Version classiqueVersion mobile

Établir l’identité

 | 
Jean-Pierre Gutton

Introduction

Texte intégral

1À l’aube de notre XXIe siècle, les questions d’identité sont fortement présentes dans les réflexions politiques, culturelles et sociales. Identité des États confrontés, à l’Ouest comme à l’Est de l’Europe, aux revendications autonomistes, voire indépendantistes, de certaines de leurs provinces. Identités de communautés ethniques et/ou religieuses affirmant leurs singularités au sein des communautés nationales. Ce n’est point de ces identités, pourtant si importantes pour l’avenir de notre continent en particulier, qu’il sera question dans ce livre. Celui-ci se bornera à envisager l’histoire de l’identité des personnes et celle de son contrôle.

2Cette histoire est longue. Nous vivons dans un pays où l’état civil de chaque citoyen est clairement établi. L’état civil est un service public assuré par les mairies et, à l’étranger, par les agents diplomatiques ou consulaires, qui consignent sur des registres naissances, adoptions, mariages, pacs, divorces, décès. Mais c’est, à l’aulne de l’histoire, une situation relativement récente qui remonte, pour l’essentiel, à un décret du 20 septembre 1792. Sans doute existait-il auparavant des registres paroissiaux renseignés par le clergé catholique et qui, au XVIIIe siècle, sont convenablement tenus, avec au moins des garanties quant à la précision des filiations. Mais les « extraits baptistaires », qui tiennent lieu de preuves d’identité, sont encore peu usités. C’est que le recours aux « papiers » ne peut se développer que lorsque l’individu est clairement reconnu. Ce dernier met du temps à se distinguer de la communauté. Et, tant que la communauté est l’essentiel, le témoignage oral, les liens entre les membres de la communauté, l’interconnaissance dominent l’histoire de l’identité.

  • 1 Jean Delumeau, La Peur en Occident (XIVe-XVIIIe siècles). Une cité assiégée, Paris, Fayard, 1978, (...)
  • 2 Gabriel Audisio, « Nommer l’hérétique en Provence au XVIe siècle », p. 17-26 de Robert Sauzet (dir (...)
  • 3 Genèse, 2, 19-20.

3Pourtant, le fait de nommer donne pouvoir. Voyez, dans l’ancienne Égypte, les peintures murales des tombes de la Vallée des Rois. Elles scandent un cheminement vers la dépouille momifiée. Il y a des portes à franchir pour accéder à la chambre mortuaire et, à chaque porte, veillent des gardiens munis de poignards. Il faut dire son nom pour passer. Dans les tombes populaires, sont peints sur le mur les textes du Livre des morts qui permettent de retrouver le mot de passe en quelque sorte. Dans les tombes royales, le Livre des morts n’est pas forcément inscrit, car le roi sait. Quel beau symbole de la force du nom ! Dire son nom donne pouvoir. Faut-il un autre exemple ? On le trouve aisément dans l’histoire des conflits religieux de la fin du Moyen Âge et du XVIe siècle. Le dominicain Bernard de Luxembourg, dans son Catalogus hereticorum (1522), dénonce 5 432 sortes d’hérétiques passés ou présents et y ajoute 26 hérésies non nommées1. Une peur obsidionale explique ce souci d’énumération. Dans la Provence du XVIe siècle2, on a relevé le soin mis à employer des noms péjoratifs et ségrégatifs pour l’hérétique. La parole, dans un environnement culturel encore essentiellement oral, est créditée d’une forte efficacité. Le nom compte autant que le fait ou la personne. Donner son nom c’est identifier, donc comprendre et maîtriser, et peut-être posséder. Au demeurant, de nombreuses études sur les blasphèmes, les injures, les prénoms ont éclairé la force de la nomination. N’est-ce point finalement une caractéristique des civilisations occidentales du Livre pour lesquelles l’homme est à l’image de Dieu, parce qu’il peut nommer, donc faire exister. « Yahvé Dieu modela encore du sol toutes les bêtes sauvages et tous les oiseaux du ciel, et il les amena à l’homme pour voir comment celui-ci les appellerait : chacun devait porter le nom que l’homme lui aurait donné. L’homme donna des noms à tous les bestiaux, aux oiseaux du ciel et à toutes les bêtes sauvages… »3.

