Version classiqueVersion mobile

Établir l’identité

 | 
Jean-Pierre Gutton

Chapitre I. Du VIe au XVIe siècle. Un nom pour tous, les armoiries, la signature

Texte intégral

  • 1 Le sujet a longtemps été dominé par les travaux d’Albert Dauzat. Voyez de cet auteur, Les Noms de f (...)

1On sait que les médiévistes ont beaucoup débattu de la date de l’émergence de l’individu. Face à la thèse ancienne de Jacob Burckhardt privilégiant le rôle de la Renaissance italienne, ils ont proposé d’insister sur celui du XIIe siècle. Proposition elle-même contestée, que l’on ne peut ignorer, mais qui conduit à redire, dans le cadre de notre sujet, qu’individu et identité n’ont pas forcément, dans leur naissance, la même chronologie. Trois grands thèmes dominent notre sujet durant le Moyen Âge et le tout début de l’époque moderne. C’est d’abord celui de l’histoire du nom1. Les Gallo-romains, comme les Romains, avaient trois noms. Dès les premiers siècles de l’ère chrétienne, la pratique du nom unique s’impose. L’Église veille à ce que le nom de baptême demeure le véritable nom. Mais des surnoms apparaissent qui se transforment en noms de famille. Au XIIe siècle, c’est-à-dire à peu près au moment où se déroule cette mutation, apparaissent les armoiries. Pour les nobles d’abord, puis pour les souverains. Enfin, la signature s’impose lentement. Jean II, législateur et roi cultivé (mort en 1364), est le premier roi à signer son nom. Et c’est en 1554 que la signature devient obligatoire dans les actes notariés.

VERS UN NOM DE FAMILLE

  • 2 Marie-Thérèse Morlet, Les Noms de personne sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siè (...)
  • 3 Avec parfois, il est vrai, conservation concomitante du nom païen.

2À l’époque franque le nom est en général unique2. Il peut être d’origine germanique, or les Germains n’avaient qu’un nom. Il peut être d’origine gallo-romaine, or les Gallo-romains qui avaient trois noms à l’origine – du moins les hommes – abandonnent dès les premiers siècles de notre ère le praenomen, puis le nomen, seul subsistant le cognomen. À Rome, ce dernier distinguait les diverses branches d’une même famille, donc permettait de caractériser l’individu à l’intérieur de la gens. À partir du IIIe siècle, les chrétiens qui changent de nom adoptent aussi un nom unique3, mais la généralisation du nom unique est antérieure aux progrès de la christianisation. En tout cas, le « stock » de noms est important, très varié, mais s’appauvrit aux IXe-Xe siècles après le règne de Charlemagne.

  • 4 Jean-Pierre Poly, La Provence et la société féodale (879-1166). Contribution à l’étude des structur (...)

3C’est toutefois sur un trait particulier qu’il faut insister : le nom est moins une manière de désigner un individu que de dire son rang social. On le choisit pour se lier à la lignée la plus prestigieuse possible, souvent du côté de la femme. Le nom est une marque magique qui lie le futur au passé. L’enfant a les vertus de celui qui lui transmet son nom. L’aristocratie d’Empire, presque tout entière franque, ne porte pas de noms gallo-romains mais utilise des noms royaux. À la fin du XIe siècle, les chevaliers portent très largement l’un des cinq noms des hommes les plus puissants du lieu. On choisit son nom pour dire, manifester, les parentés qui intéressent et honorent4 ! Le succès en Allemagne des noms d’Henri et de Conrad s’explique par le fait que ce sont les noms de la branche du premier roi après les Carolingiens. Le nom qui dit le rang social c’est aussi celui qui est lié à une terre : ainsi les Guillaume en Aquitaine. Et la corrélation entre le nom et le statut social explique qu’il y ait des cas où le changement de nom est possible : conversion, entrée en religion, appel à de nouvelles fonctions. C’est à partir du Xe siècle – même s’il y a des exceptions jusqu’au XVIe siècle – que les papes nouvellement élus se choisissent un nom.

  • 5 Jean Imbert, Histoire du droit et des institutions de l’Église en Occident. Tome V, volume I : Les (...)
  • 6 Anne Lefebvre-Teillard, « Baptême et nom de baptême. Notes sur l’ondoiement », p. 365-370 de Histoi (...)

