sur ce qui regarde Damiens n’est pas plus satisfaite aujourd’hui, qu’elle l’étoit au commencement de ce procès. C’est toujours la même variation dans ce qui se débite et les discours qu’on a tenu le matin sont contredits par ceux qu’on tient le soir ». CA, 25/03.

37Rumeur qu’alimentent à la fois le comportement énigmatique de Damiens et le secret de l’instruction, comme si elle devait trouver sa source sur le seuil où se concentrent et s’affrontent, à travers l’appareil judiciaire, la parole d’un homme et la stratégie d’une institution. Au delà des poncifs sur la versatilité de l’opinion, la rumeur devrait conduire le journaliste des échos de l’événement à ce qui constitue son bruit, à un lieu où la parole de l’événement et la parole sociale semblent perdre leur articulation (autre point extrême du processus de fragmentation) et où cette parole devenue à la fois indistincte et comme naturelle, occupe en même temps la rue, le salon, la foire, le marché ou l’auberge, où elle devient coextensive à la communauté des lieux, des habitudes et des trajets sociaux. L’événement ici tend à se fondre, et pour le narrateur, à se perdre, dans l’ambiante mobilité de la vie sociale.

38Mais au delà de cette double totalité inaccessible (celle des réactions à l’événement et celle de la rumeur), ce qui manque fondamentalement au récit c’est ce que lui-même appellera parfois le secret et dont la présence remarquée signifie que quelque chose de sa parole de l’événement n’est pas donné au narrateur. Comme si, dans la mise en énoncé de l’événement, quelque chose de la parole ne parvenait pas à se transmettre, comme si s’effectuait en lui un processus de signification limitée, de non-traduction ou d’intraduisibilité :

« Il n’a absolument rien transpiré de ce qu’il [Damiens] peut avoir dit2 jusqu’à présent ». CA, 25/01.
« Mais rien ne transpire de ce qu’il dit, ce qui mortifie beaucoup la curiosité publique que nulle révélation n’intéresse tant aujourd’hui que celle qu’on attend de lui ». CA, 01/02.
« On ignore pleinement si ce monstre a parlé et ce qu’il peut avoir avoué ». CA, 15/02.
« On ne sait pas ce qu’il a déclaré ». GB, 25/01.
« Le Premier Président alla hier à Versailles communiquer au Roi les réponses du meurtrier aux interrogatoires qu’il a déjà subis. On garde un grand silence à ce sujet et tout ce qu’on débite dans le public n’est que conjecture ». GB, 28/01.
« On lui [Damiens] a fait nouvellement plusieurs questions et par ce qui a pu transpirer de ses réponses on juge que c’est un forcené ». GB, 22/02.

39Il semble qu’il y ait toujours en aval du récit un « à savoir » ou un inconnu qui stimule et exacerbe une activité d’attente.

40Cette ignorance et cette attente se forment autour de la parole espérée de Damiens. Le secret, c’est Damiens et sa parole, c’est Damiens réduit à sa parole possible. L’énigme de Damiens se construit autour d’une parole attendue qu’il conserverait de manière obstinée et perverse. Cette rétention de parole est perçue par le narrateur comme une amputation du sens délibérément voulue par le criminel. C’est en quoi il apparaît bien comme un forcené. Car si le forcené est « hors du sens » en ce qu’il est dénommé fou ou monstre, il l’est aussi du fait que, par sa présence et sa conduite, et de façon tout à fait exemplaire, se déroule jusque dans la cruauté du supplice le combat de la parole et de la force, le terrible jeu qui oppose le refus de la parole propre à la puissance de l’appareil d’Etat. Par le silence ou par les déclarations contradictoires, la parole résiste à une force de sens, à un sens forcé et mis en force selon les modes de l’assignation (enquêtes, témoignages, interrogatoires) et de l’extraction (questions, supplice). Aussi va-t-il de soi qu’à l’horizon de son développement, le récit attende comme son terme propre le lieu et l’instant où l’aveu réaliserait par les moyens du supplice l’avènement de ce qui manque à la parole de l’événement :

« On souhaite ardemment qu’il vive autant qu’il faudra pour lui donner le temps de révéler l’affreux, mais l’important2 mystère de la suggestion qui a excité sa fureur ». CA, 21/01.
« L’envie qu’on a de tirer de lui l’aveu qui importe infiniment à l’Etat est cause qu’on ne lui refuse rien, et qu’on le traite de façon qu’un prisonnier civil ne pourroit l’être mieux ». CA, 01/03.
« Jamais spectacle n’eut tant de spectateurs qu’en aura celui de son supplice [...]. Tout ce qu’on regrettera sera le secret de la suggestion qui arma sa main parricide, s’il l’emporte avec lui et s’il est vrai, comme on l’assure, que ses juges n’en sont pas mieux instruits que le public ». CA, 01/04.
« Mais tant que son supplice sera différé, l’attente des curieux demeurera suspendue, du moins sur ce qu’il aura dit d’intéressant : peut-être même qu’à cet égard, la curiosité du public ne sera jamais satisfaite ». CA, 04/02.
« Mais avant de lui faire subir [le supplice], on espère tirer de lui par les douleurs aiguës de la question extraordinaire, les aveux qu’il s’est obstiné de celer jusqu’à présent ». GU, 15/03.
« Les barrières que l’on pose autour de la grève seront gardées [...] afin que [...] tout se passe dans l’ordre et que l’on puisse recueillir jusqu’au dernier moment les aveux que la violence des tourments pourront arracher à ce misérable ». GU, 29/03.

