Version classiqueVersion mobile

Schopenhauer en France

 | 
René-Pierre Colin

Troisième partie. Schopenhauer et les romanciers naturalistes

Chapitre II. Henry Céard et le « philosophe attendri »

Texte intégral

  • 1 Céard et Jean de Caldain : Le « Huysmans intime » (Nizet, 1957) p. 69.
  • 2 Médaille et Médaillon. (Le Petit Marseillais, 15 février 1920.)

1De tous les médanistes, Céard fut un des premiers à s’intéresser à Schopenhauer. Bien des traits de son éducation le prédisposaient à recevoir avec enthousiasme l’œuvre du pessimiste : l’austérité janséniste de l’Institution Savouré où ses parents l’avaient placé en 1861 marqua l’enfant en proie la plupart du temps à l’ennui accablant et à la peur que lui inspiraient tour à tour les « geôles universitaires », les « cellulaires maisons d’instruction de la fin du Second Empire1 » qu’il évoquera longuement dans son roman Mal Eclos. L’enseignement, à l’en croire, se fondait sur d’antiques méthodes qu’il était vain de discuter : il en conçut un scepticisme virulent qu’augmenta encore l’atmosphère familiale. Lors des périodes de vacances, Céard retrouvait ses parents : certains vivaient dans le culte de Napoléon, d’autres vénéraient le souvenir des « grands représentants de l’esprit libéral ou républicain depuis la Restauration »2, tous, en tout cas, critiquaient à l’envi la politique du Second Empire.

  • 3 L’Enfant de la défaite. (Paris, 6 novembre 1896.)

2L’adolescent formé dans un tel climat ne se laissa jamais séduire par les fastueux déploiements de gloire de Napoléon le Petit que son père dénonçait volontiers. La guerre et la Commune durcirent encore cet état d’esprit auquel s’alliait un médiocre volontarisme. Céard a peint les jeunes gens de sa génération au sortir de l’expérience de « l’année terrible » : « Sceptiques, mais d’un scepticisme réfléchi et avisé qui fait du pessimisme la caractéristique de la vie, mais qui donne enfin à la vie cette éphémère dignité de combattre et de vaincre les mauvaises conditions initiales de l’existence (...)· Désabusés et sans faiblesse, dénués d’exaltation peut-être, mais aussi dénués de découragement, ils sont accoutumés à accomplir ce que le jour qui passe leur demande strictement de devoir. « Quand il faut », c’est leur devise. « Pas plus qu’il ne faut », c’est leur réserve. »3

  • 4 D’après Ronald Frazee : Henry Céard, idéaliste détrompé (P.U.F., 1963) p. 12.
  • 5 Céard ne se maria que tardivement. On consultera avec plaisir et profit Le Célibataire français de (...)

3Après quelques mois passés sans enthousiasme à la faculté de médecine, Céard entra au ministère de la Guerre où il devait languir de janvier 1873 à l’automne 18824. Il ne quitta pas ensuite la fonction publique, puisqu’il occupa, aidé de recommandations, les postes de sous-bibliothécaire, puis de sous-conservateur à la bibliothèque de l’Hôtel Carnavalet. Des loisirs abondants pouvaient compenser l’ennui qu’il ressentait dans cette existence de fonctionnaire que menèrent bien d’autres écrivains naturalistes dont la vie, sur ce point, paraît taillée sur le même patron : que l’on considère dans leurs préoccupations l’importance du célibat5, du bureau, de la brasserie, le poids de la vie quotidienne avec ses misères dérisoires et l’on aura saisi un des traits essentiels de leur désenchantement.

  • 6 Lettres inédites à Emile Zola publiées et annotées par C.A. Burns avec une préface de René Dumesni (...)
  • 7 Dans son article L’Esthétique naturaliste (Revue des Deux Mondes, 15 septembre 1879), Bigot avait (...)
  • 8 A Zola, 15 octobre 1879.