4Peu à peu se mettent aussi en place des normes pour le moment où le nom est attribué. Chez les Romains et les Francs, le nom est donné au huitième jour pour les filles et au neuvième pour les garçons. La christianisation fait que l’attribution du nom est liée au baptême. En principe, ce dernier, jusqu’au XIe siècle, a lieu seulement les samedis précédant Pâques et Pentecôte5. Mais, dans la pratique, il est toujours possible de conférer le baptême en tout temps s’il y a nécessité : maladie, infirmité, péril de mort en cas de guerre et, plus communément, lorsque la vie du nouveau-né paraît précaire. Alors le nom est pratiquement donné à la naissance et le rôle des parrains et marraines est grand dans son choix. Dès le XIe siècle, on baptise à la naissance. La coutume s’affermira quand Vaudois, Cathares, Albigeois, Pétrobrusiens contesteront le baptême des enfants. Le baptême à la naissance est une manière de les prendre de court. Les premiers synodaux possédés (XIIIe siècle) posent qu’il faut faire baptiser vite et même y procéder soi-même en cas de nécessité. C’est l’ondoiement. Mais l’ondoiement doit-il comporter l’imposition d’un nom ? De la réponse à cette question dépend le contrôle de l’Église sur le choix du nom ! Disons d’emblée qu’en fonction des diocèses et de leurs statuts synodaux, les solutions divergent. C’est seulement après l’introduction en France, au cours du XVIIe siècle, du rituel de Paul V (1614), à un moment où la pratique de l’ondoiement se développe, que l’imposition du nom sera généralement reportée lors des cérémonies supplétives. Si l’enfant ondoyé ne survit pas, il mourra donc dans l’anonymat. Cependant l’Église aura gardé la main, émue par la vogue des noms païens de la Renaissance et celle des noms bibliques que les réformés avaient popularisés6.

5Mais revenons au Moyen Âge. Le nom donné au baptême est le véritable nom et, en général, le seul pour plusieurs siècles. Ce sont les noms de saints, de martyrs notamment, qui sont choisis. Légendes, pèlerinages, transferts de reliques, développement du culte des martyrs avec la réforme grégorienne jouent leur rôle dans la décision des parents, marraines, parrains. Jean est le nom le plus souvent choisi, suivi de Pierre, puis de Guillaume. Des traditions qui eurent un long avenir se forgent. Particulièrement celle du prénom lié à une tradition familiale, donné parfois à deux enfants vivants. Il est vrai que pour éviter les inconvénients générés par le droit canon, notamment l’interdiction de mariage entre parrain et marraine, on choisit ceux-ci dans la famille proche.

  • 7 Édouard Perroy, Les Familles nobles du Forez au XIIIe siècle. Essais de filiation, Saint-Étienne/Mo (...)
  • 8 Antoine Vallet, Les Noms de personne du Forez et confins (actuel département de la Loire) aux XIIe, (...)

6À partir du Xe siècle toutefois, les historiens du nom constatent l’apparition de surnoms dont la présence se généralise surtout à partir de la fin du XIe siècle, à commencer par les nobles et par les hommes. Trop de noms communs à beaucoup, les nouveaux venus des terres défrichées, le souci du pouvoir seigneurial de connaître ceux qui sont sur la châtellenie expliquent cette généralisation. Le surnom dit une particularité morale ou physique, l’origine géographique ou familiale (fils de…, mais il ne reste que le nom du père), le métier (que de surnoms dérivant de faber !) ou encore l’état (gendre de). Il peut aussi être un mot hypocoristique, c’est-à-dire un diminutif. Dès le XIe siècle encore, la transmission héréditaire de ces surnoms s’installe7. L’usage, la force de la coutume rendent compte d’une lente stabilisation des surnoms, tôt pour les hommes, plus tardive (fin du XIIIe siècle) pour les femmes. C’est que le surnom est lié à la « maison », au lignage, et il faut en assurer l’hérédité au même titre que celle des biens, du pouvoir, des offices. À la fin du XVe siècle, le surnom est à peu près généralisé et il est devenu le nom de famille sans, soulignons-le, que l’apparition des premiers registres paroissiaux y soit pour quelque chose. La situation est cependant rendue plus complexe par l’existence dans certains cas d’un troisième nom. Il peut s’agir du nom de la seigneurie, du « nom de terre » comme l’on dit parfois. Mais il peut s’agir aussi, chez de plus humbles, d’un sobriquet donné assez souvent en fonction du nom de la terre cultivée ajouté après la mention alias ou dictus. Survie du surnom en tant que surnom, et non pas nom de famille, qui durera d’ailleurs parfois jusqu’au XXe siècle8. Tant il est vrai que durant longtemps le nom sera une institution sociale plus que juridique.