41Si le récit, dans sa progression linéaire comme dans son feuilletage sémantique, se trouve conduit vers la scène finale du supplice, ce n’est pas seulement parce que se ré-effectue ainsi un scénario inscrit dans la mémoire, c’est aussi parce que cette scène est le lieu où le sens de l’événement peut se révéler ou rester à tout jamais dissimulé, parce qu’elle est un petit théâtre rituel où le sens est l’en-jeu. Et comme l’instant de l’attentat, ce moment réunit l’ensemble des thèmes du récit :

« Quoique divers objets fort intéressants s’attirent l’attention du public, aucun n’y a plus de part que le monstre qui a attenté sur la personne sacrée du Roi. Ce scélérat rend tout le monde avide du secret de la confession qu’on espère que les tourments lui arracheront. En attendant qu’il la fasse on se jette sur les conjectures, et on les fonde à tout hasard sur les suspicions que l’on prend de diverses personnes qui sont arrêtées ». CA, 11/02.

42Autour du moment de l’aveu et de la scène du supplice se disposent l’acte criminel et le caractère du régicide (monstre), les arrestations, les interrogatoires possibles, et la circulation de la rumeur, et, au delà, l’ensemble des nouvelles propres à nourrir la curiosité du public.

43Tendu jusqu’aux limites d’un corps (supplice) vers ce qu’il tient pour vérité, ce récit est aussi tendu vers la révélation de l’affreux (CA, 21/01), vers une sorte de réalité horrible ou de terrible vérité qui fascine « on », c’est-à-dire chacun, et importe à l’Etat. Et le supplice sera bien une appropriation spectaculaire de l’horreur, une espèce de manducation visuelle et rituelle du monstrueux. Un véritable acte de terreur. Au fond du récit, demeure inarticulée une parole monstrueuse et terrible dont Damiens est considéré comme possédé et qu’il conserve, croit-on, comme son secret. L’extraordinaire pouvoir de cet homme et la fascination qu’il exerce tiennent sans doute au fait que son acte l’a conduit là où gisent ces vérités affreuses qui ébranlent la mémoire des hommes et des Etats. Le secret qui les habite est sans doute à la mesure de l’horreur qui les accompagne. Car il y a dans la force de l’horrible quelque chose, qui, dans la parole, s’interdit, et pour ainsi dire reste dans la gorge et s’imprime dans l’opacité des corps où l’Etat aimerait pouvoir, pour quelque extraction sécurisante, faire pénétrer ses instruments et ses réseaux. Ce qui, dans le secret et dans l’horreur, se trouve ici interdit, c’est au fond une affreuse vérité politique. Ce qui est réclamé dans le récit et ce que les circonstances dénient, c’est la parole politique de l’événement. Damiens qui eût pu ou même dû en être le héraut, n’en articule rien. Il est l’actant d’une parole politique qui reste inexprimée (d’où les nombreuses interprétations possibles). Au fond du récit demeure un non-dit politique, une parole politique obscure et inavouée. Car il s’agit bien là et jusque dans le corps du condamné de l’essence même du pouvoir, de la nature de l’Etat et de leurs possibilités d’être maintenus, de détruire et d’être détruits, en somme de ce qu’au sens plein du terme on pourrait aussi bien appeler leur événement.

44Les relations qui s’établissent entre le noyau central et l’horizon du récit font apparaître quelques-uns des pouvoirs et des effets du récit d’événement. L’événement permet au récit de regrouper, autour d’une structure centrale, la multiplicité et la mobilité de la parole sociale. En même temps qu’il la stimule, la disperse et la laisse proliférer, il tente de l’unir. Cette sorte de constante pulsation, qui s’effectue à l’aide du processus de la fragmentation des thèmes et de la juxtaposition de micro-récits, produit, à partir du noyau central, une sorte d’onde qui en déplaçant ses échos, en se développant narrativement, ne cesse de revenir sur son origine traumatique, qu’elle enveloppe et occulte et dont elle soigne la blessure au moyen d’une dépense narrative, thématique et sémantique organisée et diversifiée. En somme le récit enveloppe dans son réseau la source et le sens d’un événement dont il est lui-même issu.

45Ce processus particulier de développement convoque et articule dans le récit différentes sources de parole : celle des témoins privilégiés de l’événement ou de ses premiers échos (correspondants de la GC et de la GA) qui spontanément exhument de la mémoire une ancienne structure de référence ; celle des divers acteurs de l’institution qui se multiplie en citations et en résumés de textes ; celle enfin de la rumeur et celle du criminel qui s’abîment dans l’indistinction du bruit et dans l’occultation d’un discours politique. Nous voudrions faire remarquer la double opposition qui s’établit, d’une part, entre le luxe des textes institutionnels parfois longuement et profusément cités et l’absence de parole significative de la part de Damiens (hors quelques échos anecdotiques) ou la carence dans le texte de gazette d’un discours politique explicatif, et, d’autre part entre la fragmentation sans fin, qui dans la multiplication des réactions et le bruit de fond de la rumeur constitue un trop plein de parole et le manque de parole que suppose l’absence de l’aveu. Phénomènes opposés ou à tout le moins fort différents et cependant solidaires puisque utilisés dans le récit à produire le même type d’effet.