4L’originalité de Céard au sein du groupe de Médan est sans doute l’étendue de ses curiosités : si Zola lui confie plus qu’à tout autre le soin de certaines recherches documentaires pour ses dossiers préparatoires, c’est qu’il connaît les nombreuses passions de son ami, vite averti de ce qui s’écrit et se publie. Dès la parution des Pensées, maximes et fragments publiés par Jean Bourdeau, Céard achète le volume et en avise Zola : « Contre l’habitude, la phrase est nette, acérée, incisive comme la phrase du XVIIIe siècle, spécialement celle de Chamfort. C’est moins spirituel que ce dernier, mais plus profond. Je vous prêterai cela quand vous serez à Paris. Peut-être y trouverez-vous matière à un article » ; et il ajoute cette phrase qui révèle toute l’importance qu’il accorde à Schopenhauer : « Le système littéraire actuel a des points communs avec la doctrine de ce philosophe. »6 Déjà quelques mois plus tôt, lors de la polémique engagée par Charles Bigot contre le naturalisme7, Céard prétendait puiser dans l’œuvre du pessimiste un argument péremptoire : « J’aurais répondu, écrit-il à Zola, en m’appuyant sur le théorème psychologique de Schopenhauer : « L’humanité est une grande maladie dont chaque individu est une manifestation pathologique. »8

5Le philosophe se trouvait installé dans une position de divinité tutélaire, propre à être invoquée dans les cas difficiles : sa réputation était telle désormais, en dehors de l’Université, qu’on ne craignait plus de se référer à lui en particulier dans les milieux intellectuels qui se défiaient précisément des universitaires. Céard ajoutait d’ailleurs : « La simple citation de ce philosophe et de Hartmann, son continuateur, met d’ordinaire les Bigot de l’Université dans une fureur épouvantable. »

  • 9 Arthur Schopenhauer (L’Express, 8 août 1881) et Clowns et philosophes (Le Siècle, 19 octobre 1888)

6On pourrait longuement s’interroger sur la nature de l’autorité ainsi reconnue à l’auteur du Monde si l’on ne possédait une chronique qui l’éclaire remarquablement. Céard la publia à deux reprises, ne modifiant dans la seconde publication que quelques phrases d’introduction et de conclusion qui n’affectent en rien l’essentiel9. Le contraste entre le succès de l’édition Bourdeau et le mépris dans lequel l’Université continuait de tenir Schopenhauer était le point de départ de sa réflexion. Au pessimiste, on faisait surtout grief de sa nationalité : les philosophes d’outre-Rhin se caractérisant par « l’obscurité amphigourique du style », on lui attribue sans autre forme de procès cette tare. Or, note Céard, qui n’a évidemment aucune connaissance du texte allemand, « jamais phrase allemande ne fut moins allemande que cette phrase-là ; jamais esprit ne fut plus foncièrement français ». Cette remarque que Céard a pu trouver dans l’étude de Ribot, est désormais un poncif, mais il convient de s’y attarder : Céard, malgré l’étendue de ses vues, était marqué par un vif sentiment nationaliste qui l’égara souvent dans les jugements qu’il porta sur des auteurs étrangers. Ibsen, Tolstoï ou Dostoïevski firent tour à tour les frais de l’aveuglement d’un homme qui se déclarait avec fierté « celte » plutôt que « latin ». Il lui fallait donc, pour qu’il dépassât ses préjugés, un profond attrait pour un esprit qu’il sentait proche du sien, mais cela ne suffisait pas : il devait en outre pratiquer cette annexion chauvine à la France qui le conduisit à rattacher Schopenhauer « à la grande école positiviste de la fin du XVIIIe siècle », à en faire le continuateur de « l’œuvre de Diderot, Helvétius et d’Holbach ». Erreur fondamentale puisque Schopenhauer loin d’être un rationaliste fait de l’intellect le serviteur de la volonté !

7Céard va plus loin encore : il prétend reconnaître dans le philosophe le maître à penser de sa génération. Ce sont des termes très proches de ceux qu’il a utilisés pour évoquer les « enfants de la défaite » qu’il reprend pour parler de Schopenhauer : « Sans enthousiasme, mais aussi sans colère, il contemple dans son effrayante mobilité le spectacle des erreurs terrestres, et se tient placidement dans les limites d’indulgence nouvelle et de pardon particulier qu’impose à l’observateur scrupuleux la déconcertante étude des détraquements physiologiques et des troubles nerveux dont se compose, à son sens, l’humanité. » Comment ne pas voir dans cet « observateur scrupuleux », « médecin », « expérimentateur » et « physiologiste » une image quintessenciée du romancier naturaliste ? Il est d’abord le greffier, le juge d’instruction des « souffrances du monde », mais il les enregistre pour « procurer au lecteur désintéressé les moyens d’arriver à une somme moins considérable de tristesses ». Ce « philosophe attendri », ce « pessimiste doux » est semblable à « ce grand chirurgien contemporain, qui se relevait les yeux en larmes, de la plaie opérée où son bistouri n’avait point tremblé », il travaille à dominer les misères du monde en cherchant à « se rendre maître des phénomènes », à « tirer de leur diversité même une loi qui permettrait d’échapper plus tard aux désastreuses conséquences qu’il constate actuellement ».