7Pourtant, durant tout le Moyen Âge, un droit du nom s’esquisse avec des résultats qui informent encore en partie nos vies de femmes et d’hommes du XXIe siècle. C’est un droit qui repose très largement sur l’usage, avec très peu de textes. Fondé sur le baptême, le nom relève du droit canon, de même, on le sait, que le mariage. Mais, durant toute l’époque médiévale du moins, l’Église légifère fort peu sur le nom, sinon dans les statuts synodaux, diocèse par diocèse. On notera, en particulier, qu’elle ne met pas à profit sa compétence à propos du prénom pour l’étendre au nom de famille. La renaissance du droit romain au XIIe siècle n’a pas non plus d’impact majeur. Le changement de nom demeure limité s’il ne cache pas une fraude. Et ce changement peut se faire particulièrement au moment de la confirmation. De fait, il y aura longtemps une instabilité du patronyme sur laquelle nous reviendrons. Seul l’usage est vraiment essentiel et donne naissance à la coutume qui s’impose à tous. Des droits de transmission sont reconnus : transmission par filiation légitime ou naturelle ; transmission du nom à la femme mariée ; transmission par vente du nom d’une seigneurie. Il s’agit de droits et non d’obligation mais là encore l’usage prévaut. Ces coutumes, si importantes, échapperont même à la rédaction officielle décidée par l’ordonnance de Montil-lez-Tours (1454) et réalisée au XVIe siècle. En effet, la filiation relevait du droit canon et l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539) reconnaît la compétence de l’Église en ce domaine. Or ce qui s’est mis en place au Moyen Âge s’appliquera jusqu’à et au-delà de la Révolution. Le titulaire d’un nom a désormais un droit, un pouvoir sur lui. Avec le cri et les armoiries, il symbolise la maison, le lignage. Si seules des filles sont héritières, celui qui porte un nom, peut, avec le consentement des mâles de la lignée, « donner » son nom. Il en sortira plus tard un système de substitutions sur lequel aussi nous reviendrons.

LES ARMOIRIES DISENT L’IDENTITÉ ET LA PERSONNALITÉ

  • 9 Notre guide essentiel est ici le Traité d’héraldique de Michel Pastoureau, Paris, Picard, 1979, pou (...)

8Les armoiries ou armes, les deux vocables désignant la même chose, sont l’objet d’une science, l’héraldique9, mot qui se rattache au héraut du Moyen Âge, c’est-à-dire au messager. Elles servent donc à la communication entre les hommes en révélant leur identité, mais aussi leur personnalité par le choix des couleurs, des figures, d’un système de signes en somme. Les armes sont, en effet, des emblèmes en couleur d’une famille (ou d’une communauté) dont la forme et la disposition sont soumises aux règles du blason. Les couleurs en sont limitées, le cadre est la plupart du temps celui d’un écu et les armes ont un caractère héréditaire. Leur usage n’a jamais été réservé aux membres de la noblesse, pas plus en France que dans le reste de l’Europe occidentale. La décision de la Constituante, le 19 juin 1790, de les abolir parce que « marques de noblesse » et « signes de la féodalité » est donc étonnante, d’autant qu’en 1789 une moitié des armoiries était roturière. En France, au Moyen Âge comme à l’époque moderne, tout individu, famille, collectivité ou groupe peut adopter des armoiries, à condition de ne pas usurper celles d’autrui.