Actants

46Comme pour les autres constituants du récit on pourrait énumérer une multitude d’actants et souligner aussi le rôle fondamental d’un actant unique (Damiens). On distinguera mal, dans le récit, la présence de personnages muets dont la fonction est cependant importante dans la conjoncture : soldats, gardes, hommes de police (dont il n’est rien dit dans les gazettes), bourreaux... On percevra mieux les acteurs qui entrent dans le récit par des déclarations de parole : médecins, parlementaires, ecclésiastiques, protestants de Hollande et de France, Juifs bordelais, Ambassadeurs et Princes étrangers, correspondants et journalistes. On retrouvera ici les sources d’énonciation des discours et des citations dont nous avons parlé. Ce qui apparaît mieux c’est le fait que ces actants se constituent en corps constitués : corps de la Noblesse (la Cour), des magistrats, de l’Eglise, des corporations (drapiers, tisserands...), corps des armées (garnisons) etc. Le récit met en action tous les corps du royaume. Restent deux actants principaux : le Roi et le Régicide, deux autres corps essentiels au récit et fondateurs de l’événement. Le Roi se présente comme un corps de santé (blessure/guérison), mais il sera aussi l’image d’un corps politique blessé : celui du Royaume. Nous ne reprendrons pas à propos des actants une analyse qui recouperait l’examen général du récit. Mais nous insisterons sur le fait que le récit des gazettes fait une place essentielle à Damiens. Si les corps constitués ne cessent de remplir le récit de leurs actions (procès, fêtes, cérémonies, mandements, etc.), si le Roi reste, pour sa part, relativement discret, l’acte et la personne de Damiens s’imposent en revanche comme le point focal du récit.

« Le scélérat qui a attenté à la vie du Roi [...] a rendu par cet attentat sa propre vie aussi précieuse pour quelque temps aux Français que sa mémoire leur sera à jamais détestable ». CA, 21/01.

47Sur le fond de la mémoire, Damiens apparaît, du fait de son crime, comme ces personnages rares qui sont à la source des légendes :

[Damiens] « est en France le principal et presque l’unique objet de la curiosité publique ». CA, 03/01/1758.
« On fait cent contes sur la personne de ce misérable qu’on ne connaît pas encore ». GA, 10/02.
« On ne saurait dire tous les contes qui ont été faits sur son chapitre ». GA, 14/01.
« Partout on parle de lui ; de partout on demande de ses nouvelles ; et l’on est beaucoup plus empressé de savoir ce qu’il fait ou ce qu’il dit qu’on ne seroit si ses actions étoient autant de prodiges et ses discours autant d’oracles... ». CA, 25/01.
« On ne tarit point sur le compte de l’assassin, ce sont tous les jours de nouvelles histoires qui ne sont ni vraies ni vraisemblables ». GA, 21/02.

48Si Damiens est non seulement au cœur du récit des gazettes, mais aussi le personnage essentiel des « contes » qui peuplent la rumeur, comme il est le personnage central du procès, le héros du supplice et le sujet de pamphlets, de fables et de poèmes, c’est qu’il est, à la fois, ce personnage qui émerge dans la mémoire des hommes comme le traumatisme du crime et aussi ce corps démantelé sur lequel semble buter toute tentative d’explication. Actant fondamental qui se confond avec l’événement même, puisqu’à la fois il le provoque et en garde le secret, non seulement il fonde le récit, mais à travers le supplice et avec son secret, il le parcourt de part en part, le dépasse et, par le processus de l’énigme et l’appareil de la terreur, semble vouloir prendre place dans un au delà des discours et des récits. Plus qu’un simple actant, c’est un actant pluriel et complexe, une sorte de méta-actant qui appartient simultanément à plusieurs régimes d’énonciation puisqu’il est le lieu où les récits, les paroles et les discours communiquent. Il fait l’événement, mais en retour, l’événement fait de lui le carrefour où convergent et s’échangent les différents modes de parole.

49Le récit utilise plus ces actants comme des corps (corps sociaux institués, corps concret et symbolique du Régicide, et du Roi) que comme des personnages proprement dits. Si les actants-personnages sont, dans les récits de fiction, les effigies ou les masques de personnes illusoires, les actants-corps des récits de gazette apparaissent comme des entités impersonnelles. Ces récits ne reconnaissent pas de sujets propres. Le Roi qui n’a jamais que son titre et pas de nom n’est pas tenu pour sujet propre, et si l’on donne le nom de quelques magistrats, ecclésiastiques, intendants ou capitaines, c’est plus pour les affecter à leur corps (Eglise, Magistrature, armée) par l’étiquette du nom que pour personnaliser leur action ou leur discours. Seul, peut-être, le nom de Damiens s’enrichit au cours du récit de quelques indices personnels qui forment les éléments d’un portrait. Mais son visage disparaît peu à peu dans l’énigme du caractère, de même que son corps est aboli dans le rite du supplice. Il semble donc que ce récit ait pour fonction de distribuer ces rôles essentiels à des corps dépersonnalisés, à des sujets désubjectivés. Le récit d’événement organise une logique des corps sociaux qui n’est peut-être rien d’autre qu’une logique politique fondamentale. Car au delà de tout corps individuel et à travers les classes de l’institution, il s’occupe à affirmer, à reconstituer et à recréer un autre sujet, totalement abstrait, mais politiquement nécessaire : le sujet du Roi ou le sujet dans le royaume. Ce que les cérémonies font de façon explicite, le récit de l’événement l’effectue implicitement (et les narrations d’événements seraient des éléments essentiels dans une typologie des réactions) : réaliser une mise ou une remise des sujets dans le corps socio-symbolique du royaume, contribuer à leur réappropriation par un pouvoir. Le récit de presse vise un objectif politique : maintenir des sujets sans corps propres : corps des couches populaires qu’on nourrit et abreuve (distribution de subsides divers), corps constitués enfermés dans un ensemble de gestes et de fonctions, dans la clôture ordonnée, tranquille et paternelle du grand corps monarchique dont la personne du Roi est la figure incarnée. C’est ce corps et ce sujet-là que le récit de gazette contribue à restaurer et à réconforter.