  • 10 Frazee : op. cit. p. 77.

8Après avoir considéré « la doctrine bouddhique conseillant la contemplation continuelle des nombrils », « l’ascétisme catholique abandonnant la vie pour se retirer dans la Thébaïde au milieu des macérations et des jeûnes », Schopenhauer aurait quitté ces voies sans issue. Selon Céard, il enseigne plutôt « d’entrer tous les jours plus profondément dans la connaissance de son néant, de façon à ne jamais être dupe, au moins de ses propres entraînements et de ses naturelles erreurs. Puisque le mal s’impose, il s’agit d’en profiter et d’en extraire la plus grande somme de bonheur possible. Tirer parti de tout en vue de la diminution des souffrances, c’est le dernier mot de sa philosophie ». C’est dire que le pessimisme de Schopenhauer est, pour Céard, comme l’a remarqué Ronald Frazee, « un positivisme sceptique »10.

  • 11 Yeux fermés, main ouverte. (Le Siècle, 15 juillet 1890.)
  • 12 Parerga. 2e partie, § 172 bis.
  • 13 Manuscrit de l’Arsenal 13419. Cité par Frazee : op. cit. p. 19.

9C’est aussi un matérialisme pragmatique : l’auteur du Monde paraît ainsi semblable au Dupré du Pessimiste ou l’homme mécontent de tout de Pigault-Lebrun, qui « s’emploie à réparer par l’intelligence tout ce que la nature a produit de défectueux : récoltes perdues, bâtards abandonnés, cruauté des saisons, duperies du sexe et du cerveau »11, bref c’est un rationaliste dépourvu d’illusions qui organise la vie dans la faible mesure de ses moyens. Ce dessein n’est pas absolument étranger à Schopenhauer. N’écrit-il pas : « Ce que l’homme peut réaliser de plus beau, c’est une vie héroïque : elle consiste à lutter sans relâche, dans une sphère d’activité quelconque, pour le bien commun, et à triompher à la fin, sauf à être mal récompensé de ses efforts. »12 Mais aux yeux de Céard, l’essentiel de l’œuvre de Schopenhauer est là : lorsque mourra son ami Gabriel Thyébaut, il rédigera cette note révélatrice : « Assurément Thyébaut, avec Schopenhauer, ne croyait pas à l’excellence initiale de quoi que ce soit au monde : mais avec Schopenhauer aussi, il concevait que le devoir de tout être pensant était de réparer vaille que vaille, les malfaçons d’un univers construit sans soin, remis à la conduite de l’instinct et de corriger à force d’intelligence les inconvénients de la nature et des individus. »13

10Ce que Céard ne perçoit pas, c’est l’aboutissement de cette ambition de Schopenhauer qui ne vise évidemment pas à conduire l’homme vers un avenir radieux éclairé par la science, mais à lui révéler le renoncement, ce moment privilégié où, le voile de Maïa soulevé, l’homme découvre enfin l’essence des choses, ou pour être plus juste, l’instant où la Volonté en l’homme, prenant conscience d’elle-même, se nie librement.

11L’interprétation de Céard pour n’être pas absolument erronée est donc en fait très limitée : elle laisse peu de traces dans son œuvre puisque ses héros accablés par l’ennui, les misères de la vie quotidienne, la bêtise, n’ont guère la force d’aménager leur existence pour y réduire la douleur. Ils ne vivent en fait jamais le moment présent, mais s’emploient simplement à découvrir leur salut dans de pauvres accommodements.

  • 14 Une belle journée (Charpentier, 1881) p. 159.
  • 15 Aphorismes sur la sagesse dans la vie (traduction Cantacuzène, 1880) p. 166.

12Que l’on songe à Trudon et à Mme Duhamain, les piteux personnages d’Une belle journée : tous deux rêvent à un jour harmonieux passé dans la nature. Le temps serait magnifique, le calme régnerait sur une petite rivière... « Quelle belle journée » se disent-ils, « pensant moins à la journée présente, qu’à celle-là, moins précise, qu’ils rêvaient. »14 Cette vision « bovaryque », Schopenhauer l’a clairement définie : « Les hommes qui, mus par leurs désirs et leurs espérances, vivent uniquement dans l’avenir, les yeux toujours dirigés en avant, qui courent avec impatience au-devant des choses futures, car, pensent-ils, celles-là vont leur apporter tout à l’heure le vrai bonheur, mais qui en attendant laissent fuir le présent qu’ils négligent sans en jouir, ressemblent à ces ânes, en Italie, à qui l’on fait presser le pas au moyen d’une botte de foin attachée par un bâton devant leur tête. »15

  • 16 Céard : op. cit. p. 340.
  • 17 Pensées, maximes et fragments p. 31. Nous soulignons.

