Version classiqueVersion mobile

L'Attentat de Damiens

 | 
Pierre Rétat

Préface

Texte intégral

1L’événement a longtemps été cette entité définie par sa place dans le temps, et que les historiens positivistes ont voulu déterminer et contrôler de la façon la plus « objective » possible. Situé entre d’autres entités également cernables, il formait l’enchaînement et le tissu de l’histoire. L’historiographie moderne a déserté ce « territoire » saturé de discours connus et desséchés. Un changement radical de perspective est intervenu pourtant ces dernières années à partir d’approches sociologiques et d’études de communications de masse : le « retour de l’événement » s’est produit à la faveur d’une réflexion nouvelle sur sa nature et sa fonction, et d’une conscience de sa promotion dans la presse moderne et la télévision. Les voies ouvertes par les enquêtes d’Edgar Morin (La rumeur d’Orléans, 1969), par le no 18 de la revue Communications (1972) ont rempli un rôle incitateur déterminant. La Maison des Sciences de l’Homme de Bordeaux a publié en 1973 un volume où sont analysées les formes prises par l’événement dans la presse actuelle (La presse et l’événement, sous la direction de J. Tudescq). En 1974, l’événement figure parmi les « nouveaux problèmes » qui président à la mutation de l’histoire dans la collection dirigée par J. Le Goff et P. Nora (Taire de l’histoire, t. I).

2Naguère exclu de l’histoire, l’événement devient « révélateur » signifiant, « déclencheur », « modificateur » ; il met au jour des « réalités (systèmes ou processus) latents ou souterrains », des « réalités conflictuelles », c’est un « test social » qui éprouve le système dans lequel il intervient, y engage des processus de rejet, de refoulement, d’intégration, d’évolution, une forte activité idéologique, voire mythologique. E. Morin a lumineusement développé ces propositions en vue d’une « sociologie clinique, c’est-à-dire qui parte de l’observation directe de l’événementiel ou accidentel » (La rumeur d’Orléans, p. 223-232). Mais comment les exploiter lorsqu’il s’agit d’un événement appartenant à un passé lointain, qui non seulement échappe à toute observation directe, mais se situe dans un contexte historique et idéologique qui nous est devenu étranger, et nous est communiqué par un système d’information archaïque ? Un événement depuis longtemps classé et embaumé dans la mémoire historique est-il susceptible de réanimation ? La nouvelle approche du présent et du passé récent peut-elle être simulée dans un passé plus éloigné, par une plongée dans l’expression collective de l’événement, par l’écoute de toutes les voix qui l’ont narré et commenté, de tous les échos et rumeurs qu’il a suscités ?

  • 1 Le même présupposé apparaît ibid., p. 216 (l’événement « est devenu intimement lié à son expressio (...)

3Cette tentative d’une rétroaction méthodologique s’impose d’autant plus que le « retour de l’événement » s’est accompagné, chez ceux qui l’ont promu, d’un partage plus ou moins explicite, mais toujours discutable, du temps historique. Sans doute, l’événement, dans la modernité de ses manifestations, « paraît dater du dernier tiers du XIXe siècle » (P. Nora, dans Faire de l’histoire, t. I, 211), et l’on comprend aisément que la conscience qu’on a prise de son importance et de sa spécificité soit inséparable des moyens et des formes modernes de la communication de masse. Mais peut-on dire que « l’événement demeurait, dans un système traditionnel, le privilège de la fonction » de l’historien ? C’est lui, selon P. Nora, « qui lui donnait sa place et sa valeur et nul ne pénétrait en histoire sans son estampille » (ibid., p. 216). L’événement passé (avant la fin du XIXe siècle environ) se trouve ainsi entraîné dans la mouvance d’une « histoire » qui seule le prend en compte, le saisit dans le recul de son élucidation, et le définit à froid1. Ne sous-estimons pas les phénomènes de rupture : une énorme différence d’audience et d’impact oppose les moyens modernes de communication sociale de l’événement et ceux du XVIIIe siècle ou du début du XIXe siècle, différence qui retentit sur la nature même des messages. Mais n’y a-t-il pas quelque illusion à lier l’apparition de la production immédiate de l’événement par le discours et la représentation à celle des mass media ? L’événement porté par un vecteur neutre, produit par l’« historien » dans une société réduite, ne figure que la limite extrême, et inconcevable, d’une antithèse trop tranchée. Une vue centrée sur le passé récent ou le présent tend à faire oublier d’autres formes plus modestes, moins massives et moins spectaculaires, de la production de l’événement par le discours immédiat.