50Cette logique politique des corps s’articule sur un phénomène majeur : le supplice sacrificiel qui organise l’équivalence de deux expériences inhumaines. Puisque la volonté d’assassiner un roi bien aimé se produit en l’homme comme le surgissement du monstre, il faut que le supplice du régicide s’établisse hors des frontières de l’humanité :

« Jamais spectacle n’eut tant de spectateurs qu’en aura celui de son supplice et tout plaisir cédera à l’empressement de s’en repaître ; et l’humanité qui ne voit gueres sans un peu de commisération les souffrances de ceux-mêmes qui l’ont le plus outragée, ne fera certainement rien ressentir qui puisse diminuer la satisfaction qu’on aura de voir punir celui-ci ». CA, 01/04.
« Damiens périt hier : ni aujourd’hui, ni de quelques jours on ne se remettra pas du frémissement qu’a causé le spectacle de son supplice. Tout ce qu’offrit aux yeux de nos pères la punition de Ravaillac a été représenté aux nôtres dans celle de son imitateur. Il n’y a que l’assassin du Roi et d’un Roi extrêmement chéri de ses peuples, que l’on puisse voir souffrir tout ce que ce misérable a souffert, sans que la compassion de ses maux combatte et même surmonte l’horreur de son crime ». CA, 08/04.

51Comme termes extrêmes du récit, l’attentat et le supplice entretiennent une connivence fondamentale qui, en faisant de l’un l’écho de l’autre, forme le récit en une sorte de cercle achevé. Il s’agit non seulement de deux scènes complémentaires et solidaires, mais aussi de la même expérience de l’inhumain. La proximité sémantique des deux scènes, le fait qu’elles soient comme superposables, laisse entendre qu’elles sont secrètement affiliées et qu’elles participent à la mise en scène d’une même valeur ou d’une même propriété. Dans la balance juridique, idéologique et mythique de l’époque, le supplice est le prix de l’attentat selon le signe précis du talion. Le corps démembré de Damiens est proprement ce que vaut le geste de l’attentat en tant qu’il propose l’image de la destruction du corps monarchique. L’horreur idéale, impensée et refoulée, d’un royaume rompu et déchiré trouve son équivalence dans le spectacle d’un corps qu’on dépèce. Damiens occupe dans la réalité du supplice la place que le Roi et le Royaume occupent dans la symbolique de l’acte régicide. Le supplice est la représentation expiatoire de cet acte. Par un profond effet d’écho, le geste de l’attentat se retrouve dans l’appareil du supplice. L’événement revient ainsi sur lui-même et se répète symboliquement en une sorte d’auto-représentation active. Et cette scène inhumaine est une scène politique, car à travers elle le pouvoir se réalise et se concrétise comme une forme d’humanité supérieure et sacrée ou comme un mode d’inhumanité : comme l’affirmation d’une loi et d’un ordre qui hors des motifs rationnels existeraient en soi nécessairement et entreprendraient de soumettre les corps jusqu’à la limite de leur chair, de connaître jusqu’au secret de la parole des sujets et qui formeront en événement spécifique le fait de réaffirmer l’unité d’un corps social dans le démembrement d’une victime expiatoire.

52Au terme de cette brève analyse des actants du récit, on pourrait dire que la narration de l’événement distingue et articule deux régions d’action :

53A partir de l’attentat, le récit se dirige vers deux horizons différents : le supplice unique et la multiplicité des fêtes et des cérémonies ; et ces deux parcours correspondent à deux modes de l’écho. D’une part un écho unique et majeur, gigantesque et fascinant, qui, de l’attentat, renvoie au supplice et se produit dans la sphère d’un sacré inhumain. D’autre part, une profusion de réactions dispersées, répétées dans le temps et l’espace et qui composent un monde de liesse et d’enthousiasme : l’image d’une collectivité humaine heureuse. D’une part se réalise, dans le supplice, l’anéantissement rituel d’un corps criminel ; de l’autre se réaffirment, dans les festivités, l’image, le relief et le volume du corps social. Et chaque espace a son actant propre : le Régicide Damiens, le Roi-Royaume. Et il se fait entre ces deux domaines une sorte d’équilibre compensatoire. Car ce qui, dans le supplice, se dépense en une horreur et une inhumanité quasi primitives se recompose dans les cérémonies et les fêtes en une humanité heureuse où semblent devoir se retrouver tous les sujets et tous les corps. La réunion et la participation font pendant à l’exclusion et à la séparation irrémédiables.