4Aussi bien, ce livre parlera du nom. Du nom, qui fut d’abord ce que nous appelons prénom et qui connut de multiples transformations en une quinzaine de siècles. C’est qu’il est marqueur social, mais aussi outil juridique. Il permet d’individualiser socialement. En France, la particule « de » ne fait pas partie du nom (contrairement à l’article Le, La), mais peut y être liée pour des raisons d’image sociale, sans pour autant constituer une preuve de noblesse. Dans L’École des Femmes (1662), Chrysalde se moque de son ami Arnolphe qui se fait appeler M. de la Souche « d’un vieux tronc pourri de [sa] métairie » (I, 1) ! Mais le nom est aussi institution juridique parce qu’il permet d’identifier. Dès lors, son histoire va largement de pair avec celle de la croissance de l’État, avec celle de l’affermissement des prises de ce dernier sur le sujet, puis le citoyen. Longtemps, l’usage fut essentiel dans la formation et la transmission du nom, la jurisprudence protégeant l’usage. Mais, à partir du temps où l’État, pour des raisons de police et de police fiscale particulièrement, contrôle le nom, celui-ci passe sous l’emprise de la loi. Cette évolution débute dès le XVIe siècle, s’accélère dans la seconde moitié du XVIIe siècle et surtout au XVIIIe siècle. En effet, c’est dans les années 1700 que le souci d’assurer la sécurité sur terre, et pas seulement par des intercesseurs célestes, s’affirme. Avec la Révolution et la création de l’état civil le nom passe totalement sous l’emprise législative. Il faudra attendre une loi de 1985 pour que l’aspect d’identification sociale soit quelque peu repris en compte. Et, durant toute la période des XIXe et XXe siècles, l’ambition des pouvoirs publics est de connaître au mieux l’identité des ressortissants par leur nom et leur filiation, mais aussi, les travaux des criminologues aidant, par leurs signes distinctifs. La carte d’identité en naîtra et le gouvernement de Vichy multipliera les fichiers. Fichiers : c’est dire que notre essai doit dépasser ce qui est lié au nom, aux recensements, aux descriptions anthropométriques. Le développement de l’informatique a permis la croissance en nombre et en volume des fichiers. Plus encore il rend possible des croisements qui nécessitent un strict encadrement. La biométrie est aussi dans le domaine de l’histoire de l’identité une technique qui interpelle notre temps. Et, peut-être plus encore, l’interrogation : « allons-nous vers le tout génétique ? » est au centre d’une réflexion contemporaine sur l’identité des personnes.

Notes

1 Jean Delumeau, La Peur en Occident (XIVe-XVIIIe siècles). Une cité assiégée, Paris, Fayard, 1978, p. 395. Inversement, l’absence de nom protège. Ulysse répond au Cyclope Polyphème que son nom est Personne (« Outis »). Il aveugle le Cyclope ivre qui, lorsqu’il appelle à l’aide, se voit répondre par les autres Cyclopes que le coupable est Personne. Les Cyclopes, pensant que l’acte vient de Zeus, se retirent dans leurs cavernes, laissant à Ulysse et à ses hommes la possibilité de s’enfuir. Homère, Odyssée, IX, 335-440.

2 Gabriel Audisio, « Nommer l’hérétique en Provence au XVIe siècle », p. 17-26 de Robert Sauzet (dir.), Les Frontières religieuses en Europe du XVe au XVIIe siècle, Paris, Vrin, 1992.

3 Genèse, 2, 19-20.

© Presses universitaires de Lyon, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search