4Il faut donc que s’opère un autre « retour » de l’événement, une régression de la conscience que nous en avons prise vers le passé, à partir d’intuitions et de réévaluations si fécondes pour l’histoire récente ou actuelle : un retournement du retour. L’événement n’a jamais pu être qu’après coup ce fait massif, cet énoncé objectif qui s’impose, depuis son irruption dans le temps, à une mémoire simplifiée. Un fait est advenu, mais au lieu de le recevoir comme un donné, il faut chercher comment il s’est constitué en tant qu’« événement » narré et interprété. Une évidence s’impose : nous ne pouvons le connaître que par ce qui le représente et le dit. Le seul moyen de comprendre réellement ce qu’il a été, c’est de recueillir toutes les traces textuelles et iconographiques qu’il a laissées. Par une documentation aussi exhaustive que possible, on restituera (pour autant qu’on y parvienne) non seulement l’image que les contemporains s’en sont faite, mais les conditions même qui en régissent l’expression, les contraintes narratives, sociales, idéologiques, doctrinales qui l’informent, en rendent l’énonciation et l’interprétation possibles. Il en est à la limite de l’événement comme du noumène kantien : point obscur, totalement hors de nos prises si on en cherche la « réalité » et l’essence (qu’on ne croirait atteindre que par une illusion de la raison), il ne parvient à notre connaissance qu’à travers des médiations, conditions a priori de son existence et de sa perception.

5En choisissant de centrer sur l’attentat de Damiens (5 janvier 1757) une étude de l’événement tel qu’il se constitue et s’exprime au XVIIIe siècle, nous ne prétendons nullement aboutir à des conclusions d’une validité générale. Mais les caractères de cet événement le rendent exemplaire et révélateur. Un régicide, même manqué, met en jeu des valeurs sociales, politiques, religieuses intensément vécues, il provoque une angoisse profonde, il fait jaillir des réponses réflexes issues de tout un fond de mémoire collective ; il provoque une vive demande d’information, sollicite toutes les ressources des moyens de communication ; inattendu, scandaleux, monstrueux, il suscite une extrême effervescence de représentations émotives et de tentatives d’interprétation. En même temps, par le passage très rapide du drame à l’allégresse, par le retournement de la catastrophe initiale en retrouvailles joyeuses de la nation et de son monarque « bien-aimé », il donne lieu à une série de conduites normales et quasi automatiques où s’expriment la fidélité et l’amour de la nation, il devient l’occasion d’une vaste célébration monarchique. Ce dosage de la coupure et de la continuité permet d’appréhender l’événement sous ses aspects les plus divers et les plus communs. L’attentat de Damiens n’est pas de ces journées qui « ont fait la France » : il l’a simplement ébranlée pendant quelques jours ou quelques mois, jusqu’au supplice du 28 mars.

6Il ne s’agit donc pas ici de reconstituer ou d’élucider un fait historique, ni d’expliquer l’acte de Damiens, mais de dégager les conditions dans lesquelles les moyens d’information courants, au XVIIIe siècle, toutes les instances et les formes de la parole sociale traitent et disent un événement. Seuls les textes, tous les textes, nous intéressent, avec les discours qu’ils transmettent.