54Faut-il ne retenir que deux actants (le Roi/le Régicide) ou en distinguer trois (Roi/Royaume/Régicide) ? Le jeu, au niveau du récit, se fait-il pour l’essentiel entre le Roi et le Régicide, le royaume n’étant que l’enjeu ? Ou bien le Roi, le criminel et le Royaume sont-ils les acteurs d’un même drame où, en même temps qu’il acquitte le prix du coup porté au corps du roi, le corps démembré de Damiens apparaît comme l’écho inversé du corps vivant d’un royaume unifié dans les cérémonies et les fêtes ? Remarquons simplement que le Roi et le criminel sont, comme actants, à l’origine du récit, alors que le royaume le devient en cours de narration. Sans doute est-ce là, dans le texte des gazettes, l’indice d’une philosophie de l’histoire et l’expression d’une logique inversée des catastrophes qui parvient à nier la portée métamorphique de l’événement. Il reste que pour ce type d’énoncé un actant n’est narrativement efficace que dans la mesure où il permet, par sa présence et sa nature, d’organiser, pour certains textes de presse, les rapports entre les modalités d’action d’un récit et l’organisation de l’information.

Le corps de l’information

  • 3 Sur l’ensemble de ces problèmes voir la communication de P. Rétat, « La communication de l’événemen (...)

55A défaut de pouvoir entreprendre un travail d’envergure, essayons d’apercevoir de quelle façon prend corps l’information de l’événement3.

56Si d’une action ou d’un ensemble d’actes produits dans un lieu donné, on trouve nécessaire de faire connaître et de décrire, à l’aide de moyens d’expression (récit) et de diffusion (gazettes) appropriés, les conditions et les circonstances selon lesquelles il est advenu, on peut dire que cet acte se forme en événement. L’événement se donne d’abord comme l’occurrence d’un acte, captée, traduite et transmise, à la fois par un dispositif narratif et par un appareil de diffusion. Au niveau le plus simple, on aura donc d’abord un lieu de référence (le lieu de l’événement), des lieux où l’on apprend l’événement (public) et des lieux où l’annonce de l’événement est reçue pour être renvoyée vers d’autres lieux (gazettes). En l’occurrence, et pour s’en tenir d’abord au schéma minimal, il y a Versailles où se produit l’attentat, il y a différents lieux, en France, en Europe et au delà où l’on a connaissance de ce fait, et entre les deux, il y a Paris, Avignon, Amsterdam, Leyde, Cologne, Utrecht, et Bruxelles comme lieux d’édition des gazettes où la nouvelle afflue et d’où elle est redistribuée pour un public. Point d’origine, point d’arrivée et lieux de passage. L’événement prend alors la forme d’un réseau. Mais nous ne l’avons décrit ici que de façon sommaire. Il peut, en effet, se compliquer et constituer en lui-même des phénomènes d’écho qui le font vibrer et le rendent plus dense. La forme élémentaire du processus de transmission se présente comme un dispositif en étoile, plus ou moins complexe. Au centre, le lieu où se produit l’accident, à la périphérie, des points où les gazettes installent leur appareil enregistreur et diffuseur. Soit, en détaillant certains items, les tableaux suivants (en encadré, la date réelle de l’événement ; les autres dates sont celles de la parution des gazettes qui annoncent l’événement) :

Première séance du procès

Première séance du procès

57Il ne s’agit ici que d’un phénomène de propagation simple qui dispose autour du lieu événementiel une périphérie réceptive relativement stable, puisqu’en général un événement produit à Paris ou à Versailles s’annonce presque au même moment à Utrecht, Amsterdam, Cologne ou Avignon. Mais ce premier réseau se double d’un maillage plus complexe dès lors que les gazettes veulent faire savoir que la nouvelle de l’attentat a causé l’émotion et la stupeur à Dresde, à Toulon ou à St-Pétersbourg. La source événementielle s’estompe au profit d’une nouvelle périphérie de réactions que font connaître les gazettes. La presse s’occupe moins alors de l’événement même que de ses effets et le trajet de la nouvelle ne va plus d’une origine (événement) à un effet (annonce), mais d’un effet (réaction) à un autre effet (annonce de la réaction).

58Ce qui propage l’événement, c’est précisément ce jeu d’effets qui se déploie à l’échelle du territoire français et européen. Si l’on veut, pour représenter ce phénomène, s’en tenir à l’annonce de l’attentat, en d’autres lieux que Versailles, telle que la transmettent les différentes gazettes, on obtient le tableau suivant (Sur une ligne verticale on lira la date de parution des gazettes, sur une ligne horizontale les sigles des gazettes et leurs lieux d’édition et dans les colonnes les lieux atteints par la nouvelle de l’attentat) :

59On remarquera que c’est l’Europe du Nord qui est la plus rapide à organiser dans la presse l’effet de l’événement et qu’elle dispose d’une sorte de table d’écoute qui capte d’abord les réactions de Hollande, des Provinces-Unies, d’Angleterre, de Saxe et d’Autriche. Cela tient sans doute à l’efficacité du remarquable centre d’information que constitue le quadrilatère Bruxelles, Utrecht, Amsterdam, Cologne, qui semble avoir la capacité et l’habitude d’organiser une partie de l’Europe du Nord et du Centre en véritable chambre d’écho pour tout événement majeur. Au-delà et à mesure que passe le temps, le phénomène s’étend plus à l’Est et au Sud jusqu’à St-Pétersbourg et Constantinople tandis que, peu à peu, sont intégrés divers points du territoire français.

