Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paix et communautés autour de l'abbaye de Cluny

 | 
Didier Méhu

Première partie. La terre, le pouvoir et la paix autour de l'abbaye de Cluny (910 - vers 1120)

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1C’est précisément au moment où les bourgeois de Cluny émergent comme une force incontournable qu’il faut clore la première partie de cette enquête. Le bourg abbatial qui n’apparaissait guère auparavant que comme le cercle le plus étroit de la domination monastique devient, à partir de l’abbatiat de Pons et surtout de Pierre le Vénérable, un espace habité. Bien sûr, il l’était déjà auparavant, mais à partir de 1110 les bourgeois existent au regard de la mémoire clunisienne. Ce n’est qu’un premier pas, encore loin de celui qui verra les bourgeois prendre en charge l’administration du bourg et créer leur propre mémoire, mais c’est un pas significatif. Aussi, on se concentrera désormais essentiellement sur l’organisation des rapports sociaux dans ce « petit monde » aux portes du monastère.

2Les fondements sur lesquels les rapports sociaux entre moines et bourgeois vont s’établir ont été institués progressivement depuis la fondation du monastère en 910. Par l’accumulation massive de terres, d’églises, de rentes, de moulins et d’hommes pour les exploiter, les moines de Cluny sont devenus en l’espace de quelques décennies les personnages les plus puissants du Clunisois. Le roi est inexistant. Le comte de Mâcon ne possède presque rien au-delà des collines qui séparent le Mâconnais de la vallée de la Grosne. Les seigneurs-châtelains voisins de Cluny possèdent beaucoup moins de biens que les moines et ne constituent jamais une menace sérieuse.

3Dans cette région sans roi ni prince, la soustraction « naturelle » de tous les biens d’Église au joug des puissances terrestres a pu donner naissance à une véritable domination prise en charge par les moines de Cluny. Ils l’exercent dès le début du Xe siècle et de façon de plus en plus manifeste au fur et à mesure que leurs propriétés sont plus nombreuses et que leur inviolabilité est proclamée. À cet égard, les années 1080-1120, c’est-à-dire la deuxième moitié de l’abbatiat d’Hugues de Semur et celui de Pons de Melgueil, sont décisives. Le réseau des doyennés est mis en place ; l’immunité et l’exemption s’inscrivent concrètement sur le terrain dans un espace clairement marqué par les éléments du relief. Là, la domination monastique est absolue. Par ailleurs, le rayonnement du pouvoir des moines impose aux seigneurs de la région le respect de zones de sécurité autour du monastère à l’intérieur desquelles ils renoncent à exercer une partie de leurs prérogatives.

  • 185 J.-F. Lemarignier, Étude sur les privilèges d’exemption, p. 220-230.

4Le bref pontificat de Lucius II marque une nouvelle étape importante. Sa bulle du 22 mai 1144 rassemble pour la première fois dans un même texte l’ensemble des clauses relatives à l’exemption et à l’immunité telles qu’elles ont été fixées entre le début du Xe siècle et 1120. Les fondements scripturaires du pouvoir clunisien sont désormais compilés : l’immunité territoriale selon les termes d’Urbain II, l’exemption selon ceux de Calixte II. À Cluny comme ailleurs, le milieu du XIIe siècle marque la fin du processus au cours duquel, sous l’égide de la papauté, les juridictions temporelle et spirituelle des établissements ecclésiastiques se sont mises en place185. Et, pour Cluny en particulier, il est important de noter que le privilège de Lucius II coïncide avec la mise en ordre de Pierre le Vénérable tant sur le plan de la discipline intérieure que de l’administration du temporel. Pierre promulgue ses statuts entre 1146 et 1147 ; sa réorganisation du temporel sous le contrôle bienveillant d’Henri de Winchester, venu se retirer à Cluny, a lieu vers 1148-1150.

5Le bourg de Cluny et sa proche banlieue rurale - la villa - sont inclus dans tous ces cercles protégés et sont le cadre d’exercice du pouvoir temporel et spirituel de l’abbé. Par leur résidence aux portes du monastère, les habitants de Cluny sont nécessairement inclus dans la communauté ecclésiale dirigée par les saints abbés. Saint Maïeul, saint Odilon et saint Odon sont là, autour de saint Hugues, de saint Pierre et de la Vierge pour les encadrer et les conduire vers le salut.

6Dans le bourg et autour des doyennés, les officiers monastiques sont l’exécutif du pouvoir clunisien. Ils se chargent d’organiser l’approvisionnement du monastère. Ils s’efforcent également de réguler les conflits en convoquant des assemblées judiciaires et en négociant avec les malfaiteurs. L’équilibre est souvent précaire. Les mises en scène grandiloquentes et les menaces effrayantes sont des moyens non négligeables pour impressionner le peuple et manifester la magie du pouvoir abbatial qui procède de saint Pierre. C’est un saint en puissance qui gouverne les hommes et possède la terre de Cluny et chacun doit s’en rendre compte. Mais est-ce suffisant dès lors que l’argent devient un élément essentiel dans les échanges entre les hommes ? Est-ce supportable longtemps dès lors que l’abbé n’a manifestement plus l’envergure d’un Odilon ou d’un Hugues de Semur ? que les moines noirs se déchirent entre eux et que les moines blancs envahissent l’Europe ? que Cluny n’est plus la « lumière du monde » ?

Notes

185 J.-F. Lemarignier, Étude sur les privilèges d’exemption, p. 220-230.

© Presses universitaires de Lyon, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540