Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paix et communautés autour de l'abbaye de Cluny

 | 
Didier Méhu

Deuxième partie. La paix clunisienne à l'épreuve du temps (Premier tiers du XIIe - fin du XVe siècle)

Introduction

Texte intégral

1La deuxième partie de cette enquête est construite autour de trois nouveautés. La première, on vient de le souligner, est l’apparition des bourgeois dans la documentation clunisienne au seuil du XIIe siècle. La seconde, à peu près contemporaine, est l’organisation des communautés paroissiales dans le bourg de Cluny. La troisième, dans la seconde moitié de ce même siècle, est l’intrusion du roi de France dans les affaires clunisiennes. De la fin de l’abbatiat d’Hugues, en 1109, à celui d’Étienne Ier, en 1161, un demi-siècle s’est écoulé, mais tout semble avoir changé autour de l’abbaye de Cluny. La paix clunisienne définie par Urbain II en 1095 est soumise à rude épreuve et les moines doivent s’adapter. Le cadre restreint du bourg de Cluny offre un terrain de choix pour observer les résistances et les adaptations de la domination abbatiale. Là se développe un nouveau groupe social dont les intérêts et le mode de vie entrent en contradiction radicale avec l’ordre clunisien. Bien sûr, il serait nécessaire de suivre également cette évolution autour de Cluny, en particulier près des doyennés où les communautés rurales se structurent, modifiant la nature du lien social entre moines et laïcs. L’ampleur de la période chronologique choisie nécessitait de restreindre le cadre de l’enquête et les sources conservées incitaient à se tourner vers le bourg.

2Les bourgeois apparaissent dans les chartes de Cluny en 1108. Présentés d’abord comme des personnes indissociables des serviteurs du monastère, ils sont très vite au cœur des préoccupations des moines (chapitre 6). En 1125, leur implication dans la révolte de l’abbé Pons les montre comme un groupe éventuellement dangereux avec lequel il est nécessaire de composer. Pierre le Vénérable s’y emploie, tentant de transformer les bourgeois de Cluny en serviteurs zélés de l’Église clunisienne. Dans un premier temps, le système semble bien fonctionner (chapitre 7). Dans le dernier quart du XIIe siècle, les coutumes écrites de la villa instituent la communauté d’habitants comme une partie intégrante de la communauté ecclésiale clunisienne (chapitre 8). L’ébranlement décisif vient au XIIIe siècle. Cluny n’est plus la « lumière du monde », mais un ordre parmi les ordres de l’Église romaine, soumis comme les autres au dominium universel du pape auquel il n’est plus question de comparer celui de Cluny. En ce qui concerne le pouvoir seigneurial de l’abbé, l’intrusion du roi de France est décisive. L’installation d’un prévôt royal à Saint-Gengoux en 1166 et la création du bailliage de Mâcon en 1239 menacent les fondements de la paix clunisienne (chapitre 9). La communauté d’habitants va pouvoir s’engouffrer dans cette brèche. Pour les Clunisois comme pour beaucoup d’autres, la guerre de Cent Ans marque un pas décisif vers la prise en charge de l’administration du bourg. La domination abbatiale reste rigide, ses fondements demeurent intangibles, mais de plus en plus les deux communautés ne marchent plus de concert (chapitre 10).

3Comme dans les pages précédentes, on s’efforcera de saisir les articulations et les discordances entre l’idéologie du pouvoir abbatial, son exercice concret et son acceptation par les hommes de Cluny. Ce dernier point apparaît désormais plus clairement, dans la mesure où la voix des laïcs, et des habitants du bourg en particulier, se fait entendre davantage. D’abord par le truchement des sources monastiques puis, à fin de la période étudiée, dans des documents produits par l’administration civile.

© Presses universitaires de Lyon, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540