60Qu’elle soit simple et relativement immédiate ou qu’elle passe par le truchement d’une réaction, l’information de l’événement tend à le faire voir comme une série en propagation ou comme une périphérie d’effets. Elle déplace le regard de l’événement propre et de ses causes possibles, vers la perception de ses échos et la visibilité de ses effets, dans le temps et l’espace.

61Dans sa complexité, le corps de l’information s’organise autour de quatre fonctions essentielles : l’apparition d’un foyer accidentel central (attentat), le déploiement, dans l’espace-temps d’une société, d’un ensemble de réactions à cet accident (émotions, cérémonies, fêtes), la captation de l’événement initial et de ses effets par des centres et des organes de médiation qui le traduisent et le diffusent comme nouvelle et comme récit (gazettes), la réception enfin par un public qui peut aussi assister aux Te Deum et se mêle à la rumeur.

62De l’événement initial au public, il se fait bien des échos, tous de nature différente et qui cependant s’articulent et se prolongent. Les réactions sont un premier mode d’écho ; la déclaration de presse peut être, à la fois, un écho direct et la traduction du premier écho ; elle peut synthétiser l’écho premier et l’écho second pour réaliser un écho complexe. Le lecteur ou le public constituent les lieux où s’accumulent et se fondent tous ces échos diversement arrangés. De l’événement premier aux réactions qu’il provoque, l’écho se fait par le travail des corps constitués ; de cet événement et de ses réactions aux organes de médiation, il se forme, à la fois, à travers la maîtrise des relations spatiales (postes, courriers) et la création du texte de presse et de ces organes au public ; il se développe à l’aide de l’organisation d’une diffusion et de la mise en place de processus de lecture. De ce point de vue l’événement est comme une vague qui se propage et comme un grand corps propageant où travaillent des modes d’écho différents qui peuvent eux-mêmes interférer.

63Ainsi, de même qu’une occurrence événementielle s’accompagne d’une périphérie de réactions, un centre éditorial s’adresse à une périphérie de récepteurs. D’une part réagit l’institution sociale, de l’autre travaille l’organe de presse. Cette homologie semble montrer qu’il n’y a d’événement complet que si une première chaîne d’échos se trouve dédoublée et multipliée par la fonction communicative du texte de presse. L’événement se présente ici comme une méthode de mise en écho des accidents observables d’un écosystème culturel donné. Et la gazette est elle-même un moment et un mode de cette mise en écho. Elle est un des effets spécifiques de l’événement qu’elle perçoit avant tout comme une série d’effets. Dans l’ensemble des rapports qui unissent les quatre pôles que nous avons distingués, la gazette s’efforce surtout de prendre en compte les réactions à l’événement. Sa stratégie consiste pour l’essentiel à traiter d’une série d’effets, à redoubler un effet en changeant son mode au moyen d’une traduction en langage et d’une transmission de parole.

64Ce qui occupe la gazette et envahit ses récits, ce n’est pas un besoin de revenir sur l’attentat pour en rechercher les causes ou supputer les motivations du criminel. Ce n’est pas non plus le souci de publier des réactions de lecteurs. Elle consacre l’essentiel de son texte à mettre en scène et en échos les multiples annonces de l’événement et les réactions qu’il produit. Ce faisant elle forme l’événement en une surface constamment visible, en une sorte d’image permanente et toujours nouvelle. Elle le déploie dans l’extériorité.

65L’écho, en ses divers modes, est à la fois un effet de la structure narrative et une modalité de l’organisation de l’information. Il est peut-être d’abord le procédé fondamental par lequel la scansion temporelle, rendue nécessaire par la résistance de l’espace, s’inscrit dans certains récits d’événement. En effet, dans le temps où elle voyage toute nouvelle reste stable. Séparée de sa source, elle ne peut s’enrichir d’informations issues de cette même source. Du fait des contraintes de l’espace-temps, les énoncés d’événement se forment donc naturellement par saccades et par fragments ; ils ne se présentent pas comme un flux de parole homogène et continu. Quelque chose vibre et vacille dans le domaine du sens ; quelque chose se découpe en échos différents et successifs dans l’espace-temps ; quelque chose se forme en fragments, en saccades et en séries dans le récit. L’événement est ce quelque chose qui conjugue et mêle tous ces processus et ces niveaux et les rend homologues. Le corps perçu de l’événement, c’est l’ensemble des méthodes et des réflexes par lesquels ces trois modes de procédure parviennent à constituer un même phénomène. Lorsqu’il s’écrit dans la presse, l’événement est une sorte de mélangeur et de doseur particulier qui, grâce à la structure périodisable de l’écho et aux possibilités de la chaîne narrative, réussit à fédérer les lois de la propagation, celles de la narration et celles de la signification.