13Lorsque le couple touche enfin au but, le charme s’est étiolé : le temps les contraint à s’enfermer dans un restaurant sinistre où l’ennui va les saisir. Rien ne se passera ! Au retour Mme Duhamain tirera la conclusion de cette aventure avortée : « L’ennui dont elle croyait souffrir n’était sans doute point si considérable et rien ne le différenciait du bonheur qu’une plus longue accoutumance. » La résignation, telle est l’issue. « L’imagination, toujours, aggravait les tristesses naturelles et puisque les réalités s’imposaient, sans cesse moindres que le rêve, le mieux consistait à s’étendre dans une platitude définitive. Autant valait rechercher par inclination un état où elle serait inévitablement ramenée par force. C’était le calme assuré, d’abord, et peut-être que de la continuité même naîtrait à la fin une jouissance. »16 A sa manière — mais de quelle dérisoire manière — cette bourgeoise découvre l’organisation salutaire de son existence qui n’est que la bonne administration de son ennui, écho là encore d’un propos du philosophe : « Au tourment de l’existence vient s’ajouter encore la rapidité du temps qui nous presse, ne nous laisse pas prendre haleine, et se tient derrière chacun de nous comme un garde-chiourme avec le fouet. Il épargne ceux-là seulement qu’il a livrés à l’ennui. »17

  • 18 Op. cit. (Charpentier, 1906) p. 52.

14Le docteur Laguépie de Terrains à vendre au bord de la mer paraît directement issu de l’idée que Céard s’est forgée de Schopenhauer : « Il étudiait la nature avec un Pyrrhonisme élégant, travaillait de toute sa puissance à la rendre moins hostile à l’homme et plus adaptée à la société »,18 mais dans le village de Kérahuel, en Bretagne, où il cherche à apaiser les souffrances, il se heurte si souvent à la supersititon qu’il en vient à renoncer à soigner les habitants. L’écrivain Malbar partage ce positivisme désenchanté : il a quitté Paris pour découvrir une tranquillité propice à ses réflexions, mais aussi pour fuir un amour dont il se défend pour un soprano wagnérien, Mme Trénissan. Une des chroniques que Malbar rédige pour un journal parisien est consacrée à un site fascinant de la côte bretonne dans lequel il se plaît à reconnaître le château de Tristan. Cet article frappe vivement Mme Trénissan qui s’embarque pour Kérahuel et s’exalte à la contemplation de cet imaginaire manoir de Kéréol.

  • 19 Ibid. p. 149.

15Cette rêverie sur un amour mythique ne la conduit pas pour autant à s’abandonner à l’amour de Malbar qu’elle réduit à sa plus vulgaire expression : « Nous deviendrions amant et maîtresse. Nous aurions des contributions à payer, des notes de fournisseurs à acquitter, nos humeurs à subir, nos caractères à mettre d’accord ; et quelque unis que nous paraissions, nos impatiences réciproques à ne pas laisser voir. » Elle se complaît à insister sur la cruelle distance entre l’idéal et le réel : « Remarquez (...) que Tristan et Yseult meurent dès la première étreinte. Avec votre santé et la mienne, l’échéance de nos décès est certainement moins rapprochée. Donc, il nous faudrait faire beaucoup d’efforts pour nous accommoder l’un de l’autre. »19

  • 20 Ibid. p. 546.

16Tous deux cependant sont soumis à la Volonté dont ils ne se détachent que dans la contemplation artistique d’œuvres qui donnent « de la dignité aux platitudes galantes de la vie ». Mais cela ne les conduit qu’à l’illusion d’un moment : ils ne peuvent accéder aux « facultés sublimes » des héros wagnériens, ils n’ont pas le « philtre » ! Et de fait, l’éternelle et omnipotente Volonté l’emporte : Mme Trénissan annonce bientôt à Malbar qu’elle est enceinte. « Tous deux se turent. Ils songeaient à quelle matérialité aboutissaient leurs aspirations vers l’idéal. Un enfant allait naître, et ses vagissements seraient désormais les seules musiques du paysage où ils étaient venus, amenés par les harmonies de l’orchestré conduisant Yseult sur la mer fleurie de soleil. »20

  • 21 Ibid. p. 637.
  • 22 Ibid. p. 638.
  • 23 Ibid. p. 547.