9L’apparition des armoiries, au XIIe siècle, est chronologiquement proche de celle du nom de famille. Elle est liée à des modifications importantes de l’armement et de l’équipement défensifs du combattant qui ont rendu celui-ci difficilement reconnaissable au cours de la bataille. Les armoiries apparaissent donc sur les champs de bataille et dans les tournois. Mais, plus profondément, elles sont contemporaines de l’époque où la société médiévale affine ses structures. Celle-ci a désormais des codes et des signes qui situent les individus dans des groupes et les groupes – familiaux, religieux, professionnels… – dans l’ensemble de la société. La corrélation chronologique n’est donc pas seulement avec le nom, mais aussi avec l’apparition du vêtement long, avec le bouleversement des systèmes de représentations fondés sur la couleur, avec le souci de l’iconographie de multiplier attributs et signes pour identifier, et même hiérarchiser, les personnages d’une image. Michel Pastoureau écrit que même si l’équipement militaire n’avait pas, vers 1100, rendu les chevaliers quasiment anonymes, l’héraldique serait née, portée par le désir de reconnaissance de l’identité des personnes dans toute l’Europe occidentale des XIe et XIIe siècles. Ce désir se greffe sur le nom et sur la parenté dans un monde qui exprime l’identité par la parenté. Comme cela sera le cas jusqu’aux bouleversements de la seconde moitié du XXe siècle, où le numérique remplacera l’anthropométrique en favorisant date et lieu de naissance !

10Aussi bien, est-ce vers 1120-1160 que les armoiries apparaissent à peu près en même temps en Angleterre du sud, dans la vallée du Rhin, dans la France d’entre Loire et Meuse, dans la Suisse de l’ouest, le nord de l’Italie. Après 1160, le développement est surtout rapide en Angleterre et dans les pays entre Loire et Rhin. En France, la diffusion est plus précoce au Nord qu’au Sud. De la fin du XIe siècle au milieu du siècle suivant, le capuchon de mailles du haubert et le nasal du casque masquent le combattant et des figures, géométriques, animales, végétales, sont alors peintes sur le bouclier. À partir du moment où l’emploi de mêmes figures est constant chez un personnage, en respectant certaines règles, particulièrement dans le choix des couleurs, il y a armoiries. Cette naissance a lieu en Occident, le rôle de la croisade, de l’Islam, de l’Orient, de Byzance n’étant pas prouvé. Mais on ne peut la dater précisément. Certes, une plaque émaillée du Musée du Mans représente Geoffroy Plantagenet (mort en 1151) avec un écu à six lionceaux d’or et d’argent, mais cette plaque date sans doute des années 1160-1165. Michel Pastoureau estime que les premières armoiries sont à situer entre 1120 et 1160, sans pouvoir préciser davantage. En tout cas, la « tapisserie » de la reine Mathilde, conservée à Bayeux, fournit le terminus a quo. Brodée vers 1180-1200, elle ne comporte pas de véritables armoiries. Des combattants utilisent des boucliers semblables, un même personnage se protège d’écus différents selon les scènes. On relève, dans cette même tapisserie de Bayeux, la figure d’un duc qui doit relever son casque pour se faire reconnaître alors qu’on le croyait mort ! Et dans l’histoire de la naissance des armoiries, il reste aux héraldistes à clarifier le rôle, à côté de celui des boucliers, des emblèmes familiaux (monnaies, sceaux, objets) et des bannières et enseignes de fiefs.

11Ce qu’il importe de dire pour notre sujet c’est que cette langue, ce système de signes, donc d’identification, concerne assez vite des strates sociales variées. Les chevaliers, les professions liées aux armes les adoptent rapidement car les tournois ne sont point des joutes mais de confuses mêlées. Les rois auront des armoiries plus tard, car, au Moyen Âge, ils ne participent pas aux tournois. De plus, dans les combats militaires il faut leur éviter d’être reconnus ! À la bataille de Poitiers (en fait, Maupertuis, 1356) il y aura six faux Jean le Bon, ce qui n’évitera pas la capture du vrai ! L’Église, d’abord méfiante à l’égard des armoiries s’y ralliera au XIIIe siècle. Au XIVe siècle, les armoiries auront gagné toute la Chrétienté romaine. La lecture de cette langue est relativement simple au Moyen Âge. De nos jours encore, les sceaux permettent de lire les deux tiers des armoiries médiévales. C’est donc un grand moyen d’identification. Au XVIIIe siècle, l’héraldique sera devenue bien plus complexe, mais il y aura alors d’autres moyens de faire connaître son identité. Dès le Moyen Âge des armoiriaux sont confectionnés comme autant de « Bottin » pour connaître un duché, un ordre, les participants à un tournoi. Les armes, parce que nées avant la maîtrise de la perspective, se lisent du fond vers l’avant. Elles favorisent donc l’épaisseur, l’analyse pour dire son identité, sa possession ou pour décorer.