L’événement, les séries, le sens

66L’énoncé de gazette se présente habituellement comme la juxtaposition d’annonces élémentaires ou banales (naissances, morts, mariages, réceptions, nominations, séances académiques, etc.) susceptibles d’être mises en séries ou même d’être périodisées. Il s’agit, en ce cas, d’événements à faible spectacularité dont les séries, comme une tapisserie permanente, constituent la table de référence informative d’un univers social. Ainsi peuvent s’énoncer, dans la fongibilité de leurs occurrences, les radicaux de l’expérience commune. Et puis il y a ces autres événements, plus rares et plus graves, imprévisibles et pratiquement non fréquentiels (147 années de l’acte de Ravaillac au geste de Damiens !) qui font proliférer les récits et les discours et s’imposent comme spectacles :

67« Un spectacle si rare et que toute la nation souhaite avidement être le dernier de cette nature à placer dans nos Annales » écrit une gazette. On ne saurait mieux dire le refus de la série. Et cependant, il existe bien dans la mémoire une série de ces actions (Clément — Châtel — Ravaillac — Damiens...), mais elle ne peut être perçue que de manière exceptionnelle, car elle ne s’insère pas dans le dispositif d’attente qui compose l’univers de référence social. Cette série rare opère sur une échelle temporelle beaucoup plus vaste et presque vertigineuse (147 ans), d’où l’étonnement et la consternation qu’elle provoque. Mais cette série exceptionnelle se peuple, dans le récit de presse, d’un ensemble de sous-séries qui réutilisent certains des items habituels des gazettes. L’événement se décompose et s’organise en sous-éléments qui s’ordonnent à des série d’actions relativement homogènes et à des chaînes thématiques simples :

  • série des bulletins de santé du Roi.

  • série des interrogatoires de Damiens, des séances du procès, des actes de l’instruction.

  • série des mandements.

  • série des Te Deum

  • série des prières, des saluts, etc.

68La série vertigineuse se trouve portée et absorbée par un tissu de séries plus proches des énoncés habituels de gazettes. Le rôle des sous-séries est de déplier en fragments organisés l’émergence inattendue de l’événement, de capter son énergie irrationnelle pour la dépenser en juxtapositions et en expansion narrative.

69Par ces moyens, l’événement, en son récit, se remplira du corps même du royaume. Car les processus solidaires de la fragmentation, de la mise en écho et de la série effectuent le dépliage permanent du grand corps du royaume ; ils déploient ses faisceaux, soulignent ses nervures, développent et exposent son étendue et sa ferveur. Il est intéressant d’apercevoir qu’une conception que L. Althusser trouve présente dans les analyses de Montesquieu, soit pour ainsi dire implicitement pratiquée dans les gazettes et surtout dans la GF :

« La nature du gouvernement monarchique suppose [...] un espace et une durée réels. L’Espace : que le roi ne le remplit pas seul, qu’il y rencontre une structure sociale étendue parce que différenciée, composée d’ordres et d’Etats qui ont chacun leur lieu... » (L. Althusser, Montesquieu, la politique et l’histoire, P.U.F., 1969, p. 75).

70Dans les récits de gazette, la monarchie est posée et s’impose comme une structure mentale, souhaitable, aimable, inévitable, nécessaire et permanente. L’événement catastrophique possible eût précisément consisté à rendre cette structure caduque. C’est pourquoi, dans les journaux, on ne sait penser l’événement en des termes qui constituent le niveau impensable de l’événement. C’est pourquoi aussi tout récit s’efforce de passer de la représentation des circonstances de l’événement à la recomposition visible et active du corps du royaume.

71Il s’agit donc bien, dans ces récits, et sans que cela soit toujours explicite, d’un type de discours politique. Encore faut-il que, pour que soit montré ce discours-là, d’autres discours politiques soient refusés ou occultés et qu’en somme le ou les sens de l’événement restent enfouis. C’est à quoi sert ce que l’on peut aussi appeler le sens du récit. Ce syntagme qui part d’un roi agressé et d’un pouvoir bafoué se fixe de plus en plus obstinément sur le supplice attendu du criminel (attente de révélations qui ne pourraient fournir des éclaircissements que sur les motivations de Damiens ou sur l’identité de ses éventuels complices) et évite de revenir (en sens inverse) vers la source de l’événement, vers l’image d’un pouvoir spectaculairement contesté, vers quelque interrogation sur la nature et la forme de ce pouvoir, en somme vers le problème politique essentiel. Involontairement, le récit utilise le personnage de Damiens et la scène du supplice pour que n’affleurent pas de fondamentales questions qui se fussent posées, elles, non plus autour de la figure énigmatique du criminel, mais autour de l’image du roi et de la fonction du pouvoir monarchique. Nul doute que dans quelque habile fiction et comme on l’avait pu lire près de 36 années plus tôt, un Usbek avisé ou un Rica satirique n’eût fait remarquer qu’un gouvernement ou un royaume où la source même du pouvoir peut être à la merci de l’inexplicable fantaisie d’un homme dont on ne sait trop s’il est fou ou fanatique souffre d’un vice profond.

72Aussi tout autre discours politique est-il fort rare dans les gazettes. A l’exception toutefois de la GL (10/01) qui, après avoir souligné l’horreur de l’attentat, s’avise, en citant un pamphlet clandestin (Le Testament politique de Louis Mandrin), de s’en prendre aux livres des hommes d’administration « qui sont toujours à pure perte pour l’Etat ; car, en parlant du Remède, ils ne pénètrent jamais jusqu’à la source du Mal », cite les actions de Cartouche et de Mandrin, des chefs des partis et des vagabonds « à qui la Société donne des noms odieux, [mais qui sont] plus décisives, parce qu’elles montrent pour l’ordinaire aux Souverains des endroits faibles de leur Gouvernement », s’en prend au système général des Fermes, générateur d’abus et de misère, et qui, revenant sur le sens et le rôle des événements, emprunte au pamphlet interdit ces hautes considérations :

« On a vu ces événements comme on voit la pluie et le beau temps, on n’a pas réfléchi sur leur source ni sur ce qui peut en résulter [...]. On ne voit jamais bien les grands objets quand on les regarde de trop près [...]. Nous avons besoin presque toujours de reculer et d’éloigner de nous les événements présents, pour être en état de les considérer dans leur tout et d’en juger sainement [...]. Et c’est en cela que la connaissance de l’Histoire nous est si nécessaire : parce qu’elle est une règle de comparaison qui fixe et rectifie nos idées au sujet des événements présents ; et qui nous met en état d’après le passé de juger sûrement non seulement du présent mais de l’avenir ».

