Version classiqueVersion mobile

Schopenhauer en France

 | 
René-Pierre Colin

Troisième partie. Schopenhauer et les romanciers naturalistes

Chapitre VI. Schopenhauer, philosophe du Naturalisme ?

Texte intégral

1Malgré les travaux patients de critiques américains ou canadiens, certains romanciers naturalistes n’ont pu retrouver l’audience que quelques-uns d’entre eux avaient eue. La plupart n’offre plus guère aux yeux de l’historien des lettres qu’un intérêt documentaire né le plus souvent des relations que ces auteurs entretinrent avec des romanciers de premier plan. On ne lit plus Paul Alexis, Robert Caze, ni Paul Bonnetain. La ferveur de sa fille, Mme Hennique-Valentin, n’a pu tirer de l’oubli Léon Hennique. Seule l’œuvre de Mirbeau fait encore l’objet de rééditions.

  • 1 « Naturalisme pas mort » Lettres médites de Paul Alexis à Emile Zola 1871-1900 présentées et annot (...)
  • 2 Lettre à Zola, 15 septembre 1883. Alexis cite abondamment Schopenhauer dans un article intitulé L’ (...)

2C’est pourtant chez de tels romanciers que les poncifs, les recettes les mieux éprouvées, voire ce qu’il faudrait appeler l’idéologie du Naturalisme, se décèlent le plus facilement. Paul Alexis, le bon « ami Trublot»1, nature nonchalante et tempérament littéraire médiocre, s’est mis au diapason de ses confrères en cherchant à prendre le vent. Le schopenhauerisme est à la mode : Alexis pour une raison toute publicitaire l’utilise comme une étiquette prestigieuse. Un de ses recueils de nouvelles s’intitule le Besoin d’Aimer, titre « emprunté un peu à un vers de Musset et beaucoup à l’idée mère de la Métaphysique de l’amour de Schopenhauer. Supprimez cette chose de l’humanité, et ça ferait un grand vide dans la vie et dans la littérature » écrit-il à Zola2. Les nouvelles d’Alexis ne doivent guère que ce titre au philosophe que le romancier, viveur, bon compagnon malgré ses « gaffes » célèbres, et tout compte fait peu enclin au pessimisme, n’a salué qu’en passant.

  • 3 Le Calvaire (20e édition 1889. Ollendorff) p. 105.

3Tout autre était Octave Mirbeau : morbide, passionné jusqu’à la frénésie, il n’a que l’excuse de la sincérité. Si l’on reconnaît dans son œuvre bien des traits d’inspiration schopenhauerienne, ils sont à tel point outrés par l’effet d’une prose qui ne craint aucune surenchère que le problème de la lecture ou de l’interprétation que le romancier put faire du philosophe ne présente plus d’intérêt. Schopenhauer n’est même jamais pour Mirbeau une caution et l’on ne peut affirmer qu’il l’ait lu tant les idées du philosophe qu’il reproduit sont déformées. Le Calvaire (1887) nous offre le portrait du peintre Lirat qui prétend montrer l’Amour : « Ce n’était plus l’Amour frisé, pommadé, enrubanné, qui s’en va pâmé, une rose au bec, par les beaux clairs de lune, racler sa guitare sous les balcons, c’était l’Amour barbouillé de sang, ivre de fange, l’Amour aux fureurs onaniques, l’Amour maudit, qui colle sur l’homme sa gueule en forme de ventouse, et lui dessèche les veines, lui pompe les moelles, lui décharne les os. »3 L’horreur pour Mirbeau n’est d’ailleurs pas liée exclusivement à la procréation : l’amour qu’il confond systématiquement avec la perversité est toujours conçu comme un rut qui épuise le corps et tue l’esprit. Mintié, le lamentable héros du Calvaire, en fait l’expérience.

  • 4 Sébastien Roch (1890, Charpentier) cité ici d’après le texte des Editions Nationales (1934) p. 241
  • 5 L’Abbé Jules (Ollendorff, 1888) d’après la réédition Fayard (1917) p. 101.

4Mirbeau flétrit la femme avec une rage dont les raisons seraient à chercher dans la psychiatrie : toute d’instinct, elle ne brûle que de se donner aux hommes. Sébastien Roch observe son amie Marguerite au passage d’un défilé de dragons : « Elle est grave, très raide, le corps tendu, comme dans l’attente d’un spasme. Ses narines aspirent l’odeur forte de ces mâles ; et son regard, dévoilé de pudeur, a quelque chose de cruel, de farouche, et de dompté qui véritablement m’effraie (...). Ce n’est pas un homme qu’elle voit et choisit ; ce sont tous ces hommes auxquels elle voudrait se livrer, rudoyée, écrasée, dans un seul embrassement. »4 Bref, l’omnipotente Volonté ne crée plus seulement des reproductrices, mais des nymphomanes ! La philosophie — si l’on ose dire — de Mirbeau se trouve résumée par les leçons de l’Abbé Jules à un jeune garçon : « 1. L’homme est une bête méchante et stupide ; 2. La justice est une infamie ; 3. L’amour est une cochonnerie ; 4. Dieu est une chimère. »5 On admettra que la part de Schopenhauer dans ces propos de forcené ne peut être décemment recherchée !

  • 6 Sade et Flaubert jouirent également de ce privilège.