12Bien entendu, au-delà de ces considérations générales, il faut préciser comment les armoiries s’étendent peu à peu à l’ensemble de la société. Entre les années 1180 et 1230 cette extension concerne l’ensemble de la noblesse. Dans les cent années qui suivent (1230-1330), c’est dans toutes les catégories sociales que leur usage se diffuse, vraisemblablement par le sceau. Il était tentant de faire représenter un emblème personnel ou familial sur cet objet que nous allons retrouver à propos de l’histoire de la signature. Vers 1220-1230, les armoiries féminines se multiplient : ce sont tantôt celles du mari, ou celles du père, et, plus souvent, celles du mari et du père associées dans le même écu ou sur deux écus juxtaposés. Au XIVe siècle, des femmes de roturiers adopteront des armoiries. À partir du milieu de ce même siècle, les ecclésiastiques, séculiers ou réguliers, curés ou prélats, ont des armoiries. Le développement de l’usage du sceau au XIIIe siècle entraîne l’adoption d’armoiries par les bourgeois, notamment dans la France du nord et en Languedoc. Au reste, environ deux cinquièmes des armoiries connues sont roturiers. Beaucoup utilisent un répertoire qui est celui des armoiries nobles, mais s’y ajoutent les armoiries parlantes avec outils, instruments de travail, marques de famille. Au XIVe siècle, les armoiries paysannes se généralisent. Elles ne sont pas souvent dans un écu, mais généralement dans le champ de l’objet sur lequel elles sont figurées. Beaucoup de végétaux et d’outils se rencontrent dans ces armoiries qui sont marques de propriété issues des sceaux que les paysans possèdent assez généralement.

13Dans les premières décennies du XIVe siècle, le retrait progressif du bouclier de l’armement, la supériorité du piéton sur le cavalier font que les armoiries se font plus rares sur les champs de bataille. Ce sont les tournois qui leur maintiennent encore un grand rôle. Encore que l’écu armorié ne soit plus le seul signe de reconnaissance. Le cimier, figure ornant le casque, le concurrence. La fin du Moyen Âge voit les hérauts d’armes figer des règles de composition. Ils organisent les tournois, identifiant les protagonistes, commentant les faits d’armes. À la guerre, ils ordonnent les combattants, aident à reconnaître l’ennemi de l’ami, identifient morts et prisonniers. Enfin, ils informent, transmettent la nouvelle de la victoire, compilent des armoriaux. Mais comme les principes réglementant l’héraldique se font rigides, d’autres signes de personnalité se diffusent : cimiers déjà évoqués, mais aussi badges ou devises représentant souvent un animal avec une sentence. La figure est le « corps » et la sentence « l’âme ». Ce sont des motifs décoratifs, des signes de ralliement, des marques de propriété que l’on associe ou non aux armoiries.

14Ces dernières sont des marques d’identification précises. Car seul l’aîné de la branche aînée a le droit de porter des armoiries familiales « pleines ». Les autres doivent y apporter une menue modification, la brisure, qui montre qu’ils ne sont pas chefs d’armes. Les fils du vivant de leur père, les cadets du vivant de l’aîné doivent « briser ». Cela consiste souvent à ajouter un lambel, traverse horizontale ornée de pendants. Cette pratique tombe en désuétude à l’époque moderne, car, dès le Moyen Âge, les brisures sont considérées comme quelque peu déshonorantes. Aussi triche-t-on en limitant la brisure, en l’ignorant, ou en adoptant de nouvelles armes. Pourtant lorsque le système est bien appliqué c’est, bien entendu, un excellent moyen d’identification et de datation ! L’intérêt des armoiries pour l’identification est d’ailleurs encore accru par le fait que les bâtards doivent aussi briser et de manière plus visible que les fils légitimes.

15Le système de signes que constituent les armoiries dit alliances, successions, rang familial, situation du lignage comme histoire des titres et des possessions. Les armes figurent aussi sur les sceaux qui authentifient les actes des personnes morales en un temps où naissait la signature.

SIGNER SON NOM

  • 10 Enquête dont les résultats sont synthétisés dans Michel Fleury et Pierre Valmary, « Les progrès de (...)