17L’enfant baptisé Tristan, sera l’image de cette chute. Céard nous le dépeint avec une outrance qui frôle le grotesque : « Fatigué d’avance, le nouveau-né ouvrait sur le spectacle de la vie des yeux déjà désabusés, et il semblait triste de soupçonner que, à son tour, il lui faudrait subir bien des désenchantements encore, encore bien des misères. »21 Le docteur Laguépie, devant ce pauvre fruit d’un amour las, conclut : « Quel dénoûment ! Quelle musique non prévue par Wagner (...). Tristan ! Yseult, quand finit l’opéra, en les faisant expirer à l’extrémité de la passion et du désir, Wagner leur a épargné l’horreur de se survivre dans une postérité lamentable et tourmentée, au lieu qu’ici, au déclin de l’art et de la vie, tout recommence — moins l’extase. »22 Le schopenhauerien Malbar, naguère, « se défendait de propager une existence pour laquelle il proclamait sa mésestime, se flattait volontiers que les malheurs du monde, par son fait, après lui, ne recommenceraient pas dans un être vivant »23 ; il mesure maintenant toute la portée de son échec.

18La philosophie de Céard, celle même qu’il a attribuée à Schopenhauer, est une aspiration à surmonter par l’effort les avanies de l’existence ; or son scepticisme, systématiquement, l’emporte sur les intentions qu’il proclame comme pour s’encourager. Les rêves d’infini de ses héros s’altèrent dès qu’ils cherchent à se réaliser, ces songeries ne vivent que le temps du jeu, ou de l’évocation par la parole. Mme Trénissan ne l’ignore pas, elle qui, devant le château de Tristan, chante l’arrivée d’Yseult avant de se laisser tomber, théâtralement, sur un rocher : à Malbar qui, saisi, lui baise la nuque, elle demande froidement de ramasser son chapeau !

  • 24 Coups d’œil et clins d’yeux. Journal inédit 1874-1875. (Edition par Colin Burns-Nizet, 1965) 15 av (...)

19Ces désabusés, nourris d’un Schopenhauer revu et corrigé, sont condamnés au perpétuel ressassement de leur échec, lorsqu’ils ont mesuré la vanité de la délivrance par l’art. La résignation pourrait bien être le mot clef de l’œuvre de Céard, une résignation, une soumission, qui, par l’habitude, peut-être fera naître, ainsi que le rêve Mme Duhamain, une pauvre jouissance. Dans son Journal, Céard rapporte une rencontre matinale dans le bateau-omnibus : une jeune femme, « vingt-deux ou vingt-trois ans, avec un enfant de moins de quatre ans (...) d’une laideur morale effrayante ». Céard imagine le père, un « grossier marchand de vins » sans doute : « Je regardai la mère, elle avait l’air résigné. Elle écoutait les jasements lourds du moutard, sans intérêt, mais sans répulsion. On sentait qu’elle se savait là pour cela. Elle accomplissait une fonction, ni plus ni moins que l’homme qui recueillait le prix des places. Elle avait l’air un peu soumise, même, comme devant son mari, qu’elle subissait encore une fois dans cet enfant aux joues émerillonnées par un reste de vin, crevant de santé. »24 Malheur à ceux dont l’intelligence regimbe à la perspective de cette résignation nécessaire : Laguépie, quand l’accablement se fait trop lourd, plonge dans « des débauches si profondes » qu’elles anéantissent « son cerveau » et lui retirent, « momentanément, la faculté de penser » !

  • 25 Frazee : op. cit. p. 79.
  • 26 Monde IV 68 t. I p. 625.
  • 27 Monde IV 68 t. I p. 628.
  • 28 L’Express 8 août 1881 art. cité.