7La presse d’abord, c’est-à-dire surtout les gazettes qui inscrivent, pendant les trois premiers mois de 1757, et même au delà, la trace de l’événement, de son commentaire, de son retentissement dans les consciences et les conduites. Elles véhiculent un récit discontinu, mais suivi, récit primaire de toute l’affaire, de l’acte initial au procès et au supplice. Elles manifestent clairement le processus de communication de l’événement, de sa diffusion dans l’espace et dans le temps. Elles renvoient aux autres formes de discours, les citent et les publient : discours admis des cours et des « corps », des évêques, des sermonnaires et des poètes, ou discours errants, à peine articulés, des « bruits », des « rumeurs », voire des « placards »... Centre réceptif et sensible de la réaction à l’événement, elles constituent l’ensemble le plus riche, le plus largement signifiant de données documentaires que nous avons d’abord dépouillé et exploité. En outre, elles laissent entrevoir les effets de censure qui tendent à occulter la signification de l’événement, la stratégie générale qui le dispose dans le champ politique et idéologique, ce que les contemporains en ont accepté ou refusé, la mesure dans laquelle ils l’ont intégré ou au contraire isolé et refoulé.

8Même si la vingtaine de gazettes et de journaux dépouillés offrait déjà de l’événement une vue complète, il fallait encore, pour en cerner les significations, recueillir toutes les représentations et tous les textes qu’il a suscités ou qui, dans la situation politique du début de 1757, en constituent le contexte immédiat. L’iconographie et la bibliographie analytique, à la fin de ce volume, décrivent le corpus ainsi rassemblé : estampes, emblèmes, relations de l’attentat, du supplice, de la vie de Damiens, pièces du procès, mandements, sermons, poésie, théâtre, chansons, pièces et brochures clandestines et interdites, remontrances parlementaires, controverse sur le régicide, correspondances, chroniques contemporaines, archives de la librairie... Nous avons tenté de suivre les traces les plus diverses, celles du moins que les documents subsistants et accessibles ont conservées, et qui nous font parvenir les discours officiels et acceptés, les discours oppositionnels et polémiques, enfin les bribes de ceux qui se tiennent dans les marges ou les profondeurs de la société. Cette reconstruction documentaire de l’événement rencontre nécessairement des limites : nous nous sommes cantonnés dans l’aire linguistique française, tout en mentionnant quelques ouvrages anglais ou allemands ; d’autre part, il était impossible et sans doute vain de repérer dans les archives toutes les mentions des réactions à l’événement et de sa célébration, et des sondages dans les archives de police nous livrent quelques « mauvais propos » suffisamment significatifs. Outre un coût sans rapport avec le rendement, une exhaustivité illusoire ferait seulement constater une répétitivité déjà assez attestée par les documents dont nous disposons. Un corpus structuré et compréhensif permet de retrouver les aspects fondamentaux de l’événement, les types de discours et de conduites.

9En revanche, il semblait nécessaire de prolonger la diachronie courte (ou quasi synchronie) de notre étude en une diachronie longue. La figure de l’événement, tel que le voient et l’éprouvent les contemporains, s’efface rapidement, on oublie les traits les plus communs, mais aussi les plus révélateurs (et c’est pourquoi s’impose tellement le retour à l’origine ; il restitue une structure de représentation perdue, que les textes postérieurs négligent et font disparaître). L’événement, une fois advenu à un moment de l’histoire, n’est pas une réalité inerte : les systèmes où il a fait irruption se dissolvent, il est capté par de nouveaux systèmes de connaissance et d’évaluation, qui le prennent en charge, le transforment et l’interprètent dans de nouvelles conditions historiques, littéraires, épistémologiques. L’attentat de Damiens est récrit, son personnage remodelé par les récits et témoignages des mémorialistes qui dominent au XIXe siècle la documentation historiographique sur le siècle de Louis XV, par les pamphlets révolutionnaires, les collections de « causes célèbres », les études psychiatriques sur les régicides... Dominant l’ensemble, une image morte et simplifiée de l’événement se fixe, qui donne l’illusion qu’il est définitivement classé et répertorié, l’illusion de cette événementialité inerte dont l’historiographie s’est longtemps contentée. C’est ce courant qu’il faut remonter, pour retourner au système initial, puis redescendre en adoptant un point de vue critique. Sans viser ici non plus à une exhaustivité impossible, nous avons suivi jusqu’à nos jours ces reproductions successives de l’événement.