5Cependant le pessimisme schopenhauerien, terriblement appauvri par l’exacerbation de ses thèmes, apparaît comme une des composantes nécessaires des recettes naturalistes : il soutient désormais les plus noires visions. Les médanistes s’étaient forgé chacun une image différente de celui qu’ils nommaient parfois respectueusement « le vieux »6 : pour Céard, c’était un positiviste dont le pragmatisme était capable de corriger les maux du monde ; pour Huysmans, ce sceptique avait d’abord offert par la lucidité désespérée de ses vues une consolation aux âmes d’élite ; pour Maupassant, ce destructeur de chimères avait dressé crûment le tableau de l’existence ; Zola l’avait combattu comme le plus pernicieux des adversaires de la vie. Les épigones de ces romanciers reproduisirent à satiété des stéréotypes pessimistes qui ne lui devaient plus rien : une telle évolution était inéluctable, l’outrance, la surenchère ne pouvaient que conduire les idées de Schopenhauer à ces grotesques caricatures.

  • 7 Robert Caze : L’élève Gendrevin (Tresse, 1884) p. 335.
  • 8 Paul Bonnetain : Chariot s’amuse (Kistemaeckers, 1883) p. 257.

6Les éléments les plus galvaudés de la misanthropie firent florès : la haine de la femme corruptrice de l’esprit prit des formes frénétiques comme dans le Calvaire de Mirbeau. La femme enceinte, célébrée par Zola, demeure pour la plupart la grossière procréatrice. René Gendrevin de retour en son pays retrouve Marthe qu’il aime, « une Marthe flétrie et déformée avec son visage maculé de taches jaunes et son horrible ventre proéminent »7. Chariot, le lamentable héros de Bonnetain, est la victime de son obsession sexuelle, c’est un « fou génésiaque » (sic)8 que l’onanisme va conduire au suicide ! La honte, la chute, la déchéance, la litanie des vies avortées marquent les œuvres des romanciers naturalistes mineurs.

  • 9 J. H. Rosny aîné : Le Termite (Albert Savine, 1890) pp. 9, 15, 118-119.
  • 10 Ibid. p. 41.

7J. H. Rosny aîné fait le portrait de l’un d’eux dans le Termite : quoi qu’il fasse son inspiration s’engrisaille, elle ne peut échapper à ses éternels sujets, « une lutte d’êtres dans de la filasse et des merceries, un jour le jour d’araignées et de mouches, de persécutions minuscules et de résignations ovines, de grandes navrances autour de cercueils inconnus ». Le pessimisme est le gagne-pain de ce Noël Servaise : « Son fatalisme, sa croyance que tout était mal, que le monde n’existait que par sa saleté même, avec une ferveur fanatique, il s’en répétait les formules, les phrases de rage blanche, coupées au même couteau que les vieilles sentences stoïques, mais sans les hautes conclusions d’héroïsme (...). Le monde déjà si calfeutré par sa philosophie de naturaliste de la deuxième couche, (il) le (rapetisse) à un papotage de camelots, des injures de voyou, un pessimisme de savetier ou de concierge. »9 Ses réquisitoires fleurent d’ailleurs « tous ensemble Schopenhauer et le petit journalisme »10.

  • 11 Huysmans : A Rebours (Préface de 1903) p. 7.

8Le Naturalisme, à bout de souffle, condamné désormais « à se rabâcher, en piétinant sur place »11 vidait de son contenu l’œuvre du philosophe. Seul le mythe du vieux solitaire, ricanant de dérision à considérer l’universelle débâcle, paraissait devoir survivre.

Notes

1 « Naturalisme pas mort » Lettres médites de Paul Alexis à Emile Zola 1871-1900 présentées et annotées avec de nombreux documents par B. H. Bakker (University of Toronto Press, 1971). Le surnom de Trublot fut emprunté par Alexis à un personnage de libertin, friand d’amours ancillaires, mis en scène par Zola dans Pot-Bouille.

2 Lettre à Zola, 15 septembre 1883. Alexis cite abondamment Schopenhauer dans un article intitulé L’Amour (Le Réveil, 5 août 1883) consacré au projet de loi sur la recherche en paternité déposé par Gustave Rivet le 26 mai 1883. A cette occasion, il a relu, dit-il, « Schopenhauer et notamment “la perle” de toute sa philosophie, cette incomparable Métaphysique de l’Amour que, sans pencher (lui)-même vers le pessimisme, (il) ne (se) lasse pas d’admirer. »

3 Le Calvaire (20e édition 1889. Ollendorff) p. 105.

4 Sébastien Roch (1890, Charpentier) cité ici d’après le texte des Editions Nationales (1934) p. 241.

5 L’Abbé Jules (Ollendorff, 1888) d’après la réédition Fayard (1917) p. 101.

6 Sade et Flaubert jouirent également de ce privilège.

7 Robert Caze : L’élève Gendrevin (Tresse, 1884) p. 335.

8 Paul Bonnetain : Chariot s’amuse (Kistemaeckers, 1883) p. 257.

9 J. H. Rosny aîné : Le Termite (Albert Savine, 1890) pp. 9, 15, 118-119.

10 Ibid. p. 41.

11 Huysmans : A Rebours (Préface de 1903) p. 7.

© Presses universitaires de Lyon, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search