73Cet effort pour se déprendre de la scène immédiate de l’actualité, pour ne pas garder l’œil collé au spectacle et à la représentation de l’événement, suppose une autre presse et un changement de fonction de la gazette et du récit de presse. Peut-être cela pouvait-il commencer à s’essayer dans la Hollande des Lumières, et surtout s’il s’agissait d’événements étrangers. Mais la chose était plus difficilement concevable pour la presse française et généralement pour les gazettes traitant d’événements nationaux.

74La stratégie du récit de gazette consiste donc, le plus souvent et en l’occurrence, à multiplier les traces d’un accident mémorable, à enregistrer, comme autant de scènes et de spectacles, les réactions qu’il produit, à contribuer à la propagation de ses échos en un récit où des thèmes multiples et des séries mobiles sont néanmoins enveloppés dans un syntagme ferme, et cela de telle façon que ne soit pas effectuée la reconstitution explicative de l’événement :

« Le public ne sait à quelles causes s’arrêter... » GU, 14/01.
« Le public se perd dans les conjectures qu’il forme au sujet de ce triste événement... » GU, 14/01.
« Cette affaire d’autant plus fâcheuse qu’elle est obscure et qu’elle dure longtemps... » GL, 04/03.

  • 4 « L’événement subsiste dans le langage, mais il survient aux choses. Les choses et les propositions (...)

75Une parole qui se repaît de circonstances et d’anecdotes, un récit qui se peuple de scènes, d’annonces et de réactions, se multiplient et tournent incessamment autour d’un sens qui n’affleure pas. La parole et le récit se déploient dans la mesure même où les raisons et les causes de l’événement restent obscures, le récit d’événement ne cesse de substituer à un mode d’explication un autre mode d’explication. A l’explication qui recherche des raisons, explicite des causes, définit des responsabilités, repère des motivations et propose éventuellement des remèdes, en somme à une explication qui tente de comprendre, il substitue une explication qui, en dépliant l’événement, redéploie le corps du royaume, fragmente la parole, donne extension au récit, occupe l’espace-temps et sature l’information, à une information qui, en définitive, représente. Le processus de représentation narrative s’établit sur un défaut d’explication ou sur une fausse explication. Il regarde l’événement en aveugle (GL) et fait silence sur l’Histoire elle-même. Il relève d’une logique essentiellement idéologique. La représentation permet de consumer et de consommer l’événement en tant que traumatisme, mais elle l’ignore en tant que faisceau complexe de causes. Elle apparaît comme un réflexe d’auto-défense, comme un phénomène socio-sémantique où la méconnaissance devient le gage de l’immunité et de la sécurité. Si la science cherche à constituer un sens par la recherche des lois objectives des phénomènes et si l’art parvient à faire percevoir du sens à l’aide de la création de formes sensibles, l’énoncé de presse, qui n’est ni l’un ni l’autre, et qui, par fonction, traite de l’événement, est, comme l’événement lui-même, pris entre les propositions et les choses4. Le sens qu’il élabore se forme à l’intervalle entre les moyens du langage (récit) et la brutalité des faits (traumatisme), il devient par excellence le lieu où les idéologies latentes ou explicites peuvent développer leur travail d’occultation et de substitution.

Notes

1 Encyclopédie t VI, article Evénement (grammaire) : « terme par lequel on désigne ou la production ou la fin, ou quelque circonstance remarquable et déterminée dans la durée de toutes choses contingentes. Mais peut-être ce terme est-il un des radicaux de la langue et servant à définir les autres termes, ne se peut-il définir lui-même. Voyez l’article Dictionnaire, Voyez aussi l’article Encyclopédie, la manière de fixer la notion de termes radicaux ».
Article Encyclopédie (dictionnaire des langues) : « [...] Il est des mots qu’on ne doit jamais définir, puisqu’autrement toutes les définitions ne formeraient plus qu’une espèce de cercle vicieux [...] ». Le premier but d’un auteur de dictionnaire de langue est de « former une liste exacte de ces sortes de mots qui seront comme les racines philosophiques de la langue » (radicaux).

2 C’est nous qui soulignons.

3 Sur l’ensemble de ces problèmes voir la communication de P. Rétat, « La communication de l’événement dans les gazettes du XVIIIe siècle », 1er Congrès Français des Sciences de l’information et de la communication, Compiègne, 21-23 avril 1978.

4 « L’événement subsiste dans le langage, mais il survient aux choses. Les choses et les propositions sont moins dans une dualité radicale que de part et d’autre d’une frontière représentée par le sens. Cette frontière ne les mélange pas, ne les réunit pas [...]. Elle est plutôt l’articulation de leur différence : corps/langage » (G. Deleuze, Logiques du sens, U.G.E., 1969, p. 27).

© Presses universitaires de Lyon, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search