20Ronald Frazee a, à notre sens, le tort d’utiliser les mêmes mots pour définir le terme de la réflexion de Céard et de Schopenhauer : tous deux, note-t-il, concluent à « la nullité de l’effort », « tous deux aboutissent à la sagesse de la résignation »25. En fait le but de la quête schopenhauerienne est la négation de ce vouloir-vivre auquel demeurent évidemment soumis les héros de Céard. Ceux-ci n’ont aucun espoir de connaître l’état de calme, de sérénité, l’arrêt absolu du vouloir : les imagine-t-on goûtant « la plus pure béatitude intérieure, dans un calme vraiment céleste »26 ? Comment, en outre, parler de « nullité de l’effort » pour Schopenhauer qui proclame au contraire que ceux qui sont parvenus à la négation du vouloir-vivre ne s’y maintiennent « que par des efforts incessants, par mille pénibles privations (...) dans le seul but de réprimer la volonté toujours disposée à éclater » ?27. La résignation chez Céard est soumission au vouloir-vivre, chez Schopenhauer, elle est abnégation, lutte de l’homme contre sa propre nature. Loin d’accepter, comme le pense Céard, « les hommes comme ils sont, les femmes comme elles aiment, les circonstances comme elles se produisent »28, il éclaire le chemin d’une libération.

  • 29 Cf. en particulier sa lettre à Maurice Verne du 22 juillet 1918.
  • 30 Tout comme Malbar !

21Les erreurs de Céard s’expliquent aisément par le besoin d’étayer le naturalisme sur des bases théoriques qu’il éprouva dès l’origine du mouvement. Schopenhauer n’était pas loin de représenter pour l’auteur d’Une belle journée un auxiliaire de choix, plus encore que Claude Bernard, Taine ou Prosper Lucas dont les œuvres avaient fourni la trame scientifique des Rougon-Macquart. S’il se défiait de l’assimilation du roman à l’étude de phénomènes naturels29, il n’en prétendait pas moins instaurer une rigueur scientifique dans la composition de ses œuvres30. En puisant certaines idées dans l’œuvre de Claude Bernard ou de Prosper Lucas, Zola devait nécessairement transposer ces notions d’un domaine à un autre. La pensée de Schopenhauer réduite au florilège de Jean Bourdeau parut au contraire d’autant plus utilisable à Céard qu’il n’en reçut que ce qui s’adaptait à son propre pessimisme.

Notes

1 Céard et Jean de Caldain : Le « Huysmans intime » (Nizet, 1957) p. 69.

2 Médaille et Médaillon. (Le Petit Marseillais, 15 février 1920.)

3 L’Enfant de la défaite. (Paris, 6 novembre 1896.)

4 D’après Ronald Frazee : Henry Céard, idéaliste détrompé (P.U.F., 1963) p. 12.

5 Céard ne se maria que tardivement. On consultera avec plaisir et profit Le Célibataire français de Jean Borie (Le Sagittaire, 1976).

6 Lettres inédites à Emile Zola publiées et annotées par C.A. Burns avec une préface de René Dumesnil (Nizet 1958). Lettre du 13 janvier 1880.

7 Dans son article L’Esthétique naturaliste (Revue des Deux Mondes, 15 septembre 1879), Bigot avait dénoncé le Naturalisme, fruit d’une époque où « la passion de la beauté et de la grandeur morale » s’est perdue.

8 A Zola, 15 octobre 1879.

9 Arthur Schopenhauer (L’Express, 8 août 1881) et Clowns et philosophes (Le Siècle, 19 octobre 1888).

10 Frazee : op. cit. p. 77.

11 Yeux fermés, main ouverte. (Le Siècle, 15 juillet 1890.)

12 Parerga. 2e partie, § 172 bis.

13 Manuscrit de l’Arsenal 13419. Cité par Frazee : op. cit. p. 19.

14 Une belle journée (Charpentier, 1881) p. 159.

15 Aphorismes sur la sagesse dans la vie (traduction Cantacuzène, 1880) p. 166.

16 Céard : op. cit. p. 340.

17 Pensées, maximes et fragments p. 31. Nous soulignons.

18 Op. cit. (Charpentier, 1906) p. 52.

19 Ibid. p. 149.

20 Ibid. p. 546.

21 Ibid. p. 637.

22 Ibid. p. 638.

23 Ibid. p. 547.

24 Coups d’œil et clins d’yeux. Journal inédit 1874-1875. (Edition par Colin Burns-Nizet, 1965) 15 avril 1875 pp. 254-255.

25 Frazee : op. cit. p. 79.

26 Monde IV 68 t. I p. 625.

27 Monde IV 68 t. I p. 628.

28 L’Express 8 août 1881 art. cité.

29 Cf. en particulier sa lettre à Maurice Verne du 22 juillet 1918.

30 Tout comme Malbar !

© Presses universitaires de Lyon, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search