16L’histoire de la naissance de la signature est longue (VIe-XVIe siècle) et complexe. C’est celle du passage du dessin à l’écrit car la signature tient de l’image et du mot. Mais c’est aussi celle de l’affirmation de la singularité de chacun. Et encore celle des moments où l’obligation réside dans un acte juridique lié à l’autographie. Ce qui remplace d’autres formes d’engagement : se signer, apposer ses mains sur un livre sacré, briser un objet, proférer des paroles. La signature suppose au moins un début d’alphabétisation. Ce qui nous renvoie à l’histoire de cette dernière. Et nous fait rencontrer la très célèbre enquête Maggiolo, du nom du recteur de l’académie de Nancy qui, vers 1877-1879, dans un contexte de concurrence culturelle avec l’Allemagne, parvient à mener à bien le comptage des conjoints ayant signé leur acte de mariage10. Ses résultats, certes critiqués et critiquables, mais indispensables, donnent pour la tranche chronologique 1686-1690 un pourcentage de non signatures de 71,26 % pour les hommes et de 86,03 % pour les femmes. C’est dire que pour la période qui nous retient ici, une infime minorité des sujets du royaume sait signer. Encore faut-il, avant d’expliciter cette affirmation, bien poser que, durant des siècles, et parfois jusqu’au XXe siècle, la signature est affaire de responsabilité et peut être refusée par des personnes alphabétisées.

  • 11 Marie-Claude Guigue, De l’origine de la signature et de son emploi au Moyen Âge principalement dans (...)
  • 12 Claude Jeay, « La signature comme marque d’individualisation : la chancellerie royale française, fi (...)

17On soutient volontiers que la signature a été inventée par ceux qui ne savaient pas écrire11. Le signum, gravé sur un anneau porté au doigt, tient lieu de signature dans l’Antiquité. À Rome, la validité des testaments se prouve par le signum et par la subscriptio autographe du testateur et des témoins. Au Bas-Empire, la souscription est exigée pour tous les actes, mais les illettrés peuvent tracer un signum manuale qui est un signe quelconque. Notaires et scribes médiévaux conservent le souvenir de ces usages par des seings manuels ou des sceaux. Au XIIIe siècle, dans les régions de droit écrit, des seings manuels sont tracés sur les testaments par les lettrés comme par les illettrés. Les seings peuvent être des croix (parfois suivies de la mention signum, suivie elle-même du nom), des initiales, des monogrammes (dessins formés avec les lettres du nom), des maximes, des noms, des ornements, des armoiries, des objets suggérant le nom du signataire (un verre à boire forme le seing de Hugues Verrier, clerc de Forez en 1277). Le sceau est une image du sigillant et, à sa mort, il est brisé ou placé dans la tombe. Au XIIIe siècle toujours, le nom est de plus en plus fréquent dans le motif du seing. Et vers 1250, des notaires imaginent un seing formé des lettres de leur nom écrit en cursives avec quelques traits de plume. C’est le petit seing ou seing du nom qui tient lieu de la subscriptio (le nom) et du signum, traits de plume, sorte de paraphe. Le petit seing se distingue du grand seing, plus compliqué et réservé aux actes les plus importants. La signature est en train de naître, avec le seing du nom adopté par la chancellerie royale sous Philippe le Bel vers 1296, par l’administration, les notaires12. Jean II signe de son nom des missives ; Charles V fait de même et signe ainsi les actes royaux. Après 1450, le nom se substitue de plus en plus à tout autre motif en pays coutumier comme en pays de droit écrit. Le petit seing des notaires est en effet un exemple qui se répand dans toute la société. La signature devient courante y compris chez des personnes qui ne savent ni lire ni écrire. Comme chez l’élève de maternelle du XXIe siècle, savoir écrire son nom n’est pas une preuve d’alphabétisation ! Mais il est vrai que, de la fin du XIIe siècle à celle du XIVe siècle, ceux qui ne disposent pas d’un sceau ont coutume d’utiliser leur empreinte digitale laissée dans la cire. Les rois, les grands signent de leur prénom, parfois suivi de leur qualité. Les bourgeois signent de leur nom, parfois précédé de leur prénom. Au XVIe siècle, signer et souscrire sont devenus synonymes. Henri II en 1554, les États d’Orléans en 1560, un arrêt du parlement de Paris en 1579 rendirent la signature obligatoire. Les illettrés tracent des croix, en présence de témoins, ou des seings rappelant leur profession. Au XVIIIe siècle, les signatures par le nom, avec ou sans paraphe, furent déclarées seules légales. La signature finissait de devenir un signe de validation transformant un document écrit en acte juridique. En même temps, elle soulignait la singularité de la personne, alors que les armoiries disent surtout la place, le rang et que le nom, longtemps en stock restreint, manifestait le niveau familial plus que l’individualité. La signature est si précieuse pour cette dernière que les experts graphologues en sondent l’authenticité, voire l’empreinte du caractère. Il est vrai qu’alors d’immenses mutations dans l’organisation et le contrôle de l’identité des personnes étaient survenues en trois siècles.