10Nous participons nous-mêmes à cet engendrement perpétuel. Du moins savons-nous que notre tentative, située dans le temps, répond à des préoccupations présentes, au carrefour de l’analyse des textes et de la sociologie historique. Mais nous pensons que si l’événement doit être actuellement réintégré dans le champ de la pensée, il ne peut l’être que dans ces perspectives.

11Cette étude a été entreprise et poursuivie collectivement par les chercheurs du Centre d’Etudes du XVIIIe siècle de l’Université Lyon II, ERA 434 du CNRS. Elle s’inscrit dans un ensemble de travaux dont les Etudes sur la presse au XVIIIe siècle, publiées par les Presses Universitaires de Lyon, ont jusqu’ici présenté les résultats. Le dernier fascicule paru (no 3, 1978) a déjà proposé quelques orientations de recherche sur la gazette et l’événement. Le volume préparé en collaboration avec le Centre d’Etudes des Sensibilités de Grenoble, dirigé par J. Sgard, et le Centre de Chambéry, Presse et histoire au XVIIIe siècle, l’année 1734 (éd. du CNRS, 1978), exploitait la presse et la production bibliographique d’une année en vue d’une histoire culturelle et sociale. Nous ne visons plus ici la globalité d’une année, sous tous ses aspects, structurels ou conjoncturels, mais celle d’un texte, multiforme mais centré, dont nous suivons la formation et le développement à partir de l’événement qui le suscite.

12Nous n’avons pu recueillir toutes les pièces, souvent rares, dispersées et difficilement accessibles, de notre documentation que grâce à la collaboration généreuse d’un grand nombre de conservateurs de bibliothèques et de directeurs d’archives. Nous exprimons tout particulièrement notre reconnaissance au professeur R. Shackleton, conservateur de la Bibliothèque Bodleienne d’Oxford, à M. Antoine, profeseur d’histoire moderne à l’Université de Caen, aux conservateurs de la Réserve précieuse de la Bibliothèque Royale Albert Ier de Bruxelles, de la Bibliothèque publique de Neuchâtel, des bibliothèques d’Amiens, Avignon, Caen, Châlons-sur-Marne, Troyes, de la Société de Jésus à Chantilly, au directeur des Services d’Archives du Pas-de-Calais, enfin au service de prêt inter-bibliothèques de la B.U. de Lyon.

13A partir d’une réflexion collective qui nous a permis de mettre au point la méthode, les grands axes et les conclusions de cette étude, Jean-Claude Bonnet a rédigé les chapitres 12 à 14, Henri Duranton le chapitre 10, Robert Favre le chapitre 11, Pascale Ferrand le chapitre 2, Claude Labrosse le chapitre 1, Anne Machet le chapitre 6, et Pierre Rétat l’introduction, les chapitres 3 à 5, 7 à 9 et, avec la collaboration de CI. Labrosse, la conclusion.

Notes

1 Le même présupposé apparaît ibid., p. 216 (l’événement « est devenu intimement lié à son expression », sa signification intellectuelle « se vide au profit de ses virtualités émotionnelles »), p. 219 (« écartelé entre le réel et sa projection spectaculaire, l’information a perdu sa neutralité d’organe de simple transmission »), p. 222-223, et dans R. Barthes, « l’Ecriture de l’événement », Communications 12 (1968), p. 108 (« une nouvelle dimension de l’histoire, liée désormais immédiatement à son discours, est apparue »... ; nous soulignons).

© Presses universitaires de Lyon, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search