  • 13 Le Portrait de la Renaissance : exposition 2008 du Musée du Prado, Madrid. Édouard Pommier, Théorie (...)
  • 14 Revue de l’Art, no 26, 1974, avec notamment l’article d’André Chastel, « Signature et signe », p. 8 (...)

18Avant d’en venir à ces évolutions, il faut évoquer une question essentielle qui n’est certes pas dans notre sujet, mais qui ne peut être ignorée. Les progrès de la signature sont à peu près contemporains de la naissance et de la croissance du portrait au temps de la Renaissance. La corrélation n’est-elle que chronologique ? Relevons seulement ici qu’à partir des années 1400 se développe le portrait moderne, certes à partir des représentations dynastiques et religieuses du Moyen Âge, mais aussi par la redécouverte des bustes et des médailles de l’Antiquité13. Un nouveau savoir-faire naît, parti des Flandres et gagnant l’Italie, qui dépasse la représentation du strict profil et témoigne de l’émergence de l’individu. Dans les dernières décennies du XVe siècle, le portrait qui était jusqu’alors de taille réduite et destiné à être conservé dans les coffres, s’agrandit et est accroché aux murs des demeures. En même temps, le portrait ne peint plus seulement les princes mais des représentants de tous les groupes sociaux. À la fin du Moyen Âge apparaît même ce que l’on nomme la peinture d’infamie. Ainsi, à Florence, la Seigneurie commande à des peintres de faire les portraits de criminels condamnés par contumace. Pour que ces derniers soient reconnus de tous, les portraits sont exposés sur la muraille du palais du Podestat. Dès lors deux questions corollaires s’imposent. Le portrait, désormais plus grand et s’affichant, est bien affirmation de l’identité de l’individu. Mais jusqu’à quel point ? Sur le portrait de l’écrivain Giovani Bressani par Giovani Battista Moroni, on lit une inscription, en latin : « Cette peinture représente bien mon image temporelle, mais celle de mon âme se trouve dans mes écrits. » ! La seconde question est encore plus délicate : qu’en est-il de la signature des peintres14 ? Il existe des marques ou des signatures sur les cadres ou les rebords d’œuvres dès le XIIIe siècle. C’est alors certes une manifestation ostentatoire, mais aussi une marque d’hommage et de piété. Placer son nom aux pieds d’une figure sainte est marque d’humilité et de dévotion. André Chastel note que l’association de l’artifax ou de l’artiste à la dédication de l’œuvre ne se comprend que dans un contexte de dévotion. Une inscription sur les fresques de l’église Saint-Blaise déclare : « Sachez tous que c’est Jehan le Français qui a peint ces murailles. Demandez à Dieu qu’il lui permette de vivre à Brunswick ». C’est dans le Nord, particulièrement dans le Nord germanique, que la pratique de la signature explose après 1500 et perdure avec Dürer, Breughel, Rembrandt, Ensor. Elle s’épanouira en Italie dans les communes libres. Et cette fois, il s’agit bien d’une revendication d’identité. Affirmation de la signature sur les actes, portraits, signatures d’artistes connaissent des chronologies pour le moins comparables. Personnalité de l’individu et revendication de responsabilité vont de pair.

19Au total, l’apport du Moyen Âge à l’identification est loin d’être négligeable. Au-delà des trois grands thèmes qui nous ont paru essentiels, on pourrait d’ailleurs encore relever les documents qui confèrent une identité mais de manière collective seulement : polyptyques carolingiens ; port de vêtements ou d’insignes distinctifs d’un groupe ; à partir du concile de Latran IV, tenue, en principe, de listes de confessions, de mariages, de baptêmes. Pour trouver des documents relatifs à l’identité individuelle il faut s’intéresser aux processus d’exclusion, de méfiance en tout cas, à l’égard de l’errant, du délinquant au moins potentiel : lettres de rémission qui, dès le XIVe siècle, disent au moins l’âge, le métier, le lieu d’habitation ; soldats en congé qui, dès 1462, doivent être munis d’un document délivré par l’autorité militaire ; lettre du curé ou de l’évêque garantissant des pérégrinations de pèlerins. Dans tous ces cas, c’est bien une nouvelle époque qui s’annonce.

Notes

1 Le sujet a longtemps été dominé par les travaux d’Albert Dauzat. Voyez de cet auteur, Les Noms de famille en France, particulièrement dans sa troisième édition, Paris, 1977. Excellente synthèse des travaux récents dans Anne Lefebvre-Teillard, Le Nom. Droit et histoire, Paris, PUF, 1990 que nous utilisons ici. Et le beau livre de Valentin Groebner, Who are You ? Identification, Deception, and Surveillance in Early Modern Europe, New York, Zone books, 2007.

2 Marie-Thérèse Morlet, Les Noms de personne sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, Paris, CNRS, 3 vol., 1968, 1972, 1985.

3 Avec parfois, il est vrai, conservation concomitante du nom païen.

4 Jean-Pierre Poly, La Provence et la société féodale (879-1166). Contribution à l’étude des structures dites féodales dans le Midi, Paris, Bordas, 1976, p. 51-53 et Georges Duby, « Lignage, noblesse et chevalerie du XIIe siècle dans la région mâconnaise. Une révision », Hommes et structures du Moyen Âge, Paris, Mouton, 1973, p. 398 ; « Structures de parenté et noblesse dans la France du Nord aux XIe et XIIe siècles », Ibidem, p. 67.

5 Jean Imbert, Histoire du droit et des institutions de l’Église en Occident. Tome V, volume I : Les Temps carolingiens (741-891). L’Église : les Institutions. Paris, Cujas, 1994, p. 49-57.

6 Anne Lefebvre-Teillard, « Baptême et nom de baptême. Notes sur l’ondoiement », p. 365-370 de Histoire du droit social. Mélanges en hommage à Jean Imbert, Paris, PUF, 1989. Jean Imbert, « À propos du baptême à l’époque carolingienne », Estudios en homenaje al profesor Juan Iglesias, Madrid, Seminario de derecho romano « Ursicino Alvarez », 1988, T. III, p. 1451-1464.

7 Édouard Perroy, Les Familles nobles du Forez au XIIIe siècle. Essais de filiation, Saint-Étienne/Montbrison, Centre d’études foréziennes/La Diana, 1976-1977, 2 vol.

8 Antoine Vallet, Les Noms de personne du Forez et confins (actuel département de la Loire) aux XIIe, XIIIe, XIVe siècles, Paris, Les Belles Lettres, 1961.

9 Notre guide essentiel est ici le Traité d’héraldique de Michel Pastoureau, Paris, Picard, 1979, pour la première édition. La dernière édition mise à jour est de 2008. Voir aussi Donald Lindsay Galbreath et Léon Jéquier, Manuel du blason, Lausanne, Spes, 1977.

10 Enquête dont les résultats sont synthétisés dans Michel Fleury et Pierre Valmary, « Les progrès de l’instruction élémentaire de Louis XIV à Napoléon III », Population, 1957, no 1, p. 71-92.

11 Marie-Claude Guigue, De l’origine de la signature et de son emploi au Moyen Âge principalement dans les pays de droit écrit avec quarante-huit planches, Paris, Dumoulin, 1863. Béatrice Fraenkel, La Signature. Genèse d’un signe, Paris, Gallimard, 1992.

12 Claude Jeay, « La signature comme marque d’individualisation : la chancellerie royale française, fin XIIIe-XVe siècle », p. 59-77 de Brigitte-Miriam Bedos Rezak et Dominique Iogna-Prat (dir.), L’Individu au Moyen Âge : individuation et individualisation avant la modernité, Paris, Aubier, 2005.

13 Le Portrait de la Renaissance : exposition 2008 du Musée du Prado, Madrid. Édouard Pommier, Théories du portrait. De la Renaissance aux Lumières, Paris, Gallimard, 1998.

14 Revue de l’Art, no 26, 1974, avec notamment l’article d’André Chastel, « Signature et signe », p. 8-14.

© Presses universitaires de Lyon, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search